AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une exception bien venue... [Anara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Une exception bien venue... [Anara]   Dim 12 Sep 2010 - 9:32

Parfois, on fait des exceptions à des règles qu’on se fixe, et c’est exactement ce que fit l’Hybride Da’reh ce jour de Voile, dont il avait perdu le compte, s’en désintéressant, mais ça ne faisait pas bien longtemps, à son avis. Oui, une exception à sa règle du « Pas de pitié pour les limaces », ou comment éviter de prendre le partie d’une faible créature sans en tirer un profit visible, mais pour le coup… On atteignait tout de même des profondeurs abyssales dans la médiocrité.
C’était à Thaar, il faisait nuit noire, enfin… Non, techniquement, jour noir, car ces dieux avaient décidé d’économiser de la lumière, pensait-il… Peur de perdre précipitamment les bougies cosmiques peut-être, aussi avaient-ils plongé les pauvres créatures miradelphiennes dans une nuit qui ne trouvait aucune fin.

Cette ville était une des plus développée de l’Ithri’Vaan, dont il refoulait donc le sol après un séjour tout de même assez court en Péninsule Humaine, dans un de ses éternels aller-retour, conséquence de son désir de ne surtout pas se sédentariser, rester en mouvement pour ne pas être attrapé… Si d’aventure, quelqu’un le recherchait.
Bref ! Si c’était l’une des plus développés, c’était loin d’être la préférée de l’hybride qui préférait l’atmosphère plus tendus, viciés, sordides et donc, plus propice à offrir une de ses activités favorites, de Sol’Dorn. Et c’est dans les ruelles qu’il découvrit la dite limace qui ferait l’exception.

Il errait en ville, non sans avoir cassé le nez d’un pseudo-prophète qui, dans sa transe prémonitoire n’avait pas hésité à s’agripper et à physiquement prendre à partie l’hybride malgré la différence flagrante de gabarit. Autant dire que la réplique n’avait pas trop attendue et c’est le nez brisé, en sang et gémissant comme une fillette qu’il quitta l’entre-deux races, cessant de débiter ses absurdités d’oracles à deux écus.
Et là, dans une ruelle, son oreille fut attirée par les moqueries et les menaces proférés par des idiots, croisés des sombres et des mortels, ils prenaient à partie un truc, un tas de chair et surtout d’os emballé dans des haillons, recroquevillé contre un mur. Trois nigauds contre une limace… Une limace vraiment miteuse, dans un sale état… Non… Vraiment, autant souvent, il s’en contreficherait, autant là, s’en était ridicule.

C’est ainsi qu’il engagea ses pas vers eux, non sans avoir oublié de tirer l’épée du fourreau et de se faire le plus imposant et menaçant possible. Trois frêles bâtards demi-drow qui devant l’impressionnante stature et la confiance lu dans le sourire immense de l’hybride dont les pupilles s’étaient teintés de pourpre, fuirent, déguerpirent les queues entre les jambes, qui n’auraient pas le loisir de toucher à la chose qui demeurait tassé, comme si elle pensait se fondre dans le décor.
Ses yeux reprirent les teintes d’or et il abaissa le regard sur la petite chose.

« Relève toi, p’tite chose, les coyotes sont partis, c’est terminé. »

Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Dim 12 Sep 2010 - 12:00

    L'exception qui confirme la règle ? Une étrange exception en tout pour la demoiselle qui n'avait pour habitude d'être sauvée que par les mains de ses frères... frères qui à ce jours manquait à l'appeler et ont pour la plus par disparu de sa vie. Sa vie, son insignifiante existence que bien peu remarque, enfant bâtarde que tout le monde rejette. Abandonnée par ses frères et meurtrie par sa famille, elle avait fuit, aussi loin que son corps lui avait permit d'aller, aujourd'hui a bout de force ses jambes ne voulaient plus aller nulle part. Elle avait fuit l'abyssea comme elle avait fuit le village de son enfance, sans laisser de trace par une profonde nuit lors de laquelle le sang avait coulé. La folie ne s'attendrissait pas et aux files de ses dernier mois elle devenait même plus sombre et plus dure à contenir. Les remparts de son ancien foyer commençaient à lui manquer, leur protection et leur chaleur bien qu'il y faisait très froid. L'enfant y avait trouvé sa place, le Père lui avait offert des frères, des sœurs et un toit ce qu'on lui avait toujours refusé car elle était rien de plus qu'une enfant au sang sombre. Un être mortel, dont le sang enrichie lui offrait quelque avantage d'immortel, mais pas l'immortalité elle même. Jamais à l'abyssea on ne l'aurait traité ainsi, la pauvre enfant avait toujours suscité la peur du faite qu'elle était simplement et purement folle à lier. De plus elle était une ombre, l'ombre est sournoise on ne sait jamais qui est sa cible, on n'est même pas très sur qu'elle existe...Du moins c'était avant, avant la séparation, avant qu'il ne l'abandonne, avant ce jour où elle avait fuit. Fuir toujours fuir, plus loin, plus longtemps, fuir sans savoir où l'on va, fuir sans cesse ses mêmes cauchemars. Recroquevillée sur elle-même plaquée contre un mur gris, l'enfant se redressa lentement fatiguée. Sauvée par un inconnu, un inconnu ? Il existé des gens ainsi ? Qui sauvait des personnes en détresse sans rien demandé en échange ? Non l'enfant du mal à y croire, une de ses mains squelettique se ferma sur une de ses dagues, ses yeux pleuraient de petite perle argentée, elle devait les tuer...

    Elle avait attendu qu'ils tournent le dos pour fuir et lui qui ce tenait devant-elle batte simplement des cils, disparaissant une seconde pour contre attaquer elle sortie lentement sa dague silencieusement, son visage enfantin ce faisait soudainement plus dure. On n’avait pas le droit de lui faire du mal impunément, ils méritaient de mourir, elle posa sa main glacée et squelettique sur le torse de l'hybride elle aurait voulu le pousse un peu pour qu'il sorte de son chemin, mais l'enfant tenait à peine debout. Quand elle eu fait un pas ou deux sa tête se mit à tourner. Elle lâcha sa dague, reculant doucement jusqu'au mur où elle prit appuie il était trop tard elle ne pourrait pas rattraper ses voyous elle posa ses mains décharné sur son visage pleurant un peu plus, elle était pâle presque comme la mort, ses cheveux était long totalement emmêlé, des longs cheveux blanchit par le stresse et la folie de la vie hors des murs de l'abyssea. Elle n'était pas faite pour être vue, elle aurait voulu disparaitre, elle cacha sa misérable apparence en tirant sur elle cape noire pleine de trous. L'enfant était pitoyable, debout là sous les yeux de l'hybride elle tentant vainement de se cacher. Elle osa lever ses yeux rouges vers lui l'espace d'un instant juste le temps de voir la couleur doré de ses yeux...Zelva... le cœur de l'enfant se sera dans sa poitrine, mais lui arracha aucune larme. Tous les hybrides avaient-ils des yeux de cette couleur ? Elle n'oserait poser une question aussi bête, puis cet homme ne devait pas avoir mieux à faire que de répondre à se genre de question. L'homme qui ce tenait devant-elle avait plus l'air d'un drow que d'un hybride, mais cela a-t-il vraiment une importance capital ? Peu importe qui il était après tout, l'enfant essuya ses larmes qui n'était pas des larmes de tristesse, mais des larmes du au faite qu'on l'avait plutôt mal mené. On pouvait voir quelques traces bleu et mauve sur les quelques zones de sa peau visible. On ne la laisserait jamais en paix...

    L'enfant se surprit alors à fixer Ryltar dans un long silence, elle baissa vite les yeux avant d'ajouter d'une voix fatiguée et à peine audible :
    " Désolé de vous avoir dérangé..."

    Elle rangea sa tête dans ses épaules à la manière d'une tortue elle fixa de ses yeux sans émotions le sol, la laisseront un jour en paix ? La pauvre enfant n'avait pas de répit, si ce n'est pas les hallucinations elle se fait attaquer par des bandits, la petite ne savait plus où donner de la tête. Sans cesse traquée, au finale elle ressemblait plus à un animal traqué qu'à autre chose et mal heureusement le gibier finit toujours par se faire pendre la preuve.

Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Dim 12 Sep 2010 - 14:07

La petite chose avait une griffe des plus aiguisés dissimilés sous les haillons, mais dans son état, qu’espérait-elle ? Elle se fit dure, désormais bien peu enfantine dans ses traits, mais rien ne pouvait perturber l’Hybride Da’reh, encore moins une chose qu’il pouvait briser entre deux de ses doigts sans peine. Elle tenta de le pousser, ses doigts fins, squelettiques même sur son torse, mais elle n’avait aucune force, à peine celle de tenir sur ses jambes, alors quoi ? Elle voulait les poursuivre ? La petite chose n’a aucune sagesse.
Elle fit un pas, puis deux, puis sembla perdre son équilibre, finissant par s’appuyer contre le mur, lâchant son arme, renonçant à son projet.

L’Hybride avait rarement vu plus misérable que cette gamine au sang mêlé, elle n’était plus rien que l’ombre d’une vie, de celle qui reste accrocher à ce monde par un petit fil à peine plus fin qu’un cheveu, le reste disparaissant dans les ténèbres abyssales du domaine de Tari. Elle pleura, sans qu’il ne cherche à comprendre l’origine des larmes, mais il la regardait toujours, décidant qu’il avait le temps, qu’il pouvait ne pas passer son chemin.
Même l’Hybride peut faire preuve de compassion… Elle était une enfant rejetée, abandonnée des autres, comme lui… Elle n’était pas hybride, cela se voyait, mais peu importe, elle avait vécu comme l’un d’eux, pour cela, elle méritait son attention, l’exception qui confirme la règle.
Elle voulait se cacher, fuir le regard d’or qui ne cessait de la scruter, perçant les voiles trouées que représentaient la cape qu’elle utilisait. Et bien alors, c’est tout ?

Elle finit par cesser ses enfantillages et le regarda, séchant ses larmes, cessant ses pleurs sous le regard demeuré dur, n’éprouvant aucune peine à cette vision. Elle avait été malmené, sévèrement, régulièrement, des bleus couvrant les quelques surfaces de peau visible… Pauvre petite chose qu’on refusait d’achever par miséricorde mais qu’on laissait entre les deux mondes, par un sadisme qui se voulait des plus intenses.
Elle s’excusa, mais il ne répondit que par un haussement de sourcils. Le déranger ? Il avait fait son choix en venant l’aider, et devant cette petite limace traquée, blessée, malmenée, l’hybride prend sa décision, qu’il espère ne pas devoir regretter.

Il attrape le poignet de la gamine et la tire, sans un mot, pour qu’elle le suive, mais dès les premiers pas, ses jambes cèdent et elle trébuche, le contraignant à l’arrêt, et à un soupir une fois retourné.

« Même plus capable de marcher trois pas… N’importe quoi… »

Il l’aida à se relever, et si elle tenait debout, ce n’était que parce qu’il la retenait, il la souleva sans peine, c’était une vraie plus, et il la déposa sur son épaule, comme un sac à patates, un bras pour la retenir, et il se mit en marche, non sans remarquer les faibles gigotements qui n’auraient aucun effet.
Il l’amena, sous des regards surpris, mais qui ne s’attardaient, par peur peut-être, dans une taverne où, il le savait, l’on mangeait bien et beaucoup, tant que la bourse le permettait.
Il la déposa sur une chaise, sous le regard surprit de la serveuse et déplaça sa chaise à côté d’elle, histoire qu’elle s’écroule pas par terre.

Il commanda quelques plats, des plus riches et qui rassasierait la gamine… Sa bourse en souffrirait, mais au pire, si elle ne lui convenait pas, il la revendrait comme esclave, cela devrait suffire à rembourser l’investissement.
Le voyant d’abord hésité quand tous les premiers plats furent disposés sous ses yeux, il croisa les bras, disant simplement, quoique légèrement agacé.

« Bon et bien, tu attends quoi petite sotte, sers toi ! »

Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Dim 12 Sep 2010 - 18:24

    Les jours de peine fredonnent un je ne sais quoi… Sa dague sa seule défense, le prolongement de son bras, les dagues qu’elle cachait sous ses vêtements sont surement les seules amies qui lui reste. La jeune femme entreprit de la ramasser elle se laissa lentement glisser le long du mur elle tendit le bras pour la récupérer, elle la remit alors à sa place sous ses vêtement usée jusqu’à la corde bien collé contre sa peau. La lame avait eu le temps de refroidir quand elle entra en contact avec sa peau elle frissonna légèrement et de manière imperceptible. Elle se redressa lentement, l’Hybride était toujours planté là en face d’elle il n’avait pas dit un mot. Depuis la fuite précipitée des voyous qui l’avait torturé. L’enfant se redressa en s’aidant du mur, elle se trouvait elle-même lamentable il fut un temps elle était dangereuse, un temps ou elle aurait eu la force de poursuivre ses gredins. Sans aucune pitié elle aurait tué elle avait était entrainée pour ça c’était devenue une seconde nature. L’innocence pouvait pourtant se lire sur son visage légèrement bleuit et écorché, elle avait l’air d’une enfant si triste on aurait dit qu’elle portait sur son dos toute les erreurs que l’humanité avait commise. Elle remettait sa capuche sur sa tête tentative vaine encore une fois de se cacher, le regard du métis la transpercé comme la lame d’un couteau elle ne pouvait soutenir son regard. Son souvenir la hantait encore, sa promesse faisait encore battre son cœur d’une douce sensation de sécurité, elle avait l’impression qu’un moment à l’autre il apparaitrait à l’angle d’une rue ou qu’il sortirait de l’ombre pour la sauver, pour qu'il la prenne dans ses bras. C’était trop pour elle, il était partit, il l’avait abandonné comme les autres avant lui… Elle allait partir quand il la saisit par le poignet ce qui eu pour effet de crisper l’enfant surprise et terrorisé, elle tourna vers lui son regard assassine elle avait peur on pouvait aisément la comprendre après tout elle ne le connaissait pas et il la prenait comme sa sans prévenir, ni lui demander son avis. Il la tira avec une force certaine contre laquelle, elle ne pouvait pas lutter, l’enfant trébucha alors qu’elle n’avait pas encore fait un pas.

    « Même plus capable de marcher trois pas… N’importe quoi… »

    Sa voix rauque résonnait dans la tête de la demoiselle presque allongée sur le sol, elle venait de s’écorcher à nouveau les allumettes harassés qui lui servaient de jambes. Anara leva son regard vers l’Hybride silencieuse elle en avait assez de son état de larve, même plus foutu de marcher toute seule c’était navrant. Il l’aida à se redressa elle s’appuyait de tout son poids sur lui, mais ça ne lui faisait rien il la soulevait comme une vulgaire plume elle avait beau être au bout du rouleau elle avait sa fierté. Quand il la posa sur son épaule elle protesta avec force lui martelant le dos à coup de poing, elle se faisait plus mal à elle qu’à lui au final mais elle ne s’arrêta pas pour autant elle lui martela le dos jusqu’à ce qu’il la repose. Elle n’avait pas remarqué les regards qui se posait sur elle et encore moins où ils allaient ainsi… Quand il la reposa enfin de façon assez violente sur une chaise elle put constater qu’ils étaient au milieu d’une taverne… Tout le monde les fixaient avec une telle intensité que l’enfant qui braillait et tapait des poings se tut soudainement. Le métis l’installa juste à coté d’elle, avait-il peur qu’elle fuît ? Se mordant l’intérieure de la joue elle se garda bien de parler. Il commanda le repas et se fut un festin qu’on apporta sur leur table, elle n’avait pas vue autant depuis le dernier repas qu’elle avait prit à l’abyssea…

    Le dernier repas du condamné à mort avait-elle pensé sur le coup, elle sentait son regard poser avec une lourdeur peu commune sur elle. Sa voix retentit à nouveau, on aurait dit qu’il lui ordonnait de manger, elle hésita une seconde avant de se servir légèrement tremblante. Elle leva son regard vers lui se regard flamboyant on aurait dit une biche, son regard finit par faire fuir le siens elle se retourna vers son assiette et mangea une première bouché… Sa faisait du bien de manger elle vida son assiette plutôt rapidement, quand on a faim on ne fait pas tellement attention à quel vitesse on mange et avait faillit s’étouffer deux fois au moins. Ce n’est pas très polie, mais elle se servit une seconde fois sans vraiment attendre la permission il y avait encore tellement chose sur la table elle n’était pas sure de pouvoir tout gouter. Elle s’arrêta à sa troisième assiette, elle avait trop mangé du coup. Elle n’osa pas le regarder, mais lui dit tout de même de sa petite voix enfantine :

    « Merci… »

    Elle ne préféra pas lui demander pourquoi il faisait ça, pour une fois qu’elle tombait sur quelqu’un de gentil. L’enfant avait le regard plongé dans son assiette vide avec une petite tâche de sauce sur la joue qu’elle n’avait pas remarquer. Son visage c'était adoucie, les traits durcie se relâchèrent laissant place à son impassibilité naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Jeu 16 Sep 2010 - 18:06

Il y eut quelques instants de flottements avant que ses paroles aient finalement une conséquence. D’abord ce regard de… biche ? Non, mais vraiment, où on allait ? Les Dieux laissaient vraiment des créatures aussi faible et pitoyable vivre aussi longtemps ? Elle était fragile, maigrichonne, vraiment pas le profil de la débrouillard solitaire.

Puis vint la première bouchée, hésitante d’abord, plaisante ensuite. Depuis combien de jours n’avait-elle pas mangé correctement, convenablement ? A en juger par l’appétit vorace dont elle fit démonstration ensuite, manquant de s’étouffer par deux fois, beaucoup. Elle donnait le sentiment d’avoir la peur de voir s’envoler cette aubaine et ce festin qui dut paraitre digne d’une grande table à ses yeux et pour son ventre vide.
Elle vida vite son assiette, puis une seconde, et ce n’est qu’à la troisième qu’elle sembla montrer des signes de trop plein et fut stoppée dans son élan, ce qui rassura l’Hybride qui n’avait pas l’intention de payer plus pour cette gamine fragile.


D’une voix enfantine, sans oser porter son regard sur lui, elle le remercia, sans poser d’autres questions, sur ses motivations, le motif de cette générosité. D’ailleurs, lui-même n’aurait pas su formuler son explication, tant elle lui semblait idiote. Pourtant, il s’était lancé, et maintenant il devait aller au bout avant de penser à l’éventualité de la revendre au marché.

« Une vraie gloutonne… Ca faisait combien de temps que tu n’avais pas vraiment mangé, petite ? »

Il se servit à son tour, un peu, dans ce qu’elle avait laissé, mangeant à son tour, sans un regard à son attention, et, tandis qu’il avalait un morceau de viande, il se tourna à nouveau vers elle.

« Qu’est-ce que tu fiches seule ? Tu m’as pas l’air bien dégourdi et débrouillarde alors quoi, tu as fais une fugue et ta fierté refuse de retourner chez toi ? »

Il pourrait peut-être la prendre avec lui, un temps en tout cas, voir ce qu’elle vaut, tant en personne qu’en compétence, et au pire, l’utiliser serait fort aisé, vu son état, aussi voulait-il en apprendre un maximum sur son compte avant de décider de la suite.

« Oh et… Comment tu t’appelles, P’tite ? Moi, c’est Ryltar. »

Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Jeu 16 Sep 2010 - 19:23

    Anara avait l’apparence de ses brebis égarée, dans une froide nuit hivernale en pleine tempête. Mais intérieurement elle était aussi blanche qu’une brebis qui c’était roulée dans la boue. Elle n’avait pas toute ses forces et malheureusement elle n’avait plus toute sa tête depuis son septième anniversaire, c’est dire à quel point tout ceci était vieux… Elle ne savait même plus ce que cela faisait d’être saint d’esprit, si elle perdait sa folie sans nul doute qu’elle perdrait avec elle une grande partie de ce qu’elle est. Hors crise c’était une fille très calme, elle ne cherchait querelle à personne et se cachait même des yeux des autres. Elle aussi discrète et silencieuse qu’une sourie blanche marchant dans de la farine, mais Anara n’était plus qu’une coquille vide depuis la disparition de ses frères elle n’était rien sans eux… Quoi que ? Bien avant d’arriver à l’abyssea elle avait sut subvenir à ses besoins en chassant et revendant la viande qu’elle avait en trop, peut-on vraiment soupçonner le prédateur qui en réalité se cache en elle ? Non, surtout aujourd’hui elle était si maigre qu’on aurait cru quand la serrant un peu trop dans ses bras on aurait simplement pu la briser en deux comme une vulgaire branche séchée. L’enfant fixait ses mains décharnée, sans un mot le silence dura un petit moment avant qu’il ne lui pose subitement une question après l’autre tout en mangeant… Ce qui n’est d’ailleurs pas très polie, enfin on n’a pas tous eu une éducation humaine, qui selon Anara n’avait pas servit à grand-chose chez son petit frère qui ne c’était pas gêné pour avoir des relations incestueuse avec sa sœur. Ou plutôt sa demi-sœur elle refusait catégoriquement de se mettre dans le même panier que lui. Elle ferma les mains sur sa robe usée la froissant entre ses doigts, le passé la harcelait encore et ce n’était pas près de s’arrêter.

    « Je n’ai pas réellement mangé depuis près d’un mois, sauf si vous estimez que de ce nourrir de champignons et de racines dans les marécages et un repas. »

    Elle parlait c’était déjà pas mal, bon après le ton de sa voix était un peu froid. Elle n’avait pas pour habitude de dire autant de chose à un inconnu. Qui d’ailleurs finit par se présenter, une chose était sur la politesse, la courtoisie et lui sa faisait quatre mille… L’enfant dégage lentement une de ses longues mèches blanche de son visage levant discrètement son regard vers l’hybride. Sa peau était sombre, une peau grisonnante tirant sur le foncé rappelant la peau des drows d’ailleurs il en avait la musculature. Une musculature sèche et bien dessinée. Alors que celle de son frère Zelva était aussi pure et blanche que le lait et il ne possédait aucunement les bras et la carrure de gorille que possédait Ryltar. Et pourtant il avait les mêmes yeux en amande et ses pupilles mordorés lui arrachant presque des larmes que la demi-drow garda par jalousie, égoïsme et amertume au fond de son cœur. Non, elle ne laisserait plus ses perles d’argent se perde encore sur ses joues, elles lui avaient bien assez brûlé la peau de ses joues encore rouge pour aujourd’hui. Puis que cela pouvait-il bien lui faire à lui ? Il l’avait sauvé certes, mais dans ses yeux elle ne lisait aucune compassion et aucune pitié alors pourquoi ? Pourquoi avait-il ramassé cette petite limace qu’elle était ? Elle ricana légèrement lorsqu’elle entendit sa seconde question et lui dit ses yeux fixant à nouveau ses mains osseuses.

    *Je ne suis jamais seule…Ils ne me laissent jamais en paix…*
    « Vous savez aussi bien que moi que je suis une enfant indésirable, un Parasite selon ma mère, j’ai pour seule refuge la cape que je porte sur mon dos… Puis ils sont tous mort. »


    La voix de l’enfant ne laissait paraître aucune émotion, a part peut être cette froideur à vous glacer le sang qui teinté sa douce voix enfatine. Elle les avait tué, tous, ils lui avaient demandés de le faire, elle avait obéit. Elle se revoyait encore aujourd’hui couverte de leur sang, elle sentait la brise qui avait caressé son visage la ramenant à la réalité. Elle avait donc fuit, plus tard elle avait pensé que c’était bien fait pour eux, elle n’aurait jamais du la traité comme ils l’avaient fait. Elle était une de ses filles on ne peut pas lui faire du mal sans que ça reste impuni. Elle avait insisté sur le mot Parasite lors de sa précédente phrase, car ça avait toujours était ainsi qu’on l’avait traité, chez elle comme dans son village. Elle avait reçu des pierres plus d’une fois de la main des enfants du village, quand elle passait elle entendait et comprenait ce que disaient les villageois dans son dos… Ne savait-il donc pas que les drow on une ouïe plus fine que celle de l’homme ? Ou alors peut être le faisait-il exprès ? Lui demandant son prénom elle se demande si elle devait lui donner un vrai ou un faux ? Les ombres sont des êtres secrets, elle en avait sans doute déjà dit trop… Mais après tout à quoi bon ? Aujourd’hui son statut d’ombre ne lui servait plus à grand-chose.

    « Anara est le nom que les humains mon donné à la naissance. Ce n’est même pas ma mère qui l’a choisi… »


    L’enfant baissa peu à peu le volume de sa voix comme si elle ne désirait pas qu’on entende la fin de sa phrase. Bien que Ryltar lui, avait sans doute très bien entendu elle fit comme si elle n’avait pas dit grand-chose de bien important. Elle frottait ses deux mains l’une contre l’autre pour les réchauffer un peu, il ne faire pas bien chaud en ce mois de Favriüs. Ce n'était qu'une enfant est pourtant elle avait sans doute plus de sang sur les mains qu'il ne pouvait l'imaginer.

Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Lun 20 Sep 2010 - 18:38

Un mois ? Ce n’était pas moins qu’une larve, c’était une misérable survivante d’un supplice, jeu cruel des dieux à son égard, une gamine plus morte que vive retenue par quelques fils aussi maigre que la peau qui couvrait ses os. Un détail pourtant l’alerta plus qu’autre chose… Les marécages. Qu’est-ce qu’elle y foutait ? Il n’y a que de l’humidité, des bêbêtes, des drows et des illuminés dans ce coin là… Comment y avait-elle survécu ?

« Les marais dis-tu… Mais qu’est-ce que tu faisais là-bas ? »

Elle n’avait pas pu faire ça toute seule, elle n’en avait pas le gabarit, alors quoi ? Une esclave demi-drow échappée ? Non, ça ne collait pas. Une illuminée du euh… Mince, c’quoi déjà… Ah oui, Chaos, le pseudo-dieu banni qui se plait à récolter les âmes. Ca pourrait être intéressant, quoique dangereux… En partie. Il n’avait pas envie de perdre son âme parce qu’il aura remit sur pied ce tout petit sac d’os.

La réponse qu’elle offrit au pourquoi elle était seule, et ce qu’elle fichait seule alors qu’elle semblait si faible, minable, pitoyable, pas même capable de survivre, dans les pronostics en tout cas, le fit rire, ouvertement. Il pouvait se moquer, ce qu’elle disait était tordant.

« Oh, je ne le sais pas, petite chose… J’aurais du le deviner parce que tu n’as que la peau sur les os, que tu es aussi fine et fragile qu’une brindille ? »

Il n’aurait pas pu… Mais il allait casser cette volonté de croire qu’elle était vraiment indésirable, du moins, depuis toujours.

« Mon petit doigt me dit que tu n’as ta cape pour seul abri que depuis peu, petite chose, et que pour certains, tu n’étais pas indésirable, sans quoi, tu n’aurais jamais tenu aussi longtemps, incapable comme tu sembles être. »

Il n’allait toutefois pas en rester là… Après tout, il l’avait ramassé par pitié, chose assez rare pour être relevé, parce que justement, elle était une indésirable, une rejetée, comme lui, ainsi lui prêterait-il main forte jusqu’à ce qu’elle sache se débrouiller, ensuite… Chacun son chemin.

« Alors dis-moi… C’était quoi ta vie avant le mois dernier hein ? Et pourquoi tu l’as quitté pour…ça ? »

Il la désigna, manière de dire qu’il parlait de son état.

C’était surprenant qu’il s’interroge autant, mais elle représentait un mystère… Une créature qui n’aurait pas du survivre et qui pourtant, était toujours là. Il voulait essayer d’en tirer le plus d’information, après tout, peut-être partagerait-il quelques temps avec ça, alors savoir à quoi il devait se préparer, c’est plus sain.

Il ne réagit pas à l’intonation basse quand elle prononça son nom, ni sur la précision qu’elle y apporta, mais respecta la discrétion.

Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Ven 24 Sep 2010 - 19:33

    Vient, vient jouer avec moi… Innocent, crédule petite créature. Tu es insouciant mon pauvre, comment ose tu me parlais ainsi ? Moi qui suis sa fille ? Qui es-tu pour juger de ma vie ? Qui êtes-vous pour dire juger de qui je suis et ce que je dois faire ? Le père me protège, être insignifiante tu représente guère plus qu’un tas de chaire… L’enfant avait du mal à conserver son calme allait savoir pourquoi soudainement emprise d’un mécontentement horrifiant illisible sur son visage et dans son regard, elle intériorisé toutes émotions ne laissant rien paraître. Mais son calme inopinée était des plus alarmant, son enveloppe se tenait droite, les mains crispées sur ses genoux on ne se doutait de la lutte qu’elle menait. Elle écouta d’une oreille quelque peu distraite son interlocuteur, qui ne se doutait surement de rien… Ne vois-tu pas quel prédateur je suis sombre imbécile, tu ne sais rien de moi, je vais d’apprendre un tout nouveau jeu vient, vient donc jouer avec moi. Je ferais de toi ma plus belle œuvre, ne t’inquiète pas je ne suis pas une barbare, je t’assure que tu ne souffriras pas. Du moins pas longtemps… La demi fixait un point loin devant elle on aurait dit tentait de percer le mur grisâtre de l’auberge avec ce dernier. La respiration de la demoiselle se fit plus lente, comme plongée dans un état second elle répondit tout de même dans un murmure presque inaudible qu’on aurait qu’un simple souffle était passé entre ses lèvres.

    « Je fuis… »

    Bourreaux, les bourreaux qui revenaient tout droit du passé la hanter. Les visages décomposés, suintant la mort, leurs gémissant pénétrant sa tête et faisait écho tout autour d’elle. Elle était la seule à les entendre, elle se mordait l’intérieure des joues n’ajoutant rien de plus à ça question. Il n’avait pas besoin de savoir, à quoi bon ? Lui aussi allait l’abandonner à son triste sort, comme tous les autres avant lui. S’il ne finit pas en chaire à saucisse, laisse-moi prendre soin de lui, je sais ce qu’aiment les hommes. Je lui ferais la peau et on s’en roulera à l’intérieure ainsi nous aurons plus chaud. Laisse-moi faire je suis bien plus douée que toi tu le sais, il ne sert à rien de s’attacher il n’est rien de plus qu’un morceau de chaire et d’os ambulant. En plus il ne te connait pas comme moi, donne le moi et restons ensemble juste nous deux c’est bien mieux. Une fine pellicule de sueur couvrir le front de la bâtarde qui ne sourcillait pas, pas une seconde elle ne laissa paraître de la fatigue, de la joie, ou de la tristesse rien, frigide, elle était comme gelée sur sa chaise. Elle l’écoutait au milieu de son combat mental, il s’agissait de ne pas perdre le contrôle.

    Ce qu’elle voyait, elle-même avec un ce sourire qu’elle connaissait par cœur car elle l’avait arboré après chaque personne assassinée. C’est comme si elle avait un miroir en face d’elle alors qu’il n’en était rien. Tue-le ! Ordonnait-elle, de l’autre coté de son miroir presque hystérique tapant violemment de ses poings sur la vitre invisible qui les séparer. Elle s’adoucit soudain, l’implorant presque en larme : Je suis ta seule amie, je suis là depuis si longtemps, je veille sur toi…Et regarde ce que tu me fais ! Tu me remplace par un homme qui n’a que faire de ton bonheur, alors que moi je fais tout pour toi, hurla-t-elle et elle se mit à ricaner, étrangement elle arrivait souvent à convaincre Anara de l’autre coté du miroir qu’il fallait tuer. Elle pouvait prendre toute les formes possibles et imaginables, celle d’un immense chien noir, le corps en décomposition de son frère et bien d’autre chose qui vivait dans le subconscient de la petite. Avec les pouvoirs offerts par le père elle était devenue presque indestructible, mais malheureusement elle n’en était pas devenue moins folle.

    « Si je n’avais pas été indésirable vous n’auriez pas eu à me sauver des sauvageons qui m’ont attaqué. »


    Pour certain… Ces dites personnes on prit leurs jambes à leurs cous et ton abandonnés. Tu n’es rien de plus qu’une larve. Aux yeux de tous, tu es un débris, une raclure, personne ne veut de toi. Pourquoi continues-tu à espérer l’impossible ? Elle n’avait pas tord l’autre sur ce point, encore à ce moment elle priait le père de ne pas l’abandonner, de lui rendre ses frères et de lui donner la force de lutter. Il continua de parler lui demandant de façon très insinuée si elle ne faisait pas partie du chaos. Mais les ombres ne sont pas stupide, le chaos elle en garderait le secret. Révéler sa véritable identité serait une faute qu’elle ne se permettrait pas, seule le père décide de qui il veut voir rejoindre ses rangs. Quand bien même aurait-il voulu du métis dans ses rangs il devrait faire ses preuves sous les yeux de la bâtarde qui avait un lourd jugement sur les étrangers, pour avoir de plus ample information sur leur père il fallait passer les épreuves. Il s’agissait là de son avis elle avait vaincue l’hallucination avait disparue, elle tourna lentement ses yeux vers lui, il la prenait pour une incapable il allait connaitre l’étendue de sa force et de folie… Lui affichant un sourire narquois, et sadique la blanche brebis se changea peu à peu en monstre. Son regard s’assombrit, comme soudainement couvert d’un épais manteau orageux. Ce n’était pas pour lui, bien au contraire un jeune homme venait d’entrer dans l’auberge il était seule elle l’avait reconnue en juste un petit coup d’œil.

    « Vous vous trompez sur moi, comme beaucoup d’autre ici présent. »

Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Lun 27 Sep 2010 - 9:15

« Vraiment ? »

Fut sa première réaction quand elle émit l’hypothèse que l’attaque n’était du qu’au fait qu’elle se dise indésirable… Quand bien même l’était-elle, les vagabonds et les bandits n’ont pas cette préoccupation là, le gain seul rythme une vie, décide un acte… Mais oui, c’est possible, si elle avait eu une tout autre vie, alors peut-être n’aurait-elle pas subit le moindre mal.

« Tu te prends souvent à rêver d’une autre vie plutôt que de faire avec celle que tu as ? Au moins, ça explique ton état miteux. »

Dès lors qu’elle se refusait à son existence, elle se condamnait. Si vraiment, elle était indésirable, fuir ce fait n’aurait que comme conséquence que la tuer, il lui fallait se prendre en main et apprendre à vivre avec, survivre plutôt, et c’était un apprentissage qui avait occupé ses premières années… Aucune grande ambition, aucun attachement que ceux sûr apportant un petit quelque chose, et un savoir faire en tout ce qui était nécessaire.

Puis elle sembla dans ses pensées, absorbée par les Cinq seuls savent quelle idée, et quand elle revint à la réalité, son visage s’affichait narquois, sadique, un vrai petit monstre sous les traits d’une larve minable et squelettique… L’habit ne fait pas le moine, dit-on, certes, mais l’on parle aussi de petite bestiole qui ne mange pas les grosses, aussi ne trouva t-il pas cela impressionnant… Tant était capable de jeter un regard noir, mais si peu savait assurer comme il convenait de le faire ensuite… Et cette gamine… Minute… Son regard n’était pas posé sur lui, et quand il tourna légèrement la tête pour voir l’objet de son attention, il trouva un jeune homme… Une connaissance ?

« Prouves que je me trompe alors… Ou admets ta faiblesse. »

C’était un risque, après tout, ça pouvait être une magicienne apprentie bouffée en bonne partie par ses pouvoirs et il se prendrait alors une gifle, mais bon… Il n’y croyait pas tellement… C’était juste une clocharde, une mendiante depuis peu incapable quand on parle de survivre… Nul doute qu’elle avait toujours été protégée, choyé, peut-être pas par les humains, par sa mère… Mais il y avait eu quelqu’un.

« C’est qui c’garçon ? Un ami à toi petite chose ? »

Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Mer 6 Oct 2010 - 17:59

    Il ne l'avait sans doute pas remarqué, mais qui ? Qui aurait pu se doutait de la folie de la jeune et faible femme qui se tenait assise près de se grand costaud qui l'avait en passant ramassée, par on ne sait quel besoin ou quel désir, on ne sait pas vraiment qu'elle sentiment l'avait animé quand il l'avait décidé de la prendre sous son aile. Car dans son regard mordoré aucune pitié n'était lisible. L'enfant était à nouveau calme, mais quelque chose dans son regard avait soif une soif étrange et insatiable par la simple eau qui se trouvait posé sur la table. Sa l'avait surprit ce qu'elle lui avait dit, sa s'entendait et se lisait sur son visage, ce qui sembla légèrement le perturber et une autre question lui vient tout de suite après. N'avait-elle pas rêvé ? Rêver sa vie... elle, rêver d'une vie aussi abjecte ? Ce n'avait rien d'un rêve, ça avait tout d'un cauchemar, un cauchemar dans lequel elle perdait de plus en plus pieds. Chose particulièrement insupportable elle n'avait rien perdu de son habilité à la chasse elle le savait c'était gravée en elle comme on écrit dans le marbre des pierres tombale totalement inaltérable, ni le temps, ni la météo et encore moins sa folie n'en viendrait à bout. D'ailleurs sa folie ne la rendait que plus dangereuse et non impotente, c'était son état physique qui faisait qu'elle n'arrivait plus vraiment à suivre son mental totalement détraquée et fanatique.

    Aspirer la vie d'un baiser de glace, tué sans aucun sentiment, tuer pour lui et seulement pour lui. Rien n'a plus d'importance que lui, en tout cas à ses yeux. Son regard tourné vers le jeune homme qui venait d'entrer n'avait rien d'humain, il faisait presque peur, mais qui faisait réellement attention elle petite brebis aussi fine et fragile qu'une brindille dansante dans le vent. Elle se souvient alors de se rencontre avec Selim lors d'une nuit particulièrement belle et étoilée elle se souvenait avoir dit être une fleur, une fleur fanée, elle n'avait même pas eu le temps d'éclore que le cœur de la fleur qu'elle était avait rendu son dernier souffle. Ne laissant alors place qu'a une coquille vide elle n'avait ni âme, ni cœur et après l'abandon de ses frères elle ne voulait plus s'attacher à rien ni à personne. Elle c'était un temps résignée à mourir une fois soulagée de la vie peut être aurait-elle pu dormir sans leur souvenir. Elle aurait rejoint le père elle aurait fait partie de lui, mais le père avait encore besoin d'elle ici elle devait le servir elle n'avait pas le droit de faiblir pas avant d'avoir atteint son but. Quand il lui demanda de prouver qu'il se trompait l'enfant saisit ses dagues une dans chaque main, ses dernières était cachée sous sa cape, elle se mit des mots indéchiffrables pour l'hybride du moins. Elle connaissait elle par cœur ce qu'elle prononçait à la gloire du père et aussi l'invocation du reflet de l'ombre... Le silence s'installa durant quelque seconde et le jeune homme s'installa à l'écart des autres présents dans la salle, elle désirait sa mort, non elle ne le connaissait pas plus que ça à vrai dire, mais devait-on vraiment avoir une raison pour servir le père ? Sans doute que non !

    Pourquoi lui ? Parce que son visage ne lui était pas inconnu, il avait fait partie du village d'où elle c'était en fuite à l'âge de 17 ans du moins en âge humain, il lui fallut trop de temps pour grandir beaucoup trop... Si elle avait été adulte plus vite sans doute n'aurait-elle pas eu à subir à tout ce qu'elle avait vécu jusqu'ici. Mais elle n'avait pas honte de ce qu'elle était devenue bien au contraire elle survécu à tant de chose qu'il semblait impossible qu'un jour elle vienne à mourir. Son sourire élargit avait tout du sourire du prédateur qui avait sa proie bien calée juste entre ses griffes.

    " Cela est-il d'une importance capital maintenant que vous avez condamné cet homme à mort ?"

    Murmura-t-elle à son voisin qu'elle quitta un mouvement souple et rapide, elle reprit alors avec un malin plaisir son rôle d'ombre personne ne la voyait elle était invisible trop discrète, trop silencieuse, trop innocente pour faire du mal... Il devait surement se demandait ce qu'elle faisait car il était le seul de qui elle voulait être vue elle pouvait frôler chaque personne dans cette pièce et pas ne la voyait passer, pas un ne se retourna sur son passage. Elle avait laissé près de l'hybride un double d'elle, un reflet de l'ombre elle était la copie conforme de la demoiselle qui s'éloignait vers le fond de la salle en chantonnant des comptines que les enfants chantaient dans son village. L'hybride devait surement se demander si elle oserait vraiment faire ça ici, elle pouvait dévaster la salle au complet si elle le désirait, mais elle ne voulait pas se faire remarquer pour le moment. Une fois dans le dos de sa proie offrit un dernier sourire à l'hybride et se pencha légèrement pour planter son couteau entre deux cotes en direction du cœur toujours dans son dos. Elle ne voulait pas le tuer tout de suite elle devait lui prendre son âme avant elle l'empêche de crier en posant sa main sur sa bouche elle ne regardait même pas sa victime frétillant comme un poisson hors de l'eau. Elle tourna la tête de l'homme vers elle pendant quelque seconde elle frôla ses lèvres avec les siennes contacts qui la dégoutée. Elle aspira son âme et l'homme sembla suffoquer mais il n'y eu pas un son pas un bruit. Personne n'avait prit le temps de se retourner quand elle relâcha sa prise l'homme tomba de sa chaise elle se recula toujours aussi invisible aux yeux des autres sauf aux siens. Pour toute les personnes de la salle elle était toujours assise près de l'hybride même lui devait se demander si elle avait vraiment bougé. Elle revient à sa place lentement, silencieusement et plutôt heureuse.

Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Mer 13 Oct 2010 - 10:34

La réponse qu'elle offrit à son interrogation fut des plus étonnantes, étranges, curieuses... Il avait condamné à mort cet homme ? Vraiment ? Rien que ça ? Quelle idée passait par la tête de cette gamine et comment aurait-il pu le condamner alors qu'à priori, il ne présentait guère plus d'intérêt qu'une miette de pain résident sous un amas de déchets balancés dans une ruelle ? Qui sait ce qui pouvait passer par la tête de cette gamine, après tout.

Après ses mots, elle se leva, quittant sa chaise d'un mouvement souple et vif, mesuré et se déplaça dans la pièce, et si lui pouvait la distinguer, il sembla bien être le seul à concentrer son attention sur elle. Un rapport après le baragouinage qu'elle avait murmuré quelques instants plus tôt ? Un sort peut-être... Comment pourrait-il le deviner, sa sensibilité à la magie frôlait le seuil le plus bas, on lui avait juste enseigné les outils de la survie... Les soins, à sa demande d'ailleurs.
Le plus étonnant, c'était qu'outre la demoiselle qui se déplaçait, elle restait à sa place, du moins, en apparence... Quel était donc ce petit tour de passe-passe qu'il n'avait jamais aperçu ?

Et avant même qu'elle ne s'exécuta pleinement, il comprit le sens entier de la manœuvre et l'évocation d'une condamnation à mort... Il avait douté de ses talents et de ses compétences et la voilà usant de quelques manèges pour lui faire une démonstration directe de l'étendue de ses capacités... Il devait l'admettre, il était surprit, s'inquiétait même, pour le coup. Mais il eut un sourire amusé... Celle qui voulait laisser apparaître tant de force de caractère avait été affecté par ses propos, si bien qu'elle s'était obligée à les lui montrer... C'était intéressant, un point à exploiter, dans certaines limites.

La suite fut sans surprise, elle tua l'homme, non sans un geste qu'il ne saisit pas, ces lèvres se frôlant... Un petit rituel, un toc à chacun de ses assassinats, appartenant à un tour qui lui semblait nécessaire à l'accomplissement entier de l'acte ? Il n'en savait rien, il n'avait pas en tête la psychologie ni de l'assassin, ni du tueur... Non.
Avant que l'homme ne s'écroule et que la panique affecte les gens autour, surprise que lui-même feinta, histoire de ne pas paraître insensible, coupable dans l'affaire, elle avait remplacé sa copie dans le plus grand silence.

Dans un bref ballet de clients fuyant, craignant que le responsable soit encore présent, prêt à frapper à nouveau, sans prévenir, il déposa quelques pièces sur la table, se saisit de la gamine par un poignet et l'emporta vers la sortie, imitant les quelques trouillards, pour plus de sécurité et de tranquillité.
Ainsi s'éloignèrent-ils, et il la ramena à ses côtés, de front, tout en marchant.

« Et bien... C'était une méthode et un talent peu singulier que tu as montré... Qu'est-ce que tu es au juste, petite ? D'où tu tiens ce... talent ? »

Mais répondrait-elle plus qu'elle ne l'avait déjà fait jusque là ? Il en doutait, mais une chose était sûr, elle cachait bien son jeu, mais surtout... Elle avait reçu une aide, un soutien pour vivre plus convenablement, jusqu'à il y a un mois... Et depuis... Et bien, ses compétences dans le meurtre ne réussissait pas à l'aider à trouver le rythme pour survivre convenablement.

« Cette fois, je veux la vérité, sauf si tu penses estimer qu'un repas suffira à t'offrir les moyens de me résister... Et de m'empêcher de te mener sur des sentiers pires que ceux que tu as déjà traversé... D'où tu viens ? »

Et il était très sérieux, menaçant... Il ne ferait pas la route avec ça sans savoir... Autant ses talents l'intéressaient, autant il ne prendrait pas ce risque.
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Mer 13 Oct 2010 - 13:52

    C’était la panique à l’intérieure de la Taverne quelques clients froussards prenaient leurs jambes à leurs cous quittant plutôt précipitamment cette dernière. On a peur de l’inconnue n’est ce pas ? Qui mais qui à tuer se pauvre homme ? Si encore on l’avait vu, sans doute aurait-il eu moins peur. Ce qui faisait rire l’enfant intérieurement quoi de plus beau que la panique qu’a elle seule elle était capable de créer. Elle n’avait rien de l’innocente enfant qu’elle s’évertuait à jouer, à vrai dire elle n’avait pas besoin de le jouer que tous y croyait. Elle riait la diabolique enfant, avait-elle seulement une once de pureté ou son corps n’était-il rien de plus qu’une enveloppe trompeuse qui cacher le pire des démons ? L’hybride la tira avec lui hors de la Taverne profitant sans doute de la panique générale pour paraître crédible. Silencieuse le sourire aux lèvres, elle suivit sans rechigner capable de tenir plus ou moins sur ses faibles jambes il la fit marcher de façon soutenue. Il recommença à lui poser des questions toujours les mêmes questions… Sa petite démonstration avait semé le doute dans la tête du métis, mais elle ne lui dirait sans doute pas plus que ce qu’elle lui avait déjà dit. S’il était incapable de comprendre elle n’y était pour rien elle à lui de réfléchir un peu après tout si elle lui livrait tous ses petits secrets ça ne serait plus aussi drôle. Il la menaça ce que l’enfant n’apprécia guère elle s’arrêta aussi sec, ils étaient au milieu de la foule Anara était une enfant plutôt capricieuse à ses heures. Elle fixa l’hybride avec froideur elle avait perdu son sourire, son visage redevenu impassible, sérieux et morne telle une statue de marbre elle lui dit avec beaucoup de froideur :

    « Ne vous gênez surtout pas ce ne sera sans doute pas la première ni la dernière fois. »

    Elle était plantée là au milieu de la foule, lui, la tenait par le bras. L’enfant semblait très sérieuse dans ses propos bien que souffrir n’était plaisant pour personne. Elle devait vachement lui taper sur le système, mais qu’importe si lui l’abandonnée ici et maintenant elle risquait sans doute pas de pleurer. D’ailleurs ça fait combien de temps qu’elle n’avait pas pleuré ? L’enfant s’en souvenait même plus, cela faisait donc si longtemps ? Elle n’avait pourtant que 66 ans ? Ses souvenirs lui faisaient déjà défauts, puis à quoi bon s’en souvenir l’époque où elle pleurait, était une époque révolue. Elle tenta d’extirper son bras de l’emprise du mâle, mais elle n’était pas encore assez forte, mais sa reviendrait avec le temps et de la nourriture ou du sang… Elle observa les veines qui couraient le longtemps du bras du colosse sentant sa soif s’accroître soudainement elle préféra détourner le regard.

    Elle s’approcha lentement de Ryltar elle n’avait pas le droit de lui dire qui elle était vraiment c’était sa couverture elle ne pouvait pas la gâcher, de toute façon même à l’abyssea on n’était pas très sur de qui elle était, d’où elle venait ? A quoi cela pouvait-il bien lui servir ? Est-ce que ça changerait quelques choses si elle venait d’un duché humain ou encore directement du puy d’Elda ? Cela le ferait-il fuir s’il apprenait qu’elle venait de l’abyssea ? Pourquoi tant de question inutile, avait-il peur d’elle ? Comme tout les autres…

    « Même là d’où je viens on ne sait pas réellement qui je suis, je suis comme une oasis en plein désert, on peut me voir, on peut toucher, mais jamais on ne m’attrape, comme le serpent je frappe, sournoise je me glisse silencieuse, du soleil je me cache et personne ne me trouve. Qui suis-je, oui qui suis-je si je n’existe pas ? Je vous ai déjà donné tout ce que je possédais sur moi, c’est mon prénom Anara. »

    Mais avoir un prénom veut-il dire qu’on existe pour autant ? Elle n’en sait rien m’a foi car aux yeux de tout le monde cette enfant n’existe pas. Et si seulement elle n’existait pas ? Tout ça ne serait qu’un cauchemar sans fin don elle n’arriverait pas à sortir, si c’est le cas elle souhaite se réveiller au plus vite et se rendormir de nouveau pour commencer un autre rêve. Elle n’avait pas répondu à sa question du moins pas vraiment, elle lui avait répondu un mélimélo de chose qui devait le mettre sur le piste, mais qui devait sans doute l’embrouiller plus qu’autre chose. Anara aimait se genre de jeu stupide et enfantin qui consisté à donner une définition de quelque chose et l’on devait par la suite trouver de quoi il s’agissait.

    « Ni drow, ni humaine, ni elfe et pourtant là d’où je viens tous ils y sont. »

    Elle attendait ses réponses avec un petit sourire enfantin plus ou moins victorieux ce qu’elle aimait se genre de devinette sans queue ni tête totalement fait pour faire perdre dans ses réflexions Ryltar. S’il réussissait à trouver les réponses elle s’avouerait vaincue, en attendant elle le fixait de ses grands yeux rubis imaginant sa vie à lui. Ce qu’elle avait pu être, elle se demandait aussi quel était son âge car l’immortalité faisait ralentir follement le vieillissement. Elle n’en avait que 66 et lui s’il en avait 300 ? Après tout c’est possible non ? Quelle vie pouvait-il bien mener durant toutes ses années ? Des choses avait-elle changé depuis sa naissance ? Jamais elle n’oserait lui poser des questions elle préférait vraiment se mêler de ses affaires elle trouvait d’ailleurs que lui en posait trop de question elle n'allait pas si mettre parce que sinon ça durerait bien trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Mer 20 Oct 2010 - 10:28

Une menace ignorée, trouvant comme réponse qu'une froideur que l'hybride envoya paître bien loin d'une pensée, car la jeune fille, si elle était talentueuse, était encore faible et fragile, une brindille qu'il n'aurait aucune peine à briser si d'aventure elle se montrait agressive... Il en avait vu d'autres, et il n'en ferait qu'une bouchée.

« Pas la dernière fois ? C'est supposer un peu vite que je pourrais ne pas te tuer, tu ne penses pas ? »

Dit-il avec un sourire mauvais, carnassier. Oui, il pouvait la tuer sans mal, mais il ne le ferait que si elle lui imposait véritablement cette extrémité-ci, après tout, il aurait pu la laisser mourir dans cette ruelle, son geste devait trouver un sens, à lui surtout, et la tuer aussitôt après n'en avait aucun, ce qui ne lui plaisait pas... Un geste de pitié de sa part devait avoir un motif et une raison, sinon, il le hanterait sans doute un bon moment...
Mais le sentiment de pitié prit une claque quand elle parla par métaphore... Alors ça... Non, vraiment, c'était une chose à ne pas faire. Se rendre plus intéressant qu'on ne l'est en imageant finalement quelque chose de vide, de creux... C'était une prétention que même lui ne pouvait supporter, c'était trop surjoué, surfait... Blablabla et finalement, il n'y a rien.
Il raffermit sa prise sur son bras, pour ajouter avec un sourire ironique.

« Et là, petite oasis, je t'ai peut-être pas attrapé ? Alors bon... Pour insaisissable et inexistante, on repassera, veux-tu.»

Bon, soit, c'était idiot, car elle parlait au sens métaphorique du terme, mais il n'en avait que faire... Parler, tous savaient le faire, démontrer que les propos se justifient, bien moins, et quelques pouvoirs surprenant n'offraient pas tellement raison à un caractère d'insaisissable .

« Ah... Il faut vraiment que tu cherches à te rendre meilleure que tu ne l'es... Dis juste que tu es une pauvre orpheline sans mémoire, qui ignore tout de ses origines, ou alors, tu les refuses, à ta convenance, plutôt que tes sornettes vaseuses d'oasis... Moins intéressant je te l'accorde, mais tellement plus proche de la réalité, tu ne crois pas ? »

C'était déjà plus proche de ses habitudes, là, il se retrouvait, c'était plaisant.
Puis elle parla de toutes les races rassemblés en un endroit, là d'où elle venait. Et il se prit à réfléchir à ce point-ci, relâchant légèrement sa prise et reprenant la marche, en la tirant. Il ne connaissait, de rumeurs, que deux ou trois endroits pouvant répondre à ce critère... L'Ile du Sanctuaire, où, disait-on, était décidé la paix entre les races, mais elle n'en avait pas le profil... L'Ile de Meca, les pirates étaient de tout bord, de toute race, à l'exception des nains, du moins, le supposait-il à cause de leurs pieds marins presque inexistant, le petit peuple préférait la terre. Enfin... Bah y avait le Chaos... Oh, il ne pouvait rien affirmer, mais l'on raconte que cette religion s'ouvre à tous... Donc...
Bah donc rien... Ne pas supposer, mais il devait tout de même prendre des baguettes... Si c'était une enfant du Chaos, ça ne serait pas forcément une rigolade.

« Ca doit-être une joyeuse sauterie, là d'où tu viens ! »

Il finit par la lâcher et continua de marcher, pour se retourner quelques secondes à peine après, alerté par l'absence de pas à ses côtés, pour la voir déjà se dirigeant dans une autre direction... Qu'est ce qu'elle lui faisait là ?

« Eh, Gamine ! Qu'est-ce que tu fous ? Viens là avant que j'vienne te chercher par la peau des fesses ! Tu crois vraiment que j't'ai offert à manger par charité ? Tu m'prends pour qui là... Ramène toi, tout de suite ! »
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Sam 23 Oct 2010 - 20:43

    Pauvre insouciant tu ne sais pas quel carte tes usurpateurs de dieux on retournait sur toi. Tu n’as pas de chance, tuer un de ses enfants n’est pas aussi simple, et si tu en viens à faire couler le sang c’est le tient qui lui rendra sa force. Tu ne sais pas de quel force, ni de quel puissance magique son capable ses enfants ne nous sous estime pas nous somme nombreux. Nous sommes tous ses enfants, lui qui contrairement à tes divinités sans cœur nous ont offert un toit et des pouvoirs d’une puissance sans égal permettant presque de braver la mort et d’en rire. Rien non tu ne sais rien, ignorant elle est sa fille, c’est une ombre plus noir encore que cette nuit prolongée dans laquelle nous sommes tous plongés. Un jour il entendre notre appelle ! Reviendra et nous, ses enfants nous vous écraserons tous autant que vous êtes. Anara elle n’a pas peur des vivants, non rien dans ce monde ne lui font peur, seule son esprit tourmenté et capable de refléter ses véritable crainte. L’ombre est une jeune femme qui se glisse dans la foule, elle n’existe pas, personne ne la voit, personne ne l’entend, on a l’impression de l’avoir déjà vu, mais où, quand et pourquoi ? Jamais personne ne s’en souvient réellement, Anara pendant un mois n’était pas très sur d’exister vraiment. Et lui, avant-il exister ou était ce le fruit de sa folie ?

    Non une image aussi réellement, un être aussi complexe ne pouvait être totalement créé par elle. Une promesse aussi lourde, un souvenir aussi complet, ses mots, ses douceurs, ses bras, non elle ne l’aurait pas pu les inventer avec autant d’exactitude. Si elle l’avait inventé il serait là encore aujourd’hui, elle avait était un fardeau pour lui, une remplaçante, un simple substitue, il s’en voulait de la mort de son amour et avait donc reporté son attention sur celle qu’on craignait le plus dans toute la cité. Elle n’avait pas été rejetée par ses frères, mais même au cœur de la cité noire on craint ce qui est un peu trop différent. Le père l’avait prise sous son aile, ils ne pouvaient contester les décisions du père. Arash, Jiv’ furent les premiers à l’accepter, Jiv’ en fit sa disciple et aujourd’hui aucune autre ombre ne l’égale. Capable de poignarder un homme dans une taverne sans être vu Jiv’ serait fière d’elle.

    L’hybride ne semblait pas apprécier les devinettes, il avait même l’air agacé même agacé il ne lui faisait pas peur. Il lui serra son poignet pour bien lui faire comprendre qu’il l’avait attrapée, Anara resta de marbre devant tout ses menaces et devant son total manque de compréhension de ses phrases. Orpheline oui elle l’était mais parce qu’elle les avait tous tué, elle souriait d’un imperceptible sourire suintant le sadisme de son esprit. Qu’il fût ignorant s’en était presque drôle, Anara était un démon possédant comme qui dirait trois personnalités en plus de percevoir des choses qui n’existe pas. Une vie pour douce petite fille de sept ans, une existence pour l’imperturbable jeune femme, une destinée pour un monstre qui résidait en elle. Non elle n’est pas comme Papillon elle ne changeait pas de voix et ne se battait pas avec ses autres elle, la cohabitation était simple… Elle n’apprécia pas sa phrase au sujet de ses frères, et son énervement pu se lire dans ses yeux, sans y faire attention elle invoqua un tentacule noir et translucide il flotta dans son dos un moment. Dans un moment de folie elle s’approcha du visage du métis. Et la jeune demoiselle réprima ses envies de meurtre, le tentacule disparu, elle inspira profondément.

    « Ma réalité vous ne la connaissez pas. »

    Murmura-t-elle, quand il la libéra enfin de son emprise elle le regarda partir et fit de même. Elle partit de son coté, quand celui-ci l’interpella en lui disant qu’il ne l’avait pas nourrit pour qu’elle parte ensuite. C’était écrit sur son front d’un n’avait rien d’une âme charitable, elle ne faisait pas le poids face à lui pour le moment. Trop maigre, trop fatiguée, elle n’avait pas dormit depuis un certain temps déjà d’ailleurs. Si elle usait les forces qu’elle venait à peine de retrouver elle risquait d’y passer. Elle le rejoint n’ajouta pas un mot, la tête haute elle passa son capuchon et couvrit son visage d’ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Ven 5 Nov 2010 - 11:10

Des désirs réprimés, retenus, et là, quelques instants, la gamine apparut comme un félin prêt à bondir, à sauter toutes griffes dehors et s'abattre sur sa proie pour planter ses crocs dans le cou, la saigner... Mais petite chatte n'a pas toute sa tête, et pourtant, elle renonce à cette idée... Un instant de lucidité pour succéder à la folie d'un acte insensé. Petite chatte n'a plus que la peau sur les os, et sa dernière démonstration lui a prit bien des forces, du félin il ne reste que le feulement et l'arrogance propre à l'espèce, le chasseur pour l'heure se cache, si maigre, si faible... Bon qu'à s'inventer quelques histoires pour tenter d'offrir un meilleur portrait que la pauvreté qu'elle donne au regard.
Et malgré sa réaction agressive à ces conneries de jeune fille sans vie, elle reprit pour sortir une nouvelle absurdité... Quoiqu'elle avait raison, sa réalité, il ne la connaissait pas... Mais elle-même en avait-elle connaissance, ou se plaisait-elle depuis longtemps dans les mensonges qu'elle s'était inventée... Pourtant, les mensonges ne nourrissent pas toujours, c'est même rarement le cas...
Elle tenta, au moment où il la relâcha de lui filer entre les doigts, et si sur l'instant, il la ramena sur terre, et à la raison, il s'interrogea lui-même sur ce qu'il pouvait faire de cette gamine... Une gamine qui passe son temps à rêver n'était d'aucune utilité, aussi impressionnante soit sa capacité à tuer. Et comme il l'avait si bien dit, il n'était pas de ceux qui feraient la charité... Mais il peut y avoir des exceptions à tout, non ?

« Je pense que toi-même tu ignores tout de ta réalité, petite. Tu vis dans ton monde mais c'est pas ça qui te nourrira, tu sais. »

Il ne ferait pas la route avec elle... Il l'avait sauvé, dirons-nous, par solidarité entre rejeté, mais si elle ne tentait pas de changer, il la laisserait là, avec quelques sous peut-être, et ensuite, elle devrait se démerder seule, il n'était pas si désespéré et en recherche de compagnie.

« Tu peux m'exposer tout tes racontars, tes idioties de rêves de petite gamine qui veut faire son intéressante et laisser penser que ta vie est horrible... Regarde ce que je suis, pauvre petite chose... Je suis un hybride, dès ma conception, c'était écrit. »

Mais ça, peut-être l'avait-elle remarqué.

« Si tu veux mon avis, mais tu vas sans doute le rejeter car ta méthode t'a tellement, et il insista exagérément sur le terme, réussi jusque là que l'avis d'un type qui doit faire ça depuis bien plus longtemps que toi, tu t'en contrebalance, tu devrais remettre les pieds sur terre, cesser d'inventer des histoires et vivre dans la réalité qui nous est commune à tous... Alors peut-être, en te débrouillant pas trop mal avec tes qualités propres, tu parviendras à survivre quelques années de plus au lieu de claquer dans le mois... J'dis bien peut-être, j'crois pas tellement en les miracles. »

Il continuait à marcher, sans poser le regard sur elle.

« Après, j'dis ça, j'dis rien... Tu peux continuer à te nourrir de rêves et d'espoirs, c'est vrai que ça semble te donner une si bonne mine. »
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   Mar 23 Nov 2010 - 15:58

    Réalité, espoir, rêve il la croyait sans doute aveugle, crédule, sans aucune expérience, il était bien loin du compte elle avait participé a une guerre entre drow et humain, elle avait aidé les sombres à assaillir Alonna, elle n'était pas un sang pure, elle était née bâtarde et pourtant ce n'était en tant qu'esclave qu'elle avait combattue. Se souvient-elle seulement du goût des larmes ? Petite chose qu'elle est fragile et insoupçonnable, non ses yeux ne connaissent plus la souffrance, ils sont devenu une véritable muraille, on a soufflé sur les flammes qui les animés il y a bien longtemps, il n'y a que le meurtre et le gout du sang qui les fait parfois revivre. Tuer, tuer, TUER est le mot qui résonne encore dans sa tête, camouflée sous sa capuche noire elle se sent en sécurité son voile d'ombre lui permet de voir sans être vue. Elle écoute sans vraiment lui porter d'attention que peu comprendre un hérétique ? Seul le père est bon et juste avec ses enfants, seuls ses frères et sœurs peuvent comprendre son monde de haine, de vengeance et de noirceur.

    Rien, rien il ne comprend rien, il ne sait pas quel danger il promène ainsi dans les rues, bien qu'encore un peu chancelante l'ombre n'est pas sans ressource, il l'a vu tuer, mais il n'a pourtant peur... Peur, la peur était le sentiment qu'elle lisait le plus souvent sur les visages de ses frères et sœurs, tout le monde savait pour son secret car dans la cité noire personne n'avait le droit d'avoir un secret, c'était une règle très importante des enfants. Ils devaient s'accepter les uns les autres comme il était, humain, drow, elfe ou comme elle simplement bâtard n'ayant de place dans aucun de ses mondes... L'ombre silencieuse restait près de l'hybride, elle avait bien vite comprit qu'il était lui aussi un bâtard, un hybride, mais elle n'était pas du genre loquasse alors parler pour ne rien dire ne l'intéressait pas le moins du monde. L'hybride lui était plutôt bavard pour l'instant, elle se demandait presque quand ce flot de parole insensée prendrait fin. Il ne savait rien de sa vie, rien de ses meurtres, il ne pouvait que supposer et ne pourrait jamais rien d'autre que supposer. Anara n'avait pas l'intention de lui conter sa misérable vie... Il n'était pas digne de confiance, il ne faisait pas partie du Chaos, puis c'était un mâle, il ne ressentait rien pour elle aucune pitié, aucune affection quelconque ni même une once d'attachement... Elle n'était rien pour lui, il n'était pour elle purement logique.

    Son seul souci était combien il lui rappelait son frère Zelva' ses yeux avaient cette même couleur mordorée, le geste protecteur qu'il avait eu pour elle sans rien demander en retour et le fait que ni lui, ni Zelva' n'avait peur d'elle... Tout ou presque lui rappelait cette promesse insensé, ses désillusions lors de la disparition du Chaos, sa la rendait presque folle... Folie, sa voix s'immisça dans sa tête comme la tempête il arracha sa raison d'une simple phrase : « Je trouverais le moyen de te libérer de tes visions, je te protégerais... » Elle plongea son visage dans ses mains, c'était Sa voix, ils n'avaient le droit de faire ça, serrant la mâchoire elle subissait de plein fouet le contre coup de l'auberge. Désireuse d'échapper à cette voix, elle plaqua ses mains sur ses oreilles, elle s'était arrêtée là au milieu de la foule comme un piquet, la vie continuait autour d'elle comme si elle n'existait pas. Elle pressait ses oreilles dans le but d'arrêter la voix, mais rien n'y faisait elle était dans sa tête ce qui lui fichait une migraine atroce, elle se mit à murmurer à la voix de se taire, rien n'y faisait elle était toujours là résonnant de plus en plus fort au milieu de ricanement d'enfant et des critiques de sa mère... L'enfant aurait voulu s'arracher les oreilles à cause de la douleur, mais sans doute bien plus à cause de son cœur qui se serrait dans sa poitrine, car l'espoir y vivait toujours.

    Une personne la frôla et dans folie elle le vécue comme une agression, le tentacule noir fit une nouvelle apparition, et vif comme l'éclair il envoya l'innocent contre le mur d'une maison, l'homme n'était pas mort juste sonné, du moins pour cette fois la demoiselle n'était pas dans une forme olympique. Sinon il ne serait plus de ce monde, avant que les regards ne se tourne vers elle et l'hybride elle avait saisit le bras de son compagnon et tiré loin de la foule dans une ruelle où ils seraient plus au calme. Elle continua son combat intérieure, ce qui lui demandait une pas mal d'énergie pour se contrôler et en déchargea une autre partie contre les murs qui l'entourait. Les choques violent du tentacule sur les parois faisait presque vibrer la pierre. Elle frappa jusque l'épuisement le plus total, elle s'effondra les jambes tremblante, couverte de sueur, haletante on aurait dit qu'elle avait couru un marathon. Il devait avoir de plus en plus de mal à comprendre la bâtarde, mais elle s'en fichait bien après tout elle ne devait pas être la première tarée qu'il croisait dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une exception bien venue... [Anara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une exception bien venue... [Anara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une exception bien venue... [Anara]
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Énième recensement des armes d'exception.
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: