Partagez
 

 Une soirée macabre [PV Reliseth]

Aller en bas 
AuteurMessage
Léona N'Illië
En attente de validation..
Léona N'Illië

Nombre de messages : 181
Âge : 27
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeVen 25 Sep 2009 - 17:10

Il faisait frais. Frais, mais pas froid.
Ce qui étonnait fortement Léona pour un mois comme celui-ci, habitué à la neige et la pluie.

Là, le soleil perçait à travers les feuilles des arbres, qui se reflétait en ombre sur le sol vert de la forêt. Il commençait à faire sombre...

Léona avait voulu sortir, s'éloigner un peu de l'oppressante activité des hommes. Elle en était même un peu fatigué. Mais cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas cotoyé cette race... Après sa fuite pour le royaume où elle a grandi.

Elle ne L'avait pas revu. C'était peut-être mieux comme ça, bien qu'elle le niait en elle elle savait très bien qu'elle aurait voulu au moins L'apercevoir.

Peut-être était-il parti. Ou tout simplement changé de quartier. Enfin IL ne devait plus occuper ses pensées, à présent.

Elle avait laissé Del' flâner à sa guise dans la cité humaine. Bien que celui-ci lui avait montré sa réticence à la voir s'éloigner de lui. A chaque fois qu'elle le faisait, il sentait que quelque chose de louche allait lui arriver.

Mais pas cette fois. Cette fois, elle voulait être seule. Complètement seule pour s'apaiser et se mettre au calme.
Le monde allait entrer en guerre, oh ça, Léona le savait. Tout le monde le savait et ne pipait mot. Personne n'ose en parler, à part peut-être dans les auberges.

Del' l'attendait pour la nuit. Il fallait s'éloigner de cette forêt. Elle s'était bien apaisée, là, assise au pied d'un tronc d'arbre, sans vraiment regarder la poussière du rayon de soleil qui perçait à deux pas d'elle.

Comme d'habitude, elle avait mis une robe fine, en tissus elfique. Aussi légère que solide. En dessous, son mithril qu'elle n'avait pas quitté.

Par contre, Léona n'avait pas pris son arc. Ce qui était rare, d'habitude elle l'aurait pris, surtout dans une des forêt les moins sûres du royaume, à la lisière d'une ville remplie de bandits et voleurs, tous plus cupides les uns que les autres.
Mais elle n'avait pourtant pas quitté ses petites dagues, placés dans ses bottes de cuir.

Elle se leva, en même temps qu'un courant d'air passa dans les feuilles posés sur le seul.

Puis Léona marcha lentement, lentement mais sûrement, ces pas trahis par le bruit des feuilles mortes écrasées.

Elle n'avait pourtant rien entendu...
Revenir en haut Aller en bas
Elverion
Elfe
Elverion

Nombre de messages : 146
Âge : 28
Date d'inscription : 12/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeDim 27 Sep 2009 - 9:32

C'était un début de soirée frais et non froid comme on aurait pu s'y attendre. Le doux manteau blanc que se montrait à chaque solstice d'Hiver n'avait pas fait exception cette année et Aduram baignait sous les flocons comme le reste de Miradelphia. Ces temps-ci, il était dangereux de parcourir le Royaume de Trystan. Les déplacements militaires y étaient nombreux et c'était en grand nombre. Des milliers et des milliers d'âmes... Quel gâchis. Peut-être que...? Peut-être qu'il se rendrait lui-même un jour sur l'après champ de bataille pour tâter les faibles survivants non pris en charges par les soigneurs et les mages. Ceci à fin d'offrir leurs âmes à l'Unique. Ainsi, même si Aduram était réputée pour ses brigands et sa violence presque permanente, les sentiers étaient privilégiés par rapport aux routes du Royaume Humain. Puis, elle était également le carrefour entre les Terres Stériles, la Forêt d'Anaëh et la Plaine d'Atral. Trois civilisations et trois puissances différentes. De plus, l'association d'Aduram a un territoire neutre diminuait fortement sa protection. Ceux qui s'y rendaient le faisaient à leurs risques et périls. Il était déjà bien compliqué pour les Souverains et les Seigneurs de protéger leurs terres, alors se soucier de celles des autres, pensez-vous ?

En règle général, les brigands d'Aduram privilégiaient plutôt les attaques sur les sentiers connus où les convois de marchandises y affluaient plutôt que les petites lisières ou même les petits chemins forestiers, voire même aucun chemin spécifique... Pourtant... Il existait quelques âmes qui certainement par malice s'égaraient loin des chemins et des sentiers afin d'y trouver le calme et le repos. Ce soir, mesdames et messieurs, c'était l'histoire de Léona N'Illië et de Reliseth Lothywyn. L'histoire d'un chasseur d'âmes et de belle proie. Si Reliseth ne pouvait faire face à la concurrence des bandits de la région, il était assez malin pour prendre le butin de ceux qui quittaient par mégarde ou volontairement les sentiers. Depuis un moment et à travers ses deux ronds gris qui lui faisaient office de yeux, il l'observait. Elle était là, à se prélasser au pied de cet arbre à trouver le calme et le repos qu'elle espérait obtenir loin de la civilisation humaine où elle vivait depuis longtemps. Lui était un peu plus loin et se faufilait d'arbres en arbres à travers les ombres, tel qu'il était, pour s'approcher dangereusement de sa belle.

Le vent soufflait doucement et couvrait les pas légers de l'Ombre du Chaos, c'était une bonne chose pour lui. Il la détaillait du regard et se léchait les babines. Brune, à peine plus petite que lui aux cheveux détachés et légèrement frisés jusqu'au milieu du dos. Était-ce une humaine ? Il la trouvait bien belle et serait bien devenu son compagnon s'il n'était pas si... chaotique. Son regard, il l'appréciait. Des yeux verts clairs légèrement foncés par ce temps hivernal avec une petite couche de noir sous les yeux. Cela la rendait perçante et défiante, il savourait d'avance les prochaines heures. Finalement, c'était ses oreilles en petites pointes qui trahissaient la jeune femme. L'Ombre du Chaos appréciait beaucoup la peau lisse et douce des Elfes Sylvaines et les formes et rondeurs des Humaines. Pour lui, c'était un messie en face de lui. Une somptueuse et plantureuse Demi-Elfe...

Finalement, elle se redressa au bout de longues minutes. Rentrait-elle où allait-elle admirer un autre paysage ? Son destin était tout autre et elle ne le savait pas encore. Dans toute sa discrétion, l'Ombre du Chaos se mis en marche dans le silence le plus total. C'était une cape noire qui marchait derrière Léona. Sa capuche du même ton obscurcissait entièrement son visage. De temps en temps, les rayons lunaires traversaient le feuillage dense et venaient se déposer sur le creux de son visage. C'est alors qu'un masque blanc en argile qui se dévoilait aux yeux du monde. Oui, l'Ombre du Chaos portait un masque blanc en argile. Soudain, son pas se fit un peu plus pressant. Après tout, il fallait la rattraper et c'était désormais quelques pas crispants qui s'enfonçaient dans la neige. Poignard en main, Reliseth fondit dans son dos et joignit ses deux mains afin d'en faire une massue. Il était juste derrière elle et c'était flagrant tellement son empressement avait creusé bruyamment la neige. Elle se retournait tandis qu'il abattait sa massue de fortune sur Léona.
Revenir en haut Aller en bas
Léona N'Illië
En attente de validation..
Léona N'Illië

Nombre de messages : 181
Âge : 27
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeVen 2 Oct 2009 - 19:11

Léona continuait de marcher, ses pas à peine audible dans la neige. En fait, elle chantonnait.

Une douce et belle mélodie qu'elle fredonnait dans le vent, une musique elfique, évidemment, puisque son répertoire musical n'était composé que de celles-ci, ayant vécu et grandi chez eux.

C'était une chanson que son père lui chantait souvent, ce qui la fit retomber dans la mélancolie et les pensées que lui inspirait cette forêt, à la fois lugubre et triste, mais tellement... magnifique.

Elle aimait se retrouver au milieu des arbres, et sentir l'air du vent, et la fraicheur des pins n'ayant pas encore passé l'hiver.

Léona ne savait plus trop. Elle n'aurait peut-être pas du sortir sans Del'. Rien que le fait de se séparer de lui, son coeur était déchiré en deux. Comme si on avait éliminé une partie d'elle. Ils étaient ensemble depuis tellement longtemps maintenant!

Léona pensait... Pensait à ce qu'elle devait faire. En ce momen, quelques secondes plus tard. Cela faisait plusieurs mois qu'elle avait gagné sa prime de mercenaire, sans grande fierté.

En fait, elle ne savait plus trop quoi faire, mais alors elle n'aurait jamais pensé que ce qui suivrait allait arriver....

Elle marchait tranquillement, et elle eut comme un pressentiment.

Léona ne comprit pas pourquoi, ni comment ou même où lui venait ce pressentiment, mais elle avait l'impression que quelqu'un la suivait; Ce qui lui fit peur, essentiellement, c'est d'entendre dans sa tête, résonner un aboiement. Un seul. Deliendë.
Même loin, il sentait.

Avant qu'elle ne puisse accélérer le pas, Léona se retourna un bref moment.
Une grande forme sombre était juste derrière elle, et avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, un lourd objet s'abattit sur sa tête.

Elle poussa un cri de douleur suraigu, la douleur à la tête n'avait pas suffi à l'assomer, mais ce fut le trou noir. Elle ne voyait plus rien, et elle se sentait tourner.
Pour se défendre, Léona fendit l'air en envoyant un coup de poing à l'aveuglette.
Elle avait heurté quelque chose de dur, mais elle ne savait pas quoi.

Léona ne pouvait crier, appeler au secours. Elle était seule. Seule, et sans défense. Sans son arc fétiche.

La douleur montait de plus en plus dans sa tête, et elle n'avait plus à marcher droit.

Léona s'effondra et tomba sur le côté, faible.


Non, elle n'aurait pas dû partir sans Deliendë.
Revenir en haut Aller en bas
Elverion
Elfe
Elverion

Nombre de messages : 146
Âge : 28
Date d'inscription : 12/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeSam 3 Oct 2009 - 10:42

[HRP : Attention, à partir d'ici, sexe et violence. Personnes sensibles s'abstenir.]


Léona se retourna et vint frapper très maladroitement, à l'aveuglette dit-on, le visage de Reliseth. Son poing se heurta contre son masque blanc en argile et malheureusement pour elle, elle n'était déjà plus capable de percevoir ce qui se trouvait autour d'elle. L'agresseur recula de quelques pas afin d'être certain de préserver son masque et le replaça correctement tandis que sa proie s'effondrait lourdement sur le sol. C'était déjà terminé ou feintait-elle ? Il était hors de question pour Reliseth de prendre le risque de la laisser reprendre ses esprits, c'était une occasion bien trop belle et unique. Elle regretterait amèrement cette petite promenade sans son compagnon et son arme fétiche. Avec la vivacité qui faisait de lui une Ombre du Chaos, Reliseth fondit sur elle, s'agenouilla sur cette dernière et frappa à trois reprises sa tempe gauche avec son poing droit. Cette fois-ci, s'en était vraiment et déjà terminé. Léona était sienne et qui sait quelle expression se cachait-elle sous son masque ? Était-il indifférent ? Jouissait-il à l'idée de pouvoir bientôt jouer avec son magnifique corps ou bien se contentait-il d'un sourire mesquin ? C'était tout un mystère et sa résolution ne tarderait certainement plus.

Oh, ma belle... Je t'ai fait souffrir, je suis vraiment désolé, vraiment...

Se murmura-t-il à lui-même. Il observait de ses yeux gris la rougeur sur sa tempe gauche et semblait s'en vouloir. Peut-être parce qu'il avait abîmé ce qu'il voyait comme une œuvre d'art ou alors était-ce tout simplement de l'ironie ? Il caressa quelques instants de sa main droite l'ensemble de son visage, il voulait déjà s'habituer aux formes de son corps mais il n'irait pas plus loin ici. Il était temps de rejoindre sa destination finale, là où tout commencera et où tout s'arrêtera. Il attrapa toujours avec autant de délicatesse sa nuque et son entrejambe afin de la déposer sur ses épaules. Le repaire n'était pas très loin.

Hum... Je n'ai pas vraiment de quoi effacer toutes ces traces de pas... Oh, Père s'en chargera certainement déjà. Le ciel est couvert et il ne tardera pas à neiger encore et encore...

Plusieurs heures plus tôt.


Il poussait la porte d'une petite cabane dans un coin isolé et malfamé de la Forêt d'Aduram. Elle était presque vide si ce n'était qu'une chaise en bois et une petite commode sur le coin à gauche de l'entrée. Reliseth trainait sur le sol un très gros sac en cuir et c'était d'un soupire de soulagement qu'il le lâchait devant l'entrée.

J'espère vraiment que ma prochaine dulcinée appréciera tout mes efforts de présentation et de représentation...

Il n'ouvrit pas le sac de cuir et se concentra sur plusieurs petites boites en cartons toutes verrouillées par des fils de cordes. Certaines dégageaient quelques petits crissements stridents tandis que d'autres bougeaient réellement tandis que d'autres étaient bien silencieuses et inertes. Dans l'ensemble, c'était une odeur nauséabonde qui flottait dans la cabane totalement dénudé d'éclairage si ce n'était qu'une lanterne éteinte déposée sur la commande et quelques outillages... Porte fermée, tout était plongé dans le noir et ce n'était pas l'isolation de la cabane qui empêcherait le froid hivernal de s'emparer de ce lieu totalement indésirable.

Il ne me reste plus qu'à ouvrir ce sac en cuir et en faire mon œuvre...

Reliseth s'agenouilla devant le dît sac en cuir et l'ouvrit comme prévu. Ce n'était pas un objet, ni une arme, ni quoi que ce soit d'autre qu'il en tira... C'était le corps d'un vieil homme chauve et complètement nu qui fut tiré de sa prison. Il était déjà mort. Son crâne avait été fendu lors de son agression et le Chaotique n'avait pas besoin de cette personne vivante mais morte. Reliseth installa sa victime sur la chaise en bois afin de commencer à le défigurer. Avec son poignard, il trancha premièrement son oreille droite qui retomba vulgairement sur le sol. Son œil gauche lui fut retiré également et son corps fut sectionné à de multiples endroits. La chaise, le sol et les murs étaient marqués par son sang souillé et c'est sans aucune douceur qu'il jeta le cadavre mutilé du vieillard dehors. Ce n'était pas encore terminé, il manquait une dernière touche pour rendre la victime totalement indésirable et écœurante : la calcination. Se saisissait d'un flacon d'huile, Reliseth déversa de cette dernière sur l'ensemble de son corps et jeta une allumette allumée sur le tout.

Que la cuisson commence, tu seras l'entrée de notre repas.

Retour au présent.


Léona sur les épaules, Reliseth poussa lentement la porte de la cabane et contourna la masse pendue au plafond, le vieillard calciné quelques heures plus tôt. C'était une odeur de sang, de violence et d'atrocités qui flottait dans l'air. Le début de la soirée était arrivé et il faisait presque totalement nuit en cette période d'Hiver. Dans la plus grande des délicatesses possible, Reliseth installa soigneusement Léona sur la chaise, toujours sonnée, et saisit trois chaines. Deux petites et une grande. Le Chaotique s'agenouilla sur le sol et vint saisir soigneusement les chevilles de la belle. L'une après l'autre, avec les petites chainettes, il lia le bas de son corps aux pieds avants de la chaise en bois. Ensuite, il lia ses deux mains derrière la chaise et les rattacha au dossier de cette dernière afin qu’elle ne puisse pas s’en prendre à lui. Dans cette position, elle n’était libre que de bouger sa tête, sa poitrine et son bassin. Il ne restait plus qu’un dernier détail à régler, un détail qu’il prendrait vraiment plaisir à réaliser. Elle était encore bien trop habillée et toujours avec autant de soin et de précision, Reliseth vint trancher avec son poignard de haut en bas les vêtements de Léona qu’il écarta sur le côté. Son regard démentiel se perdit de longues secondes sur ses formes les plus désirables et il alla se placer dans son dos. Reliseth alluma la lampe torche qu’il approcha dangereusement vers le visage de Léona. C’était avec la chaleur de cette dernière qu’il comptait la réveiller et lui faire prendre brutalement conscience de l’environnement hostile et stérile dans lequel elle se trouvait. Après tout, c’était un le cadavre calciné d’un vieillard dont l’oreille droite, l’œil gauche, la main droite et la jambe droite à partir du genou qui avaient été sectionnés. Sans oublier de ce qui lui servait autrefois de partie génitale. C’est principalement l’odeur du calciné qui rendait l’endroit presque irrespirable. Lorsqu’elle reprit conscience, toujours caché dans son dos, Reliseth murmura les paroles suivantes.

Bienvenue dans ta nouvelle Demeure, ton nouveau Monde, le Mien. Quel est ton nom, douce créature de la Nature ? Donne-moi ton nom et ce qui se trouve devant toi te sera retiré. Tu sais, dans cette situation, je crains que tu ne respires plus très longtemps…

Il redressa légèrement son masque afin de laisser apparaître son menton totalement lisse et rasé. Volontairement, il s’était appliqué quelques crèmes afin de le rendre lisse. Également, c’était des petites lèvres douces qui apparaissaient. Presque mécaniquement, il vint baiser un court instant sa nuque et soufflait un air chaud sur cette même surface. Ce premier jeu avait deux vocations. Reliseth était couvert par sa cape noire et portait des gants en cuir tandis que son masque blanc en argile couvrait la totalement de son visage. C’était une longue chevelure noire qui retombait sur sa nuque et le haut de son dos. De cette façon, il voulait lui apporter le doute. Évidemment, ce n’était pas un nain. Néanmoins, pouvait-elle faire la différence actuellement entre un Homme et un Elfe Sylvain ? Ce n’était ni un Nain ni un Drow mais rien ne justifiait actuellement une appartenance aux Humains ou aux Elfes Sylvains. La seconde vocation ? Tout simplement de faire frissonner sa nuque et probablement son dos en entremêlant son souffle chaud et la température froide de la cabane, un choque thermique en somme. Sans presque jamais la toucher, son objectif était de la faire plier en jouant sur la frustration, l’effroi, la peur et bien d’autres choses encore.
Revenir en haut Aller en bas
Léona N'Illië
En attente de validation..
Léona N'Illië

Nombre de messages : 181
Âge : 27
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeSam 3 Oct 2009 - 20:47

Léona était à bout de force une fois arrivée à terre. Elle entendait le bruissement de l'herbe écrasée par le poids de pieds inconnus. Elle ne savait que faire.

Chose très rare, elle paniquait.

Léona essayait de reculer tant bien que mal, elle gémissait car au fur et à mesure qu'elle bougeait, elle avait de plus en plus mal. Il n'y était pas allé de main morte avec elle.

La jeune demi-elfe avait pourtant l'image de son loup dans la tête. Plus elle avait mal, plus elle entendait dans son esprit les pleurs de son compagnon qui sentait ce qui lui arrivait.

Mais il ne pouvait rien faire...


Elle entendit les pas se rapprocher, et quelqu'un qui semblait se rapprocher ainsi d'elle. Elle fit une grimace, mais ne s'attendit pas à ce qui allait suivre.

Elle reçut un coup des plus violents et forts qu'elle n'avait jamais senti auparavant, le choc lui causa autant de mal que de surprise. Elle poussa un autre cri douloureux.

Mais elle ne pleurait pas, et ne gémissait plus de douleur. A présent, elle était rongée par la colère.


Léona commença alors à se débattree du mieux qu'elle pouvait, touchant les parties du corps de celui qui l'attaquait avec ses jambes qu'elle commençait à agiter de façon agaçante. Elle reçut un autre coup de poing, au même endroit, la tempe gauche.

L'homme semblait vouloir s'acharner sur elle, il ne voulait pas la voir consciente. Elle ne voulait pas lui donner ce plaisir.


Elle essayait de résister avec peine, mais elle commençait à devenir faible, très faible. Elle fit de nombreux efforts pour se déplacer du mieux qu'elle pouvait.
Léona en reçut un autre. Toujours à la tempe gauche, qu'elle sentait gonfler. Le coup était devenu plus fort. Elle poussa un autre cri de douleur, mais cette fois étouffé.

Elle plongea alors dans les ténèbres et se perdit dans le néant.






****




Quand Léona ouvrit enfin les yeux, il faisait bien trop sombre. Beaucoup trop.
Mais ce n'était pas la pénombre qui l'effrayait le plus, elle fut immédiatement frappé par l'odeur de l'endroit. Une odeur infecte, insoutenable. De sang, de chair, de mort.
La demie-elfe en toussa de dégoût, ce qui raviva sa douleur à la tempe gauche. Elle avait toujours aussi mal, c'était un concert infernal dans son esprit.



Elle était assise, et quand elle avait été sonnée, sa tête retombait sur le côté.
Léona se découvrit alors avec stupeur attachée à une chaise, dont elle ne pouvait bouger que le haut des parties de son corps, sa tête, son torse, et son bassin. Ses mains étaient liées, ainsi que ses jambes. Elle était scotchée au fond de sa chaise. Et pouvait à peine bouger.

L'odeur infecte lui arracha une grimace. C'est alors qu'elle se rendit compte qu'elle avait bien froid. Elle sentait l'air qui ripait sa peau.
Léona découvrit alors avec stupeur qu'elle était dépourvue de ses vêtements, qu'elle retrouva à ses côtés, déchirés. Sa robe déchirée en deux.
Quand la demie-elfe releva la tête, elle fut encore plus stupéfaite.
Elle découvrit devant ses yeux une grande masse noire, attaché du plafond à une corde, qui pendait en l'air sans faire de bruit.
Elle n'avait pas crié d'effroi. Ni même eu de haut-le-coeur.
Ses yeux verts scrutaient la chose qui pendait, des yeux marqués par la stupeur et en même temps pas l'effroi. Elle ne pipait mot.
Et son visage prit un rictus horrifié quand elle se rendit compte que cette chose imperceptible était un corps. Un corps nu, mutilé sans regrets. Des gouttes de sang tombait sur le sol en bois. Un cadavre. Masculin ou féminin, elle n'aurait su le définir. Mais c'était un être vivant, c'était clair. Et elle avait aussi trouvé l'origine de l'odeur infecte.

Cette odeur était insupportable, insoutenable. Plus elle passait de temps dans cette maison, plus l'odeur s'imprégnait en elle. Ce qui lui arracha une nouvelle toux.

Malgré sa presque nudité dévoilée, elle essaya de s'agiter tant bien que mal sur la chaise sur laquelle elle était totalement ficelée. Elle refusait de revoir à nouveau le cadavre pendre devant ses yeux, qui l'horrifiait au plus haut point. C'est pour cela qu'elle évitait de regarder devant elle.

Et puis, soudain, la jeune demie-elfe sentit une présence derrière elle. Elle tourna un peu la tête, mettant ses oreilles aux aguets.



Bienvenue dans ta nouvelle Demeure, ton nouveau Monde, le Mien. Quel est ton nom, douce créature de la Nature ? Donne-moi ton nom et ce qui se trouve devant toi te sera retiré. Tu sais, dans cette situation, je crains que tu ne respires plus très longtemps…




Léona grogna de colère. C'était une voix masculine. C'était lui qui l'avait emmené jusqu'ici, lui qui l'avait ficelé sur cette chaise, lui qui lui avait retiré ses vêtements.
Elle n'aurait su déterminer si c'était la voix d'un homme ou d'un elfe, quoiqu'elle penchait plutôt pour un homme. Il avait une voix moins doucereuse qu'un elfe aurait eu. Elle le savait. Mais si c'était un demi-elfe? Impossible à déterminer.
Il avait parlé derrière elle, mais elle ne se laissa pas impressioner.



-Libérez-moi!! Que me voulez-vous? Pourquoi m'avez vu amené ici, pourquoi m'avez vous suivi?
Qu'avez-vous fait de ce pauvre homme, immonde assassin!


Il était proche d'elle. Elle le sentait.
Et il déposa un baiser sur sa nuque, à l'endroit même où son petit tatouage en feuille se trouvait.
Léona émit un frisson mais au moment même où il déposa le baiser, lui mit un coup d'épaule sur le visage.




-Ne me touchez surtout pas. Dit-elle froidement.




Son coeur commençait à battre plus vite que la normale, il soufflait dans sa nuque. Il vouait jouer avec elle, mais elle ne se laisserait absolument pas faire.
Léona recommença à s'agiter sur sa chaise, en essayant de trouver un moyen de se libérer de ses liens. Elle ne pouvait avoir le contrôle de ses jambre, mais réussit au moins à se balancer au fur et à mesure de gauche à droite, pour essayer de se déplacer.
Sa douleur sur sa tempe recommençait à battre. Elle était sûre qu'elle avait au moins saigné, pendan t qu'elle était inconsciente, les coups avaient été si forts...
Revenir en haut Aller en bas
Elverion
Elfe
Elverion

Nombre de messages : 146
Âge : 28
Date d'inscription : 12/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeDim 4 Oct 2009 - 11:33

La tête de Reliseth fut repoussée par le léger coup d'épaule de Léona. Elle essayait tant bien que mal de se débattre et très clairement, l'odieux personnage comprenait à quel point cette mise en scène l'écœurait. Elle toussotait de temps en temps mais ne laissait paraître aucun autre signe de faiblesse. Elle exigeait déjà sa libération et de connaître les raisons de cette mise en scène inhumaine. C'était si amusant de la voir se balancer afin d'essayer de trouver une sortie. Elle pensait peut-être se situer dans une vaste pièce ? Il était de son devoir de lui montrer la réalité des choses. Sans aucune délicatesse et très sèchement, le bourreau attrapa son poignard et le glissa sous son cou, laissant le plaisir à Léona de remarquer dans quelle situation elle était. La prisonnière montrait très clairement l'envie de survivre et de s'enfuir. Prendrait-elle alors le risque de s'égorger bêtement ? Elle n'avait aucune idée de l'endroit où elle se trouvait et encore moins de ses dimensions. Reliseth saisit la lanterne et éclaira uns à uns tout les recoins de la pièce.

Belle demoiselle, tu es dans une petite cabane. A gauche, ce n'est qu'un petit meuble afin de poser cette lanterne et d'autres outils qui pourraient servir à te tourmenter si jamais tu devenais laide et vilaine... Et à droite, seulement quelques boites... Entends-tu ces bruits ? A l'intérieur, il y a des choses vivantes et des choses mortes. C'est vivant et ce qui s'y trouve peut te défigurer et te rendre bien pire que ce cadavre devant toi. La seule sortie est la porte qui se situe derrière ce qui semble t'horrifier et t'écœurer.

C'était bien sadique et cruel de sa part de s'attarder sur les éléments les plus insupportables avec la lumière de sa lanterne. Sur la commode était entreposé toute une série d'outils tels que des tournes vis, des pinces... Évidemment, le bourreau ne laisserait pas sa proie s'en approcher sans qu'elle en subisse de graves conséquences. Reliseth retira le très menaçant poignard et se dirigea vers la porte qui représentait la seule sortie possible. Le Chaotique ferma le verrou. Sans ses mains, jamais plus Léona ne passerait cette porte.

Tu sais, tu ne vas pas forcément mourir. Tu es une œuvre d'art. Les Demi Elfes sont si belles. La grâce naturelle des Elfes Sylvains et les formes plantureuses des plus belles Humaines... Mais attention, cela ne te rend pas unique pour autant. Je peux très bien te tuer maintenant et te remplacer. J'ai l'éternité pour trouver d'autres compagnes de jeux. En général, je suis très mécontent lorsque je suis obligé de tuer quelqu'un et ma soif se décuple. Pense donc à toutes les innocentes qui pourraient encore mourir dans les prochaines heures par ta faute. Tu ne vas pas me dire que la vue de ce cadavre te fait envie, n'est-ce pas ?

C'était encore plus cruel de la part du bourreau de faire balancer le cadavre dans la direction de Léona telle une pendule. Il ne la touchait pas mais la frôlait dangereusement. Le Chaotique retourna à sa place initiale, c'est-à-dire derrière elle avant de replacer son poignard contre sa gorge afin de couper toute envie à une rébellion gestuelle.

J'ai juste envie de discuter avec toi, pour le moment. Cela ne me dérange pas de passer une semaine ou un mois ici avec toi. J'ai ce qu'il faut pour te couvrir et t'empêcher de mourir de froid et de quoi nous nourrir tout les deux. Es-tu certaine de ne pas vouloir me donner ton prénom ? J'aimerais aussi savoir qui tu es et en connaître davantage sur ton passé. En échange, je te laisserais la possibilité de te nourrir dès maintenant, tu dois avoir faim après ces quelques heures de sommeil, non ?

Fou, il l'était complètement. Si une chose était bien vraie dans ses paroles, c'est qu'il n'apprécierait nullement devoir en venir à une quelconque forme de violence physique pour la faire plier.
Revenir en haut Aller en bas
Léona N'Illië
En attente de validation..
Léona N'Illië

Nombre de messages : 181
Âge : 27
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeMer 7 Oct 2009 - 12:24

Léona était toujours solidement attachée à la chaise. Elle ne savait que faire pour se sortir de ce pétrin.
Elle toussota una nouvelle fois, l'odeur du machabet devenait de plus en plus intense. C'était horrible. C'était comme si on la torturait, mais psychologiquement.
L'homme essayait-il de la faire souffrir atrocement? Si c'était le cas, elle ne laisserait jamais passer un moment de faiblesse dans son comportement ou son visage. Rester impassible.
Elle ne voulait pas qu'il gagne.

Léona continuait de s'agiter nue sur sa chaise. Elle savait que ça ne servait à rien. Le cadavre suspendu lui arracha néanmoins une grimace de dégout. Il pendait en faisant de petits mouvements, ce qui était peu ragoûtant.
La pénombre qui régnait l'empêchait de voir clairement. Mais elle perçut néanmoins un mouvement brusque et rapide, et en un rien de temps, sentit une pointe froide sur le cou.
L'homme la menaçait de son poignard. Elle lâcha un nouveau grognement de colère.

Belle demoiselle, tu es dans une petite cabane. A gauche, ce n'est qu'un petit meuble afin de poser cette lanterne et d'autres outils qui pourraient servir à te tourmenter si jamais tu devenais laide et vilaine... Et à droite, seulement quelques boites... Entends-tu ces bruits ? A l'intérieur, il y a des choses vivantes et des choses mortes. C'est vivant et ce qui s'y trouve peut te défigurer et te rendre bien pire que ce cadavre devant toi. La seule sortie est la porte qui se situe derrière ce qui semble t'horrifier et t'écœurer


Une cabane, elle se situait dans une cabane, en plein milieu de la forêt! Abandonnée, seule, elle ne pouvait rien faire, même pas crier. Et elle ne savait pas dans quelle partie de la forêt l'homme l'avait emmené. Par conséquent, elle ne pouvait se repérer.
Léona commença à ressentir la peur, malgré le fait qu'IL pointait son arme sous son cou.
Elle réussit à se dégager d'un mouvement pourr egarder autour d'elle.
Des outils??!! Elle avait plus d'un tour dans son sac! A vrai dire, elle s'en moquait un peu.


-Vous ne me faites pas peur.

Elle avait dit ça simplement, sans grande conviction mais non sans un ton insolent non plus.
C'était les boîtes.
Les boîtes l'inquiétait le plus. En effet, certaines ne bougeaient pas. Mais d'autres faisaient des mouvements, quelquefois brusques. Elle l'entendait. Elle pouvait bien les distinguer, avec ses yeux de demi-elfe. Ne pas les voir correctement, mais au moins les distinguer, ce qu'un homme aurait été incapable de faire. Et puis, elle entendait.
Que pouvait-il bien y avoir?


Tu sais, tu ne vas pas forcément mourir. Tu es une œuvre d'art. Les Demi Elfes sont si belles. La grâce naturelle des Elfes Sylvains et les formes plantureuses des plus belles Humaines... Mais attention, cela ne te rend pas unique pour autant. Je peux très bien te tuer maintenant et te remplacer. J'ai l'éternité pour trouver d'autres compagnes de jeux. En général, je suis très mécontent lorsque je suis obligé de tuer quelqu'un et ma soif se décuple. Pense donc à toutes les innocentes qui pourraient encore mourir dans les prochaines heures par ta faute. Tu ne vas pas me dire que la vue de ce cadavre te fait envie, n'est-ce pas ?


Il s'était avancé vers la porte, de ses pas lents. La seule issue. La seule sortie.

-Non!!! lâcha-t-elle.

Elle n'avait pas parlé. Elle avait crié ce mot, dans une forme de panique.
Il avait tourné le verrou.
Piégée.
Maintenant elle ne savait que faire, alors elle ne bougea pas. Elle semblait tétanisée, en fait, elle l'écoutait parler.
Il avait une voix sombre et à la fois très calme. Serein.
Léona le suivait des yeux, prêtant attention au moindre geste. Elle ne pipait mot.
Ses yeux étaient remplis à la fois d'amertume et de haine. Elle le fusillait du regard.
Que lui voulait-il? Pourquoi n'avait-elle pas emmené Del' avec elle? Comme elle regrettait.
Elle entendit un nouvel aboiement dans sa tête. Plus fort, plus violent. On l'aurait confondu avec un sanglot. Il l'avait sentie.
Et elle regardait le cadavre pendre toujours avec le même dégoût prononcé qu'elle ressentait.

-Parce que pour vous, je suis une compagne de jeu?! C'est bien ça?! Pourquoi suis-je ici?! Ne faites pas quelque chose que vous pourriez regretter...

Elle regarda le cadavre une nouvelle fois.

-Quoique....
Vous avez déjà tué cet homme et avez rendu son cadavre le plus méconnaissable possible. Je ne crois pas que l'on ait beaucoup de coeur pour faire un acte d'une telle ignominie...

Il fit balancer le cadavre en sa direction.
Léona s'agita encore plus et parvint à faire déplacer la chaise de quelques centimètres.
Elle avait senti le vieillard mort la frôler, ce qui lui valut un petit haut-le-coeur.
L'homme tournait autour d'elle, il semblait s'amuser. Ce qu'elle détestait profondément.
Il revint, et elle vit quelque chose d'étincelant briller entre ses doigts.
Léona ouvrit de grand yeux. Il avait toujours le poignard entre ses mains.
Cet homme était fou. Il était fou, un assassin, un tueur... il prenait plaisir à tuer, cela ne faisait plus aucun doute pour elle.
Sa respiration devint saccadée. Qui sait, il pouvait être bien pire...
Il revint pointer son poignard sur sa gorge, cette fois-ci elle ne bougea plus. Elle l'écouta une fois de plus.


J'ai juste envie de discuter avec toi, pour le moment. Cela ne me dérange pas de passer une semaine ou un mois ici avec toi. J'ai ce qu'il faut pour te couvrir et t'empêcher de mourir de froid et de quoi nous nourrir tout les deux. Es-tu certaine de ne pas vouloir me donner ton prénom ? J'aimerais aussi savoir qui tu es et en connaître davantage sur ton passé. En échange, je te laisserais la possibilité de te nourrir dès maintenant, tu dois avoir faim après ces quelques heures de sommeil, non ?


La jeune demie-elfe avait levé un sourcil.
Elle ne répondit pas forcément à ses questions... Si ce n'est pour faire quelques commentaires:

-Me connaitre? On ne se connait pas, on ne s'est jamais vu. Pourquoi cette soudaine envie de faire connaissance?!
De plus, nous n'avons pas la même notion du mot sommeil, vous et mois...
Revenir en haut Aller en bas
Elverion
Elfe
Elverion

Nombre de messages : 146
Âge : 28
Date d'inscription : 12/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeSam 10 Oct 2009 - 9:42

Elle ne bougeait vraiment pas. Il était encore difficile de savoir ce qu'elle pensait réellement. Peur, qui n'aurait pas peur de mourir devant un tel fou ? Ce qui était frustrant pour l'artiste, c'était qu'elle savait pour le moment contrôler cette peur interne et ainsi, c'était une apparence froide et glacial qui paraissait sur son visage.

Tu n'as pas peur.

Murmura-t-il à voix basse, sans étouffer un rire presque cristallin. Ce fut presque jouissif de lui arracher un refus si bien énoncé lorsqu'il verrouilla la porte pour Reliseth. Elle comprit parfaitement après toute cette démonstration que son cruel bourreau venait de lui retirer tout espoir de sortie sans le vaincre auparavant et dans l'état actuel des choses... C'était impossible. Saurait-elle ruser contre le Chaotique et trouver une faille ? C'était ce qui serait certainement le plus intéressant à découvrir. Si une chose était certaine, c'est qu'elle vivrait, défigurée ou non, traumatisée plus ou moins. Mais elle vivrait, ce dont elle ne pouvait que douter. Qu'est-ce qui lui prouverait un seul moment que son bourreau serait sincère avec elle ? Absolument rien et cela rendait l'échange très difficile.

Compagne de jeu... C'est peut-être trop... atténué. Tu es ma prisonnière, belle inconnue. Tu comprends que ta seule chance de revoir la lumière du jour et ceux qui te sont chers dépend de ma propre volonté ? Tu vas souffrir, douce inconnue. Te dire le contraire serait un pitoyable mensonge parce que tu vas souffrir. Dois-je donc en venir à te souiller dès maintenant pour te rendre un peu plus attentive à mes désirs ?

Tu es vraiment rare. Ce n'est pas tous les jours que l'on rencontre une Demi Elfe. Ne me fais pas regretter de ne pas pas t'avoir offerte en sacrifice à Père.


Père ? Qu'est-ce qui se cachait derrière cette mystérieuse appellation ? Le Chaos, évidemment. Mais cela, elle ne le comprendrait probablement jamais parce qu'il n'était pas prévu qu'elle devienne un sacrifice. Reliseth voulait jouer à sa façon et la connaître, tout simplement.

Et oui, je suis l'hôte de ce crime. Tu ne peux pas imaginer le plaisir que j'ai ressentis lorsque je l'ai dépecé et calciné pour toi. Je crois que tu me fais frémir et je ne suis peut-être pas loin de tomber amoureux de loin. Sais-tu ce qui arrive lorsque l'on contrarie quelqu'un qui est fou d'amour pour toi ? Il devient violent, très violent. Heureusement pour toi, jamais je ne t'aimerais. Ce n'est pas dans ma nature. Je ne peux que me contenter de te désirer et de te violenter.

Le Chaotique masqué fit à nouveau face devant elle et se pencha sur elle toujours en gardant son poignard sous sa gorge afin de la dissuader de commettre un geste regrettable. Vraiment, elle avait une remarquable poitrine et le bourreau vint frotter le bout du nez de son masque blanc en argile contre ce dernier avant d'attraper sensuellement son téton droit avec ses dents. De sa main libre, c'est-à-dire de la main gauche, Reliseth caressait avec autant de douceur le creux de ses cuisses.

Tu es encore une enfant et je vais faire de toi un adulte. Tu vas me donner ton identité et me raconter ton histoire, tes croyances, tes convictions... Ou bien je vais continuer et j'irais beaucoup plus loin dans les vices. Des choses que tu n'aurais probablement jamais imaginé.

Murmura-t-il doucement en montrant de l'index gauche les mystérieuses boîtes qui semblaient angoisser la prisonnière.

Ce n'est pas frustrant d'être considérée comme une gosse ? Si tu ne fais pas ce que je veux alors je te punirais... Et si tu fais ce que je veux je te nourrirais...

Résiste-moi comme une adulte et pas comme une enfant. Peu importe ce que tu penseras, la partie commence, belle inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Léona N'Illië
En attente de validation..
Léona N'Illië

Nombre de messages : 181
Âge : 27
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeMer 28 Oct 2009 - 12:49

Un jeu. Un jeu. C'était un jeu pour lui. il avait évoqué le mot 'partie'.
S'il prenait ceci pour un jeu, alors elle comptait bien le gagner. Coûte que coûte.

Il sentait qu'elle n'était pas prête à se laisser faire. Léona toussota une nouvelle fois. L'odeur était insupportable, insurmontable.
Et un soupçon de panique s'emparait d'elle. Comment, pourquoi s'était-elle retrouvée ici, prise aux mains d'un fou, d'un psychopathe, qui voulait lui faire subir des choses indéfinnissables?

Elle ne savait pas pourquoi, mais elle se jurait de ne laisser paraître ni peu, ni crainte, ni panique sur son visage. Cela semblait marcher, en tout cas.

Il lui parlait avec cette même voix envoûtante. Elle en était presque sûre, c'était un homme. Qui la prenait pour une enfant.

Oh, elle en avait vécu des choses. Et elle reconnaissait la voix d'un homme, ayant vécu avec un des leurs plusieurs années.
Elle ne bougeait pas, l'écoutait. Un nouvel aboiement lui déchira le coeur. Deliendë était seul, à se demander ce qu'elle faisait. IL l'avait ressenti. Ressenti cette frayeur qui s'emparait d'elle. Quelque chose d'anormal se passait, et même si elle était à des kilomètres de son loup, il l'avait senti. Sa relation était trop forte avec lui pour qu'il ne devine rien.

Son seul espoir était que quelqu'un passe maintenant, par inadvertance, et découvre cet étrange cabane. Le problème était que Léona ne connaissait pas le chemin... Elle ne l'avait pas vu.

La demie-elfe réfléchissait pendant que l'autre parlait. Mais quelque chose vint l'interpeller.


-Vous avez prononcé le mot 'Père'...
Je ne connais que les membres des Enfants du Chaos qui parlent d'un telle façon.
Et pourtant, vous êtes un homme. Un homme membre du Chaos?


Elle était tombée sur un homme. Un homme mauvais. pas étonnant qu'elle lui ai fait de l'effet, toujours cette faiblesse qu'ont les humains par rapport aux traits elfiques. Mais si elle n'était qu'une moitié.
Il avait ressenti du plaisir en dépeçant la peau d'un de ses semblables. Elle le regarda avec horreur.


-Quel genre de monstre êtes-vous?


Il lui avait évoqué l'idée de l'amour. Et lui avait avoué qu'il la désirait.
La demie-elfe sentait que quelque chose de malsain allait se produire. Elle ne pipait mot.
Il s'approcha d'elle, mais Léona ne bougea pas.
Elle sentit le poignard revenir sur sa gorge, cette sensation de froid la fit frémir.

L'homme s'approchait de sa poitrine. Et puis en mordit l'extrémité.
Elle se cambra violemment, non par plaisir, mais par surprise.
Elle eut un haut-le coeur, et l'autre main de l'assassin trainait toujours sur sa cuisse.
Léona s'agita du mieux qu'elle put pour se dégager de son emprise.
Ce qu'elle réussit à faire, d'une certaine façon.
Mais elle le regardait droit dans les yeux.


-Montrez-vous donc, sale lâche....


Elle ne baissa pas son regard. Elle détestait ce masque blanc sans expression qui la regardait.
Léona détestait l'idée de parler avec quelqu'un dont elle ne pouvait voir le visage, ni l'identité.


-Et pourquoi cette soudaine envie de me connaitre?
Lui, dit-elle en désignant le cadavre, avez-vous pris le temps de le connaitre avant de réduire son corps en charpie?

Résister comme une adulte est résister. Si je résistais comme une enfant, je ferais tout selon vos désirs, ce que je ne suis pas prête à faire.

Néanmoins, comme je n'ai pas envie que ça aille plus loin, je vais vous dire mon nom.

Léona N'Illië.



Elle avait dit ça tout en le regardant avec ce même regard froid, droit dans des yeux que seuls elle semblait connaitre pour l'instant de son agresseur.
Revenir en haut Aller en bas
Elverion
Elfe
Elverion

Nombre de messages : 146
Âge : 28
Date d'inscription : 12/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitimeVen 30 Oct 2009 - 22:14

Comment ? La soirée venait à peine de débuter et Léona avait déjà percé l'un de ses secrets ? Reliseth hésitait. Devait-il se montrer en colère et la punir sévèrement ou bien faire comme si cela n'était pas important ? Il se tâtait vraiment de trouver la solution qui conviendrait le mieux. Père, il en était très fier. Comment un fils pourrait-il mentir et renier son père, après tout ? Il était trop tard. La belle Léona venait de marquer un point et Reliseth encaisserait cette leçon pour une prochaine victime. Mais... Admettons qu'elle pouvait connaître le concept du Chaos en lui-même. Cette ferveur offerte à l'Oublié par quelques fidèles... Comment pouvait-elle connaître les Enfants du Chaos ? Il n'y avait pour Reliseth qu'une seule possibilité qui méritait plus d'attentions que les autres. Léona N'Illlië était une survivante du massacre d'Alonna. Et si elle n'était ni une Drow et ni un Enfant du Chaos... Elle faisait partie de ceux qui avaient repoussé l'attaque du Mal. Oh ! Reliseth Lothywyn tenait entre ses mains une perle d'Alonna. Il la punirait pour s'être opposée à Père, c'était certain. Personne ne s'opposait aux Enfants du Chaos sans en subir les conséquences et c'était la politique qu'Abysséa tentait de mettre en place. Devait-il la ramener à Abysséa ? Non, c'était trop loin et il risquait de rencontrer en chemin quelqu'un susceptible de venir en aide à sa prisonnière.

Oui. Je suis un Enfant du Chaos. Est-ce que cela me rend différent ?

Au plus profond d'elle-même, elle avait peur. C'était tout à fait normal. Elle était entre les mains d'un fou, d'un malade mental. Elle était entre les mains d'un être qui pouvait briser sa vie en un court instant. Comment ne pas paniquer ? Elle se contenait. Il sentait qu'elle se contenait. Cela aurait du être agaçant de s'apercevoir que toute sa mise en scène n'effrayait pas Léona de l'extérieur mais il n'en fut rien de tout cela. Léona résistait et c'était pour lui magnifique. Parce que s'il brisait son âme dans cette soirée à venir... Ce serait vraiment jouissif. De l'extase qu'il en éclaterait d'un rire fou et cristallin. Ressentir le plaisir jusqu'à son paroxysme pour avoir soutiré ces trois mots à Léona : Je veux mourir... ; il le désirait avec ferveur. En l'honneur de Père. Pour qu'il soit fier de son fils, tout simplement. Reliseth Lothywyn était un malade et le seul avantage que tirerait Léona de cette rencontre avec la folie du Chaos, c'était qu'elle repartirait vivante bien qu'elle était légitimement en droit d'en douter dans l'état actuel des choses.

Quel genre de monstre suis-je ? Je suis un Humain, tout simplement. J'ai vécu et grandis en Terres Humaines avec d'autres Humains. Cela fait-il de moi un monstre ?

Ce qu'il était au moins parvenu à réaliser, c'était de l'avoir agacée avec le port de son masque blanc en argile. En cet instant, Léona désirait certainement connaître le visage de l'homme qu'elle détesterait et haïrait jusqu'à la fin de ses jours. Pauvre demoiselle, les règles du bourreau disaient que jamais tu ne verrais son visage. La demi Elfe repoussa l'homme comme elle le pouvait et il n'y opposa pas de résistance. Enfin, elle parlait. Reliseth venait d'obtenir un premier point. Léona parlait. Lui parlait. Et dans le jeu qui s'était engagé, c'était quelque chose d'important. Chaque détail comptait et représentait quelque chose et même le détail le plus ridicule pouvait devenir une arme dans une telle situation.

Non, je ne connais pas le nom de cet homme. Tout ce que je sais, c'est qu'il était sur mon chemin et qu'il est devenu un élément de notre nuit d'amour. Je veux t'offrir la plus belle des nuits d'amour, ma chérie...

Certes, Reliseth était un passionné. Dans sa folie, l'Ombre du Chaos avait developpée une passion pour les femmes. Ses victimes devenaient à ses yeux des jouets dont il était le maître et pour son esprit fourbe, c'était la plus belle des idylles. Il se languissait d'avance à l'idée de partager cette nuit avec elle, qui avouons le, ne serait pas plus qu'un simple viole.

Léona N'lllië... Mon amour s'appelle Léona N'lllië... C'est magnifique, vraiment... Je veux te laisser une chance, mon ange...

Reliseth s'éloigna un court instant afin de faire glisser deux boites aux pieds de Léona. Il les récouvra avec l'une des deux capes présentes dans la pièce. Dans l'une d'entre elle se cachait un repas comestible comme il l'avait promis auparavant et dans l'autre reposait quelque chose d'infecte... Droite ou gauche ? Elle devrait choisir.

Ton repas de ce soir se trouve dans l'une des deux boites. Tu as une chance sur deux de t'en sortir, mon coeur...

Au fond de lui, il espérait que Léona tombe sur la mauvaise boite. Il se ferait alors un malin plaisir de la forcer à ingurgiter l'immonde chose qui se trouvait à l'intérieur. Quelque chose qui lui prouverait incontestablement sa folie sans limites. Et... Ce qu'il désirait par dessus tout, c'était qu'elle le fâche en trouvant ce qui serait pour elle la bonne boite. Reliseth lui réservait dans sa manche une autre surprise et ce serait probablement quelque chose qui dépasserait son imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une soirée macabre [PV Reliseth] Empty
MessageSujet: Re: Une soirée macabre [PV Reliseth]   Une soirée macabre [PV Reliseth] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soirée macabre [PV Reliseth]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Soirée RPCB - Le Jeu de la Bouteille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: