Partagez | 
 

 On the road again [PV Adria]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: On the road again [PV Adria]   Mar 24 Aoû - 23:51

Aaah, les ruines de Nisetia...
Crapahutant en territoire hostile depuis plusieurs semaines, le mercenaire drow qui faisait de ces excursions une passion avait finalement dirigé ses pas vers les célèbres ruines isolées dont on vantait la beauté, la dangerosité et, paraît-il, la richesse. Un endroit fréquenté par les fous, les aventuriers et les rêveurs qui nourrissaient l'espoir secret d'en découvrir les nombreux mystères irrésolus pour retourner chez eux les poches pleines d'or et de souvenirs - ou ne pas revenir du tout, dans la plupart des cas.

Mais Berg'inyon était un guerrier drow entraîné, rompu à l'art de la guerre et qui avait fait de la survie en zone dangereuse un véritable métier. Plutôt que de le décourager, l'idée de se retrouver dans un lieu où presque tout ce qui respirait voudrait sa peau ne faisait qu'exciter sa soif inextinguible et presque maladive de sensations fortes. Après tout, là où il y avait de quoi piller, il y avait de quoi être heureux, et ne dit-on pas que l'or guérit toutes les blessures ? A moins que ce ne soit l'amour, en fait, mais c'était dans ce cas beaucoup moins intéressant.

Comme le disait souvent Berg'inyon : si ça peut se piller, c'est bien !

Seulement, comme l'aventure ne faisait pas tout, il avait décidé (une fois sa besace remplie de trésors volés, cela s'entend) de s'en retourner vers des contrées un peu moins dangereuses, à savoir la forêt d'Aduram qui après les ruines pleines de monstres faisait office d'une joyeuse partie de campagne.

Voilà maintenant longtemps qu'il avait quitté le donjon de Nakor, et sa cheville était parfaitement rétablie. Il avait de nouveau disparu de la circulation sans un mot pour Adria, mais la sylvaine avait l'habitude, et puis son cadeau avait dû faire passer la pilule (si tant est qu'elle se soit attristée de sa soudaine disparition). Parfois, quand il s'allongeait sur une colline et écoutait chanter le vent, il pensait à elle et à la civilisation. Non pas que les contacts humains ne lui manquaient vraiment, mais voilà... Son bavardage aussi avait du bon. La solitude était agréable, mais il y avait quelque chose de rassurant dans le fait de savoir que quelque part, quelqu'un vous regretterait si l'une de vos expéditions devait mal se terminer.

- CLIC -

" Et merde... "


Alors qu'il marchait à travers les arbres, plongé dans ses pensées, il n'entendit pas immédiatement le déclic caractéristique du piège qui vient de se déclencher. Malheur à lui, à son assurance et à son entêtement ! A force de se croire invincible, il n'avait pas pensé à sonder le terrain sur lequel il s'avançait et voilà qu'une fosse pleine de piques acérées s'ouvrait brusquement sous ses pieds ! Déjà qu'il fallait être malchanceux pour tomber sur un piège de chasseur sans le faire exprès, mais là, c'était plus que de la malchance, c'était un dieu qui avait décidé sa mort !

Dans un réflexe salutaire, le drow saisit la première chose qui se trouva à sa portée et évita de peu la mort par empalement. Cramponné à la providentielle racine qui avait retenu sa chute, il était toutefois loin d'être tiré d'affaire ; sa prise se faisait de plus en plus glissante, cédant presque sous son poids, et il n'osait même pas bouger pour tenter d'en trouver une autre, tant il lui semblait que le moindre mouvement signerait sa perte.

Il attendit de longues minutes, immobiles, qui lui semblèrent des heures. Personne ne venait. Il tint jusqu'au moment où ses bras commencèrent à le faire souffrir, forcés de supporter à eux seuls tout le poids de son corps et de lutter contre la gravité qui exigeait son sacrifice de chair fraîche. La douleur enfla, se fit presque insupportable et il sentit qu'il allait lâcher. Mais il continuait de regarder le ciel que l'éclipse obscurcissait dans l'espoir que quelqu'un ne pointe son foutu nez dans les environ.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 25 Aoû - 11:53

L'éclipse avait réussi à faire tenir Adria en place à peine plus d'une semaine. La jeune fille détestait cette obscurité lourde qui l'enveloppait constamment. Seulement, rester terrée à Erac en attendant un changement était finalement contraire à tous ses principes et après quelques excursions jusqu'en plaine d'Atral, elle s'était rendue compte que, éclipse ou pas, il n'y avait pas de grands changements. La nature commençait certes à souffrir de ce manque de lumière, mais ce n'était pas encore flagrant. En tous cas, Olwë, lui, était toujours prêt à gambader et il ne tarda pas à entrainer sa petite maîtresse jusqu'à la forêt d'Aduram. Au moins, avec cette obscurité ambiante, ils risquaient moins de rencontrer des humains à la vue si peu développée. Les animaux semblaient calmés par la nuit qui durait et le silence était plus lourd, parfois un peu inquiétant. Mais qui disait animaux ne sommeil, disait moins de grosses bébêtes en quête d'un déjeuner.

Marchant entre les arbres, Adria chantonnait doucement comme à son habitude, réfléchissant à ses dernières leçons de magie. Elle aurait bien aimé maîtriser un tant soit peu ce qu'elle faisait, un jour, juste pour voir et arrêter de frôler régulièrement la catastrophe. Enfin, catastrophe ou pas, elle persévérait avec l'aide de Nakor avec lequel elle se sentait assez en confiance pour ne pas craindre ses bêtises. Finalement, elle pouvait estimer qu'elle progressait, non ?


Des craquements, plus loin, lui firent lever la tête, mais elle se calma bien vite : ce n'était qu'Olwë qui jouait à courir dans les feuilles, content de faire une sortie avec elle. Il ne tarda pas à revenir vers elle et elle se retrouva assise par terre à éviter les coups de langue. Le genre de jeu qu'elle ne risquait pas de faire au château d'Erac ! Ici, elle se moquait pas mal de ce qu'elle pouvait faire ou non et cela lui faisait le plus grand bien !


Puis Olwë repartit sur les traces d'elle ne savait quoi et elle décida de faire une petite pause pour s'entrainer un peu. En tailleur, les yeux fermés, elle se concentra un long moment en essayant de ne pas se laisser distraire. Ni par le vent qui faisait voleter ses cheveux et lui chatouillait le bout du nez ainsi, ni par le loup qui crapahutait avec assez peu de discrétion... Ni par le "Et merde..." qui troubla quelque peu la sérénité des lieux.

Adria ouvrit les yeux, se demandant si elle avait rêvé. L'exclamation venait de beaucoup plus loin. Qui que ce soit, elle n'était pas sûre d'avoir envie de savoir s'il s'agissait d'un humain râleur ou de quelqu'un d'autre. Elle s'apprêtait à reprendre la marche en sens inverse quand Olwë fila en direction du bruit. Mais qu'est-ce qui lui prenait à celui-là ? La jeune fille soupira et décida de l'attendre un peu. Quelques minutes passèrent avant que des aboiements autoritaires lui parviennent.

Adria prit sa course pour le rejoindre : que se passait-il ? Inutile de parler couramment le loup pour comprendre qu'il y avait urgence ! Ce fut ainsi qu'elle déboucha sur une scène intéressante : un Berg'inyon accroché à une racine au-dessus d'un piège pour le moins inquiétant.


D'abord trop surprise pour bouger et faire autre chose que le dévisager avec de grands yeux, elle se ressaisit bien vite et jeta un coup d'œil à la ronde, d'une part pour vérifier rapidement qu'il n'y avait pas un autre danger flagrant, d'autre part pour repérer une branche solide qui puisse faire l'affaire pour le tirer de là. Le seul ennui dans cette belle idée, c'était qu'elle doutait fortement avoir la force de l'aider et qu'elle ne pensait pas qu'un coup de vent magique l'expédiant à quelques mètres soit une idée digne de ce nom.

Il aurait été bien de trouver des lianes, une corde ou autre objet bien pratique pour arranger la situation. Mais Adria et Berg'inyon n'étaient pas des adeptes du coup de chance, juste de la rencontre miraculeuse qui cette fois avait des chances de tourner court.

" Je vais finir par croire que tu le fais exprès ! "

Ce furent les premiers mots que l'elfe trouva à dire alors qu'elle s'agenouillait près du piège et tendait la main. Non, comme ça, elle allait basculer la tête la première : un drow armuré et armé ! Comment pouvait-elle l'aider à remonter ?


Un peu de magie aurait été utile. Dans le genre souffle d'air qui porte tranquillement hors du trou, évidemment, pas du style boule de feu au fond pour le rôtir en prime ! Mais non, question coup de vent, elle risquait davantage de le projeter vers une mort rapide. Et tant qu'elle y pensait, son amulette... Elle l'enleva du tour de son cou, non sans une drôle de sensation magique au passage, et la passa à celui d'Olwë : pas envie que la bijou se déclenche de façon intempestive. Si le drow n'avait pas eu largement autre chose à faire, il aurait pu remarquer qu'Adria n'avait aucun autre médaillon autour du cou.


Bref, il ne restait pas beaucoup de solutions et la jeune fille finit par s'allonger de tout son long au bord du piège, afin d'éviter de basculer, pour tendre la main à Berg'inyon. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il allait réussir à la saisir et ensuite se trouver rapidement une autre prise. Et s'il l'entrainait ? Eh bien, tant pis, elle n'allait tout de même pas le regarder mourir sur de telles suppositions ?
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 25 Aoû - 19:41

Berg'inyon, le souffle coupé par l'effort qu'il devait fournir pour se maintenir en vie, mit quelques secondes avant de réaliser que les boucles blondes qui dansaient devant ses yeux appartenaient à Adria, penchée au-dessus du piège, qui essayait visiblement de lui dire quelque chose. Luttant pour reprendre son souffle, il se concentra pour fixer sa vision sur la jeune fille et non pas sur le précipice qui s'était ouvert sous ses pieds. Pour tomber à pic, ça, elle avait fait fort ! Mais il ne se sentait pour une fois pas en capacités de faire de l'esprit, entièrement préoccupé par une santé bien plus précieuse à ses yeux : la sienne. La main de la sylvaine lui paraissait bien plus loin qu'elle ne l'était réellement, et la saisir signifiait lâcher en partie la racine à laquelle il s'accrochait comme si ça vie en dépendait (ce qui était effectivement le cas). Comment savoir si cela ne suffirait pas à le faire glisser et à le précipiter au fond du gouffre ?

Malheureusement, le temps lui manquait pour faire une étude approfondie des risques et périls encourus. Il devait se décider maintenant, sans perdre de précieuses secondes supplémentaires ; sans quoi la question de savoir ce qui était dangereux ou pas pour sa santé risquait bien de ne plus avoir de raison d'être...

- Je l'ai !


D'un brusque mouvement du bassin, il s'était balancé et avait jeté sa main gauche vers celle, fine et blanche, d'Adria. Elle paraissait si frêle, si gracile qu'il avait l'impression que son poids la ferait basculer avec lui dans la fosse à tout moment. Par chance (et c'était bien la seule chance dont il pouvait se targuer à ce moment précis), la racine était plus solide qu'elle n'en avait l'air. Accroché d'une main à la jeune fille, de l'autre main à ce tronçon d'arbre providentiel, il était en position précaire mais plus dramatique. Sa situation s'était quelque peu améliorée.

Bien.

Maintenant qu'il pouvait se permettre de gaspiller quelques secondes à réfléchir, il prit le temps d'inspirer à fond et plongea son regard bleu dans celui de l'elfe blanche, notant au passage sa gorge nue.

" Bon sang ! Nakor devait lui avoir fait comprendre qu'il fallait qu'elle porte le collier sur elle à tout moment ! Quel intérêt, si c'est pour le laisser au fond de sa poche ! "

Il devait peser bien lourd, et peut-être même commençait-elle à avoir mal au bras. Dans peu de temps, elle serait aussi épuisée que lui, alors autant profiter du fait qu'elle était encore fraiche pour essayer de se tirer de ce mauvais pas...

- Ecoute... Commença-t-il en essayant d'adopter un ton dénué de toute nervosité. Je vais effectuer un mouvement de balancier, puis je lâcherai la racine pour m'accrocher à toi.

* Si j'y arrive *

- Quoi que je fasse, ne t'affole pas et ne change surtout pas de position, tu as saisi ?


En fait, c'était plutôt une question rhétorique. Avant qu'elle n'ait eu le temps de répondre, il avait commencé à balancer son corps de droite à gauche en usant de ses deux appuis - doucement, doucement, doucement - puis avait donné une violente impulsion vers la droite, lâchant sa prise sur la racine et profitant de l'élan qu'il s'était ainsi donné pour passer un bras autour des épaules de la sylvaine. Dans le même mouvement, il lança son pied vers le haut et réussit à lui faire atteindre le bord de la trappe.

* Pfouuu... C'était juste... *

Il lança un sourire mi-rassurant mi-bravache en direction d'Adria pour lui signifier que la situation était nettement meilleure.

- Comme ça, je peux transférer une partie de mon poids sur ma jambe et éviter de te faire basculer avec moi !

Avec un clin d'oeil, il ajouta :

- Une chance que je sois aussi souple, et que tes épaules soient aussi étroites ! Je peux t'attraper entièrement d'un seul bras...

Puis, une fois qu'il eu un peu récupéré ses forces, il se hissa hors de la fosse dont il était déjà sorti presque à moitié.

- Et voilà le travail !

Ca avait été juste, cette fois, vraiment juste. Il frémit en songeant à ce qui aurait pu arriver si Adria n'était pas passée par là au même moment, ou si c'était quelqu'un d'autre qu'elle qui l'avait trouvé dans cette inconfortable position. Il avait quelques remerciements à lui faire, d'ailleurs, et ce n'était même pas la première fois qu'elle contribuait grandement à lui sauver la vie...

Avant qu'elle n'ait eu le temps de lui poser des questions sur le pourquoi du comment de sa présence en une telle situation, il franchit à grands pas la distance qui les séparait. Elle le regarda arriver d'un oeil rond, pas assez rapide toutefois pour réagir avant lui, et il pouvait presque lire sur son front ses pensées : ça y est, encore un autre de ses baisers de bienvenue, ou de remerciement, ou de quoi que ce soit d'autre...

Il n'en fut rien. Pour une fois, le mercenaire se montra sage et, avant d'avoir eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait, Adria se sentit happée au creux d'une étreinte robuste mais néanmoins douce, pressée contre un torse qui résonnait d'un rythme cardiaque anormalement élevé. Le guerrier drow, attentif à ne pas lui faire mal, se nicha contre elle avec soulagement et enfouit son visage entre son épaule et son cou, au creux de ses boucles claires. Notablement plus grand et plus large d'épaules qu'elle, il semblait l'envelopper entièrement ; mais la douceur avec laquelle il se serrait contre elle n'était pas dans ses habitudes, pas plus que le tremblement presque imperceptible qui faisait frémir ses bras.

La bouche près de son oreille, il lui murmura :

- Pardon... Je... Si tu promets de ne pas te dégager tout de suite, je promets de ne pas essayer de t'embrasser. J'ai...

Il s'interrompit et parut chercher ses mots. Comment lui expliquer sans l'offenser qu'il avait juste besoin d'être contre elle, comme ça ?

- C'était juste, vraiment. J'ai terriblement besoin de me sentir vivant, et je crois que je ne te verrai plus jamais aussi belle que maintenant.

Puis, sans pouvoir se retenir, il plaisanta :

- Même si à l'avenir tu me resauve la vie, c'est toujours meilleur la première fois !
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Jeu 26 Aoû - 16:27

" Allez, Berg'inyon ! Attrape ma main ! Tu y es presque ! "

D'accord, elle n'en savait trop rien, mais Adria ne pouvait pas faire grand chose d'autre que l'encourager alors qu'elle voyait le drow hésiter.

" Je l'ai ! "


Euh, oui, merci, elle le sentait : il était en train de lui démettre gentiment l'épaule. Non, pas tout à fait, d'accord, mais le jeune fille serra les dents en essayant d'affermir sa prise au maximum. Ils échangèrent un regard et Berg'inyon put lire dans celui d'Adria un mélange de peur mal dissimulée et de détermination à ne pas lâcher. Elle voulait bien l'écouter, mais qu'il fasse vite, parce qu'elle avait l'impression de glisser imperceptiblement vers lui. A moins que ça ne soit son imagination ? Elle n'avait aucune envie de vérifier et se contenta d'un "dépêche-toi" quelque peu angoissé.

Elle allait lâcher et glisser. Elle le sentait. Ce n'était plus une question d'imagination, là... Fermant les yeux, Adria se cramponna en priant pour ne pas finir bêtement empalée au fond d'un trou à la suite du drow. Elle crut bien sa dernière heure arrivée lorsque Berg'inyon s'accrocha à ses épaules et elle fit encore un effort désespéré pour ne pas glisser.

" Comme ça, je peux transférer une partie de mon poids sur ma jambe et éviter de te faire basculer avec moi ! "

Ahah. Eheh. Adria rouvrit les yeux et eut un sourire crispé franchement incertain. Mais elle s'efforça de ne pas bouger, supportant le poids du mercenaire qui, heureusement, venait de s'amoindrir un peu.

" Une chance que je sois aussi souple, et que tes épaules soient aussi étroites ! Je peux t'attraper entièrement d'un seul bras... "


Une chance... Tu parles d'une chance ! Adria avait le cœur qui battait à cent à l'heure à l'idée d'être entrainée dans le trou. Certes, elle ne comptait pas lâcher Berg'inyon pour autant, elle n'avait pas davantage envie que lui termine de la sorte, mais elle était totalement terrorisée à l'idée qu'il bascule tout à coup et l'entraine. Elle s'efforça pourtant de garder un semblant de sourire ou du moins d'avoir l'air confiante quand à la suite des événements.

Puis, après un temps qui lui parut une éternité, il sortit enfin, la pression sur ses épaules se relâcha et Adria finit par se relever, légèrement tremblante. Elle le regardait d'un air un peu hébété lorsqu'il s'approcha d'elle et... la serra dans ses bras. D'abord interdite, elle finit pourtant par faire de même, sans trop savoir si c'était une bonne idée. Mais en même temps, elle avait eu tellement peur qu'elle n'était pas vraiment en état de se poser beaucoup de questions et se retrouver dans ses bras était plutôt… rassurant.

" Pardon... Je... Si tu promets de ne pas te dégager tout de suite, je promets de ne pas essayer de t'embrasser. J'ai... "

Que... quoi ? Adria ne bougea pas, ne sachant pas trop comment réagir. Un Berg'inyon dénué de cynisme, ce n'était pas tous les jours que ça arrivait et elle n'était pas habituée à tant de sensibilité venant de sa part. Oh, elle avait compris – ou décidé - depuis longtemps qu’il n’avait pas un mauvais fond, mais de là à lui faire gentiment un câlin parce qu’il avait eu peur ! Elle n’avait rien contre, mais trouvait cela particulièrement étrange... quoique pas désagréable.

" C'était juste, vraiment. J'ai terriblement besoin de me sentir vivant, et je crois que je ne te verrai plus jamais aussi belle que maintenant. "


La jeune fille lâcha un petit rire un peu nerveux mais resta blottie dans ses bras. Pour une fois, elle n'avait rien à répondre et semblait avoir perdu sa langue. C'était vrai que ça faisait du bien, elle ne pouvait pas le nier et ce, même si ce qu'il disait avait plutôt tendance à la faire rire qu’autre chose. Le contrecoup, sans doute qui faisait que, comme souvent, elle préférait prendre la situation à la rigolade plutôt que se mettre dans tous ses états. Mais elle avait beau vouloir donner le change, elle ne l’avait pas repoussé contrairement à ce à quoi il s’était attendu.

" Même si à l'avenir tu me resauves la vie, c'est toujours meilleur la première fois ! "


Il avait réussi à lui redonner le sourire. Elle resta là encore quelques secondes, le temps de se calmer tout à fait, puis elle se détacha légèrement pour le regarder en face et souffla :


" Et si on faisait en sorte qu’il n’y ait pas de prochaine fois où tu manques d’y rester, hein ? "


Inutile de prendre des mauvaises habitudes, même si ce coup-ci le hasard avait encore fait fort ! Se rendant compte qu’elle se trouvait encore dans ses bras, elle se recula tout à fait avant d'avoir eu le temps de rougir - enfin, elle l’espérait – et s’agenouilla près d’Olwë qui ne ratait pas une miette du spectacle.

" Merci grosse bête, tu sais qu’on te doit une fière chandelle ? "

Oh oui, il avait compris et il était tout content, comme en témoignaient ses aboiements à l’adresse de Berg’inyon. Quelque chose qui devait vouloir dire : "Eh copain ! Ce fut un plaisir ! Tu penseras à moi la prochaine fois que tu auras un petit quelque chose à manger ?" Un ventre à pattes avec une bonne mémoire : drow égal viande. Non, le loup n’était pas un monstre intéressé, mais il avait été sur une bonne piste avant de tomber sur Berg’inyon, alors ce n’était que justice. Adria sourit en lui ébouriffant les poils, récupéra son amulette et la repassa autour de son cou. Tiens, tant qu’elle y pensait…

Elle fronça les sourcils et se redressa. Elle avait l’air d’hésiter, sa bonne humeur quelque peu envolée. Enfin bon, il n’y avait pas de quoi, râler, ce n’était pas grave, elle s’en moquait, ça n’avait pas d’importance… Les mots finirent pourtant par lui échapper, comme d’habitude, elle avait du mal à passer quoi que ce soit sous silence. Et puis, son expression parlait pour elle :


" Tu aurais pu me dire au-revoir, non ? Au lieu de partir comme un voleur ! "


Ah ben si, il fallait croire que ça avait quand même plus d’importance qu’elle voulait bien le reconnaître. Non, elle n’avait pas digéré le fait que ce soit Nakor qui lui remette le médaillon pendant que Berg’inyon prenait la poudre d’escampette ! Elle lui en voulait de ce comportement, alors que pour une fois, il aurait eu tout le temps de lui dire qu'il repartait.

Elle regretta pourtant de suite ses mots et haussa les épaules pour tenter d'en atténuer la portée.

" Oh, après tout ce n’est rien… "

Non, bien-sûr que non. Quel intérêt de faire des grands adieux ? Elle s’en moquait. Voilà. Il allait et venait, ce n’était pas non plus comme si elle s’était attachée à lui, hein ? Bon. Voilà. Jouant avec l’attache de son aumônière pour éviter de vraiment le regarder en face, elle préféra changer de sujet :

" Merci pour le médaillon… "
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Sam 28 Aoû - 20:14

" Merci pour le médaillon… "

Ah. Finalement elle s'en était souvenue.

- Tu étais censée le porter, fit remarquer le drow avec une pointe de mauvaise humeur. Il faisait de son mieux pour paraître vexé, parce que peut-être qu'elle se sentirait coupable et le garderait toujours sur elle dorénavant.

Il était un peu embarrassé de s'être laissé aller comme ça quelques instants plus tôt, et il ne se le serait sans doute jamais permis en temps normal. Mais voilà, il ne se souvenait pas avoir été aussi proche de la mort, et surtout aussi impuissant à lui échapper ; il avait passé un moment interminable suspendu à cette foutue racine et se sentait aussi tendu et épuisé que si il avait couru tout un marathon, une meute de cogianth aux fesses ; en outre il commençait à bien la connaître, ce qui expliquait peut-être qu'il se soit un peu trop dévoilé qu'à l'ordinaire ; et puis elle lui avait paru réellement divinement belle en cet instant où il s'était retrouvé prêt à renoncer, suspendu à elle au-dessus du gouffre ; et puis...

Et puis merde. La prochaine fois, il éviterait de passer pour un idiot, voilà tout.

Il ne put retenir un sourire en l'entendant se plaindre de sa sempiternelle manière de lui fausser compagnie.

- Eh, ricana-t-il en haussant les épaules, tu devrais y être habituée... Tu sais que moi et les adieux déchirants, ça fait deux, et puis ce n'est pas parce que j'ai eu un petit moment de faiblesse à l'instant que ça va changer quoi que ce soit. En plus, je te signale que j'étais un drow en château ennemi ; moins de temps je restais et mieux ça valait !

Mais elle avait l'air d'y tenir vraiment, cette fois, et il pouvait nettement sentir la délicate nuance de reproche dans son attitude. Il était plutôt flatté de ce signe d'affection manifeste et curieusement heureux de savoir qu'une chose si simple et si bête ait pu la peiner, ce qui était l'impression qu'elle donnait présentement. La prochaine fois, qui sait ? Il se repentirait peut-être de ce manque d'égard en lui disant au revoir à sa manière...

S'asseyant près d'un arbre pour lui adosser, il lui lança un regard inquisiteur et indéfinissable.

- Je t'ai manqué, cette fois ? Demanda-t-il doucement. Plus que les autres fois, je veux dire.

Puis, s'apercevant soudain que ça question était un brin indiscrète, et ne voulant pas immédiatement la mettre dans l'embarras, il leva les mains en signe de paix avant de continuer avec un clin d'oeil, d'un ton mi-moqueur mi-affectueux :

- Tu m'as manquée, toi. Pour commencer, plus personne pour s'agiter et courir dans tout les sens dès le réveil, ça fait bizarre. Et puis une présence féminine n'est pas toujours désagréable, même la tienne. Sans vouloir t'offenser, bien entendu !

Il éclata de rire et envoya un petit sifflement joyeux en direction du loup.

- J'ai manqué de présence canine, aussi ! Il semblerait que comme ça, c'est plus ou moins grâce à toi que je me suis retrouvé tiré de ce pépin ? Moi qui croyais que les loups ne songeaient qu'à la bouffe...

Bien sûr qu'ils ne songeaient qu'à la bouffe. Mais qui dit travail dit récompense, et le drow se promit de rembourser son ami canin comme il se doit sitôt la soupe du soir sonnée. Après tout, le loup avait mérité bien plus que quelques mots de gratitude, surtout qu'on ne mange pas un "merci" !

Après avoir gratté Olwë derrière les oreilles, il reporta son attention sur Adria et l'invita d'un geste à venir s'asseoir à côté de lui. Peut-être était-ce pour s'amender, ou alors parce qu'il était dans un de ses bons jours, mais il se montrait plus prévenant qu'à l'habitude.

- Alors, commença-t-il en la taquinant sans méchanceté, quoi de neuf dans la vie de ma chère et tendre maîtresse ? Comment se passent tes cours de magie ? Je comprend que tu sois fâchée, un esclave n'est pas censé quitter sa propriétaire pour aller courir le monde sans lui demander son avis, mais voilà... Je me suis dit que maintenant que tu avais un beau drow pour toi toute seule, tu serais folle de le laisser partir !

Il secoua la tête avec un sourire signifiant que bien entendu, il ne faisait que blaguer, et en la regardant il se laissa sombrer dans une profonde rêverie. Cela faisait un long moment que le destin les avait "forcés" à se croiser, et leur rencontre dans le marais lui semblait si lointaine qu'il aurait été incapable de dire de quand exactement elle datait. Entre-temps, lui si solitaire et si revêche n'avait cessé de s'étonner de la rapidité avec laquelle il l'avait laissé s'immiscer dans son intimité, bien qu'il se rappelait avec un sourire leurs débuts parfois houleux. Il s'en sentait agréablement troublé, peut-être parce qu'il n'avait auparavant jamais laissé quiconque s'approcher suffisamment longtemps pour s'y attacher.

Mais il trouvait plus flatteur pour elle de se dire qu'elle avait réussi à se faire apprécier de lui - qui s'était longtemps cru incapable de jamais apprécier personne - non pas parce qu'il l'avait supporté assez longtemps pour ça, mais parce qu'elle était spéciale. Spécialement irritante, spécialement naïve, spécialement adorable... Il n'aurait pas trop su dire dans quel sens. Les trois à la fois, probablement, et bien autrement encore. Mais elle était spéciale à ses yeux, ce qui était son mot à lui pour dire précieuse. Et il sentait, ces derniers temps, que lui aussi était précieux pour elle, ce qui était un sentiment assez agréable, il fallait le reconnaître.

Comme une idée en amenait une autre, il se mit à songer à sa sécurité. Il y songeait souvent quand il la croisait, peut-être à cause de la guerre qui n'en finissait plus et de l'inquiétude bien dissimulée qu'il éprouvait en constatant qu'elle ne voulait pas renoncer à son entraînement à la magie. Non pas qu'il désapprouvait, au contraire ; mais il avait vu dans quel état pouvait la laisser un sort épuisant suite à leur aventure avec les drows, et il craignait qu'en développant ce pouvoir elle ne surestime légèrement ses forces et ne gagne que trop d'assurance. Elle était déjà assez naïve et inconséquente par nature, alors inutile de l'imaginer se balader toute seule en zone dangereuse en se disant " Ca va, j'ai ma magie, il ne peut rien m'arriver de mal..."

- Tu sais, je pensais à quelque chose depuis un moment... Commença-t-il prudemment.

Il fallait y aller sur des oeufs, qu'elle ne s'imagine pas qu'il voulait la protéger ou quoi, elle risquerait de refuser...

- C'est formidable ces histoires de magie, je ne critique pas, hein... Mais c'est aussi bon de se diversifier un peu. Je veux dire, je n'ai aucun talent là-dedans, et je serais incapable de lancer le moindre sort même si ma vie en dépendait, mais... Eh bien... Si je pouvais apprendre la magie - si j'en avais les capacités je veux dire, ce qui n'est évidemment pas le cas...

Il s'interrompit quelques secondes pour chercher la meilleure manière de la convaincre.

- Si je le pouvais, j'essayerais de l'apprendre, ne serait-ce que pour ma culture générale. Et je crois que toi, tu devrais... Pour ta culture générale...

Il se leva soudain et croisa les bras, l'air de dire " c'est que mon avis, tu en fais ce que tu veux, mais bon...", puis il termina d'une traite :

- Tu devrais apprendre à te servir d'une arme même si tu n'aimes pas ça. Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Dim 29 Aoû - 21:54

Adria leva les sourcils en voyant la réaction du drow à la mention du médaillon. Vexé ? Sa première réaction fut de lui avouer qu'il était dans son aumônière, mais après tout, la mauvaise humeur dont Berg'inyon osait faire preuve alors qu'il s'était lâchement enfui, lui fit plutôt remarquer :

" Tu me l'aurais dit toi même, le message serait peut-être mieux passé. "


Sauf qu'elle était incapable de râler - du moins pas aussi bien que lui - et que son ton était plus moqueur que réellement agacé. De toute manière, elle non plus n'aimait pas les adieux déchirants, comme il disait. Quel intérêt hein ? D'ailleurs, elle ne lui en voulait pas du tout d'être parti comme ça. Pas du tout. Elle s'en moquait. Quant au drow en château ennemi... S'il croyait qu'il allait lui faire avaler une excuse pareille ! Enfin quoi ! Protégé par l'illusion de Nakor et par le magicien lui-même, que risquait-il, au juste ? Enfin bon, elle avait dit qu'elle s'en moquait, oui ou non ? Bien-sûr que oui, alors inutile d'en faire tout un plat. Grand bien lui fasse s'il avait eu envie de quitter Erac au plus tôt !


" Je t'ai manqué, cette fois ? Plus que les autres fois, je veux dire. "

Adria se figea, ouvrit la bouche pour répondre et ne dit rien, préférant hausser les épaules. Tiens, il avait réussi à la faire taire. S'il lui avait manqué ? Inutile de réfléchir des heures pour qu'elle se rende compte que c'était le cas. Plus que les autres fois ? Elle avait décidé que non. Elle n'allait tout de même pas s'attacher à lui de plus en plus ! Sauf qu'elle n'était pas vraiment sûre de se tenir à ses bonnes résolutions. D'où une mine un peu embarrassée qui laissait penser qu'elle se demandait quoi répondre. Il dut se rendre compte que le sujet était un peu sensible et il s'empressa de continuer, lui tirant finalement un sourire réjoui.


" Moi... ça m'a manqué de n'entendre personne râler, menacer et trépigner en fond sonore, quand je m'agitais ! "

Dis comme ça... Oh oui, il lui avait manqué ! Se dire qu'il avait à nouveau disparu et qu'elle ne le reverrait peut-être jamais n'avait pas beaucoup aidé non plus. Après tout, quelle était la probabilité qu'il se croisent à nouveau par hasard ? Elle ne lui connaissait pas de lieux de vie fixe et il n'allait pas s'aventurer seul jusqu'à Erac. Alors, comme chaque fois qu'il disparaissait, elle se faisait une raison en supposant qu'ils ne se reverraient plus jamais et que cette idée la laissait indifférente. Donc non, il ne lui avait pas manqué. Pas du tout.

Olwë, lui ne semblait pas partager la même réserve et alla joyeusement coller un gros coup de langue bien baveuse au mercenaire.


" C'est lui qui m'a appelée, "
précisa Adria, contente de voir que ces deux là s'entendaient toujours aussi bien.

Elle alla finalement s'asseoir non loin de Berg'inyon et constata qu'elle avait dû déteindre un peu sur lui : devenait-il bavard ? Depuis quand parlait-il autant, se demanda-t-elle sans se rendre compte qu'il cherchait à en venir quelque part. Elle hocha la tête :

" Eh bien la magie... disons que je m'entraine beaucoup ! "

Pour être honnête, elle n'avait pas l'impression de faire des progrès exceptionnels. Mais après tout, elle avait toute sa vie devant elle, elle n'était pas pressée, quoique assez impatiente. Elle développa un peu, profitant du fait qu'il se taise un instant :

" Nakor continue à m'apprendre dès qu'il en a le temps et puis le reste du temps je me balade à droite et à gauche... j'avais un peu arrêté à cause de l'éclipse, je trouve ça trop étrange mais... ben finalement, je ne vais pas rester tout le temps enfermée, alors me voilà !
Elle leva les bras, genre "tadaaaa" et ajouta : Et toi ? "

Question intéressée, pas seulement curieuse. La jeune fille avait toujours eu l'habitude de demander aux gens de lui raconter leur vie, mais pour une fois, elle s'aperçut que la réponse lui importait. Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire durant tout ce temps ? Qu'est-ce qui avait été si passionnant pour qu'il quitte finalement Erac aussi vite - du moins trop vite à son goût ? L'envie de courir à travers la forêt ? Oh, ça, elle pouvait comprendre, après tout ! Elle était bien la première à étouffer en ville ! Hum... Elle comprenait même très bien qu'il n'ait eu aucune envie de trainer à Erac plus que nécessaire.

Mais il n'avait pas l'air prêt à raconter ses aventures des heures et il reprit la parole, l'air pensif.


" Tu sais, je pensais à quelque chose depuis un moment... "

Curieuse, Adria accrocha de suite :

" Ah ? Tu pensais à quoi ? "

Déjà qu'avec elle il n'était pas évident de placer un mot lorsqu'on parlait d'une traite, mais alors là, en hésitant...


" C'est formidable ces histoires de magie, je ne critique pas, hein... C'est vrai que c'est chouette ! Pourquoi tu voudrais critiquer ? T'aime pas ça ? Mais c'est aussi bon de se diversifier un peu. J'y compte bien, j'ai demandé à Nakor de m'apprendre à faire des illusions et puis... Je veux dire, je n'ai aucun talent là-dedans, et je serais incapable de lancer le moindre sort même si ma vie en dépendait, Ça tu n'en sais rien, je n'ai rien fait non plus durant des dizaines d'années avant d'essayer... mais... Eh bien... Si je pouvais apprendre la magie - si j'en avais les capacités je veux dire, ce qui n'est évidemment pas le cas... m'enfin tu n'écoutes rien ? Je te dis que tu n'en sais rien ! Tu veux pas essayer, d'ailleurs ? Si je le pouvais, j'essayerais de l'apprendre, ne serait-ce que pour ma culture générale. Je te montre, si tu veux ! Et je crois que toi, tu devrais... Pour ta culture générale... Ben j'en fais déjà ! "

Le fait qu'il se lève et continue à hésiter la calma tout de même et la fit taire, intriguée.


" A quoi tu penses, exactement ? "


Elle avait cru qu'il lui parlait de magie, mais apparemment pas, finalement. Elle se rendait compte à présent qu'il essayait d'en venir à une idée bien précise et se demandait de quoi il s'agissait.


" Tu devrais apprendre à te servir d'une arme même si tu n'aimes pas ça. Voilà. "

Adria ouvrit de grands yeux... et laissa échapper un petit rire. Oh, c'était ça, son idée ? c'était pour cela qu'il tournait ainsi autour du pot ? Elle trouvait cela clairement amusant, même si elle ne se moquait aucunement.

" Mais qui te dit que je n'aime pas ça ? "

C'était vrai, ça ! Il n'allait pas faire comme la plupart des gens et la prendre pour une pacifiste acharnée sous prétexte qu'elle ne portait pas une hache plus grande qu'elle à la ceinture ! Ayant soudain une idée, elle se leva et sortit de son aumônière son petit couteau de lancer magique. Elle ne s'en était plus jamais servi depuis la première fois qu'elle l'avait trouvé. C'était une arme qui paraissait parfaitement banale mais qui avait la particularité de ne jamais rater sa cible, où qu'elle soit. Seulement ça, Berg'inyon ne le savait pas. Adria prit donc le temps de choisir une cible suffisamment éloignée pour que sa démonstration puisse un tant soit peu être impressionnante et demanda mine de rien :


" Et qui te dit que je ne sais pas me servir d'une arme ? Tu vois la souche, là-bas ? "


Et pof, avant même qu'il ait répondu, elle envoya le couteau de lancer à travers la forêt avec une habileté déconcertante. Évidemment, il se planta là où elle l'avait décidé. Elle prit le temps d'aller le rechercher tranquillement et de revenir près du drow, avant de rompre le charme et d'avouer en riant :


" Eh, c'est encore de la magie, il atteindrait n'importe quoi, je n'y suis pour rien ! "


Ben oui, elle n'allait pas lui mentir, tout de même ! Elle reprit un petit peu plus sérieusement en le rangeant à nouveau :


" Par contre, je maintiens que je n'ai rien contre les armes. Je veux dire que...
elle désigna la dague qu'elle avait à la ceinture, celle-là, on m'en a fait cadeau après m'avoir donné un petit cours sur son maniement. "

Elle se souvenait de cette drôle de rencontre en forêt avec deux jeunes femmes qui voyageaient. Attaquées, elle s'était sentie démunie pour la première fois de sa vie et avait accepté la leçon avec grand plaisir. Mais depuis... Elle grimaça et secoua la tête, dépitée :


" J'avoue que j'ai tout oublié. Tu sais, je ne pense même pas à la prendre quand j'ai un souci... comme pour mon petit couteau de lancer d'ailleurs. "

Cela, il avait dû le remarquer. Quand elle se faisait agresser, elle paniquait purement et simplement. Elle avait bien dégainé sa dague face au cogianth, la première fois qu'ils s'étaient rencontrés, mais elle ne s'en était jamais réellement servi. Assez pitoyable, quand elle y pensait. Puis, parce qu'elle n'aimait pas s'appitoyer sur son sort, elle sourit à nouveau en s'exclamant :

" Tu m'apprends ? A me servir d'une arme ! Celle que tu veux ! "

Elle était véritablement enthousiaste. Après tout, c'était un mercenaire et il avait déjà fait ses preuves pour ce qui s'agissait de se défendre sans l'aide de la magie ! Certes, elle ne se faisait pas trop d'illusion sur les résultats qu'elle pourrait obtenir avec le physique qu'elle avait comparé à lui, mais elle avait envie d'essayer au moins pour le plaisir. Il devait bien avoir un petit peu de temps à lui accorder, non ? "Allez, quoi, deux minutes, promis, je ne te soulerai pas de paroles," semblait-elle dire implicitement.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Lun 30 Aoû - 20:02

Quand Adria éclata de rire, visiblement en train de se foutre royalement de sa gueule alors qu'il était persuadé que sa question allait soulever une véritable montée de bouclier pacifico-végétarienne, Berg'inyon ouvrit des yeux ronds comme des soucoupes et lâcha un "Humph !" retentissant, levant un sourcil pour bien montrer qu'il était offensé. Puis son indignation laissa rapidement place à de la stupéfaction pure et simple devant la petite "démonstration" bien innocente de la jeune elfe.

* Hein ?! Mais... Que... Non mais elle se FOUT de moi ?!*

Les yeux rivés sur le petit couteau planté dans une souche à une bonne centaine de mètres de là (exploit qu'il n'aurait lui-même probablement jamais réussi, en tout cas pas du premier coup), il la regarda récupérer son bien puis revenir vers lui, visiblement prise d'une furieuse envie de rire devant la tronche qu'il tirait, jusqu'à ce qu'elle daigne enfin à lui expliquer la chose.

- Non mais j'y crois pas ! Tempêta-t-il en levant un doigt vengeur dans sa direction. Espèce de... de... d'elfe ! Je savais qu'il y avait une arnaque !

Il croisa les bras, vexé comme un pou de s'être ainsi laissé ridiculiser (et elle avait oser rire, rire ! Rire de lui, en plus) avant de se souvenir qu'après tout, tant mieux si elle n'était pas fondamentalement opposée au maniement des armes. C'était là où il avait voulu en venir en tournant autour du pot comme il l'avait fait, alors on pouvait considérer l'objectif comme atteint. Même si elle riait.

- Bon, d'accord ! Concéda-t-il en retrouvant une partie de son sourire. Je me suis fait avoir cette fois. Mais ne crois pas que tu pourras me convaincre de tes inestimables talents de combattante aguerrie, parce que là c'est moi qui me fendrais les côtes !

" J'avoue que j'ai tout oublié. Tu sais, je ne
pense même pas à la prendre quand j'ai un souci... comme pour mon petit
couteau de lancer d'ailleurs. "

- Ouais, j'ai déjà remarqué... Répliqua le drow d'un ton mi-amusé mi-consterné. En cas de pépins, tu es une vraie calamité ambulante, que ce soit en ce qui concerne les armes, la magie ou le sang-froid... J'avoue que je me suis toujours demandé comment tu pouvais bien survivre sans moi, entre deux rencontres.

Cette dernière pique, c'était surtout pour se venger de sa précédente petite humiliation. Qu'elle ne se croit pas permise de se moquer de lui comme ça, hein ! Mais même s'il était vexé, Berg'inyon ne put s'empêcher de ré-ouvrir des yeux atterrés en entendant la question qui suivit.

- Te... Moi... Te quoi ?!

Puis, immédiatement, il éclata de rire.

Et dire qu'il avait lancé l'idée comme ça, espérant vaguement, à vrai dire, qu'elle demanderait au maître d'armes du château de lui donner une ou deux leçons sur le maniement d'une épée ! Déjà qu'il était persuadé qu'elle l'enverrais paître, alors de là à s'imaginer être d'office désigné comme professeur...
Quoique il fallait l'avouer, l'idée n'était pas sans suivre une certaine logique. Il avait été le premier à le lui suggérer, après tout, et il n'était pas le plus mauvais guerrier qu'on puisse trouver sur le marché (même si il restait certainement le pire professeur). Lui apprendre à se servir d'une arme ? Mais certainement ! Entre son légendaire manque de patience et la malhabilité inaltérable d'Adria, ils allaient faire des étincelles...

- Mais tu n'auras rien gratuitement, ma belle ! Tu me prends pour qui ? Ton vieux magicien gâteux ?

Il secoua la tête en riant et prit l'air rusé du profiteur qui compte bien tirer un maximum d'une situation à son avantage.

- On apprend pas à manier une épée en agitant un bâton une heure ou deux dans une forêt avec un drow, princesse. Si tu veux savoir te défendre - vraiment savoir te défendre - il va te falloir du temps... Des leçons régulières, sur une durée raisonnable, et en plus des exercices répétés chaque jour ! Et il faudra manger autre chose que des salades !

Mais l'idée commençait à lui plaire. Si finalement, elle reculait et refusait de prendre des leçons, tant pis pour elle ; mais si elle se montrait un minimum coopérative et faisait preuve de bonne volonté, eh bien...

- De toute façon,
insinua-t-il avec un sourire charmeur, qu'est-ce que tu as à perdre ? Ca te coûteras quelques efforts, et un minimum de concentration, mais une formation correcte vaut bien la peine de se donner un peu de mal ! Et saches que je refuses de te donner un ou deux cours bâclés avant de te lâcher dans la nature, car ce serait non seulement absurde mais aussi criminel de te faire croire que ça suffirait pour faire de toi une combattante correcte...

Après avoir bien clarifié ces quelques points de détails, qui ne souffraient d'aucune discussion en ce qui le concernait, il ajouta par soucis d'honnêteté :

- Et ne t'attends pas à ce que je fasse de toi une épéiste émérite. Je ne suis pas maître d'armes, je n'ai jamais reçu d'apprentissage pour ça, et ma manière de faire n'est pas des plus orthodoxes... Je peux juste te promettre de faire de mon mieux, et c'est pour ça que je ne te demanderais pas trop cher ! Si tu veux que je te donne des cours, apporte-moi juste des repas corrects et accepte de répondre à quelques questions personnelles, rien de bien méchant... Alors ?

Il la jaugeait du regard, essayant déjà d'estimer quelle genre d'arme pourrait lui convenir le mieux. Une épée, évidemment, mais pas un de ces modèles énormes et encombrants qu'on trouve dans les forges humaines ; il l'imaginait plutôt avec un genre de rapière ou de sabre fin, quelque chose de souple et de rapide. Quelque chose d'acéré, aussi.

En ce qui concernait les questions personnelles, eh bien... Ce n'était pas la première fois qu'elle le prenait de court en émettant une opinion complètement contraire à celle qu'il lui aurait prêté, ou en faisant quelque chose qui semblait totalement inhérent à sa nature de gentille petite elfe blanche douce et naïve, dont l'innocence n'était pas à refaire. Il s'apercevait donc avec une pointe de curiosité qu'elle se révélait parfois bine plus complexe qu'elle n'aurait voulu le montrer, et il avait envie de creuser un peu pour essayer de voir ce qu'il pourrait bien déterrer...
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mar 31 Aoû - 19:07

La réaction de Berg'inyon à sa petite démonstration amusa beaucoup la jeune fille qui n'était décidément pas décidée à ménager la susceptibilité du drow. Vexé ? Elle lui renvoya un grand sourire réjoui lorsqu'il la traita d'elfe.

" Et de quelle autre espèce aurais-tu voulu que je sois ? Je ne sais pas assez bien râler pour être drow ! "

Il renchérit en lui rappelant qu'elle était une calamité ambulante, mais elle mit de côté ses déboires avec la magie pour rétorquer, espiègle :


" Peut-être bien qu'il n'y a que toi pour nous entrainer dans des histoires pas possibles ? Je vis tranquillement, moi, le reste du temps ! "

Beau mensonge. Elle avait croisé un autre drow au début de la semaine et s'était fait agresser par un ivrogne quelques jours plus tôt. Elle se débrouillait très bien sans lui pour trouver des problèmes ! Mais il fallait reconnaitre qu'elle avait vécu une bonne majorité de ses mésaventures avec lui. D'ailleurs, histoire d'enfoncer le clou, elle ajouta, faussement accusatrice :


" Donc ce serait bien la moindre des choses qu'après m'avoir attiré tant d'ennuis, tu m'apprennes à me défendre ! "

Et toc. D'accord, elle se moquait encore de lui et s'amusait toujours autant de le surprendre. Mais enfin, qu'avait-il cru ? Qu'elle nierait l'utilité d'avoir une bonne épée face à un adversaire décidé à en découdre ? Ce n'est pas parce qu'on ne sait pas faire quelque chose qu'on en désapprouve la pratique. Quant au fait qu'il la prenait pour une gentille petite chose innocente, elle n'allait pas l'en blâmer, il était loin d'être le premier et puis ce n'était pas tout à faux sur certains aspects.

Lorsqu'il éclata de rire après s'être étonné qu'elle le lui demande à lui, elle fit de même, ajoutant :


" Bah oui, tiens ! Tu connais beaucoup de personnes, mis à part Nakor, qui me supporteraient suffisamment longtemps ? "


Elle était tout simplement incapable de suivre un enseignement rigide. Elle avait besoin de bouger, de poser des questions, de s'étonner et de reposer encore d'autres questions qui déviaient invariablement du sujet. Accepter sans broncher un maître déversant son savoir du haut de son piédestal était au-dessus de ses forces. Non pas qu'elle ne puisse pas faire preuve de sérieux ou de réflexion, mais il fallait qu'elle puisse s'exprimer au passage sans quoi elle partait en courant. Berg'inyon devait assez la connaitre pour s'en douter, à présent ?


" Mais tu n'auras rien gratuitement, ma belle ! Tu me prends pour qui ? Ton vieux magicien gâteux ? "

Adria haussa les épaules, pas impressionnée pour un sou. Il lui faisait régulièrement le coup de l'idée tordue surprise, il ne l'impressionnerait pas comme ça. Ou du moins, pas tant qu'il n'aurait rien dit ! Elle acquiesça donc en faisant tout de même remarquer avec une pointe d'ironie :

" Comme tu veux, mais je te rappelle que l'idée de base ne venait pas de moi ! "

Certes, elle y avait fortement contribué, mais... Pour être honnête, s'il voulait être payé, elle n'avait rien contre. Elle devait bien pouvoir gagner un peu d'argent pour le rémunérer, s'il se montrait raisonnable. Après tout, ça aurait été juste. Mais elle commençait à le connaitre suffisamment pour deviner qu'il avait sans doute une autre idée derrière la tête. Laquelle ? Elle sentait qu'elle n'allait pas tarder à le savoir et tomber encore des nues devant une demande pleine de malice.

" On apprend pas à manier une épée en agitant un bâton une heure ou deux dans une forêt avec un drow, princesse. Si tu veux savoir te défendre - vraiment savoir te défendre - il va te falloir du temps... Des leçons régulières, sur une durée raisonnable, et en plus des exercices répétés chaque jour ! Et il faudra manger autre chose que des salades ! "

De que... quoi ? Il y avait de drôle de mélanges, dans ses exigences ! D'accord, se dit-elle aussitôt, clarifions les choses avant qu'il ne parte dans de grands délires :

" Je sais qu'il faut travailler, j'ai compris, je suis patiente.
Elle sourit, se corrigeant rapidement, enfin non, pas patiente, c'est vrai, mais je sais m'accrocher si je veux un résultat. "

Ses leçons de magie en étaient la preuve. Elle se montrait assidue et attendait toujours le cours suivant avec impatience. Si si ! Même qu'elle était fière d'elle !

" Par contre...
elle grimaça, l'air dégouté, avant de reprendre avec véhémence : Laisse moi manger ce qui me plait, je ne vais pas me rendre malade avec de la viande, hein ! Je te rappelle qu'on a aussi de très bons guerriers chez les sylvains et aux dernières nouvelles ils ne se gavent pas tous de chair sanguinolente ! "

Elle croisa les bras, soudain plus sérieuse et conclut :


" Je ne plaisante pas. J'ai déjà essayé avec toi, je te rappelle : ça me rend malade. "


Or, on ne combat pas les gens en leur vomissant dessus ! Berg'inyon pouvait bien faire son intransigeant tant qu'il voulait, il était hors de question de manger un animal, quel qu'il soit. Après tout, si lui n'était peut-être pas un professeur patient dans l'âme, elle, elle n'était pas une élève appliquée par nature. Il était têtu, mais sans doute pas plus qu'elle. L'ennui, c'était qu'il ne l'était peut-être pas moins non plus...

En tous cas, il avait l'air drôlement concerné, tout à coup et elle hocha la tête en écoutant la suite. Une durée raisonnable et des exercices répétés chaque jour ? Elle se mordit la lèvre, partagé entre désolation et amusement :

" A mon avis, tu crois pas si bien dire... "


Oh oui, elle n'imaginait pas une seconde s'en sortir au bout de quelques heures. Il ne fallait pas se faire d'illusion : non seulement elle n'avait aucune technique, mais elle n'avait pas davantage d'agressivité à revendre.

Par contre, la suite lui fit ouvrit de grands yeux et pouffer de rire.


" Des repas ? "


Ce n'était pas tant l'idée de faire à manger qui la gênait, que le résultat de ce qu'elle cuisinerait...

" Toi, tu ne m'as jamais vu faire la cuisine, hein ? "


Non, pas qu'elle se souvienne... S'il voulait vraiment en passer par là, il allait falloir qu'il prodigue également quelques cours de cuisine, à moins d'être franchement masochiste.


" Tu sais... Je sais faire des trucs genre salade composée ou faire griller des machins... j'ai fait du pain quand j'étais petite je crois... je ne suis peut-être pas la pire des cuisinières, mais quand même... Et puis, tu ne manges pas vraiment ça, toi ! "

Elle le regardait vraiment comme s'il avait perdu l'esprit. Il n'allait pas aussi lui demander d'aller chasser le cogianth pour manger des côtelettes, si ? L'idée lui paraissait presque sur le même plan que lui faire la cuisine.
Elle imagina la scène avec stupeur, mais finit par acquiescer, quoique franchement hésitante :


" Enfin si tu veux... moi je veux bien, hein... Même aller jusqu'à te cuire de la viande si vraiment ça te fait plaisir... "


Elle avait envie de vomir rien que d'y penser et son expression le montrait assez clairement. Mais s'il y tenait, elle voulait bien le faire : après tout, c'était donnant donnant. Elle pouvait bien se forcer un peu. Ça en valait la peine, non ? Et il restait le sujet des questions personnelles.


" Et d'accord pour les questions personnelles. "

En admettant que ça ait le moindre intérêt, ce dont elle doutait fortement. En tous cas, elle n'avait pas hésité une seconde pour cette partie du contrat, estimant qu'elle n'avait rien à cacher. De toute manière, elle était plutôt du genre à raconter sa vie sans qu'on le lui demande, alors si ça pouvait lui faire plaisir, elle n'allait pas se priver !


Puis, estimant que finalement ils s'étaient mis d'accord, elle reprit avec enthousiasme :

" On commence quand ? "


Sous entendu : "tout de suite ? Ce serait bien tout de suite ! Allez quoi, tout de suite !" Difficile d'obtenir une élève paraissant plus motivée. La question était de savoir combien de temps ça allait durer, mais pour le moment, elle attendait, un sourire de curiosité flottant sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mar 31 Aoû - 21:27

Berg'inyon ouvrit de grands yeux en l'entendant parler de cuisine, preuve que décidément elle n'avait rien pigé du tout. Mon dieu non, encore heureux qu'il ne lui demande pas de cuisiner ! Il était suicidaire mais pas à ce point...

- Où est-ce que tu as vue que j'allais manger ta cuisine ? Lança-t-il en haussant les épaules, un sourire désabusé sur les lèvres. Je n'ai pas encore faim pour goûter ça, merci bien, et puis je n'ai pas quelques dizaines de kilos à perdre en mangeant de la salade. Non merci, je préfère m'abstenir...

Il roula des yeux, l'air de dire "Non mais qu'elle cruche, je vous jure..." et ajouta :

- C'était plus la cuisine du château que la tienne qui me faisait envie. On avait été traités comme des rois par le maître cuistot quand je logeais là-bas, et c'est bien la seule chose positive que j'ai retiré de cette réclusion forcée ! Ceci dit, même la meilleure cuisine au monde ne suffirait à me motiver pour passer à nouveau une semaine enfermée dans une chambre avec toi, pas dans ces conditions-là... Arrange-toi pour me ramener des bons plats cuisinés, de la viande, du pain, du vin et tout le reste ! Après tout, en tant qu'élève du vieux gâteux, ils devraient te manger dans la main, aux cuisines !

Une fois que ce point fut clairement explicité ( * Par tout les saints... Manger sa cuisine.... *), le mercenaire siffla pour attirer l'attention de sa nouvelle "élève", au cas où elle serait encore à rêvasser.

- D'abord, tu te débarrasses de ton amulette à la con et tu éloignes ton loup. Je n'ai aucune envie de me retrouver à moitié assommé ou sauvagement bouffé par une saleté de paillasson ambulant - oui le loup, c'est bien toi dont je parle - parce que je t'aurais sauté dessus à l'improviste. Ensuite, tu vas me chercher deux branches d'arbres ni trop grandes ni trop petites, et pas du bois mort ! On va commencer tout de suite, le temps que je réfléchisse au pourquoi du comment...

Pendant qu'elle s'exécutait ( * C'est bien, au moins elle a l'air motivée...*), il défit tout son attirail, enleva son armure, posa son sabre contre un tronc d'arbre et dessina un large cercle d'une dizaine de mètres de diamètre dans un endroit à peu près dégagé, où les branches et les buissons ne les gêneraient pas trop.

- Voilà ce qu'on va faire, lui lança-t-il tout en s'escrimant pour faire un rond à peu près convenable. Ce cercle, c'est notre terrain d'entraînement. La première chose que tu dois garder à l'esprit, c'est que tu ne sors pas du cercle, pigé ? Si jamais tu mets un pied dehors, non seulement je te botterai les fesses mais en plus, tu seras gênée par les arbres et tu ne tardera pas à te casser la figure. La prochaine fois, on trouvera un meilleur terrain d'entraînement, plus dégagé, mais en attendant on se contentera de ça...

Alors qu'elle revenait avec leurs épées improvisées, il lui jeta un long coup d'oeil inquisiteur avant de revenir vers ses sacoches. Empoignant la plus grosse, il farfouilla un moment dedans avant d'y tirer un petit paquet de tissus plié qui se révéla être un pantalon et une chemise de rechange. Trop grands pour elle, bien entendu, mais il faudrait bien qu'elle fasse avec pour cette fois...
Après une courte réflexion il retira sa ceinture qui ne lui était pas franchement indispensable.

- Enfile ça, dit-il en lui jetant le tout. Rien de pire qu'une robe quand on débute au combat. Rien ne dois pouvoir entraver tes mouvements ; si tu ne te sens pas à l'aise, n'hésite pas à mettre ma ceinture. Le principal, c'est que tu puisses bouger sans être gênée... Et ne te fais pas d'illusions : ce sera trop grand pour toi de toute façon.

Avec un clin d'oeil, il ajouta :

- Et puis, franchement, rien de plus sexy qu'une femme en pantalon ! Sans oublier qu'en combat, tout les coups vaches sont permis, et tu verras que c'est plus facile de filer des coups de pieds vicieux en ayant les jambes dégagées...
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 1 Sep - 19:09

" Où est-ce que tu as vu que j'allais manger ta cuisine ? "

Bah... quoi ? Que voulait-il manger d'autre, alors ? La cuisine du château ? Ahhh ! Mais... Adria restait sceptique face à une telle demande. Elle était peut-être la première à manquer parfois de discernement et elle était du genre à être totalement à côté de la plaque, comme elle venait d'en faire brillamment la démonstration, mais là...

" Tu sais, si je demande ça pour moi, personne n'y croira, et si de la viande disparait régulièrement, ça va finir par se savoir, et si je suis prise, ben pareil, on se demandera pour qui c'est... et si on découvre qu'un drow traine dans le coin... "

Elle ne donnait pas cher de sa peau si Erac apprenait une chose pareille ! Surtout qu'avec l'éclipse, tout un chacun cherchait à rejeter la faute sur le premier venu, les gens avaient les nerfs à fleur de peau. Inutile d'en rajouter ! En même temps, si elle se débrouillait bien... Elle réfléchit, ajouta finalement :


" Mais je suis sûre que si j'explique ça à Nakor, il accepterait de dire que c'est pour lui et me laisserait emporter ce que je veux... Après tout, il y a tellement de gâchis de cuisine avec les nobles, que ça ne devrait léser personne. "

Elle essayait de se convaincre que voler de la nourriture en cuisine n'était pas un mal. Ben... elle pouvait sûrement le faire, non ? Et puis, honnêtement, tout lui paraissait plus simple que cuisiner elle-même !


Puis Berg'inyon commença à donner ses directives et elle s'exécuta sans rechigner. L'amulette fut passée au cou d'Olwë qu'elle envoya faire un tour. Le loup sembla comprendre et partit rapidement dans les fourrés, mais il n'était pas sûr qu'il reste parti longtemps et Adria pensait comme le drow qu'il y avait de forte chances pour qu'il n'apprécie pas de les voir s'entrainer. Enfin, elle verrait bien quand Olwë reviendrait.

Ensuite, les branches. Le fait que ce ne soit pas du bois mort la gênait un peu. Blesser un arbre pour se distraire - oui, elle voyait ça comme une distraction, mais en même temps le monde entier la distrayait, alors ça ne voulait pas dire grand chose - lui déplaisait fortement. Elle resta un bon moment à se demander où trouver ces fameuses branches et finit par en désigner deux à Berg’inyon :

" Euh… là ! "

Ben oui, quoi ! Elle n’allait pas les arracher elle-même ! Elle n’en avait pas la force, et pas davantage de couteau pour ça. Enfin, au moins, question taille, elle espérait ne pas avoir fait de bêtise : elle s’était basée sur l’arme du drow. Sauf que ce dernier s’occupait d’autre chose et qu’elle aurait bien aimé ne pas commencer la leçon en reconnaissant qu’elle n’était même pas capable de ramener deux bouts de bois. Elle finit donc par dégager deux branches aux dimensions voulues, à coup de dague, laborieusement, de façon parfaitement maladroite mais toujours aussi motivée. Puis, après un coup d’œil désolé à l’arbuste qui avait fourni deux branches, elle se décida à aller voir ce que fabriquait Berg’inyon. Il traçait un cercle et elle ne put s'empêcher de lancer, légèrement moqueuse :

" Tu t'es mis au dessin, finalement ? Je t'ai fait peur avec mon magnifique lancer de couteau ? "


Seulement, plaisanterie ou pas, il allait bien falloir s'y mettre vraiment et elle finit donc par se retrouver, sa branche à la main – qu’elle tenait, disons-le clairement, avec autant de vaillance que s’il s’était agi d’un balai – devant le cercle tracé par son nouveau professeur. Étant donné qu’elle ne devait pas en sortir, elle commença donc par se mettre à l’intérieur pour écouter la suite. Jusque là, elle faisait preuve de toute l’attention dont elle était capable. Elle se demanda sérieusement ce qu’il allait encore inventer, étant donné la façon dont il la regardait. D’ailleurs, quand il revint avec des vêtements, elle en fut presque soulagée, jusqu’à ce qu’elle comprenne que c’était pour elle. Se changer ? Cela ne lui avait même pas effleuré l’esprit.

" C’est vraiment pour moi ? " demanda-t-elle, les yeux ronds.

Et pour qui d’autre ? Alors, avant qu’il ne se dise que décidément elle ne comprenait rien à rien, elle saisit les vêtements, lui tira la langue quand il prétendit que ce serait sexy - non mais franchement, des fois... - et alla les enfiler derrière un buisson. Elle abandonna sa robe et son aumônière, ne garda que sa ceinture. Inutile de prendre celle de Berg’inyon à laquelle il manquait de toute façon un trou pour l’ajuster à sa propre taille. C’était une sensation très bizarre, ce pantalon : ça faisait comme du tissu en trop qui frottait les jambes. Elle ne se souvenait pas en avoir jamais porté, mais décida que ce n’était pas si mal. A condition d’utiliser sa ceinture, effectivement, sans quoi, elle n’allait pas le garder longtemps sur elle ! Au moins, lui tenait : la chemise, elle, s’obstinait à glisser d’une épaule ou l’autre, quoiqu’elle fasse pour la réajuster. Pas grave, décida-t-elle finalement en retroussant les manches et revenant dans le cercle. Elle avait un peu l’impression d’être déguisée, mais pour ce qu’ils allaient faire, ça n’avait vraiment aucune importance.

Elle leva donc les bras avec un grand sourire pour montrer le changement :


" Tadaaa ! Bon, toi tu dois mettre ma robe, alors ! " s’exclama-t-elle pour le taquiner et aussi sans doute pour cacher un peu le fait qu’elle se sentait bizarre habillée différemment et prête à un nouvel exercice dans lequel elle n’escomptait pas vraiment exceller.

Bon. Pour faire bonne mesure, elle reprit son épée improvisée et attendit la suite. Elle se sentait empotée, comme ça. Autant elle n’était pas sensible à ce qu’on pouvait dire d’elle habituellement – le ridicule ne tue pas – autant elle s’aperçut que finalement, ce que pouvait penser Berg’inyon d’elle lui importait quand même. Enfin, maintenant qu’elle s’était lancée dans ce nouveau délire, il était hors de question de reculer. Et puis, elle avait vraiment envie d’essayer !


" Alors, par quoi on commence ? "
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 1 Sep - 20:19

Après s'être escrimée contre le malheureux arbre qu'elle avait décidé de dépouiller de ses plus belles branches, la jeune elfe retourna vers Berg'inyon pour découvrir sa nouvelle et inattendue tenue de combat qu'elle alla enfiler derrière un buisson avec un enthousiasme... heu... mitigé.
Quand elle reparut à nouveau, ses nouvelles frusques sur les épaules, le drow dut se faire violence pour ne pas éclater de rire à nouveau devant son look. Elle avait troqué la ceinture du mercenaire, de toute évidence trop grande, pour la sienne, ce qui suffisait tout juste à retenir son pantalon. La chemise , au contraire, était tellement large qu'elle ne cessait de glisser d'une épaule à l'autre, rajustée avec hâte par la sylvaine qui devait sans doute trouver ces atours bien peu commodes. Se mordant la lèvre pour réprimer son fou rire, Berg'inyon se demanda vaguement si la laisser en robe n'aurait pas été mieux, finalement. Mais il ne pouvait quand même pas lui demander de se re-changer, au risque de passer pour un professeur inconstant et incompétent ! Et puis, pour être honnête, il avait tout bonnement été incapable de résister à la vision d'une Adria en pantalon...

- Hrumm... Toussa-t-il en masquant de son mieux son sourire. Ca devrait aller pour le moment.

Comme elle remontait une énième fois le tissus de sa chemise pour cacher une épaule dénudée, il ne put s'empêcher d'ajouter :

- Et ne t'occupe pas de ça ! Le pire qui puisse t'arriver est que ta chemise me laisse apercevoir un bout de poitrine, ce qui ne manquerait pas de me déstabiliser suffisamment pour te donner une chance de m'atteindre...

Alors qu'elle se mettait en position - ou en tout cas dans une position qu'elle devait vaguement prendre pour celle de garde - il saisit à deux mains la seconde branche d'entraînement et se prépara à l'assaut.

" Alors, par quoi on commence ? "

Il avait déjà commencé, en fait, et Adria eut à peine le temps de terminer sa phrase qu'elle se retrouva les quatre fers en l'air, projetée hors du cercle par un coup violent à l'abdomen - pas assez violent pour la blesser, mais quand même largement suffisant pour lui couper le souffle et lui faire voir quelques chandelles. Berg'inyon, debout au-dessus d'elle, lui jeta un regard mi-amusé mi-apitoyé.

- J'espère que tu n'as pas peur des coups, lança-t-il sur le ton de la conversation, parce que tu risques d'en recevoir pas mal. Il est hors de question que je te fasse un traitement de faveur sous prétexte que tu es une novice ou une femme. La première chose à faire quand on veut se battre, c'est de s'endurcir un peu à la douleur ; un guerrier qui a peur des bleus est un guerrier médiocre et inepte au combat. La seconde, c'est d'améliorer sa condition physique, alors à partir de maintenant tu vas découvrir les joies des pompes et des abdos au réveil...

En voyant la tête qu'elle faisait, il éclata de rire et précisa :

- Cette dernière partie était une blague. Je n'ai aucune envie de te voir devenir une redoutable guerrière bodybuildée, et puis de toute façon tu n'as pas la constitution pour. Par contre, ce que tu vas pouvoir travailler, c'est ton endurance, ta souplesse et ta vitesse ; pour quelqu'un d'agile comme toi, la rapidité peut être un atout largement supérieur à la force physique.


Alors qu'elle se remettait tant bien que mal en position, il lui expliqua rapidement comme tenir son arme et quelle position de garde elle devait adopter.

- Le tout, c'est de ne pas quitter son adversaire des yeux. Tu n'as pas l'habitude, alors tu regarde le bout de ton épée, c'est normal... Mais c'est tes adversaires qu'il faut garder à l'oeil, pas ton arme ! L'escrime la plus simple constitue à planter le bout pointu dans à peu près n'importe quelle partie de l'anatomie de l'autre, alors ne t'inquiète pas de savoir si tes attaques ou tes parades sont "conventionnelles" ou non. Le principal, c'est qu'elles soient efficaces, pas jolies, et du moment que tu arrives à me toucher, je n'aurais rien à redire là-dessus.

La leçon continua, plus doucement cette fois. Il commença par lui montrer les mouvements les plus rudimentaires de l'escrime : la fente, l'attaque simple, la parade, l'esquive, la garde inversée, le changement de pied. Evidemment, jamais elle ne pourrait retenir tout ça en une seule séance ; mais le mieux qu'il puisse faire était de poser un tant soit peu les bases afin qu'elle ait l'impression de recevoir un cours structuré, ne serait-ce que pour l'aider psychologiquement. Il n'essayait plus de la frapper durement, mais il n'hésitait pas à la cingler d'incalculables touches dès qu'elle faisait un mouvement pour essayer de l'attaquer, ce qui arrivait invariablement. Il l'encourageait à renouveler ses tentatives loupées, car rien n'était plus difficile pour un débutant que d'oser attaquer franchement, surtout quand on était face à un épéiste expérimenté.

- Peu importe le nombre de fois où je te touche, lui lança-t-il au cours d'un assaut particulièrement féroce, alors qu'il l'acculait progressivement contre les bords du cercle. La meilleure défense, c'est l'attaque, alors arrête d'essayer d'éviter mes coups - parce que tu n'y arriveras pas de toute façon - et décide-toi à me flanquer un bon coup d'épée dans les reins !

Tout en parlant, il l'avait déséquilibré d'une poussée et fait basculer hors du cercle tête la première droit dans un buisson.

Alors qu'elle se relevait, il soupira et jeta un regard pensif sur la chemise qu'elle portait, immaculée. Voilà ce qui lui manquait !

- On arrête là pour aujourd'hui, décida-t-il soudain. Il me manque deux ou trois trucs qui feront que sans ça, je ne pourrais pas vraiment t'aider à progresser.

De toute évidence, se prendre une raclée pareille, même en sachant qu'elle était débutante et lui loin d'être inexpérimenté, cela avait de quoi rebuter les plus admirables motivations du monde... Mais il avait une petite idée de comment lui faire réaliser qu'elle n'avait pas été si mauvaise, elle non plus, et de lui fournir un objectif qu'elle pourrait garder à l'esprit même après une millionième tentative manquée.

- Ecoute. J'ai besoin que tu me ramènes quelque chose que tu trouveras au château, en plus des repas. De la craie, que tu voleras à je ne sais pas qui ou que tu peux réclamer à ton vieux magicien. Pas besoin de m'en ramener des tonnes, un morceau suffira ; et n'oublie pas de te trouver des vêtements à ta taille !

Lui s'occuperait de dénicher un nouveau terrain d'entraînement...
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Ven 3 Sep - 19:13

" Hrumm... Ca devrait aller pour le moment. "

Berg'inyon se moquait gentiment d'elle et Adria le dévisagea d'un air furieux... avant de se mettre à rire de bon cœur. Ah ! Elle ne lui en voulait même pas ! Ça partait d'une bonne idée, non ?

" Et ne t'occupe pas de ça ! Le pire qui puisse t'arriver est que ta chemise me laisse apercevoir un bout de poitrine, ce qui ne manquerait pas de me déstabiliser suffisamment pour te donner une chance de m'atteindre... "

Andouille ! songea-t-elle, partagée entre amusement et exaspération. Ça devait être censé lui donner vraiment envie d'attraper ce fichu bâton et de lui coller un coup sur le crâne, non ? En tout cas, si c'était le but, c'était réussi !

" N'en fais pas trop, ou après c'est moi qui t'apprends à te défendre avec la magie ! "


C'était vrai, quoi, il pouvait bien faire son malin étant donné qu'il maîtrisait la situation ! C'était trop facile ! Et pourtant... elle était toujours motivée ! Elle demanda même à commencer... et se retrouva au sol, le souffle coupé. Outch. Le coup avait été rude. Le drow avait peut-être fait attention, mais elle était loin d'être habituée à ce genre de choses et elle se mordit la lèvre pour ne pas laisser échapper un gémissement.

" J'espère que tu n'as pas peur des coups, parce que tu risques d'en recevoir pas mal. Il est hors de question que... "

Adria n'écoutait qu'à moitié. Elle se releva en se frottant l'estomac, sans faire de remarque. Il lui avait quand même fait mal et elle se demanda un instant si elle avait vraiment envie de subir ça. Puis elle repensa à toutes les fois où elle s'était trouvée en fâcheuse posture, dépendant d'Olwë ou d'autres personnes, à commencer par Berg'inyon lui-même. Elle s'était montrée plus d'une fois parfaitement inutile. Elle ne voulait pas continuer comme ça. Elle ne deviendrait sans doute pas une grande guerrière, mais elle aurait au moins essayé... Elle ferait son possible pour s'améliorer.
" ... et inepte au combat. La seconde, c'est d'améliorer sa condition physique, alors à partir de maintenant tu vas découvrir les joies des pompes et des abdos au réveil... "


Hein ? Quoi ? C'était quoi, ça ? Jamais entendu parler, et l'expression hébétée qu'elle renvoya tenait plus au fait qu'elle se demandait ce qu'il racontait qu'à la crainte d'être confrontée à ce genre de séance de torture.


Berg'inyon s'amusait toujours autant et il eut droit à un léger sourire un peu indécis. Travailler sa vitesse... d'accord... Elle espérait juste qu'il n'allait pas la précipiter au sol toutes les trente secondes avant même qu'elle ait compris quoi faire de sa branche. Ce fut le soulagement lorsqu'il lui expliqua comment se tenir. D'accord, elle se sentait toujours aussi empotée, mais au moins, elle avait l'impression d'apprendre quelque chose.

Elle s'appliqua donc à se tenir comme il fallait et s'efforça de ne pas loucher sr la pointe de son épée. Après, les mouvements... même elle, se rendait bien compte qu'elle mélangeait les pas et agissait de manière parfois totalement désordonnée. En même temps, elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour ne pas protester contre les coups qu'il lui mettait sans cesse alors qu'elle avait l'impression qu'elle même ne parviendrait jamais à le toucher. Mine de rien, elle commençait à avoir mal partout, et pas seulement à cause de lui : elle se fatiguait bien plus rapidement et petit à petit, la branche sembla peser plus lourd. Elle avait sans aucun doute beaucoup de vivacité, mais aucune endurance, elle n'avait pas assez de force pour ça.

" Peu importe le nombre de fois où je te touche. La meilleure défense, c'est l'attaque, alors arrête d'essayer d'éviter mes coups - parce que tu n'y arriveras pas de toute façon - et décide-toi à me flanquer un bon coup d'épée dans les reins ! "

C'était maintenant qu'il lui disait ça ? Alors qu'elle se demandait encore comment elle allait lever cette maudite branche pour se protéger ! A bout, il la fit basculer sans mal dans les buissons d'où elle se releva, un peu chancelante. Eh zut ! Elle refusait de demander grâce ! Elle préférait encore finir le nez par terre que réclamer une pause !

" On arrête là pour aujourd'hui. Il me manque deux ou trois trucs qui feront que sans ça, je ne pourrai pas vraiment t'aider à progresser.

Adria se laissa aussitôt tomber sur l'herbe, épuisée. Pas fatiguée comme lorsqu'elle avait utilisé un excès de magie, cela dit. C'était différent : là, elle avait mal partout comme si elle s'était fait piétiner... A vrai dire, c'était presque pareil : elle était loin d'être habituée à un tel traitement et tout son corps le lui rappelait douloureusement.

Elle s'allongea dans l'herbe, savourant la fin des hostilités, alors qu'il lui expliquait qu'il voulait aussi qu'elle lui apporte de la craie.


" D'accord,
acquiesça-t-elle, les yeux fermés. J'aime bien les pantalons, en tous cas, c'est pratique... "

Elle souriait, contente malgré tout. Après tout, ce n'était que la première leçon, elle ne s'était jamais attendue à des miracles... et elle était en un seul morceau ! Elle se frotta quand même les bras auxquels elle avait pris pas mal de coups. Et ses mains... n'en parlons pas. Il avait dit qu'il fallait souffrir, non ?


" Tu sais,
s'exclama-t-elle soudain en lui jetant un coup d'œil faussement sévère, la prochaine fois que Nakor propose de te soigner, je lui dis de te laisser en plan parce que ça te fait progresser en escrime... faut s'endurcir à la douleur ! "

***

Quelques leçons se déroulèrent tant bien que mal, Adria finit par se dire qu'elle s'améliorerait bien un jour... mais pas de sitôt. D'accord, Berg'inyon mettait tout en œuvre pour qu'elle voit ses progrès, mais Adria était de nature impatiente et tant qu'il n'y aurait pas de gros changements, elle continuerait à se sentir frustrée. Par contre, elle ne disait rien de tout cela au drow, se contentant de lui lancer des coups d'œil sous entendant " Profite, parce que, toi, un jour, je te louperai plus ! "

En attendant, il n'avait pas trop de souci à se faire et toute l'énergie qu'elle déployait lui permettait seulement de tenir le coup d'une leçon à l'autre. Elle arrivait d'un air décidé et repartait en trainant les pieds, elle qui habituellement ne tenait pas en place. En fait, se dépenser physiquement lui faisait le plus grand bien et elle s'aperçut qu'elle s'améliorait au passage quand il s'agissait de se concentrer pour pratiquer la magie. Bref, même si ne pas réussir à assommer une bonne fois pour toute l'agaçant Berg'inyon lui tapait souvent sur les nerfs, c'était aussi un sacré moteur pour aller de l'avant. Et puis, elle devait reconnaitre que si on oubliait les coups qu'elle recevait invariablement, elle s'amusait bien et elle avait adopté la tenue chemise/pantalon - à sa taille, cette fois ! - qui lui plaisait beaucoup pour courir partout, que ce soit durant les séances d'escrime ou non.

***

Seulement, un midi, ce ne fut pas le sourire aux lèvres qu'elle arriva, mais légèrement paniquée. Dès qu'elle vit berg'inyon, elle se précipita vers lui en jetant des coups d'œil en arrière, de l'air de celle qui espère s'être débarrassée de quelque chose.


" Tu as vu... ? "

Non, s'il était resté en forêt, il ne pouvait pas savoir de quoi elle parlait. Vu la tête qu'il faisait il n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait chez les humains.

" Il y a... les gens disent que c'est la déesse... il y a des drôles de lumières dans la plaine... j'ai vu de l'orage au loin... pas de l'orage normal... "

Elle parlait à toute vitesse en s'agitant et avait visiblement oublié le repas promis. Même si ce qu'elle décrivait n'avait pas l'air si terrible, elle avait l'air dans tous ses états. En fait, si elle avait pris le temps d'y réfléchir, elle se serait rendue compte que depuis son arrivée en forêt, l'inquiétude qu'elle avait ressentie se muait en véritable peur. C'était peut-être un peu excessif, car, mis à part un aspect un peu échevelé après la longue course qu'elle avait fait, elle allait parfaitement bien. Olwë aussi, d'ailleurs, car le loup se coucha tranquillement au pied d'un arbre comme si de rien était.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mar 7 Sep - 18:44

Berg'inyon fronça les sourcils en la voyant arriver un matin, l'air complètement échevelée et à la limite de la panique. Des lueurs dans la plaine, et alors ? De l'orage en cette saison ? Pas de quoi en faire tout un plat...

- Calme-toi, lança-t-il sèchement avant de s'apercevoir qu'il avait été un peu plus brusque qu'il ne l'aurait voulu. Habituellement, il ne lui parlait pas sur ce ton, en tout cas pas depuis longtemps, et le fait qu'elle soit un peu désorientée n'avait rien à voir là-dedans.

Quoique désorientée ne fut pas le terme tout à fait approprié pour décrire l'expression de terreur qui se peignait sur les traits de la jeune fille. C'était de l'orage, d'accord, mais de quoi avait-elle si peur ?

Il s'approcha doucement et lui effleura gentiment l'épaule pour qu'elle croise son regard.

- Tu as peur de l'orage ? Demanda-t-il doucement. Qu'est-ce qu'il a de spécial, cet orage ?

Mais il n'était pas sûr qu'elle puisse lui répondre, de toute façon. Essayant de discerner dans le ciel les fameuses lueurs, il soupira et reprit son épée de bois. Elle commençait à faire des progrès, même si il sentait qu'elle se décourageait un peu en ce moment, en partie parce qu'elle n'arrivait jamais à le toucher. De se dépenser physiquement avait l'air de lui faire du bien, et le meilleur remède contre la dépression ou l'angoisse restait un bon entraînement !

- Allez, on reprend, lança-t-il à son intention. Ne pense plus à cet orage et concentre-toi plutôt sur tes mouvements !

Pour lui redonner un peu le moral et lui montrer qu'elle avait progressé, la méthode de la craie était sans doute adaptée. Il avait évité de l'utiliser auparavant parce qu'elle manquait encore de technique, de toute façon, mais le moment était venu de la tester...

- Je sais que tu as l'impression que je te bats tout le temps, alors que toi, tu ne parviens même pas à m'effleurer. Je te fais reculer, trébucher, rouler dans les buissons... Et toi, tu ne me touches jamais...

Tout en parlant, il enleva sa chemise et se retrouva torse nu, frissonnant contre le vent qui s'était levé. Il espérait franchement qu'elle se soit un peu calmée, parce que sinon la leçon n'allait pas être de la tarte. Une craie dans la main, il s'approcha d'elle et haussa les épaules avec un sourire malicieux.

- Je vais te montrer que c'est faux...

Empoignant l'épée de bois que la jeune fille tenait, il en frotta l'extrémité avec la craie jusqu'à ce qu'elle devienne parfaitement blanche et s'en effleura le torse. Une fine trace pâle apparut à l'endroit où le bois blanchi était entré en contact avec sa peau. Lâchant l'épée, il effaça la trace et se recula de quelques pas.

- Alors aujourd'hui, la règle du jeu est simple : essaye de me toucher le plus grand nombre de fois possible ! Peu importe les moyens que tu pourras employer, seul le résultat compte ; à la fin, on comptera le nombre de traces et tu verras si oui ou non tu es si incapable de m'atteindre...

Sur ces mots, la leçon commença.

Berg'inyon fut le premier à s'élancer, frappant vigoureusement pour bien lui signifier qu'il ne lui ferait pas de cadeaux. Après tout, le mieux à faire pour atténuer son affolement et la faire revenir à un état d'esprit normal était de la distraire de ses pensées en l'attaquant si vite qu'elle ne pourrait rien faire d'autre que de songer à se défendre. Le combat devait l'obnubiler ; après tout, c'était presque mieux si elle était effrayée puisque cela lui permettrait également de se rendre compte de ses capacités et de son sang-froid en situation de crise. Il espérait juste qu'elle ne perdrait pas tout ses moyens, et la seule aide qu'il pouvait lui apporter était de lui prodiguer les meilleurs conseils possibles.

Ils firent plusieurs assauts, lui la frappant de plein fouet sans trop baisser sa garde, elle tentant de riposter. Quand ils se séparèrent, une mince ligne blanche zébrait le flanc gauche de Berg'inyon, qui lança un clin d'oeil à son opposante et claqua la langue.

- Pas mal, reconnut-il en baissant les yeux sur la petite trace blanche, preuve indiscutable que cette fois-ci, Adria l'avait bel et bien touché. Insuffisant, mais pas mal !

Il se remit en garde avant de donner le signal du second round. Ils échangèrent encore plusieurs passes d'armes, esquivèrent, parèrent, refusant de céder l'un à l'autre. A un moment où ils se retrouvèrent épée contre épée, leurs visages si proches qu'ils s'effleuraient presque, le drow sentit le sang battre à ses tempes et ses pensées se faire moins claires. Sans pouvoir dire exactement ce qui le déconcentrait ainsi, il secoua la tête et esquiva l'attaque suivante.

- C'est bien, murmura-t-il d'une voix qui lui paraissait venir de très loin. Continue, ne te.. ne te laisse pas... déconcentrer...

Bon sang, c'était lui qui se déconcentrait ! Ses propres mouvements lui paraissaient comme étranger, et il se focalisait plutôt sur la silhouette d'Adria, fléchissant son corps pour esquiver une attaque. Adria, qui bondissait en arrière tandis qu'il se fendait vers elle. Adria, qui lui paraissait plus dangereuse tout à coup, plus gracieuse, plus agile... Plus sensuelle.

Il secoua la tête et se mordit la langue en espérant que la douleur éclaircirait ses idées. Qu'est-ce qui lui prenait ? Quelques secondes plus tôt, tout allait bien, et voilà que maintenant, il... Il se laissait aller, lançait des attaques molles et sans aucune énergie, esquivait de plus en plus tard, la fixait comme s'il voulait la dévorer des yeux ! Son regard, au lieu de faire attention au bâton qu'elle maniait, suivait son buste, ses hanches, la courbe de ses jambes...

C'était décidément une très mauvaise idée, ce pantalon. Alors qu'ils se retrouvaient à nouveau épée contre épée, corps contre corps, il pencha doucement la tête pour effleurer la peau douce de son cou. Le coeur battant, il se figea sous le flot d'émotions délicieuses qui envahissait son esprit embrumé. Un frisson d'excitation parcourut sa colonne vertébrale et tandis que sa main gauche se détachait de l'épée pour effleurer ce corps si proche, il sentit le souffle de la jeune fille contre sa joue avant d'être repoussé en arrière, une seconde zébrure blanche barrant son torse.

C'était la seconde fois qu'il avait l'impression de perdre le contrôle de lui-même. La première, dû à l'amulette, avait été très différente ; sous le joug d'une volonté autre que la sienne, il avait détesté être manipulé comme une marionnette par quelque chose d'atroce et de pas naturel. Mais cette fois...

Cette fois, seules ses émotions étaient en cause. Il se sentait envahi, contrôlé, submergé par ces émotions, mais elles lui appartenaient bel et bien. Sans qu'il ne puisse dire comment ni pourquoi, son cerveau semblait avoir délaissé toute mesure pour s'abandonner à l'un des sentiments les plus irrésistibles : le désir. Même à présent que leurs corps s'étaient éloignés, qu'il ait eut quelques secondes de répit pour tenter de démêler ce qui se passait en lui, il ne pouvait s'empêcher de vouloir à nouveau s'approcher d'elle, coller son corps contre le sien. Passant un doigt sur son torse trempé de sueur, il le ramena plein de craie et resta un moment à le fixer, comme s'il ne se rendait pas compte qu'elle l'avait encore touché. Tout ce qui se passait lui paraissait venir de très loin, agitation confuse et inutile qui ne faisait que de l'empêcher d'accéder à ce dont il avait envie.

Il s'élança à nouveau, redoublant d'agilité au combat, feintant, parant, attaquant, ses yeux troublés de désir pour ces moments fugaces où ils se trouvaient l'un contre l'autre, jusqu'à ce que l'un d'eux brise l'étreinte et ne force son adversaire à reculer.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 8 Sep - 16:16

" Calme-toi. "

Ben voyons ! Il allait pas lui râler après, en plus !

" Je suis calme ! " rétorqua-t-elle, énervée, avec une expression qui démontrait sans mal le contraire.

Il ne lui avait peut-être pas parlé ainsi depuis longtemps, mais elle ne l’avait encore jamais rembarré de la sorte, ou du moins pas sans raison comme en cet instant. Elle se calma néanmoins quand il lui demanda en quoi il y avait lieu de s’inquiéter et elle haussa les épaules, agacée pour une obscure raison.


" Je n’ai pas peur de l’orage, d’habitude, c’est… je sais pas, c’est pas naturel, c’est tout. Et on dit que Néera est dans la plaine et que c’est lié. "

Tout ça l’avait simplement inquiétée, mais avait soudain pris des proportions étonnantes. Qu’est-ce que ça pouvait lui faire, en soi, que la déesse se promène en territoire humain ? Adria n’avait jamais été très pieuse, elle laissait volontiers les dieux de leur côté pour vivre sa vie tranquillement. Quant à la foudre qui tombait… eh bien, que cela soit devenu soudain un peu plus courant, n’était pas non plus un drame en soi. Surtout qu’ici, tout paraissait normal. Sa mauvaise humeur retomba aussi vite qu'elle était apparue.

" Me concentrer sur mes mouvements,
souffla-t-elle, désabusée, pour ce que ça change… "

Découragée ? Un peu oui. D’habitude elle le cachait soigneusement à Berg’inyon, mais là, elle avait besoin de dire un peu ce qu’elle avait sur le cœur.


" Je sais que tu as l'impression que je te bats tout le temps, alors que toi, tu ne parviens même pas à m'effleurer. Je te fais reculer, trébucher, rouler dans les buissons... Et toi, tu ne me touches jamais... "

Elle haussa les épaules, l’air réellement désolée :

" Ben oui, j’ai pas une chance avec toi ! "

Elle se donna une claque mentale : elle n’allait pas se mettre à pleurnicher, non plus ! Ce n’étaient que quelques leçons d’escrime, elle savait très bien qu’elle partait de loin ! Pourquoi fallait-il que tout-à-coup, elle s’en afflige comme si c’était dramatique ? Elle s’était toujours dit qu’elle finirait par progresser, il fallait juste y mettre le temps au lieu de se plaindre !

" Et… "


Elle se tut brusquement en voyant que le drow avait retiré sa chemise. Hum… elle disait quoi déjà ?


" Je vais te montrer que c'est faux... "


Mince, elle l'avait pourtant déjà vu torse nu, et même plus, elle ne se souvenait pas en avoir été troublée à ce point !

" Euh… "


Elle n’était pas en train de le détailler, là ? Peut-être bien que si, reconnut-elle en rougissant légèrement et en tenant de se concentrer à nouveau sur ce qu’il disait. Donc… quoi ? La craie… Ah, oui ! Elle reprit le fil des explications et hocha la tête, soudain enthousiaste. Il ne lui laissa pourtant pas le loisir de répondre car il attaquait déjà, la forçant à esquiver vivement.

Ah mais non ! Ça n’allait pas se passer comme ça ! Elle eut tôt fait d’oublier tout le reste et de se mettre à se battre avec une énergie nouvelle. En réalité, Berg’inyon pouvait se rendre compte qu’elle avait toujours plus ou moins retenu ses coups pour ne pas risquer de le blesser – oui, une épée en bois, c’est déjà une arme impressionnante pour une Adria amatrice de la fuite. Certes, cela avait été inconscient, mais à présent qu’elle se laissait aller, elle gagnait un peu en force et en rapidité.
Elle avait aussi trouvé à l’instant la hargne qui lui manquait jusqu’à présent. Un soupçon d’agressivité qu’elle avait toujours refoulé. Pour sa part, elle ne s’en rendait absolument pas compte, mais la différence se voyait aux coups qu’elle portait. Quant au sourire triomphant qu’elle lança après avoir touché le drow pour la première fois, cela changeait aussi !

" Pas mal ? C’est qu’un début ! "

Et toc ! Entendant sa réplique, elle se calma néanmoins un peu, légèrement surprise de l’énergie qu’elle mettait dans l’affrontement. Tout de même… elle se sentait survoltée, encore plus qu’à son habitude. Enfin, elle ne s’attarda pas sur le phénomène, se disant qu’après tout, cette nouvelle façon d’appréhender la leçon donnait de bons résultats.

Le combat reprit, Berg’inyon n’était pas décidé à lui faire de cadeaux. Elle non plus d’ailleurs, cela faisait trop de temps qu’elle avait l’impression de n’arriver à rien : elle se défoulait enfin, indifférentes aux coups qu’elle recevait en retour. Coups qui se firent soudain moins nombreux, à mesure que le drow paraissait… avoir la tête ailleurs ? Si habituellement, la jeune fille aurait cessé le combat pour demander si quelque chose n’allait pas, là elle en profita au contraire pour pousser plus loin ses attaques. Il avait bien dit que seul le résultat comptait !


Elle lui infligea une seconde trace de craie, alors qu’il avait baissé sa garde sans réelle raison. Ce fut à ce moment, qu’Adria se dit que peut-être quelque chose clochait vraiment et que la raison reprit le dessus. Elle le connaissait suffisamment, à présent, pour se rendre compte qu’il la regardait bizarrement. Elle finit par se reculer et baissa sa pseudo arme.


" Une pause ? "


Elle se sentait inquiète tout-à-coup. Non… elle avait peur. Encore ? Elle inspira à fond pour essayer de se calmer. Qu’est-ce qu’elle avait encore à s’affoler ? Cela commençait à faire beaucoup de sentiments en peu de temps. Passer ainsi de l’un à l’autre devenait épuisant. Elle eut un sourire un peu nerveux à l’adresse de Berg’inyon et ajouta :

" Je crois que je me suis un peu laissée emporter… mais je t’ai touché ! "


Ah tiens, retour de ce petit air supérieur qu’elle n’avait encore jamais affiché avant ce jour. Et… voilà qu’elle laissait encore glisser son regard sur le torse musclé du drow. Elle se donna à nouveau une claque mentale, se demandant ce qui lui prenait et s’assit sur une souche en retrouvant des idées un peu plus claires.

" Hem… ça va ? "

Il aurait pu lui retourner la question, tant elle se sentait l’esprit embrouillé par tout un tas de sentiments divers et variés. Et apparemment se défouler de la sorte n’arrangeait pas les choses, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 8 Sep - 19:24

Décidément, quelque chose ne tournait pas rond ici, et pas seulement dans son attitude. Depuis son arrivée sur leur lieu d'entraînement, essouflée et dans un état de terreur incompréhensible, elle ne cessait d'agir et de parler d'une manière qui lui était hautement inhabituelle.

Pour commencer, cette remarque mi-triomphante mi-insolente qu'elle lui avait lancé la première fois qu'elle avait réussi à le toucher de son épée de bois aurait dû lui mettre la puce à l'oreille. Déjà qu'elle était inhabituellement agressive, surtout pour un simple entraînement... Mais essayer de se faire mousser et lui lancer ce genre de regard ? Ah lui, en plus ? Non, vraiment, il fallait qu'il y ait quelque chose de bizarre dans sa tête !

" Je crois que je me suis un peu laissée emporter… mais je t’ai touché ! "

Et elle recommençait, en plus ! Irrité, il eut brusquement envie de la faire taire, avant de voir l'air un brin hautain qu'elle se donnait. Tiens, ça alors... Ca ne lui allait pas si mal, cet air dominateur qu'elle affichait ouvertement...

Il s'aperçut soudain avec stupéfaction qu'elle avait laissé glisser un long regard sur son torse dénudé, laissant apercevoir l'espace d'une seconde une étincelle au fond de ses prunelles d'habitude si innocentes. D'abord abasourdi, Berg'inyon se sentit immédiatement envahit par une agréable chaleur et respira profondément pour tenter de se calmer. C'était lui qui devait se faire des idées, d'ailleurs, elle détournait déjà le regard et allait s'asseoir sur une souche. Impossible qu'elle l'ait regardé de cette façon, comme si elle le désirait ; elle n'avait jamais joué à ce jeu-là avec lui, et ce n'était pas demain la veille qu'elle allait s'y mettre !

Mais ce regard qu'elle lui avait lancé... Il était encore imprimé dans sa tête, avec toute son intensité et ses discrets accents féminins indéfinissables. Qui pouvait dire ce que contenait ce regard ? Il ne s'y serait pas hasardé, en tout cas.

De toute évidence, il se passait quelque chose d'étrange ici (et étrange, dans la tête du drow, sonnait comme magique), quelque chose qui devait avoir un lien avec cette présence divine évoquée par la sylvaine. Il avait l'impression que ses sentiments les plus enfouis, exacerbés et révélés au grand jour, lui appartenaient sans lui appartenir. Impression déroutante, inexplicable... mais pas désagréable.

Il ressentait pleinement dans son corps les doux tourments d'un sentiment puissant et délicat, qu'il n'avait pas ressenti aussi intensément depuis des décennies. Un sentiment qui le brûlait et le glaçait à la fois, qui enivrait ses sens, embrumait son esprit et qui jouait de ses pensées comme un musicien expert aurait caressé les cordes de son luth. Quoi que cela soit, il ne voulait pas que ça s'arrête, car c'était trop agréable pour qu'il puisse y renoncer si facilement. Et puis, il se sentait toujours maître de ses actions malgré tout, et il avait envie de poursuivre ce délicieux jeu de cache-cache qu'ils avaient commencés tout les deux.

- Ca va, répondit-il en cessant de la dévisager si honteusement, reportant avec effort son attention sur la souche. Tu m'as touché, deux fois, mais ne crois pas que ça va me suffire. Si tu t'attends à des compliments, il faudra repasser !

Il s'approcha avec nonchalance de la souche où elle se tenait et se pencha sur elle, une lueur de défi au fond des yeux. Bientôt, il se fut approché assez près pour respirer son odeur et chuchoter à son oreille, frémissant d'excitation à l'idée d'affronter à nouveau une Adria déchainée :

- Hmm... Tu baisses déjà les bras ? Vu l'ardeur que tu mettais à me combattre, il y a quelques minutes à peine, cela me... surprend.

Après un silence, il reprit d'une voix qui laissait entendre un brin plus que l'imagination n'aurait dû permettre :

- C'est dommage... Il y a tant de choses que je pourrais t'apprendre...

Ses yeux se firent moqueurs, tandis que son attitude entière semblait vouloir lui murmurer avec un refrain entêtant : " Alors ? Tu vas venir jouer avec moi ou non ?"...
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Jeu 9 Sep - 19:52

Adria n'avait jamais eu beaucoup de mal à se contrôler. Elle jouait même une sorte de jeu permanent : celui de la gentille petite elfe qui voyait la vie en rose quoi qu'il arrive. C'était plus simple ainsi, plus facile de vivre la vie un peu chaotique qu'elle menait. Il était rare qu'elle attache de l'importance à quoi que ce soit, encore plus rare qu'elle se laisse aller à des sentiments comme la colère. Et puis, au fond, elle était vraiment gentille, alors tout cela ne lui allait pas si mal.

Sauf que depuis qu'elle était arrivée dans la clairière, elle ne cessait de se laisser emporter par chacun des sentiments qui l'animait. L'ennui, c'était qu'une fois tout confondu, elle avait l'impression de devenir folle et passait de l'un à l'autre sans pause... épuisant. Et Berg'inyon ne faisait rien pour l'aider, essayer d'éviter ses coups n'arrangeait pas la situation du tout.


" Ça va. Tu m'as touché, deux fois, mais ne crois pas que ça va me suffire. Si tu t'attends à des compliments, il faudra repasser ! "

Adria laissa échapper un petit rire moqueur et lui lança un regard narquois : c'était très amusant de le voir râler ainsi !


" Vexé ? "
demanda-t-elle avec un sourire faussement innocent.

Elle s'en moquait de ses compliments : elle l'avait bel et bien touché, il n'y avait pas à tergiverser là-dessus ! Et en même temps... eh bien, elle aurait aimé qu'il reconnaisse qu'elle s'en sortait mieux qu'avant ! C'était injuste de minimiser ses progrès ! Une nouvelle bouffée de colère, donc, jusqu'à ce qu'il s'approche d'elle et lui murmure quelques mots à l'oreille.


Si elle baissait les bras ? Hum... Hein ? A vrai dire, le sentir si proche d'elle lui faisait quelque peu oublier l'escrime... Elle le dévisagea un instant avec l'air de ne plus savoir où elle en était, alors que son cœur s'accélérait. Puis les mots arrivèrent jusqu'à son cerveau et elle bondit sur ses pieds, reprenant son épée et à nouveau provocante :

" Oh ! Je demande à voir ! Moi je proposais la pause pour toi, hein... Tu m'avais l'air fatigué, il y a deux minutes ! "


Oh oui, elle y allait ! Qu'est-ce qu'il croyait ? Elle allait lui montrer ! Se mettant en garde, elle se calma pourtant un instant en songeant qu'elle était drôlement survoltée par rapport à ses séances précédentes. Sans doute parce qu'elle avait eu sa dose de défaites et qu'à présent, elle voyait qu'elle pouvait y arriver. Sûrement, oui...

Ce fut elle qui attaqua la première, cette fois, bien décidée à renouveler ses "exploits" précédents. Finalement, elle n'avait pas trop mal retenu ce qu'il lui avait appris et en y allant aussi franchement, elle ne s'en sortait pas trop mal. Elle porta des coups plus francs, para, feinta... Sauf que la façon dont Berg'inyon la regardait avait le don de la troubler et de lui faire perdre ses moyens. L'énergie qu'elle avait mis en commençant ce nouvel assaut se dissipa un peu, à mesure qu'elle se préoccupait plus de savoir ce qui passait par la tête du drow qu'autre chose...

Puis elle se prit un coup un peu plus violent, qu'elle aurait dû être en mesure d'éviter et retomba les pieds sur terre. Ça n'allait pas se passer comme ça ! Elle allait les lui arracher, ses compliments, non mais ! Et même des félicitations ! Rien que ça ! Elle se faisait aussi toucher ? Qu'à cela ne tienne ! Elle le lui rendrait au centuple tôt ou tard ! Sauf qu'à ce rythme, dicté par son cerveau - un mélange d'orgueil tout neuf et d'envie d'impressionner qu'elle avait juste masqué jusque là - son corps, lui, ne suivait pas vraiment le mouvement, et elle finit par se retrouver par terre, le souffle court. Elle avait peut-être poussé un peu loin, là...


" Arrête... " lâcha-t-elle, épuisée, en essayant de retrouver son souffle.

Et vlan, la déception qui balaye tout sur son passage, lui faisant froncer les sourcils et monter les larmes aux yeux. Elle secoua la tête, surprise elle-même d'en arriver là pour si peu. Qu'est-ce qui lui prenait, enfin ? Ce n'était pas grave ! Elle se releva, jeta un coup d'œil hésitant à son épée en bois et souffla longuement pour se calmer. Puis elle ragea intérieurement en se retrouvant face à un Berg'inyon toujours torse nu : il allait la remettre sa chemise, oui ? Elle se sentait assez perturbée comme ça pour ne pas en rajouter ! Elle n'osa pourtant rien dire, énervée, et lâcha son bâton dans l'herbe dans un mouvement d'humeur qui ne lui ressemblait pas.

Il fallait qu'elle respire. Elle ne pouvait pas continuer comme ça, à s'emporter toute seule pour un rien.


" Je... "

La tension retombait un peu et elle eut un sourire indécis.


" Je sais pas ce que j'ai, aujourd'hui... "


Il lui aurait fallut une bonne douche froide. Histoire d'arrêter de vouloir le tuer tout en le regardant d'un peu trop près, de cesser d'avoir l'impression qu'il la regardait aussi bizarrement et de partir dans des accès de désespoir parce qu'elle n'arrivait pas à le toucher à tous les coups ! Tout ça était ingérable... Or, si elle en donnait facilement l'impression, la jeune fille était loin de se laisser aller à ses sentiments naturellement. Pas étonnant, étant donné la vitesse à laquelle elle passait de l'un à l'autre !
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Ven 10 Sep - 20:36

Bien qu'il ait tout fait pour la provoquer, Berg'inyon fut surpris de la vitesse à laquelle elle se relevait et se jetait sur lui, à nouveau pressée d'en découdre. Ils s'étaient déjà longuement battus, elle devait être couverte de bleus vu le nombre de fois qu'il l'avait touchée et en plus, elle en redemandait. Comment ça, c'était lui qui avait besoin d'une pause ? Non mais elle s'était vue ?! Elle était complètement stressée, dans un état nerveux à la limite de l'explosion, et elle lui envoyait des coups qui, si leurs armes n'avaient pas été en bois, n'auraient pas été destinés qu'à l'effleurer ! Et puis elle se défendait bien, sous ses faux airs de douceur...

Elle se débrouillait bien mieux que lors de leurs leçons précédentes, peut-être parce qu'elle se débarrassait progressivement d'un certain nombre de peurs inhibitrices qui freinaient sa progression, à moins que ce ne soit plutôt parce que sa fierté piquée au vif lui ordonnait de se défendre, quitte à puiser dans ses ultimes ressources. Etrange, car le style "orgueil démesuré" n'était pas dans son caractère, mais après tout ils ne semblaient pas tout à fait eux-mêmes aujourd'hui. Ils se battirent encore longtemps, et Adria sembla tout le long du combat légèrement déconcentrée par quelque chose. Finalement, le drow lui envoya un coup plus violent que les autres et, alors qu'il s'attendait à ce qu'elle esquive, elle se le prit de plein fouet. Chancelante, elle recula et il faillit se précipiter pour la rattraper, persuadé qu'elle allait s'évanouir.

Ce ne fut pas le cas. Elle resta debout un instant malgré le choc, mais la douleur et la fatigue accumulée semblèrent brusquement réclamer leur dû. En moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "ouf", elle était assise dans l'herbe, visiblement incapable de continuer. Elle se releva tout de même, sûrement plus par fierté qu'autre chose, ses grands yeux d'habitude si calmes et doux fixés sur lui avec colère. Finalement, elle reprit son souffle et lui adressa un bref sourire, mais il devina derrière son air insouciant qu'elle avait poussé un peu loin ses limites.

- Ne bouge pas...

Il s'approcha d'elle avec précaution, comme si il s'attendait vaguement à ce qu'elle fuie ou à ce qu'elle lui saute à nouveau dessus, épée au poing. Après l'avoir contournée, il se plaça face à son dos et posa ses deux mains sur les épaules fragiles. Elles tressaillaient doucement. Il l'encercla de ses bras pour atteindre sa gorge et défit le premier bouton de son chemisier, écartant doucement le tissus sur ses épaules pour dévoiler une peau blanche couleur de nacre, autrefois immaculée, mais à présent couverte de bleus et de meurtrissures laissées par les innombrables coups qu'elle avait reçu. En les fixant, Berg'inyon se fit l'impression d'une brute.

Délaissant les épaules pâles, il insinua ses mains sous la chemise de la jeune fille et lui palpa le ventre, puis les remonta au-dessus des hanches, encore des endroits où il l'avait régulièrement atteinte. Elle tressaillait quand il caressait une zone sensible, ce qui arrivait un peu trop souvent à son goût. Sans devoir la déshabiller, il devina qu'elle devait aussi cacher de nombreux bleus à ces endroits-là.

Voilà ce qui arrivait quand il se laissait aller. Car oui, c'était entièrement de sa faute ; c'était lui le professeur, c'était à lui de retenir ses coups. Il lui avait pourtant semblé se maîtriser, mais voilà qu'en fait il l'avait frappée si fort qu'elle en gardait des marques ! Et pas des petits bleus de rien du tout visiblement, pas étonnant qu'elle se sente tellement à bout de force ! Une vague de culpabilité l'inonda quand il songea à combien elle devait avoir mal, et il se sentit affreusement gêné à l'idée d'en être la cause. Quel imbécile il avait été !

Son coeur tambourinait dans sa poitrine, sans doute parce qu'en réfléchissant il avait inconsciemment gardé ses mains contre le corps de la jeune elfe. Il les y retira avec un regret évident, et les ramena sur les épaules dénudées et couvertes de blessures. Une grande inspiration lui fut nécessaire pour se calmer, et il parvint difficilement à retrouver la sérénité nécessaire à se vider l'esprit avant de commencer son massage. Un bon état d'esprit était aussi essentiel au masseur que les gestes qu'il faisait, car il devait pouvoir instiller ses propres émotions, son propre calme, à la personne qui recevait le massage. Berg'inyon - qui était un excellent masseur, rappelez-vous - le savait bien ; il ne manquait plus qu'il ne l'affole avec des gestes tremblants et mal assurés ! Ainsi, il attendit d'avoir retrouvé un esprit paisible avant de commencer.

Les doigts fermement appuyés sur la peau, il souleva ses paumes et les positionna sur les zones les plus sensibles, avant d'effectuer un lent mouvement de rotation progressif, comme s'il voulait réveiller la douleur et la saisir toute entière entre ses mains. Il effleura ses épaules, ses omoplates, descendit en un long mouvement le long de la colonne vertébrale, esquissant des caresses du bout des doigts, massant de se paumes ouvertes puis accentuant le mouvement avec la tranche de la main, jusqu'à ce qu'il sente les muscles de son dos se détendre au creux de ses mains. D'un détachement à peine croyable, il ne frémit même pas en descendant ses mains le long du tissus pour atteindre le ventre, ni lorsque il posa une main à la fois douce et ferme sur la gorge d'Adria, l'invitant à se laisser aller en arrière pour reposer son dos contre le torse droit et solide. Il ferma les yeux, entièrement concentré sur l'extrémité de ses doigts, envahi d'un calme à la limite du surnaturel. Le vent siffla à ses oreilles, il entendit soudain distinctement chaque bruit de la forêt sous le Voile et un bonheur paisible l'inonda. Son massage se poursuivit, ses mains prodiguant d'implacables effleurements aussi doux que précautionneux, précis et sensibles.

Quand il immobilisa finalement ses mains sur le nombril de la sylvaine, les muscles également endoloris, ce fut lui qui se sentit épuisé par une telle attention.

- Ton chemisier ne me facilites pas vraiment la tâche, fit-il observer avec détachement. Mais tu apprécieras le fait que je ne t'ai pas demandé de l'enlever, j'espère.

La fatigue commençait à se faire sentir, mais il décida de l'ignorer et proposa d'une voix murmurante :

- Si tu veux bien t'allonger, je te masserai les jambes, aussi.

Il ne le dit pas, mais un "C'est le moins que je puisse faire, après tout ça..." était sous-entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Sam 11 Sep - 18:32

Adria se sentait complètement vidée, à la fois physiquement et mentalement. C'était bien la première fois qu'elle se sentait dans un tel état : même après avoir abusé de la magie, elle gardait au moins un moral à toute épreuve. Là, elle n'avait plus qu'une seule envie : ne plus bouger et se calmer. Elle avait puisé dans ses réserves sans même s'en rendre compte, pour une raison qu'elle ne s'expliquait pas. Elle s'était laissée complètement emporter...

" Ne bouge pas... "

Oh, elle ne comptait pas partir en courant ou dans un combat effréné, si c'était ce qu'il craignait : elle se contenta de s'asseoir - presque de se laisser tomber, à vrai dire - au sol.

" Je crois que j'ai eu ma dose pour aujourd'hui... "
avoua-t-elle, un peu sonnée.

Elle eut un léger sursaut quand il posa ses mains sur ses épaules et lui jeta un coup d'œil interrogateur lorsqu'il entreprit de défaire un bouton de son chemisier.


" Ça va... " murmura-t-elle en voyant son expression inquiète, ou coupable, elle n'en savait trop rien.

D'accord, elle était couverte de bleus, mais c'était le prix à payer pour s'améliorer, non ? Elle le laissa tout de même continuer, n'ayant pas la moindre envie de l'envoyer promener. Elle se rendait compte qu'elle avait réellement mal partout, à mesure que Berg'inyon faisait glisser ses mains sur sa peau, mais elle le laissait faire sans rien dire. Elle était pourtant un peu tendue, absolument pas habituée à ce qu'on s'occupe d'elle de la sorte. Il avait été le seul à essayer de la masser, une fois, et elle l'avait très mal pris, pour autant qu'elle s'en souvenait. Pas là : elle rendait les armes, exténuée.

Elle mit tout de même un bon moment à se détendre et se laisser vraiment aller contre lui. Obtenir une Adria qui gardait les yeux fermés en respirant calmement était en soi un exploit, même si cela avait pris beaucoup de temps. Certes, elle ne se taisait pas vraiment, fredonnant une légère mélodie et elle sentait toujours ses bleus ici et là, mais elle était aussi très bien ainsi, appuyée contre Berg'inyon, entourée de sa chaleur réconfortante.


Elle regretta lorsque ses mains s'immobilisèrent finalement et eut un petit sourire à sa remarque :

" Humhum... j'apprécie... "

Elle avait gardé les yeux fermés, sans faire mine de bouger, se trouvant installée confortablement. Elle secoua pourtant légèrement la tête lorsqu'il lui proposa de lui masser aussi les jambes :


" Non... je n'ai plus envie de bouger, je suis bien là... je crois même que je me suis jamais sentie aussi bien... "
ajouta-t-elle spontanément.

C'était entièrement vrai. Elle avait toujours passé son temps à courir dans tous les sens, à s'agiter, et ce, depuis des dizaines d'années et aussi loin qu'elle s'en souvenait. Prendre le temps d'essayer de se détendre et y parvenir lui faisait un bien fou et pour cela, elle ne pouvait que remercier Berg'inyon. Finalement, se laisser porter par ses sentiments était usant lorsqu'il s'agissait de colère, mais là, elle était juste heureuse de rester dans ses bras sans bouger. Pour une fois, elle avait fini par se taire, savourant juste l'instant.

En temps normal, même en admettant qu'elle se soit autant détendue, elle aurait ensuite reprit ses distances assez vite, incapable de rester en place aussi longtemps. Là, elle se contenta de reprendre finalement la parole en souriant :

" Si j'avais su à quoi ressemblait les fins de séances mouvementées, j'aurais accepté de recevoir plus de coups aux séances précédentes... "


C'était de l'humour, évidemment, mais aussi une façon de reconnaitre qu'elle avait apprécié le massage et de le remercier. A ce propos...

" Désolée... avec tout ça, j'ai oublié le panier repas. "

Décidément, elle se sentait vraiment bien : apaisée, comme sur un petit nuage. Un peu embêtée pour cette histoire de nourriture mais pour le moment plus grand chose ne lui paraissait avoir d'importance.

" Il te reste les questions, cela dit, même si je ne vois pas trop ce que tu voudrais savoir... "

Elle estimait n'avoir rien à raconter de bien passionnant, mais bon... Finalement, c'étaient sans doute ces dernières années qui avaient présenté le plus d'intérêt, que ce soit sa rencontre avec Berg'inyon ou ses leçons de magie qui progressaient enfin.


Dernière édition par Adria le Dim 12 Sep - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Sam 11 Sep - 20:46

D'abord tendue, Adria tenta de résister au massage que le mercenaire lui prodiguait avant de se laisser finalement aller contre lui, gagnée par un sentiment de calme et de douceur bienfaisante. Il la sentit se décontracter contre son torse, fermant les yeux pour apprécier l'instant, signe que le massage était une réussite. Elle respirait lentement, sa tête penchée en arrière contre l'épaule du drow, et il eut presque l'impression que, quand il immobilisa ses mains, elle aurait préféré qu'il continue.

Elle avait aimé, en tout cas. A vrai dire, lui aussi se sentait inondé de sérénité, à tel point qu'il se demandait comment cela pouvait être possible. Cette sérénité immense avait chassé tout autre sentiment, et le regard qu'il posait sur elle était presque aussi innocent que celui qu'elle posait habituellement sur lui.

" Si jamais su à quoi ressemblait les fins deséances mouvementées, j'aurais accepté de recevoir plus de coups auxséances précédentes... "

La plaisanterie le fit sourire, bien qu'il se sentit encore un peu coupable.

- Plus de coups que maintenant ? Répondit-il sur un ton gentiment moqueur. Je ne suis pas sûr de pouvoir faire mieux, jeune fille...

Plaisanter là-dessus lui faisait du bien. En tout cas, minimiser la violence avec laquelle ils s'étaient battus par des petites boutades l'aidait à se déculpabiliser. Mais, intimement, il se promit quand même une chose : il n'y aurait pas de prochaine fois. Il voulait bien la masser tant qu'elle en avait envie, mais il était hors de question qu'il ne fasse deux fois la même erreur.

Elle avait oublié son panier-repas, effectivement, et il se sentait un brin affamé après toutes ces gesticulations. Mais bon, il avait déjà sauté des repas, et tout ça n'était pas si grave. Il se passerait de déjeuner, voilà tout, et n'importe comment il se sentait trop bien pour songer à se lever et à aller quérir lui-même sa pitance au dépend d'une quelconque bestiole de la forêt.

Des questions... Des questions ? C'est vrai, il avait le droit de lui demander ce qu'il voulait, cela faisait partie de son "contrat" de professeur. Sur le coup, quelques jours plus tôt, cela lui avait paru amusant, mais maintenant... Maintenant, il était trop occupé à savourer ce calme, cette quiétude et la douce pression du corps de la jeune fille contre le sien. A vrai dire, il n'en avait aucune de prête, de foutue question, et la demande le prit un peu au dépourvu. Hésitant, il réfléchit un moment avant d'en trouver une ou deux qui pouvaient faire l'affaire :

- Hum... Eh bien... Comment as-tu rencontré Nakor, exactement ? Pourquoi est-ce qu'un type comme lui a accepté de te donner cet enseignement ?


Il n'y avait rien d'insultant dans cette demande. Même elle, elle devait se rendre compte que son maître n'était pas quelqu'un d'ordinaire, et le fait qu'il ait accepté d'enseigner la magie à quelqu'un comme Adria surprenait un peu le mercenaire. Elle n'était pas noble, ne pouvait pas le rémunérer et n'avait rien de spécial à priori. Mais il fallait aussi avouer que Berg'inyon lui-même aurait été incapable de dire pourquoi il perdait son insensible froideur et ses principes égoïstes le temps d'un bout de chemin avec elle, gratuitement et sans contrepartie. Si on le lui avait posé la question, il aurait été bien embêté pour répondre, car ce n'était ni dans son caractère ni dans ses habitudes que de jouer le chevalier servant, surtout pour une elfe à la peau pâle. Mais voilà, les choses étaient ainsi, à présent, et plutôt que de se torturer avec ça, il avait décidé de ne plus y penser et de prendre les aventures comme elles viendraient.

Pendant qu'il l'écoutait répondre, insensiblement, ses mains s'étaient remises à bouger. Il ne s'en aperçu d'abord pas, détendu comme il l'était, ses doigts palpant avec douceur et explorant distraitement le nombril, puis la peau. Puis se furent au tour de ses mains de se déplacer, survolant le ventre dans des caresses à peines esquissées, suivant les courbes de la hanche, effleurant les cuisses avant de remonter timidement dans une exquise sensualité.

Alors que le drow se rendait brusquement compte que ses gestes n'avaient plus rien à voir, de près ou de loin, à quoi que ce soit qui puisse ressembler à un massage, son rythme cardiaque s'accéléra et une nouvelle bouffée de désir colora légèrement ses pommettes de rouge. Non, il... Pourquoi maintenant ? Il était si bien, si détendu... Voilà que ce sentiment implacable le reprenait, ce frisson d'excitation qui lui faisait tourner la tête. Il ferma les yeux, devinant le corps mince et léger qui épousait silencieusement le sien, humant son odeur, et se força à réprimer ce frisson pourtant si agréable. Si jamais elle devinait son trouble, elle risquait de se défaire de son étreinte et ça, il ne le voulait pas.

Pour détourner l'attention d'Adria, il posa rapidement une autre question, tandis que ses doigts glissaient sur la chair en évitant chaque zone douloureuse de son corps. A chaque mouvement de ses bras, ses muscles se tendaient contre le dos de la sylvaine, ses épaules l'enveloppait et il exhalait lentement avant de décontracter à nouveau son torse tendu. De toute façon, si elle n'avait pas encore remarqué son trouble, les caresses de plus en plus lascives qu'il lui administrait risquaient de lui mettre la puce à l'oreille.

- Quand on se battait tout à l'heure, et que tu me regardais fixement... Tu pensais à quoi ?

Et pan, dans les dents ! Lui connaissait déjà la réponse, bien sûr (il était notablement moins innocent qu'elle, il fallait aussi l'avouer), mais il était curieux de voir si elle allait tenter de détourner la conversation, d'esquiver, de mentir, ou si elle allait avoir le courage et l'honnêteté de répondre avec franchise...
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Dim 12 Sep - 11:23

Berg'inyon avait l'air de chercher des questions et la jeune fille sourit à nouveau, amusée. En soi, s'il n'avait rien à demander, peu lui importait, elle avait juste dit ça comme ça... pour une fois, elle appréciait le silence. Mais finalement, le mercenaire évoqua Nakor et elle essaya de rassembler ses souvenirs sur le sujet.

" Je l'ai rencontré un peu après toi. Il avait recruté des aventuriers pour aller chasser un monstre des ruines... je les ai suivis. C'est là-bas que j'ai lancé une boule de feu incontrôlée pour la première fois. J'ai fait... elle hésita, un peu mal à l'aise, des dégâts... mais pas au minotaure. Nakor a ensuite proposé que nous allions discuter chez lui, mais ça ne s'est pas fait. "


Suffisamment détendue, dans une agréable torpeur, elle ne faisait pas vraiment attention au fait que les mains de Berg'inyon la caressaient doucement, même si cela contribuait sans doute à la garder ainsi près de lui. Elle continua à parler, évoquant la rencontre suivante avec le magicien.


" Nous nous sommes recroisés plus tard dans une taverne, alors que j'avais décidé de rester à Alëandir à cause de la guerre. Je cherchais des réponses sur la magie, à l'époque, après ce qui s'était passé en forêt avec les drows. Il m'a dit que le jour où je le souhaiterai, je pourrai aller le voir à Erac et qu'il m'apprendrait la magie. C'est là que je me rendais quand nous nous sommes recroisés au cimetière. "

Elle se tut, ne sachant pas au juste ce qui avait poussé la magicien à la prendre véritablement comme apprentie. Et puis, difficile d'ignorer plus longtemps les caresses de Berg'inyon, même en étant occupée à raconter ce qui lui était arrivé. Adria frémit un instant et si lui réussit à garder une certaine contenance, elle ne parvint pas vraiment à cacher son trouble. Elle faillit se redresser et se lever, mais n'en fit rien, coupée dans son élan par la question et... en réalité, elle n'avait aucune envie de bouger. C'était bien trop agréable, même si elle perdait le fil de la discussion.

" Je... "


Elle frissonna à nouveau, distraite par les sensations nouvelles qui l'assaillaient, et dut faire un effort pour saisir la question.


" Oh... je pensais à te toucher. "


Réponse spontanée et en réalité parfaitement innocente, elle n'avait absolument pas saisi où il voulait en venir. Puis elle tilta et se sentit s'empourprer dans la foulée. Et encore, elle n'avait même pas fait attention au double sens que pouvaient contenir ses paroles ! Le cœur battant, elle se décida enfin à bouger et se retourna à demi... pour plonger dans les yeux clairs de Berg'inyon, ce qui fut loin de lui permettre de reprendre le contrôle d'elle-même.

La jeune fille s'immobilisa un bref instant, troublée par la proximité, s'aperçut qu'elle laissait dériver son regard sur ses lèvres... et se leva brusquement pour aller faire quelques pas. Elle ne s'était encore jamais sentie dans un tel état, état qu'elle ne parvenait pas à définir mais qui lui donnait envie de retourner se blottir dans les bras du drow. Et pourtant, elle se retrouvait là, à prendre ses distances, pour une raison qu'elle ne s'expliquait pas davantage. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, elle songea qu'elle devait avoir les joues en feu et n'osa plus regarder Berg'inyon en face.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Dim 12 Sep - 15:11

Au fur et à mesure que ses mains se promenaient son corps, Berg'inyon sentait Adria frémir. Elle avait visiblement compris que ses caresses n'avaient plus rien d'innocent car il la sentit devenir plus tendue et, l'espace d'un instant, il crut qu'elle allait repousser ses bras et se lever. Pourtant, à sa grande surprise, elle se contenta de se laisser aller au creux de son étreinte, frissonnante sous les caresses qui s'accentuaient insensiblement. Elle mit quelques secondes de trop à répondre, distraite par le lent toucher de ces mains étrangères, et il comprit que la situation était loin de la laisser indifférente. Habituellement, elle se serait éloignée depuis longtemps, mais là, elle semblait à deux doigts de s'abandonner, malgré ce trouble évident qu'elle ne parvenait pas à cacher.

" Oh... je pensais à te toucher. "

Il lui en avait fallut du temps, pour répondre, au final... Le mercenaire, plus concentré sur ses doigts qui frôlaient la peau diaphane et sur les propres battements de son coeur qui avaient une forte tendance à s'accélérer, crut d'abord avoir mal entendu. Hein ? Elle pensait à quoi ?!

C'était si suprenant, si inhabituel, si incongru qu'il eut d'abord envie d'éclater de rire, persuadé qu'elle le faisait marcher. Ce qui était étonnant, ce n'était pas tant la réponse en elle-même que le fait qu'elle l'avouait avec tant de tranquillité, comme si elle évoquait la pluie et le beau temps, d'un air parfaitement innocent. Puis il se souvint que oui, elle était effectivement assez naïve et innocente pour n'avoir mais aucune arrière-pensée dans ses paroles, bien qu'au vu de la manière dont elle rougissait elle devait avoir finalement cerné le dangereux double-sens qu'elle venait de laisser échapper. Elle se retourna pour le fixer droit dans les yeux, rouge comme une tomate, et il sentit son regard se baisser vers ses lèvres, irrésistiblement attiré. Il s'immobilisa immédiatement, figé comme une statue de sel, et l'espace d'un instant il crut qu'elle allait se pencher pour l'embrasser.

La seconde d'après, elle était debout, hors de ses bras, et rougissait d'avantage en évitant de le regarder.

Berg'inyon, surprit de ce brusque éloignement, détendit ses muscles et bascula en arrière, allongé contre l'herbe. Idiot, idiot, idiot ! Ca y est, il avait réussi à la faire fuir, et il n'aurait pas une telle occasion de sitôt ! Il était tellement bien contre elle, à écouter les battements de son coeur et à sentir le souffle régulier de sa respiration contre son cou... Pourquoi avait-il fallut qu'il gâche tout, avec sa manie d'ignorer les avertissements les plus élémentaires ? Pourtant il savait que si il devenait trop hardi, il la mettrait dans l'embarras et elle s'en irait ! Mais voilà, il lui en fallait toujours d'avantage, encore et encore...

Il avait tout gagné. Pourtant, il avait bien senti qu'elle réagissait à ses caresses, et que la situation ne lui déplaisait pas tant que ça... Mais il lui avait fait peur, en voulant aller trop vite et en oubliant que chez les sylvains, l'intimité était une notion plus plus stricte et sensible que chez les drows. Sans ce phénomène étrange qui exacerbait les sentiments de chacun, et qui abaissait les barrières de réserve qu'elle avait soigneusement érigée, jamais elle ne lui aurait permis d'aller aussi loin, de toute façon.

Maintenant, le contact de sa peau lui manquait. Il avait envie de lui demander pardon pour son audace, de lui dire qu'il ne le referait plus, de tenter de la convaincre de revenir contre lui un moment, en toute innocence. Mais il savait bien que d'une part, c'était inutile et qu'en plus, il n'était pas sûr de pouvoir à nouveau se maîtriser une fois le contact de son corps retrouvé. C'était plus fort que lui, il aimait la sentir frémir de cette façon ; il voulait encore lire cette étincelle dans ses yeux innocents, savoir qu'elle détaillait son corps à la dérobée tout en feignant de ne pas s'en apercevoir. La première fois, au cimetière, où il avait osé poser ses lèvres contre les siennes, il s'était juré une chose : un jour, il parviendrait à se faire offrir un baiser en retour, un baiser qu'il n'aurait pas besoin de voler, contre celui qu'il lui avait autrefois cédé.

Il se promit que si ce jour arrivait, il ne tenterait pas d'obtenir d'avantage. Il la respectait trop pour ça, et de profiter du fait qu'elle avait du mal à maîtriser des sentiments nouveaux pour elle n'aurait qu'été une manière de l'insulter. Cependant, même si elle les maîtrisait mal, il voulait lui montrer que ces sentiments si agréables dont elle se défendait de céder n'avaient rien de honteux. Elle avait fini par mettre de la distance entre eux, d'accord, mais elle avait aussi éprouvé du plaisir à ses caresses. Même si elle tentait de le cacher, elle ne pouvait pas l'ignorer.

Alors qu'elle devait penser qu'il s'était muré dans le silence, il murmura soudain à son intention d'un ton à peine moqueur :

- Si tu veux me toucher, ne te gênes pas. Je t'appartiens corps et âme, si tu te souviens bien. C'est à ça que servent les esclaves...

Il frissonna sous un souffle de vent et se mordit la lèvre, visiblement troublé. Ses yeux restaient fixés sur Adria avec douceur, comme une invitation. Il mourait d'envie qu'elle se rapproche, qu'elle vienne s'allonger près de lui. Mais il savait que de lui demander restait le moyen le plus certain pour la faire s'éloigner encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Dim 12 Sep - 20:13

Quand elle osa enfin regarder à nouveau du côté du drow, Adria constata qu'il s'était finalement allongé. Elle-même ne savait plus vraiment où se mettre, profondément embarrassée. Habituellement, elle aurait fait une plaisanterie, changé de sujet, dit n'importe quoi pour dissiper sa gêne, mais là, elle était beaucoup trop confuse. Elle avait encore l'impression de sentir les caresses de Berg'inyon et repensait aux baisers qu'il lui avait déjà volés. Difficile d'aligner trois mots cohérents dans ces conditions. Il fallait absolument qu'elle se calme un peu.

Il ne disait plus rien non plus. Pour un peu, elle aurait aimé qu'il se soit endormi là, elle serait rentrée à Erac sans rien dire. Envie de fuir ? Un peu, oui, elle se sentait trop chamboulée pour continuer ainsi. Mais il fallut qu'il reprenne la parole, la faisant à nouveau rougir et prendre enfin conscience de ce qu'elle avait dit sans le vouloir un instant plus tôt. Si maintenant il trouvait des doubles sens à ce qu'elle disait...

Elle ouvrit la bouche, la referma aussi vite, ne sachant que dire. Qu'il se méprenait sur le sens de ses mots ? Il devait bien s'en douter, non ? En même temps, il la regardait d'une telle façon, qu'elle se sentait fondre. Quelque chose en elle lui donnait très envie de retourner contre lui, retrouver sa chaleur... Mais elle n'en fit rien, elle détourna à nouveau le regard, comme légèrement attristée. Elle ne savait plus que dire ou que faire, elle se sentait soudain complètement perdue et elle s'en voulait d'en être arrivée là. Elle lui en voulait aussi, d'ailleurs, même si c'était plus compliqué.


Elle finit par hausser les épaules, comme pour se convaincre qu'il ne s'était rien passé de spécial et lâcha simplement :


" Je crois que je vais rentrer... Je suis fatiguée. "


Oui, c'était ça : une partie d'elle-même exténuée par toutes ces émotions et une autre qui pensait surtout que s'allonger dans l'herbe près de lui était bien tentant ! Adria se maudit intérieurement et tenta encore une fois de se maîtriser un peu plus. Elle récupéra sa cape et s'en couvrit les épaules avant de siffler Olwë en espérant qu'il arrive rapidement. Bon. Elle ne fuyait pas, hein. Non, bien-sûr que non. Pour preuve, elle s'assit sagement dans l'herbe pour attendre le loup, ni trop près de Berg'inyon, ni trop loin. Hum... Les brins d'herbe étaient intéressants, elle s'absorba dans leur contemplation. Du moins, ils étaient apaisants et elle retrouva un rythme cardiaque à peu près normal, même si ses idées étaient encore loin d'être claires.


Enfin, qu'est-ce qui lui avait pris ? Rester blottie dans ses bras pour ensuite se lever complètement retournée... ou comment faire les choses à moitié et se retrouver dans une situation impossible. Il aurait tout de même été plus simple de l'arrêter de suite ou alors de se laisser aller jusqu'au bout ! Oui, sauf qu'elle n'avait pas réussi à s'arracher à son étreinte, c'était trop... elle chassa une fois de plus ce genre de pensées. Quant à poursuivre plus loin... un autre sentiment qu'elle n'arrivait pas à définir avait pris le dessus et l'avait fait fuir sans tarder. Elle se sentait stupide et toujours aussi perdue.

Adria détestait le silence, encore plus quand il était lourd de sens. Tout cela la mettait mal à l'aise. Il fallait qu'elle s'exprime, sinon elle se rendrait malheureuse toute seule. Elle ne savait toujours pas quoi dire, surtout après la remarque moqueuse de Berg'inyon. Comme souvent, ce fut ce qui lui passait spontanément par la tête, ce qui lui paraissait le plus évident, qui fut dit doucement :

" Tu dois me trouver bizarre... "


Enfin quoi, elle n'avait plus cinquante ans, non ? C'était une grande fille, elle n'allait pas partir en courant pour si peu... si ? Sauf que c'était la première fois qu'elle se retrouvait dans une telle situation, qu'elle ressentait un tel flot d'émotions, parfois contradictoires. Déjà en temps normal elle aurait eu du mal à les gérer, mais là, elle ne savait plus où elle en était. La seule solution était encore de mettre des mots sur ce qu'elle voulait... ou pas. Elle attendit donc d'être suffisamment calmée pour parler de façon cohérente et finit par relever les yeux vers lui. Elle avait tout de même l'air de chercher ses mots et ajouta encore plus doucement :

" Je... ne veux pas jouer à ça, c'est tout. "

Pour un peu, elle aurait eu l'air légèrement en colère. Même si elle ne savait pas trop pourquoi. Ou peut-être que si... elle ne savait plus. Olwë n'avait pas l'air décidé à revenir, mais en soi, elle s'en moquait. Elle ne savait pas non plus ce qu'elle attendait, assise là... Ah si, elle attendait de parvenir à sortir ce qu'elle avait sur le cœur. Ce jour-là semblait bien s'y prêter. Depuis qu'elle était arrivée dans la clairière, elle n'en finissait plus de se laisser emporter. Épuisant, il fallait que ça cesse, qu'elle se reprenne un peu. Mais elle ne voyait rien à ajouter pour le moment. Elle détourna à nouveau les yeux, gênée.

" Ne complique pas tout, s'il-te-plait. "

Enfin, façon de parler : lui ne compliquait rien, elle se débrouillait très bien toute seule pour s'emmêler les pinceaux. Voilà pourquoi elle s'en voulait. Lui avait l'air de trouver la vie bien plus simple... et c'était aussi pour cela qu'elle lui en voulait, à lui. Enfin... pas tout à fait. Mais tout ça, il n'avait pas besoin de le savoir. Elle allait se taire, pour une fois, ce ne serait pas plus mal. Jouant avec un brin d'herbe qui semblait à présent avoir toute son attention, elle souhaita à nouveau que le loup se décide à arriver. Depuis qu'elle était là, elle accumulait bêtise sur bêtise en se laissant emporter par le moindre sentiment qui lui passait par la tête... il était temps que cela s'arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 29 Sep - 14:51

" Ne complique pas tout, s'il-te-plait. "

- Je te promets que je ne veux rien compliquer du tout, répondit lentement Berg'inyon, et il était sincère. Si je te mets mal-à-l'aise, alors je suis désolé. Ce n'est pas ce que je voulais.

Il haussa les épaules et, sans la regarder, poursuivit :

- Tu es fatiguée, et tu es fâchée contre moi à cause de tout ce qui s'est passé. Je sais bien qu'il se passe quelque chose d'étrange ici, mais quoi que cela puisse être je ne veux pas te donner l'impression que je profite de la situation. Si tu penses que c'est mieux, retourne au château et reste là-bas quelques jours, histoire de voir si toute cette... magie... se dissipe. Mais tu as fais des progrès et tu manie à peu près convenablement une épée, à présent, alors si tu souhaites mettre fin aux leçons tu n'as qu'un mot à dire...

Il ignorait totalement la cause de toute cette agitation, et à vrai dire il s'en fichait un peu. Il avait l'impression de rester maître de lui-même, même si ses sentiments prenaient un peu plus de place qu'à l'habitude, alors ce sortilège -si toutefois c'en étais bien un- pouvait même durer éternellement, quelle différence ? Le seul ennui, c'était que la forêt d'Aduram était devenu leur point de rencontre favori, et il doutait qu'Adria n'ose encore se promener gentiment dans les bois comme avant si elle devait faire face à ses propres émotions.

Puis, comme il était vraiment trop curieux à ce propos et que sa fierté masculine avait été un brin égratignée par la manière dont elle l'avait repoussé, il ne put s'empêcher de demander :

- Hum.... Quand tu dis que tu ne veux pas jouer à ça... Est-ce que le problème vient de moi, ou... ? Si c'est une question d'attirance... ou d'absence d'attirance dans ce cas précis, alors... hum... Tu peux me le dire, tu sais, et je cesserai tout simplement de t'ennuyer...

Il se passa une main dans ses cheveux, embarrassé. Il n'était même pas sûr de s'être fait comprendre. Mais bon, c'était un peu de sa faute, aussi ! Un coup elle avait envie, un coup pas envie, elle le laissait faire et ensuite elle s'écartait comme si il avait la peste... Il avait toujours cru avoir un certain succès auprès des rivvils, sans avoir jamais ressentit l'envie de leur faire du charme, mais là c'était devenu si compliqué qu'il n'arrivait même plus à savoir si il lui plaisait ou non ! Non pas que ça aurait changé quoi que ce soit dans leurs relations, mais bon... En tant que drow (donc orgueilleux et imbu de lui-même), ça n'était jamais agréable de se dire que peut-être elle ne se sentait pas le moins du monde attirée par lui.

Bref, il ne savait plus trop sur quel pied danser, et était bien décidé à tirer cette affaire au clair. D'ailleurs, ça tombait bien, Olwë n'arrivait pas, ce qui empêchait Adria de se dérober une fois encore !
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Mer 29 Sep - 19:11

" Je te promets que je ne veux rien compliquer du tout. Si je te mets mal-à-l'aise, alors je suis désolé. Ce n'est pas ce que je voulais. "

Adria haussa les épaules. Bien-sûr, lui, il ne voyait même pas ce qui lui posait problème à elle. A sa décharge, elle n'était pas franchement certaine non plus de ce qui pouvait bien la mettre dans cet état.

" Tu es fatiguée, et tu es fâchée contre moi à cause de tout ce qui s'est passé. "

Oui, elle était fatiguée... non, pas vraiment fâchée, même si elle pouvait en avoir l'air. Enfin, pas tout à fait, elle n'aurait su dire.


" Mais non... "

Le pire, c'était qu'il avait l'air un peu désolé de la tournure qu'avaient pris les événements, alors qu'au final, elle ne pensait pas qu'il avait fait quoi que ce soit de mal. Bon, à la rigueur, il l'avait frappée un peu durement, mais il ne lui avait jamais caché que l'entrainement pourrait être douloureux.


" Je sais bien qu'il se passe quelque chose d'étrange ici, mais quoi que cela puisse être je ne veux pas te donner l'impression que je profite de la situation. "

Quelque chose d'étrange, c'était le moins qu'on puisse dire. Elle ne s'était jamais mis dans des états pareils, aussi loin qu'elle s'en souvienne. Se sentir prête à lâcher prise sur elle-même ainsi la mettait mal à l'aise, voir la faisait légèrement paniquer. Elle haussa à nouveau les épaules, murmurant :


" Je n'ai pas dit ça... "

Qu'est-ce qu'elle avait dit, d'ailleurs ? Encore une fois, elle avait parlé sans vraiment réfléchir, non ? Oui, sauf que là elle n'aimait pas cette sensation de se laisser complètement aller sans trop savoir vers quoi elle se dirigeait.

" Si tu penses que c'est mieux, retourne au château et reste là-bas quelques jours, histoire de voir si toute cette... magie... se dissipe. "

Le terme "magie" fit soudain écho dans la tête de la jeune fille. Bien-sûr qu'elle se sentait toute chamboulée ! L'atmosphère était gorgé de magie ! Le pire, c'était qu'elle le sentait, mais n'y avait pas vraiment fait attention. Enfin si, au début sans doute, et puis après... Finalement, avoir une soudaine explication au malaise qu'elle ressentait l'apaisa légèrement. Bon, ce n'était pas la réelle raison, mais ça mettait un peu d'ordre dans son esprit.

" Mais tu as fait des progrès et tu manies à peu près convenablement une épée, à présent, alors si tu souhaites mettre fin aux leçons tu n'as qu'un mot à dire... "

" Non ! "

Alors ça, au moins, c'était une réaction sincère. Non, elle ne voulait pas arrêter les séances. Même si ça avait dégénéré ce jour là, elle appréciait ces cours d'escrime et elle n'aimait pas faire les choses à moitié. Elle s'était améliorée, certes, mais elle partait de tellement bas que franchement, ça ou rien... Elle était certaine que, s'il l'avait voulu, Berg'inyon aurait pu la découper en petites rondelles avant qu'elle n'ait pu esquisser un geste. S'autoévaluer n'était pas son fort, mais elle ne se sentait pas du tout prête à se débrouiller tout seule avec une épée. A moins que ce ne soit qu'un prétexte pour poursuivre les leçons... un peu des deux ?

" Hum.... Quand tu dis que tu ne veux pas jouer à ça... Est-ce que le problème vient de moi, ou... ? Si c'est une question d'attirance... ou d'absence d'attirance dans ce cas précis, alors... hum... Tu peux me le dire, tu sais, et je cesserai tout simplement de t'ennuyer... "

Adria le dévisagea un moment sans rien dire, l'air d'avoir perdu ses mots. De fait, elle ne savait absolument pas quoi répondre... ni quoi penser.

" Ce n'est pas ça... "

Pas ça quoi ? Difficile de faire plus vague comme réponse. Alors... Qu'est-ce qui avait fait qu'elle l'avait envoyé promener après l'avoir laissé poursuivre ? Si encore elle en avait eu la moindre idée, elle aurait peut-être réussi à lui donner une réponse à peu près cohérente. Mais là, elle se sentait juste complètement perdue. Lui avait l'air de trouver tout ça très simple et clair comme de l'eau de roche. Il trouvait les mots juste pour dire ce qu'il pensait et elle...

Adria s'enfouit le visage dans les mains, essayant de faire au moins le point sur ce qu'elle pouvait bien ressentir dans tout ce fatras d'émotions désinhibées. D'accord, c'était la faute à la magie, mais ça ne voulait pas dire que ces sentiments lui étaient étrangers. Il y avait bien une explication à donner, non ? Elle n'avait pas eu l'impression de réagir de manière incohérente, alors il y avait forcément une raison ! Elle avait apprécier se retrouver dans ses bras, inutile de le nier... et elle avait tout brisé subitement parce que...


" Je ne veux pas être aussi proche de toi ! "


Elle s'était levée en s'exclamant cela à voix haute, avec une sorte d'expression de mise en garde un peu hors propos. Il avait raison, elle était en colère. Mais pas contre lui, contre elle. Elle s'en voulait de s'être laissée embarquer dans cette histoire. D'une certaine façon, elle ne faisait que répéter, de façon un pas forcément plus claire, ce qu'elle avait dit plus tôt. L'explication ne tarda pourtant pas à tomber :

" Ça... ça ne sert à rien ! "


D'accord, ce n'était pas d'une clarté exceptionnelle, mais c'était l'idée générale. Elle lui lança un regard blessé et détourna les yeux pour faire quelques pas. Mais qu'est-ce qu'elle racontait ? Elle ne savait même plus ce qu'elle disait, essayait de réfléchir pour finalement parler sur un coup de tête et se dire la seconde d'après qu'elle aurait mieux fait de se taire. Et lui, il restait calme, légèrement gêné - mais comparé à elle, autant dire qu'il prenait la vie avec philosophie - et posait des questions toutes simples pour tenter de comprendre... elle ne savait même pas ce qu'il y avait à comprendre !

Les bras croisés, elle faisait les cent pas et finit par déclarer doucement :


" Je crois... que tu as raison. Rester tranquille à Erac quelques jours me fera du bien. "

Mais elle ne partait pas pour autant. Le retour d'Olwë n'était qu'un prétexte : qu'est-ce qui l'aurait empêchée de partir devant ? Ils ne risquaient pas de se perdre ! Non, elle restait là, parce qu'elle le voulait bien, malgré tous ces chamboulements. Avec stupeur, elle en prit conscience tout à coup : elle n'avait pas envie de partir. Il aurait été facile de dire que c'était la faute à la magie - et de fait, c'était un peu le cas, Arcamenel cherchant à garder ses sujets - mais elle n'allait pas non plus se mentir à elle-même.


Adria se rassit, l'air légèrement perplexe, mais à peu près calmée et fixa un brin d'herbe.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Nombre de messages : 143
Âge : 28
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   Sam 16 Oct - 1:22

Berg'inyon l'observa avec irritation, lui aussi fatigué. Fatigué de chercher à comprendre ce qu'elle pouvait bien lui vouloir ; fatigué de leur entraînement éreintant, de son jeûne forcé et de la discussion qui avait suivie. Fatigué d'essayer de cerner ce qui, dans son attitude, pouvait bien la mettre dans tout ses états et la rendre aussi... aussi anormale. Il ne savait plus ce qu'elle pensait, ce qu'elle croyait qu'il pensait, ce qu'elle voulait qu'il pense. Les sentiments d'autrui, voilà qui n'avaient jamais été son fort.

- Ne t'inquiète pas, je ne souhaite pas être aussi proche de toi, répondit-il d'un ton rogue. Pourquoi est-ce que je le voudrais, d'ailleurs ?

Il sentait qu'il commençait à se mettre de plus en plus en colère, et ajouter un autre sentiment à la longue liste de ceux qui l'agitaient actuellement ne faisait qu'augmenter son trouble et son irritation. Bon sang, voilà qu'il recommençait avec cette foutue magie, et qu'il réagissait trop violemment à ce qui n'était, après tout, qu'une broutille ! Lui qui n'avait pas l'habitude de se fâcher à propos de ce que les autres pouvaient ressentir, il était servi...

- Ton loup ne vient pas, à ce qu'on dirait.

Il souhaitait presque que ce soit le cas. Si au moins Olwë arrivait maintenant, mettant fin à leur conversation interminable et à cette situation qui n'en finissait pas. Berg'inyon, quand il se sentait gêné ou embarrassé, avait aussitôt recours à son dicton favori qui disait que la meilleure défense, c'était l'attaque. En se mettant en colère, il s'assurait ainsi une porte de sortie sans devoir céder un pouce de terrain ou égratigner son précieux égo.

Un peu comme Adria qui, quand elle n'aimait pas une situation, l'occultait purement et simplement.

Il commençait à se sentir de plus en plus furieux, offensé parce qu'il s'était fait envoyer balader et irrité de l'absence totale d'explication de la part de la sylvaine, ainsi que par son refus de lui aligner deux arguments cohérents. A chaque nouvelle interrogation, il avait l'impression de jongler contre un matelat de mousse : chaque balle lancée lui ricochait droit dans la figure, avec une force multipliée par deux. Si la magie qui était à l'oeuvre s'intensifiait, il n'était pas du tout sûr de la suite des évènements, et il se doutait que même si Adria était loin de pouvoir faire face à un guerrier expérimenté, elle pouvait tout de même se mettre assez ne colère pour lui tenir tête comme à l'entraînement. Tant qu'à faire, autant éviter d'en arriver là pour une broutille...

Ahhhh... Olwë avait été bien peinard de s'éclipser à la poursuite de quelque créature à maltraiter, abandonnant ses deux bipèdes à leurs futilités ridicules. Berg'inyon avait bien envie d'en faire autant, sans compter qu'Adria était bien capable de rentrer toute seule au château. Quelques jours de calme lui feraient du bien, c'est sûr. Quelques jours paisibles, solitaires, sans personne avec qui parler...

Sans tourner la tête (au cas où elle serait en train de le regarder), il jeta un coup d'oeil dans sa direction et vit qu'elle était toujours assise là, pas si loin de lui. Ce silence et ce manque total de réaction eut le don de l'irriter d'avantage, et il eut soudain envie de briser ce fragile équilibre. De toute façon, même si la situation s'améliorait dans les quelques prochaines minutes (ce qui était assez peu probable), elle pouvait difficilement devenir pire ; et puis, zut, tant pis pour ce qu'elle allait penser ! Cela lui donnerait un peu plus de grain à moudre, c'est tout.

Il se leva soudain et, avant qu'elle n'ait eu le temps de faire un geste, il fondit sur elle. Ses mains agrippèrent les poignets minces pour les tirer en arrière. La plaquant contre le sol, il la maintint allongée et se pencha sur elle, son torse épousant les courbes de son corps. Alors qu'il baissait la tête vers elle, elle croisa son regard ; deux flammes dévorantes la clouèrent sur place, magnétiques, aussi chaudes et dangereuses que de la lave en fusion. Un regard qui suffirait à donner des frissons à n'importe qu'elle femme, et qui ne pouvait être oublié que sous une bonne douche froide. Un regard qu'on ne lui avait probablement jamais lancé, mais qui ne suffit pas à Berg'inyon. Il sentait l'adrénaline parcourir son corps, à la fois dû au désir et au sentiment qu'il outrepassait certains interdits, le faisant trembler et accélérant les battements de son coeur qui tambourinait déjà dans sa poitrine.

Alors qu'il se penchait d'avantage sur elle, oubliant momentanément la vision des bois, les bruits de la forêt et les senteurs arboricoles, ses lèvres la cherchèrent, puis trouvèrent les siennes. Elles les épousèrent immédiatement pour s'y fondre avec une ardeur délicieuse. Courbé sur le corps pâle, il lui offrit le baiser le plus exquisément passionné qu'il put imaginer. Une vague d'excitation le submergea, magnifiée par le sortilège qui exacerbait chaque sensation, et dut faire un terrible effort de maîtrise de soi pour se réfréner et ne pas lui faire mal. Alors que son baiser s'intensifiait, ses mains serrèrent puis desserrèrent celles de la sylvaine en harmonie avec les sentiments qui allaient et refluaient en lui.

Il l'avait déjà embrassé autrefois, dans des circonstances différentes, mais cela n'avait rien en commun avec ce qu'il était en train de lui faire subir. Ce n'était qu'un jeu, alors, une simple boutade, rendue d'autant plus agréable qu'il s'était rapidement aperçu qu'elle était aussi novice pour les arts amoureux qu'un bébé qui vient de naître. Cela avait été amusant de la sentir s'effaroucher devant l'émoi d'un premier baiser, rougir face à des sensations qui ne lui étaient pas naturelles. Mais ce baiser-là n'avait rien d'un jeu.

Il s'apparentait plutôt aux caresses de cet après-midi, qui n'avaient déjà rien d'innocent en soi. C'était cette étrange magie qui poussait le drow bien au-delà de ce qu'il se serait permis d'habitude, et qui avait autorisée Adria à le laisser l'entraîner sur un sentier aussi dangereux qu'inconnu. C'était un baiser plein de violence, de désir et de passion non dissimulée. Quand elle retournerait à Erac, avec tout le loisir des longues soirées solitaires entre quatre murs, il espérait bien que ce petit aperçu aurait glissé dans son esprit des idées un peu moins innocentes que celles qui la tourmentaient actuellement. La pure, la naïve Adria allait sans doute rougir encore un moment en pensant à cette scène, et peut-être que ses rêves se feraient un peu plus agités après ça.

Ses mains remontèrent sous sa chemise et se glissèrent dans son dos pour mieux l'attirer contre lui puis, aussi soudainement qu'il l'avait assaillie, il abandonna ses lèvres et s'éloigna d'elle.

- Au revoir, lança-t-il en récupérant ses affaires, d'un ton qui était tout aussi froid qu'auparavant, mais dans lequel on discernait encore quelque chose d'indéfinissablement désirable.

Il disparu dans la forêt, visiblement pressé de couper court à toute récrimination, et souriant silencieusement. C'était elle qui lui avait dit de se ne plus s'en aller comme un voleur ; eh bien il espérait que cette fois, elle n'avait pas été déçue ! Et il lui avait donné de quoi songer pendant les quelques prochaines soirées, avant qu'elle ne se décide à revenir pour continuer les leçons...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On the road again [PV Adria]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On the road again [PV Adria]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Mellindra Road, à votre service !
» Monday Night Raw # 32 - ROAD TO WRESTLEMANIA
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Why Did The Chicken Cross The Road?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: