Partagez
 

 Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
Gaucelm d'Odelian

Nombre de messages : 853
Âge : 219
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian] Empty
MessageSujet: Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian]   Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian] I_icon_minitimeMar 25 Aoû 2009 - 23:44

Nom/Prénom :
Gaucelm d’Odelian
Âge :
41 ans
Sexe :
Masculin
Race :
Humain
Particularité :
Mise à part, sa surchage pondérale et son odeur musquée de transpiration, il est tout à fait normal.

Alignement :
Neutre-Bon … ou quelque chose s’approchant
Métier :
Comte d’Odelian
Classe d'arme :
Défensif

Équipement :
Gaucelm porte une armure de plates complète fabriquée en Öesgard, par les maîtres forgerons de la baronie, grands spécialistes s’il est utile de le rappeler. La tête de bélier, symbole d’Odelian, est estampillé sur le plastron de la-dite armure, qui, ce n’est pas vraiment un secret, a du être élargie lorsque Gaucelm fut nommé Comte d’Odelian. Bien entendu, le comte possède une collection impressionante de tenues, avec forces canons dentelés et ringraves bien larges, mais il préfère se balader engoncé dans son armure, ce qui d’après lui, ajoute à sa stature et à son charme. Il manie une épée longue qui se nomme Uril. L’épée possède une double gouttière qui court tout le long de la lame et sa garde, sertie de pierres semi précieuses pâles, possède une large pommeau sculpté en forme de tête de bélier. Il possède également un large écu qui protège son porteur depuis l’épaule jusqu’au genou, toujours estampillé du Bélier d’Odelian. Il va au combat dans un des chars de guerre d’Odelian, unité qu’il développa lors de son accession au titre de seigneur de Dens, et qu’il a maintenant démocratiser dans l’armée du comté.

Description physique :
Gros, gras et grand! Voilà une définition rapide du sémillant quarantenaire qu’est Gaucelm. Il mesure un mètre quatre-vingt deux et pèse un quintal et quelques kilos … Une petite coquetterie qu’il s’accorde bien qu’il n’est aucun problème avec sa surcharge pondérale, que nous appelerons importante … Pour vous donner une idée précise de l’envergure ventripotente du bonhomme, dites-vous, qu’un tabouret standard, qu’on trouve dans la majorité des tavernes du royaume, accueille difficilement une des fesses charnues de Gaucelm, et encore, dans un grincement laissant présager le pire pour l’assise tremblotante. Son visage est rond et, bien souvent, rubicond. En effet, les affres du surpoids le font suer à grosses gouttes en permanence, exhalant par la-même un fumée ranse des plus désagrables, bien que personnellement, il trouve son parfum naturel des plus délicats, et, lui rougissent le façiès régulièrement. Il a de petits yeux verts qui trouvent leur place entre les joues bien développées et des sourcils taillés avec soin. Son crâne se dégarni de plus en plus, et tel un couronne grisonnante, ses cheveux contournent sa tête d’une oreille à l’autre. Il porte un bouc et une moustache épaisse, qui entourent des lèvres charnues et rosées, le tout dominant son épais double menton. Lors d’un sourire, ou d’un rire gras dont il a le secret, on découvre de larges dents jaunies, où l’on découvre souvent des restes de son dîner. Il possède de larges mains, qui se terminent par des doigts boudinnés aux ongles fins et soignés, et décorées par de grosses chevalières. Depuis son cou épais et plissé par le gras jusqu’à son ventre mou et imposant, pend une chaîne en or au bout de laquelle on aperçoit, une nouvelle fois, l’emblème d’Odelian.

Description mentale :
Gaucelm est un noble arrogant, méprisant la gueusaile, qui n’est pour lui, que la lie de la race humaine. Il est profondémment convaincu de sa superiorité sur les gens du peuple, n’accordant aucune confiance, je cite, en ces marauds qui n’ont pas la descence d’être né dans un famille de noble sang. Il montre une grande confiance en lui et peut s’avérer d’une charmante compagnie. Il est, en effet, d’un tempérament charmeur et recherche particulièrement la compagnie féminine, draguant, avec insistance parfois, la moindre demoiselle de bonne famille qu’il croise. Il traîne son pucelage comme un boulet, mais, est résolu à remédier à cette situation et à trouver une épouse aussi sémillante que lui. Pour cette raison, il s’est plongé dans les études et aime faire étalages de citation et de proverbes anciens, ainsi que d’explications scientifiques et historiques. Il possède une grande capacité d’analyse et à développer un grand intérêt pour les stratégies militaires, le forçant à se plonger sur de vieilles cartes de champs de bataille à la recherche de tactiques nouvelles et audacieuses. Il est plutôt malin mais, perd de sa superbe intellectuelle devant la moindre personne de sexe féminin, la testostérone brouillant irrémédiablement son bagout pour l’entraîner vers les bas-fonds de la lourdeur grasse et maladroite. Il est possessif, et un peu radin sur les bords, un sou est un sou, et ce qui est à lui, est à lui, il sait le rappeler, avec violence si cela est nécessaire. De fait, ses défauts ont aiguiser chez lui une certaine cruauté infantile, type gros bébé qui arrache les ailes des mouches et des papillons, qui le fait régenter le comté avec une main de fer dans un gant de fer, pour son plus grand plaisir, notons-le.

Histoire :
Gaucelm de Berdevin est né il y a 41 printemps, dans la deuxième ville la plus importante d’Odelian, Dens. Sa mère était la soeur du précédent Comte d’Odellian, et son père Hubert de Berdevin était le conseiller militaire du Comte lui-même. La famille dirige depuis longtemps, la région de Dens, au sud ouest d’Odelian, à quelques lieues d’Etherna, et Gaucelm passa toute son enfance dans le château de Dens, situé au nord de la ville, au sommet d’une des rares collines qui parsèment le plat pays d’Odelian. Il a rapidement délaissé les activités physiques pour se plonger dans des activités moins éprouvantes pour son corps boudinné, tel la lecture ou la calligraphie. Il montra, malgré ses difficultés physiques, un certain enthousiasme lors de ses entraînements auprès d’Emilien, le maître d’arme, bien que sa surcharge pondérale le forçait à prendre des pauses toutes les minutes, au grand désespoir du vieux bretteur. Il grandit pourtant, sans grandes anecdotes méritant d’être narrer ici, qui s’intéresse à une chute du haut d’un tas de bois ou d’une dent cassée sur le chambranle d’une porte.
Passons plutôt à son adolescence, à l’aube de son seizième anniversaire, âge où les émois de la testostérone n’ont rien à envier aux envolées poétiques que peut faire naître un coeur amoureux. Gaucelm éprouvait les premiers affres de la déception amoureuse, à cause de la fille d’un seigneur vassal de son père qu’il avait aperçu lors d’une fête donné au château de Dens. Il charria son odeur musquée, si reconnaissable, jusqu’à la belle jeune fille, qui ne put que reculer en gloussant, se bouchant le nez, ignorant superbement Gaucelm et le fuyant sans se retourner, alors que le gros benêt tentait de présenter un hommage qu’il avait mis des semaines à préparer. Il se contenta de rougir en souriant bêtement, dévoilant un reste de canard coincé entre ses incisives, spectacle qui finit de faire fuir la jeune personne, qui prit d’un élan de compassion, s’était retournée. Malgré ses défaites amoureuses, dont cet exemple n’est que le début d’une longue série, Gaucelm progressait dans ses domaines de prédilection et il se plongeait de plus en plus dans les rapports stratégiques et les affaires du domaine.
Gaucelm devint seigneur de Dens lors de son vingt-cinquième anniversaire, à la mort de son père, Hubert, retrouvé mort dans son lit, un beau matin d’automne. L’ère paisible qui avait vu Hubert dirigeait Dens, s’achevait lorsque le gros derrière flasque de Gaucelm prit place sur le siège du seigneur. Il prit les fonctions de conseiller militaire, comme son père avant lui, ravi d’obtenir un poste qui lui permettait de s’épanouir dans son élément. Un jour qu’il rentrait à Dens, sa diligence croisa un attelage de puissants chevaux tractant une lourde charrue. Il eut alors l’idée de chars guerriers, tirés par ses mêmes chevaux massifs, lui qui pestait régulièrement contre le manque de mobilité de l’armée. Il fit lever de nouveaux impôts pour permettre le financement des premiers prototypes. Pendant deux années, les nombreux tests furent laborieux et éprouvants, bien plus pour les malheureux qui prenaient la place de passager, que pour le gros seigneur qui se contentait de grommeler lorsque que l’essieu se brisait en déchiquetant les auriges. La nouvelle machine de guerre trouva enfin sa forme définitve, et Gaucelm s’empressa de montrer son invention au gotta Odélien. Le comte observa longuement l’engin, attendit une démonstration de vitesse et de puissance avant de donner son accord pour la poursuite du projet. Gaucelm fit alors s’enrôler de nombreux habitants d’Odelian, faisant former des auriges pour que son “bébé” devienne une arme puissante. Les vastes plaines d’Odelian permettaient de larges manoeuvres et ainsi, le perfectionnement des tactiques.

Les années passèrent, et Gaucelm se montrait de plus en plus hautain et méprisant, sûr de lui, et surtout cruel, tenant fermement la province de Dens, et il se nomma pompeusement, vicomte de Dens. Le vieux comte d’Odelian continuait de pleurer la disparition de Thyl, son unique fille, et délaissait les rênes du comté. Et pour le gros Gaucelm, le calcul fut simple, un vieillard las et, lui en plus proche parent, il se montra alors de plus en plus proche du comte, le visitant même hors de ses fonctions de conseiller. Lors d’une de ses nombreuses visites, il trouva le malheureux comte complètement raide sur le sol, les yeux exhorbités. Un sourire malsain inonda son visage et, le soir même, on aurait pu apercevoir le nouveau comte donnait une bourse à un jeune serviteur, avant que celui ci ne soit retrouvé égorgé dans les rues d’Odelian.
Enfin en haut de la pyramide, il ne lui reste plus qu’à trouver une épouse, et continuait son ascencion, voyant d’un oeil avide les retombés d’une guerre civile en Serramire, pour l’un des plus puissants seigneurs du duché…

~~~~~

Comment trouves-tu le forum ? :Très peuplé et très complet :D
Comment as-tu connu le forum ? :Google en cherchant forum rp
Crédit avatar et signature (lien vers l'image d'origine et nom de l'artiste dans la mesure du possible) : Aemon m’a filé cette image ^^ je sais pas d’où il la sort Razz
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
Ranaghar Medel'hel

Nombre de messages : 637
Âge : 30
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian] Empty
MessageSujet: Re: Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian]   Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian] I_icon_minitimeJeu 27 Aoû 2009 - 15:26

Bon, j'ai malheureusement rien trouvé à redire :(

Tu connais le chemin donc voila.

Code:
[Métier & Classe] : Comte d'Odelian

[Âge & Sexe] : 41 ans & Masculin

[Classe d'arme] : Defensif

[Alignement] : Neutre bon
Revenir en haut Aller en bas
 
Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gaucelm d'Odelian [Comte d'Odelian]
» Eldabarak et sa troupe [ Mercenaire ]
» LANGUEDOC
» Où l'on se revèle | Thibault/ Elanore / Gaucelm
» Sceau et blason du Comté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Registre :: Tabularium :: Limbes :: Humains-
Sauter vers: