Partagez | 
 

 Un petit massacre pour tromper l'ennui [Elessar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Orëh Irth'nal
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 63
Âge : 29
Date d'inscription : 05/08/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Un petit massacre pour tromper l'ennui [Elessar]   Mer 30 Juin 2010 - 1:19

/!\ATTENTION, RP CONTENANT SANG ET VIOLENCE /!\

note: en italique sont les voix qu'entends Orëh, elle ne peuvent donc pas être entendus par qui que ce soit d'autre.

Orëh était allongé dans l'herbe depuis plusieurs heures à présent. Il avait passer la nuit en discussion avec les voix qui lui servaient de guide. L'assassin ne retint pas grandes information à part un rappel qu'il se trouvait près d'une route prise de temps en temps par des marchands. Il savait ces routes dépourvus de gardes, un endroit de rêve pour une personne de son genre. Serte les marchants employaient presque toujours des mercenaires afin de les protéger, mais que serait un jeu si il ne montrait pas la moindre résistance.

Décider d'attendre une nouvelle proie à la première route qu'il trouverait Orëh se releva et se mit en marche. Traversants les bois il ne put s'empêcher de remarquer la vie abondante l'entourant, mais là ou un poète ou un elfe aurait trouvé une image digne de mention le demi-drow ne trouvait que répugnance. "Quelle mauvaise idée cela était de quitter les terres stériles, le paysage était tellement plus vivifiant."

Tu l'as dis abruti, il n'y a qu'un bâtard comme toi afin de quitter un paradis pareil.

Suite à l'initiative d'une des voix, les autres recommencèrent comme à leurs habitude de lui lancer insultes après critiques. Habitué à ce chaos dans son esprit, le jeune assassin sortit un de ses saïs de sa ceinture et s'amusa à le lancer et le rattraper. Avec l'habitude, l'exercice était devenue d'un facile ridicule mais ne cessait de l'amuser; tenir dans ses mains un objet capable de faire perler le sang si une faute était commise, qu'elle idée magnifique.

Après une courte marche dans le paysage répugnant d'arbres et de douces créatures, Orëh trouva enfin une route qui semblait assez grande afin d'accueillir un marchand avec son escorte de mercenaires, supposément aguerri au combat. Cette idée amusait toujours l'assassin, chaque mercenaires se disaient les meilleurs et avoir vaincu des centaines de combats, et pourtant aucun qu'il put avoir croisé jusqu'à ce jour n'avait réussit à le tuer, lui un simple demi-drow assassin.

Oh mais il est doué notre roi meurtrier, à lui seul il a réussit à trouver une route!

"Que veux tu, servant, moi au moins j'ai des jambes et même un corps... et n'espère pas que je te montre la moindre pitié à cause de ton handicape, tu crèvera à ton tour lentement à deux pas d'un corps fraîchement tué."

Ayant un sens d'humour aussi tordus que les voix dans son esprit, il ne partageait que l'humour avec ceux dont il était le seul à entendre les paroles. Les maigres fois ou il avait tenté un jeux d'humour avec un autre il avait du mettre fin à la vie de l'étranger de façon prématurée. "Il était étrange de toute façon cet homme, me croire quand je disait que j'allais le privé de ses apparats virils devant sa femme. Ce n'est pas du tout le bon ordre des choses, avant de s'attaquer à l'homme il faut en finir avec la femme..." une vague de rire envahit l'esprit de l'assassin alors que les voix se remémoraient l'incident en question.

D'un coup le chaos de son esprit cessa, au loin il avait entendue les bruits d'une carriole. En faisant plus attention il réussit aussi à entendre le bruit de plusieurs chevaux monté ainsi que le ferraillement d'armes et d'armures. Un sourire parut sur le visage d'Orëh, le jeûne prenait enfin sa fin. Le silence maintenant complet dans son esprit, il sentait l'excitation bouillonnée dans ses veines. Un silence de ce genre ne ce produisait que lors d'un unique type d'événements, les meilleurs qui soient.

Quand enfin le groupe paru dans la vue du jeune assassin, le temps ce figea, devant lui se tenait sa proie. Une dizaine de mercenaires et deux marchants dirigeant une carriole bâchée. Une meilleure situation Orëh n'aurait pu en rêver. Il attendit que le convoi avance, arrive devant lui et puis le dépasse. Maintenant! L'assassin se leva au moment même ou ses guides prononcèrent leurs avis, dans ce genre de situations Orëh et les voix ne s'étaient jamais opposées. Il quitta sa cachette dans les fourrés et puis couru vers l'arrière de la carriole.

Afin d'éviter les deux mercenaires à l'arrière il ramassa une pierre au milieu de sa course et la lança dans les bois à côtés de la carriole. Les deux derniers protecteurs tournèrent leurs regards et s'avancèrent vers l'endroit ou avait du atterrir la pierre qui avait été lancée. N'ayant encore pas ralentit sa course, Orëh passa derrière le deuxième soit disant expert et se faufila dans la carriole sans qu'aucune alerte ne fut donnée. Un nouveau sourire vint ce peindre sur le visage de l'assassin, maintenant la partie de plaisir débutait. Il décrocha son javelot et le posa contre le bord de la carriole, de là il pourrait le récupérer facilement une fois sortit. Une fois ses deux saïs en main, il les tinta trois fois, près à accueillir le premier des deux marchants.

Comme prévu, un des deux vint vérifier ce qu'était que ce bruit provenant de leurs carriole. Dissimulé derrière une pile de panier, Orëh attendit que le marchant arrive à son niveau. Quand enfin le marchant se trouvait devant lui il se releva avec un sourire sadique au visage. L'humain resta tétanisée de surprise et de peur, n'offrant aucune résistance à part avoir lever le bras lorsque le demi-drow s'était approché de lui. L'assassin maîtrisa rapidement l'homme, le retournant et plaçant un de ses saïs devant les yeux du marchants. Il posa sa tête sur les vêtements riches du marchand et lui chuchota à l'oreille. "Alors, si tu ne veux pas que tes soit disant soldats te retrouve les yeux crevés, la langue coupé et le crâne ouvert tu va faire exactement ce que je te dit." Il sentit que l'homme tentait de se débattre, mais bien que jeune l'assassin le maîtrisa sans peine. Il soupira et puis fit glisser son saï sur la joue droite de l'homme, faisant perler un mince filet de sang. "J'ai peur que tu ne m'aie pas compris... Je n'aie aucune envie que tu te débatte. Au lieu tu va prendre ce bandeau et te bâillonné... je peux te faire confiance?"

Orëh le relâcha et lui tendit le bandeau en question. Le marchand ce retourna afin de voire son agresseur. À la vue que faisait l'homme il savait qu'il allait savourer les prochaines secondes. L'homme tourna la tête et s'apprêtait à crier à l'aide, cependant avant même qu'un son ne sorte de sa gorge, Orëh lança un de ses saï qui cloua la main du marchand contre le mur en bois de la carriole. La stupeur le rendit muet assez longtemps afin que l'assassin le bâillonne. Il pouvait voire dans le regard de l'homme que la terreur prenait enfin sa prise, la logique et le bon sens quittait ce marchand afin de ne laisser que l'instinct de survie... enfin.

Au grand malheur de l'assassin, le deuxième marchand semblait s'être lui aussi intéresser à ce qui se passait dans son dos. Il ne lui fallut pas longtemps afin d'apercevoir un étrange homme penché au dessus de son compagnon, tenant une main ensanglantée. L'intrus appela immédiatement au secours, ruinant la scène qu'avait crée l'assassin. Ce dernier soupira et puis lança son deuxième saïs à la gorge du marchand. Sous le bruit du gargouillement que faisait le marchand à la porte de la mort l'assassin se retourna vers sa proie d'origine. Il retira le bâillon et lui tendit "Utilise le comme garrot, je n'aie aucune envie que tu meure par perte de sang." Pourquoi ne pas lui dire que tu compte le tuer pus tard aussi pendant que tu y es, en tout cas pour tes attentats raté, celui-ci est un des meilleurs.

Ignorant le commentaire le demi-drow ce ramassa rapidement son premier saï et le lança au mercenaire qui venait d'ouvrir la bâche par ou il était rentré. Il se rua sur son javelot et bondit hors de la carriole alors même que l'homme s'écroulait au sol sous le regard étonné de son compagnon. Ce dernier d'ailleurs n'aperçut pas assez tôt la lame du javelot qui vint premièrement taillader son mollet et puis ensuite mettre fin à sa vie.

Joli joli, mais que compte tu faire des autres? Orëh ramassa le saï fiché dans le crâne du mercenaire et puis se releva, curieux tout comme la voix à savoir comment il se sortirait de cette situation.

[HRP]Voilà voilà, sujet lancé je te laisse faire ton entrée, Oh magnanime Veldruk... XD[/HRP]


Dernière édition par Orëh Irth'nal le Jeu 1 Juil 2010 - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elessar Mel'wazul
Drow
avatar

Nombre de messages : 24
Âge : 26
Date d'inscription : 26/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un petit massacre pour tromper l'ennui [Elessar]   Mer 30 Juin 2010 - 8:45

Des envies. Des pulsions, plutôt. Des pulsions incontrôlables, violentes et dévastatrice. Une de ces pulsions de tuerie et de bain de sang. Il y a des jours comme ça où Elessar n'était rien d'autre qu'une bête assoiffée de sang ayant besoin de tuer pour le plaisir. Il était en permission et avait décidé d'aller à la recherche de quelques créatures à éviscérer. Il était inconcevable de tuer un drow, c'aurait été le plus grand crime. Et puis Elessar ne tuait pas de sombre, pour la simple et bonnes raisons que n'importe quel sombre ne se méfierait pas d'un de ses confrères et n'offrirait aucun plaisir à mourir.

Il était donc parti en chasse, à pieds, ne concevant dans cet état, ni fatigue, ni douleur et encore moins ennui. Il ne concevait que la frustration du manque de sang, la torture d'un besoin de tuer, et l'empressement que cela arrive. Et il savait bien où chasser, il allait vers son lui de chasse de prédilection, les petites routes marchandes, s'étendant au delà du territoire stérile, qui était son petit chez lui.

Il tenait sa bardiche en main, prêt à tuer, lorsqu'il s'enfonça dans les terres grouillantes de vie. Mais peu lui importait il voulait tuer, c'était son obsession. Il longeait donc la route, en riant comme un damné, pour une raison que lui seul connaissait. Enfin, non, même lui ne savait pas réellement pourquoi. Mais il riait, à gorge déployée, dément perdu au milieu d'un monde autre que le sien. Bien que son vrai monde soit l'intérieur même de sa tête. Il évoluait dans un labyrinthe fou, perdu, complètement inconcevable pour un esprit sain.

-L'échelle est en train de tomber, de tomber, de tomber, l'échelle est en train de tomber, de tomber, de tomber... Tout comme moi, elle tombe loin de moi, pour ne pas lui faire de mal, non, ce pauvre ne mérite pas d'être autant, il faudrait qu'il le soit moins. Après tout, nous ne serions pas là si nous n'y étions pas.

Elessar était encore parti dans un de ses délires malsains et pervertis par un esprit complètement aliéné. Soudain, alors que sa tête dodelinait comme si sa nuque était brisée, il vit ce qu'il cherchait depuis quelques heures déjà. Il s'arrêta, et regarda de ses yeux rouges injectés de sang la carriole avancer. En face, il y avait quatre cavaliers, devant la charette, et peut-être deux de chaque côté de cette dernière.

Apparemment, les cavaliers l'avaient aussi repéré, et deux commencèrent à s'approcher. Dans un nouveau rire dément, l'elfe noir commença à charger les cavaliers, la bardiche à la main. N'importe qui aurait compris l'intention meurtrière du drow. Apparemment, les deux cavaliers le comprirent aussi et dégainèrent leurs épées pour commencer à charger. Seulement, l'allonge de la bardiche était clairement un avantage dans ce combat.

Elessar se stoppa d'un coup, dressant devant lui sa bardiche et l'envoyer valser dans la gorge de l'un des chevaux, s'abaissant pour échapper au coup d'épée du second cavalier, qui descendit de son cheval. Le temps de retirer sa bardiche de la plaie sanguinolente du cheval, qui s'effondra en bloquant son cavalier, le second mercenaire était sur lui. Mais un coup à l'horizontale vint lui arracher quasiment complètement une jambe. La bardiche, bâtard entre la hache et la vouge était une arme de corps à corps remarquable, servant aussi bien contre un cavalier qu'un fantassin.

Sadiquement, le drow agita son arme dans la jambe de son adversaire qui hurlait de douleur, avant de la retirer, pour faucher l'un des bras de l'homme, qui s'effondra sur le sol, gémissant et hurlant de souffrance. C'était ça, qu'aimait l'aliéné, entendre souffrir. D'un geste magnanime, il envoya valser son pied bottée d'acier sur le visage de l'homme, manquant de lui arracher une partie de visage. Le laissant à ses souffrances, il s'avança vers le cavaliers bloquée par sa monture. Ce dernier dressait son épée comme un dernier rempart. Sa main fut tranchée.I

Son hurlement couvrit les gémissement de son ami, avant d'être stoppé net dans sa gorge, les trois griffes d'attaque accrochées à la main droite du drow lui arrachèrent le gosier, envoyant valser la pomme d'adam et quelques morceaux de chair.

La Journée commençait très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Orëh Irth'nal
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 63
Âge : 29
Date d'inscription : 05/08/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un petit massacre pour tromper l'ennui [Elessar]   Jeu 1 Juil 2010 - 17:29

Alors même que la question de l'action à prendre restait en suspend autant dans l'esprit du demi-drow que des soldats un nouvel intrus fit son apparition. Sans hésiter un moment Orëh le classifia comme Drow; sa façon de s'habiller, sa taille, sa musculature et surtout, sa façon de rire n'avaient absolument rien d'elfique ou d'humain.

Sans grande hésitation les deux soldats de l'avant se ruèrent vers le Drow, estimant sans doute qu'ils seraient plus qu'assez afin de s'occuper du démon. Voyant les deux autres rester inactif, Orëh décida de faire de même, curieux de savoir ce qu'allait faire le Drow. Lui en tout cas il sait comment faire une entrée. Pourquoi tu ne pourais pas faire la même chose que lui? Ignorant une fois de plus ce qu'il entendait, le demi-drow se servit de la carriole comme appuie et s'amusa à observer la bataille.

En quelques instants il réussit à désarçonner les mercenaires, en coinçant un sous son cheval et privant l'autre d'une jambe. C'est alors que le spectacle devint véritablement intéressent. En voyant le Drow agiter son arme dans la plaie béante de l'humain, Orëh sut que cet elfe noir avait en lui de bonnes qualités, malheureusement vue tellement rarement de ces jours-ci. Terminant de s'amuser avec le premier, il mit fin à la vie du deuxième en envoyant des morceaux de chairs en direction des deux autre cavalier, les faisant reculer de quelques pas.

Les deux semblaient maintenant hésiter sur la démarche à suivre, leurs regards allant du demi-drow se reposant contre la carriole s'amusant avec son saï jusqu'au monstre Drow qui venait de réduire, littéralement, en morceau deux de leurs compagnons. Après un court moment, les deux arrivèrent enfin à une décision, chacun d'eux prendrait un adversaire. Courageux... mais en grand manque d'intelligence. Acquiesçant à la remarque il se mit fin à son jeu avec son saï et tourna la tête vers une bosse dans la toile de la carriole. Il planta son saï à deux doigts de la tête du marchand toujours en vie afin de le torturer encore un peu plus; la peur faisait toujours des effets fantastique sur les arrogants et le riches. "N'oublie pas de bien serrer ton garrot, le sang est une chose précieuse, tâche de ne pas le perdre trop rapidement."

Le demi-drow aurait continuer son jeu encore bien longtemps mais le cavalier se rapprochait de lui et il lui fallait quand même se défendre. Il se retourna afin de faire face au cavalier. Un fois près de lui, venant toujours à la charge sur sa monture, l'assassin s'abaissa évitant la lame qui se dirigeait vers lui mais laissa en échange son javelot fiché dans le poitrail du cheval. Ce dernier ne fit que quelques pas de plus et s'effondra sans vie. Dommage, tu aurais pu être moins efficace avec cette créature, après tout certains humains n'arrivent pas à soutenir la vue d'un anima torturé. Évidemment que l'assassin connaissait ce détail, mais frapper un animal en pleine charge était déjà une chose compliquer, si il fallait en plus porter un coup qui se voulait mortel sans pour autant mettre immédiatement fin à sa vie, l'histoire devenait compliquée.

Attendant que l'humain se relève, il prit son unique saï en main et vit qu'il était toujours taché du sang de sa première victime. Il lécha le doux nectar de sa lame, bien que meilleure que celui des Drows il était loin d'égaler celui des elfes.

Quand enfin l'humain arriva près de lui, épée tirée et près au combat. À quelque pas de lui, l'humain chargea, pointe vers le demi-drow. Ce dernier roula à terre et évita la première passe tout en glissant son saï sur la cheville gauche du soldat. Loin de vouloir l'empêcher de combattre, l'assassin souhaitait voire le combat durer, peu à peu il imbiberais le soldat de colère sans qu'il réalise que peu à peu il perdait son sang. Le soldat se retourna et tenta d'un coup de taille de séparer la tête du demi-drow du reste de son corps. Cependant les gestes du mercenaires étaient lents et lourds, il n'avait jamais due faire un véritable entraînement à l'épée. En échange de cet attentat contre sa vie, Orëh planta son arme dans le rein droit de l'homme lui arrachant un grognement. Profitant du fait que ce dernier baissait sa garde un instant il se rua vers l'homme et lui entailla la joue avant de s'éloigner afin d'éviter la contre attaque qui suivrait. Tenant une légère distance entre les deux, le soldats ne cessa de regarder le demi-drow et sa petite arme. Un concert de rire éclata dans l'esprit d'Orëh Regardez-le, regardez le ce ridicule humain. Il est trop bête afin de comprendre que le combat est perdue d'avance. Comme si le mercenaire avait entendu les paroles prononcées dans l'esprit de demi-drow, il chargea de nouveau, lançant une nouvelle fois le jeu pour l'assassin.

Le combat continuait sous les cris du soldats aux mains du Drow et les grognement et cris de haine de celui s'attaquant au demi-drow. La nouvelle proie d'Orëh semblait enfin prendre conscience de son état et la peur l'envahit complétement. Il lança un regard vers le combat qui avait due prendre fin du côté du Drow, vu qu'aucuns sons ne ce faisait maintenant entendre et puis posa une nouvelle fois ses yeux couverts de sang s'écoulant de son front. Avec un cri plus animal qu'humain le mercenaire chargea l'assassin, espérant en finir une bonne fois pour toute avec celui qui ne finissait de lui porter que de blessures infimes mais brûlantes autant au corps qu'à l'esprit.

Sans bronché, Orëh attendit le guerrier et au dernier instant fit un pas de côté et coinça l'épée de l'homme entre les dents de son saï. En un mouvement simple il désarma l'homme et l'envoya au sol en envoyant son coude à la rencontre du nez de l'homme. L'assassin ramassa l'épée et la jeta sous la carriole, maintenant convaincu que l'homme qui se tordait au sol tenant son nez en sang était hors d'état de nuire, il se tourna vers le Drow tout en observant le travail qu'il avait fait.

"Bravo! Je n'avais encore jamais vue une façon si élégante et brutale de mettre fin à la vie d'un être." Orëh sentait toujours l'adrénaline couler dans ses veines, la joie et le bonheur qu'avait amener ce combat, et la promesses des instants futurs lui faisait oublier cette forêt répugnante. "Vue que je compte maintenant parmi les admirateurs de ton style je me permet de te faire un don. À ma droite ce trouve ce pauvre soldat, à ma gauche dans la carriole se trouve un brave marchant avec un trous dans sa main... avec un peu de chance il sera toujours en vie." Ayant entendue ces paroles, le marchant s'agita dans la carriole, prouvant bien qu'il était toujours en vie et tira ainsi par la même occasion un sourire au visage du demi-drow. Il aurait bien voulu s'occuper du marchant en personne mais n'aurait finalement rien contre continuer à s'amuser un peu avec le soldat qui se trouvait encore à une longue distance du royaume des esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit massacre pour tromper l'ennui [Elessar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit massacre pour tromper l'ennui [Elessar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2.2. Tromper l'ennui, phase 2.
» Recherche d'un MJ pour scénariser un petit truc sympa.
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "est"
» [Jour I] Pour faire partie du « petit noyau », du « petit groupe », du « petit clan » des Verdurin ...
» Petit LS pour Fiche de RP !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: