Partagez | 
 

 Ode au Silence (Pv: Ode)

Aller en bas 
AuteurMessage
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Ode au Silence (Pv: Ode)   Lun 22 Nov 2010 - 22:55

{Flashback} - Cette rencontre a lieu alors que Viral est en route pour rentrer chez lui.

Son cou se tend, tandis qu’il lève les yeux vers l’épais feuillage d’un arbre centaine. C’est sous lui qu’il a dormi, agréablement en cette journée d’été. La chaleur réconfortante permettait de voyager avec un minimum de vêtements, mais dans le cas présent, le voyageur avait de toute façon un minimum d’habits sur lui, pour ne pas dire qu’il ne portait qu’une robe de prêtre blanche parcourue de symboles bleus. Son sceptre de prière en travers des jambes, Viral s’étira et détendit ses muscles endoloris, avant de se lever, tout doucement. Il connaissait la réputation de cette forêt et n’avait pas eu à souffrir, par chance, d’une visite intempestive durant la nuit. Cela n’écartait en rien la possibilité d’une visite intempestive de jour.

Et je ne souhaite à personne une mauvaise rencontre, cependant si cela pouvait arriver à un autre que moi je vous en serais reconnaissant, pensa-t-il en se dépoussiérant. Le jeune prêtre d’Arcam, qui ressemblait surtout à un jeune clerc tout court, sans préciser de quel clergé il était issu. Il ne portait donc pas la tenue la moins voyante qui soit, mais sauf cas contraire, on évitait d’attaquer un prêtre sans une bonne raison. Les gens sont parfois si superstitieux et crédules mais il était le premier à reconnaitre l’efficacité de ces dogmes et des ces enseignements. Après-tout, n’était-il pas capable de chanter à la gloire d’Arcam et pour sa sauvegarde personnelle ? Si un chant pouvait fonctionner, alors au-dessus d’eux pouvaient exister les Dieux.

Ses cervicales et ses omoplates craquèrent imperceptiblement tandis qu’il s’étirait, et qu’à la lumière perçant le toit de verdure sa chevelure blonde resplendissait. Il avait encore quelques jours de route, et au moins une demi-journée à passer dans la forêt d'Aduram pour en sortir. Crapahuter pour retourner au pays… Une idée, un nouveau départ, pour de nouveaux objectifs maintenant que l’ordre lui permettait de vadrouiller à sa guise. C’est à ce moment qu’on se relâche, et qu’on tombe par hasard sur une silhouette inconnue, alors qu’on vient de s’agenouiller devant un ruisseau pour s’y désaltérer…
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Mar 23 Nov 2010 - 21:19

Ode parcourait la forêt, comme à son habitude. Elle avait passé quelques temps à se promener en Anaëh, étant donné que l’Esprit l’y avait autorisé. Non pas qu’elle se soit empêchée d’y accéder auparavant, mais sa promenade avec Aerlinn l’avait incitée à redécouvrir ces terres. Et puis, l’avancée anarchique d’Anaëh l’intriguait, elle aurait aimé comprendre où tout cela mènerait. De retour en Aduram, plus calme, elle avait repris ses activités de surveillance.

Il y avait moins de voyageurs, par ces temps troublés, ou du moins ces derniers évitaient-ils d’aller se perdre en forêt, préférant les sentiers bien définis. Ode ne s’intéressait pas beaucoup à ceux-là. Tant qu’ils ne s’enfonçaient pas dans "sa" forêt, ils ne la concernaient pas vraiment. Elle savait bien que les abords des chemins étaient abimés par les passages incessants, mais mieux valait cela que des va-et-vient dans toute la forêt.

Or, ce jour là, Ode repéra un nouveau voyageur qu’elle n’avait encore jamais rencontré. Un humain, assez jeune, aux vêtements caractéristiques des prêtres. Elle essaya de repérer les éventuelles armes, ne vit que ce qui ressemblait à… un bâton décoré ? Ce n’était pas vraiment cela, mais elle ne voyait pas à quoi cela correspondait plus précisément. Qu’elle ait reconnu une tenue de prêtre était déjà un bel effort de mémoire, il ne fallait pas lui en demander beaucoup plus. Pour être honnête, cela lui importait assez peu : ce qui l’intéressait avant tout était de savoir si oui ou non il représentait un danger pour la forêt. A première vue, non. Il marchait certes en écrasant tout sur son passage - comprendre que pour elle, même si elle le tolérait, fouler de l'herbe était déjà un crime en soi. Mais si elle avait dû s’en prendre à tous ceux qui en faisait autant, elle n’aurait plus laissé quiconque traverser Aduram.

L’inconnu ne tarda pas à s’arrêter pour la nuit sans avoir manifesté l’intention de saccager les lieux outre mesure. La jeune femme se désintéressa de lui un moment, pour prendre le temps d’aller se nourrir et voir s’il ne se passait pas autre chose ailleurs. Lorsqu’elle revint quelques heures plus tard, alors que la nuit était tombée depuis un moment, il s’était endormi simplement au pied d’un arbre. Voilà qui était quelque peu inconscient, mais sans doute n’avait-il pas le choix. Ou bien était-il suffisamment puissant pour se défendre. Les prêtres ne maitrisaient-ils pas la magie ? Ode s’en moquait également et elle s’éclipsa une nouvelle fois sans se faire voir pour aller dormir à son tour un peu, non sans avoir chassé discrètement quelques animaux sauvages qui auraient peut-être risqué leur vie s'ils avaient réveillé le dormeur.


***

Le jour se levant, la jeune femme s’éveilla avec le soleil et se rappela qu’elle avait commencé à surveiller un inconnu la veille. Elle ne se pressa pas : rares étaient ceux qui parvenaient à la semer au sein de sa propre forêt. Même s’il avait repris sa route, elle le retrouverait et s’assurerait qu’il quittait les lieux sans faire d’histoire. Avec un peu de chance, cela se ferait tout seul sans qu’il ne sache même qu’elle l’avait surveillée.

Lorsqu’elle retrouva l’endroit où le jeune homme avait passé la nuit, il se trouvait non loin d’un ruisseau et se désaltérait. Cette vision donna soif à Ode qui eut un mouvement pour aller boire également, habituée à avoir le cour d'eau pour elle seule, du moins si l'on exceptait les animaux. Elle s’immobilisa aussitôt. Inutile qu’il la voit. Après tout, elle ignorait la réaction qu’il aurait en l'apercevant. Il pouvait ne pas paraitre hostile seul et se révéler dangereux s’il se méfiait d’elle. Elle pouvait bien attendre un peu. En même temps… la jeune femme devait bien reconnaitre qu’elle avait envie de prendre contact. Une envie de plus en plus forte depuis qu’Arnadil l’avait quittée. Elle n’avait pas communiqué avec quelqu’un depuis quelques temps. Si la curiosité l’emportait sur la prudence, elle pouvait descendre de son perchoir et se montrer.

Hésitant, elle changea légèrement de position, faisant craquer une branche. Si elle ne l’entendit, elle le sentit et sut qu’elle venait de trahir sa présence. Le jeune homme leva les yeux et ne put que la remarquer à présent qu’elle ne faisait plus rien pour se dissimuler.


Instant de vérité : Ode s’attendait à diverses réactions : la peur et éventuellement la fuite, la surprise et la curiosité, l’agressivité avec ou sans crainte… Habituellement, elle préférait ne pas se montrer afin d’éviter les ennuis. Elle n’était pas habituée tant que ça à prendre contact avec des inconnus et elle le dévisagea un instant sans bouger. Puis elle réalisa qu’il fallait peut-être réagir et elle fit un signe de la main, un "bonjour" communément utilisé chez les humains. Elle n’avait rien fait d’agressif, gardait encore ses distances, aussi bien pour ne pas effrayer l’inconnu que pour ne pas risquer de se faire elle-même agresser.


En réalité elle ne devait pas paraitre vraiment effrayante. Étrange, à la rigueur, parce qu'il est tout de même rare de voir se promener en forêt des jeunes femmes nues ; sauvage parce qu'en fait la seule marque de "civilisation" qu'elle portait était des lacets de cuir retenant légèrement ses longs cheveux en arrière. Mais de là à prendre peur, il ne fallait rien exagérer. Elle-même n'avait pas l'air vraiment effrayée. Sur le qui-vive, prudente, mais finalement prête à voir où cette rencontre la mènerait.
Revenir en haut Aller en bas
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Mer 24 Nov 2010 - 9:02

Le craquement d’une branche, le sentiment d’être épié par autre chose qu’un animal sauvage ou un prédateur nocturne venu se désaltérer avant de retourner à son sommeil, arracha le jeune prêtre à la rivière transparente dont le flot s’écoulait lentement sans discontinuer. Immédiatement sur le qui-vive, Viral plaça son sceptre devant lui tel un bouclier tenu à deux mains. Mais son regard, qui l’espace d’une seconde trahit son anxiété réelle au cœur de cette forêt fréquenté mais sauvage, laissa place à de la surprise. Un genou à terre, son bâton de prière entre les mains, ses yeux s’agrandirent doucement à la découverte d’un drôle d’oiseau…

Une femme. Première réaction. Une femme, nue. Deuxième réaction. Une femme nue dans un arbre ? Troisième réaction qui fait cette fois tilt dans sa tête : une elfe! Mais, il n’avait jamais entendu dire que les elfes se baladaient nues dans leurs forêts. Ou bien était-ce une coutume locale ? Quoiqu’il en soit, comme tout homme qui se respecte et qui est un minimum normalement constitué, la nudité de son interlocutrice lui fît un effet certain mais pas spécialement visible au premier abord. La surprise quitta peu à peu son doux visage et avec une certaine lenteur, Viral se releva, en s’appuyant sur son bâton, qui redevint dans sa main droite un soutien de marche plutôt qu’une arme.

La jeune femme, qui devait être bien plus vieille que lui il n’en doutait pas un seul instant, lui fit un petit signe de main, comme pour le saluer. Le prêtre d’Arcam lui rendit un sourire charmant et inclina la tête en avant, la main gauche sur le cœur, salut d’un religieux à un nanti. Cette rencontre était étrange, surement à cause du caractère vestimentaire de cette personne qui laissait place à peu d’imagination, mais à beaucoup de questions.

Était-ce bien une elfe tout d’abord ? Avec sa chevelure noire, il était difficile de le déterminer mais cela n’était pas certain. Viral écarta une mèche blonde de son front, continuant son examen attentif et curieux. Que faisait une telle personne dans les bois d’Aduram ? Et surtout dans cette tenue ? La façon dont elle aussi le regardait, un peu de travers mais sans animosité, lui rappelait le comportement d’un animal. Après une minute d’un profond silence, le jeune humain se décida à parler, à lui dire quelques mots.

< Serais-je sur votre territoire ? Je m’en excuse, je ne comptais que me désaltérer soyez-en certaine gente dame. >

Puis il resta là, à attendre une réponse qui ne vint pas vraiment immédiatement, et qui en plus devait prendre un tout autre chemin que ce qu’il aurait pu imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Mer 24 Nov 2010 - 12:12

Ode ne broncha pas lorsque l'inconnu se releva. Elle hésitait toujours sur la conduite à suivre, mais le calme qu'il lui opposait était plutôt rassurant. Puis il réagit à son salut : son geste fut différent, mais elle ne pensa pas se tromper en supposant que c'était également une manière de la saluer. Dans le doute, elle l'imita et lui rendit son sourire, heureuse de voir qu'il ne comptait pas l'agresser, du moins pas tant qu'elle en resterait là. Ils partaient sur de bonnes bases.

Puis il se mit à remuer les lèvres, réaction habituelle de ceux qu'elle croisait. Que voulait-il exprimer ? Se présentait-il ? Lui demandait-il qui elle était ? Le dévisageant sans aucune trace de gêne, la jeune femme essayait de se faire une idée la plus précise possible. L'expression de son interlocuteur reflétait la politesse cachant une certaine surprise qu'il avait exprimé bien davantage un instant plus tôt. Il y avait autre chose qu'elle ne parvint pas à saisir de suite malgré ses efforts : peut-être une certaine forme de gêne, ou plus précisément d'excuse, mais elle aurait été incapable de dire à quel propos étant donné qu'il n'avait rien fait de mal. Du moins, si elle, elle pouvait penser qu'il n'était pas là à sa place, elle doutait que lui puisse en avoir conscience. Les humains, en règle générale, se sentait partout chez eux et avaient vite fait de tenter de maitriser la nature à leur avantage.

Ne prolongeant pas l'observation plus que nécessaire, Ode sauta légèrement au bas de son perchoir avec l'aisance de celle qui passe pas mal de temps dans les branches. Inutile de rester là-haut, à présent qu'il l'avait vue. Et puis, pour instaurer un semblant de dialogue, il valait mieux s'approcher un peu.
Secouant légèrement la tête en réponse, elle montra d'un doigt son oreille, puis sa bouche. Lentement, pour qu'il comprenne que ces gestes avaient un sens et n'était pas dus au hasard. Elle répéta à nouveau l'ensemble, puis guetta un instant sa réaction : avait-il compris ?

Elle se rapprocha un peu, continuant à le détailler, cette fois d'un point de vue plus général. Son regard se posa sur la dague qu'elle venait de repérer et elle s'étonna qu'il ne l'ait pas saisie et privilégie son bâton pour se défendre. Magicien ? Les prêtres, si c'en était un, faisaient-ils de la magie ? La jeune femme n'en savait rien, mais elle aurait bien aimé savoir si elle risquait quelque chose à ce propos. En même temps, elle était dans son élément et donc assez sûre d'elle, surtout avec le développement de la magie dû à l'éclipse qui perdurait. D'ailleurs, elle continuait à sourire légèrement, preuve qu'elle était assez détendue malgré les questions qu'elle se posait. Elle alla même jusqu'au ruisseau, s'agenouilla et but quelques gorgées dans ses mains en coupe. Après tout, elle s'était montrée pour pouvoir aller boire , dans un premier temps. Lui faisait-elle entièrement confiance ? Non, car elle s'était positionnée de telle façon à ne pas être trop proche de lui et à le garder dans son champ de vision.

Lorsqu'elle eut étanché sa soif et se redressa, Ode lui lança un coup d'œil clairement interrogatif. Restait à savoir comment il le prendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Mer 24 Nov 2010 - 15:19

Pourquoi ne répond-t-elle pas ? Serait-elle simple d’esprit, ou bien incapable de comprendre le langage humain ? Ces questions que le prêtre d’Arcam se posait ne trouvèrent pas de réponse immédiatement. Debout face au ruisseau, il continuait d’observer la fille à la nudité affichée qui elle-même le dévisageait sans gêne et devait réfléchir, soit à une réponse au jeune homme, soit au comportement à adopter face à lui. Lorsqu’il lui avait parlé, l’étrange être avait semblé interloqué, et peut être un peu peiné, comme si cette situation n’était pas nouvelle pour elle. Et après plusieurs minutes, elle se laissa tomber de son perchoir dans une cascade loin de laquelle Viral se serait tenue, peu acrobate qu’il était.

La chevelure noire de son interlocutrice dénudée cascada sur ses épaules et de part et d’autre de sa poitrine et de son dos, tandis qu’elle se relevait pour faire face au voyageur. Dans un éclair de lumière diffuse de cette clarté atténuée qu’ils connaissaient depuis quelques temps, Viral put apercevoir des oreilles humaines légèrement effilées derrière ces boucles, sans plus, ce qui lui ôta l’appréhension d’avoir affaire à une elfe. Mais dans ce cas même, des questions demeuraient. Sur l’origine de cette fille, ce qu’elle faisait ici, son comportement étrange… Elle ne devait donc pas si être vieille que ça. Oh peu importe son âge ou son apparence, il avait apprit au cours de sa jeune vie à ne pas s’y fier, lui qui manipulait sourires et cœurs à son gré.

Puis l’inconnue lui fit un étrange signe de main, désignant tour à tour son oreille et sa bouche. Viral agrandit une nouvelle fois ses yeux et regarda, très étonné, la fille reproduire ce geste. Était-elle, sourde ? Cela semblait bien probable. Arcam tout puissant, une fille sauvage, sourde, et nue en pleine forêt, fallait-il donc que ce monde soit devenu un étrange paradis de la chaire pour qu’il en soit ainsi ? Elle lui souriait et s’avançait vers le ruisseau. Le prêtre eut évidement un rapide mouvement de recul, plus par habitude à l’auto-défense sur ces sentiers dangereux que par rapport à l’apparence de la demoiselle. Bien que cela, évidement, puisse être trompeur au plus haut point.

Mais l’incongrue beauté des bois n’avait aucune intention belliqueuse : elle s’agenouilla juste dans l’herbe fraîche pour boire de l’eau du ruisseau, comme lui quelques minutes auparavant. Viral put donc admirer cette véritable nymphe sauvage d’un peu plus près et confirmer quelques subtilités de son corps qu’il n’avait pu détailler au premier abord alors qu’elle l’observait perchée sur une branche. Une pauvre fille abandonnée dans les bois, mais agile, et qui devait savoir se défendre.

Pensif, le prêtre leva ses yeux vers le ciel en s’attendant à le voir comme il s’était habitué à le voir. Au bout d’un moment tout ceci semblait d’un banal… Puis il revint à la fille, qui s’était relevée et qui lui faisait face. Que faire ? Partir, rester et essayer d’en savoir plus sur la région ? De sa main libre, un air soucieux sur le visage, Viral se lissa les cheveux en arrière et fixa intensément les yeux noirs de la demoiselle, son reflet passant dans les yeux d’un bleu profond du jeune humain. Puis il s’adressa de nouveau à elle, s’en attendre de réponse, plus comme s’il se parlait à lui-même.

< Tu n’entends rien n’est-ce pas ? Quelle tristesse ce doit être d’ignorer échapper au son d’une aussi belle voix que la mienne… Enfin. Peut-être pourrais-tu m’être utile pour quitter cette forêt au plus vite. >

Joignant le geste à la parole, Viral souleva la pointe de son sceptre reposant sur le sol, et pointa le ruisseau. Il fit pénétrer le bâton dans l’eau, puis le ressortit pour pointer l’ouest, autrement dit le côté vers lequel le ruisseau s’écoulait. C’était dans cette direction qu’il devait continuer sa route. Il reproduisit son geste, non sans auparavant se pointer lui-même du doigt cette fois pour indiquer que lui, allait de ce côté. Évidement la fille suivait chacun de ses gestes mais il doutait d’arriver à tout lui faire comprendre. Puis il tendit son index vers elle, puis vers lui, et indiqua une nouvelle fois l’ouest. Au moins il pouvait lui faire comprendre qu’il voulait qu’eux deux, aillent de se côté. Mais si cette fée des bois était sauvage, il n’obtiendrait que sa fuite. Au moins les choses seraient réglées comme ça…
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Mer 24 Nov 2010 - 17:06

Le mouvement de recul de l'inconnu ne passa pas inaperçu aux yeux d'Ode qui lui lança aussitôt un sourire amusé ou perçait même une légère pointe de moquerie. Pas méchante, certes, mais bien présente. Ne voyant pas de danger immédiat, elle montrait sa nature joueuse, qui se divertissait d'un rien. Qu'il prenne mal ce coup d'œil quelque peu narquois et elle se calmerait, mais pour le moment, ce jeune homme l'intriguait plus qu'il ne l'effrayait. Qu'avait-il donc pensé qu'elle risquait de faire ? Elle n'était pas du genre à attaquer sans raison, mais cela il ne le savait certes pas.

Après avoir bu, elle se remit donc à le dévisager. Il avait l'air soucieux et elle s'adoucit quelque peu. Son but n'était pas de lui causer des ennuis tant qu'il respectait la forêt. Finalement, elle eut peut-être mieux fait de disparaitre à nouveau. Qu'il la sache présente ou non ne l'empêcherait pas de la surveiller. En tous cas, il la fixait à présent, d'un regard profond qu'elle soutint sans sourciller. Qu'essayait-il de lui communiquer ?

Ode perdit son sourire à l'instant où il se remit à bouger les lèvres. N'avait-il pas compris ? Il pouvait bien lui dire ce qu'il voulait, elle n'y trouverait aucun sens. Elle continua pourtant à poser sur lui un regard un peu peiné, mais qui cherchait à comprendre par l'attitude. Les gestes, les mimiques, les mouvements inconscients du corps, tout cela était bien plus compréhensible pour elle. Il semblait triste, déçu peut-être... avec un peu d'espérance. A quel propos ? Elle l'ignorait, mais elle ne tarda pas à le regarder plonger son bâton dans l'eau.

Pêche à la ligne ? songea la jeune femme en essayant de faire des liens entre tout ce qu'elle voyait. Il désigna ensuite l'aval. Voulait-il savoir où le ruisseau menait ? Ode le savait, mais, mis à part lui montrer directement, elle ne voyait comment lui expliquer. Il répéta son geste, elle leva une main pour indiquer un mouvement dans cette direction, l'air interrogatif. Voulait-il y aller ? Lorsqu'il la désigna, puis se montra lui, elle enchaina en désignant à son tour la direction, faisant courir deux doigts sur sa main comme un petit personnage qui marcherait. Ses gestes étaient vifs et précis, montrant assez qu'elle communiquait habituellement de la sorte... pour peu que l'on puisse la comprendre.

Il voulait qu'elle l'accompagne, peut-être le guide... Ode marqua un temps d'arrêt. Avait-elle envie d'accéder à cette requête ? Elle n'avait pas spécialement mieux à faire, mais ce n'était pas une raison suffisante. Habituellement, les voyageurs égarés... eh bien ils se perdaient, finissaient tôt ou tard par être croqués par une gentille bébête sauvage et ils contribuaient ainsi pleinement à la grande chaine de la vie. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des monde. La jeune femme imagina un instant cet inconnu digéré par un cogianth et laissa échapper un petit soupir assorti d'un nouveau sourire un peu amusé. Allons, il ne fallait pas gâcher un beau jeune homme comme cela en le transformant en beefsteak !

Sa décision prise, hochant la tête, elle lui fit donc signe de la suivre et se mit à marcher tranquillement, non sans continuer à l'observer d'un air curieux. Elle aurait eu plein de choses à dire pour engager la conversation, si seulement il avait pu comprendre ses signes ! Gardant le silence, un moment, elle finit pourtant par trouver quelque chose qu'elle réussirait peut-être à exprimer. Le désignant lui, elle montra plus précisément ses vêtements et donc sa robe aux motifs bleus, puis elle joignit ses mains en une prière, le tout interrogative. Lorsqu'elle supposa qu'il avait pu comprendre, elle enchaina en désignant l'endroit d'où ils venaient et le chemin qu'ils suivaient. Un nouveau coup d'œil appuyé et elle attendit une réponse, non sans continuer à le guider sur un sentier qui disparaissait peu à peu.

Bientôt, un énorme tronc couché leur barra la route. Elle l'escalada rapidement, avant d'hésiter un bref instant en pensant à celui qui la suivait, se disant que grimper avec une main prise par un bâton n'était pas l'idéal. Le jeune homme avait comme autre choix de passer par l'eau qui à présent lui serait arrivé jusqu'aux cuisses. Ode ne doutait pas qu'il n'avait pas très envie de mouiller ses encombrants habits et elle finit par se retourner et lui tendre simplement la main pour l'aider à grimper. Geste de confiance qui laissait voir qu'elle était soit insouciante, soit très sûre d'elle... voir un peu des deux. Restait à savoir si, lui, lui faisait assez confiance pour prendre sa main. Pas dit que dans le cas contraire elle l'attendrait...
Revenir en haut Aller en bas
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Mer 24 Nov 2010 - 18:04

La fille des bois semblait s’amuser de son recul, de cette prise de distance qu’il prenait par sureté. Mais qui pouvait l’en blâmer ? Par les temps qui couraient, on n’était jamais trop prudent, non ? Quoiqu’il cela détendit le jeune homme qui se laissa à sourire en coin, adouci, retrouvant là la façon d’être d’une femme ou du moins d’une personne capable de réfléchir. Car oui, aussi sourde qu’elle soit, et muette sans le vouloir à cause de sa surdité, elle avait comprit ce qu’il cherchait à lui dire, et l’avait même complété avec ses propres gestes. Elle devait être habitué à s’exprimer par gestes de cette façon. Bien sur au départ elle n’avait pas spécialement comprit, mais lorsqu’elle lui avait rendu le même signe que le sien, en lui indiquait le sentier qui courait le long de la rivière de son côté, Viral n’avait plus eu aucun doute sur ses capacités de compréhension.

D’un petit bond discret, il avait alors enjambé le ruisseau pour aller à sa suite. Tout en marchant à ses côtés, le jeune homme ne pouvait s’empêcher de détailler de temps à autre la demoiselle, que cela ne gênait nullement. Une vraie beauté sauvage, telle une rose que l’on aimerait cueillir… Mais il n’est pas jardinier, et ce n’est pas une fleur qu’il sait séduire mais bien une femme, alors il s’ôta quelques idées de la tête, et resta attentif à la route qu’ils empruntaient tous deux. Si un jour il devait repasser par là, autant qu’il sache s’orienter dans cette partie de la Forêt d'Aduram.

Le petit couple improvisé alla donc en silence, et évidement il ne pouvait en être autrement. Viral se serait bien laissé chanter mais sans public, cela perdait légèrement de son intérêt. Alors ses lèvres fines et attirantes restèrent closes, s’ouvrant pour respirer à intervalle régulier et pour soupirer, du silence de cette forêt et de cette ballade. Un mouvement de la fille à sa gauche attira son regard : elle lui faisait des signes, pour capter son attention tandis qu’ils marchaient. De fait, le jeune homme, bien qu’interloqué, resta encore plus silencieux. Il lui fallu quelques minutes pour comprendre ce que la nymphe de la nature essayait de lui exprimer, et alors qu’il s’apprêtait à répondre, elle enchaina immédiatement en désignant le chemin d’un air interrogateur.

Elle voulait savoir s’il était prêtre, sans doute, vu qu’elle avait mimé une prière et désigné ses vêtements. Et elle désirait aussi savoir où il allait comme ça. De simples questions que n’importe quel guide aurait posées. Mais y répondre n’était pas le plus évident du monde quand on ne maîtrisait pas le langage des signes. Mais il se lança tout de même. Tout d’abord il se désigna de l’index, lui et ses vêtements, puis pointa son doigt manucuré sur son cœur, puis sur celui de sa guide, sans la toucher bien sur bien qu’il ait été tenté sur l’instant. Il accomplit ensuite un signe de prière. Il était prêtre, du cœur des gens, peut être y verrait-elle la référence à Arcam, qu’elle devait connaître si jamais quelqu’un lui avait apprit les bases des religions de leur monde. Puis lorsqu’elle désigna le chemin, Viral désigna en réponse le ciel assombrit.

L’habitude faisant, ils ne le remarquaient même plus, mais l’éclipse perdurait au-dessus d’eux. Il allait donc dans la direction indiqué, à cause du ciel. Bien évidement ce n’était pas sa raison principale loin de là, mais, pensa-t-il en souriant, il n’avait pas besoin de lui en faire comprendre plus à cette gentille petite impudente. Après un quart d’heure de marche, ils butèrent sur un tronc d’arbre d’une taille conséquente posé en travers du sentier de la forêt. Autant dire du sentier sauvage car cela revenait au même.

Il n’était pas entretenu, courait à moitié sur l’herbe, et continuait de longer le ruisseau qui à présent avait la taille d’une rivière. Surement une ramification d’un fleuve quelconque. D’un côté le terrain était accidenté, de l’autre c’était de l’eau, il devait donc passer par-dessus. Nom d’un chien… Agile, l’agréable petit bout de femme grimpa sur la souche et lui tendit la main, pour l’aider à grimper. Machinalement, le prêtre lui parla plutôt que de faire un geste.

< Merci gentille damoiselle des bois, votre aide n’est pas de refus. >

Et en voyant son air peinée, il secoua la tête, lui sourit, et tendit sa main. N’allez pas croire qu’il était empoté, il était jeune et savait se servir de son corps à sa façon. Aussi n’eut-elle pas tant d’efforts à faire, car le blondinet s’aida de son bâton pour avoir un second appuyer tandis que la fille le tirait. Une fois en haut, Viral inclina une nouvelle fois la tête en souriant, découvrant ses dents blanches, et porta la main douce mais osseuse à ses lèvres pour y déposer un baiser de remerciement. Après quoi ils descendirent de l’autre côté d’un petit bond. Plutôt que de l’appeler « fille » ou de lui donner des drôles de surnom, le prêtre d’Arcam lui fit un signe pour attirer son attention et de la pointe de son bâton, inscrivit son nom en grosses lettres.

< V, I, R, A et L. Viral… Je ne remercierais jamais assez mon père pour son humour douteux. >

Il se désigna pour bien lui faire comprendre qu’il s’agissait de lui, puis la désigna à son tour, en l’invitant à se présenter à lui de la même façon. En espérant que son comportement gentil, mais peut être pas vu d’un bon œil par une fille de la forêt, ne lui valle pas un refus et un départ prématuré de sa guide.
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Mer 24 Nov 2010 - 21:58

Quand elle vit l'expression perplexe du jeune homme, Ode fut tentée d'abandonner tout espoir de communiquer et, soyons honnête, elle pensa même à le laisser planté là pour retourner à ses affaires. Car si elle voulait bien lui montrer le chemin, c'était avant tout pour avoir un peu de compagnie. S'il se révélait absolument incapable de la comprendre, elle y gagnerait seulement beaucoup de frustration. Puis elle vit qu'il avait l'air d'avoir saisi et qu'il cherchait de quelle manière lui répondre. A sa décharge, elle comprenait que si, elle, en ayant l'habitude de s'exprimer ainsi avait du mal à s'adapter, alors lui devait faire encore plus d'efforts. Mais s'il hochait la tête, déjà, ce serait un bon début. Elle l'encouragea du regard, attendant un semblant de réponse.

Il finit par se désigner, la montrer, elle, ce qui lui fit avoir un léger mouvement de recul, preuve qu'elle n'était finalement pas si détendue que cela. Puis, la prière, qui confirmait sans doute qu'il était prêtre. Elle n'avait pas fait le lien avec le cœur, pensant qu'il se désignait d'un point de vue général. Encore aurait-il fallu qu'elle se replonge dans ses souvenirs pour se rappeler quels étaient les différents ordres et le fait de le savoir prêtre était déjà bien suffisant pour elle qui avait un rapport aux dieux très lointain.

Elle leva ensuite les yeux vers l'éclipse, à son tour dubitative. Puis elle comprit que c'était là la réponse à sa seconde question. Voyageait-il pour aller à la rencontre des dieux, comme tant de fidèles ? Elle hocha la tête pour montrer qu'elle avait compris l'essentiel et continua à marcher. A vrai dire, cela n'expliquait pas pourquoi il suivait ce chemin en particulier, mais, au fond, tant qu'il ne trainait pas en forêt plus que nécessaire, elle s'en moquait un peu. Elle était plus intriguée par ce qui pouvait pousser quelqu'un à vivre comme lui que par les raisons qui l'avaient amené là. Elle ne comprenait pas vraiment qu'il puisse avoir entrepris un voyage qui aurait probablement un début et une fin. Les voyageurs l'étonnaient toujours par leur comportement : ils semblaient modelés par des règles mystérieuses qu'ils se seraient fixé pour d'obscures raisons.


Lui tendant la main pour l'aider à monter sur le tronc, Ode fit la moue alors qu'il décidait à nouveau d'agiter les lèvres. N'avait-il rien compris ou le faisait-il exprès ? Ne voyait-il pas à quel point il était frustrant pour elle de sentir à chaque fois que quelque chose qui paraissait évident aux autres lui échappait du tout au tout ? Qu'il secoue la tête, lui sourit pour finalement agir au lieu d'attendre elle ne savait quoi, lui fit retrouver le sourire instantanément. Voilà qui était mieux. En revanche, qu'il l'embrasse sur la main lui donna droit à un regard interrogateur : quelle signification cela pouvait-il donc avoir ? Les sourires, elle comprenait, il en avait d'ailleurs un bien joli, mais là, elle ne comprenait pas du tout à quoi ce geste correspondait.

Comme il ne s'expliqua pas, elle sauta simplement au bas du tronc et s'apprêta à reprendre sa progression lorsqu'un geste la fit s'arrêter. Oh, il se décidait à devenir compréhensible ! Il traçait des petits traits sur le sol. Ayant eu un instant une lueur d'espoir à l'idée qu'il allait peut-être écrire ou dessiner, la jeune femme ne put cacher sa déception. Ces bâtons ne signifiant rien du tout, du moins n'y mettait-elle aucun sens. Puis elle se demanda si ce pouvait être une forme d'écriture. Après tout... il était humain, non ? Elle n'avait pas la moindre idée de ce à quoi ressemblaient des lettres dans cette langue, mais la façon dont les traits étaient disposés semblaient confirmer cette idée.


Ode lui fit une légère grimace, montrant qu'elle était désolée de ne pas comprendre, et s'employa à tracer d'un doigt, mais cette fois en elfique :

JE M'APPELLE ODE

Elle avait cru comprendre qu'il essayait de faire les présentations, le tout était qu'il sache lire les lettres maladroites qu'elle avait écrite avec un évident manque d'habitude. Relevant aussitôt les yeux vers lui dès qu'elle eut finit, elle attendit de voir s'il comprenait quelque chose, ou s'ils allaient devoir abandonner définitivement l'écriture. Ayant l'impression que tout n'était pas perdu, elle ajouta finalement :


ET VOUS ? Un temps de réflexion, puis : VOUS DI... conjugaison stupide ! DIRE ÊTRE UN... DIEU ?

Bon, ce n'était pas exactement les bons mots, mais il y avait de l'idée.
Revenir en haut Aller en bas
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Jeu 25 Nov 2010 - 0:13

Souriant, la prenant pour une femme et non pour ce qu’elle ne devait pas être malgré sa beauté naturelle, Viral ne s’attendait nullement à le voir secouer la tête. Dans ses grands yeux noirs il lut de l’incompréhension pour ce qu’il venait d’écrire. Certes elle devait avoir saisi l’idée selon laquelle le prêtre venait de se présenter à elle, malheureusement écrire dans la langue des hommes n’était pas la chose à faire avec elle. En réponse au dialecte qu’il allait devoir employer pour se présenter à elle, ce qui lui semblait être la moindre des choses avec cette gentille jeune femme qui lui faisait le plaisir de rester dans son champ de vision et de le guider à travers la forêt, celle-ci s’accroupit et écrivit du bout du doigt dans la poussière, formant non pas de l’humain mais de l’elfique. Voilà qui relançait le débat : humaine, elfique ? Mais peut être était-elle tout simplement, une sang-mêlé. Ceci ne pouvait que le ravir : cette personne était un sujet de discorde à elle toute seule où hommes et elfes pouvaient se désaccorder et se haïr.

Ode ? C’était ainsi qu’elle se nommait ? En cet instant le blondinet du Comté de Pharem remercia intérieurement le grand prêtre du Culte d’Arcam pour ses enseignements. Certes apprendre l’elfique et le dialecte nain n’était pas évident, pas du tout même, mais lorsqu’on se devait d’être capable de prêcher à toute heure du jour ou de la nuit la volonté de son Dieu, on se devait d’être capable de le faire dans toutes les langues ! Il n’était pas le plus grand orateur d’elfique du monde c’était bien évident mais, il connaissait les bases et même assez pour se faire comprendre convenablement d’un elfe ou d’un Drow bien que dialoguer avec ces derniers ne lui soit jamais arrivé. Et de toute façon, il doutait qu’on puisse leur dire quoique ce soit…

Voyant qu’il avait comprit, la fille, Ode donc, écrivit autre chose dans la poussière. Et vous ? Vous dire être un dieu ? Voici ce qu’elle écrivit. Apparemment, les bases de l’écriture des êtres les plus raffinés du monde n’était pas au goût de tout le monde, même d’une personne capable de ne lire que l’elfique. Se grattant l’arrière de la tête, il s’accroupit également, et posa son sceptre à terre pour attraper un petit bâton et écrire à son tour.

[Écrits] - Je m'appel Viral. Je ne suis pas un Dieu, je suis un Prêtre.

Puis il lui sourit et ajouta après qu’elle ait lu en effaçant sa précédente phrase.

[Écrits] - Ravi de te rencontrer.

Puis il lui fit un nouveau salut, la main sur le cœur et en penchant la tête en avant. Après quoi ils se levèrent tous les deux et repartirent sur le sentier, contents surement l’un comme l’autre d’avoir un peu communiqué. Ode souriait un peu plus simplement, pas en se moquant de lui comme elle avait eu l’air de le faire près du ruisseau un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Jeu 25 Nov 2010 - 21:07

Ainsi, il comprenait l'elfique. Une excellente nouvelle pour Ode, qui venait de prendre conscience que tous les habitants de Miradelphia n'avaient pas de langue commune. Certes, Arnadil le lui avait expliqué, mais étant donné qu'elle n'avait jamais eu à mettre ces différences en pratique, elle les avait reléguées dans un coin de son esprit. Quant à l'écriture en elle-même, elle n'avait eu à communiquer qu'avec des elfes donc la question ne s'était jamais posé à ce niveau. Elle mit un certain temps à déchiffrer ce qu'il avait écrit, même si elle lisait tout de même plus vite qu'elle n'écrivait.

Je m'appelle Viral. Je ne suis pas un Dieu, je suis un Prêtre.

La jeune femme hocha la tête sans surprise : oui, c'était ce qu'elle avait compris, seul le manque de vocabulaire l'avait poussée à faire une approximation aussi grossière. Si elle s'était réellement crue en présence d'un dieu, elle se serait comportée autrement... ou peut-être pas.

Ravi de te rencontrer.

Ode lui rendit volontiers son sourire, signant simplement :

// Moi de même. //

Le contexte était assez clair pour qu'il comprenne ses gestes.

Ils reprirent leur chemin, la jeune femme ne trouvant rien à ajouter pour le moment. Certes, elle aurait pu, comme lui avait décliné son métier, lui préciser qu'elle était druide. Mais s'il ne l'avait pas deviné lui-même, alors il ignorait également qu'elle pouvait user de magie. Or, Ode n'était pas du genre à jouer cartes sur table. Aussi bien par prudence que par taquinerie, elle aimait bien garder ce qu'elle savait pour elle avant de se dévoiler au moment où on ne s'y attendait pas.


Tout en marchant, elle réfléchissait, prenant le temps d'avancer sans vraiment se presser. Elle avait l'air de connaitre les lieux par cœur, s'offrant même un léger détour jusqu'à un buisson de baies mûres à point. Elle n'avait pas mangé depuis qu'elle s'était levée et ressentait une petite faim. Le buisson, comme ses voisins, ne paraissait pas souffrir du manque de lumière, mais elle l'observa avec une certaine attention avant de se servir, prenant garde à laisser quelques fruits. Un coup d'œil à Viral et elle proposa au jeune homme de se servir également. Il fallait espérer qu'il ne soit pas pressé, parce qu'elle fonctionnait à son propre rythme et ne paraissait pas du genre à s'imposer des limites de temps. Et puis, quand bien même elle l'aurait fait qu'elle aurait eu des références elfiques, ce qui aurait sans doute paru interminable au prêtre.

En grignotant une question surgit soudain, qu'elle ne tarda pas à inscrire au sol :


VOUS ÊTES... quel était le mot déjà ? PRÊTRE. VOUS SAVEZ QUE LES DIEUX SONT ICI. C'EST VRAI ? ALLEZ VOUS VOIR LES DIEUX ?

Elle avait mis du temps à écrire ses phrases, recommençant parfois un mot lorsqu'elle butait sur leur ordonnance ou leur conjugaison. Finalement, elle espérait être compréhensible. Elle se releva et se remit à manger tranquillement en attendant la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Jeu 25 Nov 2010 - 21:57

Finalement, si on laissait de côté l’attraction sauvage du à sa nudité et l’effet nymphe des bois dont on avait bien envie de faire la plus intime des connaissances, elle était plutôt gentille cette Ode. Une ode au silence, pensa-t-il en marchant à ses côtés. Contrairement à lui qui traversait ce sentir pour la première fois, sa compagne allait et venait d’arbre en buisson, de bute en clairière. On aurait dit qu’elle surveillait la nature environnante, qu’elle regardait si celle-ci allait bien. Sur quoi on ne pouvait que répondre, « Évidement que non la nature ne va pas bien avec cette foutue nuit permanente ! », chose logique à qui pouvait le comprendre.

Si Ode était plus intelligente qu’il n’y paraissait, en essayant de recoller les morceaux, elle devait être… Non il n’en savait rien. Cette enfant de la forêt était encore un mystère pour lui, mystère qu’il ne souhaitait pas découvrir en l’instant même car il ne s’agissait là que d’une rencontre fortuite sans incidence aucune sur sa quête et son futur. Une fois sorti des bois, il doutait grandement de la revoir un jour. Les lèvres closes, mais les yeux pétillants de charme, le prêtre d’Arcam l’observa s’écarter un moment en direction d’un buisson à baies. Après en avoir cueillit quelques-unes pour elle, Ode lui en proposa alors. Viral accepta bien entendu, il n’était pas contre un peu de vitamines pour continuer cette journée.

Puis, alors qu’ils dégustaient les fruits en silence, incapacité à la parole oblige, sa guide s’arrêta brusquement et lui fit signe avant d’écrire quelque chose sur le sol du bout du doigt une nouvelle fois. Il lui fallut quelques minutes pour arriver à former l’ensemble de sa phrase et le jeune homme, peu pressé, prit le temps de rester à ses côtés, attendant sans aucune trace d’impatience que son interlocutrice ait fini. Après avoir terminé, elle se releva et attendit qu’il réponde, ce qu’il mit un peu de temps à faire lui aussi et pour cause ! Ecrire elfique, certes ça remontait à peu la dernière fois mais cela ne voulait pas dire qu’il était le meilleur à ce petit jeu… Après quelques minutes, il écrivit sa réponse, d’un seul tenant.

[Écrits] - Pas exactement. Je rentre chez moi, mais il se trouve qu’un Dieu est à l’œuvre là-bas. Je vais essayer de comprendre ce qui se passe.

Puis il ajouta, en dessous pour lui renvoyer la balle.

[Écrits] - Et toi que fais-tu ici ? Es-tu la gardienne des la Forêt d'Aduram ?

Il ne se souvenait en fait plus du terme exact attribué à ces êtres qui ne vivaient que par, et à travers la nature la plus simple. Il s’agissait parfois d’êtres magiques, et le comportement comme la mode vestimentaire de cette fille lui faisait un peu penser qu’elle avait le profil, ou bien elle était simplement inconsciente…
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Ven 26 Nov 2010 - 19:35

Apparemment, Viral avait également quelques difficultés à écrire en elfique, ce qui décidément n’allait pas les aider à communiquer. Mais c’était mieux que rien, au bout du compte. Bien plus agréable qu’en rester à se dévisager, ce qui aurait fait fuir Ode, finalement. Mais, au fond, elle ne guidait pas le jeune homme parce qu’elle voulait lui rendre service, ou parce que c’était une façon de le surveiller – cela, elle l’aurait de toute façon fait sans se montrer – mais parce que son côté humain réclamait un minimum de contact. Elle n’avait pas encore osé rechercher d’autres druides en Anaëh, aussi elle se contentait de rencontres fortuites. Viral se révélait être un compagnon agréable qui ne répugnait pas à adapter son mode de communication à sa surdité, il avait donc tout pour lui plaire.

Elle lut ce qu’il avait écrit et fronça légèrement les sourcils. Elle savait que Kyria se trouvait dans les parages, mais qu’un autre dieu soit aussi présent était une grande nouveauté. De quoi l’intriguer, même si tout ce qui ne touchait pas à la forêt la laissait finalement assez indifférente. Quant à chercher à comprendre ce qui se passait, finalement Ode se contentait de surveiller la nature : tant que celle-ci supporterait l’absence du Soleil grâce à la magie, elle s’en accommoderait, bien que le manque de lumière diminue l’un de ses sens les plus précieux.

La question qui suivit la fit sourire et elle acquiesça simplement en hochant la tête.

Que savait-il de sa vocation ? Les elfes avaient nombre de druides, Anaëh était bien protégée. Les humains n’accédaient pas à cette fonction et Aduram dépérissait. L’Esprit n’avait-il pas dit que les lieux présentaient un chant si discordants qu’ils lui étaient insupportables ? Ode était une exception que ni les elfes, ni les humains semblaient comprendre.

JE SUIS DRUIDE précisa-t-elle finalement.

Certains prêtres n’appréciaient pas vraiment cette dévotion pour la nature qui excluait assez clairement les dieux, mais, si Viral était de ceux-là, la jeune femme s’en moquait tout simplement.

Elle allait ajouter quelque chose lorsqu’elle s’immobilisa et huma l’air, sur le qui-vive. Certes, elle avait fait attention à ce qui les entourait depuis le début du trajet, mais là il y avait une différence notable dans son comportement. Si elle paraissait totalement dans son élément, la forêt restait un lieu dangereux, même pour elle. Elle ferma un instant les yeux, cherchant à mieux percevoir ce qui l’entourait, puis elle scruta les environs, à l’affut. Viral faisait une proie idéale pour les prédateurs : pas bien dodu, certes, mais il se suivrait sans mal à l’odeur. Et elle-même pouvait très bien faire office de déjeuner si elle relâchait trop son attention.


N’étant pas certaine de ce à quoi ils avaient affaire, la jeune femme mit son doigt sur sa bouche et fit un geste indiquant de changer légèrement de direction. Se disant que Viral devait un peu se demander ce qu’il se passait, elle finit par faire semblant de griffer en montrant les dents : voilà qui était assez explicite, non ?

Elle l’entraina un peu plus loin, s’écartant du ruisseau et d’un semblant de chemin, dans une zone bien plus sauvage. Difficile de savoir si elle pensait à choisir la traversée de la forêt la plus courte, mais en tous cas, elle avait accéléré le pas. Néanmoins, bien qu'elle ne puisse s'entendre, elle ne faisait presqu'aucun bruit en avançant : avec un elfe, elle était allée à bonne école et semblait ne rien déranger sur son passage. Mieux, on aurait dit qu'étrangement il y avait soudain la place de passer là où un instant plus tôt les ronces encombraient. Bien-sûr, la progression n'était pas parfaite et si la robe de Viral se prit plus d'une fois dans les piquants, Ode eut droit à quelques griffures qui la laissèrent indifférente. Mais elle n'avait pas l'air disposée à s'arrêter, se contentant de se retourner quand elle voyait que le jeune homme ne suivait pas. Elle alla même jusqu'à lancer un regard agacé à ces vêtements stupides qui les ralentissaient.

Lorsqu'elle finit par s'arrêter, ils étaient bien loin du ruisseau qu'avait demandé à suivre Viral. Humant l'air une dernière fois, la jeune femme se détendit à nouveau et finit par s'arrêter. Elle savait où ils étaient. Elle savait aussi que le mieux qu'ils avaient à faire n'allait peut-être pas plaire à Viral. S'agenouillant, elle traça quelques mots :

NOUS DEVONS GRIMPER SUR LES ARBRES

Elle hésita, finit par hausser les épaules et ajouta :

PAS BIEN DE GARDER...

Elle désigna dans la foulée le bâton, la robe et les chaussures, bref, tout ce qui empêcherait Viral de se mouvoir avec aisance et d'utiliser sans mal ses pieds et ses mains et qui risquait de s'accrocher. Pour appuyer ce qu'elle venait d'écrire, elle conclut :

L'EAU... elle fit un geste au loin EST LA-BAS, ICI IL Y A BEAUCOUP DE ARBRES ET DE RONCES. ALLER SUR LES ARBRES C'EST BIEN ET VITE.

Est-ce qu'il comprenait ce qu'elle voulait dire ? L'environnement, où se mêlaient des arbres centenaires aux troncs énormes et des buissons de ronces était assez parlant en lui-même, mais elle savait à quel point les humains étaient attachés à leurs biens matériels. Sauf que promener sa maison sur son dos quand on s'apprêtait à emprunter la voix des airs, c'était une très mauvaise idée.
Revenir en haut Aller en bas
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Dim 28 Nov 2010 - 0:46

Restant là à l’observer avec franchise car elle ne semblait pas en prendre ombrage, Viral attendait d’elle une réponse, en espérant qu’elle puisse au moins lui dire ce que diable elle fichait ici. Et après de longues minutes qui étaient du à une réflexion de son interlocutrice, la belle Ode se décida à tracer avec son index sa réponse, qui était celle à laquelle s’attendait le plus le jeune homme. Ainsi elle était druide… Mais n’étaient-ce pas les elfes uniquement qui pouvaient prétendre à cette pseudo-fonction de garde forestier ? Les origines et l’histoire de cette beauté dénudée devaient être étranges, pour ne pas dire qu’elles étaient bien mystérieuses aux yeux du prêtre d’Arcam. Evidement comme beaucoup de ses semblables, il voyait d’un œil circonspect ces magiciens de la nature, qui ne croyaient en rien sinon en eux-mêmes et en Dame Nature, avec un grand N. Mais il était tolérant, et il ne fit que lui sourire en voyant l’ombre d’une inquiétude sur son visage après l’écriture de ces quelques mots elfiques.

Il s’apprêtait à lui écrire quelque chose d’autre lorsque brusquement, la demoiselle leva le nez dans la pénombre et se mit à humer l’air, tel un chien de faïence à la recherche d’un gibier. Mais quelque chose rappela le caractère simple des vêtements de sa compagne et le fait que, sous ses propres habits, il n’y avait que peau, et os. Et un peu de muscle mais juste de quoi ne pas avoir trop de problèmes dans la vie. Gardant le silence, Viral se leva à son tour et suivit sa guide à travers les sous-bois.

Bien entendu ce ne fût pas de tout repos pour lui. Si cette fille savait parfaitement se déplacer dans la forêt, ce n’était pas son cas et plus d’une fois il dut ralentir le rythme pour passer des buissons sans arracher ses vêtements, qui étaient certes résistants, mais plus fait pour protéger contre les intempéries que contre les branches. Et en parlant de branches… Ode venait de s’arrêter, après une bonne demi-heure de marche forcée. Viral ne savait plus du tout où il se trouvait et il espérait vraiment ne pas avoir fait une grosse bêtise en suivant d’instinct cette petite… petite euh, bref. Celle-ci d’ailleurs s’était arrêtée et venait de s’accroupir pour de nouveau écrire dans le sol à son attention. Et ce qu’il lu, ne fit que confirmer ses soupçons : ils étaient en danger, d’une quelconque manière. Surtout qu’elle lui mima un animal avec des griffes alors…

Viral ne prit pas longtemps pour se décider, et retira rapidement sa robe de voyage blanche et bleu, qu’il prit cependant le temps de plier avec soin. Et comme il ne pouvait décemment pas la laisser en bas et l’abandonner là… Il s’arrangea pour la mettre sur son dos, comme un sac de voyage. Quand à son bâton, il savait s’en sortir avec, et même celui-ci dans la main, il arriva sans peine à suivre Ode dans l’arbre, non sans s’écorcher un peu la main au passage mais mieux valait ça que de se faire écorcher le reste par une bête… Se tournant vers sa guide des arbres, Viral mima l’incompréhension, pour lui faire comprendre qu’il désirait savoir ce qu’ils fuyaient, en espérant qu’elle puisse elle aussi lui répondre clairement…
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Lun 29 Nov 2010 - 21:09

Ode fut agréablement surprise de voir que le jeune homme ne rechignait pas à ce qu'elle demandait... du moins ce fut ce qu'elle crut dans un premier temps, mais il la détrompa très vite en se mettant à plier sa robe. Par les Cinq, pourquoi une telle attention pour un bout de tissu ? Cela la dépassait. Qu'on veuille garder une épaisse fourrure pour ne pas mourir de froid en hiver, oui, c'était logique. Mais là... Le bâton semblait aussi un accessoire indispensable et la jeune femme afficha un bref instant une moue désabusée avant de hausser les épaules. Eh bien qu'il fasse comme il en avait envie ! Qu'il ne se plaigne pas s'il glissait et se fracassait le crane quelques mètres plus bas ! Les mœurs humaines la dépassaient, tout simplement. Elle les connaissait relativement bien, mais ne les comprenait absolument pas.

Enfin bref, au fond, peu lui importait : elle reprit sa progression dans les arbres, aussi rapidement que si elle était au sol... avant de s'arrêter et de faire carrément demi-tour. Viral était loin de suivre le mouvement. A sa décharge, elle connaissait bien ce coin de la foret et parcourait ces arbres depuis des années à tel point qu'elle regardait à peine où elle posait les pieds et les mains. Si elle avait été ailleurs, elle serait peut-être déjà allée moins vite. Mais bon, ce bâton qui monopolisait un appui...


Elle tendait la main pour proposer de le prendre lorsque Viral mima son incompréhension. Qu'est-ce qu'il ne comprenait pas ? Perplexe, Ode le dévisagea en essayant de comprendre. Étant donné la hauteur à laquelle ils étaient, pas question de chercher un endroit sans ronce afin d'écrire sur les sol. Désignant la direction d'où ils venaient, elle mima à nouveau les griffes et les crocs, puis écarta les bras avec une sorte d'effroi qui n'était pas seulement dû au mime : ce qu'il y avait là-bas l'effrayait réellement. Puis elle désigna la direction opposée et fit semblant de nager en espérant qu'il ferait le lien. Et enfin, avec une petite moue un peu moqueuse, elle tendit la main vers le bâton, se demandant si, oui ou non, il allait le lui confier. Soit elle se disait qu'elle s'en sortirait mieux avec pour avancer, soit... elle avait une furieuse envie de la balancer en bas pour s'en débarrasser. Son air légèrement espiègle pouvait sans doute porter à confusion.


Quoi qu'il en soit, elle n'eut pas le temps de s'étendre sur la question, qu'un énorme oiseau surgissait soudain dans leur champ de vision, tout bec dehors. La jeune femme était peut-être dans son élément en pleine forêt, le fait d'être sourde était tout de même un handicap non négligeable et, ce coup-ci, elle n'avait rien senti venir. Si elle évita d'un bond de se faire happer par la bestiole géante, un coup d'aile la faucha, l'envoyant valser sans lui laisser une chance.


Se rattrapant au vol, in-extremis, à une branche quelques mètres plus loin pour éviter de s'écraser au sol, elle laissa échapper un gémissement sous le choc. Au-dessus d'elle, l'oiseau avait décidé de s'occuper du cas du prêtre. Si elle avait eu le temps d'analyser la situation, elle aurait parié que Viral allait se faire déchiqueter en un rien de temps. Mais là, elle était davantage occupée à retrouver un appui stable, malgré une dégringolade qui l'avait un peu sonnée. Elle avait bien cru sa dernière heure arrivée et, pour le moment le sort des deux énergumènes installés là-haut lui importait assez peu.


[hrp : si cela te convient, nous avons affaire à un brave jezzok (5ème oiseau du post) :
http://miradelphia.forumpro.fr/geographie-f38/oiseaux-t569.htm
^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Viral
Humain
avatar

Nombre de messages : 15
Âge : 28
Date d'inscription : 22/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ode au Silence (Pv: Ode)   Lun 29 Nov 2010 - 22:20

Un vrai singe cette fille en fait. Elle allait et venait entre les branches des arbres comme si elle avait posé ses deux guiboles sur le plancher des marches pour y faire une promenade. Ca dépassait de loin les compétences du jeune homme à la chevelure blonde qui restait un peu penaud derrière elle. Alors qu’Ode le dépassait entre les branches de plusieurs mètres déjà, celle-ci fit demi-tour pour venir lui tendre la main. Mais lui-même ne comprenait guère : il n’avait pas besoin d’aide pour se déplacer là tout de suite. Mais apparemment elle désignait le bâton : le voulait-elle pour se battre ou autre chose ? Incapable de comprendre ce qu’elle désirait, il préféra garder son arme au cas où, avant que sa guide ne mine une nouvelle fois un animal sauvage. Puis elle écarta ses bras, en parfait équilibre, avec sur le visage une moue apeurée. Une grosse bête était derrière eux donc. Quelque chose qui lui faisait apparemment peur et qui l’obligeait à détaler. Je veux bien moi mais je ne peux pas aller aussi vite que toi, pensa-t-il tristement tandis qu’elle désignait de nouveau son bâton. Celui-ci l’encombrait un peu mais il préférait affronter le danger avec lui, et mourir le cas échant à cause de lui, que sans lui. Il s’agissait d’un cadeau, un cadeau dont il ne pouvait pas se séparer à l’heure actuelle.

C’est alors que, tendant l’oreille dans le silence de la forêt sombre, le prêtre entendit comme un sifflement. La fille ne sentit qu’après lui ce qui allait se passer mais Viral n’eut pas le temps de la prévenir que déjà, un oiseau doté de deux paires d’elle déboulait en ligne droite. Il fonça sur Ode et essaya de la hâter d’un coup de, mâchoire, ou de bec. La nymphe fût éjectée par un coup d’elle mais se rattrapa à une branche sans dévaler l’arbre jusqu’en bas. Malgré tout le choc avait été terrible… Alors qu’il faisait demi-tour, le prêtre d’Arcam reconnu là un Jezzok, de quatre à cinq mètres d’envergure. Pas un adulte, mais surement un jeune individu apprenant à chasser. Il en avait déjà vu, au cours de son voyage, sans jamais les approcher car ces bêtes ne s’arrêtaient jamais de voler, ou presque.

L’oiseau aux couleurs tropicales effectua un virage à travers les arbres et les branches avec une habileté remarquable et se plaça de nouveau face à sa cible, qui cette fois se trouvait être… lui ? Oh oui il s’agissait de lui. Le jeune homme, affolé mais pas assez pour en perdre ses moyens, ne perdit pas une seconde non-plus. S’éclaircissant la voix, il commença à intonner, trop lentement pour frapper avant l’arrivée de son adversaire, mais assez pour que la vibration de ses cordes vocales mélangée à l’énergie du divin ne perturbe les sens du volatile qui sentit naître de son cerveau, certes moins développé qu’un être humain mais assez pour percevoir la nature des sons, que quelque chose n’allait pas.