AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une visite mouvementée [Trystan - Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2093
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mer 30 Déc 2009 - 18:47

La route avait été longue depuis Diantra... Il avait fallut quatre journées afin qu'elle puisse enfin arriver à sa destination : Erac, la ou résidait maintenant le roi qui avait quitté la capitale avant le premier siège.

Elle avait quitté l'infirmerie en faisant le mur, s'habillant comme n'importe quelle femme pour passer inaperçue, et surtout une armure ne convenait pas vraiment à son état, enfin vu que la sienne était encore en réparation, les forgerons ouvrants surtout pour la reconstruction plutôt que pour l'armée qui manquait de fournitures... La première journée de voyage avait été sous le thème de la rencontre, avec, pour sa chance, une herboriste qui lui avait prodigué quelques soins, qui malgré de la réticence de la part de Joh' s'avérèrent être plus qu'utiles. Mais leur route avait du se séparer...
Les deux jours suivants Joh' avait chevauché, Cap Nord Ouest, interrompant son voyage par de courtes pauses régulières pour atténuer les douleurs... Non le mauvais traitement qu'elle faisait subir à ses côtes pendant ce voyage n'était pas la meilleure chose qu'elle aurait pu faire. Le voyage avait été paisible, utiliser les grandes routes fréquentées lui avait permis d'éviter les mauvaises rencontre. Les nuits s'étaient passées dans des auberges, tout comme les repas. Bon évidemment repousser les soulards un peu trop collants n'avait pas été une partie de plaisir, elle qui habituellement finissait par utiliser la force sans aucun soucis a du faire face à des moments de faiblesse à cause de la douleurs quand ceux-ci se faisaient trop insistants. Mais bon, après tout, le confort d'un lit et d'un repas chaud ne faisait pas de mal après un si long voyage.

...Erac...Enfin...

La première ville fut la bienvenue, signe que le voyage aboutissait enfin. Mais comme après chaque conflits, les gardes de chacune des cités traversées sont toujours un peu sur les dents, se méfiant de chaque voyageur se présentant à leurs portes, encore plus s'ils sont armés... Se débarrasser de ces pots de colle zélés ne fut pas une mince affaire pour Joh'... Et oui, s'habiller en civil et se dire soldat de Diantra faisait le plus souvent penser à un mensonge... Souvent l'écusson sur la selle d'Iris suffisait comme preuve, d'autres fois il fallait user de plus de persuasion et ainsi causer un peu plus d'agitation autour d'elle... Foutue tenue civile...
Ce fut enfin le tour de la ville qui abritait le château du roi... Rentrer dans la ville fut aussi la croix et la bannière. Hausser le ton était maintenant devenu habituel bien que douloureux. Heureusement que les gardes n'avaient pas la même ouïe que les elfes, sinon ils n'auraient pas vraiment apprécié la multitude de juron que pouvait proférer Joh' à l'encontre de cette bande de lâches paranoïaques ignares.

L'entrée du domaine royal... Une bâtisse impressionnante, moins que ne l'était le château de Diantra avant le siège, et encore, le voir partiellement en flamme avait été un spectacle étrange à couper le souffle... Là encore des gardes...

"Halte ! On ne passe pas. Qui êtes vous ?"

Non, elle en avait un peu marre d'entendre toujours le même discours... Contrôle d'identité... Un coup d'épée dans la tronche peut-être pour lui rafraichir les idées. Oui cette idée commençait de plus en plus à lui plaire. Depuis qu'elle était passée commandante elle avait du mal à voir un troufion ne pas se plier à ses ordres.

"Johann Reihart, Commandant de l'Ordre de la Rose Noire. Armée de Diantra. Je demande à voir le Roi."

Évidemment, les gardes éclatèrent de rire, comme si ce qu'elle venait de leur racontait était une très bonne blague.

"Bien sûr ! Vous allez nous faire croire qu'elle est juste en face de nous, seule sans escorte et sans armure après les combats qu'il y a eut ?!" Railla un des deux gardes
"L'écusson sur la selle de ma monture témoigne de mon appartenance au régiment"
"Il peut avoir été volé, et que vous soyez une des rebelles" Continua-t-il avec un rire gras

Le pauvre homme eut à peine le temps de reprendre son souffle qu'un coup de pied venait de lui atterrir dans la mâchoire. Joh' le regardant maintenant avec tout le mépris qu'elle pouvait avoir. Le considérant presque comme une simple fiente de mouette qui aurait salit ses bottes.

"Vous auriez mérité que ce soit mon épée et non mes bottes." Lâcha-t-elle d'un ton méprisant. "Si je voulais tuer le Roi je n'aurais pas utilisé une telle excuse. Maintenant si vous voulez bien m'excuser, j'ai un rapport à lui faire."

Et sans un mot de plus, elle passa, comme si les deux gardes étaient maintenant invisible. Mais bon, comme si ca allait être aussi facile de rentrer dans le château, juste en filant un coup de pied dans la tronche du premier garde qui ne vous crois pas... A peine arrivait-elle à sa destination à l'entrée qu'une nuée de garde (Une dizaine d'hommes) l'avaient déjà encerclé, armes au poing... Ou comment se mettre dans la merde juste pour une visite non prévue...
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Jeu 7 Jan 2010 - 12:14

-Oui mon chéri, il fait un peu froid.

Gazouilla une voix incontestablement féminine dans le couloir menant au gigantesque hall d'entrée du château d'Erac. Il faisait encore frais en ce printemps naissant, même Astéride avait jeté sur ses épaules une fourrure immaculée, trésor de la manufacture d'Erac en cette matière. Une commande spéciale qu'elle avait fait faire, chose étonnante alors qu'elle était loin d'être aussi superficielle qu'on ne le pensait. Dans ses bras, un petit tas de chiffon, du moins, c'est la première chose que l'on pouvait songer, mais une touffe de cheveux argenté sortant du paquet de fourrure vous indiquait qu'un être vivant se trouvait emmitouflé. Les yeux grands ouverts, Erwan scrutait son visage et, brusquement, ses petites lèvres se plissèrent en un sourire angélique. Le même que le sien...Songea-t-elle soudainement en souriant a son tour. Elle n'avait plus de rancune envers Veldrin, elle avait tourné la page et se sentait maintenant plus sereine que jamais. Un petit miracle dont Ciaran était responsable. Elle avait essayé de fermer son coeur, bien trop meurtrit pour s'éveiller a nouveau, mais le chevalier en avait forcé l'entrée, s'imprimant fortement en elle. Aujourd'hui, elle se sentait a nouveau vibrante et pleine de vie, le coeur gorgé d'amour. Erwan émit un petit gazouilli qui la fit doucement rire. Plus le temps passait plus l'enfant grandissait harmonieusement...Oh, elle savait qu'il serait un peu plus lent que sa cousine, mais qu'importe...Tous connaissait plus ou moins les particularités d'Erwan, en lui dormait trois sangs...Parmis les plus improbables...

Soudain une calvalcade lui fit lever la tête, l'air intrigué, puis trois garde la dépassèrent l'arme au poing...Diantre ! Que se passait il donc ?! Accélérant le pas, Astéride suivit donc les gardes malgré la mise en garde de l'un d'eux.

-Restez en arrière votre Grâce !

Rester en arrière ? Oh mais par les 5 , il n'en était pas question ! L'air buté, Astéride déboula donc dans le hall, son fils dans ses bras, son lézard sur l'épaule, ronflant comme un bienheureux. Un coup d'oeil lui suffit pour englober la scène, mais...Se haussant sur la pointe des pieds, elle regarda par dessus l'épaule d'un garde pour découvrir la raison de ce soudain remue ménage. Oh ! Ses sourcils se haussèrent tandis que sa bouche prenait la forme d'un rond parfait...

-Johann.

Fit elle dans un souffle. Comment oublier une femme qu'elle avait..Assomé...ligoté...et j'en passe ? Pour un peu, elle en aurait rougit tellement son comportement a l'époque avait été...infantile. Elle toussa doucement pour s'éclaircir la gorge et :

-Gardes ! Laissez là passer ! Je me porte garante de son identité, voici Johann Reihart , Commandant de l'Ordre de la Rose Noire, défenseur de Diantra. Sa majesté ne gouterait pas qu'elle soit molestée.

Bien qu'elle se soit exprimé d'une voix douce, l'autorité émanant d'elle était palpable a ce moment là, elle ne souffrait aucune contradiction. Après tout, elle était chez elle, n'est ce pas ? Les agrdes lui obeir sur le champ et laissèrent le passage libre pour le Commandant.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Jeu 7 Jan 2010 - 19:17

Nakor passait beaucoup de temps en Erac, il supervisé l'éducation magique d'Adria la jeune elfe aux pouvoirs dissipés. Mais il faisait aussi beaucoup d'aller retour jusqu'à Diantra et dans les ruines de Nisetia, car Nakor le vieux fou aimait avoir un oeil sur beaucoup de choses en même temps. Il aimait être partout et mettre son gros nez dans les affaires des gens, que se soient des rois ou des paysans! Ce jour là, son bâton à la main, Nakor alla prendre un peu d'air, Adria n'était pas là, elle était quelque part dans le château et donc il ne donnait pas de cours. Il marcha donc sur les remparts, barbe au vent, en riant comme un vieux fou, sans que personne ne comprenne pourquoi il riait. Mais lorsque vous aurez une longue barbe soyeuse qui vient vous chatouiller le visage, vous aussi vous vous mettrez à rire sans que personne ne comprenne pourquoi. Une fois sa dose de vent journalière prise, Nakor descendit les marches du château et pensa sortir un peu de la grande battisse royale. Il marcha quelques temps avant d'atteindre les grandes portes où il entendit des gardes en train de se fendre d'une jeune femme. Le vieux mage avait déjà eut à sermonner quelques gardes trop fiers d'eux mais cette fois ci, il n'en eut pas besoin. Nakor allait repartir sans rien dire d'autre quand il vit la jeune Astéride se précipiter dans la direction même du brouhaha. Cette femme lui était inconnue, mais elle dégageait une magie intrigante. Le mage ne chercha même pas à comprendre, il s'avança en direction des deux femmes et jeta un regard noir sur les gardes

"Décidemment messieurs ... quand apprendrez vous les bonnes manières?"

Puis Nakor se mit à rire et fit une révérence en inclinant la tête en direction de la nouvelle venue et ajouta à son tour

"Désolé de laisser traîner mes vieilles oreilles partout dans ce château mais ... ravi d'accueillir à mon tour la femme qui commande l'ordre de la Rose Noire. Je suis le conseillé du Roi, Nakor! Astéride, je suis enchanté de vous croiser enfin ma chère."

Il y avait une réelle sincérité dans les propos du mage, il avait souvent entraperçue la jeune femme, mais il n'avait jamais pu l'approcher. Il était donc sincèrement content de pouvoir enfin faire sa connaissance. Et puis montrer qu'il savait qui elle était, donnerait de l'effet au vieil homme qui aimait jouer de bons tours aux gens. Il fit un geste de la main, en invitant les deux femmes à le suivre et se permit de tenir un dernier propos

"Il me semble qu'il est de coutume de faire son rapport au roi le plus rapidement possible ... alors je vous propose que nous y allions sur le champs, de plus, voila longtemps que je n'ai pas ennuyé le roi!"

Nakor explosa de rire et glissa rapidement

"Il sera ainsi absolument désoeuvré de me voir encore dans ses pattes!"

Puis le vieux mage éclata de rire et se mit même à sautiller sur place et à danser en faisant des effets de robes. Quel vieux cinglé il était! En tout cas il pensait vraiment avoir trouvé une occupation intéressante, après tout il adorait mettre son nez dans les affaires royales.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2093
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Ven 8 Jan 2010 - 11:44

La situation n'était pas des plus enviable, les gardes s'étaient pointés pour certaines avec des piques et autres hallebardes pour empêcher la cavalière de bouger. Iris ne tenait pas vraiment en place, pietinant littéralement sur place, comme avant chaque combat ou la tension était palpable. Joh' quant à elle était plus énervée qu'autre chose. Elle avait tenté à plusieurs reprises de les convaincre, mais ils étaient aussi sourds que des huitres... Et à ce rythme, le combat serait sûrement inévitable... Surtout avec dans chaque camps des têtes de mules ne voulant pas admettre la version de l'autre et se laisser faire. Pour Joh', se rendre et pour les gardes d'admettre que leurs informations sur ses intentions étaient erronées.
Du haut de son "perchoir" qu'atait Iris elle aperçu une femme s'approcher, portant visiblement... Un enfant... Cette femme donna des ordres aux gardes, ordres qui furent appliqués après quelques instants d'hésitations...

Il lui fallut quelques minutes avant de réaliser qui venait de donner cet ordre... Astéride, qui avait encore bien changé et surtout avait finit par donner naissance à l'enfant qu'elle portait lors du mariage noble auquel elle avait assistée, dans son coin avec sa bouteille de vin.

Elle resta à cheval quelques instants supplémentaires, se rappelant aussi ce qu'il s'était passé lors de leur première rencontre, la regardant presque de haut avec une hostilité parfaitement perceptible. Si seulement son armure n'était pas en réparation depuis tout ce temps... Si seulement elle n'avait pas été blessée au combat... Elle observa encore un moment la femme de haut en bas, elle avait complètement oublié les gardes et leurs armes ridicules comparés à ce que cette femme, ce danger public, pouvait avoir avec elle... Elle remarqua le petit lézard, enfin petit... Logique après tout qu'il soit là... Sûrement le petit frêre de l'autre gros machin... Puis enfin elle se décida de poser pied à terre, sans dire un seul mot, même pas un remerciement à Astéride qui pourtant venait de lui sauver la mise. C'est ce qu'on peut appeler avoir la rancune tenace...
Un vieillard la coupa dans sa rancune et ses pensées tenaces, le sourire jusqu'aux oreilles . La cavalière répondit au salut du mage par un signe de la tête, montrant un certain respect de la hiérarchie mais aussi mettant une distance entre elle et lui. Au moins il lui épargnait la tâche de répéter pour la énième fois son nom et son grade.

Joh' tenait d'une main la bride à Iris, pour la garder près d'elle tant qu'elle serait en extérieur, puis, de son autre main, son épée, toujour dans son fourreau... Non cette fois elle ne s'en séparerait pas en présence de cette femme au lézard géant... Le vieil homme les invita à le suivre jusqu'au Roi... Parlant d'une "coutume"... Depuis quand faire un rapport en était une... C'était surtout un protocole militaire employé dans tout les secteurs d'activités ou il y avait une relation "Chef-Subordonné"

Elle laissa cependant le mage dans son amusement, celui-ci semblant presque tout prendre à la légère, un peu comme un enfant inconscient du monde extérieur et de ce qui venait de se produire. Elle se tourna alors vers Astéride, lui posant une question qui pourrait semblait anodine à quiconque n'était pas du tout au courant de ce qu'il s'était passé entre les deux femmes.

"Le "petit" va bien ?" Le mot avait été accentué afin que la femme au gros lézard comprenne ou son interlocutrice voulait en venir. Joh' voulait surtout s'assurer que la créature soit le plus loin possible de cet endroit... Déjà que le Roi avait quitté la ville pour des raisons de sécurité, il ne manquerait plus que le gros lézard soit là aussi. Car oui, elle considérait toujours le gros lézard comme une menace non négligeable, celui-ci n'ayant pas vraiment prouvé son "camps"

Puis enfin elle reporta son attention sur le mage.

"Malgré tout le respect que je vous dois, je ne suis pas ici aujourd'hui pour m'amuser ou taquiner le Roi."


Le ton était on ne peut plus clair sur ses intentions, surtout que le rapport allait concerner la situation de Diantra et surtout les nombreuses pertes liées aux combats, l'armée tout comme les civils en ayant subit des conséquentes. En bref, rien ne serait très joyeux ou agréable à entendre, et elle n'avait pas envie de rire.

"Conduisez la à l'écurie, et traitez la bien" Ordonna-t-elle a un des gardes qui avait finit par s'approcher.

Celui-ci semblait surtout vouloir lui demander de lui confier son épée, qu'il ne récupèrerait évidemment pas. Le pauvre homme se retrouva avec Iris sur les bras sans avoir eu le temps de dire un seul mot, alors que Johann pénétrait déjà à l'intérieur de l'immense bâtisse...

Le stress et la pression du moment lui avaient fait oublier la douleur de sa blessure, mais celle-ci avait bien évidemment décidé de ne pas rester la grande oubliée de l'histoire, se manifestant par une "pique" de douleur coupant presque le souffle à la jeune femme par la violence de la piqure de rappel alors qu'ils se mettaient juste en chemin, lui tirant ainsi une courte grimace de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mer 13 Jan 2010 - 20:47

La jeune femme leva les yeux aux cieux en voyant l'attitude de la guerrière. En fait, cela pourrait être considéré comme un manque de respect a sa personne et un mot suffirait pour que Johann retourne là d'où elle venait avec un ou deux coups de pieds au derrière. Enfin, ce n'était pas comme si ce n'était pas mérité, mais tout de même, manifesté un peu de respect n'était quand même pas la mer a boire.

Astéride était loin de penser que le commandant la prenait pour un danger publique, voir une traitresse en puissance. Là dessus surgit de nul part un vieux....cinglé, fut la première pensée de la jeune femme, avant qu'elle ne reconnaisse Nakor. Elle haussa un sourcil, elle était loin d'imaginer que le "professeur" de son frère fut aussi..comment dire...Guilleret ! Cela étant dit, Nakor était connu pour être un mage d'exception et de grand savoir et a ce titre méritait un grand respect. Surtout d'elle qui était mage aussi, bien qu'a un moindre niveau comparée a son frère.

-Vous m'en voyez ravie également, Sire Nakor.

Astéride ne se formalisa pas plus que cela d'être nommée par son prénom aussi... familièrement. Nakor n'avait pas l'air porté sur le protocole et cela lui plaisait.

Finalement, elle adressa un sourire angélique à Johann qui venait de lui adresser quelques mots et ne sachant si ces paroles étaient du lard ou du cochon, elle décida de biaiser...

-Comme vous pouvez le voir, Erwan se porte bien, merci de vous inquiéter de sa santé.

Incanus ouvrit un oeil paresseux au son de sa voix et cet oeil alla se poser sur Johann.

"-Mmmmh...Cette tête me dit quelque chose...
-Cela m'étonnerais, il me semble que tu avais la tête dans un rosier lorsqu'elle nous a surprit au bal de Dame Ambre.
-La tête dans...Tu exagère !
-Si peu, si peu"


Elle regardait Johann dans les yeux sans se départir de son sourire de bienvenue. Si le Commandant avait décidé de se comporter comme la dernière des pirates, se n'était pas le cas de la jeune femme :

-Mon frère est en ce moment même en aparté avec son épouse. Laissez le donc avoir quelques instants de paix avant de replonger dans la guerre, Dame Johann. En attendant, pourquoi ne pas prendre quelques boissons entre gens de bonne compagnie ? Sire Nakor, mon frère ne tari d'éloges sur vous, il me tarde d'en savoir plus !
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Jeu 14 Jan 2010 - 17:16

Nakor fut amusé de voir l'antithèse à laquelle il avait à faire. D'un coté, une guerrière cavalière autant sur le protocole que sur les considérations, et de l'autre, une jeune femme qui semblait raffiné, douce et dont émanait une puissance qui faisait tiquer l'esprit du vieux sorcier. Astéride ne sembla pas s'offusquer du manquement au protocole, mais Nakor aimait les relations franches, appelant les gens par leur prénom, car à six cent vingt trois ans, on ne se souciait plus trop, des titres du genre madame ou autre. Le mage inclina la tête cependant avec respect lorsqu'elle répondit à son salut. Une inclinaison qui resta figé un petit moment pour appuyer son respect et il releva la tête, car jamais Nakor ne courbait l'échine, pas même devant les rois. Prétextant à chaque fois que ses vieux genoux étaient inaptes à se plier sans le faire souffrir le martyr, un grand sourire sur les lèvres. La commandante en chef de l'ordre qui leur faisait face semblait être presque affligé par cette rencontre là et Nakor se dit au fond d'elle, qu'elle aurait préféré tomber sur n'importe qui plutôt que les deux énergumènes qui étaient là. De plus, elle sembla connaître Astéride en faisant allusion à un petit. Le mage ne chercha même pas à comprendre, il gardait cela pour plus tard. Il nota tout de même le nom d'Erwan. Puis il décida de répondra à la guerrière, parce qu'elle semblait arrogante, parce qu'elle semblait méprisante et parce que, surtout, elle donnait l'impression de penser que Nakor trouverait la mort des soldats de Diantra drôle. Le vieux mage prit alors la parole

"Apprenez ma chère, que jamais on ne peut déformer les propos d'un homme sans prendre le risque de créer un non sens! Je n'ai jamais dis que j'allais m'amuser ou taquiner le roi, j'ai dit que j'allais l'ennuyer, au vu du fait qu'il y a un moment que je ne l'ai pas fait. Et croyez moi, lorsque vous lui parlerez de mort de soldats de notre armée, de destruction de cité, de pertes lourdes ... peu importe les bonnes nouvelles qui accompagneront cela, vous ennuierait le roi jeune fille!"

Nakor s'était donc permis de la remettre doucement à sa place, ne lui indiquant qu'elle n'avait nullement faire à un fou sans cervelle, ni même à un homme qui se laisserait marcher sur les pieds. Il ne cherchait pas la guerre, mais refusait catégoriquement qu'on déforme ses propos en lui faisant donc dire ce qu'il n'avait pas dit. Ses propos n'étaient pas très offensant, juste un peu professoral. Il accompagna cela d'un regard froid et plongeant, car un sourire aurait été déplacé et moqueur. Il entendit les propos protecteur de la dame Astéride et fut touché d'entendre ce qu'elle dit, elle cherchait à protéger seulement encore un peu la paix très relative que Trystan pouvait trouver dans les bras de sa reine. Il argumenta alors, avant que Johann ne puisse dire un mot

"Malheureusement nous devons immédiatement prévenir Trys ... le roi Trystan de l'arrivée de la Rose Noire, votre frère a des prérogatives qui font passer son bien être après celui du peuple! Les devoirs des nobles sont parfois aussi difficiles à porter que ceux des paysans Astéride ... quant à ma réputation, votre frère n'est qu'un vil flatteur ... mais je penserai à le remercier à l'occasion, en effet, on va dire que ... je connais quelques tours!"

Nakor avança un petit sourire sur les lèvres, il détestait se vanter de ses capacités, oui, il pouvait faire bien des choses, mais cela n'était pas une raison, aux yeux du vieillard, pour être au centre d'une telle conversation. Il ajouta néanmoins pour clôturer tout cela

"Mais vous avez raison ma chère, en attendant que le roi puisse nous recevoir et quitter ses affaires actuelles, nous allons devoir attendre ... autant le faire autour d'une boisson qui rafraîchira la gorge de celle qui voyage à cheval depuis longtemps. Et moi aussi, il me tarde d'en savoir beaucoup plus sur vous!"

Nakor fronça un peu les sourcils, comme s'il essayait de voir de manière plus précise quelque chose de lointain, un petit sourire sur les lèvres, en direction précise du regard d'Astéride, il en avait presque oublié Johann, parce que d'Astéride avait émané quelque chose, une chose qu'il ne pouvait ignorer et qu'il devait percer à jour. Il termina donc en revenant sur la nouvelle venue

"Sauf si vous y voyez un inconvénient quelconque Commandant."

Le ton était interrogatif.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2093
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Ven 15 Jan 2010 - 14:13

On ne pouvait pas vraiment changer un comportement hostile en une entente cordiale en quelques minutes. Surtout quand en face de soi on a une tête de mule du style de Johann... En fait cela relèverait presque d'un véritable défi, surtout quand la jeune femme n'était pas dans son milieu dit "Naturel" ou l'on est naturellement sur la défensive.

Astéride répondit à la question de la jeune femme... Le petit allait bien oui, après tout, le bébé ne pouvait que bien aller vu le cadre de vie dont celui-ci profitait et profiterait pour le restant de ses jours à moins qu'il ne décide de déserver le foyer maternel un peu comme elle l'avait fait quelques années auparavant. Après, de toute manière, on ne lui enlèverait pas les préjugés qu'elle avait sur la noblesse...

"Les enfants sont fragiles à cet âge, vous devriez être prudente. Surtout si des animaux sont présents dans votre entourage, peu importe leur taille."

Bon il s'agissait d'une généralité classique, souvent vérifiée avec les chiens qui mordaient les jeunes enfants ou encore les chats trop calins qui pouvaient s'allonger sur ceux-ci. Mais dans ce cas bien précis cela concernait un très gros lézard...
Chose étrange Astéride ne s'était pas encore décidée de la remettre en place sur son hostilité, de toute manière, les choses devraient bien être mises au point entre les deux femmes un jour ou l'autre, et de préférence en privé et loin d'oreilles indiscrêtes.

Le vieux mage qui lui avait semblé complètement fou et sénile au premier abord répondit à la réflexion de Joh' d'une manière polie mais abrupte, pour la remettre à sa place au sujet de l'interprêtation qu'elle avait eut de ses propos. Il était clair que le niveau de culture était bien différent entre les deux personnes, un peu comme la différence de la définition que chacun avait utilisé pour comprendre les mots. De toute manière elle ne gagnerait pas vraiment en échange de parole avec lui, tant que ca ne rentrerait pas directement dans ses domaines de prédilection. Dans tout les cas il fallait savoir admettre que cette fois le mage avait raison.

"Nous parlons peut-être la même langue, mais il arrive que nous ne pouvons pas nous comprendre." ou comment définir un "quiproquo" sans en connaitre le mot. "Je vous ai jugé trop vite, je m'en excuse."

Ces mots sonèrent étrange de la part de Joh', qui donnait surtout l'impression d'être incapable de dire ce genre de choses. Dans tout les cas, ce Nakor ne semblait pas vraiment du genre à se laisser faire, et contrairement à ce qu'on aurait pu penser, celui-ci monta dans l'estime de Joh'. Il était rare de rencontrer des personnes qui n'hésitaient pas à reprendre les autres quand quelque chose ne leur convenait pas. Pour ce qui concernait d'aller voir le roi immédiatement, la réponse fut claire... Evidemment que se pointer comme ça, sans messive préalable ni prendre un rendez-vous quel qu'il soit ne lui permettrait pas de le voir dans la minute de son arrivée. Et ca, Joh' le savait pertinamment, c'était arrivé plusieurs fois à quelques un de ses visiteurs, les ayant parfois fait attendre plus d'une demi journée. Par contre elle tiqua au niveau du "Dame"...

"Je peux attendre, ça ne pose pas de soucis. Vu que je ne l'avais pas fait prévenir c'est normal qu'il ne puisse pas me recevoir immédiatement. Et puis ca sera toujours plus rapide et pratique que de lui écrire tout le rapport et d'attendre les retours."

C'est vrai qu'avec un commandant ne sachant ni lire ni écrire et un roi aveugle, les rapports avaient un peu de mal à être déchiffrés.
Ce qui rendait la situation presque drôle, les deux étaient quasiment dans la même barque face à cette fameuse paperasse, c'est à dire trouver quelqu'un de confiance pour aider dans cette tâche. Evidemment, pour faire patienter, Astéride proposa quelques "boisson" qui ne manquèrent pas de ravir le vieux mage qui avait littéralement oublié la présence du soldat qu'elle était, après tout rien de plus normal, jusqu'à ce qu'il lui "demande" son avis. Bon, elle n'avait de toute manière pas trop le choix que d'accepter, n'ayant rien d'autre à faire dans cet endroit que ce fameux rapport qui lui avait servit d'excuse pour faire le mur de l'infirmerie.

"Je n'ai pas d'impératif pour le retour à Diantra, j'avais déjà désigné des personnes pour assurer mon remplacement le temps que les médecins et autres charlatants se décident enfin à me relacher. Ca ne me dérange donc pas." Elle avait répondu en même temps à Nakor et à Astéride, on sentait une pointe d'agacement aux derniers mots au sujet des charlatants. "Par contre, j'apprécierais que vous évitiez les "dame" et autre, Joh' suffira."

Sa position à ce moment là n'était que peu enviable, un peu comme un cheveux sur la soupe entre les deux nobles. Le vieux fou semblant s'interesser au plus haut point à Astéride pour une raison qui lui était inconnue, et l'Astéride au gros lézard, danger public en puissance. Peut-être qu'il se doutait de quelque chose, ou que même il était au courant. Dans tout les cas elle suivit sans rien dire les deux personnes, attendant de voir comment se déroulerait "la suite des festivités".
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Lun 25 Jan 2010 - 16:32

Oh, cela se précisait, songea la jeune duchesse en plissant quelque peu les paupières. Bien, Johann n'avait donc pas oublié cet incident facheux...Pire encore, elle ne l'avait pas cru du tout. Bref, un témoin gênant dirait certains...Mais qu'y pouvait elle ? Pas grand chose, a moins de tuer le Commandant, elle ne voyait pas de solution. Quoique, cela serait comique de la voir parler a Trystan d'un danger potentiel venant de sa propre soeur. Enfin bref, elles n'en étaient pas là. Astéride soupira discrètement et continua de sourire, un sourire légèrement angélique et « potiche » sur les bords. Trompons l'ennemi, si ennemi il y avait bien sur.

La jeune femme se retint de pouffer lorsque Nakor se permi de remettre en place la trop agressive Johann. Au moins, le vieux magicien ne s'en laissait pas compter, on ne pouvait lui retirer cela. Puis, le magicien s'adressa de nouveau a elle. Argumentant que le temps de la paix n'était point encore là. Certes, elle le savait pertinement, mais pour une fois que Trystan pouvait souffler un peu, ceci dit, elle ne pouvait que s'incliner devant les raisons invoquées par Nakor. Même Johann, dont l'arrivée avait été chahutée, semblant pressée par l'urgence de sa mission.

-Seamon ?

Surgit de nul part se dressa un vieil homme un peu courbé. Mais sa figure avenante et sereine laissait entrevoir une certaine sagesse. Astéride lui sourit chaleureusement et ajouta :

-Pouvez vous aller prévenir mon frère que le Commandant Johann Reihart et Sire Nakor désire le voir de toute urgence, nous serons dans le grand salon.

Puis, elle reporta son regard jade sur le vieux magicien, un sourire amusé aux lèvres.

-Mon frère ne flatte que rarement, sauf lorsque les éloges sont justifiés, met avis que vous connaissez plus que quelque tours, Sire Nakor.

Une petite main jaillit soudain du paquet de lange qu'elle tenait et vint s'enrouler autour d'une mèche de ses cheveux, provoquant une légère grimace de douleur. Astéride se débarrassa de l'étreinte d'un geste doux et caressa le front d'Erwan.

-Sois sage, veux tu ?

Puis elle reporta son attention sur Johann qui venait de la prier de ne pas l'appeller « Dame ».

-Comme il vous plaira, mais dans ce cas, j'apprécierais que vous usiez de mon prénom.

Répondit elle en les invitant a la suivre en direction du grand salon. Au bout de quelques secondes de marches, elle les fit pénétrer dans une grande pièce chaleureuse. Certes, Erac ne pouvait se prévaloir de la richesse et de la finesse des château de Langehack ou Sainte Berthilde, mais il n'en restait pas moins que le salon était meublé avec goût et simplicité. Elle prit quelque minute pour envoyé un valet leur quérir quelques rafraichissements et, enfin, proposa des sièges confortables a ses invités.

-Mon frère ne tardera pas je présume, a moins que la reine ne le retienne encore un peu.

Dit elle avec une pointe de rire dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Ven 29 Jan 2010 - 14:49

Le vieil homme fut tout étonné, parce qu'il pensait la commandante légèrement hautaine ou tout du moins méprisante avec ceux qu'elle considérait comme étant la noblesse. Or en effet le vieil homme était dans le château où séjournait le roi, tout comme la soeur de celui ci! Elle aurait put en conclure que Nakor était un noble. Ce qui n'était absolument pas le cas, le vieux fou étant bien loin d'un quelconque lien de sang avec une personne noble de la cours du roi. Mais il sourit lorsqu'il entendit les sages propos de celle qui finit par vouloir se faire appeler Joh. Il inclina la tête avec un réel respect et intima tranquillement

"Il est sage de la part du roi, de s'être entouré de gens qui savent reconnaître leurs erreurs ... il n'y a rien de plus courageux que cela ... A qui peut se vaincre soit même , il est peu de choses qui puisse résister! La Rose Noire doit vraiment être une armée flamboyante ... j'accepte évidemment vos excuses ma chère!"

Aucune moquerie, juste de a sincérité. Nakor félicitait toujours grandement ceux qui étaient capables de se remettre en question, c'était là la preuve d'une grande intelligence et d'une capacité de survie dans un monde si dur, plus que surprenante. Puis Astéride héla un serviteur âgé, qui apparut presque par enchantement. Nakor était toujours éminemment amusé de voir que les meilleurs des serviteurs étaient des prestidigitateur de talents sur leur propre personne : il pouvait se faire oublier au point de disparaître du champs de vision puis de revenir dans le feu de l'action précisément au moment le plus importun! Nakor hocha la tête comme par auto contentement. Il entendit les sous entendus de la soeur du roi et fit une moue mi amusé mis énigmatique, comme si le secret à percer n'était pas loin. Il vit alors une petite main et se concentra subitement sur l'enfant d'Astéride. D'un seul coup, Nakor claqua alors son pouce et son majeur et souffla sur sa main droite. Il en partit une petite étoile lumineuse, qui diffusait une belle aura tranquille et chaleureuse, qui changeait constamment de couleur. Passant du violet au rouge, puis au vert, au jaune, au bleue et même par des couleurs qui semblaient ne pas exister. La petite étoile atterrit au dessus du jeune enfant et se mit à tourner légèrement autour du bébé. Passant d'un coté, de l'autre, accélérant et ralentissant par moment. Tout cela était fait pour amusé et émerveiller le jeune enfant. Et c'est d'un sourire de grand père puissamment attendri que Nakor se permit d'ajouter

"Un enfant se peut il être sage ma chère ... la sagesse requiert une expérience forte de la vie, qui passe soit par une longue vie semé d'embûche, soit par une jeunesse digne d'un calvaire constamment renouvelé. Croyez moi, il vaut bien mieux pour votre enfant qu'il ne soit pas touché par la sagesse, mais par l'insouciance d'une jeune vie pleine de fougue! La découverte naïve du monde n'est pas un déficit ... c'est un don rare que possède chaque enfant ... à nous de tout faire pour que rien ne vienne le leur enlever trop tôt!"

Le vieil homme ne se permettait pas de juger Astéride en tant que mère, ni de lui donner des conseils sur comment élever son enfant, simplement il rappelait que même fils de noble, un jeune enfant ne devait pas passer à coté des joies d'une vie tranquille et agité. Sur la fin de son discours Nakor était assez explicite, en présence de deux jeunes femmes intelligente, pour qu'elles comprennent toutes deux qu'il parlait de la guerre, de la folie et des meurtres auxquels ils étaient eux, confrontés, en temps qu'adultes. Tout en parlant, ils étaient arrivés tous trois dans une salle où des siéges les attendaient. Nakor, s'aidant de son bâton plus qu'inutile, approcha d'un bon siège, et fit comme tout vieillard, il souffla longuement en poussant un petit soupir de douleur et de fatigue lorsqu'il prit place dans le siége. Il ajouta même

"Hoooo, faudrait pas vieillir! ... Joh ... dites moi, vous ne semblez pas très enclin à la confiance envers les médecins ... leurs sciences permettent tout de même bien des problèmes en moins non? Sans eux, les guerres feraient bien plus de mort que ce qu'elles en font. Et dois-je comprendre que la situation en Diantra est ... stabilisée? Le commandant de la Rose Noire qui s'en va auprès de son roi, les médecins à l'oeuvre ... la paix dans la cité reine des hommes se montrerait elle enfin?"

Nakor avait lancé le sujet de conversation, vieux curieux qu'il était, et ajout tout de même, avec un haussement d'épaule

"Parce que si ce n'est pas le cas ... la reine risque encore moins de laisser du temps à son époux!"

Puis Nakor se mit à rire doucement, en gloussant et en sautillant sur place. Il serait peut être étrange ou dur pour Johann d'accepter le fait que Nakor rit en parlant autant de guerre que de badinage, mais le vieux fou le faisait sans rien négliger au niveau de l'importance des faits qu'il abordait. Rien n'était véritablement léger dans le ton de sa voix lorsqu'il parlait de paix en Diantra. Il laissa pour le moment quelques répliques sur la magie et Astéride! Il lui en parlerait plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2093
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mar 2 Fév 2010 - 19:06

Joh' avait volontairement évité de prononcer le prénom de la jeune femme, non pas par manque de respect, mais elle faisait ainsi avec tout ceux qui pouvaient être dangereux, pour ainsi garder une certaine distance. Elle n'y répondit rien, préférant suivre en silence, la douleur se réveillant peu à peu avec les muscles qui se refroidissaient et la tension qui descendait. Non, elle ne devait pas montrer de faiblesse... Même après un tel choc.

Le petit tour de passe passe de Nakor n'étonna pas plus que cela la commandante, après tout elle avait vu des magies bien plus destructrices à l'œuvre lors des combats menés contre les drows... Au moins celle la pouvait servir à amuser la galerie, ou plutôt un bébé. Charmant petit jouet pour attirer l'attention qu'un petit truc brillant qui vole.

Le salon dans lequel ils pénétrèrent était gigantesque et richement décoré, même la chambre d'hôte la plus classe de la caserne n'était pas aussi riche... Elle ne dit rien, laissant la maitresse de maison faire... Donnant ses consignes à un vieil homme qui leur apporterait des "rafraichissements" et leur proposant à Elle et au vieux mage de prendre place dans un siège. Elle regarda le vieux mage s'assoir, cette scène ressemblant plus à un certain jeu d'acteur plutôt qu'à une réalité aux vues de la façon dont il s'était déplacé tout le long du trajet, avec presque plus de facilités qu'elle. Joh' quant à elle préféra rester debout, appuyée sur le rebord de la fenêtre, se tenant bien droite, et regardant dehors, jusqu'à ce que se pose la question des médecins.

"Tant qu'ils restent humbles je n'ai pas de soucis avec eux, ils s'occupent de mes hommes et je n'ai rien à redire. Sauf quand ils viennent m'empêcher de faire ce que je veux, là c'est autre chose."

Par la elle voulait bien évidemment parler de la consigne que tous lui avaient donnés de garder le lit au moins un bon mois, ou tout du moins de ne faire aucuns efforts quel qu'il soit. Ce qu'elle n'avait évidemment pas fait.

"La paix à Diantra est revenue oui, la ville se reconstruit et les soldats restants assurent la sécurité, toutes unités confondues. Mais la reconstruction est difficile, les voies d'approvisionnement sont coupées, nous manquons de tout, autant d'hommes que de matériel, ce que nous avons sont les fournitures de ce que l'armée d'occupation que nous avons chassé et les renforts nous ont laissé. Mon armure par exemple a été trop endommagée au combat pour être réparable, le forgeron l'a fondue pour faire des clous... Et je ne suis pas prête d'en voir une nouvelle d'ici un moment, le reste de mes affaires ayant brûlé lors de l'incendie du premier siège." Son cas n'était pas vraiment unique, beaucoup avaient tout perdu lors des deux sièges consécutifs, autant civils que militaires. "Tant que nous sommes la pour en parler c'est que tout va bien."

"Quant aux responsabilités, elles ont été laissées à d'autres officiers qui sont miraculeusement revenus après les combats, les médecins m'ayant ordonné de me reposer suite aux coups que j'ai recu lors du second siège. Alors autant que je fasse comme bon me semble. Et si je ne fais pas ce rapport, personne ne le fera. J'ai jugé qu'il était inutile d'écrire un rapport, et en plus j'avais besoin de changer d'air."

Joh' ne précisa pas qu'elle avait fait le mur de l'infirmerie pour venir jusqu'ici.
Elle plaça sa main sur ses côtes avant de reprendre. Oui les combats avaient été rudes, mais cette blessure était cent fois plus agréable que le temps passé dans les égouts avec cette chose qui les traquait de jour comme de nuit...

"Et puis la paix n'est qu'une période entre deux guerres, C'est pour ça que l'on peut tant l'apprécier." Les mots étaient d'une réalité crue déconcertante... "Bien qu'il sera difficile pour nous de mener la prochaine bataille... J'ai entendu dire que les Drows étaient encore à l'œuvre vers Oesgard. Cette fois ils se débrouilleront sans nous."

Justement, le problème était plus qu'ils ne se débrouilleraient pas vraiment sans eux, les troupes a Oesgard étant quasi nulles, mais ça elle ne le savait pas encore... La guerre civile ayant entamé les troupes de l'armée royales mais aussi les lignes de communication.

Elle ne surenchérit pas à la petite pointe d'excitation du mage lorsqu'il avait parlé du fait que la reine s'occuperait du roi. Ceci ne le regardait pas, en fait ceci ne regardait personne, c'était leur vie privée. L'une des choses les plus dure à voir lorsqu'on vit dans une caserne, lieu communautaire ou la vie privée de chacun se retrouve vite déballée au grand jour.

"Nous aurons assez de temps pour en parler avec le roi de toute manière..." Elle fit une pause. "A part ça, qu'elles sont les nouvelles du reste du monde ?"

Elle avait complètement oublié Astéride, ou tout du moins c'était ce qu'il semblait, Joh' y jetant quelques coups d'œils réguliers comme pour s'assurer qu'elle était toujours là mais surtout que l'autre gros lézard n'était pas du tout là... Mais évidemment répondrait qui voudrait à la question. C'était au plus renseigné qu'elle accorderait son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Jeu 4 Fév 2010 - 11:50

Si il y avait un trait commun a Erwan et Incanus, c'était bien cette curiosité insasiable qu'ils partageaient pour la magie. Si Erwan était encore trop jeune pour en comprendre les rouages, Incanus ne cessait de s'émerveiller. Bizarre de la part d'une créature sensée être magique. Le dragon ouvrit donc les deux yeux devant la boule de lumière qui scintillait a quelques centimètres de son protégé. Passant d'une épaule a l'autre en se frayant un chemin sous ses cheveux, le dragon de taille minipouce en cet instant suivant du museau la danse de l'étincelle, tandis qu'Erwan tendait un bras un peu malhabile dans l'espoir d'attraper ce merveilleux jouet en poussant des petits cris de plaisir. Astéride sourit largement devant les facéties de Nakor, il lui faisait penser a cet instant a un vieux grands père, d'ailleurs, elle se demanda soudain si il avait de la famille, peut être des enfants et des petits enfants. Sourire qui se teinta légèrement alors que le vieux magicien préconisait une vie aventureuse et merveilleuse pour tout les enfants, c'était une notion magnifique oui, mais elle doutait que celle ci ne s'applique a son fils. Enfant de déserteur, moitié elfe, moitié drow, il y avait fort a parier qu'Erwan ne connaitrait que méfiance dans le futur, les hommes étaient parfois des idiots. Mais, heureusement, sa filiation lui offrirait une protection, de même que sa mère.

-Vous êtes un sage, Sire Nakor, un jour, peut être, me raconterez vous vos aventures.

Fit elle d'une voix chaleureuse avant de les guider dans le Petit salon et de leur proposer de confortables fauteuils. Nakor s'y laissa tomber avec la précaution qu'on les vieilles personnes, même si elle le soupçonnait de jouer la comédie, Johann fit de même.

Une vague de soulagement la traversa alors que le Commandant assurait que la paix était revenue. Son oncle était donc sortit vainqueur, voilà une nouvelle qui aurait de quoi réjouir les coeurs.

-Les hommes ont bien souffert.

Soupira-t-elle, elle avait offert son soutient au peuple d'Erac et de Hautval, rassuré Ancenis après sa reprise, mais tout cela n'était que goutte d'eau dans l'océan. Il faudra du temps a la Péninsule pour guérir ses blessures, car plus que la destruction, il existait la félonie. Le royaume des hommes venait de montrer au monde qu'il n'était pas si unit qu'il voulait bien le laisser paraître.

-Les drows ont effectivement saignés a mort Oesgard, elle qui fut notre bastion le plus imprenable n'est plus que l'ombre d'elle même. Mais selon nos informations, il semblerait qu'ils s'en soient retourné en enfer. Etonnant mais nous n'allons pas nous en plaindre.

Dit elle a Johann lorsque celle ci parlait des drows. Ils avaient craint, craint une nouvelle invasion rendue encore plus facile par leur propres faiblesses mais pour une raison inconnue, les drows avaient quittés les terres humaines. Instinctivement, elle ressera son étreinte sur Erwan.

-Mmh...Je ne sais si les nouvelles sont bonnes ou mauvaises, mais il semblerait qu'Etherna soit tombée sous le joug d'Odélian, le Comte aurait maté la rebellion sur les terres de Sainte Berthilde. Je suis étonnée du silence d'Aergar mais, a sa décharge, il guerroyait a Oesgard en compagnie du Duc de Serramire. Le calme est revenu, que ce soit a Hautval, Ancenis ou Oesgard, mais je crains que la reconstruction ne soit longue et fastidieuse, de plus, l'homme a détruit la confiance qu'il portait a son prochain, cela n'annonce rien de bon. Mon frère a été blessé, sa réaction sera a la hauteur de sa deception.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Ven 5 Fév 2010 - 12:57

- "En effet, tu me connais trop bien."

La voix avait surgi de la porte du grand salon où la silhouette du roi s'encadra, suivie de près par celle de sa reine qui portait la petite princesse dans ses bras. Lilianna était aussi lumineuse que son mari était sombre et ils formaient un couple tout à fait assorti. La reine était enceinte, mais cela ne se voyait pas encore. L'hiver avait été long et le couple royal acceuillait le printemps avec déléctation. C'était la fin d'une longue période de troubles. Trystan avait reprit du poil de la bête, déterminé à réinvestir Diantra rapidement et à rayonner de la Capitale comme nul autre avant lui. Il savait déjà comment il allait officiellement asseoir son pouvoir et forcer les Nobles à lui jurer fidélité.

C'était donc un roi déterminé et calme qui se présenta devant ce petit monde en plein bavardage. Ses traits était redevenus normaux, moins émaciés que durant ces longues semaines d'incertitude. Il portait un pantalon de cuir brun, une chemise de lin couleur crème et une tunique richement décorée brune, aux motifs cousues de fils d'or. Ses longs cheveux noirs étaient dénoués. Il avait posé une main légère sur le bras de Lilianna, si bien qu'elle se faisait son guide sans même que l'on s'en rend réellement compte.

- "Seamon m'a dit que le Capitaine de la Rose Noir souhaitait me faire son rapport?"

Une ombre de sourire dansa sur ses traits graves. Il se rappelait à ce moment même la jeune femme qui pestait de devoir porter des vêtements féminins pour l'accompagner au bal des Soltariels. Cela était si proche et si lointain pourtant.

- "Soyez la bienvenue Capitaine, je suis toujours heureux d'acceuillir de fidèles soldats."

Il y avait donc Johann, Astéride, Erwan qui faisait quelques petits bruits sur les genoux de sa mère, sans nul doute. Lilianna et Lyhann accompagnaient le roi... Mais il restait une autre personne.

- "Nakor, mon vieil ami, je suis ravi de vous savoir parmi nous. Simple visite de courtoisie ou bien auriez-vous vous aussi quelque affaire importante à me soumettre?"

Le pauvre Seamon avait interrompu Trystan et Lilianna en plein moment de complicité... Il ne pouvait pas réellement savoir, mais les occasions de se retrouver entre époux étaient si rares qu'ils en profitaient quand ils le pouvaient. Le roi s'assit alors, imposant aux autres de faire de même si ce n'était déjà fait. L'entretien n'avait rien de formel dans ce salon. Johann allait peut-être s'en offusquer, souhaitant parler de choses militaires et confidentielles, mais tous ici étaient dignes de confiance. Ou bien apprécierait-elle la simplicité du roi, allez savoir avec cette femme? Quant à Nakor et Astéride, ils seraient surement ravis, de même que Lilianna. Ils n'aimaient pas les cérémonies officielles et ennuyeuses.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Sam 6 Fév 2010 - 10:14

C'est avec amusement que Nakor continua à marcher : l'enfant d'Astéride était content du petit tour de passe passe du vieux fou. Astéride sembla trouver beaucoup de sagesse dans les mots de Nakor. Le vieil homme ajouta donc, en levant une main comme pour refuser une partie des propos de la sœur du roi.

"Nakor, seulement Nakor ... je n'ai rien de noble ma chère et croyez moi, mes vieilles histoires vous ferez dresser les cheveux sur la tête ... je viendrai vous raconter mes histoires de sorcières des marais et de phœnix un jour! Après tout, je crois que vous pouvez vous aussi me raconter au moins une très bonne aventure Astéride."

Nakor fit un clin d'œil à la jeune femme, il parlait clairement de la magie qu'il avait senti autour d'elle, en elle et à la fois hors d'elle, une puissance grande et subtile. Le mage voulait en savoir plus, et en même temps il lui demandait de ne plus utiliser le préfixe de Sir, car le mage n'en était pas un, selon ses propos. Nakor écouta ensuite d'un œil attentif les propos de Johann, en effet elle ne s'offusquait donc de la présence des médecins que, lorsqu'ils prenaient soin d'elle. Certainement en lui empêchant de bouger. Ces guerriers, bon pour que leurs hommes soient mis en infirmerie mais jamais eux! Nakor hocha la tête de droite à gauche, un sourire sur les lèvres, comme pour dire non avec amusement à cette attitude, plus que maintes fois rencontrés. Le vieux magicien laissa la jeune femme s'exprimait, on sentait un peu d'amertume dans ses propos. Mais ce n'était pas une défaite ou une victoire amère, juste le regret peut être, de vivre dans un monde qui ne laisse jamais de répits. Le vieux fou prit donc la parole

"Les médecins ne sont donc pas des charlatans ma chère, plutôt des geôliers!"

Le vieil homme gloussa un peu et continua

"En tout cas, quoi qu'ils aient put vous dire, si vous avez fait un si long trajet, c'est que vous pouvez sans problème être loin de ceux qui donnent leurs soins. La stabilité est donc revenu ... le rayonnement lui mettra un peu plus de temps, les reconstructions font être longues, couteuses en argent comme en homme ... mais Diantra se relèvera, comme dans le passé! Les drows ne nous attaqueront pas, je pense que la bataille en Alonna leur a causé à eux aussi quelques problèmes de successions. Et puis les elfes se sont vite remis de cette escarmouche, pas plus tôt qu'il y a peu je m'entretenais de loups dansant avec le nouveau marquis de l'Epine Dorée ... un elfe frais et tout décidé à se battre pour le monde! Les nains aussi, n'ont subis que de faibles pertes ... ils sont présent sur le terrain!"

Nakor hocha la tête et acquiesça avec d'autant plus de force les dires d'Astéride, lorsqu'elle prit la parole à son tour, racontant les faiblesses et les forces du monde des hommes avec beaucoup d'esprit. La voix du roi se fit alors connaitre. Le mage tourna son visage en direction de la source sonore avec un très grand sourire sur les lèvres, même s'il ne peut pas le voir, il pouvait entendre un sourire lorsque le vieil homme parlerait. Trystan parla en premier lieux à sa sœur, puis à la chef de l'ordre de la Rose Noire, un vrai gentleman, puis il se tourna vers Nakor, amusé comme à l'accoutumé. Le mage sourit encore plus largement lorsqu'il entendit la question et prit la parole

"Ho ... les deux mon cher Trystan, les deux!"

Il gloussa un peu puis reprit tout de même un brin de protocole, la badinerie n'étant pas l'affaire des rapports de guerre.

"Mais oui Monseigneur, j'ai quelques nouvelles du monde ... mes petits voyages m'informent de bien des choses! Mais Diantra en premier lieux!"

Nakor ne faisait que dire une évidence, il fallait que Johann fasse son rapport en premier. Mais malgré cela, Nakor ne perdait pas de sa fraicheur et discutait donc avec son ami le roi de bon cœur, usant tout de même du titre de Monseigneur, seul mot qui montrait un brin de protocole. L'espièglerie se sentait dans le ton du mage, mais le sérieux revint et il laissa place à Johann, juste après avoir ajouté

"Et ravi de vous voir autant en beauté ma reine."
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2093
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Dim 7 Fév 2010 - 23:25

Les rumeurs du champs de bataille étaient donc vrai, Oesgard avait été attaquée par les Drows qui avaient finit par les achever après ces guerres intestines débiles. Rien de bien joyeux. Mais au moins, tant qu'ils auraient la paix pour se préparer à la suite, tout irait bien... Et ce replis annonçait aussi une guerre civile chez les drows... Qu'ils s'entretuent, ca leur fera des vacances !

Le roi finit enfin par arriver, au bras de sa femme... Puis il s'installa, comme s'il attendait le rapport ici... Joh' ne bougea pas de sa fenêtre, guère emballée de cracher tout ce qu'elle avait à dire devant Astéride, il y avait vraiment trop de monde à son gout dans cette pièce. Le protocole n'était pas vraiment son affaire, déjà que la hiérarchie dans l'ordre de la rose noire était plutôt étrange... Elle attendit patiemment que les petites discussions annexes se terminent, enfin patiemment.... C'était un grand mot, il aurait mieux fallut dire "Bouillonnant de l'intérieur". Elle voulait en terminer au plus vite et quitter ce nid de gros lézard dans lequel elle était tombée. Et surtout depuis le temps qu'elle n'avait plus vu le roi, elle ne lui parlerait pas que de la guerre mais aussi des gros trucs qui se baladent dans son royaume.

"Monsieur" Commença-t-elle "Faire mon rapport dans une atmosphère détendue loin du protocole ne me dérange pas du tout, mais pourrions nous au moins le faire en privé ?" Elle fit une pause "Ce dont nous avons à parler ne concerne pas toutes les personnes présentes."

Elle s'était approchée devant lui, se tenant droite. Attendant patiemment qu'il réagisse à cette demande

EditHRP : Panne d'inspiration sur ce coup là, on verra au prochain tour x)
Revenir en haut Aller en bas
Lilianna
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 3343
Âge : 33
Date d'inscription : 18/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Ven 12 Fév 2010 - 17:05

Ni Lilianna, ni Trystan ne savaient encore comment ils allaient annoncer la nouvelle grossesse de la jeune femme. Mais une chose était sûre, il ne fallait pas tarder. Pour le moment, Lilianna pouvait encore dissimuler son petit ventre sous d'amples robes, mais cela ne pourrait pas durer encore très longtemps. Avec le printemps, puis l'été... Lilianna espérait sincèrement que les choses se seraient calmées d'ici à l'annonce de sa grossesse. Et puis elle espérait que tout le monde ne se jetterait pas sur cette nouvelle. Mais les rumeurs allaient vite, très vite. Elle savait déjà que tout le monde allait espérer qu'elle mette au monde un fils. C'était ce que tout le monde espérait. Un héritier. Mais Lilianna n'était pas certaine de vraiment vouloir un fils. Elle savait quelle vie on réservait aux garçons. Alors à un prince... Elle n'avait pas envie d'être privée de son fils, elle n'avait pas envie qu'on le lui arrache pour en faire un parfait petit souverain. Si elle savait que Trystan ne permettrait jamais une chose pareille, elle savait aussi qu'il réservait une éducation assez strict à un fils.

Il y avait du monde à Erac. Cela n'était pas arrivé depuis longtemps, mais Lilianna se doutait bien que cela ne durerait qu'un temps. Elle tendance à oublier trop vite quels étaient leurs titres. Le sien surtout. Si elle n'avait pas de mal à voir Trystan comme un roi, elle ne se voyait pas encore tout à fait comme une reine. Cela faisait pourtant une bonne année qu'elle l'était. Mais disons que l'éducation de son père était coriace et qu'elle n'avait pas encore réussi à s'en débarrasser tout à fait. Cela viendrait certainement, avec le temps. Du moins elle l'espérait, elle n'avait nullement envie de rester une pauvre petite chose fragile toute sa vie ! Elle ne pouvait pas se le permettre, plus maintenant qu'elle était mère et qu'elle avait des devoirs à remplir. Une bonne fois pour toutes !

Lilianna avisa rapidement les personnes présentes dans la pièce. Il y avait Astéride et Erwan, bien sûr, Johann et le vieux magicien Nakor. Dans les bras de sa mère, Lyhann semblait être impressionnée par tout ce beau monde. Eh oui, c'est qu'elle n'avait pas vraiment l'habitude. Lilianna faisait son possible pour la préserver des grandes cérémonies et des mondanités, même si cela n'était pas du goût de Trystan. Heureusement, il acceptait encore que sa femme n'apprécie pas ce genre de chose. C'était un de ses principaux traits de caractère. Lilianna préférait de loin le calme et la tranquillité. La jeune femme se dirigea vers sa belle soeur, en jetant un regard tendre à Erwan, qui babillait joyeusement sur les genoux de sa mère. Elle eut un rire léger avant de s'adresser au mage.

« Et je suis ravie de constater que vous n'avez pas changé. Vous avez toujours le mot pour plaire. »

Elle afficha un grand sourire, avant de s'asseoir près d'Astéride. Lyhann quant à elle semblait perdue dans la contemplation de son cousin. Normal me direz vous, elle n'avait pas l'habitude de voir d'autres bébés. Lilianna fronça les sourcils en jetant un regard étonné à Johann. Ses yeux firent l'aller retour entre le soldat et le roi.

« Il me semble pourtant que les personnes présentes sont tout à fait aptes à partager votre conversation... Trystan ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://x-ice-lands-x.skyrock.com/
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mar 16 Fév 2010 - 8:03

Astéride faillit sursauter a l'arrivée de son frère. Toujours aussi silencieux ! Elle leva les yeux sur la haute silhouette du roi avec un léger sourire qui devait certainement s'entendre dans sa voix.

-Exactement, tu n'as plus de secrets pour moi.

Incanus avait ouvert un oeil a l'arrivée du couple royal et il se mit a emettre un léger ronronnement de contentement, Erwan quand a lui sembla fasciné par l'alliance de sa tante alors qu'un rayon de soleil venait se poser sur l'anneau. Astéride oubliait trop facilement qu'il n'était pas tout à fait humain et apte a voir ce que d'autre ne voyait pas très bien. Elle plissa les yeux en scrutant le visage de sa belle soeur, mais secoua doucement la tête, elle se faisait des idées, ou alors le teint de Lilia avait retrouvé ses couleurs depuis sa fuite de Diantra. Elle se pencha sur l'oreille de son fils.

-Erwan, dis bonjour a ta cousine.

L'enfant pencha la tête sur le coté pour regarder sa mère, une lueur d'incompréhension dans les yeux avant de s'interesser plus avant a la petite fille qui le fixait...Il alla même lui offrir une mèche des cheveux de sa mère pour jouet. A ses yeux, les boucles blondes de la jeune fille étaient absolument amusantes...

Astéride eut la même réaction que Lilia a l'objection de Johann...Haussant les sourcils. Quand a Incanus, il descendit subitement de son épaule, parada un instant devant tout le monde avant d'aller sauter sur les genoux du roi.

-Incanus !

Rappela Astéride entre ses dents. Elle savait que son dragon appréciait son frère mais quand même, un peu de prudence n'était pas superflue ! Dragon têtu et irresponsable ! Le lézard ne lui renvoya qu'un coup d'oeil moqueur avant de filer prendre ses quartiers sous les cheveux sombres de son frère. Astéride soupira, blasée, en levant les yeux au ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mar 16 Fév 2010 - 18:17

Le sourire du roi à la réponse de sa soeur se fit plus tendre et protecteur, un brin espiègle également.

- "Voilà qui est génant, tu pourrais me faire chanter."

Espiègleries entre un frère et une soeur qui s'adoraient, même à l'âge adulte. Il eut ensuite une parole agréable pour Nakor, sincère de surcroit. Le vieile homme répondit avec bonhommie, mais en effet, il en allait des affaires du royaume. Il en profita pour complimenter Lilianna qui était partie rejoindre sa belle-soeur, si bien que les deux femmes allaient maintenant se concentrer sur leurs enfants respectifs et écouter d'une oreille distraite la suite de la conversation.

- "Nakor, vous êtes toujours aussi charmeur."

Tout le monde semblait détendu... Sauf Johann qui réclama un entretien privé. Trystan s'étonna de cette méfiance vis à vis des personnes présentes et Lilianna intervint, exprimant avec douceur ses pensées.

- "Mon épouse ne pourrait exprimer on ne peut mieux mes pensées."

C'est alors qu'il sentit quelque chose lui grimper dessus, le prenant un peu par surprise, surprise qui disparut bien vite de ses traits quand il comprit que c'était le dragon de sa soeur qui s'amusait ainsi. Bizarrement, Incanus aimait beaucoup Trystan et grimpait facilement sur lui, mais c'était la première fois qu'il le faisait en public. il alla se cache rdans l'épaisse chevelure noire du roi et n'en bougea plus, malgré les protestations d'Astéride. Il faudrait qu'il rappelle au dragon qu'il pense à signaler sa présence avant de lui sauter dessus et de le prendre au dépourvu.

- "Capitaine, quelles personnes ici ne pourraient être concernées par votre rapport? Parlez-vous de mon conseiller en magie et ami? De la reine, mon épouse? De dame ma soeur? ou bien des enfants qui ne comprennent encore pas un mot de nos conversations? j'ai toute confiance en les personnes réunies ici, le bien du royaume leur importe autant qu'à moi ou à vous."

Cela dit, les paroles de Johann l'intriguaient. Avait-elle apprit des choses concernant une des personnes présentes dans cette pièce? Il avait confiance en eux, mais peut-être que ce n'était pas le cas de Johann, pour une raison inconnue. Cela dit, elle se devait de faire confiance au jugement de son roi, c'était la plus élémentaire des politesses. Mais la connaissant, elle pouvait fort bien insister ou ne faire un rapport édulcoré qu'en vue de quelque chose de plus approfondi par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mar 16 Fév 2010 - 19:10

Rares étaient les moments qui pouvaient être aussi détendu pour le roi, chaque personne autour de Trystan semblait être tranquillement là pour profiter un peu des retrouvailles. Nakor fut touché d'entendre les propos de Lilianna et du roi surtout. C'est donc avec le coeur fondu d'un vieux papy gâteau que Nakor écouta les propos de Johann avant de voir quelque chose sortir de ... d'Astéride! Par toutes les puissances infernales du monde, cette créature était ... non c'était impossible! Nakor attendit que le roi parle, se retenant avec force, mais il ne put ronger son frein plus longuement. Le vieux mage se leva et perça du regard la petite créature avant de se tourner vers la soeur du roi!

"Astéride ... que je sois foudroyé sur le champ ... c'est un dragon ... les livres d'Ankara disaient donc vrai, ce n'est pas une légende enfin je veux dire, ils ne sont pas mort ... c'est ça que j'ai senti en vous, c'est cette puissante qui venait de vous sans pourtant être unitaire, mais simplement fusionné ... absolument épatant foutu nondidiou, si on m'avait dit qu'il faudrait que j'ai six cents vingt trois ans pour en voir un en vrai ... ho alors ça!"

Puis Nakor se tapa les mains l'une dans l'autre et se mit à rire. Il se mit même à danser sur place en gesticulant d'un air emporté. Il semblait aussi excité qu'un très jeune enfant. Il se mit à noyer de question les membres de cette assemblée sans prendre garde à rien d'autre

"Est ce un dragon de feu ... non ce n'est pas du feu que je sens en lui ... c'est autre chose ... est-il le dernier de sa race? Et ... et ... est ce que c'est un bébé ou il peut se transformer à volonté ... il peut parler ... il ..."

Puis Nakor se tut, se rendant compte qu'il était en présence du roi, de sa femme, de sa soeur, et de son commandant de la rose noire. Le vieil homme fit une moue réfléchie et ajouta

"Oui ... nous verrons cela plus tard Astéride!"

Nakor venait de parler sur un ton clair : rien au monde ne pourrait permettre à astéride d'échapper à un entretien avec le vieux fou et le ton était clairement annoncé, de sorte qu'elle ne puisse en douter. Le vieil homme retourna s'asseoir, fébrile et termina

"Pour en revenir à nos affaires Messeigneurs, je vais simplement nous remettre sur la voie et commencer par prendre la parole moi même, cela confortera peut être Johann dans son rapport possiblement faisable en notre présence à tous. J'ai personnellement rencontré le Marquis de l'Epine Dorée ... c'était non prévu mais c'était plutôt une bonne chose, nous avons échangé magie mais aussi politique, le monde elfique est très stable, les marquis morts ont été remplacé! Rarement depuis ses dernières années le haut conseil elfe ne semble être aussi fort. Pour terminer, il semble que les rumeurs donne le roi des hommes comme un véritable allié des elfes. Ils nous aideront si nous le demandons et se battront à nos cotés. J'ai aussi glissé l'idée que le monde des hommes allait très bientôt se relever plus fort qu'avant et plus unis que jamais! Une simple petite rumeur dans les oreilles d'un marquis et hop ... vous aurez une puissante réputation Monseigneur! Les nains n'ont subit que peu de perte, je n'ai donc pas encore prit contact fortement avec eux, mais je sais de source sur que Garmin ronge son frein, il rêve de combat et de bouter les drows hors de notre monde ... un allié sur! Enfin pour ce qui concerne notre monde Trystan, il est une chose qui m'est apparu évidente quand j'ai visité Sainte Berthilde! Vous devez mener rapidement une action forte, même si notre monde vacille, il faut donner un grand coup de pied dans la fourmilière maintenant! Vous devez réunir toute la noblesse autour de vous, ici à Erac ou à Diantra si le château est en ordre. En ce jour, vous devrez raffermir votre pouvoir sur les nobles de notre monde! Aucun d'eux ne doit oublier que, leur titre ne tient debout que parce que vous existez Monseigneur. Sans un roi, les nobles ne sont rien, ils ne le sont devenu que parce que dans une époque reculé, il leur a été donné des terres et un titre en échange de leur service de protection et de gérance d'une partie des terres trop vaste pour un seul homme ... les félons qui hésitent encore devront se soumettre en mettant le genoux à terre devant vous, ceux qui vous sont fidèle seront heureux d'être appelé à vos cotés pour qu'ils jurent une fois de plus fidélité au roi ... les survivants traîtres doivent être puni, mais la mort n'est pas la meilleure des solutions, non, il faut leur enlever leurs titres et les donner à d'autres. Et plus que tout, il faut immédiatement nommer de nouveau duc et marquis pour combler les pertes que cette révolte nous a fait subir ... sinon le monde vacillera dans la folie et la guerre civile! J'ai vu les gens à Sainte Berthilde, j'ai vu leurs regards supplicateurs, ils ont besoin d'un dirigeant rapidement, sinon la milice ne pourra plus longtemps empêcher les vols, les meurtres et tout ce qui va avec. Voila mes conseils Monseigneur, avec en priorité celui de nommer des gens en qui vous avez une confiance sans faille aux postes vacants!"

Nakor se tut alors, il avait dépeint tout ce qu'il avait apprit et ce qu'il avait imaginé pour amener rapidement des solutions au roi. C'était, à prés tout, son rôle de conseiller. Mais tout en parlant il vint une horrible idée à Nakor, une idée qui avait fait que le vieux mage avait froncé de plus en plus les sourcils à mesure qu'il approchait de la fin de son discours : à force de conseiller au roi de nommer des gens réellement fidèles aux hauts postes du monde humain, il finirait par recevoir l'ordre malicieux de devenir lui même un dirigeant d'une des partie du monde humain. Nakor Marquis! Que le diable l'emporte Nakor se demanda intérieurement pourquoi il avait tant insisté là dessus et si Trystan irait jusque là. Après tout Nakor ne voudrait jamais autant de responsabilité qui le tiendrait en un même endroit et qui le rendrait fou jusqu'à la rate, mais en même temps, le jeune roi savait que jamais le vieil homme ne pourrait lui dire non. Le mage fit alors les gros yeux en s'asseyant enfin et pria pour que le roi ne pense pas à Nakor pour prendre en main un duché ou un marquisat orphelin! Mais Nakor chassa vide cette idée, en repensant au petit dragon qui était dans les cheveux de Trystan et en concentrant toute son attention dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2093
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mer 17 Fév 2010 - 8:55

Evidemment les personnes présentes semblaient ignorer les raisons qui poussaient Joh' à agir ainsi, qui rappelons le ciblait Astéride, comme la personne qui n'avait pas à entendre le rapport qu'elle avait à faire. Et surtout elle avait assez vu de créatures dangereuses pour le restant de ses jours avec ce qui courrait dans les égouts de Diantra et qui avait hanté ses rêves pendant plusieurs jours après l'arrêt des hostilités, la peur faisant enfin son effet à retardement une fois que la tension des combats s'était volatilisée...
Elle tilta lorsque le lézard se jeta sur le Roi, son "instinct" lui dictant de se préparer au pire elle attrapa la garde de son épée, prête à la dégainer, même si découper un lézard de cette taille avec une lame aussi grosse c'était un peu comme tirer à la catapulte sur une fourmillère, mais elle laissa toute de même faire, bouillonant intérieurement. Non elle ne devait pas agir maintenant et surtout pas comme ça, elle devait avoir plus de "délicatesse" qu'avec ses hommes, chose qui pouvait presque sembler relever de l'impossible, surtout avec elle.

Les propos de Trystan faillirent la calmer un peu, mais alors un tout petit peu, jusqu'à ce que Nakor bondisse sur l'occasion pour étaler sa science. Non Joh' ne savait pas que ce lézard était "LE" dragon qu'elle avait vu et à cause de qui elle avait hérité un sacré mal de tête. Non si même le vieux mage n'était pas au courant alors là...
Elle n'entendit, ou plutôt n'écouta quasiment pas ce qu'expliqua le mage, de toute manière la politique ne l'interessait que peu, elle était un soldat, fait pour le terrain et mener des hommes, pas pour les intrigues diplomatiques avec des mecs pompeux à souhait plus à cheval sur l'étiquette que sur ce qu'était la personne en face. De toute manière toutes ses "alarmes" étaient au rouge vif, l'image n'avait fait qu'un tour dans son cerveau, provoquant une tension presque inimaginable chez la jeune femme, à se demander presque si l'adrénaline provoquée par la crainte instinctive n'y était pas pour quelque chose. Sa notion de "ce n'est ni le moment ni l'endroit" fondit comme neige sous un soleil d'été.

"Je quitte une abomination pour en retrouver une autre" grogna-t-elle plus pour elle même, remplacant des jurons plutôt bien sentis qui auraient pu choquer les âmes les plus sensibles.

Son épée était déjà au clair, sous la gorge d'Astéride, tenue par une Joh' qui ne pouvait que jouer la carte du bluff face à cette créature, et l'état de la lame pouvait en dire long sur celui de sa propriétaire, certes elle avait été aiguisée comme au premier jour, mais celle-ci portait de nombreuses traces de coups montrant qu'elle avait participé à plusieurs batailles sans vraiment avoir été reforgée. De plus elle ne portait même pas la marque de la Rose Noire mais celle d'un Régiment d'Epeiste de Diantra qui avait été exterminé lors du premier siège. Ah oui, ca devait être une bonne épée avant tout ça, mais maintenant elle ressemblait plus a une relique de combat récupérée par des pilleurs de cadavres

"Dites à votre satanée bestiole de dégager ses sales griffes du Roi. Et fouttez là dans une cage ! MAINTENANT !"

Le ton était sans appel, sec au possible, contenant visiblement un ordre et montrant que la moitié des mots étaient retenu par une sorte de contrôle de "politesse" et surtout que l'épée avait presque était retenue de justesse à ce niveau là. Oui, si une aura aurait pu se dégager de la jeune femme ca serait celle d'une envie de meurtre. La chienne de guerre du roi prête à mordre, ne semblant pas vraiment connaitre la pitié pour quiconque était considéré comme dangereux pour la couronne.

"Et je vous déconseille d'appeler son petit copain"

La dernière menace fut accompagnée d'un léger mouvement de poignet pour montrer qu'elle n'était pas vraiment d'humeur à déconner, mais surtout qu'elle n'hésiterai pas à mettre ses menaces exécution.
Même si elle ne semblait pas posséder une grande culture, étant sûrement la seule dans cette pièce à ne savoir ni lire, ni écrire. Elle en savait quand même assez pour réagir tout en n'ayant pas toutes les cartes en main, bien évidemment. Les mauvais souvenir de ce fouttu bal avec ces bestioles volantes.

Neutraliser Johann physiquement serait presque d'une facilité déconcertante, un coup dans les côtes par un vieillard suffirait à lui faire mettre un genou à terre... La convaincre serait une autre paire de manche par contre : loyale mais têtue comme tout les mulets du royaume réunis, surtout dans ce genre de situation.

"Voilà pourquoi je voulais continuer en privé, Monsieur."

Ces derniers mots s'adressaient à Trystan. Elle n'avait pas quitté Astéride du regard, tout en grandant le lézard dans son champs de vision pour en surveiller le comportement.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Ven 5 Mar 2010 - 15:11

Astéride approuva les paroles de son frère mais faillit s'étouffer en voyant Nakor se lever prestement et...Par les Cinq ! En deux temps trois mouvements, elle jeta un sort de silence sur la petite assemblée qu'ils formaient. Il ne manquerait plus que son secret soit éventé !

-Messire Nakor, je vous en prie...La discrétion est de mise...

fit elle un brin crispée tandis qu'Incanus relevait la tête, estomaqué. Astéride savait le vieux magicien bien plus agé qu'il ne le laissait paraître, mais pas au point qu'il soit capable de reconnaître un dragon d'un coup d'oeil alors que celui ci arborait la taille d'un cancrelat. Mais elle n'eut pas le temps de s'apesantir sur le sujet alors qu'une lame argentée se glissait sous sa gorge, la tétanisant sur son fauteuil. Erwan sentit la soudaine crispation de sa mère et leva les yeux sur la lame. Amusé par les reflets argentés, il voulut y porter un doigts et...Une perle de sang gouta...Paniquée, Astéride l'était, enragée aussi en voyant son fils se blesser par l'inconscience d'une femme trop prompte a juger ! Incanus, quand a lui, cru devenir fou de rage, il sauta prestement de l'épaule de Trystan et se ne fut plus un petit lézard qui atterit mais un monstre aussi haut d'un gros chien. Il grondait, sa gueule ouverte, prête a cracher son venin. Astéride le retint juste a temp.

-Incanus ! NON !

Erwan se mit a pleurer, de peur, de douleur et Astéride leva les yeux sur Johann.

-J'aurais votre tête.

Cracha-t-elle sous le coup de la colère, ses prunelles jade prenant des reflets assassins. Son fils pleurait de douleur, Incanus trépignait d'envie de meurtre. Johann venait de porter son épée sur la soeur du roi, venait de blesser son neveu, il n'en fallait pas plus pour mériter la potence.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Ven 5 Mar 2010 - 17:11

Trystan se raidit quand le vieux mage s'exclama quant à la nature d'Incanus. cela se vit à peine, mais le roi pesta mentalement contre le vieux sorcier qui parlait un peu trop. Bien... Lilianna était au courant, Trystan était au courant, Nakor venait de le deviner... Et Johann venait de l'apprendre de façon plus qu'abrupte. Nakor n'y fit pas attention et enchaina sur son rapport. Trystan espérait que Johann mettrait cela sur le compte des allégations d'un vieux fou. Il écouta attentivement le rapport du mage et hocha la tête.

- "Merci pour ces précisions et ces conseils Nakor."


Mais là, les choses dégénérèrent Ce ne fut qu'un murmure furieux de la part de Johann, sans doute anodin pour les autres, mais pas pour quelqu'un qui ne se fiait qu'à ce qu'il entendait ou sentait. Il entendit le sifflement caractéristique d'une lame, puis la sifflement furieux de Johann qui demandait qu'Incanus déscende du roi et soit mis dans une cage. L'atmosphère était terriblement tendue, interrompue bientôt par les pleurs d'Erwan. Excédé de ne rien comprendre de la situation, Trystan se leva. Astéride avait dissuadé Incanus d'attaquer apparemment, et voilà qu'elle menaçait Johann.

Ambiance.

D'une voix froide et tranchante, le roi intervint :

- "Vous allez vous calmer. Tout de suite. Et rengainer votre lame! Qu'est-ce qui vous prend? Etes vous folle? Menacer ma soeur, quel toupet! Je veux une explication quant à cette conduite inqualifiable Capitaine."

Sa voix ne souffrait aucune contrariété. Il fallait calmer la situation et vite. Trystan ne comprenait rien à cette situation qui venait de totalement lui échapper... Etre aveugle était un handicap certain, surtout dans ce genre d situation...
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Nombre de messages : 1472
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Sam 6 Mar 2010 - 9:03

Nakor une fois calmé de sa découverte absolument étonnante senti la magie de la jeune sœur du roi en œuvre. Il étudia rapidement ces caractéristiques qu'il connaissait si bien et arqua un sourcil avec force. Un sortilège de silence. Astéride fit une intervention en ce sens. Le vieil homme paraissait peut être complètement sénile, il n'en était pas moins rusé! Il ajouta donc, sur un ton badin

"Allons, est ce que tout cela est bien utile Astéride! Si des yeux ne sont pas présent pour voir votre petit animal de compagnie sur l'épaule du roi, leurs oreilles ne sont pas non plus là pour m'entendre parler de lui dans cette pièce enfin! Quand bien même je prononce le mot de dragon ou de démon des cercles inférieurs, cela reste la même chose : aucune oreille pour m'entendre ... et puis vous n'aviez qu'à pas de faire ce genre de petite cachoterie foutu nondidiou!"

Nakor semblait offusqué, ce n'était que pour se donner un petit air désabusé, mais en effet, si aucun serviteur n'était là pour voir l'animal sur l'épaule du roi, alors il était inutile de s'inquiéter de la présence d'oreille fortement indiscrète. Enfin, un sortilège de plus utilisé sans réflexion première! Nakor haussa les épaules et débita ses conseils. Il reçut les remerciements simples du roi. Et assista alors à quelque chose qui lui fit bouillir le sang. La jeune capitaine perdait patience et semblait devenir dangereuse pour la famille du roi, et donc pour le roi lui même. Le vieux fou allait au départ laisser le roi et sa sœur se sortir de se pétrin quand il vit le jeune enfin se blesser légèrement en essayant de jouer avec l'épée et là, Nakor ne pu tenir plus longtemps. Le vieil homme en un tour de main, fit claquer ses doigts. Immédiatement l'épée de Johann, disparu, pour atterrir dans les mains de Nakor, ne laissant plus qu'une longue tulipe sans épine dans les mains de la jeune femme colérique. Nakor soupesa alors l'épée et ajouta

"C'est une belle arme que vous avez là ma chère, mais sachez une chose : jamais en ma présence une quelconque personne de la famille royale ne pourra être mise en danger! Encore moins par des armes aussi destructrice qu'une épée."

Nakor garda la lame dans sa main droite, et avec un sérieux qui ne lui ressemblait pas, planta son regard dans celui de la jeune capitaine et se mit à faire tourner sa main gauche devant lui, index tendu. Un sortilège de contrôle émotionnel entoura tout le petit comité. Nakor cherchait à calmer les esprits, car rien ne pourrait calmer un homme dont la sœur était menacé par une subalterne, pas même le réfléchi Trystan! Il fallait donc apaiser tout le monde. Il força sur ses pouvoirs autour de Johann tout de même, et espéra que les esprits s'était un peu refroidi, même ceux qui possédaient une résistance à la magie sentirait une différence. Puis Nakor ne laissa personne parler et continua, ses paroles perçant l'esprit de Johann.

"Dites moi, je mettrai ma main à couper que les médecins de Diantra vous avez confiné au repos n'est ce pas Johann? Vous êtes nerveuse, ce n'est pas là, l'attitude posé d'une grande capitaine de l'ordre de la rose noire. Mais ceux sont vos propos qui me troublent le plus ... auriez vous déjà rencontré un dragon?"

Nakor espérait que les paroles feraient mouches et que l'explication en découlerait pour tout le monde, en effet, elle avait demandé à Astéride de ne pas appeler "le petit copain" d'Incanus. Cela signifiait bien des choses. Pour que la situation s'éclaircisse doucement, Nakor ajouta très vite, en reprenant place sur son siège et en invitant tout le monde à faire de même

"Car si tel est le cas, vous auriez pourtant dû vous douter que si la sœur du roi contrôle cette incroyable créature, c'est qu'elle n'est pas une menace pour sa Majesté Trystan!"

Le ton cette fois était légèrement réprobateur, comme un précepteur qui donnerait une énième leçon à une élève qui avait répondu à une question sans réfléchir. Mais il ne voulait pas que Johann soit la seule fautive dans la pièce.

"Mais Johann n'est alors pas la seule fautive ici de la situation dans laquelle nous sommes! Vous auriez dû avoir un contrôle total sur Incanus, Astéride. Imaginez qu'il se promène subitement sur l'épaule du roi, au moment même où ce dernier paraderait devant la foule! N'importe quel chef un brin zélé pourrait réagir identiquement à Johann, pensant que son roi est menacé, même si c'est par un petit lézard légèrement inquiétant! La faute ici est partagé, par nous tous!"

Puis le mage se tut enfin, espérant avoir donné le début d'un débat qui se finirait dans le calme et la compréhension mutuelle, même s'il en doutait légèrement au vu du fait qu'une mère ne pardonne jamais à quiconque blesse son enfant!
Revenir en haut Aller en bas
Lilianna
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 3343
Âge : 33
Date d'inscription : 18/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mer 10 Mar 2010 - 13:17

Lilianna avait toujours été étrangement fasciné par la complicité apparente entre Trystan et sa sœur. Malgré leurs années d'écart, ils étaient très proches. Lilianna, elle n'avait jamais eu la chance d'avoir un frère ou une sœur. Cela lui aurait très certainement permis d'échapper à son père... Mais son imbécile de père était mort et enterré, nul besoin de penser encore à lui. Il n'avait plus rien à faire dans sa vie, dans leurs vies. Elle devait maintenant se concentrer sur sa famille à elle et sur ses obligations de reine. Qu'elle avait encore du mal à maitriser... Lilianna posa ses yeux lavande sur le fils d'Astéride. Il avait bien grandi, même si Lyhann était bien plus grande que lui. D'ailleurs, elle posa ses grands yeux verts sur son cousin, fasciné par ce petit être qui semblait avoir les même gestes qu'elle. Lilianna eut un petit rire quand le bébé tandis une mèche de cheveux à sa cousine. Heureusement pour Astéride, la petite n'eut pas le réflexe de se saisir de la mèche. Lilianna installa confortablement Lyhann sur ses genoux, pour qu'elle puisse assister à tout ce qui se passait, même si elle risquait fort de ne rien comprendre à ce qu'il se passait.

Lilianna suivit des yeux le dragon d'Astéride quand ce dernier alla s'installer sur l'épaule de Trystan. Ce dernier n'eut pas l'air plus surpris que cela. Cependant, Astéride réprimanda le dragon, visiblement outrée par son comportement. D'après ce que Lilianna avait compris, Incanus avait tendance à n'en faire qu'à sa tête. Même s'il était très peureux... Lilianna releva les yeux vers Nakor, qui semblait être vraiment... impressionné ou choqué, comme vous voulez. Pourtant, Lilianna pensait qu'il aurait tout vu... Comme quoi, on est jamais à l'abri d'une nouvelle surprise. Cependant, le vieux magicien se reprit, préférant informer le roi de la situation. Lilianna écouta le discours d'une oreille attentive, en gardant un œil sur sa fille, qui continuait de gigoter dans tous les sens. Elle ne prit pas la parole, étant encore peu à l'aise dans les affaires politiques. Trystan avait beau lui dire qu'elle serait bientôt plus à l'aise, elle ne pouvait pas s'empêcher d'en douter... S'il y avait bien une chose à laquelle elle ne comprenait, rien, c'était ça. Elle préférait s'occuper du peuple et de ses problèmes, elle se sentait beaucoup plus utile ainsi.

La jeune femme bondit littéralement sur son siège quand Johann haussa le ton. Lyhann aussi avait sursauté. Elle ouvrit de grands yeux choqués quand cette dernière dégaina avant de se diriger vers Astéride. L'instinct maternel prenant le dessus, elle se leva et écarté Lyhann de cette pure abomination. Elle poussa un cri de surprise quand Incanus grossit et elle plaqua Lyhann contre elle, paniquée. Cela ne plut guère à la petite qui gémit. Bientôt, Erwan se mettait à pleurer. Lilianna berça Lyhann doucement, priant pour que la petite ne réagisse pas aux pleurs de son cousin. Hélas, elle y répondit et se mit à pleurer, d'abord doucement. Lilianna avait beau la rassurait, rien n'y faisait et ses pleurs faisaient écho de façon désagréable à ceux de son cousin.

Lilianna recula jusqu'à Trystan quand ce dernier se leva, excédé par la situation. Elle posa sa main sur son bras et ses doigts se crispèrent légèrement sur le tissu de sa manche. Bizarrement, en entendant la voix de son père, la petite princesse cessa de pleurer. Seule sa petite poitrine se soulevait encore rapidement. Elle enfouit sa tête au creux du cou de sa mère qui sentit ses larmes mouiller sa peau. Elle l'embrassa doucement tout en caressant doucement son dos. Bientôt, Nakor reprenait la situation en main et décidait de calmer tout le monde, faisant des reproches tant à Astéride qu'à Johann. Lilianna soupira et se pencha vers Trystan. Μ

« La prochaine fois, rappelle moi de laisser Lyhann à ma mère... Elle ne devrait pas assister à des crises de nerfs pareilles. »

Comme quoi, emporter Lyhann partout n'était pas forcément une très bonne idée. Lilianna inspira à fond, et prit son courage à deux mains avant d'oser prendre la parole.

« Nakor, pardonnez moi de vous interrompre, mais il me semble que nous ne sommes pas ici pour discuter de qui a tort et de qui a raison. Ce débat n'est pas d'actualité. Il me semble, qu'à la base nous étions tous ici pour parler de l'avenir du royaume et rien d'autre. »
Revenir en haut Aller en bas
http://x-ice-lands-x.skyrock.com/
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2093
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mer 10 Mar 2010 - 13:34

Les menaces vaines d'Astéride firent sourire Joh'. Elle aura sa tête oui, beaucoup lui avaient affirmé, mais aucun n'avait réussis pour le moment. On pouvait dire que sa chance insolente lui avait sauvé la vie à plusieurs reprises, ou alors c'était plus le fait que ceux en face d'elle l'avaient sous estimée. Dans tout les cas elle était encore là... Et faire un orphelin de plus ne lui poserait aucuns cas de conscience, elle en avait déjà fait suffisemment pour que cette pensée ne la touche même plus, tout du moins en surface.

Bien évidemment le Roi ne comprenait pas sa réaction... Le fait qu'il soit aveugle n'allait pas pour arranger les choses et aider Joh' à lui faire comprendre sa façon de penser, celle-ci jouant beaucoup trop souvent sur le regard quand elle n'avait pas vraiment les mots pour le faire d'une autre manière, ce qui était le cas à ce moment là... Comment expliquer les "menaces" faites ce jour là afin qu'elle ne dise rien et surtout que des membres de la noblesse humaine étaient plus qu'impliqués dans cette histoire et qu'elle ne pouvait vraiment pas avoir confiance à quiconque à ce moment là... Ce qui était encore plus le cas aujourd'hui ou elle s'était quasiment jetée dans la gueule du loup.

Ce fut le vieux fou qui allia la réaction a la parole, échangeant l'épée de Joh' des mains de celle-ci vers les siennes. La remplaçant par une fleur, la variation de poids fit remonter son bras quelques instants, puis elle lacha la fleur. Elle n'avait pas mis le pied dans un nid de vipère, non, mais plutôt de cobras royaux.

"Cette arme comme vous dites a fait toute la campagne de la défense à la reprise de Diantra et c'est la seule chose que nous avons retrouvé de son propriétaire avec sa main qui y était encore attachée. Elle est impregnée par la mort" Les mots du commandant de cavalerie étaient cru, et criants de réalisme

Son estomac s'était noué, comme à chaque fois qu'elle était dans ce genre de situation ou son épée parlait généralement pour elle par une sorte de présence rassurante lui donnant plus d'assurance. Elle soutint le regard du vieillard, oui elle était un peu perdue, ne pouvant pas distinguer l'ami de l'ennemi, ce n'était pas vraiment comme sur le champs de bataille ou il était identifiable par les insultes et les menaces de morts ou il suffisait de tenir l'épée par un bout et de faire en sorte que l'autre le traverse pour s'en débarrasser pour de bon. Le doigt + magie... L'association tira la sonnette d'alarme qui fut coupée comme par un court circuit par l'effet de celui-ci...

"Le repos dans une chambre vide ne sert à rien" siffla-t-elle "Et ce n'est pas avec des menaces qu'on gagne la confiance de quelqu'un que l'on soit directement impliqué ou simple complice" Elle lanca un regard noir a Astéride. "Surtout quand on était censé assurer sa protection et que l'on découvre une chose bien plus dangereuse qu'une armée de Drow et qui peut raser une ville en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire"

Le ton était toujours aussi sec, montrant que l'histoire était bien ancrée et assez ancienne pour qu'elle ait eut le temps de faire et de refaire des détours dans la tête de la jeune femme.

"D'ailleurs la tenue que vous m'aviez forcée à porter ce jour là a brûlé avec le reste du fort" Ces derniers mots s'adressaient au roi, qui comprendrait très bien depuis combien de temps elle ruminait cette histoire.

Elle n'avait pas quitté la sale bestiole des yeux s'attendant à la voir lui bondir dessus à tout moment et à devoir l'esquiver. Puis elle tendit la main vers Nakor.

"Et rendez-moi cette arme"
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   Mar 30 Mar 2010 - 12:10

-Sire Nakor ! Votre âge ne vous permets pas d'ignorer ce que la folie des hommes peut provoquer si l'existence d'Incanus devait être dévoilée. Peut être est ce pour vous que l'inconstence d'un jeune mage, mais pour moi, il en va de notre sécurité.

Elle n'eut pas le loisir de continuer avant de se retrouver avec une lame posée sur sa gorge. Ensuite, tout alla très vite, Erwan se blessa, Nakor subtilisa a l'épée une rose et Liliana éloigna Lyhann. Son frère se leva et elle pouvait imaginer a quel point le fait de ne pas savoir ce qu'il se passait pouvait le frustrer, mais ce qui blessa la jeune fille fut la réaction de Lilia.

Astéride regarda sa belle soeur les yeux ronds...

-Je viens d'être menacée d'une épée...Le sang de mon fils a coulé...Et tu trouve que cela est négligeable ?

Là, on ne pouvait pas dire que la surprise était feinte, elle ajouta avec ironie.

-Lyhann aurait pu aussi être blessée par cette...petite crise de nerfs comme tu la nomme.

Puis, elle tourna son regard sur Johann.

-Vous êtes ici chez moi, me menacer dans ma demeure est une insulte que je ne suis pas prête de pardonner. J'espère que vous saurez ne pas vous attardez.

Puis, caressant les cheveux de son fils, elle rapella Incanus, lequel piétina sur place tant sa colère était grande. Elle aurait bien du mal a le calmer. Quand a la Commandant, elle s'était retenue de ne pas la mettre dehors, par égard pour son frère, mais si Trystan n'avait pas été là, elle l'aurait fait jeter au cachots sans plus de cérémonie.

-Sur ce, je préfère me retirer.

Fit elle dégoutée soudainement et profondément blessée par la réaction de sa belle soeur. Puisque tout ceci était négligeable, elle n'avait plus de raison de rester, qu'ils discutent des affaires du royaume tiens ! Elle irait soigner son fils.


[terminé pour moi]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une visite mouvementée [Trystan - Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une visite mouvementée [Trystan - Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une visite mouvementée [Trystan - Libre]
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» Une visite à la famille. [Libre]
» Une visite d'en le champ (libre)
» [Libre] Une promenade mouvementée !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché d'Erac-
Sauter vers: