Partagez
 

 Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeLun 12 Oct 2009 - 19:31

    Langehack était une bien belle contrée. Il fallait l'admettre, quand bien même les rudesses de l'hiver se faisaient plus qu'amèrement sentir sur la peau de la rouquine, le paysage était agréable à voir. La route qu'elle avait fait par charette avait valu le détour. Certes, rien ne valait les contours irréguliers et fracassants de la mer, mais parfois la terre avait ses petits accents de charmes, elle devait l'avouer.

    Atteignant la ville quelques jours après avoir abandonné temporairement les pavés froids d'Erac pour satisfaire sa curiosité continentale, Kassandra avait donc rejoint par curiosité les portes du Duché et errait à pas tranquille, une cigarette coincée au bord de ses pulpeuses lèvres rouges à souhait. Le carmin parfaitement étalé, le noir appliqué au contour de ses iris violines soulignant la vivacité d'un regard langoureusement cynique ; le maquillage était parfaitement outrancier, mais elle n'en avait que faire. Tant qu'elle pouvait savourer le léger bâtonnet de poudre dont elle aspirait les taffes avec une avidité contrôlée, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes !

    Vagabondant sur une étrange ligne imaginaire, perdue entre la réalité évaporée et les signaux fumeux et odorants d'une drogue douce qui l'enveloppait comme l'étreinte glacée et sournoise de l'hiver, Kassandra fut difficilement extirpée de son univers quasiment fantasmagorique et imaginé de toutes pièces, par le bruit de piétinement d'un cheval au loin. Elle qui avait il y a peu connu les foudres d'une bestiole de cette espèce ne voulait pas réitérer la maudite expérience d'un sabot violemment envoyé vers son petit ventre frêle.

    Son nez se releva dans l'air froid qui lui picota le bout de ce dernier, et elle laissa s'échapper une vague opaque de fumée suave, son regard vitreux tentant de se concentrer sur une source, une image quelconque qui avait été la responsable de ce clopinement animalier. Fronçant les sourcils, la jeune femme s'avança avec un peu plus d'entrain, constatant au loin une silhouette masculine - comment pouvait-il en être autrement au vu de cette carrure ? - tournée de dos.

    Les muscles saillants se devinaient aisément. Son coup d'oeil expert et féminin de mangeuse d'hommes quotidienne le remarquaient malgré la couche de tissus servant stupidement à masquer ces jolis détails et à lutter contre une température qu'il aurait pu combattre torse nu. Son esprit embué par les douceurs artificielles détaillèrent sans aucun scrupule les mèches blondes et dorées, les bras tout aussi puissants que le dos et le torse qu'elle avait imaginés. Un léger mouvement de tête vint lui dévoiler un morceau de profil plus qu'intéressant ... A faire frémir les épaules de la rouquine qui sentit le feu de la drogue se raviver face à une envie commune qui était si familière qu'elle n'en fut guère choquée.

    Les yeux à la fois clairs et durs de l'homme s'harmonisaient drôlement bien avec l'expression chevaleresque qui peignait ses trais nettes. Une véritable antithèse séduisante face à la pirate camée jusqu'au cou qui le matait sans aucune honte apparente. Le summum du ridicule - et de la provocation, par conséquent - fut atteint lorsque la jeune pirate modula un sifflement des plus aguicheurs en direction du chevalier.

    Elle donnait l'air d'une femme aussi indifférente qu'orgueilleuse, ses traits marqués par le cynisme et ses pupilles brillantes, attendant que le jeu commence. De ses lèvres ne filtrait qu'une voix graveleuse et ténébreuse, nimbée des mystères de la cigarette et de la sensualité exacerbée.

    « Bel étalon. »


Dernière édition par Kassandra le Jeu 21 Jan 2010 - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeMar 13 Oct 2009 - 20:22

Lysandre d'Astalith venait de quitter le Château Ducal. Sa visite avait été une déception puisqu'il n'avait pas satisfait l'objet de cette dernière : une rencontre avec le Duc. On l'avait informé que ce dernier séjournait en Erac avec sa jeune nièce et dès demain il partirait en voyage pour le rejoindre. L'âme encore brisée par la disparition récente de sa conjointe tant aimée, la crinière du Lion d'Or ne rayonnait plus qu'à moitié. Il était de très bonne réputation dans Langehack et sa présence très appréciée de la population. Il était considéré comme un héros et on ne cessait de le saluer. La population s'était quelque peu inquiétée de ne pas l'avoir aperçu depuis plusieurs mois et nul ne savait s'il était revenu vivant ou mort d'Alonna avant ce jour-ci. Ceux qui le connaissaient plus personnellement savaient pour le décès de Claire qui fut enterrée un peu avant le Duc Arathor. Le Lion d'Or suivait la direction du quartier général de l'Ordre de la Rose Blanche. Ordre aujourd'hui presque éteint et qui attendait l'arrivée de son Messie. Les Astalith étaient l'une des plus anciennes familles à servir la Chevalerie de Langehack et Lysandre était le dernier survivant actuellement. Stérile, jamais il ne pu avoir d'enfants avec la défunte Claire et jamais ils n'eurent le temps de songer à une adoption...

Ainsi, c'est sûr l'un des nombreux destriers de l'Ordre de la Rose Blanche que le bel homme défilait dans les rues de Langehack. Il s'efforçait de sourire à la population et cachait plutôt bien sa fatigue. Fatigue qu'il allait bientôt être amené à combattre et à vaincre. Les prochains semaines, voire même les prochains mois ne seraient pas de tout repos. Demain, Lysandre partirait donc en Erac rejoindre Kazil de Sephren afin de lui faire savoir son retour définitif et il pourrait alors honorer sa promesse tenue au défunt Arathor. La promesse de veiller jusqu'à sa mort sur la famille Sephren. Médusé et abattu, Lysandre avait guerroyé à Alonna avec comme seul souhait d'y trouver la mort et visiblement Néera n'accepta pas ce concept. Il était bel et bien vivant et son devoir était désormais de réparer cet écart. Un maigre instant, il avait douté de lui et sa légende était à reconstruire. Aaran, fils d'Arathor n'était pas revenu d'Alonna et était considéré comme porté disparu. C'est à Lysandre qu'incomberait la tâche de le retrouver et ainsi réunir à nouveau les Sephren.

Alors que son avancée dans les rues de Langehack continuait, c'est une remarque plus que désobligeante mais gratifiante qui attira son attention. Bel étalon. Ce n'était pas la première fois qu'une femme s'adressait à lui de cette manière et il avait tout à fait conscience d'être un très beau parti physiquement. Avec grâce, le chevalier tourna la tête afin de plonger son regard doré dans les beaux yeux violets de l'imprudente. Belle, elle l'était et c'était très peu de le dire. Le noir de ses yeux rendait son regard perçant et c'était à en faire frémir n'importe quel homme sensible aux charmes féminins. Fréquentant régulièrement les grandes cours et les grands banquets, Lysandre était habitué à poser son regard sur de telles beautés dont Kassandra faisait partie. A son tour, il la détailla très brièvement. Cet instant fut très court mais pourtant la description pouvait en être très longue tellement il y avait à dire sur cette beauté. Une chevelure flamboyante, trait rare chez les humains par rapport aux innombrables femmes aux cheveux blonds, noirs, bruns, châtains, etc... Elle était d'une taille bien plus petite que lui. Taille pourtant parfaite pour elle puisqu'elle épousait en harmonie les formes désirables de son corps. La belle inconnue collectionnait une longue listes de bijoux et d'artefacts de valeurs... D'un sourire bienveillant, Lysandre ordonna à sa monture de changer de direction et il s'approchait dangereusement de Kassandra. Son regard ne quittait pas le sien et c'est d'un ton très clair et presque doux que le beau chevalier prit la parole.

... Ce compliment me flatte, vous savez ? Oh, pardonnez cette prestation... J'ose vous aborder sans me présenter et c'est indigne de ma personne. Mes compagnons me sermonneraient pour ce manque de respect à une Dame...

Le Lion d'Or descendit de son destrier, posa sa main droite sur son cœur et s'inclina bien bas devant la belle demoiselle.

Que Néera me pardonne ! Je suis Lysandre d'Astalith, Chevalier de l'Ordre de la Rose Blanche et du Duché de Langehack !
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeMer 14 Oct 2009 - 19:39

    Quel langage.

    Kassandra en resta aussi stupéfaite qu'incrédule. Muette et tue par cet excès de langage propre et beau, elle ne put retenir un gloussement partagé entre la moquerie et les affabulations spirituelles et tordues de son cerveau. Quel homme serviable et aussi délicat pouvait répondre par un sifflement et une manière si vulgaire d'appuyer son voyeurisme par des formules de politesse ?

    Le chevalier de Langehack, lui, le pouvait donc. Long titre, long nom, et interminables particules et autres médailles, récompenses ... La rouquine imagina béatement les nombreux trophées qu'il devait exhiber pour son courage et sa vertu, mais sans réel intérêt. C'était comme si elle avait déjà oublié la raison de son "abordage" social. Depuis quand halpaguait-elle d'illustres inconnus parce qu'elle les trouvait séduisants ? Depuis longtemps. Et sous l'effet de douces épices étrangères, encore plus longtemps. Mais elle n'avait jamais fait face à autant de politesse. Du nom de son interlocuteur à la crinière de preux défendeur de veuve et d'orphelin elle ne retint que Lysandre, le reste lui semblait aussi superflu qu'un verre pour déguster du rhum. Rien de meilleur que boire au goulot le divin nectar.

    « Croyez-moi. Je n'ai jamais vu quelqu'un émettre autant de respect après qu'on l'ait sifflé. Ne vous laisseriez-vous pas aller à la faiblesse parce que je suis une femme, tout de même ? »

    Elle aurait pu - et du ? - ajouter l'adjectif "charmante" ou "jolie", mais elle n'en avait pas besoin, elle considérait, dans le plus grand élan d'égocentrisme qui soit, que cette qualification de la beauté lui était déjà dûe et qu'elle n'avait pas besoin d'en rajouter une louche. Elle était prétentieuse et elle ne le niait aucunement. De toute manière, elle se connaissait et Kassandra n'était pas, tout comme Lysandre, du genre à se voiler la face.

    La rouquine aspira une énième bouffée de sa cigarette tandis qu'elle rejeta quelques anneaux de fumée entêtante, et ôta le fin objet de sa bouche afin de pincer de sa main droite l'étoffe imaginaire de la robe aux attraits nobles qu'elle aurait pu porter. De la main gauche la jeune pirate esquissa un ample et gracieux mouvement qui fendilla l'air, son pied glissa en arrière avec habileté pour soutenir son geste, tandis qu'elle s'inclinait profondément dans une révérence large, qui, nous ne pouvions l'ignorer, mettait en valeur les ... atouts majeurs de la jeune femme. Elle avait le diable au corps, pardi !

    « Kassandra. Je ne suis guère chevalière, mais je suis incollable dans des tas d'autres domaines, ce qui compense mes ... "lacunes". »

    Le sous-entendu n'était pas des plus légers, mais qu'importe, il était présent et lancé de façon quasiment gourmande, comme une petite fille fière d'avoir fait une grosse bêtise devant une flopée d'adultes présents. Oui, elle n'était pas peu satisfaite des réactions qu'elle allait vouloir et pouvoir provoquer sur ce bel homme que voilà. Lui, au langage si châtié, et elle, adroite dans le choix de ses mots mais guère hypocrite.

    Elle eut à nouveau un rire, un de ces petits hoquets d'hilarité que les courtisanes savaient étouffer derrière la protection de polichinelle de leurs éventails. Redressant sa taille alors qu'elle fixait sans relâche le dénommé Chevalier de l'Ordre de je-ne-sais-déjà-plus-quoi - le cerveau de la rouquine s'embrumait trop rapidement -, la jeune femme songea qu'elle allait bien s'amuser à pousser le blondinet dans les retranchements de la décence. Elle voulait voir jusqu'où fermerait-il les yeux, et ce même face au pire comme au meilleur.

    « Alors, que fait un si noble chevalier seul, prêt à seller sa monture ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeDim 18 Oct 2009 - 18:44

Charmante et très intéressante. Il se disait que l'on en faisait plus énormément de telles femmes ! Pourtant, elle existait belle et bien. Jolie, formes naturelles très désirables, visage de petit ange cachant en réalité une véritable garce. Et que dire de son nom ? Kassandra... Cela lui évoquait le nom d'une petite princesse chouchoutée par un père bienveillant mais dans ce cas-ci, c'était une histoire totalement fausse. La seule chose qu'il lui aurait peut-être reproché était son attirance pour les herbes et produits illicites. Il imaginait à contre cœur des yeux vitreux dans quelques années et des crises de toux grossières en permanence. Néanmoins, s'il appréciait quelque chose, c'est qu'elle ne paraissait pas un poil hypocrite. Elle était tout simplement Kassandra, une jeune et jolie femme qui aimait jouer et s'amuser à sa façon. Cela valait aux yeux du Chevalier de Langehack et de la Rose Blanche un bon point qui faisait naître en lui un certain intérêt et une certaine curiosité pour la rouquine.

Pardi ! Ce n'est pas parce que vous êtes une Dame que je me laisserais aller à quelques faveurs insultantes à cause de votre condition. Je respecte par dessus tout les femmes et énormément d'hommes sont petits à côté de leur caractère. Je suis juste moi-même.

Quelle révérence, quel style, quelle classe ! C'est qu'elle était bien éduquée, cette jolie jeune femme. Cette façon de pincer de la main droite son étoffe imaginaire, ce geste héroïque de la main droite prêt à trancher le plus solide des aciers... Sans oublier cette divine glissade du pied gauche vers l'arrière afin de mettre ses jumeaux en valeur, quelle élégance ! C'était un sourire fin et aimable qui se dessina sur les lèvres du bel homme à la chevelure d'or. Hypocrite ? Non, sincère. Elle montrait dans tout son talent à quel point elle se moquait de la noblesse et c'était une façon amusante de le faire, il devait au moins le reconnaître.

Oh ! Mais saviez-vous que les Chevaliers jouent eux-aussi dans bien d'autres domaines que de sauver la veuve et l'orphelin pendant que de belles et jeunes dames s'abandonnent à la critique des classes sociales ? Je n'ai rien de noble, Dame Kassandra. Je suis juste un Chevalier dévoué à son peuple et à ses idéaux.

Ironique, lui aussi savait l'être. Il imaginait déjà que sa réaction provoquerait un sourire révélateur chez Kassandra et un petit jeu débuterait entre les deux humains. Ce qu'il allait faire ? Cela ne la concernait pas vraiment mais au nom de Néera, Lysandre ne pouvait mentir et seulement dire la vérité. Ainsi, et toujours sur un ton aimable, il lui répondit.

Je me rendais vers les quartiers de l'Ordre de la Rose Blanche alors que j'ai été abordé avec une délicatesse incontestable par une belle et jeune femme à la chevelure flamboyante.

Sur ce, je n'aimerais pas que vous preniez froid et je m'en voudrais réellement d'apercevoir un nez rouge au milieu de votre agréable visage. L'hiver ne pardonne pas et notre beau Duché de Langehack ne fait pas exception. M'accompagneriez-vous dans l'auberge la plus proche ou alors tracerez vous tout simplement votre chemin à la recherche d'un autre bel étalon comme vous le dîtes si bien ?


Oh non, lecteur, ce n'était pas du tout une proposition dans l'objectif d'en tirer un coup d'un soir. Lysandre n'avait jamais été ainsi. Serait-il un Chevalier reconnu, autrement ? Il ne voulait vraiment pas qu'elle prenne froid et lui-même avait un peu soif. Puis, ce n'est pas comme si la confrontation de ces deux caractères était inintéressante...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeMer 21 Oct 2009 - 17:23

    « Oh oui, énormément. Et bien plus qu'on ne le croirait, n'est-ce pas ? »

    Le regard venimeux aux teintes violettes se vissa sur le visage noble et caractériel du chevalier avec une insistance à peine masquée, son sourire se dévoilant un peu plus alors qu'elle l'écoutait déblatérer ses belles et longues paroles remplies de mots aux syllabes longues, traînantes, donnant l'illusion que l'ombre de l'intelligence savante et de la culture du raffiné planait au dessus d'eux. Mais qu'est-ce qui planait réellement, hein ?! Mis à part la rouquine et les odeurs du tabac sucré, rien. Strictement rien, l'un et l'autre jouaient de leurs atouts, se considérant sûrement mieux qu'autrui sans qu'en réalité ils ne se démarquent du pauvre lot des gens communs. Ils trompent leur monde et n'en ont même pas conscience.

    Ces éclairs de lucidité quasi-morbide, Kassandra en saisit des dizaines à la seconde, ses yeux éclairés par les fumées volatiles. Elle a l'allure du diable, ses petites mèches rousses rebiquant adorablement dans un concert mélodieux et désordonné. Dans un énième sourire, la jeune humaine hésite entre éclater de rire et lui cracher à la figure. Il ment éhontément. Que ce blondinet musclé vienne donc voir ce qui peut se passer en bas, aux pieds de son destrier plus propre et plus chanceux que certaines populaces miséricordieuses. Il ne tiendrait pas bien longtemps face à ca, à la Réalité. Et s'il était pirate ... Haha, elle eut un bref rire pour elle-même, comme si elle se moquait de ses futures paroles qui s'extirpèrent suavement, tel le reptile se dressant fièrement face à la foule fascinée et effrayée qui guette le charmeur de serpents.

    « Je serais curieuse de voir à l'oeuvre de tels propos. Mais voyons, voyons, ne vous comportez pas avec moi comme vous le feriez avec toutes ces greluches de la bourgeoisie. Je suis l'Indélicatesse même vous savez, et vous me flattez comme une ... vulgaire courtisane, en vantant des mérites que je ne possède pas, la délicatesse étant la seule qualité faite pour celles qui sont insipides. C'est mignon, vous êtes vraiment distrayant dans ces efforts vains. »

    Elle était partagée entre ce mélange d'envie pure et folle de gestes qu'on ne fait pas en public, et qu'on a même un peu de gêne à réaliser sans être cachés par d'épais rideaux tant ils sont emplis de vices ; et entre cet arrière-goût de propos odieux et désagréables qui tombent comme des flots d'eau croupie. L'inconvénient de la drogue, c'est qu'elle vous rend tantôt aguicheuse, presque traînée, tantôt exécrable, quasiment infecte.

    « Mais je vous en prie, mon beau. Je n'ai pas pour habitude d'abandonner les spécimens les plus intéressants sur la route. Il serait désolant de me séparer de votre compagnie qui m'est déjà si ... Intéressante. »

    Elle divaguait et elle n'en avait que faire ; Lysandre goûterait .. Que dis-je, dégusterait au plat atypique du cynisme, préparé par la jeune rouquine qui se mit à le suivre d'un pas ondulatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 22 Oct 2009 - 21:27

Non, non et non. En réalité, Lysandre d'Astalith méprisait plus ou moins les personnes comme Kassandra. Il ne se considérait nullement supérieur aux autres. Comment serait-il devenu Chevalier autrement ? Certes, il prenait un malin plaisir à jouer sur le même tableau que la rouquine mais quiconque savait que c'était elle la Reine du cynisme. La fatalité ferait que Lysandre s'inclinerait devant les multitudes saloperies de la flamboyante catin. Lysandre était habituellement bon et saint. Sa gentillesse était indéniable et sa bonne réputation sans pareille. Il était après tout la fierté de la Chevalerie de Langehack pour l'image de bonté et de dévouement qu'il représentait. Depuis un bon moment, l'odeur de tabac malodorant caressait sans délicatesse les narines de Lysandre et ça en deviendrait bientôt insupportable pour cet homme saint.

N'allez point croire que je vous trouve vraiment ravissante, Dame Kassandra. L'Indélicatesse n'est pas une qualité et vous n'êtes que l'image d'une déchéance parmi tant d'autres dans notre bas monde... Votre cynisme représente votre fierté et vous vous croyez différente des autres. Je me demande bien ce qui a pu vous amener à faire ce choix...

Dans sa grâce habituelle, Lysandre quitta sa monture et fit volte face à Kassandra. Au plus profond de ses pupilles se dessinait le visage d'une femme laide à la dentition meurtrie par la drogue et aux rides d'une vieille dame d'une soixantaine d'années. C'était tout ce que ses yeux d'or voyaient en cette femme. C'était une véritable déclaration de guerre qu'il venait de lui lancer et Lysandre voulait clairement la pousser à la faute. Peut-être qu'en la poussant à l'énervement, il obtiendrait les quelques renseignements qu'il lui manquait afin de résoudre l'énigme du cynisme de Kassandra.

Le regard du Lion d'Or était devenu impassible et c'était un véritable mur qui venait de se dresser entre l'âme de la pirate et du chevalier. Qu'adviendrait-il s'il découvrait qu'elle n'était qu'une criminelle de mauvaise augure ? Elle serait probablement en bien mauvaise situation devant le bel étalon. Malgré le mépris qu'il portait à Kassandra, Lysandre se devait de rester courtois en toute circonstance et la politesse voulait qu'il lui propose de monter sur son cheval afin de voyager vers l'auberge la plus proche.

Vous savez monter, Dame Kassandra ?

Quel magnifique sous entendu ! Comment la belle impératrice pourrait-elle le manquer ? Parce que la pauvre est droguée ? Qui vivra verra, hein ! Peu importe, après tout...

Que le jeu du mensonge et de la vérité continue...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeLun 26 Oct 2009 - 16:55

    « Evidemment que vous ne me trouvez pas ravissante, Messire Lysandre d'Astalith. Le brave petit Chevalier n'aime pas les femmes qui portent le pêché en elles, il les désire juste ardemment. Croyez-vous vraiment que je puisse être flattée d'un compliment venant d'un puceau ? »

    Et un éclat de rire suivit son adorable réponse qu'elle lui servit sur un ton tel qu'il en était quasiment indécent de parler ainsi si l'on tenait à rendre un homme fou. Elle se fichait de lui, c'était clair et net. Elle savait que lui jouerait franc jeu et il avait bien compris que la rouquine était aussi flamboyante que sa crinière ; difficile de ne pas comprendre d'un unique coup d'œil que le caractère de la pirate était dangereusement intéressant. Il était d'ailleurs un peu trop tard pour arrêter la machine qui était en place et qui faisait son travail proprement, abattant sans pitié chaque millimètre de tout ce qui était politiquement correct chez Lysandre, consumant chaque petite parcelle de drogue, détruisant lentement ce qu'il fallait de respect entre eux dans ce dialogue pour que le beau Chevalier sorte de ses gonds. Il le ferait forcément. Kassandra doutait sincèrement qu'un tel homme puisse ne pas posséder moins de retenue qu'elle.

    L'énerver ? Bon courage à vous, petit blondinet. Vous n'allez certainement pas être le vainqueur au jeu de "qui agacera le premier". Tout d'abord parce qu'il est facile de deviner les ailes de votre nez se froncer face aux odeurs du tabac peu communes, et parce que votre attitude entière respire l'hypocrisie et cette soif de comprendre, de comprendre pourquoi une femme aussi belle s'enlaidit volontairement en ayant conscience de ses actes, et se montre aussi impie et vulgaire. Elle-même le sait, si l'on troquait cette jupe si courte contre une robe digne des plus grands apparats de princesse de Diantra, et si l'on oubliait cette fichue cigarette, la jeune femme serait déjà autrement plus ... Convenable. Banale et serrée dans un corsage de bigote aux principes arriérés, étouffée par une vie ennuyeuse à mourir et enfermée par le carcan doré des règles de la noblesse. De quoi vous donner l'envie de vous défenestrer. Mais vous, Messire d'Astalith, énerver Kassandra ? Vous croyez que vous êtes capable de cela ? Quelle audace. On peut au moins vous reconnaître ce trait là.

    Et c'est dans un sourire presque condescendant, égal à une de ses froides piques habituelles, que la rouquine jeta son mégot de cigarette à terre, l'écrasant d'un léger mouvement du talon avant de souffler sa large et dernière bouffée de vapeur sucrée et tiède dans l'air, restes de cette moite odeur de provocation qui flottait dans l'atmosphère hivernale. A sa demande, la jeune femme n'eut aucun geste, aucune réaction trahissant son hilarité ou sa surprise devant un tel sous-entendu. Tout au plus ses fossettes se marquèrent d'un élan mutin, mais elle décocha dans la direction du chevalier d'un souffle loin des vents glacés qui soufflaient sur Erac.

    « Croyez-le ou non, c'est une de mes activités favorites. Mais je serais honorée de monter en votre compagnie. »

    Elle savait qu'il n'apprécierait pas autant le voyage qu'elle. Non pas parce qu'elle serait rêveuse, son buste lové dans le dos de Lysandre, mais plutôt satisfaite de le rendre dégoûté, quasiment écoeuré au plus profond de lui-même par une telle proximité forcée par son sens de la politesse avec elle, son corps contredirait sûrement avec un peu de chance le tout. Car même si Lysandre ne le reconnaissait qu'ironiquement et que la beauté était une notion subjective chez l'Humain, Kassandra répondait à bien des critères pour se qualifier de beauté. Et le nier était en soi une preuve de mauvaise foi plus ou moins évidente.

    La rouquine n'attendait que le geste et l'accord de Lysandre, lancé sûrement à contrecœur d'ici quelques secondes, pour grimper agilement sur le cheval, se hissant sans peine sur la selle tout en laissant suffisamment la place pour que Lysandre puisse mener son animal à bon port.

    « Je ne permettrai évidemment pas de piquer les rênes. Vous me semblez bon cavalier, et j'aurais peur d'aller un peu trop vite pour vous.. »

    Pauvre, pauvre Lysandre.
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeMer 28 Oct 2009 - 22:24

Vous savez, Kassandra... Lors d'une charge sur un champ de bataille, l'impression de vitesse ne compte plus. Je doute fortement que vous soyez capable de donner des hauts le cœur à un Chevalier sur une monture, sans vouloir vous vexer, bien entendu.

Cette fois-ci, ce n'était pas de la provocation. Cette réponse lui semblait être tout à fait sensée et convenable et il espérait que la rouquine n'entre pas dans un débat malsain. Remarquez tout de même qu'il ne la nomma pas Dame Kassandra mais Kassandra tout court. Signe de méprise ? Preuve d'un respect un peu plus développé envers sa personne ? Il était encore bien trop tôt pour le dire. Cette journée, il risquait de ne jamais l'oublier et l'idée d'aller danser en enfer avec le diable ne le charmait pas tant que cela. Néanmoins, Kassandra demeurait être une humaine et si elle pouvait être aussi garce que manipulatrice, elle avait forcément des faiblesses. Le Chevalier d'Astalith croyait en le fait que les êtres humains sont imparfaits. Si tout les mauvais côtés de Kassandra faisaient sa force, il était sans nul doute que ses faiblesses seraient pour elle dévastatrices. A moins d'être l'incarnation du diable, ce dont il doutait...

Par Néera... D'où venez-vous, Kassandra ? Enfin... Quel est votre lieu de naissance ?

Non. Vous ne rêvez pas. Soudainement, le Chevalier d'Astalith se faisait bien plus sympathique qu'auparavant. Afin de prendre le temps de converser encore un peu en dehors du l'auberge qui les accueilleraient bientôt, Lysandre ralentit la cadence de sa monture. Certes, ils n'avaient pas l'éternité des Elfes Sylvains mais ils pouvaient se permettre de flemmarder encore cinq bonnes minutes.

La sensation de la poitrine fort bien développée ne dérangea pas plus que cela Lysandre. Il était un homme et l'homme qui pouvait affirmer ne pas être au moins un peu attentif à un tel détail était dans la plupart du temps un bel hypocrite. Non, il n'était pas en érection, très loin de là. Ses seules pensées allaient encore pour Claire dont sa mort était encore très récente mais il espérait que Kassandra soit agacée en s'apercevant que la situation ne le dérangeait pas.

Je suis désolé. Soupira-t-il. Je crois m'être montré très hautain en pensant un quelconque moment être mieux que vous.

Le principal n'était-il pas de l'avouer ? Faute avouée faute à moitié pardonnée, disait-on en général. Serait-ce le cas ? Kassandra, pardonner... Il pensait qu'elle s'amusait bien trop pour ne pas continuer à profiter de la situation du Chevalier d'Astalith.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeVen 30 Oct 2009 - 13:10

    « Vous ne me vexerez jamais, Lysandre. Rassurez-vous. »

    Voir à quel point cette attitude mêlée de condescendance et d'auto-suffisance en aurait rendu plus d'un agacé, presque déçu, découragé d'avance. N'y avait-il donc rien qui pouvait faire flancher, ou ne serait-ce taire cinq secondes cette impitoyable flamme rousse ? Non... Pas pour l'instant. Il n'y avait rien que Lysandre possédait pour cela, à part un éventuel et improbable don de double-vue.

    La jeune femme, tout au long de leur courte chevauchée, songea qu'elle méprisait le tempérament des hommes du calibre de Lysandre. En lui-même, il n'avait rien de détestable. Il avait de la répartie, du caractère, une pointe raisonnable de calme pour tempérer sa franchise et le rendre aimable aux yeux de la population. Mais les manières rondes dont il s'entourait ne lui étaient que superflues et le rendait plus faux qu'autre chose. Elle aurait préféré, et apprécia d'ailleurs davantage le fait qu'il se contente d'un Kassandra plutôt que de Dame Kassandra, qui la vieillissait et l'avilissait. Non pas qu'ils fussent intimes, mais la pirate aimait les choses directes.

    Son lieu de naissance ? Elle-même ne pouvait pas le définir. Dire Meca aurait été mentir, et le continent ... Elle n'en savait rien. Autant lui répondre franchement, ce que la rouquine fit d'ailleurs, même si le Chevalier en serait tout autant surpris qu'incrédule.

    « Je suis née dans les remous d'Eris. Libre à vous de me croire bien sûr. J'imagine que vous, vous venez du continent. »

    Pourquoi inventer quand la réalité était aussi romanesque qu'ingénieuse et originale ? Elle était une enfant de la mer, au fond, et elle en était exécrablement fière. Être née sur les flots de l'océan avait un certain charme quand il s'agissait de le raconter aux gens - eux si affligeants et si communs, nés sur la terre ferme -. Cependant, revendiquer sa nature pirate eut été une idée de mauvais goût face à ce qui était une certaine forme d'autorité. La jeune humaine n'avait pas encore envie de se retrouver emprisonnée aussi stupidement.

    Lysandre cachait en tout cas merveilleusement bien son dégoût, en admettant qu'il l'était. Ce qui froissa intérieurement Kassandra tout en la rassurant et l'intriguant : il avait au moins le mérite de ne pas se comporter comme le dernier des puceaux ... Mais cela frôlait presque la frigidité. Il y avait forcément une raison à cette indifférence surprenante. Humainement parlant, un homme réagit rarement ainsi, à moins d'être doué d'un don impressionnant de contrôle de soi ... Ou alors parce que les femmes ne l'intéressaient pas ou plus. Voilà de quoi rendre le fameux chevalier de Langehack un peu plus intéressant.

    « Étrange. Vous vous repentissez déjà, et pour si peu de choses ? Enfin, vous êtes une personne "bien sous tous rapports". Ça ne devrait pas me surprendre. Et puis tant que vous ne me faites pas payer nos consommations à l'auberge, tout ira bien. »

    La pirate lâcha ces derniers mots sur le ton d'une plaisanterie simple, histoire de détendre un peu le blondinet qui avait l'air ma foi contrarié pour peu de choses, et un poil lunatique. Qu'il ne perde pas trop vite de sa fougue verbale ou Kassandra serait bien vite lassée. Lysandre supportait-il donc si mal d'avoir un peu de mordant avec une femme ? C'était presque amusant. Elle avait entendu bien pire sur son sujet - ce qui ne l'empêchait pas d'être une véritable garce et de se venger d'une juste façon équitable -, et qu'on puisse dire ce qu'on voulait l'indifférait : elle était imperméable à ces critiques.
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeMar 3 Nov 2009 - 1:02

La Mer d'Eris ? C'est peu commun, dîtes-moi.

Ses sourcils se haussèrent sans la moindre résistance. Pour être surpris, il l'était. Jamais il n'avait entendu de telles paroles. L'espace d'un instant, il trouva cela très original, presque beau. Né à Langehack, il appréciait tout ce qui était original, artistique, beau, merveilleux... La puissance culturelle incontestable de son Duché avait déteint sur son preux chevalier et fidèle protecteur.

Je suis né ici-même, Kassandra. Dès que mes yeux s'ouvrirent, j'étais destiné à devenir Chevalier de Langehack. Les Astalith servent les De Sephren depuis plusieurs siècles.

Il était le dernier membre de la famille des Astalith encore vivant. Pour être franc, ceux-ci dépassaient rarement la cinquantaine. Il était certain d'une chose, Kassandra étaient de celles qui détestaient la vieillesse. L'idée de se lever un jour le matin et d'y apercevoir une vieille femme laide et hideuse devait la rebuter par dessus tout. Lui, il détestait la vieillesse pour autre chose. Toute sa vie, on l'avait préparé et formé au métier de la chevalerie. C'était toute une éducation, tout un fonctionnement, tout un mode de vie à apprendre, assimiler et par dessus tout, à apprécier. Que deviendrait sa vie le jour où il devrait partir à la retraite ? Il deviendrait inutile et cela lui broyait d'avance l'estomac. Une peur profonde était en train de naître. Sa raison de vivre était de servir les De Sephren en fidèle et dévoué chevalier qu'il est.

Evidemment, ce moment de détente est offert. Après tout, je vous y ai invitée.

Pourquoi l'avait-il invité, d'ailleurs ? Il n'aimait pas les personnes comme Kassandra. Non pas qu'il les détestait, c'était de la méprise très bien dissimulée. Alors par quelle folie avait-il été saisit pour inviter cette femme à boire un verre ? Lui-même, il ne le savait pas vraiment. Par courtoisie, peut-être. Garder une bonne image de Langehack ? Probablement. Les raisons pouvaient être multiples et il ne servirait à rien de s'y attarder. L'acte venait d'être commis et il était trop tard pour arrêter la machine infernale dans laquelle il venait de s'engouffrer. Alors autant essayer de rendre cette expérience la plus agréable possible, non ?

Bref, ils arrivèrent quelques minutes plus tard au lieu-dît. Avec douceur et délicatesse, Lysandre fit descendre Kassandra sans péripéties indésirables de sa monture et alla la déposer au box le plus proche. De retour, ils pénétrèrent ensemble dans l'auberge et entreprirent de rejoindre avec succès le comptoir.

Salutations, Aubergiste !

S'exclama-t-il en inclinant la tête en guise de respect pour l'humble aubergiste. Puis, la tournant vers Kassandra en déposant ses yeux d'or dans son regard violacé, il ajouta.

Que prendrez-vous, Kassandra ? Je suis très curieux de découvrir vos goûts en terme de boissons, vous savez ? J'espère que le voyage en cheval aura été agréable et que vous renouvellerez vous-même cette expérience. Filer à contre vent est une expérience si agréable de temps en temps...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeDim 8 Nov 2009 - 10:20

    Qu'y avait-il de pire que vieillir ? Rien. La vieillesse s'assimilait à la mort pour chaque être humain, une fibre de votre âme s'enfonce à chaque fois un peu plus dans le sentier sinueux qui mène à La lumière tant redoutée de la plupart des humains. Lysandre voyait juste, Kassandra n'y pensait même pas, mais au fond d'elle-même, la rouquine profitait d'une jeunesse qu'elle sentait avidement couler dans ses veines avant de percevoir le débit de ce flux vital faiblir, et se flétrir, comme la beauté qu'elle entretenait. Au plus profond des choses, les hommes et les femmes vieillissent tous mal, mais certains sont capables de mieux cacher l'horreur du corps abîmé par le temps que d'autres. Mais pour que la jeune femme y songe, il fallait déjà qu'elle pense vivre jusqu'au moins la barrière étrange et symbolique du demi-siècle. Chose qui semblait bien improbable face à la teneur de ses actes. La drogue était un remède pour se voiler la face mais pour accélérer le "processus", implicitement. Rien d'autre.

    « Vous n'avez jamais eu envie de faire autre chose ? Parcourir les terres - ou les mers - librement, vivre selon votre réel entendement et pas celui de toute une génération de Chevaliers.. ? »

    Car il était pour elle, tout aussi inconcevable que surprenant, que Lysandre n'ait eu d'autre rêve de gosse ou d'adolescent que de tenir une épée et de se battre sans cesse en portant les fardeaux lourds et encombrants de valeurs morales telles que la paix, la loyauté, le respect, la tolérance.. Ce genre de choses qui la répudiaient mais la fascinaient quand elles les voyait en exercice chez quelqu'un d'autre. Comment pouvait-on être si foncièrement bon en pensant que ca changerait les autres ? Il fallait être naïf pour ça. Vraiment naïf, ou avoir du temps à gaspiller.

    La jeune pirate descendit du cheval avec l'aide de son compagnon de l'instant, et prit la direction de l'auberge à la suite de ce dernier. Curieux ? Il allait être servi. Un humble sourire se joignit à sa parole pendant qu'elle souffla d'un timbre de malice.

    « Je prendrais un verre de rhum, en espérant que vous fassiez vous aussi ce choix ; sauf si vous n'avez pas l'habitude de consommer de l'alcool, ce qui doit se respecter je suppose. »

    Le regard de l'aubergiste sur la créature était partagé entre l'effarement et le trouble : incrédule qu'une femme commande ce genre de boissons ici - à Langehack, la plupart des demoiselles se contentaient très très rarement d'alcools, préférant les douces eaux parfumée de rose et autres balivernes sans saveur -, et confus devant une créature qui n'avait apparemment aucune réticence à arborer ses jolies jambes nues en pleine fin d'hiver. A cela, il fallait ajouter la compagnie d'un homme qui respirait la courtoisie et l'élégance retenue d'une puissance en devenir. Un contraste que les clients ne manqueront guère de remarquer d'un coup d'oeil amusé ou d'un chuchotis discret et hypocrite.

    « Filer à contre vent est plaisant. Mais avez-vous déjà été à contre-courant ? »

    A nouveau ses iris se nouèrent de nouveau aux yeux étincelants du Chevalier avec amusement. Qu'elle parle de naviguer ou d'anti-conformisme, dans tous les cas, le sujet et la réponse de Lysandre promettait une intéressante discussion. Peut-être pas sans perturbations..
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeMer 11 Nov 2009 - 21:35

Ai-je eu un autre rêve que la Chevalerie ? ... Fonder une famille et vivre paisiblement avec elle jusqu'à la fin de mes jours.

Son visage prit l'expression de quelqu'un de blasé. Cet objectif, il avait échoué. Veuf et sans enfant, le bel homme continuait de vieillir. Évidemment, on pouvait aisément remarquer qu'il n'avait plus vingt ans et il approchait l'homme mâture de la quarantaine d'années. Dans quelques années, s'il était toujours en vie, il pourrait prendre sa retraite. Dès sa plus grande enfance, il avait accepté l'idée qu'il devait tout simplement attendre sa mort et ne pas y penser. Il pouvait même mourir des mains de Kassandra dans l'heure qui suivrait que cela ne l'aurait pas étonné. On ne choisit pas sa mort. C'est Tyra qui choisit notre moment. C'était ce en quoi le Chevalier d'Astalith croyait. S'il vouait une croyance incontestable pour le Panthéon Humain, il les craignait autant qu'il les adorait et n'oserait jamais remettre en cause le fait que Tyra choisissait en personne les âmes qu'elle ramenait à ses côtés.

J'aime ce que je fais, ce que je suis. Notre Royaume est bien assez entravé par toute la racaille, les brigands et les bandits de toutes sortes... Qu'adviendrait-il si même nous, Chevaliers, quittions nos valeurs et devenions de simples spectateurs ? Pire encore. Si les défenseurs de la Paix devenaient à leur tour des malfaiteurs ? Il n'y aurait plus personne pour protéger le Peuple. Sans l'Ordre, la Justice et les Lois, tout ce qui se trouve autour de nous n'existerait pas.

Un instant plus tard, elle lui proposa du rhum. Elle semblait espérer qu'il prenne la même chose qu'elle. Probablement le contraire. En tant que Pirate, se retiendrait-elle de rire au moins intérieurement ? Peu importe. Il n'y avait point de honte à avoir en contournant les attentes d'un inconnu. Puis, il était un véritable fidèle des coutumes de Langehack. Il s'abandonnerait plutôt à une eau douce parfumée de rose plutôt qu'aux rites habituels de son invitée.

Navré, je vais opter pour de l'eau.

Annonça-t-il calmement d'un signe de tête au tavernier. Pourquoi parlait-elle encore des mers et des océans ? Cela ne concernait-il que le fait qu'elle soit née en pleine mer sur un bateau ? Buvant quelques gorgées, il tourna la tête vers elle et engagea une toute autre conversation.

Dites-moi... Je me suis présenté en tant que Lysandre d'Astalith, Chevalier de Langehack et de l'Ordre de la Rose Blanche. Vous avez simplement rétorqué ne pas être Chevalière et m'avez donné votre prénom. Que faites-vous, dans la vie ?

Évidemment, il ne pouvait pas la soupçonner d'être une odieuse Pirate qu'il aurait certainement arrêtée et questionnée au moindre doute. Elle avait tout intérêt à répondre avec malice et ingéniosité... Le Chevalier d'Astalith demeurait être quelqu'un d'intelligent. Tout en réglant la note pour l'aubergiste, il ajouta.

Sinon, je ne suis encore jamais aller à contre-courant.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeDim 15 Nov 2009 - 10:07

    « Elle ? »

    Jouer la fille idiote et maladroite n'était pas une plaie pour elle : c'était souvent le meilleur moyen pour faire mal et pour en savoir bien plus que ce qu'on croit. Les gens pensent pouvoir tout dire à une idiote, puisqu'elle est tellement stupide qu'elle ne saurait même pas enregistrer ou comprendre vos mots. Eh bien les gens ont tort, car il arrive qu'une minorité de ces idiots soit en réalité factice et ne cherchent qu'à vous piéger. Dans le cas présent, la rouquine avait pertinemment saisi que le "elle" désignait la compagne du Chevalier. Et son air tout autant refroidi par l'évocation de ce souvenir laissait clairement entendre qu'il n'était plus dans le cœur de la demoiselle à son grand dam. De quoi donc alimenter l'énervement en appuyant là où ca faisait mal, mais avec l'air de rien, comme si rien ne découlait de soi.

    « Mh-mh... C'est vous qui le dites. En attendant, vos défenseurs de la Paix, pour reprendre vos termes, n'empêchent pas les trahisons royales, les viols, les assassinats qui se passent dans tout le continent. Un petit peu plus ou un petit peu moins, je doute que ça change la donne. »

    Elle le faisait sortir de ses gonds, tout du moins l'espérait intérieurement. Chaque acquiescement qu'il ferait serait une négation de plus pour elle, et la rouquine tenait à coeur son objectif de contrarier chaque minute un peu plus l'esprit du bel homme de Langehack. C'était un drôle de jeu détestable et ambigu, mais il avait bien du comprendre qu'inviter Kassandra à boire un verre était une regrettable erreur : la jeune pirate ne se lierait jamais d'amitié avec un homme de la Loi de son rang, tout au plus l'emmerderait elle. Eh bien c'est ce qu'elle faisait, et ce de la manière la plus courtoise qui soit. Qu'il s'en contente, la jeune femme aurait très bien pu lui mettre une main aux fesses et lui dire des mots bien plus grossiers que ce que l'indécence de Langehack ne permettait aucunement.

    C'est non sans sourire de cette moue "attendrie" par l'envie d'eau du Chevalier que la rouquine prit l'initiative d'aller s'installer à la table la plus proche, ne doutant guère que Lysandre la suivrait. Elle croisa les jambes, le tissu de la jupe remontant subrepticement et occasionnant à leurs voisins - deux hommes de bonne manière et à l'allure banale de riches marchands - une vue qui les fit plonger dans une quinte de toux troublée. Bon sang ce qu'ils étaient prudes par ici ! Et tout ça pour un petit peu de chair !

    « Ce que je fais dans la vie.. Mh, bonne question. Je viens d'être engagée en tant que serveuse dans une petite auberge d'Erac. Enfin ca ne va pas durer, ce travail m'ennuie au plus haut point. »

    Et à son tour de hausser les épaules d'un air un peu indifférent. Ceci expliquait soi-disant cela : Mademoiselle n'était bonne à rien et n'avait donc pas de travail fixe sur lequel se vouer corps et âme. Lysandre n'obtiendrait rien de plus, il venait de montrer inconsciemment à la rouquine qu'elle devait un peu plus tenir sa langue quant à ses origines et ses goûts maritimes. Après tout, il ne pouvait pas soupçonner quoi que ce soit. Mais sait-on jamais ?

    Le bruit des consommations les coupa un instant, une petite femme au visage constellé de tâches de rousseur venant leur poser les verres et retourna au comptoir sous le regard du patron.

    « Je ne suis pas de ces personnes faites pour avoir un boulot, voilà tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeDim 22 Nov 2009 - 10:57

Oui, elle. Ma compagne est décédée l'année dernière pendant que je guerroyais à Alonna.

Tandis que le faux couple s'était installé à une table plus éloignée du comptoir choisit par Kassandra, la main de Lysandre tremblait sur son verre d'eau. Ce qu'il avait fait, par amour du devoir, il ne s'en remettait pas.

Les Chevaliers semblent être des êtres bons et heureux sur tout les plans, n'est-ce pas ? Si bien qu'ils sont méprisés par tout ceux qui sont jaloux d'eux. Pourtant... Les choix de Chevaliers sont parfois difficiles à prendre jusqu'à déchirer notre âme. Croyez-moi.

La suite ? Qu'importe. Il était très probable que Kassandra s'en ficherait. Si une droguée avait suivit un homme de son rang, ce n'était probablement pas pour se lier d'amitié. Moqueuse et cynique, Lysandre espérait au fond de lui que cette rencontre prenne bientôt fin. Pour lasser celui qui charrie, quoi de mieux que de contourner ses plans jusqu'à l'ignorance pour provoquer son propre lacement ? Oui, Kassandra serait au fin fond de ses pensées lassée par l'attitude du Chevalier et c'était son plan pour s'en débarrasser en toute courtoisie. A moins que la belle aux formes développées ne soit capable de lire dans le regard du bel homme et de le forcer à parler pour ensuite mieux se moquer ? Brrrr. Démoniaque Kassandra...

Un soldat est-il en position de lire les pensées de son Baron et de contre-carrer ses plans ? Permettez-moi d'en douter. Néanmoins, il est vrai que les Défenseurs de la Paix sont encore trop imparfaits. Comme toute chose, non ?

A chaque grandeur sa faiblesse, disait-on. Si Lysandre était un Royaliste dans l'âme, c'était le bonheur du peuple qu'il voyait avant celui de son Roi. Cette vision des choses, Trystan la partageait. Il était connu pour être proche de son peuple et non des armes et de la guerre. Était-ce cela qui avait contrarié les Barons félons et les avait poussés à prendre les armes contre le Roi ? Peu importe leurs ambitions, le peuple était menacé et le Chevalier de Langehack ne pardonnerait jamais cette triste conséquence. En tout cas, Lysandre engloutit son eau parfumée d'une traite avant de le reposer en silence sur la table.

Serveuse à Erac... J'ose imaginer que les clients ne sont pas toujours très courtois et souvent déplacés ? Soyons francs, vous êtes une très jolie Demoiselle.

Cette fois-ci, il avait fait attention au terme employé. Il était sans conteste que l'usage du terme Madame aurait provoqué un emportement chez Kassandra qu'il ne désirait pas connaître. Alors, comme elle le méritait véritablement par sa beauté, il l'avait appelée Mademoiselle.

Demain, je me rends à Erac pour rejoindre les troupes de Langehack sur ordre du Duc de Sephren. Il est temps de reprendre Diantra aux félons et de réinstaurer la Paix au sein de notre Royaume. Si même les Humains s'entretuent entre eux... Qui empêchera une invasion Drow et une progression du Chaos ? Il paraîtrait que le Duc de Serramire ne soit pas très... doué pour protéger ses Terres. L'idiot aurait déplacé un temps toutes ses armées, ne laissant qu'une poignée d'hommes que l'Ost Noir aurait terrassé s'il l'avait désiré... Enfin, mon travail est d'aller combattre demain pour tenter d'améliorer votre vie, vous savez ?

Le Duc de Serramire ? Oh non ! Il s'en fichait. C'était juste que son action avait été aux yeux du Chevalier de Langehack très grotesque. Serramire était la frontière commune avec l'Aduram et si les Drows et les Chaotiques devaient surgir de quelque part... C'était forcément en Serramire par la voie terrestre. Même lui, qui n'était pas un Général mais un modeste serviteur était capable d'entrevoir la bêtise de celui qui se prétendait être un Grand Duc chez lui.

Vous n'êtes pas une personne faites pour avoir un boulot, dites-vous ? Permettez-vous que je commente cette déclaration ? Je risque d'être plutôt crû...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeSam 5 Déc 2009 - 13:57

    Le tremblement à la surface du verre d'eau, Kassandra ne le remarqua pas, et heureusement pour Lysandre. Elle n'en aurait été que plus insupportable, réclamant les détails de la mort de l'amante si chère aux yeux du noble chevalier. Elle n'aurait pas enfoncé le clou, non. Elle se serait contentée d'en ajouter une poignée dans la chair du coeur meurtri de l'homme épris de sa défunte femme. La seule qui aurait sûrement une vraie valeur pour lui, parmi toute cette foule de créatures aux atouts tous les plus convaincants les unes que les autres ... Mais si fades, si pâles par rapport à l'image inestimable et indescriptible de celle qu'on garde en notre sein, comme un secret d'amour farouchement protégé.

    A vrai dire, Kassandra avait déjà eu affaire à des veufs. Plus souvent des femmes que des hommes, en réalité, mais les veufs étaient d'autant plus troublants qu'ils criaient la cruauté de leur sort sans même en parler. Leurs yeux pleuraient des larmes invisibles, leurs bouches souffraient de chaque mot qu'ils prononçaient, leurs corps étaient courbés par ce poids que personne ne semblait distinguer. Et même leurs sourires, leurs rires étaient faux. Ils vibraient du manque qui les affectaient. Certains passaient cet état de larve humaine au bout d'une poignée d'années, se perdant dans des batifolages qui ne leur faisaient oublier que temporairement tout cela, mais d'autres ne s'en remettaient jamais, abattus à jamais par la Faucheuse dévastatrice.

    Lysandre semblait proche d'un juste milieu entre ces deux extrêmes, trop réservé et retenu pour s'effondrer en larmes en public, mais pour qui la plaie n'était que superficiellement cicatrisée. A l'intérieur, ca bouillonnait. Comme si l'hémorragie allait reprendre d'un instant à l'autre.

    « Il n'y a pas que les faibles d'esprits atteints du pathétique syndrome de la jalousie qui pensent ça. Il y a aussi ceux qui ont vu des choses se produire, et qui parlent sur des faits. Croyez-moi. »

    Qu'il ne lui raconte pas ses petites misères. Pour elle, la vie de chevalier était un luxe dont il ne pouvait pas se plaindre, ce serait indécent de pleurnicher quand on sait que des tas de clochards et de catins, de prostituées - que Lysandre devait sûrement mépriser - finissaient mourants dans les ruelles ignorées des foules, violées par de sombres incapables que lesdits sauveurs n'arrêtaient même pas ; ne trouvaient pas assez d'argent pour se nourrir, se vêtir, et dormaient dans le froid. Un froid aussi bien physique que moral, isolés parce qu'ils sont des minorités. Kassandra ne se portait pas en défenseur de ces pauvres gens, et c'était pour ca qu'elle n'était pas un chevalier. Mais dans ce cas, qu'ils fassent bien leur rôle. Il fallait parfois sacrifier sa propre vie et celle des êtres aimés pour sauver des centaines d'autres ... Et ca, c'était un choix que Lysandre avait inconsciemment décidé de suivre.

    « Ils ne sont pas courtois, certes. Mais ils sont francs. Quitte à tenter de blesser, au moins ils ne se cachent pas derrière de stupides manières civilisées et fausses. »

    Elle ne relâchait jamais son attention, profitant d'une vaine attention aimable de Lysandre pour lui renvoyer le coup en pleine figure. Ca n'était pas fair-play, mais la rouquine ne s'était jamais revendiquée comme une fille bien sous tous rapports. Au contraire. Buvant une gorgée de rhum, la demoiselle jeta un long regard indifférent en direction de la fenêtre qui laissait apercevoir la morsure froide d'une fin d'hiver sur les rues de Langehack. Elle allait devoir bien rôder son mensonge et éviter les allusions maritimes, chose qui requerrait toute son attention. Les histoires de la guerre n'effleurèrent que vaguement son inconscient qui la fit hocher de la tête faiblement, comme si elle s'y intéressait, avant de recentrer son attention, souriant avec amusement, battant même des mains d'un air enfantin.

    « Oh, allez-y, allez-y. Soyez cru. Ca vous réussira, et puis ce n'est pas comme si ça allait me faire quelque chose. Faites-vous vos petits crocs sur moi, ce sera comme un chaton voulant griffer un mur. »
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeLun 21 Déc 2009 - 16:45

Peut-être que si vous délaissiez toutes vos drogues et tout ce qui s'y rapporte... Vous pourriez peut-être reprendre un chemin plus saint. Vous valez mieux que d'être considérée comme une putain, j'en suis certain.

Quelle diablesse, cette Kassandra. Derrière le mépris qu'il éprouvait pour les femmes de son rang, un soupçon d'admiration naissait. La rouquine avait le mérite d'être très rationnelle et réaliste. Elle ne cachait aucun mot, aucune vérité. Son expérience la faisait parler... La jeune femme ne cachait -presque aucune- de ses ambitions. Avouer ce qu'elle était vraiment aurait rendu Lysandre d'Astalith totalement bouche bée. Une criminelle faisait une leçon de vie à un chevalier ? Inconsciemment, au fond de lui, il le savait. Derrière le monde de paillettes et d'étoiles brillantes que représentaient la Chevalerie Humaine, la rue était souvent un monde impitoyable, effroyable et impardonnable. Mais au fond, que pouvait-il bien faire ? Pas grand chose de plus que maintenant. Si l'Ordre de la Rose Blanche était reconnu pour quelque chose, c'était d'être pieux, saint et bon. Notamment en période hivernale, les Chevaliers accueillaient les sans foyers dans leur quartier général afin de les sauver du froid et de la tempête. Malheureusement, la Rose Blanche avait grandement faiblit et pour une ville telle que Langehack... C'était comme protéger Diantra avec une poignée de dix soldats.

L'Ordre de la Rose Blanche est prêt à faire n'importe quel sacrifice pour améliorer de jours en jours la vie de son peuple. Lorsque nous fûmes appelés à rejoindre la Bataille d'Alonna... Ma femme était déjà mourante et condamnée. Vous savez dire les choses, Kassandra. Dites-le moi avec tout votre cynisme et tout votre talent. Ai-je été un monstre pour avoir délaissé ma femme pendant les derniers mois de sa vie et avoir été me battre sur le champ de bataille ?

Les yeux humides, sans pour autant verser la moindre larme, Lysandre avala cul sec son verre d'eau et le reposa brutalement sur la table. Il avait manqué de le briser, perdu entre le remord et l'énervement. Après tout, Claire ne faisait-elle pas partie de ce peuple qu'il s'était juré de protéger jusqu'à la fin ? Vraiment, le Lion d'Or vivait de bien sombres mois et il en faudrait peu pour que son esprit ne commence à se détraquer... L'homme qui avait espéré mourir à Alonna se préparait à se rendre à Diantra pour un nouveau combat. Quel serait son état d'esprit ? Nul ne pouvait encore le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeMar 22 Déc 2009 - 16:30

    « Je pourrais, en effet. Mais entre vouloir et pouvoir ... Vous savez ce qu'il y a. »

    Ca manquait un petit peu de piquant, cette tentative avortée de méchanceté et de cruauté. Elle qui s'attendait à ce qu'au contraire il lui dise qu'elle n'était qu'une ivrogne camée jusqu'aux dents qui en effet ne devait pas s'étonner si elle n'arriverait à rien dans sa petite vie ratée et raccourcie de dizaines d'années, elle était refroidie par une ... Oui, une étrange forme de compassion cachée. De la pitié. Ca la rendait encore plus écœurée à l'intérieur d'elle-même, et Lysandre ignorait à quel point il pouvait être blessant et efficace aux moments et aux paroles les plus innocentes. La gentillesse et la générosité étaient l'acide, le poison idéal contre les bassesses dont pouvaient faire preuve la pirate.

    Dans un soupir lascif, la jeune femme fit mine de jouer les ténébreuses, semant le doute dans les idées claires du Chevalier qui la pensait "récupérable" parmi le tas d'immondices humaines qui grouillaient dans tout Miradelphia.

    « Peut-être que vous ne devriez pas être si certain. Après tout, on ne se connaît pas. Et vous aurez intérêt à vite m'oublier et à ne pas rêver de moi la nuit. »

    De la bouche de Kassandra, cela sonnait comme une bonne plaisanterie entre amis de longue date. Sauf qu'ils n'étaient ni amis, ni anciennes connaissances, et qu'elle ne disait tout cela que parce qu'elle savait pertinemment que le Chevalier avait une nette préférence pour les jeunes filles pures et chastes. On était loin du reflet de la flamme flamboyante qui jeta un regard nonchalant à leurs voisins de table, qui, trop troublés par une telle apparition du Diable, quittèrent assez rapidement l'auberge après avoir payé leurs consommations. Jus de fruit et eau de fleur ... Tss. Quelle bande de femmelettes.

    La pirate écouta avec une attention spéciale les mots de Lysandre. Peut-être parce qu'il la complimentait en vantant sa franchise exceptionnelle et si rare dans une ville où les bonnes manières et le mensonge de la courtoisie étaient de mise ; ou peut-être parce qu'il confiait à la dernière des femmes sur la liste des gens à qui faire confiance, une de ses plus grandes faiblesses dans le passé ; celle d'avoir tué sa femme involontairement, de l'avoir laissé à son sort sans rien faire. Oui, Lysandre le Preux, le Vaillant homme de la Rose Blanche avait préféré sauver des centaines de vies en sacrifiant celle de sa bien-aimée.

    C'était ca, la vie de sauveur. Il fallait faire passer la logique avant les émotions, Lysandre en avait fait l'amère expérience et maintenant il pleurnichait comme un enfant déçu de la surprise qu'il avait pourtant tant désirée et attendue. Il voulait que Kassandra lui dise que oui, il était un monstre sans cœur, un homme odieux et méprisable qui n'avait pas fait son boulot, qui ne méritait pas l'amour d'une femme pareille, et qu'il valait mieux pour lui qu'il demeure seul, isolé, asocial, pour ne pas en faire souffrir d'autres. En clair, il voulait que la rouquine fasse ce pourquoi elle était sûrement l'une des plus douées dans cet art de la méchanceté verbale : qu'elle lui clame sans ciller la teneur cruelle des actes du Chevalier.

    Sauf qu'elle n'était pas de celles qui faisaient agréablement et aimablement ce qu'on leur demandait de faire. Elle allait être sincère, oui, et franche, évidemment, elle n'allait pas compatir à sa douleur ou lui dire que ce n'était pas sa faute. Car il eut été mensonger et peu honnête de sa part de jouer le même rôle que tous ces idiots qui avaient déjà du faire dix fois le même discours à la mort de Madame d'Astalith à Lysandre. Elle avait maintenant saisi, ou plutôt s'était donnée sans aucun scrupule la mission et le même attribut qu'un électrochoc pour le mâle : le tirer de sa torpeur funèbre.

    « Vous êtes Chevalier. Vous avez fait ce qu'on attendait de vous : sauver des centaines de vies. Et vous n'avez pas failli, non, vous avez brillamment réussi Lysandre, je n'en doute pas. Le revers de la médaille, c'est qu'il fallait bien que quelqu'un paye le prix de tant d'âmes épargnées. Et c'est tombé sur votre femme. Vous n'y pouvez rien, ce sera comme ça pour toujours, parce que c'est ainsi. On ne peut pas faire passer sa famille et ceux qu'on aime avant toute une population. Votre tort est d'avoir dû penser aux autres avant de penser à vous. Vous n'avez pas été égoïste ; et vous vous en mordez les doigts. C'est ca, qui vous rend malade. »
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre d'Astalith
Humain
Lysandre d'Astalith

Nombre de messages : 60
Âge : 28
Date d'inscription : 11/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeDim 17 Jan 2010 - 12:43

Le Chevalier d'Astalith fixa la Diablesse tout au long de ses explications. Ainsi, n'avait-il que fait son devoir ? Plus précisément, ce discours ressemblait énormément à celui de Claire avant qu'il ne la quitte pour guerroyer à Alonna. Elle-même avait appartenu à l'Ordre de la Rose Blanche et Lysandre se demandait si elle aurait eu la force de faire le même choix que lui. Au fond, l'absence du Chevalier de la Rose Blanche au front aurait-elle changé quelque chose ? Probablement pas. Cela aurait changé quelque chose si le front avait été composé de plusieurs milliers de Lysandre lâches. Mais ce n'était pas le cas. Lysandre avait été ce jour-là le seul Chevalier de la Rose Blanche au cœur si embrumé par le doute et la honte. Il ne se souvenait pas avoir sauvé de vie particulièrement ce jour-là. Au contraire, il avait perdu Aaran de Sephren et n'aurait su dire s'il avait été victime du sadisme des Drows ou des Chaotiques. Il s'était contenté de se laisser submerger par la haine et la colère et de les laisser se répandre comme le marteau de courroux sur ses ennemis dans un jugement fatal. Oui, celui qui avait été pendant presque vingt ans un Chevalier implacable sur ses principes et la foi envers Néera s'était abandonné à de sombres sentiments. Il était l'homme qui aurait voulu panser les blessures de son peuple et faire rayonner sa famille. Aujourd'hui, le malaise de Lysandre d'Astalith était d'avoir pensé aux autres avant de penser à lui-même et la déception semblait être maîtresse de ses sentiments intérieurs. Comme Kassandra le disait si bien, il s'en rendait malade.

Merci, Kassandra.

Il ne sourit pas. Il ne arqua aucun sourcil. En réalité, un léger soupçon de nostalgie s'installa sur son visage tandis qu'il se redressait lentement. Le bel homme ne quitta pas le regard violacé de la plantureuse rouquine et s'énonça à son tour.

Vos paroles se sont encrées en moi comme jamais auparavant. Il est l'heure pour moi de rejoindre le Duc de Sephren et de reprendre Diantra par les armes. Le peuple a besoin une dernière fois du Lion d'Or, je le conçois ainsi. L'âge me pèse et je ne dispose plus de mes talents lorsque je n'avais que la vingtaine.

Le Chevalier d'Astalith se pencha vers le front de Kassandra et y déposa un baiser osé en guise de ce qu'il concevait comme un remerciement et un au revoir.

Malgré les apparences, vous êtes une femme bien. Suivez la vie que vous désirez suivre et ne vous séparez jamais de vos principes comme je l'ai fait. Remarquez-vous même l'état de larve auquel je suis réduis. Adieu, Kassandra. Que Néera veille sur votre âme.

Le Lion d'Or se retourna sans chercher à savoir quelle serait la réaction de Kassandra. Ca ne l'intéressait pas plus que cela de savoir s'il aurait droit à un doigt d'honneur ou à un sourire hypocrite. Après tout, Kassandra et Lysandre étaient issus de deux mondes bien différents et ne deviendraient jamais deux amis très proches. Pour le Chevalier de la Rose Blanche, la prochaine destination était le siège de Diantra. L'heure fatidique approchait et ce serait également sa dernière bataille. Non, il ne comptait pas y trouver la mort mais l'espoir d'une nouvelle vie. Une vie avec un sourire radieux. Seras-tu seulement en mesure d'accorder ce souhait à ton fidèle serviteur, Ô Déesse de la Vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
Kassandra

Nombre de messages : 1120
Âge : 27
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 21 Jan 2010 - 19:03

    Après ce qu'elle lui avait dit, n'importe quelle réaction l'aurait laissé de marbre. Que cela fut un soupir exaspéré, des mots du genre " Vous ne savez vraiment pas de quoi vous parlez, petite impertinente ! ", bref, tout, sauf CA. Elle en ouvrit même la bouche, aucun son ne s'échappant mélodiquement de cette entrée béante d'incrédulité. Car elle refusait catégoriquement que son étonnement puisse être lisible aux yeux de cet imbécile de Chevalier. Et sûrement le traitait-elle mentalement d'idiot ou de décérébré parce qu'il n'avait pas affecté la réaction qu'escomptait l'infatigable rouquine. Décidément, Kassandra avait du mal avec cet homme venu des hautes lignées de Langehack. Ce n'était pas de la haine, non, c'était de l'incompréhension, ce qui en soit n'est peut-être pas une consolation. Quelqu'un qui ne saisit pas, ne cherche pas à décrypter ou à compatir. Et quelqu'un qui vous hait, au moins, a le mérite de s'intéresser à vos moindres faits et gestes pour les décortiquer, les expliquer, et vous réduire en bouillie. A chacun de choisir sa préférence.

    Bref, Kassandra demeura profondément silencieuse, dubitative quant aux remerciements injustifiés que le chevalier lui portait. Mais là encore, la flamme agitée n’en était pas au bout de ses surprises, tandis que l’homme à la crinière blonde se penchait. La pirate ne vit pas le coup traître et infâme venir, n’ayant que le temps d’hausser les sourcils tandis qu’elle sentait ses lèvres se poser sur son front, brièvement certes, mais assez longtemps, trop longtemps d’ailleurs ! pour comprendre que Monsieur venait de se donner le droit de lui baiser le front sans même imaginer les conséquences d’une attention aussi niaise et infantile envers une femme comme Kassandra. Et de quel droit un noble osait poser ses lèvres sur sa peau ?! La rouquine en aurait bien poussé un grognement renfrogné, mais c’aurait été mentir sur une partie de son âme qui pouvait se targuer, à la manière de ces idiotes de courtisane, d’avoir eu les faveurs d’un chevalier – bien grand mot, d’autant plus qu’il devait être erroné, mais passons -.

    Il poussa l’incrédulité à son paroxysme en laissant clairement entendre à haute et intelligible voix qu’elle n’était pas mauvaise, bien au contraire, et que c’était elle dans toute cette histoire qui avait raison. Certes, c’était totalement évident, d’ailleurs la pirate se demanda à quel moment cet homme avait bien pu en douter, mais ces propos ne pouvaient pas être tenus de la part d’un chevalier, surtout quand on savait le véritable « métier », ou la « passion » de Kassandra pour tout ce qui touchait aux pillages et aux flots marins meurtriers... Décidément, on voguait de surprise en surprise.

    Son regard au travers de la vitre, suivit l’ombre du chevalier qui s’éloignait, éperonnant sa monture avant de s’éloigner dans un hennissement de la part de l’équidé, laissant pour seul souvenir sans le paysage de cette rencontre une nuée poussiéreuse qui fit tousser une paysanne. La rouquine détourna le regard de la vitre, songeuse, avant d’héler le serveur pour reprendre un verre de rhum tandis qu’elle sortait un énième rouleau de tabac.

    La vie reprenait son cours.


[TOPIC TERMINE]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]   Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» La nuit est reposante, tout comme tes yeux sont réconfortant [Chase]
» [Défi] 30 baisers - Quentin Montgomery [TERMINE]
» Pourquoi j'aime tes yeux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: