Partagez
 

 /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ilinsar Veldrin
Drow
Ilinsar Veldrin

Nombre de messages : 135
Âge : 26
Date d'inscription : 31/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: /! A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeDim 26 Déc 2010 - 14:15

[HRP: ATTENTION! Ceci est un rp à tendence violente (torture, scènes peu ragoutantes, sang, larmes, etc. Âmes sensibles s'abstenir!]





Après deux longues heures de chevauchée dans la nuit et la brume, Ilinsar et sa prisonnière endormie ateignirent enfin leur objectif: une petite cabane perdue dans la forêt, désertée de ses habitants depuis qu'une certaine drow était venue y passer ses nerfs... Comme elle s'était amusée ce soir là... Enfin, pas autant que si ses victimes avaient été Hanegard, mais bon, elle s'était défoulée. Elle ne pouvait pas retourner au poste de frontière. Hanegard allait sans doute tous les fouiller un à un. Non, pour le moemnt, rester à l'intérieur des terres était la meilleure solution être discrète et même invisible. Puis, lorsque la période le permettra, que la neige bloquera la plupart des route, elle pourra alors quitter le pays des hommes comme une ombre. Les hommes ne prenaient jamais la peine de vraiment fermer leur frontières en hiver... Ou s'ils le faisaient, les soldats comptaient le plus souvent rester au chaud dans le bâtiment en regardant les passants trimer dans le froid de la neige. Cette cabane serait parfaite pour le moment.

La drow démonta agilement et conduisit sa jument près de l'anneau d'attache. Il fallait d'abord qu'elle prépare l'arrivée de son invitée de manière correcte. Les cadavres devaient avoir joyeusement pourris, depuis le temps.

L'odeur putride qui la frappa lorsqu'elle poussa la porte le lui confirma, de même que les volées de mouches et autres insectes qui s'enfuirent à son arrivée. On pouvait même distinguer quelques traces de dents dans les chairs suitantes, sûremet des rats ou un petit renard. Ilinsar releva les yeux et fit courir son regard sur les murs éclaboussés de sang séché, la tables brisée aux chaises renversées sous le cadavre de la femme. Dans la pièce souvante, cette sorte de chambre commune, devaient normalement giser les corps des deux fillettes. Ce qu'elles avaient pu l'agacer celles-là, à lui vriller les tympans de leurs cris suraigus! Heureusement, les enfants n'étaient pas très solides, et les faire taire était une partie de plaisir, vraiment.

En quelques mouvements, Ilinsar redressa les chaises pour pouvoir circuler. Elle fit rouler les cadavres décomposés dans un coin de la pièce et passa dans la chambre. Là, elle saisit les gamine par les restes de leurs petites robes et les "assit" sous la fenêtre. Une chaise fut placée en face, éclairée d'un rayon de lune. La petite Jena ne savait pas ce qui l'attendait... La drow dénicha un rouleau de corde poussiéreuse dans le fond d'un coffre, à son plus grand plaisir. Ne manquait plus de l'actrice principale de son amusement, maintenant.

Ilinsar traina Jena, toujours endormie, jusque dans la pièce, et la plaça sur la chaise avant de la ligoter solidement: les poignets, liés aux montants du dossier, puis le buste ficelé à son tour étroitement, presque à l'empêcher de respirer (enfin, ce n'était pas pire qu'un corset). Elle lia également les fines chevilles pales aux pieds de la chaise, avant de relier ceux-ci au lit, histoire que la jeune femme n'essaye pas se sauver pendant qu'elle avait le dos tourné. Elle ne devrait pas tarder à se réveiller.

La drow quitta finalement sa proie et alla s'occuper des cadavres de la pièce principale. Elle les attacha derrière son cheval et les entraîna dans de nombreuses direction différentes à travers bois, assez loin de la cabane pour ne pas être dérangée de suite. Elle refit le chemin inverse avec des branches pour effacer ses traces et abattit un ou deux lièvres assez gras, prit quelques baies et champignons pour son repas du lendemain. Dans son paquetage, elle savait disposer d'une outre de vin et d'une autre d'eau, de quoi tenir un moment. De plus, elle pouvait aisément deviner l'ombre d'un puit près de la cabane. Tout était parfait.

A son retour, elle brossa vivement le poil teinté d'écume de sa compagne animale et lui laissa une bonne longueur de longe pour la nuit. Après tout, seule cette adorable jument lui était restée fidèle depuis leur rencontre (ou son vol), elle se devait de la traiter comme il le fallait.

Après une dernière tape sur l'encolure, Ilinar entra dans la cabane et poussa quelques bûches dans l'âtre. Elle y mit le feu avec un peu d'amadou, puis gagna la pièce adjacente. Le regard perdu de sa proie lui fit extrèmement plaisir.

- Enfin réveillée, petite fille? lança-t-elle d'un ton méprisant, appuyée contre le montant de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
http://toucanbulle-no-yume-no-kuni.webnode.fr/
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeJeu 30 Déc 2010 - 16:04

    Aouch ! Le réveil était des plus difficiles. Sa tête lui faisait terriblement mal, comme si elle avait reçu un coup de massue derrière les oreilles. Bref ce bourdonnement incessant fit gémir la jeune femme de douleur. Ce n’était pas la première fois qu’elle avait l’impression d’émerger d’une longue, très longue nuit de sommeil. La première fois elle avait la tête en bas et son ventre lui faisait mal. Elle avait sombré pour revenir un peu plus tard, alors qu’on la balançait sur une….quoi une chaise peut-être. Elle n’aurait su dire. Elle sentait juste la présence de quelqu’un qui s’affairait autour d’elle. Elle essayait d’ouvrir les paupières pour demander qu’on cesse de faire du bruit tant elle avait mal à la tête, mais ses paupières étaient si lourdes qu’elle ne parvenait même pas à faire bouger un cil. Ce fut finalement lorsque le silence l’enveloppa qu’elle trouva enfin la force d’ouvrir les yeux.

    Elle remarqua alors seulement qu’elle avait la tête pendante sur sa poitrine. Sa nuque lui faisait horriblement mal et encore une fois elle dut faire appel à toutes ses forces pour redresser la tête. Elle voulut lever la main pour se masser le cou, mais avec surprise elle constata qu’elle était attachée à la chaise sur laquelle elle tenait difficilement. Bizarrement elle aurait largement préférée être allongée sur le sol mais ce détail futile s’envola de son esprit aussitôt qu’elle eut compris la situation. Elle était attachée à une chaise, elle avait mal partout, elle sentait le cheval à plein nez et lorsqu’elle balaya l’endroit du regard elle ne reconnaissait absolument rien. Son soupçon devint une certitude, quelqu’un l’avait trainé là. Si elle tentait de raisonner, malgré la douleur lancinante qu’elle ressentait à la tête, elle pouvait penser qu’on l’avait juste enlevé parce qu’elle s’était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Personne à l’auberge n’était au courant de la présence du couple régent, il ne pouvait donc pas s’agir d’un enlèvement prémédité pour faire du chantage à Hanegard.

    Mais peut-être se trompait-elle. Peut-être que quelqu’un l’avait reconnu, elle ou son époux… Et là tout devenait bien différent. Alors qu’elle reprenait peu à peu conscience, que ses sens lui revenaient petit à petit, elle sentit une forte odeur, acre et fortement désagréable. Sa vision se fit plus nette et elle put voir sur le mur en face d’elle de nombreuses tâches et de larges trainées d’un rouge très sombre. Jena ferma brusquement les yeux pour cesser de voir ce qu’elle avait reconnut comme étant du sang… il y en avait tellement….partout… C’était écœurant…

    Et soudain cette voix…glaciale, sifflante comme un murmure. Elle ouvrit les yeux et tourna péniblement la tête vers la porte. Une ombre si tenait. Fine et longue. Rien qu’à poser ses yeux sur elle, elle se sentait frissonner. Elle qui avait crut combattre sa peur après avoir croisé la route de Tarkel à Alonna, elle se rendait maintenant compte que ce n’était que du vent. Sans arme, elle était une cible si facile…


    - Qui êtes-vous ? demanda-t-elle d’une voix rendue rauque par sa bouche pâteuse.

    Il était bien inutile qu’elle réclame qu’on la laisse partir, à voir l’endroit où elle se trouvait, il était clair qu’on n’avait voulu l’éloigner de tout pour que personne ne l’entende. Il était donc peu probable qu’on la laisse partir si facilement. Même avec un « S’il vous plait » à la fin. Comme quoi les mots magiques… parfois il vaut mieux les avaler et s’étouffer avec
    !

Revenir en haut Aller en bas
Ilinsar Veldrin
Drow
Ilinsar Veldrin

Nombre de messages : 135
Âge : 26
Date d'inscription : 31/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeDim 2 Jan 2011 - 17:25

Ilinsar ricana sourdement et s'avança plus avant dans la pièce, toisant sa petite prisonnière d'un air méprisant. Elle n'était pas laide, mais pas vraiment belle non plus, à ses yeux de drow. Elle ressemblait davantage à uen petite fille qu'à une épouse et mieux, une mère... Avec ses grands yeux clairs innocents... Et on voulait lui faire croire qu'Hanegard, cette espèce d'ours mal léché, avait choisit cette petite demoiselle toute frêle comme épouse? Elle qu'une étreinte semblait pouvoir briser? Elle devait avoir un charme qui lui est propre, un peu d'esprit sous cette caboche, peut-être?

La drow se pourlécha les lèvres d'un air à la limite du psychopathe. Que ce serait joyeux de la briser, et de ne rendre à son ennemi juré qu'une poupée vide, à peine humaine. Ou bien, elle pourrait, lorsque les patrouilles auront réduit leur nombre, l'emmener en terre drow, la vendre à n'importe quel esclavagiste et ramasser un joli pactole... ou même l'amener directement aux autorités pour faire pression sur son époux chéri... Oui, peut-être... Si elle pouvait remettre une jour les pieds au Puy sans mourir de honte après sa dernière bourde sanglante... Si elle n'était pas fachée avec les autorités, justement. Et si sa vengeance ne lui avait pas vraiment importé.

Sans un mot, Ilinsar vint se planter devant sa victime, et d'un geste lent, dégaina sa dague, la faisant tourner entre ses doigts.

-Jena Kastelord, hein... souffla-t-elle, comme perdue dans ses pensées. Alors comme ça, on ne t'a pas parlé de moi?!

Elle ricana. Sa lame vint promener sa pointe contre la gorge blanche et pâle, si tendre. Ce serait un plaisir de la trancher maintenant. Mais non. La vengeance se dégustait, surtout si elle avait refroidi trop longtemps, afin d'en apprécier davantage la saveur unique. Non, vraiment, elle ne pourrait pas la tuer de suite.

-Comme tu peux le voir, fillette, je suis une drow. Ilinsar Veldrin est mon nom, retient le bien... Après tout, peut-être l'a tu déjà rencontré sans savoir à qui il appartenait. Mais dis moi... Ton cher mari ne t'a vraiment rien dit à mon sujet?

Le sourire de la drow s'élargit, devenant un peu pervers.

-En même temps, si c'est pour se sauver la face aux yeux du monde, je le comprends... Forniquer avec une race que l'on est censé haïr... C'est un peu, comment dire... vulgaire non? Et je ne parle pas de l'adultère...
Revenir en haut Aller en bas
http://toucanbulle-no-yume-no-kuni.webnode.fr/
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeVen 7 Jan 2011 - 16:05

    L’ombre s’avança alors dans la lumière et Jena ne put retenir le gémissement d’effroi que cette apparition lui provoqué. Une drow… Ici à Alonna. Comment cette créature avait-elle pu passer les frontières sans se faire arrêter. En plus de ça, par ses paroles elle sous-entendait qu’elle aurait du avoir déjà entendu parler d’elle ? Mais que voulait-elle dire ?
    Jena resta figée alors qu’elle faisait glisser la lame de sa dague sur son cou. Malgré tous ses efforts, Jena sentait de plus en plus la peur s’insinuer en elle. Cette femme…la terrifiait. Sa voix encore plus. Sifflante, presque grinçante à ses oreilles…C’était le genre de voix dont elle se souviendrait toute sa vie, du moins si elle vivait après cette nuit. Et pour l’heure, Jena commençait à en douter.

    La dénommée Ilnsar reprit alors la parole. Jena eut léger mouvement de surprise lorsque la drow évoqua Hanegard et les choses qu’il ne lui avait pas dites. De quoi voulait-elle parler ? Hanegard et elle n’avaient aucun secret l’un envers l’autre. Peut-être avait-il croisé la route de cette femme lorsqu’il était général des légions noires. Jena pensa qu’il était regrettable qu’il ne l’ait pas tué lorsqu’il en avait eut l’occasion. Mais la suite fut encore plus surprenante. Tellement surprenante qu’elle ne put se retenir de demander :


    - Forniquer ?

    Bien évidemment elle ne demandait pas la signification de ce mot, mais plutôt pourquoi elle l’attribuait à Hanegard. Certes, ils n’avaient jamais réellement parlé de leurs expériences précédentes, en même temps pour Jena c’était vite vue. Mais la jeune femme avait cru qu’en dehors de sa première femme….
    Mais comment avait-elle pu être aussi stupide, il était normal qu’il ait eu besoin de…enfin vous voyez… Mais de là à l’accuser d’une chose aussi monstrueuse.


    - Mensonges, murmura-t-elle dans un élan de colère. Croyez-vous réellement que je vais croire pareilles sottises. Vous êtes ridicule. Détachez-moi.

    Jena testa la solidité des liens qui la retenait et elle ne fut pas surprise de voir que la drow les avait bien serrés. Sa peur et sa haine se lisait clairement sur son visage, en même temps elle ne faisait aucun effort pour masquer ses émotions.

    - Que voulez-vous ? Hein ? Seulement me tuer ? Pourquoi ?

    Sa colère transparaissait dans chacun de ses mots, elle aurait voulu lui cracher au visage, se battre, même à mains nues contre elle. Cela au moins lui aurait donné du courage. Car pour l’heure, être ainsi attaché lui rappelé sa faiblesse et sa peur. Ses mains s’étaient mises à trembler.
Revenir en haut Aller en bas
Ilinsar Veldrin
Drow
Ilinsar Veldrin

Nombre de messages : 135
Âge : 26
Date d'inscription : 31/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMar 11 Jan 2011 - 15:56

Ilinsar écouta tranquillement la diatribe de sa prisonnière sans se départir de son sourire vicieux. Elle s'amusait déjà comme une folle à l'idée de briser sa confiance en Hanegard qu'elle devait se retenir de rire. La drow planta ses yeux couleur acier dans ceux de Jena, toujours aussi calme, glacée. Il ne fallait pas qu'elle montre le moindre sentiment, ou son petit jeu ne fonctionnerait pas très bien par la suite. Non, d'abord, il fallait briser sa fierté. Transformer ce regard lui sant de colère en une mer de larmes et de suppliques.

La dague quitta la gorge de la jeune femme tandis qu'Ilinsar en éprouvait le tranchant sur son doigt avant de le lécher. Dans le silence fraîchement tombé dans la pièce, le léger son de la lame sur sa peau eut autant de force qu'un ouragan. Elle prit son temps avant de répondre, histoire de pousser un peu plus cette fillette trop protégée à se rendre compte de sa situation. D'abord la colère, puis la peur, dans un long bain de chaud froid, jusqu'à l'usure psychique...

-Tu as le droit de ne pas me croire, gamine... Mais fermer ainsi les yeux sur la vérité, tu ne pense pas que c'est lâche? Bon, après tout... Les humains en général sont des lâches.

Elle jongla avec sa dague un instant puis s'avança jusqu'à poser son front sur celui de sa prisonnière.

-Mais tu sais... J'ai horreur que l'on m'insulte, ronronna-t-elle, tandis que le froid de l'acier se plaçait juste sur la jugulaire de sa proie. Rien que pour cela, je pourais te tuer, mais cela n'effacerait pas l'injure... Non, tu vas devoir souffrir, ma jolie.

Le tissu de sa robe de dessous craqua brusquement quand la lame trancha l'étoffe d'un coup. La corde qui l'attachait au niveau de la poitrine céda aussi, sans pour autant la libérer. Non, il s'agissait juste de la mettre à moitié nue à la merci du moindre regard. Pauvre petite.

-Tu as du cran, mais tu ne tiendrais pas deux minutes face à moi, fillette. C'est à se demander comment un homme aussi égoïste qu'Hanegard a pu choisir une petite souris comme toi pour épouse... Sans doute que son ancienne femme lui manquait trop, tu ne pense pas?
Revenir en haut Aller en bas
http://toucanbulle-no-yume-no-kuni.webnode.fr/
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMar 25 Jan 2011 - 12:33

    La drow tournait autour d’elle comme une lionne autour de sa proie. Jena ne se faisait pas trop d’idée qu’en à ses chances de survivre. Elle n’avait jamais croisé la route de créature à la peau sombre comme celle qu’elle avait devant ses yeux, mais elle connaissait toutes sortes d’histoires à leur sujet. Inutile de lui demander si elle préférait jouer à la Barbie ou faire cramer de pauvres insectes lorsqu’elle était petite. Il suffisait de croiser son regard froid pour que Jena en tremble de peur. Elle essayait de garder son calme, de ne pas se mettre à pleurer et à supplier qu’elle l’a laisse partir. Non si elle devait mourir autant laisser une image d’elle un peu plus reluisante, et puis peut-être que la Drow trouverait moins amusant de s’amuser avec elle plutôt qu’avec la souris pleurnicharde qu’elle avait cru trouver chez elle.
    Allez ! Un peu de courage !
    Pourtant elle était sûre que le pire qui puisse lui arriver c’était de l’énerver davantage. Bizarrement Jena sentait que cela ne ferait que prolonger son agonie. Et Néera savait à quel point elle détestait souffrir. Il suffisait pour cela qu’elle se rappelle de la nuit de son accouchement ! Un vrai carnage
    !

    - Vous parlez de lacheté ? Et vous, vous n’êtes pas lâche de m’attacher ainsi peut-être? Si vous êtes aussi sûre que je suis une petite souris inoffensive, qu’avez-vous à craindre de moi ?

    Voilà, discuter un peu lui ferait gagner du temps. Peut-être que ça prolongerait un peu sa vie. En espérant qu’Hanegard finirait par la retrouver. Mais hélas pour faire en sorte que cette discussion se poursuive il fallait qu’elle continue sur le sujet que Ilinsar avait lancé…. et bien qu’il soit douloureux pour elle, tant pis.
    Jena avait rarement interrogé Hanegard sur son passé. Même lorsqu’elle l’avait interrogé au sujet de Lilianna, il n’en avait que brièvement parlé. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle était morte, ni même s’il l’avait aimé plus qu’elle…. De toute façon, elle n’aurait probablement pas aimé connaître les réponses…. Mais ces zones d’ombres lui faisaient reconnaître qu’elle ignorait tout de ce qu’il avait bien pu faire pendant qu’il était commandant des légions noires
    .

    - Puisque vous me demandez mon avis, je pense qu’en effet sa première femme lui manque. J’imagine qu’à certains moments il pense à elle. Et je respecte cela. Mais vous, vous ne respectez rien.

    La lame de la dague continuait à courir sur elle, et pourtant elle s’en fichait, comme si son esprit faisait abstraction de ce détail. Sa robe était en partie déchirée, tant pis. Une fois morte elle n’en aurait plus besoin.

    - Qui êtes-vous pour m’enlever ainsi, me traîner dans ces ruines et me torturer. Quel plaisir pourriez-vous en retirer ? Je ne sais même pas ce que vous me reprochez… Ni même ce que vous reprochez à Hanegard. D’avoir été sa prisonnière ? D’avoir été torturée ? Vous en auriez fait autant non ?

    Dans sa voix perçait le défi, et tout le courage qu’elle pouvait se donner. Certes il commençait à faiblir à mesure que les yeux de Ilinsar la fixaient, mais elle s’y accrochait, sachant parfaitement que c’était la seule chose qui lui permettait de ne pas craquer.
Revenir en haut Aller en bas
Ilinsar Veldrin
Drow
Ilinsar Veldrin

Nombre de messages : 135
Âge : 26
Date d'inscription : 31/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeDim 30 Jan 2011 - 15:03

Ilinsar resta muette face aux réponses de sa prisonnière, soupesant le poids de toutes ces affirmations avec indulgence. La pauvre petite essayait de sauver la face, alors même que la peur la noyait comme un océan dans son regard. Elle se savait condamnée, mais s'acharnait encore, par une stupide fierté, plutôt que de l'implorer de l'épargner, vu qu'elle ne lui avait rien fait.

-J'avoue qu'il doit être difficile à une petite souris de comprendre ce que m'inspire ce cher Hanegard... Mais pour un femme, ce ne devrait pas être trop dur de saisir les conséquences...

La drow se redressa et s'étira. Dehors, le soleil commençait à darder la forêt de ses premiers rayons. La nuit avait été longue, mais l'avantage de sa condition de drow à l'égard du sommeil lui était bien utile. Déjà, elle devinait les traces de la fatigue sur le visage pâle de la captive qui la regardait de toutes les maigres forces dont elle disposait. Il serait si aisé de la briser, de la laisser agonisante de coeur comme de coeur sur le sol, appelant désespérément une aide qui ne viendrait pas. Et lorsque qu'Hanegard la retrouverait, quelle serait son expression? Se laisserait-il aller au désespoir ou bien chercherait-il refuge dans la colère? Ce serait amusant à voir.

-Tu sais déjà qui je suis, souricette. Et ce n'est pas cette pauvre petite fierté que tu as qui me feras t'épargner. Il me suffirait de t'effleurer pour te briser en mille morceaux. Les femmes humaines sont bien pires que leur mâles, à se laisser enchaîner, dépendante du bon vouloir d'un mari pour leur sauvegarde. Si ça, ce n'est pas de la lâcheté, alors qu'est-ce donc?

Ilinsar ricana tranquillement puiis s'assit sur le lit face à la jeune femme. Elle commençait à aprécier son forfait. Pousser la donzelle à réfléchir un peu avant de passer aux choses sérieuses ne serait que plus comique. Le doute était une arme si savoureuse pour qui savait comment l'employer.

-Si tu te retrouve ainsi ligottée sur cette chaise peu confortable, ce n'est pas que je craigne quoi que ce soit de ta part autrement que de te voir me filer entre les doigts. Après tous els temps qu'il m'a fallut pour réunir les conditions optimales pour me venger, ce serait un beau gâchis. Et pour ton information, il n'y a qu'une chose que je respecte, mais tu es encore bien trop faible pour le comprendre.

La drow rengaina sa dague et repoussa brutalement la chaise en arrière d'un coup de pied. Le meuble alla se loger en équilibre précaire contre le bord du lit. Elle se glissa souplement sur les hanches de sa protégée, s'amusant de l'expression de stupeur qui teinta son regard clair.

-Cette position plaît-elle davantage sa seigneurie ou voudrait-elle faire la connaissance de mes précédentes victimes sur ce lit?

Si l'humaine tordait légèrement le cou vers l'arrière, elle pourrait admirer son oeuvre précédente: les cadavres des deux fillettes à moitié dévorée, dont la peau spongieuse avait entamée le long cycle de putréfaction. Quelle serait son expression si la drow la ligottait au contact des deux corps, sans possibilité de s'en éloigner? Verrait-elle sa fille dans ces maccabées sans vie? Il serait si drôle de la voir pleurer et crier devant les petits yeux morts, encore ouverts devant l'incarnation d'un cauchemar, les lèvres entrouvertes et molle d'avoir trop crié d'effroi lorsque la drow avait asssassiné père et mère sous leurs yeux. Que ferait cette jeune humaine face à l'incarnation de la guerre millénaire que se livraient hommes et drows depuis des siècles?

-Que préfères-tu, fillette? Une mort rapide après des heures de souffrances ou bien une longue agonie sans douleur?

[HRP: Désolée pour le retard de ma réponse, mais ma connexion est particulièrement foireuse dernièrement. UU" Si quoi que ce soit te dérange, tu peux m'envoyer un mp, je squatterais la connexion de mon iut pour réparer ça^^[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
http://toucanbulle-no-yume-no-kuni.webnode.fr/
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMer 2 Fév 2011 - 12:49

    Plus elle luttait pour taire sa peur, plus celle-ci s’intensifiait. Elle ne parvenait pas à calmer les tremblements de ses doigts, et à force de les serrer sur l’accoudoir du fauteuil en bois, ses jointures étaient devenues blanches. Mais qui a sa place n’aurait pas été terrifié ? C’était la première fois qu’elle croisait une drow, mais cela ne changeait rien au fait qu’elle connaissait bon nombre d’histoire à leur sujet. Elle les savait barbares et cruels… Et à voir ses yeux briller de plaisir, il était difficile d’imaginer une fin heureuse à ce qu’elle était en train de vivre. Cette femme voulait se venger…mais pourquoi sur elle ? Elle ne la connaissait ni d’Adam ni d’Eve …. Et puis c’est qui ceux là…..Adam ? Eve ? Enfin on verra plus tard !
    La drow prenait visiblement un malin plaisir à la titiller tant moralement que physiquement. Jena était complètement épuisée, crispée sur sa chaise et lorsqu’elle sentit celle-ci basculer en arrière elle ferma les yeux en attendant de percuter le sol. Mais sa chute fut bien plus courte et elle se retrouva en équilibre appuyée contre le pied en bois massif du lit. La drow poussa le vice jusqu’à venir s’installa sur elle, comme si cela l’amusait davantage. Les paroles qu’elle prononça la laissèrent alors plus perplexe que les précédentes. Et bêtement, elle mordit à l’hameçon en tournant la tête pour regarder sur le lit. Le spectacle qui s’offrit alors à elle la laissa en état de choc. Pendant une longue minute ses yeux restèrent figés sur le visage de la plus petite des filles. Elle avait la peau bleuâtre, parcourut de tâche de sang et de trace de décomposition. Ses lèvres qui devaient être roses et souriantes n’étaient plus que deux lignes ouvrant la voie à un trou noir béant. Ses yeux étaient livides, révulsés… elle était morte en hurlant… et c’est probablement ce qui lui arriverait aussi. Mais à cet instant elle ne pensait même plus à son sort à elle…
    Ses deux fillettes innocentes avaient été tués….si brutalement… comment pouvait-on faire une chose pareille. Sa gorge se serra soudain et elle sentit ses yeux se remplir de larmes. L’horreur qu’elle contemplait avait provisoirement anesthésié sa peur…


    - Comment avez-vous pu faire une chose pareille espèce de monstre ? cracha-t-elle dans un excès de colère. Ce n’étaient que des enfants…

    Des milliers d’hommes et de femmes avaient du prononcer les même paroles avant elle et maintenant qu’elle voyait une chose aussi monstrueuse, elle comprenait de façon plus nette le sentiment qui avait du les étreindre eux aussi. Tournant la tête de l’autre côté, Jena ferma les yeux, elle ne voulait plus voir ça….elle ne pouvait les regarder davantage. Elle se sentait déjà prise de nausée et son esprit lui jouait maintenant des tours. Ces deux fillettes avaient rappelé à sa mémoire sa propre fille qui devait dormir bien sagement dans la chambre de ses parents à Alonna…Et elle réalisa alors qu’elle ne la reverrait plus…Un profond sentiment de regret la submergea. Elle n’aurait jamais du quitter la citadelle alors que sa fille était si petite, elle n’aurait jamais du sortir de sa chambre à l’auberge…

    - Je préfère ne pas mourir du tout, s’entendit-elle répondre à la drow.

    Après tout pourquoi aurait-elle du mourir ? Elle ne voulait pas subir la vengeance que cette créature réservait à son époux. Les larmes redoublèrent alors qu’elle se rendait compte qu’elle était dans cette situation à cause d’Hanegard. Il lui avait caché l’existence de cette femme, il ne lui avait jamais dit que quelqu’un cherchait à se venger de lui… Il n’avait jamais cru bon de lui dire que Liliana et elle étaient probablement en danger à cause des choses qu’il avait faites quelques années plus tôt. Si elle mourrait des mains de Ilinsar…c’était sa faute
    .

    - Je ne veux pas mourir… Je ne vous ai rien fait… Je ne connaissais même pas votre existence avant ce soir. Je vous en prie…. Laissez moi partir… j’ai une fille….Votre vengeance….ne me concerne pas…

    Ses mots étaient hachés par ses sanglots, elle devait sûrement paraître pathétique aux yeux de la drow, mais elle s’en fichait. Elle ne voulait pas mourir, son désir le plus profond était de retrouver sa fille, de la voir grandir…
Revenir en haut Aller en bas
Ilinsar Veldrin
Drow
Ilinsar Veldrin

Nombre de messages : 135
Âge : 26
Date d'inscription : 31/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeLun 7 Fév 2011 - 7:31

Ilinsar eut un ricanement digne d'une hyène lorsque sa prisonnière s'insurgeat pour les deux petits cadavres. Oh, elle pouvait bien essyer de faire la fière, cette petite souris, mais dans son regard trop clair, on voyait déjà les marques d'une brisure interne. Un simple petite fissure, rien que cela. Mais c'était bien assez pour que la drow sache que la jeune femme ne lui résisterait pas. A présent, elle allait pouvoir en faire ce qu'elle voulait. Parfait. La torture physique commencerait un peu plus tard, pour le moment, Ilinsar se sentait d'humeur festive et son estomac l'implorait de l'approvisionner.

Mais elle attendit d'abord. Si elle partait maintenant, sans avoir vu les signes de redition, tout serait à refaire. Tant qu'un homme n'a pas avoué à son ennemi ses faiblesses, il n'est pas soumis son bon vouloir, et de même pour les femmes. Déjà, la voix tremblait lorsqu'elle prononça sa deuxième phrase, et Ilinsar jubila bien davantage. Ca y était. Maintenant, la fillette était dans le creu de sa main.

Et maintenant voilà qu'elle pleurait de tout son pauvre petit corps terrifié (ce qui dans cette position ne devait pas être très confortable. Il faudrait voir à ce qu'elle ne s'étouffe pas. La main de la drow vint caresser lentement la douce chevelure emmêlée de sa proie, dans une parodie de geste affectif qu'elle teinta d'une tendresse feinte. Sa voix coula, mielleuse et rauque, presque un ronronnement malsain.

- Ne t'en fais pas, ma petite. Il ne tient qu'à toi de ne pas mourir, tu sais...

Elle s'approcha un peu plus de la jeune femme, presque à poser les lèvres sur les siennes et murmura calmement:

-Divertis-moi et tu pourras revoir ta fille chérie et ton traître de mari. Je m'ennuie à être seule depuis si longtemps...

Sur ces mots, la drow se leva et quitta la pièce, non sans avoir ajouté un "je te laisse y réfléchir, petite souris, ne tarde pas trop." De retour dans la pièce principale, elle regarda paisiblement la soleil se lever, un sourire vainqueur aux lèvres, tandis que sa main effleurait le bois de son arc posé sur la table. Qu'allait-elle bien pouvoir lui faire maintenant? Si la jeuen femme acceptait sa proposition, elle deviendrait sa servante pour quelque jour et subirait bien plus de tortures mentales que physiques... En revanche, si elle refusait...

Le sourire d'Ilinsar s'agrandit et elle sortit chercher de quoi s'amuser prochainement, tout en songeant que la position dans laquelle elle avait laissé la donzelle pour vait presque s'apparenter à de la torture: un faux mouvement, et elle s'écrasait sur le sol...

Fufufufufu...
Revenir en haut Aller en bas
http://toucanbulle-no-yume-no-kuni.webnode.fr/
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMer 9 Fév 2011 - 9:41

Est-ce que quelqu’un dans l’assistance s’intéresse encore à ce que fait Hanegard ou bien préférez vous assister à la scène de torture que va devoir subir notre chère Jena ? Pardon ? A l’unanimité le public choisit la scène de torture ? Je ne sais pas pourquoi mais je l’aurais parié, bande de vicieux ! Et bien non, je me refuse à céder aux sirènes de la facilité et à plier le genou face à des dogmes surannés d’une logique scénaristique classique néo-surréaliste visant à condenser les rapports entre les humains et les drows dans une société multiculturelle à un simple échange d’horions !

Vous n’avez rien compris à ma dernière phrase ? Ce n’est pas étonnant, moi non plus. Mais une chose est sure : les crackers belins sont moins chers chez Lecl… pardon, j’ai confondu. Une chose est sure : vous allez savoir ce qu’il est advenu d’Hanegard.

Nous avions laissé le régent à l’auberge de Jersada, où Ilinsar venait d’enlever sa femme, organisant les recherches et lançant des patrouilles un peu partout dans la région. Les frontières d’Alonna avaient été fermées et toute personne désirant y entrer ou en sortir devait montrer patte blanche. Remarquez, à moins d’être une andouille finie, Ilinsar n’aurait jamais tenté de sortir de la baronnie par les postes frontières… même le garde le plus alcoolique de l’histoire aurait tiqué en voyant une drow.

Sur les insistances des officiers de la garnison locale, le régent s’en était retourné à Alonna. Quitter la région où se trouvait très probablement sa femme lui déchirait le cœur, mais force était d’admettre qu’il serait en meilleure position dans sa capitale pour suivre la suite des événements. De plus, Hanegard voulait vérifier de ses propres yeux que sa fille ne risquait rien. Connaissant Ilinsar, il s’attendait à tout de sa part…

Ce fut donc avec des images horribles de sa femme aux mains de la drow qu’il s’en retourna. Lui-même ayant été prisonnier d’Ilinsar et il savait de quelle cruauté elle était capable. À Alonna, il retrouva sa fille qui dormait du sommeil du juste sous la surveillance d’un bataillon entier de soldats en armes sur le pied de guerre, et une Clarys éplorée à l’idée de ce que subissait sa maîtresse… et son amie. Car plus qu’une demoiselle de compagnie, la jeune femme était devenue une véritable amie pour la régente.

Berçant tendrement Liliana comme pour tenter de se raccrocher à la vie, le régent resta de longues heures les yeux dans le vague. Réfléchir, réfléchir… se mettre dans la peau de la ravisseuse, aussi déplaisante que soit cette sensation. Il connaissait Ilinsar, elle n’allait pas tenter de fuir, bien consciente que les recherches se centraliseraient d’abord sur les frontières. Il lui fallait un endroit calme et discret non loin du village. L’enlèvement avait eu lieu vers la fin de la nuit, et la drow ne pouvait prendre le risque de chevaucher au grand jour.

Et si…

Oui, une idée venait de germer dans son esprit…

Quittant ses appartements d’un pas rapide, le régent entra comme une tornade dans la salle du conseil ou Sargril, un panel d’officiers supérieurs et un nombre incalculables de clercs et de messagers organisaient une fouille systématique de tout Alonna. Clarys, qui avait remis Liliana dans son berceau, suivit son seigneur sans trop comprendre ce qui d’un coup redonnait ce regain d’énergie à Hanegard qui quelques minutes plus tôt semblait vidé de toute force.

Sargril !
Monseigneur ?
Qu’y a-t-il comme industrie à proximité du village de Jersada ? Des fermes ?
Euh, quelques exploitations agricoles, oui.
Trop gros. Je cherche plus petit et isolé, au maximum u une petite dizaine d’habitants. Des anciens postes de gardes abandonnés, des chèvreries, des cabanes de bucherons, tout !

Fouillant dans les papiers que la chancellerie avait amené en hâte afin d’aider à organiser les recherches, le capitaine et les clercs en sortirent une liste rédigée l’année précédente à l’occasion d’une foire et la lurent en marmonnant à voix basse avant de donner leur résultat.

Hmm, la forêt de Jersada est exploitée, plusieurs cabanes de bucherons sont référencées non loin du village.
Peut-on voir si une anomalie a été signalée ? Une disparition ? Un problème ?
Euh, oui je suppose.

Bénie soit l’administration de la baronnie qui tournait encore en ces temps troublés. Afin de lutter contre une corruption endémique au niveau local, le régent avait dès son arrivée publié des édits renforçant le contrôle des impôts et transactions marchandes, et depuis même les simples bucherons devaient indiquer les dates de leurs livraisons ainsi que leurs quantités, cela afin de contrer au maximum le marché noir et les transactions non déclarées.

Ah voilà… il y a un retard de livraison depuis la cabane des Jefferson. Ils auraient du livrer dix stères de bois voilà plus d’une semaine mais le scribe n’a pas indiqué la réception du chargement. Ils ont peut être juste du retard ? Peut être la livraison a-t-elle été faite depuis ? Cette missive date d’il y a déjà cinq jours.
Peut être…

Devenait-il fou ? Se raccrochait-il au moindre espoir, aussi ténu soit-il ? Un retard de livraison d’un chargement de bois parmi des dizaines d’autres ne voulait rien dire, les chances ne pouvaient être qu’infimes que cela soit lié à Ilinsar et Jena. La famille Jefferson pouvait avoir livré le bois le lendemain de l’envoi de la missive, ils pouvaient avoir cassé une roue sur leur carriole, ils pouvaient…

Mais une sorte de sixième sens, un instinct presque, hurlait au régent qu’il venait de mettre le doigt sur un point important. De toute façon à rester dans la citadelle à tourner en rond en s’imaginant ce que Jena subissait risquait surtout de le rendre fou. Il ne servait à rien ici, autant se lancer sur le terrain. Par le passé son intuition lui avait sauvé la vie, restait à espérer qu’elle lui serait fidèle cette fois encore.

Peut être …ou peut être pas. ! Sargril, continuez les recherches, je retourne à Jersada pour en savoir plus sur ces « retards » de livraison.

Clarys, qui avait suivi la conversation en silence, s’approcha, les yeux rougis par les pleurs mais une détermination sans faille dans son regard.

Je viens avec vous monseigneur.
Pas question Clarys, vous restez ici pour veiller sur ma fille.
Votre fille est sous la protection d’une escouade entière, elle ne risque rien. Ma maîtresse a besoin de moi, je viens !

Alors qu’il s’apprêtait à lui rugir un ordre formel au visage, le régent vit la douleur et la peur dans les yeux de la jeune femme. Il ne s’agissait pas de loyauté mais d’amitié… aussi resta-t-il muet et se contenta d’un signe indiquant à Clarys de le suivre.

Une heure plus tard, le régent, Clarys et une vingtaine de gardes armés jusqu’aux dents prirent au grand galop la route de Jersada. Ils tenaient une piste, mais combien de temps restait-il à Jena ? Quand bien même l’intuition du régent se révélerait exacte, de longues heures s’écouleraient encore avant qu’ils ne soient sur place. De longues heures durant lesquelles Ilinsar resterait seule maîtresse de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMer 9 Fév 2011 - 21:22

    Quel horreur que de croiser ce regard froid et cruel. La drow était si près de son visage qu’elle sentait son souffle sur elle, ses lèvres frôlaient presque les siennes alors qu’elle murmurait qu’un divertissement pourrait lui sauver la vie. La divertir ? Voilà des mots qui semblaient bien vide à ses oreilles… Les larmes ravageaient ses joues et elle faisait un effort presque surhumain pour ne pas fondre encore davantage en sanglot. Comment aurait-elle pu avoir le cœur de divertir cette vile créature ? Mais après tout peut-être que le mot n’avait pas la même signification…
    L’image des deux fillettes revint à ses yeux et Jena imagina parfaitement quel genre de divertissement semblait plaire à Ilinsar. La drow se redressa et quitta la pièce en lançant une phrase par-dessus son épaule. Jena s’était mordue la lèvre inférieure jusqu’au sang pour retenir encore quelques secondes les gémissements de terreur et de souffrance qu’elle sentait monter en elle.

    Une fois la femme partit, Jena ferma les yeux et sentit ses défenses céder… Elle ne serait jamais assez forte pour continuer ainsi à tenir tête à la drow. Elle avait trop peur pour sa vie. Cette fois c’était bien pire que les précédentes… Elle avait encore moins de chance de s’en sortir. Même s’il fallait reconnaitre qu’avec Tarkel ça avait été juste…
    Rouvrant les yeux, Jena fixa le plafond en tâchant d’oublier qu’à quelques centimètres de sa tête les cadavres de deux fillettes gisaient près d’elle. La peur qu’elle éprouvait en présence de Ilinsar lui avait fait oublier tout le reste. Elle avait fait abstraction de l’odeur écœurante qui imprégnait l’atmosphère, elle avait presque oublié la position inconfortable dans laquelle elle se trouvait. Mais soudain tout lui sauta au visage. La nausée la prit et en sanglotant elle décida qu’elle serait sûrement mieux une fois par terre. D’un petit mouvement, Jena fit basculer la chaise sur le côté, elle ferma les yeux lorsque sa tête cogna le sol. Le choc fut plus rude pour son épaule ce qui lui fit pousser un petit cri de douleur.

    Maintenant qu’elle n’était plus tendue comme un arc pour éviter de tomber, elle pouvait fermer les yeux et penser à autre chose… Sa fille… Sa douce Liliana… Si petite, si belle… Elle ne pouvait imaginer ne plus jamais la revoir. C’était impossible. Elle devait la revoir…


    - AU SECOURS. AIDEZ MOI

    Et tout le temps que dura l’absence de la drow, Jena s’égosilla, hurlant pour qu’on puisse l’entendre. Peut-être que quelqu’un se risquerait à venir voir ce qu’était devenu cette pauvre famille… Peut-être qu’on l’entendrait à quelques pas de la fermette… Elle supplia, pria, pleura qu’on vienne l’aider. Tant pis si Ilinsar l’entendait et venait la faire taire.

    -------

    Clarys ne s’était toujours pas remise de la nouvelle que lui avait apporté Sargrill tôt ce matin. Que sa maîtresse, son amie même, ait été enlevé…Elle n’en revenait pas. Pourtant le retour du régent seul, la mine fermée ne faisait que confirmer les paroles de son bras droit. Il s’était enfermé un long moment dans sa chambre avec sa fille avant de ressortir d’un pas décidé. Quelques minutes avant elle s’était tenue devant la porte, hésitant à frapper pour demander à Hanegard de partir avec le groupe de recherche. Elle ne supportait pas de rester inactive. La nuit où elle avait faillit mourir dans les sous sols de la citadelle, Jena était restée près d’elle, elle avait tenté de la protéger de la folie de Tarkel, au risque d’être la première à mourir sous ses mains…
    Elle n’avait pas eu le temps de se donner du courage que le régent était sorti comme un chien fou sans faire attention à ce qui l’entourait. Elle l’avait alors suivit jusque dans la salle du conseil dans laquelle elle ne mettait jamais les pieds habituellement. Elle écouta ses paroles et sans même réfléchir davantage, elle fit pleinement confiance au pressentiment du mari de Jena. Si sa jeune maîtresse avait pu le retrouver au fin fond d’une mine effondrée, alors il pourrait la sauver, où qu’elle soit en Alonna.

    La discussion entre eux fut courte, Hanegard céda à sa demande. Elle partageait la peur de retrouver Jena morte, elle partageait sa souffrance face à cette incertitude…
    De toute façon avec ou sans son accord elle l’aurait suivit, même si pour cela elle devait démissionner de son emploi pour ne plus être sous ses ordres !
    En un rien de temps une petite troupe d’homme fut rassemblée dans la cour. Un jeune palefrenier s’approcha en tenant les rênes d’une jeune jument à la robe grise. Une fois en selle, le régent, les quelques gardes et Clarys s’éloignèrent au galop de la citadelle.
Revenir en haut Aller en bas
Ilinsar Veldrin
Drow
Ilinsar Veldrin

Nombre de messages : 135
Âge : 26
Date d'inscription : 31/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 8:50

Ilinsar attendit quelques minutes dans la pièce principale, l'oreille tendue vers sa prisonnière, son sourire bien plus large encore qu'un instant auparavant sous le coup de la jubilation. Trois... deux... un...

Le cri de Jena résonna dans toute la petite cabane, à la suite d'un magnifique "Bong". La demoiselle devait avoir un bras bien douloureux, coincé sous la chaise avec son propre poids par-dessus. La drow se permit un rire discret tandis que le hurlement reprenait et elle quitta finalement la cahutte. Elle ne supportait pas le bruit, et ces cris-là ne pourraient que la pousser à abattre Jena bien trop tôt pour son propre amusement. Ilinsar enfourna tranquillement sa jument, après l'avoir détachée, et partit faire sa petite ronde. On ne savait jamais ce que pouvaient nous réserver des humains paniqués à le recherche d'une dame de haut-lignage...

Elle termina rapidement, non sans avoir ramassé en cours de route quelques petits objets qui lui seraient fort utiles pour son séjour: branches droites pour ses flèches, ronces pour son amusement personnel, autres petites brindilles qu'elle taillerait, et toutes ces petites joyeusetés que Jena testerait très prochainement à son contact.

Une fois de retour, elle laissa la jument se promener selon son bon plaisir tout autour de la maison sur une longueur fort respectable, puisque les cris à venir ne feraient que la paniquer. La drow envoya un baiser à sa monture fidèle et rentra dans la petite bâtisse. Rien n'avait bougé. Elle déposa ses brassées de plantes sur la table, fit un feu avec els quelques bûches qu'il restait et entama la préparation de son repas en vitesse. Il lui pressait de se mettre à l'oeuvre. La chose avait été jouissive avec Hanegard, mais avec sa femme, cette petite souris sans force...

Fufufufufufu...

Son repas prit, elle poussa la porte qui les séparaient toutes les deux. Jena, toujours ficellée sur sa chaise, lui faisait dos et paraissait dormir. Ah non! Pas d'accord. D'un geste rapide, la drow trancha les cordes qui la maintenaient à la chaise, lui saisit violemment un bras et la traîna à sa suite vers la cuisine où commencerait très vite son jeu. Nouvelle corde, elle esquiva habilement les attaques désespérées de sa proie d'une belle gifle retentissante qui la laissa sonnée, lui noua les poignets si fort que la ficelle devait lui traverser la peau et l'attacha à l'anneau près de l'âtre enflammé, dos à sa tortionnaire.

Il n'y avait plus qu'à se réjouir.

- Je te laisse une chance de t'en sortir, fillette... Mais si tu cède, cette cheminée sera aussi ton crématorium... Bonne chance.

Sans plus de cérémonie, la drow déchira ce qui restait de la robe qui tomba au sol, à la limite du foyer, le long des jambes de Jena. Il suffirait d'un petit mouvement pour que l'étoffe entre en contact avec les braises, et là... Pouf, une petite bougie humaine.

La drow se lécha les lèvres, attrapa une branche de ronces plutôt épaisse et fouetta l'air avec, effleurant par mégarde sa prisonnière à la fesse droite.

-Oh, je suis désolée, tu n'as pas eu trop mal?

Elle ponctua sa phrase d'un autre coup entre les omoplathes, avant de planter ses ongles dans la chair si pâle de Jena. Et cela continua un bon moment ainsi...

Quelle joie de torturer son ennemie!
Revenir en haut Aller en bas
http://toucanbulle-no-yume-no-kuni.webnode.fr/
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 14:48

Mais dites moi nous arrivons au meilleur moment là, non ? Jena en train de se faire fouetter par Ilinsar, ca valait le déplacement, n’oublie pas de filmer ma chère amie drow. Peut être faudrait-il que je demande à Hanegard de ne pas trop se presser, de s’arrêter un peu en route histoire de faire les tour des restos, d’aller gambader nu dans les prés au milieu des biquettes et tout ca. Enfin de perdre suffisamment de temps pour laisser à Ilinsar la possibilité de continuer la séance.

Pardon ? Jena me fusille du regard et laisse sous-entendre que si je ne me dépêche pas, je risque de finir écrasé par la mêlée du stade toulousain ? Oh… je suppose donc que pour l’idée des biquettes il faudra repasser une autre fois. Très bien, coupons la poire en deux et mangeons en les moitiés. A défaut de délivrer Jena nous allons rapprocher les vaillants sauveteurs du lieu de son supplice. Je ne peux faire mieux, il faut bien qu’Ilinsar célèbre dignement ses Miras d’or, car la situation est parfaitement adaptée !

Bref, la troupe d’Hanegard arriva en fin de journée à la charmante bourgade de Jersada, typique village fleuri à l’architecture néo-classique, connu pour la façade ornée de manière grivoise du temple d’Arcamenel et pour le bistrot « chez Bébert » où se retrouvent les villageois à la fin de la journée. Vous pourrez aussi vous balader le long du Layon, petite rivière traversant la bourgade, et vous assoupir au bruit de l’eau et à l’ombre des chênes centenaires.

Mais le régent ne venant pas pour réécrire le guide touristique de Jersada, il se rendit directement à la caserne d’où les opérations de recherche étaient centralisées. Sans un mot, il marcha droit jusqu’au bureau où un clerc notait les derniers renseignements à envoyer à la chancellerie. Le bonhomme tenta de se refaire une convenance en voyant son suzerain lui foncer dessus avec la même détermination qu’une avalanche ou un raz-de-marée.

Les Jefferson !
Euh… pardon… monseigneur… vous désirez ?
Les Jefferson ! Les a t’on vu ces dernières semaines ? Les retards de livraison ont-ils stoppés ?

Un peu surpris de voir le régent venir s’enquérir des livraisons de bois dans une pareille situation, le clerc se mit à fouiller dans son fatras de parchemin et en sortit un parchemin, du même style que celle vue par Hanegard à Alonna, mais à jour. Son doigt taché d’encre parcourut la liste des noms avant de s’arrêter à une ligne quasi vide. Bredouillant, le clerc répondit :

Hmm, non, ils... ils sont bien en retard, de… de plus d… de deux semaines désormais. Je… je ne me sou… souviens pas les avoir vu récemment, mais il arrive que l… que les bucherons restent en forêt sans aller voir personne.
Pas lorsqu’ils savent qu’ils ont une commande à honorer et des pénalités de paiement en cas de retard. Mon cheval !


Et plantant là un clerc ébahi et des officiers bien songeurs, le baron sauta en selle, et accompagné de sa troupe ainsi que de Clarys, s’enfonça dans la nuit. L’un des gardes, natif de la région, connaissait le chemin et savait où trouver la cabane des Jefferson, mais de même qu’Ilinsar, il faudrait encore bien deux heures au régent et aux siens pour rejoindre depuis Jersada le lieu où ils espéraient retrouver la jeune femme. Deux heures… une éternité lorsque l’on est aux mains d’une drow.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 20:33

    Lorsque les pas de sa tortionnaire résonnèrent derrière sa tête, Jena sut que le moment qu’elle avait tant redouté allait enfin se produire. Elle ferma les yeux et pria silencieuse tous les dieux existants pour ne pas avoir à trop souffrir. Mais c’était sans compter sur le sadisme de notre grande gagnante des Mira d’Or ! Elle n’avait pas l’intention de l’achever simplement et rapidement. Non visiblement elle voulait assouvir sa vengeance en prenant le plus de plaisir possible. Et qui dit plaisir pour Ilinsar… dit beaucoup, beaucoup de douleur pour Jena. Bref son avenir proche ne s’annonçait pas très réjouissant.
    Avec le peu de force qui lui restait et le faible instinct de survie qui l’habitait encore, elle tenta vainement de lutter lorsque la drow la tira violemment dans la pièce à côté. Une gifle retentissante la laissait légèrement sonnée, il lui fallut un petit moment pour y voir à nouveau clair et pour ignorer le goût du sang dans sa bouche. Sous le choc elle s’était mordue la lèvre inférieure, et malgré la douleur elle se doutait bien que c’était bien loin de ce qui allait suivre.
    Avant qu’elle ait pu se rebeller une nouvelle fois, elle se retrouva attacher à un anneau placé suffisamment haut pour qu’elle soit obligée de se tenir sur ses jambes. Elle ne pouvait voir la drow derrière elle… et cela la terrifiait d’autant plus. Elle ne savait pas ce qu’elle faisait, ni avec quoi elle comptait s’amuser maintenant.

    La réponse ne tarda pas. Brutalement Ilinsar lui arrache le reste de sa robe qui tomba à ses pieds, si près de l’âtre qu’elle sentit son cœur cesser de battre de crainte de voir une braise rouler sur ce qui restait de son vêtement. Voilà une chose qu’elle n’avait vraiment pas imaginé… mourir brûlée.
    Se sentant trembler de tout son corps, Jena reporta son regard sur la poutre en bois qui soutenait la cheminée. Comme il est surprenant de voir avec quelle facilité on s’attache à des détails sans importance lorsque la situation devient désespérée. La jeune femme avait le regard fixé sur un nœud qui se dessinait avec souplesse et clarté dans le bois. Bizarrement elle avait l’impression que ce nœud avait une importance capitale, qu’il pouvait presque la sauver…
    Mais le premier coup de ronces la ramena à la réalité. Elle sentit les multiples piqûres sur sa fesse et les fines gouttelettes de sang s’échapper des fines blessures. Sous l’effet de la surprise et de la douleur, Jena ne chercha même pas à retenir son cri, et bien d’autres suivirent car la drow n’avait pas l’intention de s’arrêter. Des dizaines de coup suivirent…. et à chaque fois sa voix se déchira dans un cri de souffrance.
    Bientôt son dos devint rouge de sang et les gouttes de sueur qui perlaient sur son front n’était pas du au seul fait qu’elle passait les minutes les plus longues de sa vie, mais également à la chaleur du brasier si proche d’elle, si suffocant…

    Pourquoi la mort n’arrivait-elle pas ? Pourquoi se faisait-elle tant désirer ? Dans un coin de son esprit, elle se rendit compte que la seule chose qui la tenait encore en vie c’était l’espoir de revoir un jour sa fille. Et Hanegard… où pouvait-il bien être ? Pourquoi ne venait-il pas à son secours ? Savait-il qu’elle était en train de subir pareille torture par sa seule faute ?
    Elle n’avait pas mérité de mourir ainsi à cause des erreurs de son époux. Cette seule pensait la glaça, allait-elle mourir en détestant Hanegard ? Il était évident que c’était par sa faute qu’elle était là. Il ne lui avait jamais parlé de cette drow, il ne lui avait pas dit quel danger elle représentait… De nouvelles larmes se mêlèrent à celle de sa souffrance physique. Elle n’arrivait pas à croire que ses pensées la torturent autant.


    - Cessez…. pitié….

    Les mots n’étaient que murmure tant sa voix était éraillée d’avoir criée. Mais elle était certaine qu’Ilinsar l’avait entendu.

    - Je ne…. vous ai…..jamais…. rien fait….


    Ses larmes redoublèrent. Elle en venait presque à préférer que ce soit Hanegard qui soit à sa place. Son cœur se serra alors et elle se gifla mentalement d’avoir pensée pareille horreur. Certes elle voulait rester vivante, certes elle voulait revoir sa fille, mais elle voulait également retrouver son mari, malgré les sentiments contradictoires qu’elle ressentait à son égard à cet instant.

Revenir en haut Aller en bas
Ilinsar Veldrin
Drow
Ilinsar Veldrin

Nombre de messages : 135
Âge : 26
Date d'inscription : 31/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMer 16 Fév 2011 - 6:57

Ilinsar laissa son rire lui échapper au son des cris de sa proie. Peur désespoir, abandon, toutes ces émotions et ces sentiments qui résonnaient dans sa voix étaient juste jouissifs. Pourtant, elle ne ployait pas encore tout à fait. Jena n'était pas encore détruite au plus profond de son être. Il fallait y remédier, ou sa vengeance resterait incomplète.

Les coups de "fouet" cessèrent et le silence tomba dans la pièce, seulement entrecoupé des gémissements de douleur de Jena, et du sang qui gouttait lentement sur le sol. Mais ce sol en avait vu bien d'autres, et des pires, donc pas besoin de s'y attarder. Certaines gouttes, en revanche, tombèrent dans le foyer et grésillèrent joyeusement pour répandre un doux parfum de chair brûlée. Quelle magnifique odeur pour augmenter le stress de sa victime, non?

Ilinsar se pencha doucement, jusqu'à coller son ventre contre la chair à vif de sa victime. Elle lui lécha tendrement la l'oreille, avec une douceur dont elle n'avait jamais fait preuve jusque là.

-Dis... Tu imagine, si cela avait été un homme à ma place? Tu imagine ce qu'il t'aurais fait, petite souris? Je suis sûre que tu vois très bien de quoi je parle. Les hommes sont tous les mêmes. Qu'auraient-ils fait s'ils t'avaient trouvée ainsi, nue, attachée, faible et soumise. Tu le sais?

Ilinsar ricana et s'écarta à nouveau, non sans laisser courir sa main rugueuse sur le dos ensanglanté de sa prisonnière, dans une caresse faussement tendre. Ses ongles griffèrent la peau fragile des fesses puis s'écartèrent brusquement. Ce bruit?

La drow crut qu'elle allait hurler de frustration, mais choisit finalement de laisser un dernier présent à Hanegard, lorsqu'il trouverait sa compagne.

-D'ailleurs... Je me demande s'il y a des rôdeurs, dans cette forêt. Amuse-toi bien avec eux, fillette. Et souviens-toi d'Ilinsar Veldrin, lorsqu'ils abuseront de ton corps.

Ilinsar n'attendit pas plus: elle saisit son sac à peine défait, son arc et ses flèches et sortit de la cabane. Elle trancha d'un geste la corde qui retenait sa compagne équine et partit au grand galop. Un peu plus loin, on devinait l'écho d'un autre groupe de cavalier, bien plus nombreux...
Revenir en haut Aller en bas
http://toucanbulle-no-yume-no-kuni.webnode.fr/
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMer 16 Fév 2011 - 9:39

Le sergent Kevern, membre de la garde personnelle du régent, s’approcha d’Hanegard. Le vieux vétéran qui avait connu bien des guerres et participé au siège d’Alonna était tenu en haute estime par son seigneur, qui savait pouvoir compter sur son sang-froid face au danger et sur son expérience du combat d’embuscade.

La cabane des Jefferson est à moins d’une centaine de mètres d’ici, Monseigneur.
Silence dans le groupe ! Armes au clair et préparez vous à frappez vite. Si ma femme est là, protégez là quel qu’en soit le prix. Clarys, restez en arrière avec deux gardes, ca peut devenir dangereux.


La petite troupe du régent s’approcha aussi furtivement que possible de la cabane, ne sachant pas vraiment ce qu’ils allaient y trouver, ne sachant même pas s’ils allaient y trouver quelque chose. Ils auraient l’air malin s’ils tombaient sur la famille Jefferson en train de dîner paisiblement… mais l’instinct du régent lui dictait qu’un danger était proche. Ce soir là, si l’ouïe d’Ilinsar s’était avérée quelque peu défaillante ou si elle s’était laissée complètement absorbée par sa sinistre besogne, ses aventures auraient connu leur point d’arrêt.

Posant sa main sur le bras du régent, Kevern lui indiqua une silhouette à cheval qui s’éloignait au grand galop, se découpant sur une colline non loin de là.

Là bas !

Même à cette distance, le régent ne pouvait pas ne pas reconnaître sa Némésis. Ilinsar ! Ses craintes étaient bien justifiées, cette catin issue d’une race maudite se trouvait chez lui ! Ici ! Dans sa baronnie ! Son sang ne fit qu’un tour et il rugit :

Kevern ! La moitié des hommes avec vous ! Rattrapez là ! Je la veux morte ou vive !

La haine qu’il portait à la drow aurait pu l’inciter à lancer lui-même la poursuite, mais la pensée de Jena occultait tout cela. Si Ilinsar était là, alors sa femme ne pouvait que se trouver dans la cabane. Tandis que le sergent et une dizaine de cavaliers se lançaient à la poursuite de la drow, arcs dégainés et prêts à lâcher leurs traits pour peu qu’elle se retrouve à portée de tir, le régent éperonna son cheval et fonça jusqu’à la cabane.

Restez dehors !

Sautant à terre, il dégaina son épée et enfonça la porte d’un puissant coup de pied, prêt à charcuter tout allié qu’Ilinsar aurait pu se trouver. L’odeur putride le prit immédiatement au visage, mais il ne vit ni les cadavres sur le lit ni la table renversée ni les débris répandus un peu partout. Il ne vit qu’une seule chose : une jeune femme nue attachée près de l’âtre, le dos en sang, une jeune femme qui était l’alpha et l’oméga de son existence : Jena !

Dieux… non…

Laissant son épée tomber au sol, le régent traversa la pièce, dégaina son poignard et vint trancher les liens de la prisonnière. Un coup d’œil sur le corps de son épouse le rassura quand à la survie de Jena, les tortures subies ne risquant pas de mettre sa vie en jeu. Mais si un prêtre pourrait soigner les plaies physiques, les dégâts psychologiques seraient sans doute plus difficiles à traiter, car rien n’avait préparé la régente à se retrouver entre les mains d’une drow aussi sadique qu’Ilinsar. A côté de cela, Tarkel passait presque pour un aimable plaisantin.

La jeune femme à moitié évanouie dans ses bras, le régent se rendit brutalement compte de l’énorme erreur qu’il avait commit. Placé face aux conséquences de ses actes, il ne pouvait plus nier la réalité : persuadé que jamais la drow ne pourrait passer à travers les multiples réseaux de patrouille, il ne s’était pas soucié de la voir réapparaitre. Tant qu’ils restaient à la citadelle, certes Ilinsar ne constituait pas un danger pour sa famille, mais il aurait du prendre ses précautions suite à son « enlèvement » par Jena ! Ce qui avait commencé comme un jeu amoureux destiné à renouer les liens entre eux se terminait bien sinistrement.

Jena ? Jena ? Chérie, c’est moi.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeMer 16 Fév 2011 - 18:44

    Les coups cessèrent et Jena gémit lamentablement. Elle avait cessé de se tenir sur ses pieds et pendait au bout de la corde qui la maintenait à l’anneau fixé près de l’âtre. La sensation désagréable que provoquaient les gouttes de sang en dégoulinant le long de son dos lui donnait la nausée. Sa vie ne tenait qu’à un maigre fils et plus Ilinsar s’amusait à la faire céder plus ce fils s’amenuisait. La drow s’approcha d’elle et lui susurra à l’oreille des mots qui la glacèrent. Dans son malheur, elle avait effectivement eut la chance de tomber sur une femme… L’idée que son tortionnaire soit un mix entre Tarkel et Ilinsar firent redoubler les larmes silencieuses qui coulaient sur ses joues. Son repos fut de courte durée car la drow s’amusa à planter ses ongles dans la peau sanguinolente de son dos. Mais bizarrement la douleur fut brève. Jena sentit Ilinsar se redresser derrière elle, comme à l’affût d’un bruit qui l’aurait détourné de son horrible besogne.
    Une dernière phrase et la drow s’éclipsa…. mais quelle phrase ! Son cerveau s’était soudain remis à fonctionner normalement. Hors de question qu’elle tombe dans les mains de rodeurs pour qu’ils l’achèvent. Ilinsar avait raison, il y avait peu de chance qu’un homme la trouvant nue suspendue à un anneau l’aurait gentiment soignée et ramenée chez elle. Ses yeux humides se posèrent sur le bout de tissus à ses pieds, si près du feu crépitant… elle n’aurait qu’un geste à faire pour mourir. Cependant une chose là retint. Elle n’aurait su dire quoi, peut-être un reste d’instinct de survie qui refusait de se donner ainsi la mort… peut-être autre chose…. quoi qu’il en soit lorsque la porte s’ouvrit elle était encore figée, incapable de faire ce geste si simple.

    La voix qu’elle entendit alors derrière elle, la bouleversa autant qu’elle la soulagea. Il était là… il était venu… son cauchemar était terminé….

    Pendant toujours mollement au bout de la corde, Jena sentit le flot de larmes monter en elle au point de l’empêcher de respirer normalement. Après un moment qui parut durer une éternité elle sentit la présence d’Hanegard derrière elle. La corde fut coupée et elle tomba dans les bras de son époux. Le contact de sa main sur son dos la fit à nouveau crier de douleur. Elle avait mal, elle avait peur, elle tremblait de tout son corps mais elle avait maintenant la quasi certitude qu’elle reverrait sa fille… et cette pensée la remplissait de joie.
    Retrouvant une fine parcelle de son courage, Jena entrouvrit les yeux, autant pour se rassurer que pour croiser le regard de ce visage qu’elle connaissait si bien. C’était la première chose de familière qu’elle voyait depuis son enlèvement…depuis plus d’un jour… d’ailleurs cela faisait combien de jour qu’elle avait disparu ? Aucune idée. Elle avait l’impression d’avoir été retenu des jours et des jours.


    - J….j’ai….mal…

    Ca c’était dit… et puis elle avait besoin d’économiser sa salive. Il suffit de la regarder des pieds à la tête pour se rendre compte qu’à l’heure actuelle, elle n’a pas forcément la forme suffisante pour vous réciter du Proust.
    Les larmes masquaient sa vue et elle dut incliner légèrement la tête pour les faire glisser aux coins de ses yeux. Elle voulait le regarder, le voir, lire l’expression qu’il affichait. Se rendait-il compte qu’elle était dans cet état par sa faute ? Savait-il seulement qui l’avait enlevée ? En tout cas, une fois qu’elle irait mieux, elle ne se priverait pas de lui rafraichir la mémoire. Lui pardonner ferait sûrement partie du processus de guérison. Elle était en colère, elle ne supportait pas l’idée qu’il ait pu lui cacher une chose pareille, mais ce n’était pas le moment.


    - Je….je veux partir…..d’ici….

    Elle se rappelait hélas trop bien le visage des deux petites filles sur le lit dans la pièce à côté. Même si elle s’était habituée à l’odeur putride, l’air frais qui rentré par la porte entrouverte lui rappeler qu’il y avait dehors un air plus pur et plus sain… Loin de cette atmosphère suffocante et nauséabonde.
    Jena ferma les yeux, vaincue par la fatigue contre laquelle elle luttait depuis son enlèvement. Elle avait refusé de fermer l’œil de peur de ce qu’aurait pu faire la drow pendant son sommeil… Mais maintenant qu’elle se sentait plus en sécurité, elle n’arrivait presque plus à garder ses yeux ouverts.


    - Liliana…

    Murmurer le prénom de sa fille lui donnait plus de force, bientôt elle la reverrait, elle la tiendrait à nouveau contre elle… elle ne la quitterait plus…jamais….
    Mais pour l’heure notre régente sombra dans un sommeil qu’elle espérait rempli de rêves, bien que ce soit peu vraisemblable.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeJeu 17 Fév 2011 - 9:05

Il était trop tard pour revenir à Jersada. Ce voyage à travers la forêt au beau milieu de la nuit serait difficile pour Jena après tout ce qu’elle venait de subir. Dégrafant sa lourde cape, le régent y déposa sa femme endormie. La robe de Jena était définitivement irrécupérable et pas question de la trimballer nue, il ne laisserait personne se rincer l’œil ! Rabattant les pans de la cape, il souleva son précieux fardeau et sortit de la chaumière. Même si Jena y aurait été bien au chaud, pas question de prendre le risque qu’elle s’y réveille. A voix basse pour ne pas troubler son sommeil, Hanegard ordonna à ses hommes d’allumer un feu et de monter une tente.

Sans mot dire, les soldats se mirent au boulot. Faisant partie de la garde palatiale, ils ne se déplaçaient jamais sans disposer dans leurs fontes de quoi assurer un confort minimum au régent. Eux-mêmes se contenteraient bien d’une couverture et d’une selle. Un garde sortit des piquets de tente, un autre un pan de toile, un autre encore un deuxième pan, un quatrième dégrafa la couverture qu’il portait en croupe. En quelques minutes une petite tente militaire fut installée, et un bon feu allumé devant son entrée.

Nous restons ici pour la nuit. Envoyez un messager en urgence à Jersada et ordonnez au commandant de la garnison de nous envoyer une chaise à porteurs pour transporter ma femme, un carrosse ne passera jamais à travers les bois. Récupérez le prêtre de Néera du temple local ou tout guérisseur que vous trouverez, ses compétences en matière de soin nous seront utiles. Et n’attendez pas le matin pour revenir !
Mais… monseigneur, nous sommes en plein nuit et…

Le regard sombre du régent coupa net les réserves que s’apprêtait à formuler le garde. Le seigneur d’Alonna ne semblait guère se trouver dans un état d’esprit permettant d’apprécier les problématiques dues au fait de réveiller une garnison et un temple en pleine nuit. Dans ce genre de cas, les bons vieux « par ordre du régent » allaient devoir fuser. Rentrant dans la tente, Jena toujours dans ses bras, Hanegard la déposa sur les couvertures déposées à même le sol. Pour l’instant, et vu ce dont il disposait, il ne pouvait faire plus, les blessures de Jena ne mettaient pas sa vie en danger, et elle avait surtout besoin de repos.

Venez Clarys. Si elle se réveille, mieux vaut qu’elle soit entourée de visages familiers.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeJeu 17 Fév 2011 - 11:27

    Comme c’était à prévoir, son sommeil fut rempli de cauchemars, plus sordides les uns que les autres. Elle revoyait le regard brillant de la drow, les visages pâles des deux fillettes… tantôt celles-ci hurlaient, tantôt elles gisaient inertes sur le lit. Malgré la cape épaisse et la couverture qu’on avait posé sur elle, elle frissonnait, gémissait par instant et pleurer même. Si son sommeil n’était pas des plus agréables, il était néanmoins reposant et c’était surtout de cela dont elle avait besoin. Durant le reste de la nuit, elle n’ouvrit qu’une ou deux fois les yeux, mais à chaque fois elle ne restait consciente qu’une poignée de secondes. C’était sûrement son inconscient qui voulait vérifier qu’elle n’était plus aux mains de la drow. Elle se souvenait avoir vu une toile sombre, grise peut-être, tendue au dessus de sa tête. Elle avait perçu la voix de deux personnes, mais leurs murmures étaient à peine compréhensibles.
    Quoi qu’il en soit, elle ne se réveilla pleinement que lorsqu’une tâche oranger vint éclairer la cime des arbres et par la même, l’intérieur de la tente.
    Ses yeux encore humides balayèrent la pièce à la recherche du visage d’Ilinsar. Après tout cette saleté avait peut-être usé de magie ou de quoi que ce soit d’autre pour lui faire croire qu’elle était enfin sauve. Mais elle ne croisa que le regard inquiet de Clarys.

    Elle n’aurait su alors expliquer le bonheur que provoqua en elle la vue de son amie. Elle se tenait près d’elle, assise à même le sol et elle l’observait en lui adressant un fin sourire. Peut-être pour la réconforter. Lorsqu’elle voulut se redresser, la douleur qu’elle ressentit dans son dos lui rappela que ce qu’elle avait vécu n’avait pas été un mauvais rêve. Elle avait bien passé de longues heures aux mains d’une drow assoiffée de vengeance.

    - Ne bouge pas, un guérisseur a vue tes blessures cette nuit. Il les a nettoyé et pansé mais il tient à ce que tu bouges le moins possible pour aider à la cicatrisation……Bon d’accord, ne me regarde pas comme ça je vais t’aider à te redresser… essaye de rester droite d’accord ?

    Une fois en position assise, la douleur fut un peu plus supportable, et elle eut l’impression que ses pensées se clarifiaient également. Combien de temps avait-elle dormi ? Sûrement trop peu au vue de ses paupières lourdes. Mais cela était certainement du à la chaleur réconfortante de la cape de son époux. D’ailleurs où était-il celui là? Elle ne le voyait nulle part dans la tente, peut-être était-il allé cuver sa culpabilité dehors… Ah ben oui, ça aussi ça lui revenait en mémoire. Elle n’avait pas oublié pourquoi et à cause de qui elle avait été torturée toute une journée, mais était-ce bien nécessaire de remuer le couteau dans la plaie ? OUI, OUI et OUI. Non mais Oh, si son idiot de mari a violé et torturé une drow dans de sordides cachots quelques années plus tôt, est-ce sa faute à elle ? Devait-elle payer l’addition ? NON. Pourtant j’avoue que le toulousain est plutôt accueillant et qu’il sait payer sa tournée après un match de rugby mais là….. C’est quand même pas la même chose qu’une défaite (impossible) contre le racing métro !

    Mais revenons en à notre Miradelphienne meurtries tant physiquement que psychologiquement. Pouvait-elle pardonner son époux ? Cela dépendrait de beaucoup de choses…et certainement des premiers mots qu’il prononcerait.
    Clarys avait surpris le regard qu’elle jetait dans la tente et sans attendre elle se mit sur ses pieds
    .

    - Je vais le prévenir que tu es réveillée. En attendant, bois un peu d’eau. Un garde est allé à Jersada dans la nuit, il a ramené du pain frais, quelques fruits et de la viande séchée. Je t’ai préparé une assiette.

    Le verre d’eau dans une main et l’assiette sur ses genoux, Jena regarda son amie quitter la tente. Elle n’avait pas dit un mot, et puis avait-elle encore un semblant de voix après avoir hurler des heures ? Les images de la nuit qu’elle venait de vivre revenaient dans son esprit. De ses yeux ouverts elle avait presque l’impression de voir encore le nœud qu’elle avait si longuement fixé dans la poitrine de la cheminée. Elle s’entendait criée, elle entendait la drow murmurer à ses oreilles… Resserrant la cape devant elle, Jena but une gorgée d’eau.

    ***

    Clarys quitta la tente et fit glisser son regard jusqu’à ce qu’elle reconnaisse la silhouette du régent. Il était près d’un garde sûrement en train de donner quelques consignes sur la suite des évènements. Sans même se demander si elle n’allait pas l’interrompre dans un discours extrêmement important et vital, Clarys se permit de s’avancer et de s’adresser directement à Hanegard.

    - Votre épouse est réveillée….

    Elle n’avait pas besoin d’en rajouter. Il se ferait sa propre opinion sur l’état de sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeJeu 17 Fév 2011 - 13:36

La nuit qu’il venait de passer au chevet de son épouse avait été longue. Très longue même, car si Clarys avait finit par s’endormir quelques heures, terrassée par la fatigue, le régent n’avait pas pu fermer l’œil fusse une seule seconde. Chaque petit mouvement, chaque soupir, chaque gémissement de sa femme tordait et retordait le poignard de la culpabilité dans son cœur. La tension de la poursuite étant retombée, il pouvait désormais analyser froidement la situation, enfin à tout le moins essayer.

Et la culpabilité pesait lourd sur ses épaules, tant il se rendait compte de la folie qui avait été la sienne en acceptant que Jena et lui partent ainsi sans escorte. Par les dieux, un régent ne file pas ainsi en vadrouille comme pourrait le faire un simple militaire. Le malheur voulait qu’ils aient croisé la route de cette sadique d’Ilinsar, mais cela aurait également pu être d’autres dangers. Un personnage politique constitue une cible de choix pour les malandrins de tout poil, Hanegard savait pourtant cela.

L’excitation de se faire « enlever » par Jena, l’idée de pouvoir se retrouver réellement seul avec son épouse après ces mois de tension restait une excuse bien mince. Et encore, quand bien même elle aurait été valable, cela ne justifiait en rien qu’il n’ait pas réquisitionné la garnison de Jersada pour protéger l’auberge où ils logeaient tous deux. A cause de son inconscience Jena s’était retrouvée captive d’une drow, et seul un heureux coup du sort les avait de nouveau réunis.

Autant dire que le régent broyait du noir, et que son moral se situait entre l’autoflagellation et la déprime totale. L’arrivée du prêtre de Néera durant la nuit permit de casser quelque peu cette spirale destructive. Le saint homme soigna avec un talent certain les plaies encore sanguinolentes de la régente, les nettoyant puis les pansant une à une. Lorsqu’il en eu fini, la cicatrisation pouvait entamer son œuvre réparatrice, bien que le dos de la régente continua à ressembler à une carte d’un pays encore inconnu et au relief pour le moins tourmenté.

Avant d’aller se reposer, le prêtre lui avait fortement conseillé de se rendre auprès du supérieur de son ordre à Alonna afin d’achever le processus de guérison. Hanegard savait d’expérience que les plus puissants guérisseurs pouvaient utiliser le flux divin afin de faire disparaitre jusqu’aux cicatrices d’une blessure. Nul doute qu’une visite au temple de Néera serait donc nécessaire, la coquetterie de Jena risquant d’en prendre un coup si elle ne pouvait plus porter de robe lui dénudant si joliment le dos.

Tout cela était bel et bien bon, certes… mais les blessures psychologiques ne se refermeraient pas aisément, elles. Ignorant complètement ce qu’Ilinsar avait pu raconter à sa femme, Hanegard doutait néanmoins que la drow soit restée muette durant la séance. Cette engeance maudite ne pouvait certainement pas avoir laissé passer l’occasion d’en profiter, de se vanter ou de raconter les pires horreurs qui soient. La haine qu’elle lui portait ne se tarissait décidément pas avec le temps.

Au petit matin, ce fut un régent à la figure longue d’un pied, aux traits tirés et à la barbe en bataille qui sortit de la tente afin de donner ses ordres pour la journée. La chaise à porteurs venait d’arriver, et un carrosse confortable les attendait à Jersada afin de les ramener au plus vite chez eux. Kevern avait envoyé un messager indiquant qu’il continuait la poursuite, se basant sur les traces du cheval de la drow, mais des renforts arrivés une heure plus tôt sécurisaient désormais le campement comme s’il s’était agit de la chambre du trésor d’Alonna. Où que soit désormais Ilinsar, elle ne pouvait plus les approcher.

Clarys vint l’interrompre pour lui indiquer que Jena se réveillait. Bonne nouvelle ou pas ? Un sixième sens avertissait vaguement le régent que sa chère et tendre n’allait pas être tendre avec lui, justement. Mais les joueurs du racing savent s’excuser après avoir mis une raclée mémorable aux toulousains, oui ma chérie ! Contrairement aux toulousains qui lors de leurs rares victoires ont une attitude hautaine et méprisante, dans la capitale nous savons consoler nos nombreux adversaires vaincus.

Hmm… je ne pense pas que le dernier paragraphe fasse remonter ma côte auprès de Jena, qui risque de hurler de rage à sa lecture… mais je ne peux m’empêcher de la taquiner. De toute façon Hanegard ne connait rien au rugby et a des problèmes légèrement plus urgents à régler dans l’immédiat que de se plonger dans les résultats du top 14 ou de la coupe d’Europe. Par contre je tiens à signaler qu’une équipe de rugby naine serait intéressante. Ben oui… vous avez déjà essayé d’arrêter un nain une fois qu’il est lancé ? Je vous le déconseille, cela revient à tenter d’arrêter une avalanche.

Mais je pars dans de multiples digressions alors que la seule chose intéressante est de savoir ce qu’Hanegard va dire à sa Jena adorée. Va-t-il nier ? Noyer le poisson ? Affirmer qu’Ilinsar n’est qu’une sale menteuse vilaine et tout ? Quel suspense, quelle tension digne d’un film d’Hitchcock, je sens que même les biquettes ne se tiennent plus d’impatience ! Et pendant ce temps je délaye ligne après ligne, laissant Hanegard planté bêtement à attendre que je daigne m’occuper de nouveau de lui.

Hanegard donc, car c’est de lui qu’il s’agit, rentra dans la tente où l’attendait sa femme. S’asseyant en tailleur à ses côtés, il prit les fines mains de sa femme dans les siennes, comme pour s’assurer qu’elle était bien là, qu’il ne s’agissait pas d’un faux espoir. Et d’un ton contrit, honteux, misérable même (oui, mettons la dose côté repentir), il murmura :

Je suis désolé de ce qui t'es arrivé, Jena. Tout est de ma faute.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeJeu 17 Fév 2011 - 15:03

    L’attente ne fut pas longue avant que la silhouette de son époux se dessine sur la toile qui servait de porte. Une seconde plus tard il était à l’intérieur, face à elle. Il m’est presque impossible d’explication l’imbroglio de sentiments contradictoires que la jeune femme ressentie à cet instant. Mais je peux tenter de vous en faire un bref topo. D’abord un joie presque étouffante qui lui fit monter les larmes aux yeux. D’abord Clarys, maintenant Hanegard, elle ne pouvait plus douter de sa liberté. Ensuite, une bouffée d’amour surprenante. Elle aurait presque eut envie de se jeter à son cou pour l’embrasser…. Presque. Car tout suite après vint poindre cette sourde et noire colère qu’elle éprouve en regardant l’homme responsable de son état. Et pour finir une profonde souffrance, elle avait l’impression d’avoir était trahie. Il lui avait caché une chose si importante…. Comment pourrait-elle oublier tout ce que Ilinsar lui avait murmuré à l’oreille pendant qu’elle la torturait…Mais cet incroyable bordel d’émotion la perturbait tellement qu’elle n’était même plus fichue de choisir un sentiment parmi tous et de se laisser aller à celui là. Au lieu de ça, elle restait figée, silencieuse.

    De nouvelles émotions la submergèrent lorsqu’il s’assit près d’elle et qu’il lui prit les mains. S’il s’en était tenu là, ce moment aurait été tellement apaisant pour elle. Se tenir près de lui, sans un mot lui faisait un bien fou, elle ne voulait pas parler, elle ne voulait rien entendre. Pas encore, tout était encore trop confus. Pourtant il parla, et pour dire la seule chose qu’elle ne voulait pas encore entendre… elle n’était pas prête à gérer la colère qu’elle sentait bouillir en elle, pas prête à regarder Hanegard dans les yeux sans y voir le grand coupable de toute cette sinistre histoire.


    - Je ne le sais que trop bien.

    Sa voix était encore éraillée, et la boule qu’elle avait à l’estomac ne rendait pas cette discussion plus agréable. D’autant plus qu’elle avait parlé d’un ton sec. Dur même. Mais elle le trouvait parfaitement justifié. Ses yeux se posèrent sur les mains de son époux. Dans un premier réflexe de colère, elle retira les siennes mais quand elle croisa à nouveau le regard d’Hanegard et qu’elle y lut la profonde culpabilité qu’il éprouvait, elle regretta presque aussitôt son geste. Pourtant cela ne fut pas suffisant pour la refroidir. Elle était trop peinée, trop en colère pour pouvoir se radoucir si vite.

    - Elle n’a pas oublié de me dire à cause de qui je me faisais lacérer le dos.

    Un nouveau silence s’installa entre eux. Elle n’aimait pas ça, elle n’avait d’ailleurs jamais aimé ça. Ils avaient été un couple si fusionnel, ils partageaient tout ensemble. Elle ne lui avait jamais rien caché…pas même le seul secret qui pouvait mettre en péril sa famille. A savoir le secret concernant Néna. Mais lui, il ne lui avait jamais parlé de cette drow, il devait bien savoir qu’elle reviendrait se venger…

    Peut-être même avait-elle déjà tenté quelque chose, peut-être lui avait-il caché cela aussi. Pour qu’elle raison ? Ne pas l’inquiéter ? Pfff ce n’est pas une excuse suffisante. Ce ne pouvait justifier qu’elle ait été ainsi mutilée.
    Et puis bizarrement sa colère fut étouffée par une autre émotion qui montait en puissance et qui voulait avoir sa part du gâteau visiblement. Les larmes reprirent le chemin qu’elles connaissaient si bien pour l’avoir emprunté fréquemment ses dernières heures, son regard glissa sur ses mains qu’elle avait reposé mollement sur ses genoux et sa voix s’étrangla lorsqu’elle murmura un pathétique :


    - J’ai cru que j’allais mourir…

    Et dans sa voix on entendait clairement la peur que lui inspirait cette pensée. Elle n’avait jamais été si près de mourir, même entre les mains de Tarkel, même entre celles de Tinfar. Elle n’était pas à Alonna, elle était couverture de blessure, elle avait l’âme autant torturée que la chair de son dos…. Cette épreuve était de loin la plus dure de toutes. Elle aurait tout le temps pour se mettre en colère. Certes, ce sentiment là était peut-être celui qui la soulageait le plus, mais à long terme, peut-être que se serait celui qui lui ferait le plus de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeJeu 17 Fév 2011 - 15:39

Le ton dur de Jena ne surpris guère son époux. Bizarrement, se faire torturer peut entraîner une certaine colère, mais entendre des paroles aussi sèches dans la bouche de son épouse le retournait quelque peu. Si seulement il avait tué Ilinsar à Versmillia, si seulement il avait alors renforcé la garde à la porte de son cachot. Poussant un soupir mental, le régent se dit que rien ne servait à pleurer sur le lait renversé.

En tout cas désormais il n’y avait plus aucun doute à avoir : Ilinsar ne s’était pas contenté d’une torture physique, elle avait aussi recouru à la torture morale. Experte dans ce domaine, elle ne pouvait pas se priver de la joie d’insérer un coin dans l’amour des deux époux. Plus il réfléchissait, plus le régent se disait que jamais la drow n’avait réellement eu l’intention de tuer sa femme. Lui laisser récupérer un corps brisé et un esprit purgé de tout amour envers lui constituait une torture bien plus cruelle encore.

Je me doute qu’elle t’a dit qu’elle faisait cela pour se venger de moi. Mais je ne pense pas qu’elle t’ais réellement dit ce qui s’est passé autrefois entre elle et moi.

Peu probable que Jena ait envie d’entendre cette histoire, surtout maintenant, mais son époux savait qu’un jour ou l’autre il lui faudrait raconter à sa femme la réalité sur la haine quasi-sacrée en lui et Ilinsar. La tension qu’il sentait dans les mains de son épouse, sa quasi-reculade face à lui le laissait craindre que le coin enfoncé par Ilinsar produisait son effet. Seraient-ils tous deux assez forts pour surmonter ct obstacle ? L’avenir seul le dirait.

D’ailleurs, avait-il eu raison d’épouser Jena ? Il lui fallait être honnête, depuis qu’elle le connaissait la jeune femme risquait régulièrement sa vie : Tarkel, Tinfar, les mines de Lodiaker, Ilinsar. Les militaires couturés de cicatrices et trainant leur lot d’ennemis encore en vie ne devraient pas se marier… si Jena et lui ne s’étaient pas mariés, elle serait désormais en sécurité à Diantra, mariée à un marchand ou à un courtisan quelconque, pas forcément heureuse en ménage mais à tout le moins ne risquerait-elle pas sa vie à chaque coin de rue. Est-ce aimer une femme que de la mettre à portée d’un tas d’assassins plus ou moins déments ?

Je ne croyais pas qu’elle réussirait à s’infiltrer jusqu’ici, je la croyais définitivement sorti de mon existence, raison pour laquelle je ne t’ai jamais parlé d’elle. J’ai l’ai sous-estimée.

Lentement, Hanegard laissa les mains de Jena glisser hors des siennes. Il ne pouvait rien dire ni faire qui puisse apaiser la jeune femme, si ce n’est veiller à ce qu’elle regagne Alonna et revoie sa fille aussi rapidement que possible. Tant qu’ils se trouveraient dans cet horrible lieu, trop chargé de souvenirs, elle ne pourrait que ressasser encore et encore son supplice. Se levant, Hanegard fit signe à Clarys qui les surveillait de loin par l’entrebâillement de la tente de les rejoindre.

Je vais prévenir Clarys de venir t’aider à t‘habiller. Une chaise à porteur t’emmènera jusqu’à Jersada où un carrosse t’attend.

Ne pouvant plus supporter le regard accusateur de Jena, le régent sortit de la tente, refermant les pans de toile derrière Clarys pour laisser un peu d’intimité à son épouse. Jamais une aube ne lui avait parue aussi solitaire et triste que ce matin.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeJeu 17 Fév 2011 - 23:33

    Les mots d’Hanegard n’avaient rien de réconfortant, loin de là même. Il ne cherchait pas à la rassurer, seulement à lui dire de façon assez formelle ce qui avait été sa faute et ce qui allait suivre. Après tout, peut-être avait-elle une attitude qui lui faisait garder ces distances, et une part d’elle le regrettait. Alors qu’une minute plus tôt elle aurait préférée le voir partir, ne plus le voir, c’est lorsqu’il franchit le pan de toile qui servait de porte sans un dernier regard dans sa direction, qu’elle se rendit compte que c’était loin d’être vrai. C’était même le contraire en fait, elle avait besoin qu’il soit près d’elle, mais il était déjà sortit et elle n’avait pas la force de le rappeler.
    Presque aussitôt après le départ de son époux, Clarys pénétra dans la tente. Elle resta un moment interdite à l’entrée, mais voyant que Jena n’était pas décidée à faire un signe ou à dire un mot, elle traversa le petit espace, prit un paquet de linge soigneusement plié dans un coin et en sortie une fine robe blanche utilisée comme dessous selon la mode Alonnienne. S’approchant d’elle, Clarys hésita légèrement, d’un petit sourire elle l’incita à faire le strict minimum. Lever un bras, puis l’autre. Se mettre debout, laisser Clarys lui enfiler une jupe et se retenir de gémir lorsqu’elle termine en posant la cape sur ses épaules. La demoiselle de compagnie passa même quelques minutes à démêler ses cheveux en tâchant de ne pas trop la faire souffrir et de les lui tresser. Certes elle avait retrouvé une apparence de femme à peu près normale. Du moins on voyait moins qu’elle avait passé les dernières heures suspendue par une corde et fouettée jusqu’au sang par une folle furieuse.

    Lorsqu’elle fut enfin prête et qu’elle put tenir à peu près seule debout sans trop vaciller, Clarys aida Jena à quitter la tente. Dehors le soleil se levait lentement, éclairant la petite clairière et la maison dans laquelle elle avait vécu tant de souffrances. Elle eut une pensée pour les deux filles, en espérant que quelqu’un avait déjà fait enterrer leurs petits corps, puis elle baissa les yeux. Elle ne voulait croiser aucun regard, ne pas voir qui était là. Elle voulait juste rentrer chez elle.


    - Jena… tu n’as pas dit un mot…. je t’en prie, il ne faut pas que tu te renfermes…

    C’était une façon comme une autre de lui dire que sa demoiselle de compagnie était là pour l’écouter si elle avait besoin de parler. Mais ce n’était pas à elle qu’elle voulait dire ce qu’elle avait sur le cœur et la personne en question était introuvable. Mais en même temps elle n’osait pas garder les yeux levés trop longtemps alors peut-être l’avait-elle raté. Un soldat l’aida à monter dans la chaise à porteur et elle fut soulagée de s’asseoir à nouveau. La dizaine de pas qu’elle venait de faire avait été un vrai supplice pour son dos, et pour ses jambes flageolantes. Clarys était restée près d’elle et lui tenait toujours une main, espérant visiblement une réponse mais elle était incapable de lui en faire une. L’idée même de parler l’épuisait.

    Le petit groupe ne mit guère de temps avant de quitter les lieux. Le vent frais la glaça jusqu’aux os mais elle se serra un peu plus étroitement dans la cape d’Hanegard. Elle pensa alors qu’il ne devait rien avoir sur ses épaules et elle fut même prête à l’appeler pour la lui rendre. Mais elle ne le vit pas. Peut-être était-il plus en avant sur son cheval. Il l’évitait c’était évident… Elle l’avait rejeté froidement sous la tente, et sur le moment elle avait trouvé son geste légitime. Mais maintenant elle se retrouvait toute seule, avec pour seule compagnie les soldats qui l’entouraient et qui tournaient vers elle des regards navrés. Il fallut plusieurs heures pour rallier Jersada et une fois arriver dans la ville, l’activité qui y régnait l’étonna. On aurait pu se croire à l’intérieur d’une fourmilière tout juste piétinée. Les gens courraient à droite et à gauche, ils se criaient des ordres, se pressaient avec un tas d’objet dans les mains. La chaise à porteur s’arrêta devant l’auberge qu’elle avait quitté assommée en travers d’un cheval voilà deux nuits de ça. Presque aussitôt un soldat s’approcha pour l’aider à descendre et Clarys fut à ses côtés une seconde après pour prendre son bras
    .

    - Tu as l’air épuisé, nous devrions attendre un peu avant de poursuivre le voyage vers Alonna.

    Jena acquiesça, elle avait la tête qui lui tournait, le cœur au bord des lèvres et l’horrible impression d’être un fardeau bien lourd à porter. Tournant le regard vers la tête de convoi, elle chercha des yeux la seule personne qui aurait été capable de la réconforter un tant soit peu. Il devait être un peu plus loin à s’occuper de tout pour que la suite du voyage se fasse sans problème. Son cœur se serra et ses yeux se remplirent à nouveau de larmes. En soupirant, elle baissa la tête et suivit Clarys dans l’auberge. La grande salle était vide et une femme avenante lui servit une assiette de ragout chaud et un verre d’eau. Mangeant d’un appétit d’oiseau comme souvent, Jena resta un moment le regard dans le vide. Finalement elle se leva et quitta l’auberge sans un mot. Dehors on la guida vers le carrosse mit à sa disposition. Là encore elle dit réprimer un cri de douleur lorsqu’elle monta à l’intérieur.

    - Clarys ?

    Sa voix lui semblait si étrangère. Elle ne se souvenait que des cris qu’elle avait poussé des heures durant. La demoiselle d’honneur se tourna brusquement vers elle, prête à satisfaire le moindre de ses désirs.

    - Va-t-il faire le voyage avec moi ? Sa voix tremblait légèrement. Elle craignait sûrement une réponse négative. Elle n'avait pas envie d'être rejetée, abandonnée dans un carrosse... oubliée...
    - Je ne sais pas… veux-tu que j’aille le lui demander ?
    - Je n’ai pas envie de me retrouver seule…

    Il n’y avait qu’à elle qu’elle pouvait avouer une chose pareille. Son amie s’inclina légèrement pour la saluer comme à chaque fois qu’il y avait du monde autour d’elle et elle s’éclipsa. Etait-elle allait avertir le régent ? Elle n’en savait. Mais ce qui était certain, c’est qu’elle ne pourrait pas faire ce voyage seule dans ce carrosse. Elle avait trop peur de fermer les yeux et de se réveiller ailleurs….avec Ilinsar.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeVen 18 Fév 2011 - 8:53

Non, l’état d’esprit n’était pas joyeux, et même les gardes semblaient atteints par cette sourde morosité. Tandis que Clarys aidait Jena à s’habiller pour le voyage, les gardes se préparaient à lever le camp dans un silence presque étouffant. Même les sergents ne braillaient pas leurs ordres ni ne menaçaient les soldats de leur faire nettoyer l’ensemble des chiottes de la citadelle d’Alonna s’ils lambinaient. A croire que l’affliction du couple régent se répandait comme une chape de plomb autour d’eux.

Ilinsar avait su frapper le point sensible du régent, la seule faille de son armure en vérité. Du temps où, aux ordres du duc Merwyn, il commandait les troupes d’élites de Serramire, les légions noires à la sulfureuse réputation, Hanegard ne laissait guère de prise aux attaques personnelles. Sans réel attachement, seule sa vie pouvait être menacée, et pas plus qu’Ilinsar la mort ne le terrifiait. L’un comme l’autre, formés pour la guerre et survivants de nombreux combats savaient qu’un jour vous vous trouvez face à un adversaire plus rapide que vous à dégainer son arme.

Le régent avait frôlé la mort à plusieurs reprises, et sans bien entendu la désirer il ne la craignait pas. Tout du moins aurait-il pu dire cela encore un an plus tôt. L’arrivée de Jena dans sa vie avait complètement bouleversé ses certitudes les plus profondes. Cette jeune femme, littéralement jetée en pâture à son désir charnel par Dame Camillia le soir même où Hanegard arrivait à Alonna, tenait désormais une telle place dans sa vie que tout ce qui la blessait le blessait lui aussi.

Non, Hanegard ne craignait pas la mort… mais il craignait par-dessus tout de voir souffrir son épouse, il craignait par-dessus tout de ne plus pouvoir la serrer dans ses bras, lui murmurer des mots tendres et s’extasier avec elle des babillements de leur fille. Ce bonheur qui lui semblait à jamais interdit lorsque son clan l’avait banni bien des années auparavant, il ne pouvait supporter l’idée de le perdre à nouveau. Serrant les poings en sentant une humidité naître dans ses yeux, il s’écarta un peu pour ne pas laisser de témoins à son chagrin.

Jena se remettrait-elle de cette épreuve ? Comment pourrait-elle encore faire confiance à son époux après ce qui venait de lui arriver ? Certes, Hanegard savait que même si elle avait connu l’histoire entre Ilinsar et lui, cela n’aurait guère changé les choses. Les risques restaient si faibles de voir la drow réussir à s’introduire à Alonna et les trouver sans protection que la jeune femme n’aurait sans doute pas été plus inquiète que lui face à cette menace. Défense et justification dérisoire face à ce que Jena avait subi ces deux derniers jours.

La régente venait justement de monter dans la chaise à porteurs qui s’ébranlait afin de l’éloigner de ce lieu maudit. Le cœur lourd, son mari monta en selle et ordonna :

Enterrez les corps des Jefferson, puis brûlez la bâtisse.

Tandis que le prêtre recommandait aux dieux l’âme des innocents assassinés par la folie de la drow et que les soldats creusaient des tombes, le convoi s’éloigna, entouré désormais par plus d’une cinquantaine de gardes. Frissonnant autant à cause du vent glacial venu du Nord qu’à cause du poids de sa culpabilité, le régent resta à l’arrière garde, jetant régulièrement des regards derrière lui. Au bout d’un moment, un panache de fumée s’éleva par delà les arbres, lui indiquant que cet acte de la tragédie venait de se clore.

Il leur fallu près de trois heures pour arriver à Jersada, les porteurs n’osant pas aller trop vite de craindre de secouer la régente. Trois heures durant lesquelles pas plus d’une dizaine de mots ne furent échangés. Ce fut presque avec soulagement qu’ils virent apparaître les premières maisons du bourg, tant le sentiment d’oppression devenait insupportable. Comme prévu, le carrosse les attendait devant la porte de l’auberge.

Tandis que sa femme se restaurait quelque peu, Hanegard alla aux nouvelles, mais aucune information fraîche concernant la poursuite d’Ilinsar n’était parvenue. Le sergent Kevern devait continuer à suivre ses traces, mais le régent ne se faisait guère d’illusions… sa Némésis risquait fort de leur échapper et de se fondre dans la nature. A moins d’un gros coup de chance, il ne s’attendait pas à voir revenir ses hommes avec la drow couverte de chaînes.

Alors qu’il s’apprêtait à monter en selle, Clarys vint le trouver, lui murmurant à voix basse qu’il « serait bien » pour Jena d’avoir son époux avec elle durant le voyage. Possible… mais le regard d’Hanegard à ce moment devait vaguement rappeler celui du condamné face à l’échafaud. Dire que le régent s’était tenu sans faiblir face à une armée drow à Beremas mais qu’il tremblait presque à l’idée d’affronter les reproches, fussent-ils muets de son épouse. Sans doute est-ce aussi cela l’amour…

Montant dans le carrosse, il vint s’asseoir en silence aux côtés de Jena. Que dire ? Que faire ? Parfois, le silence est d’or, et peut être Jena ne désirait-elle au fond qu’une présence rassurante ? Doucement, Hanegard passa son bras autour des épaules de son épouse, veillant à ne pas effleurer ses plaies encore quasiment à vif. Si Jena s’assoupissait, autant que ce soit dans les bras de son mari, son sommeil risquant d’être encore longtemps troublé par le souvenir d’Ilinsar.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitimeVen 18 Fév 2011 - 12:44

    Jena observait l’agitation par la fenêtre du carrosse. Un nombre étonnant de soldat se mettait en place pour le départ, apparemment imminent. Ne voyant pas Clarys revenir, Jena sentit tout le poids de sa solitude peser sur ses épaules. Lorsqu’elle avait été dans les mains de Ilinsar elle aurait tout donner pour qu’elle disparaisse, fusse pour une minute. Se retrouver seule avait été un luxe si précieux à cet instant. Mais maintenant qu’elle avait retrouvé sa liberté et qu’elle était hors de danger….c’était cette même solitude qui pesait lourd sur son cœur.
    La porte du carrosse s’ouvrit et Jena tourna lentement la tête pour voir si c’était sa demoiselle de compagnie, sa si fidèle amie qui venait faire la route avec elle. Mais oh surprise, elle observa son époux tandis qu’il prenait place à côté d’elle. Pas un regard, pas un mot. On l’aurait cru sur le banc des condamnés à mort à attendre la sentence qui lui pendait au dessus de la tête. Certes elle lui en voulait, elle ne supportait pas l’idée d’avoir subits mille supplices pour les horreurs qu’il avait commis lui, mais elle n’aurait jamais cru provoquer chez lui un tel comportement. Etait-il venu à contre cœur ? Etait-ce Clarys qui l’avait obligé à faire le reste du voyage avec elle ? Autant de questions qui restaient sans réponse et qui bouleversaient la jeune femme.

    Après un silence qu’elle crut voir durer depuis une éternité, Hanegard leva un bras et le passa autour de ses épaules. Sans même chercher à lutter, Jena se laissa glisser contre lui. Pour l’heure elle préférait se reposer contre lui et profiter de sa présence près d’elle que d’enclencher les hostilités. Car il y aurait forcément une discussion et elle risquait fort d’être animée… Pourquoi cette seule pensée l’épuisait-elle ?

    Le convoi se mit en route. Il faudrait des heures pour rejoindre la citadelle, des heures durant lesquelles elle devrait supporter les secousses du carrosse sans broncher. Elle n’arrivait pas à s’endormir, peut-être était-ce la peur de se retrouver plonger dans son cauchemar qui la tenait ainsi éveillée, mais elle gardait les yeux fermés, la tête posée sur l’épaule de son époux. Elle avait besoin de réfléchir, de faire le tri dans le flot de pensées qui l’assaillait. Pourrait-elle lui pardonner ? Une petite voix dans sa tête lui disait que par amour pour lui elle y arriverait… Qu’il faudrait peut-être du temps, mais qu’elle y parviendrait. Mais une fois ce pardon accordé, lui ferait-elle à nouveau confiance ? Avait-elle envie de connaître cette fameuse histoire entre lui et la drow ? Comment aurait-elle réagit si la vengeance de Ilinsar avait frappée fille et non elle ?

    Bref tout était confus, tout était trop sombre et cela n’arrangeait en rien son humeur massacrante. Après trois longues heures de route, quelqu’un à l’extérieur décida qu’il était peut-être tant de faire une pause. Ils étaient encore loin du prochain village mais ils se trouvaient à proximité d’un cours d’eau ce qui serait amplement suffisant pour faire boire les chevaux.
    Jena se redressa lentement, en grimaçant légèrement lorsqu’elle sentit les tiraillements dans son dos, et elle releva la tête vers Hanegard. Il regardait par la fenêtre, visiblement l’esprit ailleurs. A quoi pouvait-il donc penser ? Sûrement à rien de divertissant vue la mine qu’il affichait. Elle ne l’avait jamais vu si défait. Le regard vide, l’air si abattu. On aurait presque cru qu’on lui avait annoncé sa mort. Sur le coup elle se tenta le bras pour vérifier qu’elle était bien réelle. A cas où ! On entend tellement d’histoires d’âmes tourmentées qui viennent hanter les vivants…

    Mais bon, une fois rassurée sur son propre sort, elle chercha à croiser son regard en se penchant légèrement. Mais rien n’y fit
    .

    - Je crois…

    Elle avait entamé sa phrase en se calant à nouveau contre lui. Elle poussa un long soupir avant de continuer.

    - Je crois que ce qui me fait le plus de mal, c’est de sentir à quel point tu as envie d’être partout ailleurs plutôt que là, avec moi.

    Tournant la tête vers la fenêtre qui était de son côté, Jena vit que Clarys n’était pas loin. Elle venait de tendre les rênes de son cheval à un soldat pour que celui-ci conduise l’animal vers le petit ruisseau.

    - Si rester avec moi s’apparente pour toi à une sentence, alors je t’en prie prend un cheval, parce que là j’ai l’impression d’être un caillou dans ta chaussure.

    Elle n’avait pas autant parlé depuis des heures, des jours même. C’était presque étonnant de sentir tant de mots se bousculer dans sa bouche. Malgré les paroles peut-être un peu dures qu’elle prononçait, elle parlait d’une voix presque douce, un murmure, une supplique. Ce n’était pas un reproche, juste une demande pour apaiser leurs deux cœurs à vifs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] Empty
MessageSujet: Re: /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]   /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
/!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La petite fille de Pavarotti...
» Danse petite fille, danse!
» Une petite fille sur une Ile tropicale [solo]
» Refait sa garde-robe.
» Shiba Ishinta sur les terres du Phoenix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: