AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où l'Ancenois prépare la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aemon d′Ancenis
Humain
avatar

Nombre de messages : 129
Âge : 116
Date d'inscription : 26/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Où l'Ancenois prépare la guerre   Lun 24 Aoû 2009 - 3:24

La guerre... fléau des royaumes, des hommes comme des autres races. Est-il pire affliction que cette maladie qui toujours se réveille et ravage terres et chairs ? Les hivers rigoureux, les pestes buboniques, les sécheresses et les autres catastrophes pèsent dans la balance des désastres, mais seule la guerre vit et s'anime sous les passions des hommes d'armes et des seigneurs. Là où les catastrophes naturelles s'abattent par la volonté des dieux, le glaive des batailles et des chevauchées s'abat sur l'ordre des mortels.

Et pourtant, la guerre est un loisir comme un instrument pour la noblesse humaine, qui pendant des siècles a joui du privilège de les faire naître et de les voir grandir. Les raisons sont diverses, les motifs souvent fallacieux, mais toujours les faits sont là : campagnes et cités succombent sous le coup des guerriers. Les chevaliers rançonnent et assassinent les chevaliers, les routiers se déversent dans les régions, avides de sang et d'or, les coutiliers arrachent les bourses et tranchent les gorges des plus pauvres soldats, les putains s'offrent contre une poignée de piécettes encore ensanglantées par quelque massacre d'innocents. La guerre répand chaos et destruction, et une classe d'hommes l'entretient, ce jeu délicieux et lucratif.

Au milieu du printemps, l'Ancenois tout entier se préparait à guerroyer loin dans le nord. Les jeunes chevaliers n'avaient pu épancher leur trop plein de violence frénétique lors de la querelle de Hautval, et les tournois se raréfiaient. Partout on rassemblait écus et blés pour mener cet effort de longue haleine tout en espérant que le labeur sera court et profitable. Les épées étaient forgées, les arcs tendus, les boucliers éprouvés, et dans chacun de ces instruments de mort on pouvait sentir frémir les rêves de gloire et de fortune de leurs futurs maîtres. Les chiens de guerre de l'Ancenois s'éveillaient, humant par avance l'odeur des cendres et des cadavres qui joncheraient bientôt leur sillage.
Revenir en haut Aller en bas
Semoras d'Olyssea
Humain
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 117
Date d'inscription : 27/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Où l'Ancenois prépare la guerre   Mer 26 Aoû 2009 - 19:19

L’air vivifiant du haut-pays de Gelden, à quelques lieux à peine des Monts-Corbeaux, fouettait rudement le visage du baron, penché à la fenêtre de l’une de ses demeures de campagne. Il avait quitté le confort de son hôtel particulier et s’en était allé, accompagné par nombre de ses vassaux et vavasseurs, retrouver la ménesse au physique d’odalisque qu’il entretenait à Breda tandis que, dans tout le pays, on levait le ban. La gueuse, désormais entre les mains rassurantes de Morphée, n’avait eu de cesse, tandis que son suzerain la besognait avec la fougue qu’on lui connaît, de distiller son venin dans les pensées de ce dernier. S’il avait feint de ne prêter aucune attention aux idées de la mousmée, maintenant, les gonades vidées, force lui était de reconnaître que la canaille avait fait mouche.

Son regard coula sur les terres que les Cinq avaient mis sous a protection.

A demi voilé par la brume matinale, se dessinait un groupe d’hommes, l’arc à la main, accomplissant, comme l’exigeait la coutume à Olyssea, leur service d’entraînement. Les troubles dans le Nord poussaient la jacquerie à s’investir davantage dans les exercices, persuadés qu’ils étaient qu’avant peu des brigands, sous des atours de sires, pilleraient leurs hameaux. Semoras n’était pas innocent à ces idées. Il s’octroya une belle gorgée d’hypocras olysséen avant de rependre, entre ses mains noueuses, la missive expédiée par Ancenis. La Chouette, au nom de l’Alliance, mandait l’aide du Loup. Il fit tourner le vin épicé dans la coupe en tâchant de se remémorer la dernière fois qu’il avait eu à faire couler le sang. Lorsque la cause est juste, tuer n’est pas un crime, lui avait un jour murmuré un prêtre aujourd’hui à la tête du clergé de la baronnie.

Peu auparavant, tandis que le glaive olysséen s’apprêtait à enfoncer la frêle défense bredanienne, l’un de ses valets, arborant une antique livrée aux couleurs familiales, lui avait fait parvenir un message expédié par l’aussi brave que serviable neveu qu’il avait assis sur le trône de Hautval. L’honneur de sa lignée était en jeu. Ce n’était pas à son ancien écuyer et homme de main de l’appeler à mettre en marche le ban, mais à lui-même. A cela s’ajoutait la fougue de sa noblesse, insultée de voir un parvenu leur ordonner de renoncer aux anciens droits. Il essuya, du revers de sa main, le vin qui imbibait sa barbe en luttant contre la céphalée qu’écrire une lettre au sibyllin Illyrio di Malachia lui causait d’avance.

L’inaction amollissait l’aristocratie, il était temps qu’elle reprenne des couleurs.

De la couche, une voix faussement alanguie émergea. Le baron sourit. Au repas, il réunirait ses gens et ordonnerait aux troupes de gagner Ancenis. En attendant, sa vigueur allait s’exprimer sur un tout autre champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Baudoin
Humain
avatar

Nombre de messages : 125
Âge : 541
Date d'inscription : 24/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Où l'Ancenois prépare la guerre   Jeu 27 Aoû 2009 - 16:41

Trois épaisses biffures marquèrent le front du baron. Il était avait face à lui l'ost réuni de l'aigle, du loup et de la chouette, ainsi que du lion à la vigne. Une formidable armée, bras armé et salvateur d'un royaume en décrépitude, autant rongé par la superstition que la pédérastie ; l'hétérodoxie et la théurgie ouverte des messieurs de la péninsule avaient trouvé l'anathème, ne restait plus qu'à appliquer la sentence. Avec une vigueur moult époustouflante, Baudoin Ier, baron d'Oësgardie, digne seigneur du septentrion et inflexible mur d'acier de la péninsule s'épanouit ; sa stature prit un essor menaçant et glorieux qui irradiait une charismatique luminosité.

Investiture céleste ou subterfuge terrien ? Personne n'aurait jamais le dernier mot. Des olifants barrirent comme jamais on ne le fit, les fifres entonnèrent une exaltante mélodie, le silence se fit parmi la foule des hommes d'armes et gens de trait. La musique s'évanouit comme s'envole le dernier souffle du mort, laissant planer une muette attente sur la morne plaine. Un vent mauvais fit claquer les oriflammes.

« Mes amis ! Demain nous porterons la guerre aux portes du maléficieux, mettant fin à un règne d'indolence et de kaballe. Le Roi vélin s'est rendu coupable de moult forfaits, trop de forfaits. Trystan aux yeux débiles est accusé d'animalité, de renardie, de sorcellerie, d'apostat, de blasphème, de pédérastie, de sodomie, d'INCESTE, d'indolence et de bâtardise ! Et que dire de notre bon roy Ultuant qui mystérieusement disparut pour lui laisser le trône ? Et qu'en est-il de la lignée langecine qui s'éteignit si brusquement, sans autre famille que sa Cécité ?

Rien ne peut plus racheter l'âme flétrie du Régicide Palimpseste sinon la mort, l'immolation, la rédemption par le feu ! Hardis compagnons, vous êtes l'espoir d'un royaume, d'un peuple, vous êtes l'ardente vindicte de l'humanité ! Demain, nous essuierons dans le sang et annihileront dans les flammes l'infâmie !

Soldats, vous êtes l'épée foudroyante et aveuglante de la Justice. Parangons de bonté et de vigueur ! GLAIVES ET SANG ! HARO SUR DIANTRA ! SUS !
» et dans l'arc furieux que décrivit son bras noueux, il leva son épée haut dans le ciel et vociféra « NOTRE-DAME ! OËSGARD ! » ce à quoi firent écho les hommes de la baronnie, puis répondirent tour à tour les hommes d'Olyssea et d'Ancenis. « MONTJOIE » « SAINTE-NEERA ! FOUDREE PENTOUFLE ! » les hommes de Hautval surenchérirent «VENTRE SAINT-ECARLATE ! HARDI !»

La clameur gagna peu à peu les dizaines de milliers d'hommes qui campaient là. Même les mouquères de guerre d'habitude si loin des passions martiales montrèrent un enthousiasme grandiose. Haro sur Diantra. Le ton était donné, l'on ferait tomber la tête du roi, et de la reine et de la princesse. La lignée honnie s'éteindrait comme avaient péris les Langehack. Et puis l'on irait occire les poudrés, les félons, les flagorneurs et les apathiques de la péninsule. Noble-roturiers, seigneurs de grand chemin, maniérés de salons et bigots périraient dans l'embrasement furieux du Nord.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où l'Ancenois prépare la guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où l'Ancenois prépare la guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si tu veux la paix, prépare la guerre.
» Où l'Ivrey prépare sa guerre
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Baronnie d'Ancenis-
Sauter vers: