Partagez | 
 

 L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)

Aller en bas 
AuteurMessage
Jayla Talaeny
Elfe
avatar

Nombre de messages : 692
Âge : 127
Date d'inscription : 15/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Lun 28 Juin 2010 - 21:02

Daurstaog od lle hwiniao nedhpân in athrÿd ! Amin autam telyalle úthae.
Arrête de bouger dans tous les sens ! Je vais finir par te faire mal.

Pour seule réponse, l’elfe reçut un grognement à moitié douloureux et colérique. Ceci ne changerait pas, la créature était tout aussi mauvaise patiente que ne l’était sa compagne, ç’en était risible jusqu’à un certain point. En gesticulant comme le faisait Edethlyn, sa plaie risquait de se rouvrir et, à considérer le mal qu’il avait fallu pour qu’elle se referme, il valait mieux qu’elle reste close. La douleur restait là quand les doigts de la jeune femme entraient en contact avec la peau meurtrie de l’animal pour lui déposer cette mixture verdâtre destinée à apaiser ses maux et accélérer son processus de cicatrisation ce qui était essentiel à sa survie, ce que la louve savait très bien, mais cette chère Edeth avait décidé de jouer sa tête de mule encore une fois. C’était plutôt rassurant puisque signe de rétablissement au fond, une bonne chose en soit.

Vasahlda, tyelmennen, lle polög authao yë !
Voilà, j’ai terminé, tu peux filer va.

Et elle ne se fit pas prier. Si elle était psychologiquement plus évoluée que ne l’était les membres d’autres races de lupus, elle n’en restait pas moins animal et être réduite à l’immobilité anéantissait tout son monde. La silhouette blanche alla se fourrer à l’ombre tant espérée d’un arbre avoisinant pour en apprécier toute la fraîcheur.

L’elfe de son côté avait retrouvé le sourire, la santé de cette petite boule de nerfs allait mieux qu’il y a quelques jours, sa guérison était en bonne voie. Pour ce qui était de Jayla elle-même, elle avait connu mieux. Une pareille estafilade – et le terme était bien faible – ne disparaissait pas en une poignée de jour et elle aurait bien eu besoin de soins conséquents plutôt que d’espérer seule pouvoir se rétablir assez rapidement. Elle essayait de le cacher à son amie, capable de se tourmenter plus qu’elle ne pouvait l’endurer, c’était mieux pour elles deux. Elle contempla la griffure profonde que lui avait laissée en cadeau de bienvenue dans les Plaines d’Atral cette gentille … Bestiole sans nom et sortie d’on ne sait où. Elle était bien belle la bénédiction de sortie des terres Humaines tient ! C’était une sale plaie encore luisante au soleil d’été que leur procurait cette belle journée d’une chaleur affreuse. Plongeant sa jambe dénudée dans l’eau fraîche de l’unique ruisseau qu’elles avaient rencontré aux alentours l’elfe se délecta de l’apaisement que cela lui procurait même si les premiers instants étaient plutôt douloureux.

Abandonnant ce petit plaisir de courte durée, elle alla chercher un peu de cette substance qu’elle avait précédemment appliquée à la louve pour s’en répandre à son tour sur la source de sa douleur. Sensation très désagréable qu’elle essayait d’oublier par le premier moyen qui lui venait à l’esprit : chanter. C’était un murmure à peine audible qui l’obligeait à venir piocher dans sa mémoire et donc de faire abstraction du malaise qu’elle s’occasionnait. Une chanson d’enfance qu’elle se plaisait à chantonner avec son frère quand il était encore là. Hum, la mauvaise idée. Fuyant le souvenir, elle préféra reprendre l’option de la douleur désagréable.
Supplice expédié, elle plongea généreusement ses mains dans l’eau claire et s’humidifia le visage, passa sur les marques douloureuses de son bras et finit par se passer la main contre sa nuque puis se releva enfin pour aller rejoindre la louve entamant son sommeil de l’après-midi tout juste commencée.
Se calant le sac au bas du dos, elle s’adossa au tronc et, profitant de l’ombre de l’arbre, laissa s’aérer la plaie impressionnante de sa jambe. Elle passait d’une main ses doigts entre les poils de fourrure douce de son amie, de l’autre elle ne faisait que s’amuser avec une de ses dagues, histoire de s’occuper. Elle écrivait sur le sol mi-poussiéreux mi-herbeux quelques symboles entremêlés et reproduisait ceux qui ornaient sa peau, sans sens pour elle.

Il était étrange de la voir détendue au vue des dernières rencontres qu’elle avait faite, et pourtant un sourire s’étirait finement sur les lèvres d’un visage habituellement impassible. Rien ne pourrait troubler son calme fort inhabituel pour l’heure. Rien ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrië Eléison
Elfe
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 27
Date d'inscription : 04/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Mer 30 Juin 2010 - 20:54

[HRP: Je crains de ne pas avoir été plus inspiré]


Kyrië avait besoin de s'éloigner de Naelis pour un jour et méditer tranquillement, elle avait besoin de pouvoir user de sa magie sans avoir à se restreindre à cause des drows du meneur. Elle s'esquivait de la ville aussi pour ne pas avoir à faire quoi que ce soit pour la reine des voleurs, décidant qu'il faisait trop chaud pour faire quoi que ce soit de réellement productif. L'elfe avait en tête un petit ruisseau tranquille à l'écart qui serait propice à ce qu'elle avait en tête. Elle n'eut aucun problème à sortir de la ville, le meneur ne semblant pas lui tenir rigueur de son intrusion impromptu dans ses appartements et ses drows de garde supposant à tort qu'elle était morte depuis dix ans.
Elle se dirigea droit sur son coin tranquille à quelque lieux de Naelis, c'était sur le cours du ruisseau une cuvette naturelle planqué sous une profusion de buisson plutôt épineux.
L'elfe arriva sans encombre à la crique et s'installa pour y passer la journée. Elle posa à côté d'elle le sac qu'elle avait emporté ainsi que son épée et sa veste contenant une grande partie de ses couteaux de lancer. Elle s'assit près de l'eau, en tailleur le dos droit et elle ferma les yeux, contrôlant sa respiration pour la ralentir. Elle plongea en elle pour accéder à sa magie, puis remontant à la surface elle étendit ses sens magique alentour, doucement progressivement essayant d'identifier la plus part des lueur de vie qui se trouvait autour d'elle puis elle commença à étendre ses perception de plus en plus loin ne se préoccupant que des forme de vie plus grosse. Elle crut à un moment déceler une forme de vie différente qui ne correspondait pas à un simple animal mais elle ne put pas la percevoir complètement, celle-ci étant en limite de son champ de perception.
Elle revint ensuite rapidement en elle où elle explora les limites de son pouvoir. Elle se servit de celui-ci pour promener son esprit le long de son corps visitant ses muscles et ses organes internes, surfant sur le flux de sang qui parcourrait son corps. Kyrië ouvrit enfin les yeux, concentrant son pouvoir elle créa un léger vent qui l'entoura bientôt, faisant se soulever des feuilles tomber et quelque brindille. Elle intensifia le flux de magie, le vent tourbillonna autour d'elle de plus en plus vite et de plus en plus fort. L'elfe étendit ensuite petit à petit le rayon d'action du tourbillon, qui fit bientôt voler des gouttelettes d'eau tout autour de Kyrië, celles-ci décomposant la lumière en petits arc en ciel. Elle relâcha bientôt son pouvoir faisant tomber la petite brise qu'elle avait créer, ses sens s'étaient affermis avec l'utilisation de la magie comme s'ils étaient avide de gouter la magie alentour. Elle sentie clairement la présence de quelqu'un, peu de monde venait par ici. Sa curiosité piqué, Kyrië se leva faisant rapidement circulé de la magie dans ses jambes un peu raide pour les assouplir. Elle ramassa ses affaires et se dirigea droit vers la lueur de vie qui l'avait intrigué.
Instinctivement elle se coulait dans son environnement essayant de faire le moins de bruit possible pour ne pas le déranger et ne pas se faire repérer. Elle déboucha sur une clairière traverser par le ruisseau, de l'autre côté de la clairière elle vit un loup et une elfe près d'elle assise contre un arbre, un sac calé dans son dos. Le loup releva la tête quand elle sortit des arbres pour s'avancer vers le ruisseau, les yeux de Kyrië rencontrèrent ceux du loup, il y avait au fond de ceux-ci une lueur qu'elle n'avait pas vu dans ceux d'un autre loup il y a quelques années de cela, dans ceux de l'autre loup elle n'avait lu que neutralité, ils semblaient dire « laisse moi partir ou attaque mais décide toi, je suis prêt à me défendre », alors que ces yeux là semblait hurler une passion dont on ne pouvait retrouver le reflet dans les yeux de l'elfe aux yeux d'argent, comme si en ce jour les rôles étaient inversés. Kyrië s'avança, enjamba tranquillement le ruisseau, le loup se leva complètement et vint se placer en boitillant entre les deux elfes. Kyrië ne dit rien pas un mot attendant, toujours fixant le loup qui se tenait devant elle, elle le fixait de ses yeux argent, vide d'expression, sans passion, ni amour ni haine, rien ne perçait dans ces prunelles acier. Seul un sourire vint jouer sur le coin des lèvres de l'elfe un sourire étrange, ambiguë qui n'atteignait pas ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Jayla Talaeny
Elfe
avatar

Nombre de messages : 692
Âge : 127
Date d'inscription : 15/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Jeu 1 Juil 2010 - 9:20

Fallait-il qu’une once de tranquillité soit toujours troublée par on ne sait quoi ? Un pigeon suicidaire venu faire joujou avec un semblant d’arme ou un gros chat qui préférait chasser la souris plutôt que d’aller dormir à l’ombre pendant cette dure journée à la chaleur qui en devenait très vite insupportable. Non évidemment il y avait toujours quelque chose pour faire tâche dans le paysage. L’elfe ne daigna pas bouger d’un poil lorsqu’elle sentit son amie se lever, il ne fallait pas être bien sorcier pour sentir une présence, aussi fine soit-elle, dans un moment calme sans bruit apparemment, ouïe sans gène. Oh l’origine n’en était pas forcément très maladroite – ici ça n’avait d’ailleurs pas l’air d’être le cas, l’intrus était assez soucieux du bruit infime qu’il créait semblerait-il – mais difficile d’y échapper quand vos origines raciales vous dotaient d’un sens assez pointilleux de l’audition.
Ce qui la perturbait davantage était pourquoi diable Edeth prenait la peine de se lever dans son état ? Plusieurs choses pouvaient la motiver : un adversaire très imposant dont elle voudrait audacieusement barrer la route – hypothèse fort peu probable au vue de la discrétion avec laquelle la personne concernée avait opéré – ou bien cette personne n’inspirait-elle vraiment pas une pointe de positivité.

Edethlyn ne grognait pas et était venue se placer juste entre les deux autres protagonistes. Oh mais cela Jayla ne le voyait pas, elle s’était efforcée de garder tout yeux clos et de se fier uniquement à ce qu’elle entendait – effectivement, la confiance régnait, drôle d’humeur suintante de cette chaleur.

Llie nauthach um idhor, re enena ullumë uin gyrth na madotolë linnedhcam uin erui autannen.
Vous devriez faire attention, elle n’est pas du genre à venir manger dans la main du premier venu.

Elle n’avait face à elle que l’obscurité et seule une brise aussi plate qu’un souffle d’oiseau pouvait lui porter une effluve humaine, peut être presque trop légère pour être discernée. La louve rompit à son tour le silence par un grognement sourd.

Rin tâdeil o tírieyl senne ena alonta inbÿg, deoch feyth, nao lin faegol pelethan.
Les duels de regards ce n’est pas non plus son truc, il faut dire, c’est une mauvaise perdante.

Oh ! Elle pu alors presque sentir le regard noir de la principale concernée la fusiller sans possibilité d’y échapper, cette pensée lui étira à nouveau son sourire. Sur ces mots, elle cessa de jouer avec son arme et la ficha en terre. Elle se redressa puis ouvrit finalement ses yeux plus éblouit par le soleil qu’autre chose. A moitié plissés, elle pu distinguer une silhouette, un visage, un regard avant d’être à nouveau victime de l’agressivité de cette lumière trop forte comme l’aurait fait une troglodyte en sortant de ses cavernes. Ses traits se durcirent et elle bascula inconsciemment dans un langage humain, un peu contre-nature au vue de la situation, l’ignorance l’aurait plutôt fait appliquer l’échange inverse.

Vous n’êtes … pas du coin, si ? Une promenade de santé peut-être, nîn meldis ?

Une elfe ? C’était peut-être ce qui perturbait la louve d’ailleurs même si elle en doutait, il devait y avoir autre chose. Elle ne faisait pas dans le commun, c’était un fait : quelque chose d’assez spécial se dégageait d’elle, mais elle ne saurait dire quoi, comme une désagréable sensation plutôt, une aura presque inquiétante. Quel numéro avait-elle encore pu tirer cette fois ? Intérieurement, son vœu allait pour le pacifisme total et quelque chose d’assez posé, trop en demander n’était pas sa plus grande source de réussite ces derniers temps. Bah ! Une fois de plus ou une fois de moins, y verrait-on la différence ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyrië Eléison
Elfe
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 27
Date d'inscription : 04/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Sam 3 Juil 2010 - 21:28

Le loup s'était seulement placé entre Kyrië et l'autre elfe, s'en faire de bruit mais en boitillant pourtant, si Kyrië n'avait pas eu une l'ouïe de ses paires elle n'aurais pas entendu son déplacement. Il était évident qu'il était blessé, comme il était évident que l'elfe en face d'elle savait que l'elfe blonde était là. Elle n'avait toute fois pas daigné ouvrir les yeux, se contentant d'écouté. Il n'y avait pour l'instant pas grand chose à entendre, à part les respirations de l'elfe aux yeux d'argent et du loup.

-Llie nauthach um idhor, re enena ullumë uin gyrth na madotolë linnedhcam uin erui autannen.
Vous devriez faire attention, elle n’est pas du genre à venir manger dans la main du premier venu.

L'autre elfe continuait de jouer avec sa dague, traçant toujours des symboles qui n'avait pas vraiment de sens pour Kyrië. Elle n'avait pas non plus ouvert les yeux pour autant, et Kyrië avait lâcher les yeux de la louve pour détailler l'elfe. Une silhouette somme toute à l'air normale pour une elfe, des cheveux vert et une peau pâle. L'une de ses jambes était ornée d'une plaie luisante et un peu enflammé, l'absence de vent rendait difficile de sentir s'il y avait infection ou non mais il semblait pas qu'elle soit au plus mal, la plaie semblait un peu vieille malgré son aspect. La louve la tira de son étude par un grognement, ramenant son regard en plein dans ses prunelles, elle semblait ne pas apprécié que Kyrië ai l'air de l'ignorer.

-Rin tâdeil o tírieyl senne ena alonta inbÿg, deoch feyth, nao lin faegol pelethan.
Les duels de regards ce n’est pas non plus son truc, il faut dire, c’est une mauvaise perdante.

La dague s'arrêta enfin de dessinait dans le sol poussiéreux frappé par le soleil de l'été, précédé par un sourire sur le visage des deux elfes. Celui de Kyrië était le même son éternel sourire bâtard sans réelle joie et plein d'ambiguïté, alors que celui de l'autre elfe était clairement amusé. Bien éloigné de celui de l'elfe aux yeux d'argent. L'incessant mouvement alangui de la dague fut suivi par le premier vrai mouvement de la part de l'elfe aux cheveux émeraude, elle se redressa un peu ouvrant finalement les yeux qui papillotèrent agressés par le soleil. Les traits de l'autre elfe se durcirent.

-Vous n'êtes... pas du coin, si? Une promenade de santé peut-être, nîn meldis?
-Après plus de dix ans on peut considéré que je suis du coin, répondit Kyrië dans la langue des hommes.

La voix de l'elfe blonde était monocorde, elle n'était pas froide, juste neutre, sans passion comme ses yeux et pourtant ses traits étaient ornée d'un sourire. Sa voix exprimait vraiment toute la définition de neutralité, son maintien aussi d'ailleurs. Elle ne cherchait pas à dominer son interlocutrice ou à l'intimidé, elle se tenait simplement là où elle était comme si ça n'avait pas vraiment d'importance. Il y avait tout de même une lueur de curiosité dans les yeux de Kyrië quand elle regardait la louve.

-Peut de monde passe par ici d'habitude, n'es tu que de passage ou cherche tu quelque chose? Elle avait continuer à parler en humain par habitude.

Le même ton un peu absent complétement détaché, elle semblait peu intéressé par sa propre question, comme si ce n'était qu'un prétexte. Et pour cause elle avait autre chose en tête mais elle ne pensait pas vraiment que l'elfe accepterait que la louve lui serve de cobaye. Elle semblait être plus que sa louve, c'était son amie. Elle n'avait jamais put comprendre comment on pouvait s'enchainer à un animal comme le faisait certain de ses congénères.
Revenir en haut Aller en bas
Jayla Talaeny
Elfe
avatar

Nombre de messages : 692
Âge : 127
Date d'inscription : 15/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Jeu 22 Juil 2010 - 22:33

Après plus de dix ans on peut considéré que je suis du coin.

S’était-elle réellement implantée dans cet endroit ? Comme quoi, le mythe du bon Sylvain qui ne quitte pas sa chère Anaëh pouvait être brisé à tous les coins de rues. Enfin peut être pas, Naelis semblait être un endroit suscitant un gros remue-ménage, un elfe quittant de base la Prime Forêt n’était pas fidèle au stéréotype que créaient les autres races sur les elfes, peut être cette « cité » - si l’on pouvait encore qualifier ces ruines de cité – renfermait quelques choses inattendues. Pour y rester dix ans, il fallait au moins ça.

Peu de monde passe par ici d'habitude, n'es-tu que de passage ou cherche-tu quelque chose ?
De passage uniquement. J’ai eu un léger … Son regard se porta sur la louve qui avait apparemment jugé bon de revenir gentiment se lover contre son amie non sans lâcher la nouvelle arrivante des yeux. Contretemps disons.

Plutôt gros d’ailleurs ce fameux imprévu. Rester enchaînée à ce morceau de terre détenu par elle ne savait qui commençait à devenir une véritable torture psychologique. Elle en avait exploré sûrement tous les recoins les plus impossibles en essayant de trouver quelque chose de différent du reste. Sans succès malheureusement.

Mais ça ne m’empêche pas pour autant de chercher quelque chose. En fait, à force de vaquer aux alentours de cette ô combien sublime cité qu’est Naelis, j’en viens à ne plus savoir où est le nord. Perdre el nord, perdre le nord ... Il n'y avait pas que son piètre sens de l'orientation du moment qui était concerné. D’accord, d’un côté il y’avait la mer, de l’autre elle n’y était pas, mais ça restait bien trop minime pour s’orienter, un pas de travers et elle pouvait tout aussi bien se retrouver en plein dans le Puy d’Elda ou bien alors chez ses confrères nains. Fort embêtant d’ailleurs comme situation hypothétique. Au vue de l’état de mon amie, j’aimerais rallier l’Anaëh extrême ouest, il serait inutile d’ajouter le « au plus vite », malgré le fait qu’elle puisse se mouvoir, notre progression sera lente, les soins que je lui porte sont trop insuffisants pour la rétablir, ils ne font que l’apaiser ... et la rendent encore plus acariâtre qu’à l’habituel.

Demander l’aide de Sylvains la rendait confiante ? Il ne fallait pas croire à la venue de Tyra sur terre non plus. Elle voulait simplement retourner une fois de plus dans son village natale et rentrer à nouveau en contact avec son cher ami Kaieth qui en connaissait un rayon sur les lupus sagiter dont le système immunitaire laissait fortement à désirer. Elle ne pourrait mettre sa louve dans les mains de personne d’autre que lui même si c’était un raisonnement buté. Cet être allait bien mal en son fond mais n’exprimait pas entièrement la douleur qu’elle aurait pu subir. Le plus sage serait de demander de l’aide à Naelis mais c’était contraire à à peu près …. Tous ses principes. Peu importe qu’ils soient les meilleurs soigneurs à des kilomètres à la ronde, elle ne laisserait pas un vieillard rachitique poser un doigt sur la fourrure blanche d’Edeth. Une once de sagesse parcouru soudain l’esprit de l’entêté qu’était cette elfe.

Si tu connais l’endroit, sais-tu si les soigneurs, quels qu’ils soient, sont fiables vers Naelis ? Sa santé est précaire et je doute qu’elle puisse entamer une telle marche vers les terres elfiques, les soins que je lui procure son certes adaptés mais pas de manières curatives. Des notions en médecine sur l’anatomie animale peut-être ?

Non pas que la confiance émanait miraculeusement de cette personne mais la Sylvaine semblait si désespérer que ses jugements pouvaient être faussement fondés ou bien trop hâtifs. Qui ne tente rien, n’a rien.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrië Eléison
Elfe
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 27
Date d'inscription : 04/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Ven 23 Juil 2010 - 22:41

Kyrië répondit de façon honnête à la question posé en humain de l'elfe qui était allongée devant elle derrière une louve peu amène. Celle-ci se lova finalement contre l'elfe sans lâcher Kyrië des yeux toujours suspicieuse, surement à cause de l'aura de magie qui flottait autour de l'elfe blonde. Kyrië demanda finalement ce qu'elle cherchait dans le coin, l'autre lui répondit qu'elle ne faisait que passer et qu'elle n'était encore là que parce que sa compagne de route était blessée. Elle interpréta aussi une partie tut de cette réponse, l'elfe aux cheveux verts n'imposerait rien de dangereux à la louve tout contre elle.

-Mais ça ne m'empêche pas pour autant de chercher quelque chose. En fait, à force de vaquer aux alentours de cette ô combien sublime cité qu'est Naelis, j'en viens à ne plus savoir où est le nord.

Ne plus savoir où est le nord? Mais le nord à Naelis c'est dos à la flotte... Comment peut-on perdre le nord dans ces conditions? Kyrië leva un sourcil interrogateur sans que pour autant son questionnement ne se reflète dans ses yeux gris-argent, un fin sourire inachevé sur les lèvres, le summum de l'amusement et de la curiosité chez elle. Elle eu quelque velléité à commenter mais se retint démontrant tout l'impassibilité attentive qu'elle pouvait produire. Son interlocuteur n'était pas Feriwyr, l'échange aurait été moins amusant et la suite viendrait surement toute seul.

-Au vue de l'état de mon amie, j'aimerais rallier l'Anaëh extrême ouest, il serait inutile d'ajouter le« au plus vite », malgré le fait qu'elle puisse se mouvoir, notre progression sera lente,les soins que je lui porte sont trop insuffisant pour la rétablir, ils ne font que l'apaiser... et la rendent plus acariâtre qu'à l'habituel.
-L'Anaëh est au nord, fit-elle dans un souffle.

Si elle n'avait pas été une elfe, son interlocutrice n'aurait pas put l'entendre qu'elle soit attentive ou non mais étant donné sa nature elle pourrait surement entendre son intervention. Le ton de Kyrië avait été... amusé, son visage arborait ce même sourire étrange qui flottait comme indécis entre ses lèvres et ses yeux sans y allumer l'éclat pétillant qu'il y aurait dut y avoir.

-Si tu connais l'endroit, sais-tu si les soigneurs, quels qu'ils soient, sont fiables vers Naelis? Sa santé est précaire et je doute qu'elle puisse entamer une telle marche vers les terres elfiques, les soins que je lui procure sont certes adaptés mais pas de manière curatives. Des notions en médecine sur l'anatomie animale peut-être?

L'elfe bicentenaire parut sincèrement réfléchir aux questions de sa « compatriote » au cheveux vert, ses yeux semblèrent perdue dans le vague et presque plus expressif que quand elle portait attention à son entourage. Une grimace s'étala soudain sur le visage de l'elfe aux yeux d'argent, elle secoua la tête comme dégouté, puis elle posa son regard sur la louve. Elle secoua la tête derechef dans un signe de dénégation, ses lèvres remuant pour former des mots silencieux et un gloussement joyeux s'échappa des lèvres de Kyrië sans pour autant que son visage prenne réellement une expression joyeuse.

-Je pense que la seul personne qui ai la possibilité de soigné ta louve est devant toi, fit Kyrië d'une voix neutre. J'ai beau y réfléchir mais les autres... ne vont pas savoir quoi faire pour aider ton « amie ».

Elle avait glissé un accent étrange dans la prononciation du mot « amie », comme si elle le trouvait déplacer pour désigner la louve qui était coucher contre l'elfe toujours allongée.

-Je peux?

Elle s'était avancée d'un demi pas vers la louve un air interrogateur se peignant sur ses traits, la tête légèrement penché sur le côté et la main droite un peu tendu la paume à moitié tourné vers le bas et le pouce toujours tourné vers le haut. On pouvait sentir une certaine curiosité dans sa demande mais c'était surtout une impression diffuse, alors que son visage n'exprimait qu'une interrogation distante, que ses yeux restait froid mais pas hostile et que le reste de son corps était comme gracieusement suspendu dans l'attente d'une réponse de l'autre elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Jayla Talaeny
Elfe
avatar

Nombre de messages : 692
Âge : 127
Date d'inscription : 15/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Dim 15 Aoû 2010 - 20:57

L'Anaëh est au nord.

Ah bah merci, ça c’était de l’info. C’était un peu le même genre qu’un « J’ai faim. – Bah mange. » ou un « Je manque d’air, je m’étouffe. – Ben respire. » ou la parfaite phrase inutile pour envoyer balader quelqu’un, non sans rire, indiquer la position de la gigantesque Prime forêt sur une carte c’était à la portée d’un gamin de deux ans qui avait assez de jugeote pour assimiler du vert aux arbres, indiquer que le nord est en haut, le sud en bas c’était dans le même style. Bref.

Je pense que la seule personne qui ai la possibilité de soigner ta louve est devant toi. J'ai beau y réfléchir mais les autres... ne vont pas savoir quoi faire pour aider ton « amie ». Un temps. Je peux ?

Le point de vue extérieur de toute personne sur la relation naissante qui unissait les deux comparses l’exaspérait. Non Edeth n’était pas sa louve comme le serait un vieux chien boiteux à son maître, non elle n’était pas sa propriété et ne lui devait aucune obéissance. Etait-ce au fond si inconcevable ? Oui peut-être si l’on connaissait leur passé, à part ça, elle ne saisissait vraiment pas quel problème ce genre de lien pouvait poser. Manquerait plus que l’on considère ce couple atypique – finalement, pas tant que ça, le petit mythe du Sylvain et de son grand ami le loups commençait à s’étendre comme un feu sur une trainée de poudre – comme l’incarnation même d’une parfaite symbiose et amitié de conte pour enfant. Le mépris qui s’était dégagé dans certaines situations y compris celle-ci était usant. Incompréhension, son esprit buté de l’heure ne daigné même pas la prendre en compte.

Revenons-en au fait. Prétention ? Peut-être pas. Jayla ne connaissait nullement les potentielles compétences de cette elfe mais elle se rangeait volontiers de son côté rien que lorsqu’elle rabaissait les autres guérisseurs, là où « Naelis » rimait avec « incompétents » - dans le genre rime, on a déjà trouvé mieux, mais on voit le principe. Un jugement bien vite arrêté pour une « ville » qu’elle n’avait que contourner.
La décision ne lui appartenait pas uniquement et même dans ce cas-ci elle préférait l’abandonner totalement à la louve qui sentirait bien plus qu’elle si cette elfe pouvait l’approcher. Au premier abord elle l’avait franchement dérangée, son état critique n’y était certainement pas pour rien mais il n’y avait pas que ça.

Elle sera la première à manifester son refus si refus il y a. Elle s’était rapprochée, Edeth avait simplement relevé la tête, crocs sortis à son approche. La main tendue peu à peu vers elle la fit grogner. Un air plus sévère s’invita sur les traits de Jayla. Tu utilises quel genre de méthodes ?

Il n’y avait pas trente six mille raisons pour lesquelles la louve ne se laisserait pas approcher, cette personne dégageait quelque chose qu’elle ne semblait pas supporter – chose absolument imperceptible pour sa compagne. La silhouette blanche se redressa prestement et grogna encore, toute oreille enfouie dans la fourrure de son cou. Elle s’approcha à son tour de la main tendue de l’elfe qu’elle avait en face, mine accueillante, neutre ou mauvaise, les expressions du visage lui passait au-dessus, elle. C’était dans la capacité des animaux de ressentir quelques émotions comme l’anxiété, la peur ou autre, c’était sans doute ce qu’elle tentait de faire en la testant, elle et son étrange aura. Seuls quelques centimètres à peine les séparaient, centimètres qu’elle fit disparaître en venant coller se tête sous la main de l’inconnue.
La Sylvaine observait de son côté. Elle l’avait rarement vue interagir avec d’autres êtres humains et cette rencontre était particulière. Immobile, elle devenait passive et laissait Edethlyn choisir seule. La scène s’était figée l’espace de quelques secondes et vint se rompre soudainement. Le silence s’évaporait pour laisser s’échapper une hargne feinte de la gueule de la louve qui fit de la main de l’elfe la prisonnière de ses crocs, sans serrer et ne touchant qu’à peine la peau claire de la guérisseuse. Aussi promptement exécuté, elle retira sa prison d’émail, ses oreilles se redressèrent et elle se remit à s’approcher de l’elfe, dépassant sa main tendue, elle se fixa juste devant elle et resta tout bonnement plantée là.

Essaye. La réaction de son amie semblait plutôt positive, de toute évidence, elles n’avaient rien à craindre de cette Sylvaine.
Revenir en haut Aller en bas
Kyrië Eléison
Elfe
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 27
Date d'inscription : 04/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   Sam 21 Aoû 2010 - 12:32

Kyrië avait tendu sa main, vers la louve comme si seul sa décision était importante mais quand elle parlait elle avait semble-t-il du mal à la considéré autrement que comme un animal. Mais en même temps elle voulait s'assurer que l'autre elfe ne lui sauterait pas dessus quand elle essayerait de soigner la louve blanche. Elle accepta sans bronché la remontrance voilé de l'elfe au cheveux vert.

-Elle sera la première à manifester son refus, si refus il y a.

Ces quelques mots suffirent à l'elfe aux yeux d'argent, l'autre elfe à ses pieds ne l'intéressait plus seul la louve la préoccupait, c'était le seul obstacle qui restait entre elle et un moment qui promettait d'être intéressant. La main tendu elle invitait l'ami de l'elfe à faire le premier pas ou à refuser son aide. Sa main tendu reçu un grognement comme un refus, Kyrië ne broncha pas gardant sont air neutre et interrogatif, ne faisant rien pour amadouer ou repousser la louve.

-Tu utilises quel genre de méthodes? Demanda sévère l'autre elfe au grognement de son amie.

Kyrië ne daigna pas montrer qu'elle avait écouter la question, elle ne répondit rien se contentant de rester fixé sur la louve immobile, comme en suspension. L'elfe aux yeux d'argent semblait accroché en équilibre à la décision de la louve, prête à avancer si elle l'acceptait ou à reculer si elle devenait agressive. Même le flux de magie qui courrait en elle quelques instant plus tôt s'était arrêté, la magie ne s'entortillait plus autour de son corps pour le soutenir et l'aura déstabilisante qu'avait perçu la louve à cause de son sort de magia erebea s'était calmée.
La boule de fourrure blanche approcha prudemment de l'elfe blonde, les oreilles rabattu en arrière, en lâchant un grognement. La louve semblait gouter les intentions de l'elfe aux yeux d'argent au travers de son odeur, de ses mouvements inconscients et imperceptibles que les animaux pouvaient instinctivement décrypté, ce que la plus part des gens collait sous sixième sens. Le premier examen de la louve sembla la satisfaire car elle vint coller sa tête sous la main tendu de Kyrië. Pendant ce temps là l'autre Sylvaine observait le manège des deux autres protagonistes, elle restait immobile ignoré par sa compatriote et par son amie, laissant se dérouler la scène.
Le manège se figea quelque seconde la sorcière des vents sentant encore quelque réticence chez la boule de poile. Il sembla qu'elle fit bien car la louve attrapa vivement la main de la sorcière elfe qui eu un sursaut amusé, sous la pression fantôme des crocs de la louve, sa main avait à peine commencé à se désincarner quand la louve la lâcha et la magie appelée se dissipa dans l'air créant un petit courant d'air. Les oreilles de la louve se relevèrent et celle-ci s'approcha encore un peu plus prêt, passant à côté de la main tendu de la sorcière aux yeux d'argents avant de s'arrêter simplement. Elle regardait l'elfe blonde comme si elle lui disait à toi de jouer.

-Essaye, lâcha l'autre elfe.

Comme à la question précédente Kyrië ne releva pas, ne fit aucun mouvement montrant qu'elle se préoccupait encore de l'autre elfe. La louve semblait l'avoir acceptée. La sorcière de l'air laissa comme tomber au sol dans un mouvement fluide pour être à la hauteur de la louve face à elle. Elle se tenait accroupis devant la louve les mains sur les genoux, bien droite. La sorcière avait son nez à quelque centimètre de celui de la louve.

-Va falloir que tu me laisse te « toucher », déclara-t-elle à la louve en elfique. Ca peut être un peu désagréable mais ce n'est pas douloureux, continua-t-elle toujours en elfique de sa voix monocorde.

Ce qu'elle n'avait pas précisé c'était que ce ne serait pas douloureux parce qu'elle avait décidé que ce ne le serait pas cette fois ci. Elle n'avait pas non plus précisé ce que toucher voulait dire mais cela ne voulait certainement pas dire simplement la laisser faire un câlin à la gentil Boule de Poile.
Kyrië fixait de ses yeux argent froid comme une lame ceux sauvage de la louve*. Sans attendre de réponse de la louve ou de son amie elfe, elle dégagea son bras gauche de la manche de sa veste et le passa autour du cou de la louve, tout en avançant la tête pour la collé de l'autre côté de celui de la boule de fourrure blanche. Sur son bras se dévoila un tatouage représentant des serpents stylisés enroulé autour de son bras. Kyrië touchait la peau de la louve sur toute la longueur de son bras gauche et sa joue gauche était collé à celle de la louve. L'étreinte de l'elfe était légère et non restrictive si la louve voulait s'éloigner elle le pouvait. La main droite de l'elfe vint s'enfouir dans la fourrure de la louve, la laissant glissé le long de son flanc. Elle commença à entonner la formule de son sort de connaissance du vivant, sur un rythme lent et solennel dans une langue oublié aux accents chantant mais qui ne semblait pas tout à fait fait pour une gorge mortel.




HRP: Si tu estime que Edeth ne se laisserai pas faire je changerai

*j'ai eu un rien de flemme pour chercher la couleur des yeux de ta louve, alors je demande maintenant, ils sont de quel couleur?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Anaëh s'en va en Ithri'Vaan. (Kyrië)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Ithri'Vaan : description des lieux
» présentation de anaïs granger [validée]
» Anaïs Haynes (Serpy)
» Enterrement de notre Anaïs...
» Anaëlle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis-
Sauter vers: