Partagez
 

 Que les chasses commencent !

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aurore de Rosemont
Humain
Aurore de Rosemont

Nombre de messages : 149
Âge : 1234
Date d'inscription : 25/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeDim 27 Fév 2011 - 18:25

Rouges violacées. Oranges brulées. Mauves foncées. Dansant la valse du vent, elles tombent. L’hiver frapperait, mais pas pour l’instant. Sinlieh devait ouvrir les chasses. Celle que le baron organisait chaque année, chaque automne. Bientôt les bruits des sabots, frappant le sol, faisant craquer la nature morte, reviendraient envahir la forêt de Féoda.

Nobles et seigneurs Ysarois étaient invités, par leur seigneur le digne Harnyll de Hetalia. Pendant plus d’une semaine, Ysari serait envahi par des seigneurs, nobliaux et gens de hautes marques. Pour une fois depuis le mois de Karfias, la demeure de la châtelaine Aurore de Rosemont allait être le centre du spectacle. Pour une soirée, mais une soirée de marque.

Spoiler:
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il restait une semaine lorsque la châtelaine fixa intensément la couleur automnale. Tous se mêlaient à la tâche. Les domestiques préparaient les chambres, avec attention. A trop vouloir la perfection, les petits détails vous échappaient. Aurore était bien la fille de Wilfrid, même ambition, même préoccupation : la perfection et ce même pour un jour. Elle n’allait pas faire exceptions à laisser la poussière prendre place dans sa demeure. Sinlieh était devenu aussi productive qu’une ruche ou fourmilière. On la remettait en état et enfin on y verrait la maison sous toute sa splendeur.

Après avoir écris, à sa cousine, la future baronne de Missède, elle descendit dans les jardins. C’était la seule fois de l’année où le personnel de la maison se serrait les coudes afin de faire les chasses, les meilleures de la péninsule. Il ne fallait pas louper ce moment, surtout que la jeune châtelaine devait se montrer à la hauteur pour recevoir son amant. Il comptait sur elle sentimentalement et surement encore plus pour montrer le meilleur d’elle-même.

Aurore referma sa cape et se balada dans le sentier qui menait dans la forêt. Elle caressait l’écorce des arbres. Elle s’arrêta un peu plus loin et retira les vieilles fleurs, les herbes grimpantes et souffla sur la plaque de marbre. C’était son endroit secret. Celui que personne ne connaissait. Sauf les morts qui y habitaient.

Elle referma les yeux et soupira. Elle était si seule. D’une manière ou d’une autre, mais elle n’arrivait pas à défaire ses démons qui la hantaient. Ils étaient et seraient davantage présents lorsque la cour sera pleine.

Se relevant péniblement, elle reprit le chemin de la maison. Essuyant les larmes qui perlaient sur son visage. Les derniers jours étaient pénibles. Ne lui restait que son fidèle compagnon. Un bébé loup qui grandissait à vu d’œil. La solitude n’était pas son problème lui. Il se pavanait partout, il faisait le petit fou.

Le problème se trouvait en elle, dans son ventre. Comment faire passer un ventre rond alors que toutes les options étaient contre vous. Elle n’était pas mariée ! Elle avait encore moins le choix de le cacher, mais cacher était encore là un mot compliquer. Elle était piètre menteuse, mais elle pouvait compter sur sa cousine pour tenir le secret et encore plus sur le baron. Elle ne tenait pas à lui faire de tort. Le temps serait très mal choisi, elle ferait donc ce qu’il fallait faire. Éviter de trop s’emporter, de poser sa main sur son ventre, du moins, elle devait perdre ses mauvaises habitudes et rester le plus naturel qu’il soit.

Même son conseiller avait pris le temps de lui rappeler qu’en aucun cas, elle devait jouer trop près du baron. Les dernières nouvelles de la baronnie laissaient à désirer sur le comportement de la châtelaine si on venait à savoir qu’elle était enceinte. Après de longues heures protocolaires, comme les avaient appelées Aurore, elle alla prendre place dans son petit salon, regardant le feu danser dans l’âtre.

Protocole par ci, préséance par là. Ils me prennent pour une gamine …

Elle avait reçu trois interdictions formelles de son conseiller. Les trois concernant le baron. Comme si elle était assez folle pour jouer les maitresses, elle avait grandi en si peu de temps. Elle ne pouvait pas entacher la réputation d’un baron ainsi. Surtout pas la réputation de l’homme qu’elle aimait…
Revenir en haut Aller en bas
Harnyll de Hetalia
Humain
Harnyll de Hetalia

Nombre de messages : 1607
Âge : 115
Date d'inscription : 14/11/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeLun 28 Fév 2011 - 10:00

Les chasses d’automne constituaient toujours un moment de l’année fort agréable pour le baron d’Ysari. Grand chasseur devant l’Eternel, il se plaisait fort à traquer et abattre ses proies, dont les têtes empaillées ornaient ensuite les murs de son pavillon de chasse. Cerfs, sangliers, renards, loups, aucun gibier ne pouvait espérer échapper à son destin. Bien évidement, l’animal le plus noble restait le cerf, les grands dix-cors constituant le summum des trophées récoltés par un chasseur. Or d’après ses veneurs, au moins un dix-cors avait été aperçu dans la forêt de Féoda quelque jour plus tôt.

La veille encore, le baron s’était rendu au chenil afin de vérifier l’état de sa meute. État fort satisfaisant au demeurant, les belles bêtes n’attendaient que le son du cor pour se lancer à la poursuite du gibier. Ce fut donc un baron de fort bonne humeur qui se leva ce matin là, sifflotant un petit air entrainant. Humeur d’autant meilleure qu’à Féoda il allait pouvoir retrouver sa maîtresse et la future mère de son enfant : Aurore de Rosemont.

La jeune femme était en effet restée à Sinlieh le temps que le baron résolve ses « problèmes » de couple. « Problèmes » n’étant pas le terme le plus adapté, mais il s’agissait en tout cas du plus politiquement correct. Soupirant face à ce gâchis colossal, Harnyll s’habilla tout en se demandant vaguement ce que pouvait devenir Lucrèce. D’après les rapports des clercs de la chancellerie détachés à Diantra, son ancienne femme se remettait assez bien de sa répudiation et avait trouvé du réconfort physique auprès d’un noble à la cour. Qui ? Cela, les rapports ne l’indiquaient pas.

Lâchant un bref rire sans joie, Harnyll se souvint que lors de son retour à Ysari, Lucrèce lui avait pourtant sorti le vieux couplet de l’épouse fidèle, lui jurant n’aimer et n’avoir jamais aimé que lui. Que lui avait-elle affirmé avec de si beaux trémolos dans la voix ? Que ses sentiments envers son mari étaient sincères et réels, qu’il était le seul pour qui battait son cœur et qu’elle l’aimait toujours ? Amusant de voir à quel point la perte d’un amour aussi puissant l’avait peu marquée, mais peut être se choisir un nouvel étalon faisait-il partie du processus de guérison ?

Pour un peu, Harnyll en aurait plaint Denys de la Vallière, l’ancien amant de son épouse décapité quelques jours plus tôt dans une petite cour du château. Exécution bien sinistre à laquelle le baron n’avait même pas daigné assister. Denys avait donc périt seul, comme un vulgaire félon, simplement entouré de quelques gardes, du bourreau, et d’un prêtre de Néera. Car si jamais Harnyll ne pourrait être certain de la réalité du lien charnel entre Lucrèce et Denys, la trahison patente du chevalier envers son seigneur lors de sa fuite avec la baronne ne pouvait, elle, rester impunie.

Chassant cette triste partie de sa vie de son esprit, le baron se concentra sur l’avenir. Que Lucrèce vive sa nouvelle vie, lui vivrait la sienne. Sortant dans la cour du château, il y retrouva Bayard et son escorte, escorte qui assurerait également la sécurité des nobles lors des chasses. Sautant en selle, il piqua des deux et le grand étalon de guerre partit au galop.

Ah quelle joie de chevaucher, libre comme l’air, afin de retrouver la femme qu’il aimait. Le baron se devait d’arriver à Sinlieh avant ses invités, afin de pouvoir leur faire honneur et les accueillir comme il se devait. La route entre Féoda et Ysari faisant partie de ce riche réseau commercial nommé la route d’Or était en excellent état et la troupe pu la parcourir sans ralentir. Le soleil entamait sa course vers l’horizon lorsque le baron arriva à Sinlieh. Les invités aux chasses devaient s’y retrouver avant d’aller au petit pavillon en bordure de la forêt de Féoda qui leur servirait de base durant les prochains jours.

Sautant à terre, le baron rejoignit la maîtresse des lieux qui l’attendait sur le perron, et, après un galant baisemain, lui demanda :

Ma chère, tout est-il prêt ?


Dernière édition par Harnyll de Hetalia le Dim 20 Mar 2011 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aurore de Rosemont
Humain
Aurore de Rosemont

Nombre de messages : 149
Âge : 1234
Date d'inscription : 25/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeMer 2 Mar 2011 - 20:11

La jeune châtelaine de Sinlieh craignait les prochains jours. Elle ne pouvait pas cacher la vérité à sa cousine, qui lui avait toujours tout dit. De l’autre coté, elle ne pouvait pas trahir son amant. Elle en était incapable. Elle portait son héritier en son sein. Elle le savait, elle l’avait demandé aux dieux. Elle les avait suppliés, pour une fois lui accorder sa chance. Elle aimait cet homme de manière maladive, elle craignait d’être déclassée, mais elle ne perdrait jamais l’envie de le revoir. .

Cependant elle respectait les distances qu’il y avait entre eux. Ne rien montrer en public et le privée leur appartenait.

Partagée entre la répudiation de la baronne et sa propre condition, elle savait qu’elle était la cause, ou au moins un argument. Mais les chasses n’étaient pas, pour le moment, le temps de parler de ce qui grandissait dans son ventre et encore moins de la répudiation de Lucrèce. Si le sujet venait aux oreilles du baron, elle préférait ne pas être celle qui lancerait le débat.

Aurore avait besoin de se confier à Harnyll, mais surtout à sa cousine. Elle lui manquait beaucoup. Elle ne l’avait pas vu, mais elle savait qu’elle était heureuse. La correspondance qu’elles avaient tenue, lui rappelait que rien n’était impossible.

Au loin, les cavaliers arrivaient …

Aurore était dans les jardins lorsqu’un de ses gardes vint l’informer, elle rentra, appela son conseiller et sortit sur le perron.

Les yeux dans les yeux, la jeune châtelaine fixa son amant, un tendre sourire sur les lèvres. Aurore inclina la tête en signe de respect et se tut. Le conseiller fit de même, mais regarda sa jeune protégée. Depuis quelques jours, elle arborait un air étrange, voir suspect. Son conseiller s’approcha de sa pupille et posa une main sur son épaule.

Aurore?

Sortant de sa rêverie, elle répondit regardant d’abord son conseiller. Elle eut un moment d’hésitation. Qu’avait été la question? Les chasses.

Oui tout est prêt, ne manque plus que les invités.

Elle offrit un mince sourire et invita le baron dans son salon. Inutile de rester planter là à rien faire. Une fois installé, elle offrit un verre de vin que le baron aimait tant. Aurore était fatiguée, éreintée et pâle. L’organisation avait demandé beaucoup de temps et d’énergies.

Deux de mes hommes se sont rendus près du pavillon il y a quelques jours. Ils disent qu’il y a une surpopulation animale inexpliquée. J’ai pris le temps de relire les mémoires de chasses de mon père et rien ne parlait d’un tel phénomène. J’ai déduis que le voile avait fait sa part. Qui sait?

Elle avait si hâte de retrouver sa cousine, la prendre dans ses bras et lui dire comment sa petite sœur lui avait manqué.

Les chasses pouvaient commencer, ne manquait plus que les invités

Revenir en haut Aller en bas
Solenne de la Courcelle
Humain
Solenne de la Courcelle

Nombre de messages : 56
Âge : 27
Date d'inscription : 20/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeSam 5 Mar 2011 - 17:19

    Les chasses sont ouvertes à Sinlieh en Ysari, le baron de Missède, Viktor a décidé de répondre présent à l'invitation de son voisin et ami le Baron d'Ysari, Harnyll de Hetalia. Bien que la chasse ne soit pas le fort du seigneur de Missède. En effet Viktor n'aimait pas beaucoup la chasse, s'il avait décidé d'y assister ce n'est que pour le plaisir de sa future épouse qui était en faite la cousine de la châtelaine de Sinlieh, Aurore de Rosemont. Il n'avait donc guère put refuser l'invitation d'un des proches parents de sa chère et tendre Kathleen. De se fait il décida de faire préparer les bagages de tout le monde, aussi bien les siens que ce de Lyrin futur époux de sa sœur Cassiopée qui elle aussi devait y assister et bien entendu, il fit faire aussi ce de Solenne, étant la pupille du baron elle ne pouvait de toute évidence pas manquait voyage. Grégoire le frère de Kathleen et donc cousin de la Dame de Sinlieh prit aussi la route avec eux et Aelalia soeur de Lyrin le suivit dans son excursion plus loin elle serait de sa famille mieux cela serait vut qu'elle fuyait le mariage arrangé de ses parents.

    Le voyage entre Missède et Ysari se passa dans la bonne entente et le calme. Le voyage fut long, très long et quelque peu ennuyeux pour la jeune demoiselle de la Courcelle et pour toutes les personnes présentes lors du voyage. De peur de se faire attaquer par quelques brigands durant le voyage, ils prirent à peine le temps de s'arrêter pour déjeuner ou encore pour boire. Le baron avait pourtant fait venir quelques uns de ses meilleurs gardes et chevaliers pour sécuriser le convoi. Précieux convoi pour lui sans doute, car il contenait sa douce fiancée, sa sœur et bien entendu la jeune Solenne sous sa tutelle, les demoiselles parlèrent entre elles de tout et de rien comme le font souvent les femmes. La plus silencieuse d'entre elle fut surement l'enfant d'Ybaen qui songeait plus qu'elle ne prit part aux discussions d'actualités, comme le mariage futur du baron avec la demoiselle de la Roseraie ainsi que celui de Cassiopée avec les de Gwidyr. Assise près de Cassiopée la douce enfant regardait par la fenêtre le temps et le paysage changeant aux furent et à mesures qu'il avançait dans les terres humaine. Elle passait au mariage, à son Ybaen, ce qu'elle deviendrait après avoir épousé un homme... C'est peut être un tôt pour y songer, il n'y avait aucun homme dans sa vie qui méritait de l'épouser et elle pouvait prier les cinq pour que le baron ne lui trouve pas un mari de sitôt, voir même qu'il ne lui chercha pas du tout l'arrangerait vraiment. Solenne avait peur des mauvaises surprises qu'il pouvait lui réserver... Étant déjà en âge de se marier c'est la peur au ventre qu'elle se réveillait chaque matin. Mais au final elle était aussi translucide que l'élément aqueux qu'elle s'amusait à contrôler, pour lui.

    Bien des semaines étaient passés sans qu'il ne lui présenta de prétendants au titre de Seigneurs d'Ybaen en définitif elle finit par se sentir abandonnée, mais elle n'en parla à personne. Sauf à Cassiopée qui était comme une sœur pour elle, cette fabuleuse jeune femme qui lui caressa de tant a autre la main durant le voyage pour lui rappeler qu'elle était toujours là. La jeune femme lui offrit un très beau cadeau avant le départ pour les chasses. Deux semaine loin de missède, deux semaines à son Ybaen où elle avait put se ressourcer au bord du lac qui l'avait naitre et jeune femme ne se sentait que mieux depuis son retour.

    Quelque jours plus tard on annonça les chasses, le lendemain tout le monde était fin près à partir car le voyage serait long... Très long, une quinzaine de jours pendant lesquels les demoiselles et seigneurs restèrent assit dans un carrosse assez étroit, l'hippomobile avancer à son rythme tantôt au pas, tantôt on passait un peu la vitesse supérieure pour ne pas être en retard. La course contre le temps dura quinze interminables jours et ils arrivèrent en pleine à Sinlieh en fait, il faisait encore noir dehors, mais le jour ne devait plus tarder à poindre à l'horizon. Ils furent donc fort bien accueillit par les gens de la châtelaine et même par la châtelaine en personne car elle attendait avec impatiente la venue de sa cousine qui lui avait tant manqué ses dernières semaines.

    On s'occupa de leurs bagages, de libérer les chevaux, tout absolument tout fut prit en compte et on n’oublia personne. Enfin peut-être que si hélas, Solenne qui n'avait guère voyagé durant son enfance s'extasier devant la cour du châtelain qui n'était en rien comparable à son Ybaen. Héraclès son énorme chien l'avait accompagné pour le voyage, un chien de guerre à la chasse !? Oui pourquoi pas après tout il pourrait être utile. L'animal la tira de sa contemplation lui montrant du bout de son énorme truffe que la troupe s'éloignait dangereusement dans la direction opposée. Solenne prit ses jupons entre des mains les hissant légèrement pour être plus aise dans sa course, elle grimpa les marches quatre à quatre, elle entra à la suite de Cassiopée et on leur montra leur appartements pour la nuit, ils n'avaient guère pu beaucoup dormir lors du voyage. Balloté comme de vulgaire sac à pomme de terre tout le long de leur trajet. La jeune châtelaine entra donc dans ses appartements avec hâte se changea rapidement avant de se jeter dans son lit les muscles complètement endolorie pour s'endormir aussitôt.

    L'enfant d’Ybaen ne se leva pas avant que le soleil ne soit à son zénith, et pourtant on avait frappé à sa porte bien des fois, il avait martelé le bois de cet innocent objet, mais Solenne dormait profondément. Son réveille fut long et difficile son corps parcouru de courbature la faisait souffrir, elle enfila tout de même une toilette propre, rinçant son visage avec l'eau qu'elle fit apparaitre grâce à sa magie, elle quitta ensuite sa chambre, elle sentait bon la lavande elle était bien plus fraîche qu'à son réveille, ses cheveux soigneusement retenue dans un chignon tressé. Sa soyeuse chevelure sombre au reflet violacé brillait d'un éclat presque aussi précieux que celui d'une pierre sertissant la noble tête du roi. Le rose de ses joue la rendait adorable quoi qu'un peu enfantine, ses lèvres rouge cerise esquissaient un mince sourire doux et bien heureux. Ainsi la demoiselle se mit à errer dans les couloirs du vaste château qui lui était inconnue pour finalement se perdre... Tant et si bien que ça lui faisait froid dans le dos, des heures entière qu'elle tournait en rond et comme elle était seule dans les couloirs elle commençait à perdre l'espoir de croiser quelqu'un ici. Jusqu'à ce que, l'écho de pas ne lui parvienne, qu'elle tenta de retrouver au hasard des vastes couloirs et de l'écho qui en provenait.

    Elle finit par tomber nez à nez avec un homme, homme qu'elle n'avait jamais vu avant. Mais peut être pourrait-il l'aider à trouver son chemin. Mais assez intimidée par son allure et sa prestance elle eut du mal à lui demander son chemin. Elle ouvrait la bouche pour parler sans que le moindre son n'en sortie pour autant, il lui fallut prendre une profonde inspiration avant qu'elle n'arrive à se débloquer un peu.

    " Pardonnez-moi, je suis perdue, je ne sais guère où je vais ça fait un moment que je tourne en rond dans ses couloirs ça commence à me faire un peu peur... Pourriez-vous m'aider à trouver mon chemin !?"

    (Hrp : Que la chasse commence. Aetius se charge d'aider Solenne, donc vous pouvez rp normalement. A vous de jouer mes bons amis !)
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen de Missède
Humain
Kathleen de Missède

Nombre de messages : 255
Âge : 30
Date d'inscription : 01/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeSam 5 Mar 2011 - 18:22

    Le voyage vers Sinlieh fut aussi long que la première fois, à la différence que Kathleen était bien plus excitée à l’idée de retrouver sa cousine que de se retrouver seule dans un grand palais peuplé de gens inconnus. Certes son opinion avait grandement changé ses dernières semaines et elle apprécia grandement la compagnie de Cassiopée et de Solenne lors du voyage. La jeune fille n’était pas très bavarde mais cela n’empêchait pas qu’il était plaisant de faire le voyage avec. Cassiopée quand à elle avait bien plus de conversation. Certes c’était pour parler de sujets sans grand importance mais cela était toujours un réel plaisir de papoter entre filles. Les deux jeunes femmes purent parler de leurs futurs mariages respectifs, d’ailleurs Kathleen était continuellement en train de s’en vouloir, la pauvre sœur de Viktor était obligée d’attendre le mariage de son frère avec elle pour pouvoir se marier avec le Seigneur Lyrin. Cette obligation était totalement injuste mais elle ne s’était pas permise de la critiquer devant Viktor, après tout elle n’avait pas à remettre en question les ordres qu’il avait donné. La seule chose qu’elle pouvait faire pour aider Cassiopée, c’était d’hâter son propre mariage, mais malgré tous ces efforts, on ne pouvait raccourcir les délais, la date avait été fixé pour dans un mois, le temps que sa famille Ydrilaine fasse le déplacement, ainsi que sa cousine Aurore. Bien sur d’autres nobles avaient été invités…maintenant il ne s’agissait plus que de patienter.

    Mais pour l’heure ils arrivaient en vue de Sinlieh. Il était très tôt car le ciel était encore noir de nuit, mais une fine ligne dorée indiquait que le soleil allait bientôt se lever. Kathleen était tellement impatiente de retrouver sa cousine, qu’elle faillit sauter du carrosse pour parcourir la distance en courant, mais cela n’aurait pas du tout sied à une femme de sa condition. Il fallait qu’elle se tienne convenablement surtout devant la famille de son futur époux…. Ah…Viktor…. Oh elle avait tant de chose à dire à Aurore, elle devait lui confier la moindre de ses pensées, savoir si ce qu’elle avait fait n’était pas une mauvaise chose. Sa cousine avait toujours su lui dire ce qu’elle pensait avec franchise. Elle espérait que malgré les semaines de séparation cela était toujours le cas.

    Lorsqu’elle mit enfin pied à terre, elle n’hésita pas une seconde à monter les marches du perron quatre à quatre pour retrouver sa chère cousine. Celle-ci était debout devant l’entrée près à les accueillir, le baron de Hetalia se tenait droit comme un i près d’elle. Une révérence et un sourire pour lui. Elle était au courant des dernières rumeurs à propos de son épouse, il l'avait, parait-il, répudiait...


    - Monseigneur, je suis heureuse de vous rencontrer.

    Lorsqu’elle se fut redressait elle ne put se contenir davantage et se jeta sur sa cousine qu’elle serra dans ses bras. Un léger détail, qui lui avait été jusqu’alors invisible à l’œil, lui parut à cet instant bien visible. Du moins, serrait contre sa cousine qu’elle étreignait tendrement, elle ne pouvait l’ignorer.

    - Aurore…..

    Sa voix se figea… Voilà ce qu’elle n’avait voulu lui écrire dans ses lettres, voilà ce qu’elle lui cachait. Mais hors de question de trahir son secret. Se reculant elle lui adressa un grand sourire.

    - Oh ma chère Aurore…. Comme vous m’avez manqué… Je suis si heureuse de vous revoir enfin.

    Elle qui s’était grandement inquiétée pour sa cousine après tous les évènements qui avaient suivis son départ, elle ne pouvait qu’être heureuse de la voir debout et en parfaite santé.

Revenir en haut Aller en bas
Harnyll de Hetalia
Humain
Harnyll de Hetalia

Nombre de messages : 1607
Âge : 115
Date d'inscription : 14/11/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeMar 8 Mar 2011 - 14:39

Pas plus qu’Aurore le baron ne put trouver d’explication à la surpopulation animale constatée dans la forêt de Féoda. Qu’elle soit devenue extrêmement giboyeuse ne lui déplaisait pas, bien au contraire, ses invités n’en auraient que plus de proies à chasser. Quand à savoir si le Voile pouvait expliquer ce phénomène, seule une étude approfondie menée par le culte de Kyrïa aurait peut être pu permettre de le confirmer.

Les Missédiens furent les premiers invités à arriver à Sinlieh. Rien d’étonnant en soi vu les liens familiaux unissant la baronnie à la châtellenie En un sens, ce début de réunion donnait un côté très intime, car Aurore et Kathleen étaient cousines. Les deux jeunes femmes n’avaient pu se voir depuis plusieurs mois et leurs retrouvailles faisaient chaud au cœur. L’une comme l’autre voyaient sa vie se modifier profondément, et dans les deux cas l’amour en était cause.

Avec de légères différences certes, Kathleen étant la fiancée officielle du baron de Missède, alors qu’Aurore devenait la maîtresse non encore officielle d’Harnyll, et accessoirement la future mère de l’héritier d’Ysari. Que de changements pour ces deux femmes qui se retrouvaient ou allaient se retrouver propulsées sur le devant de la scène. Et si les liens d’amitié entre Ysari et Missède pouvaient ainsi s’en trouver renforcés, Harnyll n’allait pas se plaindre.

La future baronne de Missède salua d’une révérence son hôte. Comme sa cousine Aurore, Kathleen était une vraie beauté pouvant aisément faire tourner les têtes. Se fendant d’un galant baisemain, le baron répondit à la salutation de la jeune femme.

Soyez la bienvenue à Sinlieh ma chère. Et toutes mes félicitations pour vos fiançailles.

Un mariage politique que le sien, disait-on… puisse ce mariage être heureux et perdurer alors. Harnyll savait désormais d’expérience que les mariages arrangés et hâtés pour des motifs politiques tournaient souvent mal, le sien en constituant une preuve éclatante. Enfin éclatante… le terme manque de délicatesse non ? Toujours est-il qu’Harnyll souhaitait à Viktor et Kathleen plus de réussite que lui dans leurs affaires maritales. Mais à les voir tous les deux, la politique ne semlbait pas seule en jeu, et leur bonheur d'être ensemble faisait chaud au coeur.

Se reculant, le baron laissa les deux cousines renouer leurs liens. Depuis la mort de son père, Aurore n’avait plus de famille à Ysari. La venue de Kathleen lui permettrait de se retrouver quelques jours au milieu des siens.


Dernière édition par Harnyll de Hetalia le Mer 9 Mar 2011 - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Viktor de Missède
Humain
Viktor de Missède

Nombre de messages : 466
Âge : 28
Date d'inscription : 02/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeMer 9 Mar 2011 - 13:52

Viktor était épuisé sur la route de Sinlieh.

Le voyage était long et lent. Et puis, le ''procès'' qui l'avait opposé au comte d'Arétria, Anseric de la Rochepont, l'avait tout simplement épuisé. En plus, il n'aimait pas les chasses. C'était quelque chose qui ne l'avait jamais attiré parmi les divertissements de la noblesse. Pourtant, Kathleen lui en aurait à tout les coups fortement voulut s'il avait décliné l'invitation d'Aurore de Rosemont. Il s'agissait là de sa cousine qu'elle adorait purement et simplement. Et puis, rendons à César se qui est à César, c'était chez cette dame qu'ils s'étaient rencontré, c'était le baron d'Ysari qui venait de les inviter.

Enfin bref. Tout un tas de raison.

Mais ça ne changeait rien à un fait déjà entériné: Viktor n'aimait pas Ysari et répugnait quelque peu à y mettre les pieds. Rien à voir avec le baron qui était un homme tout à fait charmant sans doute. Ni avec le fait qu'ils aient quoi que se soit qui les oppose ou qui ne puisse crée une tension entre Missède et Ysari. Non. Se qui posait surtout problème à Viktor, c'était le souvenir de ce bal tout à fait désastreux où le comte Anseric l'avait arnaqué et où la fiancée lui avait avoué qu'elle avait la cuisse un peu légère.

Rien à voir du tout avec le baron ou son accueille donc.

Viktor se réveilla au moment où le convois Missédien arrivait à Sinlieh. L'aube pointait doucement. À tout les coups on allait les attendre. Le baron peut-être bien oui. Mais Aurore c'était tout à fait certain. Il n'y avait peut-être pas encore grand monde qui était arrivé. Ils étaient même sans doute les premiers à le faire.

Encore un petit peu cotonneux, Viktor descendit de son carrosse. Kathleen quant à elle avait été beaucoup plus rapide que lui et monta directement les marches du perron où l'attendait sa cousine en compagnie du baron d'Ysari. Se n'était sans doute pas très protocolaire. Voir même pas du tout. Théoriquement, elle aurait sans aucun doute dut l'attendre et ils auraient dut monter ses marches ensembles. Mais bon. On ne lui en tiendrait pas rigueur. Il n'y avait ici pas grand monde pour les observer. Et Kathleen était toute à sa joue de pouvoir retrouver sa cousine.

Kathleen adressa une révérence au baron. Elle se redressa doucement et paf. Une ventouse cousiniesque venait de se coller à Aurore alors que Viktor montait à son tour les marches.

Harnyll de Hetalia déposa doucement un baiser sur la main de Kathleen. Il y eu un léger ''tilt'' dans la tête de Viktor qui se mit imperceptiblement à grogner. Eh oui. Viktor était du genre à être tout à fait jaloux et avait cette particularité de toujours se retrouver face à des seigneurs à la prestance impeccable lui qui avait une carrure quelque peu frêle et maladive. Pour résumer, un complexe d'infériorité modèle géant. Pour un oui ou pour un non. Il ne tarda pas d'ailleurs à s'arrêter, se rendant compte qu'il était parfaitement ridicule de se comporter comme cela. Kathleen n'allait pas se compromettre en perdant sa virginité avec Harnyll non plus (se qu'elle aurait d'ailleurs eu quelques difficultés à faire soit dit en passant).

Viktor s'inclina légèrement devant Aurore et Harnyll.


« Je vous remercie de votre invitation. C'est un véritable plaisir que de vous revoir. »

Le jeune baron se rapprocha ensuite du baron d'Ysari. Kathleen et Aurore devaient avoir des tonnes de choses à se dire. Autant les laisser parler tranquillement.

Viktor espérait seulement que l'indifférence presque totale dont on l'avait gratifié pour le moment n'allait pas continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
Cassiopée de Missède

Nombre de messages : 153
Âge : 28
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeMer 9 Mar 2011 - 16:11

Cassiopée avait une “tronche” à vouloir fesser. Elle était d’une humeur massacrante. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait un doute que les derniers jours ne l’avait pas aidé.
Elle accompagnait la jeune demoiselle de la Courcelle, son fiancé et son adorable petite boule de poils.

Contrairement à d’habitudes, elle était toute calme, assise sur ses genoux. La jeune sœur du baron en était à sa première sortie « officielle ».

Les derniers temps avaient été très occupés. Elle savait que pour une fois, elle aurait peut être la chance de s’exposer à la noblesse et prouver à son frère qu’elle était capable de se tenir en gente demoiselle.

Ysari et les chasses seraient pour elle une entrée, dans le grand monde. La jeune femme avait un peu peur. Perdant Solenne de vue lorsqu’ils arrivèrent, elle maugréa contre elle. Elle lui avait promis de lui tenir compagnie. Mais la, elle était seule.

Rejoignant son frère, qui arrivait de Diantra, elle vint se joindre à lui, après s’être incliné devant le baron et la châtelaine.

Puis elle rejoignit de près son frère. Elle regrettait de ne pas avoir une relation aussi bien forgée qu’avait Aurore et sa cousine. Elle regrettait aussi de ne pas pouvoir s’entendre avec sa future belle-sœur.

Au lieu de tourner en rond, elle regarda son frère silencieusement. Il souffrait en silence, mais elle connaissait en partie son malheur et sa relation morale avec la douce Ysari.
Revenir en haut Aller en bas
Grégoire de la Roseraie
Humain
Grégoire de la Roseraie

Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 03/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeMer 9 Mar 2011 - 19:42

    Après son retour chez lui, son voyage vers Misséde, ses retrouvailles avec sa sœur, sa rencontre avec le Baron et sa rencontre avec Aelalia. Grégoire reçu une invitation aux chasses d'Ysari. Il ne put refusé car il retrouverait une deuxième femme importante dans sa vie. Sa cousine. Il la voyait moins souvent que sa sœur mais s'y était également fortement attaché. C'est donc en compagnie de sa sœur et de la famille du Baron qu'il voyageait jusqu'à Ysari. Le voyage fut long. Pendant ce temps certaines choses lui traversa l'esprit. La dernière fois qu'il avait vu sa cousine cela remonta à loin. Encore une fois il ne connaissait rien aux dernières nouvelles a propos d'elle. Avait il abusé avec ses voyages à répétition? Est ce que cela avait affecté sa famille? Cela l'avait affecté lui dans tous les cas. Allait il repartir? Il n'en était pas encore si sûr. Il grandissait et il devait à présent prendre ses responsabilités au sérieux. Fini la belle vie d'adolescent qu'il n'était plus depuis un bon bout de temps à présent.

    Lorsqu'ils approchèrent de la demeure. Grégoire fut un pendant un court instant nerveux. il s'efforçait de rester correct même en présence d'un bon nombre d'inconnus. Partir chasser. Une chose qu'il appréciait pas si pleinement mais en plus avec des personnes de haut rang qu'il ne connaissait pas.

    Enfin arrivé, Grégoire ne se hâta pas. Préférant laisser le Baron, sa famille ainsi que sa sœur approcher en premier. Il monta ensuite les marches d'un pas décidé pour se présenter devant le Baron.


    " Monseigneur, enchanté. Je suis Grégoire de la Roseraie. Merci de votre invitation. "

    Il salua le baron attendit sa réponse par politesse et quitta les hommes pour se diriger vers Aurore, sourire aux lèvres. Il n'avait qu'une envie, le serrer fort dans ses bras. Le pouvait il néanmoins?

    S'approchant il essaya interrompre la disctution entre filles pour essayer d'y placer un mot.


    " Pardonnez-moi Mesdames, puis-je saluer ma chère cousine? "

    Il prit sa main et y déposa un baiser.

    " J'espère que vous vous portez à merveilles depuis notre dernière rencontre. "
Revenir en haut Aller en bas
Aurore de Rosemont
Humain
Aurore de Rosemont

Nombre de messages : 149
Âge : 1234
Date d'inscription : 25/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeJeu 10 Mar 2011 - 19:20

Il faisait beau et la température resterait ainsi pour une bonne partie de la semaine. Vivement, parce qu’elle savait que les invités n’étaient pas friand de la chasse sous la pluie.

Dans tout le groupe, il y aurait surement qu’elle qui aimerait cette idée et peut-être Kathleen.

Lorsque le convoi de Missède arriva, elle prit toute son énergie pour se calmer. Elle était là. Sa petite sœur de toujours. Elle lui manquait tant. Elle avait besoin des conseils de son amie, sa confidente, mais surtout sa cousine et parente préférée.

La jeune femme eut un petit rire lorsque la future baronne de Missède prit le temps de faire une courte révérence à son baron. Puis elle sauta dans ses bras. Elle étreignit sa jeune cousine avec toute la force.

-Tu m’as tant manqué. Je suis contente de vous revoir, ma très chère cousine.

Elle avait complètement oublié toutes les lettres où la jeune et future baronne lui demandait de lui dire ce qui se passait.

Voyant Harnyll se reculer, elle le regarda avec un sourire désolant sur les lèvres. Comment lui demander ce qu’elle avait à avouer à sa cousine. Obtenant, l’autorisation, par un regard, elle baissa la voix.

Je sais, mais tout doit rester secret. Je vous le dirais plus tard.

Kathleen était la seule personne qui savait en exclusivité que la châtelaine vivait une relation extraconjugale, avec le baron de Hetalia. Elle se souvenait, enfant avoir craqué sur cet homme. La jeune châtelaine serra encore sa cousine.

S’il me permet dans ma condition de me déplacer, j’irai à Missède après les chasses. Tu feras une très belle et bonne baronne.

Se tournant vers le baron de Missède, elle lui offrit un sourire de bienvenue et ne put s’empêcher de dire.

Vous avez de la chance

Sous-entendus? Peut-être. Aurore n’avait pas envie de mettre personne mal à l’aise. Pas en une si belle journée. Elle offrit un sourire à Harnyll et se retourna devant son magnifique cousin. Toujours aussi charmant et rempli d’attention. Elle aimait cette attention. Elle se rappelait tous les jeux d’enfants qu’ils inventaient. Wilfrid et William appréciaient les liens qui les unissaient. Elle se souvenait des jeux de chevaliers, puis il avait grandi.

Puis vint le tombeur de ses dames : L’élégant Grégoire. Son cousin, comme elle l’adorait. Il était celui qu’elle adorait le plus ex aequo avec sa cousine

Toujours aussi galant et charmeur.

Elle eut un sourire et continua :

Pas de formalité, entre nous.

Elle l’étreignit soupirant fortement.

C’Est bon de vous revoir tous les deux. Je suis tellement heureuse.

Non elle n’allait pas bien, mais elle ne voulait pas le laisser transparaitre. Elle était trop honteuse de certaines choses et il manquait une personne chère.

J’aurais aimé que les chasses se fassent avec lui. Mon père aurait aimé y être.

Elle reprit place près de son baron et attendait pour y accueillir les prochains inviter. Kathleen deviendrait baronne, Grégoire reprendrait peut-être la châtellenie de la Roseraie et Aurore, elle mettrait au monde ce petit enfant qui serait le fils unique de la baronnie.

Ne restait que les derniers invités


Dernière édition par Aurore de Rosemont le Ven 11 Mar 2011 - 20:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
Vincente Manolesti

Nombre de messages : 366
Âge : 30
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeJeu 10 Mar 2011 - 22:31

Par les cinq que la nature était belle, le soleil éclairant le vallon et transperçant la chaîne d’arbres qui bordés la route illuminant celle-ci. L’homme sourit devant ce spectacle que la nature lui offrait et prit un moment pour penser à ces moments privilégiés que l’être humain partage avec la nature, cadeau offert par celle-ci et de l'admiration rendue par son enfant devant de telles beautés. Cela lui rappela des souvenirs, devant un plaisir si simple loin du faste et autres dévergondages, il se mit à penser à femme…Marie.

Cela faisait quelques années qu’elle s’était allée mais devant ce spectacle d’une telle beauté, il se mit à penser à elle; elle qui possédait aussi cette beauté si simple et pourtant si magnifique reflétant à merveille la scène bucolique qui l’avait devant les yeux.
Il commença à avoir sa vision brouillée par des larmes d’émotions quand un bruit se rapprochant à vive allure vint le sortir de sa torpeur et une bourrade l’envoyer dans le fossé. Le gaillard se releva tout crotter, de la boue noirâtre sur le visage quand il aperçu son agresseur monté : un homme grand et massif, possédant de beaux atours dont un chapeau magnifique et une canne qui lui était présentait sous le nez :

" Oh le gueux, tu ne connais donc point ta place ? La route est faite pour la noblesse et en guise de leçon je devrais vous donner la bastonnade… " Il s’interrompit l’air choqué " Mais par Mogar que vous êtes laid." Vincente ne put en réprimer un rire moqueur " Tiens vilain, pour ta peine. Je me sens d’humeur clémente aujourd’hui " Dit-il souriant et lançant un écu au pauvre ladre.

Et il s’en alla fringuant et sifflotant en compagnie de son garde du corps, tous deux trottant en direction du palais et de la partie de chasse qui les attendait. Ainsi après avoir parcouru la pampa pendant quelques jours à dos de montures robustes ils arrivèrent enfin au fief du baron et firent ralentir les montures afin de mieux profiter du panorama qu’offrait la vue sur le castel qui ma foi était une belle demeure signe de richesse et …non en fait c’est tout ce qui intéressait le pirate. Ils arrivèrent à l’entrée et apparemment le baron en personne se trouvait là, sur le perron attendant ses invités; quelle délicatesse de la part de cet hôte.
Vincente sauta de son cheval et s’étira longuement, d’une manière qui avait quelque chose de féline puis il réajusta son chapeau fit virevolter sa canne entre ses doigts et après avoir claqué le bout par terre avança au son des cliquetis de la béquille sur la pierre des marches afin d’honorer le maître de maison. D’un sourire éléguant et l’œil pétillant il s’inclina légèrement devant le charmant couple :

" Baron, baronne, cet accueil fait chaud au cœur et je suis ravi d’avoir pu assister aux festivités que vous avez préparées. Votre demeure me mets dans l’embarras moi qui croyait posséder un château imposant, il fait pale figure devant une telle merveille. "

Puis jetant un coup d’œil derrière lui, il vit Bash, géant à la peau cuivrée qui se tenait là, imperturbable.

" Oh ne faites pas attention à lui, ce n’est que Bash, mon garde du corps."
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
Eulalie Tranchepie

Nombre de messages : 99
Âge : 35
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeVen 11 Mar 2011 - 20:11

Les yeux de la vierge matoise s'étaient éclairés d'une lueur joueuse lorsqu'elle ouït son émissaire en Ysari lui parler d'une invitation à la chasse aux gueux. Elle trouvait l'idée délicieuse! Après tout le gueux, animal sensé et sensible, ferait un gibier bien plus canaille que les habituelles grives et autres coq de bruyères, les sens aux aguets, il donnerait quelque fil à retordre à ses poursuivants, et quoi de mieux que d'infliger une douleur mortelle à un animal? Infliger une douleur mortelle à un animal conscient!

Malheureusement, le seigle fut déçu. Evidemment, ce n'était pas aux suderons qu'il fallait demander un soupçon de fantaisie. Peu importait, cela faisait bien du temps que la baronne n'avait pas paru en public et il fallait désormais écraser le reste des mijaurées des cours environnantes de sa classe souveraine.

Elle espérait d'ailleurs trouver en Ysari son voisin, le doucereux Aetius d'Ivrey à qui elle jouait un tour pendable au moment même où elle s'apprêtait à partir.

Tout l'équipage d'apparat se mit alors en branle, 12 Gardes baronniaux en sainte livrée, parangons de noblesse encadraient un lourd carosse qui renfermait la dame de Merval, dissimulée derrière d'épais voiles sombres. Une troupe d'amphions se posta aux avants, large tambours, fifres, cors, tout était savamment articulé pour faire son effet sur la populace putassière qu'ils rencontreraient.

Ainsi débuta le périple. Le cortège traversa Merval au son du Gloria in excelsis Seiglo, repris par les petites gens, qui pleuraient, le coeur serré.

Puis l'on s'engagea en l'inhospitalière Scylla après maintes tractations. On cracha à deux reprise sur le carosse et le taux de déjections sur les voies du comté était anormalement élevé, même en considérant la réputation du territoire. De deux choses l'une, soit la populace avait les intestins fragilisés par la malenuit passée, soit c'était coutume que d'accueillir ainsi les amis des territoires voisins, ce qui n'eut pas surpris notre équipée.

Enfin on parvint dans les terres d'Ysari, pas si éloignées qu'elles ne le paraissent. Le rendez-vous était donné dans l'une des demeure du Baron des lieux, le cornard du midi. Harnyll de Hétalia.

La compagnie arriva alors que deux etres se tenaient déjà devant le perron sur lequel le maitre des lieux leur souhaitait de toute évidence la bienvenue.

Sur un ordre sec et sévère de la baronne, les musicastres entamèrent un tintamarresque et ronflant "Rule Mervallia" qui de puissance, manqua de percer les tympans de tous les preux. Avançant au pas lent et arrogant des empereurs, les soldats parvinrent enfin à l'entrée.

L'un des gardes ouvrit la porte du carosse et la baronne en descendit, un chapeau noir sur la tête et le sceau de Merval au doigt.

Elle toisa le maître des lieux, et sans même prêter la moindre attention aux deux personnes qui se tenaient devant lui, elle s'avança, encadrée de deux gardes s'inclina devant le baron.


" Mes hommages barons, merci de nous avoir fait l'insigne honneur de nous avoir invité"
Revenir en haut Aller en bas
Chadden Charis
Ancien
Ancien
Chadden Charis

Nombre de messages : 274
Âge : 34
Date d'inscription : 24/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeMar 15 Mar 2011 - 9:38

Chadden avait les mâchoires si crispées qu'elles lui faisaient mal. Réellement mal, de ces douleurs lancinantes qui vous prennent sous le menton et remontent jusqu'à la nuque, de quoi donner un avant-goût de cette savante torture consistant à enfermer le crâne du supplicié dans un étau progressivement serré au gré des humeurs de ses bourreaux.

De supplice, en vérité, il était bien question. Ce n'était pas tant le trajet, cette épopée bruyante qui avait vu remonter, à pied ou à cheval, la longue suite du Comte depuis Scylla jusqu'en Ysari ; ce n'était pas même la fatigue du voyage et du brouhaha constant de l'escorte, puisqu'en tant qu'invétéré voyageur, le bâtard avait appris - et ce, depuis longtemps - à gérer ce genre de tracas. Non... Ce qui le crispait, ce qui le tendait tout entier, c'était cet univers mondain, artificiel et artificieux, cette avalanche de courbettes et de sourires gorgés de venin et de miel, ces titres lâchés comme autant d'épines promptes à mordre un doigt imprudent ; tous ces gens qui, le menton haut, en fanfare ou non, jouaient de leur ascendance et de leur sang pour mieux mépriser la masse moutonnante des gueux - dont lui-même, Chadden, faisait partie. Qu'il eût été nommé en tant que maître d'armes du Comte n'y changeait rien : c'était viscéral. Instinctif. Et même si le temps passé à la cour de Scylla lui avait permis d'apprivoiser quelques coutumes de la noblesse, cela n'était pas encore suffisant pour étouffer en lui cette irrésistible envie de prendre ses jambes à son cou.

Lâchant d'une main le bâton d'appui qui, fidèle compagnon, avait soutenu son pas ici comme ailleurs depuis des années d'errance, Chadden se massa pensivement les maxillaires. L'oeil gris, un peu terne, suivit avec un vague intérêt mêlé de perplexité le ballet qui se jouait sur le perron. De ceux-là qui, courtois et distants, présentaient leurs hommages aux hôtes. De ceux-ci, plus familiers, surpris à échanger de franches embrassades. De cette dernière icône de la pédanterie qui venait de s'incliner comme un conquérant s'inclinerait face à un ennemi vaincu. Ici, le sang-mêlé étouffa un rire sec dans son poing, et son regard chercha brièvement la présence de son propre Seigneur. Nul besoin d'être sorcier ou rompu aux jeux de cour pour sentir par avance les quelques tensions dont ne manquerait pas de se nourrir ce petit séjour. Et il se demandait dans quelle mesure l'insouciance du Comte allait participer au déclenchement d'il ne savait quelles catastrophes...

Bast ! Ce n'était pas ses affaires, à lui. Avec la sagesse prudente du petit peuple, Chadden fit dos aux flagorneries baronnales pour se retourner vers la foule des roturiers - que les uns et les autres avaient conduits avec eux en guise de suite et qui, lentement mais sûrement, se mêlaient pour ne plus faire qu'une houle grise et bruyante. Il allait en falloir, des tentes et du gruau, pour nourrir tout ce beau monde. La campagne d'Ysari risquait d'en pâtir plus que de nécessaire ; il était presque certain que, pendant que les Grandes Gens iraient courir le gibier, leurs soudards se laisseraient aller à une autre forme de vènerie...

Quelle pitié, se dit un Chadden désabusé qui se résignait à faire de nouveau face aux babillages de la noblesse. Au delà de son aversion première commençait à poindre autre chose, de la curiosité peut-être, de la fascination sûrement. S'il savait que sa présence aux côtés du Comte n'avait rien d'anodin, il se surprit à se demander s'il aurait l'illustre droit de pénétrer l'antre des sangs-bleus. Qui savait quels trésors et quels fastes se terraient à l'intérieur... Et sur quelles merveilles ses yeux pourraient se poser, à l'aune de ce qu'il avait déjà pu admirer en Scylla.

Partagé, mal à l'aise, le bâtard cilla, secoua l'échine. L'oeil et l'attitude se raffermirent. Il n'était pas question de ça encore, mieux valait chasser de son esprit les trésors fantasques qu'il se plaisait à imaginer avec une redoutable précision. Quelques instants suffirent ; toute fascination écartée - pour le moment - ce fut désormais d'un oeil morgue que le sang-mêlé suivit les présentations, patient, dans l'attente des derniers invités.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
Aetius d'Ivrey

Nombre de messages : 1466
Âge : 28
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeJeu 17 Mar 2011 - 16:29

Mené par Aetius, la suite comtale arrivait (enfin) à destination. La troupe était importante et sa taille avait retardé la course du cortège. Mais ce n’était pas tout. Le seigneur de Scylla, d’humeur joueuse semblait-il, avait ordonné que l’on s’arrête à chaque fois que l’on rencontrait une forêt ou un essaim d’oiseaux. A chaque fois, la cohue ralentissait, un page apportait au maître son faucon, Œil-de-Feu, ce rapace que lui avait offert le comte d’Ydril. Alors on se divertissait à la volée. La chasse était devenue rituelle tout au long du voyage. On faisait silence, attendait que le comte prenne Œil-de-Feu et qu’il lui retira le bandeau qui lui couvrait les yeux. C’est alors que l’énorme oiseau s’élançait, fulgurant. A chaque fois, on avait l’impression qu’il emportait le bras de son maître avec lui dans un battement d’aile puissant. Et alors il prenait de la hauteur, planait et se débattait avec les vents. Roi des oiseaux, il verrouillait sa cible, sans pitié, et le chargeait à une vitesse effarante. Ses serres s’enfonçaient alors les plumes et la chair de la proie et le manège s’engageait dans une chute vertigineuse. D’un coup d’ailes, le faucon enrayait le plongeon vers le vide, redressait le vol et rejoignait un seigneur de Scylla guilleret, joyeux.

Bref, on peut donc comprendre pourquoi l’équipée avait été lente, longue. Elle ralentit d’autant plus lorsqu’on fit jonction avec le cortège de la duchesse de Soltariel. Celle-ci dépassait largement en faste la suite du bon Aetius, qui s’était contenté d’une centaine de cavaliers, de quelques carrioles et d’une autre centaine de gens pour accompagner les chiens et les gentilshommes qui l’accompagnaient. Ainsi les deux seigneurs se rendirent ensemble à Sinlieh, qui fut bientôt à portée de flèche. Lorsqu’on distingua distinctement les arêtes du manoir, Aetius, avec quelques chevaliers, fit galoper leurs montures jusqu’à la bâtisse. Et alors, sans démonter, ils saluèrent bien galamment le baron et la maîtresse des lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Aurore de Rosemont
Humain
Aurore de Rosemont

Nombre de messages : 149
Âge : 1234
Date d'inscription : 25/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeSam 19 Mar 2011 - 21:36

La jeune châtelaine était heureuse de son sort. Elle était aimée par un homme, même si elle ne croyait pas que tout ca aille plus loin un jour. Cependant, elle avait d’autres préoccupations. Elle voulait prouver au baron qu’elle était capable de faire de cette chasse un moment d’amusement.

Elle avait bien plus à faire, car son père avait déjà et savait, avant elle, épater la galerie. Restant non loin de son amant, elle eut un sourire. Elle retrouvait sa famille. Les chasses passeraient et elle irait vers Missède. Oubliant les soucis, qui l’occasionneraient. Elle pourrait vivre le mariage de sa cousine. Retournant sur terre, elle regarda les invités arrivés.

Elle? Elle ne fit pas attention aux paroles, mais elle ne voulait pas provoquer de malaises. Allons, elle n'avait pas l'étoffe de baronne. Elle ne l’aurait probablement jamais. Elle vivait dans son nid douillet ou elle élèverait son fils, mais jamais elle ne serait permanente dans la baronnie. Aurore regarda Harnyll et eut un petit sourire.

Je ne suis que châtelaine de ce domaine. Le baron est un vieil ami de mon père et de la famille.

Quelle gourde. Elle était idiote. Pour la baronne de Merval, la châtelaine n’était qu’une mie de pain. Elle ne valait pas grand choses. Soit, elle traitait ses invités avec indifférence ou elle se faisait réprimander. Esquissant d’un mince sourire, elle passa droit et regarda si Nicolai ou Aureane ne faisait pas parti des gens arrivée. Il ne tarderait pas selon elle.

Retournant sur ses pas, elle écouta le servant

Le diner est servi

Se reculant, elle laissa ses invités ou plutôt les invités du baron prendre place dans la grande salle, où se trouvait une partie du repas. De grandes tables richement décorées formaient un U et le maitre plaçait ses invités. Plusieurs en étaient vacantes.

La première table de gauche la baronne avaient été placé près de son cousin et une dame qu’elle ne connaissait pas mais qui était avec Grégoire. A la table d’en face, se trouvait le comte d’ivrey et la sœur du baron. À la table d’Honneur, la duchesse de Soltariel manquait à l’appelle. Sa cousine était aux cotés de son nouveau fiancée et celui-ci aux coté d’Harnyll qui prenait place près d’elle.

Les serviteurs avaient apportés une douce boisson miellé et sucré dont Aurore tint en boire qu’un peux pour ne pas éveiller de soupçon.

Sur la table du buffet était installé un civet de langue de gorets, une tarte Quatuolles, quatre ingrédients digne de la tablée Ysarienne et une tourte fourmaige (Caillé de chèvre frais aux herbes). Et voila le banquet pouvait commencer même si certains invités manquaient à l’appel.









[hrp `: chad je t'invite aux cuisines je rpirai avec toi]
Revenir en haut Aller en bas
Inès de Soltariel
Humain
Inès de Soltariel

Nombre de messages : 79
Âge : 29
Date d'inscription : 03/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeDim 20 Mar 2011 - 10:31

A des lieux à la ronde, la panique gagnait peu à peu la faune d’Ysari : les lièvres abandonnaient, en trombe, leurs terriers, les cerfs laissaient leurs faons derrière eux et les sangliers, le groin au ras du sol, mettaient le plus de distance possible entre eux et la grande route. Ils ignoraient tout du visage de la menace mais sentaient, dans les tréfonds de leurs êtres, le danger. Cela leur faisait l’effet d’un incendie, comme on n’en avait plus vu depuis les premiers âges du Monde, qui venait à leur rencontre. La Sublime Duchesse arrivait.

C’était pire que tous les incendies imaginables.

Déjà, à l’horizon, se profilait la fantasque tente-mobile ducale.

Ebaudissant assemblage de tentures précieuses, colonnes torsadées et autres dorures de bon goût, elle nécessitait, au bas mot, la force des bras trente-cinq robustes gaillards pour être déplacée. Ils avançaient, à la cadence donnée par les tambours, en évitant toute inconfortable secousse à leur précieux chargement car, au sein de cette habitation mobile, logeait la Grande Protectrice des Suderons en personne.

En tête de la procession, cheminaient les porte-vexilles, suivis d’une douzaine de joueurs de cornicines qui entonnaient un air conquérant à l’approche du manoir de Sinlieh. Venaient ensuite, encadrés de plusieurs hallebardiers, les tambours, tout droit sortis des galères soltari, qui conféraient une apparence martiale au cortège. Ce dernier comprenait, d’ailleurs, de nombreux gendarmes veillant sur les nobles du duché, ainsi que d’Aphel, qui avaient eu l’honneur, notable, d’être conviés à rejoindre la suite de la Dame. C’était ainsi près d’une quarantaine d’aristocrates qui étaient présents, tous accompagnés de parents et amis, en sus de leurs gens pour assurer leur confort personnel tels que valets et veneurs. Sans compter la suite du régent de Scylla. Autant dire qu’il en résultait une cacophonie remarquable.

Afin de soulager, de temps à autre, les porteurs de la tente-mobile, de grands chariots de « repos » leurs étaient dévolus. Pour l’heure, ils étaient occupés par le second régiment de porteurs ducaux. Les autres véhicules, quant à eux, débordaient de statues, colonnes d’apparat, tapis et autres mobiliers qui agrémenteraient le camp de la duchesse. Ce n’était pas parce qu’on dormait sous tente qu’on devait faire une croix sur tout.
Venaient encore les carrosses des dames d’honneur, plus de nombreux animaux dont l’usage serait révélé le moment venu ainsi les provendes – on ne saurait prendre la route sans quelques amphores de mulsum, turriculae et autres carenum –. Pour l’anecdote, l’un desdits chariots de vivres était tout entier réservé au Rayonnant Navarque des escadres maritimes du Ponant, Verjus Urr, qui était, à cet instant, en grande conversation avec la duchesse.

« …le tout étant reporté sur l’année comptable favorable, voyez-vous » expliquait-il à une Inès rêveuse, allongée sur une pile de coussin, en engloutissant son sixième plateau d’huîtres classe trois. «…bien sûr, une connaissance des chicaneur locaux est requise, ‘videmment » précisa-t-il, d’un air matois, tout en mordillant la coquille de l’un des fruits de mer qui croustilla de manière étonnement artistique sous ses dents. « …d’jà plus d’huîtres ? » demanda le Gorille des Trois Mers, d’une mine inquiète, tandis que la thaumaturge alanguie se faisait coiffer par l’une de ses camérières.

« Commandant Urr » entama la callipyge naïade du Tyrion « nous arrivons en vue de Sinlieh et il serait de bon ton d’annoncer notre sérénissime arrivée. Je vous confie le palanquin ducal, ainsi que quinze de mes eunuques les plus membrus, afin d’aller vous présenter devant la maîtresse » elle eut, pour elle-même, un sourire entendu « …des lieux et lui signifier ma présence prochaine. Pendant ce temps, nous établirons le camp dans une clairière que nous aura trouvé, ou créé, nos gens. » puis, paraissant se remémorer un fait capital « je crois que vous avez oublié un plateau de coquillages derrière le gros coussin mauve, juste ici. Prenez-le pour la route, je vous en prie. »
Revenir en haut Aller en bas
Harnyll de Hetalia
Humain
Harnyll de Hetalia

Nombre de messages : 1607
Âge : 115
Date d'inscription : 14/11/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeDim 20 Mar 2011 - 19:46

Bien, bien, bien… remettons de l’ordre dans tout cela car une chatte n’y retrouverait plus ses petits. Mine de rien la moitié de la noblesse du coin et d’ailleurs vient de débarquer comme une bande de joyeux fêtards, bien décidés à s’éclater allègrement la panse à coups de bons petits plats, à trousser les chambrières et à massacrer la pauvre faune locale qui ne se doute encore de rien. Pauvres cerfs, pauvres sangliers, pauvres faisans… mes amis vous allez déguster sévères dans les prochains jours.

Mais pour l’instant nos chasseurs en puissance n’arrivent qu’à Sinlieh et non au pavillon de chasse, ce qui donne un léger répit aux futures victimes. Sinlieh, le fief d’Aurore de Rosemont, amante du baron d’Ysari et enceinte de ses œuvres, ce dernier point encore inconnu du grand public et même d’ailleurs du cercle privé. En tout cas, le manoir voyait du beau linge se présenter aux portes, comme rarement dans son histoire. Listons un peu nos sangs bleus au fur et à mesure de leur arrivée.

La petite troupe de Missède tout d’abord. Le baron, sa fiancée, sa sœur et une de leurs châtelaines. Pas de doute, ils sont en force et tenteront de créer le surnombre pour occuper le terrain. Une équipe phare, solide et habituée des grands rendez-vous. Tout juste sortis d’ennuis judiciaires à la cour de Diantra, ils auront à cœur de bien figurer aux chasses pour démontrer leur union et leur solidité.

Deux nobles venus d’Ydril, sans leur seigneur comte. L’un présent avant tout en tant que membre de la famille. Frère de la future baronne de Missède, cousin de la maitresse des lieux, son réseau et son influence ne peuvent être ignorés. L’autre… eh bien, plus malaisé à cerner… un individu dangereux pour sur, prêt à tout afin d’atteindre ses objectifs. A ne surtout pas négliger.

Merval vient ensuite. Représentée par leur seule baronne, mais cela suffisait amplement. Habituée également des jeux de la noblesse, la baronne saurait à coup sur se positionner efficacement sur l’échiquier. Rusée et matoise, son joli minois pourra en tromper plus d’un qui ne comprendra son malheur qu’une fois le dernier coup de la partie joué. Méfiance donc également.

Ah, mais voilà que s’avance le prince de sang, le vainqueur du tournoi royal, venu en visite chez son ancien adversaire. Scylla suit Merval de près, les yeux rivés sur de lointains objectifs dans l’Olienne peut être ? Un challenger particulièrement tenace, toujours accompagné d’un demi-elfe entouré de mystères. Sans aucun doute une équipe à suivre.

Viennent enfin les plus proches, ceux de Soltariel. La belle duchesse et le gros seigneur des mers. Sur le papier l’équipe la plus solide, seule à pouvoir aligner dès l’entrée de jeu un rang ne le cédant qu’au roi lui-même. Jouant quasiment à domicile, ils seront en confiance et peuvent surprendre tout le monde, à moins qu’ils ne se positionnent en arbitres.

Bien, vous pouvez commencer à vous demander si je vous ai parlé des chasses d’Ysari ou de la prochaine saison de football sur Miradelphia. Moi-même je m’interroge… mais bast !

Quelques joueurs manquent dans notre dix-sept de départ (dix-sept ? Même les jeux nains n’utilisent pas ce chiffre !), mais les estomacs grondent et gargouillent, il nous faut les sustenter faute de quoi le cannibalisme va frapper. Entrons donc chers convives, entrons donc dans la salle des fêtes ou une grande table en U a été installée. Entrons et attaquons nous à cet insoluble problème que constitue l’ordre protocolaire du placement des convives…

Celui-ci avait du répondre à trois exigences ; d’une part respecter autant que faire se pouvait l’ordre de prééminence hiérarchique des nobles présents, d’autres part placer près du baron et d’Aurore sa famille ou ceux qui allaient y entrer, enfin éviter de placer côte à côte des convives ayant une dent l’un contre l’autre. Aussi étonnamment que cela puisse paraitre, un duel au couteau et à la fourchette en plein repas entraine souvent un refroidissement de l’atmosphère.

Vous avez vos places ? Alors en rang deux par deux et en avant marche !
Le baron d’Ysari posa son auguste fessier sur le velours moelleux de son siège et relut ce qu’indiquait son hôtesse d’un soir sur le début du repas. La boisson ? Cul sec, comme John Wayne dans un saloon ! Hmm… non, cela pourrait choquer, supons là délicatement plutôt. Après avoir gouté avec délice la tourte (Aurore vainqueur de top chef miradelphia 2011), le baron se tourna vers son voisin de droite qui se trouvait être…

J’attends…

Si vous connaissez le plan, vous le savez déjà…

Bon, un indice… les arcanes juridiques n’ont plus de secret pour lui.

Ca y est ? Vous y êtes ?

Le baron se tourna vers Viktor de Missède donc. Le comte d’Arétria ne se trouvant pas parmi nous, nous éviterons le duel à l’espadon (l’épée, pas le poisson). Il allait falloir marcher sur la corde raide pour ne surtout pas parler des sujets sensibles lors de ce diner. A savoir la jeune femme qui l’avait accompagné lors du bal d’Ysari quelques semaines auparavant, ses problèmes judiciaires, ou côté Harnyll la répudiation de Lucrèce. Que restait-il à part les résultats du top 14 ou les hausses indiciaires du cours du cacao à la bourse de Singapour ?

Ah oui, je sais… nous sommes tout de même aux chasses… alors parlons gibier.

Baron, j‘espère que la faune d’Ysari sera à votre gout. Mes veneurs m’indiquent qu’au moins un grand dix-cors se trouve non loin d’ici. Ce noble animal a esquivé toutes les traques depuis des années, mais cette fois-ci il ne nous échappera pas.

Oh oui, une traque d’un dix cors… le rêve du chasseur. Aussi endurants que rusés, ces vieux mâles mettaient à l’épreuve le talent des chasseurs. Un défi à la mesure des nobles assemblés ici.
Revenir en haut Aller en bas
Aelalia de Gwidyr
Humain
Aelalia de Gwidyr

Nombre de messages : 85
Âge : 31
Date d'inscription : 25/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24 ans
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeMar 22 Mar 2011 - 17:53

Le voyage fût long, très long, trop long, être ballottée ainsi pendant quinze longues journées fût presque un supplice mais il y avait une bonne raison à ce déplacement. Le Baron et son entourage étaient conviés aux chasses données en Ysari. C'est Cassiopée qui vint annoncer la nouvelle à Aelalia alors que celle-ci rentrait d'une promenade. Étonnée de se voir convier, elle s'en réjouit rapidement. La jeune femme avait toujours aimé la chasse et le fait de se rendre en Ysari, baronnie qu'elle ne connaissait pas encore était synonyme d'un peu d'aventure et de découverte. C'est quelques jours après cette nouvelle que le convois missédien prit la route en direction de Sinlieh, lieu où se déroulaient les festivités, domaine d'Aurore de Rosemont, cousine de Kathleen. Pendant le voyage, la jeune femme parla peu, écoutant ses compagnes parler de mariage et autres sujets divers, passant son temps à admirer le paysage ou bien à rêvasser. Le domaine de la dame de Rosement en vue, le convoi ralentit pour finir par s'arrêter. Tout le monde fût inviter à se présenter devant le Baron et Aurore de Rosemont, il y eut des effusions, des salutations plus cordiales, vint le tour de la jeune de Gwydir, une révérence parfaite, un mot gentil aux hôtes et le tour fût joué. Restant en retrait, Aelalia admira le manoir, glissant un mot à son frère, un regard à Grégoire de la Roseraie, jeune homme fort agréable rencontré quelques jours auparavant après son entretien avec le Baron de Missède. On attendit les autres invités qui ne se firent pas attendre longtemps, du beau monde, une Baronne, un Comte et même la Duchesse de Soltariel. Aelalia ne connaissait pas tout les nobles de la Péninsule et se sentit vite perdu. Les ronds de jambes n'étant pas son fort, elle se concentra sur le paysage qu'offrait le domaine de Sinlieh. On annonça le repas, les convives furent invités à rejoindre la salle où se déroulerait le repas. Aelalia suivit, légèrement en arrière, admirant les richesses, jaugeant les convives discrètement. Pour l'occasion, la jeune noble de Gwydir avait revêtu ses plus beaux atours, mettant en valeurs ses formes plus que féminines, même en arrière, on ne pouvait que la remarquer. On plaça les invités selon une hiérarchie bien définie, Aelalia se retrouva entre Grégoire et Solenne, des voisins de tables fortement agréable, elle ne s'en plaignit pas. Lançant un regard autour d'elle, Aelalia émit un sourire et se détendit un peu. Ce genre de festivité n'avait jamais été son fort mais elle avait promis à Lyrin de faire un effort. Le banquet pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
Vincente Manolesti

Nombre de messages : 366
Âge : 30
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeJeu 24 Mar 2011 - 2:05

Manolesti et son démesuré garde du corps se retournèrent pour regarder d’un air flegmatique la fanfare qui venait d’arriver et d’où sortie une damoiselle qui zappa les deux hommes pour fondre sur le baron et la dame qui l’accompagnée. Hum, peut-être que le marchand devait-il se présenter dans le pur style manolesti ? Il regarda la donzelle :

" Ma dame ; je n’ai pas l’honneur de vous connaitre…ohh mais quelle est cette coquinerie dans votre regard ? Vert ? Noir ? Vert ? On n’arrive décidément pas à choisir quel œil regarder. En tout cas votre entrée en scène était charmante mais de vous à moi lorsque on décide de se présenter en fanfare, soit on le fait bien soit on ne le fait pas. "

Puis esquissant un sourire suivit d’une légère révérence, il s’en alla prendre possession de ses quartiers. Le reste du temps passa vite jusqu’à l’heure du banquet.

* Raaahhh par la grande putain pourquoi diantre foutre la vie s’acharne t’elle a joué à un petit jeu qui s’appelle : Je t’emmerde Manolesti. * Apparemment Vincente n’était pas exactement satisfait du placement de sa personne lors de ce banquet, était-ce parce qu’il avait à sa gauche la rombière du perron ou bien un minet à sa droite ? La plupart de sa fratrie direz les deux et au passage se fouetterai copieusement de sa gueule, avant que cela ne dégénère en combat pugilistique de haut niveau.

" Mais attendez un instant, à qui appartient donc cette coiffure léonine blonde comme les blés et cet opulent décolleté qui provoquerait bien des babélismes ? " Se demanda le marchand un sourire carnassier aux lèvres et qui n’arrivait pas à finir le portrait de la belle occulté par le godelureau à sa droite. Ma foi il finirait bien par completer le tableau tôt ou tard dans la soirée, il fit un rapide tour de table et s’attarda sur le comte de Scylla qu’il salua verre à la main. Il ne repéra pas grand monde à part peut-être la duchesse à la table d’honneur et dont il se promit d’aller lui présenter ses hommages et un autre énergumène qui ne passait pas inaperçu :

* Ah ouais, ce ne serait-ce point Verjus dit le macaque, un truc comme-ça ? * De cette pièce seul cet être qui tenait plus de l’orang-outan que de l’homme présentait un intérêt pour le pirate lui rappelant que son sang était chargé d’iode et de plus c’était sans doute le seul adversaire valable ici. Dégustant le vin et les mets qu’on lui présentait tour à tour il se demanda ce qu’il allait bien foutre pendant ces quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
Verjus Urr
Humain
Verjus Urr

Nombre de messages : 31
Âge : 29
Date d'inscription : 06/07/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeVen 25 Mar 2011 - 17:37

Le le truculent gorille avait revêtu sa plus rutilante culotte de peau en daim pour partir aux chasses, ainsi paré, il avait fait merveille dans tous les bourgs qu'avaient traversé la lourde caravane, et les gueux alentours, venaient tant admirer la beauté sombre de la duchesse, que l'étoffe qui ceignait les reins du détenteur de la verge d'airin des chevaliers de la rectitude. Un purotin, bien mis pourtant, eut même l'audace de demander au cours d'une halte, si il pouvait prendre les mesures de Verjus afin de lui confectionner un pourpoint qui siérait parfaitement à sa culotte de peau. La duchesse sembla se renfrogner, mais le courtois navarque le lui permit avec sa bonhommie coutumière.

Après ces entrefaits, la magnifiscente démiurge de Soltaria et le Gorille des Trois mers s'étaient entretenus sur bien des sujets tout en savourant des fruits de mer frais.

Le Kommandant surveillait le plateau d'huître avec une angoisse palpable. Il voyait certains rebuts s'en remplir le gosier alors qu'ils auraient tous dû lui échoir. La froide menace de la famine tenailla le babouin qui avait dès lors du mal à tenir un discours cohérent.

Ce fut avec une joie toute enfantine que Verjus accueillit la nouvelle d'un plateau d'huîtres à son attention il s'en saisit avidement en le débusquant derrière le coussin mauve et se confondit en remerciements outrés qui donnèrent à peu près ceci :


" Oh certes souveraine! Par le fétide triton des fosses! Oh la! Certes! Merci, merci, tout cela! TOUT CELA! Oh! et bien cachés hein? Pour sûr ces baffreurs de domestiques voulaient se les garder pour s'en renfler le bombement!"

Sur ce, il abandonna la douce naïade et il courut vers son chariot afin de faire quelques provisions supplémentaires pour la route. une amphore de bon vin vint rapidement garnir son aisselle.

"Une lichette de ce doux reginglard là, ça va m'ravigoter"

L'amphore et le plateau richement garnis étaient indispensables, le chemin serait long et la faim et la soif se feraient sans doute sentir au cours du périple. Il héla sa suite et se dirigea vers Sinleh, que l'on devinait à quelques centaines de mètres de là.

Un litre plus tard, Verjus titubait en grande pompe près du palais et il se prit à pousser une rare gueulante pour introduire sa maîtresse. Le raffinement des uns ne se partage que rarement avec les autres.


"Ma Maîtresse le marmoréen Phénix du méridien approche!" hurla-t-il, agitant ses bras velus avec emphase alors que les eunuques, à ce signal, entamèrent une savante chorégraphie autour de lui.

Verjus repris, presque chantant de sa voix de rocaille au rythme des derviches qui l'entouraient.

"Elle vient, elle arrive, elle rapplique, la sublimissime et supercoquentieuse Inès de Soltariel"!





Dernière édition par Verjus Urr le Mer 30 Mar 2011 - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
Eulalie Tranchepie

Nombre de messages : 99
Âge : 35
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeVen 25 Mar 2011 - 19:14

Vincento Manolesti.

Un concentré de goujaterie comme rarement la péninsule avait dû en enfanter. La baronne avait souri devant les insipides goguenardises du Rodomont, faisant mine de n'avoir pas compris le trait d'esprit. Elle monta dans ses appartements avec deux de ses gardes et congédia le reste de sa suite.

Elle reçut le plan de table avec humeur. Décidemment cette chasse était sans doute la pire réception qui puisse se voir. Non seulement le seigle vairon était reléguée à la table des invités, alors que Viktor de Missède avait droit à tous les honneurs, mais en plus elle avait pour seul voisin le hâbleur de l'après-midi. La matoise résolut de prendre les choses en main. Elle fit entrer les gardes dans son boudoir et s'entretint avec eux longuement afin de connaître leurs impressions.

Ils étaient encore bien plus offusqués par l'attitude des hôtes et des commenseaux que le seigle et ils proposèrent un sanglant pugilat. La baronne sourit devant la fougue de ses cerbères mais elle avait des projets bien plus madrés.


"Rendez-vous aux cuisines peu avant la réception, et faîtes vous passer pour un valet, mon doux, si l'intendant oppose quelques résistances, dîtes lui que Merval souhaite apporter sa pierre à l'édifice et si il se montre inflexible sachez vous montrer convainquant" ordonna-t-elle en tirant une petite bourse contenant quelques souverains. Elle lui donna quelques autres recommendations qu'il convient de dissimuler sous une chape de silence.

Le reître comprit, il changea sa tenue et arrangea sa mise afin d'être pris pour un domestique, conservant toutefois à sa ceinture une rapière habilement dissimulée sous les plis. lorsqu'il arriva près des cuisines, l'intendant ne fit guère de manière, trop heureux de voir une aide supplémentaire pour le grand dîner qui s'annonçait. Le garde travailla avec méthode et fit son possible afin de n'être pas remarqué.

Enfin le banquet commença. La baronne descendit et se rendit à la salle en robe blanche, sobre mais élégante. Elle s'était parée d'un collier d'or, coquetterie qu'elle ne s'autorisait que rarement et elle s'avança la mine aussi jouasse que possible vers la place qui lui était désignée. Elle ne souffla mot à son voisin mais savourait d'avance sa petite vengeance, d'autant que le bellâtre semblait lorgner l'hétaïre blondâtre qui était assise à la même table.

Enfin la tragédie allait s'accomplir. Le garde parût, une soupière ouverte de jus de viande gras dans les bras et fit le tour de la table et lorsque Vincente détourna le regard, d'un geste prompt autant que juste, il fit tomber la soupière sur lui, maculant son habit de coq de l'odorante et brulante sauce.

Le seigle, ravie de son stratagème ne put s'empêcher de commenter le haut fait d'un air badin.


"monsieur, ohhh mais quelle est cette coquinerie dans votre tenue? jus, tissu, on n'arrive décidément pas à choisir lequel regarder"
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
Vincente Manolesti

Nombre de messages : 366
Âge : 30
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeSam 26 Mar 2011 - 3:16

Hé bien si Vicente se demandait comment il allait tuer le temps, certains dieux, pas des plus attentionnés apparemment lui envoyèrent la réponse directement sur les genoux par l’intermédiaire d’un pataud qui renversa une pleine soupière d’une sauce douteuse sur le brave marchand.

*Chaud ? Chaud…brulant !!! * Pensa le noble devant cette giboulée bouillante qui se leva d’un bond, et par pur réflexe neutralisa la menace qui n’en était déjà plus une en envoyant un camouflet violent au serviteur maladroit qui tomba à terre le râtelier brisé. Devant cet excès de zèle, il prit au vol la remarque de la baronne pour rire mélodieusement avant de rétorquer devant l’assistance:

« Ahah en effet chère baronne, le désunis vous va si bien que j’ai eu envie de m’y prêter à mon tour. Mais il est indéniable que cela ne colle pas avec mon allure, je vais donc aller me changer. » Dit le fringuant Vincente accompagné d’une œillade à l’adresse de la belle. Vincente se baissa et susurra à l’adresse du séide à terre :

« Certaines personnes prennent pour acquis trop de choses, comme la faculté de manger par exemple. Une autre bévue et je t’enterre dans les caves de ce château. » Puis un ton plus haut « Ça va mon vieux ? Et bien parles ? Oh j’oubliais votre pauvre mâchoire brisée mon pauvre ami…mais qu’est-ce…cet homme est armé, un assassin, un assassin !!!! »

Cria le noble alors qu’il relevait le valet et découvrant que ce dernier possédait une rapière sous son accoutrement. Le noble pensa à ne pas trop compromettre sa couverture en tapant dans l'octave désiré dans cette dénonciation d'un hypothétique spadassin tout en attendant les gardes qui déjà arrivaient. A ces mots une main, telle une patte d'ours se posa sur l'épaule du serveur, main appartenant à Bash garde du corps du noble et colosse zurthan dépourvu d'humour. Pendant que ce dernier faisait les présentations entre l'homme armé et le mur derrière eux, Manolesti se demanda si il venait d'éventer un complot d'un tueur bien trop maladroit où si sa personne était au centre de ces attentions.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
Eulalie Tranchepie

Nombre de messages : 99
Âge : 35
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeSam 26 Mar 2011 - 11:23

Ce qui s'apparentait de prime abord à une petite vendetta sans grande conséquence tournait désormais au pugilat. Et de quelle violence! Le gros bougre n'y allait pas de main morte. La baronne, toute matoise qu'elle pouvait être, ne pouvait tolérer que l'on moleste l'un de ses braves, noble de surcroît jusqu'à ce que mort s'ensuive. Les hommes de biens ne courent pas les rues, d'autant que celui-ci n'avait pas bronché, conformément aux serments de son ordre. Bien sûr, la victime aurait été d'extraction plus modeste, la jeune femme aurait sans aucun doute tapé des mains en se réjouissant d'une incartade bien virulente.

Evidemment, intervenir signifiait risquer de découvrir au moins une partie de ce petit complot. De toute évidence il fallait agir promptement sous peine de voir le reître garder des séquelles permanente de son escapade en Ysari ou de trépasser de hideuse façon. Le seigle n'hésita pas et s'arma de son couteau à viande.



"IL SUFFIT" cria-t-elle en se levant d'un bond.

Joignant le geste à la parole, elle s'avança vers le colosse et lui planta son couteau dans le brasjusqu'au coeur du muscle pour lui faire lâcher prise puis recula vivement de trois pas, cherchant des yeux la garde d'Ysari qui de toute façon rappliquait face à la force du tumulte, car la menace pesait désormais sur elle-même. Si la maison Manolesti se montrait si virulente pour un peu de jus et une rapière à la ceinture, elle n'osait augurer de la façon dont elle serait cuite après son méfait.


" Cessez de molester cet homme, on ne tue pas au beau milieu d'un banquet respectable! " s'écria-t-elle alors que la pression montait. Son sang montait jusqu'à ses tempes et de violentes décharges d'adrénalines la traversait. "Laissez donc les troupes d'Ysari faire leur travail, qu'elles interrogent cet homme et le jugent selon leurs lois, si il s'agit d'un danger nul doute que la justice fera son oeuvre."

En prononçant ces mots, pour la première fois de sa vie, Eulalie de Merval connut la peur véritable. Le colosse était au moins deux fois plus haut qu'elle et pesait facilement quatre fois son poids, il saurait l'occire d'un seul geste habile (et nul doute que ce monstre n'était pas ignorant en matière de gestes habiles de cette sorte). Pourtant, farouche, elle tint bon et toisa Vincente et son monstre domestique avec détermination.

La baronne savait que quoi qu'il advienne, son homme ne trahirait rien et se laisserait mourir plutôt que de révéler quoi que ce soit de son identité réelle, quelle que fut la futilité du motif de sa condamnation et de sa mission première. Eulalie se félicita alors d'avoir décidé d'être escortée des parangons fanatisés de la garde baronniale plutôt que des habituels pécores qui font généralement son escorte. La fatuité a ses avantages!

La musique s'etait désormais complètement tue, laissant le vrai monde en proie à ses bruits les plus sombres alors que se jouait sous les yeux ébahis de tous une tragi-comédie qui ne manquerait pas de pimenter les discussions durant l'année à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
Vincente Manolesti

Nombre de messages : 366
Âge : 30
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeSam 26 Mar 2011 - 14:20

C’était à ne plus rien n’y comprendre, la baronne se jetait sur ceux qui avaient surement éventé une tentative d’assassinat allant même jusqu’à planter son couteau à viande dans le garde du corps zélé qui venait de neutraliser le serviteur armé. Vincente fut surpris d’une telle réaction mais ce sentiment était bien pale face à la fureur qui l’habitait devant cet affront qu’on venait de faire sur son esclave.

* Un couteau ? Tu viens de frapper mon esclave avec ton putain d’épluche légume, à la Meca je t’aurais déjà fait sauter la tête pour m’en faire un couvre-chef *

Bash regarda la lame dans son bras d’un air morne, lâchant sa victime. La blessure était profonde mais pas aussi méchante que de prime abord car la différence de gabarit entre le géant à la peau cuivrée et la baronne ne permettait pas un angle de pénétration des plus optimale. Il n’empêche que la piqure de moustique faisait mal et le zurthan s’avança vers son agresseur lorsque la main de bucheron de Manolesti se posa sur le buste puissant de son garde accompagnant le geste d’un mot à la saveur d’exotisme qui voulait surement dire : Stop. Un mur était dressé ici, un mur puissant et invisible qu’on appelait convenance et qui empêchait le maitre comme l’esclave d’aller châtier cet outrage. Ici, dans cette dans cette assemblée, dans cette terre, les deux hommes se trouvaient dans le monde des ventres mous, où la bienséance était reine et la violence son ancêtre avait disparu. Le noble prit donc le parti de feinter la surprise et l’indignation :

« Mais baronne, que signifie ceci ? Cet homme est armé, il était peut-être là pour vous tuer et vous agressez votre sauveur ? Bien sur que mon garde ne l’aurait pas tué (quoique), la bienséance et moi-même lui aurions interdit et il est trop important de savoir qui emploie ce scélérat. »

Pendant ce questionnement, Le noble regardait la furie, arborant un regard impétueux sur un visage légèrement empourpré et une position indicible tenant d’un félin en alerte, alors que les gardes se saisissant du porte-lame emmenaient celui-ci. L’affaire ne paraissait pas claire et le marchand en son for intérieur bataillait ferme pour savoir si il devait en rester là ou pousser l’affaire plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
Eulalie Tranchepie

Nombre de messages : 99
Âge : 35
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitimeSam 26 Mar 2011 - 17:15

Le seigle ne passerait pas à la moissonneuse batteuse et nulle faux ne le couperai de sa tige ce soir semblait il. Il était fort peu probable que les deux coquins aillent jusqu'à malmener la baronne, mais elle demeura quelque peu sur ses gardes. La sauvagerie de son voisin l'avait frappée, elle tenta de n'en laisser rien paraître pourtant.

Elle prit une mine sarcastique et lança à son vis à vis
:

"Me tuer? avec ses deux mains portant une soupière? Et tout cela au cours d'un banquet ou chaque domestique nous observe pour veiller à nous choyer? Je n'ai pas l'honneur d'avoir des ennemis aussi acharnés que les vôtre, sire Manolesti."

Le garde Mervallois fut emmené par la troupe et disparût bientôt dans les dédales du Palais, probablement emmené dans les geôles. La baronne, les mains sur les hanches reprit :

"Quoi qu'il en soit, ce fut une très brillante idée de lui casser la mâchoire, ainsi il nous dira très certainement d'où il vient."

Elle regretta cet énième quolibet, il s'agissait de calmer la situation et non de l'envenimer. Elle passa une main dans ses cheveux, prit une allure moins martiale et esquissa un très léger sourire.

"Pardonnez ma fougue, je trouvais simplement le châtiment... quelque peu féroce." finit elle par dire.

"Je crois que nous sommes partis sur de très mauvaises bases vous et moi, aussi devrions-nous peut-être faire fi de tout ce qui a pu se passer jusqu'ici, ne serait-ce que par égard pour nos hôtes."

Elle se doutait qu'après avoir enfoncé un couteau, dégoulinant de jus à l'ail qui plus est, dans la patte de son garde du corps, Vincente serait peu enclin à se laisser bercer par des paroles de paix. Mais après tout il était noble, de minime extraction, mais noble, il pouvait souscrire à l'intérêt général. Du moins le seigle aurait sauvé les apparences et, si elle passerait pour lunatique, au moins ne la dirait on pas franchement démente.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Que les chasses commencent ! Empty
MessageSujet: Re: Que les chasses commencent !   Que les chasses commencent ! I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Que les chasses commencent !
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Dragon en chasse [chasses continues]
» IV.03 Chasses et Sortilèges.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Soltariel :: Baronnie d'Ysari-
Sauter vers: