AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La bête de Wulfenväld[Quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mer 22 Juil 2009 - 12:48

Farendam, au pied des Monts Corbeaux, Baronnie d’Olysséa.

Le jour accompagnait ses premières lueurs d’une pluie battante, qui tapotaient sur les longues fenêtres du manoir de Heinrich von Östmar, le conseiller des finances et vassal du baron d’Olysséa. Il prenait son petit déjeuner seul, sa petite famille préférant flemmarder un peu en ce triste début de journée, assis devant une longue table en chêne, certes peu décorée mais robuste à n’en point douter. Il découpa une tranche de jambon fumé bien épaisse, avant de morde dedans avec délectation et de prendre une gorgée de vin pour « faire passer », comme il aimait le dire. Des cris rauques venant du porche du manoir brisèrent le silence et stoppèrent la mastication frénétique du conseiller.

Qu’est-ce que c’est ? Stefan !!

Le vieux Stefan se précipita à la rencontre des gémissements et sortit du manoir. En bas des escaliers, un homme, portant dans ses bras le corps ensanglanté d’une enfant en pleurant, courait en hurlant. Le vieux serviteur resta figé devant le spectacle et lutta pour balbutier un.

Mon … Monseigneur !! … Venez !

Heinrich se leva, en maugréant contre ce vieux grigou, et lui promit le bâton en le rejoignant puis, à son tour, il s’arrêta devant le spectacle. L’homme déposa le corps sans vie de la jeune fille sur le sol noyé par la pluie, et lança un regard perdu vers von Östmar. La pauvrette s’était vu arraché un bras et atrocement défiguré par ce qui semblait être une bête. Penché sur le corps sans vie, le père de l’enfant s’adressa au conseiller.

Ca a recommencé … Monseigneur … Ca a recommencé !!!
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Lettre de Heinrich von Östmar, affichée et criée dans toutes places publiques de Sainte-Betrhilde et d’Erac.

Oyez, oyez !
Une grande battue sera donnée à Farendam, en païs olysséen, afin d'y débusquer la Bête.

Tous les gentilhommes de beau carouge sont invités à joindre leur pique.

La gueusaille se voit autorisée à se joindre à la chasse et sera gratifiée d'une pièce de

cuivre.


Ordre de post :
Entité, Hermé, Aemon, Jaynes … Votre voyage … Votre arrivée dans le bourg … Vos rencontres peut-être … La nuit avant la grande battue …

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Herménégildoricius
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Âge : 47
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mer 22 Juil 2009 - 17:02

Herménégildoricius de Tourmalin ne trouvait guère à s'employer ces jours-ci, il passait le plus clair de son temps à astiquer ses armes et à soupirer devant de vieux grimoires qui contaient les exploits mirifiques du baudrier à la bataille... Que de lassitudes en ce vaillant coeur! Que ne pouvait il partir au galop à travers champs couper les têtes de ladres et de reitres peu scrupuleux?
Le preux capitaine, excédé par tant de langueur et de monotonie, décida comme de coutume de prendre les problèmes à bras le corps. Il entreprit de s'en aller dedans la ville chercher querelle à quelque manant ivre ou indélicat. Malheureusement, Oësgard était restée la jeune fille sage et paisible qu'il avait toujours connu, pas le genre de cité ou les gargottes fleurissaient et ou bière et autres spiritueux se répendaient grand fuisson dans les gosier. La violence avait semble-t-il disparu...

Le Baudrier ne supportait plus guère cette frustration qui dévorait son âme... Allait il devoir encore battre sa compagne pour satisfaire ses pulsions martiales? Non bien-sûr, Herménégildoricius en plus d'être galant homme, répugnait à affronter des êtres moins dotés que lui. Et il avait bien de la peine à se trouver des adversaires car il faut bien l'avouer, notre parangon est fait comme une statue antique et ses muscles saillants feraient passer notre Hercule pour un fat présomptueux.

Déambulant la mort dans l'âme dans un quartier infâme où quelque miséreux étalaient sans pudeur leurs bourses vidées. Il entendit soudain, au détour d'une avenue, une nouvelle qui fixa son attention. Il s'approcha près de la fenêtre d'ou venaient la conversation et, les yeux clos, but les paroles du narrateur.

"Oui-da messire en la cité de Farendam, battue li seigneur d'Olyssea alla donner en son païs afin que occie soit li Beste..."

(Les gueux ont un parler méprisable et trivial, Herménégildoricius en fut fort marri mais il ne se couroussa pas pour autant)

Exalté par l'idée de partir traquer une bien peu commune beste, l'aventureux baudrier, drapé d'une une joie ineffable et gonflé de son orgueuil de capitaine retourna en sa demeure trouver son cheval manfred qui le mènerait sur les riantes terres d'Olysséa. Sans plus attendre, comme un enfant impatient d'ouvrir des présents trop bien emballés, De Tourmalin chevaucha dans la direction idoine.

Ce fut un périple ma foi fort agréable, notre valeureux homme s'arrêta moulte fois pour étancher sa soif en des tripots que seul un homme de sa trempe pouvait fréquenter tant ils sentaient la rognure d'oignon et la sueur grasse du gueux moyen. Mais le Baudrier d'argent n'aurait pour rien au monde manqué ces moments de convivalités extrême autour d'une lichette de vin rouge.

Après ces étapes qui mirent du beaume au coeur de notre homme, il arriva enfin en vue du petit bourg qui devait les accueillir. Il semblait être en avance, mais il en avait l'habitude, nul n'avait jamais vu cet audacieux manquer un horaire. Il s'avança sur la place et put constater avec effarement que cette ville n'avait absolument rien d'original.
Il trouva une écurie ou faire nourrir son cheval et il attendit le crépuscule. Peut être trouverait-il en ce lieux d'autres fiers nobles prêt à partir en sa compagnie pour tailler en pièce l'horreur qui se dissimulait tout pres.

Herménégildoricius répugnait à partager les honneurs, mais il était si heureux de trouver à employer son épée qu'il ne pensa pas à un détail si futile. Il se plaça en un peu passant et dégaina sa lame. Il fit là quelque exercices très impressionants. Si impressionants que le bas peuple se rassembla autour de lui pour le voir éxecuter ses tours. Le maître, flatté par tant d'égard continua un moment ses fanfaronades puis rangea son arme avant de saluer les misérables qui admiraient sa prestance et sa grâce.

Certain lancèrent quelque pièces...

"JE NE SUIS POINT HOMME A MENDIER VILS PUROTINS" Cria-t-il devant le manque de considération de la populace urbaine.
Revenir en haut Aller en bas
Aemon d′Ancenis
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 129
Âge : 116
Date d'inscription : 26/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mer 22 Juil 2009 - 19:08

Ancenis n'avait jamais été la cité de prédilection du baron. S'il aimait y passer quelque temps l'hiver, savourant un vin chaud et épicé pendant les longues nuits, l'automne était pour lui synonyme de voyage et de divertissement. Des fêtes étaient souvent donner pour les diverses moissons, et on accueillait souvent les vassaux pour fêter le début d'un hibernage bien mérité (comme toujours). La ville était belle et animée, en ce temps, comme si elle cherchait à brûler ses dernières énergies avant que le froid ne s'abatte plus lourdement sur les hautes maisons de la cité d'Ancenis. Et pourtant, le seigneur n'appréciait pas l'odeur urbaine, ses foules, ses venelles trop serrées, ses murs trop hauts.

C'était pendant une partie de Kjall, ce jeu de dés si répandu dans le sud et le Médian de la péninsule et dont les règles sont aussi absconses que diverses, contre le prince de Néris qu'Aemon apprit la nouvelle venue du nord. Un vielleur et son acolyte, quelque ladre se prétendant des qualités d'aèdes, narraient à la mesnie d'Ancenis comment la puissante beste de Wulfenväld répandait malemort en la belle région des Monts Corbeaux, attirant aventuriers et chevaliers avides de pourfendre l'immondice anthropophage. A la chansonnette, le prince réagit d'un "pfeuah" hautain, arguant qu'il devait s'agir là de quelque daim excité que les veneurs d'Olyssea, ces faquins !, n'arrivaient pas à tourner. Le baron fut quant à lui moins sceptique, et déjà son oeil s'allumait d'une flamme de passion. La chasse commençait à lui manquer, d'autant plus que son voyage scylléen avait ravivé en lui ce vieux passe-temps de la noblesse.

Rassemblant en quelques jours jeunes gens de sa cour et servants de tout genre, il se mit en route vers les Monts Corbeaux. C'était une soixantaine d'hommes qui s'acheminait, rejoignant bientôt la si peu riante bourgade de Farendam. A la tête de cette vaste suite, sur le point d'aller demander le sel et le pain au seigneur des lieux, le baron d'Ancenis put apercevoir un olibrius terrifiant la population. En manque de violence et de déduits, ce dernier se dirigea vers le quidam énervé. Le considérant un instant d'un air placide, il reconnut Herménégildoricius de Tourmalin, capitaine de la garde d'Oësgard, un homme qu'on oubliait pas de connaître dans les cours, les écuries, les tournois et les tripots. Sa réputation était grande, et, au peu de fois où le baron put rencontrer l'homme, il lui avait semblé avoir affaire à un homme truculent. Un de ces chevaliers qui n'avaient pas peur de parler ou de dégainer.


"Hé, là, le bonjour, messire de Tourmalin. Je suis fort aise de vous rencontrer en ces lieux si étrangers à votre patrie, et il me fait grand-joie de penser que vous êtes, vous aussi, là pour laisser courre à la bête."
Revenir en haut Aller en bas
Jaynes
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 48
Âge : 25
Date d'inscription : 11/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mer 22 Juil 2009 - 20:19

Jour de grâce, voilà enfin venir un doux endroit, enfin un endroit ou Jaynes n'était pas recherché surtout. Farendam, petit village, près d'une triste colline, un endroit moche, laid, et totalement rustique, soit parfait! Parfait pour s'y cacher, et attendre un peu que la foudre de la baronnie au lac en forme de rose, oui en forme de rose soit passé.
La Bande c'était séparé il y a deux jours, pour plus de sécurité, il fallait mieux se séparer, ainsi Jaynes passait dans la campagne avec une barbe qui lui mangeait le village, des cheveux un peu plus grisonnant, ce qui lui donnait l'aspect d'un homme de la trentaine, voir plus; Jacques LaForge, Créateur du Solmhirr. On le connaissais sous cette identité à Oësgard, et bien qu'on se trouvait à bien des lieux de cette charmant contrée, on pourrait toujours le reconnaître, autant garder ce nom donc.
L'arrivée au village fut des plus charmants, avec des gueux un peu partout, aussi sale les uns que les autres. Jaynes détester les paysans, des hommes sales, sans ambitions. Après les elfes, les nains et les drows, c'étaient les paysans qu'il détestait. Bien que la plupart des gens le prenait pour un bandit venant d'une famille de paysan, ce qui était le cas! Jaynes se vantait d'être le descendant de la famille de Loupanie, une petite famille de seigneur aujourd'hui éteinte, hélas il n'avait rien pour prouver cela, mais pour lui c'était une évidence, et Robert, portait le surnom du Balafré depuis qu'il avait remis cela en question.
Revenons donc à Farendam, doux hameaux que celui-ci, parfait pour y rester caché un petit moment. Jaynes avait évité les grandes agglomérations, on se sait jamais, autant évité au maximum les gardes. Mais quel agréable surprise que celle-là. Des gueux qui accourait en se dirigeant vers lui.
Il avait été trahit ?!
A un moment il lança sa main sur sa rapière près à tuer du gueux pour s'enfuir, mais au dernier moment se ravisa. Les gueux n'étaient pas hostiles, plutôt accueillant.
Ah non vous n'auriez pas de pièce, faquins!
-Moussu l'estrangier, vous v'nez pour la bête ?
La bête ? Voilà ce qui expliquais bien des choses. Mince, il était un peu fait, il devait évité la chasse, inutile de se propulser au premier rang, ou... ou oui! Pourquoi pas, ça pourrais marcher. Mais à bas les Jacques LaForge, il faudrait joué un autre rôle. Reste à espérer que personne ne le connaissais, bah il pourrait démentir mais c'était risqué. Enfin sa barbe le rendait mois reconnaissable, et ses vêtements étaient plus ceux d'un noble que d'un faquin de bandit.
Oui noble, Jaynes comptait se faire passer pour un noble, certes pas un baron ou un comte, trop gros à gober, mais un petit seigneur sans terre. Loupanie renaitrais.
-Oui le bélitre, je suis Mathieu de Loupanie, je suis séants pour m'escambiller de quelques appertises, il m'apercois que votre village estre en une bien triste brouillis, mais ne babilons point et menais moi au meneur de battue.
Fort bien, voyons donc ce que cette battu donnera, si cela pouvais lui donner bonne réputation séants, que cela soit donc. Bien qu'il ne comptait pas resté bien longtemps, et quel meilleur endroit pour essayer la couverture de Mathieu de Loupanie.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mer 22 Juil 2009 - 22:53

Un roulement de tambour s’échappa de la place de Farendam, tandis que les hordes de chasseurs se regroupaient. Le bourgmestre, Reynald Schlüpp, attendait Heinrich von Östmark, debout derrière la fenêtre de sa maison à colombages. Son regard allait et venait, entre l’extérieur et un long parchemin enroulé, qui attendait son heure sur la table.

Sur la place, devancé par une meute de chien chasse Olysséen, des lèvriers élégants aux robes noires et blanches, Heinrich von Östmar, suivi de ses deux fils, Adolf et Uberus, jumeaux âgé de 19 ans, avançait le pas alerte. Il aperçoit soudain le Baron d’Ancenis et le Baudrier d’Argent.

Baron !! Quelle bonne surprise de vous voir !! Venez chez Schlüpp, nous allons organiser tout ça. Que votre ami nous accompagne !!

Stefan se pencha vers son maître, lui rapportant qu’un jeune damoiseau de nom de Mathieu de Loupanie ; Östmar envoya son vieux serviteur le trouver et l’amener. Le petit groupe entre rapidement chez le bourgmestre qui entre dans le vif du sujet, rapidement en déroulant la carte de Farendam.

Messieurs, comme vous le voyez, Farendam jouxte deux bois, Wulfenväld, à l’ouest et Ürsenväld, au nord … Ici, le village, avec, au centre la place où nous nous trouvons, et au nord-ouest, le manoir du Seigneur Heinrich … Nous avons environ 120 hommes et femmes du village qui ont pris piques et fourches, mais bien peu sont venus en dehors de vous, et de vos hommes, Messeigneurs ... La Bête a attaqué trois fois en Wulfenväld …

Schlüpp dépose de petites boules de cire rouge en pointant les lieux funestes. Elle forme un V, qui se rapproche du village.

… Et une, en Ürsenväld, la plus récente…

Le vieux Stefan pénètre alors dans la salle de séjour en annonçant.

Monseigneur Mathieu de Loupanie !



Heinrich von Östmar
Age : 47 ans
Description : 1m70, cheveux noirs et court, laissant apparaître une calvicie galopante. Une barbe soignée et le ventre rond, il porte des vêtements de cuir adaptés à la chasse. Un peu dépassé par les événements, il laisse aisément les autres organiser la battue. Il dirigera un groupe ou partagera le commandement.

Reynald Schlüpp

Age : 38 ans
Description : 1m85, charpentier de métier, élu bougmestre depuis quelques mois. Cheveux chatains bouclés et barbe fournie, et yeux clairs. Veuf, il vit seul. Il dirigera un groupe d’hommes ou partagera le commandement.


Adolf et Uberus
Age : 19ans
Description : Jeunes nobles blasés et prétentieux. Les deux sont pour ainsi dire identiques, mis à part Uberus qui porte les cheveux longs. Avide de prouver leur valeur, ils dirigeront un groupe ensemble.


Le nom de Loupanie est connu par Aemon et Hermé… L’organisation de la battue … Qui va où ? … Avec qui ? … Pas d’ordre précis de post pour l’instant …

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Herménégildoricius
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Âge : 47
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Jeu 23 Juil 2009 - 7:52

Herménégildoricius était ravi de voir qu'Aemon d'ancenis se joignait à la très noble queste. Voilà assurément un homme moult estimé, farouche spadassin, pourfendeur de canaille et défenseur de la justice. Il serait bien précieux de l'avoir à ses côtés quand le péril toucherait l'extrême. Ce serait en outre l'occasion de faire plus amplement sa connaissance, lui qui était si puissant en son fief... et d'obtenir quelque faveurs bien méritées. Toujours est il que le bon baudrier ne serait pas le dignitaire le plus influent dans le secteur. La suite du Baron était ébaudissante!

Une troupe de vigoureux gaillards prêts à en découdre, un ennemi épouvantable, il n'en fallait pas moins pour que notre homme ne se sente galvanisé.

Heinrich von Ostmar semblait soucieux, et cela s'entendait sans mal : porter des vêtements de cuir si surannés n'aurait pas été bien vu en Oesgard, particulièrement pour un responsable, et le moral de l'homme devait s'en ressentir quand il portait son regard sur la mise parfaite d'Herménégildoricius. A moins que ce ne soit ses menus tracas au sujet de la beste qui troublaient son esprit en cet instant.

Les deux héritiers ne plurent pas au capitaine. Ils avaient l'air indolent des membres les plus vains de la jeunesse. Un matamore et un rodomont à n'en point douter. Il ne leur accorda pas plus d'attention qu'ils ne le méritaient.
Herménégildoricius ouït avec toute la délicatesse qu'on lui connaissait le dicours du brave bourgmestre. Si sa demeure n'était pas de noble facture, elle n'en restait pas moins coquette et agréable, même pour des seigneurs de riche lignée. La situation était on ne peut plus claire. Le preux Leümberjack allait prendre la parole lorsque Mathieu de Loupanie fut annoncé.

De Tourmalin connaissait le nom de cette famille, et sa noblesse était, pour sûr, superieure à la sienne. Ceci dit, bien peu de parentées de privilégiés étaient moins noble que les Tourmalins, ces obscurs tâcherons qui seraient demeurés dans l'indifférence et l'obscurité si une lueur d'argent n'avait éclairé leur destin depuis quelques années. Herménégildoricius s'empressa de s'incliner légèrement devant le nouvel hôte de Schlüpp.
Il n'avait cependant pas négligé ce qu'il comptait dire à l'assemblée après le brillant topo que le bourgmestre avait réalisé.

"Messieurs, commença-t-il, de toute évidence, au vu de la forme que trace la cire sur cette carte, j'ai le déplaisir de vous faire savoir que je soupçonne notre horrible gibier d'être disposé à attaquer le bourg lui même sous peu... "

Il marqua une courte pause et fixa ses auditeurs.

" Je vous prie déjà de considérer avec moi que garder quelques gueux armés dans le village pour défendre les lieux ne serait pas une précaution oiseuse. Une battue dans chacun des bois me semble ensuite nécessaire, c'est bien pour cela que nous sommes ici. J'ai l'insigne honneur d'être le capitaine des Guerriers-bûcheron d'Oesgard, j'ai donc, sans prétention aucune, une certaine experience des battues en forêt. Nous avons besoins de bras vigoureux, ainsi, peut être le baron pourrait-il dissoudre sa suite en groupes afin que les recherches avancent plus promptement. J'aurais vu avec moult contentement des hommes nous suivre le baron et moi-même en Ursenwald tandis que vous, maître Shclüpp, vous chargeriez de garder la troupe restée au bourg. Vous connaissez mieux que personne votre localité je ne vous ferais pas l'offense d'en douter une seule seconde.
Sire Von Ostmark, vous pourriez je crois diriger quelque preux dans la sombre Wulfenwald afin de débusquer cette mechante beste et lui faire goûter le courroux des justes.
Les deux jouvençaux quant à eux me semblent parfait pour traquer dans les alentours du manoir."

Le Baudrier employait un ton courtois, il ne faisait que proposer son idée et sa mine laissait entendre qu'il était prêt à toute les concessions. Le baron aurait peut être quelque chose à y redire, soit, il était prêt à laisser cet homme vaillant bouleverser son plan.
Revenir en haut Aller en bas
Aemon d′Ancenis
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 129
Âge : 116
Date d'inscription : 26/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Jeu 23 Juil 2009 - 13:15

Aemon voyait la chose sous un autre angle. Chasseur émérite lui aussi, il n'était pas homme à s'aventurer dans un vènerie sans en connaître la proie. Cette grande battue ressemblat plus, à ses yeux, à quelque action désespérée qu'à une stratégie mûrement réfléchie. Il devait donc connaître, au moins un peu, le genre de bête qu'il aurait à traquer, sinon, ses vassaux risquaient de se dissoudre dans le plus grand chaos, chassant çà un cerf majestueux, tournant là un sanglier, transformant la courre collective en un vaste chapelet de chasses individuelles et désorganisées. L'affaire se solderait alors par un échec.

Il écouta les plans du Baudrier d'argent avec intérêt, bien qu'il lui semblait que le capitaine se laissait aller à une fougue qui risquait, comme Aemon le pensait, de se répandre parmi ses chevaliers et veneurs. Chacun se persuaderait que l'ours qu'il a sous les yeux était la bête, et on se disperserait au gré des limiers. Il murmura un mot à son chapelain, qui, s'il était prêtre de Néera, était avant tout compagnon du baron et, subséquemment, chasseur de longue date. Ce prêtre bien insolite prit la parole à la place du baron, qui laissa faire bien simplement.

"Messires, il est vrai que le danger est là, et qu'il brûle dans les coeurs de vos villageois la flamme de la vengeance. Cependant, j'aimerais considérer le corps de la pauvrette qui mourut des coups de la bête, afin de mieux voir à quel monstre nous avons affaire." Il commença à poser des questions au conseiller d'Olyssea puis au bourgmestre. Ces derniers lui expliquèrent que le corps avait déjà été mis en terre, car il aurait été indécent de laisser le cadavre dans cet état à l'air frais, sous les yeux des villageois. Le chapelain confirma d'un air grave et présenta à nouveau ses condoléances, puis partit sur les traces qu'avait pu laisser la bête sur le corps ou sur la terre. Les hommes des Monts Corbeaux bredouillèrent quelques renseignements bien vagues, disant que la taille des griffes suffisaient pour envoyer un homme fait ad patres.

L'entrevue technique terminée, le baron et son chapelain se regardèrent un moment en silence. Les informations étaient insuffisantes, et il faudrait faire le clair sur tout ce qui était possible d'être su avant de lancer la battue, qui serait une chasse à l'aveuglette. Le baron se tourna à nouveau vers Heinrich et, après avoir embrassé de son oeil unique toute l'assemblée, dit.

"Si mes compagnons de chasse daignent bien me suivre sur cette piste, j'aimerais que l'on interroge le père de l'enfant, qui sait peut-être quelque chose qui, du fait de l'émotion, aurait pu échapper aux gens de Farendam."
Revenir en haut Aller en bas
Jaynes
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 48
Âge : 25
Date d'inscription : 11/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Jeu 23 Juil 2009 - 15:39

Jaynes fit amener sa monture près du groupe, l'animal était capricieux, mais le Bandit le dompta d'un coup de main. L'homme qui l'amenai vers une bâtisse, les principaux concernées par la battue devait être là. Jaynes descendit de sa monture pour donner les rênes a l'homme.
Un vieil homme semblait tenir la tablé, le Bandit se contenta d'un bref signe de tête pour le saluer avec une légère révérence pour le Baron d'Ancenis, dit Le Borgniat pour le petit peuple. Quel étrange hasard, il y a moins de deux semaines, Jaynes dinait avec un Baron emprisonné, et là il allait à la chasse avec un autre.
Apparemment, les hommes présents ici voulait fixé l'organisation de la battue, le grand costaud, qui rappelait vaguement quelque chose à Jaynes était pas très malin, des bras plus qu'une tête. La beste était une beste, elle n'allait pas se jeter sur le village pour le détruire, foutre dieu, elle attaquait en forêt, pas en ville, il devait avoir lu trop de conte de bonne femme avec des dragons et mauvais esprits rasant des villages.
-Sieur, vostre idée me sied, et il m'est plaisant de vous savoistre à mes costés, Oësgard estant réputé pour estre guerriers, mais il m'apercois, que le village ne subit nullement de risques d'attaque de la beste, elle préfèrois sans douste agistre en forêt, de plus je n'ois jamais vu d'animal attasquer un bourgstre, mais laissouames un coquin ou deux pour nous prévasmes en cas d'attasque.
Le sieur d'Ancenis était déjà plus entrainé à la chasse, mais il faisait fausse route, le père de la drolette, n'en serais pas plus, il devait être sous le choc, et Jaynes savait bien que lorsqu'on trouve un proche près de soi mort, on ne regarde pas comment il est mort, on ne regarde pas vraiment, on pleure. Les mieux placé serait quelqu'un l'ayant examiné, et il faudrait d'autres indications sur les quatre premières agressions.
-Sieur, je m'apense que le père-drollete nous apprendrâmes pas plus, il doit être pris dans moults tristance, respendant larmes à grant fuisson et lui donnâtes rememorance sarroit moult mescheant, et je n'aurois pas ce fel. Et vous sire et vostre costerie, que puet vous dire sur la beste? Avez vous vi de sa complexion ? Et dîtes moi, à quel période de nostre journée la beste attaquoit elle? Auroit il-eschappé a l'apercevoison qui est vostre quelques trace de griffe ou de croc, des empreinstes preste des corps ? Les bois sarroyent des buissonets, ou des forests touffuse ?
Traquer une bête c'était comme traqué un bandit, et dans le cas du bandit il fallait connaître toutes les techniques pour pouvoir esquiver la chasse, de plus Jaynes emprunté souvent l'identité d'un chasseur royal, et pour mieux parfaire cette dernière il avait appris comment il traquait, c'est d'ailleurs avec cette identité qu'il avait trompé le sieur d'Alonna, que les cinq ais son âme.
Jaynes attendit qu'on lui indique qui pouvait le renseigner sur les corps, déjà les attaques de la bête était assez compréhensible, elle attaquait dans la forêt à l'ouest, attaquant des cibles isolés, et ne s'approchant pas trop de la forêt, la deuxième cible étant la plus proche. La bête avait du manquer de nourriture et s'avançait vers le village, affamé. Mais pourquoi agressé un humain, si les corps étaient mangé, alors en effet la beste serez dangereuse, mais peu probable, il devait s'agir d'un animal enragé, ou quelque chose de genre.
Mais un autre point devais être éclairci, et cela avec les détails des corps, une beste, ou plusieurs ? Si les corps avaient subis les mêmes coups on en serait à une seule, s'il était différente, on aurait à faire à deux beste dans deux forêts.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Jeu 23 Juil 2009 - 17:23

Les trois nobles se montraient concernés et débattaient ensemble au grand soulagement, d’Heinrich qui regardait la réunion, sans trop comprendre ce qu’il se tramait. Il se contenta d’acquiescer à l’idée de Tourmalin, garder des hommes dans le bourg semblait une sage idée. Mais Aemon souhaitait rencontrer le père de la dernière victime de la Grand Beste, mais l’objection de Mathieu de Loupannie trouva l’appui de Schlüpp.

Sieur de Loupannie a raison, Dieter se terre chez lui et n’ouvres plus sa porte. Il n’a plus dit mot depuis le drame et porte le deuil de son unique enfant. J’ai vu les précédentes victimes, Messeigneurs !! Un cerf ! Coupé en deux !! … Tripes et boyaux jonchant le sol … Nous pensâmes à un ours descendu des Monts ! Mais nooon … Un ours ne peut pas faire ce que j’ai vu … Deux veneurs ont péri en tentant de traquer la Bête … Hans … Le pauvre … On a retrouvé que sa tête, sous de basses fougères … Pour Jan … Dans une petite clairière en Wulfenväld, laissé comme une carcasse pourrissante … A moitié dévoré … Aucune trace autour des corps … J’ai jamais vu ça, Messeigneurs !!

Le ton de Schlüpp se faisait de plus en plus amer, ses jeunes hommes, c’est lui qui les avait envoyé en reconnaissance, c’est lui qui avait du dire à leurs mères que leurs enfants étaient tombés. Heinrich prit la parole, un peu hésitant

Moi ! … Euh, moi j’ai vu le corps de la malheureuse enfant … avec Stefan !

Heinrich pousse le vieux serviteur légèrement, qui se voit contraint à prendre la parole devant les seigneurs

Oh … euh … La pauvre petiote, oui, oui … Le visage presque arraché … Oh par Néera !

Le bras … Dites-leur pour le bras !

Oui, oui, Monseigneur … Son bras droit était arraché, pas de traces de crocs, Messeigneurs ! Arraché !

Heinrich s’avança alors vers Mathieu et répondit à ses interrogations, usant d’un ton légèrement jovial bien que totalement inappoprié, à la situation

Ursenväld est un bois de feuillus denses, peu de gibier mais du bon bois de chauffage et de charpente, n’est-ce pas, Schlüpp ? … Wulfenväld, j’envisageai d’en faire mon domaine de chasse, mais pas tant que cette maudite Bête rôde, par les Cinq !

Il sourit puis se ravisant devant les regards désapprobateurs de l’assemblée, il se reprit et poursuivit.

Bien, bien … Combien d’hommes disposez-vous, Messire de Loupannie ? … Nous devons former les groupes … Et Reynald, soyez en sur, avec l’aide de nos amis, nous vengerons la perte de … de … ses deux jeunes hommes … et de cette petite gueu… fille

Schlüpp regardait le seigneur s’emportait dans un discours qu’il maîtrisait bien mal et ne put que faire un signe de tête, l’air déconfit devant tant de bêtises. Il releva les yeux de la carte vers le Baron et le Baudrier.

D’autres questions, Messeigneurs ?
--------------------------------------------------------------------------------

Stefan
Age : une petite coquetterie veut qu’il réponde toujours : « Aah, bien trop vieux, héhéhé »
Description :1m75 et maigre. Ses cheveux et ses rouflacettes sont blanches et son visage est tout ridé. Ses yeux noirs sont dissimulés sous d’épais sourcils broussailleux et il porte une tunique marron et épaisse qui lui tombe jusqu’au genou.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Jaynes
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 48
Âge : 25
Date d'inscription : 11/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Jeu 23 Juil 2009 - 18:27

Jaynes prit un des siège autour de la table, en écoutant les hommes parler, une chose était sûr, il était horrifié. Ces hommes étaient faible, peu apte à gérer ce genre de problème, il aurait dut traquer la bête depuis un petit moment, là elle connaissait mieux le terrain, et bouger de plus en plus. Il fallait espérer qu'elle ne change pas d'endroit pour aller attaquer le village voisin, ce qui plairait aux gens du coin, mais pas à Jaynes qui voulait tuer cette bête.

Attention, il n'était devenu bon, quoiqu'il se sentait bien en noble, qui aidé les pauvres, une sensation de bien être, mais on ne vivait pas en faisant le bien, en tout cas pas pour lui. Il comptait trouver et tuer cette bête pour faire connaitre le nom de Mathieu de Loupanie, chevalier errant. Là certains dirons qu'il était fou à vouloir se faire connaître, mais non, c'était bien plus fin, la famille de Loupanie était un peu connu de nom, mais pas de personnes, et Mathieu serait un descendant oublié, qui erre sans terre, un chevalier errant, voilà qui plaisait à Jaynes.

Donc les corps étaient tous affreusement bien meurtris. Ce qui était assez étrange c'était le cerf, pourquoi un seul animal en victime, les animaux sont plus facile à trouver. L'animal était donc agressif, il était facilement imaginable que d'autres animaux l'avait nourris, et il se nourrissait d'humains, au dire de l'homme. Enfin il ne fallait pas trop se fier à ses dires, les gens disait ce qu'il pense être vrai, mais ce n'est que récit déformé.

-Souate, la beste est donc repéré dans l'Urserväld, sa dernière victime fut faites là bas, elle doit se déplacer, je pense ancré les recherches en nous divisant en deux, laissons Wulffenväld pour l'instant, de toute manière la beste n'attaquera pas le village. Interdisait à tout malandrins de passer dans les bois jusqu'à nouvelle ordre, pour le ramassage de bois organisez en en groupe pas de personne isolé, la beste n'attaquera pas un groupe. Pour l'Urserväld, et bien, la dernière proie vu à la lisière sud, au vu de ses déplacements elle à dut se réfugier plus au nord, et doit redescendre pour chercher à se nourrir. Partons donc pour Urserväld et traversons la forêt en grande pompe; Avec les chiens partons de là ou la drollette fut tué et suivons la piste vers le sud, en espérant que les chiens flaire quelque chose.

Si la beste était en Urserväld, la piste serait simple à suivre, la forêt n'étant pas une forêt très peuplé en animaux. De plus les chiens sentirais l'animal, qui ne devait pas être d'ici, Jaynes pensait à un ours, ou un animal plus agressif, peut être un kergand en rut.

La dernière question fut la pire, Jaynes aurait préféré qu'on évite de parler de lui et de sa noblesse, bien que la question était indirect elle nécessiterais d'autres question sans doute. Une chose importante resté calme et naturel. Une chance Jaynes était un professionnel pour mentir, une seconde nature chez lui.

-Hélas monsieur vous vous méprenez sur moi, je n'ai de nobles que le titre et non la coterie, et encore le titre nous pouvons dire que nous l'avons perdu il y a plus de deux siècle avec nos terres. Je suis un chevalier errant, mais ne parlons pas du passé plutôt de l'avenir, je suis seul, j'espère vous aider avec mon expérience dans la chasse, bien que j'ai longtemps chassé le drow, plutôt que la beste.



HRP: La flemme de continuer les dialogues en Moyen français è_é
Revenir en haut Aller en bas
Herménégildoricius
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Âge : 47
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Ven 24 Juil 2009 - 7:07

Un fat de plus que ce sire de Loupanie! Décidémment la collection n'en finissait pas de croître! Il donna bien de l'humeur à Herménégildoricius qui ne put contenir un soupir désapprobateur quand ce chevalier errant dévoila une stratégie étourdissante de drôlerie... Traverser une forêt en grande pompe n'était peut être pas la meilleure solution pour capturer un gibier. Il ne viendrait pas faire montre de sa férocité devant une riche compagnie de gentilshommes affutés tel des coutelas d'orfèvre! Le baudrier regrettait en cet instant de n'avoir pas emmené avec lui quelques uns de ses Leümberjack afin de régler les affaires proprement et de façon efficace. Ses hommes auraient pu creuser des terriers afin de prendre la chose en embuscade ou même l'attendre perchés dans les arbres et lui sauter sur le dos pour le lacérer à grand coup d'opinel. Avec tout ses vaillants suivant, Tourmalin aurait même put raser les deux bois et fournir un bien précieux produit de chauffage aux citadins. Produit qui, au vu de la quantité de bois, leur aurait sans doute permis de se tenir au chaud durant plusieurs années. L'humanisme du Baudrier était décidément à la hauteur de sa bravoure.

De même, le baron semblait vouloir enquêter avant de partir en chasse, mais quel intérêt? Ces valeureux guerriers avaient ils donc pris les étranges manies des gens de plume de l'administration de Diantra? On sait bien que l'on recherche une créature extraordinaire et non point commune beste. Les villageois et nobliaux du bourg n'auraient pas fait appel à des renforts si ils n'en étaient convaincus. Les peu communes bestes sont aisément identifiables puisqu'elles ont la particularité de n'être que peu souvent vues. Herménégildoricius se sentait suffisamment pourvu mentalement pour les débusquer... Faiblesse peut être de sa part. Toujours est-il qu'il pensait son plan bien supérieur.

Masquant de son mieux son désarroi, notre preux n'écouta que d'une oreille distraite les élucubrations de chacun. Il nota les atrocités commises par la créature et après une rapide reflexion il prit la décision de quitter ce pusilannime conseil. Il prit le chemin de la sortie et salua bien bas chacun des diginitaires présents ainsi que le bon Stefan. Ce ladre là devait être un bien obséquieux et servile personnage... le genre d'homme qu'estimait beaucoup le Baudrier d'argent. Il traita même avec déférence donc, le pourceau de soudard qui avait balayé d'un revers de main les ingénieux plans du capitaine des Leümberjack d'Oesgard.

" Tout ces babillages ne me conviennent que peu. Décidez en votre âme et conscience de la marche à suivre, pour ma part je me contenterais de vous être un bras téméraire et infaillible. Ma place est au combat, informez-moi lorsque vous aurez choisi votre voie. Elle sera forcément juste et sage."

Ayant dit, il quitta la pièce la tête haute et s'en fut sur la place ou il put jaser un peu avec les gueux présents. Il avait toujours aimé leur proximité. Traiter avec des gens simples était un passe-temps délassant tant il est vrai qu'on se sent toujours supérieur face à un sous homme, étranger de surcroît. Il est à noter d'ailleurs que le Baudrier avait un charisme qui ne manquait jamais de susciter l'admiration des bélîtres.
Revenir en haut Aller en bas
Aemon d′Ancenis
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 129
Âge : 116
Date d'inscription : 26/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Ven 24 Juil 2009 - 19:09

Aux manifestations de panique des gens de Farendam, l'un des veneurs d'Aemon s'agita légèrement. Tandis que Loupanie marquait une pause, celui-ci murmura à l'oreille de son seigneur une supposition qui enflamma d'autant plus la curiosité du borgne. "Messire, peut-être s'agit-il du monstre de Hautval, celui-là même qui a tué l'héritière de Charles et les deux prêtres. Il a pu partir vers le nord à la recherche d'un refuge, et ces forêts sont assez giboyeuses et touffues pour qu'il s'y terre un moment sans craindre la faim."

Cela paraissait au maître d'Ancenis vraisemblable, et les soupçons d'Herménégildoricius paraissaient prendre du poids. Le monstre de Hautval n'avait pas eu peur de tuer en plein coeur d'une cité humaine. On disait qu'il avait, lui aussi, mutilé les êtres qui s'étaient trouvé sur son passage, et ce à trois reprises. Peut-être avaient-ils affaire à un être démoniaque doté d'une force surnaturelle. A cette idée, le baron sourit. La chasse promettait d'être aussi dangereuse que passionnante. Malheureusement, les gens de la bourgade manquaient clairement d'expérience ou de jugeotte. Aucune trace n'avait donc été relevées ? Il ne voulait pas chasser une bête si féroce que le monstre de Hautval sans avoir levé quelques zones d'ombre.

"Doux sire, je crois qu'il vous faut écouter le capitaine d'Oësgard. Si la bête n'a pas attaqué en dehors des forêts, il semble qu'elle soit moins craintive à chaque meurtre. L'odeur du sang humain, sûrement, exalte son appétit et sa férocité. M'est avis que quelques gueux à guet et en arme pourrait se révéler une sage précaution. De plus, s'il vous plaît, j'aimerais parler à l'homme de la petiote. Je reste persuadé qu'il pourrait nous éclairer un peu avant la battue du lendemain. Pour le reste, j'hésite entre une battue générale et une courre plus spécifique sur le bois d'Ursenväld, qui paraît, comme l'a démontré le sieur de Loupannie, l'endroit où doit rôder la bête."

En vérité, il ne voulait pas faire fuir une bête peut-être unique. C'était une chance pour lui d'accrocher sur les murs de sa maisonnée un trophée inédit. A la fin de la journée, si la bête lui paraissait trop dangereuse, il préconiserait la tactique de Mathieu, dans le cas contraire, il voulait ratisser large pour ne perdre aucune chance d'isoler et de prendre le monstre.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Ven 24 Juil 2009 - 21:05

Alors que le conseil continuait toujours dans la demeure de Schlüpp, le Baudrier d’Argent sortit en claquant la porte, se retrouvant face à la piétaille qui continuait de se rassembler sur la place. Il gravit sur un abreuvoir pour haranguait la foule dans un discours passionné.

Mez amy!
Bonne gens de Farendam,
Je ai l'onneur de me presenstez par devan vos car moy Herménégildoricius,
Me vien ouïr moult fanfaronades et mépris de vos, Li meschant Sieur de Loupanie voiloit faire fi de la beste et menez pompeuse aventure ou queste pour sa gloyre.
Oncques mais!
Oncques mais! je le respeste dedans la patry d'Oesgard nos gens furent mesprisés de telle sorte
Iceluy nobliau doit estre chastiez suivez moi valeureulx
Arrestons ce fielleux
Sus à la beste et au nobliau moult arrogant!!




Après un petit temps de latence, la gueusaille s’agglutina autour du Baudrier et répondit à ses harangues en hurlant, dévoilant de nombreuses bouches édentées.


C’est à ce moment que la porte de chez Schlüpp s’ouvrit, dévoilant le baron d’Ancenis qui s’avançait d’un pas décidé, suivi de près par le bourgmestre. Heinrich et ses fils sortirent à leur suite, cherchant du regard de Tourmalin pour pouvoir lui signaler que son plan visant à diviser les recherches avait trouvé l’appui de la majorité. Loupannie, lui, eu à peine mis un pied hors de la demeure de Schlupp, que les gueux se ruèrent sur lui en beuglant.


Bougre eud’salopiot !! On va te lincher !


Dans un concert d’injures, Loupannie fut attrapé et mis au sol par la gueusaille en colère. Les tentatives de Heinrich pour faire revenir le calme furent plutôt vaines et le destin du faux noble semblait bien noir, lorsque Aemon et Schlüpp reviennent de chez le père de la dernière victime.


Ordre de post

Jaynes, Hermé, Aemon

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Jaynes
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 48
Âge : 25
Date d'inscription : 11/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Sam 25 Juil 2009 - 14:43

Jaynes fut l'un des derniers à rester dans le bâtiment, le guerrier du petit nord partant dehors, avec un discours de gueux, bien qu'il portait le nom de Tourmalin, il n'est ni noble, ni malin, mais juste bête à en vomir. Dire que le petit nord comptait sur ce truc pour tenir sa sécurité, ses rustres n'avait pas encore compris qu'il fallait mêler la force avec le cerveau, et non pas que l'un. Mais à la vue de leur chef foutre dieu le petit nord était bien mal partit s'il comptait sur ce genre d'hommes. Enfin bon chacun était libre de choisir ses capitaines, dans sa bande Jaynes n'aurait jamais confié le commandement à Louis, trop brute et pas assez réfléchis, mais aurait préféré Bertrand, plus malin et rusé, à Oësgard on semblait juger les gens par leur force physique délaissant la mentale, mauvaise tactique.
Enfin bon, une chance les gens d'ici écoutait la raison plutôt que l'imbécilité du petit nord. Mais passons sur ça, la fin de la réunion arriva donc, et notre bandit sortis attendant d'avoir l'occasion de chasser la beste. Mais quel fut sa surprise quand les gueux lui sautèrent dessus, parlant le patois local, incompréhensible. Apparemment il lui en voulais, mais pourquoi donc ?
Une horrible vérité lui secoua le crâne, l'avait t-on reconnut ? Mais comment, il était inconnu ici sous le nom de Jaynes, les Eraciens ne le connaissait pas non plus, et la plus part de ses victimes était mortes ou aveugles, ou bien pires encore. Mais c'était la seule explication. Jaynes n'eut pas le temps de dégainer qui fut attrapé par les gueux et jeté au sol, il eut juste le temps de casser le nez à un de ses malandrins par un coup de tête bien placé avant d'être immobilisé au sol.
Soit il avoué est serait pendu après la chasse, soit il mentait, et il aurait une chance de s'en sortir, alors autant mentir. Si seulement sa bande était dans le coin, ce village serait en feu, et il aurait pu s'enfuir. Enfin s'il le maintenait en prison, pendant plus de deux jours ce village serait bientôt en feu. Mais pour l'instant autant justement faire durer le temps en ne reconnaissant pas sa vrai identité. Pourtant quelque chose cloché, les gueux étaient en colère, mais non pas comme ils devraient l'être devant un bandit, plus calme, plus amical, bien qu'amical soit bien faux, mais aucun coup, il se contentait de l'attaché, ce qui fit tilter Jaynes.
-Lâchez moi Belitres, c'est ainsi que vous traitait les nobles par ici. Je suis Mathieu de Loupanie, noble sans titre, mais nobles, alors je vous ordonnes de me lâcher maraude, vous n'avez aucun droit, et vous pendrez tous au bout d'une corde si vous continuer de la sorte. Je viens ici, fixe des plans pour traquer la beste qui vous hantent, et vous m'attachez au sol, et vous voulez me pendre, maraude, aller faire votre révolution ailleurs, si vous ne voulez pas connaitre que m'offensez relève de la folie.
Revenir en haut Aller en bas
Herménégildoricius
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Âge : 47
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Dim 26 Juil 2009 - 18:47

Le plan du Baudrier faisait merveille! Quelle douce vengeance a ses yeux que de voir le soudard fanfaron se faire molester par les bien bons gueux de la cité. Herménégildoricius se gaussait interieurement et se satisfaisait du spectacle, il constata avec douleur pourtant que les purotins n'etaient guère mauvais bougres et ils se contentèrent de ligoter le malandrin. Après tout ce n'était pas si mal avisé puisque les gens d'armes d'Aemon étaient proche et qu'ils ne manqueraient certainement pas d'intervenir en cas de trop grand désordre.

Le Baudrier d'argent s'avança et fendit la foule des misérables à la dentition bien peu soignée. Les dentistes se faisant rare en ces contrées défavorisées de Miradelphia (que le baron me pardonne ce trait d'humour), il est vrai qu'il était fréquent de se cacher les yeux lorsqu'un gueu tentait de faire joviale mine. Le peu qu'il restait dans les putrides bouches pourissait à vue d'oeil et quelque homme de l'art exercé aurait pu distinguer des vermisseaux, voir peut être toute une colonie d'animaux exotiques se terrer entre une canine tremblante et la langue pustuleuse.

Mais Herménégildoricius n'était pas là pour inspecter la bouche de ses compagnons d'un soir. Il regarda le seigneur de loupanie et sourit. Il dégaina son épée.

"Voyez vous, mon bon ami, il est dangereux à l'extrême de courousser un parangon tel que moi. Vous avez cru bon de me dédire devant une multitude d'hommes preux et dont la valeur n'est plus à faire, alors je crois bon de vous infliger pire humiliation encore. Je ne vous ai pas fait douleur de ma main car c'eut encore été vous faire trop d'honneur, ces gueux là sont bien assez digne de vous rosser."

Dit-il sur un ton sinistre et mélodieux. Une mélodie infernale, vicieuse et lancinante.

Il asséna un violent coup de pied dans le thorax du sieur fat et partit d'un rire tonitruant...

"HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAA" tonitrua t-il.

"Que vos plans ont l'air moins ingénieux lorsque l'on vous mire dans toute votre splendeur! Pauvre hère que vous êtes, pourceau, Goret dont la turpitude a été prouvée en cet instant... Vous mériteriez que la foule se soulage dans votre gorge."

Le baudrier mit les mains sur ses hanches et se remit à laisser libre cours à sa joie exhubérante. Oh mon dieu qu'il était doux de voir un tel homme si fier et si justement ravi...

Il va sans dire que nombreux furent ceux qui auraient les larmes aux yeux devant tant d'émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Aemon d′Ancenis
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 129
Âge : 116
Date d'inscription : 26/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Lun 27 Juil 2009 - 17:40

Une dizaine de cavaliers se rendirent jusqu'à la cahutte du bûcheron, qui s'était barricadé comme il pouvait. Enfermé dans son modeste logis, à l'orée de la forêt et, ainsi, non loin du spectre encore tremblant de sa fille, il devait s'adonner à tuer la mémoire et le temps avec quelque piquette achetée à l'auberge. Une fois le seigneur et le bourgmestre Schlupp devant le battant de la porte, le baron frappa. Ohé ! Ohé ! cria-t-il devant le silence. Frappant plus fort alors, des cris lui répliquèrent. Le bûcheron le priait de partir, de le laisser tranquille, ce qui eut l'avatage d'irriter le baron, qui ne s'en laissait pas conter de si belles.

On menaça de défoncer la porte, frappant toujours plus fort. La tension était palpable, et les cris derrière du bucheron étaient devenus des suppliques. Enfin, le bûcheron céda avant sa porte et ouvrit bien obligeamment au bourgmestre et au seigneur, accompagné de son chapelain et d'un veneur. Le chapelain pria le malheureux de s'asseoir. Il s'exécuta, et l'interrogatoire commença. Les premiers moments étaient laborieux, mais une fois que le baron eut giflé le témoin, ce dernier se ressaisit. Il décrit la bête qu'il avait vu, offrant un témoignage grossier de la bête, de sa démarche et de ses bruits, mais un témoignage somme toute utile. Le seigneur savait à présent ce qu'il devait chasser. Lorsqu'Aemon continua à questionner le bûcheron, notamment sur le lieu de son apparition, ce dernier recommença un sangloter. "Allons mon bon, soyez un homme", le rabroua sèchement le seigneur d'Ancenis, qui semblait manquer cruellement de sensibilité vis-à-vis du vilain, sûrement trop occupé à rêver de la chasse prochaine. A ces mots, le paysan cria, furieux. Son visage s'était transformé, il s'était fait agressif. Dressé de toute sa taille, Dieter le bûcheron tenta, happé par l'émotion, d'infliger au baron une correction, qui l'esquiva. Alors qu'Aemon l'admonestait encore, le bûcheron se dirigea vers sa hache, retenu par Schlupp, qui cria à l'Ancenois et ses hommes de sortir avant qu'un nouveau meurtre ne se produise.

Le baron, suivi de son chapelain et de son veneur, sortit alors, méditant les paroles du bucheron. Une fois en selle, son prêtre dit qu'il n'eut peut-être pas été nécessaire de montrer si peu de douceur à l'égard du pauvre Dieter. Aemon haussa les épaules et temporisa, le temps de trouver une raison à la dureté de son attitude. Il n'eut pas le temps de répondre, car le village semblait se révolter sous les yeux de ses cavaliers. Le vacarme et le chaos avaient envahi la place de ce village pourtant si calme quelque temps auparavant. Fonçant au coeur du trouble, Aemon rassembla ses hommes, qui ne tardèrent pas, chevaux et chiens de leur côté, à encercle la harde de paysans.

"Foutrarcan, mais que se passe-t-il ici ?" hurla le baron d'Ancenis, perplexe devant ce mouvement de violence de la part de la piétaille.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Lun 27 Juil 2009 - 20:59

Devant l’arrivée d’Aemon et de ses sbires, la gueusaille semble se calmer, lançant des regards coupables vers le Baudrier. L’un d’eux, assis sur le dos de Mathieu, prend finalement la parole après un bref temps d’hésitation.

C’est c’te Môssieu là, qui qu’nous a dit que c’te malandrin, y veut pas chasser la Beste, Monseigneur … Et en plus, v’là ti pas qui nous z’insult’ ! Moi j’dis … Qu’on le pende !!

Les paysans hurlent leur approbation jusqu’à ce que la tête du téméraire qui avait osé prendre la parole ne virevolte dans les airs pour s’écraser sur le sol et rouler jusqu’au pied d’Herménégildoricius. Une rumeur parcourut la foule alors qu’Adolf von Östmar rengaine son épée en ajoutant.

Cette gueusaille est si crédule … Monsieur de Tourmalin ! Veuillez vous expliquer ! Il n’est pas bon de fomenter quelques jacqueries en ces temps troubles

Le jeune noble renifla avec mépris devant la piétaille qui s’écartait de Loupannie et il releva le noble et fit défaire ses liens par ses propres hommes. Il s’adressa ensuite à lui, ne voilant toujours pas son mépris.

Quand à vous, Messire de Loupannie … Vous ne semblez guère plus intelligent que ces gueux. Les insulter ne me semble pas être la meilleure façon d’obtenir la paix

Schlupp consterné, invite alors les gueux à rentrer chez eux et à préparer la battue de demain, qui débutera aux aurores.


Ordre de post :
Hermé, Aemon, Jaynes

Les explications d’Hermé et le débat qui suit … Tout acte de violence se verra puni par un emprisonnement immédiat sur ordre de Adolf … Un peu de tenue !!

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Herménégildoricius
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Âge : 47
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mar 28 Juil 2009 - 13:25

Alors la cavalerie se montrait enfin et le malandrin ne serait pas châtié. Les supplices asiatiques que préparait Herménégildoricius n'auraient donc pas cours. Désappointé, il se promit qu'il bénéficierait encore de bien d'autres occasions de flétrir l'âme et le corps d'un Rodomont. Aemon semblait avoir de l'humeur au vu du verbe haut qu'il employa pour pester contre la vanité des conflits humains. Oui des conflits humains, soyons général, étendons notre propos à toute une race, car il ne m'étonnerait guère que le sire d'Ancenis soit un philosphe habile.
Un philosophe qui disposait d'une suite lourdement armée et diablement redoutable. Le baudrier, bien que vaillant coeur, n'aurait pas osé défier pareille escorte, il fallait rester un brin cohérent.

Les gueux, eurent une attitude mitigée. Il commencèrent par chercher quelque réconfort dans le regard de velours de leur maître harangueur, mais il n'y trouvèrent qu'un dédain profond. Puis, par un coup d'épée bien senti, la tête d'un miséreux vint s'écraser aux pieds d'Herménégildoricius. Le nobliau Adolf prenait donc toute son envergure en cet instant. Il était vraisemblablement un leader naturel.


"Cette gueusaille est si crédule … Monsieur de Tourmalin ! Veuillez vous expliquer ! Il n’est pas bon de fomenter quelques jacqueries en ces temps troubles"

Le baudrier ne dit rien sur l'instant. Il jouit de la réprimande adressée au sieur de Loupanie déjà fort humilié et vit Schlupp renvoyer les gueux en leurs demeures.

Il prit une profonde inspiration et parla ainsi que je vais dire.


"Sire maître escrimeur, bel Adolf von Östmar, Grand baron, j'ai toute les raisons du monde d'avoir quelque ressentiment à l'encontre de la créature prostrée ici et qui se dit noble. "
Il désigna Loupanie d'un geste vague.

"Je puis vous assurer que mes intentions furent, sont et resteront pures, je ne souhaitais que donner une leçon à cette raclure de cloaque. Le camouflet que je viens de lui infliger suffit amplement à satisfeoir mon orgueil et vous n'aurez plus à vous plaindre de moi. "

Devant l'effet produit par son discours, il poursuivit, relatant les faits qui le poussèrent à en venir à de si cruelles extrémités.

"Je ne puis dire combien mon coeur fut blessé de voir ce fanfaron salir mon honneur par ses lâches dire. Sa forfanterie devait lui en coûter! Qu'on sache que le baudrier ne se laisse pas insulter de la sorte et punit les ladres des crâneries qu'ils profèrent. Cet homme honni semblait marquer le plus grand mépris à l'encontre de ma personne et des idées que j'avais eus la finesse d'apporter. En apprenant la pauvreté de sa lignée, je ne pouvais me résigner à le provoquer en duel, à lui accorder la gloire d'être tué par mon espadon. "

Il se redressa, satisfait de lui-même. Puis il se tourna vers Adolf.

"Vous êtes un preux seigneur, cher Adolf Von Östmar. Je sais que vous appréhendez mieux que quiconque les subtilités du code de l'honneur et l'embarras ou j'ai pu me trouver. Je vous vois un futur illustre, digne de celui des plus grands héros d'Olysséa. Je sens votre âme touchée par mes actes mais je ne doute pas que vous vous rangerez de mon côté quand vous entendrez les lâche paroles de cet infâme."

Il épousseta son équipement puis héla Aemon.

"Sire, je vois que vous fûtes prompt à partir chercher des renseignements, votre pêche a-t-elle été frucuteuse? Informez-nous donc de ce que vous avez appris et que l'enquête puisse commencer."
Revenir en haut Aller en bas
Jaynes
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 48
Âge : 25
Date d'inscription : 11/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mar 28 Juil 2009 - 16:27

Jaynes commençait vraiment à s'échauffer, la colère grouiller en lui face à ses gueux qui osait le braver, ils cramerait ce village, dès qu'il aurait rassembler sa bande il recruterait quelques bandits du coin pillerait le manoir et cramerait le village avec tout ses habitants, ils seraient qu'on ne touche pas Jaynes, ou Mathieu de Loupanie, même si ce nom serais contrarier enfin, cela n'était pas important actuellement.
Quand à ce belitre d'Oësgard, il serait l'homme le plus torturé de l'histoire. Jaynes ferait en sorte qu'il perde bien plus que son honneur, et s'il échouer, il lèverait suffisamment d'hommes pour mettre à sac la baronnie du Nord, on disait que la guerre était des plus probable dans ses contrées, alors ce capitaine serais pris entre deux ennemies, et s'il tomber entre ses mains serait torturer à mort, comme seul un drow aurait pus le faire.
Pour l'instant il fallait se défendre, et surtout enterré cet homme, Jaynes était sans doute moins fort que lui dans un duel, dans ce cas se serait à éviter. Mais il savait bien parler, comblant son maque de muscle par un esprit rusé et malin, cet ahuri avait voulu lui nuire, et il lui avait laissé deviner, quel sombre crétin.
L'homme du nord se mit à baratiner des paroles incohérentes et stupides, des discours sur des choses fausses, il se pavanait d'être un homme d'honneur attristé de voir ses idées décrié, et dévalorisé. De plus il avait une plaidoirie affreusement horrible, il ne valait pas trop en demandais à un guerrier qui apprendrait à taper avant de parler.
Jaynes s'avança en s'essuyant, en souriant doucement face à l'homme, avec un sourire des plus cynique. Il l'écoutait en marchand par ci par là, et en finissant de s'essuyer. Puis il se tourna vers Adolf, n'ayant pas couper la parle au gueux-noble du nord.
-Messire von Östmar, veuillez excusez mes paroles trop vive envers vos gueux, la colère m'a prit de me faire saisir par ses hommes sans en savoir la raison, qui maintenant est des plus clairs, et je vous pris d'excusez ce que je vais dire à l'instant mais ce n'est que pur vérité.
Loupanie se tourna vers le bandit en le pointant du doigt.
-Cet homme, celui-là même qui se réclame d'être noble, n'a respecté aucune conduite de la sorte, et vous monsieur Adolf, vous semblez être un homme d'honneur et de respect, croyez vous que traitez un de vos semblables ainsi, en levant des hommes contre leur grée, en mentant, en frappant un homme désarmé en ne lui laissant aucun moyen de se défendre, je pense que comme moi ses manières vous laissent profondément dégouté, n'est ce pas ?
De plus, il semblerait que cet homme agisse pour son seul honneur, oubliant, pourquoi nous sommes là, nous sommes là pour aider le peuple, et pas pour se battre en nous; Nous apportons notre aide à Alodf et les autres, et vous monsieur qui se prétend noble, vous osez vous jouez d'eux, leur mentir, et en plus causer la mort d'un d'entre eux, mais ou est passé votre honneur, prétendu homme de rang. Vous ne valait pas mieux que ses drows qui mentent et agissent aussi sombrement. De plus vos idées étaient posé mais vous êtes bien trop bête pour essayer d'entendre d'autres idées, monsieur vous êtes un cul terreux, et je demande à ce que vous soyez emprisonné le temps que la beste soit trouvé pour éviter que vous venez nous empêcher d'aider ce village. De plus nous avons surtout besoin d'intelligence pour traquer la beste, et non de personne en étant dépossédé comme vous l'êtes, gardé vos abattage de forêt, pour votre maison.
Jaynes se tenait à trois mètre devant le garde du nord, le regardant avec hauteur et mépris; Il s'attendait à une crise de colère de la part de son ennemie. En vrai il l'attendait, son bras gauche appuyé contre son flanc, touchait le bout d'une des dagues qui attendait à sa ceinture. Au moindre signe de violence, l'arme volerait dans la gorge ou un autre endroit du corps du belitre.
Revenir en haut Aller en bas
Aemon d′Ancenis
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 129
Âge : 116
Date d'inscription : 26/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mar 28 Juil 2009 - 18:23

Adolf, le fils du conseiller d'Olyssea, trancha dans le vif du sujet. Déjà les gaillards de Farendam s'égaillaient au son de l'épée épousant la chair de quelque gueux un peu trop vindicatif. Cet homme-là savait traiter avec la piétaille, et c'était fort bien. Attiré par la gravité de la situation, le baron d'Ancenis fit avancer son cheval de quelques pas, pour écouter les discours des deux nobles chasseurs. Les mots n'étaient pas doux, et la courtoisie, ce maigre voile dont essayait de se parer tant bien que mal la noblesse, s'était déchirée, remplacée par l'agressivité des deux loups.

Voilà qui se révélait intéressant, se disait le Borgne. Les deux chevaliers se regardaient en chiens de faïence, attendant que l'un ou l'autre ne débute les hostilités. Ils se crachaient dessus les propos liminaires à tout affrontement en règles. Mathieu de Loupannie se montrait prolixe à agonir d'insultes un homme pourtant réputé pour sa force et son manque de tempérance, voulant venger son nom voire salir celui des Tourmalin. Aemon avait peut-être mal jugé le ladre, qui, à première vue, n'avait rien d'un brave. Il avait la complexion d'une donzelle et ses yeux, clignant sempiternellement, lui donnait un air affecté qu'on ne retrouvait que dans les cours les plus précieuses. Peut-être que cette apparence de jouvencelle cachait une âme belliqueuse et fière, prompte à dégainer la flamberge et faire couler le sang.

"Messire Adolf, il semblerait que ces deux hommes-ci entretiennent des fort mauvais sentiments l'un l'autre. Une chasse dans un tel état ne serait pas indiquée, et je crains trop quelque accident venant ternir le tableau de cette traque qui, si elle aboutit, nous couvrirait tous de gloire. Il faut régler cette affaire ici. Il est clair que le capitaine de la garde oësgardienne a sali l'honneur de Mathieu de Loupannie, et que celui-ci, par ses insultes, cherche à couvrir le nom des Tourmalin de honte. Je propose qu'ils règlent ce différend au cours d'un duel, afin que les dieux règlent cette querelle comme bon leur semblera. Cela départagera une bonne fois pour toutes ces deux gentilhommes, et nous pourrons passer sur cette affaire."
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mar 28 Juil 2009 - 20:10

Adolf, séduit par la proposition d’Aemon, prit la parole, trop heureux d’être au centre des attentions.

Voilà qui est bien dit, Messire d’Ancenis ! Messieurs ! Règlons ce différent entre gentilhommes … Un duel au premier sang devrait régler l’affaire. Monseigneur d’Ancenis sera le témoin de Monsieur de Tourmalin, et Uberus, celui de Monsieur de Loupannie … Je ferais l’arbitre … Si l’un de vous ne respecte pas l’accord, je le ferais moi-même quitter ce monde

Le deuxième jouvenceau leva la tête et la hocha légèrement en signe d’accord. Il était bien las de tout ce brouhaha et bailla bruyament en se levant pour assister au duel.

Ordre de post
Hermé, Jaynes et Aemon

Le duel … Le gagnant a été désigné par les dés … Toute tentative de meurtre se verra puni par l’enfermement ET par l’exclusion de la quête …

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Herménégildoricius
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Âge : 47
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mer 29 Juil 2009 - 16:51

[désolé, mon post ne sera pas excellent, loin de là, mais je suis très très fatigué, je vais aller à l'essentiel.]

Alors ainsi, duel il allait y avoir! Le Baudrier riait interieurement, le freluquet n'avait aucune chance contre un maître escrimeur comme lui. Il fut convenu que ce serait un affrontement au premier sang, avoir un mort sur les bras dans ces circonstances ne serait pas excessivement pratique. Herménégildoricius accepta de bonne grâce la joute et dégaina son espadon d'une main.

Il était très impressionant mais cependant, il ressentait tout de même un léger malaise... comme un mauvais préssentiment.

"C'est l'heure d'en découdre, fat..." fit il en se lançant à l'assaut.

A son grand étonnement, la resistance qu'il trouva chez le sieur de Loupanie fut plus virile que prévu. Le Baudrier en fut fortement décontenancé mais tenta de contre-attaquer en fendant l'air d'estoc et de taille. Il sembla prendre l'avantage rapidement mais les parades de Mathieu le ramenait chaque fois au point de départ.
Revenir en haut Aller en bas
Jaynes
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 48
Âge : 25
Date d'inscription : 11/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Mer 29 Juil 2009 - 20:36

Un duel, cette idée, déplut à notre Bandit. Il n'était pas chevalier au fond, et risquer sa vie pour l'honneur, grand dieu, quel triste idée. Mais le duel n'était pas à mort, voilà qui résout donc un problème. Le Bandit pouvait combattre, s'il perdait, il jouerais le déshonoré, et quitterait la place à la recherche d'un autre endroit.
S'il gagnait en revanche, il resterait dans ce village, qui serait des plus accueillant, et ou son honneur serait établit. Mais face au guerrier du nord, avec son espadon, il n'avait qu'a offrir la rapidité et la finesse de la rapière.
Jaynes accepta donc le duel, il s'étonnait de la tournure que prenait la situation, il n'avait jamais poussé une de ses fausses identité aussi loin, et il sentait naître en lui la fierté d'être un descendant des Loupanie, improuvé certes, mais pour lui cela était une certitude. Il aurait presque regretter sa vie de bandit, si son butin ne l'attendait pas dans une de ses planques. L'argent lui parlant plus que la fierté ou l'honneur, avec des souverains on obtenait plus de choses qu'avec l'honneur.
Hermé était un féroce adversaire, ses coups étaient puissant, mais pas assez précis pour l'atteindre. Il ne portait aucune armure, ce qui lui donnait l'avantage de l'habileté. Il faillit néanmoins le toucher à deux reprises, mais le jeu de jambes et les parades du Bandit lui évitèrent la défaite. Les contre attaques du capitaine était redoutable, et ce fut avec difficulté, qu'elles durent repoussés.
Le combat semblait être éternel, se résumant en attaque, en parade, en contre-attaque et en esquive. Jaynes n'osait pas encore attaquer, préférant épuiser son adversaire. Mais il s'épuisait lui aussi, son cancer l'épuisant plus qu'un homme normal. Il commençait à avoir du mal à respirer, si le combat durer encore, il finirait par tomber au sol, et à cracher ses poumons.
Il devait attaquer, et l'opportunité arriva avec un coup d'estoc. Le coup visait son bras gauche, bien envoyé, il était tout de fois, trop lent, laissant à Jaynes le temps d'esquiver en se déplaçant sur la droite. Jeu de jambe parfait, il envoya son arme vers sa gorge, mais l'homme réussit à dévier le coup qui alla lui égratigner la joue.
Coup raté, mais coup victorieux, le sang coulait de la plaie de l'homme, et la lame de l'arme était légèrement rougis. La victoire était acquise au Bandit, qui pourrait se glorifier comme un chevalier victorieux, triomphant, mais Jaynes était trop fatigué pour pouvoir le faire, il se retenait de tousser, sinon il finirait à terre, c'était dur, il avait la poitrine en feu, la respiration haletante, et le souffle coupé. Il essaya tout de même de retrouver assez de souffle pour parler, et regarde Adolf.
-Prima Sanguis...
Jaynes alla s'accouder contre un mur d'une maison, essayant de retrouver sa respiration. Il glissa sa main dans l'une des poches de sa veste, il trouvant une petite fiole, le liquide qu'il contenait le calma. La drogue était destiné à calmer ses crises d'épilepsie, les repousser pour dire le vrai, mais la potion servait aussi à calmer son organisme, renvoyer tout ce le combat avait réveiller, la peur, la pression le stressant. Il retrouva un peu de tonus et pointa le regard vers hermé.
-Jolie combat capitaine du nord.
Revenir en haut Aller en bas
Aemon d′Ancenis
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 129
Âge : 116
Date d'inscription : 26/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Sam 1 Aoû 2009 - 17:19

Les styles étaient différents. Antithétiques, même. Un homme bardé d'acier maniait - avec une prestance sinistre - une flamberge immense et docile, tandis que l'autre, sans armure, évitait les coups, les parant parfois de sa maigre épée. Deux mondes s'affrontaient, et l'honneur était en jeu. La vie de Mathieu de Loupannie l'était aussi, car un seul coup de l'espadon aurait pu lui trancher sans mal un bras. Si l'épaule avait été visée et touchée, Aemon n'aurait pas donné cher du chevalier errant.

Mais l'épaule ne fut pas touché, ni le bras, ni quoi que ce soit. Loupannie esquivait un par un les coups puissants de l'épée à deux mains pourtant étonnement véloce, cherchant à épuiser le capitaine de la garde des marches. Les premières rixes ne manquaient pas de piment, mais certains se lassèrent vite de ce non-combat. Cela manquait de fougue, glissa Aemon à son chapelain tandis que Mathieu esquivait de nouveau un coup d'estoc, un peu déçu de ne pas vraiment pouvoir voir le Baudrier d'argent en action contre un adversaire de sa taille. Si encore la cible de l'espadon avait été un familier ou un parent, Aemon aurait pu y prêter plus d'attention, mais le combat s'éternisait par trop.

Bientôt, Herménégildoricius laissa une ouverture à Mathieu de Loupannie, qui s'empressa, après une longue tactique défensive, de récolter les fruits de sa stratégie. Lançant un coup au niveau de la gorge du nordique, il gagna le duel d'un trait de sang net qui vint s'ajouter aux autres cicatrices du capitaine.

Après une harassante quoique plaisante escarmouche, Mathieu remporta la victoire, épuisé par la tension qu'avait dû nécessiter une défense si dynamique. Le Baudrier ne semblait quant à lui pas rutilant, fatigué par sa lourde épée. En voilà deux qui dormiront bien, se dit Aemon, qui craignait cependant que les hostilités ne reprennent pendant la courre. La combat fini, Aemon s'en vint féliciter les combattants, notamment le vainqueur. Ceci fait, le baron d'Ancenis cria qu'il était à présent temps de rentrer et de parler de l'affaire qui amenait toute cette noble gent dans le pays de Farendam.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   Lun 17 Aoû 2009 - 12:46

La famille von Östmar assista au duel près d’Aemon, les jumeaux se délectant du moindre tintement métallique alors que leur père couinait à chaque choc. Finalement, les dieux choisirent leur camp et Mathieu réussit à toucher et ensanglanter la joue du Baudrier. La rage se lisait dans les yeux du mercenaire qui semblait humilié par cette défaite, tandis que Loupanie devait s’appuyer contre un mur et prendre quelques décoctions pour calmer sa toux grasse et sa respiration saccadée. Le baron d’Ancenis enjoignit ses compagnons à reprendre les discussions autour de la chasse qui les avait réuni dans ce bourg, ce à quoi Heinrich de répondre.

Maintenant que l’affaire est réglée, laissez moi vous inviter chez moi, nous serons plus à l’aise pour discuter autour d’un bon repas.

Il se tourna vers le bourgmestre en souriant et ajouta.

Nous nous reverrons demain à l’aube mon bon Reynald !

Puis il tourna les talons, suivi par Stefan et quelques-uns de ses gardes,Uberus envoya un de ses suivants aider Loupanie, alors que Adolf, visiblement excité par les combats, se dirigea vers le mercenaire suivi de ses gardes et lui dit.

Monsieur ! Pas de chance, il me semble ! Je ne peux tolérer votre comportement … Les esprits de ses marauds sont déjà fort troublés, nul besoin d’en rajouter… Je me vois contraint de vous faire mettre au cachot pour trouble de l’ordre public, saisissez le !

Les gardes fondirent sur le Baudrier et l’empoignèrent fermement avant de le ligoter avec la corde qui était destinée à Loupanie. Le petit groupe emboita le pas du premier et se dirigea vers le manoir des von Östmar.

La demeure, gigantesque comparée aux bicoques des villageois, est situé au nord ouest de Farendam. Bien que reprenant les colombages et les toits en tuile, spécificitées des batisses de la région, on aperçoit au premier coup d’œil les décorations et moulures donnant un prestige éclatant au manoir. Sur le perron, en haut d’une volée de marches en pierre, une vision, qui pourrait semblait angélique à certains, attendait, vêtue d’une robe blanche immaculée. Hildegard von Östmar, jeune épouse de Heinrich, scrutait le retour de son mari et de ses invités.

Bienvenue Messeigneurs ! Stefan, allez en cuisine, nous devons rendre grâce à ses braves hommes qui nous viennent en aide !

Le premier groupe pénètre dans le manoir et s’installe dans le grand salon. Plusieurs serviteurs arrivèrent pichets de vins et verres à la main et servirent les invités du seigneur. Adolf et Herménégildoricius prirent un autre chemin et le Baudrier fut jeter dans une cellule étroite, où un petit wasisdass donnant sur les jardins, éclairé faiblement le lieu sentant le renfermé. Le fils von Östmar rejoignit les discussions qui avaient reprises.

Ordre de post
Jaynes, Aemon, Hermé …

Hidegard von Östmar
Age : 19 ans
Description : Petite blonde aux yeux verts, elle collectionne les surnoms angéliques. Sa beauté a rendue de nombreux hommes fou d’elle, mais c’est le seigneur von Östmar qui a obtenu sa main. Fille d’une famille bourgeoise de la région de Farendam, elle se montre particulièrement préoccupée par la bête qui sévit dans sa région natale.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bête de Wulfenväld[Quête]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La bête de Wulfenväld[Quête]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La bête de Wulfenväld[Quête]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Baronnie d'Olyssea-
Sauter vers: