AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La plume et l'épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skarn
Humain
avatar

Nombre de messages : 42
Âge : 26
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: La plume et l'épée   Ven 28 Jan 2011 - 1:35

Skarn arrêta son cheval d'une tape sur le flanc, comme prit par une subite inspiration. Il regarda quelques instants le paysage, stoppant l'écriture de sa plume sur ses feuillets, qu'il rangea. L'homme était assis d'une manière pour le moins originale. Il tournait le dos à sa maonture, utilisant son cou comme le dossier d'une chaise, les pieds posés sans gêne sur la croupe du cheval, qui ne semblait pas du tout s'en offusquer. La taille colossale du cheval et son manque total de grâce et d'élégance indiquait de suite qu'il ne s'agissait pas d'une monture de course ou de noble, mais d'un vrai destrier de guerre, puissant, rapide et brutal. Haut dans le ciel, un aigle tournait éternellement, sans se lasser. Skarn se trouvait en haut d'une colline lui offrant une vue superbe sur les terres alentours, vertes et claires, avec des champs et des pâturages au loin. Une vraie image d'épinal de la campagne. Il descendit gracieusement de son cheval, et se mit à marcher de manière saccadée, trainant legèrement sa jambe gauche, afin de se dégourdir les jambes.

" Tu ne trouve pas que c'est un beau paysage, Bidigon ? "

Le sus-nommé Bidigon hennit doucement, regardant son maître avec une curiosité toute chevaline. Puis, il fit quelques pas et alla tranquillement brouter l'herbe alentour. Skarn avait appellé son fidèle destrier par ce nom ridicule (mais mignon. Mais ridicule) et affectueux, afin de changer des autres soldats, tous appellant leur destrier "tonnerre", "destruction" ou autre appelation pompeuse. Lui préférait Bidigon. Il observa les collines alentours. Immédiatement, régiments, compagnies et bataillon s'inscrirent dans sa vision du paysage, et manoeuvres et mouvements se gravèrent dans son esprit, cherchant les points vitaux à défendre ou à posséder.

Son regard exercé vit un énorme lac en contrebas, de l'autre coté de la route sur le dos de la colline. Il sourit, et descendit la côtes, suivit par son cheval, sans même qu'un mot soit prononcé. Il était habillé simplement, comme le premier voyageur venu, qu'on croisait sur les routes. Sn grand manteau flottait derrière lui, le vent se levant d'un coup, le frappant de face. Il ne ralentit par pour autant et continua sa prudente descente vers les eaux bleutées du lac. Il passa sous le couvert des arbres, et finit par arriver sur les berges du lac. Il leva la tête, et put voir en haut, très éloigné, un chateau collossal, posa son empreinte sur la region, asseyant sa domination sur le lac en contrebas. Il lui lanca un regard de défi, avant de reporter son attention sur le lac. Il se pencha, et l'une de ses mains éternellement gantées ramassa un cailloux. Il le soupesa, et le lanca d'un geste brusque, innatendu, et puissant.

*floc-floc-floc-floc...*

Après une quinzaine de rebonds, la pierre sombra dans les profondeurs du lac. Il reprit un autre cailloux, et recommenca ses ricochets, rebondissants sur l'eau comme ses pensées rebondissaient dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Aelalia de Gwidyr
Humain
avatar

Nombre de messages : 85
Âge : 29
Date d'inscription : 25/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La plume et l'épée   Ven 4 Fév 2011 - 11:26

Il était encore très tôt, les oiseaux gazouillaient, la douce brise de l’automne venait se heurter contre le château de Missède, les rayons du soleil matinal s'étaient fendu un chemin à travers les rideaux des appartements de la douce Aelalia. La jeune noble s'était levée depuis quelques minutes, n’arrivant pas à dormir plus longtemps.
Le château s’éveillait doucement, le calme régnait alors à Missède. Aelalia profita de se calme pour se préparer et partir en promenade seule. Suite à son bain, la jeune femme s’habilla simplement, du moins à la manière d’un jeune homme, un pantalon, des braies de cuirs, une chemise blanche ainsi qu’une cape pour se protéger de la fraicheur matinale. Aujourd'hui, Aelalia n'était pas vraiment d'humeur à supporter l'agitation du château qui allait surement commencer son brouhaha quotidien dans quelques heures. Une fois apprêté, Aelalia prit la direction des écuries pour préparer Rajid. L’étalon hennit de joie en voyant apparaitre sa maitresse. La jeune femme avait pris une pomme en passant par les cuisines et elle l’offrit à ce cheval gourmand. Une fois prêt, elle sortit rapidement afin de passer inaperçu et pour que l’on ne l’oblige pas à partir avec des gardes.
A l’extérieur du château, Aelalia se mit en selle et prit la route du lac d’Afayel.

C'était une magnifique journée, douce et dorée. Le soleil se trouvait haut dans le ciel, ses rayons dansaient sur les feuilles des arbres. La forêt bruissait des chants des oiseaux. C'était un lieu paisible, où il faisait bon de se reposer. Aelalia avait envie de chanter, voir un endroit pareil, emplissait son coeur de joie. Au centre de cette tranquillité bénie, des oiseaux se mirent à pépier, doucement d'abord, puis plus fort. Le feuillage des arbres devint un havre de musique. La jeune femme se mit à siffloter, tentant d'imiter les oiseaux. Très gentiment, ils la laissèrent se joindre à leurs ramages. Alors qu’elle chantonnait, Rajid voulu se joindre à elle en émettant un faible hennissement, un sourire vint alors se dessiner sur son visage. Comme il était agréable de se promener sans personne pour vous surveiller.

Rajid lui fit vite comprendre que l’allure était trop lente en piaffant d’impatience. Ni une ni deux, Aelalia le lança au galop. Slalomant entre les arbres, ils arrivèrent bien vite aux abords du lac. Immense et d’un bleu éclatant sous les rayons du soleil, cette vision émerveilla la jeune noble. Arrêtant Rajid, elle jouit un temps de la vue, respirant l’air à pleins poumons, l’étalon quand à lui en profita pour brouter l’herbe grasse. Une silhouette au loin attira son attention. Son destrier quand lui sentit la présence d’un congénère, il se mit alors à hennir puissamment, prenant soudain une pose des plus fringantes, levant la tête, les oreilles en avant. Aelalia l’enjoignit donc à rejoindre ces inconnus.

Arrivant sur les berges du lac, une stature imposante s’offrit à son regard. Un voyageur à première vue, rien de bien extraordinaire hormis sa grande taille. C’est tout naturellement qu’elle lui fit remarquer.


« Ce jeu peut s’avérer rapidement lassant. » dit-elle d’une voix neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Humain
avatar

Nombre de messages : 42
Âge : 26
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La plume et l'épée   Sam 5 Fév 2011 - 15:23

« Ce jeu peut s’avérer rapidement lassant. »

Skarn lanca encore deux galets qu'il avait sous la main, puis, voyant qu'il n'en trouverait plus, il reporte son attention sur la femme qui l'avait abordé.

Enfin, la fille plutôt. Elle était assez fine et menue, arrivant tout juste aux épaules du militaire. Par contre, ses vêtements ne cadraient pas avec son visage, et elle était habillée comme un garcon. Il avait une impression étrange en la regardant. Elle emblait legère. Il avait l'impression qu'elle pourrait partir comme une illusion sous un coup de vent, ou qu'elle se briserait s'il la frôlait. Elle semblait décalée avec le paysage autour. Comme s'il ne la voyait pas à sa place. Il cligna des yeux. Elle le regardait avec les siens, comme attendant une réponse qui se faisait tardive. Il regarda le paysage alentour et vit un cheval au loin. Elle était donc venue en cheval. C'était donc bien un autre destrier que le sien qui avait henni.

Il se dirigea vers la jeune fille et marcha vers elle. Elle ne devait sûrement pas avoir atteint les vingt ans. Même pas une adulte. Elle devait très sûrement être une noble. Peut être de la famille missédoise. Avait-elle été là lors de son intégration à la noblesse ? Son visage ne lui disait rien. Il prit la parole.

" Que fait une jeune fille manifestement de haut parage seule près d'un lac ? Vos serviteurs ne vous ont pas emprisonnée dans votre chambre en attente de votre futur mari ? "

Bon, là, il n'était pas très diplomate sur ce coup là. Mais il n'était pas non plus agressif. La vision qu'avait Skarn de la noblesse et de tous leurs petits arrangements politiques, considérant leurs filles comme celle en face de lui comme si elles étaient de simples pions le révulsait au plus haut point. Et la plupart de ces filles s'en fichaient totalement, passant leur vie au milieu d'un confort énorme. Il fit une révérence polie.

" Skarn Jard pour vous servir, demoiselle. Peut être avez vous entendue parler de moi, je suis l'officier du Langehack qui a été recemment anobli. Comprenez ma surprise de voir une personne de votre rang ici seule. "

Il releva son visage dans un sourire et se mit à longer les berges du lac sur quelques pas, marchant dans l'eau avec ses bottes.

" Enfin, je suppose que vous n'êtes pas venue au secours de mon amusement pour rien, n'est ce pas ? Vous avez sûrement une idée de jeu plus approprié. "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La plume et l'épée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La plume et l'épée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La plume du paon... ( autodérision )
» Une nouvelle voie...(Privé Plume de colombe)
» La plume de Rarage | Grande Guerrière => Crèp
» une plume qui tombe du ciel
» Plume Sombre [Journaliste]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: