AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un mentor ça ... !?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Un mentor ça ... !?   Mer 8 Sep 2010 - 18:22

Nakor avait haussé haut un sourcil, le droit, sans que le gauche ne bouge. Un soldat venait de frapper à sa porte et de lui transmettre un étrange message. La Baronne de Merval lui demandait de venir à lui, rapidement si c'était possible, en des mots bien sur, élevé et plus que soutenu! Le vieillard avait lu la lettre une seule fois puis s'était levé dans sa chambre, avait remercié le soldat puis avait fait claquer la porte d'un coup de main magique, sans donc toucher ladite porte! Il avait alors relu la lettre doucement mais n'y décela pas le but réel de cette demande d'entrevue. Il posa alors cette étrange demande écrite sur son bureau, saisit son bâton magique, qui lui servait simplement de bâton de marche! Il ouvrit la porte et descendit les marches rapidement. Une fois en bas, Nakor sortit dans la cours du château et s'arrêta net. Une petite troupe de soldat de Merval étaient là, bien droit, ils attendaient le mage. Nakor se remémora soudain la tête du soldat quand il avait fermé la porte : il avait l'air de vouloir dire encore quelque chose. Il voulait certainement le prévenir que la lettre s'accompagnait d'une petite troupe. Nakor prit toute sa contenance et demanda d'une voix forte, une voix qui avait l'habitude de se faire obéir

"Qui est le chef de cette troupe!"

Un des hommes s'avança et dit simplement, en portant sa main à son cœur

"C'est moi même Maitre magicien mer...
-Voila assez de formalité Capitaine.
-Je ne suis pas Capitaine Maitre magicien je suis ...
-Vous vous rendrez bien vite compte mon cher que je me moque des grades. Ce n'est pas une impudence et un manque de respect envers vous et les efforts que vous avez mené à terme afin de devenir ce que vous êtes, mais simplement pour moi, il y a le roi que je nomme, en m'écorchant la bouche, Monseigneur, il y a les militaires au dessus des soldats, que je nomme Capitaine et il y a le reste des hommes que je nomme par leurs prénoms quand je le connais! Vous serez donc Capitaine pendant que nous voyagerons ensemble, car c'est bien le but de votre venu n'est ce pas? M'accompagner, sans me dire pourquoi votre Maitresse veut me voir."


Le soldat, sembla perdre un tout petit peu de contenance, en effet le mage avait vraiment l'air d'un vieil homme sage et un brin dangereux. Et puis la Baronne voulait qu'il vienne, alors il devrait lui passer ses petits caprices l'espace d'un instant. Il sembla réfléchir un peu et dit simplement

"Vous semblez être à la hauteur de votre réputation et des attentes de Ma Dame La Baronne de Merval. Voulez donc bien nous suivre Maitre magicien?
-Aussi improbable que cela puisse paraitre ... oui, je veux bien venir voir ce que cette chère Dame veut de moi!"


Nakor se mit à sourire, d'un sourire chaleureux et avança fièrement, en devançant les soldats et força le pas. En effet, Nakor avait passé ses six cents vingt quatre ans de vie à marcher partout dans le pays. Sa magie l'aidant inconsciemment, il adorait marcher sur de longues distances sans baisser le pas. Les soldats, comme un seul homme, emboitèrent le pas au vieillard à longue barbe et ils marchèrent vers Merval. Sur le chemin, ils eurent le droit à des chansons paillardes, des danses, des fous rires, des explosions, des bougonneries et tout ce qui pouvait caractériser Nakor. C'est donc des soldats un brin nerveux, un brin hilare qui entrèrent en Merval, amenant le magicien à la Baronne. Les jeunes étaient étonnés de voir que ce vieillard, presque momie vivante, avait tenu le pas, voir, avait montré plus de fougue qu'eux. Celui qui commandait guida donc le magicien jusqu'à la Baronne et le présenta, dans un salon somptueux et plein de riches objets dignes d'un noble du monde humain. Nakor avança donc dans la pièce, s'inclina tout en enroulant sa longue barbe blanche autour de son bâton et releva sa main afin que jamais sa barbe ne touche le sol.

"Bien le bonjour à vous Ma Dame la Baronne de Merval, je suis Nakor, conseiller en magie du roi Trystan! Et je suis aussi très intrigué par la lettre que vous m'avez fait parvenir."

Nakor déroula d'un coup habile, sa barbe blanche et attendit que la Baronne se présente et démarre la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Mer 8 Sep 2010 - 20:34

La petite escouade de preux avait été dépêchée à peine quelque jours auparavant vers les murs de Diantra qu'elle rejoignait déjà ses terres, affichant sur les visages de ses membres, outre les traces d'un voyage visiblement éprouvant pour les nerfs et pour les corps, la félicité des féaux ayant accompli avec honneur leur devoir.

Lorsque le paterne Nakor pénétra dans la salle de réception, La dame de Merval gourmandait avec une ferveur inhabituelle une jeune femme de chambre qui tenait tête basse devant sa maîtresse. il n'était guère besoin d'être grand chambellan royal ou décorateur chevronné pour deviner les raisons de ces admonestations lorsque l'on constatait le baroque inhabituel de la pièce de réception, d'ordinaire plus austère qu'un mausolée. Des bibelots plus ou moins dorés jonchaient la lourde tablée, des rideaux d'un goût Scylléen pendaient le long des étroites trouées et des tapis fuschias étaient disposés sur le sol, invitation à la migraine pour tous les sujets sensibles.

A l'arrivée de l'auguste hôte, le seigle matois congédia d'un geste de la main sa larbine et tourna son regard bicolore vers le vieux magicien. Une fois n'est pas coutume pour la baronne, elle avait particulièrement soigné sa toilette et arborait sa plus déléctable robe d'apparat, en riche tissu aigue-marine. Certains, parmi les plus rigolards hobereaux de Merval avaient fait quelques contes au sujet de la venue d'un vieillard de Diantra, la rumeur voulait qu'Eulalie "volusse fort caducque espoulx por goustez li mervoyeuse et esbaussiantes richery d'iceluy".

loin d'en vouloir aux richesses (sans doute par ailleurs peu esbaudissantes) de ce docte patriarche, la baronne semblait nourrir de tout autres projets le concernant.

Elle étendit les bras et sourit fort honnêtement à Nakor.


"Soyez, seigneur Nakor, le très bienvenu dans mon humble palais, qui n'a sans doute en aucune façon le faste des demeures de Diantra, mais qui pourtant s'enorgueillit de quelques hauts faits. Je me nomme Eulalie de Merval, baronne de ce fief et maîtresse de cette maison. Si vous daignez bien pardonner la façon cavalière que j'ai eu de vous traduire jusque devant moi, je vous dirai l'affaire qui m'occupe tout à l'heure."

La baronne parlait d'une voix claire, noble comme elle l'aimait et un brin précieuse. Son visage semblait rayonnant et pénétré par la fonction, cet être lui faisait l'effet d'un mage ancien mais elle ne savait guère ce qu'elle pouvait en attendre... Tout ce qu'elle en avait entendu n'etaient que des racontards, des hauts faits ou des rumeurs sur sa réputation, mais elle n'avait jamais cotoyé quiconque avait approché de près ce Nakor.

"Veuillez m'excuser pour l'apparent désordre qui règne ici... Mais mes gens sont d'incorrigibles rustres." Cette phrase, sortie du fond du coeur tranchait avec l'allocution première, mais Eulalie, se reprit instantanément. Elle jeta un regard vers un laquais en somptueuse livrée et un simple mouvement de pupille enjoignit le serviteur à proposer des sièges aux deux interlocuteurs.

"Votre réputation vous précède en ces murs, noble Nakor, et je me vois bien émue de vous demander quelconque service alors que je ne suis que baronne et que vous servez notre bon roi en personne. Je n'irais pourtant pas par quatre chemins. La raison qui m'a poussé à vous inviter est simple... je suis baronne et je n'ai, par ma condition de femme aucune aptitude au combat et je n'appris jamais les arts magique, aussi peut-être arrivera le jour ou, bafouant ma légitimité, l'on me repochera..."

Elle s'arrêta soudain...

"Mais, j'oublie toute mes manières... Peut être désirez vous vous reposer un peu après un tel périple. " Se tournant vers le valet. "Octave, des rafraichissements je vous prie." Puis à nouveau vers l'hôte "Du thé, de l'eau, du vin, quelque liqueur?"

Le seigle dissimulait habilement sa caractéristique froideur et son aigreur diffuse, mais un esprit aussi acéré que celui du magicien percerait peut être la carapace affable de cette jeune créature.


Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Jeu 9 Sep 2010 - 15:52

Ainsi donc, telle était la Baronne de Merval, une noble froide aux abords et qui était apte à mettre plus bas que terre quelqu'un qui était supposé, selon des règles édictés par des gens qui avaient le pouvoir, lui être inférieur. Nakor plongea son regard dans celui de la jeune maitresse de la baronnie et observa sans siller, les étranges yeux de la femme : un vert et un brun. C'était une caractéristique physique bien rare que d'avoir des yeux vairons. Le mage regarda ensuite la jeune servante fuir devant les ordres gesticulés par sa maitresse. Il regarda une dernière fois la pièce puis revint vers la baronne. Elle le salua chaleureusement et Nakor, presque forcé de prendre un siège, se laissa faire et attendit que la jeune femme prenne la parole. Eulalie donc, et qui continua longuement jusqu'à proposer un verre au vieillard. Le mage s'avança un peu sur sa chaise et glissa, avec beaucoup de légèreté

"Je ne résiste jamais à un verre de vin rouge!"

Nakor attendit d'être servi et ajouta, une fois que le verre fut dans sa main.

"En effet, le vin permet bien des choses : en plus de pouvoir éventuellement s'enivrer, il donne une idée de la qualité de son hôte!"

Et avec un grand sourire sur les lèvres, but une longue gorgée de ce vin. Il n'était pas trop mal, un peu sec, rugueux une fois avalé, et relativement froid au niveau de sa température. Sans rien dire, Nakor se mit à rire dans sa barbe, puisque le vin était à l'image de l'accueil de la Baronne. Le vieux fou détestait les nobles qui se prenaient pour mieux que les autres et il ne tarderait pas à le faire savoir à la Baronne. Nakor se frotta la barbe et ajouta alors, d'un ton suspicieux

"Ainsi donc votre cousine Morgause n'a jamais prit le temps de vous enseigner les arcanes magiques."

Un petit silence s'imposa, en effet, Nakor connaissait les familles de nobles qui entouraient le roi Trsytant et il les avait étudié de prés. Il connaissait donc celle qui était à la place de la Baronne, il y a encore quelques temps. Nakor avait usé d'un verbe bien précis, il n'avait pas dit que Morgause n'avait pas eut le temps de transmettre son savoir, mais qu'elle ne l'avait pas prit! Une petite pique lancé par le vieux fou, pour voir la réaction de la jeune femme. Avait-elle de l'esprit? En tout cas, Nakor ne faisait preuve d'aucune manière digne de la cours du roi

"Il faut que vous compreniez plusieurs choses avant d'aller plus loin dans cette discussion Eulalie ... ho ... je peux vous appeler Eulalie, Eulalie?"

Nakor adorait ce jeu de mot des plus stupides qui consistait à demander la permission pour quelque chose qu'il faisait sans se gêner! C'est donc avec un sourire sur les lèvres qu'il continua avant même que la jeune femme ne réponde

"En premier lieu, je crois que vous accordez trop d'importance à la réputation et au rang! Pourquoi devriez-vous ressentir la moindre gêne à me demander quelque chose! Si je n'ai pas envie de le faire, je vous dirai non et nous en resterons là, comme deux personnes civilisés. Peu importe que vous soyez reine ou mendiante, une demande n'implique rien d'autre que ce qu'elle amène : le besoin de savoir si quelqu'un peut, ou veut, faire quelque chose pour vous. Ensuite, je dois avouer que je me méfie toujours de ceux qui veulent apprendre la magie pour de mauvaises raisons ... et la raison que vous commenciez a évoquer plus tôt est une mauvaise raison! Si vous voulez apprendre la magie, cela ne doit pas être simplement pour pouvoir garder votre trône le jour où quelqu'un se prendra l'envie de venir prétendre qu'il a plus de légitimité que vous a tenir le rôle de Baron de Merval ou je ne sais quoi!"

Nakor se leva alors et se mit à arpenter la pièce, en marchant lentement et en faisant résonner sa canne sur le sol.

"Une fois que ces conditions sont réunis, à savoir que j'ai envie d'accéder à votre requête et que vous vouliez apprendre la magie pour une bonne raison, il faut aussi que votre esprit soit apte à étudier les arcanes ... même le plus puissant des mages de l'Univers pourrait s'échiner pendant des millénaires : si l'élève ne peut pas pratiquer la magie, à la base, de façon naturelle, en ayant une petite aptitude à cela, une sorte de don déjà présent ... il est impossible d'en faire un mage!"

Nakor se retourna alors vers la Baronne et leva la main. Il y apparut une boule de feu intense. La flamme se mit à danser et à tourbillonner autour de Nakor, avant de se transformer en eau volante, faisant des figures dans les airs. Le courant d'eau volante devint de la terre vrombissante entourant le mage, puis tout cela se dissipa sous forme de vent, un bon courant d'air bien fort dans toute la pièce. Nakor termina ainsi

"Mais de ce côté là, avec une cousine mage, il y a quelques petites chances que vous ayez en vous le don Eulalie de Merval!"

Nakor laissa son bras redescendre le long de son corps et dit simplement

"Alors, sans détour Baronne de Merval, dites moi enfin : pourquoi suis-je ici! Ne vous souciez pas du voyage que j'ai eu à effectuer, n'ayez crainte pour rien en ce qui me concerne et dite moi simplement ce que vous attendez de moi!"

Nakor voulait la vérité vraie, sans forme, sans trop de détour. En effet, il savait qu'on ne pouvait pas vraiment demander à un noble de naissance, de parler comme le commun des mortels, de faire des phrases courtes et claires et de dire, sans détour, la vérité toute crue. Mais au moins il avait montré comme il était lui, ses manières, son manque de protocole et tout ce qui va avec! Nakor attendit la suite avec un peu de jubilation, voila, longtemps qu'il n'avait pas eu à faire à un noble qui voulait quelque chose de bien précis et de vraiment difficile à avoir, que l'argent en tout cas, ne pouvait offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Jeu 9 Sep 2010 - 20:52

Eulalie fut diablement stupéfaite des manières de son hôte. Il semblait en effet un être des plus farfelus, mais pointait dans son discours la sagesse des anciens. Aussi, ne se montra-t-elle pas offusquée par les vices de protocole évidents affichés par Nakor. Mieux même, elle décida d'entrer dans son jeu, les convenances lui semblaient bien parfois usantes à elle aussi. Il y aurait sans doute l'occasion ce jour, si ce n'est d'apprendre la magie, de rire un peu.

Elle toisa le vieil homme (mais était-ce un homme?) qui buvait avec délectation son verre et elle n'envisageait pas la vie autrement que dans cette simplicité non dénuée d'un raffinement certain. Elle se laissa aller à dévoiler un léger sourire en coin.

Elle reçut la pique de Nakor avec une étincelle de malice dans le regard. Elle croisa les bras et leva le regard.

"Ma cousine Morgause... ne s'est jamais souciée de moi, comme tout le reste de cette cour. Aujourd'hui, l'on me fait les yeux de velours et l'on se présente le dos rond face à moi, mais il y a un an seulement, je ne suis pas convaincue que la moitié des habitants de ce palais connaissaient ne serait-ce que mon prénom. Alors, pensez donc! M'apprendre la magie..." Elle resta pensive un moment puis, se reprit, conservant la contenance due à son statut social.

Poursuivant ce qui semblait être de menues provocation, le vieillard ne tarda pas à appeler Eulalie par son prénom. Nonobstant ainsi toutes les formalités les plus élémentaires, le vieil homme voulait a priori la pousser dans ses retranchements. La jeune femme possédait pourtant assez de répartie pour ne pas sombrer dans l'embarras.


"Appelez moi comme bon vous semble, puisqu'il est évident désormais que le roi n'a jamais pris le temps de vous apprendre le protocole..."

Rien de virulent dans cette phrase, la Baronne agrémenta d'ailleurs la remarque d'un sourire chaleureux et d'un clin d'oeil qui désamorçaient beaucoup l'effet. vil qu'aurait pu avoir cette sentence.

Nakor débuta alors un exposé fort savant et empli de philosophie et de sagesse élémentaire sur le rang, la gloire et les convenances, mais il rappela en outre les usages et les règles concernant les arts magiques. Eulalie écouta ce discours et admira la démonstration comme il se devait. Elle conservait un silence de tombe mais ses yeux trahissaient un intérêt vif et singulier pour les prouesses et les palabres du magicien. Comme une petite fille que l'on emmène pour la première fois au spectacle de pyrothechnie d'un magicien, elle se tenait plus ou moins coite.

Une fois qu'il eut achevé, la baronne se leva, elle héla les deux gardes et la paire de laquais qui s'activaient près de la table.


"Gardes, laquais, laissez nous je vous prie, je vous donne votre journée." se contenta-t-elle de dire d'une voix calme.

Les oreilles des larbins n'eurent pourtant pas de peine à distinguer l'ordre incongru que venait de leur donner le seigle. Ils ne demandèrent pas leur reste et, de peur que l'inconstante baronne ne change d'opinion avant qu'ils n'aient pu claquer la porte de la salle de réception. Eulalie les suivit du regard puis reporta son attention sur Nakor. Soudain, elle ôta d'un geste grâcieux ses deux chaussures fines et les envoya voler au loin, elle défit le noeud qui enserrait ses cheveux et le posa sur la table devant le mage.

"Vous prendrez ça en souvenir de moi, Nakor." Dit-ellle comme si elle avait voulu le charmer.

Elle l'avait appelé par son prénom, entrant ainsi dans le jeu de ce curieux vieillard. La jeune femme se servit un verre fort plein de vin et l'avala cul sec.

"Nakor, puisqu'il faut le dire, je désire étudier la magie afin de m'en amuser. me divertir en créant je ne sais quel objet comme vous l'avez fait devant moi, créer des mélodies sorties d'on ne sait ou, ou lancer des flammes du bout de mon doigt. Je pense que tout cela m'amuserait grandement et rendrait ma vie meilleure. Je n'ai pas d'autre raison que celle-ci. Elle paraîtra bien vile, ridicule et indigne, mais je suis fière de ne pas porter de masque devant vous, et de vous avouer que je n'ai aucun grand dessin, aucune prétention de faire la paix dans le monde ni de bannir une monstruosité. Je le voudrais pour mes loisirs."

Elle avala sa salive et dessera son corset impeccable.

"Je suis bien heureuse de rencontrer quelqu'un comme vous."

Nul ne sut dire pourquoi, mais Eulalie s'était sentie immédiatement à l'aise avec cet étranger à la baronnie, et cédant peut être à l'un de ses caprices, ou montrant ici son visage privé et réel, elle faisait montre d'une familiarité et d'une douceur peu usuelle.

Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Dim 12 Sep 2010 - 18:46

Nakor écouta la Baronne, sa tête reposant sur le dos de sa main droite, plus exactement sur l'index et le majeur, posé sous le menton du vieillard barbu. La jeune Eulalie décrivit une jeunesse dans une cage dorée, ignorée de tous jusqu'au jour où le mauvais sort de l'une, amena la grandeur et la reconnaissance à l'autre. Nakor inclina un peu son sourcil gauche, comme s'il plissait des yeux pour mieux voir quelque chose au fond de la Baronne. Lorsqu'elle termina sa phrase, Nakor allait clairement dire quelque chose mais il se tut et garda pour lui quelques petites remarques. Il se contenta d'hausser des épaules, d'ouvrir grand les yeux et d'hocher de la tête comme pour confirmer qu'il comprenait. Il enchaina et prit la parole. La Baronne assuma la pique du vieillard et en renvoya une. Sur ce fait, Nakor ne put garder plus longtemps son silence et ajouta, un doigt levé, une phrase sur un ton léger

"Mais qui diable vous dit que le roi n'a pas prit le temps de le faire Eulalie? Il a longuement essayé, mais il n'y ait pas parvenu!"

Puis Nakor se mit à glousser comme une jeune fille sans convenance et avec beaucoup d'inconstance. Décidément il avait bien fait de venir, car au moins il s'amusait énormément. Il termina alors ses propos et ses tours de magie quand la Baronne renvoya les derniers laquais. Alors s'en suivit une scène fort peu commune et qui rappela quelques souvenirs au vieux fou. La Baronne se détendit fortement, elle défit ses chaussures, ses cheveux se déployèrent pour ne plus être enserrées par un nœud soyeux qu'elle offrit au vieil homme. Nakor saisit le nœud et sans trop faire attention à ce qu'il faisait de ses mains, écouta la Baronne. Elle finit par desserrer son corset et attendit que Nakor prenne la parole. Si elle levait les yeux à ce moment là, en direction du magicien, elle verrait ce qu'il avait fait de son nœud : il l'avait enlacé autour de sa barbe, pour s'en faire un nœud papillon qui tenait la longue crinière blanche du sorcier. Il avait un air plus que ridicule, à ce moment là, il avait l'air complètement cinglé. Il prit alors la parole avec beaucoup de soleil et de chaleur dans sa voix

"Ma chère amie, qu'il semble dur d'être une femme!"

Puis Nakor se mit à rire avec force, en effet il parlait de tous les apparats qu'une femme se mettait sur elle, des nœuds, des lacets, des corsets des chaussures trop serrés. La voir ainsi donnait à Nakor l'impression qu'il la voyait presque nue, défaite d'un masque longtemps porté, ayant inhibé les plaisirs et les joies d'une vie simple. Cela rappelait aussi, sans trop savoir pourquoi, les femmes volages qu'il avait croisé sur sa route sans pour autant y succomber ... à son âge tout de même! Puis Nakor continua sur un ton un peu plus prophétique

"De primes abords, l'amusement et le simple plaisir de pouvoir jouir de la magie pour soit même n'est pas une bonne raison ... la meilleure des raisons est l'envie de savoir, de connaitre les mystères du monde! Mais avec moi, avoir envie de connaitre la magie pour s'en jouer est une chose ... plutôt un concept que je trouve intéressant : c'est très bien de vouloir s'amuser un peu. Si vous vous destinez à apprendre cela pour le simple plaisir de pouvoir faire quelques petits tours de passe-passe, alors cela doit pouvoir se faire. Bien évidemment il faut aussi que je vous mette en garde Eulalie de Merval. Si votre entrainement va trop loin, que vous voulez trop en apprendre, vous finirez par vous bruler les ailes, bien plus que vous ne pouvez l'imaginez!"

Nakor devint alors très sérieux

"La magie appelle la magie ... si vous devenez une pratiquante reconnue, qui possède certains mystères de cet art si craint, vous vous attirerez deux choses : la méfiance de vos proches et de vos gens! La magie fait peur, car les gens ont toujours peur de ce qu'ils ne comprennent ni ne contrôle pas correctement. Ensuite vous vous attirerez la jalousie! Les autres magiciens voudront soit vous défier pour savoir s'ils sont plus digne que vous d'être nommé magicien, soit vous tuer, pour s'emparer de vos forces et de vos connaissances dans le domaine magique. La vie d'un magicien ne peut suivre que deux chemin, celui du silence et de l'inconnu ou celui de la reconnaissance au grand jour. Pour la première voie il faut beaucoup de courage, pour la deuxième voie il faut une masse de courage colossale, doublé d'un peu de folie et de gout du risque!"

Nakor se permit alors de sourire un peu et termina là dessus

"Alors voyons maintenant voir, à la lumière de tout ceci, voulez-vous toujours apprendre la magie pour vous en amuser Eulalie? Avez vous vraiment réfléchie à toutes les conséquences d'un tel apprentissage ou n'est-ce là que le caprice d'une femme qui est restée enfermé toute sa vie dans une cage un brin dorée et qui peut maintenant exigée au lieu de recevoir des ordres?"

La question était insolente, directe et claire, mais Nakor la posait vraiment, car il ne savait pas encore s'il deviendrait un mentor d'un moment pour cette femme. En effet, il était bien dangereux d'apprendre les arcanes et le vieillard n'avait pas envie d'accélérer la mort d'une femme qui sans ça, vivrait peut être pas une vie trépidante, mais au moins longue et normale. Autant que normal est possible d'être, la vie d'une Baronne.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Mar 14 Sep 2010 - 16:45

Eulalie n'avait pas coutume d'être traitée comme une irresponsable, plus depuis quelques temps. Le ton de Nakor était pour le moins rafraichissant, mais il semblait ardu de se sentir à son aise en compagnie étrangère. Il regorgeait de sagesse antique et sa barbe, toute en majestée, laissait deviner le gaillard bonhomme qu'il était. Toutefois, la baronne, arborant une mise plus qu'aléatoire après avoir retiré ses artifices, ne savait pas quel crédit accorder à ce curieux invité une fois son premier élan de confiance réfréné. Il faut avouer que Nakor avait des façons un peu singulières, son noeud papillon fantaisie laissa le jeune seigle pantoise plus qu'amusée. Elle craignait véritablement pour la santé mentale du vieillard. Finalement, partagée entre l'envie d'éclater d'un rire nerveux et celle de s'enfuir en courant, elle tenta de poursuivre le cours de ses idées.

D'après les dires du maître des arcanes magiques qui lui faisait face, sa raison de vouloir apprendre cet art n'était pas la meilleure, mais il semblait qu'elle était suffisamment correcte pour que Nakor ne s'enfuie pas à toutes jambes en maudissant la lignée Merval et ses suivants jusqu'au jour dernier. Satisfaite d'elle-même, elle écouta le sentencieux barbu lui énumérer une fois encore les dangers innombrables de la magie.


"Ecoutez, très cher Nakor, je suis sincèrement touchée par les marques d'inquiétudes que vous professez au sujet de mon sort, mais je suis matoise, et je ne suis pas prête de me laisser prendre à un quelconque piège. La pratique magique est périlleuse, je l'entends bien, et je connais les funestes conséquences dont vous parlez. Dès avant mon accession au pouvoir, l'on pavoisait dans les ruelles des bourgs les plus reculés de Merval, arguant que je pratiquais la magie et que j'avais des ambitions nécromantiques. Cette légende a la vie dure, mais j'ai été confronté à ces jalousies perverses, à ces mesquines défiances et autres suspicions alors que je ne suis même pas capable de faire cuire un oeuf."

Ce disant, la baronne arborait un port fier et grâcieux tout à la fois. Les mains bien posées sur ses hanches, elle toisait le petit homme de son regard vairon. Elle comptait bien montrer à ce charmant personnage de quelle trempe elle était faîte.

"Les caprices n'ont rien à voir dans ce choix. Je suis mortelle, ma vie se cantonnera principalement dans ce palais jusqu'au jour de ma mort. Je ne veux pas trépasser sans avoir jamais connu les arcanes de la magie, ne serait-ce qu'un peu. Je désire ardemment que vous puissiez m'apprendre quelques uns de vos charmes. "

Elle marqua une pause, souffla un moment et son regard se perdit dans le lointain. Elle ne le forcerait pas à l'aider.

" A vous de juger si je suis digne de vos enseignement, digne de la magie. Si vous pensez que je ne mérite pas un tel honneur, que mes raisons sont fallacieuses ou que je ne suis qu'une minable peste noble trop gâtée qui n'aspire qu'à détenir encore un peu plus de pouvoir qu'elle n'en a déjà, libre à vous, je ne vous retiendrais pas, je n'harasserais pas vos oreilles plus longtemps de mes désirs. "

Elle lui sourit sincèrement.

" J'ai entendu vos préventions, désormais j'attends votre réponse. Sachez bien qu'un refus n'ôtera pas le plaisir qu'a été pour moi votre venue dans cette salle."

Eulalie prit une chaise et s'assit, en paix avec elle même. Après tout, c'était à Nakor qu'il appartenait de savoir si oui ou non il lui donnerait cet enseignement. Un instant, elle pensa aux difficultés énoncées par le mage... Mais détenir un savoir si précieux, si doux et si délicieusement irréel ne valait il pas quelques sacrifices? En son for interieur, le seigle avait déjà réglé ces questions et se les poser n'avait fait que raviver sa flamme.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Mar 14 Sep 2010 - 17:22

Durant tout le temps où Eulalie de Merval parlait, Nakor écoutait avec une très grande attention, son regard bleu d'azur perçants les chaires et l'âme comme un couteau. Il avait poussé la Baronne dans ses retranchements et voila qu'elle lui donnait tout ce qu'il y avait de digne au fond de son cœur. Elle donnait tout et montrait clairement qu'elle voulait apprendre! Elle avait aussi la grâce de pardonner au vieillard si jamais il refusait de transmettre quelques uns de ses savoirs. Nakor laissa un petit silence s'appesantir sur la pièce toute entière. Et soudain ...

"Excellent! Ma Dame la Baronne de Merval, sachez une chose, plus que tout c'est la réelle envie d'apprendre qui est importante. Evidemment, vous m'auriez confiée que vous vouliez réveiller les morts et vous en servir pour lever une armée, que je vous aurai tué sur place!"

Ce qui pouvait glacer les sangs, c'était qu'à ce moment précis de la discussion, Nakor n'avait plus du tout l'air d'un vieux fou.

"Mais finalement, vous montrez, même à l'approche du refus, poussée dans vos retranchements, une envie réelle, profonde, ancrée en vous : vous voulez apprendre! La volonté est de mise dans ce genre d'affaire, plus que vous ne pouvez le croire, et vous le verrez bientôt! De mon côté, je ne vais pas vous mentir non plus ... je suis très occupé! Je pourrai vous donner quelques leçons et vous apprendre certaines choses, je pourrai revenir de temps en temps ... mais je n'ai plus le temps d'enseigner à part entière à une élève qui part de zéro. Pas pour le moment en tout cas!"

Nakor avait glissé sa réponse finalement, même si elle était noyée sous un flot de tergiversations sans importance, Nakor venait d'accepter d'être, l'espace de quelques heures, le mentor d'Eulalie. Il avait promis aussi de faire son possible pour venir mesurer ses progrès de temps à autre et la guider plus en avant, mais il ne pouvait pas faire beaucoup plus. Nakor se releva et se mit à arpenter la pièce, tout en parlant

"Bien, si vous êtes prête à faire face aux dangers qui viendront à vous un jour ou un autre et surtout, si vous êtes prête à me supporter, moi et mon caractère de cheval ... alors nous allons pouvoir commencer!"

Nakor la prendrait peut-être de court, mais il voulait commencer là, maintenant qu'ils étaient seul, eux deux et le nœud papillon dans la barbe blanche du mage! Nakor prit la parole

"En six cent vingt quatre ans de vie, j'ai eu un grand nombre d'élèves. Beaucoup ont abandonné, ma méthode ne convenant pas à tous les esprits. Mais ceux qui ont fait de gros efforts, sont parvenus à progresser de manière ... et bien enfin, vous verrez bien! Ma méthode se base sur la compréhension de la magie, de ce qu'est la magie en réalité! La magie est partout, autour de nous : dans l'air, dans l'eau, le feu, la terre, les plantes, la lumière, les montagnes ... partout! A chaque chose est lié de la vie et de la magie. Ce qu'il faut savoir c'est que, tout comme la vie, la magie prend certaines formes, des formes bien précises en fait. Un bon magicien est un magicien qui connait les formes de la magie et qui va pouvoir utiliser sa propre volonté et sa propre énergie interne pour modeler la magie comme bon lui semble!"

Nakor retourna s'asseoir prés de la Baronne et continua

"Vous me suivez? Que fait un magicien, si ce n'est reproduire des choses qui existent dans la nature, mais en des lieux qui ne sont pas usuel pour l'objet en question."

Nakor pointa la cheminée de la pièce et déploya sa magie! Il donna une impulsion et soudain la cheminée s'alluma. Nakor continua donc son exposé

"Vous voyez, on peut allumer un feu dans une cheminée, c'est tout à fait normal, on fait bruler du bois dans l'âtre et le tour est joué! Tout est normal!"

Puis soudain Nakor claqua dans ses mains et les flammes cessèrent dans la cheminée, pour bruler dans la paume de la main du vieux fou

"Par contre, avoir une boule de feu dans les mains n'est pas normal, c'est magique! Comment est ce que je fais ça? Et bien, je reproduis dans ma main, le mouvement naturel qu'adopte la magie quand il y a du feu quelque part."

Nakor toujours effrayé de ne pas être clair, reprit tout cela avec un exemple clair

"Si je vous dis que lorsqu'il y a du vent quelque part, c'est que la magie naturelle, celle présente partout autour de nous, prend une forme bien singulière, celle d'un cylindre de magie, tournant sur lui même et avançant dans la direction où souffle le vent. Et bien maintenant que vous savez ça, si vous apprenez à manipuler votre magie interne et à la modeler à votre guise, alors vous n'aurez plus qu'à tisser votre magie dans cette forme cylindrique tournante et la déplacer dans un sens pour faire du vent!"

Nakor fronça des sourcils et termina

"En bref ma méthode se base sur la reproduction de la magie de la nature. Pour arriver à ce stade là, il faudra d'abord apprendre à unir son esprit à sa magie, puis à ordonner à sa magie et enfin il faudra apprendre les formes de la magie qui nous intéresserons! Croyez-moi, cela sera très difficile, mais vous arriverez certainement à un petit résultat! Des questions?"

Nakor croisa les bras et attendit de voir si elle avait tout suivis, si elle voulait des éclaircissements et si elle était vraiment prête à s'y mettre dés maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Jeu 16 Sep 2010 - 13:32

Eulalie fut décontenancée par l'attitude de son mentor. Il semblait montrer quelques réticences quant aux velléités magiques de la baronne et soudain, il changeait d'avis et entreprenait de débuter ses leçons. Evidemment, le vieil homme y mettait tout de même des formes, accepter à bras ouvert et une voix paternelle n'aurait été que trop simple et il semblait falloir mériter quelque peu les enseignement du brave Nakor. Eulalie, en comprenant qu'elle serait l'élève d'un tel magicien parvint difficilement à contenir sa joie, si bien qu'un sourire persistant illuminait son visage d'ordinaire si vide. Elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle recevait désormais la récompense de son audace et elle réalisait à quel point les arts secrets changeraient à tout jamais sa vision de la vie, du monde et de l'existence étriquée qu'elle menait autrefois.

Eulalie avait été bien proche d'abandonner au vu des quelques résistances qu'opposait le vieillard, mais sa résolution était plus puissante que le reste et elle n'aurait accepté la sentence d'un refus que la mort dans l'âme.

Elle écoutait avec attention les paroles de Nakor qui s'échinait à lui dévoiler peu à peu tous les mystères de la magie. Eulalie etait avide de savoir et sa psoture démontrait un intérêt total. La démonstration fit aussi son petit effet, la baronne ne put retenir un petit et faible "wouaw".

Elle appréhendait très bien les explications puisqu'elles étaient fort illustrées, et la pédagogie était visiblement de mise. Le vieil homme devait vouloir s'assurer qu'elle comprenait parfaite ce qu'il avait à lui transmettre et elle s'attelait à tout retenir. Finalement, la amgie avait une certaine logique, ce n'etait pas des rayons verts venu de l'ether ou on ne sait quoi, c'etait des phénomènes physiques explicables portés dans un milieu exotique

Quand il eut fini, il demanda à la baronne si elle avait des questions, mais tout était si clair...


"Je n'ai pas de question, poursuivez je vous prie, c'est passionant..."

Elle avait prononcé ces aproles dans un souffle, son regard qui suivait le vieillard ne cillait pas. Elle attendait avec grande impatience la pratique..
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Dim 19 Sep 2010 - 18:43

La jeune femme semblait clairement boire les paroles du vieillard. Eulalie semblait suivre avec une grande attention, comme si un mystère de la vie, le grand mystère de l'Univers allait lui être révélé. Cela changeait énormément d'Adria, qui, dés qu'il parlait, posait des questions. C'était donc une autre forme d'enseignement, avec Adria, c'était une sorte de question réponse en continue. Avec Eulalie, il allait donc pouvoir transmettre son savoir sans être interrompu, il devrait donc développer une plus grande attention, mettre son esprit en ordre, car il n'irait que dans un sens, et ne pourrait donc rien omettre. En un sens, si l'enseignement avec Adria était difficile, il permettait au moins quelques aller retour, avec la Baronne, cela serait différent, pas mieux, ni moins bien, mais différent. Elle fit entendre une petite exclamation qui fit sourire le vieux sorcier, sans pour autant qu'il ne cesse de parler. Voila une chose commune avec son autre élève : elles étaient toutes deux follement intéressé par la magie et ses effets un brin surprenant. Surtout quand le professeur était Nakor. Il allait devoir maintenant aborder la partie la plus difficile pour une débutante.

"Bien, vous me suivez et je vous en félicite mon enfant! Tout ceci, tout ce que je viens de vous expliquer est ma théorie, ma façon de voir la magie, une façon que je crois être la plus proche de toute, de la réalité. Une théorie qui consiste à penser qu'il existe un matériau dans lequel notre monde est fabriqué, un matériau qui, lorsqu'il est manipulé par un sorcier, peut prendre une certaine forme connue, dans un lieu qui n'est pas habituelle. Mais avant de faire ça, il va falloir apprendre à concentrer son esprit et à ordonner à sa propre magie."

Nakor se leva et marcha un peu dans la salle, n'aimant pas forcément rester longtemps en place quand il expliquait quelque chose. Sur un ton jovial et enjoué Nakor continua

"Je vais vous apprendre quelque chose : un magicien possède quelque chose de plus que les autres : de la magie"

Nakor explosa alors de rire tant sa remarque pouvait paraitre stupide et naïve. Une fois calmé, il ne laissa pas de silence s'installer

"Ce que je veux dire par là, c'est qu'un magicien possède comme ... un membre de plus! Quelque chose qui n'est pas apparent mais qui peut être manipulé. Lorsque vous bougez vos bras, vos jambes ou vos poumons pour respirer, vous le faite sans même y penser, car vous avez le contrôle de votre corps. Et bien si vous pouvez faire de la magie, ce qui n'est pas forcément le cas pour tout le monde, alors vous pourrez manipuler, après beaucoup d'entrainement, cette chose en plus, que vous avez en vous. Pour pouvoir faire cela, il va falloir lier votre magie à votre esprit. Car chez le magicien, la chose en plus que l'on a, n'est pas unis au reste du corps! Vous allez donc devoir pratiquer un petit exercice, qui est certainement le plus dure."

Nakor s'arrêta, se tourna vers la Baronne, planta son regard dans celui de la jeune Eulalie et donna ses instructions

"Vous allez devoir en premier vous entrainer à vider votre esprit de tout! Je voudrai que vous fermiez vos yeux, puis que vous vous concentriez sur les bruits autours de vous. D'abord le son de ma voix, puis le bruissement du bois qui travaille et s'affaisse avec le temps, entendez vos gens marcher dans les couloirs, sentez l'odeur des cuisines. Tentez de sentir le vent autour de vous, les rayons du soleil réchauffer votre peau ... le moindre mouvement, entendez le, ressentez le et videz votre esprit pour qu'il n'y ait plus rien dedans que vous même au centre d'un espace noir de tout, noir de bruit, d'odeur, de sensation et de couleur. Un espace confiné à vous même, comme si vous regardiez votre propre silhouette, au milieu de rien d'autre."

Nakor laissa un long silence s'imposer, il voulait que la jeune femme s'exerce à faire cela et attendit un bon moment! Lorsque Nakor considéra que la jeune femme devait avoir atteint, selon elle, cet état de grâce, de presque transe, il fit simplement claquer violement ses deux mains entres elles et attendit de voir le résultat. A coup sur, la jeune femme ouvrirait les yeux, comme tous les débutants en magie et Nakor attendrait de voir ce qu'elle en penserait, comment elle réagirait.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Jeu 23 Sep 2010 - 15:13

[navrée pour le retard, j'avais posté avant hier mais ça a planté et tout s'est effacé...]

Eulalie portait toute son attention sur le discours de son mentor qui ne se privait pas de donner des exemples et de partir de temps à autre dans des analogies d'un goût étrange. Lorsque le vieil homme entama sa comparaison sur le membre supplémentaire, l'esprit pourtant chaste de la baronne fonctionna sur un mode différent de celui du vieillard et il sembla au seigle que l'astucieux personnage filait sa métaphore tant les termes laissaient deviner une signification obscures à ses phrases. Ne pouvant s'empêcher de lui faire remarquer cette gauloiserie, l'affable baronne glissa entre deux monologues de son maître une petite question sans autre prétention que de faire comprendre à son mentor ce qu'elle avait à l'âme.

"Très cher maître, il devient donc évident que les mâles sont mieux dotés que nous autres femmes pour ce genre de mystères..."

Libre à lui de relever ou pas ce trait d'esprit qui n'aurait pas échappé au dernier des soulard des tavernes du marais pharétan ou pullulent les poivrots les plus férus d'éthanol frelaté de toute la péninsule.

La jeune femme reprenant son sérieux et son air de studieuse suivante, suivit le reste de la démonstration de Nakor avec un intérêt renouvelé. L'exercice qu'il demandait semblerait aisé à une personne stupide, lasse ou irresponsable. Il ne l'était pas pour une puissante suzeraine qui avait constamment à l'esprit et son rang, ses devoirs, la politique interieure et exterieure, la qualité de sa mise et les mots qu'elle devrait choisir en face de chaque interlocuteur qui se présentait à elle.

Elle s'assit pourtant et tenta la transe. Elle n'arriva à se concentrer qu'après un temps qui lui paru infiniment long mais qui ne devait guère dépasser quelques minutes. Enfin, les pensées parasites qui dévoraient son esprit eurent la bonne inspiration de se tapir dans l'ombre de son âme pour la laisser seule avec son vide. Une sensation de branlement interieur se fit alors sentir, comme si elle perdait l'équilibre. Elle se sentait emplie de néant, signe que finalement, elle n'était peut être pas si maladroite. Elle poursuivit ses efforts afin de se centrer sur sa personne uniquement lorsque le facétieux bonhomme frappa dans ses mains pour éprouver la transe de sa jeune élève. Tirée de sa rêverie sans objet, la baronne jeta un oeil à Nakor et en une fraction de seconde, elle en vint à comprendre son erreur.

Elle se releva alors et posa ses mains sur ses hanches tandis que son visage dessinait des traits déçus.


"J'ai échoué n'est ce pas? Je n'aurais jamais du percevoir votre mouvement... En aucune façon. Je suis une sotte. J'ai pourtant réussi, maître, à me centrer sur moi même et à ressentir cet état de pleinitude étrange dont vous parlez... Je ne sais pourtant pas si j'ai pu complètement l'appréhender ou si ce n'est qu'un mythe que mon esprit a pu forger... je laisse cela à votre appréciation, mais je me déçois vraiment, je pensais pouvoir arriver à des succès bien moins marginaux. J'espere ne pas élever en vous les voix de la déception. "

Les mots dénotaient peu de raison au premier abord car la donzelle sentait l'étau de l'ire se fermer sur elle et ses poings se serraient tandis qu'elle parlait, déçue de sa prestation. Puis, les mots s'écoulant en torrent de ses lèvres sensuelles, ils se firent plus doux, caressant et suppliant son maître de ne point s'en tenir à une mauvaise première prestation. Le seigle s'inquiétait comme une infante précautionneuse à qui l'on fait réprimande. Pourtant le vieil n'avait même pas encore pris la parole pour la juger et les 5 seuls savent si il avait réellement l'intention de la gourmander.

Eulalie savait le caractère baroque de son hôte et elle ne le connaissait encore que peu, aussi se souciait elle de passer pour une étudiante zélée et douée. Le fait est que cette tentative fut un rien ratée..
.

"Me laisserez vous retenter ma chance?"

Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Lun 27 Sep 2010 - 19:46

Nakor releva la première remarque d'Eulalie par son eternel arquement de sourcil droit et froncement du gauche. Il marmonna, un sourire aux lèvres

"Ho la jeune gourgandine!"

Et se mit à rire légèrement en pointant un regard significatif! Ce regard voulait dire deux choses aux moins : d'une il n'avait pas pensé à cela et de deux, si elle voulait montrer de quel bois elle se chauffait, elle pouvait y aller, Nakor en avait un peu plus qu'elle dans son sac. Après tout, à six cent vingt quatre ans, le vieux sorcier, qui avait trainé ses guêtres partout dans le monde, en avait entendu des vertes et des pas murs. Il continua donc son explication et perturba la jeune Baronne au bon moment. La réaction qui en suivit fut aussi logique qu'inattendu. Nakor pensait d'abord que la jeune femme s'en amuserait autant que possible, souriant et acceptant qu'elle avait perdu puis recommencerait directement. Mais ça c'était plutôt de la trempe d'Adria, sa jeune élève elfique. Ici, et Nakor le savait, il avait à faire à une baronne, à une noble qui avait était élevé dans la froideur d'une éducation rude! Sans beaucoup de tendresse ni même de considération. Dans la haine de la défaite, jusqu'à même en avoir peur et se couvrir dans honte dans l''échec. Cela attristait presque le mage, mais strictement rien n'apparu sur le visage du vieillard. Nakor resta là, sans aucun mouvement, ni aucune expression, son visage était illisible et cela devrait même perturber encore plus la pauvre Eulalie. Nakor fit claquer ses lèvres et prit la parole d'une voix grave et un peu enraillé

"Ma douce enfant, gardez la tête froide! L'échec, en magie est presque rassurant au début ... sinon cela signifierait que n'importe quel imbécile, qui jouerait aux apprentis sorciers, pourrait devenir un grand mage! La magie et son contrôle requiert du temps et beaucoup de travail. Lors de cette toute petite perturbation vous avez perdu tout contrôle mental. Ce qui, soit dit en passant, est normal! J'ai fais cela pour vous montrer à quel point la transe doit être profonde! Imaginez-vous au milieu de plusieurs personnes, le vent soufflant sur vous, l'eau coulant avec force, les gens hurlant et vous bousculant ... un magicien est pourtant capable, même dans ces conditions, de faire de la magie! Mais je crois que maintenant vous touchez un tout petit peu du doigt, à quel point la capacité de concentration d'un mage doit être profonde et puissante!"

Nakor retapa dans ses mains d'un mouvement sec et continua avec beaucoup plus d'entrain et de vie dans la voix

"Alors évidemment que vous allez recommencer, et vous allez recommencer jusqu'à ce qu'on y arrive ensemble! Plongez vraiment au cœur de vous même, dans un espace vide de tout excepté vous! Fabriquez-vous une protection, une maison, un mur qui vous cache de tout le reste, qui vous empêche d'être atteint par tout ce qui serait imaginable. Quand vous serez apte à parvenir à ce niveau de concentration nous passerons à l'étape suivante!"

Nakor eut l'œil qui brillait presque tellement il y avait de malice là dedans.

"L'étape suivante est la visualisation de votre énergie interne. Quand le sorcier est profondément en état de transe, il est capable, en regardant au fond de lui, de sentir sa magie, de la voir, de visualiser sa quantité, sa force, et même, de la toucher! Lorsque le contact est établi alors il peut la manipuler! Mais clairement l'étape de visualisation est très complexe, sentir en soit une force dormante, que nous n'avons jamais utilisé jusque là, c'est comme essayer de voir le vent souffler, dans une plaine ou aucun brin d'herbe ne nous aiderait à voir une quelconque plissure suite à son passage. Pour parvenir à voir sa magie, il faut être dans un état de connexion mental avec soit même qui est sans faille! Il faut se connaitre, se savoir, avec la plus grande des forces qui soient!"

Puis Nakor cessa de parler et invita la jeune femme à prendre note de tout cela et à se mettre au travail! Avant de, ne serait-ce qu'essayer, de visualiser sa magie, il faudrait d'abord qu'elle parvienne à entrer en transe. Nakor ferma les yeux, souffla longuement et sembla se concentrer! Comme s'il invitait Eulalie à reproduire cela et à se concentrer! Bien évidemment, au bout d'un certains moment, Nakor taperait encore dans les mains, ferait exploser une flamme pas loin au dessus d'eux, puis continuerait avec du vent et autre. Jusqu'à ce que la Baronne se concentre enfin et qu'il intervienne pour la guider sur la marche de l'apprentissage de la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Mer 29 Sep 2010 - 16:58

Eulalie suivit d'un air abattu le discours de son mentor mais n'en conçut qu'une energie plus forte afin de recommencer, et cette fois, elle y engagerait toutes ses ressources, toute sa volonté. Une fois que le vieux magicien lui eut donné la marche à suivre, Eulalie se reconcentra. le vieil homme savait faire montre d'une pédagogie honnête. Il était ce grand père gâteau un peu grincheux qui dédaignait ses petits enfants devant les parents mais qui glisse un petit billet dans leur dos pendant que les géniteurs se disputent. La jeune femme lui trouvait un certain charme, elle avait toujours préféré les hommes mûrs. Bon celui ci avait eut le temps de muriir bien plus que de raison... Mais elle ne trouvait pas son air désagréable et la confiance régnait dans la salle sombre et baroque d'un manoir suderon.

"Je compte bien réussir cette fois... J'ai simplement été distraite, ou sotte., Nakor, je ne me permettrais pas de vous décevoir une seconde fois" Fit le seigle, le visage décidé et aussi rude qu'une croute de pain qui heurte le palais d'un gourmand hâtif.

Ses yeux se fermèrent d'eux même et instantanément elle parvint à revenir non loin de l'état de vide qu'elle avait installé dans son crâne peu avant. Elle poursuivit l'experience et sentit alors les étranges picotements sur tout son corps, du bout de ses doigts à ses orteils et jusqu'à la racine de ses cheveux... Puis plus rien, plus grand chose disons et elle eut la sensation de tomber. Un vertige saisit le coeur de la baronne qui se sentit chuter du haut d'une falaise. La reception se fit sans mal, elle se sentait dans un néant absolu et rien ne la rattachait plus au monde sensoriel réel.

Nakor eut beau l'appeler, frapper dans ses mains et provoquer des explosions singulière, l'inflexible dame de Merval ne broncha oas, et le magicien aurait pu se mettre à danser une lambada sensuelle en chantant des airs paillards qu'elle n'aurait pas même esquissé le moindre sourire. Non, rien n'aurait pu la détacher de cet état de transe. Elle ne s'y sentait pas au chaud, elle ne goutait pas une plénitude orgasmique mais une sérénité que rien n'aurait su entamer.

Une lumière apparu alors au coeur des ténèbres absolues et Eulalie se dirigea vers elle, alors que l'espace n'etait plus qu'une idée vague et que les dimension s du réel s'étaient écroulées depuis ce qui semblait des lustres à la demoiselle. Elle comprit qu'il s'agissait de son esprit. Elle ne le voyait que de loin, difforme et inconstant, se mouvant en d'inquiétantes arabesques. Il semblait insaisissable.

Eulalie désirait de l'aide mais elle était enfermée en elle même et ne trouvait pas les ressources pour en sortir. Alors, engageant toute sa volonté, elle leva peiniblement un doigt qui lui semblait être celui d'une femme qu'elle se souvenait avoir été dans les brumes d'un souvenir lointain.


"Il........................est...............trop..................;loin.............." murmura t elle dans un souffle presque inaudible et qui avait dévoré sa volonté et sa puissance psychique. Il n'était pas aisé de discuter et apres avoir lancé son SOS elle tâcha de se concentrer sur sa cible...

L'objet luimineux semblait se rapprocher pourtant. Elle parvenait à le discerner de façon plus précise, et peu à peu, elle eut la sensation de le toucher. Le contact brulant la porta face à des souvenirs, des bribes de chansons, et d'autres éléments qu'elle n'avait jamais distingué auparavant... Elle avait peur, elle avait froid.

Exterieurement, tout son corps frisonnait.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Dim 3 Oct 2010 - 18:44

La jeune Baronne était une femme véritablement décidé à ne pas passer pour une incompétente, elle craignait l'enseignant en magie que représentait Nakor. Le vieillard inclina donc la tête dans un mouvement d'acquiescement simple mais posé. Il invita donc la jeune femme à poursuivre ses essais et tenta de la déconcentrer de différentes façons. Il claqua encore des mains, un peu plus fort, puis alluma une flamme très chaude, puis une petite explosion et fut heureux de voir qu'elle ne se laissait plus faire. C'était une bonne chose : en tant que noble, elle apprenait très vite de ses erreurs. C'était certainement dû à une vie stricte et une éducation qui ne pardonnait rien. Et dans tous les cas, c'était un très bon point pour elle. Le mage, observa donc avec attention Eulalie. Il sentit soudain une légère perdition, comme si elle avait trop profondément plongé dans un état de transe qu'elle ne contrôlait pas complètement. Il est vrai qu'avec son expérience dans la magie et après six cents vingt quatre ans de pratique, Nakor oubliait que ses élèves pouvaient avoir certaines difficultés là où il ne les voyait plus du tout. Le mage ouvrit grand les yeux, comme si quelque chose l'inquiétait soudain et qu'il devenait pressant d'agir. Il concentra sa magie et pénétra de force dans l'esprit de la jeune Baronne. Une petit barrière se fit sentir, après tout, chaque esprit, n'aimait pas s'ouvrir à qui que se soit. Mais Nakor, déployant un surplus d'énergie, perça avec aisance la résistance mentale de la jeune femme. En effet, étant un brin perdue dans la contemplation de sa propre flamme, Eulalie n''était pas en état de résister à une attaque mentale menée par Nakor. Le mage apparut donc soudain dans le champ de vision spirituel de la Baronne. Dans le monde réel, Eulalie avait toujours les yeux fermés, mais dans son état de transe, au beau milieu d'un vide sans contours, elle verrait Nakor apparaitre. Le vieil homme prit la parole dans l'esprit de sa nouvelle élève et sa voix résonna alors comme un écho colossal dans une chaine de montagne enneigé

"Eulalie ... calme toi ... fais le vide dans ton esprit ... oublie les couleurs ... oublie les formes ... oublie les sensations ... ne te concentre que sur une chose ... ça!"

Puis dans la main de Nakor apparut une boule de lumière, une boule pas très grande mais qui dégageait une lumière qui serait familière à la Baronne. En effet, Nakor avait donné un coup de main à Eulalie, il avait lui même prit possession d'une partie de l'esprit de son élève et avait lui même recentré la magie de la jeune femme. Elle devait maintenant se calmer, approcher spirituellement de cette flamme et l'accepter en elle. Nakor avait tout de même dû rejeter une grande quantité d'image, les souvenirs d'Eulalie, ainsi que ses pensées. Le vieillard n'avait touché à rien, il ne s'était pas immiscé là dedans! C'était le jardin secret de la Baronne et le vieux fou n'avait aucune envie de découvrir cela, c'était du domaine privé et Nakor avait trop de respect pour cela. En tout cas, la Baronne devait maintenant comprendre seule ce qu'il y avait à faire et surtout devrait faire face à une grande souffrance, car la fusion du corps, de l'esprit et de la magie d'un même être, se fait souvent dans la douleur. Après tout c'est comme une retrouvaille tant attendu, depuis toujours. Il y a forcément de la douleur dans une telle retrouvaille, une douleur mentale, une sorte de violente nostalgie, mais après tout, c'était bien là la pire des douleurs qu'on pouvait ressentir. Et aucun pansement ne venait adoucir ce moment. Elle devrait donc prendre un choc de plein fouet, un choc qui ferait mal, mais qui était nécessaire. Lorsqu'Eulalie fut assez proche de Nakor, mentalement bien sur, l'image du vieil homme se dissipa et Eulalie se retrouva seule avec une partie d'elle même. Une partie d'elle même qui ne demandait qu'une chose : ne faire qu'un avec tout le reste, tout en essayant en même temps, de fuit cette unification. Elle devait y arriver, elle devait passer cette étape puis se relever et continuer! Nakor attendait qu'elle y parvienne seule maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Lun 4 Oct 2010 - 20:19

Alors que son âme, telle un funambule, jouait sur la corde raide, la baronne sentait que la situation se dérobait totalement et son contrôle diminuait dangereusement à chaque seconde. Lorsqu'elle découvrit que Nakor s'était introduit dans sa psychée pour lui venir en aide, elle fut soulagée car elle s'était sentie abandonnée par son mentor depuis des siècles alors que le temps ne signifiait plus rien dans sa coquille mentale. Le magicien pourtant, dégagea une puissance colossale et s'exprima. la baronne comprit les injonctions et s'en tint là. Elle observa la lumière que lui présentait Nakor, le vieillard luisait pour elle tel un représentant de commerce proposant le produit qu'il manquait à la ménagère qui désespérait de nettoyer les taches de gras sur son par-dessus.

Eulalie concentra toute son attention sur cette orbe. La forme bienveillante de Nakor devint plus trouble, ethérée, vague et enfin disparut complètement. La baronne sentit son être mental s'approcher de la lumière qui paraissait mûe par une volonté propre. Alors qu'elle penchait son buste vers la source magique, elle sentit comme une chaleur intense l'envahir et soudain, avant qu'elle ai pu réaliser ce qui'l advenait d'elle, la chose avait disparu dans sa poitrine... Enfin, la poitrine de la projection mentale de la jeune femme, cela va sans dire.

Alors elle ressentit une intense douleur. Pressé entre un marteau et une enclume géante, son esprit semblait rongé par ce qui se révélait être toute la mélancolie que le monde des humains parut connaître depuis l'avènement de la vie. il lui semblait toucher du doigt la vanité de l'existence et une nouvelle fois la roue du temps ralentit pour elle. Son coeur se déchirait au son des plaintes d'un millions de souffrants, elle se convainquait petit à petit que rien n'avait de valeur puisque le néant finirait par absorber son être et que le temps se chargerait d'effacer les traces de sa présence comme il l'avait fait pour la multitude qui l'avait précédée. Elle se vit ensuite sur un sentier, au coeur d'un paysage désolé, où elle eut le sentiment d'errer sans but durant des années. La solitude pesa sur son coeur et le désespoir s'offrait à elle dans son plus simple appareil.

L'essence de la jeune fille se fissurait afin de laisser place à la magie qui se préparait une douillette cache au fin fond de la baronne. Exterieurement, elle était prise de quelque convulsions et ses yeux s'agitaient, comme durant un songe. Sous ses longs cils perlaient quelques larmes, mais rien de violent ne se manifestait pourtant.

La souffrance mentale était à son paroxysme. Eulalie passait par tous les stades possibles de douleur, et elle experimentait des deuils, des tortures, des ruptures amoureuses, des vague à l'âme, des abandons et des dépressions profondes tout à la fois. Un tumulte monumental se nouait en elle même et ce tourment semblait ne jamais trouver de fin.

Mais après cette vague de violence inouie, le calme reprit ses droits et l'esprit d'Eulalie rebâtit des défenses dignes de ce nom et peu à peu les ténèbres s'estompèrent. La baronne ouvrit son oeil bleu, puis le marron et fixa Nakor de son regard encore humide. Son intellect réduisait au silence les souvenirs les plus atroces, mais la jeune femme ne se sentait plus vraiment sereine... Elle ne parla d'ailleurs pas, sa respiration était saccadée.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Dim 10 Oct 2010 - 10:36

Nakor avait aidé sa jeune élève humaine puis était sorti de son esprit mais restait là, alerte et prêt à réagir si la douleur devenait trop intense. Voila donc la grande différence entre l'enseignement de la magie chez les elfes et les hommes! Chez les elfes, la vieillesse étant un concept presque exotique, ils ne souffrent pas ainsi de la fusion entre esprit et magie et peuvent donc apprendre très tard à devenir des mages. Pour les humains, réduits à une vie courte et pleines de sentiments très fort, les retrouvailles de deux êtres qui ne sont censés en former qu'un seul, sont violentes, pleins de nostalgies et de douleurs mentales. Eulalie convulsait fortement mais Nakor laissa faire les choses, sont esprit devait gagner, elle devait reprendre le dessus et revenir de cette longue et presque éternelle vague de douleur.

Elle finit par y parvenir, la respiration saccadée et pleines de petits tremblements. Un silence lourd allait s'installer! Ce qui ne devait pas arriver, sinon son esprit se perdrait à jamais dans les limbes de cette fusion douloureuse. Suite à cette expérience, Nakor se dit qu'il y réfléchirait à deux fois, de reprendre sous son aile, une élève trop avancée dans l'âge adulte. Le vieillard se leva, prit la parole d'une voix claire et forte et posa sa main sur l'épaule d'Eulalie

"Vous êtes revenue Eulalie, Baronne de Merval!"

Puis d'une voix beaucoup plus douce, de petit grand père gâteau, Nakor saisit Eulalie dans ses bras, la forçant à ce contact humain et chaleureux, afin de lui remettre les pieds sur terre, et ajouta donc, dans l'oreille de son élève

"C'est terminé, la fusion est faite! Bravo, tu as passé une dure épreuve mon enfant. Il va te falloir un peu de repos, trop de troubles se sont accumulés en toi aujourd'hui!"

Il serra la Baronne dans ses bras et, sentant que sa respiration s'apaisé, il décida de laisser l'opportunité à Eulalie de rester un peu dans ses bras pour se requinquer, ou de quitter le giron du mage. Nakor, dans le même temps, décida d'utiliser sa propre magie pour rendre l'atmosphère soudainement chaude et chaleureuse, douce et protectrice. Une fois que la Baronne reprit complètement ses esprits et qu'elle s'écarta, il ajouta

"Ma chère enfant, nous n'irons pas beaucoup plus loin aujourd'hui! Mais il nous reste une chose à faire! Et il faut que tu le fasses maintenant, c'est très important! Ferme tes yeux et reprend ta concentration, pas trop longtemps, pas trop fort, mais visualise maintenant l'intérieur de ton être et contemple ton énergie interne! Aller mon enfant, ce sera notre dernier exercice aujourd'hui!"

Nakor mettait en pratique une méthode simple : quand une enfant tombe d'un cheval, il faut immédiatement la remettre dessus et lui demander de faire du cheval rapidement, pour que jamais la peur ne s'installe en elle de remonter sur un cheval! Ici c'était le même principe. Eulalie avait subit une attaque mentale et une souffrance forte, par la faute de sa magie et de la concentration mentale qu'elle avait atteint. Il fallait donc qu'elle reprenne contact avec son esprit, qu'elle s'isole de tout, autour d'elle, que rien ne vienne la perturber et qu'elle puisse alors visualiser les fruits de sa souffrance : elle sentirait et donc visualiserait mentalement une image de plénitude forte, d'union totale ... comme si elle n'avait jamais été complètement entière, complètement elle même, et que d'un seul coup, elle le serait devenu! Nakor la pressa donc une nouvelle fois

"Aller, Eulalie, je suis là, tout se passera bien! Ensuite je répondrai à toutes les questions qui te passeront par la tête!"

Nakor promettait donc qu'en échange de ses efforts la Baronne pourrait augmenter sa culture magique.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Jeu 25 Nov 2010 - 17:38

[désolée pour ce mois et demi de retard, mais j'ai pas vu le temps passer et mes études sont chronophages, je vais être plus régulière dorénavant]

Eulalie était encore pantelante du fait de son voyage intérieur qui avait su se révéler un peu plus compliqué que prévu. Elle n'avait toutefois pas abandonné sa ténacité et malgré ses efforts, c'est encore elle qui la tenait debout en cet instant. Elle croisa ses mains sur sa robe et but les paroles du vieux magicien qui lui donnait de nouvelles consignes. il l'avait étreint. La chose n'était pas courante dans les milieux noble et elle n'avait pas souvenir d'un contact aussi charnel avec qui que ce fut depuis ses huit ans. Elle parut reprendre des couleurs et de l'énergie mais il n'en restait pas moins qu'elle se sentait vide. Elle semblait parfaitement absorbée par son écoute alors qu'il n'en était rien. Son esprit était ailleurs, l'épuisement la guettait de son regard farouche et malicieux et détaillait les courbes appétissantes de la baronne pour mieux la faire choir entre ses griffes. Son attention faiblissait, mais elle retint suffisamment de bribes de discours pour savoir ce qui lui était demandé. Il fallait reprendre cette amère expérience.

Suite à cela elle pourrait dormir tout son saoul. Il était assez frustrant de recevoir des injonctions quand son emploi du temps était généralement dicté par son humeur. Elle aurait aimé pouvoir dormir mais le regard insistant de Nakor l'en dissuada.


"Bien, cher Nakor, alors puisqu'il le faut...", dit-elle dans un souffle.

Elle ferma donc à nouveau les yeux et sentit le frisson caractéristique l'envahir. La vénéneuse tentative précédente était à présent presque oubliée. Les choses semblaient désormais bien plus simple. Le dépucelage magique était fort violent mais nul doute qu'il devait l'être pour bien d'autres qu'elle. Elle se concentra et réunit ce qui lui restait de force physique et mentale afin de visualiser et de conceptualiser son corps, son intériorité. Elle eut une sensation d'aveuglement d'abord, comme si elle courait dans un corridor sombre et sans fin et finalement, elle déboucha sur une antre de lumière dans laquelle brillait une orbe magnifique aux mille éclat. Elle sut par instinct qu'il serait périlleux de trop s'en approcher, aussi conserva-t-elle quelques distances.

La chose était elle-même tout en étant différente, mais elle sentait une essence unique qui les reliait. Elle savait que si elle l'avait désiré, elle aurait pu la sculpter à sa guise, lui donner forme, vie, elle contrôlait cette orbe comme elle contrôlait son bras. Elle contempla cette chose durant ce qui lui sembla être une éternité et ressentit un bien-être suprême, un orgasme interne, une jouissance de l'âme. Elle pressentit avoir raccroché à son intellect une partie fondamentale de son être. Mais tout à coup, la sensation se dissipa.


Elle avait réussi, mais la fatigue l'avait anéantie. Elle n'avait désormais plus assez de concentration pour maintenir cette vue ultime d'elle même. Ses yeux se rouvrirent aussi lentement que la fois précédente et elle ne put détacher son regard du vieillard qui lui faisait face et qui était si proche d'elle.

Elle se sentait vidée, épuisée, prête à s'endormir au moindre clignement. Pourtant, quelque chose d'étrange jaillissait dans son âme, une forme de pulsion d'une violence inouïe que Nakor dut sans doute lire dans son regard. Le seigle saisit le bras droit de son mentor l'attira vers elle, et sans le quitter des yeux elle l'embrassa avec une fougue et une passion que peu de femme mirent jamais dans pareil acte. Elle ne relâcha pas son étreinte et ne comptait d'ailleurs pas l'achever dans la hâte. Les pensées défilaient dans son esprit mais il était désormais si engourdi que tout lui semblait bien difficile à percevoir et à analyser, elle ne laissait parler qu'une forme d'instuinct bestial qui contrôlait ses actes et qui avait annihilé toutes barrières de conventions.


Après quelques secondes pourtant, (laps de temps qui peut paraître long en semblable cas), elle décolla ses lèvres de celles du vieil homme et se recula, les yeux équarquillés et visiblement choquée.

"... je... suis navrée... monsieur..." bredouilla-t-elle confuse et rougissante.

Mais elle releva lsoudain a tête, un peu suspicieuse,


"A moins que ce ne soit vous qui..."

elle ne termina pas sa phrase, la laissant en suspend dans l'atmosphère lourde de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   Jeu 25 Nov 2010 - 20:09

La jeune baronne, une fois sa contenance légèrement reprise, décida, en faisant preuve d'un grand effort sur elle même, d'obéir à Nakor. C'était quelque chose d'incroyable surtout pour une noble de son rang, après tout elle devait être habituée à ne pas obéir, si ce n'est à l'étiquette! Mais en bonne élève, désireuse d'apprendre et de garder Nakor comme professeur d'un moment, elle obtempéra. Le vieux mage en fut satisfait et observa de l'extérieur, ce qui se passa. La jeune femme se concentra donc avec les dernières bribes d'énergies qui se trouvaient dans son corps et suivis le protocole que Nakor avait mit en place pour elle. Le déclic s'était bien produit, sa magie avait enfin était reliée à son esprit et Eulalie ne faisait enfin plus qu'un avec elle même! Nakor était satisfait, car elle avait surmonté la peur de son expérience précédente et avait maintenant put voir à quel point il était agréable d'être entier, pleine et complète. Elle quitta sa concentration et sembla sur le point de s'effondrer! Nakor était déjà prêt à déplacer mentalement une chaise pour venir la récupérer avant qu'elle ne touche le sol! Il l'aurait alors laissé ainsi, donnant des ordres aux domestiques et quittant les lieux jusqu'à leur prochaine rencontre. Mais dans le regard d'Eulalie passa une envie folle, une sorte de bestialité, une explosion des sens, comme si, enfermée dans une cage dorée depuis des dizaines d'années, elle était enfin libre. Et voila qu'elle se jeta au bras de Nakor et embrassa le vieillard. Oui oui, elle l'embrassa, sur la bouche, tendrement et passionnément. Comme si elle en était éperdument amoureuse et qu'elle rêvait de cet instant depuis des années. Nakor aurait put la repousser, l'en empêcher, ou lutter pour qu'elle surmonte son émotion aussi forte, et venu du fond de son être, mais il n'en fit rien! Après tout, une jeune et jolie femme, dans la force de l'âge, qui l'embrassait ... voila bien plus de six cents ans que ça n'était pas arrivé à Nakor, il se laissa donc faire et mit du cœur à l'ouvrage. Il rendit donc son baiser à la baronne et dés la seconde ou Eulalie décida de se retirer, Nakor la laissa s'échapper de cette étreinte revigorante. La jeune femme reprit ses esprits et demanda même si ce n'était pas Nakor qui avait provoqué cela. Le vieillard prit un ton un brin réprobateur avant de dire

"Voyons Eulalie, je n'utilise pas ma magie pour ce genre de chose! Je ne suis pas un maudit drow. En effet, j'aurai pu vous arrêter et vous empêcher de m'embrasser ... mais je ne serai qu'un fou de refuser l'étreinte d'une si jolie femme ... à mon âge, voila longtemps qu'aucune femme ne m'accorde un tel intérêt!"

Nakor se mit à glousser, afin de détendre l'atmosphère!

"Ne vous inquiétez pas, je n'en parlerai à personne et plus jamais nous n'en reparlerons ... mais avant cela, il faut une petite explication! Je pense que vous vous êtes laissée submergée par une émotion venu du fond de votre âme! Votre esprit, enfin uni à votre magie, vous vous êtes senti entière, pleine, complète, une jouissance folle vous a possédé ... si vous ajoutez cela à votre vie de noble, un brin obligé de suivre un protocole ennuyant et de ne connaitre que peu d'homme comme vous auriez voulu les connaitre ... et bien vous avez le résultat suivant : vous avez attrapé le premier homme qui tombait sous vos yeux et vous avez exprimé votre émotion ... ainsi sont les femmes, qu'atteinte d'une émotion forte et puissante, ont besoin d'un contact charnel. Evidemment, je n'aurai pas permit que cela dure, mais au moins vous avez eu un bon exemple d'une chose très très très très importante pour un mage : les émotions dirigent notre magie, bien plus que notre esprit! Il faudra alors vous apprendre à les dominer, à les contrôler et à les utiliser à votre guise pour faire de la magie et jamais pour que la magie fasse ce qu'elle veut de vous!"

Et maintenant que le soufflet retombait, Eulalie devrait se sentir de plus en plus faible, elle aurait encore un peu d'énergie pour échanger quelques mots avec Nakor, mais devrait bientôt aller se coucher! Ce qui donnerait à Nakor l'opportunité de se retirer et de revenir voir sa nouvelle élève du moment, d'ici quelques jours. En tout cas Nakor voulait laisser à la baronne de Merval, le temps de réfléchir seule à cette nouvelle vie qui s'étendait sous ses pieds!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un mentor ça ... !?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un mentor ça ... !?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Mentor!! (PV Poil d'autrefois)
» Double mentor [pv Nuage de Douceur, Tourbillon de Flamme]
» Recherche un mentor sorcier
» Apprenti super actif recherche mentor ^^
» Mentor qui s'ennuie cherche apprenti ☼

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Principauté de Merval-
Sauter vers: