Partagez | 
 

 Un Songe Eveillé [PV Hellyor]

Aller en bas 
AuteurMessage
Amnesia
Humain
avatar

Nombre de messages : 786
Âge : 28
Date d'inscription : 16/02/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Un Songe Eveillé [PV Hellyor]   Lun 31 Jan 2011 - 19:20

    Tandis que la troisième Lune se portait haut dans le ciel, voici le vagissement de l'animal qui, doucement, se noie dans les profondeurs d'une pénombre certaine. La Belle alors à ses côtés, une larme échappée, se laisse choir langoureusement, reposant en son sang versé.


    -------------


    Trois nuits désormais. Trois nuits durant lesquelles la jeune guerrière s'était éveillée que trop brusquement des songes qui la tourmentaient. Une traque inachevée, dont la seule issue ne lui paraissait que trop présente, trop accablante. La respiration haletante, la voici à nouveau s'éveillant, en un gémissement étouffé, tandis que, prenant appui sur ses avant-bras, elle se redressait. Prenant un certains temps afin de remettre chaque idée en place, elle laissera ses iris vagabonder alentour. Le décor était familier : une chambre aux proportions modestes, située en l'une des nombreuses demeure de la capitale des hommes. Là néanmoins, elle résidait.

    En quête d'apaisement alors, la Demoiselle inspirera profondément. Répétant l'opération à de nombreuses reprises, elle s'accordera finalement le loisir de regagner confortablement sa couche. Ses iris, pourtant, resteront campés sur le mur opposé de la pièce, qu'elle se contentait de deviner au sein de la pénombre. Une heure passant ainsi, elle finira par regagner le Royaume des Songes.


    -------------


    Ce fut la lueur pâle du soleil qui éveillera la Guerrière, caressant son visage, humide. Ouvrant les paupières, elle laissera ses iris vagabonder, ici et là, distraitement. Là, les feuilles des arbres centenaires laissaient filtrer la lumière de l'astre, tandis que le ciel arborait son plus beau costume, d'un bleu d'une splendeur inégalable. Elle s'y perdra d'ailleurs, le temps d'un instant, alors que la brise matinale fouettait son visage. La rosée humidifiait ses vêtements et ses chaires. Alors seulement, elle se rendra compte qu'elle tremblait, privée de l'épaisse couverture qui la recouvrait encore plus tôt dans la nuit, semblait-il.

    Finalement, voici ses doigts qui tâtonneront alentours, enlaçant les brindilles d'herbe sauvage qui parsemaient le sol sur lequel elle reposait. La scène semblait irréelle. Grotesque. Rêvait-elle ? Comme pour s'en assurer, elle laissera la paume de sa main, désormais humide, regagner sa joue. La fraîcheur qui en émanait semblait pourtant d'un réalisme frappant. Se redressant alors en un brusque sursaut, elle portera son regard alentour. Quelques secondes de plus, et la voici sur ses jambes. Là, ses pieds nus foulèrent alors le sol, en quelques pas maladroits, incertains. Sa tenue laissait à désirer : une simple robe légère, retombant au dessus de ses genoux. Quant à ses armes ? Portant ses mains à son côté, elle n'en trouvera nulle trace.

    Fronçant les sourcils, elle tentera alors de remettre ses idées en place, quelques rides soucieuses venant barrer son front. Non sans mal, elle se remémorera son premier éveil, au sein de sa propre couche. Là, elle s'était assoupie, harassée par la fatigue. A partir de ce moment précis, plus rien ne lui revenait en mémoire, sinon l'odeur délicate de l'herbe qui venait caresser son visage. Puis ce décor.

    Ce décor qui, curieusement, lui était familier. A bien y regarder, elle reconnaissait bien là ce rocher, dominant ses semblables de quelques mètres. Cet arbre, également, où logeait un écureuil agacé. Ce sentier, non loin, ou parfois, quelques rôdeurs exceptionnels s'en allaient en marche. Chaque détail semblait prendre une ampleur qui lui échappait. La jeune femme ne parvenait à se remémorer une quelconque visite précédente en ces lieux. Elle esquissera alors encore quelques pas, en une direction qui échappait à sa volonté propre.

    Quelques mètres plus loin, elle s'arrêtera, dessinant un arc de cercle autour d'un arbre abattu. Ce dernier, dans sa chute, avait percuté un second arbre, contre lequel il reposait toujours. Ainsi incliné, il représentait un plan de grimpe acceptable. C'est ainsi qu'Amnesia s'engagera dans l'ascension, prenant grand soin de ne pas s'écorcher imprudemment la plante des pieds. Il fallait reconnaître néanmoins que la chose, en ces lieux, n'était pas aisée. Que brindille, chaque pierre représentait une manière quelconque de se blesser. Légèrement, certes. La chose n'était pourtant que moyennement appréciable.

    Parvenue à mi hauteur, elle cessera son avancée, s'accroupissant soudainement. Par delà les buissons, un bruit venait d'attirer son attention. En une méfiance accentuée par l'incompréhension la plus exemplaire de la situation, elle plissera les yeux, cherchant à discerner la cause de cette agitation nouvelle. Tout cela dépassait l'entendement. Il fallait bien avouer qu'elle était... Perdue... Oui, la jeune femme ignorait en quelle direction il aurait été le plus aisé la ville des hommes. Elle ignorait jusqu'à combien de temps cela lui prendrait. Combien de temps s'était-il écoulé, depuis qu'elle avait perdu conscience de ses faits et gestes ?







Revenir en haut Aller en bas
Hellyor
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 123
Âge : 26
Date d'inscription : 11/12/2007

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un Songe Eveillé [PV Hellyor]   Mar 1 Fév 2011 - 20:12

La nuit durant laquelle la demoiselle c’était aventurer au dehors de leur demeure, où du moins, c’était ce que croyait le rôdeur, était restée sans réponse, aucune. Le jeune homme ne l’avait pas brusqué et avait accepté son silence, légèrement perplexe au vu de la situation. Il désirait comprendre pour mieux pouvoir l’aider, mais si elle se refusait de se livrer totalement à lui pour le moment, il ne pouvait y faire grand-chose. Durant les jours qui suivirent, le rôdeur se promit d’être d’avantage vigilent aux bruits qui se produisaient autour de la demeure. Cependant,malgré qu’il eut redoubler de vigilence, ses capacités de rôdeur n’était plus aussi accrues qu’avant et il devait admettre, dans une certaine mesure, que cela l’ennuyait beaucoup. Il désirait retrouver la mémoire pour certaine chose, mais peut-être il eut mieux fallu s’abstenir de la retrouver? Après tout, il était bien en compagnie de la jeune femme et ne se souciait pas réellement d’autre chose que de son bien-être.

Lors d’une nuit, le jeune homme dormait paisaiblement,après avoir déposer un ultime baiser sur les lèvres douces de la jeune femme qui partageait désormais son quotidien. Plusieurs heures s’écoulèrent calmement ainsi, sans qu’il ne sortent de ses songes tourmentés. Ce ne fût qu’a son réveille, lorsqu’il senti une vague absence à son côté, qu’il commença à remuer légèrement dans le lit. Se redressant lentement pour poser son regard sur la place vide, il glissa le bout de ses doigts afin d’évaluer depuis combien de temps la guerrière avait pu quitter là couche. Celle-ci était tiède, loin d’être chaude, ce qui signifiait que ça faisait un moment qu’elle n’était plus là. Fronçant les sourcils, en essayant de garder son calme, il se hissa sur ses pieds et prit la direction de la pièce principale, sachant pertinemment que si elle ne se trouvait pas là, elle ne serait pas dans la demeure. L’air froid qui l’acceuillit ne le rassura en rien. Aucune présence vivante ne se trouvait là. Conscient de ce qui avait dû se produire, le rôdeur se hâta rapidement dans la pièce où se situait leur couche et prit son sac en le remplissant des trucs essentiels; vêtements de rechange, couverture, cape, bourse et de quoi se nourrir pendant son trajet. Il se devait de la trouver. Nul doute qu’elle avait une nouvelle « crise » don il ignorait tout, mais il ferait tout son possible pour la retrouver en vie et avant qui lui arrive malheur.

Encore une fois, il s’habilla en vitesse, prit rapidement de quoi manger et s’aventura dans les rues déjà bondées de gens appartenant au peuple. Rabattant le capuchon de sa cape sur le haut de son crâne, il lança un regard dans chacune des directions que lui proposait les ruelles, puis s’engagea finalement dans celle de gauche, se fiant à l’intuition qui l’assaillait. Aurait-il retrouver une partie de ses facultés? Il en doutait. Il savait simplement que suivre une intuition pouvait s’avérer judicieux. Le regard rubis du rôdeur arpentait la moindre parcelle de terre, cherchant un indices quelconque qui puisse lui indiquer la direction qu’elle avait prit. Combien de temps pouvait-elle avoir en avance sur lui? Il l’ignorait. Une fois encore, il maudit sa vigilence et se promit que lorsqu’il la retrouverait, il ferait en sorte de savoir ce qui pouvait bien causer les crises qui l’assaillaient. Après tout, ils s’étaient toujours retrouver, peu importe le temps ou le lieu emprunter par l’un d’eux. Étrangement, c’était comme s’ils s’attiraient l’un l’autre, sans nécessairement en avoir pleinement conscience.

À force d’arpenter ainsi les ruelles, certaines rumeurs lui parvinrent et certaines concernait celle qu’il recherchait. Une journée en ville pouvait toujours s’avérer fructueuse. S’arrêtant près de l’un des guets qui s’occupait de garder la principale accès à la capitale humaine, il le hélas fortement.


- Ohé! L’ami!

Le garde l’avisa finalement et l’invita à poursuivre ce qu’il avait à lui dire, grâce à un signe de tête en sa direction. Le rôdeur lui expliqua brièvement la situation et lui demanda s’il n’avait pas entendu de la part des autres gardes certaines rumeurs qui puissent l’aider dans sa quête. Celui-ci lui répondit que les sentinelles de nuits avaient effectivement repérer une femme qui s’éloignait de la ville, légèrement vêtu. Cependant, il n’aurait sût dire par où elle était partir. Le remerciant, Hellyor s’aventura hors de la ville et s’engagea dans un long périple, impossible pour lui de prévoir la durée que celui-ci pourrait prendre.

Les jours s’écoulèrent, sans qu’il puisse mettre une durée sur ceux-ci. Sa quête se poursuivait, ardement, à travers l’ensemble des villages qu’il pouvait croiser, mais aucun de leurs habitants ne purent lui indiquer la direction exact de l’endroit où se trouvait la guerrière. Sans se décourager, il poursuivit, sans relâche, avec archarnement. Ce fût lors d’un matin légèrement ensoleillé que sa quête prit finalement fin. Ses pas l’avaient mener en terre stérile et devant lui, se trouvait un léger promoutoire. Se frayant discrètement un chemin vers le celui-ci, le rôdeur escalada avec aisance le plateau qui s’offrait à lui et gagna rapidement le cœur de celui-ci. Tout ses sens en alerte, il avait discerner une présence tout près, mais il ignorait qui cela puisse être. Tirant sa dague de son fourreau afin d’être plus apte à ce défendre, le rôdeur laissa son regard vagabonder parmi les formes mouvantes qui s’offrait à lui. Déposant doucement son sac au centre d’une clairière, il s’accoupit en voyant l’herbe légèrement applatit. Quelqu’un c’était trouver là, quelques minutes plus tôt, mais qui?

Le regard flamboyant du jeune homme observait chaque parcelle de verdure, se disant qu’il lui serait aisé de repérer l’intrus parmi la végétation. Il se trouvait en terre stérile, donc il était tout à fait normal qu’il soit ainsi sur ses gardes. Il pouvait tomber sur bon nombre de créatures, sans oublier les sombres qui ne devaient pas rôder bien loin de l’endroit où il se trouvait. Fronçant les sourcils, lorsqu’il ouï quelques choses derrière lui, il pivota lentement en direction du responsable. De la responsable plutôt. Là, elle se trouvait. Son visage d’abord soucieux se détentit légèrement, puis prit une forme inquiète. Depuis combien de temps se trouvait-elle là?

Revenir en haut Aller en bas
Amnesia
Humain
avatar

Nombre de messages : 786
Âge : 28
Date d'inscription : 16/02/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Un Songe Eveillé [PV Hellyor]   Lun 21 Fév 2011 - 15:48

    La Demoiselle mit un certain temps avant de mettre un nom sur la silhouette qui, pas à pas, se dessinait face à elle. Laissant un bref soupir échapper à ses lèvres, elle en viendra à effectuer un demi tour, redescendant prudemment de son perchoir. Laissant ses main se rabattre sur le tissu de sa robe, puis sur ses cheveux, elle laissera une brève grimace marquer ses traits. Son allure était plus ou moins pittoresque : ses vêtements autrefois immaculés laissaient apparaître ici et là quelques tâches verdâtres. Ses cheveux, quant à eux, étaient en un désordre assez surprenant. Elle aurait ainsi semblé tout droit sorti d'une course au sein de quelques buissons épineux.

    Cela mis à part, la Demoiselle semblait en pleine forme. Déboussolée, certes – qui ne le serait pas -, mais en pleine forme. Pas l'ombre d'une plaie ne marquait sa chaire, ou ne souillait sa tenue. Seules quelques coupures sur ses pieds. Blessures bénignes dues à ses divers déplacements. Ne s'en souciant guère plus, elle marquera un temps d'arrêt, une fois la terre ferme recouvrée. Glissant ses iris sur le demi elfe, elle penchera légèrement la tête sur le côté. Alors, une interrogation échappera à ses lèvres, closes quelques instants encore plus tôt.


    « Hellyor ? »


    Voici tout ce qu'elle avait alors trouvé pour s'assurer que cette vision nouvelle ne fut pas un tour de plus joué par son esprit tourmenté par quelque mal dont elle ignorait l'origine. Curieusement, son contour était net, sa présence manifestement indubitable. Comment était-il parvenu jusqu'à elle ? Elle même ignorait de quelle manière elle s'était rendue jusqu'ici. Elle ignorait d'ailleurs où se situaient ces lieux. Mais enfin, voyons la chose avec plus de justesse : s'il s'était rendu jusqu'ici, il savait comment en repartir. Voilà enfin une évidence.

    A pas de loups, elle me portera à sa rencontre, examinant ses traits le temps d'un instant encore. Quelques rides marquant son front, elle finit par laisser un sourire se dessiner sur ses lèvres. Peu à peu, ce sourire devint un rire, tandis que, penchant la tête en arrière, la voici désormais riant aux éclat. Se détournant du jeune homme, elle effectuera quelques pas, avant de se laisser tomber à terre, s'asseyant en tailleurs. Tout ceci était tellement... Grotesque ! La nervosité, sans doute. Cependant, elle cessera bien vite de rire, recouvrant un calme impassible.


    « Comment est-tu parvenu jusqu'ici ? {...comment suis-je parvenue jusqu'ici ?...} Où sommes-nous ? Et sais tu... {...sais-tu ce qu'il se passe ?...} Peu importe... Je suis heureuse de te voir... »


    Jetant un coup d'oeil par dessus son épaule, elle l'observera un instant. La songeait-il atteinte par quelconque démence ? L'était-elle ? Non, elle était assurée qu'il n'en était rien. Néanmoins, de nombreuses interrogations assaillaient son esprit, troublant ses songes. Si elle venait de s'éveiller, elle sentit pourtant une soudaine lassitude gagner chaque membre, chaque parcelle de son corps. Relevant alors les mains, elle déposera son front sur ses paumes humides, en un soupir. Jamais encore n'avait-elle à ce point souhaité s'éveiller. Unique problème à la chose : elle ne rêvait pas... ou plus.

    Finalement, après quelques minutes plongée en un mutisme certain, elle bondira sur ses jambes, et balaiera les lieux d'un vague coup d'oeil, comme elle l'avait fait avant l'arriver de son compagnon. L'air était d'une fraîcheur sans pareil, et elle inspirera profondément, apaisant ses sens. Sa respiration se fit plus mesurée, et plus sereine. Le soleil inondait désormais sa chaire d'une lueur subtile.

    Alors soudain un cri se fit entendre, non loin. A en juger par la tonalité, il appartenait sans nul doute à une personne de la gente féminine. Une note cristalline, bien que déchirante. Bien tôt, elle sera suivie d'une note plus profonde, et plus grave. Bestiale. La souffrance qui en émanait transperçait les chaires. L'échine alors parcourue d'un tressaillement, la Demoiselle pivotera en direction de ce vacarme. Penchant légèrement la tête sur la côté, elle froncera les sourcils. Ce son lui était familier... Alors, sans prendre la peine de concerter le jeune homme, poussée par son seul instinct, elle s'élancera en avant.

    Ni arme, ni armure. Son pas était léger, vif. Bondissant de temps à autres, elle franchissait les obstacles se dressant sur sa route. Fort heureusement, le chemin était parsemé d'une herbe fraîche, qui épargnera plus ou moins la plante de ses pieds nus. Bien sûr, quelques fois, un buisson écorchait sa jambe, on son bras. Rien de bien alarmant, cependant. Rien en comparaison de ce second cri qui s'élevait.

    La voici finalement débouchant en un endroit reculé, ou s'étendait une parcelle importante, à découvert. Au centre de celle ci, reposait une créature équine. Le cheval, allongé sur le flanc, n'émettait qu'un souffle rauque, irrégulier. De son chanfrein, une large filet écarlate ruisselait, formant au sol une flaque épaisse. S'avançant de quelques pas en direction de l'animal, la jeune femme ralentira cependant l'allure, discernant une seconde forme, frêle, emmitouflée contre la créature. Esquissant quelques pas sur le côté, elle discernera un visage fin, inondé de larmes et encadré d'une chevelure d'or. Le corps, svelte, était secoué par quelques sanglots étouffés.

    Elle se décidera alors à rejoindre les deux êtres, au moment même ou elle savait le jeune homme parvenu lui même sur les lieux. Sans manquer aux règles de prudence, elle interpellera évasivement l'inconnue, qui relèvera la tête, en une grimace surprise. Alors elle s'arrêtera brusquement, discernant ses traits avec plus de précision. Cette femme...


    « Qui... qui êtes-vous...? Que me... que me voulez-vous...? »


    Sa voix était brisée par la peine. Néanmoins, il en émanait une pureté sans précédent. Ses iris, émeraude, allaient et venaient de la guerrière -qui ressemblait en cette heure fort peu à une guerrière- au rôdeur. La jeune femme prit alors la parole la première, laissant ses bras retomber le long de son corps, tandis que ses pieds avançaient d'un pas, puis de deux. La beauté qui émanait de la créature paraissait irréelle.


    « Nous ne vous voulons pas de mal... Ne craignez rien... Êtes-vous blessée..? »


    Elle la vit alors secouer vivement la tête, puis enfouir son visage au sein de la crinière du cheval qui paraissait être son compagnon. Le sang qui s'écoulait était uniquement sien. Pourtant, l'animal était encore en vie... Pour le moment... Le trépas ne tarderait sans doute plus à l'emporter, à en juger par l'abondance du sang a terre. Amnesia jettera alors un coup d'oeil en arrière, troublée par la situation. Ses iris se poseront alors sur son compagnon, l'interrogeant du regard. La situation paraissait presque trop... curieuse... Cependant, il ne pouvait savoir que cette jeune femme ne lui était pas inconnue, et que là était bien la chose la plus troublante pour la guerrière.


Revenir en haut Aller en bas
Hellyor
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 123
Âge : 26
Date d'inscription : 11/12/2007

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un Songe Eveillé [PV Hellyor]   Lun 28 Fév 2011 - 2:13

Malgré l’apparence qui pouvait lui paraître fort grotesque, le jeune homme était heureux de retrouver sa compagne après cette longue séparation forcée. Un sourire aurait tôt fait de se dessiner sur ses lèvres, s’il n’aurait vu le regard interrogative de la demoiselle se poser sur lui. Se souvenait-elle de lui? Fronçant de nouveau les sourcils sans la quitter des yeux, il hocha doucement la tête à son interrogation, lui signifiant que c’était bel et bien lui qui se trouvait là, avec elle. Il ne savait guère comment réagir, puis s’appliqua finalement à s’approcher d’elle afin de s’assurer qu’elle ne portait aucune blessure sérieuse qui puisse s’infecter. Elle ne portait ni botte, ni armure et il se demandait bien comment elle avait pu faire pour se rendre jusqu’au terre stérile dans blessure apparente.

Seulement, alors qu’il s’approchait en même temps qu’elle, le sourire qui s’afficha graduellement sur les lèvres de la guerrière le rassura en partie et il ne put réprimer d’avantage sa joie de la retrouver saine et sauve. Elle aurait bien pu tomber sur des bandits ou même des drows, Cependant, elle semblait en bonne santé, ce qui était très étonnant. Affichant le même sourire, il observa sa silhouette se déplacer dans le paysage alors qu’elle laissait entendre son rire cristallin. En fait, c’était la première fois qu’il la voyait se relâcher autant depuis leur retrouvaille et le rôdeur ne s’en plaignait pas. Mieux valait la retrouver dans cette état plutôt qu’a l’agonie. Avec l’amnésie qui le frappait toujours, le jeune homme avait eu du mal à s’orienter à travers les terres du continents et il avait dû demander plusieurs fois son chemin, mais heureusement, les gens avaient été fort sympathique et lui avait indiqué avec détail les routes à prendre pour parcourir le plus de lieux possible en un cours laps de temps. Quand elle prit place sur le sol, Hellyor posa son regard dans le dos de celle-ci, refusant de la quitter du regard. Il pouvait se dire, que, même habiller de la sorte, il ne pouvait guère lui trouver un défaut. Elle était beaucoup trop belle à ses yeux.


« Comment est-tu parvenu jusqu'ici ? {...comment suis-je parvenue jusqu'ici ?...} Où sommes-nous ? Et sais-tu... {...sais-tu ce qu'il se passe ?...} Peu importe... Je suis heureuse de te voir... »

Les questions qui assaillaient la demoiselle, étaient exactement celles qui l’assaillaient lui, depuis le moment où il s’était retrouvé seul dans la demeure de la capitale humaine. D’abord, il resta silencieux et s’accroupit en caressant doucement l’herbe de la clairière. Elle était fraîche et humide à la fois. Il eut un léger sourire à la dernière phrase de la jeune femme et elle pouvait bien se douter que la réponse était la même pour lui. Sa présence lui avait cruellement manqué pendant son absence. Relevant son regard flamboyant, il croisa de nouveau le regard de la guerrière, prêt à répondre à toutes les questions qui demeuraient pour l’instant sans réponse.

- J’ai dû arpenter plusieurs villes et village avant de parvenir jusqu’ici et heureusement, j’ai été aidé par des voyageurs. Avec mon amnésie, je n’aurai sûrement pas réussir à trouver cet endroit. Nous sommes en terres stériles, près de la frontière qui nous séparent des sombres.

Pour le moment, il ne pouvait guère donner plus d’explication. Il ne savait pas de quoi était atteinte la demoiselle, si atteinte, elle était. À peine ses explications furent-elle terminer, qu’un cri perçant parvint aux oreilles du demi. Il jeta un regard rapide en direction de l’humaine et vit qu’elle avait perçut la même chose que lui. Si elle avait réussi à l’entendre, ils se trouvaient à une certaine proximité de la détentrice de cette voix. Voulant jouer la carte de la prudence, il n’en eut guère le temps, puisque voilà la demoiselle qui s’élançait en direction de la forêt, avec la ferme intention parvenir jusqu’aux intrus. Prenant rapidement le sac qu’il avait posé sur le sol, il s’élançant à son tour avec une agilité non dissimulé et se fraya un chemin parmi les différents feuillus qui abondaient dans cette forêt. Évitant les obstacles, il arriva quelques minutes à peine après la jeune femme et posa rapidement son regard sur la bête allongé au sol. De là où il était, il avait peine à discerner la silhouette de l’inconnue située près de la bête.

Le rôdeur n’avait pas tiré ses dagues, voyant qu’ils ne risquaient rien pour le moment avec l’animal blesser et la jeune femme. Doucement, pour ne effrayer pas celle-ci, il fit quelques pas en direction de la guerrière. De ce point de vue, la scène se dessinait plus nettement et il avisa finalement la blessure de l’animal qui semblait aux portes de l’agonie. Lorsqu’elle s’exprima, il n’eut aucun doute que c’était bel et bien elle qui avait lancée le cri quelques instants auparavant. Quand la douce lui demanda finalement la question qui les tracassait tout les deux, il sentit sa peur envers la perte de son compagnon. Croisant le regard de sa compagne, le rôdeur s’approcha encore d’avantage et ouvrit le sac qu’il avait transporté depuis Diantra. Celui-ci contenait un bon nombre de choses pour lui permettre de survivre et mêmes quelques vêtements pour la jeune femme, qu’il avait prit soin d’amener pour le moment où il la retrouverait. Il sortit une grosse couverture et s’approcha lentement de la petite. Il ne voulait pas l’effrayer d’avantage, mais elle ne pourrait rester éternellement près du cheval. Quand il s’approcha encore plus, elle se cramponna d’avantage à la crinière du cheval, comme si elle craignait qu’il l’en éloigne. Avec délicatesse, il vint déposer la couverture sur ses épaules et examina le cheval rapidement. Malheureusement, la plaie était cacher en partie par l’inconnue et si elle ne bougeait pas, il ne pouvait rien pour le cheval.

Il doutait pouvoir faire quelques choses, mais il aurait au moins essayé. Il tourna un regard perplexe vers la demoiselle, ignorant aussi ce qu’ils devaient faire. La blonde semblait tellement déboussolée par la perte de son compagnon. Se raclant la gorge, il s’accroupit près d’elle.


- Écoute, si tu veux, je peux essayer de soigner ton cheval, mais tu dois me laisser voir sa plaie.

D’abord, aucune réaction ne pu se faire voir, puis après quelques secondes, la tignasse blonde se tourna vers lui avec un hoquet de sanglot. Au bout de ses limites et d’idées, elle hocha doucement la tête et contourna rapidement le cheval pour venir lui tenir la tête et rester près de lui. Tant qu’a lui, Hellyor, se tourna vers Amnesia et lui fit signe d’approcher. Elle saurait forcément comment l’aider, comme elle lisait beaucoup de livre d’herboristerie.

- Je t’ai amené quelques vêtements pour que tu puisses te changer, mais si nous avons des chances de stopper l’hémorragie, ils risqueraient d’être utiles pour d’autre fonction.

Ce n’était guère le moment de rigoler, mais l’atmosphère était tellement tendue, qu’il n’avait pu réprimer la remarque. Fronçant les sourcils, concentrés, il laissa son regard parcourir les muscles mis à vif du cheval. Le spectacle était loin d’être beau à voir et il doutait réellement pouvoir faire quelques choses.
Revenir en haut Aller en bas
Amnesia
Humain
avatar

Nombre de messages : 786
Âge : 28
Date d'inscription : 16/02/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Un Songe Eveillé [PV Hellyor]   Lun 28 Fév 2011 - 9:41

    Ainsi la jeune femme s'était-elle redressée, afin de laisser place aux inconnus. Si cela ne l'enchantait d'aucune sorte, elle n'en laissera rien paraître, gagnant le chanfrein de son compagnon. Des larmes perlaient encore le long de ses joues, tandis que ses épaules étaient secouées en un rythme irrégulier par quelques sanglots muets. Ses iris, désormais, étaient campés sur le rôdeur qui s'affairait près de l'animal blessé. Finalement, elle accordera un bref coup d'oeil sur la guerrière qui s'approchait à son tour. Les regards se croisèrent, une fraction de seconde.

    Amnesia viendra s'accroupir sans un mot, auprès du jeune homme, tandis que son attention se portait sur la plaie béante. A la mention des quelques vêtements, elle prendra sur elle de s'en emparer, glissant sa main au sein du sac précédemment ouvert. En tirant quelques tissus, elle les appliquera bien tôt sur la blessure, afin de stopper l'hémorragie. Si elle n'avait pris la peine de quémander son approbation, jugeant la chose urgente, elle ne se pressera pourtant pas d'avantage, se contentant de maintenir fermement la compresse.

    Ses lèvres s'ouvrirent alors, en une ferme intention de palabre quant à son impuissance. La souffrance était trop importante. Le mal irréversible. Nul ne pouvait combattre ainsi le trépas. Elle n'en eut cependant pas le temps. Avant de ne pouvoir formuler la moindre sentence, un soupir rauque traversera l'animal pour la dernière fois, tandis que son coeur cessait de battre. Glissant une main sur le flanc de la créature, elle secouera doucement la tête, avant de relâcher la pression sur les tissus. Ses iris alors glisseront sur la jeune femme, qui ne pipait mot, les yeux exorbités.


    « Je suis désolée... »


    A ces seuls mots, l'intéressée semblera s'effondrer sur elle même, enfouissant à nouveau son visage dans la crinière de l'animal. Quelque mots échapperont alors, bouleversés et incompréhensibles. Ses mèches blondes étaient désormais maculées de sang, à l'instar d'une partie non négligeable de sa chaire et de ses vêtements. A en juger par ses mains, crispées, elle était sujette à quelques tremblement incontrôlés. Le choc, sans doute ?

    Alors Amnesia se redressera prudemment, effectuant un pas en arrière. Oui, elle était navrée, mais ainsi allait le cours des choses. Elle ne pouvait s'y opposer. Pourtant, un nouveau doute semblera la gagner, tandis qu'elle froncera légèrement les sourcils, quelques rides venant marquer son front. Elle observait la scène en sa globalité. La jeune femme, désemparée aux côté de son compagnon perdu... Elle aurait du s'éveiller. Oui, c'est à cet instant précis qu'elle s'éveillait toujours. Comprenant alors soudainement où la menaient ces quelques songes, elle retiendra un hoquet de surprise, reculant encore d'un pas.

    Etait-ce possible ?

    Secouant la tête, elle ne remarquera même pas le regard de la jeune femme se poser sur elle, puis sur Hellyor. Celle-ci s'était redressée, bras ballants, tête basse et épaules voutées. Un loin, un bruissement imperceptible à l'oreille humaine. Quelque chose, se frayant un passage entre les buissons. Cela sera la jeune femme aux long cheveux d'or qui semblera réagir la première, ses iris se portant loin sur sa gauche. Un seul mot échappera en cet instant à ses lèvres qui, pourtant, ne sembleront pas même s'entrouvrir.


    « Non... »


    Se précipitant sur le rôdeur, elle s'emparera de son bras, le poussant à se relever. Si sa silhouette paraissait bien frêle et amaigrie, elle fera pourtant preuve d'une certaine force en cette simple action.


    « Ils reviennent... Ils reviennent toujours... »


    Alors, sans lâcher le jeune homme, elle se tournera vers la guerrière, qui n'avait encore été en mesure de prendre note de l'origine de cette agitation soudaine. Les mots qui lui parvinrent paraissaient lointains. Elle en comprit pourtant le sens. L'urgence, également, transparaissait en cette voix aux intonations de cristal. Les larmes avaient quitté ce visage de porcelaine. Une détermination nouvelle y faisait place. Amnesia était-elle la seule à se voir troublée par ce revirement soudain ? Sans doute.


    « Il faut partir, suivez-moi... »


    La suivre ? Voilà bien une idée qui, bien malgré elle, ne l'enchantait guère. Jetant un coup d'oeil au rôdeur, elle sera pourtant bien tôt forcée d'admettre qu'il n'était aucunement prudent de rester en ces lieux, tandis que quelques grognements parvenaient finalement à sa portée sensorielle. Quelques bruissements, également. Examinant la scène, elle achèvera finalement en hochant la tête en guise d'approbation. Quelque soit le danger, seul Hellyor était muni pour y faire face. Ils ne pouvaient se permettre un tel péril.

    Satisfaite alors, la demoiselle blonde s'élancera, lâchant finalement le bras du demi-elfe.

Revenir en haut Aller en bas
Amnesia
Humain
avatar

Nombre de messages : 786
Âge : 28
Date d'inscription : 16/02/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Un Songe Eveillé [PV Hellyor]   Jeu 16 Juin 2011 - 8:39


----------

[SUJET ABANDONNE - A FERMER]

----------
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Songe Eveillé [PV Hellyor]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Songe Eveillé [PV Hellyor]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Songe d'une Nudité...
» Songe lunaire.[libre]
» Un Murmure porté par les flots [Hellyor]
» Le travail pense, la paresse songe - Gretel
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: