AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au clair de lune | Aerandir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 33
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Jeu 18 Fév 2010 - 13:14

Le soleil est un astre orgeuilleux, jaloux et enfantin...Il chasse sa soeur du trône celeste et sa rancoeur sera d'évaporer les senteurs envoutantes de la nuit, de chasser les soupirs et de surprendre les amants enlacés. Etoile facétieuse qui rythme la vie des hommes depuis la nuit des temps, éclatant ou effacé selon les saisons. Metronome éternel de la vie, il jete ses rayons sur la couche de soie, caresse les pétales éparpillées, chatouille la peau apaisée des tourments de la nuit. Il se fait joueur, ce rayon, titillant de sa chaleur naissante les chairs nacrées, poussant au réveil prématuré.

Le masque est serein, apaisé, presque...Enfantin prit dans les limbes du sommeil. Pourtant l'attention vibre doucement dans les voiles de la torpeur, cherchant a se dépaitre de la toile onctueuse. C'est un murmure qui s'envole loin dans sa conscience, une douce litanie, une musique qu'il a apprit par coeur et aimé cette nuit. C'est la caresse soyeuse d'une mèche divine qui se promène sur son visage, éveillant les sens endormis. C'est l'éveil qui anime un corps sublime, communiquant sa force au sien, le poussant avec amusement au bord du réveil. Un mot et il basculera...

Il n'ouvrira pas les yeux, car pour lui la nuit est éternelle, il laissera ses sens s'épanouir doucement, il laissera sa main jouer la mélodie de l'union sur la soie d'une peau, un sourire enfantin fleurir sur ses lèvres.

Le parfum subtil de l'Idéale envahit ses rêves chassant les dernières étreintes du sommeil, torpeur qui se retire avec un soupir d'adieu.

-L'Or est bien cruel ce matin...

murmure exalé par un souffle chaud et amusé, le soleil ne le dérangera jamais tant sa vie est vouée aux tenèbres, mais l'enfant turbulent aime a courber les lignes de l'irréel, rapellant que le monde tourne encore...

-La réalité rejoins le rêve éveillé, reste prêt de moi, le monde attendra encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Sam 20 Fév 2010 - 7:50

L’or était cruel ? Peut-être bien, après tout, quoi que Katalina avait peu de chance d’accorder le même sens au mot « or ». S’étant perdue dans le regard du demi-elfe dès qu’il avait ouvert les yeux, elle ne put qu’esquisser un sourire en coin. Certes, le noble métal était bien cruel, il l’avait faite sienne et l’empêchait de partir sans même avoir à se découvrir. Et elle eut presque l’impression qu’il s’en vantait alors qu’il lui demandait dans un murmure de rester avec lui. Ce n’était pas vraiment qu’elle n’avait pas le choix, mais elle ne pouvait pratiquement rien lui refuser. Elle avait connu le repos dans ses bras, le plaisir dans ses étreintes, et la jouissance dans leur union. Si ses premiers contacts avec le Serviteur d’Arcamenel avait pu être difficile, il l’avait rapidement apprivoisée, mieux que quiconque avant lui, et si elle avait eu envie sur l’instant de laisser Scylla derrière elle en oubliant qu’elle y avait attiré l’attention d’un Gardien, les choses avaient assez évolué… Elle frissonna doucement sous ses caresses, fermant quelques instants les yeux à son tour.

« Ai-je seulement envie de partir un jour ? »

Pour tous les autres, elle avait toujours été l’inflexible, l’intraitable et l’indépendante Katalina Noblegriffon. Son regard déterminé avait fait flancher des volontés, ses décisions avaient influencé des vies, son entêtement avait impressionné des puissants, et alors que l’un folie d’un seul avait fait vaciller les fondements de son existence, elle prenait plaisir à se montrer enfin vulnérable et dépendante. Sous-entendre qu’elle ne se sentait plus la force de continuer sans lui était en sois la plus belle démonstration qu’elle pouvait lui faire. Se penchant, elle déposa un léger baiser, juste sous son œil droit.

« Je suis bien où je suis, après tout. »

« Nhil » lui semblait si loin, perdu enfin derrière les voiles sombres des souvenirs apaisés. Plus jamais il ne viendrait la hanter comme il avait pu le faire, elle en était persuadée. Il ne pouvait plus rien contre elle, et son seul regret était qu’il ferait très certainement un jour subir à une autre ce qu’il avait pu lui infliger ; peut-être même le faisait-il déjà. Mais elle avait accepté l’idée qu’elle n’y pouvait rien, et avait laissé s’envoler les vains remords d’avoir malgré elle financé ses activités. Il était le seul responsable de ses atrocités, et elle le chassa de ses pensées, trop heureuse pour s’attarder plus de quelques secondes sur cet épisode de sa vie.

Après avoir croisé ses bras sur son torse, elle y déposa son menton, et observa l’homme de sa nuit avec un sourire. Il était un Gardien, Marionnette vivante d’une Divinité que beaucoup dépeignaient comme cruelle et égoïste, joueuse et manipulatrice, mais ce matin plus que tous les autres, elle ne voyait que le sang-mêlé derrière les titres. Et ce qu’elle voyait lui plaisir.Il avait l’air apaisé, chaleureux, et elle aimait se dire que c’était en partie au moins grâce à elle. Elle le sentait sous elle, alors que leurs corps nus étaient toujours enlacés sous les draps de soies. Elle caressait lentement ses jambes avec ses pieds, et ses doigts effleuraient tendrement son torse.

« Tu sais… J’ai l’impression que nous avons oublié quelque chose, hier. »

Doux euphémisme, car la veille, elle avait tout oublié pour ne se rappeler que de lui, elle avait renoncé à tout pour lui appartenir tout entière. Mais ils avaient en effet oublié le but qui avait motivé la venue de la jeune noble. Son dernier démon l’avait poussée à chercher refuge et soutien auprès de celui qui l’accompagnait depuis plus de deux mois, et elle s’était jeté dans ses bras dans l’espoir d’y trouver la force nécessaire pour le défaire. Elle se sentait forte, désormais, plus que jamais.

« Tu as purifié mon âme souillée par la folie d’un monstre. » C’était la première fois qu’elle faisait référence à Elda sans en paraître troublée, et c’était peut-être un premier pas vers un véritable témoignage de ce qu’elle avait pu vivre, chose qu’elle n’avait encore jamais faite. « M’aideras-tu à laver ce corps que tu as… appris cette nuit ? » murmura-t-elle, taquine.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 33
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Dim 28 Fév 2010 - 16:54

Douce symphonie envoutante qui s'éveille au diapason des rayons lumineux du soleil. Il sent la chaleur errer sur son visage, mais il ne peut plus en admirer l'éclat incomparable. Il ne verra plus l'ombre jouer avec la lueur gracile d'une chandelle, l'oubliera-t-il un jour ? L'or mort de ses prunelles se veut jumeau impatient de l'astre, roi des jours. Il scintille, enfantin et doux alors que devant lui ne s'étend que ténèbres opaques. Qu'importe l'ombre puisque la lumière s'est allanguit entre ses bras. Vision fantasmagoriques et rêves chimériques se sont envolés cette nuit, laissant la place libre a une réalité suave et sublime.

Les frissons jouent sur sa peau au rythme imprimé des doigts qui la parcourt, frémissements adorables qui rappelle la douceur déployée et l'ardeur déchainée. La question volète doucement entre eux. Mot dansant sur la partition apaisée de l'air serein. L'arc suave de sa bouche s'élève lentement.

-L'oubli a parfois l'audace de se confondre avec les délices...

Les rires enfantins a qui il sait donner naissance valsent dans sa voix aux intonations ardentes, pâle relents de ce qu'elles étaient lorsque la lune s'est voilée de pudeur. Il joue avec les liens de soie que sont ses cheveux, vagues sombres qui coulent sur l'étendue d'albatre de son dos. Il en réapprends la douceur parfaite et le parfum unique.

-Tu t'es purifiée toi même, je n'ai fait que te montrer le chemin a emprunter.

Le baume apaisant de sa voix coule comme du miel dans l'air ambiant, gorgeant l'amoureuse d'un effleurement incandescant. Grain de poussière dans l'immensité de la mer. Le sourire s'émerveille encore de pouvoir grandir, plissant les yeux d'or en un masque enfantin mêlée d'ardeur masculine.

-La fougue revelée s'est affranchit des lois de la pudeur...

L'amusement est palpable, empreinte de complicité outrageante pour la lie des vertueux.

-Soit ! L'onde sublimera ta peau.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Dim 28 Fév 2010 - 22:55

Tendre était l’étreinte, au lendemain de l’union. Katalina s’abandonnait, lascive, aux attentions du Gardien, se blottissant dans sa chaleur, y cherchant encore un peu plus de réconfort… Avait-elle déjà un tel sentiment de plénitude ? S’était-elle déjà sentie si bien, nue dans les bras d’un homme, offerte à ses caresses ? Elle avait connu l’amour parental, en avait goûté les différents visages, mais sinon, quels liens l’avaient unie à ses semblables ? Elyas avait été plus un professeur qu’un époux. Merwyn… avait eu pour lui la fougue de la jeunesse, mais il laissait un goût amer à la jeune femme qui s’était crue amoureuse sans réellement l’être. Heureuse, elle l’était, et elle lui rendit son sourire de bon cœur.

« L’oubli… » Elle caressa doucement ses cheveux, laissant s’attarder ses pouces sur ses tempes, les massant doucement. « J’ai demandé jadis à Trystan s’il pouvait me l’apporter, mais il ne pouvait pas… » Elle posa son front contre le sien, pressant encore un peu plus son corps. « Il n’y avait que toi. »

Elle avait besoin de lui. Cruel constant, ô combien délicieux. Qu’il était bon de se sentir si proche d’un être, de lui faire confiance au point de lui offrir son corps malgré les sévices endurés. Qu’il était reposant de s’abandonner au sommeil dans les bras assurés de l’homme qu’elle aimait. Qu’on la juge sotte, imprudente, folle même de se donner au Gardien d’Arcamenel, qu’on la décrit pour ses mœurs, elle s’en moquait. Elle n’avait jamais été aussi heureuse, si entière, les spectres des actions perverses d’un drow machiavélique et pervers s’étaient effacés d’eux même. Si c’était cela, se faire manipuler, eh bien qu’on la manipule ! N’y tenant plus, elle l’embrassa, longuement, avant de se mettre en position de repos, laissant sa tête s’appuyer sur ses bras croisés sur son torse.

Ses doigts dans ses cheveux lui arrachèrent un sourire attendri, et elle ferma les yeux un instant, soupirant son bien être. Plus rien n’était impossible, tout devenait si facile… Même vaincre une phobie fermement ancrée dans son corps. La veille, elle avait cherché du réconfort plus que de l’aide, et maintenant qu’elle se sentait quasiment inatteignable, il était grand temps de s’attaquer à cette dernière montagne. Elle rit doucement à ses paroles, entrant dans son jeu, prenant plaisir à taquiner autant qu’à se faire taquiner. Donner et rendre, dans un équilibre parfait.

« Tu exagères. Je ne fais que te proposer un bain… En toute innocence. »

Il n’était pas dit qu’elle reste innocente longtemps, bien entendu. Après tout, elle était une femme qui se découvrait encore, et si la nuit avait été merveilleuse… Elle lui laissait aussi l’impression de n’avoir exploré que la surface d’un trésor trop parfait pour être saisi dans sa globalité. Sans surprise, il accepta, mais elle ne quitta pas sa peau tout de suite. Qu’il était difficile de s’arracher à l’enlacement… Elle aurait passé sa vie ainsi, si elle l’avait pu. Se redressant légèrement, s’appuyant doucement sur son torse, elle esquissa un sourire joueur.

« Je ne sais pas si je vais avoir la force de bouger… Tu m’aides ? »

Elle ne voulait qu’une chose, qu’il se lève, qu’il la soulève, et qu’il l’emporte, elle l’en croyait presque capable malgré sa cécité. Mais avant ça, ils allaient au moins devoir s’habiller un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 33
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Lun 1 Mar 2010 - 4:27

La morsure venimeuse de la jalousie au vert masque aurait, chez tout autre, plongé les crocs dans son âme. L'appel d'un nom autre au lendemain des étreintes a été et sera toujours l'eden d'un océan de sang. Mais le Serviteur est voilé de sa propre conscience, explorateur averti des méandres trompeurs des sens et du coeur. Il effleurera la tentation qui se présente, innocents pétales écarlates qui se voile d'envie, d'une caresse onctueuse.La fierté arrogante se reflète un instant dans l'or des iris mortes avant de fondre sous la chaleur ardente et sereine qui se dégage d'elle.


-Le chemin fut néanmoins semé d'épines.


Soupir à peine éclos qui se teinte de mélancolie au souvenir bercé du passé. Le temps est une femme capricieuse qui aime a souffler l'empressement sur les esprits mortels qui ne souhaite que l'arrêt de sa marche éternelle. Le divin lui même ne pourrait stopper sa course infernale, dut il chanté pour elle la plus magnifique des odes. Regrets avortés.

-L'innocence est le premier des vices, mon Lys.

Remontrance doucâtre et amusée. L'innocence n'est qu'une création de l'homme, abhération aux yeux du Maitre des passions, ennemi séculaire, imaginaire et pourtant, ancré avec tant de force dans l'âme corrompue des mortels. Illusion destinée a embrasé les fougues de l'interdit. Son rire devient vague roulante et soyeuse alors que fleurit le sourire mutin qu'il entends chanter dans les mots qu'elle prononce. Facéties délicieusement intimes que celle ci, prière mutine qu'il exaucera sans honte ni hésitation, pliant les lignes pures et puissantes de son corps. Il acceuille sa présence contre lui, bouclier amoureux d'un froid léger, il jete les voiles d'un drap sur ce trésor qui n'appartient qu'à lui. Rêve-t-il de pudeur et de retenue ? Non, il ne connait de ses mots que leurs interdits, leurs limites auquelles il ne saurait se plier. Le Serviteur offrira les visions impudiques de ce qu'il est au malheureux imprudent qui ne saura se voiler la face. Mais dans son égoïsme divin, il conserve jalousement l'éclat de son Lys pour ses seuls regards.

-Tes désirs sont les miens, je m'illusionnerais de ta chimérique fragilité.

Les lèvres s'étirent lentement, complices nées de leur étreinte. Il n'est pas dupe, maitre des tromperies et des duperies, s'essayer a cet art abject et enfantin avec lui demeurera lettre morte. Car il est le marionnettiste et non la poupée de chiffon.

Il prends garde a ne pas blesser alors qu'il franchit les obstacles qui les séparent de l'onde, élément de Tari, onctueux liquide cristallin qui ondule doucement, offrant au soleil les milliers de diamants nés de lui même. Entrera-t-il dans le bassin sans hésitation ? Restera-t-il sourd aux tremblements légers qui agitent la peau douce de son Lys ? Bien sur que non, cela lui est interdit par les règles éditées de son propre coeur. Lentement, il dépose son sublime fardeau sur le sol, gardant les frémissements de son corps contre lui, présence rassurante et apaisante. L'heure n'est plus a l'ardeur et la fougue, l'instant se révèle hésitant et précieux.

-Es tu prête ?
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Lun 1 Mar 2010 - 18:36

Katalina ne chercha même pas à retenir le léger gémissement contrit qui roula sur sa gorge, chant étouffé d’une sirène délaissée, alors qu’elle roulait doucement sur le côté pour le laisser se dégager. Ses mains glissèrent sur sa peau, viles tentatrices qui ne voulaient le laisser partir. Elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même, c’était son souhait qu’il exauçait en brisant le calme tumultueux dans lequel ils s’étaient enfermés. Elle s’était sentie si bien quand sa joue reposait sur son torse qu’elle retrouvait l’apprêté des draps avec répugnance. Ah, si seulement Tyra leur avait offert l’éternité… Mais non, au lieu de cela, le temps filait sans regarder en arrière, et le monde avec lui. Et même s’il était parfois tentant de s’arrêter un court instant en le regardant s’éloigner, la jeune femme savait que la chose était impossible et qu’on se retrouvait toujours entraîné dans sa course infernale.

Cédant à son appel muet, l’homme de sa nuit l’attira à lui, la prenant dans ses bras… Elle esquissa un léger sourire, ravie de le retrouver déjà, enfin… Elle ferma les yeux, alors qu’elle sentait l’étoffe légère d’un drap recouvrir ses épaules. Relevant paresseusement la tête vers les lèvres enivrantes du sang-mêlé, elle laissa son regard témoigner de son amusement et de son étonnement, savamment mêlés par de subtils éclats d’excitations. Elle connaissait Aerandir et ses rapports avec la pudeur, en ayant déjà fait les frais alors qu’ils étaient encore à Alëandir.

« Est-ce vraiment raisonnable ? »

Sauf que la raison n’avait plus son mot à dire. Elle avait été balayée par le chant d’Arcamenel, et c’était bien la folie qui guidait désormais les deux amants. Douce, délicieuse, impétueuse et ne souffrant aucune contestation, elle enlaçait les consciences, les guidait avec fermeté. Nulle échappatoire, dans cette douce félicité, sinon l’abandon total, au mépris des possibles regrets. Katalina n’avait pas le cœur de le brider, et une partie d’elle-même souhaitait se laisser emporter par ses fantaisies, aussi décida-t-elle de ne rien faire. Sa respiration se fit légèrement saccadée dès qu’ils eurent franchit la porte, tantôt rapide, tantôt lente, complice de son anxiété. L’adrénaline s’était faite maîtresse de son sang, exacerbant ses sens, joueuse devant l’éternel.

Hubert, trente cinq ans, père de trois enfants et soldat vétéran d’Alonna et des deux sièges de Diantra pensait avoir assez vu pour ne plus se faire surprendre. Mais l’improbable vision qui s’offrit à ses yeux éberlués lui montra à quel point la vie pouvait réserver ses surprises pour les moments les plus inopportuns. Son arme s’échappa de ses doigts, frappant en aveugle la pierre polie par les rondes incessantes. Surprise, Katalina se blottit encore un peu plus contre l’être aimé, sentant le rouge s’emparer de ses joues. Le garde reconnut au premier coup d’œil le porteur dévoué pour ce qu’il était… Le Gardien d’Arcamenel portait son élue, et il y avait un intrus dans la toile qui se peignait au grès des coups de pinceaux experts de plus grands qu’eux. Abandonnant son épée, il fit demi-tour et s’éloigna, scellant en son cœur ce qu’il avait pu voir. La vengeance des dieux pouvait être, disait-on, bien cruelle, et il ne souhaitait pas vérifier cette légende populaire.

Elle retrouva finalement le sol avec plaisir, confuse encore de la rencontre muette et discrète qu’ils avaient laissé derrière eux sans un regard. Ouvrant les yeux, elle observa la salle des bains, la même qu’elle avait abandonné la veille au soir. Elle hocha à peine la tête à la question qui lui était posé.

« Oui… »

Timide affirmation, mais affirmation tout de même. Pour autant, elle ne fit pas un geste, restant enlacée à Aerandir. Ils avaient tout leur temps, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 33
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Jeu 4 Mar 2010 - 13:08

-La raison n'a plus lieux d'être...

Outrage dévoilé, insulte jetée au visage de la pudeur. Il aime et le montre, qu'importe les mots vénimeux qui passeront les lèvres impies des jalousies déchainées, il n'opposera que dédain et sourire.

Le son discordant éveille l'interêt, devient parent d'un sourire remplit de fierté et de condescandance. L'orgeuil erre dans le coeur du Serviteur, s'imprime, se sublime, danse dans les prunelles d'or. Vois le trésor allanguit et soupire de ne jamais le posséder.

-Je n'ai que faire de la raison.

Feulement harmonieux sautillant sur les accents passionnés qui l'anime. Joie étreinte et douceur soumise sous les rayons ardents du soleil. La raison est une âme qui ne l'embrasera jamais, insipide et plate, elle est tout ce qu'il ne sera jamais.

L'eau distille sa musique envoutante, son cristallin qui volte dans l'air seulement brisé par leurs mots. Apaisement et timidité, une danse immémoriale et intense, il calme d'une caresse, lent effleurement des reins fragiles.

-Viens.

Oh, il ne quittera pas l'antre de ses bras car là est sa place, mais ils se doivent d'entrer au coeur du royaume de Tyra, soeur écorchée mais dont le coeur chante ces propres créations. L'onde aux reflets transparait les accueillent en son sein, murmurant un salut enchanté alors qu'elle se referme, suave, sur les corps enlacés. Le rire s'éveille, doucement moqueur du froid léger qui s'empare de sa peau, frisson délicieux et caresses mutine.

-Mmmh...Le soleil devrait frapper de ses rayons l'onde, son étreinte est un peu froide a mon goût.

Amusement enfantin qui se revèle sous l'harmonie de sa voix mâle.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Ven 5 Mar 2010 - 1:37

L’eau. Jamais Katalina n’aurait cru un jour la craindre avec autant d’intensité. Depuis combien de temps s’observaient-elles en chiens de faïence, devenues ennemies de circonstances ? L’élément de Tyra avait bien faillit devenir l’instrument de sa mort, et avait sans conteste participé à sa torture, complice impuissante de ses viols, mais complice tout de même. Elle s’était engouffrée dans sa gorge quand ses lèvres s’étaient ouvertes pour laisser échapper son premier cri d’horreur et de douleur, de rage et de peur. Le temps, les efforts d’Aerandir et les siens avaient fait leur office, mais il y avait une plaie qui refusait de se refermer. L’eau, oui, la narguait, se sachant intouchable. Que pouvait-elle, pauvre Katalina, face à cette ancienne amie cruelle qui la faisait suffoquer d’une caresse ? Elle adorait, petite, passer des heures dans son bain, jusqu’à ce que l’eau trop froide lui arrache des tremblements et la force à en sortir. Mais cette époque bénie n’était plus qu’un fade souvenir, et depuis bientôt trois mois, le bain n’était plus qu’un pâle reflet de ce qu’il avait pu être. Et pour cause, que ses genoux soient immergés et la panique naissant, impitoyable.

Sa voix, empreinte de douceur et de fermeté, la tira de sa contemplation sordide. Relevant la tête vers la sienne, elle laissa ses yeux dévaler les courbes de son visage, de son front jusqu’à ses lèvres, devenues perpétuelles tentations. Elle hocha doucement la tête, se blottissant encore un peu plus contre lui, alors qu’il la soulevait de nouveau. Intuitivement, elle bloqua sa respiration, car elle savait que la prochaine chose que ses pieds toucheraient ne serait pas plus solide que le sang qui coulait dans ses veines. Elle ferma les yeux, fuyant la terrible réalité qui l’attendait, nécessaire et voulue, mais incroyablement pénible tout de même.

Le « choc » lui arracha un léger gémissement, alors qu’elle sentait sa poitrine se comprimer. Elle s’agrippa aux épaules d’Aerandir, pressant son corps contre le sien, redevenue l’enfant qui cherche la chaleur, l’amante qui rêve de la peau de l’être aimé pour penser ses plaies, l’égarée qui ne veut plus lâcher la main de son guide. Ses ongles s’enfoncèrent légèrement dans l’épiderme chéri des épaules du sang-mêlé, mais elle parvint à se contrôler… Elle ne voulait pas le blesser. Il lui dispensa ses caresses, et elle se concentra sur ses doigts plutôt que sur l’eau qui l’entourait désormais. Sa voix résonna, et autant qu’à son corps, elle s’y accrocha, laissant échapper un rire saccadé entre ses lèvres crispées. Elle frissonnait, non, elle tremblait, et le froid n’était nullement en cause.

« Je… Je… » Elle se força à pousser un profond soupire, mais ce ne fut que pour emballer un peu plus sa respiration déjà rapide. « Tout va bien, tu es là. »

Oui, il était là. Elle le sentait tout contre elle, véritable bouée au milieu de l’océan. Elle ouvrit les yeux et se força à le regarder, lui et ses yeux d’or. Elle les connaissait par cœur, savait débusquer la vie dans ce regard mort, s’en émerveillait toujours un peu plus. Ils brillaient d’un éclat nouveau, ils rayonnaient comme jamais, et elle s’en trouvait apaisée… Doucement, surement.

Mais elle restait une petite souris craintive, face à un ennemi trop fort pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 33
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Ven 5 Mar 2010 - 17:43

La peur, palpable jusque dans son essence, traçait son chemin dans les âmes enlacées. Frémissement d'horreur et d'appréhension, les ongles de l'aimée s'imprime dans sa peau, douleur légère et distraite, il n'y prendra pas garde, il sert contre lui ce corps qui laisse exalé sa peur. Il caresse la longue chevelure, parure d'ébène qui sublime ce qui ne peut que l'être. Elle tremble. Son Lys s'emeut et cherche son refuge. Il sera son abri, son rocher alors que la tempête se déchaine en elle, il sera toujours cette main qui se tends pour elle, juste pour elle.

-Je serais toujours là. Dans un murmure ou un cri.

Lente symphonie de sa voix qui se meut comme si elle avait une vie propre. Baume apaisant qui coule tel du miel précieux sur le coeur qu'il sait a lui. L'onde les enveloppe d'une caresse suave et pourtant terrible pour le trésor qu'il tiens dans ses bras. Terreur, ainsi se nomme l'ombre qui s'étend sur eux et il la rejette, invitée indésirable qu'il arbore. Il flatte les courbes affolantes qu'il s'est prit a vénéré plus qu'autre chose. Suit la courbe enivrante du dos et baise sa tempe. Il reste immobile, attendant le soulagement, la musique envoutante de sa voix assurée. Les obstacles sont de tailles et le courage est inscrit en lettre enflammées dans l'âme de son Lys.

-Puise en moi ce qui te fait défaut.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Lun 8 Mar 2010 - 1:54

Katalina avait l’impression d’étouffer. Alors que l’eau dépassait à peine son nombril, elle croyait presque la sentir se jeter à l’assaut de ses lèvres, pour se faufiler entre elles et s’enfoncer jusque dans ses poumons. Paradoxalement, elle avait la bouche grande ouverte, tentant de prendre de larges goulées d’air, alors que ses cheveux retombaient devant ses yeux, et comme pour compléter la toile de sa peur, ses traits étaient crispés par l’angoisse… Le tout devait lui donner une allure étrange, décalée, et quiconque l’aurait vu aurait pu douter de sa santé mentale. La seule chose qui l’empêchait de s’enfuir sans demander son reste était le demi-elfe contre lequel elle s’était blottie. Elle avait fermé les yeux quand il avait embrassé sa tempe, et avait enfoui son visage dans son cou.

Il était là, il ne pouvait rien lui arriver. Leitmotiv simple qu’elle scandait en silence, litanie rassurante s’élevant dans le silence de son esprit terrorisé par la peur. Il lui avait promis qu’il serait toujours là. Cette simple confirmation de ce qu’elle soupçonnait déjà l’avait apaisé, et elle tentait désormais de réguler sa respiration comme elle le pouvait. Mais la tâche était d’ampleur, et sa résolution ardue. Surtout que se trouver dans une telle position, à moitié immergée contre le corps d’un homme, lui rappelait inévitablement le pourquoi de son hydrophobie. Douleur, violence… Elle avait beau savoir que son Gardien ne ferait jamais une telle chose, son corps lui se souvenait des sévices et tentait de l’alerter… S’il savait l’erreur monumentale qui était la sienne.

« Tout est de sa faute… à… à lui… » gémit-elle doucement, s’agrippant encore un peu plus, tâchant de respirer l’odeur du sang-mêlé, de s’en enivrer.

Il ne fallait pas être devin pour savoir de qui elle parlait, et Aerandir était loin d’être bête. Il s’agissait là du dernier obstacle qu’il n’avait pas franchi, de la dernière blessure qu’il n’avait pas pansé. Katalina lui avait raconté quelques détails de sa capture… Elle s’était pour la première fois réfugiée dans ses bras quand elle lui avait raconté la façon dont « Nhil » l’avait faite jeûner pour ensuite la forcer à laver la cave dans laquelle il la retenait prisonnière. Mais jamais elle n’avait ne serait-ce qu’évoquer l’épisode des bains. Ses viols étaient restés un secret inviolé, planant entre eux, évidence jamais relevée, que le temps avait recouvert sans effacer. Comment effacer telle horreur ?

« Je veux pouvoir prendre un bain sans penser à… ça… »

Elle savait à quoi elle s’exposait en lui demandant de l’accompagner dans la salle d’eau. Mais Katalina n’était pas le genre de femme qui tournait le dos à ses problèmes, surtout pas quand elle savait pouvoir compter sur un soutien comme Aerandir. Le sommeil, l’obscurité, le corps d’un homme… Il ne restait plus que l’eau pour la terroriser réellement. Aussi il lui fallait vaincre l’eau, comme elle avait surmonté le reste.

Mais il semblait que son dernier ennemi était aussi le plus ancré en elle et le plus difficile à déloger.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 33
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   Ven 12 Mar 2010 - 0:01

Il se fait protecteur, amoureux transi et présence apaisante. Une union sacrée que peu auront le loisir d'admirer. Il n'a de cesse de caresser, il ne peut voir, jamais il ne contemplera la beauté de son Lys mais il sent comme les siens les battements de son coeur. Petit oiseau retenu captif de sa cage de terreur.

-Chut. Ferme les yeux et écoute la plainte de l'onde, nul ne saurait t'atteindre désormais, ainsi en ais je décidé.

Au creux de sa main demeure le diamant pur d'une goutte d'eau, cristal immaculé qui glissera sur son épaule adorée.

-Apprends a en aimer la caresse, elle sait se montrer mer ombrageuse mais en elle reste la douceur de son symbole.

Il chante ses mots sans laisser agir la magie. Le divin n'a pas sa place lui qui coule pourtant ses veines, il n'usera pas de subterfuge pour tirer les ficelles de ses humeurs. Honneteté ? Peut être oui, lui qui louvoie pourtant au coeur de la manipulation. Mais le juste et le vrai font aussi partit de ses attributs et pour elle, ils seront tout puissants. Présent muet qui scintille par sa discrétion, le sourire erre sur ses lèvres et l'or de ses yeux morts renvoi l'onde mirifique de l'eau. Jeux de lueurs séduisantes et fascinantes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au clair de lune | Aerandir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au clair de lune | Aerandir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: