AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La déchéance d'un marquis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aegar Le Déchu
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 311
Âge : 26
Date d'inscription : 16/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: La déchéance d'un marquis   Sam 30 Jan 2010 - 8:32

Il est toujours intéressant de remarquer à quel point, une fois que les ennuis se font sentir, combien de véritables amis avons-nous. Il y a encore quelque mois, alors que l'armée du Duc Merwynn et du Marquis Aegar faisait route vers l'Est. Tout le monde à travers Sainte-Berthilde acclamait le Marquis. Lorsqu’ils eurent raison d’Oësgard sans que le sang n’eut à coulé, tout le monde criât au génie des deux chefs. Ainsi ils étaient en passe de purifier tout l’Est du royaume afin de consolider leur propre terre Cela pouvait paraître au première
abord égoïste, mais il n’en était pas. Le but était d’apporter la paix et la prospérité, mais cela ne fut jamais compris. C’est en cela que fut le drame.

Lorsque le traité de Versmillia fut signé ce fut l’apothéose. Enfin une entité politique plus pure allait naître, plus centralisé, plus de pouvoir pour les régents, une armée commune. Petit à petit les baronnies seraient supprimées. Un conseil composé des notables serait formé
et aurait pour tache de prendre les meilleures décisions possibles pour le peuple. Tout cela semblait si beau, si parfait.

Mais le Roi vint tout gâcher…il destitua le Duc et le Marquis, si bien que les barons sentant le vent tourné quittèrent immédiatement
la coalition nouvellement. Quant au Roi, il fit marche vers l’Est. Tous des lâches, ils avaient peur du changement, ils avaient peur de perdre leurs privilèges. La résistance fut faible. Quelque groupe disparate encore fidèle au Marquis firent quelques escarmouche, mais rien de bien significatif. Une à une les villes tombèrent…jusqu’au siège de Versmillia. Les hommes fidèles de la coalition se battirent avec foi et courage. Le Marquis et ce qui rester de sa garde honora fièrement les couleurs de Sainte-Berthilde. D’heure en heure la bataille était plus rude, tournant largement au profit des troupes royaliste…les maudits.

Mais au bout de deux semaine de luttes, la ville se rendit. Le Marquis usa d’une porte dérobé pour s’enfuire… mais pour aller ou ? Tous
ses amis, ses alliés étaient morts ou pris. Il avait échoué, son nom bafoué, sa fortune et ses terres confisqué… il était seul. Puis ce fut la mort, l’ultime délivrance, le dernier acte.

Une flèche transperça l’épaule du Marquis et fut projetée à terre. Il tomba dans la neige encore fraîche et resta là. Ces assaillants, sûrement des troupes Royalistes ne prirent même pas la peine de venir l’achever. Tout semblait sombre et froid. L'humidité
s'infiltrait à travers l'armure du Marquis. Si une justice existe en ce
bas monde, alors le Marquis devait mourir. Pour tout ce qu'il avait fait, le nombre de gens mort pour avoir gêné Aegar. Et tous ces hommes qu'il avait amené à la mort.

Combien de temps resta il allongé dans la neige ? Tous les rêves du Marquis, tout ce qu’il avait fait pour en arriver là, tout cela n’avait servit à rien… Il aurait pu faire tant de bonne chose si on l’avait laissé faire. Mais ce ne fut pas le cas. Aegar se souvint alors des actes qui jalonnèrent sa vie. Son enfance paisible à Diantra, son mariage avec la tendre Ivy, ses premières actions en tant que Marquis, ses actes de bontés, mais aussi le meurtre, le meurtre du Duc de Langehack, le meurtre de nombreuses autres personnes : des magistrats,
des notables, tous plus corrompus les uns des autres.

Mais il faut croire que le destin en décida autrement… Aegar reprit vit. Il n’avait peut être pas finie son œuvre ? Un Kal’Halam n’abandonne jamais ! Quels que soient les ennemis, les difficultés, un Kal’Halam va au bout de ce qu’il entreprend, et s’il n’y arrive pas, son fils prendra le relais…

Il reprit connaissance dans une petite chaumière. Il ne pouvait plus réfléchir, plus se concentrer. Sa blessure avait été soignée. Ses hôtes ? Deux paysans très simples. Ils l'avaient trouvé prés d'une route presque mort et l'avaient ramené chez eux. Cela faisait maintenant une semaine qu'il était là. Les échanges avec ses hôtes se résumaient au plus strict minimum. Chaque matin la vieille femme
lui apportait de quoi manger, si bien qu’il reprit rapidement des forces. Après dix jour de convalescence il pouvait se lever, marcher. Il apprit à connaître ces deux personnes Jeina et Hedak, des paysans qui vivaient dans l’ombre de leur seigneur, un vassal de Baudoin d’Oësgard. Leurs cinq fils perdirent la vie lors du siège de Diantra. Et ils étaient maintenant seuls, quelle tristesse dans leur regard. Comme si l’intérêt de vivre était partit avec le mort de leurs fils.

Après 3 semaines, Aegar put enfin reprendre la route. Il donna à ses ôtes ses dernières possessions. Une bourse remplie d’or,ses vêtements finement ouvragés, son épée et son armure. Cela devait représenter une véritable petite fortune. Il quitta ainsi ce nid douillet pour affronter la tempête. Emmitouflé dans un large manteau de laine il prit la route de Diantra…
Revenir en haut Aller en bas
 
La déchéance d'un marquis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [¨Palais du Marquis de l'épine dorée.] ... Père...
» Jessica Marquis ( Fini )
» Anselme de Bastylle [Noble Serramirois, marquis prétendant][Aetius][Validé]
» Faisons pâlir tous les marquis de Sade... [Perrine & Paris] *Terminé*
» Marquis de Montespan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: