Partagez | 
 

 [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Mer 9 Mar 2011 - 22:54

Promenons-nous dans les bois, tant que le loup n’y est pas…


« Mmh, mmh, mmh, mmh, bois de rose, bois de chêne, à choisir soyons sans gène, prenons-en donc un peu des deux. Si pour le feu le chêne est mieux, il est solide par ailleurs, mais le bois de rose est meilleur, pour sa beauté et son odeur, il est connu pour sa vigueur. Mmh mmh mmh ah ?! Mitsuketa ! »



Depuis le meurtre tragique de ses parents qui s’était produit à la fin du voile, Tyra errait plus ou moins dans la forêt. Elle passait parfois sur les routes, marchant jusqu’à rencontrer un village pour y acheter quelques chose de consistant à manger et y chercher un emploi ou un moyen de se faire un peu d’argent en offrant ses services de guérisseuse. Mais, les humains ne voyaient en elle qu’une gamine par son apparence (ce qui était d’ailleurs vrai en dépit de son âge) sans prendre en compte son expérience. Frêle comme elle paraissait, de toute façon, on ne risquait pas de lui confier grand-chose de peur qu’elle ne se blesse. Et puis, son regard neutre parfois fixateur et insistant, parfois complètement dans le vague, n’inspirait ni pitié ni instinct parental, mais plutôt méfiance ou inintérêt total. Sauf peut-être pour des gens peu scrupuleux, remarque…

Un jour (un exemple parmi d’autres), elle avait eu de la chance, si on peut dire. Elle avait pénétré dans un village qui venait tout juste de subir un pillage par une bande d’une trentaine de brigands biens armés, se rendant probablement à la Dross et ayant voulu faire quelques emplettes à l’occasion. Sans aucun scrupule, ils avaient débarqués au galop, sautant devant la porte d’une maison au hasard (quoi que repérée un peu avant par des guetteurs) pour en défoncer la porte tandis qu’une partie de la troupe semait la panique en déclenchant le feu un peu partout, assommer (voir plus) tout ce qui bouge dans la maison sans distinction, récupérer tout un tas de trucs plus ou moins de valeur, éventuellement agresser sexuellement une belle (ou pas mais peu importe) « femelle » qui se serait trouvé là, (mais rapidement parce qu’il n’y avait pas que ça à faire !), puis enfin charger son butin sur son cheval et fuir avec tout le monde (tant pis pour l’abrutit qui serait resté trop longtemps ou qui se serait fait pincer par les villageois). Et voilà, en dix minutes top chrono comment faire une mini-razzia juste pour le « fun »… Lorsque Tyra arriva dans ce village, le feu avait déjà été maîtrisé mais il régnait littéralement une atmosphère post-catastrophique. Un groupe de personnes s’était empressé de foncer à la poursuite des pillards et il ne restait plus qu’à attendre qu’ils reviennent fatigués, dépités, voire qu’ils ne reviennent pas de tout après les avoir finalement trouvés… Passant d’abord inaperçue au milieu de la confusion et de l’apathie, Tyra pu s’inquiéter de ce qu’il venait de se passer quand une jeune femme l’interpella pour lui demander si elle allait bien. La nouvelle la mit très en colère intérieurement et son regard devint des plus sévère. Elle pu alors proposer son aide, qui fut grandement appréciée, en échange du couvert et du gîte pour quelques jours. Finalement, après avoir donné des conseils pour le soin des quelques blessés restant, Tyra décida de partir (un peu poussée par la peur des gens qui, en plus de ne pas aimer les étrangers à juste titre peut-être, ne supportaient pas son regard noir et déjà, commençaient à raconter des débuts de rumeurs malsaines dans son dos à partir de rien, ou peut-être à cause de son prénom peu commun et très subjectif qui arrive un peu comme un cheveux sur la soupe après une telle catastrophe). On lui donna tout de même un peu de monnaie, une pièce de vêtement et quelques vivres « pour la route ».

Voici donc de nouveau Tyra « errante » au nord de la forêt d’Aduram. Aujourd’hui ? C’est cueillette de champignons ! Il faut renouveler les stocks utilisés récemment. Et justement, Tyra venait de faire une magnifique trouvaille : un azilé rouge ! Ce champignon symbiotique du cèdre jaune (principalement) et de quelques autres espèces, est un excellent antibiotique naturel (en dehors de son goût absolument infect car extrêmement amer) ! Sauf qu’il faut savoir où le dénicher : il pousse à la commissure légèrement creusées et suintante de certaines grosses branches (une adaptation naturelle de l’arbre pour offrir une niche à son hôte) et Tyra venait d’en repérer un spécimen magnifique !

La jeune fille déposa son sac au pied de l’arbre, l’ouvrit et récupéra son couteau. Après quoi elle entreprit de grimper pour atteindre son objectif. Avec l’habitude ça ne lui prit que très peu de temps. Elle s’installa donc sur la branche en question et regarda le champignon sous toutes les coutures pour bien vérifier, d’abord qu’il s’agissait bien d’un azilé rouge et pas d’un mashsmort, ce champignon mimétique qui s’installe là où d’autres champignons se trouvent déjà. Si elle ne rencontre pas sa propre espèce mais une autre, elle intègre une partie de leur ADN via leurs micelles et à la formation de l’organe de reproduction (le champignon donc) forme une sorte d’hybride ressemblant à l’espèce copiée mais qui est très toxique et en plus, ne contient que des spores de l’espèce d’origine capables de reproduire le même phénomène ailleurs… Une vraie saleté qui a très peu évolué génétiquement mais qui a su parfaitement s’adapter à son environnement en somme. Bref, revenons à Tyra qui avait vu juste sur sa trouvaille. Elle entreprit donc d’en découper soigneusement la moitié seulement (car il n’y avait l’air de n’y en avoir qu’un sur cet arbre) pour le préserver, puis d’appliquer sur la blessure un peu du suc nourricier sécrété par l’arbre pour aider à la cicatrisation.


*Prends en plus !*
*Non comme ça il pourra se reproduire.*
*Pile la moitié !*
*Bon travail !*

*Parfait ! Il n’y a plus qu’à le laisser sécher pour en faire de la poudre.*
*Ou le broyer !*
*... Avec de l’eau.*

*Hum… Non ça se conserve mieux sec.*


Mais tandis que Tyra était perdue dans ses pensées, là haut, perchée dans son arbre, quelque chose fit bruisser légèrement la masse de fougères en contrebas. Un petit courant d’air ? Peut-être… ou peut-être pas en fait ! Deux gros yeux jaunes pointé en direction de l’arbre d’un air attentif. Après avoir humecté l’air ambiant, un léger grognement infrasonore (inaudible donc ou presque) renseignait sur la nature de la grosse masse tapie dans les fougères qui en était la propriétaire et qui venait de confirmer que la piste qu’il avait suivie était bien la bonne. Aucun doute : c’était un loup ! Et il avait franchement l’air intéressé par quelque chose… Était-ce le sac grand ouvert qui dégageait de curieux relents ? Ou bien l’odeur de sa propriétaire perchée un peu plus haut, les yeux dans le vague, et qui ne semblait pas avoir remarqué quoique ce soit ? Pourquoi pas… D’ailleurs, qui a dit que les loups de Miradelphia n’attaquaient pas les espèces humanoïdes ? C’est que la concurrence est plutôt rude avec les autres prédateurs… Le seul point étonnant peut-être ? Était que ce loup, bien caché à l’ombre et sous les fougères, semblait être seul…

C’est là que Tyra se décida à sauter de sa branche…



Dernière édition par Tyra Dalwéria le Dim 1 Mai 2011 - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Mar 15 Mar 2011 - 17:42

Petit à petit, le soleil poursuivait sa course dans le ciel, allant toujours plus haut. C'était la même chose tous les jours, certes, mais au moins cette coutume rassurait la jeune elfe depuis le Voile. Ce dernier ne s'était terminé il y a un mois seulement, et depuis tout allait de travers ; au lieu de retourner vers la lumière, elle était restée dans l'ombre des jours sombres. Rien de ce qu'elle prévoyait au départ de faire ne pouvait au final se faire, au point qu'elle devait apprendre à mettre tout ce qu'elle aimait de côté ! Vraiment, Aina se disait qu'elle aurait de bonnes raisons de tomber dans la déprime. Mais bon ! Elle n'allait quand même pas se laisser abattre de la sorte, non ?!

Glinaina était allongée quelque part dans les bois, sous une tente, elle ne savait trop où. On prenait les décisions de ce type pour elle et il valait mieux pour elle qu'elle suive le rythme. Sinon, elle aurait plus de problèmes qu'il n'en faut pour le dire ! Et elle en avait déjà suffisamment : elle venait de parler à Casoair à propos de sa détention, et elle avait eu la sensation qu'il lui cachait pas mal de choses. Pour l'instant elle ne disait rien, mais elle sentait bien la colère bouillir en elle. Elle finirait par éclater, que ce soit demain ou un autre jour. Mais pour l'instant elle devait se reposer, essayer de dormir. Elle en avait bien besoin.
Pour une quelconque raison, avant de réussir un pareil exploit, le souvenir de sa dernière rencontre avec une elfe occuper toutes ses pensées, rencontre dont elle n'avait parlé à personne.


_______--*--_________--*--________



Enfin, la troupe s'arrêta. Mieux même, on lui enleva le bandeau qui l'empêchait depuis le début de la matinée d'ouvrir les yeux ! Glinaina regarda un peu autour d'elle et vit que les humains commençaient à s'installer pour manger : il devait être dans les alentours de midi dans ce cas. Et ils devaient être arrivés dans la forêt d'Aduram, si ce n'était pas dans le territoire des Hommes. Mais cela l'étonnait tout de même. Après un court moment, Harkan vint lui donner un peu de nourriture, toujours souriant malgré la blessure qu'il avait toujours à la jambe. Et malgré cela, il arrivait sans problème à suivre la marche. La jeune elfe devait avouer qu'elle l'aimait bien et le respectait tout comme il pouvait la respecter, du moins à ce qu'elle voyait. Visiblement, c'était tout à fait autre chose pour Talmak, si c'était bien son nom. Mais bon ! Quoi qu'il en soit, elle remercia le mercenaire de la tête et alla s'enfoncer un peu dans la forêt, être un instant seule.

Tout en mangeant le peu qui lui semblait mangeable, assise seule sur le tronc d'un arbre mort; la femme elfe ne cessa de repenser à ce qui lui arrivait depuis ces derniers jours ; cela devenait tellement immoral qu'elle commençait à avoir l'impression d'être plongée dans un cauchemar qui n'en finissait jamais ! Après ceci, cela... Bref, il allait falloir qu'elle trouve un moyen de se sortir de ce pétrin, même si c'était à long terme. Ça en devenait offusquant à la fin...

Elle dénombra alors toutes les solutions qui pourraient un jour ou l'autre se présenter à elle : s'enfuir, la plus évidente, mais tout de même risquée du fait qu'elle n'avait passé la frontière elfe ; rester jusqu'à ce que... ce que quoi ? Non, vraiment, elle n'avait pas du tout envie de rester avec ces gens ! Sinon dissoudre le groupe. Mais là encore, ce n'était pas une bonne solution. Ce n'était pas son caractère et ne se voyait pas faire de telles vacheries. Ah là là... Pourquoi fallait il qu'elle soit du style à laisser faire les choses ?! Et dire qu'elle se disait « combattante »... Elle avait bien envie d'en rire maintenant !

Un bruit sourd la fit sortir de ses pensées qui, visiblement, ne lui servaient à rien. Se retournant à demi, elle aperçut dans les broussailles deux yeux jaunes qui la fixaient ; un animal ? Glinaina retint un instant sa respiration et tacha de se rappeler ce qu'il valait mieux faire dans un cas comme celui-ci. Doucement, elle se releva et fit quelques pas pour aller prendre un morceau de bois qui trainait non loin. L'animal bougea. C'était un loup, animal certes facilement agressif en groupe mais qui ne s'attaque pas souvent aux humains. De plus celui-là semblait seul. C'était bon signe : elle aurait moins de mal à le faire partir. Sans quitter des yeux l'animal au pelage gris, elle prit avec précautions le bâton qui se trouvait maintenant à ses pieds puis se redressa de toute sa hauteur, montrant au prédateur qu'elle n'avait pas peur de lui. Plus le temps passait, plus son regard se durcissait. Elle n'avait aucunement l'envie de terminer en repas pour loup ! Un nouveau grognement. Puis, finalement, ce fut le loup qui déclara forfait ; il s'enfonça dans les broussailles, la laissant seule avec la peur qu'elle avait eu tant de mal à cacher. Avec un soupir de soulagement, l'elfe alla se rassoir quelques minutes sur son bon vieux tronc d'arbre avant de revenir sur ses pas.

Alors qu'elle retournait vers les humains, elle ressentit de nouveau la présence du loup ; mais cette fois-ci ce n'était pas à elle qu'il faisait attention. C'était à un sac posé contre un arbre, ou peut-être bien à son propriétaire, une très jeune elfe assise sur l'une des branches, en hauteur. Visiblement, elle s'occupait de couper un champignon et ne souciait pas de ce qui se passait juste en dessous de ses pieds. Et, bien évidemment, elle finit par sauter sans faire plus attention que cela ! Tout de suite, le loup se prépara à attaquer (s'en prendre à une fillette devait lui sembler plus facile), mais fut rapidement arrêté par une elfe qu'il connaissait déjà ! Le fameux bâton en travers de la bouche, il se mit plutôt à se débattre comme un forcené et de s'en prendre à la femme. Cette dernière, à genoux à côté de lui, lui murmurait :


« Hey, doucement ! C'est ça que tu veux (elle lui montra la viande fumée, qu'elle n'avait évidemment pas mangé) ? Tiens, mais arrête de t'approcher des gens. Compris ?

En voyant le morceau, le loup arrêta un instant de jouer au démon. Glinaina posa avec prudence la viande sur le sol, près de lui, et recula tout en écartant le bout de bois. Puis, étant à peu près sure qu'il n'avait plus l'esprit à la chasse, elle se retourna.

-Vous devriez faire attention. Ces temps-ci ne sont plus très sûrs et cela même pour les animaux, on dirait ! »

Elle sourit franchement à la jeune fille qui se trouvait en face d'elle. Qu'est-ce qu'elle paraissait jeune ! Elle ne devait être encore qu'une enfant. Que faisait-elle donc ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Mer 16 Mar 2011 - 1:57

S’était-elle rendue compte de ce qui se tramait en bas de son arbre ? Était-ce pour cela qu’elle en était soudainement descendue ? Ou bien n’avait-elle absolument rien remarqué et découvrait-elle la scène à l’instant ? Difficile à dire à en juger par son expression juste après s’être tranquillement redressée après sa réception. Son regard partit à gauche puis à droite avant de revenir vers l’elfe qui lui faisait face.

Le loup était toujours là : il avait attrapé le morceau de viande dans sa gueule et avait reculé dans les fougères. Le mangeait-il ? Ou attendait-il au contraire de savoir s’il pouvait le manger tranquillement ou au contraire fuir pour devoir le manger plus loin ? En tout logique, il aurait déjà dû fuir… Les humains ne l’effrayaient-ils point ou quelque chose de plus préoccupant perturbait son comportement ?

Sans prendre la peine de répondre à la remarque de son interlocutrice, Tyra jeta un coup d’œil au champignon qu’elle tenait dans sa main puis au loup, puis enfin à son sac auprès duquel elle s’accroupit et dans lequel elle fouilla, faisant comme fi de la présence de l’Elfe et de l’animal.

*Où ais-je mis cette mixture ?*
*Le pot ocre !*
*Ah oui !*


Tyra ouvrit le pot et le déposa un peu plus loin sur le sol. La mixture avait une puissante odeur pour un nez d’être humain qui la respirait de près. Elle déclara alors :

« Voilà, c’est ça qui l’intéresse. Problèmes intestinaux : il a dû manger une charogne et aura attrapé des vers. C’est pour ça qu’il est maigre et qu’il rebute à manger alors qu’il a faim. »

Où était-elle allée pêcher ça ? Avait-elle un coup d’œil capable de déceler le moindre détail en un instant au point d’établir un diagnostique et de transformer une hypothèse en affirmation de la sorte ? Mais ce n’était qu’une gamine ! Elle avait pourtant l’air tout à fait sérieuse, en déclarant cela devant l’Elfe qui venait sans doute de risquer sa vie en faisant face à la bête en montrant un calme et une maîtrise impressionnante. Cette prétention et ce manque de tact paraissait très insultant alors que l’Elfe lui souriait et tournait dos à l’animal, la protégeant en quelque sorte en se plaçant entre les deux.

Finalement, Tyra « répondit » enfin au conseil de l’Elfe :

« C’est cette maudite éclipse qui a mis le monde sans dessus-dessous… »

*Au fait qui est-ce… ?*
*Une Elfe, idiote !*
*Une Elfe idiote… Elle a pas l’air idiote. Elle ressemble…*
*Non, c’est toi l’idiote, elle n'y ressemble pas du tout !*
*En tout cas elle semble connaître certaines choses de la nature.*
*Évidemment idiote : C’est une Elfe !*
*Bon ça suffit ! … Pourquoi est-ce que j’ai l’impression de m’insulter toute seule ?*


Après cet interlude de pensées, Tyra entama (enfin !) les présentations de la sorte :

« Vous avez l’air d’une gentille… J’vous aime bien…
Je m’appelle Tyra Dalwéria. Mais je croyais que les Elfes vivaient au-delà de la rivière… Qu’est-ce que vous faites dans la forêt d’Aduram avec… un phasme sur votre épaule ?


Quoi un phasme sur l’épaule ? Où ça ? Il n’y avait rien sur l’épaule de l’Elfe… Si, peut-être un débris de feuille, -on est en automne après tout-, mais de là à croire que c’était un phasme… Tyra avait juste halluciné…

Le loup était toujours là, tapi dans son coin, ayant à peine entamé son bout de viande, comme s’il faisait « mine de », comme un chat qui se lécherait distraitement, pour défier la vigilance et qu’on ne s’occupe plus de lui. Il reniflait l’air régulièrement, attendant que les dangereuses créatures ne s’éloignent ou ne le menacent pour le faire fuir…

*C’est vrai qu’elle a l’air gentil…*
*Ses yeux…*
*Un sourire sincère…*
*C’est vrai…*

*Pourtant on dirait qu’elle porte une grande ombre derrière elle…*

Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Mar 22 Mar 2011 - 17:53

La jeune fille ne répondit tout d'abord pas à la remarque de Glinaina, faisant même comme si cette dernière n'avait jamais existé. C'était étrange... Sensation qui se renforça quand elle prit un quelconque bocal de son sac et le posa à terre en s'exclamant :

« Voilà, c’est ça qui l’intéresse. Problèmes intestinaux : il a dû manger une charogne et aura attrapé des vers. C’est pour ça qu’il est maigre et qu’il rebute à manger alors qu’il a faim.

Surprise, l'elfe se retourna vers le loup qui lui semblait en effet plus maigre qu'à la normale ; il n'avait toujours pas mangé son morceau de viande et ne semblait visiblement pas vouloir le manger de si tôt. Elle n'avait jusqu'alors jamais vu un animal agir de la sorte ! Après, à savoir si cette enfant avait raison vis-à-vis de sa condition. Pourtant, elle avait établi ce diagnostic avec beaucoup de sérieux et devait certainement s'y connaître mieux qu'elle en médecine ! Pour le coup, autant lui faire confiance.
Oubliant le loup, Glinaina commença à s'approcher lentement, toujours avec le même sourire sur les lèvres, peut-être l'un de ceux qu'elle oublierait facilement avec ce qui risquerait de se passer. Elle chassa immédiatement cette sombre idée de ses pensées d'un coup de tête, comme un simple mauvais souvenir.


-C’est cette maudite éclipse qui a mis le monde sans dessus-dessous…

Cette phrase la ramena quelque peut à la réalité. Encore une fois, elle avait tendance à s'échapper dans ses stupides souvenirs ! Après s'être adossée contre le tronc d'un arbre, l'elfe répondit à cette remarque, les idées presque ailleurs. Cette fille avait l'air d'être à la fois présente et à la fois dans un autre monde s'ouvrant en partie à ceux qui se trouvaient près d'elle. Ce n'était pas pour dire, mais cela lui semblait tout aussi étrange qu'intéressant.

-En effet, tout à changé : la forêt a repris ses droits, certains animaux ont l'air de se comporter autrement qu'auparavant... Comme si l'ombre du Voile avait remplacé la lumière à laquelle nous étions habitués par une autre.

Puis enfin vinrent les présentations, que l'une comme l'autre avait oublié : l'inconnue se présenta sous le nom de Tyra Dalwéria avant de lui faire remarquer que les Elfes vivaient normalement de l'autre côté de la rivière, et donc que c'était presque anormal qu'elle se trouve ici en cet instant avec... un spasme sur l'épaule ? L'elfe regarda l'épaule concernée et vit justement qu'une brindille à pattes s'y était logée, ce qui lui arracha un petit rire. Avec douceur, elle prit le minuscule animal au creux de sa main et fit en sorte qu'il retourne sur le tronc, où il serait certainement plus tranquille que sur quelque chose changeant constamment de position !

-Bonne vue ! Je me nomme Glinaina Wylenaryn et je suppose que si vous parlez ainsi des Elfes, c'est que vous n'en êtes pas une, sauf si je ne me trompe. Et ce que je fais ici ? Je suis le mouvement des choses et des événements, asseyant de voir de quelle manière je puis intervenir, dans un sens comme dans l'autre. Mais je ne suis aucunement dompteuse de phasmes, rassurez-vous ! Et vous ? Que faites-vous par ici, si je puis me permettre ? »

Ce raisonnement l'avait conduit à penser que cette jeune fille devait être une demi-elfe, ce qui avait une chance d'expliquer son corps de gamine. Glinaina la regarda attentivement, se demandant non sans réserves comment une jeune fille (pour les elfes) pouvait voir comme dans un livre ouvert ce qui se présentait à ses yeux et en sortir rapidement toutes sortes de conclusions. Elle devait avouer que cela était quelque peu gênant et espérait pour elle qu'elle ne montre pas innocemment ces talents au premier venu à chaque fois (comme c'était le cas aujourd'hui, au fond...) !
Sans trop savoir pourquoi, elle se déplaça de nouveau et vint se mettre à la hauteur de la demi-elfe (si elle en était bien une), comme si...
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Jeu 24 Mar 2011 - 21:21

Tyra avait récupéré son sac puis replacé en bandoulière. L’Elfe répondit à sa remarque en comparant l’effet du résultat de « l’après voile » à un changement de lumière.

*Une autre lumière ?*
*Une autre lumière !*


Tyra regarda en l’air un instant puis rabaissa les yeux pour marmonner :

« Non, ça s’est juste parce que c’est l’automne… »

*Pas sûr !*
*Une autre lumière…*


Puis, l’Elfe se présenta à son tour. Elle s’appelait Glinaina Wylnaryn…

*Vile narine ?*
*Wylnaryn ! Un non d’Elfe…*


Glinaina lui demanda, par un tour de phrase, de confirmer si elle était ou non une Elfe elle aussi.

*Elfe !*
*Humaine !*
*Sûrement pas !*

*…*

« Ni l’un ni l’autre… »


Mais Glinaina n’avait pas parlé d’humain donc elle devrait deviner ce que cette réponse voulait dire… Tyra réagit ensuite à son explication de ce qu’elle faisait ici… C’était plutôt vague comme description…

« Je ne comprends pas bien. Vous n’avez pas l’air d’être une druidesse… Est-ce que les Elfes se promènent souvent en dehors de leurs terres ou bien est-ce à cause de ce que vous avez dit ? Que la nature y reprend ses droits ? Est-ce que la nature vous chasse de chez vous ?...

Moi, ce que je fais là… Je refais des provisions de plantes médicinales. C’est pour préparer des potions et des onguents que je proposerai au prochain village. Mais ça ne me rapporte pas beaucoup d’argent. »


A ce moment là, distraitement, Tyra sortit de son sac une racine de bécarole, déjà épluchée, dans laquelle elle mordit. Remarquant soudain que le regard de Glinaina avait changé de direction, elle ramena ses yeux vers le bas pour en comprendre la raison jusqu’à ce qu’elle s’aperçoive que ça devait être la racine la coupable.

« Vous en voulez ? »

Tyra n’était pas méfiante envers Glinaina. Son attitude amicale et le fait qu’elle soit une Elfe était rassurant. La raison de sa présence ici n’était pas claire mais Tyra non plus n’avait pas dévoilé toute sa vie. Leurs réponses respectives n’étaient que succinctes. Comment la jeune femme pouvait-elle imaginer qu’elle était ici à la suite d’une tragédie qui l’avait obligé à quitter son logis pour partir seule dans la forêt, sans parler des événements divers qu’elle avait rencontrés pour finalement arriver ici : dans cet arbre à cueillir un champignon… C’était sa première rencontre avec une Elfe autre que son père. Celui-ci lui avait souvent parlé de leur royaume au-delà de la rivière, un peu comme s’il en était nostalgique… Il fallait dire que la forêt là-bas n’avait rien à voir avec celle d’Aduram. Les arbres y transpiraient la croissance sereine et l’harmonie tandis qu’ici leurs voix étaient beaucoup plus désordonnées, d’après ce qu’il lui avait dit.

Profitant alors du fait qu’elles s’étaient toutes deux éloignées de l’arbre de plusieurs mètres et lui tournaient le dos, le loup profita de leur inattention pour aller attraper le pot dans sa gueule et l’emmener plus loin, bien plus loin, pour le lécher tranquillement.
D’un ton quelque peu exaspéré Tyra commenta :

« Ah là là… Bon bah il va falloir que j’en refasse ! Mais je ne me souviens plus à quoi ressemble cette plante… Si seulement mon herbier… »

Mais La jeune demi-elfe laissa sa phrase en suspend. Elle avait sans doute un flow de pensées diverses qui l’en empêcha car ses yeux restèrent fixés sur la direction vers laquelle le loup avait fui.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Lun 28 Mar 2011 - 17:58

« Je ne comprends pas bien. Vous n’avez pas l’air d’être une druidesse… Est-ce que les Elfes se promènent souvent en dehors de leurs terres ou bien est-ce à cause de ce que vous avez dit ? Que la nature y reprend ses droits ? Est-ce que la nature vous chasse de chez vous ?...

La question surpris quelque peut Glinaina, qui n'avait pas vu sous cet angle ce qui lui arrivait ces derniers temps. Est-ce que la nature la chassait de la forêt ? Non, pas vraiment. Au contraire, elle s'y sentait toujours aussi bien, en sécurité dans ce monde d'apparence de plus en plus fou. Non, c'était presque une bêtise de penser une telle chose, surtout qu'elle ne voyait pas ce qu'elle avait pu faire contre Dame Nature... Par contre, un philosophe aurait certainement apprécié réfléchir pendant des heures sur cette question ! De nouveau, un petit rire s'échappa de sa bouche.

-Non, ni l'un ni l'autre. Les Elfes en général ne sortent pas trop de la forêt d'Anaëh et je ne pense pas non plus que la nature m'ait chassée de chez moi ! Et, comme vous l'avez dit, je ne suis pas non plus une druidesse. Cela n'empêche pourtant en rien ce que je vous ai dit tout à l'heure.

Vint juste après la réponse de Tyra ce qu'elle faisait ici : elle était à la recherche de plantes médicinales pour préparer différents onguents et autres qu'elle revendrait au prochain village. Elle ajouta également que cela ne lui rapportait pratiquement rien, et peut-être même avait-elle du mal à survivre avec. Survivre. Plutôt « vivre », non ? Ah, cette nuance dérangeait vraiment Glinaina maintenant, c'en était presque une obsession à chaque fois qu'elle entendait ce stupide mot ! Elle en venait toujours à se demander qu'est-ce qui différenciait vraiment ces deux termes ; est-il seulement possible de vraiment vivre ?

*Arrête de philosopher, Aina. Tu vas finir par devenir aussi pessimiste qu'un Nain n'ayant plus de bière dans sa chope !*

Un nain sans bière... C'était quoi encore cette bêtise ? Depuis quand se basait-elle sur de tels préjugés ? Il fallait pourtant avouer que c'était plaisant à imaginer cette scène.

-Vous en voulez ?
-Pardon ?

Tyra était en train de manger une racine ressemblant à de la bécarole, si elle ne se trompait pas de nom. Elle ne l'avait même pas vue bouger tellement elle était absorbée par ses pensées... Bon, quand est-ce qu'elle se réveillerait enfin, histoire de ne pas être absente à tout bout de champ, du moins dès qu'elle en avait l'occasion ? Il allait falloir qu'elle se ressaisisse le plus vite possible, parce que partie comme c'était...

-Non merci, j'ai déjà mangé, répondit-elle poliment. Par contre...

Un bruit la fit s'arrêter ; rien de spécial, juste le loup qui était de retour. A la va-vite, il prit le pot qui se trouvait toujours au pied de l'arbre où elles s'étaient trouvées quelques instant plus tard, à quelques mètres d'elles. Puis il disparut dans les broussailles, certainement pour lécher ce qu'il contenait. En regardant le pot qui s'en allait au loin, la demi-elfe (puisqu'elle l'avait en quelque sorte précisé précédemment) répliqua, d'un ton qui frôlait l'exaspération :

-Ah là là… Bon bah il va falloir que j’en refasse ! Mais je ne me souviens plus à quoi ressemble cette plante… Si seulement mon herbier…

Mais elle suspendit sa phrase tout autant que son regard s'arrêta sur le lieu où avait disparu le loup, ayant apparemment attrapé le même syndrome qu'Aina. Ça faisait drôle à voir... Comme pour essayer de la réveiller, l'elfe claqua un coup des doigts et demanda :

-Votre herbier … ?

Cela ne se faisait pas, elle le savait, mais elle commençait à sentir qu'elle ne pourrait rester encore très longtemps ici ; si ils découvraient cette jeune fille, elle ne donnerait pas cher de sa peau. Elle regarda rapidement en direction des mercenaires avant de reprendre la phrase qu'elle avait essayé de formuler juste avant que le loup ne vienne prendre le remède à ses maux. Elle n'était pas sure de pouvoir réponse à sa question, mais bon ! Autant essayer tant qu'on peut le faire.

-Désolée de vous avoir brusquée. Mais je me rends désormais compte que rester trop longtemps à vos côtés pourrait vous mettre en danger et donc qu'il me faudra bientôt partir. Je voulais juste savoir... Existe-t-il un remède contre les traces qui ne s'effacent pas ? »

Elle n'avait aucune envie de parler de ce qui lui était arrivé et ne pensait pas que la jeune fille soit en lien avec la magie. Sinon, elle n'aurait pas eu que des onguents à vendre aux villageois, mais également ses services en tant que guérisseur. Elle était donc restée vague sur sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Mar 29 Mar 2011 - 21:51

Bien qu’ayant délibérément placé le pot à l’intention du loup malade, Tyra était tout de même déçue de ne plus avoir de cette mixture. Ce n’était pas quelque chose qu’elle avait déjà préparée mais un pot qui lui restait de ce qu’elle avait récupéré chez elle avant de partir. Ceci, associé à l’idée de l’herbier disparu, lui rappela des flashs de mauvais souvenirs… Heureusement, un claquement sonore la sortit de son mauvais cauchemar, lui évitant de se perdre. Reportant son attention sur son interlocutrice, elle s’excusa :

« Pardon, vous disiez ? »

Tyra avait oublié que c’était elle qui était en train de parler et n’entendit pas l’interrogation de l’Elfe sur les derniers mots qu’elle avait prononcés à savoir « son herbier »…

Glinaina, souriante jusque là, sembla tout d’un coup préoccupée car elle regarda dans une autre direction avant de lui dire :

« Désolée de vous avoir brusquée. Mais je me rends désormais compte que rester trop longtemps à vos côtés pourrait vous mettre en danger et donc qu'il me faudra bientôt partir. Je voulais juste savoir... Existe-t-il un remède contre les traces qui ne s'effacent pas ? »

Ouh là là, mais quelle drôle de question !... Apparemment la première impression de Tyra semblait bonne. Peut-être que l’Elfe était traquée et cherchait à échapper à ses poursuivants ? Mais elle n’avait franchement pas l’air d’une voleuse ou pire. Il y avait quelque chose qui clochait, mais quoi ? Elle n’avait pas été très explicite et lui demander des détails n’allait probablement rien changer car qu’aurait-elle bien pu y faire ? Elle n’avait pas à se mêler des affaires qui ne la regardaient pas, comme sa mère lui avait dit. Il fallait rester neutre et aider les gens pour ce qu’ils demandaient et ce dont ils avaient besoin. Donc, sa question étrange suffisait, c’était là son problème actuel et la chose pour laquelle Tyra pouvait peut-être l’aider… Peut-être seulement…

« Un remède ? Des traces qui ne s’effacent pas hein ? »

Tyra réfléchit un court instant avant de répondre :

« Un remède pour guérir des traces qui ne s’effacent pas…
Voyons, s’il n’y a pas moyen de ne pas en laisser ni de les effacer, alors il faut s’arranger pour les camoufler ou les déguiser. Hum… Ou plutôt trouver le moyen d’éviter le problème ou faire en sorte que les traces indiquent le contraire de ce qu’elles devraient… Ah, oui… mais de quel genre de ‘trace’ parle-t-on en fait ? »


La question semblait évidente en fin de compte. Ce n’était pas du tout pour que Glinaina lui révèle l’origine du problème, mais seulement pour creuser « les symptômes ».

*Magie !*

Mais oui, elle n’y avait pas pensé ! Peut-être était-ce un problème magique ? Quelqu’un de méchant lui avait jeté un sort ? Il lui avait mis une « trace » magique pour la retrouver ? C’était pour ça qu’elle regardait derrière elle et qu’elle avait peur de la mettre en danger ?… Son père lui avait bien expliqué que la magie pouvait prendre n’importe quelle forme, mais qu’elle variait spécifiquement d’un individu à l’autre. Que certain pouvait la manipuler et d’autres non. Mais en dehors de ça et de sa propre pratique de la magie de glace, c’était là toutes ses connaissances sur le domaine…

Mais Tyra était peut-être complètement à côté du problème… En tout cas, elle continua tout de suite après sa question :

« J’avoue n’avoir que des remèdes de soin à vous proposer et il me semble que les Elfes ne sont pas sujets à la maladie, en dehors de la magie peut-être. Donc si c’est de magie dont nous parlons, mes compétences se limitent à de la magie élémentale… »

Si Glinaina n’en disait pas un peu plus sur ses problèmes et hésitait à rester plus longtemps, la discussion allait tourner court. Tyra n’était absolument pas dérangée de discutée avec une gentille personne de la sorte, c’était assez rare à vrai dire. Histoire de parler encore un tout petit peu, et de répondre face à son inquiétude, elle ajouta :

« Au fait. C’est gentil de vous inquiéter mais vous n’êtes pas obligée de partir si vous avez peur pour moi. Personne ne me cherche. Je ne crains rien tant que ce ne sont pas des mm… des mm… des bandits, ou des méchants qui font peur ! Dans ce cas là par contre je courrai très, très loin, c'est sûr ! »

Bas les masques : ou comment Tyra -qui pouvait encore passer jusque là pour une intrépide et intelligente gamine-, révéla en fait toute sa naïveté en quelques mots… « Bandits » d’ailleurs, avait eu un peu de mal à sortir, ce qui appuyait sur cette impression et en révélait encore un peu plus sur elle.

*Bravo !*
*Tu feras mieux la prochaine fois…*

*Je sais, je vais encore passer pour une gamine. Et alors quoi ? Je suis pas en train de chercher du travail ! J’ai pas besoin d’être trop sérieuse si je discute avec une amie !*
*Une amie ? Une amie !*
*Une gentille Elfe en tout cas !*
*Tu ne sais pas ce que c’est que d’avoir une amie !*
*C’est vrai…*

« Glinaina… vous... voulez bien être mon amie ? »



Dernière édition par Tyra Dalwéria le Mer 13 Avr 2011 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Dim 10 Avr 2011 - 13:08

La jeune demi-elfe délibéra longuement sur le pourquoi du comment de la question de Glinaina, se demandant, à juste titre, de quoi pouvait-elle parler. Son raisonnement la mena à conclure qu'elle devait parler de magie, et indiqua par la même occasion qu'elle ne s'y connaissait qu'en magie élémentaire. Aina ne répondit pas tout suite, se demandant encore dans quoi s'était-elle embarquée. Cependant, elle laissa un sourire se dessiner sur son visage. Cette petite avait bien deviné !

« Au fait. C’est gentil de vous inquiéter mais vous n’êtes pas obligée de partir si vous avez peur pour moi. Personne ne me cherche. Je ne crains rien tant que ce ne sont pas des mm… des mm… des bandits, ou des méchants qui font peur ! Dans ce cas là par contre je courrai très, très loin, c'est sûr !

A ces mots, le regard de l'elfe se fit d'un coup plus dur : Tyra ne voyait visiblement pas ce que c'était que de se frotter à des gens bornés ne pensant qu'aux plaisirs de la chair et du carnage ! Courir, oui, mais pour être rattrapée ?! Alors qu'elle lui mettre un coup la réalité en face des yeux, la jeune fille la surpris, lui coupa le souffle même, en lui demandant si elle voulait devenir son amie ! Son amie ? Glinaina n'avait aucune objection à l'encontre de cette proposition, au contraire, mais une telle question n'avait pas à se poser ! Était-ce elle ou cette enfant n'avait jamais eu d'amie proprement dit ? On ne demande pas à quelqu'un d'être son ami (sauf les tout petits, parfois), cela se fait comme ça. Avec le temps. Elle regarda la « petite » un instant ; pourquoi pas ?

-Vous me posez une question bien étonnante, Tyra Dalwéria. Mais c'est avec plaisir que j'accepte ! Puis-je vous demander si vous accepteriez de devenir une amie ?

Reprenant un ton un peu plus sérieux, elle fit tout de même gentiment remarquer qu'elle n'avait pas l'air de voir qu'il ne suffisait pas de courir pour échapper à quelqu'un.

-Si je m'inquiète pour vous, c'est parce que je ne pense pas que vous puissiez facilement échapper à ceux qui me tiennent, même si je suis en relative liberté. Courir ne servira certainement à rien... Se rappelant de la question qu'elle avait posé à Tyra, elle regarda son bras avant de commencer à défaire le bandage au niveau du poignet. Je... Je vous ai posé une question, mais pas très claire. Et en tant qu'amie, je vous fait confiance. Au fait, vous avez raison, il s'agit là de magie. Après, je ne peux vous en dire plus.

Refoulant au fond d'elle-même tout ce qu'elle pouvait appréhender, elle laissa donc Tyra examiner son avant-bras. Elle ne se doutait pas que le plus importuné des personnages se trouvait en train de les observer, caché dans la végétation.


~ ~ ~ ~ ~


Sapristi, saprista ! Encore une fichue journée et qui, en plus, ne faisait que commencer ! Le voleur, âgé seulement d'une vingtaine d'années, se retrouvait encore une fois avec la malchance pour compagne. Cela faisait déjà une semaine qu'il voyait les contrats lui filer sous les doigts les uns après les autres, comme ça, et qu'il commettait des actes maladroits, ce qui ne relevait pas de ses habitudes. Cela lui avait même valu quelques problèmes à la Dross, dont il avait malgré tout réussit à s'y extraire. Ce fut certainement le seul moment de la journée où il avait pu mettre en application tout son savoir et, en plus, s'être montré assez adroit pour pouvoir déjouer le danger.

Ses cheveux bruns emmêlés faisant de petits sauts à chaque pas avant de retomber sur sa cape d'un gris poussiéreux, il suivait un chemin le menant nul-part, comme à son habitude. Un chemin qui, cette fois, ne l'avait conduit que sur des problèmes. Et bête comme il était, il en convenait, il continuait de l'emprunter... Peut-être finirait-il par le mener vers Dame Fortune ! Enfin l'espérait-il. Vêtu d'une simple tunique d'un bleu visiblement délavé, un pantalon marron et d'une paire de bottes de cuir souple, sans compter sa cape, il avait pour armes une bonne dague ainsi que trois couteaux de lancer et quelques bricoles pouvant faciliter son merveilleux métier qu'était celui de déposséder les autres de leurs biens pour se les approprier. Amusant, non ? Bon, d'accord, pas quand on est la personne se faisant voler sa besace. Mais c'est le jeux ! Il faut savoir être fair-play de temps à autre...

Le voleur s'arrêta immédiatement en entendant au loin un brouhaha. Il pouvait peut-être se montrer un grand imprudent à certaines occasions, mais là, il savait qu'il valait mieux pas se frotter à la masse de personnes qui devait se trouver juste à l'autre bout du chemin. Il ne savait leur nombre, mais ne chercha pas à les compter. C'était plus qu'inutile. Il coupa donc à travers la forêt puis reprendrait son chemin une fois qu'il aurait distancé le groupe.

Alors qu'il reprenait la direction de la petite route, ses oreilles perçurent deux voix qui lui parurent fines et légères. Des voix féminines, pour sûr ! En faisant bien attention de ne faire aucun bruit -oh, le chance commençait à revenir, il avait aucun mal à y arriver !-, il se rapprocha de l'endroit d'où provenait ces sons. Il fut surpris d'y trouver une femme d'à peine une vingtaine d'années ainsi qu'une gamine de, quoi, dix ans en train de parler d'amitié ! Mais à quoi ça pouvait bien servir de donner son amitié à un gosse ?! Mis à part qu'elles étaient toutes les deux blondes, elles ne se ressemblaient pas vraiment. Donc ce ne pouvait pas être une discussion entre sœurs. Puis la dame défit en partie son bandage pour le montrer à l'enfant. Malheureusement pour lui, il n'était pas au bon endroit pour bien voir ce qui se passait. Tant pis ! Et puis, de toute façon, ce devait être encore moins intéressant que de voir une vache qui rit !

Après un petit moment, il se décida tout de même à repartir, préférant cette fois-ci retourner au bercail. S'il continuait ainsi, il finirait par se perdre. Alors qu'il s'éloignait à pas de loups, il ne remarqua pas le petit bout de bois sur lequel il allait poser le pied, le brisant net mais avec un bruit que les deux elfes n'eurent aucune peine à entendre.


*Fichtre !*


~ ~ ~ ~ ~


Un craquement, au loin. Glinaina se retourna abruptement pour voir d'où ce bruit provenait. L'angoisse pouvait se lire sur son visage : et si c'étaient eux, s'ils la cherchaient, déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Mer 13 Avr 2011 - 17:33

La demande fut hésitante mais Glinaina, après quelques secondes de silence, finit par accepter et même par lui demander confirmation.

A l’entente de la réponse qui rabattait le caquet de ses pensées contradictoires, un sourire commença à se former sur le visage de la demi-Elfe, comme un espoir qui… s’évanouit soudainement sans lui laisser le temps d’exister. D’autres sentiments indéterminés étaient venus interrompre le processus et apporter quelque confusion là où il n’y en avait pas. Toutefois elle était sûre de sa propre réponse, qui était évidente. Sa voix, à ce moment, en fut plus douce, plus posée qu’avant :

« Oui, j’accepte Glinaina, avec joie. »

« Joie » ? La joie était un souvenir. Ce qu’elle ressentait était autre chose, mais elle n’aurait sue dire quoi et de toute façon, ça ne lui traversa même pas l’esprit de s’y intéresser… D’ailleurs, l’Elfe avait décidé, peut-être par preuve de leur nouvelle amitié, de lui montrer son « problème » plus en détail. Elle découvrit donc son avant-bras pour lui permettre d’examiner les stigmates qui y demeuraient. Tyra se rapprocha quelque peu pour observer, trop intriguée pour remarquer qu’un individu s’était faufilé non loin sans faire de bruit.

Sur l’avant bras de son amie, il y avait des marques, comme un tatouage mais qui semblait bien ancré dans sa chair, comme s’il s’agissait d’une sorte de cicatrice. Ces symboles avaient sans aucun doute une signification mais elle n’était pas en mesure de la deviner. Il ne faisait aucun doute cependant qu’il s’agissait là de magie et d’après ce qu’elle lui avait plus ou moins dit, ça pouvait avoir un effet permettant d’avoir une influence quelconque sur elle à distance.

Tyra allait lui demander et lui proposer quelque chose mais elle n’eut cependant même pas le temps de réfléchir à quoi que ce soit qu’un bruit sec et aigu, très caractéristique, se fit entendre : « crac ». Il ne pouvait provenir que d’un être « humain » ! Si un animal se trouvait là, soit il n’aurait jamais fait le moindre bruit jusqu’à ce que le « danger » soit écarté ou qu’il bondisse hors de sa cachette, soit il n’aurait pas vu ou considéré comme tel le « danger » et ne se serait pas gêné pour faire du bruit. Au contraire, il n’y a que les êtres « humains », parce qu’ils ne savent pas rester « bêtement » sans bouger, capables de trahir leur présence de la sorte. Et puis, de toute façon, il n’y avait pas à trop se poser de questions, car quelques secondes plus tard, un autre bruit très caractéristique retentit… L’individu en question n’avait pas fini de se faire remarquer.

~~~~~~~~

*Fichtre !*

Et au lieu de s’immobiliser immédiatement, le voleur qui avait vu l’Elfe se retourner dans sa direction, et qui risquait donc inexorablement de le voir, comme un idiot essaya de reculer d’un pas imprécis hors de vue, tout en gardant son propre regard braqué sur Glinaina. Malheureusement pour lui, son pied rencontra un « vide », car il traversa d’une dizaine de centimètres la mousse sur laquelle il s’était posé. Quelle idée de se mettre sur les racines d’un gros arbre ?… Par conséquent, le voleur perdit l’équilibre. Surpris, sa respiration sa bloqua brusquement au milieu d’une inspiration et il moulina avec ses avants bras le temps de se rendre compte qu’il était en train de tomber à la renverse dans la direction opposée au tronc de l’arbre auquel il ne parvint pas à se rattraper. Il se réceptionna finalement sur les fesses et sur la main droite, « heureusement » avec plus de peur que de mal au moment du choc qui fut amortit par la mousse.
« ISssshhhh »

Sa respiration repris mais ses dent restèrent serrées. En effet, il ne pouvait pas encore dire « ouf ». Si le choc fut amortit, cela n’empêcha pas les points d’impacts de déclencher un brusque frisson qui lui remonta dans sa colonne avant que la douleur n’atteigne son cerveau. Une douleur particulièrement désagréable, sèche, violente, piquante… Piquante ?

« Ouaïe ! »

Il ne put s’empêcher de regarder immédiatement ce que c’était même s’il en avait déjà une petite idée. C’était des bogues ! Et oui, on est en automne après tout, et la forêt d’Aduram est connue entre autres pour les quelques délicieux fruits à coque qu’elle renferme et qui se vendent plutôt bien car ils permettent aux habitants des villages alentour de faire du pain très nutritif à moindre coût en cette saison. Bref… Ce n’était pas de chance !

*Non bah finalement c’est vraiment pas mon jour…*

Le voleur se releva tant bien que mal et retira précautionneusement la maudite boule d’aiguilles de la paume de sa main. Un petit réflexe lui avait tout de même évité le pire car ce n’était pas très profond. Son derrière avait souffert, mais les habits l’avaient tout de même protégé de la pénétration des sournois petits piquants.

~~~~~~~~

Dès que le craquement retentit, Glinaina se retourna. Tyra quant-à elle, empoigna son tube d’eau et le déboucha, (on ne sait jamais). Quelque qu’un qui se cache pour observer n’est pas digne de confiance. Elle baissa toutefois sa garde lorsque le mateur lâcha un cri de douleur, (ce devait être un idiot)…

« Qui est-là ? Montrez-vous ! »

Les sourcils froncés, Tyra était à présent plus en colère que méfiante, d’avoir été dérangée de la sorte. « Il » avait intérêt à au moins s’excuser…
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Ven 15 Avr 2011 - 18:26

Sa crainte fut vite dissipée lorsqu'elle entre-aperçut l'humain qui faisait désormais un boucan pas possible et qui, en plus, trépignait comme un enfant voyant sa première blessure ! Avec un soupir de soulagement comme d'exaspération, Glinaina se leva, repris au passage le bâton qui lui avait servi pour calmer le loup et s'avança précautionneusement vers le jeune homme qui n'avait pas l'air de faire attention à elle.

Au même moment, la voix de Tyra s'éleva, demandant l'identité du personnage. Personne ne répondit ; du moins pas tout de suite. En fait, ce n'était pas une réponse qui sortit de la bouche du jeune homme, mais plutôt un grommellement assez inaudible pour que la femme elfe ne puisse comprendre. Ses avis qu'il avait dû répliquer que ça ne la regardait pas ! Tout de même en alerte, elle se rapprocha de l'endroit où l'étranger se tenait quelques secondes auparavant. Mais là ne se trouvaient plus que des traces, montrant que l'homme n'était pas si stupide que cela. Peut-être même était-il un couard... Elle se retourna rapidement vers Tyra pour s'assurer qu'elle n'était pas en danger. Non, au contraire. Le coup se porta sur son côté.



~ ~ ~ ~ ~

« Qui est là ? Montrez-vous !

Le voleur, sans même réfléchir un seul instant, répondit par un bougonnement qu'elle n'avait qu'à venir le lui demander en face et, qu'en ce qui concerne le « Montrez-vous », qu'il avait déjà failli le faire !

A demi levé, il regarda de nouveau en direction des deux filles et pu voir que la plus âgée des deux (elle devait avoir son âge à quelque chose près) s'était levée et marchait dans sa direction, un bâton à la main. Alors comme ça, il avait été assez bête pour se faire distinctement repérer ! Fichtre, il allait d'ennuis en ennuis en ce moment ! Pour peu, et cette demoiselle savait vraiment se servir d'une arme, même si cela l'étonnait. Les femmes sont faites pour le ménage, pas pour se battre, c'est bien connu ! Mais valait quand même se méfier.

Sans faire aucun bruit, il se glissa derrière d'autres arbres, faisant cette fois-ci attention à ne pas tomber sur une boule piquante. D'ailleurs, ça lui faisait toujours mal... Mais il cela ne l'empêcha pas de dégainer sa dague pendant que l'inconnue regardait en arrière. L'occasion était bonne, vraiment bonne ! Cependant, il avait complètement oublié la plus jeune ; pour lui, ce n'était qu'une gamine incapable de rien (comme pratiquement tous les gosses de dix ans), et donc ne représentait aucune menace. Elle ne valait donc même pas un coup d'œil !

Profitant du même moment de distraction, il sortit des fourrées, lame en avant. Celle-ci ne rencontra pas la chair, mais un misérable bout de bois ; à leur rencontre, quelques copeaux de bois volèrent dans les airs avant de retomber sur le sol. Relevant les yeux vers ceux de son adversaire, il vit enfin qu'elle avait des oreilles... en pointe. Des elfes ? Intéressant. Un petit sourire sadique s'afficha sur son visage : peut-être allait-il pouvoir s'amuser, finalement ! Ce n'était pas parce qu'il était condamné pour la semaine à être malchanceux qu'il ne pouvait pas se montre dangereux.


-Pas mal. Mais je suis d'avis que tu n'arriverais même pas à parer le prochain assaut !


~ ~ ~ ~ ~

Elle avait agit pratiquement que par instinct ; la dague aurait pu sans problème mordre sa peau exposée si elle n'avait pas eu le réflexe de porter sa propre « arme » à ce niveau. Elle se retrouva face à face devant un jeunot (elle lui aurait bien donné cent ans, s'il avait été un elfe), un sourire sadique aux lèvres. Elle n'aimait pas comment il la regardait. Il prit rapidement la parole, lui proposant une sorte de défi, celui de parer sa prochaine attaque. Comme si sa parade n'avait été que de la chance ! Mais pour qui il se prenait, celui-là ?!

-J'ai bloqué le premier, alors pourquoi pas le deuxième ? »

Alors, sans même attendre, l'humain sortit à une vitesse surprenante une petite dague et la lança avec force sur la demi-elfe, qui ne se trouvait pas si loin d'eux que cela. Glinaina sentit son cœur arrêter de battre ; comment...
Il était trop tard pour stopper le poignard volant et elle espérait qu'il n'ait pas atteint sa cible. Sans ne plus rien demander, l'elfe referma son poing sur son bâton et frappa avec rage cet imbécile de première classe.
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Dim 17 Avr 2011 - 10:55

Avant que Tyra ne puisse bien distinguer l’individu qui venait de crier, celui-ci s’était déjà mis hors de vue. Mais pourquoi se cachait-il comme ça ? Avec le boucan qu’il venait de faire, il aurait été difficile de croire qu’il s’agissait d’un « prédateur » prêt à leur sauter dessus… Et pourtant c’était le cas.

Glinaina ramassa un bâton en tant « qu’arme », puis s’avança vers le lieu où l’individu suspect s’était manifesté mais il ne s’y trouvait déjà plus.

Tyra détestait les surprises de ce genre, surtout avec des humains. Le comportement de celui-ci ne laissait aucun doute sur sa nature fourbe et lâche. La demi-Elfe était donc figée avec tous ses sens en alerte, prête à l’action au moindre moment, jusqu’à ce que la situation s’éclaircisse et qu’elle puisse relâcher la tension. Ca lui était arrivé souvent ces derniers temps, notamment au dernier village, lorsque les regards se posaient sur elle dans son dos pour lui imputer des fautes inventées de toutes pièces sur des rumeurs malsaines histoire de rejeter la cause de tous les malheurs sur quelqu’un…

Glinaina s’avança donc vérifier l’endroit où se devait se trouver l’individu mais ne trouva rien… Enfin, durant un instant seulement, car celui-ci, sans prévenir bien entendu, bondit de sa cachette toute proche pour tenter de frapper l’Elfe avec une lame. Celle-ci eut le bon réflexe de lever son bâton pour parer avec succès cette attaque sournoise. Ils restèrent quelques fractions de secondes à se regarder aussi surpris l’un que l’autre jusqu’à ce que le bandit ne lui lance le défit de bloquer sa prochaine attaque. Mais qu’est-ce que c’était que ce jeu idiot ? Tyra observait la scène sans bouger, comme pétrifiée, sauf qu’en réalité elle réfléchissait à toute vitesse pour essayer d’analyser la situation. Déjà, il ne faisait pas parti des poursuivants de son amie, sinon le comportement de celle-ci aurait rapidement changé. Il avait l’air seul en plus d’être stupide et maladroit, mais il était fourbe sans aucun doute et représentait un réel danger, même si Tyra était certaine que Glinaina pouvait le maîtriser à sa prochaine action. En fait, il faisait plus pitié qu’autre chose ce bandit humain. Un jeune écervelé qui n’avait rien trouvé de mieux à faire dans la vie que de risquer la sienne pour blesser les autres. Quel intérêt ? Tyra haïssait ce genre de comportement qui était indirectement la cause de la mort de ses parents. La vie est un cadeau des dieux et c’est quelque chose de bien trop précieux pour la gaspiller. Alors voler la vie d’autrui n’en parlons même pas… Mais était-il possible de faire comprendre ces notions pourtant simples à des dégénérés comme le jeune homme qui était en train de les attaquer ? Sûrement pas autrement que par la peur de mourir… Déjà, les pensées de Tyra l’incitaient à l’action.

*Il faut lui faire comprendre…*
*…lui faire peur…*
*…lui faire peur !...*
*…la mort…*


La jeune demi-Elfe s’apprêtait justement à agir et d’un mouvement du bras, fit jaillir le litre d’eau que contenait sa gourde et au même moment, le bandit sadique en profitait pour déjouer la vigilance de l’Elfe et lancer un couteau en direction de Tyra qui n’était pas très loin et à portée. Une poussée supplémentaire d’adrénaline réveilla les réflexes de la jeune fille qui étira le filet d’eau en écartant les mains et se concentra brusquement pour geler le tout. La cristallisation rapide de l’eau forma une plaque solide plus ou moins ovale qui fit office de bouclier au moment où la lame arriva. Le couteau cogna et ripa sur l’obstacle sans le traverser pour retomber à terre l’instant d’après… C’était moins une ! La trajectoire n’était pas si mauvaise et aurait pu la blesser. Pauvre Tyra. Après une fraction de seconde durant laquelle son cœur se stoppa, la moutarde lui monta au nez. Glinaina avait déjà presque assommé le jeune homme d’un coup de bâton mais il allait devoir regretter plus que ça son geste.

Tyra remodela rapidement le morceau de glace en une sorte de long pieux qu’elle maintint dans les airs pour pouvoir ramasser le couteau de l’agresseur. Puis, les sourcils froncés, elle s’avança rapidement et avec détermination vers le bandit et vers Glinaina, à laquelle elle tendit l’arme coupable. (Il ne vaut mieux pas laisser ce genre d’outil dangereux trainer n’importe où). Après quoi elle se tint bien droite, soutint le regard du bandit et avança rapidement et dangereusement le pieux de glace par la pensée sur le front du bandit.

« Maintenant ça suffit ! Renonce et regrette ! Si tu es sincère, je t’épargnerais »

Elle l’épargnerait de toute façon, car elle n’était capable de tuer quelqu’un, mais elle ne lui épargnerait pas nécessairement de souffrir ou d’avoir peur…
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Jeu 21 Avr 2011 - 18:19

Son attaque, malheureusement, n'avait pas eu l'effet escompté. En effet, alors qu'il avait pensé déstabiliser l'elfe en envoyant un poignard sur la gamine, celle-ci avait au contraire redoubler d'efforts pour l'abattre ! Enfin bref, se retrouvait-il en ce moment même à terre, prêt à parer la brutalité de cette femme. La rage. Il pourrait toujours s'en servir. Il s'était déjà retrouvé avec une personne de cette trempe, et une fois encore cette subtile utilisation l'avait aidé à mener à bien ses projets plus ou moins proches. Il allait prendre la parole lorsqu'il aperçut du coin de l'œil un objet venir jusqu'à lui : c'était une sorte de lance flottante n'ayant aucunement la couleur du bois ou de l'acier. Qu'est-ce que ça pouvait être ?!

« Maintenant ça suffit ! Renonce et regrette ! Si tu es sincère, je t’épargnerais.

Ah, la gamine ! S'était-il si raté que ça ? Non, pourtant il avait bien visé... En regardant mieux le pieux volant, il remarqua qu'il avait l'apparence de la glace ; comble d'horreur, il devait être tombé sur une magicienne ! Et dire qu'il ne connaissait vraiment rien à cet « art », comme disent les autres. Lui voyait plutôt un excellent moyen de pouvoir tricher. Le vrai art, à son goût, était l'habileté à prendre sans même que l'autre ne le sente ou l'entende les affaires d'un individu, soit disant le vol. Hé, ce n'était quand même pas pour rien s'il se trouvait être un voleur ! Même si là il passait pour un idiot de première classe...

Il fixa bien du regard la petite elfe, un sourire ironique aux lèvres ; il n'avait pas l'impression qu'elle oserait le tuer. Elle paraissait peut-être étrange, à première vue, mais ses « ordres » étaient loin de venir de la bouche d'une personne prête à ôter la vie de quelqu'un. Pas de la manière dont ça avait été dit. Il rit un bref instant avant de répondre.


-Eh bien, on dirait que tu n'es peut-être pas aussi désarmée que tu en as l'air -même si la magie restera toujours la moins noble des armes- ! Par contre, crois-tu vraiment que tu aurais le courage d'aller jusqu'au bout, comme une grande ? Mes avis que ta conscience n'arriverait pas à le supporter...
-Parle encore ainsi et ce ne sera pas son arme mais ta propre dague qui mettra fin à tes jours !

Glinaina regardait comme si elle allait vraiment passer à l'acte. Non pas qu'elle en avait sérieusement envie -une vie est une vie, non pas un tissu que l'on peut déchirer et recoudre un bon nombre de fois-, mais la témérité dont il venait de faire preuve la mettait au plus haut point en colère ; provoquer ainsi une jeune personne relevait pour elle de la pure méchanceté, ce qu'elle détestait !

L'elfe se tourna à demi vers Tyra, sérieuse. Elle ne savait pas vraiment comment réagir, mais ne voulait en aucune sorte la laisser seule avec cet énergumène. C'est qu'il pouvait se montrer dangereux celui-là ! En attendant, elle gardait un œil sur lui.


-Tu n'es pas obligée de répondre, Tyra. Si tu préfères partir, vas-y maintenant. Mais évite pendant un temps les chemins. Je m'occuperait personnellement de lui, dans ce cas. A moins que tu ne veuilles t'en charger ?

Le voleur écoutait attentivement ce qu'il ce passait : il ne pouvait pas vraiment bouger, sans quoi il se ferait à l'instant transpercer la gorge, mais juste assez pour se mettre dans une position un peu plus enviable, pour se défendre au cas où. Voire même pour attaquer, mais vu la chance qu'il avait ces derniers temps, ne valait mieux pas pousser l'audace jusque là.

Glinaina, elle, faisait de temps à autre tourner la lame entre ses mains, le visage toujours ferme, évitant ainsi de montrer la gêne qu'elle ressentait en présence de la magie, et ce malgré la confiance qu'elle accordait à Tyra. Elle ne la connaissait à peine, elle le savait, mais quelque chose lui disait qu'elle pouvait lui faire confiance. De plus, elles étaient désormais amies. Cela avait un bien un minimum d'importance !
En attendant la réponse de la demi-elfe, elle profita de cet instant pour poser une petite question au voleur.


-Au fait, tu as oublié de répondre à sa question tout à l'heure. Qui es-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Ven 22 Avr 2011 - 19:53

Mais qu’est-ce que c’était que cet individu ? Ne connaissait-il pas la peur ? Pourquoi les provoquer ainsi ? Se croyait-il capable de les comprendre sans les connaître ? Pensait-il avoir un pouvoir de persuasion hors du commun ? Se croyait-il tout puissant ? Avait-il un égo démesuré au point de rire de la situation et de la critiquer comme s’il ne risquait pas sa vie ? Vivait-il dans le renoncement à la vie ? S’était-il résigné à son sort de vaurien, tentant d’y donner un sens par des risques inutiles ? Que cherchait-il exactement ? Qu’attendait-il de son avenir ? Pourquoi avoir survécu jusqu’ici si c’était pour en arriver là ? Avait-il connu une situation tellement traumatisante à laquelle il avait réchappé qu’à présent tout le reste n’était que rigolade ?...

Quoiqu’il en soit, le voleur était doué : il avait appris à demeurer calme quelques soient les circonstances. Calme en apparence, (avec son sourire sournois un peu forcé), calme dans son esprit, (pour ne surtout pas penser au fait qu’il était dans la m****), calme dans son cœur, (qui battait dans ses tempes et résonnait dans sa poitrine), calme dans son humeur, (qui suintait en gouttelettes froides dans son dos) alors qu’une étrange épée de Damoclès titillait son front et qu’une dague, sa dague, le menaçait dangereusement…

Entendre le voleur la provoquer de la sorte transforma brusquement la colère de la demi-Elfe en surprise puis en mépris. Elle ne pût s’empêcher de dire, après que Glinaina ait interrompu le voleur pour le menacer :

« Et bien ! Je savais les humains plutôt stupides, mais là, je crois que nous sommes tombés sur un cas particulièrement représentatif ! »

Glinaina lui dit qu’elle n’était pas obligée de répondre à sa provocation. Mais de toute façon si elle ne faisait rien, cela voulait dire qu’il avait raison. Voulait-il vraiment mourir ? Elle connaissait les organes du corps et les points sensibles. C’est vrai, elle ne se sentait pas capable de tuer, car elle respectait la vie et qu’il lui fallait une raison forte pour pouvoir passer outre la honte d’un crime… Mais elle savait aussi, avec les enseignements de son père, que dans la nature c’est la loi du plus rusé (et non celle du plus fort), les animaux se tuent pour diverses raisons et celui qui survit est le plus malin. De la souris qui fait la morte pour tromper la vigilance du chat au vieux loup calme qui fait profil bas pour mieux remettre à leur place les jeunes prétendants lorsqu’ils s’y attendent le moins, en passant par toutes sortes de prédateurs qui développent des stratagèmes de chasse et leurs proies qui élaborent des tactiques de défense… Bref, c’est comme la vengeance qui se mange froide, tout est une question de stratégie et de ruse. Là, en l’occurrence, le voleur faisait indéniablement partie de la catégorie des victimes et il fallait le lui faire comprendre pour qu’il renonce définitivement, comme le prédateur piétiné par sa proie…

Oui, elle voulait « s’en charger »… Mais il était vrai qu’elles étaient deux le à pouvoir. Tyra, le visage toujours aussi sévère, ne quittait pas le voleur du regard. A mesure qu’elle pesait le pour et le contre, la pointe ébréchée de son pieu de glace se rapprochait dangereusement du front du voleur qui fut obligé de reculer la tête d’une même distance pour éviter le contact glacial. C’est là que Glinaina en profita pour « inviter » le voleur à leur en dire un peu plus sur lui.

« Oh ! Ne me dites pas que vous n’avez pas remarqué ? Je suis un gentil mercenaire perdu dans cette forêt alors que je pourchassais de viles créatures. Pardonnez ma promptitude à vous attaquer, mais je vous ai prises pour des Drows ! Vous savez, ils ne sont pas bienvenus par ici. J’m’appelle Vlad, enchanté !

Il disait cela avec une telle nonchalance qu’il était presque difficile de déterminer s’il s’agissait d’une ironie à peine déguisée ou d’un pitoyable mensonge presque sincère…
Pour sûr, il ne s’appelait pas Vlad et était encore moins un mercenaire. Ce n’était pas pour dire mais il aggravait encore plus son cas. Cette fois, il avait vraiment besoin qu’on lui fasse comprendre le message…

« Ouaïe ! Bon sang ! Mais ça va pas la tête ?! »

En un instant, le pieu de glace pivota puis se planta dans sa cuisse avant de revenir à sa position initiale. La blessure n’était pas bien grave mais la douleur assez violente à cause de l’effet de contraction provoqué par le froid soudain. Le voleur se tint la jambe en grimaçant, du sang commençant lentement à imbiber son pantalon. A présent, il ne pouvait plus fuir aussi « facilement ».

« Qu’espérais-tu ? Un traitement de faveur ? En plus, je déteste les mercenaires ! *C’en est pas un !* Tu devrais réfléchir à ça : moi je pense que subir un jour le sort que tu réserves à tes victimes ne te ferais pas de mal. *Douleur !*»

Mais cette dernière pensée agit comme un déclic. Soudain, le monde se transforma. Les arbres se chaugèrent en murs et les branches en poutres soutenant un toit. Tyra se revoyait chez elle, dans sa maison aujourd’hui détruite, et associait Glinaina à sa mère et le voleur au brigand qui l’avait poignardé. C’était comme si cela ne s’était pas encore produit et qu’à tout moment il allait le faire. Sauf qu’elle était en train de changer le cours de l’histoire et que son intervention venait d’empêcher le malheur de se produire. Oui, c’est ce qui aurait dû se passer, elle aurait dû intervenir à ce moment là, elle aurait pu sauver sa mère, sauver son père, se sauver elle-même…

*Douleur…*

Puis brusquement, la vision s’évanouit comme elle était venue.
*Oui, on ne peut pas changer le passé… Il faut vivre avec.*

« Pi-pi-pi-pitié ! Ca-ça va, j’ai compris ! Arrêtez maintenant !

Le voleur avait eu un incroyable réflexe. Peut-être était-il réellement un bon combattant ? En tout cas, comme Glinaina, il avait été surpris que le pieu bouge encore mais au moment où celui-ci avait pris contact avec sa poitrine, il avait cédé tout en gardant le contact et en l’attrapant à deux mains. Juste à temps pour éviter de se faire transpercer. Le pieu l’aurait-il vraiment fait ? En tout cas, le voleur était à présent couché sur le dos, en train de tenir et de tenter de repousser l’arme qui appuyait très dangereusement sur sa poitrine et sur laquelle Tyra avait mis inconsciemment une bonne partie de sa force physique mentale (au moins dix bons kilos de pression en chute libre) juste avant de relâcher la tension au dernier moment, quand elle sortit de sa vision et que le voleur commençait tout juste à lâcher prise sur la glace fondante et glissante.

« D’accord, si vous voulez tout savoir sur moi, je vais vous le dire ! Je suis…
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Dim 24 Avr 2011 - 13:44

« Oh ! Ne me dites pas que vous n’avez pas remarqué ? Je suis un gentil mercenaire perdu dans cette forêt alors que je pourchassais de viles créatures. Pardonnez ma promptitude à vous attaquer, mais je vous ai prises pour des Drows ! Vous savez, ils ne sont pas bienvenus par ici. J’m’appelle Vlad, enchanté !

Un mercenaire perdu dans une forêt... Ça n'avait pas de sens ou, du moins, cela ne correspondait pas à l'image qu'elle s'était faite d'eux : des pilleurs et des tueurs. Donc qui ne faisaient pas des erreurs de débutants. Or là, cet individu avait faux sur toute la ligne ! Il se fichait d'elles ou quoi ?! Glinaina n'eut pas le temps de railler le bonhomme que le pieux commença d'un coup à pivoter et se planta dans la jambe du vagabond avant d'en ressortir, la pointe trempée de sang.

L'elfe sentit son cœur commencer à battre rapidement ; la magie la mettait de plus en plus mal à l'aise et la réaction qu'avait eu Tyra, toute aussi directe qu'étonnante, n'arrangeait rien. Cependant elle s'efforça à garder son calme, et surtout une certaine contenance. Montrer au soit-disant Vlad que l'arme de la demi-elfe l'angoissait tout autant que lui (voire plus !) ne serait pas une bonne idée. Elle se concentra plutôt sur ce que contaient les deux adversaires.


-Ouaïe ! Bon sang ! Mais ça va pas la tête ?!
-Qu’espérais-tu ? Un traitement de faveur ? En plus, je déteste les mercenaires ! Tu devrais réfléchir à ça : moi je pense que subir un jour le sort que tu réserves à tes victimes ne te ferais pas de mal.

Vraiment, ce gars-là allait leur attirer de sérieux problèmes à crier comme cela... Et pour tout dire, il est vrai que rendre à ce « mercenaire » tout le mal qu'il a pu provoquer autour de lui n'était pas une si mauvaise idée. Ça ferait un dangereux en moins dans ce monde déjà bien bouleversé ! Mais bon. Étant donné qu'il y avait de fortes chance pour que son dernier aveu ne soit qu'un mensonge stupide et ingrat, valait-il la peine de tuer ce bon à rien ? Ou ne serait-ce même que de lui percer l'autre jambe... de cette façon ? N'ayant pas vraiment de réponse, elle se tourna vers Tyra. Celle-ci paraissait plongée dans ses pensées, hors du temps. Comme elle lorsqu'elle se souvenait. Avait-elle déjà... ?

-Pi-pi-pi-pitié ! Ca-ça va, j’ai compris ! Arrêtez maintenant ! D’accord, si vous voulez tout savoir sur moi, je vais vous le dire ! Je suis…

Le réflexe que venait d'avoir eu l'imbécile venait certainement de lui sauver la vie ! Il se retrouvait maintenant totalement allongé par terre, le front dégoulinant d'une sueur froide et les mains désespérément accrochées à l'arme de glace pour que cette dernière ne lui transperce pas le torse. Mais cette posture malchanceuse n'avait pourtant affecté en rien l'elfe, qui plaqua immédiatement sa main sur la bouche de l'individu pour lui faire signe de se taire. Ce n'était pas pour dire, mais il commençait à être énervant à crier ainsi ! Toute la forêt allait finir par l'entendre !
Le regardant d'un regard meurtrier, elle lui murmura d'un ton plus froid qu'elle ne l'avait au départ pensé :


-Ta petite vie, on s'en fiche. Dis-nous juste ton nom ainsi que ton métier, tant qu'on y est. Après on verra. Et je te déconseille de hurler comme un sourd, sinon j'en connait au moins une qui sera contente de pouvoir s'amuser un peu... avec tes propres armes. Est-ce clair ?
Puis, se retournant vers son amie, elle lui demanda doucement d'éloigner un peu le pieux du jeune homme.
-Compris, répondit-il d'une petite voix. Je suis Bastien ; Bastien Taillemarre. Juste un voleur. Juste un voleur...

Glinaina l'examina quelques instants avant de déclarer que cette réponse lui allait, au grand soulagement du voleur. La peur se lisait comme dans un livre ouvert en lui ; tellement présente, tellement...

-Très bien. Maintenant, vas-t-en. Et j'espère pour toi que nous n'auront pas à nous recroiser : tu as dit nous avoir prises pour des drows. Peut-être viendrais-je à te donner une mort plus lente qu'eux se donneraient la peine dete la donner !

Bastien regarda la jeune femme, éberlué. Il avait du mal à ne pas la croire, mais en même temps cette attitude était loin de confirmer ce qu'il avait pu entendre sur ce peuple dit « pacifique ». Lui qui croyait qu'ils tenaient trop à la vie pour prononcer de tels propos...

-Vas-t-en, je te dis. Vas-y vite avant que je ne change d'avis.

Il n'était plus sûr de lui, cet abruti ! Il reculait, mais à une vitesse si lente... Et elle commençait à perdre son sang-froid, maintenant.

-BADO* !!!

Elle s'était mise à crier, ce qui eut pour conséquence d'aider le pauvre humain à déguerpir malgré sa jambe amochée. Elles ne le reverraient pas de si tôt, celui-là.
Son cœur s'était remis à battre rapidement et elle avait désormais la respiration difficile, presque saccadée. La magie. Elle ne la supportait plus. Pas lorsqu'il s'agissait de faire du mal à une personne avec ; cela lui rappelait bien trop de souvenirs...


*Ne pense pas à ça, Aina. N'y repense pas. N'y repense pas.*

-Pouvez-vous... poser ce pieux, s'il-vous-plais. S'il-vous-plais...


Sa question n'était qu'un murmure à peine audible, mais peut-être était-ce assez pour mettre fin à son angoisse. Elle passa la main dans ses cheveux et bascula la tête en arrière pour mieux respirer, pour se calmer. Elle tremblait, un peu. Mais c'était sans importance. Après quelques instants, elle rabaissa enfin la tête pour la tourner vers la demi-elfe. C'était fini. Enfin. Avec un petit sourire, elle reprit la parole, espérant faire cesser cette ambiance qui lui paraissait oppressante.

-Désolée de ne pas vous avoir demandé votre avis, Tyra... Mais il y a certaines traces qui ne s'effacent pas. N'est-ce pas ? »




[HRP : Bado = Vas-t-en (elfique)]
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Lun 25 Avr 2011 - 14:32

Tyra ne se rendit compte de son geste qu’au moment où elle reprit conscience de la réalité et ce fut juste à temps. Légèrement confuse, elle maintint le pieu en place le temps de faire le tri dans ses pensées et en laissant le temps au voleur et à Glinaina de réagir. Tyra, le visage impassible comme si rien ne s’était produit (ce qui ne voulait pas dire qu’intérieurement elle restait de marbre, loin de là), éloigna suffisamment le pieu lorsque son amie le lui demanda. Ceci permit au voleur terrorisé de souffler un instant avant de répondre d’une voix étranglée par l’émotion forte qu’il s’appelait Bastien et n’était qu’un simple voleur. Un simple voleur… un voleur prêt à assassiner les gens de la sorte ? A moins que son histoire de les avoir confondues avec des Drows soit vraie… Mais même cela semblait peu crédible.

« Humpf ! »

Le demi-Elfe était quelque peu déçue mais n’en démordait pas de sa colère. C’était tout de même ce genre d’individu qui était responsable de son malheur.

Glinaina semblait enragée, comme en proie à un stress intense, et ordonna au voleur de partir sans lui demander d’autres informations. Elle cria et le menaça jusqu’à ce qu’un peu d’adrénaline ne le sorte de sa tétanie et ne lui permette de fuir en gémissant et en courant malgré sa blessure. Quelque chose semblait perturber la jeune Elfe. Quelque chose qui avait réveillé en elle un mauvais souvenir ou une émotion incontrôlée. Mais malgré son bon sens, Tyra avait du mal à comprendre de quoi il s’agissait. Ce ne fut que lorsqu’elle la supplia d’une voix mal assurée de poser son pieu de glace, (qu’elle maintenait toujours dans les airs et qui commençait d’ailleurs à fondre), que Tyra comprit.

Quelle idiote ! Elle n’y avait même pas pensé. En tout cas c’était évident à présent que Glinaina semblait traumatisée par son passé, (elle lui avait pourtant raconté une partie de son histoire…) et que la magie avait quelque chose à voir là dedans (probablement directement lié à la marque magique sur son bras…).

Tyra récupéra son arme improvisée, puis, après avoir éliminé la partie contaminée par le sang, la compressa pour pouvoir la faire rentrer à nouveau dans son tube qu’elle reboucha ensuite.

Glinaina s’excusa (pourquoi d’ailleurs ?) et lui déclara, comme résignée, que certaines traces ne s’effaçaient pas. On en revenait au début de la discussion, mais cette fois, c’était à son propos. En effet, elle avait dû noter son étrange comportement et avait dû percevoir que Tyra également semblait affectée par quelque chose de son passé. D’ailleurs, si elle confirmait sa remarque sans la nuancer, cela revenait à démontrer qu’elle avait vu juste. Mais après tout ce n’était pas un secret. Elle préférait éviter de s’en souvenir mais cette option était en réalité impossible. Venant d’ailleurs de le faire, c’était encore frais dans sa mémoire comme si elle pouvait s’imaginer la scène complète en tant que spectatrice, paradoxalement, comme si elle ne l’avait pas vécue de l’intérieur mais t avait seulement assisté. Elle lâcha alors sans introduction préalable, d’une voix presque neutre mais tout de même emplie de colère :

« Mes parents sont morts à cause de brigands qui étaient poursuivis par des mercenaires. Des assassins ! Les uns comme les autres ! Ils en partagent la faute tous autant qu’ils sont. J’ai faillit mourir moi aussi et j’en ai d’ailleurs gardé une trace permanente qui m’a rendu folle. »

*Non mais ça va pas bien de dire ça ?*
*Qu’est-ce qui me passe par la tête ?*
*Folle… Folle, folle !*


Tyra n’avait pas remarqué plus tôt la tension, la pression du sang dans sa tête suite à cette situation somme toute stressante. Une violente douleur réveilla brusquement sa blessure et irradia tout son corps, l’obligeant à fermer les yeux. Elle tomba à genoux en gémissant, le visage crispé, en se tenant la tête de ses mains. Cela dura trois bonnes secondes avant de disparaître. Tyra se releva ensuite comme si de rien n’était, mais des larmes avaient coulées sur ses joues. A présent elle était épuisée.

« J’aurai dû m’y attendre à celle-là… Désolée si ça vous a surpris. « Folle » était peut-être exagéré, mais « malade » ça ne fait aucun doute… »

Tyra avait besoin de dormir, en plus le soir tombait et elle n’avait rien mangé d’autre que quelque racines. Elle était pourtant jeune mais même dans cet état ni le désespoir ni la tristesse n’arrivaient à l’atteindre. Au contraire, elles avaient été remplacées par une sorte de rage sourde qui l’empêchait de pleurer de chagrin. Avait-elle d’ailleurs pleuré la mort de ses parents ? Elle ne s’en souvenait pas…
Glinaina avait peur d’être rattrapée par ses poursuivants mais Tyra ne se sentait pas le courage de partir d’ici. Au pire, elle grimperait dans un arbre pour y dormir, elle commençait à avoir l’habitude…

« N’auriez-vous pas à manger par hasard ? Je n’ai pas eu le temps de trouver quelque chose et les racines de Bécaroles ne sont très nourrissantes. »
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2893
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Jeu 28 Avr 2011 - 20:21

« Mes parents sont morts à cause de brigands qui étaient poursuivis par des mercenaires. Des assassins ! Les uns comme les autres ! Ils en partagent la faute tous autant qu’ils sont. J’ai faillit mourir moi aussi et j’en ai d’ailleurs gardé une trace permanente qui m’a rendu folle.

Sa réponse était brève, nette et précise. Elle était même tombée comme une pierre dans l'eau, sans même crier gare. L'elfe ne répondit pas, ne voyant tout bêtement pas quoi dire ; l'habituel « désolée » ? Pour le coup, elle avait l'impression que ça n'avait rien à faire là. Une pensée stupide, mais en quelque sorte confirmée par l'attitude de Tyra. Elle en avait parlé avec colère et non avec chagrin. Sinon c'est qu'il devait être bien masqué. Ou elle aurait également pu l'interroger sur ce qu'elle venait de dire, à propos de ce qui avait pu la rendre « folle ». Et là encore, elle ne voyait pas ce que viendrait faire cette question après ce qui venait de se passer. Donc pour l'instant, elle ne préférait ne rien dire ni faire.
Elle ne changea de comportement qu'à cause du malaise de la demi-elfe, qui même s'il ne dura que peu de temps, avait été assez violent pour faire couler des larmes.


-Tyra, est-ce que ça va ?
-J’aurai dû m’y attendre à celle-là… Désolée si ça vous a surpris. « Folle » était peut-être exagéré, mais « malade » ça ne fait aucun doute…

Avec un regard inquiet, elle regarda la jeune fille se remettre sur ses pieds, presque comme si de rien n'était. Malade ? C'était moins compréhensible que la folie, à ses yeux. Sauf si on faisait en sorte que ces deux mots aient un sens commun.

-Puis-je vous demander ce que vous voulez dire par « malade », si ce n'est pas trop indiscret ? Est-ce en rapport avec votre malaise ?

Glinaina se releva à son tour, examinant pour la première fois de l'après-midi le ciel. Fichtre, il commençait déjà à se faire tard ! Comme si cela pouvait arranger les choses... Avec un soupir de résignation, elle s'appuya contre le tronc d'un arbre et commença à refaire délicatement le bandage qui servait à cacher ses traces. Et cela la mis un peu de mauvaise humeur ; elle sentit une colère froide monter contre elle-même, une sorte de prise de conscience sur la signification de son pansement. A quoi servait-il ? Son bras en avait-il réellement besoin ? Non, au contraire, mais il servait à cacher... à se voiler la face. Mais en même temps, certaines personnes réagissaient mal à la vue de ces blessures. Alors autant éviter de déranger. Mais en même temps ce ne sont pas leurs oignons et oh... Elle verrait cela en temps voulu et puis voilà !

- N’auriez-vous pas à manger par hasard ? Je n’ai pas eu le temps de trouver quelque chose et les racines de Bécaroles ne sont très nourrissantes.
-Non, je suis désolée. Je n'ai pas vraiment plus d'affaires que ce que je porte sur moi, malheureusement. Le bout de viande que j'ai donné au loup devait certainement être la dernière nourriture que je possédait ! Par contre, il va falloir que je parte, d'ici peu de temps. Voire même maintenant, avant qu'il n'arrive un autre mercenaire à trucider !

Tout en continuant à bander son avant-bras, elle laissa un petit rire naître. Dans le fond, même si cette rencontre l'avais mise à rude épreuve, elle devait quand même avouer que s'en prendre à un voleur malintentionné et surtout malchanceux alors qu'au départ c'était elles qui étaient désarmées était une situation plutôt comique... Une qu'elle n'avait jusqu'alors jamais imaginée ! Qu'est-ce qu'il avait pu se montrer bruyant ce... Comment s'appelait-il déjà ? Ah oui, Bastien ! Fallait-il encore que ce soit son vrai nom. De toute façon, elles n'étaient pas prêtes de le revoir. Donc autant en rester là.

Ayant maintenant terminé son ouvrage, elle fit une brève vérification pour s'assurer qu'il ne la lâcherait pas en cours de route puis laissa tomber, sans même introduire par quelque broutille que ce soit :


-Je tuerais tous les drows sans aucune cérémonie ni considération, si je pensais comme vous. Que tous doivent payer. Chacun son bourreau ! Survivre à un massacre est déjà une chose, se retrouver confrontée à son passé peut même rendre fou...

Elle eut comme un petit sursaut, la faisant retourner sur terre. Qu'est-ce qu'elle venait encore de dire ? Relater le passer ne servirait à rien, sauf à s'enfoncer encore une fois dans les limbes de sa mémoire. Et les autres n'avaient rien à faire dans cette histoire !

-Bon ! Ce n'est pas pour dire, mais la fatigue commence sérieusement à m'égarer. Peut-être vaut-il mieux que je rentre au bercail, en quelque sorte. J'ai été ravie de vous rencontrer, Tyra Dalwéria. Puissent nos routes de nouveau se croiser, amie. »
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    Dim 1 Mai 2011 - 1:05

Le mercenaire ou voleur, ou peu importe ce qu’il était, avait pris la fuite sans demander son reste. Il faisait moins de fier à présent ! En tout cas c’était l’effet voulu. Peut-être que ça le ferait réfléchir au sens de la vie ? Dans tous les cas, les deux complices n’een entendrait plus parler…

Glinaina s’inquiéta du sort de son amie après sa crise et lui demanda ce qu’elle entendait par « malade ». Tyra répondit :
C’est une séquelle, comme vous une marque du passé qui ne disparaît pas…

Elle ne précisa rien de plus. Etait-ce physique ? Psychologique ? Elle-même n’en savait rien. Sûrement les deux.

Tyra avait faim mais Glinaina était à court de vivre elle aussi, quelle poisse… Tout ça à cause de cet individu grotesque qui leur avait fait perdre du temps et les avait fatiguées. D’ailleurs, Glinaina rappela qu’elle devait partir, surtout que le soir tombait. Elle semblait… comment dire ? Dans tous ces états ? Un peu confuse peut-être ? Nerveuse sans aucun doute… Elle remis son bandage en place, enfin plus ou moins, et ricana. A quoi pensait-elle ? Tyra ne s’en préoccupa pas, son ventre réclamait quelque chose. Elle fourgat à nouveau un morceau de racine de Bécarole dans sa bouche afin d’avoir quelque chose à mâcher et que la salive sucrée contente quelque peu son estomac. C’est vrai qu’il y avait des marrons dans le coin, mais encore fallait-il les faire cuire ou du moins griller… Demain elle s’en chargerait. D’ailleurs, avec de l’eau, elle pouvait essayer de faire une espèce de pate à pain. Mais le pain, c’est long à cuire, surtout avec un maire feu de camp…

La coupant dans ses réflexions existentielles, Glinaina lâcha des mots emplie de colère et de frustration. Les Drows… D’après tout ce qu’elle en avait entendu, ils semblaient être des créatures de la pire espèce… En tout cas, Glinaina fit le rapprochement avec les mercenaires et le passé dont la demi-elfe avait parlé plus tôt, et même avec la folie citée juste avant… Se confronter à son passer ne devrait pas rendre fou, sauf il était traumatisant. Les deux amies avaient ça en commun, Tyra l’avait pressenti rapidement. Pourtant, il faut aller de l’avant dans la vie. Ce n’est pas parce que nous sommes des êtres intelligents que nous ne pouvons pas surmonter les épreuves difficiles. Comment font les animaux qui perdent leurs proches ? Le père de Tyra ne lui avait jamais raconté d’histoires où les animaux avaient de la rancune ou devenaient fous… Mais peut-être en existait-il tout de même ?

Tyra écoutait et réfléchissait intérieurement sans répondre lorsque Glinaina sembla frissonner puis qu’il était temps pour elle de partir. Elle salua Tyra presque dans la précipitation, lui dit qu’elle avait été ravie de la rencontrer et espérait que leurs routes se croisent à nouveau.

* J’en doute… *

« L’avenir nous le dira… Glinaina vous êtes ma première amie, soyez assurée que je ne vous oublierais pas. J’espère qu’un jour vous parviendrez à vous débarrasser de cette marque qui vous cause tant de tracas. Pour l’heure, séparons-nous pour reprendre nos vies respectives. Au revoir donc… Glinaina. »


Ce ne fut pas une embrassade ni même une accolade : non, rien du tout, car Tyra tourna le dos à son amie, pour après une seconde de… de quoi ? D’hésitation sans doute, elle mit un pied devant l’autre pour marcher automatiquement dans la direction opposée sans regarder en arrière. Que voulait-dire ce comportement ? Elle n’en savait rien elle-même, c’était comme si son corps bougeait sans lui demander son avis… Faim, fatigue et confusion… Lorsqu’elle tourna enfin la tête, l’Elfe n’était plus là. En tout cas elle ne pouvait plus la voir d’où elle était rendue. L’avait-elle rêvée ? Avait-elle rêvée tout ça ? Le temps avait passé pourtant… Non, Glinaina était bien réelle, aussi vive dans son esprit que le souvenir de son récent malheur…

Une amie de gagnée… une amie de perdue… Finalement quelque chose avait-il changé dans sa vie aujourd’hui ?…

*Un jour…

[Rp Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Promenons-nous dans les bois... [Glinaina]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons nous dans le parc ? [PV Warren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: