AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un curieux rendez-vous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Illusionniste
Elfe
avatar

Nombre de messages : 105
Âge : 26
Date d'inscription : 13/06/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Un curieux rendez-vous...   Mer 23 Sep 2009 - 21:09

La lune éclairait de ses rayons blafards les murs de la cité. La lueur spectrale de ce croissant blanchâtre contrastait avec la noirceur du voile nocturne. Un clair-obscur des plus fascinant.

Pas un souffle ne bruissait contre les parois grises des remparts, le Vent semblait mort, et le Froid lui-même, ce terrible monstre glacé de Favriüs s’était assoupis. La soirée était presque agréable.
A l’heure où tous les braves travailleurs dorment du sommeil du juste, à cette heure où les mécréants, voleurs et autres ivrognes s’enivrent toujours et encore sur les comptoirs d’une quelconque auberge glauque et miteuse. Une bonne heure pour le théâtre.

Ô théâtre, miroir fantasque d’une réalité si souvent fade, théâtre ! Si vrai, si puissant ! Tout ne devrait être que théâtre…

La rue des artistes s’éveillait encore en cette heure d’une agitation nouvelle, la bonne société d’Erac, après s’être divinement divertit, rentrait paisiblement à son logis. On n’aurait put rêver meilleur situation.
Et Monsieur Emilien se frottait les mains, nerveux, en observant la foule qui se dispersait dans les artères perçant la rue de l’Art. Un nuage de vapeur blanche naissait sous sa moustache sombre à chacune de ses expirations tremblotantes. Vêtu fort simplement, la silhouette gracieuse d’un ours mal léché, il était adossé dans l’ombre d’un mur de pierre. Des cheveux grisonnants, gras, planqués en arrière, laissaient percevoir sur son front deux vagues, symbole même de toute son expérience. Une bedaine grassouillette témoignait de sa passion pour la bière… naine bien entendue. Des vestiges de muscles esquissaient son corps las, ses mains, cependant, gardaient encore la force et les attributs de deux étaux furieux. Malgré son aspect négligé et vulgaire, deux petits yeux porcins éclairaient sa face d’une malveillante malignité.

Enfin il vit sa proie qui se dirigeait dans sa direction, il se racla la gorge, aussi fébrile qu’impatient. Il était évident que l’entreprise ne serait pas aisée mais elle était primordiale. La proie, plus ronde que grande, ne se déplaçait pas seule. Et, alors que Monsieur Emilien tenta de s’approcher, lançant un
« Mon seigneur ! » de circonstance, un homme, tant d’armes et de pièces de métal rutilantes, un bélier rugissant sur le plastron, l’agrippa, l’enjoignant, non sans brutalité, à quitter céans et à l’instant la place. Mais Monsieur Emilien ne démordait pas, l’enjeu était trop important, capital. Il lança au dos du gentilhomme, qui s’éloignait tranquillement :

« Messire ! Je peux vous apporter la « preuve » que vous recherchait ! »

Un instant de flottement, la neige commençait à tomber doucement.

Alors, le comte d’Odélian, dans un frisson, se retourna vers l’humble inconnu. Toujours au prise avec le garde, ne quittant pas le comte des yeux, il farfouilla dans sa poche pour en sortir un bout de papier plié en quatre. Alors que le noble de sang tenta d’attraper le graisseux parchemin, Monsieur Emilien, taquin, retira sa main et…

« Il est bien évident mon bon sire, que la réunion se déroulera en Petit comité.»

Et il tendit de nouveau le papier, un sourire malicieux peignant sa face.
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un curieux rendez-vous...   Mer 23 Sep 2009 - 22:43

Après une arrivée si attendue en Erac, Gaucelm et ses gens avait quitté le château de Madame la sœur du Roy, et s’était accordé une petite virée en ville avant d’aspirer à un repos des plus mérité. Toujours attiré par les frasques rocambolesques des saltimbanques, le Bélier avait assisté à une pièce des plus cocasse, s’exclafant longuement devant les truculences des comédiens d’Erac. La fin du spectacle s’était vu acceuilli par un tonnerre d’applaudissements, certains se levant même lors du sempiternel salut de la troupe de joyeux drilles. La petite déléguation odélianne, à peine 60 gardes, clercs et serviteurs, gagna la ravissante rue de l’Art, qui se noircissait de monde sous les lueurs inégales des lampadaires. Les odélians reprirent le chemin du château, alors que Gaucelm gloussait encore des farces de ce petit serviteur et des affres de son mariage. Le Gras n’avait qu’un mot à la bouche, qu’il répétait à qui voulait l’entendre.

Truculent !

Le Comte marchait d’un pas décidé, entouré de ses fidèles gardes, tous attentifs au moindre mouvement effectués dans les ruelles voisinnes. Et c’est alors qu’un gueux, poisseux et mal habillé, comme il sied aux gens de cette basse catégorie, se rua vers le Gras en beuglant.

Mon seigneur !

La troupe odélianne, vive et hardie, saisit le pauvre bonhomme par le col avant de le plaquer contre un mur avec fermeté. Gaucelm n’avait même pas tourner la tête, sachant que ses hommes sauraient régler le compte de cet impertinent avec tout le zèle qu’ils déployaient habituellement. Le Gras s’apprêta à reprendre sa route, lorsque la gueusaille, pleine d’audace, osa l’interpeller une fois encore.

Messire, je peux apporter « la preuve » que vous recherchait !

Un lourd silence s’installa pendant une poignée de seconde, les serviteurs se toisant sans vraiment comprendre. Gaucelm, quand à lui, avait arqué un sourcil intéressé et interloqué. Soit cet homme était un don des dieux, soit c’était un vil menteur qui voyait juste. Un petit gloussement amusé s’échappa de la gorge grasse de Gaucelm, alors qu’il se tournait vers cet étrange inconnu. Ventre Saint-Gris, qu’il était laid … Comme tous les gueux, nota le Gras ; mais peu importe, celui-ci pouvait peut-être l’aider. L’homme, visiblement ragaillardi par l’attention toute nouvelle du Gras, sortit de ses braies un petit bout de parchemin, soigneusement plié. Gaucelm se dirigea sans un mot vers l’étranger et, alors qu’il allait se saisir du pli, le gueux osa le tirer de la poigne du comte en ajoutant.

Il est bien évident mon bon sire, que la réunion se déroulera en Petit comité

L’homme tendit une nouvelle fois la mystérieuse missive, souriant niaisement, pensant probablement que son destin se voyait moins sombre, uniquement parce que Sa Grassouillerie avait daigné lui accorder un soupçon d’attention. Gaucelm renifla avec mépris en croisant le regard porçin du gueux et ouvrit le pli sans attendre. Il lu rapidement.

Citation :
Rendez-vous au théâtre des Songes, dans deux heures. Nous possèdons votre « preuve ».

Il chiffona le parchemin d’un geste brusque et le fourra sous sa ceinture, avant de s’adresser à ses hommes.

Relâchez-le !

La poigne du garde se fit moins puissante et l’homme put reprendre appui sur l’intégralité de sa voûte plantaire. Gaucelm s’approcha une nouvelle fois de lui et poursuivit.

Allez y mon bon, nous vous rejoindrons sous peu

Le gueux s’éclipsa rapidement alors que le Gras se tournait vers ses gens, un grand sourire lui barrant le visage. Il gloussa légèrement en dodelinant la tête puis il s’adressa au chef des gardes.

Edmond, mon bon … Prenez dix hommes et suivez moi. Les autres … rentraient au château, nous devrions vous rejoindre sous peu.

Le brave Edmond désigna quelques gardes du doigt, et le reste du groupe quitta la suite du Gras, après avoir acquiesçé aux ordres de Gaucelm. La nuit s’annoçait plus longue que prévu pour Odélian.

*********************************************

La sémillante déléguation était maintent réduite à une poignée d’hommes qui déambulaient dans les rues d’Erac. Un des gardes revint au pas de course vers son seigneur et livra les indications qui venaient de lui être confiés par le crieur de nuit.

In é tout proche Messire ... C’est là, dans la tiote rue à gouche !

Gaucelm soupira profondément, agacé par ce patois populaire ridicule, qu’il comprenait malgré tout, même si il répugnait à l’utiliser. Le groupe s’engagea donc dans la ruelle qui se trouvait sur sa gauche, et parvint devant une porte vermoulue, au-dessus de laquelle était inscrit en blanc « Théâtre des Songes ». Un nouveau gloussement s’échappa du Gras alors que Edmond entrait en premier, une dague aiguisée dans la main. La porte claque derrière le petit groupe lorsque le dernier odélian pénétra dans la pénombre…
Revenir en haut Aller en bas
L'Illusionniste
Elfe
avatar

Nombre de messages : 105
Âge : 26
Date d'inscription : 13/06/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un curieux rendez-vous...   Jeu 24 Sep 2009 - 21:41

Voila une demi-heure que le spectacle était finit, et Monsieur Emilien se préparait à recevoir ses prochains visiteurs… et quels visiteurs ! Mais le moment n’était pas à la nervosité, il fallait agir, et jouer un jeu des plus subtils. On ouvrit la porte. Dix hommes pénétrèrent en compagnie du comte. Dix… c’était certes peu pour un noble de cet acabit, mais cela avait le don de faire trembler Monsieur Emilien, non qu’il soit couard, mais la mort pouvait attendre non ?

Monsieur Emilien s’empressa d’accueillir ses « invités » d’un :


« Monseigneur est trop bon de nous éblouir de sa présence. »

Il jeta un bref coup d’œil dans la salle. Les planches de la scène était usées, les fauteuils légèrement sales, mais les locaux brillait de ce soupçon de mystère qui s’imprègne de tous ces lieux d’Art. Son regard se posa sur le dernier spectateur, affalé sur son siège, la bouche ouverte, ronflant de toute son ivresse, le sommeil lourd mais la main tenant fermement une bouteille de liqueur. Il sentait la poire à des lieux à la ronde.

« Excusez mon cousin Gild, c’est un bon à rien doublé d’un ivrogne, veuillez me suivre. »

De la bave s’échappait des lèvres molles du dormeur.

Monsieur Emilien avançait, il ouvrit une porte sur laquelle un masque blanc, une fente pour seul sourire, était peint, au-dessus cinq lettres indiquaient les loges. Un petit cri de surprise féminin, et la troupe entra. Une jeune fille finissait de se coiffer, les joues roses de timidité.


« Bien Rose, tu peux rentrer chez toi. »

Et la jeune fille, dans un froissement de jupes, se leva et s’apprêta à sortir, non sans saluer, avec toute la grâce de ces comédiennes qui n’ont que pour seul talent la beauté de la jeunesse, les nobles inconnus d’une légère révérence. Monsieur Emilien accompagna son départ d’une chaleureuse main sur son joli fessier.

« Brave fille… » Lâcha-t-il, songeur…

La pièce était exiguë mais il se dégageait une ambiance chaleureuse du lieu, tout encombré de tissus, costumes, accessoires et autres bizarreries comiques. Il prêta son attention au comte, qui s’était déjà installé sur un fauteuil, son poids ne lui permettant probablement pas à rester longtemps debout.

« Bien. Vous n'êtes pas sans savoir que le monde du théâtre regorge d'une source inépuisable d'information, aussi vous ne serez pas surpris que je sache vos... difficultés à trouver du "personnels qualifiés". »

Monsieur Emilien parlait vite, ne laissant pas le temps au Bélier de réagir. Il fallait l’étourdir sous le poids des mots, l’amadouer. Son regard se posa imperceptiblement sur l’un des gardes, qui le lui rendit, complice. Cela ne dura que le temps d’un battement de cils, et personne ne le remarqua. Il enchaina...

« Aussi je tiens à vous prévenir, vous ne trouverez pas mieux ailleurs, mais la qualité se paye au prix fort… Je peux vous apporter plus qu’un simple comédien, je peux vous apporter… Le Romptord… »

Il attendit que le comte digère la nouvelle, satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un curieux rendez-vous...   Jeu 24 Sep 2009 - 23:41

Monseigneur est trop bon de nous éblouir de sa présence.

Au moins cette gueusaille avait le sens de l’acceuil … Gaucelm détaillait les lieux, comparant ce petit lieu d’art à celui d’Odélian, se gaussant même de l’étroitesse des lieux et du manque de sièges dans la salle. Un vieil ivrogne, se bavant dessus comme un escargot, ronflait bruyamment en plein milieu d’une rangée. Le comte ne put réprimer un nouveau reniflement plein de mépris devant ce spectacle pitoyable. L’hôte prit une nouvelle fois la parole.

Excusez mon cousin Gild, c’est un bon à rien doublé d’un ivrogne, veuillez me suivre.

La petite troupe odélianne suivit le bonhomme dans un couloir, plutôt bas de plafond, avant de pénétrer dans les loges. Le cri d’une jouvencelle se fit entendre, mais le gueux la renvoya chez elle bien vite. Le Bélier ne put empêcher son regard de plonger dans le décolleté de la jeune femme, qui sortit en trottinant, sous les sifflets affamés d’un ou deux gardes. D’un simple regard, le Gras fit cesser l’agitation dans sa déléguation, et prit place dans un fauteuil aux accoudoirs branlants. Le siège était pourtant confortable, et l’opulent postérieur du comte se lova confortablement sur l’assise en cuir craquelé. C’est alors que l’inconnu se tourna vers le comte en souriant.

Bien. Vous n'êtes pas sans savoir que le monde du théâtre regorge d'une source inépuisable d'information, aussi vous ne serez pas surpris que je sache vos... difficultés à trouver du "personnels qualifiés".

Gaucelm avait posé sa joue grasse sur son poing et écoutait d’une oreille attentive le discours. Il poussa un léger « Hmm », attendant que le gueux poursuive.

Aussi je tiens à vous prévenir, vous ne trouverez pas mieux ailleurs, mais la qualité se paye au prix fort… Je peux vous apporter plus qu’un simple comédien, je peux vous apporter… Le Romptord…

Sa Grasseté écarquilla les yeux en grands. Comment cet inconnu pouvait savoir ce que désirait le Gras ? D’où sortait-il le bourreau de Langehack ? Qu’est ce que c’est que cet energumène ? J’ai faim … Etait autant de pensées qui se bousculaient sous le crane dégarni du comte. Gaucelm dissimula du mieux qu’il put son étonnement, puis après un gloussement, il répondit.

Bien, bien, bien … Avant tout, dites moi, mon bon … Votre nom ? … Je n’aime pas traiter avec les inconnus

Il laissa le misérable troubadour répondre, puis il poursuivit, l’œil chafouin.

Qui vous dit que je serais interessé par ce Romptord ? … Hmm ?

Il gloussa à nouveau, s’amusant de la situation. Il enchaina rapidement, laissant cette question, purement rhétorique, sans réponse.

Allons, allons, soyons sérieux … Pourquoi me proposer votre aide ? Et … Vous parliez d’un prix … Dites m’en plus
Revenir en haut Aller en bas
L'Illusionniste
Elfe
avatar

Nombre de messages : 105
Âge : 26
Date d'inscription : 13/06/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un curieux rendez-vous...   Jeu 22 Oct 2009 - 17:14

Et pour un effet, Monsieur Emilien avait asséné au comte un sacré coup de surprise, en plein cœur. Les yeux écarquillés au nom du bourreau, le Gras, comme le peuple aimait à le salir, s’était trahi, le temps d’un soupir. Monsieur Emilien se sentait un peu mieux, plus confiant et, lorsque le noble lui demanda son nom, il répondit avec une pointe de fierté :

« Messire, les gens me nomme Monsieur Emilien, le Tisseur de rêves, propriétaire du théâtre des Songes d’Erac Mais appelez moi Monsieur Emilien. »

Se contrefichant de paraitre pompeux ou insolent, il souriait, affichant un sourire jaunâtre, encrassé par le tabac à chiquer et une hygiène plus que douteuse.

Le sang bleu enchainait vite comme s’il se parlait plus à lui-même qu’à son interlocuteur. Et répondit avec un flegme nouveau.

« Disons que j’ai beaucoup de connaissances, et il est très facile de convaincre ses amis de vous rendre un service lorsque vous parlez or. Aussi mon « payement » sera on ne peut plus simple… Comprenez que nous les artistes n’aimons pas nous faire fouiller sans cesse à la frontière de chaque contrée par la milice de tel ou tel sire, aussi je demande la libre circulation de mes caravanes dans votre territoire, elles seront reconnaissable au symbole peint sur la toile, le masque blanc que vous avez remarqué sur la porte… De plus, cinq cent écus coudrait ma bouche et assurerait la bonne « réalisation » de notre contrat… Rien de plus, rien de moins. »

Il avait presque accomplit sa tache. Son cerveau avare avait même réussit à se prendre un pourboire… tant que ses patrons ne savaient rien, il n’y aurait pas de problème. Le comte semblait soucieux, mais Monsieur Emilien n’en avait cure, il voulait ses pièces et que le Clair-obscur efface la dette qu’il leur devait… Comme prévu…
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un curieux rendez-vous...   Sam 14 Nov 2009 - 0:36

Monsieur Emilien … Monsieur Emilien ? … Monsieur Emilien ! … Il se souviendrait de ce nom et du visage qui portait ce sobriquet ridicule. Il n’avait rien d’un Monsieur et ces titres farfelus dont aimés s’affubler les saltimbanques, tentant d’imiter la grandeur des gens de bonne famille, selon l’idée du Gras. Le bonhomme parla sans trésaillir un instant.

Disons que j’ai beaucoup de connaissances, et il est très facile de convaincre ses amis de vous rendre un service lorsque vous parlez or. Aussi mon « payement » sera on ne peut plus simple… Comprenez que nous les artistes n’aimons pas nous faire fouiller sans cesse à la frontière de chaque contrée par la milice de tel ou tel sire, aussi je demande la libre circulation de mes caravanes dans votre territoire, elles seront reconnaissable au symbole peint sur la toile, le masque blanc que vous avez remarqué sur la porte… De plus, cinq cents écus coudrait ma bouche et assurerait la bonne « réalisation » de notre contrat… Rien de plus, rien de moins.

Le Gras écouta attentivement les paroles du gueux et par les cinq ! Il ne manquait pas de souffle, le bougre. Que faire ? Quelles assurances d’obtenir le présent promis ? Et pourtant, l’aubaine était trop belle … Les débats continuèrent, variant autour des conditions de l’accord, cherchant à modérer les bénéfices de ces mystérieuses caravanes ou son pourboire fort généreux. Rien n’y faisait les termes semblaient immuables et le Gras dût résister à l’envie de faire embrocher ce malandrin pour tant d’insolence. Il se souvint de vieux adages concernant la colère et ses conseils douteux et finit par conclure la conversation en ces termes, usant d’un ton légèrement las.

500 écus et le droit de passage sur les routes d’Odelian. Vous êtes ardus en affaire, mon bon Emilien

Vous êtes un fieffé paltoquet et vous pendrez au bout d’une pique avant la fin de l’année, misérable gueux, semblait crié une petite voix dans sa tête. Allons, allons, ne nous emportons pas … La gueusaille lui remit un loup blanc aux bords finement peints de courbes carmin. L’entrevue étrange s’acheva comme elle s’était débuté, devant un théâtre d’Erac, Gaucelm et ses gens sortant dans la rue après un spectacle des plus intéressants. Il se tourna vers un de ses gardes, à peine la porte fermée derrière eux, lui chuchotant.

Faites suivre cet Emilien … Je jure qu’il ne se jouera pas de moi

Oh non, il ne se jouerait pas de lui. Il avait intérêt à être au rendez-vous et avec le présent convenu. Pour sa commission, honteusement élevée, le misérable, il saurait la rembourser … Quand le cadeau serait livrer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un curieux rendez-vous...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un curieux rendez-vous...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché d'Erac-
Sauter vers: