AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Ven 24 Juil 2009 - 21:54

C'était une folie...

Je m'étais promis de ne pas chercher à la revoir, cela ne devait pas arriver. Je m'étais comporté comme le pire des goujats avec elle, l'embrassant et la plantant là sans me retourner, sans dire au revoir. Un vrai butor... Je m'étais comporté comme le dernier des vauriens en lui volant un baiser.

Et pourtant, je ne regrettais rien.

Si cela était à refaire, je le referais, sans hésitation. Parce que rien ne pouvait m'empêcher de regretter le goût de ses lèvres. En fait, si je devais regretter ce baiser, ce serait simplement parce qu'il ne serait jamais renouvellé et que mes nuits étaient peuplées de rêves enfiévrés totalement indécents. Si auparavant, j'avais rêvé d'Astéride de façon assez chaste, désormais, elle se faisait aguicheuse et tentatrice alors que le désir fouaillait mes reins.

Je secouais la tête, essayant de me remettre les idées en place. J'étais fou... J'avais commis l'erreur une fois de tomber amoureux d'une jeune fille au delà de ma condition et elle n'évait pas le dixième de noblesse d'Astéride. A croire que je ne savais pas apprendre de mes erreurs. Soudain, l'idée me frappa de plein fouet : oh non, je n'étais pas amoureux, n'importe quoi! Je l'aimais beaucoup, j'appréciais sa compagnie, son rire et je la désirais, mais c'était tout. Je m'étais résolu à ne plus l'approcher.

Alors que faisais-je sur les terres d'Erac, hum? idiot... Allez, je n'avais qu'à les traverser en me tenant éloigné du château... Pourtant, je me surprise à remarquer que je me trouvais là où je l'avais aperçu la première fois, en train de pêcher maladroitement.

Misère...

Je remis Cyrus au pas, m'éloignant de la petite rivière. Les bois semblaient tranquilles. Pourtant, quelque chose me hérissait les cheveux de la nuque, comme une consciance d'un danger que je ne pouvais identifier. Aux aguets, j'avançais prudemment, Harès lui aussi sur le qui vive. t puis soudain, j'entendis un hurlement. Féminin. J'éperonnais Cyrus et me lançais en direction du cri, l'épée en main. Je sentais l'urgence, même s'il était complêtement stupide de se lancer ainsi face au danger, tête baissée.

Enfin, non, tête haute et arme au poing, mais passons.

Je débouchai alors sur une petite clairière et embrassai d'un regard la scène : un dizaine de bandits encerclaient une jeune fille qui n'avait qu'un maigre poignard pour se défendre. Je plissais les yeux un instant : cette fille me disait quelque chose... Mais pas vraiment le temps de chercher. Je chargeai comme un fou, les prenant par surprise et fauchant ainsi deux des bandits. Restaient huit! Je fis faire volte face à Cyrus, alors que des flêches sifflaient. Merde... Je n'avais pas vu l'archer. Il y en avait même deux... J'en fauchais un, mais cela permit à l'autre de me planter une flèche douloureuse dans le dos, plutôt vers l'épaule, mais trop près des poumons à mon gout. La douleur explosa en une gerbe de feu, mais je serrai les dents. Un homme me tomba alors dessus et me mis à bas de mon cheval. Sans doute s'était-il hissé sur une branche haute. Depuis quand les bandits étaient-ils malins et courageux? La flêche se brisa alors que nous tombions au sol, la douleur irradiant de nouveau. J'entendis de nouveau la fille crier. Ainsi que l'homme sur moi. Normal quand un molosse vous déchiquète la jambe. Brave chien! J'en profitais pour tuer l'homme, permettant à Harès d'en attaquer un autre.

Il restait un archer, et 5 hommes. Deux s'occupaient de la fille et trois me faisaient face, l'air mauvais. Je sentais le sang me dégouliner dans le dos et la sueur coller ma chemise. La plaie était profonde et le sang coulait plus abondamment que je ne l'aurais voulu. Je devais en finir vite. Et sauver cette fille. Je parais une première attaque, puis une seconde. Mais ils étaient de vulgaires bandits et moi un chevalier. J'en blessais un, puis un second, mais pas suffisamment pour les tuer. l'un me blessa au flanc droit, un autre au bras gauche. Une nouvelle flèche siffla et se planta dans ma cuisse. D'accord. Là, ça devenait inquiétant. Je vis l'un des types reculer soudainement, incertain. Mon regard devait être écarlate sous l'odeur du sang et la colère.

Non, la rage!

Je n'étais pas un berserk, mais je crois que j'entrai dans une rage qui n'en était pas bien loin. Les trois hommes gisèrent bientôt à mes pieds. L'archer avait eu la gorge arrachée par Harès. Il restait deux bandits.

Qui jugèrent que la jeune fille n'en valait pas la peine et fuirent.

Au moins était-elle sauvée.

Moi, en revanche...

Je vacillai, soudain las et gagné par un épuisement que j'avais rarement ressenti, mêlé à une douleur terrifiante. La jeune fille me regarda, incertaine, avant d'approcher précipitamment et de souffler :

- "Venez avec moi chevalier!"

Elle écarquilla les yeux d'horreur en voyant le sang. Je fis pourtant un effort et grimpai sur Cyrus. Sans réflechir, et je devais admettre qu'elle avait un sang froid remarquable, elle grimpa elle aussi et je l'aidais du mieux que je pus.

- "Je vais vous conduire en lieu sûr..."

Sa voix tremblait, mais elle ne fléchissait pas. Cyrus se mit au pas, puis au trot et enfin au galop. Chaque secousse était un supplice et j'avais le plus grand mal à conserver mon assiette. Un brouillard noir semblait m'envelopper doucement, mais je luttai. Je n'avais pas envie de mourir...

- "Tenez bon, nous sommes presque arrivés!"

La jeune fille parlait derrière moi, me demandant de rester conscient. D'accord, je ne demandais pas mieux. Pourtant, je vacillai dangereusement. Soudain, Cyrus s'arrêta et la jeune fille descendit, appelant à l'aide. Trop tard, je basculai, incapable de conserver mes forces pour descendre plus royalement.

Dans un étrange brouillard, j'entendis la jeune fille demander de prévenur sa Grâce.

Astéride...

Finalement, j'avais failli à la promesse que je m'étais faite.

Et ce fut le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Ven 24 Juil 2009 - 23:10

Enfin le calme...Combien de temps ce fichu Baron s'était il attardé ? Une semaine ? Deux ? Elle ne savait plus vraiment, mais qu'importe, elle avait enfin la paix. Pelotonnée au creux d'un fauteuil, un livre ouvert devant elle, Astéride profitait enfin d'un moment tranquille. En cette fin d'après midi, le soleil déclinait lentement a l'Ouest et le château respirait le silence, un silence juste gêné parfois par le crépitement d'une buche dans l'âtre. Machinalement, Astéride jeta un coup d'oeil sur le berceau qui était posé prêt d'elle, vérifiant que tout allait bien. Erwan avait mangé comme un glouton avant de s'endormir telle une masse douillettement installé et la jeune femme aurait juré avoir vu un sourire sur les lèvres de son fils...Mais elle n'était sure de rien, pas même de savoir si il aurait une croissance normale ou non...Mais ce n'était pas important au demeurant du moment qu'il grandissait bien et restait en bonne santé. Elle passa un doigt léger sur sa joue duveteuse, le chatouillant par mégarde si elle en jugeait la petite grimace qui froissa un instant ses traits harmonieux.

*-Arrête ! Tu vas le réveiller !
-Mais non, il a un sommeil de plombs...
-Tsss...Si tu continu a le chatouiller comme ça, il va se réveiller et ce n'est pas bon pour un bébé d'être toujours en éveil, ça a besoin de dormir.
-Depuis quand es tu devenu un spécialiste ?
-Je me suis renseigné figure toi !*


Astéride étoffa un rire, certes, Incanus avait collé les nourrices du château, ne perdant pas une miette de ce qu'elles disaient ou faisaient, si il avait des mains au lieux de ses pattes griffues, elle était prête a parier qu'il se chargerait de changer les langes...Refermant son livre, elle posa son coude sur l'accoudoir et son menton dans sa main, dardant un regard amusé sur son dragon en équilibre instable sur le bord du berceau.

*-Ne risque tu pas de le réveiller si tu tombe ?
-Pas du touuaaaaaah !*


Effectivement, il bascula mais pas du côté de l'enfant, heureusement, son corps écailleux tituba en arrière et Astéride n'eut qu'a tendre une main pour qu'il atterisse dedans. Elle le posa sur son épaule...

-Allez, laisse le dormir, il ne craint rien..
.

Incanus siffla doucement avant d'enfouir sa tête dans le cou de sa protégée et de fermer les yeux, surveiller un enfant était fatiguant...très fatiguant...Soupirant, Astéride replongea dans son livre, ramenant ses jambes sous elle et pour la énième fois relit le chapitre qui dansait devant ses yeux. Décidément, elle n'arrivait pas a l'intégrer et elle savait pertinemment pourquoi, son esprit vagabondait et ce n'était pas forcément pour son bien...Foutu baiser tiens ! Agacée contre elle même, elle dénoua légèrement le col de sa chemise de nuit...oui, oui, chemise de nuit, elle n'avait pas prévu de recevoir et n'allait plus sortir alors autant se mettre a l'aise n'est ce pas ?

Un claquement sec retentit dans le silence et Incanus ouvrit brusquement les yeux, Astéride venait de fermer sechement son livre, elle n'arrivait a rien !

*-Moins fort ! *

Au même moment, un subit remue ménage se fit entendre du hall d'entrée...Cela criait et s'agitait, elle entendait les pas de ses serviteurs courire en tout sens et, brusquement, la porte du petit salon s'ouvrit avec fracas sur le visage inquiet de Seamus. Astéride fronça les sourcils, que ce passait il ?

-Votre...Grâce...Blessé...Urgent...Sir de Valis...

Le pauvre était essouflé comme si il venait de courir un cent mètre...Astéride se leva rapidement
, Incanus toujours accroché a son épaule.

-A l'infirmerie, le guérisseur est...déjà a son chevet mais...

Il prit une profonde inspiration...

-Mais a voir ses traits, cela ne se présente pas très bien...

Tout le sang se retira du visage de la jeune femme, posant une main tremblante sur son front, elle se retint a un petit guéridon en bois posé là. Durant quelques seconde, se fut le chaos complet et son immobilité soudain ainsi que son silence finit par inquiéter le vieux Seamus.

-Votre Grâce ?

Astéride sursauta et leva un regard légèrement haguard sur le vieil homme, puis les mots qu'il avait prononcé parvinrent a son cerveau et elle se secoua violemment. Passant devant Seamus, elle parcouru rapidement les couloirs menant a l'infirmerie, le tissus soyeux de sa chemise de nuit faisant comme une traine derrière elle.

-Qu' a dit le guérisseur Seamus ?


Questionna-t-elle tout en bifurquant sur la droite pour dévaler quatre a quatre un escalier de pierre. Le pauvre Seamus avait du mal a la suivre et sa voix se faisait haletante lorsqu'il répondit.

-Rien encore, Ma Dame, mais comme je vous l'ai dit...Il n'avait pas l'air...confiant..

-C'est ce que nous verrons.

Fit elle en poussant fermement la porte de l'infirmerie, faisant sursauter le guérisseur qui replongea aussitôt a son ouvrage. Le plus frappant fut l'odeur...Une horrible odeur doucâtre et cuivrée..celle du sang...Elle avala difficilement sa salive et fit un effort gargantuesque pour ne pas baisser le regard sur Ciaran qu'elle devinait étendu sur un table de bois...Elle ne devait pas le regarder, pas comme ça...

-Alors ?

Sa voix était ferme, mais une oreille attentive aurait entendu la légère fêlure...Le guérisseur soupira lourdement en secouant la tête. Il prit le temps de s'essuyer les mains sur un drap immaculé avant de lever des yeux sévère et compatissant sur la maitresse des lieux.

-Je suis désolé votre Grâce. J'ai fais ce que j'ai pu, mais les blessures sont particulièrement graves...Il a perdu beaucoup de sang, beaucoup trop...J'ai tenté de refermer les chairs meurtries, mais je ne veux pas vous donner de faux espoirs Ma Dame, il y a de fortes chances pour qu'il succombe...

Un éclat métallique traversa les prunelles jades de la jeune femme, dans un coin, vaguement, elle entendit quelqu'un pleurer, c'était Marielle, la fille de Seamus qui pleurait doucement, le nez dans le giron de sa mère..Elle murmurait des mots qu'Astéride n'arrivait pas a comprendre...

-Dehors...


Le silence tomba brusquement. Dans son dos, elle pouvait sentir le regard de Seamus, Incanus se garda de faire un commentaire prenant conscience de la gravité de la situation...Comme personne ne bougeait, Astéride répéta avec plus de fermeté.

-J'ai dis...Dehors ! Tous !

Comme des ombres, ils lui obeïrent. Sans dire un mot. Et seulement, elle osa baisser les yeux serrant les poings. Du sang, du sang partout, il gouttait encore par delà les pansements qu'avait posé le guérisseur, créant de petites rigoles sur le bois noircis de la table, sur la peau mise a nue, lacérée de toute part, il y avait tellement de sang qu'elle n'arrivait pas a savoir d'où il venait. Sa vue se brouilla doucement...Il n'y avait qu'une solution...Elle tendit une main mais n'osa pas le toucher...Alors qu'içl semblait bruler de fièvre, murmurant des propos incohérents...

-Incanus...
*-Oh non ! Non ! Non ! Non ! Tu sais que ça peut le tuer ?! *
-Incanus...
*-Ash'...C'est trop dangereux... *
-Alors qu'a-t-on a perdre ?

Incanus ne répondit rien, se contentant de la fixer de son étrange regard reptilien. Il avait comprit avant même qu'elle n'exprime a voix haute ce qu'elle désirait de lui. Ce n'était que folie ! Une douce folie certes, mais une folie tout de même..Puis ill soupira, glissa agilement a terre avant de prendre la taille d'un gros chien faisant frémir Harès...D'ailleurs, c'est seulement là qu'elle se rendit compte de la présence du chien...Celui ci se tassa sur lui même, prêt a défendre son maitre, mais un sifflement le calma soudainement, Harès baissa la tête, vaincu. Incanus jeta un dernier regard a sa protégé avant de se mordre violemment une patte avant...il le faisait pour elle, juste pour elle...Tendant la patte, il laissa son sang couler dans un petit bol vide...Juste quelques gouttes...Puis, il recula, laissant Astéride se saisir du bol d'une main légèrement tremblante, mais elle ne reculerait pas. Elle savait que cela pouvait le tuer, mais si elle ne faisait rien, il mourrait de toute manière et ça...Non...Elle ne pouvait pas se l'imaginer, tout simplement. Délicatement, elle s'assit au bord de la table sur laquelle reposait Ciaran. Son teint était cireux a mesure que la vie s'échappait de lui..Elle adressa une prière muette a Néera et posa une main sur la joue du chevalier, repoussant quelques mèches de cheveux bouclées...Elle effleura du regard les oreilles effilées...Et sourit légèrement...Avant de lui ouvrir doucement la bouche et versa le sang encore chaud de son dragon directement sur la langue du jeune homme. Il fallait qu'il avale tout...Absolument tout...Après...Il faudrait attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Ven 24 Juil 2009 - 23:36

Je m'étais trompé...

Naïvement, j'avais pensé que l'inconscience me permettrait déchapper à la réalité et son cortège de souffrance, mais il semblerait que je pouvais maudire mon sang drow puisque cela ne dura pas. Pas assez longtemps à mon goût. Je pense que je gémis. Bien involontairement. J'avais ma fierté et les gémissements en étaient atteinte. Mais que voulez-vous? Quand on se fait bousculer, brinquebaler alors qu'on a le corps aussi à vif que s'il était écorché, on ne pouvait guère espérer une autre réaction!

Je fus mené... quelque part. Une chambre je pense. Dommage, le lit allait être souillé... J'avais été assez blessé dans ma vie pour savoir que mes blessures étaient très graves et que je perdais beaucoup trop de sang. Chevaucher avait été une folie et allait me couter la vie. Mais si j'étais resté là bas, je serais mort, faute de soins de toutes façons. Alors, pas de regrets... Et puis, je pense que personne ne peut me sauver... Une blessure béante dans le dos, une à la cuisse, une au flanc, une au bras et de nombreuses petites coupures et ecchymoses un peu partout...

Je fus d'abord allongé sur le ventre... Et je tressaillis faiblement en comprenant pourquoi. Ils allaient enlever la flêche! J'étais incapable de parler, aussi faible qu'un chaton, mais mon esprit était désagréablement clair. Comme si j'avais été prisonnier de mon corps, pouvant tout ressentir mais ne pouvant rien exprimer. Un véritable cauchemar.

J'aurais voulu qu'ils arrêtent de chuchoter et leur dire de ne pas retirer la flèche, je n'étais pas prêt... Mais évidemment, je ne pouvais pas m'exprimer et je sentis une douleur déchirante alors qu'on ôtait la pointe de métal. Par les dieux, ils allaient me saigner... Au moins, je mourrais en m'endormant, ce n'était pas si mal. Je mourrais en ayant agis comme un vrai chevalier, en sauvant cette fille. Quoi de plus honorable?

On me retourna, in me malmena, on appliqua des onguents et des bandages alors que je sombrai doucement. Je n'avais pas vécu que le quart de ma vie... Voire plus. Je ne savais pas trop mon espérance de vie de par mon sang mêlé. Je n'avais pas envie de mourir, mais je n'avais pas envie de me battre non plus...

Je sombrais, doucement inexorablement.

De très loin, j'entendis une voix qui m'était douloureusement familière.

Astéride...

Une vague de tristesse me broya le coeur. Je ne voulais pas mourir chez elle, devant elle. C'était un spectacle que je me maudissait de lui infliger. J'avais sauvé l'une de ses servantes, je le comprenais maintenant... Je brûlais... Je me consummais. Dans un accès de lucidité, je compris que c'était la fièvre... Mais je l'oubliai vite. Et mon esprit dériva dans le passé. Mon père, ma mère, les villageois, la pendaison, la lapidation, les coups... Mes lèvres laissaient échapper des mots indistincts, mais la scène revenait plus vive que jamais... Et différente... Bientôt, ce fut Astéride que l'on frappa, brûla, viola et pendit. Et j'étais impuissant. Totalement.

Laissez-moi mourir...

Une main vint toucher mon visage et bientôt quelque chose coula dans ma gorge. C'était chaud... et une odeur métallique me monta aux narines. instinctivement, je me cabrai alors que je crachais, métranglant à moitié et toussant férocement. Ce qui en fait, n'était qu'une faible protestation dans la réalité.

- "N... non..."

Du sang! Je buvais du sang! Mais qu'était-ce que ce remède? J'ouvris brutalement mes yeux fiévreux et les braquai sur Astéride, accusateur, délirant... Et ils étaient écarlates alors que le sang réveillait la partie drow de mon âme.

Fais-lui confiance...

Oui, pourquoi pas? j'aimais énormément Astéride... Dés le premier jour, le premier regard. Las... Je ne me débattis pas plus que cela et acceptai son traitement étrange. Je refermai les yeux et soupirai alors qu'elle reposait son bol. Je ne comprenais pas ce qu'il se passait. En fait, il ne se passa rien. Au début... Je sentis soudain une étrange chaleur dans mon corps déjà trop froid... Agréable... Au début. Parce que très vite, trop vite, cela devint un brasier terrifiant, comme si mon sang était lave et me consummait. Je haletai de souffrance, mon visage se tordant en un masque de douleur. Quant à mon corps... Il se tendit, s'arqua, avant de se mettre à trembler violemment... beaucoup trop violemment.

Je pensais que mes blessures m'avaient causé la plus grande souffrance de la vie?

Et bien j'avais tort.

Ce n'était rien qu'une petite égratignure comparé à ça! C'était... intolérable! Pourquoi m'infligeait-elle cela? l'avais-je à ce point offensé à Diantra? Non, elle n'était pas ce genre de femme... Mais mon esprit s'égara et ne fut plus que douleur à l'état brut.

Je ne sais pas combien de temps cela dura, mais tout redevint calme finalement, alors que ma respiration ralentissait soudainement. Tout ça pour mourir? Ma poitrine cessa de se soulever de trop longues secondes...

Et finalement, mon coeur se remit à battre avec plus de force...

Finalement, la déesse allait devoir attendre encore, je ne rejoindrai pas son royaume aujourd'hui. En revanche, je rejoignis le sommeil pour de bon et sans fièvre cette fois-ci. Sans rêves ni cauchemars. Juste le néant.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Ven 24 Juil 2009 - 23:55

Elle savait que cela devait se passer. Elle le savait et pourtant, elle n'était pas préparée a une telle violence, a une telle douleur. Rongée par l'inquiétude, elle ne pouvait rien faire d'autre que le regarder se tordre dans tout les sens, rien faire d'autre que de l'entendre grogner de souffrance et parfois laisser échapper un cri. Incanus avait retrouvé sa place sur son épaule et la soutenait comme il savait si bien le faire. L'acte qu'elle avait fait était d'une dangerosité intense, et bien souvent, le sang de dragon tuait plus qu'il ne sauvait. Il fallait être fort pour en supporter la puissance et seul le dragonnier peut se targuer d'en absorber sans risque. Mais Ciaran portait dans son sang la marque des drows, alors peut être sera-t-il aidé par cela...Le corps du chevalier se cabra une dernière fois, un arc de cercle tendu et prêt a rompre avant qu'il ne s'affaisse brusquement...Immobile, inerte...Astéride se mordit violemment la lèvre inférieure...Le temps semblait s'écouler avec une lenteur qui finirait par la tuer, cela avait il marché ? Avait il pu assimiler l'énergie d'Incanus sans en mourir ? Durant un instant, elle resta suspendu a ce torse qui ne bougeait plus, a ce souffle qui semblait perdu et soudain...

Son soulagement fut si grand que ses jambes se mirent a trembler, devenant coton sous elle et menaçant de la jeter a terre...Elle tituba et se laissa tomber sur une chaise posée non loin...

-A-t-on réussit ?
*-Oui, je le pense...Plutôt résistant cet humain...Enfin, cette moitié d'humain...
-Je croyais que tu ne l'aimais pas...
-Certes, mais pas au point de le laisser mourir et de t'emporter une fois de plus dans les abysses...*


Astéride demeura muette, clignant légèrement des yeux, surprise, puis elle sourit en tapotant le crane de son ami et protecteur.

-Maintenant, ce n'est qu'une question de temps n'est ce pas ?

*-Oui, je ne sais pas combien de temps il peut rester comme ça, mais une chose est sure, il se réveillera...Avec une haleine de chacal...*

Astéride étouffa un léger rire et se leva, encore un peu hésitante et gagna la porte. Dans le couloir l'attendait Seamus et sa femme, le guérisseur et la fille de Seamus, tous levèrent les yeux sur elle.

-Déplacez le dans une des chambres du chateau...

Le guérisseur faillit parler, mais un regard de la jeune femme l'en dissuada et il se contenta de hocher la tête...Elle était..épuisée...
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 0:06

C'était une sensation apaisante...

J'étais bien dans mon sommeil, mais doucement, je m'en extirpai, indécis. Je pouvat tenter de sombrer de nouveau ou bien décider d'émerger pour de bon. J'entendais des bruits feutrés, qu'une ouie humaine n'auraient jamais du entendre. Il me fallut un moment pour me souvenir.

Des brigands, une jeune fille, des blessures, une course contre la mort... la douleur.

Je n'étais pas mort. Finalement. Etonnant, j'aurais parié le contraire. Qu'avait fait Astéride? Parce que je savais que c'était elle. Comme je savais qu'elle était dans la pièce. Je le sentais, tout simplement. Alors je devais me réveiller. J'avais du lui faire peur... Ah vraiment? Allons, je l'avais surement blessée en l'embrassant et en me sauvant comme un moins que rien. Une réaction légitime... Pourquoi fallait-il que j'agisse avant de réflechir, hum? J'aurais pu m'abstenir de céder à mes pulsions. J'aurais pu résister et rester quelqu'un d'honorable à ses yeux. Que m'avait valu mon audace sinon son probable mépris? Pourtant, elle m'avait sauvé.
Par devoir sans doute.

J'ouvrir prudemment un oeil, que je refermai sous l'éclat du soleil couchant et rougeoyant. Bon, j'avais dormi presque 24h apparemment. Ou 48... mais j'en doutais, je n'étais pas si faible. Je rouvris de nouveau les yeux, regardant autour de moi avec curiosité. J'avais mal partout, mon corps n'était qu'un lit de souffrances. C'était bon signe, j'étais vivant.

Mon regard accrocha celui d'Astéride et je me permis un sourire, malgré les courbatures.

Oh et j'avais un goût terrible dans la bouche aussi. Le sang, ce n'est pas terrible comme saveur, il faut le reconnaitre. Je voulus parler, mais j'avais les cordes vocales complêtement asséchées. Allez, on recommence...

- "Soif..."

Ah oui, très élaboré... Bon, je ne ferais pas mieux en attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 8:49

Cela faisait une journée complète que Ciaran dormait. Ses serviteurs l'avaient transféré dans la chambre qu'il avait déjà occupé quelques mois auparavant et, si ce n'était pas Astéride, quelqu'un veillait sur son sommeil. Erwan dormait dans la pièce d'a côté, permettant a la jeune femme de prendre place sur le fauteuil posé au chevet du jeune homme. Elle lisait tranquillement pour tromper l'ennui, sereine car tout danger était écarté. Assis sur le rebord de la fenêtre,Incanus regardait par dehors, sa queue se balançant doucement dans l'air. Il restait silencieux et, de temps en temps, Astéride lui jetait un coup d'oeil intrigué mais il gardait le silence. Elle savait qu'il s'inquiétait de se que dirait Cundu et, honnêtement, elle même s'en moquait, mais son dragon tenait le compagnon d'Eldis en grande estime alors...Elle haussa une épaule et retourna a sa lecture.

Se fut un léger mouvement qui lui annonça le réveil du chevalier. Refermant son livre, elle se pencha légèrement en avant, son visage avait reprit des couleurs et sa respiration était un peu saccadée, surement la douleur. Elle le vit ouvrir les yeux, un peu déboussolé lui sembla-t-il et regardez autour de lui. Son regard accrocha le sien et il tenta un sourire auquel elle répondit doucement.

-On s'est enfin décidé a se réveiller ?

fit elle avec une pointe de rire dans la voix avant de se lever et de s'approcher de la petite table de chevet. Sur le plateau de marbre était disposé un bol de terre cuite et une cruche contenant de l'eau cristalline. Elle remplit le bol a moitié et vint s'installer au bord du lit. Se penchant, elle glissa une main sous la tête de Ciaran et porta doucement le bol a ses lèvres.

-Buvez doucement, il faut laisser a votre corps le temps de se remettre.


Elle se redressa, posa le bol et ajouta :

-Comment vous sentez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 8:59

J'acquiesçais doucement alors qu'elle se moquait gentiment de moi. Je regrettais amèrement d'avoir la gorge en feu et les cordes vocales bloquées pour ne pas pouvoir lui répondre et engager ces joutes verbales que j'adorais. Mais j'allais me rattraper très vite. Je me raclais la gorge, mais découvris que non seulement, cela ne me ramenait pas ma voix mais qu'en plus, cela faisait un mal de chien. Ah tiens, à propos... Je baissais le regard et trouvai Harès qui m'observait, inquiet, avant de venir fourrer sa truffe sous ma main, en quête de caresses. Ah oui,v raiment, terrifiant ce chien... Mais il m'avait probablement sauvé la vie en attaquant avec tant de férocité.

Astéride alla chercher de l'eau et revint, me faisant boire comme on s'occupe d'un nouveau né, ce qui évidemment, mettait à mal ma fierté de mâle, mais je n'avais guère le choix. Ce qui m'étonnait, c'était que ce soit elle qui s'en charge et pas une servante... M'avait-elle pardonné ma conduite inqualifiable? Je bus doucement, pas la peine de jouer les bravaches en la repoussant pour finalement ne pas être capable de garder le bol en main et tout renverser. J'avais ma fierté oui, mais pas au mépris du bon sens. Quoique, niveau bon sens, il y avait à redire... Foncer sur 10 bandits, seul, il ne fallait pas être bien malin.

L'eau fraîche me fit un bien fou et je soupirais d'aise, buvant finalement avidement. J'avais une soif terrifiante. Sans doute la fièvre. Et le sang. Je frissonnais à cette pensée et regardai Astéride, toussotant pour tenter de recouvrer ma voix.

- "Aussi bien que si j'avais été piétiné par un dragon."

Il me semblait que pas un centimètre carré de mon corps n'était indemne. Magnifique.

- "Comment va la jeune fille?"

Elle s'était montrée d'un sang froid assez impressionnant. Je souris à cette pensée.

- "Il semblerait que les femmes d'Erac n'aient pas froid aux yeux et aient un sang froid que bien des hommes leur envieraient."

C'était un compliment et il visait aussi bien la jeune fille qu'Astéride. Cependant, mon sourire vacilla et mon regard se voila alors que je lâchais, incapable de me retenir :

- "Je devrais être au royaume de Tari à l'heure qu'il est... Que m'avez-vous fait boire?"

Du sang, je sais, mais cela ne pouvait pas suffire... Etait-elle sorcière?
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 9:14

Astéride sourit légèrement et Incanus tourna la tête vers le couple. Elle qui le connaissait bien sut voir l'amusement qui transparaissait sur ses traits écailleux.

*-Si je l'avais piétiné, il serait mort a cette heure ci...*

-Et bien si vous avez mal, c'est que vous êtes en vie.


Bien que si Incanus n'avait pas existé, il serait mort de ses blessures sans aucuns doutes possibles et Astéride lui en était très reconnaissante. Incanus avait prit des risques mais n'avait pas reculé.

-Marielle se porte bien, grâce a vous, même si affronter une dizaine d'homme est digne d'un fou...Vous avez réussit a gagner la gratitude éternelle de Seamus et de sa femme quand a Marielle, je la soupçonne d'avoir un léger penchant pour son sauveur. Même a deux doigts de la mort, vous faites tourner les têtes.

répondit elle les yeux pétillant de rire contenu. Marielle avait tenu a le veiller durant la nuit, avec la présence d'un tiers évidemment pour ne pas la compromettre, mais Astéride avait bien vu les étoiles qu'elle avait dans les yeux. Le mythe du prince charmant en somme...

-Elle a de qui tenir.

ajouta-t-elle en haussant une épaule avant de pincer légèrement les lèvres lorsqu'il lui demanda ce qu'elle lui avait fait boir. Oula, elle ne pouvait pas décemment lui dire que son lézard s'était ouvert la patte pour ses beaux yeux...

-Oubliez vous que je suis mage Ciaran ? Cela dit, je pense que votre ascendance a joué un rôle important dans votre guérison, ce que je vous ai fait boire aurait tout aussi bien put vous achever...

Et cela était vrai, mais son état l'avait poussée a toutes les extrémités...
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 9:25

- "En effet..."

C'était bien ce que je venais de me dire non? Cela dit, ce n'était pas pour cela que je m'én rajouissais forçément... Souffrir n'était pas l'un de mes loisirs préférés... Et non, je n'étais pas masochiste. Cependant, je ne me plaignai pas. Elle m'avait posé une question à laquelle j'avais répondu franchement, mais je n'y ferais plus allusion de moi-même. Je me drapais ainsi dans les maigres lambeaux de fierté qui me restaient.

- "J'avoue... C'était idiot d'attaquer ainsi, mais je n'avais pas vraiment le temps de réfléchir... Quand j'ai entendu son hurlement, mon sang n'a fait qu'un tour. Si j'avais attendu, elle serait entre leurs mains, fort probablement..."

J'eu quand même la grâce de baisser le regard quand elle m'apprit que la jeune fille semblait s'être entichée de moi. C'était classique... La demoiselle en détresse qui s'éprend de son preux chevalier.

- "Ca lui passera."

Je me mordis la lèvre pour ne pas lui demander si je lui faisais tourner la tête à elle. Mais je me retins, apparemment, non, elle devisait simplement, sans rougir ou paraître génée.

- "Oh attendez... C'est la fille de Seamus?"

Voilà seulement que je faisais le rapprochement. Bon, mon cerveau était un peu lent, mais je pensais que c'était justifiable là quand même. Ainsi j'avais sauvé la fille de l'intendant. Bah, eut-elle été une paysanne, que je n'aurais pas fait la différence. Je lui demandai alors ce qu'elle m'avait donné et je la vis pincer les lèvres alors qu'elle me répliquait être mage.

- "Je ne vous pensais pas si douée, au point de ramener un mourant à la vie."

Cependant, je me figeai alors qu'elle parlait de mes ascendances. Un éclair de culpabilité passa dans mon regard alors que je baissais les yeux moi aussi, atterré. Evidemment, comment aurait-elle pu l'ignorer alors que j'avais été aussi malléable qu'un pantin. Finalement, je pris mon courage à deux mains et le regardais droit dans les yeux :

- "Je suis navré de vous avoir caché cela, mais je le dissimule à tout le monde..."

Je haussais une épaule, avant de grimacer sous l'effet de la douleur.

- "L'image du Chevalier de Valis, noble jouteur et chevalier à la réputation impeccable en prend un coup n'est-ce pas?"

Chevalier demi drow... Hérésie...
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 15:42

-Oui, vous lui avez certainement sauvé la vie. Notre garde patrouille assez régulièrement sur nos terres mais ils ne peuvent être partout a la fois...

répondit elle avec une petite moue désolée. Elle ne pouvait pas se permettre de mettre toute l'armée sur pieds en permanence helàs, la plupart avait une famille même parfois des terres. Elle sourit largement alors qu'il baissait la tête en marmonnant sur le béguin de Marielle. Oui, cela lui passerait c'était certain et elle ? Quand est ce que cela passera ? Vu comme c'était partit...C'était très différent de ce qu'elle avait pu ressentir pour Veldrin, alors elle ne savait pas trop ou peut être préférait elle ne pas savoir. Après tout, c'était la meilleure solution pour sa tranquillité d'esprit.

-Certainement, mais en attendant, elle est fort capable d'aller vous décrocher la lune, soyez indulgent avec elle...

Autrement dit, évitez de l'envoyer sur les roses brutalement. Mais peut être que Ciaran...Oh et après tout, ce n'était pas ses affaires ! Elle eut un petit rire lorsque le chevalier comprit enfin qui il avait sauvé.

-Oui, la prunelle de ses yeux, elle est sa seule fille. Ses frères sont partit a Diantra pour y étudier la magie et mon frère leur a donner son autorisation, alors il ne lui reste plus qu'elle, si je puis dire ainsi.


ajouta-t-elle en replaçant discrètement une mèche de ses cheveux sur son front. Evidemment, elle avait mit les pieds dans le plat en abordant sans hésitation l'ascendance de Ciaran. Qu'il ne lui ai rien dit ne la gênait pas...

-Ciaran, chacun a ses secrets et il n'appartient qu'a eux de les révéler.

fit elle en haussant doucement les épaules. Elle même avait ses secrets et pas des moindres alors qui était elle pour juger une omission ?

-Diantre, quelle mauvaise opinion avez vous de vous même ?

reprit elle en riant avant d'ajouter un coin de la bouche relevée :

-Le sang ne compte pas, seuls les actes comptent et, excusez moi, mais vous avez prouver sans conteste que votre réputation n'était point usurpée.


Puis, elle se leva et tira sur le drap qui couvrait le jeune homme tout en prenant soin de laisser sa pudeur sauve bien sur.

-Laissez moi regarder si vos plaies guérissent...

Avant de porter la main sur les différents bandages qui couvrait le corps sans défense du demi drow. Soulevant délicatement les pansements, elle constata avec satisfaction que la peau se refermait sans provoquer d'infection. Oh, cela prendrait encore un peu de temps, il ne fallait pas se leurrer mais la guérison était en bonne voie. Il aurait quelques cicatrices en plus a son actif, mais a en juger par celles qui parcourait déjà son torse...Elle faillit piquer un fard en se rendant compte qu'elle était en train de le...reluquer !? Ah bien ! Bravo ! D'un geste vif, cachant son embarras derrière un rire, elle rabattit le drap.

-Bien, d'ici quelques jours vous serez sur pieds...
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 18:39

- "Vos terres sont vastes... Elle a eu de la chance que je sois à proximité..."

Je me gardai bien de parler totalement de hasard. Ca n'en était pas un dans le sens où j'étais là parce que c'était à cet endroit que j'avais rencontré Astéride et que de là, j'avais entendu la jeune fille crier. Coincidence oui, mais pas seulement.

- "Cela aurait pu être vous."

Je la regardais fixement. Pourquoi avais-je ajouté cela? Parce que je l'avais rencontré non moin de là, il y a quelques mois? Oui, sûrement... Et parce que je n'aurais pas supporté qu'on lui fasse le moindre mal. Je me sentis vaguement géné quand elle parla du béguin de la jeune fille à mon endroit et cela sembla beaucoup l'amuser. Cependant, je me sentis presque blessé par sa mise en garde.

- "Pour qui ne prenez-vous? Je ne joue pas avec le coeur des femmes."

Ah? Vraiment? Et qu'avais-je fais avec Astéride il y a plusieurs semaines? J'aurais mieux fait de tenir ma langue... Cependant, c'était vrai : je ne jouais pas avec les femmes, jamais... Sauf avec elle, parce qu'elle me plaisait et que cela m'était défendu.

- "C'est imprudent de laisser les jeunes filles se promener seules... Qu'elles soient duchesses ou filles d'intendant..."

Là, je faisais une remontrance, j'avoue. Qu'avaient-elles dans la tête? Je tressaillis quand elle parla de mon sang drow à mots voilés et m'excusai de le lui avoir dissimulé. C'était idiot, je ne lui devais rien à ce sujet et elle me le fis remarquer. Je levais les yeux vers elle quand elle me répondit que j'avais une image déplorable de moi-même, avant de me complimenter.

- "Merci."

Tout simplement. Cela me mettait du baume au coeur qu'elle ne me jette pas la pierre pour mon sang. Mais n'était-elle pas tombée amoureuse d'un hybride après tout? Cepenant, je cessai de sourire quand elle parla d'examiner mes plaies.

- "Ce n'est pas nécessaire Astéride..."

Faible protestation qu'elle n'écouta pas, évidemment. Elle retira le drap jusqu'à ma taille et fit preuve de professionalisme alors que je tressaillais, autant de douleur que de... désir. Ola, on se calme, le drap n'était pas très épais... Je n'avais pas envie de mourir de honte. La voix un peu trop rauque, je répondis :

- "On dirait bien et grâce à vous..."

Je me raclais la gorge et décidais de me lancer :

- "Je suis désolé pour ma grossièreté de l'autre fois Astéride. je n'aurais pas du faire ce que j'ai fais..."
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 19:20

-Je ne pensais pas a cela en vous enjoignant la prudence. Mais je sais jusqu'où peut nous pousser..Comment dire..Des sentiments exacerbés, surtout une jeune fille de son âge.

Fit elle en oubliant que Marielle avait tout de même un an de plus qu'elle. Décidemment, elle allait finir par devenir un vieille donneuse de leçon si cela continuait...

-A vrai dire, je ne sais pas ce que faisait Marielle dans les bois, peut être cherchait elle des champignons, son père en raffole...

Elle ne releva pas le fait qu'elle même s'y promenait souvent seule, mais dans les cas là, elle était accompagnée d'un dragon de pas loin de 3 mètre de haut alors forcément...cela dissuadait.

Elle ne pouvait pas faire comme si elle n'avait rien vu concernant ses oreilles ou même ses yeux, cela aurait été malhonnête de sa part alors elle aborda le sujet, avec plus ou moins de délicatesse, réveillant peut être sans le vouloir de vieilles blessures. Astéride n'avait que faire du sang en lui même, cela ne faisait pas un homme. Il ne répondit que par un merci auquel elle ajouta un sourire. Ce qu'il était n'avait pas d'importance et elle était bien mal placée pour juger quoique ce soit...

Enfin, toujours est il qu'elle se demanda ce qui lui prenait de vouloir vérifier par elle même l'état de ses blessures...Le guérisseur était toujours là, il pouvait très bien le faire non ? Et bien trop tard, elle avait déjà les yeux dessus et...sur le reste. Mauvaise idée n'est ce pas ? Durant quelque seconde, elle lui en voulu même de cet effet qu'il avait sur elle, mais au final, il n'y était pour rien..Quoique...Ce baiser, il l'avait bien fait exprès non ? D'ailleurs, en songeant a cela, elle fut surprise de l'entendre aborder le sujet, elle même n'en ayant pas l'intention du tout...Elle haussa un sourcil et ne put s'empêcher de répondre avec un demi sourire :

-Et qu'avez vous fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 19:44

- "Une jeune fille de SON age?"

Je lui lançais un regard plus qu'amusé alors qu'elle ne se comptait pas dans le même âge que Marielle alors qu'elles avaient sensiblement le même à une paire d'années près, tout au plus. Cependant, Astéride semblait plus... âgée. Plus responsable en quelques sortes.

- "Cependant, Marielle a fait preuve d'un sacré sang froid, là où d'autres seraient restées prostrées ou se seraient enfuies en hurlant. Sans sa présence d'esprit, vous auriez finir par découvrir un cadavre dans vos forêts..."

Je parlais d'une voix terriblement détachée, comme si je parlais de la pluie et du beau temps et non de ma mort. Cela pouvait paraitre choquant.

- "Pourquoi pas, il y en a bien qui pêchent..."

Je perdis pourtant de ma superbe quand elle commença à me tripoter, sans aucunes arrières pensées... Sauf que moi, j'en avais et je devais faire appel à toute ma volonté pour ne pas céder à l'envie de la prendre dans mes bras et l'embrasser violemment. Passionnément. Je fermai un instant les yeux, avant de les rouvrir et de m'excuser. Elle ne me facilita pas la tâche d'ailleurs.

- "Eh bien... Vous savez..."

Elle le faisait exprès.

- "Oh Astéride, ça vous amuse de torturer un blessé? Vous n'avez pas honte? Vous savez de quoi je parle... le baiser volé... Non pas que je le regrette en lui-même mais de l'avoir volé en fait..."

Bravo, quelle éloquence...

- "Je m'embrouille, il y avait quoi dans le sang?"

De la drogue? Ca excuserait ma performance minable.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 20:06

-Rho ! De son inexpérience si vous préférez...

fit elle en roulant des yeux alors qu'il la reprenait en soulignant sans nul doute le peu d'écart qui existait entre elle et Marielle.

-Certes,c'est une chance. Marielle est une jeune fille posée qui ne panique pas facilement, elle tiens de Seamus, un homme que rien ne surprends...

Approuva-t-elle en hochant la tête. Oui, c'était une chance que Marielle n'est pas paniqué sinon...Elle préféra ne pas penser a cela, elle n'aimait pas la mort, même si celle ci était nécessaire, qu'elle faisait partit du cycle, elle ne l'aimait pas. Enfin, personne ne l'aimait cela dit...

-Et ils y en a qui sauvent des demoiselles en detresse.

rétorqua-t-elle avec un clin d'oeil amusé...Un mouvement sur la droite lui apprit qu'Incanus venait de sauter de son perchoir et se dandinait tranquillement vers eux...Ou plutôt vers le chien...Astéride fronça légèrement les sourcils, elle rêvait où le dragon bombait le torse ? Elle n'y prêta plus attention et inspecta le chevalier avant qu'il ne lache sa petite bombe, et ne récoltat qu'une esquive, enfin, façon de parler bien sur...

-Volé ? Qui vous a dit que vous aviez volé quoique ce soit ?


fit elle en suivant du coin de l'oeil le déplacement d'Incanus...Qu'est ce qu'il mijotait celui là ? Et elle comprit soudainement en voyant Harès reculer précipitamment a l'approche d'un petit lézard d'à peine quelques centimètres...Elle pouvait entendre le rire d'Incanus..Sale bête !

-Je ne dévoile pas mes secrets Ciaran, mais non, il n'y avait pas de drogues.

finit elle par répondre dans un rire tout en réprimandant mentalement Incanus.
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 20:26

- "On dirait que cela s'étend au château..."

Je souris et lançais malicieusement :

- "Et vous, qu'est-ce qui vous surprend?"

Pas grand chose à mon avis... Déjà mère à son âge, abandonnée, trahie, elle avait plus vécu que beaucoup de jeunes filles de son âge et semblait avoir été élevée à la dure.

- "Certes, de temps en temps, vous n'étiez pas vraiment en détresse la dernière fois."

Quoique... Elle aurait pu basculer en avant, emporté par son ventre proéminent. Le ruisseau n'était pas profond, mais certaines chutes, même de pas très haut, pouvaient s'avérer assez mauvaises. Je m'ebrouillais alors dans mes explications et lui jetais un regard surpris alors qu'elle s'amusait de mon embarras et poussait son avantage.

- "Voulez-vous dire que si je l'avais demandé, vous me l'auriez donné?"

Je suivais un instant le regard d'Astéride et restais muet de stupéfaction devant mon grand imbécile de chien qui reculait devant le lézard comme s'il eut été dangereux.

- "Qu'est-ce qui lui prend?"

Je reportais finalement mon attention sur Astéride et répondit doucement :

- "Je ne dévoile pas les miens non plus, mais le plus important a été éventé trop vite à mon goût..."

Je fis la grimace, avant de reprendre très sérieusement :

- "Je suppose que je n'ai pas à vous le demander mais... Cela pourrait-il demeurer un secret? Non pas que j'ai honte d'être ce que je suis, mais je sais que la vie m'est plus facile en étant le noble chevalier de Valis, plutôt que le bâtard de Sombre..."

Une vague de tristesse passa dans mon regard alors que je prononçais ces derniers mots. Je n'avais pas honte de ma mère et de mon père, mais le monde n'était pas prêt à faire fi des différences aussi facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 20:38

Incanus s'immobilisa devant le chien, s'assit, royal, sur son postérieur et....tira la langue ? Abruti ! Et bien sur, Ciaran ne rata pas la scène, intrigué par la soudaine "peur" de son molosse face a un lézard. Elle ne pouvait bien évidemment pas lui dire qu'il avait été témoin de quelque chose d'étrange et qu'il connaissait plus ou moins les capacités dudit lézard...

-On ne le saura jamais je crois.


finit elle par répondre a sa question, une réponse floue cela allait sans dire, mais elle était bien incapable de faire mieux. C'était prendre un risque que de dire oui, et c'était mentir que de dire non, alors autant biaiser.

-Je ne sais pas, peut être qu'Incanus lui a mordu la queue en le prenant par surprise ?

risqua-t-elle en doutant elle même qu'il gobe ce gros mensonge.

-Disons que c'est un concours de circonstance alors. Ne vous en faites pas, je n'ai ni été choquée ni terrifiée et mis à part moi, personne ne l'a vue...Enfin si, le guérisseur, mais c'est un homme de confiance qui ne parle pas a tord et a travers.

Il n'avait pas a s'inquiéter de cela, elle ne piperait mot de ce qu'elle savait. Ce secret ne lui appartenait pas et il n'était pas faux de dire qu'il aurait été dangereux de le dévoiler a une tierce personne surtout par les temps qui courent.

-Je suis bien placée pour connaitre l'intolérance des hommes, mais contrairement a vous, ma position me protège, de même qu'elle protège Erwan.
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 21:02

Je lançais un regard torve à Astéride, devinant qu'elle me cachait quelque chose, mais ne sachant quoi. C'était juste une impression, mais Harès avait tué des sangliers, des ours et autres joyeusetés et voilà qu'il tremblait devant un petit machin verdâtre? Foutaises! Et l'explication foireuse sur mordillage de queue ne me convainquit pas davantage.

- "J'en doute. Harès a déjà tué du gros gibier et des hommes, ce n'est pas un peureux. Pas pour si peu."

Je plissais les yeux, suspicieux.

- "Vous me cachez la vérité Astéride. Je ne sais pas quoi, mais je sais que vous dissimulez des choses... Que cela concerne Incanus ou ce que vous m'avez fait boire... Peu importe, mais ne me prenez pas pour un idiot en inventant des mensonges."

Un ombre passa dans mon regard alors que je plissais les lèvres, amer.

- "Soyez prudente... Votre position ne protègera pas votre fils de la haine... Pas totalement. Mais vous avez raison, il sera plus à l'abri que moi, même si je suis capable de me défendre..."

Cette fois, un rire cynique m'échappa.

- "Savez-vous qu'il y a un edit en Serramire ordonnant d'arrêter tous les demis drows qui fouleront ces terres? Je ne peux pas y mettre les pieds, sauf en dissimulant ce que je suis. Malheureusement, les mentalités n'évoluent pas... mes parents ont été tués parce qu'ils s'aimaient... Savez-vous comment? Mon père a été tué sur le coup, trop vieux... Il était humain. Quant à ma mère... Battue, brûlée, lapidée et pendue sous mes yeux. J'ai failli subir le même sort. Garett est arrivé avant la pendaison..."

Pourquoi lui racontais-je tout cela? Parce que je n'avais plus de raisons de le cacher et finalement, cela me faisait du bien...

- "Il m'a recueuilli, m'a élevé, m'a donné son nom. J'aurais pu haïr les humains pour ce qu'ils avaient fait. J'ai choisi d'être digne de mon sauveur. Et d'honorer son nom, malgré mon ascendance. Et si l'on apprend ce que je suis vraiment, cela ne me sera plus permis."

Je ris de nouveau, amusé cette fois :

- "Avez-vous vu comment le Comte de Roch me parlait avec déférence? j'ai été invité à un mariage et ai rencontré le roi et la reine et tout le gratin... Parce que je me fais passer pour ce que je ne suis pas."
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 21:37

-Il y a certaines choses qui ne doivent pas être connues, Ciaran.

Se contenta-t-elle de répondre avec un sourire désolé. Effectivement, elle était obligé de cacher des choses, de mentir, de dissimuler. Ce n'était pas un manque de confiance, loin de là, mais c'était trop dangereux parfois de porter ce poid sur les épaules. De loin, elle pouvait sentir l'indignation d'Incanus, on n'insultait pas sa protégée, même avec autant de tact. On sauvait la vie de môsieur et voilà le remerciement...Certes, il avait poussé le bouchon en allant narguer le chien, ce n'était pas très prudent, mais tout de même !

-Ne vous inquiétez pas pour lui, je ne pense pas que l'on osera afficher clairement son mépris, mais il est toujours possible de blesser son coeur et cela, je n'y pourrais pas grand chose hélas.

Elle haussa un sourcil surpris a la mention de cet édit de Serramine. Diantre, le Duc ne perdait pas de temps ! Elle se demandait si son frère était au courant, lui qui avait dans son entourage une demi drow...

-Honnêtement, cela ne m'étonnes pas du Duc de Serramine...Ceci dit, et sans vouloir vous flatter, vous valez certainement mieux que cet homme qui n'hésite pas a affamer les terres de ses vassaux déjà bien malades pour payer la rançon d'une maitresse.


Elle garda un silence prudent alors qu'il déversait ce qu'avait été son passé. La mort et la souffrance jusqu'a l'arrivée d'un seul homme. Oui, les hommes ne changeaient pas, leur étroitesse d'esprit n'avait d'égal que leur stupidité.

-Ils ont peur de ce qu'ils ne peuvent comprendre, parfois ils ne sont que des animaux. Mais vous avez aussi pu constater qu'il existait des exceptions. Tout n'est pas blanc ou noir hélas, se serait plus facile dans ce cas. Il y a du bon partout.

Elle sourit avec lui alors qu'il mentionnait le mariage.

-Je pense que ma tante se serait évanouie si elle l'avait su...Ce que vous n'êtes pas ? Voyons Ciaran, vous leur avez donné ce que vous êtes, cessez donc d'être obnubilé par votre sang, je vous l'ai déjà dit, cela ne fait pas un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 25 Juil 2009 - 22:24

- "Je le sais. Je ne vous demande pas de me dire tout, mais dites-moi simplement que vous ne pouvez pas me le dire au lieu de me mentir."

Je secouais doucement la tête quand elle parla de son fils. Elle m'avait mal compris je pense et j'hésitais à lui faire part de mes pensées, plus sombres qu'une simple haine ou un mépris de son enfant. Je pensais bien à des méchancetés bien plus graves... Neveu du roi, bâtard indigne... Il se pourrait bien que l'on cherche à l'éliminer...

- "On pourrait aussi le blesser de manière plus mortelle Astéride... Ne sous estimez pas la fierté d'appartenir à une race et le mépris envers les autres... Surtout dans la Noblesse si puissante et arrogante."

Voilà, au moins cela était dit. Pas très rassurant, mais c'était la triste réalité. Je souris quand elle parla du Duc de Serramire et de la somme qu'il avait du débourser pour sauver sa maitresse.

- "Oh, je vous pensais plus tendre que ça Astéride... Ne trouvez-vous pas romantique qu'un homme fasse tout pour récupérer sa belle?"

Bon, j'étais un poil moqueur. Parce que le Duc avait fait payer ses vassaux alors qu'il aurait pu payer lui-même.

- "En effet, c'est ce que j'ai appris... Sans Garett, je serais mort, s'il m'avait abandonné, je n'aurais été qu'une bête sauvage assoifée de vengeance. Mais le vengeance ne m'a pas intéressé longtemps au final. Et je n'ai jamais cherché à retrouver ceux qui avaient anéanti mon innocence... j'ai vécu en forêt, loin de tout vous savez? Je n'ai pas compris ce déchainement de violence et j'en ai été terriblement choqué pendant de nombreux jours... Je ne sais toujours pas si préserver les enfants de la réalité est une bonne chose... Elle finit toujours par les rattraper."

Je souris doucement quand elle évoqua sa tante.

- "Oh votre tante est donc rebutée par les sang mêlés? En tous les cas, elle est fort séduisante, mais j'ai l'impression que c'est de famille... Pourtant, vous n'avez aucun point commun avec votre cousine j'ai l'impression. Là où elle me fait penser à une jolie poupée obéissante, vous m'évoquez l'image d'un ruisseau impétueux."

Mon sourire s'affina. Je préférais le ruisseau à la poupée, je préférais son tempérament insoumis.

- "De votre bouche, je ne saurais entendre plus beau compliment, dommage que vos pairs ne soient pas aussi lucides. Mais je ne peux les blâmer, beaucoup de demis drows ne valent pas mieux que les Sombres."

Je soupirais, décidant d'éloigner ce sujet de mes pensées, avant de demander tout à trac :

- "Vous n'avez pas répondu : si je vous l'avais demandé, m'auriez-vous embrassé? Pourquoi être restée à mon chevet et vous être occupé de moi alors qu'une servante aurait pu aussi bien s'en occuper?"
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Dim 26 Juil 2009 - 20:00

-Qui vous dis que se serait un mensonge ? Incanus a très bien pu lui mordre la queue...Cela dit, je vous l'accorde, ce n'est pas ça qui lui aurait fait peur.

Et elle compris enfin l'erreur qu'elle avait fait. Erreur normale parce qu'elle ne voyait pas vraiment quel danger pouvait représenter son fils...

-Erwan pourrait un jour réclamer Oesgard, c'est vrai, ou même prétendre a Erac, ou encore, si nous poussons plus loin, au trône lui même...Il est vrai que pour certain, il doit représenter un danger quelconque mais pour l'instant, ce n'est qu'un enfant, un bébé et puis...Je suis là.

Effectivement, elle représentait un bouclier des plus dangereux a affronter, même si on ne pouvait pas dire qu'elle soit elle même dangereuse. Et puis, que ne ferait elle pas pour le bien de son fils ? Mais Ciaran avait raison sur un point, les nobles restaient ce qu'ils étaient, pompeux et arrogants, se croyant tout permis a l'image de ce fat de Merwin.

-Oui, en saignant ses vassaux, cela m'est tout de suite moins romantique. Et dire que c'est un cousin éloigné...

soupira-t-elle en secouant légèrement la tête. Chaque famille avait ses tares parait il, eux, il avait le Duc de Serramine.

-La vengeance n'est jamais une bonne chose, elle vous ronge de l'intérieur et finit par nous détruire. Pourtant, il serait doux de s'y laisser couler. Vous n'étiez qu'un enfant, qu'auriez vous fait ? L'avenir s'ouvrait devant vous, le passé doit resté où il est...

Il évoqua le bal et immanquablement, elle revit le visage de sa tante. Certes, elle était une femme magnifique, comme l'était sa mère, mais même la plus belle pomme possède son ver.

-Je plains ma cousine parfois, avez vous remarqué comme elle l'engonce dans des robes suintant le luxe et la richesse ? Comme si elle en faisait une vitrine a offrir au plus riche, au plus influent...Je ne connais pas beaucoup Ashenie, sa mère ayant veillé a ce qu'elle ne nous fréquente pas, évidemment, maintenant que mon frère est roi...

expliqua-t-elle avec un grain de cynisme dans la voix avant de sourire comme une sorte d'excuse, elle s'était emportée et il était toujours mal vu de calomnier quelqu'un. Elle n'ajouta rien de plus, le sang drow était un sang honni, quoique l'on fasse ou dise, c'était ainsi, une malédiction qui courrait et qui ne stopperait jamais.

S'en suivit un flot de questions auxquels elle ne s'attendait pas vraiment en fait. Cherchait il a la pousser dans ses derniers retranchements ?

-Peut être ou peut être pas, il est trop tard maintenant pour le savoir. Quand a restez a votre chevet, je vous devais bien cela ne pensez vous pas ? Et j'ai songé que vous préféreriez voir un visage connu a votre réveil plutôt qu'étranger. Ais je eut tord ?
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Jeu 30 Juil 2009 - 16:35

- "Non, en effet, cela n'auait pas suffit... Incanus doit tenir sans peine dans la gueule d'Harès..."

Je soupirais, commençant à ressentir les effets de la fatigue, se manifestant par une profonde lassitude et des élancements au niveau du crane. Mais j'avais assez dormi, il était plus que temps de se réveiller! Astéride me cachait bien des choses et l'une d'elles concernait Incanus. Ce Dräke comme elle disait était bien moins innoffensif qu'il en avait l'air, de cela j'étais certain.

- "Je ne voudrais pas vous paraître offensant Astéride, mais jamais votre fils ne sera accepté à la tête d'une terre... Les demis elfes sont déjà assez mal considérés alors votre fils..."

Je ne faisais qu'énoncer une évidence. En plus, son ascendance était totalement connue de tous : 1/2 humain, 1/4 drow, 1/4 elfe. Moi encore, je pouvais tricher et dissimuler. Pas lui. Je souris quand elle ajouta qu'elle était là pour veiller sur lui.

- "Bien sûr..."

Je ne voyais pas trop en quoi cela le protégerais d'assassins, mais bon, passons. Elle était sa mère, c'était normal qu'elle parle ainsi, contre toute logique. J'éclatai de rire quand elle parla de Merwyn, regrettant aussitôt cet accès d'hilarité par un gémissement étouffé de douleur.

- "Désolé. Mais il faut croire que l'art de diriger n'est pas inné ou héréditaire."

Je me rembrunis légèrement quand elle parla de la vengeance.

- "Les enfants grandissent Astéride. Et la haine peut rester longtemps latente avant d'éclater. J'aurais pu me venger une fois adulte et dangereux, mais cela aurait été dénaturer tout ce que Garett m'avait apprit."

Je parlais alors de sa tante et de sa cousine et ne pu qu'acquiescer quand elle fit remarquer qu'Ashenie n'était qu'une vitrine pour sa mère. C'est presque obscène, mais il en allait ainsi de bien des nobles.

- "Cela ne me choque pas, il en va ainsi de bien des jeunes filles de la Noblesse, vous êtes un cas à part."

Je la harcelais alors de questions, mais elle se dérobait à chaque fois plus ou moins.

- "Non vous avez eu raison... Mais vous ne me devez rien."

Pouvais-je lui dire qu'en pensant mourir, je n'avais eu que son image en tête? Non, décemment pas.

- "Tiendriez-vous donc un peu à moi?"
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Sam 1 Aoû 2009 - 11:09

-Fils d'un déserteur qui plus est...

Enchaina la jeune femme en fronçant légèrement les sourcils. Elle posa une main fraiche sur le front du chevalier, il avait l'air fatigué, il devait être épuisé de toute façon. L'assimilation du sang de dragon par l'organisme humain ou même drow n'est jamais de tout repos helàs.

-En vérité, je n'espère pas de terres pour lui, ni même pour moi. tout du moins pas un duché ou même une baronnie, je ne pense pas être faite pour ça, alors nous verrons bien.

Elle avait deux milles ans devant elle, deux milles ans pour le voir grandir et s'affirmer, peut être mourrir un jour si il n'avait pas hérité de l'éternité de son père...C'était trop long pour pouvoir restée a la tête d'une terre sans éveiller les soupçons...

-Ne présumez pas de vos forces Ciaran, vous êtes fort, mais pas invulnérable.

gronda-t-elle doucement en remarquant sa grimace de douleur. Il était encore faible. Un sourire illuminia ses traits alors qu'il énonçait une vérité helàs prouver dans le cas de Merwyn.

-Je ne vous le fait pas dire...


Approuva-t-elle en riant légèrement. Elle remarqua le pli amer qui ombra un instant les lèvres du chevalier alors qu'elle évoquait la vengeance...

-Vous aviez apprit le respect et l'amour auprès d'un homme qui possédait une grande noblesse, pourquoi tout détruire pour une soif de vengeance qui vous aurait laissé vide et aigri ?


répliqua-t-elle en regardant par la fenêtre un instant avant de revenir sur le visage racé du jeune homme. La vengeance, la haine, elle aussi aurait pu s'y laisser sombrer mais quelle mère aurait elle été pour Erwan ?

-Je n'étais que quantité négligeable pour ma mère, tout ses espoirs étaient fondés sur Trystan, ceci explique cela.

Puis s'en suivit une série de question qu'elle esquiva légèrement, peut être un peu trop. Mais la question était de savoir si oui ou non, elle était prête a se laisser aller, si elle pouvait encore prendre des risques. Les ravages qu'avaient fait Veldrin étaient encore bien présent dans son esprit, douleur moins vivaces mais toujours présentes. sa réponse la fit sourire en coin et son regard s'assombrit doucement alors qu'Incanus jetait au couple un coup d'oeil aigu en songeant que cet homme était abruti parfois...

-Je vous dois beaucoup au contraire et peut être qu'un jour vous vous en rendrez compte.

Les paroles suivantes la laissèrent un peu estomaquée, il ne savait donc pas tourner autour du pot ?!

-Vous ne vous posez pas les bonnes questions Ciaran.
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Dim 2 Aoû 2009 - 22:09

Je me mordis la lèvre quand elle rajouta qu'il était en plus, fils de déserteur... Le pauvre gamin n'était quand même pas avantagé, heureusement que sa mère était soeur du roi et son oncle roi, cela le protégerait... et l'exposerait en même temps. Délicat problème... Bien que jamais je n'irais parler de l'enfant ainsi devant sa mère, ce serait offensant.

- "Et pour quoi êtes-vous faite?"

Je lui dédiai mon plus beau sourire en posant cette question. Je pensais avoir déjà la réponse... Astéride était enfermée dans un carcan de noblesse qui l'étouffait. Elle était faite pour être libre... Voyager... Je me pris à penser que je pourrais lui offrir cela, avant de renoncer, songeant que c'était une vie bien misérable pour une noble dame et son bébé. Dans d'autres circonstances...

- "J'ai survécu à des blessures qui auraient du me tuer, cela a de quoi me monter à la tête..."

Cela dit, elle avait raison, mieux valait ne pas faire la mariolle et me rétablir le plus vite possible. Sauf que se rétablir, c'était partir et ne pas revenir, comme je me l'étais promis. Et tout à coup, j'avais moins envie de me rétablir.

- "C'est ce que je me suis dis."

Elle me comprenait, alors que je livrais mon passé, ma vie, mes sentiments. C'était étrangement simple avec elle, peut-être parce qu'elle savait qui j'étais réellement. Je me tus, la regardant gravement alors qu'elle m'avouait que sa mère n'avait eu d'yeux que pour son fils, appelé à devenir roi alors que tous l'ignoraient et que la petite fille avait grandi dans l'indifférence.

- "Oh. Je vois... Finalement, cela vous a offert une liberté que peu de jeunes filles peuvent seulement imaginer..."

Il fallait bien qu'il y ai une compensation à un tel manque d'amour maternel... Mais d'après ce que j'en savais, son frère tenait à elle. Quant à son père, mort, je n'en savais rien du tout.

- "Ce serait plus simple si vous me disiez en quoi... Je me pensais mystérieux, mais je ne vous arrive pas à la cheville."

Je souris doucement quand elle me répliqua que je ne posais pas les bonnes questions.

- "J'avoue ne pas savoir quelles questions me poser avec vous Astéride, ni quoi penser."
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 29
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Mar 4 Aoû 2009 - 13:03

-Mais...Pour être un chevalier sans peur et sans reproches bien sur !

fit elle avant d'éclater de rire. Honnêtement, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle attendait de la vie. Il fut un temps où ce chemin était tout tracé, mais maintenant...Oh cela ne lui faisait pas peur, enfin, pas tellement mais tout de même, il y avait de quoi s'inquiéter. Enfin !

-Oui, mais pas sans un coup de pouce, vous n'allez pas réduire mes efforts a néant n'est ce pas ?

Un éclair de rire passa dans ses yeux pairs, mais de soulagement aussi. Il y avait eu un moment où Ciaran avait frôler les limites de la mort. Elle n'eut qu'un sourire en coin, elle savait qu'elle avait raison. Bon pas toujours mais la majorité du temps. La sagesse peut être ? Oh non peut être pas, c'était trop comme qualificatif, disons qu'elle savait de quoi il parlait dans un sens.

-Oui, et même, il faut dire que mon père m'encourageait dans ce sens. Du moins, il faisait semblant de ne rien voir.


affirma-t-elle, Melisandre avait été ce qu'elle avait été, méchante et hautaine, mais il est vrai qu'elle n'aurait probablement pas supporter d'être son billet pour la royauté, comme l'avait été Trystan. Elle eut un petit rire alors qu'il la pensait mystérieuse. Dans un sens oui, mais pas tellement, certain la connaissait tellement bien qu'ils étaient capable de lire ses pensées sur son visage.

-Vous apprendrez avec le temps. A moins que vous ne continuiez a fuir ma compagnie bien sur.


répliqua-t-elle tranquillement avec un coup d'oeil en coin. Penser qu'elle n'avait rien remarquer était une utopie. Il avait fuit Diantra comme si le diable était a ses trousses et elle savait additionner un plus un.
Revenir en haut Aller en bas
Ciaran de Valis
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 237
Âge : 71
Date d'inscription : 09/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   Mar 4 Aoû 2009 - 15:02

J'éclatai de rire alors qu'elle répliquait le plus simplement du monde qu'elle était faite pour être un chevalier. Evidemment, je regrettai aussitôt mon hilarité incontrôlée, puisque la douleur revint, avec une intensité redoublée, ce qui du se traduire par une crispation de mes traits.

- "Il va falloir de l'entrainement, non?"

Cependant, elle me gronda à moitié en disant que j'avais guéri non sans aide et que je ne voulais pas réduire ses efforts à néant.

- "Non, bien sûr que non, je ne suis pas ingrat."

Je lui lançai un regard espiègle en disant cela. Astéride en chevalier... Non, vraiment, j'avais du mal à l'imaginer. Mais en quoi pouvais-je l'imaginer? Difficile à dire... Elle endossait son rôle de noble à la perfection, mais ce n'était pour autant pas elle... Libre, voilà ce qui lui allait, mais cela ne suffisait pas.

- "Vous avez eu un père assez formidable alors..."

Peu de parents nobles laissaient leurs enfants s'épanouir comme ils le souhaitaient, sans chercher à les contrôler. Cependant, ma belle humeur et mon sourire se fanèrent quand elle m'accusa de la fuir. Gagné... Evidemment qu'elle l'avait remarqué... Je m'étais figé, pris en porte à faux. Je détournais un instant le regard, avant de m'humecter les lèvres, en cherchant quoi répondre à cela.

- "Ce n'est pas ce que vous pensez Astéride... Je ne fuis pas votre compagnie... Pas exactement. Je vous fuis parce que justement, je la recherche trop."

C'était peut-être embrouillé, mais compréhensible non? Je la fuyais, parce que j'avais envie d'être près d'elle et que cela me semblait totalement impossible... ce n'était pas si compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: