Partagez
 

 Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nilah
Sang-mêlé
Nilah

Nombre de messages : 88
Âge : 29
Date d'inscription : 24/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] Empty
MessageSujet: Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]   Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] I_icon_minitimeJeu 24 Juin 2010 - 19:28

Prénom : Nilah, misère en langue drow.
Âge : Seize ans d’apparence environ, âge exact inconnu.
Sexe : Féminin.
Race : Sang-mêlé, son héritage drow, bien que discret, est bien réel.

Particularités : Nilah possède une affinité avec les arcanes élémentaires très poussée. Son potentiel encore partiellement incontrôlé fut dans sa jeunesse la source de bien des maux : elle dormait pas ou peu, ses articulations étaient souvent douloureuses et des corbeaux la suivaient en permanence, faisant d'elle « l'Enfant de Mauvais Augure. » Si ces manifestations restent encore aujourd'hui un mystère même pour ses maîtres soltarii, elle en a maîtrisé les effets les plus négatifs. Son sommeil est redevenu normal, ses douleurs ont presque disparu — même si elle clamera qu'elles sont, elles aussi, de l'histoire ancienne — mais les corbeaux, eux, sont toujours là.

Spoiler:
 

Alignement : Neutre
Métier : Membre de l'Obscure (Diantra) & Mage du Souffle du Saphir (Soltariel)
Classe d’arme : Magie

Equipement : La vie a souri à Nilah, contre toute attente. L'égoïsme patenté de son maître soltari l'aura tiré de la misère dans laquelle elle semblait condamner à rester. Si sa vie en tant qu'apprentie était plus aisée que celle de miséreuse, la véritable aisance est venue quand elle a été reconnue mage à part entière du Souffle du Saphir. La cabale, parmi les plus puissantes de Soltariel, ne manque pas de moyens et sait en faire bénéficier ses membres. Pour le reste, Nilah a su garder ses bonnes habitudes de l'époque où elle luttait chaque jour pour manger à sa faim et a continué ses petits larcins. Elle possède plusieurs caches dans la ville dans lesquelles elle déposent son butin... en prévision de potentiels jours plus difficiles.

Spoiler:
 

Description physique : Sept longues années ont gommé la gamine rachitique que pouvait être Nilah. Entre l’enfant qui hantait les rues de Diantra et la mage itinérante qui parcourt désormais la Péninsule en long, en large et en travers, c’est le jour et la nuit. Fini, la peau sur les os ! La sang-mêlé mange désormais à sa faim. Si ses vêtements sont souvent couverts de poussière après une longue journée de marche, au moins ne sont-ils pas déchirés ou usés jusqu’à la corde comme ils pouvaient l’être. Quant à l’air apathique que la gamine des rues abordait sur un visage creusé par des cernes violacés, il n’est plus lui aussi qu’un vilain souvenir. Ayant trouvé la voie de nuits complètes et reposantes, Nilah aborde désormais une frimousse la plupart du temps joviale, mutine, provocatrice et parfois un peu arrogante. Elle a poussé comme une mauvaise herbe, jusqu’à dépasser en taille la plupart des humaines qu’elle rencontre. Certaines choses demeurent inchangées, cependant, à commencer par son aversion pour le soleil. Dès qu’il se fait un peu trop présent, Nilah rase les murs et passent le plus clair de son temps à l’ombre voire à dormir, n’ayant aucun problème à profiter de sa vision nocturne plus affutée que la moyenne pour voyager de nuit. Quant à ses formes, elle éclosent doucement, laissant présager quelques bonnes surprises à ses futures conquêtes.

Spoiler:
 

Description mentale : La Nilah de Diantra était une enfant perdue, sans véritable but sinon survivre un jour de plus, profondément troublée par les phénomènes qui l’entouraient. L’enseignement de ses maîtres mages et leur franchise à toute épreuve l’ont libérée de ces chaînes invisibles. Elle n’ignore rien, désormais, de ses dons et comprend mieux leurs conséquences. De la même façon, on ne l’a pas laissée ignorer très longtemps l’étrangeté de ses origines et elle a désormais accepté ses oreilles, son teint blanc, ses yeux sensibles et tout le tralala qui la différenciaient des autres enfants. Plongée dans l’esprit de compétition qui accompagne les novices et apprentis du Souffle durant toute leur formation, elle a même fini par en tirer une certaine fierté, tant son sang jugé honni un peu plus au nord lui facilitait parfois grandement la tâche. Cette acceptation d’elle-même lui a même ouvert la porte d’anciens souvenirs jusque-là refoulés : elle se souvient des moines de Diantra en particulier et de la galère qui la ramena jusqu’en Péninsule. De ce qui s’est passé à Sol’Dorn et avant, par contre, elle ne sait encore rien et craint d’un jour franchir le pas. Dans tous les cas, la demoiselle est devenue espiègle et croque la vie à pleine dent. Elle enchaîne les aventures et péripéties, ne manque jamais une occasion de la ramener, n’apprécie rien de plus que de trouver un ancien tourmenteur de son enfance pour lui jouer une mauvaise leçon et à tendance à prendre de haut la bourgeoisie… alors même qu’elle s’y empâte parfois allégrement. Arrogante, elle n’hésite pas à se gausser de ses collègues et supérieurs, pour l’unique raison qu’ils n’ont jamais connu la rue. Ses véritables amis se comptent sur les doigts de la main et elle ne fait réellement confiance qu’à deux élus triés sur le volet : le vieux monsieur et Ybu.

Spoiler:
 

Histoire : Les origines de Nilah conduisent ceux qui s’intéressent à son histoire jusque dans la cité de Sol’Dorn. Véritable forteresse des drows, elle est un aperçu de ce que pourrait devenir la Péninsule en cas de victoire des Sombres sur les armées humaines. Oppressés, les pauvres hères qui y vivent encore tentent de survivre. Privés de tous leurs droits ou presque, ils participent malgré eux à la prospérité de ceux qui, jadis, furent bannis d’Anaëh. C’est dans ce climat que n’importe quel gueux de Sainte Berthilde jugerait surréaliste que naquit et grandit Héléna, jusqu’à ce que, comme beaucoup d’autres, elle attire l’œil un peu trop gourmand d’un esclavagiste qui en fit sa propriété sans qu’elle ne puisse rien y redire. Ce destin qu’elle n’avait jamais imaginé être le sien s’imposa à elle et fit éclater son monde fragile, et elle partit quelques jours plus tard en direction de ce qui serait, elle le savait, sa tente. L’esclavagiste n’eut aucun mal à la revendre une fois de retour parmi les siens. Trois jours à peine après son arrivée, il troquait ce petit bout de femme contre cet or qui lui permettrait de refaire le même voyage, de ramener une autre fille, et cætera.

Celui qui, sans avoir à verser la moindre sueur, était devenu son maître avait une réputation d’original. Tel l’éleveur de limiers en Erac, il s’amusait avec ses esclaves, les parquant comme des bêtes et les forçant, sous la menace, à s’accoupler. De quoi déshumaniser les pauvres misérables, devenus moins que des bêtes sous le joug égoïste d’un excentrique. Pourtant, très vite, ses possessions y trouvaient leur compte : les hommes qui donnaient naissance à des beaux bébés étaient « choyés » et les femmes enceintes tout autant. Quand l’enfant naissait avec une quelconque anormalité, le maître le tuait ou laissait la mère s’en charger, cela dépendait. Fier de son œuvre, il nommait tous les rescapés, si bien que le fils d’Héléna - qui avait eu l’honneur d’accueillir la semence de son propriétaire en personne - fut appelé Gareth, force en drow, tant il paraissait vigoureux. De Gareth naquit Ssin, beauté, qui elle-même enfanta Nilah, misère. Petite et faible, la dernière née ne du sa survie qu’à l’appel d’un domestique qui détourna l’attention de son bourreau. Quand il revint, quelques temps plus tard, il haussa les épaules et oublia l’affaire, persuadé que la pauvre petite ne survivrait pas dans ce monde hostile qui était le sien.

Il fallut longtemps à la petite Nilah pour comprendre qu’elle n’était pas libre. Il était difficile de dire jusqu’à quel point son sang était perverti par celui, malsain, de ses bourreaux, quoi que son maître aurait pu lui donner la proportion exacte, traçant avec soin les arbres généalogiques de ses « lignées ». Parfois, quand il estimait obtenir de beaux spécimens, il les vendait, soit à des arènes avides de chair fraîche à sacrifier à l’appétit vorace des spectateurs en manque d’hémoglobine, soit à des particuliers. Nilah n’était pas censée connaître pareil destin, mais il semblait que Valas en avait décidé autrement. A la recherche d’un sacrifice quelconque, un prêtre du Dieu Sorcier jeta un jour son regard indifférent sur elle et se fixa avec stupeur. Là, sous ses yeux, se débattait le potentiel d’une gamine de cinq ans d’apparence à peine. Il n’avait rien d’extraordinaire, sinon son aspect chaotique - que l’érudit attribua à une probable consanguinité sans chercher plus loin -, mais il était plus que suffisant pour servir ses desseins. Payant une somme conséquente au bien heureux maître, il put repartir avec sous son bras un moule de chair gémissant et pleurnichant sa mère à jamais perdue, dont elle n’aurait plus que le collier symbole de son asservissement - le sien lui ayant été retiré lors de la transaction, la pauvre Ssin le lui avait confié pour que « jamais elle ne l’oublie », au mépris des risques qu’elle prenait - comme preuve de son existence.

Le Prêtre la destinait à un sacrifice, mais le hasard voulut qu’une connaissance le détourne de ses projets. Peu désireux de laisser sa nouvelle acquisition seule au Puy, il décida de l’emmener avec lui, certain qu’au retour de son voyage, il pourrait terminer ce qu’il avait commencé. Seulement, la petite parvint à lui fausser compagnie à Thaar. Lors de sa fuite, elle trouva refuge dans la calle d’un navire dont la surveillance laissait à désirer. Elle n’en sortit pas pendant plus d’une semaine, piochant dans les réserves de ses hôtes improvisés, se cachant dès qu’ils s’y rendaient, petite souris craintive et peu habituée à ce qui l’attendait. Car par un heureux coup du sort, les propriétaires de la galère n’étaient pas sans cœur, bien au contraire. Dès qu’ils eurent posé leurs regards sur la gamine squelettiques, ils la prirent en pitié et pourvurent à ses besoins le temps du voyage. Malheureusement, ils ne pouvaient et ne voulaient l’adopter, et quand ils accostèrent sur les côtes de la Péninsule, ils la laissèrent entre les bras bienveillants des servants de Néera.

La première chose qu’elle fit fut d’enfouir aussi profondément que possible les souvenirs de sa vie d’antan - surtout ceux ayant trait à son sacrifice, le prêtre ne s’étant pas gêné pour lui expliquer en détail pourquoi il l’avait achetée - qui devinrent rapidement rien de plus que des images floues et des cauchemars inquiétants. Peu de temps après son arrivée, les insomnies commencèrent, et les disciples de Néera les imputèrent à son passé tumultueux, ne s’en inquiétant pas outre mesure. Pour eux, le temps était le seul guérisseur pouvant faire son office. Jeune fille sage et accommodante, Nilah n’en gardait pas moins des réactions étranges. Ils n’arrivèrent jamais à lui inculquer la notion de partage, par exemple, la gamine gardant jalousement tout ce qui pouvait un jour où l’autre tomber en sa possession, que cela lui soit utile ou non. Au bout de quelques années, ils se rendirent compte que leur petite protégée ne grandissait pas aussi vite qu’elle l’aurait du, et il ne leur fallut pas beaucoup plus longtemps pour comprendre quel sang elle portait en héritage. Ca, plus l’apparition inopinée et persistante des corbeaux leur donnèrent un nouveau regard sur elle, et ils se décidèrent à s’en débarrasser, au mépris des préceptes de leur Déesse. Malheureusement, le culte parfait n’est pas de ce monde. Trop lâches pour la tuer, ils se décidèrent à la rendre au monde auquel elle appartenait - ce qui équivalait à partout ailleurs que dans leur monastère -.

Profitant d’un pèlerinage à Sainte Deina, ils perdirent la gamine dans les rue de Diantra, certain qu’elle ne retrouverait jamais son chemin… Et en effet, plus jamais elle ne quitta Diantra. Cette trahison la fit se refermer sur elle-même, alors même qu’elle n’était déjà pas très bavarde, et il n’y que Fouineur, un gamin d’une dizaine d’années alors, pour trouver grâce à ses yeux. Il la conduisit un jour à un homme d’apparence très vieux, dont la longueur de la barbe n’avait d’égale que l’air vénérable qu’elle lui procurait. Sans réellement savoir pourquoi - et surtout sans rien savoir de sa véritable race - elle se prit d’affection pour cette figure paternelle sans non ni sans âge, qu’elle appela « vieux monsieur ». Avec le temps, elle développa un certain don pour le larcin, aidée par Fouineur qui s’avéra être un maître casse-cou et imprudent, tout le contraire d’une élève qui, si elle n’égala jamais ses performances, ne se fit presque jamais prendre, contrairement à lui.

Dans les bas-fonds de Diantra, elle traîne une réputation bien à elle. On la dit maudite et dépositaire du mauvais œil, et elle ne doit sa survie qu’à la protection du « vieux monsieur ». Les croassements des corbeaux la suivent partout où elle se rend, sans que jamais elle ne s’en trouble ni même ne fasse mine de s’y intéresser. Elle y rencontra néanmoins un étrange charlatan répondant au doux nom d'Ybu. Le géant sut l'apprivoiser et gagna sa confiance. Après le Voile — que la demoiselle regretta bien vite, tant une vie sans soleil l'avait ravie — ils devinrent inséparables. Il commença à la former à la magie, dans la mesure des moyens du bord, et le quotidien difficile de Nilah s'améliora légèrement. Un an durant, l'enfant toucha presque du doigt la joie de vivre, oubliant parfois jusqu'à ses lugubres gardiens. Certaines crises la rappelaient à la réalité bien entendu, mais elles semblaient presque s'espacer assez pour lui faire espérer une amélioration au long terme

Jusqu'à ce qu'un nouvel élément perturbateur s'amusât à l'arracher à ce cocon qu'elle se formait lentement. Un mage de soltariel venu à Diantra pour une raison ou pour une autre croisa par hasard son chemin et se prit d'affection pour sa frimousse... ou, plus précisément, pour l'étrange potentiel qu'elle semblait dégager. Sans être une totale énigme, certains éléments l'entourant demeuraient troublant et il crut voir en elle un élément de choix pour sa cabale. Ni une ni deux, il prit la liberté de la prendre avec lui, sans véritablement lui laisser le choix et sans penser un instant qu'elle pourrait manquer à quelqu'un. Allons bon, un peu de sérieux ! La gamine n'avait que la peau sur les os, de toute façon. Sans lui, elle était appelée à mourir dans le mois ! En vérité, il la savait d'une mort certaine. Malheureusement, comme il le découvrit très vite, l'enfant n'était plus tout à fait vierge « magiquement parlant. » Pour sauver sa vie, la petite avait en effet fait un jour appel à la magie de la terre, « orientant » son parcours arcanique dans le plus mauvais sens étant donné que sa cabale prônait avant tout l'aéromancie. Il résolut de ne pas l'abandonner dans son coin, espérant peut-être au fond de lui qu'elle saurait capable, dans quelques décennies, de pouvoir s'attaquer à la manipulation de l'air.

Pendant les cinq années à venir, on concentra donc l'essentiel de la formation de la sang-mêlé sur la magie élémentaire, tant elle semblait dénuée de talent dans le reste. Elle maîtrisa rapidement les fondamentaux de la manipulation de la terre, se trouvant même un don affiné dans la sculpture magique. Elle goûta véritablement à ses premières difficultés quand on commença à l'orienter vers un second élément, en l'occurrence le feu. Ce qui avait été facile avec la glaise se révéla une torture avec les flammes et on peut trouver ça et là sur sa peau d'albâtre des mauvaises traces de brûlure. Ce ne fut que cinq ans après son arrivée qu'on jugeât son niveau suffisant pour lui accorder le titre honorifique de mage de Soltariel de la cabale du Souffle du Saphire, un peu à regret mais non sans s'interroger sur sa capacité future — et terriblement incertaine — à faire une révolution complète de la roue des éléments. C'est peut-être cette seule éventualité qui la sauva, mais elle était tellement improbable qu'on la laissa relativement libre de ses mouvements, si bien qu'on fut ravi de la voir se proposer de sillonner le pays à la recherche de talents.

Sa première destination fut sans surprise Diantra et elle fut surprise de trouver la ville tant changée. À son grand soulagement, le vieux monsieur était en vie. Elle eut un peu plus de mal à trouver Ybu, mais on lui apprit finalement que Fouineur avait perdu la vie pendant la révolte qui avait précipité la mort de Trystan. Elle prit quelques ennéades pour retrouver les responsables et les châtier comme il se devait, avant de quitter la ville précipitamment avant d'être prise. Le temps fut néanmoins suffisant pour convaincre le vieux monsieur qu'elle n'avait pas changé et intégrer les rangs de l'Obscure.

Depuis, elle se promène dans la Péninsule, revenant régulièrement à Soltariel pour qu'on ne l'oublie pas et faisant quelques crochets à Diantra pour rendre des comptes à son ancien protecteur.

Crédit : Whispers and Tears de ~Ugly-baka-girl


Dernière édition par Nilah le Mer 16 Oct 2013 - 15:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1693
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] Empty
MessageSujet: Re: Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]   Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] I_icon_minitimeJeu 24 Juin 2010 - 20:16

J'valide, mais tu te débrouilles pour le reste XD
Revenir en haut Aller en bas
Nilah
Sang-mêlé
Nilah

Nombre de messages : 88
Âge : 29
Date d'inscription : 24/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] Empty
MessageSujet: Re: Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]   Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] I_icon_minitimeMer 16 Oct 2013 - 15:21

Et voilà, màj terminée. Aucun élément n'a été retiré, les descriptions ont été réécrites mais les originaux demeurent en spoiler. Pour l'histoire, il ne s'agit que de rajout.

J'apprécierai aussi une revalorisation du niveau de maîtrise magique I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Arsinoé d'Olyssea
Ancien
Ancien
Arsinoé d'Olyssea

Nombre de messages : 262
Âge : 26
Date d'inscription : 10/05/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] Empty
MessageSujet: Re: Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]   Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] I_icon_minitimeMer 16 Oct 2013 - 16:05

Je valide. Reste les sorts au niveau apprenti.

Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] Tampon13


Quelques liens...

Like a Star @ heaven Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Like a Star @ heaven Inventaire ~ Pour suivre ton évolution {obligatoire}.
Like a Star @ heaven Journal de bord ~ Pour archiver tes liens de RP qui content l'histoire de ton personnage {facultatif}.

Et enfin, si tu as des question, n'hésite surtout pas à demander l'aide d'un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.




Et le code pour les admins:

Code:

[Métier & Classe] : Membre de l'Obscure & Mage du Souffle du Saphir

[Race & Sexe] : Humain & Féminin

[Classe d'arme] : Magie

[Alignement] : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
May'Inil Baenrahel
Ancien
Ancien
May'Inil Baenrahel

Nombre de messages : 1059
Âge : 476
Date d'inscription : 30/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  469 ans
Niveau Magique : Spécial.
Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] Empty
MessageSujet: Re: Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]   Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] I_icon_minitimeVen 24 Jan 2014 - 13:07

Rédaction des capacités magiques ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] Empty
MessageSujet: Re: Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]   Nilah la Corneille[Validée, reste sorts] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]
» Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]
» Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']
» Sorts et potions
» Kura, un être né pour tuer... [Validé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Registre :: Tabularium :: Limbes :: Sang-mêlés-
Sauter vers: