AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Dim 21 Juin 2009 - 7:21

Laowen avait été agitée un long moment. Pourtant personne n'était descendu de l'étage pour la faire taire, pour la calmer, pour chercher à comprendre son message. Elle était devant la porte lorsque je rentrais finalement. La louve s'allongea, me regardant, moi son amie, sa maîtresse.. J'étais en vie et en sécurité...

Je frissonne doucement.L'ambiance est sombre, saturée, malsaine. Une chandelle éclaire faiblement la pièce d'un éclat lugubre. La respiration régulière de mon fils semble la seule et nébuleuse image rassurante à laquelle je ne puisse me raccrocher, et c'est ce que je fais, le berçant contre moi en marchant dans la pièce. Je prononce quelques paroles réconfortantes, comme si il avait fait un cauchemar. Mais le cauchemar c'est moi qui l'ai vécu. J'en avais vu d'autre, mais je savais que je venais de frôler la mort . Si jadis cela ne m'aurais pas plus atteint, ma vie ne me semblant qu'insignifiante et inutile, aujourd'hui je comprends que la mort est une fin. Fin finale clôturant l'existence de n'importe quel être sur terre. Un instant, et l'on n'est plus rien. Or, je suis mère de famille.J'avais échappé de peu à la mort, et avais failli perdre... Trop. Alors, les miens auraient été brisés. Mathys orphelin de mère, Aidan veuf. L'idée d'imaginer une telle chose m'était intolérable. Connaissant Aidan... il aurait chercher à se venger, et Mathys aurait sans doute finit totalement orphelin. Je resserais son étreinte sur le bambin, qui continuait à expirer doucement, de cette respiration tranquille que seul le sommeil apporte. je me sentais apaisée de le contempler dormir dans mes bras, qui formaient un cocon protecteur parfaitement adapté.
Je sentais que tout redevenait sous mon controle. Rassurante constatation, que celle de se voir à nouveau réfléchir comme une mercenaire. Le métier était bien trop profondément ancré en moi... Plus profondément même que l'instinct maternel. Je m'aperçut avec honte que ma main s'était posée sur la gorge de Mathys, doucement et sans bruit, comme si je voulais m'assurer de sa toute-puissance, comme si elle voulait s'assurer du contrôle sur la vie ou la mort du pauvre bambin. Ce constat effrayant me fis frissonner. Suis-je une tueuse sanguinaire ? Non, simplement une mercenaire impitoyable, sans pitié, sans remords. Le sang avait taché son âme en une large trace rouille homogène. Impossible de deviner qu'elle avait été blanche un jour.
Non. C'était stupide de penser ça vraiment. Je n'ai jamais été une mercenaire... mais vivre avec un drow aussi gentil soit-il m'a appris à savoir me battre. Avoir été souillée et violée avait rempli mon coeur de haine et m'avait écarter des dieux. Mes mains étaient tachées de sang, surement plus que celles d'Aidan. Ma main s'agrippe au fauteuil répendant une marque rouge sang. La douleur élance mon bras alors que je constate presque a peine la blessure sur mon épaule. Vilaine.
Je me met a pleurer doucement... Il faut que je parle à Nakor absolument.

Cette nuit, je suis redevenue la petite souris de Diantra, les yeux et les oreilles d'une ville. Malheureusement, que peut faire une souris face à un chat ? Il m'attendait et m'a pris au piège. La souris s'est enfuite, couverte de sang et trempée jusqu'aux os. Mais la petite souris en sait beaucoup trop, ou du moins suffisamment pour qu'on puisse vouloir la réduire à néant. Elle et sa famille. La petite souris doit prévenir quelqu'un de plus important.. Ses chaotiques sont une véritable menace. Nakor... Nakor...
On entend ma respiration haletante alors que mes larmes coulent sur Mathys qui, gêné dans son sommeil ouvre les yeux et gémit doucement. Je lui murmure quelques paroles réconfortantes, plus pour moi que pour lui et il me fixe de ses grands yeux bleus. Surpris. Hé bien ? Que fait sa maman...?

Laowen ne m'a jamais vu dans cet état de choc. Ma petite vie tranquille se fragilisait comme un bout de verre que l'on chauffe. Il finit toujours par exploser... mais je ne dois pas. Alors discrètement, elle monte l'escalier qui mène à nos chambres et pousse la porte de la chambre d'Aidan. Il faut le prévenir, lui, lui il saura me calmer.

Mathys me retient d'exploser.. Je le serre contre moi, comme si il avait fait un horrible cauchemar. Les larmes continuent de couler le long de mon visage. Je le pose finalement sur un des fauteuils du salon, j'ai trop peur de le lacher.. j'ai trop mal.
Je n'entends pas quelqu'un arriver derrière moi. Je ne l'aurais pas entendu non plus si il était arrivé par devant. Je viens d'échapper à la mort et mon instinct est plus acerbe encore. Alors si je ne le vois pas, si je ne l'entends pas, je le sens. Je me retourne brutalement, mon bras valide dégainant une dague qui s'arrête à hauteur du visage de l'intrus... L'intrus qui n'en est pas un, puisqu'il est ici chez lui. Je lâche la dague pour me précipiter dans ses bras. Quand il posera ses mains sur moi, il trouvera un mélange de sang et d'eau qui salit le salon depuis toute à l'heure, c'est la dernière de mes préoccupations. Mon sang, le sang de Sélim...

L'eau qui continue de pleuvoir dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Aidan Silin
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 381
Âge : 40
Date d'inscription : 23/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Dim 21 Juin 2009 - 9:56

LilY a prit la sale manie de sortir la nuit. Encore. A croire que sa petite escapade dans les bois enceinte et l'accouchement catastrophe ne l'ont pas calmé. Cela a fonctionné quelques jours, quelques semaines, mais déjà, elle a reprit ses mauvaises habitudes en filant en douce, en solitaire. On ne peut pas sortir à deux, Mathys ne peut pas rester seul et parfois, je me dis qu'elle compte là dessus pour conserver sa liberté et son indépendance et ne pas m'avoir sur le dos. Le fait que nous vivions à Alëandir me détend et m'empêche de faire une scène. Elle ne risque rien chez les elfes... Ce sont des gens pacifiques, elle peut bien déambuler et sauter de toits en toits, elle ne risque rien.

Du moins, c'est ce que je pensais.

Pourtant, alors qu'un museau froid s'approche de mon visage et que des dents aiguisées tirent sur les draps, je me réveille en sursaut, soudain en alerte. Mon regard se pose sur Laowen, que je distingue sans mal dans l'obscurité. Elle gémit, semble pressante et mon coeur fait un bond dans ma poitrine alors que je me lève brusquement. Soit il est arrivé quelque chose à Mathys, soit à LilY. Je ne communique pas avec la louve, mais à chaque fois qu'elle préssent un danger ou veut m'avertir, elle se comporte comme ça.

Pieds et torse nus, je me dirige vers le séjour, voulant m'assurer que tout va bien. Silencieux comme une ombre, alors que je ne cherche pas spécialement à l'être, je découvre LilY serrant convulsivement Mathys dans ses bras. Intrigué, je la découvre trempée. Je m'approche alors et me fige alors qu'elle se retourne brusquement et pointe son couteau vers moi, menaçante. Ebahi, je la regarde comme si je ne l'avais jamais vu et reste statufié alors qu'elle se jette dans mes bras. Je passe mes mains sur sa peau qui me semble gelée et écarquille les yeux de surprise en découvrant du sang.

- "LilY..."

Qu'est-ce qu'il s'est passé? Je la sens bouleversée. Et je suis moi même choqué de sa façon de dégainer contre moi, comme si elle était sur le qui vive. Ce qui était surement le cas. Qui a osé la blesser? Je sens la colère bouillir en moi, mais je me contiens, me contentant de rester impassible alors que je la sers contre moi, attendant qu'elle se calme et daigne m'expliquer d'elle-même...

Et je sais déjà que je vais me mettre en colère contre son inconscience alors qu'elle n'a pas besoin de ça.

- "LilY, tu es blessée..."

Ma voix n'est qu'un murmure, une constatation, mais la colère est palpable. La colère née de l'inquiétude.

- "Laisse-moi regarder."
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Dim 21 Juin 2009 - 10:38

Aidan m'a dit lorsque je l'ai blessé, la première fois qu'il m'a embrassé, que la jeune louve sortait ses griffes quand elle se sentait en danger. Aujourd'hui, je doute de pouvoir répondre à ce surnom mais je suis blessée et en danger. Même dans la demeure familiale je ne me sent pas en sécurité. J'ai déguainé contre Aidan. Contre mon amour, l'homme de ma vie... J'ai peur. Je me blottis dans ses bras, pleurant sur son épaule nue, respirant son odeur apaisante alors qu'il me serre dans ses bras avec force. Je dois... je dois me calmer. Et je n'y arrive pas. Mon coeur s'emballe et j'ai peur soudainement qu'il nous retrouve. J'en sais trop... il nous tuerait tous les trois. Je me met à gémir contre lui.

- Non... non...

Mes spasmes nerveux se calment doucement, je me calme et mon coeur cesse de battre la chamadre. Je pleure contre lui. Sa présence me fait du bien, encore plus que celle de Mathys... Je n'aurais pas du sortir. J'aurais du résister à l'appel de la nuit. Mais je... Et maintenant... ma vie, ma famille est en danger... Il murmure doucement contre moi.. Oui je suis blessée... je sens la colère monté dans sa voix. Après l'accouchement... j'aurais du comprendre. Je relève un peu la tête pour regarder Aidan dans les yeux, puis, prise d'une pulsion, j'embrasse Aidan fougueusement. Ce n'estpas le moment mais j'en ai bsoin, j'ai besoin de le sentir contre moi... de sa présence. Et quand je sépare nos lèvres, je me sens un peu mieux... mais toujours aussi paniquée.

- J'ai... je.. il faut que je parle à Nakor.. Je.. j'ai.. il.. il l'a tué.. et.. il.. ils vont.. je.. Ô Aidan...


Mes tremblements reprennent. Je n'arrive pas à aligner deux mots. Pourtant, je ne sais pas ce que ce fameux Sélim fera dans les plusieurs minutesà venir. Je n'ai aps de doute sur le fait que ce soit un exellent traqueur, concernant le tueur... il a déjà fait ses preuves sous mes yeux. Il n'y aura pas de deuxième chance. Je.. faut-il fuir ? Mes yeux se brouillent, mes larmes continuent de dévaler le long de mes joues. Si il arrivait ici.. nous mourrions tous les trois... mais.. mais si il n'a pas trouvé la maison... sortir serait s'offrir et s'enfoncer dans la gueule du loup. J'essaye comme je peux de me controler.

- Ai..Aidan.. j'en sais trop.. ils.. ils vont.. j'ai peur qu'ils...

Pour une stupide envie j'ai mis toute ma famille en danger. Laowen vient se frotter contre mes jambes... j'aurais du l'emmener.. ou.. ou je ne sais pas.. elle serait peut être.. morte. Mon corps entier me fait souffrir... je ne saurais savoir ou précisément j'ai été blessée.

- Sélim.. il.. je l'ai blessé pour.. pour m'enfuir.. mais.. je.. je sais pas.. si il est... mort.


Si il est mort, il ne donnera pas l'alerte. Mon coup a-t-il été suffisamment profond. Mon bras m'élance... plus que le reste. Ma hanche me pique... il y a trop de sang pour que je sache à qui il appartient. Je déchire la manche de ma veste. de toute façon, elle est foutue déjà.. la chandelle vacille, seule lumière dans les ténèbres. Je grimace, essayant de poser ma main sur la blessure qui pisse le sang et semble assez voir même très profonde.

- Aidan je.. je ne sais pas quoi faire.. si.. si il vient ici.. il.. il nous tuera tous les trois.. mais.. si.. si il n'a.. pas trouvé la maison et qu'on... sort, il nous tuera aussi..

Je ne pourrais pas nous défendre, lui si mais je serais plus un poid qu'autre chose. Je tiens à peine debout, je peux utiliser mon katana mais serait assez maladroite. Quel risque faut-il prendre ? Je me fais peut être une montagne pour rien... il ne me cherche peut être pas et..
Revenir en haut Aller en bas
Aidan Silin
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 381
Âge : 40
Date d'inscription : 23/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Dim 21 Juin 2009 - 18:55

Je ne dis plus rien et j'attends le plus calement possible que LilY explique son état. Et je ne parle pas que de ses blessures physiques... Elle semble bouleversée, apeurée, voire même terrifiée et je ne l'ai encore jamais vu dans cet état là, même quand elle a du accoucher en pleine forêt avec seulement moi pour l'assister. Alors, qu'a-t-elle pu bien faire ou voir pour avoir si peur? Elle était glacée et tremblait comme une feuille! Sans oublier qu'elle bafouillait et qu'il me fallait la plus grande patience pour ne pas la secouer et lui demander de cracher le morceau. Je doute que cela aurait aidé.

Parallèlement, je jette des regards fréquents vers notre fils qu'elle a posé sur le fauteuil. Je vérifie qu'il ne s'agite pas et ne risque pas de tomber. Ce serait une catastrophe! Mais je ne peux pas relâcher LilY pour le remettre dans son berceau. Heureusement, il ne dit rien et semble se rendormir, se demandant sans doute pourquoi sa mère est venue le déranger alors qu'il dormait si bien. Besoin de le palper, de savoir qu'il était vivant et en bonne santé?

LilY se recule un peu et plonge ses yeux bleus dans les miens avant de m'embrasser soudainement, me prenant au dépourvu par cette réaction démesurée et étrange dans ces conditions. Il y a comme une sorte de désespoir dans ce baiser. Puis, elle reprend la parole de façon nébuleuse. Je ne comprends rien à ce qu'elle me raconte, sinon qu'elle a vu quelque chose, qu'elle s'est échappée, qu'elle a blessé quelqu'un... Sélim... Et qu'elle semble avoir peur qu'il vienne ici.

Je prends une grande inspiration et la lâche doucement. Je me dirige vers Mathys et le prend dans mes bras, avant de le recoucher doucement. maintenant, je peux m'occuper de LilY. Toujours silencieux, je la fais asseoir sur le fauteuil. Tant pis pour le sang.

- "LilY, s'il te plait, calme-toi, je ne comprends rien."

Je m'éclipse et reviens rapidement avec de quoi la soigner. Je suis voleur et j'ai bien du apprendre quelques petits trucs pour soigner des blessures importunes. Doucement, je retire sa main de sa blessure et retiens une grimace en voyant la blessure noirâtre. Pas besoin de lumière, je vois très bien dans le noir. Je regarde Laowen et souffle doucement :

- "Tu peux surveiller les environs?"

Je n'attends pas de voir si elle le fait ou non et reviens à LilY. La louve ne reçoit pas d'ordre de ma part, mais elle est assez intelligente pour comprendre que cela rassurerait LilY. Et moi. Parce que l'air de rien, elle m'inquiète par ses paroles obscures. Je pince les lèvres et nettoie la plaie, concentré, avant de demander avec un calme olympien que je suis loin de ressentir :

- "Maintenant, raconte-moi tout depuis le début et calmement."
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Lun 22 Juin 2009 - 15:53

J'ai toujours admiré le calme olympien d'Aidan lors des situations les plus perilleuses. Un calme de voleur lorsqu'il entend la victime de ses agissement se réveiller, je suppose... Quand il était dans les cachots, ou même pendant mon accouchement il semblait serein. Il ne comprend pas ce que je lui dis, je le sens bien, mais comment pourrait-il comprendre alors que moi même je ne comprend plus rien ? Extirper la vérité de mes murmures confus et indistinct doit être aussi dur que de lire un message codé. Il reste contre moi. Sa présence me réchauffe et me fait du bien. Il est en vie. Ils sont en vie et cette simple certitude me réconforte. Sélim n’a pas encore frappé… j’espère qu’il ne frappera pas ce soir. Ni lui, ni ses compagnons.
Il prend une grande inspiration et je le regarde désemparé s’éloigner de moi. Je ne comprends pas sur le moment ce qui le pousse à s’enfuir ainsi de mes bras. Puis, je comprends. J’ai posé Mathys sur le fauteuil de peur de le laisser tomber avec mon bras malade. Mais si il se débat trop, il risque de.. tomber. Je le regarde mettre notre fils dans le berceau. Ma main est posée sur ma blessure à mon bras. Comme si j’en avais honte, mais surtout pour empêcher le sang de couler. J’en ai déjà perdu beaucoup trop… Aidan m’attire vers le canapé et m’y fait asseoir.

Laowen ne reçoit d’ordres de personne d’autres que moi mais elle comprend l’urgence de la situation quand la voix angoissé d’Aidan lui demande de surveiller les environs. Une fois de plus, savoir qu’elle surveille me calme. Que ferais-je sans elle ? Son instinct est si développer que la surprise sur laquelle compte Sélim serait gâché. De plus, il saigne… donc elle sentirait l’odeur du sang.

Aidan grimace lorsqu’il enlève ma main et dévoile la blessure sanguinolente. Il nettoie la blessure, son passé de voleur lui ayant appris les bases de la médecine ou plutôt de la « guérison ». Il me demande de lui expliquer calmement ce qu’il s’est passé et j’inspire un grand coup. Je sais qu’il n’approuvait pas mes sorties nocturnes, mais on ne rompt pas avec son passé en claquant des doigts. C’est plus fort que moi, malheureusement cette fois.

- Je me baladais dans Alëandir quand j’ai entendu des voix. Un certain Sélim qui proposait à un elfe de rejoindre une secte de Chaotiques, ils ont parlé d’un… dieu unique et de… soumettre les autres. Ou enfin.. L’elfe à décliner la proposition et.. il.. il l’a tué. J’ai.. j’ai essayé de partir mais il m’a rattrapé et.. je ne pouvais pas bouger et.. nous avons.. parlé.. et.. je l’ai blessé pour m’enfuir.. mais.. je ne sais pas si.. enfin.. et.. il m’a poursuivi et il m’a blessé trois fois… il.. il m’a dit qu’il n’y avait pas.. de.. d’alternative entre.. les rejoindre ou.. ou mourir. J’ai peur qu’il.. qu’il vienne ici et.. enfin.. il faut que je parle a nakor.. ils.. ils menacent les royaumes et..

Je m’effondre en pleure dans ses bras. Je n’aurais pas du sortir. Je le sais, j’en suis pleinement consciente mais que puis-je faire vraiment ? Hormis me caler dans ses bras. J’ai peur qu’il vienne. Qu’ils ne viennent.
Revenir en haut Aller en bas
Aidan Silin
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 381
Âge : 40
Date d'inscription : 23/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Lun 22 Juin 2009 - 17:01

Je me concentre sur ma tâche, les lèvres pincées, mais le visage dénué de toute émotion. Seuls mes yeux sont plus sombres que d'habitude, trahissant le fait que je ne suis pas forçément si serein et détendu que je veux bien le laisser paraître. L'agitation de LilY me fait peur, de même que son état.

Aussi, je désinfecte prudemment la plaie, semblant ne rein trouver de plus intéressant et capital à faire pour le moment. La blessure est assez profonde et saigne beaucoup. Je sors du fil et une aiguille. Je suppose qu'un guérisseur ou un médecin feraient bien mieux que moi, mais je ne peux pas laisser LilY seule. Je devine qu'elle n'est pas en état de supporter mon absence.

Alors, je commence à recoudre la plaie, suturant les bords comme on repriserait une chaussette. Ce n'était pas si différent, si on faisait abstraction que c'était de la chair humaine... La cicactrice ne serait surement pas très jolie, mais au moins, LilY ne se viderait pas de son sang par cette bête blessure. Je remets de l'alcool dessus, conscient que cela doit être douloureux... Mais je lave ainsi la peau et peux admirer mon travail tout en l'écoutant. Je ne sourcille pas, je ne dis rien, alors qu'elle confirme mes craintes : elle en a trop vu, trop entendu, elle doit mourir.

Je mets un linge propre qur sa plaie et essaie de bander son épaule comme je peux. Voilà, c'est pas terrible, mais mieux que rien.

- "Et dire que moi, j'ai fais l'effort de ne plus détrousser personne..."

Pour notre sécurité, pour ne pas les laisser. Mais non, MADAME ne peut pas se tenir tranquille 5 minutes! Une bouffée de colère m'envahit devant son inconscience! J'ai envie de l'agonir de reproches, mais je me retiens. Elle est bien punie pour ses caprices! Et nous avec elle.

- "On va prévenir Nakor oui. Et on va se rendre plus tôt que prévu chez mon père, Alëandir n'est pas sure."

Je passe une main dans ses cheveux avec douceur, mon calme et mon assurance ne quittant pas ma voix.

- "Pendant que j'y suis, es-tu blessée autre part?"

Je fronce les sourcils en l'examinant, devinant une tâche sombre et humide sur sa hanche, mais attendant sa réponse pour continuer à jouer le docteur. Je suis censé vivre plus longtemps qu'un humain normal, mais à ce rythme là, j'ai peur que LilY me tue avant.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Lun 22 Juin 2009 - 17:30

Je connais trop Aidan pour savoir qu'il maudit mon inconscience. Après, je ne peux pas vraiment faire quoi que ce soit. Il a déjà la présence d'esprit de ne pas me laisser entrevoir sa colère. je n'ai pas véritablement besoin de ça alors qu'il recout mon épaule. Décidemment, elle en aura vu des choses cette épaule quand une cicatrice supplémentaire vient s'y ajouter. Il la bande avec douceur, lachant une remarque qui remet un peu de couleur sur mon visage aux couleurs de la mort. Je la sens si près... Tari m'ouvrait presque ses portes. Je baisse les yeux, ne trouvant rien a redire. De nous deux, il est de loin le plus responsable. Peut-on mettre en compte le fait qu'il a presque quinze ans de plus que moi...? Je ne crois pas. Alors pourquoi suis-je donc victime de tant de folies alors que lui reste responsable envers sa famille. Je n'ai rien a redire. Je ne peux pas vraiment me plaindre, a cause de moi, nous allons encore devoir partir. Je pourrais peut être lui dire que je n'y suis pour rien. J'ai chercher à partir sans véritablement le pouvoir. J'aurais aussi pu ne pas sortir... resister à l'appel de la liberté. Car si je ne sors pas pour ça, pour quoi est ce que je sors ? je ne peux pas m'en empéché. J'ai besoin de tout savoir autour de moi... et c'est plus qu dérangeant. Surtout maintenant que j'en sais trop...
Il passe une main dans mes cheveux, doux. Comment fait-il pour être tout le contraire de ce qu'il ressent et pense ? Mais je ne veux pas le savoir. Je ne veux pas qu'il me montre l'autre coté de sa fausse douceur et de son calme. Je frissonne. J'ai froid...

- Je suis désolé...


Que puis-je dire de plus ? Il aurait été tellement plus simple de retrouver son père et de prendre le temps de faire connaissance, mais non. Ce ne sera pas ainsi, nous allons lui tomber dessus et lui demander asile. Je n'aime pas ça, mais nous n'avons pas véritablement le choix. Il me demande si je suis blessée ailleurs.

- Non.. les autres ne sont pas profondes.


Je viens de faire un parfait contre sens. Bien sur que je suis blessée ailleurs... mais elles ne sont pas grave et cicatriseront seules. C'est peut être une certaine pudeur assez.. étrange qui me pousse à répondre cela. Je met déjà ma famille en péril, je n'ai pas besoin en plus pour passer pour la victime de l'histoire. Ca y est... j'ai retrouvé la totalité de mes esprits. Je suis fatiguée, j'ai froid, et mal partout. Le bon résultat d'un état de choc.

- j'essayerais de contacter Nakor demain.. a moins que tu...?

Deux mois de vie avec Nakor nous ont appris qu'il dort très peu. Le savoir dans la maison me rassurerait c'est vrai. Mais ce n'est surement pas le moment. Enfin, je ne sais pas. Je ne suis pas dans la tête d'Aidan, et j'ai fais beaucoup trop d'imprudence ce soir. Puisqu'Aidan est le plus sensé de nous deux. Je préfère.. lui poser la question ?
Revenir en haut Aller en bas
Aidan Silin
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 381
Âge : 40
Date d'inscription : 23/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Mer 24 Juin 2009 - 11:57

Ce n'est pas de partir qui me laisse un gout amer dans la bouche. Non, je n'ai jamais été casanier, je m'habitue très bien aux changements, aussi brutaux soient-ils. Certes, je me suis attaché à cette petite masure où j'ai vécu les mois les plus calmes de toute ma vie. Je ne dis pas que je vais la quitter sans un pincement au coeur. Non, ce qui me rend fou de rage, c'est les raisons pour lesquelles nous devons partir. L'inconscience de LilY, le fait qu'elle nous mette tous en danger avec sa folie. Que je le sois ne me pose pas de problèmes, mais Mathys... Non, LilY est mère maintenant, elle ne peut pas faire ce qu'elle veut quand elle veut sans se préoccuper des conséquences! Je lui ai répété un millier de fois.

En vain.

Pourtant, je ne dis rien de plus. Si je commence, je ne vais plus m'arrêter et ce n'est pas le moment de faire une scène. Mais je crois que je vais finir par l'attacher au pied du lit pour lui éviter de bouger et de faire des conneries.

- "Tu peux bien maintenant."

Une trace de colère dans ma voix me trahit alors qu'elle s'excuse. C'est toujours comme ça avec elle. Elle fait ses conneries et joue les repentantes après. Mais vient le moment où cela ne suffit plus. Je me concentre sur ses blessures et sourit cyniquement à sa réponse.

- "Donc oui, tu es blessée ailleurs. Ce n'est pas le moment de jouer les courageuses LilY, laisse-moi regarder, si on veut fuir efficacement, il faut que tu puisses tenir sur tes jambes."

C'était le bon sens même, bon sens dont elle manquait cruellement. Moi qui avais toujours pensé que j'étais quelqu'un d'insouciant... Ahaha, je me faisais l'impression d'être un grand père à côté d'elle. Je me levai et allais faire chauffer de l'eau dans un récipient, afin de nettoyer Lily du sang et la réchauffer. Je m'éclipsais pour aller lui chercher des affaires propres, tout cela dans un silence parfait. Sa question me laissa un instant songeur, alors que je revenais avec l'eau chaude. Doucement, je retirai la chemise de LilY, grimaçant alors que le tissu collait à sa peau, tendre alors que je posais le linge chaud sur son dos glacé.

- "Je suis idiot. Nakor te soignerait bien mieux que moi."

Je soupire, me maudissant de n'avoir pas songé à cela avant. Je termine pourtant de la laver, lui tends une de ses chemises et me passe une main sur le visage, soudain las.

- "Contacte-le, si tu y arrives."
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Mer 24 Juin 2009 - 16:27

Nakor était en réunion avec Rupert, celui qu'il pensait nommer sous directeur de l'orphelinat! En effet Nakor pensait profiter de sa situation pour rester directeur de l'orphelinat jusqu'à la fin des temps, déléguant son pouvoir en son absence à un sous directeur qu'il aurait lui même désigné! Depuis quelques temps on parlait de Nakor en ville, on disait de lui qu'il était le sorcier du roi, celui qui faisait respecter la justice de la couronne et qui pouvait être partout à la fois, tout le monde se souvenait de la scène de torture impressionnante qu'il avait donné à celui qui était l'ancien directeur de l'orphelinat, qui avait violé les enfants avec insouciance et avait permit à tous ses acolyte de faire de même. Le peuple craignait et respectait Nakor dorénavant mais le vieillard s'en fichait, tout ce qui l'intéressait c'était que les enfants reprennent confiance en les adultes et qu'ils puissent vivre une vie un peu plus paisible, autant que faire se peut pour des orphelins du royaume humain! Nakor était en train de discourir quand l'esprit de Laowen, qui avait apparemment cessé de fouiller les alentours de la nouvelle demeure de Lily, Mathys et Aidan, se concentra sur la seule personne qui pourrait vraiment aider sa maitresse si l'ennemi arrivait

"En effet Rupert, nous devrions repartir mieux les séances de ..."

Et c'est à ce moment que Nakor reçu de plein fouet la connexion mentale avec Laowen, quelque chose s'était passé, de grave et Lily était directement menacé. Nakor se leva d'un seul coup et dit simplement juste avant de disparaitre comme un courant d'air et dans un râle d'effort

"Si les enfants me cherchent je suis ... avec la reine!"

Et léger bruit de micro explosion se fit entendre et Nakor disparu du bureau du directeur, laissant là un Rupert complètement effrayé, qui quitta rapidement le bureau du vieux mage. Nakor avait concentré son pouvoir et préparé un sortilège de protection. A la seconde où il arriva dans la maison, il se retrouva dans la même pièce qu'Aidan et Lily, lorsqu'il lui disait

"Contacte-le, si tu y arrives."

Nakor avait les bras en croix, posé sur son torse, il les déplia violement, poing ouvert en poussant un nouveau râle d'effort. Subitement une petit boule de lumière doré apparu devant son cœur et grandit à une vitesse hallucinante, elle passa au travers des deux personnes présentes, des murs et la lueur doré disparu. En réalité il venait de créer une boule de prévention, si une personne à l'âme noire pénétrait dans la maison, une énorme alarme retentirait et ils auraient donc le temps de se défendre! Nakor en faisait peut être trop mais rien n'était trop pour défendre sa petit Lily. D'ailleurs le vieillard posa les yeux sur sa protégée et la vit, pleine de sang, blessé, qui avait les yeux grands ouvert vers le vieil homme, tout comme Aidan d'ailleurs. Après tout on n’apparaissait pas tout les jours dans une chambre comme ça. Le vieil homme s'exprima, d'une voix autant troublé par le reproche que par la crainte et l'inquiétude

"Que s'est il donc passé par tout les dieux du ciel Lily, Aidan!"

Nakor avait son bâton dans une main, l'autre ouverte et les yeux allant de droite à gauche pour vérifier si l'ennemi n'était tout de même pas déjà à l'intérieur! Il envoya une pensé réconfortante à la louve, lui faisant sentir qu'elle pouvait revenir auprès de sa maitresse car il veillait à sa place. De son coté le mage n'attendit pas une réponse sans bouger il s'approcha de Lily et parla à Aidan

"Dois-je faire appel à certains de mes talents mon enfant?"

En disant cela Nakor s'était agenouillé devant Lily, en posant une maint sur l'épaule de son petit Aidan chéri, pour lui signifier tant de chose à la fois : que le mage était heureux de le voir, de voir qu'il pouvait s'appuyer sur lui, de voir qu'il avait l'air d'aller bien et tout cela en même temps! C'est donc une main toujours sur l'épaule d'Aidan que Nakor scruta Lily dans les yeux en attendant qu'elle ou il réponde à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Mer 24 Juin 2009 - 18:05

Le calme ne dure qu'un temps. La tempête arrive toujours.

Je frissonne violemment en entendant la pointe de colère dans la voix d'Aidan. Je suis irresponsable, malgré tous ses avertissements je suis sortie. J'ai risqué ma vie, mais plus cette fois. Je ne suis plus la petite souris de Diantra. Ankor m'a dit un jour que l'on est toujours la princesse de quelqu'un. J'ai était la sienne, puis libre... Apprenant et prenant de bien mauvaises habitudes. Maintenant j'ai trouvé Aidan, et j'en ai un fils, Mathys. Pour eux, j'aurais du cesser mes pratiques nocturnes... mais comment pouvais-je savoir vraiment ? Alëandir est une ville calme, ses habitants pacifiques. Je ne sortais que pour prendre l'air, et me voilà en compagnie d'un homme horrible qui a fait battre mon coeur et croire ma dernière heure arrivée. Et pendant cette dernière heure, tout n'aurait été que souffrance.
Plus que ça, encore. Je l'ai blessé pour m'enfuir. Une bonne chose en soi-même. Sauf si il n'est pas mort. Il cherchera à se venger. Je ne peux pas supporter le poids de cette mise en garde cette fois. Il me faudra bien écouter Aidan un jour. La voix de la raison, m'avouant à haute voix tout ce que je pense tout bas, et refuse d'executé. Mes excuses ne sont rien ou pas grand chose quand je pense que je met ma famille en danger. Un regard de louve ce plante dans mes yeux lorsqu'Aidan, agacé, me demande de montrer mes autres blessures, moyennant que je ne tiens pas debout... Quand cesserais-je donc ?

- Mais je tiens sur mes jambes.

Ma voix est un peu trop sèche à mon gout. Mes yeux lance un éclat trop farouche. Il m'a piqué dans ma fierté. Surement encore parce que la vérité blesse plus que le mensonge. Si nous étions amenés à fuir, je ne tiendrais pas longtemps aant d'être un poid pour ma famille. J'essayerais de convaincre Aidan de partir sans moi, ce qu'il ne fera pas. Nous nous retrouverions simplement à perdre du temps. Le peu que j'ai vu de ce Sélim m'a semblé invisible. Où sont ses failles ? Moi d'habitudes si abiles à les trouver reste muette. Je ferme les yeux et soupire. Reprendre son calme est la seule solution, je lui propose de contacter Nakor, quand il le souhaitera. Celui ci a dit qu'on pourrait le joindre par les animaux, Laowen est dans un tel état d'inquiétude que cela ne devrait pas être trop dure. Aidan me tend une chemise, d'un air las et me propose de contacter mon père adoptif... un peu le sien par la même occasion. Et le parrain de Mathys.
A peine a-t-il dit cela qu'un éclair blanc m'aveugle. Mon coeur cesse de battre un instant ou je crains que ce ne soit Sélim. Laowen est un animal de garde merveilleux, mais contre la magie, elle ne peut pas faire grand chose. Ma main se serre sur la chemise... et mon coeur se remet à battre quand je me rends compte que c'est Nakor. Presque immédiatement, je vois une boule delumière passer entre nous deux et sortir par la fenêtre. Je tourne la tête instinctivement, puisque c'est c equi domine en ce moment. Décidemment... Nakor a le chique pour arriver au bon moment.

- Nakor...

Je suis soulagée. La présence de Nakor est rassurante lorsqu'on a partagé avec lui des aventures comme la quête et autres évènements de style. C'est un homme puissant, et il a sur moi l'effet d'un père. Je baisse les yeux, ne supportant pas son regard dans le mien.

- Je.. je suis sortie cette nuit et je pense.. qu'une nouvelle secte menace.. nos peuples. Je crois qu'ils ont.. reniés les dieux, il parlait d'un.. Unique mais je n'en sais pas plus. Il a parlé d'une grande famille.. d'un combat et d'une victoire du Chaos. Qui rentre dans cette.. secte s'offre une nouvelle vie. Mais.. tous ceux qui savent doivent mourir ou rentrer dedans. J'en ai trop vu, trop entendu.. et je l'ai blessé. Si.. si il n'est pas mort, il va tenter de se venger.

Je relève mes yeux vers Nakor. Ce sont des larmes calmes qui coulent sur mon visage. Je croyais ne plus pouvoir... et pourtant.

- Et s'il est mort... ses camarades vont nous chasser.

Revenir en haut Aller en bas
Aidan Silin
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 381
Âge : 40
Date d'inscription : 23/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Mer 8 Juil 2009 - 13:11

Un éclair de colère passa dans mes yeux anthracites à la dureté minérale alors qu'elle trouvait encore le moyen de protester. Ma mâchoire se contracta alors que je retenais le commentaire acerbe qui me venait tout naturellement. Mais elle était impossible! Elle avait failli se faire tuer, elle risquait encore nos vies et au lieu de faire profil bas, elle s'amusait à me contrarier alors qu'elle devait sentir que j'étais sur le point d'exploser?

Je pris pourtant sur moi et lui tendis de quoi se vêtir avant que Nakor n'arrive. D'accord, il avait vu son entrejambe à la naissance de Mathys, mais ce n'était surement pas une raison de le laisser voir sa poitrine sans aucune raison valable.

Je sursautai violemment en entendant un bruit et en voyant une énorme boule de lumière foncer vers nous. Je ne m'étais même pas rendu compte qu'une dague avait jailli dans ma main comme par enchantement, prête à frapper l'intrus qui osait nous déranger. Ou ce membre du Chaos comme disait LilY. Cependant, je me détendis en voyant Nakor et je sentis une boule de soulagement me nouer la gorge. j'avais beau jouer les forts devant LilY en faisant celui qui savait ce qu'il faisait et ce qu'il fallait faire, je n'étais au fond, qu'un gosse terrifié qui voyait aves soulagement un ainé arriver pour prendre le relais.

La main sur mon épaule me fit du bien et je lui lançai un regard empli de gratitude, mais teinté de fatigue. je réussis pourtant à lui sourire faiblement.

- "Tu passes ton temps à nous sauver la mise... Je suis désolé."

LilY raconta en bredouillant ce qu'il s'était passé et je respirai un grand coup, de nouveau furieux. Sèchement, je conclus :

- "J'ai fais ce que j'ai pu pour ses blessures, mais tu sauras mieux la soigner que moi, je n'en doute pas. Et si tu pouvais lui implanter un peu de bon sens dans sa petite tête d'écervelée, cela serait un grand bien pour nous tous!"

J'entendis alors Mathys qui se mit à pleurer, sans doute sensible aux ondes de colère et de peur qui régnaient dans la pièce. Avec un regard inquisiteur pour LilY, je tournais les talons pour aller m'occuper de mon fils.

- "Je vous laisse, j'ai besoin de me calmer ou je vais faire un massacre."

Ma voix était tendue sous l'effort que je fournissais pour ne pas exploser. Raidement, je sortis, prenant Mathys au passage et le berçant doucement, cherchant vainement à m'apaiser. J'espérais que Nakor réussirait à lui implanter un peu de cervelle...

[Je vous laisse continuer un peu tous les deux Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Jeu 9 Juil 2009 - 12:09

Nakor écouta dans un premier temps Aidan, qui s'excusa de ce que le vieil homme avait bien souvent à les sortir de mauvaises passes! Dans un sourire plein de sentiments, Nakor glissa un clin d'œil à Aidan. Après tout les parents sont là pour aider leurs enfants à découvrir la vie, ses difficultés et à les surmonter. Mais Nakor ne dit rien parce que Lily, trouva la force de lui raconter ce qui s'était passé. Que le diable emporte cette maudite secte, cette fois ci Lily venait de se mettre, elle et sa famille dans de sacrées beaux draps. Nakor lâcha donc l'épaule d'Aidan et prit Lily dans ses bras, un peu de force, et la serra fort contre lui. Avec sa tête légèrement tourné, vers Aidan il glissa au semi elfe, avant qu'il ne disparaisse dans sa chambre avec Mathys

"Ne t'en fais pas Aidan, je prends les choses en mains, comme un grand père doit le faire avec ses petits enfants!"

Puis il réconforta Lily à l'aide de plusieurs caresses affectueuses dans le dos. Il la repoussa très légèrement, une fois qu'elle se fut calmée et il prit la parole sur un ton clair, sans aucune accusation dans la voix

"Tu vas bien m'écouter mon enfant. Cette fois ci je suis inquiet pour vous trois! Les personnes que tu as rencontré, je les connais, ils font parti d'une sorte de secte un regroupement de personnes qui se font appeler les enfants du chaos! Ce groupuscule remonte à la création de notre monde, ils vénèrent tous un dieu déchu autrefois, oublié par tous et condamné à vivre dans les entrailles de notre monde. Ce dieu, en échange de grands pouvoirs démoniaques, récupère l'âme de ceux qui le servent et deviennent ses dévot. Ils sont des gens très dangereux, qui agissent toujours dans l'ombre et qui depuis la nuit des temps recrute des âmes flétries, leurs promettant force et pouvoir en échange d'une vénération de leur dieux unique! Dieu qui ne cherche que la destruction de notre monde. J'ai déjà combattu certains d'entre eux, ils étaient présent lors de la bataille d'Alonna et sont liés aux drows depuis peu! Une puissante magie de la lumière peut venir à bout de ces créatures, mais ils sont, épées au poing, des combattants féroces. S'ils sont même là, en Alëandir, au nez et la barbe de la magie elfique qui protège ces lieux ... alors!"

Nakor se tut et garda pour lui ses réflexions, il souffla donc longuement et continua

"Aidan te reproche d'être inconsciente et d'avoir causé ce qui vient de t'arriver hein?"

Nakor posa cette question tout en mettant les deux mains sur les épaules de Lily, il commença donc un sortilège de guérison tout en parlant. Petit à petit donc, Lily se vit luire d'une douce lumière violette et par là même, put voir ses plais se refermer, son sang cesser de couler et une chaleur tranquille s'installer en elle pour la rassurer un peu. Il continua à lui parler

"Je ne vais pas te mentir : cette fois ci ce n'est pas ta faute, parce que n'importe qui aurait put tomber sur ces démons dans la rue! Mais il a raison sur un point, toi qui autre fois refusait de grandir, qui était sur que tu serais toujours la grande voleuse libre du monde des hommes, tu as changé! Tu ne peux plus te permettre ce caprice d'être toujours la jeune et inconsciente Lily, qui de toute les façons n'a pas d'attache! Non, ta vie est importante maintenant, tu compte aux yeux de deux personnes pour plus que tout! Mathys a terriblement besoin d'une mère et Aidan d'une épouse soucieuse. Et puis il y a moi aussi, je n'y survivrai pas si je devais t'enterrer ma petit chérie!"

Nakor glissa un clin d'œil complice à sa douce protégée et continua

"Maintenant, tu dois faire passer certains membres de ton entourage avant tout, je parle de ton époux et de ton fils! Je pense que cet événement vient de te donner une bonne leçon et que pour une fois tu as vraiment terriblement peur de ce qui peut s'en suivre! Et tu as raison d'avoir peur, les enfants du chaos sont très dangereux! Vous ne pouvez pas rester ici Lily, et vous ne pouvez même pas quitter les lieux comme ça. Ils doivent surveiller les alentours! Ces chiens maudits, qu'ils crèvent tous, vont déployer leurs efforts pour te retrouver et tuer tous ceux que tu auras prévenus de leur existence dans la ville. Car je vais t'avouer que moi même je ne soupçonnais pas ces démons d'aller eux même prospecter dans les villes comme ça, à l'insu de toutes les forces de la lumières! Leurs pouvoirs ont prit de l'ampleur depuis ... enfin c'est une autre histoire!"

Nakor plongea son regard ancien et plein de sagesse dans les yeux de Lily et il lui posa une question claire après un petit moment de silence

"Que comptiez vous faire avant que je n'arrive?"

Nakor voulait savoir quels plans ils avaient imaginé, où voulaient-ils partir tous les deux avant que le vieux fou vienne mettre son grain de sel dans leur histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Jeu 9 Juil 2009 - 14:47

Oups ! Double oups... Triple oups. J’ai répondu au tac au tac, piquée au vif qu’il ne me croit pas capable de marcher. Au moins, lors de l’accouchement j’étais bien trop fatiguée pour faire le moindre geste et il n’avait pas été contrarié. Mais là, je vois briller dans ses yeux gris un éclat de colère. Le muscle de sa joue tressaute et je vois bien qu’il se retient. De me mettre une gifle, de me secouer pour que je mesure la gravité de la situation ? Je ne sais pas mais j’en aurais bien besoin. Je rebaisse mes yeux sur mes genoux. Assez gênée et rougissante. Prise un éclair de lucidité, je lui proposais de contacter Nakor, et il me tendit une chemise que j’enfilais. A peine ceci fut-il fait qu’elle colla contre ma peau humide et s’imbiba du sang de mes quelques entailles. Surtout celui qui coulait de mon cou. J’y avais échappé belle… j’aurais au moins pu me retrouver complètement muette ; ce qui l’aurait arrangé c’est vrai mais ne m’aurait pas permis de mettre au courant Nakor. C’est chose importante, de toute évidence que cette secte, et lui, et toutes ses connaissances haut placées doivent le savoir.

Je l’enfilais et à peine avais-je fini que je m’enfonçais dans mon siège et voyait une dague apparaître comme par magie dans la main d’Aidan. Il est surprit lui aussi par cette visite inattendu et nous n’avons même pas le temps de tourner la tête pour voir une boule magique lumineuse s’enfuir par la fenêtre. Je recommence à respirer en voyant la longue barbe blanche de Nakor. J’aurais eu si peur que ce soit Sélim… ou quelqu’un d’autre du style. Mais non, il pose une main sur l’épaule d’Aidan qui se détend et entre deux sanglots je raconte à Nakor ce qui vient de se passer. Mes mots sont sombres, je ne connais pas assez Sélim pour savoir ce qu’il fera une fois rentré dans la ville qui les regroupe. Me pourchassera-t-il ? j’aime imaginer que non. D’après lui, je ne sais rien.

Aidan est sec et furieux envers moi mais je le connais assez pour savoir qu’il béni l’arrivée de Nakor, qui une fois de plus nous sauves la mise. Mathys se met à pleurer… il se précipite vers lui puis sort de la pièce, Mathys dans les bras, cherchant surement à se calmer autant que notre enfant. Nakor me demande d’écouter son discours, évidemment… il connait déjà cette secte et en sait plus que moi dessus. Pourquoi me dit-il tout cela ? Si tout ce que je sais m’amène à mourir ? Puis, il se tait. Le silence s’installe car je n’ai rien à dire. Ses paroles suivantes sont une simple question. Je baisse les yeux génée, alors qu’il pose ses mains sur mes épaules.

- Oui… Je crois qu’il m’en veut de ne pas savoir faire les sacrifices qu’il a fait lui.

Sans doute pourrais-je me trouver une mauvaise excuse comme… que je suis plus jeune que lui de 15 ans ? Ou… je ne sais pas. Mais ce ne serait pas la bonne chose à faire. Il a tout fait pour m’offrir un cadre de vie agréable, et si je n’étais pas aussi stupide. Je ne serais pas sortie. Je n’aurais pas été cherché quelque chose en plus pour compliquer notre vie. Car je suppose que j’ai récupéré la monnaie de ma pièce. Si je n’avais pas… nous n’en serions pas là.
Nakor me fait ensuite un magnifique discours sur la famille qui m’agace. Comme si je ne savais pas tout ça ? Comme si je ne savais pas que je ne suis qu’une gamine irresponsable ! Oui, Aidan et Mathys devraient être le plus important pour moi. Oui oui oui ! Mais j’ai désespérément besoin d’autre chose… de… enfin je ne sais pas. Adrénaline. Voilà ce qui hante ma vie. Un manque d’adrénaline frappant… Un certain bien être m’envahit alors que toutes mes cicatrices arrêtent brutalement de saigner et se referment.
Je ne dis rien, puis il me regarde dans les yeux avec toute la sagesse du monde. J’ai l’impression d’être une petite enfant qui se fait sermonnée parce qu’elle a volée un bonbon et à qui on fait jurer qu’elle ne recommencera plus. C’est une sensation presque nouvelle chez moi puisqu’il n’y avait pas de bonbons chez ma première nourrice et que j’ai été projetée dans le monde des adultes sans véritablement passé par la case : Enfance. Ce que nous comptions faire… ?

- Te contacter pour savoir quoi faire justement. Aidan parle de… précipiter la rencontre avec ses parents pour qu’on ait un autre endroit ou vivre mais… mais je pense que nous pouvons rester ici encore un peu. Sélim n’attaquera pas… enfin, pas tout de suite. Déjà parce qu’il est persuadé que je ne sais rien.

Ou du moins, je l’espère.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Jeu 9 Juil 2009 - 19:57

Nakor écouta la réponse momentanée de Lily, il glissa à son tour

"Il est normal qu'il soit légèrement plus prés que toi à entrer dans la vie adulte, cette vie tellement moins trépidante que celle des vilains enfants qui font leurs sales tours!"

Nakor glissa un petit clin d'œil pour rassurer Lily, il n'était pas là simplement pour lui donner un énième sermon qu'elle ne voulait pas entendre, mais peu être qu'à force de se le voir répéter, elle finirait par accepter. Il entendit les propos suivant et fut légèrement plus sceptique que la jeune fille! Il prit donc la suite de la conversation

"Et bien si la suite de votre plan était de m'appeler c'était une très bonne initiative."

Nakor pimenta leur conversation d'un petit rire tranquille, car le vieux mage cherchait aussi à apaiser sa petite protégée adorée.

"Aidan voudrait donc que vous alliez vivre chez ses parents hein? ... Surprenant quand on sait dans quel orphelinat il a vécu et ce qui ... mais par tout les dieux du ciel!"

Nakor se tapa dans le poing, en lâchant Lily, qui n'avait plus besoin de la magie de Nakor. Ce dernière avait ressoudé toutes les plais, redonné un peu de chaleur et d'énergie à la jeune femme et avait, en prime nettoyé le sang qui restait sur la pauvre enfant! Qu'il était bon d'être mage!!!!

"Si je puis me permettre, je crois que ... oui, je vais avoir autre chose à vous proposer à tout les deux!"

Puis, pendant qu'il parlait, Nakor eu un sourire encore plus grand, et il finit par exploser de rire, sans pouvoir cesser cela, jusqu'à ressembler à une vieille sorcière complètement malade qui ne pouvait plus stopper de rire devant les sortilèges démoniaques qu'elle s'apprêtait à jeter sur un faible innocent. Une fois calmé Nakor reprit la parole

"Oups pardon, cela m'arrive de plus en plus souvent ces derniers temps, il ne faut pas m'en vouloir!"

Un clin d'œil vint appuyer ses dires

"Oui, j'ai quelque chose pour vous, que vous ne pourrez pas vraiment refuser ... tu pourras le voir comme tu veux, une punition ou un secours réel de ma part, peu importe. Tout ce que je sais c'est que ... oui là bas vous serez en sécurité et, je pourrai même te forcer à te faire rentrer un peu de plomb dans la cervelle!"

Nakor tira sur la joue de sa petite Lily puis se releva, en poussant douloureusement sur ses vieux genoux, et reprit son bâton en main. Il souffla un peu en marmonnant de nouveau dans sa barbe qu'il ne faudrait pas vieillir puis reprit un peu son sérieux

"Parce qu'une chose est sur mon enfant, si vous ne craignez rien pour l'instant, parce que l'on peut espérer qu'il n'ait pas pu suivre ta trace grâce à ses blessures ... vous finirez par devoir quitter votre demeure et ses pouvoirs pourraient lui permettre de vous retrouver! Même si vous quittez par les moyens habituels la cité, vous pourriez être repéré! Et si dans une maison je peux veiller sur vous ... dehors, face à un enfant du chaos, Aidan et toi ne seriez pas assez fort!"

Puis Nakor croisa les bras et dit clairement

"Et enlève toi tout de suite cette idée saugrenue ma fille : Sélim te cherchera dans la cité, tant qu'il le peut et s'il échoue ... il se souviendra de toi et les enfants du chaos pourraient finir par te chercher ... pas mon filleul et son père, puisqu'il ne les a pas vue, mais toi oui! Ces êtres vivent très longtemps et, sont très rancunier! Je suis désolé de te dire que cette fois tu es dans un sacré pétrin et que ce n'est pas un petit tour de magie qui t'en sortira, mais plutôt un long séjour loin d'ici, au calme ma fille!"

Nakor était catégorique, il avait un plan et s'amusait à faire patienter Lily, pour la tourmenter encore un peu, parce qu'il fallait que cela reste gravé à jamais dans son esprit! Mais oui il avait un petit plan derrière la tête, et il devrait déjà convaincre Lily. Ensuite il faudrait s'occuper d'Aidan, qui risquait soit de détester cela, soit d'adorer. Ce sera à Nakor de bien présenter les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Dim 16 Aoû 2009 - 12:26

Tout dans les gestes de Nakor est rassurant, ses paroles, ses clins d'oeils... ses sourires. Après avoir soigné mon physique, il lui reste à soigner mon mental. Rassurer ce que la colère d'Aidan et le sourire de Sélim ont anhiler en moi. Mon coeur est brisé et je sens que Nakor est le ciment qui rassemblera les deux parties.Que ferais-je sans lui ? Il m'a ramené Laowen, il nous a sauvé la vie pendant la quête, il a aidé à soudé mon couple... il m'a sauvé encore une fois pour la naissance du petit, il s'en ait occupé. A comblé le précipice entre Mathys et moi creusé par mon inexpérience. Il était le premier bébé que je tenais dans mes bras et bien sûr ces désirs m'étaient lointains. Et là encore il nous sauve. Même si je passais toute ma vie à le remercier rien ne saurait remplacer ce qu'il a fait. J'ai pour lui une dette éternelle et je réprime un dernier sanglot. Mes yeux ne s'arrêteront-ils jamais de pleurer ? Puis je suis fatigué. Contre coup ? J'ai froid, j'ai sommeil... Je regarde Nakor avec difficulté, il tape du poing. Semble avoir trouvé une solution... mes yeux se remplissent d'espoir. Je veux rester ici, je ne veux pas quitter cette maison, le refuge qu'elle m'a apporté et la vie qu'elle a vu naître. Et tout l'amour qu'à recueilli ce lieu... c'est peut-être bête de s'attacher à un lieu mais j'avais espéré que... enfin disons que je n'ai jamais été très attirée par une vie de nomade. Encore moins avec dans les bras un tout petit.
Nakor rit, me tire la joue... semble être joyeux alors que dehors se trouve peut-être le monstre de tous mes cauchemars. Mais en même temps que ses débordement, il brise mes derniers espoirs par des paroles justes, je ne peux le nier c'est vrai. Alors voilà, nous devons quitter ce lieu. Si la menace n'est pas imminente. Elle va le devenir rapidement. De plus, ni Aidan ni moi ne faisons le poid face à un de ses monstres tout droit sorti du ventre de ces dieux oubliés en quête de vengeance et à la recherche de nouvelles âmes à se mettre sous la dent et en quête de vengeance. Je baisse les yeux, soupire, encore une fois au bord des larmes. Puis, je n'y tiens plus et me glisse entre ses bras protecteur. Il me conseil un long séjour loin d'ici, au calme. J'ai tout gagné à m'aventurer trop loin, ici entre les remparts de cette ville, je m'étais cru en sécurité et le monde me parait bien plus hostile désormais.
Nakor me fait patienter mais son petit jeu ne marche pas, ses bras appaisant me réchauffent et mon cœur se soude progressivement. Pourtant je sais qu'il me fait patienter pour savoir où il veut m'emmener.
Dans des circonstances normales j'aurais trépigné mais là.

- Puisque tu t'obstines à me dire que nous ne pouvons pas rester à Alëandir, où veux-tu que nous allions ?


{ Désolé, petit post pas génial. Et en plus long à arriver Embarassed }
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Dim 16 Aoû 2009 - 16:08

Nakor n'attendit pas longtemps avant que sa petite Lily ne se jette dans ses bras et y reste! Et que pouvait faire un vieillard comme Nakor contre ça, il adorait être un papy gâteau et être gentil avec ceux qu'il aimait. Il accepta donc avec plaisir Lily, puis la serra fort, pas trop, juste ce qu'il fallait pour qu'elle se sente à l’abri de tout, sans peur, sans crainte, juste avec la chaleur du grand père qu'il était pour elle. Elle finit enfin par parler et Nakor décida de cesser son manège. Tout en la gardant dans ses bras et en lui caressant très délicatement le dos, il parla d'une voix simple, quoi qu'un peu amusé

"Et bien j'ai pensé à bien des choses ... mais toutes mes solutions vous éloignez de la seule personne qui puisse vous défendre contre ces monstres : moi!"

Un petit rire cristallin d'auto dérision de vieux fou se fit entendre puis il continua

"Du coup voila ce que je veux que vous fassiez : que vous veniez avec moi! Il y a quelque temps, pas si longtemps que ça, je me suis rendu à l'orphelinat dont m'avait parlé Aidan, un orphelinat infernal dans lequel viol, violence et humiliation était monnaie courante. J'y ai mis un terme brutalement et j'ai demandé à la reine d'ouvrir un orphelinat, dans lequel je serai le directeur! Ces enfants m'ont vu faire, j’étais donc le seul en qui ils avaient confiance. J'ai passé beaucoup de temps à m'occuper d'eux, mais j'ai des choses à faire ailleurs, et je ne pourrais pas toujours être là à leur cotés. Je vais rester directeur là bas et je nommerai un sous directeur pour prendre mon poste quand je serai absent ... mais ces gens là vont avoir besoin d'aide, parce que nous avons beaucoup d'orphelin à Diantra! Et il s'avère que j'ai justement deux postes d'adulte à fournir et que j'ai de la place pour un jeune enfant!"

Nakor resta là, puis repoussa un peu, avec un très grand sourire sur les lèvres, la jeune Lily, afin que celle ci puisse encore se sentir dans ses bras, mais en le regardant droit dans les yeux. Le vieillard attendit un peu, hocha la tête pour confirmer qu'il parlait sérieusement puis ajouta

"Il me sera facile de convaincre Aidan qu'il a une dette envers moi, parce que j'ai fais ce qu'il fallait faire à l'orphelinat dans lequel il a grandi! Il viendra si je lui demande! Mais d'abord toi ma belle. Qu'en penses-tu? Veux-tu venir avec moi, là bas et travailler pour moi comme nourrice?"

Nakor attendit cette fois une réponse, car voila ce que Nakor lui proposait : en plus d'être à l'abris, sous le regard attentif et protecteur du vieux mage, elle serait aussi entouré d'enfant, ce qui la forcerait à grandir et prendre tout le plomb dont elle avait besoin, dans la cervelle. Le vieillard était très content de lui et de sa proposition. Elle pouvait refuser, mais c'était de loin la meilleure chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Mar 18 Aoû 2009 - 14:19

J'aurais sans doute beaucoup chambré Nakor pour son prétendu orgueil s'il n'avait pas autant raison, ou si simplement j'étais en mesure de le faire. De plus mon humeur n'est pas à cela alors que je renfloue une fois de plus un sanglot au fond de mon être. Je dois être forte... pour Mathys, pour Nakor et pour Aidan. Pleurer ne me sert vraiment plus à rien maintenant, j'ai fais des bêtises je dois en assumer les conséquences. Un brin de fierté m'aurait dit de le faire seul, mais comment ? Comment renoncer au rêve de famille que j'avais forgé depuis quelques mois, et... pourrais-je me séparer de ma famille sans jamais la certitude de les revoir vivant ? Avec le doute que Sélim ou ses petits amis bien sympatiques le retrouve. Plus dur, puisqu'ils ne les ont pas vu. Après la maison à été vendu aux Silin... pas à moi en particulier. Plus j'y pense plus je me rends compte de notre situation désastreuse. J'ai parlé à Sélim d'un fils... S'il voulait me faire souffrir, il saurait où frapper. Je n'ai plus qu'à espérer que... ses blessures l'ait tué ? Qui pourrait alors prétendre que je suis sa victime ? En seraient-ils capable ? Nakor prétends qu'il sont redoutables et que nous ne pourrons dormir sur nos deux oreilles que loin d'Alëandir, et cela me fend le coeur...
Puis, plus pour faire bonne mesure qu'autres chose, je lui demande où il compte nous protéger. Il semble si enthousiaste. Pitié qu'il ne nous reparle pas de L'Arbre Blanc ou d'autre chose du style. Un camp militaire n'ait pas vraiment l'endroit idéal pour élever un enfant en bas âge. Son rire cristallin résonne et il se lance dans un monologue en expliquant ce qu'il a fait, ce dont il a besoin... j'en connaissais une partie. Elle tient en un mot : Orphelinat. Celui qui a précipité la carrière d'Aidan et plonger son enfance dans un gouffre sans fond qu'il revit dans ses cauchemars. Il a libéré l'orphelinat ? Il se retrouve avec tous ses enfants sur les bras ? Il veut de l'aide ? Deux personnes ? Diantra ?!?!
Mon cerveau tourne à toute vitesse. Aidan est recherché... moi sans doute un peu pour avoir participer à une tentative d'évasion ? S'ils ont des croquis de moi... Mais Nakor est conseiller du roi. Il ne devrait avoir trop de mal à lui demander clémence. De plus, je suis comme sa petite fille pour Nakor, laisserait-il des gens me faire du mal ? Pourtant quand il plonge ses yeux dans les miens, le brasier de la tourmente augmente encore. Non ! Je ne veux pas élever Mathys à Diantra, je ne veux pas... enfin, nous sommes si bien ici. Je me mords la lèvre pour arrêter de penser pareilles anneries. Je dois réparer mes erreurs. Il hocha la tête et m'expliqua qu'Aidan ne serait pas une difficulté, qu'il pourrat le convaincre "facilement" de revenir dans cette ville qui nous a vu naître, grandir, rire ou pleurer... Ce qui l'intéresse c'est mon avis. MON AVIS ! Alors que depuis je ne sais combien de temps, c'est lui qui me répare la mise en toutes circonstances. Mes bêtises... mais cette fois je me suis attaqué à trop fort. En déséspoir de cause, je réponds, confuse...

- Je... Aidan est recherché pour vol et... moi pour l'avoir fait évadé je suppose...

Mais je baisse les yeux. Pourquoi est-ce que je me cache derrière des arguments aussi stupide ? C'est ceux qui ont servi à me convaincre que je ne remettrais pas les pieds à Diantra avant un certain nombre d'années mais là ils ne fonctionnent pas. Je sais que Nakor a solution à tout.Je soupire.

- Je.. n'ai pas du tout envie d'élever Mathys à Diantra mais enfin je... j'ai déjà fait suffisamment d'erreurs. Tu pourrais demander... honnêtement à Aidan ce qu'il en pense, il est plus mature. Je ne veux pas que tu fasses... du chantage.

La simplicité c'est fuir, il y a quelques mois cela m'aurait semblé impossible mais ma voix est brisée, j'ai terriblement besoin de conseil. Aidan est l'homme de ma vie, il l'a partage et si j'ai mon mot à dire, son consel est toujours bon. Diantra est notre amour à tous les deux. Mais je n'y connais rien aux enfants et je n'ai pas vraiment consience des efforts que j'aurais à faire pour ne pas avoir envie de la parcourir encore. Revenir c'est envisager une rechute, bien que j'imagine que maintenant, Aidan ne me laissera pas sortir comme ça, à ma guise. Un bien pour le foyer...

Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Mer 19 Aoû 2009 - 11:43

Nakor écouta tout d'abord les réponses confuses de Lily, souriant face à la candeur de telles propos, la pauvre enfant cherchait encore des excuses pour éviter de nouvelles difficultés, mais là, elle était dans le pétrin et il faudrait enfin qu'elle fasse de réel sacrifices, sur la longueur. Puis elle demanda avec réticence que le vieillard demande son avis à Aidan, sans lui faire de chantage. Nakor repoussa un peu Lily pour pouvoir la regarder dans les yeux, il fit une moue choqué et offusqué puis prit la parole

"Comment? Moi? Faire du chantage? ... Mais tu me crève le cœur ma petite chérie!"

Puis Nakor se mit à rire doucement, avant de prendre la parole d'une voix douce

"Rassure toi mon enfant, je vais aller lui parler ... je ne mens jamais, je ne fais que présenter les choses sous leurs meilleurs angles mais ..."

Nakor coupa net ses propos, il se mit à tourner la tête à gauche, puis à droite, les yeux allant d'un coté, puis de l'autre, montant, descendant, un œil froncé, l'autre légèrement plissé, comme s'il écoutait quelque chose. Le magicien reprit ses propos en ayant un peu l'esprit ailleurs, continuant à regarder un peu dans les coins

"Mais ... je vais voir avec lui ... il me donnera sa réponse et j'en conclurai que ... tu t'y plieras ... pour ce qui est de tes pratiques anciennes là bas ... j'arrangerai ça sans trop de soucis et puis ... "

Nakor planta enfin son regard dans celui de la jeune maman, enfin de nouveau complètement concentré sur elle

"J'ai aussi les moyens de t'empêcher de quitter l'orphelinat crois moi ... tu seras peut être tenté, mais je peux jeter un sort qui t'empêchera de quitter l'établissement sans ma permission et sans une excellente raison! Parce que je suis désolé de te le dire, mais cette fois il va vraiment falloir apprendre ta leçon ... je sais tout le monde te le répète et tu déteste ça, mais à force ça finira par rentrer!"

Nakor avait parlé de manière directe et franche, car s'il avait put jusque là aider le couple quand il avait des problèmes, il ne le pourrait pas éternellement, il fallait donc brusquer un peu Lily et passer de la douceur à l'intransigeance d'un parent un brin stricte, mais qui ne veut que le bien de ses enfants. Le mage était donc même prêt à jeter un sort de blocage sur Lily, s'il fallait en arriver à de telles extrémités! Mais Nakor accélérait la discussion, car il sentait des forces en Alëandir, auxquelles justement il voulait échapper. Le temps pressait! Nakor lâcha complètement Lily et lui dit simplement

"Rassemble rapidement vos habits et ce à quoi vous tenez, je vais aller parler à Aidan ... le temps presse ma fille!"

Nakor parlait sur un ton le plus neutre possible mais il ne pouvait pas masquer un brin d'anxiété, parce que s'il pouvait tenir tête à un enfant du chaos, il ne pourrait certainement pas en même temps protéger trois personnes! Et il avait un mauvais pressentiment. Nakor alla jusqu'à la porte de la pièce dans laquelle Aidan s'était retiré, il appela le demi elfe juste avant de frapper à la porte, il l'appela d'une voix ferme mais pas trop forte. Il frappa à la porte deux fois et ouvrit. Il entra dans la pièce, et referma la porte derrière lui. Nakor resta planté là, regardant Aidan droit dans les yeux! On pouvait y lire différentes choses : de l'anxiété, car la situation était périlleuse, ainsi que de la compassion et du soutien pour ce pauvre homme qui avait un enfant et une femme enfant sur les bras! Une femme enfant qui ferait des efforts, mais qui lui avait déjà causé bien du souci. Là encore Nakor allait prendre la parole quand il ferma les yeux et se concentra. La bouche du vieillard se mit à psalmodier de vieilles incantations magiques. Le sorcier sentait le mal roder autour de la maison et être de plus en plus proche! Les protections que Nakor était en train de mettre en place ne les cacheraient pas longtemps, Nakor ouvrit les yeux, et eut sur le visage un air fatigué et sombre

"Je ne vais pas y aller par quatre chemins : vous êtes dans le pétrin! Un pétrin dont vous ne pouvez pas vous sortir sans mon aide! Lily est soigné, mais vous etes tous en danger ... si je peux affronter un enfant du chaos, je ne pense pas pouvoir en plus vous protéger de lui! Nous devons quitter ce lieu, si vous partez à pied, ils ont les moyens magiques de vous retrouver! Avec un enfant sur le dos, tu ne pourras pas les affronter Aidan! Je vous propose donc à tout les trois la seule alternative qui me saute aux yeux : que vous veniez vivre avec moi à Diantra! Je suis devenu le conseiller personnel en magie du roi, et ... je me suis occupé de l'orphelinat, j'ai tué ceux qui abusé des enfants, j'ai détruit l'orphelinat et j'ai demandé à la reine de me donner un nouveau local pour accueillir les enfants! Je suis le directeur d'un nouvel orphelinat ... je peux vous faire embaucher là bas! Vous pourriez élever votre enfant et aussi travailler pour moi, vous seriez payé par la couronne et surtout nourrit et logé par mes frais. Lily ne sait pas quoi faire elle se tourne vers toi, c'est à toi de décider et tu as très peu de temps Aidan! Vos anciennes histoires là bas, en un tour de main elles seront oublié alors réfléchie bien mais vite ... le temps presse vraiment!"

Nakor continuait à regarder dans tout les sens surveillant les effluves de magies qui se trouvait dans la cité et surtout réfléchissant au meilleur moyen de partir d'ici! Il finit par trouver le sortilège qu'il fallait employer, le seul qui pouvait être efficace, mais qui demanderait beaucoup de magie! Et le vieil homme était déjà légèrement fatigué. Il faudrait donc faire vite mais bien. Il n'attendait plus que la réponse d'Aidan, espérant que Lily avait déjà bien avancé la petite tache qu'il lui avait confiée.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 23
Date d'inscription : 30/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Jeu 20 Aoû 2009 - 21:13

Chantage ? Nakor a un don pour rire de n'importe quoi et surtout de ce qui n'est pas drôle. Petit fanfaron plein de bon humeur... et le pire c'est que je ne peux décemment pas lui en vouloir, même si j'étais très sérieuse quand j'ai prononcé les derniers mots. Hésitante mais sérieuse. Ma vie a pris un tournant décisif, mais plus grave encore celle d'Aidan et de Mathys. J'ai vingt ans, je suis maman d'un enfant en bas âge et compagne d'un homme que j'aime plus que tout... Et cela ne me suffisait pas. Il me manquait une part de rêve, l'adrénaline... tout ce que mon métier d'espionne m'offrait à Diantra. Tout a bien changé, à Diantra je n'avais pas particulièrement de problèmes d'argent puisque nourri et logé gratuitement, je pouvais donc me permettre quelques excentricité impossible maintenant. Et par ma faute, toute la famille est en danger. Arg ! Ne pourrais-je donc pas grandir un peu dans ma tête ?!? Cette question, je sais qu'il y'en a au moins deux autres qui se la sont posée, ont-ils trouvé des réponses ?
Alors, déjà perdue en mon fort intérieur, je cherche réponse chez les autres... et dirige Nakor vers Aidan.
Comme s'il avait lu dans mes pensées, il répond à la question "comment résister à la tentation de recommencer à Diantra ?" en quelques mots. A Diantra, je retrouverais un terrain de jeu et, si l'accouchement aurait du me calmer, ce ne fut pas suffisant. Et cette escapade gravée au fer rouge minute par minute dans mon esprit. M'enfermer...? Oui, ce serait de loin la bonne solution le temps de me mettre le plomb nécessaire dans la tête même si cette perspective d'être dépendante de quelqu'un ne me plait pas le moins du monde. Peut-on enfermer un oiseau qui ne demande qu'à voler ? Ma réponse est "non", mais la réponse correcte serait "oui si le chat rode dehors".
La conversation accélère et Nakor me conseille de faire nos valises avec le plus important et les affaires de voyage. Je doute qu'il nous amène à Diantra à pied mais peut-il faire transplaner 3 personnes ? 4 avec lui ? Oh... et puis, la magie de Nakor est-elle seulement limitée ? J'hoche de la tête alors qu'il monte rapidement les marches là où Aidan s'est réfugié. Je rassemble le nécessaire à Mathys mais traîne un peu malgré moi... ne pourrions nous pas rester encore une nuit ici...? Et puis, toutes nos affaires avec Aidan sont là haut, je ne peux pas finir les bagages sans passer par cette pièce. Je prépare tout puis monte les escaliers sans tenter d'être discrète - même peut-être l'inverse - en réalité et frappe à la porte.

J'espère leur avoir laissé suffisamment de temps...
Revenir en haut Aller en bas
Aidan Silin
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 381
Âge : 40
Date d'inscription : 23/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Sam 26 Sep 2009 - 13:02

Il s'était réfugié en haut, l'air sombre, Mathys dans les bras. La colère l'étouffait, il avait envie de hurler, de secouer LilY pour qu'elle ouvre les yeux et prenne ses responsabilités! Il avait renonçé à tant de choses pour elle, pour leur fils! Il avait promis de se tenir tranquille pour qu'ils soient en sécurité et elle? Elle, elle allait taquiner un enfant du Chaos et avait failli y laisser la peau! Un jour, elle mourrait de son inconscience, il en était persuadé et cela lui faisait mal.

Il releva la tête, après un certain temps à se morfondre, quand il entendit la voix de Nakor. Il regarda le vieil homme qui lui sembla soudain très âgé. Lily allait l'épuiser aussi... Il écouta attentivement son discours et frémit en comprenant ce que le magicien lui proposait : retourner à Diantra, chez lui, effacer ses méfaits de par son infulence auprès du roi et lui offrir une vie paisible à s'occuper de gamins perdus. Par les dieux, quelle évolution... Aidan n'était ps un samaritain, ce n'était pas sa vocation d'aider les autres, il n'était déjà pas fichu d'aider LilY... Et puis, travailler das un orphelinat, entouré de gosses, lui qui adorait la solitude... Franchement, cela ne lui disait rien, mais leur sécurité passait avant tout.

Il se leva, son fils dans les bras, endormi, l'air résolu et plus adulte qu'il ne l'avait jamais eu.

- "Sincèrement, je n'ai pas envie de m'enfermer dans ce rôle de gentil protecteur de pauvres orphelins esseulés... Ce n'est pas moi. Mais, pour LilY, pour Mathys, je ferais n'importe quoi, et tu le sais. Alors d'accord. Va pour Diantra. Temporairement."

C'était une solution provisoire, n'est-ce pas? On frappa à la porte et LilY entra, l'air coupable et surtout calmée. Il fallait faire vite, préparer nos affaires et quitter ce petit nid de sérénité qui n'avait duré que quelques mois. Le voleur était-il condamné à toujours vivre en cavale, même en ayant cessé ses activités? Il en avait la désagréable sensation...
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   Lun 28 Sep 2009 - 16:30

Nakor entendit les propos du pauvre Aidan, il avait l'air déçu de devoir faire ça, mais c'était la seule option et il acceptait donc, une fois de plus pour le bien de Lily, de se soumettre à des conditions de vie qui n'étaient pas pour lui plaire complètement. Lily entra alors, avant que Nakor ait put répondre. Le vieillard la regarda et donna un coup de tête dans sa direction pour lui signifier qu'elle pouvait entrer! Il répondit alors à Aidan

"Très bien, j'espérai que tu accepterais mon enfant ... c'est pourquoi j'ai déjà demandé à Lily de faire ses bagages ... tu ne sais pas à quel point, enfin, vous ne savez pas à quel point le mal est proche de vous ici!"

Nakor tourna la tête et ferma les yeux, il envoya un message mental à Laowen : une image simple, une idée, celle de la nécessité de revenir auprès de sa maitresse. Un petit cri de la part de la louve fit entendre sa venue! Nakor lui sourit et se tourna vers Aidan

"Rassure toi, d'ici peu vous pourrez quitter Diantra et retourner vivre là où vous voudrez ... mais plus jamais ici, en partant je vais devoir jeter un sort puissant sur la maison, et je doute qu'elle résistera à la pression magique que je vais devoir lui infliger pour que les sorciers du chaos ne puisse me suivre à la trace lors de mon déplacement de magie ... mais heureusement pour nous, je m'y connais assez bien en magie!"

Nakor pouffa de rire, avant de perdre toute trace de chaleur.

"Merde, c'est maintenant ou jamais ... Laowen ici, Lily là, Aidan avec Mathys ici vite!"

Tout en parlant Nakor avait pointé trois points dans la pièce : la louve serait derrière lui, Lily, devant lui décalé sur la droite, Aidan et son fils dans les bras, devant lui décalé sur la gauche, comme s'il formait un cercle qui entourait Nakor. En effet les enfants du chaos étaient proches de la maison, ou en tout cas leurs esprits maudits, il fallait donc faire vite, et Nakor n'avait plus pratiqué ce sort depuis des lustres. Il tendit son bâton devant lui et dans un mouvement de moulinet de la main droite, l'envoya tournoyer au dessus de sa tête! A la surprise générale, le bâton se mit à tourner mais ne tomba pas, il resta au dessus de la tête du mage. Le vieillard prit place à même le sol, en tailleur et dit simplement

"Restez bien droit, debout, et ne bougez plus!"

Soudain le bâton se mit à tourner un peu plus vite et de la lumière en émana, une lumière d'un blanc pu absolu. Le vieillard se mit à incanter

"Magie céleste et force de la lumière
Pouvoir absolu de l'Univers
Que le mal soit chassé à jamais
Qu'aucune trace derrière nous ne soit laissé
Que rien ne puise pénétrer ici
Corps âme et esprit uni
Force et puissance de la magie!"

Nakor ferma alors les yeux et joignis ses mains devant lui, formant un cercle avec les deux pouces. Une boule de lumière orange apparut alors et s'éleva lentement en direction du bâton qui tournait désormais à une vitesse si folle qu'un vent puissant s'était levé dans la pièce. Lily Aidan et Laowen devaient lutter contre ce vent de plus en plus fort. Nakor toujours en position de tailleur s'éleva lui aussi au dessus du sol et au milieu d'une quasi tempête de magie, de la lumière multicolore allant dans tout les sens, il termina d'incanter d'une voix magiquement grave et amplifié

"Que le cercle soit fermé
Que les âmes soient protégées
Que le mal oublie notre venu ici
Que la lumière explose à l'infini!"

Pendant qu'il finissait son sortilège ancien, les trois autres personnes dans la pièce se mirent elles même à luire et étaient reliés les uns aux autres par de la lumière blanche, qui formait un cercle parfait. Des objets volaient dans la pièce et Nakor manipulait les effluves magiques de son corps pour que le sort prenne forme. Soudain, Nakor attrapa son bâton et le bloqua d'un seul coup! Alors toutes les couleurs de la pièce furent aspirées et concentré au centre du bâton. Nakor était terriblement concentré, il transpirait et avait plusieurs nerfs visibles sur le front et les mains, comme s'il forçait de toutes ses capacités. Il dit simplement alors

"Maintenant!"

Nakor retint le sortilège juste assez longtemps pour téléporter le petit groupe avant que son premier sort n'explose. Il ouvrit les yeux et enveloppa de sa magie, Laowen, Lily et Aidan et Mathys et déploya le reste de ses forces pour transférer directement dans son bureau de l'orphelinat le petit groupe. Au même moment où ils passaient tous dans le monde des effluves magiques et qu'ils se téléportaient, le sortilège de lumière suprême fut libéré! Un énorme rayon de lumière d'un diamètre aussi grand que celui de la maison apparut dans le ciel, en effet depuis le sol de la maison jusque dans les nuages, la magie de Nakor avait prit la forme d'un rayon énorme et parfaitement blanc. Ce rayon avait pour effet de laver de toutes traces de magie l'endroit dans lequel il opérait et en plus, avait pour effet d'empêcher le mal d'y mettre les pieds. Bien évidemment la maison ne tint pas et elle fut littéralement détruite par le sortilège qui était visible dans toute la cité elfique. De l'autre coté du monde, Nakor arriva en catastrophe dans son bureau, épuisé et déboussolé par l'explosion du sortilège, il avait eut beaucoup de mal à garder le cap et s'il déposa le plus en douceur possible ses trois compagnon, lui apparut dans on bureau, tout en volant et alla s'écraser contre le mur du fond. Il poussa un bruit sourd de douleur en tomba au sol, inerte, épuisé et pas mal égratigné et donc légèrement saignant mais au moins son sort avait marché! Voila pourquoi il avait un sourire inscrit sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douleur & Choc : La mort n'était pas loin. | AIDAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mort n'est jamais très loin. Cherche bien et tu l'as trouvera.
» Un duo de choc pour une mission de choc ? [Rang C | Genzö]
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir-
Sauter vers: