AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 27
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Mer 1 Sep 2010 - 22:20

Ca s’entraînait dur dans l’un des jardins suspendus de Bordefente, le principal château de Pharembourg. La malenuit avait réveillé l’instinct de pillage des citadins, quelques jours plus tôt, et le comte avait dû se montrer des plus stricts quant aux allées et venus de tous. Les premiers jours, la peur avait précédé la panique, et l’agitation avait suivi la panique. On dut faire preuve à quelques tours de force sur la population, mais celle-ci se calma bien vite. Cependant, tous à Bordefente et dans l’Arsenal craignait une nouvelle insurrection ou un simple déchainement de violence. Le crime, qui sévissait la nuit, prospérait pendant cette période malgré le ralentissement des déplacements, qui affaiblissait l’économie. On cherchait encore un moyen d’éclairer, pendant quelques heures, les principales artères de la cité populeuse, mais l’éclairage public était cher et peu fiable. Bref, on comprend aisément pourquoi Aetius et Ashgan, qui était s’était renommé Rafael Laclaos lors de leur arrivée à Scylla, s’entraînaient.

Certes, ils croisaient le fer pour ne pas perdre la main, mais également dans un souci d’éducation réciproque. Les deux hommes, en effet, ne pratiquaient la même sorte d’escrime, et Rafael, s’il voulait arriver à passer pour un homme de bon sang, devrait savoir manier une épée avec un peu de raffinement. De son côté, Aetius découvrait les bottes toujours plus perfides de son adversaire, qui avait été élevé dans une philosophie moins noble que lui, et qui avait d’abord pour but de tuer l’ennemi, quel que soit le moyen utilisé. Certes, depuis qu’Armand de Sacrepon, le malebretteur, était devenu le maître d’armes de sa cour, il commençait à goûter de ce type de combat plus subtil et souvent plus mortel, mais l’ancien Scionneur de Pain Rouge disposait de techniques aussi lugubres que fourbes.

Aetius aurait pu se soucier de ce genre de choses s’il n’était pas focalisé sur la Malenuit, cette éclipse qui avait débuté cinq jours plus tôt. Craignant que cet état ne soit perpétuel, il avait ordonné qu’on arme l’un des dromons de sa Marine de guerre et qu’on prépare un voyage en direction des forêts d’Anaëh, où il comptait en apprendre un peu plus sur cet étrange événement.


Dernière édition par Aetius d'Ivrey le Ven 3 Sep 2010 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Armand de Sacrepon
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Âge : 417
Date d'inscription : 29/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  47 ans (Y a longtemps)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Jeu 2 Sep 2010 - 14:10

Il existe comme une sorte de vieille animosité entre les marins et l'albatros, ce fier et redoutable volatile. Aussi, quand Armand et son capel des plus éclatants -d'aucuns le voyaient comme animé d'une vie propre- aborda l'équipage de l'Inflexible, ceux-ci furent emplis d'un grand effroi ! Le plumage du malebretteur semblait un de ces oiseaux de forte envergure planant avec mépris au-dessus des quais de Pharembourg. Seul un mousse garda la tête froide, et apaisa ses compagnons de sa petite voix aigrelette "Olà mes amis ! Il n'est pas là un de ces oiseaux de malheur mais seulement l'ébaudissant Armando". Et à ces vieux loups de mer de rire de leur naïveté et d'éponger leurs sueurs froides.

Suite à cette entrée remarquable, Armand s'enquit de l'avancement des préparatifs et de la forme des rameurs. Ils avaient les dents bonnes et le pelage exempt de vermine, d'après les dires du chirurgien de bord, à la réputation de charpentier qu'on ne fait plus. Le maître d'armes n'eut pas même le temps de s'en assurer lui-même qu'il fut huché par le maître du grand dromon : Capistono Dino d'Ortolani dit l'Arabiatto . Ce bougre là avait un accent suderon prononcé et le coffre caractéristique des païs méridionaux. D'une voix plus forte que nécessaire, assez forte même pour décoiffer un homme d'armes qui passait par là, il dit au malebretteur que "si messeigneurs sont pronti por embarquer, l'inflexible les attend ! "

" - Merci bien mon bon Dino ! Je vais aller aviser ces beaux seigneurs de ces nouvelles fraîches. "

Et il gagna Bordefente d'un pas noble et léger. La forteresse d'aspect patibulaire dominait les arsenaux de Pharembourg et, par beau temps, offrait une vue imprenable sur la mer. Mais sous le joug de la malenuit, on ne voyait de là-haut guère que de rares torches dans le lointain et la flamme gaillarde du phare de Pharembourg. L'écho de bagarres nocturnes, indéfiniment prolongées par l'éclipse, poursuiviit Armand aussi assurément que lui assaillit les narines le fumet méphitique des ordures, de l'eau de mer et des algues pourrissantes. Dans les rues glauques comme aux portes d'airain de Bordefente, cet odieux parfum incommoda le héros.

Mais foin de ces considérations, voilà que le malebretteur parvint aux jardins suspendus de la citadelle. Même dans la sombreur du moment, on distinguait deux maladroits escrimer au milieu des essences exotiques. Non loin d'eux, des jeunes filles en robe d'été barbotaient dans des bassins d'eau parfumée. Leurs rires étaient comme des pétales de jasmin frôlant les oreilles de Sacrepont, et les exhalaisons des huiles dont elles s'oignaient délicatement un doux baume sur ses narines agressées. Décidément, le charme de Bordefente n'était pas démenti ! Un noiraud offrit une coupe du vin épais de Caruw à Armand, puis se retira dans un coin sombre ; il parvenait en Scylla beaucoup de ces serviteurs en provenance d'îles riches et lointaines.

" Sire Aetius, Sire Laclaos, cessez-donc de ferrailler ! J'ai à vous dire quelques mots " les épées s'abaissèrent et les bras se détendirent pour un instant " D'Ortolani vous fait dire que l'Inflexible est plus prêt que jamais pour le périple qui nous intéresse. L'équipage trépigne et les rameurs s'amollissent ! M'est avis qu'il est plus que temps d'embarquer. ". Ce qu'Armand omit de dire, c'est que ses appétits à lui gonflaient de manière exponentielle. Qui savait quels trésors il se trouvait au royaume des elfes ? Quels bijoux, quels objets féériques et bons pour le négoce recelaient les forêts nordiques ? Le Malebretteur était curieux de le découvrir.


Dernière édition par Armand de Sacrepon le Ven 3 Sep 2010 - 17:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyric
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 258
Âge : 35
Date d'inscription : 06/06/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  Inconnu
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Jeu 2 Sep 2010 - 21:14


Masque de chaire éphémère du Walfen


    Bordfente. Cyric n’avait toujours pas goûté de cette traditionnelle piquette avec laquelle s’éméchait la noblaille du coin pour parvenir à trouver d’aussi risibles appellations.
    Certes, les hautes murailles qui cabotaient le rivage ne manquaient pas de style. Et la taille du château coupait l’herbe sous le pied. Mais voilà qu’on accablait une si belle architecture seigneuriale du nom de Bordefente !

    Cyric souriait, c’était bien la seule chose qu’il s’était gardé de faire suite au départ de Joy. Ce visage angélique le hantait. Dieux, il ne s’en plaignait pas ! Chaque paysage s’esquissait sous les traits divins de sa belle. Le Walfen ne se faisait pas d’idées, il ne la reverrait jamais.
    Mais Miradelphia s’éveillait soudain avec l’attrait d’un coffre aux trésors inestimables. Cavalcader parmi ses champs devenait alors plus excitant, car les découvertes ne pouvaient qu’être magnifiques, à l’instar de l’enfant immortel.

    Lorsqu’il rencontra pour la seconde fois Aetius, celui-ci le reçut un sourire étiré jusqu’aux oreilles. Les salutations émouvantes furent sautées et l’on s’empressa d’emmener Cyric prendre un bain. Inutile de préciser combien de temps s’était écoulé depuis le dernier. Les évènements s’enchainèrent sans que le ribaud y comprenne quoique ce soit ou ne prenne la peine d’essayer.
    Bientôt, il se retrouvait une flamberge à la main, ses pieds dansant sur les dalles de jardins suspendus. Le vue était saisissante, et le Scionneur de Pain Rouge s’y serait bien attardé sans les piques impromptues d’une langue d’acier venue piquer en sa direction. Les heures s’envolaient et nos compères s’acharnaient à croiser le fer. Chaque coup était propice aux analyses d’un certains Armand. Ce maître d’armes avait la barbe aussi démesurée que son ego. Mais force était d’admettre que ses remarques se faisaient très souvent pertinentes. Ainsi, le chevalier lui indiquait quelle posture adopter suivant moult situations. Lui apprenant patiemment comment les Grands tenaient une épée. Et de la patience, Cyric en usa. Car de mémoire, jamais il ne se souvint avoir cumulé tant de réprimandes sans oser plus qu’un grognement. L’Ivrey avait su lui dégoter une identité des plus appréciables.
    Rafael Laclaos, fils d’un vassal amoureux des jeux comme des dettes. Aetius ne lui en avait pas dit plus, et Cyric s’en confortait allègrement. Les leçons d’escrime suffisaient pour le moment. On lui avait simplement assuré qu’aucune question ne lui serait posée sur sa présence ou son passé.
    Entre deux estocs, le Walfen apprenait leur prochaine destination : l’Anaeh ! Le hasard était trop beau, dans un murmure, la fripouille en bénit les cieux. Ainsi donc, le Voile dont se drapait Nuit comme Jour, avait su attiser la curiosité du régent. Voilà qui faisait les affaires du Sicaire. Qui savait, si Arcam le guidait, il saurait peut-être trouver Joy ! Les palpitations du battant s’emballèrent tandis que l’aiguillon de son adversaire lacerait sa chemise, et qu'un Sacrepon revenait en piste.

Revenir en haut Aller en bas
Fergus d'Hautval
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 138
Âge : 28
Date d'inscription : 10/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Ven 3 Sep 2010 - 12:41

Participation au scénario annulée.


Dernière édition par Fergus de Hautval le Dim 19 Sep 2010 - 0:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Ven 3 Sep 2010 - 21:35

Le seigle matois, bien que n'ayant que peu trouvé matière à tourner ses grâcieux pouce, avait dépêché quelques oreilles indiscrètes se laisser conter les secrets de ses voisins et amis. La baronne, oiselet délicat en un océan de noirceur, comprenait que la rouerie était un moyen de gouverner comme un autre. Elle connaissait donc les plans que nourrissait le biaiseux d'esprit Aetius, son voisin, qui ne s'en dissimulait d'ailleurs pas.

Les derniers jours avaient été rudes, la baronne avait du faire donner la troupe qui avait su se montrer plus que généreuse. Une répression des pillages telle qu'on n'en avait plus souffert depuis la terreur provoquée par l'exposition "Beauté interieure, reflets exterieurs" consacrée à une collection de portraits de l'ex baronne . Le sang était à peine sec, et Eulalie ne voulait pas en verser davantage. Elle se devait, en tant que gouverneur responsable, de découvrir la source du problème. Elle laissa à Falstaffioso Kornigant , chancelier pochard, le soin de veiller aux affaires courantes de la baronnie, selectionna avec soin sa robe et son chapeau, ses gants et ses hommes, et ordonna la préparation d'un Dromon.

Nul ne vit marins plus prompts à embarquer. La matoise de Merval, escortée par 30 gards baronniaux, gravit la passerelle d'un air pénétré et s'installa dans ses quartiers. Le périple ne durerait guère.
Le pavillon fut hissé, les voiles se gonflèrent et le vaisseau se mit en branle, fendant l'océan tumultueux afin de courir à sa destinée.

La nuit était totale, profonde. Les marins, supersitieux comme il est de coutume dans cette caste, se murmuraient entre eux des rumeurs qui faisaient naître de coupables frissons entre leurs biceps gonflés et leurs tatouages fantaisies. Ils s'inquiétaient de savoir si les esprits sous marins avaient été contentés par l'urine du capitaine, ou un sacrifice humain, comme l'exige la tradition. Ils doutaient, et derrière les carreaux sales de sa cabine, Eulalie les observait. Soudain, l'un des marins sauta sur une balustrade et se mit à hurler comme un dément. il cria avoir vu un asticot "de fesrosse aparansse" nager non loin de la coque. Une fois le rêveur pendu et son corps envoyé par le fond, la traversée reprit son cours sans autres incidents.

Indolente, la baronne attendit patiemment, tournant en son esprit quelques idées, quelques tournures de phrases et des considérations toutes politique. Enfin, elle entendit la vigie annoncer l'arrivée au port de Bordfente. Le nom était ridicule, mais ce n'était pas là le moindre des travers de ce comté, pourtant si proche de Merval. On disait les gens de ce peuple voisin gauches et invertis, mais habiles rhéteurs et féroce comme des lions.

L'orgueilleuse baronne demanda à ce que les étendards les plus rutilants fussent hissés afin que nul n'ignore la venue de la baronne. Une fois les manoeuvres courantes effectuées, le seigle descendit avec ses hommes et demanda à un garde en faction, passablement incrédule et franchement peu réveillé, d'aller quérir quelque autorité qui ait pouvoir de traiter avec elle. Elle fit savoir sa résolution de partir avec le comte, mais n'en révéla pas davantage.


Revenir en haut Aller en bas
Ernst Monventeux
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Âge : 2015
Date d'inscription : 14/08/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Sam 4 Sep 2010 - 9:38

Mercatouille avait posé sa main sur l'épaule d'Ernst et lui parlait gravement.

"Oye Ernst, tu sais qu'ils ont besoin de gens comme moi. La-bas c'est la panique, il est de mon devoir d'aller les protéger. Je dois les aider en ces temps troublés. Les chevaliers ont besoin de moi pour s'organiser, moi seul dispose de l'autorité et de l'expérience pour accomplir quelque chose de grand."

Ernst n'était pas convaincu que ce soit la vrai raison. Mais Mercatouille continuait.


"Nous avons accompli de grandes choses ensemble, mais nos chemins vont devoir se séparer. Il faut que quelqu'un reste ici, tu le sais bien, c'est pour des raisons politiques. Mais de toute façon Ernst, après tout ce que nous avons traversé tu mérites de prendre du repos, ne t'inquiète pas pour moi..."

Ernst ne voyait pas la situation de la même manière.

"Profite de ton congé, je veillerai sur Froifaissier et sur ta famille en ton absence. J'enverrai le chevalier Lorenzo pour les protéger..."

Ah non ! Pas Lorenzo !

"Allez, va à présent, tu ne dois pas les faire attendre.

Et alors qu'Ernst restait dans une attitude figée d'incrédulité, Mercatouille s'éloignait à cheval en direction de la sortie de la ville, le cheval d'Ernst le suivait.

Il était sur les ké. Un ké ! On lui avait appris le mot une heure auparavant, il n'arrivait pas à s'y faire. Un ké ça aurait pu être une invention tout à fait louable si on avait mit ça loin de la mer. Mais si près du bord, c'en était indécent. Un chemin au bord de l'eau où traînait des monstruosités en bois , et sans rien pour empêcher de tomber. Il fallait être vicieux...

Bref, le
"détachement spécial du pays de Mercatouille et environs pour aider le noble Comte de Scylla dans sa noble quête", composé d'Ernst uniquement, n'avait pas bonne mine. L'air salin ne lui réussissait pas et la seule vue des bateaux lui donnait la nausée.

Aussi la vue d'un homme coiffé d'une poule exotique fut pour lui comme une lueur d'espoir. Peut être était-ce un paon. En tout cas peu importe, pour porter aussi fièrement ses origines de basses-cours, le bougre ne pouvait être que bien brave... en tout cas pas marin. Comme il prenait la direction du bateau énorme (il fallait être vraiment désœuvré pour fabriquer des choses aussi inutiles), Ernst le suivit à quelque distance. Il le vit attirer l'hostilité des ruffians côtiers, puis ceux-ci se détendirent. Ainsi donc il avait ses entrées. Déjà il se déplaçait dans le navire et Ernst était stoppé par les même ruffians.

"Le Vl'a, l'oiseau de malheur..." ironisa le premier panzani venu. Ernst rentabilisa son récent achat de gants en fer. Les ruffians ripostèrent rapidement avec sournoiserie. Ernst dût continuer son chemin sur le pont pour s'éloigner d'eux, avec désormais une douleur aux bras, au cou, et surtout à la fesse droite. Il avait perdu de vue le poulet sur tête et sa nausée empira. Il alla vomir rapidement avec vue sur la mer. Heureusement les traces qu'il laissait sur le flanc du bateau n'était pas visible du côté du ké. Alors qu'il laissait couler les plus petits morceaux, il songea qu'il lui faudrait aller se présenter au capitaine ou au comte pour savoir ce qu'on ferait de lui. Songeur, il continua de vider ses tripes sur le flanc du bateau.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 27
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Mar 14 Sep 2010 - 1:34

On avait là une belle compagnie, de preux chevaliers et toute la clique. Le seigle matois avait même fait le déplacement, coïncidence douteuse ! Ernst Monventeux, brave chevalier du nord, avait également rejoint l’équipée, démontrant déjà sa fougue en s’empoignant avec une bande de matelots. Bref, tout cela était très bien et, sous l’astre toujours obscurci, on monta tous à bord de l’immense dromon du comte, l’Inflexible, où le capitaine, l’Arabiatto, criait ses ordres d’une voix aussi portante que tonitruante. Les quais étaient bondés de soldats et de simples chalands qui envoyaient leurs encouragements au nouveau comte et à ses prud’hommes. Ce n’était pas un déploiement de liesse générale, certes, mais le peuple était heureux de voir que leur nouveau suzerain essayait de rétablir les choses comme elles devaient l’être.

Ainsi, le navire manoeuvra sans difficulté et dépassa les solides murailles qui protégeait la rade de Pharembourg, s’élançant vers le nord, vers la forêt d’Anaëh et ses mages, ses prophéties et ses mille et un assaisonnement de salade. L’obscurité n’aidait pas, mais l’énorme galère fendait les flots sans difficulté et avec diligence, assuré en cela par des vents favorables, une batterie de mages et l’aisance naturelle de Dino, ce vieux loup de mer scylléen, dans la mer olienne. La course était rapide, le voyage paisible, mais soudain (car nous avons toujours besoin d’un ‘mais soudain !’, nous autres les narrateurs), l’impossible se produit !

Niché au fin fond du ciel, dans la noirceur inquiétante de la Malenuit, plongeant sur le navire comtal, un immense oiseau fondit sur l’équipage, écrasant entre ses serres un malheureux gabier qui n’avait rien demandé. Le monstre, partant d’un cri terrifiant, salua son acte ignoble avant de bondir pour rejoindre la nuit, gravitant autour des deux navires, celui du comte Aetius et celui de la baronne de Merval. Ses allers et venues ne disaient rien qui vaillent, et la monstruosité, qui n’était autre qu’un basilic, se jeta de nouveau sur le pont de l’Inflexible.



[Désolé pour le retard. Postez comme vous voulez sinon on s’en sortira jamais. Je vous aime tous très très fort.]
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Mar 14 Sep 2010 - 17:10

Eulalie avait entr'aperçu son voisin et homologue (ou peu s'en faut) de Scylla et lui avait présenté de bien respectueux hommages. Les courtoisies de rigueur ayant été menées à leur terme, on fut prompt à embarquer. Le seigle tint à ce que son navire rutilant, le "GROTESQUE" participe lui aussi à la traversée. Il eut été dégradant pour une femme de rang de se laisser mener sur le rafiot d'un égal, le comte de Scylla qui plus est. La légende de Merval voulait que Scylla ait toujours été doté d'une flotte ridicule comparée à la puissance hautaune des vaisseaux de combat de la baronnie d'Eulalie. Les histrions des villes côtières jouaient d'ailleurs avec tant d'outrance les démesures opposant les deux flotilles que cela en devint suspect. Le navire du seigle suivait de près son homologue Scylléen jusqu'au coeur de la nuit éternelle.

Le romantisme absolu de cette scène aurait pu émouvoir, mais les circonstances étant ce qu'elles étaient, personne ne versa de larme, pas même le timonier, pourtant connu pour ses moeurs missédiennes et son tempérament délicat. Le matois grain, soucieuse, se retira dans ses quartiers jusqu'à ce qu'un cri déchirant se fasse entendre non loin. Ni une, ni deux, n'écoutant que sa bravoure, elle sortit pour découvrir le spectacle singulier d'une créature s'attaquant à l'inflexible. Une première violation de la propriété privée du comte par le reptile conduisit à la mort d'un matelot, puis, sans doute peu rassasié par la chair salée du bougre, il repartit à l'assaut de la coquille de noix.


"La brave bête! elle discerne même les vaillants et les couards!" s'exclama le timonier.

L'agitation s'empara du Grotesque, ne souhaitant pas commenter la saillie du sagace marin, (sans doute parce qu'elle n'était que trop vrai... Qui aurait eu l'audace de s'attaquer à un navire de Merval? ) Eulalie donna quelques ordres désordonnés qui furent repris par la voix tonitruante du capitaine. Entre autre :

" Bougez la baliste d'avant!!!!"
"A vos arcs!!"
"approchez de l'inflexible, la barre à babord!!!"


Après quelques secondes de tumulte, jaillit du grotesque comme d'une bête impitoyable, des demi douzaines de traits meurtriers qui avaient un certain mal à toucher leur cible. Pourtant, la baliste lança un premier trait qui, chanceux effleura la cruelle beste. Le basilic, n'en fut pourtant guère marri et poursuivit son assaut.
C'est alors que le grotesque heurta l'inflexible, permettant d'accéder, pour un habile corps à l'un ou l'autre des navires par un simple saut.
Revenir en haut Aller en bas
Ernst Monventeux
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Âge : 2015
Date d'inscription : 14/08/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Mer 15 Sep 2010 - 19:38

Ernst avait réussi son intégration sur le navire tant bien que mal. Et mal il avait toujours, sur plusieurs parties de son corps

Il n’était pas du genre observateur lui avait-on souvent dit. Pourtant il lui sembla bien à un moment remarquer (les cris l’avaient mis sur la piste) comme une agitation ou même un début de panique sur le navire.

Son instinct de soldat d’élite le poussa à détourner la tête de ses traces de vomi (dans lesquelles en inclinant la tête, on pouvait reconnaitre la forme d’un chasseur Scylléen mettant fin aux souffrances d’une gallinette cendrée promise à la mort)…et son pressentiment s’avéra juste. Il vit des visages effrayés, il vit de la détresse, et il vit des hommes prendre les armes. Ils fixaient le ciel. Tous. On y apercevait une sorte de coq volant entrain de faire des cabrioles circulaire, laissant de si de là divers morceaux d’une viande trop fraiche pour être honnête.

Alors que des consignes étaient données de ci de là, et qu’Ernst n’y prêtait pas encore vraiment attention, il y avait tous ces gens qui se préparaient fébrilement. Ernst n’avait pas l’âme poète, mais ces gens et leurs expressions concentrés lui évoquèrent le souvenir de Dame Radegonde les soirs de foutrerie…oui c’était à peu près ça. Une sorte de résignation à affronter courageusement la réalité, même si ça risquait d’être très désagréable. Ils étaient mignons ces petits marin de la côte, à s’inquiéter comme ça du premier petit incident de parcours.

Et puis tout se passa très vite. La bestiole, qui vraiment ressemblait à un coq, fondit sur le navire.

Evidemment, nous autre narrateurs portons un regard particulier, attentionnés à nos personnages. On ne s’étonnera donc pas que parmi la foule que constituaient les deux navires, le basilic fondit sur Ernst,au hasard.


Que pourrais-je vous dire sur la suite ?

Qu’il esquiva le volatile ?

Non.
Quelqu’un qu’il n’eut pas le temps de reconnaitre le poussa sur le côté. Pas suffisamment puisqu’une serre du volatile agrippa très douloureusement son épaule.


Qu’il se battit vaillamment peut être ?

Non plus.
Il perdit son épée, et même le fourreau qui la contenait toujours. Celui-ci n’était qu’accroché négligemment à sa ceinture, le choc l’en délesta.


Qu’il résista courageusement ?

Non.
On ne peut pas dire que s’agripper au premier truc qui passe constitue un acte de courage, tout au plus, il prouve de bons reflexes. Il s’agrippa de toute sa force à ce qu’il avait trouvé, sentant le volatile comme le porter.


A-t-il au moins fait quelque chose ?

Oui !
Ernst en refusant son baptême de l’air avait offert quelque précieux instants aux gens en armes autour de lui. Le volatile, victime d’un mauvais coup venait de se poser à côté de lui. Pas vraiment content.

Et là je serais sensé vous dire qu’Ernst a courageusement ouvert en deux la poule avec son couteau à saucisson ? Qu’il le terrassa et que tout le monde fut admiratif.

Mais personne ne se prêta à l’admiration, car ce fut le basilic qui terrassa Ernst. Le pauvre avait toujours son épaule coincée entre la serre de l'animal et maintenant que celui-ci s’était posé, il était écrasé au sol, sans n’avoir rien pu faire du tout. Et ça faisait mal. Ça faisait très mal. Je ne pense pas m’avancer en disant que son épaule droite était foutue.

Quant au basilic, il avait je crois reçu quelques coups et quelques projectiles. En tout cas, son épaule à lui allait très bien, le mécréant. Et il foutait une sacrée pagaille sur le pont.
Revenir en haut Aller en bas
Cyric
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 258
Âge : 35
Date d'inscription : 06/06/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  Inconnu
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Dim 26 Sep 2010 - 14:30


Masque de chaire éphémère du Walfen


    Cyric ne se souvint pas des nausées qui avaient suivi sa première montée sur navire. Il ne se souvint pas non plus du grincement inquiétant qu’engendrait chacune de ses avancées, ni du bruit des flots se fracassant contre la proue de leur carrosse flottable. Non, rien ne subsista aux cris de cet abominable monstre qui jaillit des noirceurs du ciel.
    Les gifles venteuses s’estompèrent tandis qu’une bête, née des pires histoires d’horreur, fonçait droit sur l’Inflexible. Mais pourquoi diantre se tenait-il sur ce pont ? Etait-ce le genre d’oiseaux qu’on voyait souvent par delà Pharembourg ? Venait-il saluer ces hommes qui défiaient la nature ? Pauvres hères qui serpentaient sur une mer traîtresse et méprisante. L’Olienne n’aimait les bateaux qu’une fois écumant ses fonds, et raffolait des marins aux poumons submergés.
    Mais tous ces ragots importaient peu alors qu’un épouvantable reptile les prenait pour cible. La langue pendante, les yeux grands ouverts, notre maraud restait coi. Cloué au plancher par la terreur. L’on grondait des ordres sur bâbord, l’on priait les dieux à tribord. L’affolement se propageait au cœur de l’équipage, qui lentement sortait de son état dubitatif.
    Un gabier vint soudainement salir le pont, ses boyaux en guise d’éponge. Par réflexe, Cyric extirpa sa flamboyante flamberge. Aetius lui avait ordonné de s’habiller, comme s’armer, en bon écuyer qui se respecte. Qu’importe, une hachette ou une louche n’aurait pas été plus efficace. Le pas hésitant, le cœur battant, notre maître assassin ne savait que faire, assez effarouché pour ne point parvenir à penser.
    L’agitation alla jusqu’à gagner les eaux, trop heureuses de pouvoir compliquer une situation déjà bien délicate. Leur coquille de noix tanguait dangereusement, ses bords semblaient pouvoir toucher les flots. Cyric trébucha deux fois contre des cadavres, venus pimenter la circulation sur le pont. Où était donc Aetius ? Qu’attendait-il pour réagir ?
    Son ultime chute le désarma. Et tandis qu’il tâtonnait les environs à la recherche de n’importe quoi, ne serait-ce qu’un bâton, les supplices d’un homme en peine retentirent sur bâbord. Un regard dans la direction indiquée, puis notre Sicaire pissa dans son froc. L’oiseau terrible se tenait là, ses serres venues saluer l’épaule d’un pauvre marin. L’immondice crachait son venin comme un général plantait son drapeau sur les monts de ses nouvelles terres.
    Un élan de courage ? Nullement. Un souffle de folie ? Peut-être. Un geste de dépit ? Sans doute. Un acte désespéré ? Principalement !
    Cyric empoigna ce que l’histoire laissa aux méandres de l’oubli. Il se redressa, hébété, avant de finalement charger tête baissée en direction du basilic. Ses hurlements avaient autant d’impact que de sens.
    Le combat fut bref. Cyric n’eut pas le temps de comprendre, et il en remercia les Cinq. Ses côtes trinquèrent à sa santé, son cœur chavira, du sang se déversa, un Sicaire vola.
    Mais alors que ses yeux se perdaient dans les profondeurs d’une mer affamée, l’une de ses mains traînardes parvint à gripper le rebord de l’Inflexible. Un véritable spectacle de trapéziste confirmé venait d’être joué. Où étaient les acclamations et la foule en délire ? Sans doute parties avec l’allégresse d’une virée devenue trop rapidement cauchemardesque. Son épaule le lança, souvenir de son échappée hasseroise. Dans un ultime effort, ses ongles laissèrent une signature insignifiante dans le bois, telle une griffe, tandis que son esprit tout entier sombrait dans le néant. Une seule sensation subsista, un froid brûlant.



Dernière édition par Cyric le Mer 1 Déc 2010 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 27
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   Jeu 21 Oct 2010 - 13:47

Le carnage aurait pu être total si une poignée de marins aux reins solides n’avaient pas eu le courage d’enserrer la monstruosité sous une lourde corde qu’ils avaient fixé sur le pont. L’animal, mal à l’aise, s’était mis à se débattre pour se libérer de l’attache, et les autres marins y virent un signe de faiblesse. Le monstre voulait s’enfuir, sus à lui ! Des émules apparurent, et bientôt on lança d’autres cordes pour bloquer la chose. Les tentatives furent plus ou moins réussies, bien sûr, mais l’opération, somme toute, fut profitable. Car malgré le choc que provoquèrent les marins mervalois, qui, incompétents comme on le disait à Pharembourg, avaient été incapables de diriger leur coquille de noix, l’équipage comtal tint bon et s’acharna sur le monstre entravé. Même l’orage qui se leva ne provoqua pas la moindre panique.

Les hommes de Scylla et de Merval, à présent regroupé dans une marée humaine, voulaient tous larder la chose d’un coup de sabre. Bien sûr, cette dernière n’oubliait pas de gesticuler, assenant elle aussi des coups fatals aux plus entreprenants de ces soldats assoiffés par le sang. Rugissant et se débattant de toutes ses forces, le basilic finit par se libérer et, d’un bond périlleux, s’envola. Le coup de théâtre fut soudain et total. Les marins, redevenant des hommes superstitieux plutôt que des carnassiers, se mirent à paniquer, craignant que la chose ne se vengeât de tout l’acier qu’ils avaient introduit dans ses chairs. Ainsi, les hommes tentèrent de se cacher tant bien que mal, couraient en tous sens et surtout sur les camarades qui étaient tombés dans la panique générale. Aetius, un brin de folie sur le visage, continuait, depuis le début de cette rencontre, à s’amuser avec un arc qu’il avait trouvé là. Tirant avec méthode ses flèches, il les décochait, une par une, pour qu’elle atteigne sa cible. Toutes blessaient la monstruosité, qui était grosse et très proche. Il était étonnant de voir à quel point ce jeune homme souvent sanguin se détachait de la scène. Peut-être était-ce à cause de cet alcool qu’il avait ingurgité lorsque le voyage était encore paisible et ennuyeux, ou peut-être était-ce parce qu’Ernst, son fidèle vassal (qui le prévint d’un assassinat contre sa personne), ne devait guère apprécier avoir une griffe de basilic bloquée dans l’épaule. OU ENCORE : son non moins fidèle écuyer qui avait été propulsé hors du pont par l’immondice.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[EGA] L'aventure commence ! [embarque qui veut ! (ouais !)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Partons à l'aventure !
» Duvalier veut-il redevenir président?
» Que Veut Hamas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Comté de Scylla-
Sauter vers: