AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vin de Millet et Vieilles Histoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Vin de Millet et Vieilles Histoires   Mer 2 Mar 2011 - 17:27

La jeune Cassiopée avait mangé seule. Comme toujours, parce qu’elle descendait rarement. Elle se faisait discrète. Elle n’aimait pas être le sens de l’attention et les dieux lui faisaient payer son manque de tact, avec son frère. Elle éprouvait une haine et bien d’autres sentiments contradictoires. Elle ne portait pas non plus sa belle-sœur dans son cœur. Elle lui avait volé ce qu’elle avait de sa famille. Elle lui en voulait énormément. Déjà que leur relation était précaire, elle venait s’ajouter dans le lot. Ce que la jeune Cassiopée n’appréciait pas.

Viktor n’avais jamais changé pour elle. Elle avait toujours trouvé un charme à ce garçon. Or, elle n’avait su que plusieurs années plus tard, le lien qui l’unissait. À l’époque il était un enfant solitaire. On le voyait rarement jouer avec les enfants. Cassiopée par contre, avait les enfants des servants. Elle était la plus jeune et la plus chérie. On prenait soin d’elle comme une poupée. Viktor restait toujours loin d’eux.

Cassiopée avait toujours voulu lui parler mais sa mère avait éprouvée un refus. On ne parlait pas au fils du baron. Elle se demandait si cet ordre venait de son père ou de sa mère, qui appréciait toujours cet enfant. Interdiction totale. Plus tard, elle savait que sa mère craignait que sa fille se retrouve dans les griffes de Karina. Nane connaissait la terrible et illégitime historie. Elle savait tout. Et cette vieille chipie? Elle ne l’aimait pas. Elle était toujours d’humeur massacrante. Si elle osait se pointer le nez a son propre mariage qu’elle prenne garde à ses paroles

Ce fut Nane qui vint chercher Cassiopée. La petite enfant était dans ses sombres pensées familiales. Surtout depuis qu’il avait ramené la cousine de l’autre. Elle devait se trouver charmante et mignonne. La parfaite Missede qu’elle n’était pas.

Viktor veut te voir.

Merci Nane

Et voilà, elle côtoyait son frère presque tous les jours et il voulait la voir. Ironique, peut-être. Mais tous les deux étaient bien différent et ne se parlaient que rarement. Encore sauf pour la réprimander il y arrivait très bien

Il n’avait pas dit quand. Elle repoussa donc à tard dans la soirée, là ou enfin elle se decida. L’un deux devait faire une pas.

Elle posa sa main sur la poignée mais se ravisa. La dernière fois, il avait été d’une humeur maussade. Soupirant, elle toqua à la porte du bureau.

Revenir en haut Aller en bas
Viktor de Missède
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 466
Âge : 26
Date d'inscription : 02/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Vin de Millet et Vieilles Histoires   Dim 5 Juin 2011 - 0:55

La paperasse s'accumulait légèrement sur le bureau de Viktor. Qui aurait bien put imaginer qu'on pouvait arriver à ce point d'amoncellement avec tout les conseillers que le jeune baron pouvait avoir pour prendre des décisions ou gérer la baronnie pendant les quelques jours d'absence du jeune homme. Mais non. Il avait fallut que tout ces foutus papiers décident de venir s'entasser sur son bureau.

Se qu'il pouvait haïr la paperasse. Une véritable horreur tout ces trucs. Non mais franchement. Qui pouvait s'imaginer que la grande majorité du temps d'un baron d'une terre telle que Missède soit consacrée à la rédaction de missive ou à l'apposition de son paraphe sur tel ou tel autre? Non, vraiment, personne ne devait avoir imaginé quelque chose d'aussi stupide que cela. D'un autre côté, c'était relativement logique. La baronnie de Missède avait un système politique qui plaçait le baron au centre d'absolument tout. Dans le système missédien, le baron était au courant de tout et devait tout savoir de se qui se passait. Malheureusement, ledit baron avait fréquemment bien d'autres chose à penser qu'à s'occuper des ''affaires d'état''. Et présentement, il y avait deux choses qui le préoccupait beaucoup plus que tout cette accumulation de papier.

Un mariage déjà. Comment vous voulez vous concentrer deux minutes sur le prix des extraits de Colza si des que vous fermez les yeux, vous ne pensiez plus qu'à une cascade de boucles blondes et au joli visage qui va avec?

Oui, oui, je sais. Se n'est pas sérieux et tout et tout. Et se n'est pas se qu'un baron devrait faire. Il devrait être tout à fait maître de lui, il ne devrait pas éprouver ce genre d'attachement pour la future baronne, se n'était pas bien. Et puis, il ne devrait pas non plus avoir de sentiments. C'était contre productif. Tout comme le fait qu'il aimait bien son chat.

Et puisqu'on y était, pourquoi s'attacher à son peuple? Allé. On plante tout le monde sur un pal. Comme ça on sera tranquille. Et fini les enquiquineurs avec leurs saleté de Colza qui viennent sans arrêt pour demander ceci ou cela. Hop. Tout ça, ça dégage.

Bon, il allait peut-être falloir se calmer un petit peu tout de même. Surtout que la bouteille d'alcool de millet était en train de se vider de façon quelque peu dangereuse et inquiétante. Surtout pour un buveur seul.

Étonnement, il ne parvenait jamais à être tout à fait sobre avant de parler avec Cassiopée. Elle n'avait pourtant rien de vraiment terrifiant cette petite sœur. Non. Vraiment rien. Mais il n'était jamais tout à fait sobre quant il demandait à la voir.

Il fallait tout de même être honnête. Jamais il n'avait voulut de sœur et même aujourd'hui, il n'était pas certain d'en vouloir. C'était sans doute assez égoïste, mais il aurait préféré qu'elle ne se révèle jamais. Il y avait tant de chose qui découlait de sa simple existence. Tant de chose qui se révélaient être douloureuse et que le jeune homme aurait de loin préféré ignorer totalement.

Mais voilà. Elle était là et il devait faire avec.

Cassiopée entra dans le bureau alors que Viktor grognait quelque chose dans sa barbe, la tête appuyée contre ton verre au trois quart vide et contemplant de façon innexpressive la bouteille d'alcool de Millet posée devant lui, guère plus remplie que le verre.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Vin de Millet et Vieilles Histoires   Dim 5 Juin 2011 - 1:40

La jeune Cassiopée ne savait que dire ou que faire. Pourquoi il n’était pas capable de la regarder. Elle était bien, elle ne lui créait pas de problème. Quoique oui.

Le simple fait qu’elle respire ou qu’elle vive dans sa maison le dégoutait c’était claire. Elle n’avait pas envie de le ramasser comme la dernière fois. C’était assez une fois pas deux. Elle n’était pas un tas de chiffon.

Nane aurait pu au moins l’avertir. Depuis son arrivée, deux fois sur trois, il était en état d’ivresse avancé. La jeune enfant tentait de contenir sa rage. Pourquoi avait-elle du naitre? Tout aurait été plus facile si Karina avait fermé sa bouche, elle vivrait paisiblement avec Nane a ses cotés pour lui rappeler que son destin était pas si pire.

Elle n’avait pas envie de supporter tout ca. Son mariage avec Lyrin n’aidait a rien. Elle devait rester dans cette maison. Elle ne supportait déjà pas la baronne, imaginer le simple fait de vivre avec elle l’énervait.

Je suis encore tout proche de la porte, si tu préfères que je la passe je ne me gênerais pas.

Et voila, la guerre commencait.

Je n’ai pas l’intention de te ramasser comme la dernière fois. J’ai autre chose à faire. Tu ne lui fais pas ca à elle. Non, tu es toujours en train de batifoler avec elle. Tu te fiches de moi, parce que je suis la batarde de ton père. Je dois t’énerver, d’avoir pris en quelques sortes une place dans son cœur.

Cassiopée essuya ses larmes et fixa son ivre frère. Il venait de causer un orage et elle avait honte de ses paroles mais il les méritait. Il était un homme très mauvais avec elle, sur un plan psychologique.

Je te déteste ! Je ne sais pas ce que c’est d’avoir un père qui aime. Il n’avait que TOI. Tu ne sais pas ce que c’est d’être malheureux, tu as toujours tout eu. J’ai toujours eu du respect pour toi. Mais moi je suis que la petite batarde que ton père à eu.

La jeune enfant reprit ses esprits et regarda la porte.

Tu te demandes pourquoi je te hais toi et la baronne. Regarde autour de toi. Tu ne m’as jamais considéré comme ta famille. Tu préférais que je n’aille jamais existé. En te connaissant, j’avais l’impression d’avoir enfin une famille.

Elle avait toujours vu en Viktor un homme qui l’aimerait, malgré son illégitimité. Elle avait eu tort. Elle voulait qu’il le sache.

Je vais partir, tu n’a pas envie de me parler, surtout que tu préfères ta sœur, à ton alcool et ta blondinette d’épouse.

Elle posa sa main sur la poignée et se retourna avant d’ajouter :

Pendant, plusieurs années j’ai attendu qu’un jour tu trouves la vérité, mais ta mère te l'a dévoiler. Il m’avait demandé de ne rien dire. J’ai cru que tu comprendrais que toute famille à ses secrets et que tu m’aurais aimé comme un frère le fait, mais pour toi, je suis qu’un dérangement de trop, pour toi. De toute manière, il y en a toujours eu que pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Viktor de Missède
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 466
Âge : 26
Date d'inscription : 02/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Vin de Millet et Vieilles Histoires   Mer 8 Juin 2011 - 11:59

Viktor avait mal à la tête.

Cela vous est sans le moindre doute déjà arrivé d'avoir la désagréable impression qu'un pie vert est en train de prendre son pied dans votre cerveau. Et c'est malheureusement se qui est en train d'arriver à notre pauvre petit baron.

Contrairement à se que pensait cette petite greluchette de Cassiopée, Viktor était loin d'être ivre. Il avait juste un petit coup dans le nez. En tout cas, rien qui ne puisse l'empêcher de penser clairement.

La demoiselle attaqua direct. Eh ben, même pas de préliminaires. C'est du joli tout ça. Pauvre Lyrin. Il allait se retrouver avec une Cassiopée qui le chevaucherait à l'instant ou la porte de leur chambre nuptial fermée.

Par contre, elle n'avait pas tord. Il lui en voulait d'avoir prit une place dans le cœur de son père. Mais... se n'était pas tellement le fait qu'elle ait prit une place qui le gênait. Il s'en serait moqué. Non. Se qui était plus douloureux pour Viktor, c'est qu'elle lui avait ravis SA place. Celle à laquelle il aurait normalement put aspirer. Dans ses souvenirs, Viktor ne voyait son père que comme un individu distant et insaisissable. Il avait tout fait pour attirer son affection et, au mieux, son attention. Sans résultat. Elle, elle n'avait peut-être eu que peu d'attention de la par de ce père, mais elle en avait eu. À ce demander qui d'eux deux était le bâtard.

Le reste des paroles de Cassiopée en revanche était un monceau d'absurdité total.


« En effet, j'ai tout eu, dit calmement le baron. »

Il restait calme. Il fallait qu'il reste calme parce que si d'aventure il s'énervait, il risquait de la frapper. Non mais elle avait vraiment espérer qu'il allait comme par miracle remarquer quelques similitudes physique entre eux et comprendre qu'elle était sa sœur bâtarde? Pitié, dite moi qu'elle était tout de même plus intelligente que ça. Quelqu'un comme un baron ne peu malheureusement pas connaître tout ceux qui vivent entre les murs de son palais et les appeler par leurs prénoms. C'est bien triste, mais c'est ainsi que les choses se passent.

« Une mère qui me méprise, un père absent, aucun ami, une tombe creusée à deux reprises pour moi. En effet, je pense pouvoir dire que j'ai tout eu. Tu te plaint de ne pas avoir eu de père? Tu as dut le connaître mieux que moi. En tout cas, c'est le cas s'il t'adressait la parole de temps en temps ou s'il avait de petites discutions avec toi. Je n'ai pas souvenir d'y avoir eu droit avec mon, père. »

Doucement, Viktor se resservit un verre avant de faire doucement tourner le liquide ambré.

« Tu sais, ma mère n'est pas ainsi qu'avec toi. Elle l'est avec tout le monde et elle doit me détester plus qu'elle ne te déteste. Regarde toi. Tu es jolie et solide. As-tu déjà jeté un coup d'oeil à ce tas d'os chétif et maladif qui te sert de frère? »

Viktor prit une gorgée.

« Tu ne sais pas se que c'est d'avoir un père ou un frère. Comment veux-tu que je le sache? Tu débarque comme une fleure au pire moment en me retirant le seul membre de ma ''famille'' qui ne me méprisait pas et il faudrait que je t'accueille à bras ouverts comme si de rien n'était et comme s'il n'y avait rien d'autre derrière? Tu pensais peut-être que mon existance n'attendait que ta venue pour être totalement épanouie? Commence par redescendre sur terre. Ça t'évitera de raconter des choses aussi stupides. »
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Vin de Millet et Vieilles Histoires   Mer 8 Juin 2011 - 17:16

Cassiopée était de mauvaise humeur. Chaque jour dans sa vie, elle avait du servir la famille de son père. En plus, comme si cela ne suffisait pas sa mère était morte par sa faute. Il l’avait tué et démoli.
s
Elles auraient du quitter Missède alors qu’elles le pouvaient. Il aurait pu lui offrir une maison parmi les paysans, elle ne serait jamais venue, elle n’aurait pas existé pour Viktor. Elle aurait une vie « normale ».

La petite étoile se laissa glisser contre le mur. Elle n’avait pas eu de père. Elle avait eu le droit a deux discussions dans toute sa vie.

Ta mère trouverait plaisant de jouer à me torturer jusqu'à ce que je meure. Tu sais comme moi, qu’elle me déteste autant. Et puis, je n’en ai rien à faire, si tu es qu’un tas d’os ou que tu ne sois pas un chevalier et tout. Moi je ne veux qu’un frère, qui m’aime comme petite sœur. Sur qui je peux compter, malgré ses préoccupations.

Elle le regarda tristement avant de baisser les yeux. Il ne savait pas ce qu’elle ressentait.

Elle voulait être aimée par Viktor. Elle voulait avoir une place dans son cœur. Pas qu’il remplace son père ou autre chose. Elle voulait seulement qu’il arrête de la voir comme obstacle.

La première fois que j’ai entendu la voix de mon père, ma mère et lui se criaient l’un à l’autre. Lorsqu’ils étaient seuls, il la considérait comme la mère de sa fille. Un peu plus tard, je fus malade et il m’envoya en retraite avec ma mère. C’était une petite maison et on me soignait. La fois que je l’ai revue c’est lorsque ma mère souffrait de sa maladie.

Elle ne voulait pas se faire soigner. Je ne savais pas qu’il était mon père, encore. Je lui ai dit de la laisser tranquille. Il me tenait le poignet si fort et il avait levé la main, sans jamais l’abattre. Par la suite, elle est morte et j’ai fuis le château, quand il m’a retrouvé je me suis mise à lui donner des coups. Il avait tué ma mère et c’est qu’après sa mort, que j’ai su que ton père, notre père, aspirait à te voir Baron et il avait écrit que tu comprendrais et que tu m’aimerais


La petite Missède se recroquevilla sur elle-même avant d’éclater en sanglot.

Je voulais seulement t’aimer comme je n’ai jamais pu faire avec mon père. Tu n’aurais jamais du me connaitre, tout aurait été plus facile.
Revenir en haut Aller en bas
Viktor de Missède
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 466
Âge : 26
Date d'inscription : 02/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Vin de Millet et Vieilles Histoires   Mer 15 Juin 2011 - 5:22

« Ta mère trouverait plaisant de jouer à me torturer jusqu'à ce que je meure. Tu sais comme moi, qu’elle me déteste autant. Et puis, je n’en ai rien à faire, si tu es qu’un tas d’os ou que tu ne sois pas un chevalier et tout. Moi je ne veux qu’un frère, qui m’aime comme petite sœur. Sur qui je peux compter, malgré ses préoccupations. »

Tu aurais dut naître dans une autre famille ou naitre moins idiote.

Cela, se fut se que Viktor pensa. Très fort. Fallait-il être tout à fait idiot pour ne pas se rendre compte de cela? Connaissait-elle au moins l'histoire de la maison à laquelle elle appartenait? Fratricide, parricide, matricide étaient le lot commun dans l'histoire des Missède. De façon tellement commune qu'elle en devenait presque banale.

Lames, pals et poisons étaient monnaies courantes dans l'histoire de la baronnie.

Avec une famille pareil, à quoi pouvait bien s'attendre Cassiopée? Et puis, il fallait qu'elle se réveille. Se n'était rien de plus qu'une simple logique qu'appliquait Karina. Aucune femme n'aime l'enfant bâtard de son époux. Peut-être fallait-il cesser un petit peu cette hypocrisie.


« La première fois que j’ai entendu la voix de mon père, ma mère et lui se criaient l’un à l’autre. Lorsqu’ils étaient seuls, il la considérait comme la mère de sa fille. Un peu plus tard, je fus malade et il m’envoya en retraite avec ma mère. C’était une petite maison et on me soignait. La fois que je l’ai revue c’est lorsque ma mère souffrait de sa maladie. Elle ne voulait pas se faire soigner. Je ne savais pas qu’il était mon père, encore. Je lui ai dit de la laisser tranquille. Il me tenait le poignet si fort et il avait levé la main, sans jamais l’abattre. Par la suite, elle est morte et j’ai fuis le château, quand il m’a retrouvé je me suis mise à lui donner des coups. Il avait tué ma mère et c’est qu’après sa mort, que j’ai su que ton père, notre père, aspirait à te voir Baron et il avait écrit que tu comprendrais et que tu m’aimerais. »

C'était bel et bien une chose qu'il pouvait accordé à sa mère. Il avait raison sur son point. Son père était un véritable idéaliste et était tout à fait niait dans l'ensemble. Il avait véritablement crut que son fils aussi ouvert d'esprit soit-il pourrait accueillir une bâtarde à bras ouvert comme si de rien n'était? Il y avait véritablement songé? C'était tout à fait adhérant.

Laissant doucement couler une gorgée d'alcool de Millet dans sa gorge, Viktor se demanda furtivement se qu'était devenu le jeune homme tout guilleret et idéaliste qu'il avait été par le passé. Sans doute était-il mort avec le procès devant le roi. Le jeune homme était un petit peu sombre depuis le retour à Missède. Difficile de dire se c'était l'arrivée du mariage, les souvenirs qui refaisaient surface ou tout le reste qui le mettait dans cet état là. La seule chose tout à fait certaine, c'était qu'il était d'humeur quelque peu maussade.


« Je voulais seulement t’aimer comme je n’ai jamais pu faire avec mon père. Tu n’aurais jamais du me connaitre, tout aurait été plus facile. »

« Aucun doute, se contenta de répondre le baron. »

Pas de doute, Viktor était beurré comme un petit lu. Jamais il n'aurait dit un truc pareil s'il avait été sobre. C'était une absolue certitude. D'ailleurs, il commençait déjà à chantonner n'importe quoi à propos d'Arcam savait quel demoiselle.

« Je sais pas se que c'est d'avoir une sœur. »

La tête de Viktor dodelinait, battant la mesure de sa chanson stupide.

« Je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas. »

Pour être ridicule, le jeune baron était tout à fait ridicule à chantonner de la sorte.

« Je sais pas se que j'ai et je ne te connais pas. Tu débarque dans ma vie comme un boulet de canon et il faudrait que je me comporte parfaitement et sans fausses notes. Comme le parfait grand frère. »

Viktor pouffa de rire devant son vers à nouveau vide.

« Eh ben c'est ratééééééééééééééééééééééééééééé. »[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 153
Âge : 26
Date d'inscription : 02/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Vin de Millet et Vieilles Histoires   Mer 15 Juin 2011 - 23:47

La jeune enfant fut tuée dès que son frère prononça des paroles d’ivrognes. D’ivrogne, mais vrai. Elle n’était pas la bienvenue à Missède. Ni même dans la baronnie entière. Elle avait compris le message et allait partir. Il n’avait jamais voulu d’elle et elle ne voulait plus de lui. Il lui avait brisé le cœur comme jamais.

Tu as raison je n’ai pas d’affaire ici. Je vais partir et te laisser seul avec ta vie. Comme ca on pourra toujours dire que j’étais une usurpatrice. Le grand Viktor déjoue le plan d’une sale hypocrite qui se fait passer pour sa jeune sœur.

Les membres de la cour allaient jaser autre chose que du baron cocu. Viktor de Missède était juste et bon. Elle S’en fichait. Elle ne voulait plus appartenir à cette famille.

En quittant, elle était déchue, au moins elle ne perdait rien, puisqu’elle n’avait rien. Sauf son amitié avec Nane et encore, elle ne pouvait pas épouser son Lyrin, puisque maintenant, elle se retrouvait comme unique personne qui n’avait plus d’intérêt.

Elle voulait tuer cette servante qui l’avait poussé dans cette salle à diner et qui contenait la sacré vipère. Karina s’était assurée de tuer la mère, mais n’avait pas prévu que le père cache sa batarde. Cassiopée aurait été plus heureuse morte que de vivre avec un homme qui la détestait que parce que son père n’avait pas pu se contenir de choisir une autre femme.

Tiens le responsable de ce que tu veux. L’un l’autre vous ne valez pas mieux. Vous êtes pareils.

Elle lui prit le verre des mains et lui jeta dans à la figure. Elle regrettait son geste, mais son cerveau n’avait pas trouvé mieux.

Elle retira l’anneau que lui avait offert Lyrin et l’enleva gauchement. Sa tête voulait se débarrasser de tous ce qui restait de Missède. Elle ne voulait plus vivre ici. Même si elle aurait eu de la chance, elle n’aurait pas voulu vivre ici. Elle déposa la bague sur le bureau.

Lui il avait compris mon histoire. Il comprenait ce que je ressentais. Tu veux que je disparaisse comme elle l’a fait, alors comme tu voudras. Soit heureux avec Kathleen, elle est la seule personne que tu mérites.

Puis elle tourna les talons, le cœur gros qui avait envie d’exploser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vin de Millet et Vieilles Histoires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vin de Millet et Vieilles Histoires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vin de Millet et Vieilles Histoires
» On appelait ça les Vieilles Serres. » Klyde.
» De vieilles images
» Histoires cochonnes ..(pour lecteur averti)
» Histoires RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: