AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pluie, tartes et elle [PV Pal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William Cassidy Beck
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 20
Âge : 26
Date d'inscription : 24/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Pluie, tartes et elle [PV Pal]   Mer 4 Nov 2009 - 21:47

Erac, la jolie ville humaine. Ville où séjourne le Roi Trystan. Ville où la joie de vivre est à chaque coin de rue. Mais cette journée là, Erac semblait bien triste. Une tristesse que nul ne peut consoler. La pluie chutant sur le sol fait de pavés comme des larmes et le tonnerre grondant comme une plainte douloureuse. Quel manque de chance puisque c'était aujourd'hui, le jour du grand marché. C'est pourquoi tant de monde courait à droite et à gauche car, peu de monde aime ce temps.

On entendait, avec une oreille avisée, le ronchonnement des citoyens venus expressément pour acheter leurs commissions. C'était un spectacle des plus triste, les marchands remballant leurs produits, les bruits de pas claquant dans l'eau boueuse, le tonnerre marquant un sursaut aux jeunes enfants à chaque éclatement comme pour rappeler que la nature est la seule maîtresse dans ce monde impitoyable.

William Cassidy était là, à quelques rues de la grand-place, marchant lentement, observant les vitrines des magasins. Ce qu'il cherchait? Une herboristerie, mais pas moyen d'en trouver une. A croire que dans cette foutue ville, tout ce qu'on y vendait c'était des tartes à la crème.
Sauf qu'une tarte n'allait pas l'aider à préparer le thé pour son maître. Une tarte n'allait pas non plus l'aider à tuer quelqu'un. Bref, à part manger, la tarte à la crème ne vaut rien.

Même si, dans son plus grand désarrois, il ne trouvait pas l'objet de sa quête, le valet resta souriant comme à son habitude. Une habitude prise afin d'éviter tout soupçons. De plus, quelqu'un de souriant arrive bien mieux à ses fins qu'un individu qui tire la tronche. Il n'hésitait pas non plus à lorgner sur les jolies jeunes filles, comme quelqu'un de son âge ferait. Ce n'était ni un amusement pour lui, ni même une joie que de regarder les courbes gracieuses de certaines demoiselles. A l'instar d'un eunuque, il n'en ressentait pas le besoin. Bien qu'il ne l'était pas, il eu un entrainement intensif sur la manipulation féminine et qui mieux qu'une femme peut exercer ce métier? Du coup, il a été conditionné pour ne plus sentir le charme du sexe faible.

L'assassin marchait ça et là, il traversait de rues en rues, ruelles en ruelles mais.. rien. C'est avec ses cheveux trempés par la pluie, ses vêtements dégoulinant qu'il remarqua une jolie demoiselle. Jolie par sa banalité. Rien de bien extravagant, au pire, elle aurait le style d'une bibliothécaire. Ce qui l'attira en lui c'est son visage. Oui, le visage de la jeune femme lui était familier. Par qui ou pour quoi, cela il l'ignorait encore.

Cette fille était encore jeune, à peine sortit de l'adolescence, elle se tenait là contre un mur sans protection et visiblement seule. Une proie facile pour un assassin de bas étage, ce qu'il n'était pas. William s'approcha d'elle doucement, comme ci de rien était pour ne pas éveiller les soupçons et s'engouffrant dans une ruelle, il en rejoignit une autre malheureusement, l'individu marcha sur une pâte fait d'œuf et d'autres ingrédients, cuites en rectangle avec des carrés à l'intérieur comme de petites fenêtres obstruées, qu'on appelait gaufre par ici. Il s'arrêta alors, la ruelle était derrière de la jeune dame.

Il se posa là, observant de côté. Puis une envie saugrenue lui vint à la tête. Il allait lui parler.


- "Erac est une grande ville.."
Lui dit il. "Comme toutes les grandes villes, il y a son lot de pickpocket et de criminel en tout genre.. "

Il termina par un léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Pal
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Âge : 25
Date d'inscription : 28/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Pluie, tartes et elle [PV Pal]   Jeu 5 Nov 2009 - 19:36

Pas fâchée d’avoir quitté l’atmosphère étouffante de la taverne. Même si elle venait sans doute de s’assurer un avenir radieux, la proposition était loin d’être un remède pour son mal de l’alcool ou encore moins de la foule. Elle prenait toujours garde à ne pas croiser trop de monde pour s’aventurer dans les rues des villes qu’elle traversait et cette fois ci, la chance lui souriait une fois de plus. Les magasins étaient peu occupés à cette heure et à part deux ou trois passants, elle ne voyait pas la moindre source potentielle d’angoisse. Son ouïe l’arrêta bien vite, elle venait d’avoir l’indication par des exclamations de toutes sortes de marchands ou de quelconques ménestrels que la grande place d’Erac n’était plus très loin. La jeune femme s’arrêta donc choisissant un pan de mur , le pan de mur le plus accueillant possible pour s’y adosser calmement et faire le point sur ce qui venait de lui arriver. Car même si elle se l’était déjà imaginé plusieurs fois, son avenir n’arrivait pas encore à bien se dessiner dans son esprit. Ce qui lui semblait sur, c’était le goût amer selon son palais du vin encore terrifiant pour sa gorge traumatisée à vie. Un vin cher était bien la preuve que ce que le hasard lui avait donné était bel et bien arrivé et non pas un de ses trop nombreux rêves qui se jouaient d’elle. Une fois son souffle repris et qu’elle se remit de ses émotions, son naturel songeur l’emporta et la laissa bêtement attendre appuyée contre le mur d’une rue plus ou moins malfamée. Or la jeune scribe ne vit pas que le ciel faisait grise mine et s’obscurcissait de plus en plus profitant de l’absence de Pal le fourbe ! Il se mit alors à pleurer sur Erac , ce qui bien vite attrista les habitants qui ne s’attendait pas à cette averse et chacun chercha à se mettre à l’abri où il put. Pal quant-à elle mit un moment pour se rendre compte que le ciel lui tombait sur la tête et lorsqu’elle sortit de ses pensées, il était déjà trop tard car la pauvre semblait trempée jusqu’aux os. Elle poussa de malheureux gémissements d’une louve à qui on avait retiré ses petits sauf qu’ici on lui avait retiré le peu de dignité qui lui restait. Elle blottit son écritoire contre elle pour sauver la seule chose précieuse qu’elle avait de cette vilaine eau. Elle sursauta quand un homme lui parla de voleurs ou de bandits en tout genre, elle répondit machinalement de sa petite voix :

« La pluie réduit le risque de vol à la tire mon bon monsieur… Et qui voudrait assassiner quelqu’un en pleine averse ? Une pauvre scribe mouillée ? A part m’achever par pitié je ne vois pas qui aurait envie de s’ennuyer pour moi ? »


Lys se tourna vers son interlocuteur, un homme à peine plus grand qu’elle qui paraissait par contre beaucoup plus âgé. Vu son accoutrement et sa conversation, Pal déduisit qu’elle avait affaire à quelqu’un d’ici et qui puis est influent. Le type était du genre musclé et à aborder la gente féminine avec des sujets tartes à la crème pour effrayer les pauvres damoiselles sans protection. Mais loin de le soupçonner de la traquer, elle vit en lui un trait familier que son regard vitreux affaibli par la pluie ne put saisir. La scribe n’avait aucune idée sur l’existence d’une personne qu’elle connaissait à Erac et pourtant elle pensait l’avoir déjà vu ou une ressemblance avec je ne sais qui. Or le bonhomme avait le regard qui s’attardait également sur le visage de la jeune femme. Se connaissaient-ils mutuellement ? Elle le laisserait deviner avant elle bien que sa curiosité soit attisée. Tard, tenue sombre, elle se méfiait cependant quelque peu tout en souriant devant la belle gaufre de sourire que son interlocuteur donnait… La chance allait elle lui donner une autre surprise ?

[hrp]En attendant ton retour je passe à autre chose :( [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
 
Pluie, tartes et elle [PV Pal]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine et elle, un ouragan.
» Si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine et elle, un ouragan. ? JECHO
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: