AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Dim 11 Oct 2009 - 21:16

    Les rues de la ville d'Erac ne sont certes pas les plus fréquentées, mais les chauffards des carosses les plus pompeux ne sont pas les plus adroits. Et les pauvres piétons en font parfois les frais, comme le fit Kassandra ce matin-là, pour son plus grand désarroi.

    L'air embaumait sur la grand-place. Le bruit des petits enfants gargouillant de plaisir de patauger dans les flaques de pluie neigeuse se répercutait au beau milieu des conversations matinales de la population d'Erac. Les sujets ? Sûrement l'hiver et les récoltes, ou les impôts, ou je ne sais quoi de futile, d'ennuyeux et de paysannesque. Kassandra n'était pas à Erac pour faire mumuse et se confondre avec la masse de gueux. D'ailleurs elle les méprisait à juste titre bien qu'elle ne soit elle-même pas plus importante qu'eux, en toute objectivité. Cependant, pour elle, fille de pirate et future membre de l'équipage de l'Onirique, il allait bien évidemment de soi qu'elle avait son importance et que personne ne pouvait l'ignorer, c'était tout bonnement impossible.

    Et dans un certain sens, elle n'avait pas tort : elle se démarquait singulièrement de la foule. La chevelure rousse battait dans le vent avec fierté, ses boucles se balançant dans un rythme soutenu. Son décolleté peu hivernal faisait frémir les plus frileux, et le talon de ses bottes frappaient avec justesse et vigueur les pavés de la large avenue parcourue d'habitants qui pestaient contre le froid. Et elle, enveloppée dans une cape bien fine pour ce qu'elle avait l'habitude de porter, laissant son cou nu et les regards se perdre sur ses courbes, avait la manie ostentatoire de sourire au froid et au vent ! En voilà une qui était bien différente à plusieurs égards.

    Et il semblait cependant que cette femme qui dénotait dans le tas de grossiers paysans ne sauta pas aux yeux du cocher qui faisait fièrement cavaler ses montures. Pour on ne sait quelle raison, les animaux pressaient le pas et le dirigeant des étalons harnachés. Le fouet du chauffeur claquait de manière impétueuse, et les rares passants se reculaient, effrayés et agacés par cette fâcheuse tendance à l'excès de vitesse des conducteurs de voitures. Mais qui donc était l'impudent qui trônait en grand seigneur dans la calèche sans même se soucier de la conduite dangereuse qu'avait son cocher ?!

    Et pourquoi cet idiot de cocher ne remarqua pas la rouquine plantée en plein milieu de l'avenue, qui observait une carte finement rédigée sur un vieux parchemin de la ville ?

    L'homme eut tout juste le temps de tirer sur les rennes que les chevaux hennirent, ce qui fit sursauter la rouquine qui fut percutée partiellement par un mouvement de patte d'un des animaux furibonds d'avoir été pris de court. S'étalant, postérieur le premier au sol, la rouquine lâcha une flopée d'injures que l'homme put aisément entendre, faisant ainsi tourner quelques têtes paysannes vers la rouquine qui brandit le poing, jetant un regard assassin au chauffard fou.

    « Qu'est-ce que vous avez à la place des yeux, de la bouse de vache ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Lun 12 Oct 2009 - 12:38

Guerre incendiaire, indomptable et inévitable. N'avait il pas créé le chant de la Haine ? Une oeuvre magnifiquement macabre, auréolée d'absolu colère, de rage incommensurable. Sa vengeance, son oeuvre, la destruction. Mais au delà de ça, il connaissait les cris d'horreur et d'agonie comme une mélodie morbide et envoutante parfois. Pourquoi ce voyage a travers les terres dévastées ? Pourquoi laisser le Lys s'épanouir sans lui ? Un rêve parfois, dénonçant l'ignominie de l'homme, provoquant la colère divine par tant d'arrogance, les mortels seront initiés au véritable courroux déchainé. Il ne fait qu'obeir, comme si le choix pouvait lui être donné. Non, tout cela est impossible, il vogue sur les rivages éthérés des chants éternels, des requiems macabres et des complaintes amoureuses. Alors il traverse la terre des hommes, équipage étrange que cet homme seul et aveugle au perpétuel sourire mystérieux, au compagnon ailé malicieux. Peut être est ce un relent de parfum de rose qui fait qu'il ne sera pas arrêté, ou alors, l'aura du Prisonnier entoure son Serviteur d'une étreinte sulfureuse et magnifique...Que sais je...

Erac, la belle, joyau immuable et si fragile, acceuille maintenant en son sein l'étoile immortelle du Serviteur Messager. Il ne sent que le vent qui caresse ses boucles laches, ou fouette son torse qu'aucun tissus ne comprime, qu'aucun froid ne saisit car en lui coule, suprématie, les flammes terrifiantes de la colère d'Arcamenel...

Myst gémit, sensible aux émois de son maitre, guide infaillible des errances du Serviteur. Elle voudrait soulager la peine,la haine et la rage qui se déchaine, innocente amie aux ailes dorées qui ne juge pas l'inébranlable. Elle feule soudain, la flamme fragile de l'humanité s'égare sur les routes tortueuses du chemin divin, elle prévient, elle qui sont ses yeux, son chant parfois lorsque la lune se lève...Les chevaux hennissent, martirisés par le mord qui les entravent, ils s'ébrouent, ils seraient si beau, libre et brave...

L'Avatar du Prisonnier s'arrête, respire le parfum qui hante l'air et descend de sa voiture, tel un pas de danse esquissé, une note ethérée qui valsera au grès du vent. Il marche, il flotte, on ne peut le dire tant la grâce habite ses gestes, dons divins d'une naissance a deux versants.

-Mes yeux se portent bien, mais ils ne me laissent admirer que le néant abyssal des ténèbres.

Sa voix porte doucement, avec un effleurement moqueur et amusé tandis que scintille l'or terni des iris aveugles...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Lun 12 Oct 2009 - 17:13

    La voix, douce mais profondément amusée et marquant la présence d'un caractère qui ne se laisserait pas abuser par les noms d'oiseaux de la demoiselle voulut faire écho à ses paroles, calmer le feu et la tempête qui allaient exploser suite à l'incident de parcours. En vain.

    « Ca, j'ai pu le constater, sinon vous ne m'auriez pas roulé dessus ! »

    Son ton sec et plus que dénué de toute politesse fut aussi réactif et acéré que sa réponse fut renvoyée non sans brutalité au visage fin et délicat du gardien d'Arcamenel. La rouquine ne se démonta pas un instant, ni lorsqu'elle entreprit de s'épousseter et de grommeler entre ses lèvres des mots plus que distincts, ni quand elle se décida à dévisager l'homme qui venait de descendre du carosse.

    Il était fin et élancé, sa silhouette et sa prestance se dégageant facilement au milieu de cet amas de commun et de banalité. La sobriété de l'inconnu - pourtant célèbre, mais après tout Kassandra ne connaissait et ne s'intéressait réellement qu'aux univers maritimes de Miradelphia - contrastait étrangement bien avec sa propre personne. Et malgré sa beauté délicate, évoquant ces fichus "mangeurs de salades" hautains et sans égal égocentrisme, quelque chose tiquait. Il y avait un détail, infime, qui ternissait l'aspect général charismatique, glorieux mais en retrait de cette personne.

    Le miroir de l'âme. La teinte presque assombrie, anormalement dépourvue de toute étincelle de vie, les iris mortes alertèrent enfin la rouquine. Il était donc aveugle, et ce n'était sûrement donc pas sa faute, il ne pouvait voir et considérer la conduite idiote de son laquais. Cependant, Kassandra n'avait pas le sens commun de la pitié ou de l'excuse. Impitoyable et intraitable, que vous fussiez cul-de-jatte, orphelin ou homme-tronc, vous n'aviez pas à vivre de traitement de faveur quelconque. La vie était semblable à une lame émoussée, et personne n'avait le mérite selon elle de pouvoir y promener son doigt sans aucun risque de se couper. Ce serait beaucoup trop facile, sinon.

    C'est donc d'un ton sans concession que la jeune femme poursuivit son monologue de doléances, plus faiblement mais sans perdre de virulence. Elle observa l'interlocuteur de la tête aux pieds, peu intimidée malgré l'apparence opulente, quasiment noble. Pourquoi devrait-elle craindre d'aiguiser sa franchise ?

    « N'attendez pas de moi que je vous excuse. Ce n'est pas parce que vous êtes aveugle que je vais me répandre en excuses confuses et bafouillantes comme les trois quarts des gens normaux. Vous n'avez qu'à choisir votre cocher d'une meilleure manière. »

    Non, elle ne reconnaitrait guère qu'elle était peut-être en tort - quand bien même elle pouvait l'être, de toute façon il n'avait pas pu le voir -. Soupirant doucement, quelque peu soulagée de n'avoir qu'une tâche sur le tissu du pantalon à son genou, la rouquine adressa un long regard de reproche au cocher.

    « Si vous le voyiez, vous ne l'auriez jamais embauché. Il a l'air niais. »

    Kassandra murmura ces derniers mots à l'aveugle, presque de "connivence" soudaine et incongrue. Du Kassandra tout craché.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Jeu 15 Oct 2009 - 7:53

Colère, irritation, une mélodie rapeuse et volontairement caverneuse. Un écho démeusuré frappant les parois duveteuses d'une oreille habituée aux sons des harpes divines. Un beauté fantasmagorique, étrange et ensorcelante néanmoins brutale et sauvage. Les mots n'ont pas leur importance puisque seul, il n'entends que les non dits, dissimulés derrière l'inharmonie des sonorités violentes. Les langues sont un dons divins dont il maitrise les rouages, modulant les verserts de sa bible pour en faire connaître la teneur. Contenu rejeté, adoré, hait mais implacable.

Se deverse de la bouche féminine la litote amusante des injures obsolètes. Mêlant rage et iritation telle la valse d'amant étroitement enlacés. Il rit, dans l'ombre, caché par les masques qui habitent son âme. S'excusera-t-il ? Peut être, peut être pas. Un oui pour un non, qu'importe le prénom, l'âme reste immuable et habitée soudainement par le rire d'un enfant malicieux.

Myst quitte l'abri confortable du chariot, découvrant aux yeux de tous ce qui fit sa légende. Compagne inébranlable des errances aveugles, iris dévouée et douceur revelée. Elle avance, gracieuse danseuse des airs pour quêter la caresse rassurante, celle qui lui parle doucement la nuit, qui la berce lorsque l'ombre se fait grandissante.

-Soit, je ne l'excuserais donc pas, un niais n'a que faire des excuses polies qui risqueraient de heurter votre fierté.

Les notes dansent sur leur partition, parfaitement maitrisées, domptées, matière malléable entre les lèvres du Gardien.

-Néanmoins permettez que je m'enquiert de votre santé. Il n'est pas dans mes plans de ravir une âme par accident.

Moqueur ? Aguicheur ? Vice révélé ou caché ? Des questions qui pourraient effleurer les consciences, titiller les fiertés exacerbées ou taire les lèvres les plus pures. Il s'amuse de la flamme brandie, versatile lorsqu'elle se fait féminine, une hargne délicieuse a bien des aspects convergeants.

-Le hasard est joueur tel un enfant éternellement innocent, j'aime ses détours, aussi improbable soient ils. Diantra attendra bien un peu, l'ambroisie nous attends.

S'embarrasse-t-il de formules ampoulées et mielleuses ? Non, car la musique des mots reste seule maitresse dans l'air, modelant parfois les consciences a son bon vouloir. Une main se lève, un doigts se tends et le chemin qu'il montre mène jusqu'à une taverne au Lys d'or éfflanquée.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Dim 18 Oct 2009 - 10:04

    « Tiens, c'est gentil de se soucier de ma fierté. Enfin, rassurez-vous, je suis entière. »

    Elle ne releva pas davantage, le cocher étant déjà assez déconfit face aux mots incendiaires de la pirate ... Et de son "maître". Son ton était assez significatif, et elle quitta définitivement de son regard violine l'homme pour observer le Gardien.

    L'hésitation se fit à nouveau sentir imperceptiblement. Des borgnes, elle en avait connu beaucoup, vous savez, ce genre d'hommes qui portent un cache-oeil par fierté et pour affirmer leur tendance bourrue et pirate, et surtout pour masquer mais en même temps sous-entendre l'effroyable blessure de guerre héroïque. Les pirates borgnes, et surtout les amis de son "père" aimaient bien, dans le temps, se jouer de cette image là d'hommes qui avaient perdu une partie de leurs sens dans un combat sanguinolent. Ils aimaient bien aussi lui faire souvent la blague, quand elle n'était pas plus haute que trois bouteilles de rhum consécutivement empilées, de montrer le vilaine boursouflure de la chair dès que Rahmyr avait le dos tourné. La petite gamine aux boucles rousses ne s'empêchait jamais de crier de peur et de rire devant ces singeries. Au fond, ca ne la choquait pas, et elle avait même pris l'habitude, à force, d'aller enquiquiner ces vieilles fripouilles.

    Mais un aveugle, de surcroît possédant des manières aussi raffinées et aux antipodes de ce qu'elle connaissait, Kassandra en avait rarement côtoyé de près, et mêle si elle ne ménageait jamais personne, était-elle sensée lui laisser prendre le devant sans craindre qu'il lui montre plus la direction d'un mur que celle d'un bouge quelconque ? Après tout, il ne lui avait rien demandé explicitement. Il devait savoir où il allait. Et il le lui montra d'un geste de la main, désignant une auberge somme toute attirante à l'oeil mais modeste. Eh bien, qu'à cela ne tienne, elle lui laissa le plaisir de se mettre en route de lui-même, suivant ses pas de près non sans observer la créature flottant aux côtés de ce qui était ... Un noble ? Un personnage important ? Une figure importante dans la religion ou la politique du continent ? Aucune idée.

    Ils se mirent rapidement en marche, Kassandra ne souciant guère de ce qui allait advenir de la calèche.

    Clairement, cette entrevue surprise promettait d'être pleine de surprises. Kassandra ne savait clairement pas sur quel pied danser face à cet interlocuteur qui n'avait de cesse de bondir d'une taquinerie à une civilité douceâtre et sans se départir de son élégance, mais ca ne la perturbait pas outre-mesure. Elle savait s'adapter.

    Atteignant la porte de l'auberge, la rouquine eut cependant le réflexe un peu rouillé d'ouvrir la porte pour laisser passer l'aveugle le premier. Elle ne pouvait pas demeurer odieuse sans raison, bien qu'une pointe de sarcasme se fit sentir sans aucun mal.

    « Après vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Lun 26 Oct 2009 - 17:22

Le hasard est un dé que l'ont lance en riant. Le Gardien le sait, il s'en amuse et se gausse parfois des faces découvertes ainsi. Méandres cachées que l'on dissimule aux prunelles vertueuses. Il allie la passion a la rage, a la douceur a la soie, le sang a la haine, un receptacle divin dans lequel danse sans frémir les révélations qui furent jetées sur le monde. Vengeance et récompense. Une dualité immortelle qui habite les labyrinthes insondables de son âme.

L'invitation est lancée, voluptueuse dans l'air, ronde et sucrée. Nuance fantasmagorique indisctincte, tel un voile éthéré qui se gonfle au vent. Elle danse dans l'atmosphère, invite subtile que l'on pourrait songer perverse habillée d'innocence. Les dessins du Serviteur ne peuvent se dévoiler, se percer, se deviner. Il devine les doutes, les questions et peut être ouvrira-t-il qu'un instant l'éclat doré d'une réalité insoumise et éternelle, peut être...

Myst les suit, les devance, caracole, compagne enfantine a la confiance aveugle, parfois le battement d'une aile fait valser la flamme rousse et l'étendard d'argent, mais son âme ne connait pas la haine et la colère.

Le Serviteur sourit alors que son amie ailée répond a l'invitation, devenant ce Guide immuable qu'elle ne peut qu'être devant lui.

-La galanterie est une chose qui glisse sur votre peau sans la marquer...Interressant, peut être même oserais je dire, fascinant.

Murmure frolatre qui passe les lèvres fines du Gardien, lignes sensuelles qui s'éveillent par la volonté des mots petrit d'amusement, de refléxions étranges, comme si le temps s'était invité doucement dans les syllabes. Se moque-t-il ? Difficile a dire, impossible a dicerner, mais le sourire qui ravit son visage laisse ouverte la porte des suppositions aléatoires.

-L'incandescance illumine l'orée de mes tenèbres. Versatiles flammes qui ne soufflent qu'au grè des envies. Mélange explosif, ephemère néanmoins réussit. Conduisez nous donc là où le coeur vous en dit, je vous laisse libre choix des boissons.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Mer 28 Oct 2009 - 22:29

    « Comme quoi les femmes galantes existent. N'en profitez pas pour autant. »

    Et elle referma la porte, accompagnant ainsi d'un geste tout aussi significatif et équivalent sa réplique qui signait la fin d'un débat mourrant dans l'œuf. Hors de question qu'ils évoquent l'idée de la galanterie. Il n'y avait pas de cela qui tenait dans l'attitude de Kassandra : le seul fait était qu'elle n'avait résolument aucun argument pour claquer la porte au nez de l'aveugle. C'était de un trop facile, et de deux injustifié pour le moment.

    La présence de l'animal aux éclats d'or scintillant miroitait parfois de temps à autre un reflet chatoyant sur les rideaux propres de la taverne, un carreau embué ou un miroir un peu usé par le temps, signalant sa présence à la rouquine. Elle était intriguée par ce compagnon pour le moins singulier qui semblait ne pas lâcher d'une semelle le gardien d'Arcamenel. A la fois silencieux, indépendant mais virevoltant toujours autour du même point fixe, laissant un peu d'espace entre eux, capable d'aller là où la pensée du maître le souhaitait sans que pour autant il ne s'en sépare définitivement. L'idée qu'il puisse être les yeux de l'illustre inconnu ne lui venait pas à l'esprit : ce qui n'empêchait pas ses prunelles violettes de suivre le mouvement du sphinx distraitement tandis qu'elle s'asseyait à une table plus ou moins isolée du bruit du comptoir déjà bondé à cette heure. Un simple raclement de gorge fut le signe pour l'étranger qu'il fallait s'arrêter et se poser.

    D'un geste ample la pirate interpella une jeune serveuse aux pommettes hautes et rougies et à la chevelure brune qui prit la commande dans un sourire gêné constellé de tâches de rousseurs.

    « Deux verres de rhum. Et ne tardez pas trop, j'ai la gorge sèche. »

    Ses bras se croisèrent sur sa poitrine opulente - que l'aveugle n'avait pas la chance de pouvoir contempler à loisir à son grand damne inconscient ! -, et la rouquine reporta enfin son attention sur le possesseur du noble carrosse. Elle ne connaissait même pas son nom, ou ne serait-ce que son identité. La jeune humaine jaugea un long moment dans un sage silence le visage fin et calme, presque nonchalamment élégant de l'homme à la chevelure immaculée. Puis elle brisa le calme feint de son timbre grave.

    « Avec tout ça, je ne sais même pas qui vous êtes. J'espère que vous aurez la gentillesse de me donner votre nom... »

    Le ton n'invitait pas à ce qu'il s'amuse à nouveau et lui réponde par un détour littéraire tortueux. Car le spécimen qu'elle avait en face d'elle semblait un grand amateur des mots, au point qu'il les maniait d'une façon quasiment picturale, à la fois mystérieuse et artistique. Et Kassandra n'aimait jamais que les énigmes durent trop longtemps. Cependant, rien n'aurait été plus drôle que de voir Aerandir persister dans son jeu.

    Une fois de plus la contradiction se répétait, ironique et typiquement ... Kassandrienne.

Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Ven 30 Oct 2009 - 12:31

-Aerandir...

Un tressautement de la bouche vous apprends le rire contenu, les éclats qui se répercutent, insatiables, sur la barrière des lèvres frémissantes. Le Serviteur ne voit pas, juste l'étendue fade d'un tourbillon où rien n'existe, où rien ne vit, mais il sait regarder là où personne ne songe. Il sait plonger au coeur de vos secrets, telle une ombre qui passera vos remparts effrités. Myst rit doucement, a sa manière féline et reçoit la caresse bienveillante. Regarde le prélude au tango sensuel, qui entamera le premier pas ?

-Mais qui je suis est une réalité qui pourrait vous échapper.

La voix saute sur la partition, entrelats indéfinit et dénudés, impossible a saisir a pleines mains car inconstantes.

-Erac est une ville magnifique...Qu'a-t-elle pour avoir attirée votre être en son sein ?

Curiosité enfantine, malicieuse qui s'éveille dans chaque mot, expression dénuée, charitable pour le désir non dit qu'il sait sommeiller au creux de l'âme voisine. Serpent lové aux yeux ouverts. Ses longs doigts jouent avec le verre, propreté douteuse entourée de pureté pervertie, de vices angéliques. Une dualité qui fait partie de lui, comme un baume qui court sur son corps, invisible mais au parfum sulfureux. L'oriflamme n'est pas faite pour l'enfermement stérile d'une ville monotone, c''est inscrit dans chacun de ses mots, distillé par chacune de ses réactions, sauvages et provocatrices. Paravent d'une profondeur qui se veut surface fade. Le lac doit frémir d'ondulations suaves pour qu'il dévoile le secret qui le hante.

-La guerre tressaute encore...Mogar doit se réjouir...

Il rit a la pensée de son « frère », éternel bagarreur aux pensées sanguinaires. Dieu aveugle distillant son venin et ses désirs égoistes.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Ven 30 Oct 2009 - 13:39

    Aerandir. Voilà un nom qui sonnait joliment bien. Au point qu'on avait envie de le répéter plusieurs fois pour s'en imprégner, le souffler à votre oreille sur différents tons, le crier, le murmurer, le chantonner ... Les syllabes résonnaient avec panache et légèreté. Mais qu'on se calme un petit peu, ca n'était qu'un patronyme, et les Dieux savent qu'il n'est pas toujours le reflet parfait de la personne. Le rire de l'animal ne fit pas écho au sien, elle garda une attitude méfiante et à la fois curieuse. Difficile encore pour elle de savoir comment réagir avec le dénommé Aerandir. Quant à son nom à elle ? Il ne lui demanda pas, et il n'était pas nécessaire qu'il le sache, sauf si là encore il le demandait. De mauvaise foi, oui, mais pas trop.

    « Dites toujours, au pire si je ne saisis pas vos grandiloquentes paroles, j'ignorerai ce que vous avez dit. »

    Elle lui lança ces mots sur un timbre nonchalant. Certes, elle n'avait pas la culture des nobles les plus majestueux de tout Miradelphia, et alors ? Elle n'était pas stupide à ce point : elle au moins savait manier un bateau et se promener en mer sans craindre pour sa vie, chose qui n'était sûrement pas un des talents de ce ... ce ... cet aveugle. La rouquine songea le mot avec tant de force qu'il aurait pu sonner pour une insulte si ca n'avait pas été aussi ridicule. Un être aussi imprévisible et versatile la rendait plus irritable.

    « Eh bien ... Je cherche une personne qui pourrait me mener à une autre personne. Un peu casse-tête, mais je ne peux pas faire plus clair. »

    Et surtout, Kassandra ne se sentait pas l'envie naissante de mélo-dramatiser. Si ca intéressait l'homme, elle éluderait ses questions et y répondrait sans trop rentrer dans les détails ... Enfin, elle essaierait. Le poids de ses recherches devenait un peu plus lourd chaque jour, et même si la rouquine ne tenait pas à avoir un confident, il était parfois bon de soulager sa conscience avec un total inconnu. Qui n'aurait aucun intérêt à vous ennuyer avec vos histoires, d'où l'intérêt.

    Déjà la rouquine boit une gorgée du verre qu'on lui a apporté dans un mouvement aérien, et le repose, méditant un instant avec perplexité sur ses propos. Il riait de la guerre ? Voilà vraiment un homme étrange.

    « La guerre vous amuse ? Surprenant. »

    D'autant plus que l'habit ne faisait pas le moine : lui qui avait l'air délicat et raffiné ne pouvait pas être un adorateur des conflits sanguinaires. A nouveau les iris mauves de l'humaine se posèrent sur le Sphinx. Qui est réellement ton maître, mh ? Tu ne le diras pas, évidemment. La situation semble t'amuser ; tu dois souvent le suivre à la trace comme tu le fais, et tu dois lui être d'une grande utilité pour qu'il soit ainsi affectueux. Drôle d'animal. Est-il le seul à savoir décoder l'Enigme vivante assise face à la rouquine ?
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Jeu 3 Déc 2009 - 12:31

Cela commence souvent par un roulement gracieux, quelque chose de mousseux et d'imprévisible. Cela prend naissance au coeur même de la gorge, étendant son emprise sur les traits mouvants du visage, inclinant la bouche, plissant l'éclat doré des prunelles, faisant naitre des étoiles impossibles dans le sein des iris éblouissantes. Cela bouleverse la vison étroite des genres, transforme la surface plane en rivière miroitante et cela coule des lèvres entrouvertes du Serviteur, telle une cascade cristalline aux contours arrondis.

-L'agacement produit des notes si anguleuses qu'il est difficile de les ignorer. Ne voyez pas d'offenses dans mes mots je ne fais qu'exprimer une vérité qui s'applique helàs a beaucoup d'êtres dans ce monde.

Murmure suave empreint de langeur dérangeante car enivrante. L'art des mots, la vérité des sons, il les connait si bien que le maitre est devenu virtuose aux côtés du créateur impatient.

-Une personne vous guidant auprès d'une autre capable de vous apporter ce que vous désirez...Qu'attendriez vous de cette personne ? Un nom ? Une direction ? Une vérité ?

Intriguant, curieux, délicieux, ne cherchez pas l'interêt du Serviteur, il réside partout et nul part. Comme une étincelle qui s'allume et s'évapore aussi soudainement qu'une éclipse, son regard porte au delà des mensonges proférés d'une voix enjoleuse. Une ombre a l'aura sanguine, mêlant l'écarlate aux sombres couleurs du couchant traversa ses prunelles que l'ont pourrait songer inertes, mortes a tout jamais comme ce corps qui cède devant le coup d'estoc porté par un ennemi enragé. Une silhouette qui s'esclaffe a peine esquissée au fond des iris d'or.

-La guerre n'est que l'enfant des passions humaines, le rejeton des haines mortelles, reflets parfaits d'un amour destructeur. L'homme n'aime jamais autant que lorsque le sang coule le long de sa lame...

Le Prisonnier Divin, sans qui rien ne serait véritablement possible, il était ce ciment qui scellait les âmes aussi solidement que les chaines forgées autrefois par Mogar. Sans lui mourrait la passion, la haine, lorage qui rend la vie des hommes si palpitante parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Sam 5 Déc 2009 - 17:36

    « Je ... Vous parlez tout le temps comme ça ? Ne me prenez pas pour une simplette d'esprit, simplement je trouve que ça fait très... Trop hautain, petit bourgeois qui aime montrer qu'il en sait énormément. »

    C'était presque avec un air désemparé que la rouquine avait composé ces mots, observant de ses prunelles violettes le visage fin et peinturluré de cynisme du Gardien d'Arcamenel. Gardien dont elle ignorait le statut si important et emprunt de mysticisme religieux ; et pas de n'importe quel Dieu. Celui de l'Amour - sous toutes ses formes, qu'il soit passionel, déchirant, à sens unique, ou conduisant même à la violence voire à la mort sans autre forme de procès -. Quelle étrange personnalité pour représenter une Entité bien plus sombre que ce que le nom aurait suggéré de mièvre et de simpliste.

    Après un temps de réflexion, la rouquine décida qu'un peu de franchise masquée dans ce monde d'hypocrisie et de fausses pistes ne lui ferait pas de mal.

    « Les trois en même temps. Un nom et une direction me mèneraient à la vérité que je cherche. Ca paraît très surfait, hein ? »

    Elle eut un propre sourire d'auto-dérision pour sa conduite et ses racontars. Elle ne comptait pas expliquer non plus à Aerandir qu'elle cherchait son petit enfoiré de "papounet". Mais en parler avec une personne qui ne sait rien de vous sans vraiment l'évoquer lui faisait un peu de bien, elle ne pouvait pas le nier. C'était l'unique gêne d'être une personne si affranchie de tout et de rien à la fois : une fois seule et totalement confortée dans sa personnalité, on n'a plus grande monde autour de soi pour nous réconforter et daigner nous écouter. A croire que même les femmes odieusement aguicheuses et perfides ont besoin d'une oreille attentive.

    « Loin de moi l'envie irrépressible de disserter sur la guerre, mais personnellement, je ne vois pas en quoi c'est amusant. Excitant, passe encore. Enfin. Vous êtes quelqu'un de spécial. J'imagine qu'on vous l'a déjà souvent dit, non ? »

    Ca n'était même pas méchant, c'était sincère. Aerandir était bien un des hommes qui, en une poignée de secondes, lui avait changé sa vision et sa signification personnelle du mot "étrangeté". Evidemment, c'était dit sur un ton qui restait ce qu'il avait toujours été, une note dansante, acidulée et éternellement ironique. Mais tout de même, Aerandir avait un attrait particulier : il se démarquait dans le bon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Lun 7 Déc 2009 - 17:45

-Qui sait...Peut être ne suis je qu'un petit bourgeois qui aime démontrer sa supériorité ?

Le cristal roule encore et encore, refletant les rayons d'un soleil amusé sur ses faces multiples et étranges. Comme déformés par la vision que l'on peut avoir de la réalité. Une partition inachevée car sans cesse reécrite, sans cesse reformulée...A jamais transformée. Le rire est palpable, a découvert dessiné sur la courbure presque irréelle de ses lèvres, faisant danser l'or inerte des prunelles du Gardien.

-Que ferez vous une fois que vous aurez trouvé ? Perdrez vous cette fougue qui résonne dans votre voix ?

L'homme se cherche, encore et toujours, parfois l'âme se retrouve, mais alors, pert-elle de son attrait ? La passion qui l'anime meurt elle au détriment d'une lassitude, d'une deception ? Peut être que là est le destin de tout homme, se chercher, encore et toujours, sans jamais se trouver. Certain cherche l'amour, d'autre la vengeance...Leur chemin était pavé d'ombre écarlates dispersées par les volutes sonores d'un eternel captif. Les mortels en sont ils seulement conscients ? Eux si disposé a s'oublier dans les méandres d'une passion.

-Spécial ? Oui, peut être...A vrai dire, je ne fais pas tellement attention a ce que l'on pourrait penser de moi. Certain vous dirait qu'être aimé d'un dieu est une malediction, peut être est ce la mienne de faire naitre l'incompréhension.

Ses doigts jouent avec le verre, en redessine les contours avec la grace amoureuse d'un amant immortel. Il dénote dans cet antre, il le sens a travers les murmures, les regards, mais n'en concevra aucune gêne, se delectant de la curiosité qu'il fait naitre. Peu connaisse son visage, peu connaisse sa mission mais tous ont déjà entendu son chant envoutant se perdre dans les abysses de leur rêves les plus fous...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Jeu 10 Déc 2009 - 21:26

    « Mon petit doigt me dit que non. Et j'aime bien croire mon petit doigt. »

    Sûrement que le "petit doigt" sous-entendait pour elle son "sixième sens" typiquement féminin qui lui soufflait que, bizarrement, cet homme n'était pas bourgeois. Il devait être plus que cela : les manières qu'il avait rendaient celles du peuple riche et hautain grossières. Il était de ces êtres habités par la grâce et la délicatesse même, pour qui le plus vulgaire des actes demeurait teinté d'une éternelle touche de finesse. Aerandir aurait pu lui faire un bras d'honneur royal qu'il aurait facilement pu le faire passer pour un mouvement corporel artistique ou une danse quelconque. C'était là tout le problème avec les gens qui avaient cette élégance innée : même quand ils se payaient votre tête, leur petit air suffisant en était presque magnifique à regarder. On se faisait toujours berner par ceux qui prétendaient être mieux que vous, pas oralement, par leu attitude en général. On se laissait écraser par des préjugés ... Et parfois, ces clichés étaient tout bêtement faux.

    Mais en plus de cette veine pleine d'assurance, Aerandir semblait lui inspirer l'envie de parler. Après tout, qu'est-ce que ca ferait ? Kassandra ne voyait aucun ennui à se confier à un homme qui ne voyait rien, qui n'entendait que son timbre de voix et qui ne connaissait par ailleurs même pas son nom. Que pourrait-il divulguer ? Peu de choses.

    « Rien ne changera ... Enfin, j'espère. Qu'est-ce que ca changerait votre vie si vous appreniez que vous n'avez jamais vu votre géniteur mais que vous en aviez l'occasion ? »

    La jeune pirate avait parlé d'une voix un peu plus basse, comme si elle eut été gênée d'évoquer un tel sujet intime. Ou plutôt, comme si c'était des commérages qu'on ne pouvait vraiment pas dire tellement c'était rebutant. Kassandra avait mis le temps avant de souffler ces mots si lourds et si pesants, mais une fois sortis, ils la libéraient temporairement d'un étrange étau qui se resserrait parfois à des moments inopportuns sur son coeur. Un coeur asséché certes, mais pas encore réduit en miettes. Il battait, ténu mais existant, lové au chaud dans le creux de ses courbes généreuses.

    Aimé des Dieux ? Aerandir était donc un religieux. La nouvelle ne décrocha pas la mâchoire de la rouquine, elle n'eut qu'un faible mouvement de la tête. Faible ... Inconsciemment, le fermoir de la boucle s'était échappée, mais celle-ci tenait solidement à son oreille. L'objet ne lâcherait pas son possesseur sauf si bien sûr un incident quelconque venait à se produire. Mais la jeune femme ne remarqua pas la précieuse petite fermeture d'or scintillant près de son verre, se contentant de le saisir pour en engloutir une nouvelle gorgée.

    Aimé des Dieux. Oracle ? Prêtre ? Ou fanatique inconsidéré d'une divinité ? Pour Kassandra il n'y avait, n'y a et aurait qu'une seule Entité qui la guiderait, et elle était nommée Eris. Pour le reste, chacun croyait en ce qu'il voulait tant qu'il n'interférait pas dans les pensées de la rouquine.

    « Eh bien, vous devez vraiment être parfait pour vous être attiré "leur" intérêt. Et quel Dieu vous affectionne donc ? »

    La rouquine posa les coudes sur la table, le menton entre ses mains jointes, observant Aerandir avec attention. C'est le moment que choisit une toute petite chose. Trois fois rien. L'entretien aurait sûrement eu une tournure bien différente si ce fermoir, cette petite pièce d'or scintillante, n'avait pas dérogé à sa fonction. La boucle droite qui pendait joliment à l'oreille de la rouquine, dépourvue de la petite fermeture qui tomba sur le bois de la table, ne tenait plus qu'à un fil. Un cheveu, plus exactement, qui se rompit, et laissa choir le précieux bijou non loin des pieds du Gardien. Intriguée par le léger bruit, la jeune pirate entreprit de se baisser ... Et constata que le vestige de sa mère était à quelques centimètres du religieux. Peu amatrice de glisser sous la table et d'y ramper comme un petit chien fou, la jeune femme se râcla la gorge. Il était aveugle mais bon. Il pourrait bien la lui ramasser ...

    « Je sais que c'est osé de vous demander ça, mais vous pourriez me rendre ma boucle ? Elle est tombée, et elle est juste à côté de vous ... »
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Ven 1 Jan 2010 - 11:44

-L'instinct est un murmure qui s'imprime avec la force d'un cri. Vous ne devait pas en manquer. Soit ! Me voilà découvert !

Les gouttes translucides de son rire s'échappe encore, telle une fontaine qui jamais ne tarit. Il est d'humeur folatre, joueuse aussi et pourtant dort encore en lui la colère, la rage divine née des imbécilités humaines.

-Rien ne changera ? Si, tout change. Le monde n'est jamais figé et c'est cela qui fait sa beauté. Ainsi vous cherchez votre père et vous hésitez encore....Pouvoir mettre un visage sur un sentiment, une voix sur des mots. Peut être même cracher votre colère enfantine et après ? Tournerez vous les talons ?

Sa main vole, soutient délicat de son menton. Il regarde comme si il voyait le coeur, fixement et sans frémir. Il regarde et il voit peut être par delà les frontières mortelles de la banalité. Sa voix danse sur le fil des interogations, glissant parfois au dessus du vide mais reprenant toujours son équilibre. Qu'il se trompe, qu'il possède la raison n'est pas une fatalité en soi.

-Parfait ? Non. La perfection n'attire pas le divin, la perfection est l'apanage de l'Unique...Je hais la perfection...Mon regard encore rêveur fut ravi par Arcamenel, mais en échange, je possède son plus précieux trésor.

Le mot Gardien ne passera pas ses lèvres. C'est une prison, un enfermement...Non, lui, il voit bien plus loin, il est le receptacle de sa Voix, sa présence immortelle, sa rage aussi, sa vengeance...Il est tout de lui, pauvre marionette sans volonté dirait certains, mais lui connait la puissance.

Le tintement de l'argent qui s'échappe, qui fuit l'accroche enflammé lui parvint, jouant une musique discordante pour le commun des mortels, mais magnifique a son oreille. Il se baissa, souple et agile et trouva sans hésitation le trésor perdu. Ses longs doigts se refermèrent dessus, sa peau caressa le métal froid, en dessina les contours, les creux et les déliés, se piqua a la pointe souriant devant la légère douleur. Sa main se referma sur le bijou, imprimant dans sa paume l'esquisse brulante d'un griffon adoré...

-C'est un beau bijou...L'argent embrase le griffon prisonnier de ses propres flammes...Etrange...Je ne pensais pas découvrir ce blason sur une autre peau que celle de mon Lys.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Sam 23 Jan 2010 - 21:56

    « A défaut de philosopher, suivre son instinct est autrement plus sûr et plus direct. »

    Plus direct que toutes ces tournures singulières et pittoresques dont usait le Gardien à chacune de ses paroles, aussi envoutantes soient-elle. Là encore, le mystère de ses mots enchanteurs pesait sur l'esprit irrité de la rouquine. Il donnait l'impression que tout ce qui s'extirpait avec légèreté et fluidité de ses lèvres fines sonnait comme une agréable mélodie, aussi naturelle que le bruit de la vie qui court dans vos doigts ou que le chant d'un oiseau perché sur la branche meurtrie par l'hiver d'un arbre encore nu de son feuillage. A la limpidité de ses propos s'associait une nonchalance dont la raison n'était pas claire.

    « Parfois, il vaut mieux faire comme si rien n'avait changé. Surtout si la vérité n'est pas celle qu'on voulait entendre. Le changement n'est pas toujours positif. C'est peut-être lâche, mais c'est comme ça. »

    Et au moins reconnaissait-elle la faiblesse du commun des mortels de fuir l'imprévu et le changement, préférant le confortable nid douillet de la routine ennuyeuse et prévisible. Kassandra aurait sûrement, si elle avait pu choisir, désiré avoir comme père biologique l'homme qui l'avait toujours forgé depuis ses premiers pleurs jusqu'à ses derniers cris de colère avant qu'elle ne claque la porte et disparaisse du champ de vision et de l'esprit alcoolisé d'un père qui n'avait plus rien d'admirable. Maintenant, elle se retrouvait seule. Inévitable situation.

    Qui allait être bouleversée par cette chose, toute petite chose, aussi ridicule que précieuse. La boucle, à peine caressée du bout des fins doigts ciselés du Gardien, redessinait son motif de griffon au toucher sensible de l'âme aveugle, ouverte à chaque sillon de la gravure d'or. Il ressentait plus que quiconque la signification de ce symbole qui le parcourait de tout son être, lui évoquant le souvenir d'une femme qu'il aimait. Une femme inconnue pour Kassandra, mais qui sait ? Le monde peut avoir l'air de posséder des limites infinies, mais l'apparence est toujours trompeuse au royaume de l'illusion humaine. Tout est toujours bien plus petit que ce qu'on imagine.

    Elle en oublia même les mots qu'il lui avait tantôt soufflés sur la divinité des passions dangereuses. En fait, elle avait volontairement effacé cet instant de son esprit, trop concentré sur ce qu'Aerandir savait dire de cet objet qui lui évoquait bien des choses. Trop de choses ? Quoi qu'il en soit, la curiosité de la flamboyante créature en était vivement attisée, et la flammèche de son avidité allait se transformer peu à peu en un brasier ardent et tumultueux. Son cœur, lui, ratait déjà un battement.

    « Vous connaissez le symbole ? »

    Trop d'empressement tue l'empressement. Et la jeune femme de calmer quelques millisecondes plus tard son emportement soudain, se râclant la gorge l'air de rien pour considérer d'un œil quelque peu intrigué - une litote par rapport à sa réaction intérieure, qui explosait comme un geyser d'impatience - l'expression de son interlocuteur. D'après ses dires, il savait que quelqu'un d'autre que Kassandra avait déjà porté ce blason... Peut-être que l'unique leg hérité de sa mère la mènerait bien plus loin que ce qu'elle pouvait imaginer ?

    « Je veux dire ... C'est important. Vous connaissez quelqu'un qui a ce blason là ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Ven 5 Fév 2010 - 6:42

L'empressement raisonne telle une menace. L'esprit du Serviteur s'agite, ondule et s'affine avec méfiance. L'aura subtile change. Une infime discordance dans les chants parfaits qui l'entourent d'ordinaire. L'impatience affichée murmure un poison étrange, réveillant la protection qu'il apporte, qu'il verse comme un baume. Le Serviteur est changeant a bien des égards, le sang a déjà coulé sur ses lèvres divines, paré ses doigts de carmin salé. L'or aveugle prend des éclats argentés alors que ses lipes se plissent, dévoilant un sourire naviguant entre moquerie et vilenie. L'ambiance se tord, comme prisonnière de liens invisibles, elle devient sinueuse, étrangement chaude, comme une chape délicieuse qui retombe sur vos épaules en une caresse apaisante. L'or scintille entre les cils mi baissés, comme prit d'une vie propre, d'une âme unique. Sa présence emplit l'espace, comme si des ramifications de son être s'emparait d'eux, d'elle. Mélodie aérienne qui ne trouve son écho qu'en elle, telle une amante oubliée mais familière. Les lèvres du Gardien ne bougent qu'à peine et pourtant c'est suffisant, Myst gémit, jalouse du cadeau offert, mais est ce seulement un présent ? Ne serait ce pas plutôt une offrande empoisonnée ?

Le sourire s'affirme, laissant éclater toute la pervertion dont sait s'habiller l'amour, enfant moqueur qui se joue des méandres vertueux pour frapper là où dort les passions interdites. Sa voix se coule dans le miel le plus pur, prend des résonnances sulfureuses et danse sur la partition divine des chants bannis. Ce n'est qu'un murmure et pourtant, il aura l'impact d'une voix intemporelle. Il est maitre des mots, déploie leurs essences pour la verser au creux même des mystères cachés en chaque être. Il devient l'ombre qui danse dans les prunelles, l'objet de toutes pensées, l'être sans qui le goût de la vie devient fade et cendre.

-Quel terrible secret cache le griffon enfermé dans son brasier de pierre...Le poid est bien trop lourd pour une infime existence n'est ce pas ? Il serait si doux de s'en délester ne serait ce qu'un instant.

Les lèvres s'étirent, les yeux se plissent d'amusement sournois, ainsi agit le Serviteur, piétinant les secrets et les fiertés qui sommeillent en chacun. Les faisant sien aussi facilement que le soleil qui se lève a l'Est.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Ven 5 Fév 2010 - 18:36

    Au début, elle hausse les sourcils, interdite. Pourquoi ce silence ? A moins que ce ne soit un bourdonnement si bas, si étouffé que ses oreilles mortelles ne peuvent l'entendre ... Cette cascade sonore, ce courlis doux et mélodieux file comme un serpent d'eau vers les méandres divines, l'écho devenu réponse à cet appel chanté par celui qui possédait les clés d'Arcamenel. L'atmosphère alors tendue par la curiosité dévorante reprend cet aspect de mélasse inextricable, dont on ne veut ni ne peut sortir.

    Mais bien vite, la méfiance et le refus d'obtempérer que vont exulter les lèvres rouges s'étrangle, s'étouffe. Ses yeux regardent sans voir le miroir d'or d'Aerandir, et alors que les dernières paroles s'estompent et s'affaissent pour disparaître dans la brume aérienne, ses épaules nues se détendent, quelques boucles rousses glissant sur la peau tiédie. Son dos à peine cambré retombe en silence et avec aisance contre le siège molletonné dans lequel elle n'avait cessé depuis le début de cet étrange interrogatoire à sens unique de tour à tour se tordre, se redresser, bondir, et s'interroger. Un soupir s'extirpa de sa bouche à peine entrouverte, tandis que ses paupières se fermèrent, la pirate arborant un semblant d'attitude lassée et fatiguée de devoir répéter toujours les mêmes mensonges, de n'annoncer que "cela ne concernait guère Messire Aerandir". Sauf que le discours ne sonnait pas comme celui que sa raison lui exhortait. Son esprit était aux abonnés absents, pendant que son cœur délivrait sa peine sans mal et sans tarir le flot d'informations que le Gardien allait mémoriser et sûrement confier à l'aimée, dont l'image intarissable ne fanait jamais dans son esprit.

    « Voyons ... Bon. Si je te le dis, tu te tairas, d'accord ? Rien, à personne. J'ai toujours eu horreur qu'on raconte ma vie partout. »

    La rouquine se saisit de son verre qu'elle délesta d'une modeste gorgée, avant de reposer la coupe pendant un moment qui dut paraître pour une éternité à son interlocuteur. La diablesse ménageait ses effets et prenait son temps, un petit sourire trônant sur ses lèvres ; cependant, au fur et à mesure qu'elle relatait la vérité cachée derrière ces bijoux, le sourire céda la place à un masque neutre bien plus calme, plus morne. Lassitude, à nouveau.

    « Ces boucles d'oreille appartenaient à un homme, mon vrai père biologique. Je dis mon vrai père, parce que celui que tous pensent être mon "géniteur" n'est en réalité que le capitaine du bateau qui a trouvé ma mère en plein accouchement, dans les cales. Elle a tout juste eu le temps de dire mon nom et de lui dire ce qu'il devrait faire de moi avant de mourir.

    Bref, le capitaine m'a élevé, il m'a expliqué que mon père vivait en Serramire, dans le continent. Je sais que ce symbole me mènera à lui, mais qui connaîtrait un Noah ici qui a ce blason ? Mh ? Puis tu t'en tapes de toute manière, et tu n'en sais pas plus que tous ceux à qui j'ai demandé des infos. »


    Sa voix s'était comme refroidie, calme mais peu amère, subtil mélange de mélancolie et de dignité qui aurait fait frémir d'envie n'importe quel acteur : Kassandra avait l'air d'une héroïne tragique qui faisait comme si de rien n'était ; imaginez la victime d'Oedipe ignorer avec une royale indifférence l'être de son coeur, l'amante de l'ennemi envoyer promener les interdits, ou le fou réduire à néant la logique des sages. C'était un contraste hautement surprenant, que d'entendre la pirate raconter la mort de sa mère sans que pourtant elle ne fut émue ou affectée.

    « Parlons d'autre chose, ca vaut mieux.. »

    Parler d'autre ... Hors de question ! Sottise, fadaise, MENSONGE ! Kassandra ne voulait pas jouer à celle qui se fichait de tout. Elle avait cruellement envie de savoir, et aurait sacrifié le plus insacrifiable pour obtenir son dû. Elle n'avait simplement pas la force d'admettre que cette histoire la touchait.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Mar 9 Fév 2010 - 8:59

Se dresse la toile de l'histoire demandée et désirée. Comme un tableau aux milles couleurs, un camaïeu intemporel apparaissant sous l'influence écrasante du Serviteur, marionnettiste volontaire d'une petite poupée inconsciente des liens qui tiennent ses pensées. Il caresse doucement de la voix, incitea la confession, jette des voiles illusoires et doux, si doux qu'il est pratiquement impossible d'y résister. Il se joue de la volonté affirmée, la manipule et aucun regrets ne viendra étouffer son esprit. Il écoute la musique de sa voix, en discerne les variations, les notes tréssautent et révèle bien plus qu'elle ne peut l'imaginer. Il connait chaque mouvement de ses lèvres, imagine sans peine les roulements de sa langue.

Il sourit, complice du secret, ses lèvres seront scellées si le danger n'est pas. L'or s'intensifit alors qu'il frôle le secret, goute la saveur des mots qui dévoile la conscience du présent. Il se fait receptacle imposé, confident illusoire. Myst ricane en ébrouant les plumes qui s'habite, spectatrice d'une pièce jouée magistralement par l'icone auquel elle a dédié sa vie.

Quelles émotions endormies les mots de la belle réveilleront ? Cela nul ne pourra le dire. Le Serviteur est souvent enfant de ses propres passions, mais il en possède les clefs, les enchainant facilement pour leur imposer le silence. Il comprends que son Lys n'est pas seule, que le secret cimente sa vie, la rongeant comme un acide, il ne dira rien, le droit ne lui ai pas offert. Sagesse ? Peut être oui, il est toute les facettes...

-Quels dessins esquisseras-tu ? Sur quel partition joueras-tu ? Si ce Noah t'était offert, que feras-tu ?

Répétition allègre car la sincérité n'a pas toujours été a cette table. Il veut, il exige, l'assurance, la lumière sur les ténébreux projets, il ordonne, susurrant tel un amant des mots empreint de sa puissance. Il suffirait d'une seule fausse note pour s'éteigne l'enchantement, mais la maitrise est sa compagne depuis des années maintenant. Il ne fera pas de fausses notes...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   Mer 10 Fév 2010 - 12:48

    Un rire profondément amer perça le suave miel des mots délictueux du Serviteur des passions brûlantes.

    « Noah ? Parce que tu crois qu'il acceptera de voir une inconnue venir ruiner sa vie sûrement déjà bien établie ? »

    Quelle naïveté. Autant de la part d'Aerandir que de sa propre personne, d'oser imaginer et espérer que Noah accepterait de l'écouter, de croire ses paroles, et, pire, de lui accorder quelques minutes de sa vie. Personne ne lui avait jamais parlé de lui, et la réciproque était totale : il ne savait pas que quelque part dans cette vaste étendue de terre où l'on ne faisait que guerroyer et intriguer, une de ses enfants était perdue, à moitié orpheline et noyée dans des artifices qui ne servaient qu'à se voiler de la vérité.

    Cependant, la jeune pirate se devait de méditer la question intéressante de celui qu'elle considérait étrangement et éphémèrement comme un confident absolu. Ses doigts parcoururent la soie de sa chevelure de feu, perplexe, tandis qu'elle faisait la part des choses sur le peu qu'elle imaginait de la situation. Kassandra n'était pas née prévoyante, préférant l'improvisation pure et simple aux discours soigneusement préparés. Histoire de toujours pouvoir retomber sur ses pattes.


    « Si Noah m'était offert ... »

    L'interroger, le torturer, le tuer, lui hurler sa colère, son dépit, son incompréhension, pleurer comme une gamine, incendier la belle demeure et s'en aller en fuyant comme une lâche, garder le silence, attendre qu'il vienne de lui-même, vivre avec l'idée sans jamais chercher à comprendre ... Qu'en savait-elle ? Existe t-il seulement ne serait-ce qu'une personne capable de savoir derechef comment agir face à son paternel quand on ne l'a jamais rencontré et qu'il a vécu 24 ans dans l'ignorance de votre vie ?

    Je voudrais comprendre pourquoi il a fait ça. J'ai droit à des réponses, et qu'il veuille voir une partie de son passé lui exploser à la figure n'est pas quelque chose dont il décidera.

    « J'irai le voir. Je lui dirai ce qu'il ignore sûrement depuis longtemps. Et après ça ... »

    Le silence reprit ses droits, suspendant la conversation. Aveux pour l'une, manipulation fichtrement bien guidée pour l'autre. Arcamenel était bien impitoyable, Kassandra ne pouvait s'en rendre compte à cet instant, mais il la guidait selon son bon vouloir et n'avait que faire de ce qu'elle possédait et cachait au plus profond de son âme. Son Gardien en avait-il une, d'ailleurs, pour ainsi exercer ses talents divins pour le moindre de ses caprices ? A moins qu'il ne s'agisse d'un acte sale qu'on pourrait honorer par l'amour ? Aimer donnerait-il donc le droit de s'immiscer dans la vie des potentiels dangers de notre cher et tendre ? Aerandir se donnait cette autorisation sans remords, et sûrement grand bien lui en faisait de se sentir rassuré par cette absence de violence envers sa Fleur.

    Car encore aurait-il fallu que Kassandra sache qu'elle allait devoir partager l'homme qui était responsable de sa venue dans ce monde.

    Ses lèvres laissèrent tomber la sentence, plate et faible. Son regard vaquait au loin, les prunelles violines perdues dans l'ambre de l'alcool figé.

    « Je ne sais pas. Repartir, peut-être ... Comme je serai venue. »

    La fuite, une énième solution, celle qui lui convenait la plupart du temps et qui ne demandait aucune explication, aucune difficulté. Rien que savoir bien courir et ne pas regarder derrière soi. Jamais de remords, jamais d'inquiétude, jamais d'attaches.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« 'Pourriez pas r'garder où vous roulez ?! » [Aerandir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Transferts pour 2011
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Simpsonisez vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: