AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les voies du destins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Les voies du destins   Lun 6 Sep 2010 - 22:24

Maintenant que ses supérieurs avaient offerts la jeune femme sous la bonne garde de la promise du Baron, Cassiopée n’avait eu qu’à faire ses bagages. Son entretien avec le baron avait été bref. Une chance, son cœur battait toujours la chamade. Il ne savait pas. Elle était donc la seule au monde à connaitre le secret de Daniel, sauf peut-être Karina.

Elle avait soigneusement rangé ses robes usées avec la même délicatesse, de ce qu’elle possédait : des rubans pour ses cheveux et la lettre. Elle avait fait sa quatrième lecture, lorsqu’elle la rangea.

Malgré l’éclipse, elle prit soin que l’on ne la voit pas quitter. Aller au marcher de Missède était une activité courante dans sa vie. Elle le faisait toujours à pied. Elle se disait que le temps lui laissait son moment de liberté. Moment où elle revoyait sa journée.

Aujourd’hui, elle aurait voulu oublier. Elle aurait cru son destin moins cruel. Elle aurait cru qu’Amédée aurait ouvert les yeux à Viktor. Que Daniel aurait laissé une lettre cachée. Non rien. Qu’une simple tâche de servante : se rendre à Afayel.

Distraitement, elle marcha à travers le marché de Missède. Plusieurs commerces de fermer. Quelques braves commerçaient pour le plaisir des gens, qui bravaient ce phénomène. Ce qui n’attirait guère les nombreux gens. Alors qu’elle mettait fin à ses courses, elle entendit une mélodie.
Elle ferma les yeux le temps d’un instant et se sentit emporter, par le vent. Son cœur s’emballait si vite. Ses pas ne furent pas guider sur le chemin du retour, mais bien en direction de cette musique.

Un petit groupe de gens s’était amassée près de la jeune artiste. Rien de plus magnifique qu’une chanson pour égayer les cœurs dans ce monde d’incertitude. Surtout lorsque la population ne savait plus diriger leur pensée.

Cette musique, cette voix, si douce au son du vent. Cassiopée n’écoutait qu’elle. Il lui semblait connaitre cette mélodie. Ce chant, un chant qui la libérait. Elle voudrait tant partir loin de Missède. Quitter tout ce qu’elle ne possèdait pas. Même son propre destin. Elle voulait fuir son destin de vivre dans le mensonge et d’inconnu. Elle voulait vivre. Être libre de choisir, de ne pas recevoir d’ordre. Elle ne pourrait fuir sans conséquence, elle connaissait son baron, son demi-frère ....

Cassie ne se rendit point compte que la mélodie avait terminé, que les gens avaient applaudi avec honneur la prestation. Ils se dispersaient déja tous. Sauf la servante de Missède. Elle fixait la jeune femme. Lorsque leurs regards se croisèrent Cassiopée sourit. Signe qu'elle avait plus qu'apprécié.
Revenir en haut Aller en bas
Amshet Ahk Afah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  105 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Mar 7 Sep 2010 - 14:29

    Un voile de ténèbres c'est tiré sur le monde, voilà quelque jours que le monde ne tourne plus très rond le temps c'est figé dans sorte de nuit profonde dans lequel il ne veut plus sortir, un coma dans lequel nous étions tous pris au piège. Nous ne pouvons rien faire pour nous sortir de cette profonde torpeur qui nous assaille, nous simple mortel nous nous tournons vers les dieux espérant avec foi et conviction qu'ils feront revenir le soleil. Certain ce pose les questions s'ils nous punissent pas pour nos erreur et promesse sans réellement le penser de changer. Les gitans eux sont persuader qu'il s'agit là d'une punissions des dieux, ils finiront bien par lever se voile de noirceur les gens du voyage sont des gens simples qui n'ont aucun soucie et ne commette général guerre de crime à part si rendre le sourire au bonne gens de ce monde qui s'enfonce de plus en plus dans les guerres est un grave péché ? Les ténèbres environnante ne les empêches guerre de se déplace ils connaissent les routes par cœur il les fréquentes tellement souvent qu'elle n'ont guère plus grand secret pour elle. Non ce qui est déroutant c'est qu'ils savent plus quand se lever et quand se coucher, puis dans cette noirceur les routes ne sont guère sur, les bêtes nocturnes sont toujours aux aguets prête à bondir de n'importe quel buisson. Les animal si perde totalement et ne savent plus quoi faire, quand manger, quand dormir si cette longue nuit ne finit pas très les troupeaux vont vite voir leur nombre diminuer et les loups ainsi que les autres bête carnivore risque de se ruer sur les bergeries voir même s'en prendre aux hommes.

    Le bon peuple ne savait plus vers qui se tourner, mais surtout ils ne savent pas sur qui rejeter la faute. Car oui il faut un coupable qui vont-ils encore accuser ? Les drows ? Peuple des ténèbres qui a déjà sur son dos un lourd passé. Guenièvre elle ne connaissait guère le peuple Drow et de quoi il était capable, elle en avait juste entendu parler lors de ses divers voyage sur les terres humaines, ils disaient que c'était barbare, des monstres et bien d'autre chose. Guenièvre avait bien apprit une chose il ne faut pas contre dire un homme une femme ne traite pas les affaires de guerres, ce qui l'empêche de beaucoup penser et de réfléchir à bien des choses. Elle ne donne jamais son opinion c'est une gitane elle ne doit pas s'immiscer dans la vie des autres peuples, les gens du voyage sont prudents leurs gagne pain c'est les tours qu'il montre à travers tout le pays sa et là. S'il arrivait qu'elle est des problème avec la noblesse d'une baronnie qu'elle traverse elle risquerait de ne plus avoir le droit d'y entrer sans ajouter que se serait une perte de capitaux pour le clan. Car oui les gens du voyage sont hiérarchisé un peu comme le bon peuple, sauf qu'ils ont leurs propre règle bien et coutume.

    Et aujourd'hui d'ailleurs les gitans c'était dit que peu importe la noirceur qui les enveloppaient, il devaient travailler. Le travaille de Guenièvre était pas bien compliqué. Les gitans avaient installés des bougies en forme cercle sur la place du marché et ils les avaient allumés, la chanteuse avait alors prit place au centre du cercle, et pour appeler les rares passant elle donna de la voix. Une voix d'un rare finesse, d'une élégance prodigieuse, au ton suave et chaud qui contait l'histoire d'un long voyage autour de cette terre. Le jeune demoiselle faisait ondulait son corps au rythme de sa voix et celui de la guitare qui l'accompagnée. Elle dansait tout en mimant les paroles pour que personne qui c'était amassé autour d'elle la comprenne. Le ton de sa voix était divers et savait suscité chez son publique le petit pincement au cœur et leur donnait des frissons incompréhensible.

    Le chant touché à sa fin un jeune demoiselle au cheveux couleurs ébène et à la peau laiteuse vient rejoindre le grand nombre d'homme qui c'était arrêté pour l'écouter chanter. Elle les salua tous et à la vue du sourire de la jeune femme la gitane fut que doublement satisfaite, certain homme lui lancèrent une pièce ou deux. La flamme qui luisait dans le regard de la belle brune elle le connaissait elle avait eu le même à une époque intriguée elle la prit par la délicatement et s'en fuit avec elle d'un pas léger. Ses collègues, amis et frères prirent sa place et lancèrent un autre spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Mar 7 Sep 2010 - 18:34

Cassiopée ne put s’empêcher de sourire. Elle se rappelait quand elle restait assise près de sa mère qui faisait la lessive au palais. Elle chantait d’une voie douce qui lui permettait d’oublier ses problèmes d’enfants. Elle n’avait pas eu la pire, mais pas la meilleure, Elle aurait voulu sourire plus souvent et avoir un père. Mais Olivia n’avait qu’un homme dans sa vie. Cassie donnait encore libre à ses pensées lorsqu’elle se sentit entrainer.

Et pourtant, elle qui avait un comportement si farouche, si apeurée se laissa emportée. Elle avait ouvert les yeux, pour ne pas trébucher, mais elle avait aussi les courses qu’elle devrait ramener à Missède.

Ou m'amenez-vous ?

Elle comprenait bien qu'elle l'amenait à part.

Si Cassie avait toujours eu peur d'une chose c'était bien la peur de l'inconnue. Pour elle toute question avait une raison ou une réponse. Même les dieux et leur eclipse ne lui faisait pas peur . Et pour une seule raison. Elle était la fille de Daniel. La demi-soeur de son baron et la seule envie de voir la réaction de Viktor, l'animait . Mais voila, c'était son avis. Elle n'avait pas peur de cet épreuve que tout le monde vivait.

Mias elle avait plus envie de sa vie. Elle voulait être libre . On lui avait briser le coeur trop souvent ces derniers temps. Elle savait que tout ce qu'elle possédait n'égalait pas sa liberté. Elle était une batarde. Elle voudrait s'enfuir de Missède. Partir pour toujours. Elle ne voulait pas errer. Elle voulait un changement d'identité.

Elle regarda la jeune femme. Ses yeux brillaient de liberté de plaisir et de joie de vivre.

Qui êtes-vous ?

Elle délaissa la main et arrêta.
Revenir en haut Aller en bas
Amshet Ahk Afah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  105 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Jeu 9 Sep 2010 - 19:16

    La peur de l'inconnue, chose que Guenièvre ne connaissait pas elle avait toujours été une aventurière, une amoureuse de la vie. Oui ça se lisez sur son doux visage, elle courait pieds nus sur les pavés froids de la ville plongée dans la plus totale obscurité. L'étrangère suivit plus ou moins la cadence, même dans le noire étrangement la gitane savait ou mettre les pieds, ce n'était pas première fois qu'elle venait ici. La demoiselle avait une assez bonne mémoire des lieux qu'elle traversait, elle n'avait donc aucune difficulté à savoir où elle était. Elle entendit alors la voix de la jeune femme qu'elle tirait avec elle, elle lui demandait où elle l'amenait, à vrai dire Guenièvre ne savait pas elle même où ses pieds pouvaient bien les guider. Mais à quoi bon savoir où l'on va ? Après tout sans risque la vie perd énormément de couleur. Suivre les chemins tous tracés, sans jamais faire de bêtise, la vie devait être bien fade pour les gens de la ville. Les nomades comme elle et ses frères, ses sœurs avaient une vie de rêve comparé à eux. Oui car il faut bien le dire sans obligation, on voit la vie bien différent, quand Guenièvre se demande si elle n'avait pas trouvé les gitans ce qu'elle serait devenu elle se voit marié avec des enfants... Mais cette image qui est sans doute belle pour bien des femmes elle la trouvait tellement fade et avait si peu d'intérêt pourquoi s'attacher éternellement à un autre être et perdre sa liberté ? La chose que les dieux nous ont offert qui à ses yeux étaient sans doute la plus précieuse en se monde de guerre.

    Le privilège de pouvoir faire ce que l'on souhaite n'est pas offert à tout le monde, il y avait tant d'hommes et de femmes attachés à leurs familles, à leurs biens et à ce qui est matériel. Mais tout ça ne fait que pour durée un temps, et l'on en guérit le jour ou on par les pieds devant. Guenièvre avait choisit la liberté, fuir toutes sortent d'obligations, ne jamais trop se lier à des personnes étrangère au clan était une façon de ne jamais regretter ce qu'on laisse derrière soit. Les gens du voyages sont ainsi ils vivent sans autre attache affectif que celle du clan. Guenièvre avait apprit à en faire de même, le regret c'est toujours ce qui pèse le plus lourd sur les épaules d'un voyageur. Mais aujourd'hui on pouvait dire que la jeune femme qui se trouvé en face brunette avait des ailes dans le dos on la croirait capable de voler tant elle était heureuse de sa vie. Une vie sans loi, une vie sans obligation, sans ce soucier d'où elle sera demain, elle avancera sans fin, sans jamais se poser de question il y avait des jours avec et des jours sans, mais jamais elle ne serait prisonnière de leur monde si compliqué et trop réglementaire.

    La course prit fin à une ou deux rues plus loin. Le corps des deux jeunes femmes plongées dans une obscurité quasi parfaite. Elle était légèrement dissipée par la lumière des bougies des caravanes gitanes juste quelque mètre plus haut. Elle lui avait lâché la main, lui demandant qui elle était. La jeune femme souriait toujours ses yeux étaient remplie d'une étrange douceur. Elle lui fit une révérence et fit à nouveau entendre sa voix de rossignol :

    "Guenièvre Chatôpers, puis-je vous retourner la question ?"

Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Sam 11 Sep 2010 - 14:59

Cassiopée n'avait jamais été une fille difficile. Sauf à la mort de sa mère. Elle avait passé près de trois jours perchés sur un arbre, maudissant Daniel, le père de son baron. Elle s'évadait souvent du palais du baron , lorsqu'elle terminait ses tâches.

Cassie respira à fond pour garder le rythme de cette course effrené. Elle ressentait bien des émotions.Partagé dans le doute, elle voyait comment la vie pouvait défiler aussi vite que cette course.

Lorsqu'elle s'arrêta, Cassie reprit un peu son souffle. Son dernier jour,serait-il compté ?. Elle n'en savait rien. Mais elle n'avait pas peur. Elle se sentait en parfaite harmonie avec elle-même et encore, elle se sentait tout a fait confiante. Cassiopée ne jouait ou discutait que sur des territoires qu'elle connaissait.

Mon nom est Cassiopée Chatel.

Rarement, elle utilisait le nom de sa mère. Mais, elle l'apprivoisait de plus en plus, pour ne pas porté le nom de son père. Elle aurait eu honte, surtout devant ses amis et encore plus devant Viktor. Elle en avait presque le plaisir de ne pas être Viktor. Avec une vipère comme mère.

Vous avez une très belle voix.

Elle sourit. Elle n'avait pas bégayer ou devenir rouge comme une tomaateé Elle se sentait en confiance devant Guenièvre. Comme si elle était de vieilles amies depuis toujours.

Une voix comme on en connait si peu.

La complimenta la jeune demi-soeur du baron.

La seule qu'elle ait bien connu c'était celle de sa mère. Lorsqu'elle l,endormait le soir, ou la réconfortait de son sort. Parce qu,Olivia était la seule qui comptait pour elle. Les autres étaient que des amis. Même si elle aurait aussi aimer garder la liberté et encore plus, son gout de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Amshet Ahk Afah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  105 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Mar 14 Sep 2010 - 14:58

    Destin, impénétrable destinée que l'on dit déjà tracée. Comment peut-on dire que notre vie est déjà écrite l'avance ? Le hasard, les rencontre et nos ne forge-t-il pas notre destinée au fur et à mesure des jours ? Il ne faut jamais se laisser piéger dans les filets de la fatalité de notre dite destiné. Guenièvre n'avait jamais faite cette lourde erreur qui rendait la vie bien amère. Elle regardait la jeune femme devant-elle son regard était celle d'une femme avec des obligations, une femme don la droiture ne faisait aucun doute... La servitude que cela devait être triste de répondre au ordre d'une personne qui ne voyait rien d'autre que son nombril, mais surtout qui n'apprécier souvent guère son personnel et ne le traité pas en égal. Guenièvre avait choisit un chemin bien loin de celui-ci, si elle n'avait pas rencontré le clan elle serait sans devenu comme Cassiopée... Cette idée faisait frissonné la belle rousse, non pas de dégout, mais elle ne pensait pas avoir sa place dans le monde des nobles. Elle avait eu une bonne éducation et n'avait pas toujours été une gitane. Doucement elle avança vers la brune, les gitans pouvaient parfois faire peur, elle entendait souvent murmurer dans son dos que les gens comme elle était rien de plus que des voyous. Les gitans souffraient d'une mauvaise réputation qui était souvent injustifiée, les bonnes gens n'aime pas trop la différence de plus il y avait une frontière monumental entre leur deux mondes. C'était presque détestable de voir à qu'elle point les personnes qu'on appelle les gens bien pouvoir s'attacher à toute sorte de bien... Les biens et la richesse les faisaient certes vivre bien mieux que les gens du voyage mais, rien ne vos la chaleur humaine les possessions matériel rendait le cœur des hommes bien trop amère...

    La gitane lui montra une pièce en argent elle la fit jouer entre ses doigts avec souplesse et rapidité, un petit tour de passe-passe qu’on apprend au enfant. Elle posa la pièce au creux de sa main la ferma soufflant légèrement sur sa main quand elle ouvrit la pièce n’y était plus, elle passa main derrière l’oreille de Cassiopée et elle tenait à nouveau la pièce entre deux de ses doigts. Lui prenant doucement la main elle posa la pièce au creux de sa paume refermant les doigts de la brune sur cette dernière.

    « Quel est votre vœu le plus chère ? »

    Pour prendre de bonne décision il faut avoir les moyens de le faire, cette pièce représenter en quelque les moyens dont-elle avait besoin. Mais avant tout il faut y croire car quand on ne croit plus en rien on se perd bien vite dans les limbes de songe bien trop morbide pour arriver un jour à s’en dépêtrer. La rousse ne le souhaitait à personne, il n’y a pas de moment plus heureux et plus doux que le jour où l’on se rend compte que l’on a vécu et que l’on a achevé tout ce qu’on désirait faire. Il faut apprendre à vivre pour soit même et non pour les autres.

    (pas très inspirer navré)
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Sam 18 Sep 2010 - 3:56

Cassie scrutait les moindre mouvement de la gitane. Mais comme totue surprise, elle avait appris`à ne pas se laisser duper. La question lui donnait un vertige. Comme si tout d'un coup, on lui offrait de refaire sa vie ailleurs, dans une autre monde, un autre corps et destin. Elle avait ouvert la main et semblait distraite. Ce qu'elle voulait vraiment ? Elle voulait vivre. Ce qu'elle ne pouvait faire depuis le premier jour de sa naissance.

Son voeu le plus cher ? Revoir Daniel lui sourire et lui apprendre les triste nouvelle. Elle avait comme voeu de s'échapper. De ne pas mourir comme sa mère dans la servitude. Mais Olivia avait toujours servit l'amour, plutôt que la servitude. Elle avait tant de voeu. Dire au baron qu'elle le quittait pour toujours. Qu'elle partait de Missède et adieu les soucis. Mais au-delà du baron c'était Viktor. Elle voulait tant de bien pour lui, son demi-frère. Il n'agirait pas ainsi. Elle avait tant de regret, mais elle n'était que cuisinière et servante. Jamais une lettre conviendrait de support. Amédée l'avait laissé tomber aussi. Il le savait. Il ne lui restait que deux voeux. Deux voeux réalisables, mais un portait conséquence à l'autre.

Rester auprès de son frère qui l'en a horreur, parce qu'elle le défie, ou la liberté . Celle qu'elle avait voulut pour sa mère. Elle avait été libérée le jour de sa mort.

Cassie retourna la pièce plusieurs fois dans ses mains et soupira avant de la tendre devant Guenièvre.


Mes voeux portent conséquence l'un à l'autre. Ils sont donc aucunement réalisable jusqu'à ce que l'un de l'eux m'amènent sur une autre voix. . Les deux ne peuvent pas se réaliser, car il n'y a qu'une petite marge erronée. La vie est injuste, mais le choix sera compliqué et long.

On n'y pouvait que rien. Viktor était sous la bonne éttoile. Elle se souvenanit mêm Adémée, qui lui avait dit que les Missède était gens bien spéciauX. Cassie avait développé un attache avec lui, mais sans qu'il en soir consicente.

- Vous vouliez la liberté



(dsl j,étais pas dans le mood)
Revenir en haut Aller en bas
Amshet Ahk Afah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  105 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Dim 19 Sep 2010 - 15:17

    Elle regarda la jeune femme songeuse devant elle, elle jouait avec la pièce qu'elle venait de lui mettre dans la main. Tout le monde quand on leur posait cette question réfléchissait longuement, mais étrangement il y avait toujours une chose qui désirait plus qu'une autre. Malheureusement cette dernière n'était pas toujours réalisable, les hommes trop avide de richesse, de devenir roi à la place du roi, et bien d'autre chose encore. Elle son vœu était sans conteste plus simple, aussi simple que de prendre ses jambes à son cou pour fuir la ville, ainsi fuir les ténèbres qui semblait la perturbé pour de bon. Mais au lieu de ça elle lui rendit sa pièce insinuant que ses vœux était réalisable, mais que tout deux portés conséquence à l'autre.

    Cette pièce n'était pas une pièce capable de réaliser les vœux mais juste capable de ranimer l'espoir au fond de son cœur qui semblait peu à peu se tarir. Personne ne semblait faire attention à cette pauvre enfant qui était en proie au doute et désespoir, la gitane récupéra la pièce la lançant en l'air la rattrapant, jouant comme une enfant elle en fit apparaitre une seconde et la fit disparaitre à nouveau. Elle allait très vite il était difficile de suivre les doigts de la jeune femme. Elle lui montra à nouveau la pièce, mais cette fois elle était trouée, enfilé dans un lacet de cuir.

    Les tours de passe-passe sa connaissait bien les gitans c’était même des pros dans cette art, capable de faire disparaitre et faire apparaitre ce que bon leur semblait quand il le voulait. C’était un petit jeu pour bien perturbé les passant, mais il n’y avait pas plus simple au monde. Délicatement elle passa autour du poignet de la demoiselle le lacet de cuir et cette pièce trouée. Guenièvre souriait et se mit à chanter quelque parole très simple dans le simple but de faire encore un peu réfléchir la jeune femme sur ses désirs. La voix de la gitane se teinta d’une douce mélancolie, elle finissait d’attacher le lacet.

    « Les oiseaux qu'on met en cage
    Peuvent-ils encore voler ?
    Les enfants que l'on outrage
    Peuvent-ils encore aimer ? »

    Elle n’ajouta rien d’autre plongeant ses prunelles noires olives dans ceux de la jeune femme.



Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Les voies du destins   Ven 24 Sep 2010 - 15:10

Pourquoi tout la ramenait à Viktor? Il y avait tant de gens, mais ses pensées étaient liées `un seul homme, un seul désir. Viktor et sa liberté. Cassiopée ne savait pourquoi elle cachait tant de malheur. Il y avait eu sa mère, maintenant défunte, et son père. Elle était donc orpheline. Elle détestait tout de cette vie. Elle était seule et travaillait pour son frère le baron. Quel ironie du hasard. S'il serait encore vivant, elle aurait exigé son retour dans la petite châtelaine, ou, elle était si bien.

La pièce qui virevoltait entre les mains de la jeune gitane ressemblait à Cassiopée. Elle pouvait être libre,mais un jour elle se ferait rattrapper. Elle sortit de ses pensées lorsque Guenièvre reprit une pièce trouées. Avec sarcasmes, elles se disaiennt que chaque jour et nuit, elle pleurait la mort de ses parents.

Elle savait que son destin serait toujours le même, mais elle voulait partir du bon pied avec Viktor.

Je ne saurais expliquer au baron mon départ et encore moins, auprès de son épouse. La possibilité de fuir, m'est interdit.

D'un coté, elle voulait découvrir son destin, dans les murs de Missèdes, mais d'un autre coté, elle ne voulait pas dépendre d'un seigneur et encore moins d'un homme. Elle avait la rage intérieure. Elle devait choisir alors que tout lui était innacessible.

Elle voulait pleurer, mais elle n'y arriverait pas. Elle voulait crier, mais aucun mot ne sortait de sa bouche. Elle caressa le bracelet.

Ma vie n'Est pas celle de liberté...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les voies du destins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les voies du destins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les voies du destins
» Les voies de la damnation - les cendres de Middenheim
» Liste des prérequis pour les 6 voies
» Les Voies de la Damnation (2) - Les Tours d'Altdorf
» Histoire des Destins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: