AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme une impression de déjà vu | Adria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Comme une impression de déjà vu | Adria   Sam 26 Déc 2009 - 15:15

Comme une impression de déjà vu
Erac, troisième semaine du printemps


Les choses allaient un peu vite, pour la pauvre Katalina. Oh, elle ne s’en plaignait pas, la plus part des changements qui s’opéraient étaient après tout de son fait, mais tout de même… Avoir déménagé deux fois en quatre jours était par bien des côtés épuisants. Elle se demandait d’ailleurs ce que pouvait en penser le pauvre Aerandir. Partis d’Alëandir, ils avaient fait une halte à Serramire, avant de rejoindre Erac. Parvenus dans la cité ducale, ils s’étaient d’abord installés dans une auberge, le temps de se reposer, avant de s’installer dans les appartements personnels de la jeune noble, dans son comptoir. Et voilà que, trois jours plus tard, elle était l’invitée du Roi, résidant dans son château. Oui, vraiment, elle n’avait pas été au plus simple… Mais c’était surement ce qui faisait son charme, et qui expliquait pourquoi le demi-elfe avait décidé de la suivre…

Mais pourquoi perdait-il son temps à la suivre, d’ailleurs ? Après tout, il était le Gardien d’Arcam ! Il était un de ces êtres des légendes qui parlaient aux Dieux. Il devait avoir un bon millier de choses à faire autre que s’intéresser à une humaine, tout de même. Convertir des infidèles, lutter contre l’hérésie, apporter la bonne parole… Mais non, il n’en faisait rien. A la place, il la protégeait, la guidant avec science et ingéniosité, prenant soin d’elle quand elle allait au plus mal. C’était proprement incompréhensible ! Et le pire était qu’elle en était… ravie. Fascinée par le personnage, certes, mais aussi de plus en plus attirée par l’homme véritable qui se cachait derrière le nom. Un étrange mélange de sentiments, pas toujours compatibles, mais tout de même agréables. Elle oubliait en sa présence les trahisons des hommes, se concentrant sur son sourire ô combien énigmatique. Elle retrouvait ainsi une partie de l’insouciance de la pucelle à qui il reste encore bien des choses à découvrir. Secouant la tête, la Dame Noblegriffon chassa de ses pensées le sang-mêlé qui, à son goût, s’y invitait un peu trop souvent. Non pas que c’était désagréable… Mais elle avait passé l’âge de se laisser embobiner dans ce genre d’histoires, tout de même. Sa relation avec Merwyn de Serramire ne lui avait donc rien appris ? Sauf qu’elle ne pouvait décemment pas comparer les deux hommes, différents à bien des égards.

Le hasard de sa promenade lui fit rencontrer bien des gens qu’elle ignorât pour la plus part. C’était la meilleure chose à faire, quand les gens en question murmuraient sur son passage et l’observaient sans aucune discrétion. Elle ne pouvait pas dire qu’elle était surprise, c’était à prévoir après toutes ses… aventures. Captive du Puy, exilée en Alëandir, rien que cela aurait suffit à attirer les regards… Mais en plus elle gardait sur son visage les traces de son voyage parmi les elfes… Mais elle abordait désormais le visage d’une sang-mêlé… et devait se faire à cette idée. Il était inutile de se perdre en suppositions. Les « si » n’avaient jamais fait avancer le monde. Elle finit par rejoindre, plus ou moins involontairement, les jardins du château. S’arrêtant un instant, elle les observa en silence, esquissant malgré elle un sourire amusé. Ils étaient beaux, mais bien loin de la splendeur saisissante de l’Harmalaica et d’Alëandir. Quand on avait eu l’occasion de porter son regard sur pareille merveille, le reste devenait bien fade. Pour autant, elle ne pouvait que leur reconnaître un certain charme, surtout qu’ils étaient l’œuvre des siens. De toute façon, il ne servait à rien de comparer ce qui ne l’était pas, et Erac et la Prime Cité ne l’étaient en aucun cas. Elle préférait de loin Erac.

S’avançant lentement dans les allés, elle contemplait les roses et autres merveilles florales tapissant l’endroit. Elle se demanda un instant si Lilianna venait souvent ici. La Reine plus qui quiconque avait du être éprouvée par les derniers événements. Après tout, Diantra était devenue son foyer… et celui de sa fille. Lyhann était née dans une ville qui, désormais en partie dévastée, ne pourrait pas la voir grandir avant longtemps. Quoi que Katalina ne savait pas ce qu’allait décider le couple royal. Rester à Erac ou retourner à Diantra pour superviser les travaux et montrer à la population qu’ils étaient proches d’eux ? Connaissant Trystan, elle avait une petite idée de la réponse. Levant les yeux d’un parterre de fleur particulièrement réussi, elle sentit son cœur manquer un battement quand elle cru reconnaître… C’était impossible tout simplement impossible. Que faisait une elfe au beau milieu des jardins du duc d’Erac ? Elle dut rester ainsi immobile plusieurs secondes, à essayer de démêler le vrai du faux, avant de se forcer à faire quelques pas en avant.

« Tu es bien loin des tiens, fille des forêts. »

Elle n’avait pas hésité à parler une seconde dans la langue d’Anaëh. Après tout, si elle avait appris à la parler, c’était bien pour l’utiliser, non ? Sans être parfait, il était compréhensible et fluide, et elle n’en demandait pas plus. Inclinant légèrement la tête, elle reprit la parole.

« Excuse mon intrusion... Mais je dois avouer ma surprise. Je m’appelle Katalina. »

Chez les elfes, la noblesse n’avait pas la même importance que chez les humains, aussi n’ajouta-t-elle rien d’autre. De toute façon, elle doutait que « Noblegriffon » lui dise quelque chose. Etrangement, cela lui faisait plaisir de rencontrer une elfe. Cela lui rappelait les journées passées parmi eux, pas si lointaines mais appartenant déjà au passé. Il lui faudrait revenir de temps en temps à Alëandir, ne serait-ce que pour ne pas oublier la langue des sylvains. Une belle langue, qu’elle était fière de connaître et de parler. Elle avait comme une impression de déjà vu. Entourée de verdure et en compagnie d’une elfe, elle aurait presque pu y être.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Âge : 82
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Sam 26 Déc 2009 - 16:39

Adria s'ennuyait. Ce n'était pourtant pas dans son tempérament. Habituellement, elle était plutôt du genre à s'intéresser à tout et n'importe quoi et à s'amuser d'un rien, mais ce jour là, elle tournait en rond, dans l'attente des deux seuls choses qu'elle aurait aimé faire et dont elle devait se passer pour le moment. Tout d'abord, Olwë lui manquait. Le loup ne pouvait vivre au château, et si elle l'avait, plus d'une fois depuis son arrivée, fait se faufiler en douce jusque dans sa chambre, elle évitait de trop prendre de risque. De toutes façons, il était bien mieux à crapahuter dans la plaine ou les bois, l'enfermer là n'aurait ps été très gentil. Seulement, il lui manquait malgré tout car au fil des années ils étaient devenus très proches. La raison qui faisait qu'elle restait à Erac était aussi la seconde chose qu'elle attendait avec impatience : les cours de magie de Nakor.

En fait, ces leçons occupaient en grande partie ses pensées. Elle avait appris plus qu'elle n'aurait pu imaginer ces derniers jours en suivant les folies du magicien. Bien-sûr, maintenant, elle faisait quelques cauchemars à propos des drows, suite à la "vision d'horreur" qu'il lui avait fait subir, mais elle estimait que ça en valait largement la peine. Elle avait encore du mal à voir ce que la magie changerait dans sa vie et ce que le développement de ses capacités impliquerait, mais travailler cela lui faisait immensément plaisir. Elle songeait sans cesse aux exercices qu'elle avait appris, aux entrainements qui devraient l'aider à progresser et gardait dans un coin de sa tête les dizaines de questions qu'elle poserait au prochain cours et qui avaient tendance à se multiplier. C'était bien suffisant pour la convaincre de rester à Erac.

Pourtant, vivre au château lui pesait. Pour commencer, la forêt lui manquait, les jardins ne lui suffisant absolument pas. Elle aimait la forêt et son fouillis de branchages, les petits sentiers perdus et tous les animaux qui s'y cachaient. Ici, elle avait l'impression d'être enfermée et se prenait souvent à s'éclipser pour sortir de la ville où elle retrouvait parfois Olwë. Mais ce n'était pas toujours possible, en particulier lorsqu'elle espérait croiser Nakor pour discuter un peu magie. L'ennui, et elle le comprenait très bien, c'était que le vieil homme avait d'autres soucis en tête que son enseignement.

Mais cette sensation d'étouffer n'aurait rien été si elle n'avait pas eu un second problème : les habitants du château. Oh, elle n'avait rien contre eux et personne n'était désagréable avec elle ! Mais elle restait une elfe en territoire humain, et pour cela on avait tendance à la regarder comme une bête curieuse. Elle était pourtant habituée à côtoyer d'autres races, mais là, elle savait qu'il y avait toutes les chances pour qu'elle croise des gens de la noblesse et elle craignait de commettre un impair. Se sachant trop bavarde, elle ne voulait pas être maladroite et que Nakor puisse avoir honte d'elle. Elle préférait donc passer son temps seule, sans chercher à prendre contact avec tous ces gens qui la dévisageaient avec de grands yeux.

Ce jour là, la jeune fille se promenait donc seule dans les jardins du château. Depuis qu'elle vivait là, elle était mieux vêtue qu'à l'époque où elle courait par monts et par vaux, mais elle gardait une grande simplicité dans sa tenue. Une robe blanche, en laine fine qui la protégeait du petit vent printanier et des bottines légères. Ses longs cheveux flottaient comme à l'accoutumée sur ses épaules et elle murmurait une chanson en déambulant entre les parterres fleuris.


« Tu es bien loin des tiens, fille des forêts. »

Plus que le fait qu'on s'adresse à elle, le fait d'entendre parler elfique fit se retourner Adria. Une jeune femme aux traits étranges se tenait devant elle. Étranges, car si pour la sylvaine il était évident que l'inconnue ne pouvait être également une elfe, elle avait néanmoins des traits qui s'en rapprochaient.

« Excuse mon intrusion... Mais je dois avouer ma surprise. Je m’appelle Katalina. »


le visage de la jeune fille s'éclaira d'un sourire, alors qu'elle répondait avec plaisir dans sa langue natale:


" Tu n'as pas à t'excuser ! Je resterais enfermée si je ne voulais voir personne ! "

Non, elle n'avait pas l'air ennuyée le moins du monde, d'autant que si Katalina paraissait curieuse, elle ne la dévisageait tout de même pas comme si elle dérangeait. Continuant les présentations, elle reprit gentiment :


" Je m'appelle Adrianëdel... Mais on m'appelle Adria, c'est plus simple ! "

Pas de nom de famille, pour elle non plus, mais c'était parce qu'elle n'en avait pas. Elle eut un petit sourire et haussa les épaules en ajoutant :

" Oui, je suis loin des miens. Disons qu'un jour l'envie m'est venue de partir à l'aventure et que le temps de me rendre compte que ce n'était pas forcément une bonne idée, c'était un peu tard ! "

Oh oui, elle avait fini par s'en mordre les doigts ! Et pourtant, elle n'avait aucune envie de retourner se cloitrer à Aleandir. D'ailleurs, dans son intonation, on voyait bien qu'elle n'avait pas l'air de trouver ça dramatique et elle conclut :

" De toutes façons, je n'ai jamais réussi à me fixer quelques part plus d'une dizaine d'années je dirai... C'est très peu. " précisa-t-elle en songeant que pour un humain ça devait sembler normal.

Puis sa curiosité naturelle refaisant surface, elle demanda :


" Je ne crois pas t'avoir déjà croisé ici, mais je ne suis arrivée que récemment, en même temps que les souverains. Tu habites au château ? "

Elle devait paraitre plutôt bavarde et pleine d'énergie mal contenue, assez loin du cliché des elfes sages et réfléchis. Raconter sa vie à une parfaite inconnue ne semblait pas lui poser problème et si on lui laissait deux minutes, elle trouverait bien le moyen d'en apprendre autant sur son interlocutrice. Adria souriait, agréablement surprise de se trouver face à quelqu'un qui avait l'ait heureux de la croiser.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Sam 26 Déc 2009 - 17:47

Si Katalina ne savait pas réellement à quoi s’attendre quand elle décida d’engager la conversation avec la - semblait-il, mais les apparences étaient trompeuses pour le peuple des forêts - jeune elfe qui était apparue inopinément devant elle, elle devait avouer qu’elle n’était pas mécontente du résultat. Esquissant un léger sourire, elle se détendit totalement, l’observant avec curiosité certes, mais aussi et surtout avec sympathie. Les elfes n’étaient plus pour un mythe mais une réalité à laquelle elle avait été confrontée assez longtemps pour s’habituer. Sinon, surement aurait-elle réagit comme les autres. La jeune noble était humaine, et elle possédait les mêmes défauts que sa race… Mais au contraire de bien des hommes, elle se trouvait dans une position délicate où elle souffrait de ces imperfections. Se faire dévisager n’était jamais agréable, elle le savait mieux que quiconque. Avoir l’impression de n’être qu’une bête de foire était encore pire. Quoi que l’elfe qui lui faisait face pouvait au moins bénéficier du respect apparent qu’inspiraient les siens. Méconnus, ils étaient le sujet de bien des rumeurs et l’on vantait souvent la puissance de leur mage… Katalina, elle, n’avait pas cette chance. Mais elle avait appris à faire avec. Comme elle s’y attendait, la réponse se fit en elfique… Une bonne occasion de s’exercer dans la pratique de cette merveille, histoire de ne pas se limiter qu’aux chants que lui avait enseignés Aerandir.

« Les bâtisses humaines ne sont pas faites pour les elfes. »

Et c’était bien vrai. Les réalisations elfiques étaient bien plus ouvertes sur l’extérieur, la nature et la lumière jouaient un rôle évident dans l’ensemble. Les raisons étaient nombreuses. Déjà, les sylvains ne craignaient pas le froid, ou dans une moindre mesure comparé à la frilosité des hommes. Ensuite, peu coutumiers aux guerres et autres dissensions internes, ils n’avaient nul besoin de fortifications militaires. Il en existait, bien entendu, mais aucune qui ne soit comparable à Erac où à bien des villes humaines dont le but premier était de protéger ses habitants des menaces extérieures. C’était une question de civilisation, rien de plus.

« C’est un plaisir que de faire ta connaissance, Adria. J’ai beaucoup de sympathie pour ton peuple. »

Et pour cause, même s’ils l’avaient fait en grande partie grâce à l’influence d’Aerandir, ils l’avaient accueillie chez eux. C’était d’ailleurs une des robes qu’on lui avait donnée là bas qu’elle portait actuellement, retouchée pour s’adapter à ses formes résolument humaines. Car si elle ne possédait pas une poitrine abondante, elle n’était pas non plus « une planche à pain », comme on aurait pu le décrire familièrement, et il avait donc fallu faire quelques retouches. Oui, elle devait beaucoup à l’accueil des sylvains… et elle regrettait presque de ne pas les avoir côtoyés plus. Être l’amie d’un Gardien était un don à double tranchant. On l’avait acceptée, mais on s’était tout de même méfié. Les rêves d’aventures arrachèrent un nouveau sourire sincère à Katalina, les ayant partagé un temps. N’avait-elle pas adoré voyager, elle aussi ? Faire le tour de la Péninsule sur le dos de son fier Quiétude - elle avait presque toujours dédaigné le carrosse au profit de la scène amazone, une autre forme de provocation - histoire d’y augmenter son influence avait été un réel plaisir.

« C’est le privilège de la jeunesse de pouvoir se précipiter. » observa-t-elle quand Adria lui confia avoir regretté à un moment donné sa décision de parcourir les routes. « Afin de pouvoir apprendre de ses erreurs et pouvoir ainsi s’aventurer sur les voies de la maturité. »

Et qu’est-ce que Katalina aurait aimé retrouver la douce insouciance de la jeunesse ! Voilà bien longtemps qu’elle avait laissé derrière elle ses illusions. Elle ne brûlait plus de voir les Noblegriffon rayonner, désormais - et estimait par ailleurs que c’était déjà en partie le cas - et ne souhaitait plus obtenir le respect de ses pairs. Elle avait su que ces deux rêves en particulier seraient durs à réaliser… Mais elle s’était faite à l’idée de ne pas y arriver complètement. Sa famille ne retrouverait la place qui avait été la sienne il y avait de cela deux siècles, et elle ne pourrait jamais converser d’égal à égal avec un noble. Il y en aurait toujours pour la cantonner à sa condition de femme et de veuve. Mais les questions de sa nouvelle amie ne lui laissèrent pas le temps d’y repenser trop longtemps, et elle se fit un plaisir de satisfaire sa curiosité. Après tout, la sienne l’avait été.

« Mon arrivée est encore plus récente. Je reviens tout juste d’Alëandir, et je me suis installée ici il y a quelques jours à peine. »

Son sourire laissa place à une figure pensive. Ainsi, Adria était arrivée en même temps que le Roi et la Reine ? Etait-ce un hasard ? Avec les elfes, comment savoir ? Elle avait beau sembler jeune, Katalina était prête à parier qu’elle avait au moins trois fois son âge, peut-être plus, et ses desseins pouvaient très bien être plus complexes que ce qu’elle en disait.

« Ton arrivée ici a-t-elle quelque chose à voir avec la… » Elle hésita, se rendant compte qu’elle ne connaissait pas le mot elfique adéquat. « … rébellion… » Le mot sonnait étrangement, au beau milieu d’une phrase prononcée en elfique. « … des nobles ? Désolée, je ne connais pas encore parfaitement ta langue, il faut croire. »

Elle secoua la tête, gênée et amusée à la fois. Bon, il n’était jamais agréable de se voir prendre en défaut, surtout quand on avait un caractère comme Katalina. Mais d’un autre côté, qu’était un mot sur toute une conversation ?
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Âge : 82
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Sam 26 Déc 2009 - 20:19

La remarque sur les bâtisses humaines tira une petite grimace à Adria.

" J'avoue que j'ai l'impression d'étouffer ici... Mais en fait j'ai un peu le même sentiment à Alëandir ou dans n'importe quelle autre ville. Peut-être ici un peu plus, mais ce n'est pas vraiment dû à Erac elle-même. C'est même une jolie ville, je trouve, Diantra est plus... très étendue. "

Oui, à choisir, elle préférait de loin le duché à la capitale. ici, c'était toujours plus proche de la campagne et c'était ça de gagné. Voyant que Katalina avait un peu de mal à parler couramment l'elfique elle avait pris la peine de ralentir un peu son débit de parole qui avait tendance à être particulièrement élevé. Ce n'était pas souvent qu'on croisait une humaine sachant parler cette langue. Elle s'apprêtait à lui demander comment cela se faisait, mais son interlocutrice reprit la parole. Adria sourit et répondit simplement :


" Le plaisir est partagé. Pour ma part, j'apprécie aussi les humains. "

C'était vrai, elle aimait bien voyager et les humains qui avaient pris la peine de la connaitre un peu lui étaient sympathiques. Elle savait que beaucoup d'elfes les trouvaient grossiers, lourdauds et sans finesse, mais elle, elle appréciait leur spontanéité et leur façon de vivre au jour le jour - du moins, à ce qu'il lui semblait vu la durée restreinte de leur vie.

Quand Katalina argua que c'était le fait de la jeunesse de se précipiter, Adria se demanda quel âge elle pouvait avoir. Si on en croyait ses traits, une vingtaine d'années, peut-être un peu plus. Mais c'était tellement peu au regard d'une elfe ! Elle s'estimait elle-même comme étant jeune, les siens ne la prenant pas encore tout à fait pour une adulte. Mais vingt ans, c'était vraiment infime et pourtant, l'humaine devait être sortie de l'enfance. Comment avait-elle put avoir le temps de se construire mentalement ? C'était la question que se posait Adria à chaque fois qu'elle considérait le temps de vie humain. Apprendre de ses erreurs, comme elle disait, et murir... En vingt ans, quelles bêtises pouvait-on avoir le temps de commettre et quand bien même on serait doué dans ce domaine, où trouver le temps d'en tirer des leçons et d'analyser les conséquences de ses actes ?

Adria était bavarde, mais pas au point de balancer à une presque inconnue une remarque comme "alors les humains ont le temps de murir ?". A une époque, elle l'aurait fait, sans aucun doute et s'en serait probablement mordu les doigts, mais elle avait appris à présent à tenir un minimum sa langue. Rien que ça... Il lui avait fallu soixante quinze ans pour comprendre que dire tout ce qui lui passait par la tête n'était pas une bonne idée !

La dernière question fit repasser Adria à la langue humaine. Elle la maitrisait bien, l'ayant appris assez jeune et pratiqué régulièrement depuis qu'elle voyageait. Elle avait toujours un accent elfique dont elle n'était jamais parvenu à se débarrasser, mais elle était assez à l'aise pour tenir une conversation.

" Ce n'est pas grave, je peux parler ta langue si tu préfères... Et c'est "rébellion" traduisit-elle au passage. Mais je trouve que tu t'en sors vraiment bien avec l'elfique. Je suis surprise qu'une humaine... "

Elle s'aperçut qu'elle avait peut-être gaffé et sentit le rose lui monter aux joues. Autant elle n'avait aucun soucis avec les autres races quelles qu'elles soient, autant elle savait très bien que ce n'était pas le cas de tout le monde. Peut-être Katalina allait-elle s'offenser de ce qu'elle avait sous-entendu. Enfin, maintenant qu'elle avait mis les deux pieds dans le plat, autant y aller franchement :


" Enfin, j'ai remarqué que tu avais des traits elfiques... euh... "

Elle s'enfonçait, alors mieux valait changer carrément de sujet. Elle reprit donc un peu d'assurance pour passer à la suite :

" Bref, pour répondre à ta question... "

Elle réfléchit quelques secondes en se demandant que répondre. Tout était relatif.


" Eh bien, dans un sens oui, mais en même temps, pas vraiment. Nakor, le magicien, m'a prise comme apprentie, à Diantra, et lorsque la ville a été attaquée, il m'a fait sortir en même temps que les souverains. Je me suis retrouvée là. "

Un concours de circonstances, d'une certaine façon. Alors non, elle n'avait rien à voir avec la guerre civile, mais en même temps, sans cette dernière, elle serait encore à Diantra. Elle se souvint que Katalina avait prétendu venir d'Alëandir et elle demanda spontanément avant d'avoir pu s'en empêcher :

" Que faisais-tu chez les miens ? "

Nouvelle petite grimace en constatant qu'elle avait encore parlé plus vite qu'elle ne réfléchissait. Mais aussi, c'était intriguant, une humaine en terres elfiques ! Néanmoins elle corrigea tant bien que mal d'un air piteux :


" Euh... j'imagine que ça me regarde pas, désolée... Hem... Ça va bien là-bas ? "

Tentative malhabile pour essayer de faire oublier ses questions indiscrètes. L'ennui, c'était qu'au final, si elle avait muri et appris qu'on ne parlait pas à tort et à travers, c'était que maintenant, ça lui arrivait encore mais qu'en plus elle était incroyablement gênée ! Enfin la question sur Alëandir l'intéressait réellement car, même si elle n'avait personne qui l'attendait là-bas, elle aimait bien sa capitale. Avec tous les troubles en terres humaines, elle finissait par craindre que les siens ne subissent les mêmes désagréments.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Sam 26 Déc 2009 - 22:52

Tout cela plaisait beaucoup à Katalina. La conversation était agréable, le ton léger, le temps clément… En somme, cela augurait une journée sans le moindre souci, et c’était une chose plus que bienvenue. L’humaine observait l’elfe avec un sourire, se demandant quel tableau elles pouvaient offrir. Le plus amusant était que si Adria possédait les traits incontestablement elfique, elle-même possédait une partie de leur « grâce », désormais… Et elle était vêtue comme une sylvaine d’Alëandir. Décidément, c’était un spectacle bien rare pour les pauvres eraciens. D’ailleurs, que devait en penser son interlocutrice ? Pensait-elle avoir à faire à une demi-elfe ? Surprise par ce raisonnement, car c’était bien la première fois qu’elle voyait les choses ainsi, elle se demanda si elle « allait bien » avec Aerandir, avec cette nouvelle apparence. C’était bien le premier aspect positif qu’elle pensait avoir trouvé aux changements qu’avait opéré sa rencontre avec… Elle grimaça en même temps qu’Adria, mais pas pour les mêmes raisons. Qu’il était frustrant de ne pas se souvenir ! Elle gardait des images floues d’un lieu enchanté et féérique… Mais rien de plus.

« Diantra est en effet surement la "pire"… »

Avant. Maintenant, elle l’était assurément. Mais cela, elle ne le dit pas. Penser au destin tragique de la capitale ne ferait que ternir un peu une scène tendant pourtant vers la perfection. Oui, Diantra avait subit les affronts de la trahison. Oui, elle avait du faire face à la barbarie des hommes. Tout cela n’était que trop vrai. Mais la vie continuait, et pour ce qu’en savait Katalina, elle était prête à parier que les travaux avaient déjà commencé. Les humains n’étaient peut-être pas capables de merveilles comparables à Alëandir ou même Kirgan, mais ils n’en restaient pas moins des bâtisseurs incroyablement efficaces. Combien de temps avait-il fallu aux elfes pour bâtir la Prime Cité ? Au nez pour creuser les galeries de leur joyau ? Surement bien moins qu’il n’en avait fallu aux humains pour mettre sur pied ce que deviendrait Diantra… On pouvait presque les comparer à des fourmis, même si la comparaison n’était guère flatteuse.

Il était rare de rencontrer en terres humaines… Peut-être était-ce normal, quand la chance était au rendez-vous, de tomber sur un elfe appréciant ses voisins de l’est. Il était inutile de se voiler la face, l’histoire entre les deux peuples n’étaient pas des plus paisibles. Les guerres s’étaient succédé, très souvent à l’initiative des Enfants de Néera - Kÿria quant à elle avait doté ses Enfants d’un amour si fort pour leur foyer qu’ils ne cherchaient pas à conquérir de nouvelles terres - et les blessures étaient profondes des deux côtés. Adria ne semblait pas, quant à elle, souffrir de ces longs siècles d’oppositions. Tant mieux, après tout, cela augurait d’autres conversations, et d’autres occasions d’améliorer encore son parler elfique. Un parler qui démontra rapidement ses limites car elle finit par buter sur un mot. Il fallait dire que « rébellion » n’était pas un terme qu’elle avait utilisé pendant son séjour en Anaëh. Elle était trop occupée à des pensées plus… sereines. La guerre était loin derrière elle. Et elle avait fait le choix de revenir malgré tout cela. Parce que si les bâtisses humaines n’étaient pas adaptées aux elfes, le rythme de vie des elfes n’étaient pas adapté aux humains. Adria les trouvait extrêmement rapide… De son côté, Katalina les trouvait d’une lenteur à faire peur. Encore une fois, une question de civilisation.

« Merci pour la traduction. Si ça ne te dérange pas, j’aimerai continuer à parler ta langue. Quel meilleur moyen de s’améliorer ? »

Elle esquissa un sourire. Que pensait Adria ? Humaine, demi-elfe, ou simplement une coïncidence ? C’était en effet une bonne question, et Katalina elle-même ne connaissait pas la réponse. La seule qui connaissait la vérité était une créature de légende, perdue dans Anaëh… quelque part. Un jour, l’humaine se mettrait en quête de la retrouver. Un jour, mais pas encore, elle n’avait tout simplement pas le temps.

« Je possède en effet les traits de ton peuple… du moins, en partie. Un don de la forêt elle-même, je crois… C’est compliqué, je ne comprends pas moi-même. Mais je suis bien une humaine, aussi improbable que cela puisse paraître. »

Le ton n’était pas hostile, loin de là, mais on pouvait du premier coup d’œil voir que le sujet ne ravissait pas l’humaine, justement parce qu’elle ne « comprenait pas ». Se réveiller un matin au beau milieu d’une forêt avec un visage différent était… déstabilisant. Elle avait encore du mal à réaliser, et il n’était pas rare de la voir sursauter à chaque fois que son regard se posait sur son reflet. Elle finirait bien par s’y habituer, mais il allait lui faire un peu plus que deux semaines. Beaucoup plus, même. Mais elle avait du temps devant elle, du moins au sens humain du terme. Adria serait encore jeune quand elle finirait par s’éteindre. Etrangement, cette pensée lui arracha un sourire. Elle n’enviait pas l’éternité des elfes, par après avoir « tant » vécu. Elle hésita un instant, ne se rappelant plus qui était Nakor. Pourtant, elle était certaine de connaître le nom… Et il ne lui fallut pas énormément de temps pour s’en rappeler.

« L’apprenti de ce vieux f… du conseiller du Roi ? Eh bien, tu es pleine de surprise, Adria. »

De nouveau, elle sourit, ne se laissant pas troubler par les paroles qu’elle avait faillit prononcer. Beaucoup considéraient Nakor comme un mage extrêmement puissant, mieux valait éviter de se le mettre à dos. Et le traiter de vieux fou n’était surement pas la meilleure chose à faire devant son apprentie. Enfin, elle ne craignait pas grand-chose, elle ne connaissait pas encore la jeune elfe mais doutait qu’elle irait tout redire au mot près à son maître. Elle éclata devant son gène, alors qu’elle se rendait compte de l’indiscrétion de sa question.

« Il n’y a pas d’offense, tranquillise toi. »

Katalina était presque touchée par tant de prévenance. Si elle avait su, la pauvre Adria, ce qu’avait pu endurer la jeune noble niveau questions indiscrètes…

« Je me suis exilée à Alëandir pour prendre le temps de me reconstruire, suivant la suggestion de… d’un très bon ami. Et de l’aperçu que j’ai eu, la Cité se porte à merveille. »

Etrangement, elle n’avait pas envie de parler d’Aerandir. Ou du moins, elle n’avait pas envie d’en parler en tant que « Gardien d’Arcam ». Elle n’avait pas honte, non… C’était plus compliqué que ça. Disons qu’elle s’en sentait plus proche quand elle l’évoquait comme un « très bon ami » que comme un religieux investi d’un Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Âge : 82
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Dim 27 Déc 2009 - 15:43

« Merci pour la traduction. Si ça ne te dérange pas, j’aimerai continuer à parler ta langue. Quel meilleur moyen de s’améliorer ? »

Adria secoua la tête avec enthousiasme :


" Non, au contraire, c'est agréable de pouvoir parler elfique... Par contre, n'hésite pas à me dire si je parle trop vite. Ça m'arrive souvent ! Même les miens s'en plaignent, parfois ! "

Les traits elfiques, un don de la forêt ? La jeune fille la dévisagea, perplexe. Oh, bien-sûr, des légendes, des histoires de magie sur ce genre de choses, elle en avait entendu, mais le voir de ses propres yeux, c'était étrange. On racontait beaucoup de contes sur Anaëh mais ça ne concernait pas les humains, habituellement... Décidément, Katalina l'intriguait. Enfin, de là à trouver le fait qu'elle soit humaine improbable... Non, pour une elfe, ce n'était pas dur de voir qu'elles étaient différentes. Même la tenue résolument elfique n'y changeait rien. Il faudrait beaucoup plus que cela pour qu'on la confonde avec une elfe. mais il était vrai que la ressemblance, par certains côtés, était troublante. Que cela soit dû à la forêt n'en était pas moins curieux.

Adria comprit qu'il valait mieux changer de sujet et elle devait reconnaitre que, toute curieuse qu'elle était, cela lui convenait. Elle n'aimait pas mettre les gens mal à l'aise, et en insistant, c'était ce qu'elle risquait de faire. Elle était facilement indiscrète, oui, mais jamais volontairement, la plupart du temps elle ne s'en rendait tout simplement pas compte. Comme il lui était facile de raconter sa vie à n'importe qui, elle oubliait parfois que tout le monde n'était pas comme elle.

La réaction à propos de Nakor la déstabilisa un peu et elle écouta la suite d'une oreille assez peu attentive. Alëandir allait bien, c'était rassurant. Elle ignorait quand elle y retournerait et n'était nullement pressée de retrouver les siens. A force de voyager, elle avait fini par se sentir partout et nulle part chez elle. C'était un peu perturbant, mais pas plus que de se senti à l'écart dans la capitale alors qu'elle aurait logiquement dû être entourée.


" Tant mieux, il y a assez d'horreur sur les routes et en terres humaines pour ne pa sen rajouter... J'espère juste que cela durera. "

Réfléchissant visiblement, - sans rien dire, une fois n'est pas coutume ! - elle garda le silence un instant avant de revenir au sujet du magicien qui l'avait intrigué.

" Alors, tu connais un peu Nakor ? "

Elle avait bien compris ce qu'avait failli dire Katalina, mais ne semblait pas offensée d'une quelconque façon. Elle hésita un bref instant avant de reprendre :

" Je l'aime bien. Il est un peu... foufou, comme moi. Je ne peux pas dire qu'il ne peut pas être sérieux, mais j'avais peur en apprenant la magie de m'ennuyer avec un vieux maître très rabat-joie, mais il n'est pas du tout comme ça, c'est agréable. "

Elle avait l'air sincère : elle appréciait le magicien pour son côté original et sans ça, elle n'aurait probablement pas suivi ses cours avec autant d'acharnement ni autant de plaisir. Or, pour la jeune elfe, il aurait été très dur, pour ne pas dire impossible, de se plier à une discipline stricte. Même sa magie flottait en partant dans tous les sens au lieu de se concentrer sagement !


" Ça ne fait pas très longtemps que j'ai commencé à apprendre la magie, remarqua-t-elle en bavardant gaiment, mais ça me plait... Ça faisait longtemps que j'avais envie d'essayer. "

Elle passa sur les catastrophes qu'elle avait pu commettre sans le vouloir. A présent, elle avait beaucoup plus confiance en elle et, ça aussi, elle le devait à Nakor. Et puis, de toutes façons, revenir sur ses échecs passés n'était pas dans son tempérament. Elle avait tourné la page, comme à son habitude.

" Et toi, es-tu magicienne ? "

Après tout, pourquoi pas ? Elle ne sentait rien de magique émanant de la jeune femme, mais elle pouvait se tromper. Après tout, elle estimait qu'elle pouvait ne rien voir parce que la magie de Katalina était trop faible ou au contraire parce que cette dernière la maîtrisait tellement bien qu'elle pouvait la masquer à l'envie. Ou alors il y avait tout un tas d'autres possibilités qu'elle n'envisageait certainement pas.

" C'est drôle, remarqua-t-elle avec un petit rire, on dit que ceux de mon peuples sont des experts en magie et j'ai trouvé le moyen de travailler avec un humain ! Quand je dis que j'apprécie les tiens... "

Elle avait effectivement croisé un magicien elfe, mais elle se souvenait d'une conversation tellement austère qu'elle avait cru ne plus jamais avoir envie de revenir à la magie. Elle en était ressortie avec plus de craintes qu'autre chose... avant de se ressaisir et de tomber sur Nakor.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Dim 27 Déc 2009 - 18:36

Ah, le plaisir de parler une langue étrangère. Certains ne le comprenaient pas, mais pour Katalina, c’était une véritable joie que de dialoguer avec une elfe dans son parler natal. C’était une sorte de fierté, peut-être mal placée, mais si en plus cela ravissait son interlocutrice. Ca aussi, la jeune noble pouvait le comprendre. Il était arrivé par moment qu’elle ressente le besoin de parler l’humain, quand elle était encore à Alëandir. C’était une forme du mal du pays, surement, mais c’était bien réel. La conversation continuerait donc à se faire en elfique, et même si parfois elle avait des tournures de phrase étranges, ou un vocabulaire assez approximatif, dans le fond elle « s’en sortait vraiment bien avec l’elfique », comme l’avait fait si gentiment remarquer Adria.

« Je parviens encore à suivre… Je te ferais signe si ce n’est plus le cas. »

Pour la énième fois depuis le début de la conversation, elle sourit. Elle ne doutait pas que la jeune elfe ferait des efforts si elle le lui demandait, mais comme elle l’avait dit, pour le moment elle parvenait à comprendre tout ce qu’elle avait pu dire. Le léger malaise qui s’installa quand ils évoquèrent sans vraiment se mouiller l’étrange événement qui avait valu à Katalina de ressembler à une sang-mêlé fut vite oublié, et heureusement… Il aurait été dommage que la bonne ambiance qui s’était invitée d’elle-même en souffre, mais il ne semblait pas être dans le caractère de l’apprentie magicienne de se laisser aller au désespoir et à la mélancolie. Une qualité, dans ce monde troublé, que beaucoup devait lui envier, surtout parmi son peuple. Après tout, avec la longévité venait souvent la compréhension, et la compréhension tutoyait souvent le cynisme… Etrange, mais pourtant vrai. Quelles vérités pouvaient bien connaître les vieux elfes, pour se murer ainsi dans l’austérité ? A bien y réfléchir, elle ne voulait pas savoir.

Si Katalina parvint à dissimuler son gène par rapport à sa bourde sur Nakor, Adria sembla s’interroger sur ses motivations… C’était bien normal, après tout, elle devait apprécier celui qui l’avait prise sur son aile pour lui enseigner son art. Elle sembla tenter de passer à autre chose en rebondissant sur la dernière intervention de la noble. Oui, Alëandir allait bien, très bien même, du moins elle n’avait rien vu qui laisser penser le contraire. Mais si ça avait été le cas… les elfes l’auraient-ils laissé apercevoir leur trouble ? D’un coup, elle en était moins sûre, mais haussa légèrement des épaules. Les elfes avaient de nombreux secrets, et elle n’avait aucune envie de les percer. Elle se souvint pourtant d’un événement qui semblait les avoir secoués, et elle pencha la tête.

« Aucune horreur, non… Du moins, pas à ma connaissance. Par contre, ton peuple pleure la mort de la Gardienne de Kÿria. Sa dépouille a été retrouvée dans l’Harmalaica… Comme si elle s’était endormie… Je dois avouer que je n’ai pas tout compris, on n'en parlait pas devant moi. »

Elle n’avait même pas vu la dite dépouille, qui avait été prise en charge par le Culte de Kÿria. Mais la nouvelle avait fait du bruit dans la Cité pendant quelques temps tout de même, et on s’était interrogé sur cette mort soudaine. C’était une ou deux semaines avant son départ.

« Je ne peux pas t’en dire plus. »

Elle se retint de secouer la tête quand la sujet en revint vers Nakor… Ah, elle pouvait bien maugréer contre les nobles qui persiflaient sur son dos, elle n’était pas mieux. Connaissait-elle le Conseiller du Roi ? Pas le moins du monde, elle ne l’avait même jamais aperçu. Pour autant, elle avait entendu des rumeurs le dépeignant comme un mage puissant et dangereux, impitoyable et cruel… Le pouvoir effraie, et la cour n’aimait pas être effrayée, aussi se protégeait-elle comme elle le pouvait. Et, étrangement, elle ne trouvait souvent pas mieux que parler, parler et encore parler… Heureusement que toute la noblesse n’était pas comme la Cour, et qu’il existait parmi eux des hommes d’actions qui faisaient autre chose que d’entraîner leurs langues à raconter des horreurs. Mais on parlait aussi de lui comme d’un vieillard toujours de bonne humeur, un brin décalé et parfois… un peu foufou, comme le dit si justement son élève.

« Je n’ai pas cet honneur, pour être honnête. Je peux juste me baser sur ce qu’on peut raconter à son sujet. » Elle esquissa un sourire, et inclina légèrement la tête. « C’est un tord, d’ailleurs, je devrais le savoir mieux que n’importe qui. »

Se redressant, elle porta son regard autour d’elles, histoire de voir si leur présence attirait l’attention. Pour le moment, les jardins étaient presque déserts, mais elle remarqua tout de même quelques gens qui ne les quittaient pas des yeux. Elle esquissa un léger sourire, presque amusée, de nouveau à l’aise avec le regard des autres. C’était comme une libération. Revenant rapidement à Adria, elle pencha la tête alors qu’elle lui parlait de son excitation quant à sa formation. Cela, Katalina pouvait le comprendre, elle avait adoré les « cours » de feu son mari Elyas… Economie, marchandage… Elle aussi avait connu la passion de l’apprentissage. Mais ce qui la surprit sincèrement, ce fut sa question… totalement imprévisible. Elle, une magicienne ? Elle éclata d’un rire sincère et joyeux.

« Certains en sont persuadés, désormais ! »

Personne n’était encore venu encore lui demander quel était « son secret », mais cela ne l’étonnerait même pas. Après tout, elle devait attiser bien des jalousies… Quoi que celles qui viendraient la voir ne comprendraient surement jamais ce qu’on pouvait ressentir quand on se réveillait avec un visage autre que le sien. Ah… Les joies des relations humaines.

« Non, Adria, je ne suis pas une magicienne… ni même une sorcière ou n’importe quoi maniant ton Art. »

Et elle ne pouvait pas dire qu’elle le regrettait. Au contraire, même… La magie avait quelque chose de… terrifiant. Elle était une humaine, elle avait vécu loin de cette « dimension » et n’était donc pas forcément à l’aise avec elle. Pour autant, elle avait gagné en tolérance au contact des elfes, et côtoyer des mages ne la gênaient plus le moins du monde. Par contre, pratiquer elle-même les arts occultes ? Très peu pour elle, elle avait bien d’autres soucis.

« Que dirais-tu de marcher un peu ? Il fait encore froid… » Un problème que ne connaissait pas les elfes, d’ailleurs, mais Katalina n’était pas habillée assez chaudement pour rester trop longtemps dehors. « … et ce serait un plaisir pour moi de t’inviter à passer quelques temps dans mes appartements. Il y fait tout aussi froid, mais je pourrais au moins nous faire apporter des remontants. »
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Âge : 82
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Mar 29 Déc 2009 - 15:54

En apprenant la mort de la Gardienne de Kÿria, Adria sursauta, l'air soudainement peiné.

" Oh, vraiment ? " demanda-t-elle d'une petite voix.

Ce n'était pas tant qu'elle connaissait la gardienne, ou qu'elle s'intéressait à la religion d'une façon ou d'une autre, loin de là, mais la mort chez les siens était particulièrement perturbante. Il y avait effectivement de quoi s'interroger mais... Katalina ne pouvant rien lui apprendre de plus, la jeune fille préféra changer de sujet plutôt que s'attrister inutilement. Il valait toujours mieux aller de l'avant que ressasser. Et puis, quitte à parler de ce tragique événement, autant le faire avec un autre elfe qui saurait ce qui s'était passé. Elle chassa donc assez vite cette nouvelle de son esprit.

Retrouvant aussi vite le sourire, elle se mit à rire lorsque la jeune noble avança qu'elle avait tort d'écouter les commérages et répondit aussitôt :


" Oh, c'est difficile de ne pas prêter attention à ce qui se dit ! Je le sais, je suis beaucoup trop curieuse ! Et puis... j'imagine que ça évite parfois des soucis dans ce genre de milieu de savoir un peu ce qu'on dit des uns et des autres. Ça évite de faire des gaffes, non ? Enfin, moi, ici, mis à part Nakor je ne connais personne... ce n'est peut-être pas plus mal. Autrement, je me demande ce que penseraient les humains des miens ! Je ne suis pas sûre d'être très représentative ! "

Elle grimaça. Non, il était rare qu'on voit les elfes comme des bavards ne tenant pas en place. En même temps, connaissant les humains, elle se disait que peut-être cela les rapprocherait de voir qu'ils n'étaient pas tous extrêmement sages et ennuyeux à mourir. Ah ! de toutes façons, les gens qu'ils soient d'un peuple ou de l'autre allaient rarement voir le fond des choses, préférant se contenter de préjugés pratiques, prompts à critiquer ce qu'ils ne connaissaient pas. A ce propos, voyager lui avait ouvert l'esprit... qui était déjà pas mal parcouru par les courants d'air, disaient certains, plus ou moins gentiment !

Elle ne trouvait pas cela si aberrant de penser que Katalina ait pu être une magicienne, si ce n'était qu'effectivement, elle ne ressentait rien qui puisse le faire croire. La phrase qu'elle ajouta, sur ceux qui pouvaient en être persuadés, intrigua la jeune elfe. Décidément, tout en Katalina était mystérieux et on aurait dit qu'elle ne faisait rien pour le cacher ! Ou plutôt, qu'elle essayait de ne pas le montrer mais qu'elle s'y prenait très mal ! Qu'est ce qu'une jeune femme avec un tel tempérament faisait à la cour, sans doute au beau milieu des commérages ? Elle devait avoir du mal à y vivre, non ? En tous cas, tout cela intriguait beaucoup Adria. Néanmoins, elle se mordit la langue pour éviter de faire une remarque indiscrète, mais franchement... c'était difficile de ne rien dire ! Pourquoi aurait-on pris l'humaine pour une magicienne ? Elle-même avait posé la question juste pour discuter, il n'y avait pas de quoi avoir de sérieux doutes sur le sujet !

Lorsque Katalina l'invita à passer un peu de temps dans ses appartements, Adria lui lança un petit coup d'œil étonné.


" Euh... oui, si tu veux. Avec plaisir ! "

Elle n'était pas habituée à ce qu'on l'invite, loin de là. Elle connaissait la chambre que lui avait attribué Nakor et les endroits où ils travaillaient, ainsi que la salle à manger, ça s'arrêtait là. Il y avait aussi les jardins, évidemment, mais en intérieur, Adria s'était limitée, craignant que sa curiosité ne l'entraine n'importe où. C'était bien le genre à aller de pièce en pièce en furetant... jusqu'à se rendre compte qu'elle avait débouché dans la chambre du roi lui-même ou elle ne savait où ! Oui, elle se méfiait d'elle-même ! Que Katalina l'invite la touchait. Déjà qu'on prenait rarement la peine de s'adresser à elle autrement que pour dire "bonjour", allez jusqu'à apprécier assez sa compagnie pour la prolonger un peu lui était inhabituel et particulièrement appréciable.

Le froid ne la gênait pas, non. Non pas qu'elle n'ait jamais eu froid de sa vie, elle se souvenait en particulier de la fois où elle était trempée en ne parvenant pas à faire du feu, ou encore, plus jeune, quand elle n'avait pas encore un toit sûr au-dessus de la tête et que l'hiver était là... mais dans de telles conditions, non, elle ne sentait pas le petit vent frais du printemps, même simplement vêtue d'une robe en lainage fin. Enfin, si cela dérangeait Katalina, marcher ou rentrer ne l'ennuyait pas le moins du monde.


" Je préfère l'été, pour ma part... J'aime bien le soleil ! "

Et ça n'avait pas vraiment à voir avec la chaleur, mais plutôt avec la luminosité. Gambader sous un ciel bleu lui plaisait beaucoup et elle attendait le retour des beaux jours avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Ven 1 Jan 2010 - 11:50

La réaction qu’eut Adria en apprenant la mort de la Gardienne de Kÿria ne surprit pas Katalina. Après tout, ils avaient tous eu la même. Surprise, peine, et puis cette volonté de changer rapidement de sujet, comme si… elle pencha légèrement la tête sans rien laisser paraître. Comme si cet événement ne concernait que les elfes. C’était une interprétation personnelle, bien sûr, et elle pouvait très bien se tromper, mais elle en doutait sincèrement alors qu’elle la voyait retrouver le sourire aussi vite qu’elle l’avait perdu. Masque ou réalité ? Difficile à dire… C’était une elfe, après tout.

« Les rumeurs sont le pire fléau de la Cour, Adria. Fort heureusement, tous ne les répandent pas, et tous n’y prêtent pas attention, mais il y en aura toujours trop pour y prêter une quelconque attention. Une rumeur peut tuer, socialement et parfois physiquement. »

La dure loi des courtisans. Toujours paraître irréprochable, ne pas commettre d’écart… Un quotidien dont personne ne se lassait vraiment. C’était comme ça, tout simplement. Katalina avait finit par s’y faire, laissant les rumeurs se multiplier avec le temps… Mais c’était un problème qui n’en était plus un. Elle esquissa un sourire pour atténuer la dureté de ses paroles qui, elle s’en rendait compte, pouvait très bien gâcher une discussion pourtant fort sympathique.

« Mais tu connais Katalina, désormais. Et Katalina a vécu assez longtemps chez les Elfes pour ne pas se laisser influencer par mégarde. »

Vint ensuite la discussion sur la magie… Katalina, magicienne ? Le plus amusant n’était pas d’avoir soulevé l’idée, d’autres l’avaient fait avant elle. Non, le plus amusant était la naïveté du ton employé. Ce n’était pas une remarque agressive ou jalouse, juste une question désintéressée, pressée par la curiosité. Et c’est pourquoi elle y répondit avec légèreté, ce qui sembla déstabiliser Adria, mais elle ne fit aucun commentaire pour l’aider. Un coup de vent la fit frissonner, lui faisant se rendre compte que si le printemps était déjà bien avancé, l’été était encore loin et qu’elle ne souhaitait pas encore attraper froid. Elle invita donc sa nouvelle amie à venir avec elle dans ses appartements, histoire de pouvoir continuer ce qu’elles avaient commencé autour de quelque chose de chaud, et sans surprise l’elfe accepta.

« Tout le plaisir est pour moi… Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu la joie d’accueillir une amie chez moi. »

Autrement que pour négocier apparemment, en tout cas. La jeune noble n’avait jamais eu de relation très poussée. Son père, son mari puis sa fortune l’avaient gardée loin de cette légèreté que beaucoup trouvait pourtant naturelle. Mais il n’était jamais trop tard, aussi adressa-t-elle un sourire à Adria et l’invita-t-elle à la suivre. La guidant dans les couloirs austères d’un château ayant pour but premier de défendre sa population plutôt que d’en mettre plein la vue - une caractéristique qui différenciait le Nord guerrier et le sud marchand - elle rejoignit rapidement sa destination, mais pris le temps de déranger un pauvre garde innocent sur leur chemin. Commençant en elfique dans un premier temps, et se rendant compte de sa méprise en voyant l’air éberlué du pauvre diable, elle rectifia le tir et repris dans la langue commune de la Péninsule.

« Rejoins les cuisines et… Rejoins les cuisines et ramène nous quelque chose de chaud, veux-tu ? » Hochant la tête, il commença à s’éloigner quand elle rajouta. « Et pas de viande, surtout pas de viande ! »

Il y avait peu de chance que les cuisines acceptent de céder de la viande à cette heure… mais on ne savait jamais. Elles finirent par arriver, et après avoir poussé la lourde porte en chêne, l’hôte fit un geste à sa jeune amie, histoire de l’encourager à entrer.

« Je t’en prie. »

Alors qu’elle s’exécutait surement, Katalina elle porta son regard vers la porte d’Aerandir. Deux appartements différents, voilà ce qu’elle avait demandé… Le regrettait-elle ? Peut-être pas consciemment, mais il était certain que le Gardien lui manquait souvent. Secouant la tête, elle entra à son tour dans son nouveau « chez-elle ». Bien loin des splendeurs qu’elle pouvait posséder de part la Péninsule, il restait pour autant plus… chaleureux. Peut-être parce qu’il était prêté par un ami… Il était étrange de se dire que la jeune noble ne découvrait les joies de l’amitié que depuis très récemment.

« Fais comme chez toi, surtout. Il ne devrait plus tarder. » Elle reprit plus bas, pour elle-même. « Sauf s’il se rappelle qu’il est garde et non valet. »

Reportant son attention sur la pièce, elle l’observa comme si elle la voyait pour la première fois, avec des yeux neufs, cherchant à deviner ce que pouvait penser Adria. L’élément le plus imposant était sans doute le lit, mais la penderie et le miroir n’était pas en reste.

Bonne année Wink
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Âge : 82
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Sam 2 Jan 2010 - 16:32

Adria n'en savait pas vraiment long sur les rumeurs. Non seulement elle ne fréquentait la cour que depuis bien trop peu de temps pour s'y être habituée, sachant qu'en plus elle ne parlait réellement avec personne, mais en plus, elle avait un bon fond qui la laissait quelque peu désarmée devant les commérages. Bavarde, elle était susceptible de les colporter sans même s'en rendre compte. Heureusement, étant donné que personne ne se souciait de lui raconter quoi que ce soit, cela limitait les ennuis. Enfin, elle n'était pas non plus complètement naïve et savait à quel point les gens aimaient broder sur leurs préjugés pour s'en prendre à ceux qui leur déplaisaient. Elfe au milieu des humains, elle avait parfois surpris quelques remarques qui en disait long sur ce que certains pensaient de sa présence à Erac. Elle s'en moquait, habituée à ne pas se soucier de ceux qui ne l'appréciaient pas, mais elle se doutait qu'à la longue, ce pouvait être cruel. D'ailleurs le dernier mot fit réagir la jeune fille :

" Physiquement ? "

Socialement, elle le comprenait, on pouvait détruire une réputation par les rumeurs et en tant que nobles, ce devait être terrible à vivre, même si pour sa part, elle avait un peu du mal à cerner le drame. Quand à être atteint physiquement par les commérages, elle ne voyait pas trop de quoi il pouvait s'agir, assez peu au fait de ce genre de choses.

Elle eut un petit sourire quand Katalina expliqua que vivre chez les elfes lui avait appris une certaine philosophie.


" Hum... J'espère ne pas être trop influençable, non plus. Mais quand on l'est on ne s'en rend pas compte, j'imagine, alors... "

Bah oui, logique. En même temps, elle n'était pas sûre du tout que les siens soient si sages que cela. A son avis, ils s'en donnaient l'air, en particulier auprès des autres peuples, par fierté, mais c'était souvent plus une façade qu'autre chose. Du moins, c'était son avis, et ce n'était pas facile de vérifier.

Elle finirent par quitter les jardins et Katalina mena la jeune fille dans une partie du château qu'elle ne connaissait pas. Elle eut un petit rire lorsque son hôte s'adressa au pauvre garde en elfique. Elle apprécia l'attention quand il fut mentionné de ne pas apporter de viande. Elle l'avait effectivement en horreur, même si elle avait été plus ou moins contrainte d'y goûter un jour. Rien que d'y penser...

Adria laissa courir son regard sur la chambre, ne pensant pas une seconde au fait que c'aurait pu être impoli de se comporter de la sorte. Le style humain l'intriguait encore et la noblesse des lieux ajoutait à sa curiosité. La petite remarque sur le garde la tira de son observation. Être servie lui paraissait vraiment étrange et la mettait plutôt mal à l'aise. Quelqu'un qui pouvait courir partout pour satisfaire ses envies alors qu'elle aurait pu agir elle-même lui paraissait tout à fait incongru.


" Oh, si jamais, je pourrai y aller ! J'ai été serveuse pendant longtemps ! "

Elle avait parlé spontanément, mais fut soudain un peu gênée de la situation : peut-être Katalina n'avait-elle pas envie de recevoir quelqu'un d'aussi basse condition chez elle. Oh ! Après tout, peu lui importait, Adria était à l'aise pour peu qu'on lui en laisse l'occasion.

" C'est chaleureux, ici. " remarqua-t-elle en passant naturellement à autre chose.

Elle fit quelques pas, observant les lieux. Il était vrai qu'il ne faisait pas tellement plus chaud ici qu'à l'extérieur, le château étant difficile à chauffer, malgré les imposantes cheminées. Enfin, pour sa part, ça n'avait pas grande importance. Prise d'une idée subite, elle demanda en passant du coq-à-l'âne :

" Je me demandais... J'ai souvent du temps libre ici. Qu'est ce que je pourrais bien trouver à faire pour m'occuper ? Tu ne t'ennuies jamais, toi ? "

Elle n'était pas habituée à une vie aussi tranquille. Ayant toujours passé ses journées à voyager, travailler ou à chercher un emploi, ses temps de liberté se résumaient à flâner au marché, chanter quelques chansons ou jouer avec Olwë. Mais depuis qu'elle était nourrie et logée à Erac, elle ne savait plus que faire de tout ce temps libre. Bien-sûr, il y avait les entrainements de magie, mais elle trouvait encore le moyen de s'ennuyer et, cela n'étant pas dans son tempérament, l'agaçait profondément.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Dim 3 Jan 2010 - 11:32

Qu’elle était belle, l’insouciance de la jeunesse. A moins que ce ne soit le caractère elfique qui ne pouvait admettre une telle possibilité. Et pourtant, pourtant… On pouvait tuer pour une rumeur. Oh, bien sûr, ce n’était pas fréquent. Mais un père ayant vent du déshonneur de sa fille par un nobliau de passage pouvait très bien, sous le coup de la colère, réclamer son dû… Et ce n’était qu’un exemple parmi tant d’autres. Mais alors qu’elle observait pensivement Adria, Katalina n’était pas certaine de vouloir entrer dans les détails. A quoi bon ? Mieux valait préserver encore un peu la jeune elfe des comportements peu honorables des humains.

« Cela arrive, parfois. »

Elle haussa les épaules, comme si ça n’avait pas plus d’importance que cela. Une attitude qui déplairait sans doute à son interlocutrice, mais c’était un prix à payer pour changer de sujet. Elle tenta ensuite un trait d’humour, affirmant que le fait qu’Adria ne soit pas représentative de sa race ne l’influencerait pas sur la vision qu’elle en avait, mais elle sembla le prendre au premier degré, ce qui lui arracha un sourire. La faute à un elfique pas encore totalement au point ou à une enfant encore trop terre à terre ? Peut-être les deux.

« Voilà une question bien philosophique… Je ne suis pas sûre d’avoir la réponse. »

Elle esquissa un sourire. Il était bien difficile de déterminer qui était influençable et qui ne l’était pas. Elle s’était toujours cru indépendante mais elle avait adopté le style vestimentaire et peut-être un peu de l’attitude des elfes - quoi qu’il était dur d’imiter une telle attitude… - sans compter les changements opérés par Aerandir. Elle ne s’attarda pas plus sur ces questions sans réponse et fit signe à Adria de la suivre, la conduisant sans hésiter à travers ces couloirs qu’elle venait tout juste d’emprunter dans l’autre sens, demandant au passage à un pauvre garde choisi au hasard de leur rapporter quelque chose à manger. Le rire de sa nouvelle amie fit naître un sourire sur ses lèvres, alors qu’elle imaginait ce qu’avait du ressentir le pauvre homme. Mais il n’en mourrait pas, au contraire. Elle était presque certaine qu’il s’en vanterait, d’une quelconque façon. Les gardes arrivaient toujours à trouver une façon de se vanter, surement parce qu’ils étaient des hommes.

Elles finirent par entrer dans sa chambre, et elle laissa son invitée prendre possession des lieux du regard alors qu’elle refermait la porte derrière elles. Marmonnant contre le garde et sur la possibilité qu’il ne revienne tout simplement pas lui apporter ce qu’elle avait demandé, elle jeta un regard sur le miroir et observa son reflet. Etrange comme elle commençait à s’y habituer… La remarque d’Adria la tira de son début de rêverie et elle reporta son attention sur elle. De nouveau, elle sourit.

« Tu ne l’es plus, désormais. En tout cas, pas tant que tu seras dans cette chambre. Tu es mon invitée, et les invités ne vont pas chercher eux même ce que je peux leur offrir… Quoi que, j’abuse plutôt de l’hospitalité du Roi, en réalité… mais on en revient au même. »

Si elle remarqua la gêne de l’elfe, elle ne le montra pas, agissant comme si de rien était. Elle avait du mal à se faire à l’idée qu’elle était elle-même une invitée. D’ordinaire, elle se débrouillait toujours pour se loger et se nourrir par ses propres moyens, mais… les choses avaient changé. Changeant totalement de sujet, Adria fit part de ses appréciations sur la chambre. Katalina pencha la tête.

« Je m’y plais bien, en effet. » Elle ne put retenir un coup d’œil par-dessus son épaule, vers les appartements d’Aerandir. « Je pourrais même m’y habituer. »

Elle ne la quittait pas des yeux, l’observant l’air de rien. Elle se demanda subitement si les elfes avaient agi de la même façon à son arrivée à Alëandir, épiant ses réactions dans leur monde. Mais Adria était bien plus habituée à l’univers des humains qu’elle-même pouvait l’être alors avec celui des elfes. Une nouvelle fois, l’invitée surpris son hôte par un brusque virage au niveau du sujet de conversation, et cette fois Katalina ne put retenir un éclat de rire sincère.

« J’aurais pensé qu’être l’élève de Nakor était une occupation à plein temps. Et si tu me montrais ce qu’il t’a appris, pour t’occuper un peu ? »

Oserait-elle ? Si elle avait la même pudeur avec la magie que la jeune humaine avec le chant - ce qui était tout à fait possible, après tout - il y avait fort à parier que non. Mais qui ne tente rien n’a rien.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Âge : 82
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Lun 4 Jan 2010 - 20:35

Adria hésita devant la demande de Katalina. Question pudeur, ce n'était pas vraiment le problème, elle s'embarrassait assez peu de ce genre de sentiment. Ce n'était pas tant qu'elle aimait se donner en spectacle pour se vanter, mais elle était habituée à chanter pour un public, alors la timidité avait disparu depuis bien longtemps. Elle aurait été capable de montrer un petit "tour", comme disait Nakor, qui soit susceptible de distraire la jeune noble, elle l'aurait fait, le problème n'était pas là. En revanche, il y avait autre chose qui la fit se sentir un peu gênée : elle ne savait pas du tout comment appréhender sa magie. Elle n'hésita pas bien longtemps : hors de question de prendre le risque de déclencher une catastrophe quelconque ! Ce fut donc en secouant la tête qu'elle répondit :

" Eh bien, non, ce n'est pas un travail à plein temps parce qu'il n'a pas que moi à s'occuper... Le reste du temps je m'entraine comme je peux, surtout à me concentrer. En fait... "

Elle faisait les cent pas dans la pièce en marchant, tout-à-coup assez nerveuse. En fait, Katalina venait de mette le doigt sur ce qui avait le plus de chance de déclencher un flot de paroles... et ce fut exactement ce qui se produisit. Adria avait besoin de parler de magie à quelqu'un qui ne fusse ni Nakor, ni Olwë. Le premier était trop impliqué vu qu'il était son professeur, d'autant qu'il avait toujours un don pour voir les choses sous un bon angle ce qui en soit était très bien mais, paradoxalement, pas forcément rassurant. Le second restait un loup qui ne risquait pas de lui répondre pour apaiser ses craintes. Au mieux, il lui changeait les idées, mais ça ne marchait pas toujours. Non, Katalina était la seule personne vers qui Adria pouvait se tourner en cet instant pour bavarder simplement et voir une oreille attentive.


" En fait, c'est mon grand souci, la concentration... Je crois que c'est un peu ce qui m'empêche de bien maîtriser ma magie. Je pars dans tous les sens, ma magie aussi, j'ai l'impression qu'elle est aussi têtue que moi et qu'elle a décidé de n'en faire qu'à sa tête ! Du coup, même quand j'arrive à faire un truc, je me demande si c'est moi ou elle qui s'est décidé à agir ! "

C'était à la fois terriblement frustrant et inquiétant. l'impression de discuter avec soi-même, c'était quand même étrange. Adria secoua la tête avec un petit rire dépité et reprit :

" Je n'aurais rien contre l'idée de te montrer ce que je peux faire, l'ennui, c'est que j'ai peur de faire des bêtises. "

Des images pas très drôles lui revinrent à l'esprit, la faisant perdre un instant son sourire. Un pauvre nain recevant une boule de feu qui ne lui était pas destinée, une autre boule de feu la vidant de toute son énergie... Elle en avait fait des cauchemars, à une époque et était soulagée que Nakor n'ai pas décidé de continuer sur cette voie. Un jour, peut-être, mais pour le moment, cela la perturbait encore trop. Elle n'avait pas très envie d'y repenser, mais elle continua, car d'une certaine façon parler lui faisait du bien.

" Je sais créer du feu, dans certaines conditions, mais vu que je ne maîtrise rien, je risquerais de mettre le feu à ta chambre... "

Elle grimaça : vu la tête qu'elle faisait, elle avait déjà vécu ce genre de catastrophe et n'en était pas fière, loin de là. Enfin, il valait mieux qu'elle pense à autre chose.


" Sinon, Nakor dit que ma magie est liée au vent... Mais bon, c'est pareil, je ne veux pas faire de bêtise. "

Cet élément lui paraissait moins destructeur, et c'était d'ailleurs ce qui lui plaisait, mais ce n'était pas une raison pour faire n'importe quoi. Elle avait eu assez d'avertissements comme ça sur les dangers de la magie pour ne pas les ignorer. Nakor faisait son possible pour lui montrer que la magie pouvait très bien être bénéfique et agréable, mais elle continuait à se méfier. Il y a des choses qu'on n'oublie pas aisément. Et puis, elle préférait justement se souvenir, pour ne pas répéter ses erreurs. Haussant les épaules avec un petit sourire contrit, elle conclut :

" Désolée, Katalina, mais ce ne serait pas prudent... en admettant que j'arrive à faire quoi que ce soit, ce qui n'est même pas dit. "

Ne gardant jamais bien longtemps un visage triste, elle eut à nouveau un sourire pour ajouter, d'un air amusé :


" Mais le jour où je trouve comment créer un petit vent chaud pour qu'on puisse se promener dans les jardins plus longtemps, je te ferai signe ! "

Elle arrêta de s'agiter un peu et finit par expliquer :

" Donc je passe mon temps à essayer de me concentrer, ce genre de choses... j'ai du mal ! Sinon, je chante ou je me promène... Mais voilà, je finis par tourner en rond ! "
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Ven 15 Jan 2010 - 6:39

La magie était encore une chose étrangère, étrange, impalpable, pour la jeune noble qui pour l’heure observer sa nouvelle amie sans ciller. Et pourtant, elle avait vécu plus de deux mois à Alëandir, et encore plus au côté d’un Gardien. Mais les elfes comme Aerandir n’avaient pas fait démonstration de leurs talents outre mesure. Elle s’était habituée à son existence, mais pas à sa présence. Alors oui, elle était curieuse, et attendait avec impatience de voir Adria à l’œuvre, en espérant en même temps qu’elle ait lieu. Elle ne put donc retenir un penchement de tête inquisiteur, alors que ses traits se teintaient d’une discrète touche d’interrogation… avant de se parer d’un léger sourire quand elle avoua avoir du mal à se concentrer. Sourire qui s’accentua légèrement quand elle la vit commencer à faire les cents pas, nerveuse.

« Paix, Adria. Ca ne peut pas être si grave. »

Si elle se calma - ce qui n’était même pas gagné, au vu de son nouvel état de nervosité - elle n’en continua pas moins de parler. Comme si Katalina, par sa question, l’avait incité à dire tout ce qu’elle avait sur le cœur, tout ce qu’elle avait pu dissimuler aux autres. Qu’elle avait dissimulé à Nakor ? Car c’était au vieux magicien qu’elle aurait du parler de tout ça, pas à une pauvre noble incapable de comprendre le dixième de ce qu’elle pouvait dire. Elle lui avoua avoir peur de ce qu’elle pouvait déclencher, d’avoir peur d’être l’instigatrice d’une catastrophe malheureuse. Ah… les joies des arcanes. Pourquoi cela ne la surprenait-elle-même pas ? D’un seul coup, en voyant Adria s’agiter sous ses yeux, elle se réjouit intérieurement de n’avoir jamais eu la moindre once de potentiel magique.

« Nous essaierons un autre jour, alors… » Elle esquissa un léger sourire. « En plein air, pour t’éviter de faire trop de dégâts. »

Elle ne se montrait pas pressante, ne la poussait pas à faire ce qu’elle ne voulait pas, non. Car même si ses paroles pouvaient sous entendre le contraire, son ton s’était fait léger, presque taquin. Histoire de détendre un peu son amie qui semblait bien en peine de se calmer toute seule.

« Pourquoi est-ce que cela ne m’étonne pas ? Le vent te va très bien. »

Magie liée au vent ? Katalina n’avait aucune idée de ce que cela voulait dire. Maniait-elle le vent comme certains maniaient le feu ? Maitresse d’un élément, était-elle limitée par celui-ci, ou pouvait-elle étendre son contrôle aux autres ? Elle n’en avait aucune idée, mais elle n’allait pas l’interrompre pour poser la question, non. Sous ses yeux, le visage presque triste d’Adria se para d’un sourire et elle n’avait aucune envie de la ramener doucement vers les rivages des doutes et de la peur. Plaisantant à son tour, l’elfe lui arracha un éclat de rire alors qu’une idée incongrue lui traversait l’idée.

« Si c’est possible, n’hésite pas. Mais pas trop fort, le vent, surtout. »

Ni trop chaud, d’ailleurs. Quoi qu’elle doutait de souffrir d’un vent trop chaud. Secouant la tête, un sourire aux lèvres, elle observa un instant la porte, et ne put retenir un marmonnement.

« Il ne devrait plus tarder, maintenant. »

Que ramènerait-il ? Elle n’en avait aucune idée. Cela dépendait de ce qu’il restait en cuisine. Peut-être à boire, peut-être à manger… Comment savoir ? Elle n’avait donné aucun ordre précis, et imaginait subitement la panique du pauvre homme à l’idée de lui déplaire. Elle s’était peut-être montrée un brin sèche… Mais il s’en sortirait, elle n’avait aucun doute la dessus.

« Il faudra quand même que je m’excuse, d’une façon ou d’une autre. » ajouta-t-elle sur le même ton.

Surement en soufflant à la personne adéquate de le changer d’affectation, ce qui ne lui déplairait certainement pas après l’épisode qu’il venait de vivre. Tournant la tête vers Adria, elle esquissa un léger sourire d’excuse. On lui avait toujours enseigné, étant jeune, qu’il était impoli de se parler à soi-même quand un invité - ou, ici, une invitée - était présent.


« Assieds-toi, je t’en prie. »

Il y avait le lit, et une chaise non loin du miroir. Largement de quoi la satisfaire. Pour sa part, Katalina préférait rester debout.


Nouvelle charte graphique \o/ Voir la signature pour t'y retrouver au niveau des paroles ^^
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Âge : 82
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   Sam 13 Fév 2010 - 17:23

Pas si grave ? Oh, en soi, non, ce n'était pas un drame ! Mais quand on voulait être magicienne, si, ça devenait réellement gênant. Son inconséquence à jouer l'apprentie sorcière sans réel apprentissage avait bien failli lui couter la vie à elle et son entourage. Difficile de ne pas se sentir mal à cette idée ! Et malgré ce qu'elle expliquait, Katalina sembla décidée à vouloir tout de même une démonstration. La jeune elfe finit par hausser les épaules : Ah ! Après, tout, pourquoi pas, quand elle aurait enfin appris quelque chose... En plein air, oui, ça vaudrait mieux. Elle imaginait la tête du roi si elle passait ses jardins au grill ! Enfin, peut-être que dans la plaine ça serait moins risqué... sauf qu'elle voyait mal Katalina sortir se promener toute seule avec elle : les nobles étaient toujours suivis de tout un tas de gens pour elle ne savait quelle raison. Elle, ça lui tapait sur les nerfs plutôt qu'autre chose...

Katalina estimait que le vent lui allait bien et Adria devait reconnaitre qu'elle se sentait... dans son élément ! Elle grimaça, gardant malgré tout le sourire, quand la jeune noble demanda à ce que le vent ne soit pas trop fort. Pour ça, elle se demandait si elle arriverait un jour à contrôler le peu de magie qu'elle arrivait à libérer.


« Il faudra quand même que je m’excuse, d’une façon ou d’une autre. »

Qu'elle s'excuse de quoi au juste ? se demanda la jeune fille, surprise. D'avoir un peu brusqué ce pauvre homme ? Adria n'était pas habituée à voir les nobles s'excuser de quoi que ce soit : Katalina semblait différente, c'était agréable de pouvoir discuter normalement avec elle sans se demander si elle en risquait pas de mal prendre une remarque.

Elle se rendit compte qu'elle avait fait les cent pas et s'assit comme Katalina le lui demandait. Elle avait choisi le bord du lit, plus proche d'elle et qui lui permettrait de bouger davantage que sur une chaise... Adria avait une certaine propension à l'agitation quand elle n'était pas tout à fait à l'aise. Elle se sentait rarement mal à l'aise parce qu'elle passait outre en général, mais, là, la magie continuait à l'inquiéter... Enfin, elle n'allait pas continuer à embêter Katalina avec ça !


D'ailleurs... elle avait bien une nouvelle idée de ce qu'elle pouvait faire pour s'améliorer en magie, alors au lieu de trainasser en papotant et d'ennuyer la pauvre humaine avec ses soucis, elle eut mieux fait de s'entrainer ! Se levant aussi vite, elle lui fit un grand sourire en annonçant :

" Je crois que je vais aller m'exercer en fait ! "

Enthousiaste, comme si elle ne s'était pas plainte une seconde plus tôt, elle ajouta :


" Dès que j'arrive à créer une petite brise d'été pas trop forte, je te fais signe ! "

Se rendant compte qu'elle s'emballait peut-être un peu vite et ne voulant pas donner de faux espoirs à celle qu'elle considérait à présent comme sa nouvelle amie, elle reprit en tempérant un peu ses propos :


" Enfin, ça risque de prendre encore du temps... je te dirai quand je serai prête ! "

Sur ces bonnes paroles, elle fit un petit signe de la main à Katalina et s'en fut comme un courant d'air. Elle n'avait pas pensé une seconde au fait que l'humaine puisse s'offusquer qu'on la laisse sans plus de manière alors qu'elle avait demandé une collation ! Certains disaient qu'Adria avait la tête pleine de courant d'air, ce n'était pas pour rien ! Gambadant dans le couloir, elle eut tôt fait de rejoindre sa chambre où elle comptait bien s'exercer pour obtenir cette fameuse brise d'été.


[hrp : fin du rp ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu | Adria   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme une impression de déjà vu | Adria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme une impression de déjà vu - Freya & Graham & Logan
» "Comme une impression de déjà vu" - [Rose]
» Comme une impression de déjà vue [pv Nindaeï]
» J'ai comme l'impression d'être au milieu d'une chanson de Police ||Ewen||
» Comme une impression de déjà vus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: