Le Deal du moment :
Les 10 jeux vidéo indispensables pour bien ...
Voir le deal

 

 Visite académique (PV Adria)

Aller en bas 
AuteurMessage
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeMer 22 Déc 2010 - 21:56

Les dix huit jours étaient écoulés, Nakor avait donné rendez vous dans son bureau, en haut de sa tour, à sa jeune élève. En effet, il devait partir avec elle en Alëandir, pour enquêter sur ses origines, essayer de découvrir qui étaient les parents d'Adria, ce qui ne serait pas une mince affaire. Et Nakor avait pensé en premier à ce qui était la piste la plus évidente dans cette recherche : l'origine de l'amulette que les parents d'Adria lui avaient laissée. Et cette recherche, si Adria l'avait mené dans les bijouteries du monde elfique, elle ne savait peut-être pas à l'époque que l'amulette était magique, Nakor avait donc pensé à aller consulter en premier lieux l'académie de magie du monde elfique, réputée pour sa grandeur, sa rigueur et sa bibliothèque sans fin. Adria finit par arriver très tôt le matin, impatiente qu'elle devait être de partir en tapis volant avec Nakor. Mais c'était sans compter avec une petite surprise de la part du vieux fou. Nakor accueillit donc Adria avec cœur et chaleur. Mais il ne lui laissa pas le temps de parler qu'il la prit par la main et la guida vers la fenêtre de son bureau et parla sur le petit chemin qui les séparait donc de la vitre

"Nous y voici donc et tu es en avance c'est très bien! Je t'avais parlé de tapis volant la dernière fois mais tu sais ... un vrai magicien est un mage qui sait se renouveler et les tapis volant ... tu connais par cœur maintenant alors voila ce que je te"

Nakor tendit la main, ouvrit la fenêtre et termina tout en tenant la main d'Adria avec sa main libre. Le vieux fou remarqua aussi que l'animal d'Adria était en contact avec sa propre jambe

"Propose!"

Et sans lui laisser le temps de demander qui ou quoi, Nakor puisa au fond de son corps, déploya ses pouvoirs magiques et se transforma lui et ce qui était en contact avec lui même en éclair! La magie parcourue donc le corps de Nakor et d'Adria. La jeune elfe devrait sentir en elle la magie s'excitait un peu, s'intensifier, se densifier et prendre toute la place qu'elle pouvait dans son corps, mais elle ne sentirait aucune fatigue, puisque c'était un sortilège du vieillard, pas d'elle! C'est donc, en une fraction de seconde qu'ils décolèrent du bureau de Nakor et partir dans le ciel, à la vitesse de l'éclair, puisqu'ils venaient de se transformer en éclair. Le ciel fut donc zébré d'un bel éclair qui avança follement et avec gaité jusqu'aux abords de la cité elfique. Nakor savait que, si franchissait une certaine limite et qu'il pénétrait trop profondément dans le monde des elfes, à l'aide d'un sortilège comme le sien, c'est l'académie elfique toute entière qui lui tomberait dessus, et il n'aurait même pas le temps de s'expliquer. Le voyage dura donc bien peu de temps et l'éclair magique vint s'écraser sur le sol d'une petite prairie. Une fois la poussière retombé, c'est donc Nakor et Adria, ainsi que le familier, qui avaient donc parcouru en peu de temps, une énorme distance. Nakor souffla longuement et se secoua la tête en disant

"Huuuuummm, quand on transporte du monde, j'avais oublié que c'était compliqué à ce point .... nondidiou!"

Puis Nakor se mit à rire et demanda à Adria comment elle allait

"Alors? Que penses-tu de ce sortilège là? La vitesse de déplacement, la sensation de transformation, de communion plus forte avec la nature ... dis moi!"

Puis Nakor attendit une réponse. Et quand le temps fut passé, Nakor reprit la parole

"Nous sommes aux abords de la cité, il nous reste un peu de marche à faire, mais ça sera parfait pour me remettre les idées en place, reprendre mon souffle et partir à la chasse aux indices! Comme je t'en avais parlé là dernière fois, je crois que le mieux c'est de se rendre immédiatement à l'académie de magie ... nous verrons bien là bas par où commencer ... s'ils nous laissent entrer!"

Mais à ce moment précis, Nakor avait une flamme dans les yeux, sachant comment rendre fou les gardes de l'académie et pensant qu'il y prendrait même un malin plaisir. Ils verraient bien une fois arrivée là bas, s'ils pourraient entrer facilement ou non, mais avec une elfe pour compagne, Nakor devrait moins passer pour un chien des enfers. Et puis, lorsque la recherche d'information prendrait fin, lorsqu'Adria en aurait apprit plus sur ses parents, si ce n'est tout ce qui était possible de savoir, et bien Adria ne le savait pas encore, mais elle devrait rentrer seule, car Nakor devrait ensuite aller rendre une visite, qui ne serait clairement pas de courtoisie, au seigneur actuel des elfes, Dyarque de Lanthaloran. Une visite trop dangereuse pour qu'elle l'accompagne! Mais ça, c'était vraiment pour plus tard!
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeJeu 23 Déc 2010 - 19:37

Si elle était en avance ? Bien-sûr qu'elle était en avance ! Elle attendait déjà le voyage avec impatience ! Alors ce qu'il y avait au bout du voyage ! Pas question de rater le départ !

Et puis... Yopla ! Dépa
rt -> Visite académique (PV Adria) 44836 -> arrivée.

Les yeux écarquillés, Adria sentit Olwë se coller à sa jambe en tremblant.Le pauvre loup était redevenu plus invisible que jamais et n'était pas près quitter sa petite maîtresse. Cette dernière resta figée, un grand sourire aux lèvres, jusqu'à ce qu'elle réalise :

" Youhouuuu ! "

Et puis, parce qu'il ne fallait pas perdre les bonnes habitudes, elle enchaina, survoltée :


" Tu m'apprendras aussi à faire ça ? "


Difficile de savoir si elle se moquait gentiment de lui - ou d'elle - ou si elle parlait sérieusement ! En tous cas, elle était d'excellente humeur et impatiente de passer à la suite ! Elle lança pourtant un petit coup d'œil étonné à Nakor :


" Oh, tu crois qu'ils ne nous laisseraient pas entrer ? Mais tu es un grand magicien ! S'ils ne te laisse pas entrer toi, qui laisseraient-ils entrer ? "


Apparemment, elle ne doutait pas de lui une seule seconde ! Ils se mirent donc à marcher, ou plutôt, Nakor se mit à marcher, Olwë se décida à redevenir visible et à se remettre petit à petit de ses émotions et Adria gambada autour d'eux, contente de retrouver Anaëh. Certes, elle avait quitté les siens en leur reprochant leur sérieux, mais elle aimait malgré tout ces prairies, cette forêt et elle se mit à chanter dans la joie et la bonne humeur. Un déchainement d'insouciance un peu exagéré, peut-être, mais cela avait toujours été sa façon de se changer les idées lorsqu'elle s'inquiétait.


" Mais...
elle fronça soudain les sourcils et se remit à marcher plus calmement près du magicien, ça ne risque pas de faire mal aux gens, aussi ? Je ne veux pas faire de mal à qui que ce soit. "

Ils approchaient d'Alëandir tranquillement et ils commencèrent à croiser quelques elfes qui les regardèrent avec curiosité. Olwë redevint invisible et Adria lui flatta le flanc pour le rassurer. Le pauvre loup n'en menait pas large. La ville avait changé depuis la dernière fois que la jeune fille s'y était rendue : la présence de Kÿria avait déchainé la végétation qui était beaucoup plus présente. A vrai dire, Adria trouvait cela très bien, elle préférait de loin une ville envahie par les arbres que quelque chose de trop organisé : ce fouillis lui plaisait beaucoup !

L'académie elfique de magie était le genre de lieu qu'on ne fréquentait pas quand on était une petite Adria qui trainait dans les rues. Elle avait vécu longtemps à Alëandir, mais n'avait jamais mis les pieds dans un endroit aussi prestigieux. On disait que seuls les meilleurs magiciens y avaient accès et que les élèves n'en ressortaient pas tous vivants. Mais la jeune fille ne s'inquiétait pas du tout : elle était avec Nakor. Les yeux grands ouverts, elle détailla le bâtiment en commentant le moindre détail, ne se décidant à se taire que lorsqu'on vint à leur rencontre afin de savoir ce qu'ils faisaient là. Là, elle laissa répondre Nakor et se contenta d'afficher un sourire sage et innocent relativement réaliste, du moins en ce qui concernait le côté "innocent".
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeJeu 23 Déc 2010 - 21:08

La pauvre enfant ne trouva qu'une chose à dire, qu'une chose à faire en ayant vécu ce sortilège très compliqué à réaliser, que seul très très peu de magiciens pouvaient réaliser sans perdre la vie et finir bel et bien en éclair jusqu'à la fin des temps : elle demanda s'il lui apprendrait. Nakor la fixa, avec un air de recul, comme choqué par les mots qu'il avait entendu et dit, d'un ton théâtral

"Comment ... t'apprendre à faire ça! Mais ma pauvre enfant, il te faudra étudier encore quatre cent ans avant de pouvoir tenter le coup!"

Mais Adria était de bonne humeur, très bonne humeur et Nakor sentait bien que de toutes les façons, elle n'en prendrait pas ombrage. Il aurait quand même aimé qu'elle se rende compte à quel point c'était un sortilège difficile et dangereux ... l'inconscience de cette enfant était parfois revigorante, parfois inquiétante. Elle demanda alors pourquoi il ne le laisserait pas rentrer dans l'académie alors qu'il était un grand magicien, et cette fois, c'est avec un air réellement sinistre et sincèrement sinistre que Nakor prit la parole

"Ma chère Adria, c'est parce que je suis le plus puissant magicien humain de ce monde que j'ai une toute petite chance de rentrer dans l'académie ... n'oublie pas une chose, nous sommes chez les elfes, et l'académie en est le bastion du savoir elfique ... les elfes n'aiment pas les humains ... d'ailleurs ils n'aiment pas grand monde! Heureusement mon âge ultra avancé pour un humain et le fait que je connaisse quelques bons tours m'assure une sorte de respect ou en tout cas me donne un passe ... mais c'est à chaque fois tangent, rien n'est acquis et je ne suis jamais certains de pouvoir rentrer dans l'académie, même si je suis moi! Tu serais humaine, et avec un autre magicien que moi ... tu pourrais immédiatement oublier l'académie! Et après ceux sont les humains qui sont accusés d'être intolérant ... du chemin est encore à faire!"

ET d'ailleurs en parlant de chemin, c'est machinalement que Nakor prit la direction de l'académie. Même s'il n'y était pas venu des milliers de fois, il connaissait bien la route, il avait de toutes les façons passé beaucoup de temps en Alëandir et il avait tout de même pas mal d'ami elfe. Il guida donc le duo insolite en direction de la cité. La venue des dieux sur Miradelphia avait crée quelques changements et si, le voile était enfin levé, les effets de la venue des dieux étaient évidemment encore présent. Ici, c'est la nature qui avait reprit une partie de ses droits sur la cité elfique. Adria écouta un peu le magicien et s'inquiéta de savoir si cela risquait de faire du mal au gens. Nakor haussa les épaules et c'est avec le sourire qu'il répondit

"Ho rassure toi, au pire, ils auront un peu mal à la tête et rien de plus!"

Puis Nakor se mit à rire, dans sa barbe, à glousser comme un enfant et ils finirent par arriver aux abords de la cité, les elfes passaient et les regardaient avec suspicion. Nakor avait parfois envie de tirer la langue à certains elfes qui avait l'air de regarder Adria en disant que ce n'était pas bon qu'elle soit avec un si vieil humain. Alors dans ces cas là, Nakor plantait son regard dans celui des elfes jusqu'à ce que ceux ci baissent les yeux et passent leur chemin. Nakor souffla longuement en disant dans sa barbe

"La venue des dieux ne les aura pas rendu plus aimable et ouvert d'esprit ceux là!"

Puis ils arrivèrent proche de l'académie, Nakor n'eut pas besoin de dire quoi que se soit à Adria, il savait bien qu'elle s'effacerait devant les gardes de l'académie et qu'elle laisserait Nakor prendre la parole. Et c'est ce qu'il dû faire rapidement. Deux gardes d'une stature impressionnante et d'une beauté elfique sans faille prirent la parole, Nakor ne les avait jamais rencontré et atteint d'un orgueil sans faille, les gardes parlèrent uniquement en elfique et dirent la chose suivante

"Où compte tu allais comme cela vieille barbe blanche, l'académie est faite pour les érudits, ceux qui comprennent au moins notre langue"

Avec une ironie dans la voix et un manque de respect qui déplu fortement à Nakor. C'est donc dans un elfique parfait, avec l'accent précis qu'un elfe de naissance aurait employé que le vieux magicien répondit

"Si cette académie est faite pour les érudits, elle semble être protégé par de très jeunes elfes qui n'ont aucune manière, aucune éducation et qui n'ont donc très certainement jamais mit les pieds dans cette noble structure!"

Et aussi étonnant que cela puisse paraitre, les elfes furent clairement étonnés : cela se lisait sur leur visage, alors que les elfes étaient réputés pour ne jamais montrer leur émotion. Les gardes continuèrent donc dans leur langue

"Les apparences sont finalement trompeuses chez les humains! Que voulez-vous?"

ET c'est en elfique que Nakor continua

"Je souhaite consulter, avec mon élève ici présente, une de vos congénères, les archives de l'académie, nous faisons des recherches sur un artéfact magique, fabriqué ici dans votre monde, le reste, ni ne vous regarde, ni ne vous intéresse! Faite savoir immédiatement à votre maitre, que Nakor le conseiller personnel du roi Trystan demande accès aux archives!"

Le ton était autoritaire. Les elfes hésitèrent, mais Nakor avait employé un ton de maitre, aussi un des deux gardes parti en direction de l'intérieur de l'académie, l'autre surveillant le duo. Au bout d'un petit moment, la porte s'ouvrit, un elfe plus vieux d'apparence arriva. Il dégageait de lui une aura de magie respectable et interpella Nakor en langue commune

"C'est donc bien vous! Votre réputation vous précède dans notre académie! J'étais moi même jeune lorsque vous passiez certaines journées avec notre ancien maitre. Que les choses soient dites, votre réputation ne va pas dans le sens que vous espérez ...
- Je n'espère rien du tout maitre elfe, Bëren Telperien et moi même étions des amis et il savait bien que je ne voulais aucun mal au monde elfique. Je ne lui en veux toujours aucun grief! Nous faisons des recherches pour aider mon élève ici présente à retrouver la trace de ses parents disparus! Vous n'allez pas lui retirer le droit de pouvoir faire le deuil d'une famille qu'elle n'a pas pu connaitre!
- Je sais que vos intentions ne sont pas mauvaises, ce n'est pas pour autant que nous vous ouvrons nos portes avec une joie sans faille! Nous possédons des secrets qu'aucun homme ne doit apprendre et qu'aucun homme n'apprendra!
- Je me moque de vos secrets, accompagnez nous partout où nous allons et vous seul mettrez la main sur les livres qui nous intéressent! Ainsi vous serez apaisé! Aller, ne vous montrez pas aussi borné qu'un nain!
- Qu'un nain! Il y a bien une chose qui est véritable en ce qui concerne votre réputation maitre Nakor. Vous n'êtes qu'un fou!
- Je vous remercie pour ce bon compliment, je reconnais là la splendeur des elfes dans leur savoir vivre!"

Un silence de plomb venait de tomber, Nakor avait fait sortir de ses gonds ce grand magicien de l'académie et il l'avait provoqué jusqu'à ce qu'il l'insulte. Il était donc content et affiché un grand sourire. L'elfe sembla alors troublé de s'être ainsi emporté et prit quelques instants avant de répondre

"Suivez-moi. En silence, nos élèves étudient avec assiduité! Quand à votre élève, même s'il me répugne ouvertement de voir qu'une elfe s'adonne à la magie humaine, je lui prierait de faire apparaitre son loup et de le tenir en respect!"

Nakor regarda Adria, un brin étonné! L'elfe, un sacré bon magicien pour avoir senti la présence du familier, n'avait pas regardé Adria, il avait demandé à Nakor de donner un ordre à Adria ... comme si l'élève ne pouvait que se taire et que seul le maitre pouvait parler! Nakor souffla alors longuement, se mit en route en disant simplement

"Adria, mon enfant, veille à ce qu'Olwë reste à nos côtés! Dépêchons nous, je suis déjà fatigué par tant de manière!"

L'elfe jeta un regard au vieux mage et montra le chemin. Ils laissèrent les deux gardes sur le pas de la porte et avancèrent. Même s'il l'avait visité plusieurs fois, Nakor regarda encore avec intérêt la beauté et la grandeur épuré des lieux. Puis se concentra sur l'elfe

"Vous vous prénommez?
- Mon nom, ici n'a aucune importance, seule ma connaissance des lieux peut vous intéresser puisque vous êtes en état de recherche d'information magique!
- Votre intelligence et votre éclectisme vous honore! Nous menons des recherches sur ...
- Les parents de votre élève, je sais!
- Oui vous avez de bonnes oreilles ... mais faut-il qu'elles écoutent jusqu'au bout, sinon vous ne pourrez pas prétendre bien entendre! Nous ne voulons pas voir les registres de naissances, le couple d'elfe qui a donné la vie à Adria car oui, elle porte un nom digne d'être prononcé, s'est débrouillé, soit pour ne jamais y apparaitre, soit pour en être effacé. Ils lui ont laissé en souvenir, une amulette, un artefact magique! C'est donc dans cette direction que nous menons nos recherches!
- Montrez moi donc cette amulette et que votre élève m'explique ce qu'elle ressent quand elle tisse la toile qui lui correspond, et quels en sont les effets!"

Le mage elfe tendit la main et attendit, il ne montrait plus aucune émotion depuis que Nakor l'avait énervé. Mais on voyait bien qu'il n'était pas à son aise, d'une parce qu'il savait que Nakor était un magicien redouté et surtout parce que l'histoire que venait de raconter Nakor était étrange. C'était maintenant à Adria de mener la barque et de présenter son amulette le mieux possible.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeVen 24 Déc 2010 - 12:17

Étudier encore quatre cent ans ? Nakor n'eut d'abord pour toute réponse qu'un grand sourire lumineux, puis Adria s'écria, d'une logique implacable :

" Mais ce n'est pas beaucoup, ça, j'ai toutes mes chances alors ! "

A vrai dire, elle ne voyait pas en quoi c'était plus compliqué qu'autre chose. Les illusions, les coups de vent, les tapis volants... hum... au final, ça demandait de l'entrainement, mais elle ne classait pas vraiment tout cela par ordre de facilité. Il y avait ce qui la motivait assez pour s'entrainer et ce qu'elle était obligée de laisser de côté parce que Nakor avait protesté : ça s'arrêtait là.

Le magicien lui rappela ensuite à quel point les elfes pouvaient se montrer fermés et Adria haussa les épaules en soupirant, commentant :

" C'est aussi un peu pour ça que je suis partie... je voulais voir comment c'était, ailleurs... Je ne voulais pas me défier de tout le monde avant d'avoir pu me faire une idée par moi-même. "


Ils continuèrent à discuter en entrant dans la ville. Nakor n'était pas le seul à soutenir les regards des elfes, Adria ne se privait pas de faire de même, un grand sourire qu'on aurait pu qualifier de vaguement moqueur sur les lèvres. Ben quoi ? Elle n'avait pas à rougir de l'humain qui l'accompagnait et elle ne laisserait personne les critiquer.


Par contre, elle remballa ses airs de bravade en arrivant à l'académie. Déjà, parce qu'elle était un tout petit peu intimidée, ensuite, parce qu'elle ne voulait pas qu'on les jette dehors à cause d'elle. Mais le premier échange entre Nakor et les deux gardes lui firent se mordre la langue pour ne pas pouffer de rire. Elle s'absorba dans la contemplation de la décoration pour ne pas se mettre à glousser, ce qui n'aurait sans doute pas été du meilleur effet.

Puis un magicien fit son apparition, ce qui calma Adria qui passa d'un fou-rire difficile à maitriser à une réelle curiosité. Et blablabla et blablabla. La jeune fille croisa les bras et prit son mal en patience, priant intérieurement pour que l'elfe accepte de leur laisser l'accès aux archives. Elle ne s'amusait plus du tout : faire demi-tour maintenant aurait été une cruelle déception. Elle ne quittait pas le visage de l'elfe, se demandant ce qu'il allait conclure et bien décidée à protester s'il n'allait pas dans leur sens.


" Suivez-moi. En silence, nos élèves étudient avec assiduité ! Quant à votre élève, même s'il me répugne ouvertement de voir qu'une elfe s'adonne à la magie humaine, je lui prierai de faire apparaitre son loup et de le tenir en respect ! "

Demande stupide : le loup n'apparaitrait pas tant qu'il ne se sentirait pas en sécurité ou qu'il penserait qu'il y avait le moindre danger pour la jeune fille. Or, l'attitude de l'elfe ne pouvait que le rendre méfiant. Cette invisibilité était une marque de défiance évidente contre laquelle elle ne pouvait rien. D'ailleurs, Adria n'attendit pas l'assentiment de Nakor pour rétorquer en murmurant avec toute la politesse glacée dont elle était capable :


" Olwë est un ami et non un esclave auquel je donne des ordres. Mais s'il vous effraie, je suis sûre qu'il vous fera la grâce d'attendre dehors. "

Après tout, le loup serait peut-être mieux à l'extérieur si vraiment cela posait un problème. Mais elle savait que tant qu'il serait en ville, ce serait sous le couvert de l'invisibilité. Quant aux remarques sur la magie, elle ne releva pas, estimant qu'elle en avait sans doute déjà trop dit. Mais si elle usait de magie humaine, c'était parce que ses semblables n'avaient pas été capables de la prendre en charge plus tôt : l'elfe était mal placé pour lui faire la morale. Il venait de baisser grandement dans son estime.

" Nous ne voulons pas voir les registres de naissances, le couple d'elfe qui a donné la vie à Adria... "

" Adrianëdel. "


Même si les recherches ne portaient pas sur son prénom, autant partir sur de bonnes bases et puis l'elfe serait peut-être plus enclin à les aider si elle portait un prénom résolument elfique plutôt qu'un diminutif aux consonances humaines.

Puis le mage tendit la main et la jeune fille hésita. "Tisser la toile ?" Qu'est-ce que cela voulait dire ? Bah ! Elle supposa qu'il s'agissait de ce qu'elle connaissait sur le fonctionnement de l'amulette. Pourtant elle ne dit rien et détacha le fin pendentif de son cou. L'émeraude qui y était accrochée brillait et Adria la déposa avec sa chaine entre les doigts de l'elfe.

" Je l'ai toujours eu, pour autant que je m'en souvienne. Elle réagit parfois lorsqu'elle sent que je suis menacée. Elle envoie comme une grande onde d'énergie qui propulse l'agresseur à distance, assez violemment, sur plusieurs mètres. Parfois c'est une réaction justifiée, parfois non. Il arrive aussi que je sois en difficulté mais qu'il ne se passe rien. Disons que c'est une aide précieuse lorsqu'elle se manifeste à bon escient mais que je ne peux pas compter dessus à l'avance. "

Elle fit une pause, réfléchit à ce qu'elle ressentait quand le bijou se manifestait.

" A présent que je pratique la magie, je perçois bien mieux ses réactions et je peux les anticiper, mais je en les contrôle pas pour autant. Je sens que la magie s'accumule tout à coup, ou qu'elle "s'agite", d'une certaine façon... c'est difficile à expliquer. Oh, et elle n'apprécie pas lorsque quelqu'un d'autre se permet de la toucher sans mon assentiment, je crois. "


Elle avait bien conscience qu'elle en parlait presque comme d'une personne, mais c'était ce qu'elle ressentait. Elle saisit la pierre et la retourna délicatement :

" Des initiales sont gravées ici mais ce ne sont pas les miennes... du moins il n'y a pas de A. "


Elle jeta un petit coup d'œil nerveux à Nakor : était-ce que voulait savoir cet elfe ? Allait-il se moquer d'elle et de ce qu'elle avançait ?
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeSam 25 Déc 2010 - 18:49

La jeune elfe pouvait en effet se permettre de trouver que quatre cent ans ce n'était pas si long que ça, sauf qu'elle oubliait une chose : elle était impatiente! Elle ne pourrait donc jamais étudier pendant aussi longtemps et Nakor le savait : un jour elle partirait et cesserait son apprentissage auprès du vieillard. Ce qui était réconfortant pour Nakor c'était de ce dire qu'Adria était une de ses rares élèves qu'il pourrait en effet voir dans quatre cent ans, encore en vie et pleine de vie d'ailleurs! Mais l'instant n'était pas au souvenir, ni même à tirer des traits sur l'avenir! Ils avancèrent donc et Adria sembla penser la même chose que lui. De plus elle gagnait en assurance et donc en style, ce qui rendit Nakor content, son travail de formation n'était pas que dans le domaine magique et sur le plan de l'esprit, Adria faisait de nets progrès. Puis ils arrivèrent à l'académie et rencontrèrent le mage elfe. Adria lui répondit et ce dernier ajouta en elfique

"Alors qu'il reste dehors et qu'il vous attende ici!"

Le loup n'entrerait donc pas dans l'académie. Peu importait il ne serait pas d'une grande aide de toutes les façons. Le mage demanda alors, semblant être un peu calmé, qu'Adria tisse la toile correspondante au sortilège de l'amulette et Nakor avait omis d'expliquer à Adria ce que signifiait tisser une toile pour un elfe. Cela signifiait jeter un sortilège! Le mage demandait donc à Adria qu'elle active les pouvoirs de l'amulette. L'elfe écouta tout le discours d'Adria et répondit à la fin.

"Ce serait donc un artefact qui ne répond à aucune toile particulière et qui possède sa propre source d'énergie interne. La pierre doit être le communicateur qui met en relation l'artefact et votre esprit puisqu'il semble répondre à vos ... émotions! La forme est clairement elfique, mais la taille de la pierre et ses effets cela me rappelle plus ..."

L'elfe se tut et sembla chercher ses mots. C'est Nakor qui lui vint en aide

"De la magie humaine mon ami?
-Oui c'est cela seigneur Nakor, de la magie humaine, basée sur les émotions de son utilisateur ... mais il semble y avoir des interférences comme si ...
-Comme si elle avait été crée par un humain et un elfe mais que l'union de leurs travaux n'est pas porté les fruits attendus!
-C'est exactement ça, comment le savez-vous?
-Parce que je vous ai bien écouté, vous avez dit que la pierre n'était pas taillée à la mode elfique mais que le contour de l'amulette vous le reconnaissez comme de votre peuple!
-Vous êtes brillant, je n'arrivais pas à mettre des mots sur mon ressenti ni me faire une idée de son disfonctionnement, bravo seigneur Nakor!"

L'elfe s'inclina, un léger sourire sur les lèvres! Nakor s'inclina aussi, heureux de voir que ce mage avait su dépasser la condition de Nakor, sa condition humaine, pour ne plus voir que le magicien en lui! Nakor se tourna alors vers Adria et répondit à son regard perplexe

"Lorsque notre ami mage ...
-Alfirin, Alfirin Ythron!"

Nakor se mit ouvertement à sourire et continua

"Quand Alfirin parlait de tisser le sort de l'amulette, il te demander d'activer le sortilège de l'amulette! Quand les elfes font de la magie, ils tissent des sorts, en se liant à la nature, eux et leur énergie, eux et leur esprit! C'est une simple histoire de vocabulaire. Nous avançons Adria, nous avançons! ... Seigneur Alfirin dites moi, pourrions-nous en apprendre plus sur cette amulette dans vos livres, si le pourtour est elfique, elle doit être répertorié da la bibliothèque non?
-Oui, suivez moi, nous allons chercher plus en profondeur sur un éventuel créateur d'artefact qui serait le dépositaire de ceci! Adrianëdel, je vous prie de pardonner mon attitude première, suivez moi je vous prie!"

L'elfe avait radicalement changé d'attitude c'était tellement plus agréable, voila enfin la légendaire bienveillance des elfes. Nakor demanda à Adria d'ouvrir un peu son esprit

"Ressent les choses au plus profond de toi, laisse toi un peu guider par ton esprit, nous sommes sur la bonne voie!"
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeDim 26 Déc 2010 - 18:19

Pour une fois Adria se taisait et écoutait tout ce qui se disait essayant de tout comprendre au fur et à mesure. Les précisions de Nakor ne firent que confirmer ce qu'elle venait de deviner. Tout cela était absolument passionnant ! Et puis, leur guide se comportait enfin de façon un peu plus amicale et la jeune fille préférait cela. Avec un peu de chance, ils finiraient réellement par obtenir quelques informations ! Lorsqu'il lui demanda de l'excuser, Alfirin eut droit en réponse à un grand sourire tandis qu'elle haussait les épaules : il était tout pardonné. Si elle avait dû perdre le sommeil à chaque fois qu'on l'avait traitée de la sorte, elle se serait rendue malade toute seule. Enfin bref, elle était bien contente de poursuivre les recherches dans la bonne humeur.

" Ressens les choses au plus profond de toi, laisse toi un peu guider par ton esprit, nous sommes sur la bonne voie ! "

Adria jeta un coup d'œil un peu étonné à Nakor : que voulait-il qu'elle ressente, au juste ? La magie ? Oui, bien-sûr, elle en était environnée. Mais justement, elle s'était spontanément fermée à toutes ces fluctuations qui l'entourait afin de ne pas être perturbée. Elle voulait bien s'y ouvrir, mais d'une part elle se méfiait un peu, d'autre part, elle ne comprenait pas à quoi cela était censé servir. Il ne suffisait pas de suivre leur guide ?


Elle acquiesça pourtant et cessa de se bloquer. Ce n'était pas facile de se concentrer en gardant les yeux ouverts et en avançant, d'autant que c'était la première fois qu'elle voyait un tel endroit et que ça curiosité la poussait à tout observer. Mais elle finit par ouvrir assez son esprit pour percevoir distinctement sa propre magie, qui crapahutait toujours comme une bienheureuse, celle de son amulette, qui attendait sagement dans le bijou, celle de Nakor, toujours aussi impressionnante, et celle de l'elfe qu'elle n'avait encore jamais vue, mais qu'elle devinait bien maîtrisée.


Et puis... la magie de l'Académie la prit par surprise, bien qu'elle s'y attende un peu, et déferla soudain sur elle. Plein d'étudiants en magie, plein de sorts en cours, plein d'objets, d'artéfacts magiques, plein de... Fermant soudain les yeux, Adria s'immobilisa et posa ses mains sur ses oreilles en se crispant. Elle avait l'impression de revenir des mois en arrière, lorsqu'elle ne maîtrisait rien et que la magie lui donnait de terribles migraines. L'impression désagréable que sa tête allait exploser. Elle percevait trop de choses à la fois et son esprit affolé essayait de se fixer sur chacune d'elle sans y parvenir.


Respire, respire, se répéta-t-elle en essayant de repousser toutes ces sensations qui se bousculaient douloureusement en elle.


Il lui fallut faire de gros efforts pour réussir à refermer son esprit, comme on bouclerait une petite boite. Puis ce fut soudain le silence dans sa tête et elle rouvrit les yeux en grimaçant et vit qu'elle s'était arrêtée.

" Désolée... c'est... toute cette magie... "

Elle se tut un instant et commenta, un peu hébétée :

" Je ne pensais pas qu'il y avait tant de magiciens ici... "

Bon, ce n'était sans doute pas ce que Nakor entendait par "se laisser guider par son esprit", mais elle trouvait qu'il y avait beaucoup trop de magie ici pour qu'elle parvienne à quoi que ce soit...

" ... ni que certains mettaient parfois le feu à leur salle de cours... "
continua-t-elle en pointant le doigt vers l'étage dans une direction précise.

Bizarrement, elle affichait un sourire réjoui : c'était rassurant de se dire que d'autres aussi étaient capable de faire des bêtises. Sauf qu'ici, on devait bien gérer ce genre de maladresse ou prévoir des seaux d'eau. C'était sûrement le cas, étant donné que personne ne cria au feu dans les secondes qui suivirent.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeDim 26 Déc 2010 - 20:52

Nakor donna son conseil à Adria puis suivit le guide. En effet, le vieux fou voulait surtout qu'Adria laisse son instinct prendre le dessus, qu'elle ressente les choses pour que, sait-on jamais, elle pointe subitement un livre en disant qu'elle sentait que c'était le bon, celui dans lequel il fallait regarder. Mais il n'avait pas prévu que la somme de tous ces magiciens dans la même structure la déconcentrerait fortement. En effet, Nakor n'avait jamais habitué son élève à être entouré par des dizaines et des dizaines de sorciers. Même s'ils n'étaient qu'en devenir, ils pratiquaient la magie et cela faisait beaucoup d'information, qu'Adria ne savait pas traiter seule. Elle s'arrêta de marcher et se mit la main sur les oreilles. Nakor attendit qu'elle ouvre de nouveau les yeux et écouta ses commentaires. Lorsque Nakor entendit les derniers propos de son élève, il explosa de rire pendant que, le mage de l'académie, Alfirin, se décomposa un peu

"Avant de devenir de grands tisseurs de sorts, nos élèves se ... comment dire ...
-Ils se trompent?"

Nakor avait reprit entre deux rires et repartit, tonitruant au possible. Il posa sa main sur l'épaule de son élève et termina, quand il fut calmé

"Maintenant tu pourras me croire : tous les magiciens en herbes font des petites erreurs, c'est simplement aux enseignants d'en assurer ou plutôt d'en assumer les conséquences. Il y a ici assez de mages elfes pour éteindre le feu sans aucun saut d'eau mon enfant! Aller, va, avançons! Alfirin!"

L'elfe se remit en route et tourna, tourna et tourna encore. Ils finirent par arriver dans une partie d'une grande bibliothèque. D'un air neutre, Alfirin demanda

"Savez vous lire l'elfique Monseigneur Nakor?
-Oui, oui, même le vieil elfe difficilement mais un brin!
Alors nous sommes ici dans la salle des archives magiques de l'académie, nous avons ici, répertorié chaque artefact fabriqué dans notre monde! Si un elfe a fabriqué cette amulette, cela apparait quelque part! A nous de chercher!
-Bien, mettons nous au travail alors, puisque nous n'avons aucun nom, ni aucune date!"

Et Nakor se tourna en direction d'Adria alors qu'Alfirin se mettait déjà au travail. Le vieux mage se demanda intérieurement si Adria savait lire l'elfique ou si elle n'avait étudié que la langue commune du roi. En effet, Alfirin n'avait posé sa question qu'à Nakor, le seul humain présent, puisqu'il était évident pour l'elfe, qu'Adria savait parler et lire sa langue natale. Le vieux fou fit alors un geste vague invitant Adria à chercher, peu importe comment! Puis il passa en revue les armoires qui se trouvaient sur la droite. Nakor commença en haut, et déchiffra les titres des documents, certains étaient très épais, d'autres moins. Nakor lisait dans sa barbe

"Les vases du monde elfique, Arcanes et statuettes, Les pierres magiques, Orbes ancestrales, Dictionnaire de la magie, Portique décapitant, Mondes perdus, Portails et structure géométrique, Trônes mortuaires!"

Nakor fit une pause, passa à l'étagère du dessous tout en se disant qu'il aurait donné cher pour ouvrir et garder avec lui certains de ces livres. Se demandant même parfois pourquoi était-ce à l'académie de magie des elfes que se trouvaient ces ouvrages. Et sans trop savoir pourquoi, Nakor, au lieu de lire les couvertures de l'étagère du bas, se baissa, avança un peu et saisit le plus petit ouvrage de toute l'étagère. Il était noir, poussiéreux et très abimé! Le titre était le suivant

"Essaie, tentatives et échec"

Nakor marmonna alors dans sa barbe, sans que personne ne fasse attention à lui et à ce qu'il venait de dire

"Mais qu'est-ce que tu fais là toi!"

Nakor ouvrit très délicatement le livre et passa quelques pages en revus, c'était écrit à la main par un elfe qui n'écrivait pas très bien, le vieux fou eut du mal à déchiffrer et finit par comprendre de quoi il était question. Il se mit à sourire et parcouru les quelques pages du livre sans rien dire. C'est Alfirin le premier qui interpella Nakor

"Seigneur Nakor, je vous prierai de ne pas perdre de temps avec des livres qui ne nous intéressent pas, ni de trop fouiller si ce n'est pas le bon livre!
-Mais qui vous dit que ce n'est pas le bon!"

Alfirin regarda alors Nakor, lâcha ses quatre énormes volumes qu'il tenait dans les mains et accouru vers le vieillard

"Vous êtes sérieux?
-Oui, je le suis énormément maitre Alfirin, écoutez plutôt, nous avons là un livre écrit par la main même de celui qui a fabriqué il y a deux cents ans passé, un écrin en matériau nobles, capable d'accueillir une pierre précieuse et de la porter autour du coup. Cet écrin qu'il a fabriqué, il y a intégré un sortilège de protection par projection. Il explique longuement comment il a fabriqué cette partie de l'amulette, les températures auxquelles il est monté, les matériaux, les quantités ... du travail d'orfèvre! Mais un peu plus loin, voila qu'il précise que, maintenant que son tissage magique est terminé et qu'il imprègne complètement son écrin, il ne manque plus que la pierre, elle même imprégné d'un autre sort et d'une autre magie, afin de voir si l'alliance des hommes et des elfes peut mener à une nouvelle forme surpuissante de magie. Et regardez un peu en dernière page, avant la conclusion de l'auteur!"

Nakor ouvrit alors le livre, le tourna en direction d'Adria et Alfirin et ils purent enfin voir, la gravure représentant exactement l'amulette d'Adria. Nakor souriant avec les yeux, intervint encore

"L'auteur de cet ouvrage termine son récit en précisant que l'amulette est inutilisable, car elle ne réagit ni à l'incantation prévue par l'elfe, ni l'incantation prévue par l'homme! Il inscrit pourtant les deux ici et conclue, avec toute la tristesse du monde :

"Les elfes et les hommes ne peuvent donc s'unir, ni à la vie, ni à la magie!"

Les pauvres, ils semblent avoir souffert grandement de l'échec de cette fabrication mixte. L'elfe s'appelait Nàmo Sùlimo, ce qui signifie en vieil elfe, L'Ordonnateur qui respire ... si je ne dis pas de bêtise! L'humain qui a participé à la fabrication s'appelait Eldric Astolfi ... N et E Adria, comme les initiales de ton amulette! Il n'y a plus aucun doute la dessus, nous venons de découvrir qui sont les créateurs de cette amulette! Les choses se sont passés il y a trop longtemps pour qu'Eldric soit encore en vie ... tout ce que je sais, c'est que ce nom me dit quelque chose, je me demande si cet Eldric et moi ne nous sommes pas rencontré il y a longtemps! Par contre peu être que la famille Sùlimo et ce Nàmo sont encore en vie. Maitre Alfirin?"

Le mage se caressait longuement le menton, il avait écouté l'histoire que Nakor avait raconté puis avait longuement regardé à la gravure aux côtés d'Adria. Puis Alfirin dit simplement, les sourcils froncés

"Veuillez m'attendre ici s'il vous plait!"

Puis le mage disparu. Nakor, un grand sourire sur les lèvres, demanda à Adria ce qu'elle en pensait

"Par les dieux mon enfant, j'ai senti d'un seul coup que c'était ce livre qu'il fallait que je regarde, c'est ce que je voulais dire quand je te disais de t'ouvrir au monde c'était surtout de laisser ton instinct sentir vers où tu devais tendre ... c'est quelque chose qui ne s'apprend pas vraiment enfin, l'essentiel c'est que nous ayons une énorme piste! Et il ne faut plus la lâcher! Qu'en dis-tu?"

Nakor était peut-être encore plus excité qu'une puce, il adorait mener des enquêtes et il faut dire que celle ci n'était pas très compliqué, il suffisait d'être entré dans l'académie, et voila que les choses avançaient comme jamais elle n'avait avancé.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeLun 27 Déc 2010 - 15:11

Qu'ils trouvent ou non des informations, Adria était contente comme tout d'avoir au moins découvert une chose : d'autres apprentis magiciens faisaient des erreurs. C'était extrêmement réconfortant et cela la mit d'une excellente humeur ! Même le fait de s'apercevoir qu'ils allaient mener leurs recherches dans des livres ne lui fit pas perdre son sourire. Et pourtant...

Elle croisa les doigts pour que Nakor lise l'elfique, parce que, comme elle le lui avait déjà confié une fois, ce n'était pas son point fort. Disons qu'elle le déchiffrait... leeeeentement. Elle fit un petit sourire navré au magicien et se mit à lire les titres des ouvrages avec une bonne volonté évidente mais un résultat plus que mitigé.


Ma...gie...é...lé...me...n...men...ta...i...tai...re...et...ap...apli...ca...

La jeune fille soupira pour elle-même et se demanda si elle n'aurait pas moins mal à la tête à s'ouvrir à nouveau à la magie. Elle allait si lentement qu'elle pouvait très bien procéder en s'asseyant en tailleur devant une étagère et y rester un bon moment à déchiffrer. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit en se jurant de se mettre sérieusement à la lecture... ou pas. Non, elle pouvait plutôt se jurer d'éviter les bibliothèques... enfin... bon, elle verrait.


Leur guide se plaignit de Nakor et Adria réprima un sourire : si elle avait été capable de lire plus vite, Alfirin serait devenu fou en la voyant mettre son nez partout !


" Mais qui vous dit que ce n'est pas le bon ! "

Oh ? Adria bondit sur ses pieds et vint mettre son nez sur le livre en attrapant le bras de Nakor. Elle loucha une fraction de seconde sur l'ouvrage avant de se reculer en levant les yeux au ciel. Stupide écriture ! Par contre, elle pouvait ouvrir grand ses oreilles et elle écouta ce que disait Nakor.


L'alliance des hommes et des elfes ? Son amulette aurait été créée par un représentant de chacun des peuples ?


" L'auteur de cet ouvrage termine son récit en précisant que l'amulette est inutilisable, car elle ne réagit ni à l'incantation prévue par l'elfe, ni l'incantation prévue par l'homme ! Il inscrit pourtant les deux ici et conclue, avec toute la tristesse du monde :
" Les elfes et les hommes ne peuvent donc s'unir, ni à la vie, ni à la magie ! "

Triste fin, qui jeta un froid. Adria se rembrunit un peu :

" Mais pourtant, elle marche ! "


Là, elle n'était plus certaine de comprendre. Elle avait cru un instant que c'était possible, qu'ils avaient pu trouver mais...

" Les pauvres, ils semblent avoir souffert grandement de l'échec de cette fabrication mixte. L'elfe s'appelait Nàmo Sùlimo, ce qui signifie en vieil elfe, L'Ordonnateur qui respire... si je ne dis pas de bêtise ! L'humain qui a participé à la fabrication s'appelait Eldric Astolfi... N et E Adria, comme les initiales de ton amulette ! "

Tout cela commençait à devenir compliqué. Elle fit tourner l'amulette dans ses doigts et relut les deux lettres. Elle ne savait plus trop si elle devait espérer ou non... Elle fit un petit sourire incertain à Nakor lorsqu'Alfirin disparut.


" Mais pourquoi fonctionne-t-elle alors ? "

Étrangement, elle paraissait plus perplexe, indécise, que vraiment surexcitée.


" Tu crois que Nàmo Sùlimo serait encore en vie et qu'il accepterait d'en parler ? Tu saurais le retrouver ? "

Elle ne s'était pas attendue à avoir une piste sérieuse aussi rapidement. En même temps, même s'ils retrouvaient cet elfe, il pouvait aussi bien ne pas avoir idée de ce qu'était devenu sa création. L'avoir vendue, perdue, donnée à quelqu'un qui n'aurait eu aucun lien avec Adria.

" Il y a une date sur ce livre ? "

Après tout, ces essais pouvaient avoir eu lieu des millénaires avant elle. Entre temps, le bijou avait pu changer de mains des centaines de fois avant d'échouer dans les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeLun 27 Déc 2010 - 21:00

Adria s'éleva contre ce que concluait l'elfe qui avait écrit ce livre. Son amulette fonctionnait. Nakor fit une moue un peu désagréable et répondit alors à Adria, une fois qu'Alfirin était partit

"Tu sais ... pour un magicien, un artefact qui ne répond à aucune incantation ... c'est un artefact qui ne fonctionne pas ... et pour lui, ton amulette ne fonctionne pas, puisqu'il ne parvient pas à l'activer avec son sortilège, ni avec celui d'Eldric ... donc, tu vois où je veux en venir!"

Puis Nakor sortit rapidement de sa manche, un morceau de papier et un crayon, puis rédigea quelque chose à la hâte avant d'enrouler le morceau de papier et de cacher son crayon

"Mais ceci n'est qu'une histoire de temps Adria ... j'ai maintenant en ma possession les deux incantations qui concrétisent ton amulette! Bientôt j'aurai trouvé le moyen d'activer son sortilège de protection selon ton bon vouloir ... tu sais, je suis peut-être le plus grand spécialiste en magies de notre monde, je me suis intéressé à toutes les formes de magie, je vais pouvoir trouver la manière d'activer ton artefact, je te le promets!"

Puis soudain, Alfirin revint, ne donnant pas à Nakor la possibilité de répondre aux autres questions de la jeune Adria. Alfirin revint avec un autre elfe, et un brin tendu, il dit simplement, en maitrisant sa voix avec force

"Je vous présente le maitre de la foudre de notre académie, Maitre Sùlimo!
- Nàmo Sùlimo ... Alfirin, vient de me dire que je pouvais faire quelque chose pour vous sans me dire exactement en quoi je peux vous guider sur un quelconque chemin de ... "

Puis le mage elfe se tut. Nakor était stupéfait et ouvrait de grands yeux, alors qu'Adria faisait de même! Mais ce n'était pas pour cette raison que le mage s'était tut. Il était bloqué sur le visage d'Adria. Il ne parlait plus! Le créateur de la moitié de l'amulette d'Adria était là, encore en vie, apprenant aux jeunes mages elfes son savoir. C'est Nakor, qui reprit sa contenance en premier et observa d'un œil expert, ce Nàmo.

"Maitre Sùlimo ... je suis un brin stupéfait ... nous enquêtons sur le créateur d'une amulette, nous trouvons un ouvrage écrit de sa main, et voilà qu'il se présente à nous, fringuant et plein de vie ... pardonnez notre réaction, même si je puis me permettre d'émettre l'idée que ce n'est pas parce que nous restons là bouche bée que vous ne parlez plus!"

Nàmo se tourna enfin vers Nakor, et prit la parole, d'un air profondément troublé

"Je suis confus ... je ne dévisage jamais des visiteurs ainsi, surtout aussi célèbres que vous Seigneur Nakor mais ... je suis un brin perturbé par cette vision qui m'est venu à l'esprit!"

Le mage se tourna vers Adria et continua

"Se peut-il que vous ayez un quelconque rapport avec Voronwë Valandil? Serait-il votre père mon enfant?"

Un silence s'installa dans la pièce, Alfirin souriait légèrement et Nakor ouvrit encore plus grand les yeux, il s'approcha de Nàmo et prit la parole

"Nàmo, pourquoi posez vous cette question à ma jeune apprentie? Y voyez-vous là une quelconque ressemblance avec un elfe de votre connaissance?
-Evidemment, c'est le portrait en un tout petit peu plus féminin, de mon ancien élève, le meilleur que j'ai eu, celui à qui j'ai donné cette amulette justement!"

Nàmo pointait du doigt l'amulette qu'Adria tenait entre les mains. Nakor fit quelque chose d'impossible : il ouvrit encore plus grand ses yeux, pour un peu ils seraient tombés!

"Et savez-vous ce qu'est devenu ce Voronwë ... l'inébranlable en ancien elfe non? Est-il encore en vie, savez-vous s'il a eut une épouse?"

Nàmo passa longuement une main faible sur son visage avant de dire ce qui suivit

"C'est une longue histoire Seigneur Nakor ... mais quelque chose me dit que vous ne me cherchiez pas moi mais autre chose n'est-ce pas? Vous cherchiez les parents de cette enfant?"

Nakor acquiesça d'un mouvement lent de la tête avant de dire

"S'il vous plait maitre Nàmo, parlez nous de cet elfe, dite nous ce qu'il est devenu, avec un peu de chance, nous allons pouvoir remonter la piste et découvrir exactement qui sont les parents d'Adria ici présente.
-Adria ... c'est un joli prénom elfe, même s'il n'est qu'un raccourci j'imagine! Très bien, voilà ce que je peux vous dire Seigneur Nakor, mais c'est une histoire triste, croyez moi ... c'était il y a 258 ans que je tentai, avec le grand Eldric, de créer une amulette alliant la magie de mon peuple et celle du votre. Vous savez ce qu'il est en de notre résultat. Mais Eldric finit par perdre la vie, suite à la condition mortelle de votre homologue. Il me céda l'amulette, en me demandant de la garder caché. Apparemment un vil créancier avait mit la main sur toutes les possessions d'Eldric sauf l'amulette! Je la gardai donc et décida même de la donner en cadeau à mon meilleur élève, pour la fin de ses études à l'académie. Voronwë accepta l'amulette et partit faire sa vie. Il trouva épouse il y a environ cent ans et je pense qu'ils donnèrent naissance à un enfant. Mais ça, je ne peux vous l'assurer, tout ce que je peux vous dire c'est qu'il y a cent ans, au mariage de Voronwë avec la belle Wilwarin, mon élève portait autour du cou cette amulette. L'histoire s'attriste maintenant, car pour le voyage de noce, ils décidèrent de partir d'Alëandir et de découvrir le monde. Je sais qu'ils passèrent par le monde des hommes, je sais qu'ils tombèrent sur ce créancier vil et avide. Je sais aussi que ce créancier n'était pas un humain mais un drow! Je sais aussi que la femme de Voronwë revint en Alëandir extrêmement malade! Elle avait été empoisonnée. Nous ne parvînmes pas à la guérir, elle mourrait à petit feu et était enceinte. Elle parvint à survivre jusqu'à la naissance de l'enfant puis perdit la vie. Je n'ai jamais su comme l'enfant se nommait, ni à qui elle avait été confié ... tout ce que je sais, c'est que fou de chagrin, Voronwë partit en quête de ce drow ... et qu'il n'est jamais revenu!"

Nakor était mortifié! Par les cieux, en l'espace de quelques instant, Adria venait d'apprendre que son père était mage, que sa mère était morte empoisonné par un drow et que son père était sans doute partit combattre le drow mais qu'il en était mort. Nàmo avait l'air terriblement affligé de cette histoire et Alfirin ne semblait plus savoir où se mettre. Il se permit alors une dernière tentative en ajoutant

"Mais, Maitre Sùlimo, l'amulette à très bien pu être transmise par votre élève à un autre elfe, qui est lui même peut-être le parent d'Adrianëdel! Il ne faut pas perdre ainsi espoir
-Désolé Maitre Ythron, mais une chose est certaine : Voronwë n'aurait jamais donné à qui que se soit d'autre son amulette qu'à sa femme ou son enfant ... et cela s'est produit il y a un peu moins de cent ans ... Wilwarin est morte il y a quatre vingt deux ans! Les choses collent et je pense que vous êtes la fille de mon ancien élève Adrianëdel, vous lui ressemblez tellement! Je suis ... désolé!"

Nakor, tout en peine, se tourna vers Adria et posa sa vieille main tremblante sur l'épaule d'Adria, lui demandant simplement

"Adria?"

Le ton de sa voix était clair : il lui demandait en même temps comment elle allait, comment elle prenait ça, si elle avait des questions à poser et qu'est-ce qu'elle avait envie de faire là maintenant, après avoir reçu d'un seul coup tout ça en pleine figure. Alfirin et Nàmo était prêt à partir sur le champ, par décence.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeMar 28 Déc 2010 - 16:56

" Tu sais... pour un magicien, un artefact qui ne répond à aucune incantation... c'est un artefact qui ne fonctionne pas... et pour lui, ton amulette ne fonctionne pas, puisqu'il ne parvient pas à l'activer avec son sortilège, ni avec celui d'Eldric... donc, tu vois où je veux en venir ! "

Adria hocha la tête et retrouva le sourire :

" Oh oui, je vois ! En fait elle marche, mais pas comme ils l'auraient aimé ! "


Elle réprima un rire en voyant que Nakor avait noté la formule : Alfirin aurait sûrement protesté, mais après tout, elle avait l'amulette, alors pourquoi ne pas en profiter ?


La suite la fit se figer, bouche bée. Sùlimo.
Le Sùlimo dont ils venaient de parler ? Sûrement, vu la tête qu'il fit en la voyant. Ils se dévisagèrent un instant. La connaissait-il ? La reconnaissait-il ? Impossible, elle se souvenait pas l'avoir jamais rencontré. Enfin, elle avait pu ne pas se rappeler de lui, mais malgré tout...

" Se peut-il que vous ayez un quelconque rapport avec Voronwë Valandil ? Serait-il votre père mon enfant ? "

La jeune fille jeta un coup d'œil un peu indécis à Nakor et haussa les épaules, gênée.


" Je n'en sais rien... Je ne connais pas ce nom... mais je ne connais pas non plus mon père. "

C'était étrange d'en parler ainsi. Comme si... comme si ce père pouvait avoir une réelle existence. Voronwë Valandil. Se pouvait-il que se soit son... son père ? Adria ne bougeait plus, ne sachant plus vraiment où elle en était. Heureusement, Nakor se chargea de poser les questions et Nàmo accepta d'y répondre.


" Adria... c'est un joli prénom elfe, même s'il n'est qu'un raccourci j'imagine ! "

La jeune fille acquiesça, soufflant une fois de plus :

" Adrianëdel. "

" Très bien, voilà ce que je peux vous dire Seigneur Nakor, mais c'est une histoire triste, croyez moi... "

Oh. Adria s'assit en tailleur pour écouter la suite. Elle n'était pas vraiment sûre que cet adjectif lui donne envie d'en savoir plus. En même temps, si elle refusait d'écouter ce que cet elfe pouvait lui dire, elle passerait le reste de sa vie à regretter sa décision. De toute façon, ce n'était pas comme si elle ne s'y était pas attendu. Elle avait été abandonnée à un moment ou un autre, elle ne pouvait pas soudain découvrir que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

" ... Je la gardai donc et décida même de la donner en cadeau à
mon meilleur élève, pour la fin de ses études à l'académie. "


Adria tressaillit, subjuguée par l'histoire. Son père ? la suite lui donna confirmation et elle entendit alors parler pour la première fois de celle qui devait être sa mère. Du moins, cela semblait logique si on en croyait Nàmo. Wilwarin... ce nom sonnait comme un enchantement. Elle réprima son enthousiasme. Non seulement il aurait été stupide d'idéaliser de parfaits inconnus, mais en plus, l'elfe avait bien précisé que l'histoire était triste : inutile de s'attacher à ce qui n'était que des souvenirs. Elle écouta pourtant la suite, transportée malgré elle, suspendue aux lèvres de Nàmo.

" ... L'histoire s'attriste maintenant, car pour le voyage de noces, ils décidèrent de partir d'Alëandir et de découvrir le monde. Je sais qu'ils passèrent par le monde des hommes, je sais qu'ils tombèrent sur ce créancier vil et avide. Je sais aussi que ce créancier n'était pas un humain mais un drow ! "


Le visage d'Adria s'assombrissait petit à petit. Elle avait l'impression de plonger dans un cauchemar, elle vivait ce qui s'était passé avec chaque parcelle de son être. C'était sans doute beaucoup trop mélodramatique comme réaction pour être raisonnable, mais elle n'y pouvait rien.

" ... Je sais aussi que la femme de Voronwë revint en Alëandir extrêmement malade ! Elle avait été empoisonnée. Nous ne parvînmes pas à la guérir, elle mourrait à petit feu et était enceinte. Elle parvint à survivre jusqu'à la naissance de l'enfant puis perdit la vie. Je n'ai jamais su comme l'enfant se nommait, ni à qui elle avait été confiée... tout ce que je sais, c'est que fou de chagrin, Voronwë partit en quête de ce drow... et qu'il n'est jamais revenu ! "

La jeune fille gardait les yeux fixés sur le sol et ne bougeait plus. Toujours assise, elle avait ramené ses jambes contre elle et passé ses bras autour. Elle n'eut aucune réaction lorsque l'elfe se tut. Elle sembla sur le point d'éclater en sanglots lorsqu'il confirma finalement qu'il ne pouvait s'agir que de ses parents, mais se retint, fermant juste les yeux de toutes ses forces.

" Adria ? "

Elle mit quelques secondes avant de réagir, rouvrir les yeux et se lever. Esquissant un sourire un peu pâle, elle demanda d'une voix légèrement tremblante :

" Vous... vous accepteriez de me parler de mes... parents ? "

C'était encore le plus raisonnable à faire. En savoir un peu plus sur eux et puis... elle tournerait la page. A quoi bon ressasser encore le passé ? C'était bien trop douloureux. Voyant que Nakor s'inquiétait pour elle et que les deux elfes ne savaient plus où se mettre, elle accentua un peu son sourire et reprit doucement :

" Ça va, je vais bien. "


Bien-sûr, il lui fallait juste un peu de temps pour assimiler, mais... non, ça allait très bien. Tout cela s'était passé il y avait tellement longtemps...

" Je ne pensais pas que nous trouverions des informations si facilement, " remarqua-t-elle, un peu tendue.

Elle paraissait se remettre des révélations et joua machinalement avec son amulette en attendant de voir su Nàmo acceptait de lui en apprendre un peu plus sur ses... parents. Le mot lui paraissait toujours bizarre. Valandil. Adrianëdel... Valandil. Adrianëdel Valandil. Ce nom sonnait étrangement dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeMar 28 Déc 2010 - 18:05

Nakor observa la pauvre Adria, par tous les dieux du ciel, ils venaient de découvrir, sans rien demander, exactement ce qu'ils cherchaient tous les deux. Nàmo venait de parler vaguement de l'histoire de ses parents, donnant toute les clés de l'histoire d'Adria. Et tout collait, ils venaient de comprendre pourquoi elle n'avait plus de parent, pourquoi elle était passé de famille en famille, pourquoi son esprit avait écarté tous les pauvres souvenirs qu'elle avait de ses parents. Nakor était tout de même affligé et les deux autres elfes ne savaient plus trop comment réagir. Adria demanda timidement d'en apprendre plus sur ses parents, si c'était possible. Nakor se mit à sourire gauchement, la pauvre, elle voulait faire bonne mine mais au fond elle devait être profondément remuée. Une chose qui était positive, c'est qu'elle pourrait enfin mettre des noms sur son passé et peut-être même des images. Nakor vint se placer à côté d'Alfirin, et posant une main sur son épaule exprima sa gratitude et ses remerciements. Alfirin s'inclina bien bas tout en disant, de sa voix enchanteresse

"Je vais vous laisser et me retirer. Des affaires m'attendent! Sachez, Maitre Nakor et Adrianëdel, que vous serez toujours les bienvenus dans l'académie. Mes salutations et tous mes vœux vous accompagnent!
-Au revoir Maitre Ythron, merci de votre aide précieuse!"

Alfirin se retira et c'est Nàmo qui prit le relais

"Oui, je peux vous parler un peu de vos parents Adrianëdel, c'est la moindre des choses. Je ne connaissais pas les parents de votre père, ni ceux de votre mère. Pour votre mère cela s'explique tout simplement parce qu'elle n'était pas une magicienne. Wilwarin, qui signifie papillon en vieux elfe, était une femme extraordinaire, elle était très douce, elle apaisait le cœur de Voronwë et son prénom était plus que bien choisi, car elle était magnifique, d'une grande beauté, sa voix pouvait apaiser le cœur le plus affligé qui soit, elle était une grande chanteuse. Elle donnait de temps en temps des spectacles dans les plus prestigieuses tavernes d'Alëandir. C'est comme cela qu'elle a charmé votre père. Ils ont vécu plusieurs années ensemble et même si cela ne vaut pas grand chose, je puis vous assurer qu'ils ont vécu très heureux ensemble, une idylle presque magique. Elle était un peu plus petite que vous et portait les cheveux longs, de votre couleur. Et surtout, vous avez ses yeux! En ce qui concerne votre père, c'était un bon magicien, il a étudié longtemps à l'académie et a terminé son apprentissage à mes côtés, en étudiant la magie de la foudre. Il avait une voix profonde, il était plus grand que vous, d'un corps musclé et puissant! Il avait les cheveux coupés courts et il était très protecteur. Son esprit vagabondait souvent! Oui Voronwë était un rêveur, en plus d'être un mélomane. Alors évidemment, quand il a rencontré votre mère, l'amour est passé immédiatement entre eux. Il était un homme aimant et à l'écoute de ses proches. Je puis vous dire que ses propres parents sont morts à un âge très avancé et qu'il était fils unique. Je ne peux rien affirmer du côté de votre mère. Voronwë riait beaucoup, ses rires hantent encore mes oreilles de temps en temps à son souvenir. Il tenait énormément à l'amulette que vous portez autour du cou. S'il vous l'a légué, c'est qu'il vous aimait de tout son être, n'en doutait jamais. Je n'ai en ma possession, aucun portrait de vos parents ma douce enfant. Par contre, je vous conseille vivement d'aller voir Kementari Laurelin. La plus vieille amie de votre père, elle était aussi devenue proche de Wilwarin! Je suis persuadé qu'elle doit avoir un portrait datant du jour de l'union de vos parents. Je ne peux rien vous dire de plus, mon cœur saigne encore au souvenir de votre père! En tout cas, j'espère avoir pu vous apporter tout l'aide dont vous aviez besoin, même si j'aurai aimé vous apporter d'autres nouvelles!"

Nàmo s'inclina bien bas et attendit une réaction. C'est Nakor qui prit le relais

"Les nouvelles ne sont jamais bonnes ou mauvaises Nàmo ... tout dépend de ce que l'on en fait une fois qu'elles sont en notre possession. Je n'aurai jamais, même dans mes rêves les plus fous, découvrir aussi vite et avec autant de facilités, des informations aussi précises sur les parents de mon élève. Ceux sont de tristes nouvelles, pleines de mort et de déchirements, mais c'est aussi une source d'espoir, un voile sombre qui se lève afin de pouvoir enfin voir la lumière! Un cœur qui ne sait pas qui il est exactement, ne peut pas vraiment s'épanouir! Il faudra un peu de temps, mais par la suite, croyez moi, je suis persuadé qu'Adria vous sera grandement reconnaissante. Nous allons nous rendre chez cette elfe dont vous nous avez parlé, cela clôturera une bonne fois pour toutes les recherches d'Adria. Savez-vous où nous pourrions trouver cette "reine de la terre au chant doré" si je ne dis pas de bêtise!
-Votre connaissance de l'elfique me laisse honteux tant elle est parfaite! Kementari vit proche du centre ville, c'est la dernière maison avant la grande rue principale. Une maison haute, fine et peinte d'un bleu profond. Si vous avez un peu de chance, vous la trouverez chez elle! Voila bien des années qu'elle ne sort plus beaucoup! Elle a souffert de la mort de ses amis et ne s'en est jamais vraiment remise.
-Grace vous soit rendu maitre Sùlimo, que la foudre à jamais guide votre chemin avec la vivacité et la sagesse qui la caractérise!
-Que la lumière éclaire votre chemin long et plein de vie Seigneur Nakor! Je suis heureux de vous avoir rencontré! Adrianëdel, puisse ton cœur ne pas être trop longtemps affligé. Ecoute bien les conseils de ton maitre, ils sont plein d'une sagesse peu commune chez les hommes!"

Nàmo s'inclina profondément et se retira une fois qu'Adria eut prononcé ses dernières phrases. C'est Nakor qui termina ainsi leur visite à l'académie

"Viens mon enfant, allons voir cette elfe dont Nàmo nous a parlé, je crois que cela serait le sommet de notre recherche que de pouvoir mettre un visage sur chacun de tes parents disparus. Aller, marchons!"

Nakor se permit de passer un bras autour des épaules de son élève et la guida en direction du centre ville.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeMer 29 Déc 2010 - 15:59

" Je vais vous laisser et me retirer. Des affaires m'attendent ! Sachez, Maitre Nakor et Adrianëdel, que vous serez toujours les bienvenus dans l'académie. Mes salutations et tous mes vœux vous accompagnent ! "

Adria eut un sourire, répondant simplement avec sincérité :


" Merci pour votre aide, maître. "


Nakor avait tout à fait raison, elle s'efforçait de faire bonne figure. Et à vrai dire, elle y arrivait plutôt bien. Lorsqu'elle se tourna à nouveau vers Nàmo, elle paraissait s'être calmée et elle s'assit légèrement sur le bord d'une table, prête à écouter ce qu'il voudrait bien lui raconter.

A mesure que l'elfe parlait, la jeune fille avait l'impression de voir apparaitre ses parents. Une esquisse, d'abord, qu'elle compléta peu à peu et qui se modifia jusqu'à devenir une image plus tangible. Certains détails lui tiraient un petit sourire attendri : apparemment, elle avait nombre de points communs avec ses parents et cette idée lui faisait énormément plaisir. Bien plus qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Nàmo lui dressait un portrait idéalisé de Wilwarin et Voronwë, mais pour le moment, c'était tout ce qui lui fallait. Et puis, ce n'était pas comme si elle risquait d'être déçue en les rencontrant. D'ailleurs, elle s'assombrit à nouveau lorsqu'elle en prit conscience : elle pourrait apprendre tout ce qu'elle voulait, ce ne serait jamais qu'une histoire. Même pas de réels souvenirs, le mieux qu'elle pouvait faire, c'était des parallèles avec elle-même. Mais elle ne se souvenait de rien. Pourtant, elle aurait pu écouter Nàmo des journées entières.

Elle continua néanmoins à sourire et conclut finalement avec reconnaissance :


" Je vous remercie infiniment pour tout ce que vous m'avez raconté. Ce n'est peut-être pas aussi joyeux que ce que j'aurais aimé entendre, mais c'est la vérité et c'est ce qui compte. J'avais besoin de savoir... Même si nous n'apprendrons rien de plus, c'est toujours mieux que ce que j'avais espéré. Encore merci. "


Elle s'inclina comme l'avait fait Nakor et fit un grand sourire au magicien lorsqu'il passa un bras autour de ses épaules.


" Tu sais, je ne sais pas ce que je ferais sans toi... "


Elle passa son bras autour de la taille du magicien et continua ainsi à marcher avec lui. Son autre main ne cessait de jouer avec son amulette. Elle finit pourtant par lâcher Nakor pour désigner une habitation en riant :

" Eh ! Là-bas ! Tu as vu ? La maison bleue ! "


Elle accélérait déjà le pas et aurait sans doute poussé le magicien gentiment s'il n'avait pas fait aussitôt de même.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeMer 29 Déc 2010 - 20:53

La jeune Adria avait gagné en sagesse l'espace de quelques instants, elle avait était claire, précise et concise, ce qui ne lui ressemblait pas! Nakor était fier de sa petite Adria, elle avait tenu le choc, elle ressentait une vive émotion mais parvenait à remercier les gens qui lui avait donné ces informations précieuses, elle écouta ensuite ... sans poser de questions. C'était bien le diable, cela lui avait coupé la langue, c'est pour dire à quel point il lui en fallait pour qu'elle se taise. Nakor avait écouté aussi, de façon très attentive. Il fut heureux d'entendre que c'était la bonne histoire, un père magicien rêveur et une mère chanteuse ... si Adria n'était pas leur enfant, elle ne l'était de personne. Ils finirent par quitter l'académie et Adria fit preuve d'une grande reconnaissance. Ils marchèrent donc ainsi, entouré l'un de l'autre, comme un soutient ou un appuie. Nakor se permit de répondre d'abord aux suppositions de son élève

"Hooo, tu en ferais des choses, mais ... elles seraient quand même moins drôle qu'avec moi hein!"

Nakor gloussa comme un jeune enfant en déposant un baisé sur la joue droite de son élève. Et c'est une fois qu'il eut finit de glousser qu'il commenta toute cette histoire de fou

"Et bien, tu vois, il suffisait de chercher au bon endroit et de jouer d'un peu de chance ... bon d'accord, de beaucoup de chance! Tu sais, j'ai déjà manqué de faire une crise cardiaque quand j'ai trouvé le livre avec la reproduction de ton amulette à la fin du carnet, mais alors quand le vieux Nàmo a débarqué ... alors là, vraiment j'ai frôlé l'apoplexie. Je suis heureux que nous ayons fait ces découvertes, te rends tu compte de ce que cela veut dire, tu sais maintenant qui tu es, avec plus de précision Adria, tu vas pouvoir savoir encore mieux maintenant dans quelle direction aller! La fille d'un grand magicien un brin rêveur et d'une chanteuse! Des parents qui t'aimaient plus que tout ... il semble de plus que tu sois un astucieux mélange physique de tes parents! Et bien avec tout ça, maintenant, c'est en toi que vont vivre tes parents. Au travers de tes chansons, c'est ta mère qui reviendra à la vie, qui réchauffera ton cœur et ton esprit ... et quand tu pratiqueras la magie, c'est ton père qui illuminera ton chemin et ravivera la flamme de la persévérance en toi. Tout ceci doit être une force nouvelle. Je passe souvent pour un fou quand je dis cela, mais je reste persuadé que les gens qui nous aimaient et que nous aimions, même par delà la mort, veille sur nous, qu'ils sont à nos côtés, qu'ils nous entendent et je trouve que ... c'est plutôt réconfortant non?"

Puis continuant à marcher, Nakor senti Adria le lâcher et s'exclamer en voyant une maison bleue en effet. La jeune gourgandine se mit à courir en direction de cette habitation et Nakor se mit à faire de même tout en riant comme un enfant, il rattrapa Adria et était sur le point de la dépasser quand il se marcha sur la barbe et s'effondra comme une pauvre loque tout en s'exclamant

"Ho foutu bordel de ..."

Et Nakor chuta en explosant de rire comme un damné. Il roula même par terre et resta au sol, à rire comme un fou, son chapeau toujours sur la tête, comme s'il était collé sur le crane du vieux fou. Il se releva difficilement tout en riant et une fois debout se tut immédiatement. Une vieille chouette, une sorte de harpie infernale se tenait sur le pas de la porte de la maison bleue. Elle était décharnée, ridé, avec de longs cheveux blancs, les yeux presque globuleux. Pour un peu, Nakor lui aurait lancé un éclair et toute une série de sortilèges destructeurs tant elle lui rappelait une sorcière des marais. La pauvre femme n'avait plus rien d'elfique, de beau et de naturel. Elle faisait peur à voir et Nakor se racla la gorge tant Adria riait encore de la chute de Nakor s'en s'être rendu compte que la vieille elfe était là, sur le pas de la porte. Elle regardait avec intensité la jeune Adria et tendis une main osseuse en direction de la jeune elfe tout en disant

"Wil ... Wilwarin!"

Puis elle commença à s'effondrer! Pensant qu'elle se casserait le cou lors du choc sur le sol, Nakor intervint immédiatement et tendit les deux mains dans la direction de la vieille femme tout en disant

"Ha non pas maintenant!"

Un éclair partit en direction de la vieille femme, un éclair vert. La femme cessa sa chute en direction du sol, et ouvrit de nouveau les yeux. Nakor s'approcha avec une très grande vivacité et prit la parole

"Vous êtes Kementari n'est-ce pas? C'est Nàmo Sùlimo qui nous a conseillé de venir jusqu'à vous! Je vous présente Adrianëdel, la fille de Voronwë et Wilwarin Valandil!"

La pauvre elfe tomba de nouveau dans les paumes. Nakor ajouta en tendant de nouveau la main vers elle

"Ha non mais ça suffit là!"

L'éclair était cette fois ultra intense. Au point qu'on aurait presque cru que la vieille elfe avait rajeuni tant Nakor lui avait envoyé de l'énergie. Il parla d'une voix autoritaire et forte

"Cessez de tomber dans les pommes enfin!"

La pauvre vieille carne desséchée tourna la tête plusieurs fois, comme si elle essayait de reprendre ses esprit et parla d'une voix venue d'outre tombe!

"Pardonnez mon émotion ... mon cœur ne s'est jamais véritablement guéri et à la mort de Wilwarin puis de Voronwë, je n'avais plus personne. J'ai depuis lors vécu seule et attristée ... mais vous leur ressemblez tellement. C'est fou comme vous leur ressemblez! Venez, je vais vous montrer le plus beau souvenir que j'ai d'eux deux!"

Nakor laissa la vieille passer et regarda Adria en étant un brin dubitatif, un brin étant un doux euphémisme. Ils entrèrent dans cette maison bleue, sentant le moisi, le renfermé, presque le rance. Kementari marchait doucement et les guida en direction du salon. Ils arrivèrent dans une grande pièce, dotée d'une cheminée avec, au dessus de cette dernière, un grand tableau, fait très certainement par l'un des plus grands peintres d'Alëandir tant il était beau. On avait l'impression que les deux elfes peint dessus était vivant et qu'ils allaient sortir du tableau pour les saluer. Kementari tendit une main décharné en direction du tableau, et comme une craie qui crisse sur un vieux tableau, elle ajouta

"Voici vos parents, les dieux protègent à jamais leurs âmes bénies. Regardez comme ils sont magnifiques! C'est moi qui ait fait ce portrait il y a si longtemps."

Puis la vieille elfe se mit à pleurer, elle le fit avec une habitude qui faisait froid dans le dos. Nakor fronça d'un sourcil et prit doucement la parole

"Ma chère Kementari, vous possédez là un tableau plus que magnifique en effet ... mais vivre avec tant de force dans le passé ne vous apportera jamais rien. Si vous voulez un bon conseil, sortez de chez vous, allez prendre l'air, le soleil et par tous les dieux, cessez de pleurer les morts! Ils ne vivent plus alors qu'ils aimeraient certainement vivre pleinement! Et vous, qui possédez le don de longue vie, vous la gâchez en restant là, à vous morfondre sur la perte des seuls amis que vous aviez. Réveillez vous avant la fin, après tout, votre nom ne signifie-t-il pas "la reine de la terre au chant doré"! Vous n'êtes que l'ombre de ce que vous devriez être! Vivez pour vous, vivez pour Voronwë, vivez pour Wilwarin, mais par les dieux, vivez!"

Nakor ne supportait jamais les gens qui vivaient, mais qui perdez leur temps en ne vivant que dans le passé et les pleurs d'un temps révolus! Il fallait vivre, chaque seconde aussi intensément que possible! Cela énervait un peu le vieux fou qui ne se retenait jamais de préciser sa façon de penser. Kementari continuer à pleurer et semblait parti pour ne jamais s'arrêter. Nakor regarda alors longuement le tableau, fronçant les deux sourcils cette fois, ce qui était d'une rareté sans faille! Il tendit un doigt en direction du tableau et se mit à faire tourner son doigt dans le sens des aiguilles d'une horloge. Des couleurs se mirent à sortir de l'index de Nakor un petit feu d'artifice qui s'amplifiait lentement. Les couleurs se frappaient entres elles, explosaient en de nouvelles puis se mélangeaient encore. Nakor fit tourner son doigt encore plus vite puis fit subitement claquer son pouce et son majeur ensemble! Alors toutes les couleurs s'unirent et dans un bruit de petite explosion, un tableau apparut, d'une qualité absolument non négligeable, de taille plus réduite que celui qui trônait au dessus de la cheminée. Le tableau alla atterrir dans les mains d'Adria. Kementari pleurait toujours. Nakor s'approcha alors de la vieille folle et la secoua

"Hoooo mais arrêtez vous aller mourir asséché. Hein! Vous m'entendez? Ho vieille folle furieuse!"

Kementari pleurait en regardant le tableau au dessus de sa cheminée. Elle n'était plus qu'une vieille folle, elle ne voyait même plus Nakor et Adria dans la pièce, elle pleurait, voila tout. Nakor s'approcha doucement de son élève et glissa à son oreille

"Par les dieux, elle est bredine jusqu'à l'os, partons d'ici, on ne peut plus rien pour elle! Et je crois que tu perdrais ton temps en lui posant des questions ... qu'en penses-tu mon enfant?"

Nakor posait sincèrement la question! S'ils avaient eut de la chance à l'académie, autant dire que là, cette elfe était folle, on ne pouvait rien tirer d'elle à part une copie plutôt réussi du portrait des parents d'Adria quand ils étaient jeunes. Kementari pleurait encore et Nakor attendit qu'Adria prenne le relais et décide de la marche à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeJeu 30 Déc 2010 - 15:48

"Hooo, tu en ferais des choses, mais ... elles seraient quand même moins drôle qu'avec moi hein!"

Adria acquiesça de bon cœur en riant :

" Beauuuucoup moins drôles, même ! "


Puis, un peu plus sérieusement :

" Tu sais, je me suis déjà dit que j'aurais peut-être bien aimé aller dans cette université... mais en fait non. Je crois que je me serais très très vite énervée. Ça a l'air tellement, tellement... enfin, tu vois... genre... elle prit un air pincé et leva le petit doigt, Huhuhu voilà qui n'est guère convenable jeune demoiselle ! Vous allez tout de suite m'éteindre cette vilaine boule de feu et vous excuser auprès de maître Machin ! "

Elle paraissait d'excellente humeur. Un peu comme lorsqu'il l'avait rencontrée pour la première fois : bavarde, ne tenant pas en place, attendant à peine une réponse à tout ce qu'elle débitait. Mais Nakor lui faisait sans mal de la concurrence et il ne tarda pas à reprendre la parole. Elle hocha la tête avec conviction lorsqu'il lui demanda si elle trouvait tout cela réconfortant.

Puis la maison bleue apparut, les coupant dans leur conversation. La course qui suivit fit chuter Nakor et si la première réaction d'Adra fut de s'inquiéter pour le vieil homme, elle ne tarda pas à rire avec lui en voyant qu'il allait bien. Ils s'arrêtèrent en voyant qu'on les observait du perron. Impressionnée, la jeune fille se tut.


"Wil... Wilwarin!"

Adria faillit se précipiter auprès de la vieille femme pour la soutenir, mais elle n'en eut pas le temps, car Nakor réagissait déjà. Des présentations, un nouvel évanouissement, apparemment, le magicien perdait patience.

" Doucement, Nakor ! " s'exclama Adria en allant soutenir la pauvre femme qui ne savait visiblement plus où elle en était.

Elle aida Kementari à se redresser et la suivi en jetant un coup d'œil désolé à Nakor. L'odeur de la maison lui agressa l'odorat dès qu'elle entra et Adria fit un effort pour ne pas faire demi-tour. Fallait-il qu'elle soit vraiment intriguée par ce que racontait la vieille elfe !

Puis la jeune fille se figea devant un immense tableau et cessa de penser au reste. Ses parents. Elle avait l'impression qu'ils la dévisageaient. Elle n'écouta que d'une oreille ce que dit l'elfe et ne faisait déjà plus attention quand Nakor prit la parole à son tour. Elle se contentait juste de regarder, essayant de se rappeler de chacun des détails. Puis elle eut soudain l'impression que le tableau bougeait et mit un instant avant de comprendre que le magicien en était la cause.

Adria fit un petit pas en arrière, essayant de comprendre, jusqu'à ce qu'un petit tableau apparaisse dans ses mains. Elle le regarda avec des yeux ronds, saisie.


" Par les dieux, elle est bredine jusqu'à l'os, partons d'ici, on ne peut plus rien pour elle ! Et je crois que tu perdrais ton temps en lui posant des questions... qu'en penses-tu mon enfant ? "

La jeune fille détacha enfin les yeux du tableau, l'air quelque peu perdu et jeta un regard à Kementari :

" Mais... "

La vieille elfe lui faisait pitié et elle trouvait Nakor dur avec elle. Mais la simple présence d'Adria semblait déclencher des flots de larmes ininterrompus. La jeune fille finit donc par hocher la tête.

" D'accord, partons. "


Puis, allant poser une main sur l'épaule de Kementari, elle lui murmura, même si elle doutait être entendue au milieu des sanglots :


" Merci pour tout. "

Le tableau serré contre elle, Adria retrouva l'air frais avec grand plaisir. Elle passa doucement un doigt sur le contour du visage de ses parents et sourit à Nakor avant de déposer un baiser sur sa joue :

" Merci ! Je ne pouvais pas espérer un plus beau cadeau ! "
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeJeu 30 Déc 2010 - 22:39

Adria semblait s'inquiéter pour la santé physique et mentale de la vieille elfe, ce que Nakor ne faisait pas. Pour tout un tas de raison, la plus importante d'entre elle était qu'il se disait que c'était un gâchis magistral que de donner le don de la longue vie à des créatures qui le perdait en sottises à se morfondre jusqu'à la fin des temps. Une éternité de calvaire que l'elfe s'imposait elle-même! Une des choses qui énervait le plus au monde Nakor. Quoi que, Nakor s'énervait aussi souvent qu'il riait, c'est à dire à peu prés n'importe quand! Du coup, plus personne ne savait comment Nakor pouvait réagir face à une situation particulière! Ici, il se comportait comme un vieil intransigeant. Quand Adria prit la parole, la pauvre folle de Kementari continua de pleurer en regardant le tableau, sans même voir que les deux personnes qu'elle avait fait entrer dans sa maison étaient sur le point de partir. Nakor prit les devant et quitta la pièce puis la maison! Il retrouva l'air libre, sa fraicheur et sa tranquillité apaisante. Adria était sur ses talons. Elle regarda longuement le tableau qu'il avait magiquement crée et reçu un baiser sur la joue. Le vieillard s'exclama ainsi

"Haaaaaaaaaaa ... mais je t'en prie, quel grand père serai-je si je n'étais pas capable de faire un vraie cadeau à sa petite fille chérie!"

Puis Nakor gloussa en embrassa lui aussi sur la joue gauche sa chère petite Adria. Nakor se mit à marcher en direction de la forêt et tout en marchant prit la parole

"Cette rencontre m'a tout de même fait froid dans le dos ... voir des gens de ton peuple, dans cet état, c'est d'une tristesse sans borne et surtout c'est un gâchis honteux! Elle devait être une belle elfe, mais voilà qu'elle n'est plus que l'ombre sordide d'une carcasse vivante et qui attend la mort, les larmes aux yeux! Quelle fadaise, elle devrait vivre triplement, en l'honneur de sa propre vie, de celle de ton père et de celle de ta mère ... mais j'ai un rapport à la vie un peu particulier, parce qu'après tout ce n'est pas tous les jours qu'on croise un vieux fou âgé de six cent vingt quatre ans!"

Nakor se mit de nouveau à glousser et continua à marcher un peu. Il arriva au plus grand croisement de la cité et perdit son sourire légendaire. Il se tourna vers Adria, plongea un regard antique et d'une sagesse sans faille et prit la parole d'un ton calme

"Voila une belle aventure qui prend fin Adria. Tu sais aujourd'hui, qui sont tes parents, ce qu'ils faisaient dans la vie, comment ils en sont venu à devoir t'abandonner et par conséquent, grâce à notre petite recherche, tu sais qui tu es, et donc vers où tu peux aller! Nos recherches prennent donc fin et je ne vais pas repartir avec toi Adria. Tu dois sans doute avoir besoin d'un peu de temps et d'un peu de solitude pour pouvoir assimiler tout ça! Ce flot énorme d'informations qui lèvent un vieux brouillard dans ton esprit. Je ne peux de toutes les façons pas repartir avec toi. Il me faut aller à la rencontre d'un elfe qui ne va pas forcément m'accueillir en ami et que je ne vais de toutes les façons pas voir en ami non plus! Je dois me rendre auprès de Dyarque de Lanthaloran, le seigneur actuel des elfes, sans doute le plus âgé et le plus puissant magicien elfe ... j'ai certaines choses à lui dire et si cela tourne à l'affrontement, je ne pourrai pas et veiller sur ta sécurité et combattre Dyarque! Rassure toi, je ne vais pas à la mort, je pense être à peu prés de force égal avec le plus grand des mages elfes ... je ne vais pas à sa rencontre dans le but de le combattre non plus, mais quelques petits tests magiques pourraient être difficile à passer si tu es avec moi! Je dois y aller seul! Nous nous reverrons, tu sais où me trouver. Quand tu seras prête à continuer ton apprentissage, reviens me voir à Diantra, nous poursuivrons nos leçons et d’ici là, j’aurai aussi trouvé le moyen d’utiliser ton amulette! Jusque là, que le vent porte tes ailes sur le chemin de la tranquillité mon enfant!"

Nakor avait maintenant beaucoup d'espièglerie dans la voix et surtout dans les yeux et après un petit silence, très court, il termina là dessus

"Et quand tu le reverras, passe bien le bonjour à ce satané Berg'inyon de ma part!"

Nakor glissa un clin d'œil à la jeune fille, se mit à glousser et attendit qu'elle prenne la parole, prêt à partir de là, en direction de la forêt, pour aller régler sa petite affaire avec ce maudit Dyarque!
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
Adria

Nombre de messages : 422
Âge : 85
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeSam 1 Jan 2011 - 19:55

Adria fit la moue lorsqu'il fut question de Berg'inyon et se dépêcha de changer de sujet. Regardant une dernière fois le tableau, elle le tendit à Nakor en demandant :

" S'il te plait... tu veux bien le garder ? "

Étant donné ce qu'il représentait pour elle, la demande pouvait paraitre étrange, mais elle s'expliqua aussitôt :

" Si je le garde avec moi, je vais l'abimer ou le perdre. Et puis, surtout... "

Elle fit un geste en direction de la maison bleue.

" Je ne veux pas devenir pareil. J'ai besoin de tout assimiler, et ce n'est pas en restant les yeux fixés dessus éternellement que je vais y arriver. Si je le garde, pour le moment, je ne vais pas arrêter de le regarder, ce sera plus fort que moi. Tu veux bien le garder en attendant qu'on se revoit ? "


Elle ne voyait pas où le mettre et elle était sûre que Nakor avait plus d'un tour dans son sac pour régler la question. Sinon, eh bien, elle l'emmènerait avec elle, mais elle craignait vraiment de le perdre malencontreusement ou de se le faire voler. Après tout, il était plutôt joli, il ne devait pas avoir qu'une valeur sentimentale.

Lorsque la question du tableau fut réglée, elle reprit, encore plus sérieusement, ce qui ne lui était pas coutumier :


" Fais attention à toi. On dit que notre roi est un grand magicien... et même si toi... enfin bref, fais attention à toi, hein ! "


D'accord, Nakor était très fort, elle n'en doutait pas une seconde, mais, elle savait aussi ce qu'on disait sur Dyarque. Bien-sûr ce n'était que des on-dit, elle ne connaissait pas personnellement le nouveau souverain mais tout de même... Elle déposa un nouveau bisou sur sa joue et conclut :

" Alors, à Diantra alors... et merci merci merci ! "

Elle paraissait d'excellente humeur, mais nul doute qu'elle aurait besoin de réfléchir un peu à tout ce qu'elle avait appris.



[Hop ! Un petit post pour terminer ! :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitimeLun 3 Jan 2011 - 16:40

Nakor écouta la réponse d'Adria et ne fit apparaitre aucune expression sur son visage, il attendit qu'elle développe un peu et ouvrit de grands yeux quand elle expliqua une des raisons de sa demande. Nakor sourit jusqu'aux oreilles et mit sa main droite sur l'épaule d'Adria. En plantant un regard implacable dans les yeux de sa jeune élève, il prit la parole

"Ma douce enfant, tu as fais de réels progrès, des progrès incroyables! Je te félicite de gagner autant en sagesse et en esprit. Mes félicitations!"

Nakor prit alors le tableau et le glissa dans sa manche. Adria sentirait évidemment la magie se mettre en œuvre mais ne comprendrait pas ce qu'il faisait. En tout cas le tableau se vit rétrécir rapidement avant de disparaitre dans sa manche. Ce que Nakor voulait dire dans son petit discours c'est qu'au début de sa rencontre avec Adria, il ne pensait pas qu'elle pourrait tenir un jour un tel discours. Elle avait très vite retenu la leçon face à cette vieille elfe à moitié folle et dont la longue vie était ruinée. Une leçon qui n'était pourtant pas évidente à voir mais qu'elle avait put révéler au grand jour. Nakor au fond de son cœur était fier de sa petite Adria chérie. Elle lui demanda de faire attention et déposa un baiser sur sa joue avant de le remercier. Nakor gloussa un peu avant de terminer la dessus

"Rassure toi, je vais te révéler un grand secret Adria ... je ne suis pas fou!"

Nakor explosa de rire un petit moment et ajouta espiéglement

"Nous nous reverrons donc en Diantra, tout deux en pleine forme, d'ici là, j'aurai trouvé le moyen d'utiliser ton amulette et un jolie tableau trônera sur le dessus de ma cheminée! A bientôt mon enfant!"

Et sur ce mot, après ses vœux de bonne santé et ses derniers propos, Nakor disparu. Hop! Comme ça! Il avait simplement activé le sortilège enfouie dans son bâton magique. Il devint alors invisible, inodore, et inaudible. Il se retourna donc et quitta Adria qui était là derrière lui. Une nouvelle direction, une nouvelle rencontre! Le prochain objectif c'était un petit rendez vous forcé avec le seigneur Dyarque à qui il avait pas mal de questions à poser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Visite académique (PV Adria) Empty
MessageSujet: Re: Visite académique (PV Adria)   Visite académique (PV Adria) I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite académique (PV Adria)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ANAËH :: Terres d'Alëandir :: Académie de Magie-
Sauter vers: