AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Erac, enfin | Astéride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Erac, enfin | Astéride   Dim 9 Jan 2011 - 4:08

Erac, enfin.

Katalina ne l’espérait plus. Ils étaient partis depuis plus d’une semaine, et jamais la Gardienne n’avait eu l’impression de voyager plus lentement, pas même alors qu’elle était incapable de bouger ou de prononcer la moindre parole, pendant la traversée des Terres Stériles. Elle n’aurait pas dû être surprise, pourtant, Katialyne – qui n’avait pas encore changé de prénom – était encore une nouvelle née, et n’était pas encore armée pour affronter sereinement de longs trajets. A l’écoute des besoins de sa fille, la Serramiroise avait ordonné de fréquentes haltes, au grand agacement de Kaeric Paelin, qui aurait sans doute préféré pouvoir rester à Serramire. Il fallait avouer qu’il n’avait pas un rôle facile, il était censé escorter deux des cinq Gardiens, des êtres capables de le tuer sans qu’il ne puisse opposer la moindre résistance. Et il devait le faire seul, de surcroit, la Dame ayant insisté pour voyager en toute simplicité. Katalina savait très bien qu’elle n’était pas tendre avec lui, mais il était une des rares personnes qui agissaient presque normalement avec elle, et en cela, il était un élément précieux de son entourage. Même Théodore, qui pourtant la connaissait depuis sa naissance, ne pouvait s’empêcher de faire attention à ses gestes et à ses paroles en sa présence. Il n’avait pas été difficile de convaincre le régent de lui céder son capitaine le temps d’un voyage, surtout un voyage vers les Terres du Roi, afin de se rendre au mariage de la Dame d’Erac. Marcus l’avait même priée de présenter à son suzerain les hommages du Nord, un honneur dont elle se serait bien passée mais qu’elle avait tout de même accepté. Parce qu’envers et contre tout, Serramire était et resterait à jamais sa terre natale et son véritable foyer.

Alors qu’ils traversaient les rues de la cité ducale, Katalina ne pouvait s’empêcher de repenser à la raison de sa venue. Elle n’avait guère été surprise d’apprendre les noces de Ciaran de Valis et d’Astéride d’Erac, plus peut-être d’avoir été invitée. Non pas qu’elle n’ait aucune affection pour la jeune femme, mais elles n’avaient guère eu l’occasion de se rencontre qu’une seule fois… Rencontre mémorable au demeurant, la Gardienne se souvenait encore avec une affection non feinte de la scène épique et cocasse à la fois, durant laquelle le familier de sa cadette s’était perdue dans ses jupes. Malgré elle, elle ne put retenir un léger sourire, et serra un peu plus contre elle Katialyne, qui dormait paisiblement. Qu’il était bon, de sentir ce petit corps contre le sien. Surmontés les séquelles du Voile, elle avait pu faire enfin découvrir le fruit de son union avec Aerandir. Qu’elle fût muette n’était pas important, du moins essayait-elle de s’en persuader. Mais au fond d’elle-même, elle ne pouvait voir en l’handicap de sa fille que la concrétisation de leurs erreurs. Toujours plongée dans ses songes, Katialyne tendit soudainement le bras, agrippant une longue mèche des cheveux maternels et la ramenant contre son visage poupin. Qu’aurait donné Katalina pour pouvoir observer la scène ? Elle n’en était pas certaine elle-même, mais comme à chaque fois qu’elle ressentait pareille frustration, elle laissa ses doigts courir sur le visage de sa fille, avec une douceur née de l’expérience. C’était une toute autre façon de voir, qu’elle avait découvert avec des larmes aux yeux.

Soudainement, alors qu’elle effleurait ses propres cheveux, elle se demanda pour la première fois si on la reconnaîtrait. En quelques mois, ses cheveux avaient poussé, trop peut-être, et ils atteindraient bientôt ses genoux. Elle avait maigri, aussi, son corps ayant souffert de la longue possession de Tyra. Aerandir n’avait pas eu ce problème, Arcamenel ayant profité de son séjour sur Miradelphia pour vivre comme un Roi, au détriment de la ville dans laquelle il s’était installé. Au fond, cela n’avait pas changé grand-chose pour les habitants de Naelis, qui ne vivant plus décemment depuis plusieurs décennies, pour ce que Katalina en savait. Sentant son imagination commencer à la dessiner cadavérique, elle préféra penser au chemin qui leur restait à parcourir. Après tout, tout autant Gardienne qu’elle fût, Katalina restait une femme, et une femme qui appréciait d’être belle, qui plus était. Et l’impression, tenace, qu’elle avait de nager dans sa robe n’arrangeait rien. Paradoxalement, cette réflexion lui fit du bien. Il était bon de s’attarder sur des choses simples et dénuées d’enjeux. Depuis sa rencontre avec Dun Eyr, le cas des nains ne cessait en effet pas de la tourmenter, et elle savait très bien qu’elle agirait bientôt. Comment, elle n’en avait encore aucune idée, mais elle apporterait au Peuple renié la douceur d’une main tendue. Il fallait qu’ils comprennent que ce n’était pas parce qu’un les avait frappé que les Cinq se désintéresseraient d’eux.

« Faites place à la Dame Noblegriffon et au Seigneur Ancalimë, Gardienne de Tyra et Gardien d’Arcam ! »

Sortant de sa torpeur, Katalina se rendit compte qu’ils étaient arrivés aux portes du château. L’annonce de Kaeric lui arracha un soupir, pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’elle aurait apprécié un minimum de discrétion. Et ensuite parce qu’il lui était étrange d’être encore appelée « Dame Noblegriffon ». Non pas que sa nouvelle condition lui eut fait renié ses origines, mais ce nom était trop chargé de regrets et de projets avortés. Elle n’était plus Katalina Noblegriffon dès l’instant où le Regard de Tyra s’était posé sur elle. Néanmoins, elle garda le silence, se contentant de bercer doucement sa fille. Il était heureux que le voyage s’achève enfin, la pauvre petite était exténuée. La Serramiroise crut sentir comme une hésitation planer dans l’air, alors que seul le silence répondait aux paroles du capitaine Paelin. Mais très vite, on les reconnut et on leur ouvrit la voie. Avoir vécu quelques temps en ces lieux, quelques trois mois plus tôt, devait y être pour beaucoup.

« Ils ne t’ont pas oublié », remarqua-t-elle avec amusement à l’adresse d’Aerandir.

Alors qu’un valet leur annonçait que la Dame d’Erac serait mise au courant de leur arrivée aussi vite que possible, Katalina demanda – ordonna, en fait – qu’on mette à sa disposition une chambre dans laquelle elle pourrait coucher Katialyne. La Gardienne n’usait que rarement de sa toute nouvelle autorité, mais quand il s’agissait de sa fille, elle était tout de suite plus directe et s’embarrassait de moins de scrupules. Elle se laissa guider, Aerandir à sa suite, jusque dans la pièce promise, et déposa avec douceur sa fille dans le lit qui s’y trouvait. Elle resta un long moment à ses côtés, dans les bras d’Aerandir, jusqu’à ce qu’un valet toque timidement à sa porte.

« Dame Astéride… souhaiterait… vous rencontrer, ma Dame. »

Il était audible que le pauvre ne savait quel mot utiliser. Il ne souhaitait pas donner l’impression de transmettre une convocation, mais ne pouvait pas plus laisser entendre que sa suzeraine guérissait une entrevue. Se rendant soudainement compte de ce qu’elle avait fait – arriver dans un lieu qui ne lui appartenait pas et s’y comportait comme si elle était chez elle – Katalina s’arracha à l’étreinte de son sang-mêlé.

« Garde un œil sur elle, melethril nîn. Je reviens. »

Et, d’un pas rapide, elle rejoignit le valet, lui demandant de la guider jusqu’à la maîtresse de céans. Il allait lui falloir présenter des excuses, mais elle aurait un argument de poids pour se faire pardonner : sa fille, qu’il lui tardait de présenter, digne mère qu’elle était devenue.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Dim 9 Jan 2011 - 15:12

« Mmmh…Peut être vaut il mieux donner au Baron d’Ancenis une chambre contigüe a Roxane non ? »

Astéride ignora sciemment le regard réprobateur de Seamus. Certes, ils n’étaient pas encore mariés, mais fiancés tout de même ! Et la jeune femme n’allait pas attendre qu’Arthur lui fasse par de son désir d’être installé aux cotés de sa future femme tout de même ! Ainsi, elle lui épargnerait une demande qui pourrait paraitre quelque peu…déplacée. Seamus nota sur son parchemin la disposition des chambres allouées. Fergus de Hautval dans l’aile Est ainsi qu’Arthur et Roxane. Son frère et Lilia prendrait la chambre du roi évidemment. Les divers Seigneur dans l’aile Ouest. Astéride prenait garde a prendre compte des divergences d’opinion si il y en avait faisant de même pour la disposition des invités a table. Elle ne tenait pas a ce que son mariage vire en règlement de compte n’est ce pas ? Bien que la présence du Roi éviterait de tels débordements.

Elle faisait les cents pas dans le bureau tandis que, stoïque, Seamus penché sur la table prenait des notes, se permettant parfois une ou deux remarques sur tel ou tel seigneur, lui évitant des erreurs idiotes d’ailleurs. Mais ils furent interrompu par un jeune serviteur, encore en apprentissage auprès de Seamus d’ailleurs. Il avança visiblement paniqué, devant elle, s’inclina un peu maladroitement.

« Ma Dame, La Dame Noblegriffon et le Seigneur Ancalimaë viennent d’arriver au château. »


Astéride se retint de sauter sur place, ne se souvenant que trop bien comment c’était déroulé sa première rencontre avec Katalina, emportée dans son élan, elle avait percuté la jeune noble et fini les mains dans ses jupes. La présence du compagnon de la jeune femme la freina quelque peu et elle grimaça. Arf…elle n’avait pas pensé qu’il viendrait aussi, prions les Cinq pour que tout se passe bien !

« Fais la conduire dans le petit salon ! Il faut que je me recoiffe un petit peu tout de même. »

Puis, comme une tornade blonde, elle disparut dans les couloirs, juste un petit coup de peigne et un doigt de parfum. Elle ne pouvait pas recevoir Katalina avec les cheveux en bataille, trituré par des heures de réflexion sur la disposition des chambres tout de même ! elle eut tôt fait de faire un arrêt dans ses appartements, d’embrasser Erwan qui jouait tranquillement avec sa nourrice et de filer vers le petit salon réservé aux invités de marque. En chemin, elle demanda des rafraichissements et on l’informa que ses invités avaient été conduit a leur chambre en l’attendant. Astéride tilta sur la présence de l’enfant et dépêcha une nourrice sur place. Nourrice qui hésita de part la présence du père dans les appartements d’ailleurs.

Bref, elle débarqua dans le petit salon avec un large sourire, sourire qui s’effaça d’un coup. Diantre ! Mais Katalina n’avait plus que la peau sur les os !

« Par les Cinq ! J’aurais très interêt a vous nourrir correctement de patisserie durant votre séjour ! »

Toujours cette délicatesse notons le !

« Mais je suis heureuse de constater que vous avez pu venir, surtout avec un bébé, cela n’a pas du être facile ! Bienvenue en Erac, Katalina. »
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Dim 9 Jan 2011 - 18:17

Katalina marchait lentement, trop sûrement pour le valet qui la guidait. Ce dernier ne disait rien, se contentant de la prévenir à l’approche de tel ou tel obstacle, mais il était palpable qu’il ne désirait rien de plus que s’éloigner de la Gardienne. Sans doute pour s’atteler aux très nombreuses tâches qui accaparaient la maisonnée d’Erac. Après tout, on ne mariait que la sœur du Roi, et si la cérémonie se déroulerait en petit comité, les quelques invités n’en restaient pas moins de marque. Pauvre Astéride, elle n’avait pu réaliser son vœu le plus cher, et devrait souffrir le regard de la noblesse, même réduite, le jour de ses noces. Katalina n’allait cependant pas la plaindre, l’avenir de la jeune femme s’annonçait en effet assez radieux pour qu’elle endure cette petite épreuve avec le sourire. Rapidement, la Serramiroise retrouva ses repères. Elle avait en effet eu le temps de mémoriser les dédales du château d’Erac, du temps où elle y avait habité. Certes, elle avait depuis perdu la vue, mais elle s’était désormais suffisamment acclimatée à sa cécité pour s’orienter autrement. L’envie lui prit d’interroger son guide sur leur destination, pour ensuite le laisser vaquer à ses occupations, mais elle se retint. Elle aurait eu l’air intelligente, si son assurance l’avait conduite dans quelques couloirs qu’elle ne connaissait pas. Ils rejoignirent finalement le petit salon, et à peine eut-elle remercié le valet que déjà celui-ci prenait congé, arguant que la Dame d’Erac ne saurait tarder. Esquissant un sourire, Katalina lui souhaita bon courage et le laissa filer.

Avançant avec lenteur, elle tenta de se souvenir de la configuration des lieux. Un exercice difficile, car si elle avait toujours pu se targuer d’être observatrice, sa dernière visite remontait à plusieurs lunes, et ses maigres souvenirs n’auraient même pas suffit à réaliser un croquis convenable. Un pas après l’autre, les mains légèrement en avant, elle devait avoir l’air légèrement ridicule, mais s’en moquait. Elle n’aimait pas être en terrain inconnu, et entendait bien profiter du peu de temps qu’il lui restait avant l’arrivée de son hôte pour se faire une idée précise de l’endroit où elle se trouvait. Ses doigts trouvèrent la surface polie et vernie d’une chaise, et elle esquissa un sourire. Exactement là où elle s’était attendue à les trouver. Le bruit d’une porte qu’on ouvre à la volée la fit se retourner, et son sourire s’accentua légèrement alors qu’elle pensait deviner l’identité de la nouvelle venue. Elle allait la saluer comme il se devait, mais la surprise poussa Astéride à prendre les devants… A moins que ce ne soit qu’une nouvelle expression de cette spontanéité dont elle avait déjà fait preuve lors de leur première rencontre. Toujours était-il que la remarque de la jeune femme ne parvint pas à fissurer le sourire de son aîné, bien au contraire.

« J’ai bien peur d’avoir perdu en appétit, depuis notre dernière rencontre. »

Les choses s’arrangeaient, fort heureusement, mais il avait fallu du temps à Katalina pour retrouver une alimentation décente, et elle n’avait toujours pas repris la moindre livre. Il faudrait sans doute plus que quelque pâtisserie pour rendre à la Serramiroise son corps d’antan, si jamais elle le retrouvait un jour.

« Il a fallu voyager lentement, convint la Gardienne. Mais je n’allais manquer pour rien au monde cette occasion de rencontrer une nouvelle fois Ciaran. »

Taquine, Katalina tenta de retenir son sourire, mais peine perdue, et elle s’avoua trop vite vaincu. Il était bon de retrouver Astéride comme elle l’avait laissée : simple et agréable. Son comportement n’avait pas changé d’un iota, ce qui ravissait la Gardienne. Et le faisait douter, aussi. Elle ne savait pas encore précisément à quel point sa nouvelle condition était connue, mais imaginer que l’Eracienne ne soit pas au courant était difficile. Après tout, elle le savait très proche de son frère, et Trystan n’avait eu aucune difficulté à la percer à jour ; elle n’avait de toute façon pas réellement tenté de s’en cacher, le concernant. Non, Astéride devait simplement faire preuve d’une discrétion somme toute bienvenue. Katalina n’aurait pas apprécié d’être prise en pitié, encore moins d’être congratulée. Les non-dits avaient parfois leurs bons côtés.

« De même, les frasques de votre familier m’ont manqué », ajouta-t-elle.

Se disant, elle s’ouvrit à la Voix des Morts, afin de s’assurer de l’absence du dräke. Elle pencha légèrement la tête, ramenant son regard gris – jusqu’alors fixé sur un point visible quelque part entre les deux femmes – sur Astéride, avec cette précision si étrange pour une aveugle qui déplaisait tant à Johann. Ainsi donc, la future mariée n’était pas si anodine que cela, ses particularités ne se limitaient pas à ses surprenantes caractéristiques elfiques. Katalina pouvait le sentir, et apprécier son unicité. C’était différent de l’aura de Trystan, d’Aer ou même d’elle-même. Quant à savoir de quoi il en retournait, elle n’en savait rien et ne chercherait pas à le découvrir.

« Je suis heureuse de revenir en ces murs, Astéride, avoua-t-elle. Erac m’a manqué, j’ai souvent regretté de ne pas y être demeurée plus longtemps. »

Au fond, peut-être aurait-elle dû ignorer le message de Gabriel. Repenser à son oncle fit peser encore un peu plus la lourde chevalière qui ne la quittait plus. Elle se demandait souvent ce qu’il était devenu, de même qu’elle s’interrogeait sur le destin de Kassandra. Les deux étaient entrés dans sa vie aussi soudainement qu’ils en étaient repartis, sans se soucier des conséquences de leurs révélations, et elle leur en voulait pour cela. Mais l’ire d’Aerandir et l’inconstance de Kassandra en avaient décidé autrement. Avec la vérité, ils lui avaient apporté la solitude, et rien de plus. Il lui faudrait les retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Lun 10 Jan 2011 - 7:34

« Ah mais il ne sera pas dit que vous quitterez Erac avec minimum trois livres en plus ! »

C’était incroyable de perdre autant de poids ! Certes, Astéride pouvait comprendre, Katalina n’avait elle pas vécu une aventure loin d’être de tout repos ? Décidemment le statut de Gardien n’était guère enviable ! Enfin, au même titre que celui de dragonnier pouvait s’avérer parfois lourd a porter, surtout lorsque vous aviez une Johann qui vous prenait pour un monstre a abattre. Enfin, ceci n’était pas a l’ordre du jour et la jeune femme ne tenait pas a embêter son invitée avec de telle considération.

Astéride laissa un rire s’écouler de sa gorge a la mention de Ciaran et une étincelle amusée s’invita dans ses prunelles d’eau.

« Avouez que vous m’enviez ! »

Bien que Katalina était tout a fait combler de ce coté là de la chose. Enfin, elle l’espérait, bien que la venue d’un bébé ne soit que rarement le couronnement d’un couple en pleine tourmente.

« J’ai dépêché une nourrice auprès de votre fille, j’ose espérer que son père la laissera approcher, après tout, vous avez tout deux besoin de repos après ce que vous avez vécu durant le Voile. »

Oui, Astéride était au courant de la nouvelle condition de Katalina, mais, cela ne la dérangeait pas plus que ça, bien que Seamus serait certainement outré de l’entendre parler ainsi a une Gardienne. Mais qu’importe, cet Avatar de Tyra était avant tout une amie et donc méritait d’être traitée comme telle.

Un coup sec frappé a la porte se fit entendre et une servante entra timidement, n’osant regarder Katalina, elle traversa la pièce presque a tatons pour aller déposer son plateau de boissons et mignardises sur une petite desserte. Astéride la remercia et, amusée, constata avec quelle vitesse la jeune fille sortit de la pièce. Evidemment, Katalina représentait la mort et personne n’aimait lui être confronté.

« Asseyez vous, nous n’allons pas discuter debout tout de même. »

Ajouta la jeune duchesse avant d’aller leur servir deux rafraichissements. Il était tout de même un peu tôt pour le vin n’est ce pas ? Astéride ne put s’empêcher de pouffer a la mention d’Incanus et des images de leur précédente rencontre traversèrent son esprit. Par les Cinq ! si son frère l’avait vu !

« Incanus doit se trouver en compagnie d’Erwan, c’est presque toujours le cas si il n’est pas avec moi. Je ne sais pas pourquoi, les enfants le fascine, enfin concernant mon fils, cela frise la vénération au grand dam de Ciaran. »

Dit elle avec une petite moue en revenant vers Katalina avec un verre dans la main. Verre qu’elle déposa directement dans ses mains d’un geste naturel. Astéride apprécia le compliment que la Gardienne lui fit sur Erac, après tout n’en était elle pas la maitresse ? Depuis la mort de sa mère, Astéride s’était acharnée a faire disparaitre l’ombre imposante et froide de Melisandre, ne serait ce que pour Erwan, qu’il grandisse loin de l’atmosphère étouffante qui avait été la sienne.

« Vous pouvez rester le temps que vous le désirez vous savez, et cela me permettra de faire connaissance avec votre fille. Comment s’appelle-t-elle d’ailleurs ? »

Une petite fille…Peut être qu’elle-même était enceinte d’une petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Lun 10 Jan 2011 - 19:04

« Ai-je donc l’air si décharnée ? » interrogea finalement Katalina, mi-figue mi-raisin.

Le pire étant sans doute qu’elle n’en doutait pas. Néanmoins, préférant que cette discussion ne reste qu’un aparté, elle n’insista pas plus. Astéride lui souhaita la bienvenue, se réjouissant que son invité ait pu venir malgré le jeune âge de Katialyne, et la Gardienne ne put résister à l’envie de taquiner un peu la future mariée. Le rire chaleureux qui lui répondit lui prouva que ses paroles avaient été bien accueillies. Le contraire l’aurait d’ailleurs étonné. Se prenant au jeu qu’elle avait elle-même entamé, elle fit son possible pour teinter sa voix de regrets.

« Terriblement. »

D’ailleurs, où se trouvait le fameux époux ? En train de s’occuper de tous les préparatifs, afin de laisser son épouse se reposer comme il se devait, très certainement. A moins, bien entendu, qu’Astéride désire un véritable mariage, en ce cas elle n’aurait sans doute pas le choix et devrait mettre la main à la patte. C’était bien connu, n’est-ce pas ? Les hommes trouvaient toujours le moyen de tout gâcher, par fainéantise ou par maladresse. Parfois, même, s’employaient-ils à combiner les deux, ce qui donnait alors à toujours un résultat catastrophique.

« Honnêtement, je ne sais pas. Aerandir a été séparé de sa fille trop longtemps pour la laisser entre les mains d’une étrangère quand il peut s’en occuper lui-même. »

Elle évita de dire qu’il en allait de même pour elle. C’était un tort, sans doute, mais elle culpabilisait déjà assez d’avoir abandonnée sa descendance juste après l’avoir mise au monde, et n’y être pour rien ne changeait absolument rien au problème. Katialyne avait déjà vu beaucoup trop de nourrices et pas assez sa mère, se répétait-elle comme un leitmotiv. Malheureusement, ses bonnes résolutions de mère aimante se heurtaient – encore une fois – à l’action de Tyra qui, indirectement, avait empêché son corps de produire le lait si vital à la survie de la petite. L’arrivée d’une servante l’arracha à sa frustration, et même si elle sentit son malaise, palpable même pour qui ne pouvait la voir, elle lui en fut reconnaissante. Katalina préféra garder le silence, laissant Astéride se charger des remerciements, et cette dernière l’invita à s’assoir dès qu’elles furent de nouveau seule, ce que la Gardienne fit sans l’ombre d’une hésitation, profitant ainsi de son petit repérage d’avant l’entrevue.

« Je ferai peut-être mieux de prévenir Aerandir, en ce cas », remarqua-t-elle quand il fut question d’Incanus.

Et elle était on ne pouvait plus sérieuse. Loin d’imaginer que son sang-mêlé manquait de finesse – elle était bien placée pour savoir ce qu’il en était vraiment – elle savait très bien qu’il n’avait pas le sens de la demi-mesure quand il s’agissait de la protéger elle… et même si l’occasion ne s’était pas encore présentée, elle ne doutait pas qu’il serait capable de beaucoup pour sa fille. Dans le doute, elle préférait prendre les devants. Alors qu’elle imaginait comment elle-même pourrait réagir si elle surprenait un jour une présence inconnue et animale trop proche de Katialyne, Katalina eut la surprise de sentir quelque chose de froid s’immiscer entre ses mains, et ne comprit qu’il s’agissait d’un verre que quand les doigts d’Astéride touchèrent sa peau. Elle l’avait pourtant sentie approcher, mais cela ne l’empêcha pas de se trahir.

« Un jour, je parviendrai à rester aussi impassible que votre frère ou Aerandir. »

Ce n’était pas un reproche, loin de là, et un sourire vint accompagner cette autocritique. Resserrant sa prise sur le verre, elle ajouta un « Merci » un peu tardif avant de le porter à ses lèvres, l’humant discrètement afin de tenter d’identifier son contenu, puis le porte à ses lèvres et en préleva une gorgée.

« Katialyne. Un nom étrange, n’est-ce pas ? » Elle sourit. « Nous n’avons pas pu la nommer nous-mêmes, et Théodore a été conquis par la proposition d’une jeune Diantriane que j’avais recueilli. J’ai bien pensé à la renommer, mais je commence à m’y habituer… Ce qui n’est pas le cas d’Aerandir. »

Autant dire qu’il viendrait assez rapidement une conversation à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Mer 12 Jan 2011 - 13:36

« Je ne dirais pas décharnée mais tout de même, on sait que vous avez traversé une dure épreuve. Qu’importe, vous vous referez une santé ici ! Je vais veiller a ce que l’on prenne soin de vous. »

Décréta la jeune duchesse d’un ton un peu amusé. Nul doute que cela n’allait pas plaire a Katalina ça. Avant qu’elle ne badine sur la beauté de Ciaran et le rire de la jeune femme redoubla.

« Je le savais ! »

Enfin non, Ciaran restait a elle et Katalina, malgré ce qu’elle disait, était comblée avec son compagnon, du moins l’espérait elle bien sur. Néanmoins, elle s’inquiéta de la nourrice envoyée auprès de la fille du couple de Gardien. Elle savait Aerandir un peu…comment dire…Imprévisible et espérait tout de même que la jeune femme qu’elle avait dépêchée serait bien acceuillit. Katalina ne la rassura pas vraiment et Astéride soupira.

« Certes, mais a moins qu’un Gardien ne soit dans la possibilité de donner lui-même le sein, il n’aura pas tellement le choix. »


Fit elle avec une pointe de rire dans la voix, imaginer Aerandir donner le sein était d’un comique assez risible. Mais si il tenait tant que ça a sa fille, il laisserait la nourrice la nourrir n’est ce pas ? Astéride tourna légèrement la tête a l’entrée d’une servante et la remercia d’un sourire pour les rafraichissement apportés

« Oh je doute qu’il s’approche de trop prêt de votre fille, mais peut être vaut il mieux en effet. Quoique…Peureux comme il est, sans doute craindra-t-il de passer le seuil de la porte, il se contentera d’observer de loin. »

Puis, elle servit elle-même son invité avant de lui mettre le verre entre les mains. Elle savait la jeune femme aveugle mais, en vérité, n’y prêtait pas vraiment attention, agissant comme si elle était normale. S’installant a son tour, elle but une gorgée de limonade, effectivement, le vin lui était quelque peu interdit, mais ce n’était pas un grand sacrifice quand même ! Elle laissa échapper un petit rire alors que Katalina parlait de l’aisance avec laquelle Trystan ou Aerandir gérait leur cécité.

« Les débuts n’ont pas été facile pour mon frère, même si je n’étais pas là pour le constater. Liliana s’en est déjà ouvert a moi. L’habitude est, selon elle, la clé, ainsi que le soutient de ses proches. Le cas de mon frère est tout de même un peu différent du votre. »


Répondit elle songeuse sans pour autant rentrer dans les détails. Chose qui ne la regardait pas d’ailleurs, elle préféra parler bébé. Sujet qui revenait souvent a sa bouche ces derniers temps !

« Katialyne ? Oh c’est très joli et né de votre prénom je suppose ? »

Avant qu’elle ne hausse un sourcil devant le peu d’engouement que manifestait Aerandir sur le prénom.

« Sans doute aurait il aimé choisir lui-même, comme vous. Cela dit, elle est encore jeune, son prénom peut être changé et vous pourrez garder Katialyne en second prénom, non ? »

Mais cela restait a elle de choisir et non a Astéride bien sur !

Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Jeu 13 Jan 2011 - 13:13

« Il ne faut jamais sous-estimer Aerandir, ne saviez vous pas ? »

Certes, la vision – cocasse – du sang-mêlant donnant le sein à Katialyne arrachait sans peine un sourire à Katalina, mais la jeune mère connaissait assez le Gardien pour savoir qu’il réfléchissait parfois différemment des autres mortels. Elle se souvenait ainsi d’une chaude nuit d’été, durant laquelle elle avait désiré manger quelques fraises. Oui, Aerandir avait les moyens de nourrir lui-même sa fille, qu’il dût pour cela imposer sa volonté à une autre n’y changeait rien. Elle ne préféra pas insister, cependant, elle ne voulait en aucun cas dépeindre son compagnon comme un être dangereux et instable, chose qu’il n’était absolument pas. Imprévisible, assurément, mortel pour qui s’opposait à lui, mais ni idiot ni rêveur. La discussion dériva sur le familier de la future mariée, le fameux Incanus. Il était étonnant qu’une telle créature s’intéresse aux progénitures humaines, mais Katalina était heureuse d’avoir été prévenue. Elle ne connaissait pas l’étendue des capacités du dräke, mais Astéride lui faisait assez confiance pour lui confier son fils, et c’était là une preuve suffisante pour la Serramiroise.

« Il aura l’occasion de profiter de votre présence rassurante pour la regarder de plus près », promit-elle avec un sourire.

Elle ne manquerait pas l’occasion de présenter sa fille, parole de Gardienne. Et de rencontrer Erwan, chose qu’elle n’avait pas eu l’occasion de faire. Elle était venue à Erac pour prendre un peu de recul et de repos, loin de Serramire et des trop nombreux souvenirs qui l’y assaillaient sans cesse. Elle savait les temps difficile, et aurait beaucoup à faire dans les mois et années à venir, mais pour l’heure, elle voulait profiter de se liberté retrouvée. Elle n’insista pas plus sur les difficultés qu’engendrait sa cécité, préférant revenir sur un sujet bien plus agréable.

« J’ai peur qu’à trop attendre, ce soit moi qui ne veuille plus entendre parler de changement », avoua-t-elle au sujet du prénom de sa fille. « Mais je ne crois pas qu’il ait déjà appelée Katialyne par son prénom. »

Elle marqua une pause, pensive, s’interrogeant sur ce qu’aurait pu être son choix à elle. Résolument, elle aurait opté pour un nom à consonance elfique, et savait très bien qu’il en allait de même pour Aerandir. Néanmoins, Katialyne était un don d’Aureane, tout autant que la survie de celle qui avait porté ce nom. Sans elle, lui avait affirmé Théodore, la petite n’aurait pas vécu jusqu’au retour de sa mère. Elle se sentait redevable, à jamais, et s’était promise de garder un œil sur la jeune femme. Sans doute ne le saurait-elle jamais, et c’était sans doute mieux ainsi – Katalina ne se souvenait que trop de la timidité presque maladive de la Diantriane – mais si un jour elle avait besoin d’aide, alors la Gardienne serait là.

« Nous verrons bien », conclut-elle avant de porter une nouvelle fois le verre à ses lèvres. « Assez parlé de moi, après tout, je ne suis qu’une invitée parmi tant d’autre, et j’ai cru comprendre que vous vous mariez. »

Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la Gardienne. Astéride voulait prendre soin d’elle ? Elle ferait de même. Après tout, un mariage n’est pas qu’une cérémonie, et la jeune femme avait dû s’en rendre cruellement compte.

« Vous dormez convenablement, au moins ? »
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Sam 15 Jan 2011 - 1:08

« Les rumeurs parlent pour lui…Savez vous qu’il aurait maudit Lucrèce, Baronne d’Ysari ? »

Murmura Astéride sur le ton de la confidence. Elle n’y croyait pas vraiment, voyant mal un Gardien gaspiller son don pour des choses aussi triviales. Mais au moins, l’idée de le voir donner le sein l’amusa malgré elle. Diantre serait elle en train de blasphémer ? Mais la conversation dériva rapidement et même si la jeune duchesse restait pudique sur son familier, elle ne put s’empêcher de prévenir Katalina de l’engouement d’Incanus pour les enfants. Cela dit, sa peur irrationnelle devrait le maintenir hors de porté d’un sale coup…enfin…elle le croyait.

« Oh il ne se gênera pas je pense. Cela dit, il aura vite fait de se laisser avalé tout rond, Erwan le mène par le bout du museau. »

Répondit la jeune femme en riant. Car c’était le cas, Incanus répondait au moindre désir d’Erwan et parfois, la mère se demandait si cela n’allait pas en faire un capricieux difficile a éduquer par la suite. Naturellement la discution retomba sur les enfants. Astéride était curieuse de savoir comment était une fille de Gardien. Certain parlerait de voyeurisme mais en l’occurrence, Astéride pensait plutôt magie divine. Astéride grimaça quelque peu, grimace qui dut s’entendre dans son ton.

« Ah…Et bien il serait temps de vous pressez non ? »

Loin d’elle l’idée d’ordonner ou de donner des conseils ! Seulement si le prénom posait problème, il valait mieux le changer rapidement avant que l’enfant n’y réponde. Mais elle savait qu’il était difficile de s’improviser parent. On pensait toujours avoir une idée définie de l’éducation que l’on donnerait, du prénom, de l’avenir qu’il aurait et finalement, parfois, on tapait a coté. En vérité aucune éducation n’était parfaite et elle avait eu du mal a s’y faire.

Un rire traversa sa gorge alors que Katalina lui rappelait fort a propos que c’était elle la reine en ce moment. Un mariage. Elle avait encore du mal a s’y faire, même si elle s’était préparée depuis des mois a cet evenement. Sans doute l’enfant qui grandissait dans son sein, ces hormones qui ne cessaient de lui jouer des tours.

« Oui, je dors comme une souche ! En même temps, Ciaran veille a ce que je ne m’épuise pas. »

Astéride se pencha légèrement vers Katalina, comme si un secret allait être dévoilé….Mais…C’était un secret en fait !

« Il se trouve que j’attends mon deuxième enfant, alors vous pensez bien que le père est aux petits soins pour moi et ne me laisse pas me fatiguer inutilement…Mais je vous en prie ! Pas un mot a mon frère, pour une fois, je voudrais qu’il pense que je fais tout…Dans les normes. Je ne vous demande pas de mentir, on ne ment pas a son roi, mais juste…d’esquiver la question si elle venait a être posée ? »

Une petite grimace amusée traversa le visage de la jeune femme et si Katalina ne pouvait pas la voir, elle pouvait l’entendre dans le son de sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Sam 15 Jan 2011 - 2:06

La Gardienne savait, bien entendu. Pour avoir été présente, elle ne savait que trop. Les rumeurs, Astéride, sont trop souvent chargées de vérités, pensa tristement Katalina. Elle ne dit rien, cependant. Elle ne prétendait pas savoir pourquoi il avait agi ainsi, mais s'en moquait car en réalité, elle n'avait pas son mot à dire sur la façon dont il utilisait les dons d'Arcamenel. La réalité était différentes, pour les Vaisseaux des Cinq, elle commençait seulement à comprendre... et difficilement à accepter. Qu'était devenue Lucrèce, après le mariage du Gras d'Odélian ? La jeune femme n'en avait aucune idée, mais elle espérait sincèrement que l'Ysaroise eut pu rompre le charme. S'éloignant du Gardien, la discussion dériva doucement vers sa progéniture, au soulagement résolument dissimulé de Katalina. Elle aimait son sang-mêlé, pour cette nouvelle vie qu'il lui avait offerte quand elle pensait ne plus pouvoir rien accomplir, pour cette force qu'il lui transmettait jour après jour, pour cette magnifique fille à laquelle ils avaient donné naissance. Mais toute amoureuse qu'elle était, elle n'en demeurait pas moins lucide ; certaines actions d'Aerandir était difficilement justifiables.

« Vous avez raison, le plus tôt sera le mieux. Ce soir, sans doute, maintenant que le Voile est définitivement derrière nous et que nous ne risquons plus de voyager pendant quelques semaines. »

Katalina gardait en mémoire leurs retrouvailles. Ils n'avaient rien dit, ni l'un ni l'autre, s'étaient simplement enlacés et n'avaient plus bougé. Elle avait simplement eu envie de le sentir contre elle, de se laisser envahir à nouveau par ce délicieux sentiment de sécurité. De savoir que rien ne pouvait l'atteindre. Elle avait senti ses doigts, palpant l'étoffe de sa robe, avait perçu son horreur alors qu'elle apparaissait affaiblie et affamée devant lui, mais il n'avait rien dit, et elle lui en était reconnaissante.

Un franc sourire se dessina sur le visage de la Gardienne, quand cette dernière apprit la bonne nouvelle. Qu'Astéride fût enceinte – et donc ce soit déjà offerte – avant la célébration de son mariage n'avait, au fond, rien de réellement étonnant, mais apprendre que la jeune femme préférait entretenir le mythe afin de rassurer son frère ne manquait pas de l'amuser. Sans doute le frère avait-il souffert, malgré lui, de l'attitude de sa sœur. Après tout, elle était de son sang, en partie sinon entièrement, et sa honte rejaillissait sur lui. Irrémédiablement.

« Les réponses d'une Gardienne n'ont pas besoin d'être claires, Astéride. N'ayez crainte, je m'en sortirai. »

Elle doutait, de toute façon, que Trystan ne l'interroge à ce sujet. Le pauvre homme faisait sans doute confiance à sa sœur, assez pour penser qu'elle le préviendrait d'elle-même... Ce qu'elle ferait, dans quelques semaines. Alors, le Roi se réjouirait, à n'en pas douter. Et il ne serait pas le seul.

« Cela vous fait de nombreuses raisons de sourire », remarqua alors Katalina. Un fils qui grandissait paisiblement, un mariage, un enfant à venir. De quoi rendre heureuse la plus exigeante des femmes. « J'en suis heureuse. »

Astéride, tout comme elle, avait dû faire face à ses démons. Voir son amant disparaître et la laisser avec un bébé n'avait pas été une épreuve aisément surmontable, de cela Katalina ne doutait pas. C'était sans doute pour cela qu'elle se sentait si proche d'elle. Elles n'avaient certes pas traversé les mêmes épreuves, mais elles avaient su les surmonter.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Sam 15 Jan 2011 - 10:24

Astéride ne s’offusquait pas lorsqu’on ne répondrait pas directement a ses questions et de toute manière, celle-ci touchait quand même la vie privée de Katalina et elle n’avait pas a y fourrer son nez. On pouvait dire ce que l’on voulait de la jeune femme, il y avait certaine chose qu’elle respectait, aussi laissa-t-elle tomber le sujet du Gardien pour en venir a celui, plus joyeux et attendrissant, des enfants. Astéride hocha légèrement la tête a la réponse de son invité avant de sourire malicieusement.

« Reste a se mettre d’accord sur le prénom et là….c’est une véritable bataille qui s’engage »

Elle n’avait jamais eu ce problème pour Erwan, étant seule a décider, mais quelque part, elle aurait aimé se battre pied a pied avec son père pour le choix de son prénom. C’était idiot, mais important quelque part. Mais ce qu’elle n’avait fait qu’effleuré avec Erwan, elle pourrait l’embrasser avec ce bébé qui grandissait dans son ventre.

Et puis finalement, peut être pressée de l’annoncer a tout le monde, Astéride s’en ouvrit a Katalina en la priant de ne pas en parler a son frère. Trystan n’était certes pas dupe, mais bon, autant lui laisser l’illusion qu’elle faisait tout dans les règles. C’était un espoir un peu vain d’ailleurs et elle ne craignait pas la colère de son frère, d’autant plus qu’il ne risquait pas de verser dans l’agacement a cette nouvelle mais tout de même. Le raisonnement d’Astéride était certes un peu étrange, mais il était. La réponse de la Gardienne la fit rire.

« Certes ! Je sais que c’est idiot, Trystan sait compter mais j’aimerais pour une fois dans ma vie, faire les choses dans l’ordre. Alors bon, j’avoue que le bébé n’était pas prévu maintenant, mais si le Voile n’avait pas fait son apparition, nous serions mariés depuis longtemps et donc, tout aurait été fait dans la continuité. Cela dit, il doit être écrit quelque part que je ne pourrais jamais rien faire comme les autres ! »

Astéride leva son verre sa ses lèvres, souriante malgré tout car elle allait enfin se marier ! Chose qui n’échappa pas a Katalina et la jeune femme hocha doucement la tête, oubliant que la Gardienne ne pouvait pas la voir.

« C’est vrai et j’en savoure chaque seconde d’ailleurs, tout n’a pas toujours été rose ou facile. Aurais je été arrogante que j’aurais dit que c’est un juste retour des choses, mais ne l’étant pas de trop, je me contente de me dire que j’ai de la chance. »
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Sam 15 Jan 2011 - 12:04

« C'est à cela que l'on reconnaît les grandes destinées... Du moins j'aimais le croire, quand je commençai seulement à défier la Péninsule et c'est forte de cette pensée que je rencontrai pour la première fois votre frère. »

Un sourire nostalgique ourla ses lèvres. Les débuts avaient été difficiles, les erreurs nombreuses, mais elle avait finalement atteint son but. Elle n'avait rien à regretter. Soltariel aurait fini par tomber, et elle aurait ainsi pu planter sa bannière aux quatre coins du Royaume, avec bien plus d'arrogance que ses aïeux victorieux sur le champ de bataille. Chassant de son esprit ses plans avortés, elle se concentra sur ceux d'Astéride, se réjouissant avec elle.

« La chance sourit aux audacieuses. N'invoquez ni la justice, ni la bonne fortune, seulement votre propre force. »

Car oui, la sœur du roi était forte. Elle ne parlait pas de ce pouvoir qu'elle comprenait à peine, elle ne parlait non plus de son rang, elle parlait de sa pugnacité, de son refus de baisser les bras. Au fond, Katalina ne connaissait pas la duchesse d'Erac, elle ne prétendait pas tout savoir d'elle, mais cette force qu'elle évoquait, elle la ressentait comme une évidence. Tout comme elle avait deviné les tourments de Johann et le désespoir de Dun Eyr, tout comme elle avait compris le miracle que représentait la survie d'Arthur de Melasinir. Ce n'était pas de l'empathie, le Gardienne ne levait pas le voile sur leurs émotions. L'amour d'Astéride, elle le devinait grâce aux mots et à l'attitude, et rien d'autre. Mais mêlé à la Voix des Morts, elle savait discerner le Chant des Âmes, pour en avoir guidé des milliers jusqu'au Royaume Éternel, durant le Voile. Et l'âme de la future mariée battait au rythme de ses résolutions.

Et tant que cela durerait, Astéride ne craindrait rien.

« Les temps à venir seront difficiles, la liesse que nous ressentons n'est qu'une accalmie qui, j'en ai peur, ne durera pas. Au nord, les nains pleurent leur civilisation détruite. Le culte d'Arcamenel tourne son regard vers l'Ithri'Vaan, tente d'en faire la terre de leur Dieu, et les drows ne resteront pas sans réagir quand ils comprendront qu'ils ont perdu Naelis. S'ils reprennent la ville aux servants du Prisonnier, ils ne s'arrêteront sans doute pas. »

Comme ailleurs, Katalina délaissa son verre qui, même à moitié plein, ne l'attirait plus. Pessimiste, elle ne l'avait jamais été. Réaliste, toujours. Et chaque mot qui sortait de sa bouche était l'expression de la plus simple réalité.

« La Guerre reprendra bientôt, ou bien commencera-t-elle seulement. Et il faudra être forte, Astéride, plus que jamais vous ne l'avez été, pour que votre enfant à naître, et Erwan, puisse grandir en paix. »

Parfaitement immobile, elle marqua une pause, avant de pousser un léger soupir.

« Excusez-moi. Je ne souhaitais pas ternir votre bonheur. Pour l'heure, votre mariage est la seule chose qui devrait vous occuper l'esprit. »
Revenir en haut Aller en bas
Astéride de Valis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2408
Âge : 30
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Sam 15 Jan 2011 - 14:07

« Savez vous qu’il fut un temps où Ciaran et moi avons eu une discussion fort intéressante sur le destin ? Je soutenais que tout était affaire de choix et lui arguait que non, parfois certaine chose nous échappe. Maintenant, même si je continue a penser que les choix que nous faisons ont leur importance, je me demande si il n’y avait pas une part de vrai dans ce qu’il disait a cette époque. »

Répondit songeusement la jeune femme, l’esprit un peu perdu dans la passé qu’avait été sa rencontre avec le Chevalier. Dire qu’aujourd’hui, ils étaient prêt a se marier. Etait ce réellement une affaire de choix ou de destin ? Difficile a dire en vérité, mais Astéride aimait a se dire qu’après tout, les deux devaient avoir joué des coudes pour se faire entendre.

« Ainsi je serais audacieuse selon vous ? C’est un compliment, bien que mon frère et mon père avant lui se soient souvent arraché les cheveux par ma faute ! »

Elle ne savait pas réellement si elle était forte, peut être l’était elle devenue au fil des saisons, l’abandon de Veldrin avait été un véritable cauchemar dont elle avait eu bien du mal a se relever. Quelque part, seul Erwan l’avait maintenu en vie, elle s’était raccrochée a lui alors que tant d’autre l’aurait haït pour ce qu’il était, le fils d’un déserteur, d’un homme qui abandonnait lâchement. Elle aurait put devenir haineuse et que sa haine se reporte sur l’enfant a naitre mais au lieu de cela, elle y avait puiser la force de continuer.

Cependant la discussion perdit son ton léger et Astéride laissa son regard errer par la fenêtre, attentive aux mots de Katalina.

« Hélas, la paix n’aura durée qu’un temps. Le Voile a décuplé la peur et de la peur nait la violence. Le peuple nain a-t-il tant souffert de cela ? Je sais mon frère en bonne entente avec Garmin, mais il n’a plus de nouvelles depuis des saisons. Quand a Arcam, nul doute qu’il saura stopper l’avancée des Sombres…Du moins, si lui-même y voit un interêt. A vrai dire, je ne comprend pas toujours les dieux, mais le fait est que nous subissons. »

Néanmoins, elle savait qu’elle verrait des guerres. Beaucoup même. Deux milles années a vivre s’ouvrait devant elle avant qu’elle ne rejoigne a son tour le royaume de Tyra. Elle pleurerait sans doute la mort de son mari, celle de ses enfants avant de trouver l’apaisement. Alors oui, comme le disait si bien la Gardienne, il lui faudrait être forte.

« Vous ne ternissez rien. Je sais que la vie n’est guère facile et que l’avenir reste, malgré nos mages, inébranlable et insondable. Nous n’y pouvons rien. Advienne ce que pourra je dirais… »

Astéride fini son verre d’une seule traite avant de sourire largement.

« Et pour le moment mon avenir c’est mon mariage ! Dites moi, ma question va vous paraitre étrange mais vous ne sauriez pas où l’on pourrait passer notre lune de miel ? Je compte en faire une surprise a Ciaran. Une semaine loin du Duché, des enfants…Enfin, une semaine pour nous en sommes. »

Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   Sam 15 Jan 2011 - 18:39

« Les choix ont leur importance, tant qu'ils peuvent s'exprimer. »

Malheureusement, et Katalina était bien placée pour le savoir, il suffisait trop souvent d'une fatalité pour que tout bascule. Elle sourit, quand Astéride avoua avoir causé bien des soucis à son père, et tout autant à Trystan, mais cela ne parvint pas à ramener la conversation vers un rivage plus paisible. La Gardienne évoqua le sort des nains, et la guerre qui se préparait en Ithri'Vaan, deux sujets qui la tourmentaient souvent. La connaissance était sans doute le pire fléau qu'elle connaissait, hormis le joug barbare d'un drow.

« Garmin est très certainement mort, comme la majorité des siens. »

Katalina n'avait plus soif, et le sourire avait déserté son visage, si bien qu'en cet instant, elle incarnait parfaitement l'Annonciatrice de Malheurs. Austère, les traits si particuliers et hérités d'Anaëh figés en une expression neutre et détachée, le regard perdu, elle semblait ailleurs. S'en rendant compte, elle s'arracha à cette apathie si particulière et s'excusa, la conversation ayant par sa faut perdue de sa chaleur et de sa légèreté. La réaction d'Astéride fut, dès lors bienvenue. Plus que conclure une discussion qui ne menait nul part, elle en entama une nouvelle, revenant sur des eaux plus paisibles.

« Je possède des comptoirs un peu partout dans la Péninsule, qui eux-mêmes possèdent de nombreux contacts partout dans les baronnies. Je dois pouvoir vous trouver quelque chose. Quant à avoir une idée précise, tout dépend de ce que vous avez en tête. »

Caressant doucement la surface polie de son verre, appréciant sa fraîcheur et sa finition, elle réfléchit.

« Vous n'auriez jamais dû me demander ceci, Astéride... commença-t-elle avec douceur. Après tout, je venais sans le moindre présent à vous offrir, à vous et à Ciaran. Vous offrir, à vous deux, une lune de miel digne de vous me ravirait. »

Le tout était de trouver l'idée, et surtout, surtout, de ne pas l'imposer. Katalina ne devait pas oublier qu'à l'origine, la future mariée désirait faire une surprise à son prétendant. Offrir était un plaisir simple, qu'il convenait de connaître et d'apprécier.

« Bien entendu, je vous laisse seule juge et apte à décider. » Elle marqua une pause, une idée la frappant comme une évidence, et elle sourit. « J'ai encore mieux. Que diriez-vous de loger chez moi ? Les Noblegriffon possèdent un Manoir non loin des portes de la ville, et les alentours de Serramire sont magnifiques pour qui n'a pas peur de s'aventurer en forêt. Ma maisonnée est réduite et ne vous assommera pas de courbettes et autres cérémonials fatigants, et vous pourrez compter sur leur discrétion. »

Elle marqua une nouvelle pause, et esquissa un sourire amusé, alors qu'elle concluait sur une note taquine.

« Et pendant ce temps là, je prendrai soin de votre propre demeure. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erac, enfin | Astéride   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erac, enfin | Astéride
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chateau d'Erac] Un cadeau pour le Porcin ? [Astéride]
» [Mariage]Devant les dieux, je suis tien [Astéride]
» Une petite halte [Astéride]
» Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]
» Maximum Ride RPG - Partenariat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: