AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre dans le brouillard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skarn
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 25
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Rencontre dans le brouillard   Sam 19 Mar 2011 - 14:16

Sur la route menant à Erac
Skarn fit arrêter son cheval un instant, et reste immobile et silencieux plusieurs instants, regardant les alentours de ses yeux verts, encadrés de sourcils froncés par la concentration et l’observation. Le nordique était emmitouflé dans un grand manteau de laine et de cuir qui recouvrait tout son corps, perché sur celui de son colossal destrier qui fouillait le chemin de son museau, comme pour chercher de l’herbe. Le froid commençait à mordre, bien plus qu’a l’accoutumée. Un vent frais fit danser les cheveux bruns du général et le brouillard tombait petit à petit. Il regarda sa compagne.

Etheldred, car c’était son nom, accompagnait Skarn sur les routes depuis plusieurs jours déjà. L’herboriste amnésique semblait avoir eu un passé bien plus sombre, et des activités bien moins licites que la jeune femme ne l’avait prévu. Contrairement à Skarn, la semi-elfe marchait à pied, peu à l’aise à cheval. Elle s’était elle aussi immobilisée et semblait interroger le colosse du regard. A la poursuite d’un passé qu’elle voulait connaître, et fuyant des éléments de ce même passé qui semblaient lui en vouloir assez pour tenter de la tuer devant l’homme, elle avait perdue tout sentiment de tranquillité. Bien qu’étant de nature calme, elle se montrait tendue comme un fil d’acier depuis le début du voyage. Ombres et événements surnaturels semblaient les escorter depuis le début de leur voyage, et Skarn n’avait laissé aucune illusion à Etheldred : si elle se révélait coupable des atrocités dont l’un des tueurs l’avait accusée, il serait sans pitié envers elle.

Et maintenant, voilà que ce brouillard revenait encore et toujours… pourtant, ce n’était pas la saison ! Skarn fit signe à Etheldred de reprendre la marche. Elle avait posée sa main sur une dague grossièrement cachée dans les plis d’une robe ne laissant rien voir d’elle, au grand dam des rares personnes les ayant croisées. Voir un beau visage et un corps entièrement camouflé était frustrant, sûrement. Le général, lui, était prêt à lancer un de ses couteaux sur la première personne montrant des intentions meurtrières envers eux. Mais comme toujours, personne ne sortit de l’ombre tel un ange de la mort. Si une personne était derrière ce brouillard qui les suivait depuis tout ce temps, elle se cachait, et Skarn était incapable de la repérer.

Le regard du cavalier fut attiré par une lueur au loin. Il se mit à sourire intérieurement, ne laissant rien paraître de ses émotions tel qu’il le faisait depuis le début du voyage. Il se montrait sûr et décidé, afin qu’Etheldred ne cède pas à la panique. La nuit ou ils avaient dû dormir dehors, à la belle étoile, au milieu du brouillard près d’un feu mort lui avait laissé de sacrées cernes. Skarn hésitait encore à l’attitude à adopter, être trop froid serait juste stupide, et se montrer trop proche n’apporterait que des complications.

Ils arrivèrent à portée de l’auberge se trouvant près de la route menant à Erac. L’auberge servait également de relais de poste et possédait une forge ainsi que des écuries suffisantes pour accueillir un régiment de cavalerie entier. Le bâtiment était très impressionnant, même pour quelqu’un d’aussi grand que Skarn, et faisait pas moins de trois étages. On pouvait entendre de l’extérieur beaucoup de bruit et de musique, signe au moins qu’ils ne seraient pas dans un bâtiment mort avec une serveuse et un garçon d’écurie. Tant mieux. Skarn descendit de son cheval et se mit à héler un garçon d’écurie. Personne, étrange. Il échangea un regard interrogé avec Etheldred et ils haussèrent les épaules dans un même geste. Skarn prit ses bagages qui étaient accrochées à son cheval et se dirigea vers la porte de la taverne, devant Etheldred. Alors qu’il ouvrait la porte, il se mit à lui parler.

« Nous sommes bientôt à Erac, mais je propose de faire une vraie étape ici et de se repo… »

Il n’eut pas le temps d’en dire plus car une cruche s’écrasa contre son visage comme si elle n’avait attendue que le moment de voir la porte s’ouvrir. Il resta interloqué, des morceaux de terre cuite tombant au sol alors que du vin rouge dégoulinait de son visage. Il regarda Etheldred qui ne semblait pas comprendre ce qui se passait. L’intérieur de l’auberge était la cible d’un immense affrontement d’ivrogne qui ressemblait à une bataille rangée. Quelques personnes gisaient par terre ou sur des tables, mais une bonne partie des combattants étaient encore debout. Skarn lacha ses affaires par terre et dit d’un air très sérieux et d’un calme glacial.

« Etheldred, préparez vous à avoir énormément de patients. »

Le type qui avait lancé la carafe sur Skarn s’avança vers lui en titubant, lui disant des choses qui aurait fait beaucoup de peines à la mère du nordique. Skarn fit un bond en avant pour se porter à la rencontre de son adversaire et prit son visage dans sa main droite. Il le souleva de terre, tendit son bras vers l’arrière, et, tout comme on lance un caillou, balança l’homme devant lui, vers le mur d’en face. Il percuta deux hommes qui s’en prenaient à un roux aux cheveux longs, mais ne fut pas arrêté dans sa course malgré ca et la termina sur le comptoir avec ses camarades en hurlant. Pris de colère et par la frénésie ambiante, Skarn s’avança vers eux, envoyant valser un autre homme d’un revers du bras. Son regard sur les marauds, il prit le premier objet à portée, et souleva une table entière qu’il fracassa sur le dos des pauvres hommes, avant de la laisser tomber et de contempler son œuvre satisfait.

Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Sam 19 Mar 2011 - 16:13

Plus ils avançaient et plus Etheldred se demandait si cela en valait la peine. Trouver des réponses était-il si malin que cela ? C'était bien beau de chercher son passé lorsqu'on était persuadée d'être quelqu'un de relativement sympathique. Mais, à présent... était-ce vraiment judicieux ? Passé la choc de la découverte, que ferait-elle si elle apprenait qu'effectivement elle avait été une empoisonneuse ? Skarn ne lui ferait pas de cadeau, il avait été suffisamment clair. Si elle le comprenait, elle ne pouvait s'empêcher de frémir en s'imaginant avoir un tel homme pour adversaire. Même sans compter avec lui, qu'est-ce que, elle, elle pourrait faire ? Serait-elle capable d'accepter, de se pardonner ? Est-ce qu'on lui en laisserait ne serait-ce que l'occasion ? Est-ce qu'elle pouvait juste faire une croix sur tout ça ? Prendre la fuite ? Skarn n'avait pas l'air d'envisager cette option, mais elle n'était pas non plus obligée de se jeter dans la gueule du loup - ou du bourreau, en l'occurrence - avec complaisance. En même temps... serait-elle capable de vivre avec un tel poids ? Elle en doutait... Elle devrait assumer. C'était normal, non ? Elle ne pouvait pas tout nier en bloc, même si elle ne se souvenait toujours de rien. Pourquoi donc la plupart de ses souvenirs revenaient lorsqu'elle était confrontée à quelques détails en rapport, mais que, là, elle continuait à se trouver devant un grand trou noir ? Des questions et des questions qui l'empêchaient de dormir. Incapable d'y apporter un semblant de réponse, elle passait son temps à les repousser en se disant qu'elle y ferait face plus tard.

Le cheval de Skarn s'arrêtant soudainement, la jeune femme fit de même, essayant de cacher son malaise. Ils avaient eu de la chance, malgré ce brouillard persistant : aucune embûche sur leur chemin. Cette tranquillité ne l'empêchait pas de rester constamment sur ses gardes, de crainte qu'un nouveau magicien ne surgisse près d'eux. La présence du nordique à ses côtés était certes rassurante, mais se dire qu'il pourrait aussi bien changer du tout au tout par la suite n'aidait pas à faire connaissance. Et puis, finalement, avancer en silence ne la dérangeait pas vraiment, elle avait besoin de toute sa volonté pour se contenter d'avancer sans s'égarer dans ses soucis. Surtout, ne pas trop penser. Elle verrait bien plus tard...


Elle aperçut une lumière dans l'obscurité et se demanda s'ils avaient enfin atteint Erac. Si ce n'était pas le cas, ça ne tarderait sans doute plus. Ce n'était qu'une auberge, à première vue assez imposante. Mais tant qu'ils pourraient se réchauffer un peu, cela ferait l'affaire. Il y avait l'air d'y avoir de l'ambiance, mais les murs et la porte étaient suffisamment épais pour étouffer l'essentiel de l'animation. Aussi, ce fut un magnifique spectacle qu'ils découvrirent soudainement en ouvrant le battant.

" Att... "


Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un objet finit sa course sur la figure de Skarn. Un détail si l'on considérait le joyeux bazar à l'intérieur de l'auberge. Etheldred fit un pas en arrière, assez peu disposée à participer aux festivités. Elle ne savait pas trop au premier abord si on s'amusait ou non... oui, apparemment, mais elle ne demandait si elle devait trouver cela rassurant. Elle avait beau chercher, elle ne se souvenait pas avoir été une adepte des auberges dans ce style. Ensuite, ce n'était pas non plus le genre d'endroit que Mëgilen l'avait fait fréquenter. Elle voyait d'ailleurs assez mal des elfes se comporter de la sorte.

" Etheldred, préparez vous à avoir énormément de patients. "

La jeune femme ouvrit de grands yeux, comme s'il venait de proférer une énormité. Il comptait vraiment...

" Pardon ? V... "

Trop tard, il était entré. Par les Cinq ! Quelle idée ! Elle fit un nouveau pas en arrière, ne sachant trop que faire. Par la porte restée grande ouverte, elle avait une magnifique vue sur la scène, bien éclairée. Elle ne pouvait quand même pas rester là à regarder tranquillement ! En même temps, elle ne se voyait pas entrer et participer aux réjouissances. Elle soupira et se décida à patienter, prenant garde à ce qu'aucun nouveau projectile ne puisse l'atteindre. Ils allaient bien finir par se lasser, non ? Après, elle pourrait sans doute faire quelque chose, en admettant qu'on puisse lui fournir les herbes de base dont elle aurait besoin. Beaucoup de simples contre les contusions et de tisane contre le mal de tête sans doute. Elle espérait que ça en resterait là.

Lorsque l'agitation commença à baisser et que les gens parurent redevenir un peu plus raisonnables - ou qu'ils ne furent plus en état de ne pas l'être - Etheldred se hasarda à entrer à son tour, commençant par chercher Skarn des yeux, un peu inquiète.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Sam 19 Mar 2011 - 17:11

Juste une "promenade tranquille, loin du stress du château d'Erac, ayant confié la créature à Incanus, pour prendre l'air. Oui, elle en avait besoin. Rester "enfermée" en permanence devenait une véritable torture et il lui fallait décompresser. Et rien de tel qu'une auberge bien fréquentée, pour picoler avec deux trois poivrots rencontrés à l'intérieur, boire pour oublier et surtout décompresser. Encore une solde qui allait en prendre un coup, mais pas que !

Elle était rentrée, comme à son habitude, vêtue de sa classique tenue légère : Plastron de cuir, bottes de cavalerie. Pourtant rie de véritablement attrayant pour des hommes, sauf peut-être un regard particulièrement inhabituel qui avait fait rêver quelques poivrots qui s'étaient faits un peu trop insistants et qui ne voulaient pas comprendre qu'il faut s'éloigner, quand on leur dit d'aller se faire voir chez les drows. Il avait commencé par se faire entreprenant, passant la main dans ses cheveux. Puis il avait fait la remarque qui ne fallait pas en remarquant les oreilles qui semblaient proches d'un sang mêlé elfique "dilué" par plusieurs générations de sang humain. C'est avec tout son tact et sa diplomatie qu'elle lui avait répondu en lui éclatant malencontreusement le nez contre le bar ou elle s'était installée. Et tout était partis de là.

Les collègues du poivrot sans nez s'étaient pointés avec comme ferme intention de lui faire payer en nature ce qu'elle avait fait à leur camarade, et elle, bien évidemment les accueillit avec un immense sourire "On va voir ce que ces messieurs ont dans le ventre !". Quelques beignes, une mandale, trois châtaignes plus tard, et le reste de la taverne s'était jointe à la petite fête offrant un magnifique bordel digne d'un champs de bataille, sauf que la plupart des combattants y voyaient certainement doubles, voire même triple.

Deux nouveaux camarades de jeu s'approchaient alors qu'une masse intervint sur ceux-ci, les neutralisant sans aucun style en les immobilisant sous une table... Non mais, le voleur de camarades de jeu. Joh jeta un regard noir au mastodonte qui n'avait pas l'air complètement rogné, juste quelqu'un qui voulait s'amuser et elle n'allait pas le faire contre lui, sauf s'il ne lui laissait pas le choix, mais n'eut pas le temps de s'y attarder plus, son ancien camarade n'avait pas aimé se sentir laisé et se jeta sur elle. Évidemment, on ne s'attaque pas à une femme comme ça ! Coup de pied dans les bijoux de famille et coup de genou dans le nez, aidé bien évidemment par les mains de Joh pour faire en sorte que la rencontre soit plus percutante.

"On dit bonjour avant de piquer aux gens leurs camarades de jeu !" lâcha-t-elle au mastodonte "Chacun les siens ! Et faut pas les casser trop vite !"

Un nouveau saoulard réagissait à la voix féminine avec un "Vient par là ma jolie, on va rigoler." Évidemment, le résultat était connu d'avance, il devait certainement y voir encore plus trouble après avoir rencontré une choppe qui trainait encore par là, le tout accompagné d'un commentaire de Joh "Jamais sans ma chopine". Elle finit par s'éloigner de nouveau du géant, alias "skarn" pour éviter de se prendre une mandale perdue qui ne lui ferait pas de bien, vers un coin un peu plus "chaud" de la taverne. Sauf que manque de chance ce fut une petite attaque surprise avec un couteau qui l'attendait, évidemment, il avait vu l'épée et s'était mis en tête de faire un petit duel. Bon chance pour elle, l'esquive ne fut pas très dure au tarifs d'une coupure à l'avant bras. L'attaquant vit son bras attrapé, tordu par une magnifique clé de bras, un petit tacle au genou, finissant le tout par une jolie rencontre avec une table encore debout et ce à plusieurs reprises. Quand il se réveillerait lui, il aurait très mal et ne pourrait certainement plus bougé son bras aux vues du crack qu'il avait produit.

Bon, si ca sortait les armes, c'est qu'il était l'heure de se calmer, d'ailleurs, beaucoup avaient eut leur compte et pour leur argent, et le calme finit par revenir petit à petit, l'envie de se battre ayant été dissipée avec l'alcool par les châtaignes. Quelques uns se donnaient encore des baffes sous le regard complètement désespéré de l'aubergiste. Bon, peu de casse, à part les classiques cruches ce qui était monnaie courante. Elle avisa le "champs de bataille" autour d'elle, et évidemment qu'est-ce qui dénotait ? Le géant et une femme dont le visage lui disait quelque chose.

"Hey mais c'est Elethdrel !"

Et aller c'était repartis, de nouveau elle écorchait le nom, et ce sans s'en apercevoir. Mais au moins c'était d'un ton enjoué, la catastrophe autour d'elle semblait l'avoir amusé au plus haut point malgré la coupure qui saignait encore et dont elle ignorait la douleur, ca se voyait d'ailleurs qu'elle avait pris d'autres coups, avec quelques rougeurs au niveau du visage, mais rien de bien violent, sûrement que ses adversaires l'avaient sous estimée. Elle enjamba un pauvre mec hors combat, et en esquiva un autre en se dirigeant d'un pas rapide auprès de l'herboriste.

"Vous ne devriez pas rester là, ils sont en chaleur ici."

D'ailleurs un des clients s'était approché doucement, il avait visiblement esquivé le plus gros des combats. Il fut dissuadé par Joh qui arma le poing "Ah encore un amateur ?" celui-ci rebroussa chemin. Dehors il y avait du mouvement, surement la milice du coin qui rappliquait. Après tout, avec une bonne demi heure de combats, c'était normal que le taverniers les ait fait venir.

"Et ca risque de chauffer pour ceux encore debout. On ferait mieux de filer aux écuries"
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 25
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Sam 19 Mar 2011 - 18:24

"On dit bonjour avant de piquer aux gens leurs camarades de jeu ! Chacun les siens ! Et faut pas les casser trop vite !"

Skarn regarda la jeune femme pendant quelques instants, perplexe. Il avait reconnu Johann, la femme à la réputation sulfureuse qui dirigeait l'ordre de la Rose Noire. Il l'avait vu à Alonna, mais il ne se souvenait pas qu'elle ait cette couleur d'yeux, ni que ses cheveux commencent autant à virer vers le feu. Quoi qu'il en soit, elle semblait avoir conservée ce caractère assez viril pour faire complexer un nain. Il l'avait vue casser les couilles, au propre, d'un autre client, semblant d'amuser comme une folle.

* Mais elle est complètement conne. * pensa t-il d'un air déprimé.

Elle s'éloigna de lui, l'ignorant totalement. Elle ne semblait pas se souvenir de lui, même si leur rencontre à Alonna avait été courte, certe, mais assez agitée, la femme lui reprochant d'avoir envoyé ses hommes au massacre. Il regarda autour de lui. Quelle bassesse, quelle sauvagerie. Des hommes qui se battaient sans savoir réellement pourquoi. Il sentit un choc sur le coté. Un des clients avait essayé de le plaquer à terre, mais n'avait même pas réussi à le faire vaciller. Skarn posa sa main sur la tête de l'attaquant, et le souleva par les cheveux, arrachant des cris de douleur qui prirent fin dans un des piliers soutenant le toit. Il décida alors de ramener le calme dans l'établissement, pensant au pauvre propriétaire. Le reste des évenements ne fut qu'une longue suite de corrections aussi violentes que brutales, Skarn attaquant tout ce qui était à portée. Très rapidement, le calme revint, et il se frotta les mains de l'air de l'artiste venant de terminer son travail. Il fallait le reconnaître, cela le détendait. Il se dirigea ensuite vers l'une des serveuses qui s'était réfugiée dans un coin, complètement apeurée. Après un rapide calcul mental, il lui donna plusieurs pièces.

" Pour les deux tables, les chaises, la cruche, votre pilier et le mur porteur de l'auberge (il montra du bras un homme qui reposait contre le mur, enfoncé d'un demi-centimètre et rouge de sang ). Mes excuses, et mes respect au propriétaire de l'auberge, de la part de Skarn " dit-il d'un ton officiel et détaché, comme s'il donnait un simple colis. Il se dirigea aussi prestement qu'il le pouvait vers la sortie, ignorant les corps de la plupart de ses victimes, inanimées, ou bien décidées à la paraître pour éviter les coups du grand homme. Il vit Etheldred et Johann en grande conversation. La rousse, ou future rousse parlait d'un air enjoué, ignorant les coups qu'elle avait recue.

" ...risque de chauffer pour ceux encore debout. On ferait mieux de filer aux écuries"

Ah, une parole sensée après deux tirades, très bonne moyenne. Il se mit à les suivre, la situation ne laissant guère de place aux présentations.

" Je ne suis pas vraiment adepte de partir comme ca, à la Missédoise. C'est un coup à nous attirer plus d'ennuis que nous n'en avons déja. " commenta t-il
Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Dim 20 Mar 2011 - 13:04

Skarn était en train de... donner des pièces à l'une des serveuses ? Il payait le dédommagement pour une bagarre qu'il n'avait pas déclenchée ? Etheldred n'eut pas vraiment le temps de s'en préoccuper davantage car une femme venait de crier son nom, ou ce qui y ressemblait et accourait près d'elle, ne semblant pas remarquer son expression éberluée. L'inconnue avait l'air contente de la voir, ce qui lui valut un léger sourire indécis, quelque peu forcé. La guérisseuse remarqua d'abord les blessures, une réaction spontanée qui retarda un peu la réponse qui suivit :

" Euh... "

De toute façon, pour répondre ça, elle aurait aussi bien pu ne pas ouvrir la bouche. Elle eut un léger mouvement de recul en voyant un homme approcher et fut plutôt soulagée de voir réapparaitre Skarn. Ce dernier protesta lorsqu'il fut question de disparaitre, mais apparemment la femme s'en moquait pas mal et les conduisit aux écuries. Etheldred suivit le mouvement, avec cette désagréable impression, qui revenait trop souvent, de découvrir le monde. Chaque nouvelle situation se présentait à elle soudainement et elle n'avait jamais le recul des souvenirs pour l'analyser correctement. Très frustrant, à la longue. En tous cas, elle avait un peu honte de l'avouer, mais elle préférait de loin prendre le large que soigner toutes ces personnes. Oh, ce n'était pas l'ampleur de la tâche qui la repoussait, mais plutôt l'ambiance générale qui la mettait mal à l'aise. Savoir qu'en plus la milice du coin risquait de débarquer d'un moment à l'autre, achevait de lui donner envie de partir très loin.

Ils eurent tôt fait de gagner les écuries. Et là, étrangement, ce ne fut pas cette femme qui lui rappela quelque chose, mais son cheval. Sa jument, plutôt... Robe beige, crinière blanche... Iris, disait son journal. Avec sa selle qui devait être marquée quelque part de la rose noire, même si la jeune femme ne prit pas le temps de vérifier. Et donc, cette inconnue était forcément...

" Joh ?
Ce n'était qu'un diminutif, apparemment, et elle se reprit, Johann ? "

Lorsqu'elles s'étaient rencontrées, à aucun moment la militaire n'avait évoqué son prénom complet. Mais selon les dires de Skarn, il s'agissait bien d'une seule et même personne. Pourtant, le visage ne lui disait rien. Ces cheveux aux reflets roux, ces yeux... non. Juste la jument. Elle l'avait bien montée, quelques temps plus tôt. Il y avait une éternité, lui semblait-il. Elethdrel... Était-ce son vrai prénom ? Ou son nom ? Qu'est-ce qui était le plus fiable ? Ce qui avait été écrit sur un carnet ou ce qu'utilisait une connaissance ? Johann, elle, devait se demander pourquoi elle ne la reconnaissait pas. Mais elles auraient bien le temps de s'expliquer lorsque tout serait redevenu un peu plus calme.

Entre deux questions, Etheldred commença à s'en poser d'autres. C'était bien beau d'avoir retrouvé la fameuse Johann, mais ensuite ? Lui dire : "Eh on se connait ! Est-ce que par hasard j'avais le profil d'une empoisonneuse, à l'époque ? Ravie de vous revoir, soit dit en passant, même si je me souviens surtout de votre cheval ! " ? La jeune femme retardait le moment de parler. Joh semblait se rappeler d'elle, en bien, mais qui la militaire était-elle elle-même ? C'était peut-être le cri du cœur " Oh ! Tiens ! Mon empoisonneuse attitrée est de retour ! "

Oh et puis zut ! Elle n'allait pas laisser tomber maintenant ! Faisant taire ses interrogations, elle expliqua finalement, d'une voix aussi posée que possible :


" Johann, nous vous cherchions... Je suis amnésique, vous semblez vous souvenir de moi... j'aurais quelques questions à vous poser sur mon passé... si vous le voulez bien. "

Enfin, peut-être pas ici, dans les écuries. Mais au moins, avoir mis les choses à plat lui faisait du bien. A présent, Etheldred dévisageait Johann en se demandant ce qu'elle allait découvrir... ou ne pas découvrir, d'ailleurs, car ce pouvait aussi bien être une fausse piste. Que préférait-elle, à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Dim 20 Mar 2011 - 17:30

Visiblement le géant qui s'était ramené et avait mis sans dessus dessous la taverne en renversant tables, tabourets et surtout abimant le bâtiment dans son ensemble accompagnait l'herboriste... La pauvre, dire que Joh s'était débrouillée de déjà payer ses consommations et les casses probables qu'elle causerait dès le début des ennuis. D'ailleurs, le mastodonte avait continuer à abîmer le mobilier pour rembourser les frais à la fin de son implication dans le conflit, indiquant qu'il n'aimait pas s'éclipser de cette manière...

"En même temps, j'ai juste cassé quelques nez, peut-être un bras et un tabouret. Vous ce sont les meubles en prime."

Ah bah, bien évidemment qu'elle le lui reprochait, une bagarre simple et classique de taverne s'était transformé en ravage de celle-ci, vu que généralement les gens se mettaient sur la tronche sans trop abuser ni abimer tant que ça le mobilier, sauf quand ils atterrissaient très mal. Elle ne l'avait évidemment pas encore reconnu, il y avait une différence entre un estropier dans un hôpital de campagne et un mec debout qui défonce les tables sur les gens.
Bon, pour Joh ca n'avait strictement rien changé au jeu, elle avait enfin pu se défouler, profiter un peu de l'adrénaline et ce, face à des pauvres hommes qui n'avaient rien de soldats. Autant dire que c'était presque une promenade de santé malgré les beignes qu'elle avait reçut. Et puis pour une première sortie animée depuis un mois c'était très bien, quelques soulards, mais pas trop nombreux.

Ils finirent par arriver à l'écurie, Joh trainant Etheldred, elle même suivie par le mastodonte. D'ailleurs l'herboriste avait l'air complètement perdue, comme si elle ne la reconnaissait pas. C'est vrai qu'à la place de n'importe qui, ca ne devait pas être facile et même elle avait eut du mal à se reconnaitre dans un reflet par moment, ce qui n'avait pas aidé à maintenir le moral au plus haut. Elle finit enfin par se souvenir de son nom alors qu'elle venait de rejoindre Iris, nettoyant l'entaille qui saignait de moins en moins à l'aide d'un morceau de tissus.

Mais, ce n'était pas une simple visite de courtoisie, si elle venait, ce n'était pas pour rien, mais pour la rencontrer. En avant l'amnésique ! C'était la première fois que ceci lui arrivait de voir quelqu'un atteint de ca, c'était presque une légende urbaine exagérée des trous de mémoires causés après des chutes de cheval. Joh s'arrêta quelques instants, regardant l'herboriste droit dans les yeux, comme y cherchant une quelconque blague. Mais non, elle était sérieuse... Ah bah voyons !

"Bien sûr que je me souviens de vous, on a fait un petit bout de route ensemble après que vous m'ayez rafistolée un peu. C'était un peu après la guerre civile."

Pendant qu'elle parlait, elle s'occupait. Le seau qui servait habituellement à abreuver les chevaux des clients fut remplis à la réserve d'eau, c'était visiblement le moment de se laver après la bagarre : Sang sur les mains, beaucoup de bière ou de vin des cruches et autres chopines qui avaient appris à voler ainsi que la transpiration sale liée aux déplacements à cheval et pour finir faire un petit bandage à la va vite sur l'entaille. Elle sortit aussi une outre, pour se rincer la bouche. Puis elle proposa le tout au mastodonte d'un geste de la main, pour qu'il en profite lui aussi, car au vu de sa tête et de son odeur, il avait l'air d'avoir pris un bain au vin.

"En fait, Edrel..." Elle fit une pause, coupant sa phrase en plein milieu, comme si elle cherchait la suite du nom, mais sans succès, visiblement elle avait quelques difficulté à le prononcer et surtout elle s'en était aperçue, accompagnant la pause par une sorte de grognement. "Je vous aiderai avec plaisir, mais avant, je serais curieuse de savoir comment vous m'avez retrouvée, et surtout qui est votre garde du corps."

Il était visible dans son regard qu'elle le reconnaissait maintenant, mais qu'elle ne remettait pas encore de nom sur le visage et encore moins de lieux ou elle avait pu le rencontrer.

Un regard observateur pouvait détecter une sorte de tic nerveux au niveau de sa main libre, celle-ci tremblant sensiblement, pour une raison inconnue, ce qui expliquait surement sa présence en Erac, et peut-être certains changements qu'elle avait. Peut-être malade ? Ou alors tout simplement sa bestiole dorée bien cachée des yeux de tous dans le Château d'Erac, qui était complètement paniquée par les ressentis qu'elle avait eut de la bagarre d'ivrognes et qui lui transmettait son stress et son inquiétude qui se manifestaient ainsi au travers du corps de Joh.
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 25
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mar 22 Mar 2011 - 9:09

Skarn accepta le seau que lui tendait la jeune femme et commença à se frotter énergiquement le visage, ses mains gantées plongeant dans le seau d'eau glacée afin de projeter le liquide sur sa face, se frottant la peau sans douceur et avec insistance afin de se purger de l’odeur de vin, ou plutôt, de piquette qui l’entourait. Au moins, l’eau glacée avait le mérite de bien le réveiller et de lui donner un coup de fouet supplémentaire, en plus de l’adrénaline dûe au combat. Il resta dans son monde tranquillement, écoutant les deux femmes parler, jusqu'à ce qu’un silence se fit. Il comprit donc que la question de Johann s’adressait à lui, et non pas à Etheldred. Ou du moins, que cette dernière attendait de lui qu’il réponde de lui-même.

Il se tourna lentement vers Johann, femme forte aux yeux des gens, petite fille fragile pour Skarn. Il dévisagea ses yeux or, ses cheveux couleur automne tirant sur le roux. S’était-elle fait une teinture comme s’amusaient à le faire certaines nobles du Langehack ? Il avait du mal à y croire. De souvenir, ce n’était pas le genre de la jeune femme. En tout cas, elle ne se souvenait pas de lui. Pourtant, leur discussion avait été assez violente, Johann allant le voir pour le critiquer sur son attitude « suicidaire » et la stupidité d’envoyer ses hommes à la mort. Skarn l’avait rembarré plus que violement, ne voyant pas pourquoi une gamine tout juste adulte lui apprendrait son métier. D’autant qu’il avait fait plus que ses preuves ensuite, même s’il doutait fortement que Johann sache quoi que ce soit des autres généraux qu’elle. Il fit un salut militaire proche de la perfection, et s’inclina légèrement. Allons, il fallait mieux oublier les vieilles rancœurs prenant leur source dans deux minutes de dispute.

« Je me nomme Skarn Jard. Nous nous sommes déjà rencontrés il y a quelque temps, à Alonna, je n’étais alors qu’un capitaine, mais j’ai été promu général depuis, lors de la guerre civile. (il se tourna vers Etheldred, qu’il couva d’un regard surprenant) J’accompagne ETHELDRED (il insista legèrement sur la prononciation en fronçant les sourcils et en écarquillant les yeux) afin de la protéger, tout simplement. »

Johann lança un regard intrigué vers Skarn, puis Etheldred, avant de revenir à Skarn, les regardant une fois de plus tous les deux sans qu’ils ne semblent comprendre son manège. Ils se regardèrent et haussèrent les épaules de manière synchronisée.

« L’histoire est assez longue. Etheldred vous expliquera mieux que moi, et puis, c’est elle qui est la plus concernée… des gens lui en veulent, et c’est en rapport avec un passé relativement récent. J’ai été présent au bon endroit au bon moment, et je refuse de la laisser seule et vulnérable dans cette situation, d’où ma présence ici. »

Il plongea ses yeux verts aussi fermés que des portes dans le regard or de Johann qu’il arrivait à soutenir sans peine. Soutenir un tel regard n’était guère difficile lorsqu’on annonçait à une femme ou à ses enfants que son mari, ou leur père, était mort à la dernière bataille et que son corps n’avait pu être récupéré. Ca, c’était une vraie épreuve, que Skarn s’obligeait à relever, pour que la mort d’un régiment ne se transforme pas dans on esprit en une colonne de chiffres.

« Vous êtes la dernière personne que Etheldred a rencontrée avant son amnésie, et nous nous sommes dit que vous pourriez l’aider. Quand à vous retrouver, ce n’était gère difficile pour moi. Il suffit de savoir se tenir informé, en prenant les bonnes informations ou elles se trouvent. »


Dernière édition par Skarn le Dim 27 Mar 2011 - 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mer 23 Mar 2011 - 10:39

Casser quelques nez, un bras et un tabouret... Toute perturbée qu'elle l'était, Etheldred ne put s'empêcher de relever intérieurement, se demandant si c'était le propre des soldats d'agir de la sorte et de prendre tant de plaisir à briser tout ce qui leur passait sous la main. Ça n'avait pourtant pas l'air d'être le genre de Skarn, mais lui n'avait pas besoin d'avoir spécialement envie de tout casser sur son passage, il lui suffisait apparemment d'aller arrêter délicatement une bagarre pour arriver comme par enchantement à tout mettre sens dessus dessous. Les deux gradés avaient un peu l'air de s'en vouloir l'un l'autre, mais ce qui importait davantage pour Etheldred, c'était de voir qu'ils n'étaient pas blessés, du moins pas trop en ce qui concernait Johann, même si cette dernière paraissait... secouée, peut-être, en témoignait l'une de ses mains qui tressautait légèrement. La guérisseuse ne fit pas de commentaire, cependant, doutant que ce genre de remarque soit très appréciée. Et au vu de la façon dont était traitée la plaie, ce n'était qu'une question d'habitude.

Etheldred finit donc par donner un début d'explication, Johann paraissant surprise qu'on lui parle d'amnésie. Si seulement il avait pu s'agir d'une plaisanterie ! Mais non, elle observait la cavalière en essayant de se rappeler de quelque chose d'autre que son prénom et son cheval. Tout de même, des yeux pareils, on s'en souvenait, non ? Etheldred était presque certaine que ce n'était pas une couleur bien courante, même si elle en avait déjà vu chez les elfes. Enfin au moins, Johann, elle, se rappelait. Elle l'avait donc soignée... elles avaient fait un petit bout de route. C'était assez vague. Après la guerre civile, cela coïncidait avec ce qui était écrit dans le journal. Pas vraiment d'éléments nouveaux. Elle la regarda se débarrasser du sang et de l'alcool en se demandant si c'était le genre de choses qui arrivaient souvent. D'ailleurs, ce n'était tout de même pas ce style d'activité qu'elles avaient partagé ? Etheldred ne se voyait pas vraiment casser des nez dans des bagarres de taverne. En même temps, elle ne se voyait pas non plus empoisonner qui que ce soit. Mais à quel point avait-elle pu changer ? Elle s'aperçut qu'elle avait gardé les yeux dans le vague et s'apprêta à faire remarquer que la blessure devait être désinfectée, lorsque Johann reprit la parole, buttant sur son prénom.

Etheldred préféra laisser le loisir à Skarn de se présenter lui même, prenant conscience que, finalement, elle avait peut-être également croisée Johann à Alonna. Qu'il appuie sur son prénom pour le corriger fit légèrement sourire la dénommée, même si elle n'était pas certaine qu'il y ait erreur de la part de la militaire. Quoique... celle-ci paraissait beaucoup hésiter, il était tout à fait possible qu'elle se trompe. Mais, dans ce cas, comment apporter le moindre crédit à ce qu'elle dirait ? Il aurait peut-être fallut qu'Etheldred développe et donne le fin mot de l'histoire, mais elle répugnait encore à le faire et ne fit que hausser légèrement les épaules, comme pour repousser l'échéance. La façon dont Skarn présentait les choses était rassurante, mais elle continuait à se dire qu'il était autant là pour la protéger que pour la surveiller. Si elle lui savait gré de la première option, la seconde l'inquiétait davantage.

Si Johann pouvait l'aider... le pouvait-elle ? Encore une fois, la guérisseuse se força au calme. Ce n'était pas le moment de tout abandonner. Mais si elle avait pu apprendre à faire relativement confiance à Skarn durant les quelques jours où ils s'étaient côtoyés, Johann restait une parfaite inconnue. Remettre son sort entre ses mains lui paraissait quelque peu risqué. Mais c'était comme soigner une plaie grave, il fallait bien plonger les mains dans le sang et trifouiller un peu pour avoir une chance de sauver le patient. Il fallait prendre des risques si on voulait saisir sa chance. Elle savait au moins qu'elle était bien capable de se maitriser dans ce genre de situation critique, alors là, elle pouvait aussi y parvenir. Elle se ressaisit donc, opta pour un intermédiaire et enchaina, avec autant de calme que possible :


" Un magicien maitrisant les ombres a essayé de me tuer. J'aurais besoin de savoir plus précisément qui j'étais avant mon amnésie, le genre de personnes que j'étais susceptible de fréquenter. Tout ce que j'ai, pour le moment,
elle désigna vaguement sa sacoche, c'est un carnet qui semble être mon journal intime. Rien dedans n'explique que l'on ait pu souhaiter ma mort. "

Si Johann se rappelait d'Etheldred, elle ne devait pas se souvenir l'avoir vue aussi tendue, même juchée sur le dos d'Iris. Et encore, la présence de Skarn la rassurait assez pour qu'elle continue à mener l'enquête. Seule... elle n'était pas certaine de ce qu'elle aurait fait. Même à présent, elle se demandait si chercher à savoir était très judicieux.

" Vous devriez au moins me laisser soigner votre blessure,
ajouta-t-elle subitement, comme si se raccrocher à cela pouvait l'aider à garder les pieds sur terre. Je me souviens au moins de mon métier. "

Elle le précisait aussi bien pour Johann que... pour elle. Elle n'avait pas tout perdu, fort heureusement, et refaire cette constatation la rasséréna.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mer 23 Mar 2011 - 23:45

Un salut militaire ? Apparemment le géant venait de se domaine là. Bon c'était déjà un point positif, vu qu'il n'était pas de l'armée de Diantra elle ne pouvait l'avoir rencontré que lors d'opérations communes lors des précédentes guerres : Alonna, Oesgard et Diantra. Salut qu'elle lui rendit, c'était évidemment la base du protocole que de saluer en même temps que l'autre soldat, qu'il soit un subordonné ou non. Puis il se présenta enfin, et la mémoire lui revint rapidement ! Voilà pourquoi elle ne l'avait pas revenu : la différence entre un homme debout, et un allongé dans un lit d'hôpital de campagne est assez énorme, surtout quand il est blessé.

"Félicitation pour votre promotion alors, Général Jard." Rancunière elle ? Non jamais de la vie ! "J'espère que vous prenez plus soin de vos hommes qu'à l'époque."

Petite pique toute simple pour éviter de trop entamer les hostilités vu que ce n'était réellement pas la situation. Comparé à la dernière fois ou ils avaient eut un échange plutôt houleux, à tel point qu'ils auraient certainement finit par se cogner dessus s'ils n'avaient pas été interrompus. D'ailleurs il enchaina immédiatement sur le cas de l'herboriste. Joh était donc la dernière personne à l'avoir rencontrée avant son amnésie ? Elle ne tiqua absolument pas à la prononciation du nom, de toute manière, c'était un peu trop compliqué pour elle. C'était plus facile avec ceux basiques et très communs qu'elle pouvait avoir dans son régiment, et puis au pire appeler par le grade allait très bien !

"Et à trop se mêler des affaires des autres, c'est dangereux, général. Vous en ferez les frais tôt ou tard." Avertit-elle. En effet c'était à cause de ça qu'elle était dans cette situation.

L'herboriste avait donc le même don qu'elle à s'attirer des ennuis tellement énormes qu'il faudrait presque l'intervention d'une armée pour l'en sortir. Et bah, ça pour une coïncidence ! Bon ca ne pouvait pas réellement être pire que de se coltiner un dragon jusqu'au restant de son existence qui ne prendrait pas fin d'elle même de si tôt. Finalement elle présenta son histoire, et son cas. Bon Joh ne pourrait pas faire grand chose, elle était pieds et poings liés à Erac. La faire enfermer à double tour dans la caserne de Diantra ? c'était une idée, mais ca serait comme la faire mettre en prison le temps que tout cela ne finisse par se tasser.

"Carrément" dit-elle simplement "Et bien on dirait que vous ne faites pas les choses à moitié quand vous vous attirez des ennuis !" le ton était presque légèrement moqueur, mais avec une certaine compassion. "Bienvenue au club, je vous payerais le verre un autre jour, là je pense qu'ils m'ont assez vue là bas."

Ou comment alléger la chose face à ce qui semblait être dramatique pour l'herboriste qui visiblement n'était pas à son aise. Même sur Iris, alors qu'elle avait peur des chevaux, elle n'avait pas été aussi tendu même si ce jour là elle faisait attention de ne pas lui faire mal.

"Vous m'aviez dit que vous notiez tout dans ce carnet, car vous aviez une mauvaise mémoire je crois. Ca peut avoir un lien avec votre perte de mémoire."

Puis vint la proposition de s'occuper de la blessure. Première blessure que Joh se faisait depuis très longtemps. Premiers coups, premiers "combats" de mise en jambe, à vrai dire, l'entrainement lui faisait défaut, restait juste les exercices physiques réguliers avec ou sans armes. Et la taverne avait été une très bonne reprise, car comme sur un champs de bataille : les coups viennent de partout ! Et elle n'avait pas perdu ses bons réflexes.

"Ne vous inquiétez pas pour ça, ca guérira tout seul, c'est comme ça que l'entrainement rentre." Puis elle s'aperçut du "pourquoi" l'herboriste proposait ça. "Mais si vous insistez. Ca fera deux fois quand même, bon la première c'était autre chose, quelques côtes en miette c'est pas pareil qu'une entaille au couteau."

Et oui, si se jeter à corps perdu dans l'action et dans son travail faisait oublier ses petits tracas à Joh, alors c'était sûrement pareil pour l'herboriste. Se réfugier dans quelque chose que l'on connait et surtout que l'on maitrise était pour le moins rassurant quand on perdait tous ses repères et qui permettait de se les reconstruire, et oui, sur ce point là elles étaient pareilles, à devoir tout recommencer presque de zéro à cause de mauvais tours du destin. Joh retourna un seau vide pour qu'Ethel puisse s'y assoir et que Joh s'accroupisse devant elle le temps qu'elle ne pratique les soins.

"Ca me rappelle cette rencontre, vous retourniez vers les forêts elfiques au Nord, rejoindre un apprentis ou quelque chose du genre que vous aviez laissé seul, à chaque fois qu'on se voit depuis la guerre civile vous voulez me soigner, ca va devenir une habitude." Pendant qu'elle parlait elle défaisait partiellement le pansement sommaire. "Sinon on s'était déjà rencontrée brièvement à Alonna, vous vous occupiez des blessés, dont certains de mes hommes, votre réputation avait fait le tour de beaucoup d'unités."

Alors, ce que l'herboriste et même Skarn purent voir ? Et bien, une simple petite coupure qui ne saignait presque plus. Il s'était écoulé quelques minutes depuis qu'elle avait été faite, pourtant au premier abord elle avait l'air beaucoup plus sévère ou point de gêner Joh dans certains mouvements plus complexes que de donner une baigne. Là c'était presque quelque chose qu'on se faisait par inattention au travail, très superficielle, d'ailleurs, la quantité de sang sur le premier bandage et sur le vêtement montrait bien qu'elle avait été plus grave que ça.

Joh quant à elle n'y avait prêté aucune importante aux coups et autres blessures, se concentrant sur Etheldred qui se mettait à la tache, elle avait visiblement d'autres choses en tête, comme si elle cherchait à garder un certain calme .Et puis comment ne pouvait-elle pas s'en préoccuper, pourtant la douleur devait être présente avec les quelques coups qu'elle avait pu recevoir ?

"Je ne comprend pas comment une personne peut vous en vouloir à mort. Vous aviez l'air d'aimer votre métier et de le faire correctement." Elle eut un instant de réflexion, cherchant la cause la plus probable : La vengeance ! "C'est peut-être une supposition farfelue, mais... Vous avez raté une préparation et empoisonné quelqu'un avec sans le faire exprès ? Ou alors vous avez échoué dans les soins d'un patient au point qu'il veuille se venger ? Ça m'étonnerait qu'il n'ait pas justifié son acte au moins involontairement."

Et oui, elle attendait toute l'histoire, après tout elle ne savait pas grand chose à part peut-être faire quelques théorie. En tout cas elle imaginait mal une personne ayant fait tant de bien autour d'elle pendant les conflits se risquer de faire du mal à qui que ce soit. A moins qu'il y ait d'autres intérêts plus graves derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Lun 28 Mar 2011 - 20:23

La petite pique de Johann n’échappa pas à Etheldred qui fit rapidement le lien avec ce que le général lui avait raconté quelques jours plus tôt. Quelque soit leur point de vue sur la question, elle espérait qu’ils n’allaient pas se disputer pour ces événements passés, l’un comme l’autre semblant avoir son caractère. La militaire avait l’air décidée à lancer à la figure de son collègue tout ce qui lui passait par la tête, aussi Etheldred se permit-elle de rétorquer gentiment :

" Sans doute, mais sans lui je ne vous aurais pas retrouvée. "

Elle n’avait pas envie de créer des histoires, du moins pas plus qu’elle n’en avait déjà. Skarn paraissait assez agacé comme cela des remarques de Johann. Inutile de chercher les soucis lorsqu’ils se présentaient tous seuls. Elle finit d’ailleurs par exposer la situation de façon un peu plus claire, même si elle éluda le principal. La réponse ne se fit pas attendre, teintée d’un humour qui réussit à tirer un petit sourire à la jeune femme. Non, elle n’avait pas fait les choses à moitié, apparemment. La remarque suivante la fit réfléchir : une mauvaise mémoire ? Comment avait-elle put exercer son métier si elle avait eu des difficultés à ce niveau ? Et si c'était le cas, pourquoi ne pas détailler son journal alors ? Tout y était vague, sans précision. Rien d'ailleurs sur ses patients qui ne soit réutilisable, rien sur elle-même pour prévenir une perte de mémoire ! C'était à n'y rien comprendre ! Pire, l'idée était plutôt angoissante car elle suggérait qu'elle puisse à nouveau perdre ses souvenirs. Devait-elle se dépêcher d'écrire le peu qu'elle savait d'elle-même ?

Elle préféra se rabattre rapidement sur les soins et proposa de s'occuper de la blessure de Johann. Évoquer les côtes de cette dernière lui rappela un instant quelque chose : un ruisseau, la plaine... Son visage lui disait quelque chose, mais en un peu différent, elle n'arrivait pas à cerner quoi. Elle déposa sa sacoche à terre et en sortit un petit flacon ainsi qu'un linge et un bandage propre. Johann continuait à parler, apportant de nouveaux éléments.

" J'aurais eu un apprenti chez les elfes ? "

L'idée lui paraissait surprenante, surtout après avoir vécu parmi les sylvains : qu'un elfe puisse accepter qu'une humaine lui enseigne quoi que ce soit dépassait l'entendement.

" Ma réputation... c'est à dire ? "

Au ton employé, elle pouvait en déduire que c'était plutôt positif, mais elle ne voulait plus se contenter de suppositions. Elle s'était figée depuis quelques secondes sur la blessure et prit enfin conscience de ce qu'elle voyait et, surtout, du fait que quelque chose clochait. Johann n'avait rien qui nécessite de réels soins. Rien qui ne justifie la perte d'autant de sang. Etheldred hésita, se demandant si elle n'était pas tout simplement devenue incompétente. Si c'était le cas, alors... autant dire que le monde s'effondrait sous ses pieds. Elle devait... devenir folle ? Pour un peu, elle aurait presque eu l'impression que la plaie se refermait toute seule. Nettoyant le tout rapidement, elle posa finalement un bandage propre et évita le regard de Johann et Skarn, mal à l'aise. Elle ne savait donc même plus juger de l'état d'une blessure ?

Elle sursauta presque lorsque la militaire reprit la parole et la dévisagea comme si elle venait d'une autre planète. Elle faisait correctement son métier ? La suite la fit se décomposer. Livide, elle rangea ses affaires et secoua légèrement la tête :

" Je... "

Il allait lui falloir tout raconter... ce n'était pas une question de vengeance, ou alors... ou alors elle avait vraiment trouvé tous les ennuis possibles et imaginables. Elle se détourna, ft quelques pas et s'efforça de se calmer une nouvelle fois. Au fond, si elle n'était même plus capable de soigner, qu'on la recherchait parce qu'elle était une tueuse en puissance... à quoi bon poursuivre et chercher à comprendre ? Autant disparaitre au plus vite, cela arrangerait tout le monde ! Et puis... elle releva les yeux vers Skarn, se rappela les quelques mots qu'il lui avait dit, sur le fait qu'il pensait qu'elle avait juste été entrainée dans une affaire trop compliquée pour elle... le peu de confiance qu'il lui avait donné valait tout de même la peine qu'elle ne baisse pas les bras, non ?

" D'accord... "

Elle raffermit sa voix et fit à nouveau face à Johann, en essayant de résumer simplement les faits, un peu comme s'ils ne la concernaient pas directement. C'était plus facile ainsi.


" Ce mage a dit qu'il me recherchait parce que j'avais été une empoisonneuse. J'aurais fabriqué un poison particulier, ainsi que son antidote, puis je me serais enfuie avec ceux-ci, ainsi que l'argent que l'on m'avait donné en échange. Il s'est suicidé, mais a révélé juste avant que d'autres me recherchaient. "

Voilà, c'était tout à fait ça, elle n'avait rien oublié, du moins l'espérait-elle. Elle croisa les bras et baissa à nouveau les yeux :

" Je ne sais pas... je ne sais pas ce que je peux croire ou non. Je ne me souviens de rien. Ce magicien ne m'évoque absolument rien. Tout ce que je sais... c'est que je suis capable de manipuler des poisons mais que l'idée me révulse. "

Elle haussa les épaules légèrement, sembla reprendre contenance à présent qu'elle avait tout dit. Ce qui était fait était fait, il fallait qu'elle arrête de se poser des questions et ose creuser jusqu'au bout. Ou alors, tout arrêter maintenant... mais c'était un peu tard. Il aurait fallu qu'elle refuse l'aide de Skarn et disparaisse sans rien lui dire. Là, elle aurait peut-être pu refaire sa vie... et finir par être retrouvée par un autre magicien. Ou, si cela n'avait pas été le cas, elle aurait passé le restant de ses jours à craindre cette issue ou à se demander qui elle était vraiment. Mieux valait essayer de comprendre, finalement, même si plus elle en apprenait et plus elle regrettait ses découvertes. Quelle serait la prochaine étape ?

Elle s'intima l'ordre d'arrêter d'anticiper et se força une fois de plus à se calmer. Chaque chose en son temps. Il fallait qu'elle arrête de se torturer pour rien et se contente des faits. Qu'elle essaye de faire l'enquête comme si elle n'était pas concernée. Bien. Et qu'elle arrête de soigner avant de faire d'autres bêtises étant donné qu'elle ne pouvait même plus se faire confiance à elle-même.


" Je ne sais pas quoi vous dire de plus. Vous êtes ma seule piste sérieuse. "
ajouta-t-elle finalement en reprenant son sang-froid.

Voilà. Il valait mieux continuer à discuter calmement, à moins évidemment que la militaire ne hurle soudain à l'empoisonneuse. D'ailleurs, Etheldred jeta un coup d'œil embarrassé à Skarn :


" Johann a raison, je n'aurais pas dû vous entrainer là-dedans. "


Parce que ceux qui prenaient un tant soit peu son parti risquaient finalement autant d'ennuis qu'elle. C'était aussi valable pour Johann... trop tard, à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mar 29 Mar 2011 - 18:23


Bien évidemment elle tenta d'éviter que Skarn et elle s'entretuent ou se bouffent le nez pour une raison X ou Y qui ne la concernaient pas. Et puis venant d'une herboriste s'occupant de personnes blessées, il était normal qu'elle soit quelque peu pacifiste. Elle s'étonna d'avoir eut un apprentis, chez les elfes, bon c'était peut-être un elfe, ou peut-être pas. Ça elle ne lui avait pas dit, elle connaissait juste son existence ce qui en soi même était déjà bien assez suffisant.

"Je ne sais pas si votre apprentis était un elfe, en tout cas il était par là bas. Quant à votre réputation... Et bien, vous avez pris soin d'hommes blessés alors qu'il y avait que trop peu de guérisseurs de campagne, et comme vous étiez douce et compétente avec chacun d'eux ca a fait très bonne impression. Après je vous passerai les détails, mais vous connaissez les hommes."

Ah bah, oui c'était sûr. Il suffisait d'une femme un tant soit peu féminine à leur chevet pour qu'ils soient contents d'une manière ou d'une autre, d'ailleurs c'était plutôt une bonne nouvelle, cependant l'herboriste bloqua sur la blessure de Joh, comme si quelque chose clochait. Elle la regarda donc faire avec plus d'insistance alors qu'elle sursautait pendant qu'elle expliquait. Elle la laissa terminer par un bandage propre, ce qui évidemment n'aurait pas été le cas avant plusieurs heures si elle avait laissé Joh faire. Elle posa cependant sa main sur le bandage, comme pour sentir s'il n'y avait pas quelque chose d'anormal. Ce qui fut évidemment le cas, la douleur n'étant plus qu'un vague souvenir... Un autre surprise qui venait d'apparaitre la concernant ?

L'herboriste finit par expliquer la raison de sa présence ici et surtout de ce qu'il s'était produit réellement. Alors comme ça elle était accusée d'empoisonnement et d'avoir travaillé pour une organisation quelconque en s'étant éclipsée avec l'argent et la production promise. Et bien évidemment le mage avait préféré le suicide plutôt que de révéler plus qu'il ne devait le faire, ce qui trahissait du travail de professionnel. Elle n'avait pas à faire avec des amateurs non, mais plus une organisation bien implantée et bien organisée de fanatiques. Et bien évidemment, elle ne se souvenait de rien du tout, comme si ca ne c'était jamais produit.

"Ce mage s'est suicidé, ca montre que ce sont des pros, et qu'il ne sera certainement pas le seul à vous pourchasser. Cependant j'ai tout de même du mal à croire à cette histoire, si vous étiez réellement membre d'une quelconque organisation de cette ampleur, vous m'auriez tuée le jour de notre rencontre, et ca n'aurait pas été difficile de mettre ça sur le dos de mes blessures." Elle avait du mal à imaginer cette version comme étant réelle."Vous êtes capable de fabriquer des poisons, comme beaucoup de guérisseurs et d'herboristes, il peut y avoir des millions d'explications à ça. Quelqu'un s'est fait passé pour vous, ou a utilisé votre nom pour se couvrir, votre apprentis par exemple ? Ou encore vous l'avez conçut pour une raison quelconque et quand vous vous êtes aperçue de leur objectif vous avez préféré partir en leur faisant la grimace, sauf que votre plan à raté."

Elle avait déjà été accusée d'usurper sa propre identité par un noble du nord, allons bon, ca devait être monnaie courante, et avec les milieux mafieux, ca ne l'étonnait même pas que ceci se produise !
Elle continuait à se passer la main sur le bandage, celui-ci la perturbant visiblement de plus en plus. Non Etheldred n'avait pas rêvé, et Joh quant à elle croyait que c'était elle qui était comme dans un rêve, chacune vivant son propre cauchemar...

"Je ne peux pas réellement vous aider plus que ça, vous m'avez fait par deux reprises très bonne impression et vous saviez ce que vous faisiez et vous aviez l'air sincère. Dites vous que malgré votre peur vous n'aviez même pas osé me serrer quand vous étiez sur Iris avec moi, c'est pour tout dire." Elle fit une pause. "Si des gens veulent vous aider malgré les ennuis, acceptez cette aide, ce n'est pas tout les jours que ça arrive."

Ah bah, oui elle était franche au moins. De l'aide quand les situations étaient désespérées on n'en trouvait pas si facilement que ça, c'est surtout chacun pour sa pomme. Et évidemment, bonne cruche qu'elle était, elle y allait avec tous les moyens, quitte récolter pire.

"Par contre, j'ai l'impression que ma blessure vous a perturbé. Vous avez remarqué quelque chose d'anormal ?"

Le ton était quelque peu inquiet. Mais malgré ce qu'elle avait entendu, elle la laisserait encore y toucher si nécessaire, ce qui rassurerait peut-être l'herboriste.
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 25
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mer 30 Mar 2011 - 21:04

" Johann a raison, je n'aurais pas dû vous entrainer là-dedans. "

Skarn lanca un sourire communicatif et lui posa la main sur l'épaule, se voulant rassurant.

" Je m'y suis engagé de moi même, fuir aurait été indigne. Je serais là jusqu'au bout, sois-en sûre " dit-il, se remettant à la tutoyer. Etheldred parue un peu rassurée. C'était déja cela. Puis, Johann, ignorant Skarn, se remit à parler avec l'herboriste, expliquant ses conclusions. Pendant que les deux femmes parlaient, Skarn fit quelques pas plus loin, afin de se dégourdir les jambes, tout en restant à portée d'oreille. Il reprit la parole à la question de Johann.

" Vous guérissez d'une manière que je qualifierais poliment de surnaturelle, jeune fille. Dit-il en se retournant. Il se souvenait parfaitement de l'état de Johann après la bagarre, et comparé à maintenant, les coups semblaient remonter à plusieurs heures, voir jours. Il s'avanca vers elle.

" Pour parler tout haut, je me demanderais si celà est lié à votre nouvelle teinture de cheveux et la couleur changeante de vos yeux. Je ne crois pas qu'ils étaient de couleur or la dernière fois. "

Son ton n'était ni menacant, ni interrogateur. Il s'agissait plus d'une description objective et neutre. Il se dirigea vers Bidigon, qui l'attendait avec patience, mais qui releva sa tête à l'arrivée de Skarn.

" Il est temps d'y aller. Je pense avoir une idée, que je vous expliquerai plus tard " dit il une fois à cheval et à portée des deux femmes. Il tendit son bras vers Etheldred, adoptant un ton léger.

" Me feriez vous l'honneur de chevaucher avec moi, demoiselle ? "

Etheldred prit une grande inspiration, et prit la main du general, qui, la tirant fermement, la fit monter sur son destrier, qui ne réagit même pas à l'ajout de ce poid tout nouveau. Il installa Etheldred devant lui, faisant legèrement remonter sa robe pour quela chevauchée soit plus pratique, sans trop d'arrière-pensée. Il prit les rênes d'une main, et posa sa main sur la taille de sa protégée, afin de bien la maintenir en place, comme pour lui servir de ceinture. Il savait qu'elle n'aimait guère chevaucher. Une fois que Johann fut elle aussi sur son cheval, ils partirent vers Erac, Skarn chevauchant devant, dirigeant Bidigon sans difficultée bien qu'une de ses mains sois occupée à maintenir Ethel. Enfin, était-il obligé de la maintenir aussi près de lui ?

Johann se placa sans difficultée à leur hauteur, et Skarn ralentit le rythme, jusqu'a ce qu'ils adoptent le rythme d'une marche simple. Malgré ca, sans y penser, il tenait toujours Etheldred. Il se mit à parler sans prevenir. Tout comme lorsqu'il exposait un plan à son état major ou rédigeait les ordres à transmettre aux sergents, sa voix impliquait que la moindre interruption serait très mal vue.

" Le moment ou tu devais empoisonner la cible remonte à plusieurs mois. Sans vouloir mettre en doute tes compétences, je pense que n'importe quel herboriste digne de ce nom s'y connaît autant que toi en poisons. Il m'est avis qu'ils ont recrutés quelqu'un d'autre après toi pour faire le travail. "

Approbation d'Etheldred. Tout celà était parfaitement logique. Il regarda Johann, qui l'invita à continuer.

" Après tout ce temps, la victime doit être décédée, ou gravement malade. Il doit sans le moindre doute s'agir de noble très influent. Il n'y a qu'a trouver qui, parmis la noblesse, ou les postes très importants et influents, est mort recemment, ou se trouve en très mauvaise santé. Je pense que cela ne doit pas être trop difficile. Une fois ceci fait... il faudra connaitre le pourquoi. "

" Je possède des contacts un peu partout, dont à Erac. Cela, cumulé à notre rang important, Johann, nous permettrait sans doute d'avoir très rapidement accès aux informations nécéssaires. n'ais-je pas raison ? " demanda t-il en se tournant vers la cavalière
Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Jeu 31 Mar 2011 - 20:41

Etheldred fut un peu réconfortée par la réponse de Skarn, d'autant qu'il s'était remis à la tutoyer, ce qui, loin de la déranger, lui paraissait plutôt prouver qu'il n'était pas juste là pour la surveiller. Ajoutées à cela les conclusions de Johann et la jeune femme commença à retrouver un peu d'espoir et à sortir de son abattement. Après tout, pourquoi pas ? Il pouvait s'être passé mille et unes choses qui l'avaient fait en arriver là. Elle ne pouvait pas déjà se condamner avec si peu d'élément. Certes, c'était bien elle que le mage avait reconnue, alors elle doutait que l'on ait simplement usurpé son identité. De même qu'à présent, elle se disait qu'elle aurait plutôt détruit le poison, emporté l'antidote au cas où et abandonné l'argent derrière elle pour éviter des ennuis supplémentaires. Mais même si les explications de Johann étaient un peu bancales, elles mettaient au moins en valeur le fait qu'il n'y avait pas qu'une seule conclusion possible. Elle ne se sentait pas l'âme d'une empoisonneuse, alors, jusqu'à preuve du contraire, elle se considèrerait innocente. Une vraie bouffée d'oxygène.

Restait la blessure qui avait tout de même achevé de lui faire perdre le moral, mais la remarque de Skarn lui rouvrit les yeux : après tout, il y avait bel et bien énormément de sang sur le bandage, elle n'avait pas rêvé. Non, elle n'était pas devenue tout à coup incompétente. Cette conclusion serait d'ailleurs stupide car elle avait soigné plus d'une fois depuis son amnésie. Il fallait qu'elle arrête de se laisser miner par le moindre doute. Elle avait l'impression d'être quelque peu instable, un instant complètement perdue et la seconde d'après bien plus confiante. Si elle avait pu trouver un juste milieu... En attendant, elle préféra profiter de ce moment d'assurance et hocha la tête, retrouvant l'expression affirmée qu'elle utilisait quand il était question de soins :

" Vous guérissez rapidement oui, trop rapidement pour que ce soit naturel. J'espère que vous avez idée de ce qui peut se passer, car pour le moment, cela me dépasse. "

Habituellement, en présence de Skarn ou de n'importe qui d'autre, elle n'eut rien dit car cela ne regardait que Johann, mais étant donné que le général avait déjà remarqué... Elle pensait déjà à la magie, mais ce n'était en rien son domaine. Ce qui importait pour le moment était que Johann paraisse se sentir bien. Après, si elle la souhaitait, elle jetterait un nouveau coup d'œil à la blessure qui d'ici là, si elle continuait à ce rythme, aurait disparu comme par enchantement.


A l'annonce du départ, Etheldred jeta tout de même un coup d'œil un peu inquiet aux chevaux. Qui disait départ un peu précipité, disait monter... la dernière fois, elle en avait eu des courbatures des jours durant, mais il fallait dire qu'elle avait eu droit à des heures de chevauchée sans arrêt, contrainte même de dormir en selle, derrière un elfe. Rien qui ne donne très envie de recommencer. Mais là ils n'en auraient pas pour aussi longtemps et le trait d'humour de Skarn acheva de la dérider. Elle lui retourna enfin un véritable sourire, sans doute le premier depuis qu'elle avait rencontré le mage. Et hop ! La voilà juchée sur le dos d'un cheval qui bougeait, comme l'avait fait Iris, beaucoup trop à son goût. Sa robe s'était un peu retroussée, mais après avoir passé quelques temps chez les elfes elle avait quelque peu revu sa tolérance à ce niveau là, les sylvains paraissaient avoir une notion de la pudeur un peu plus vague que les humains. Et puis bon, elle était occupée à se cramponner à la selle, aux crins, bref, à ce qui lui tombait sous la main, même si Skarn la tenait fermement... la robe restait un détail qui lui échappait pour le moment.

Lorsqu'ils ralentirent enfin un peu - du moins du point de vue d'Etheldred qui trouvait déjà le pas trop rapide - elle réussit finalement à se détendre légèrement et à oublier où elle se trouvait. Elle n'avait pas encore atterrit par terre, tout allait pour le mieux. Elle se concentra donc sur ce que le général disait, hochant la tête régulièrement. Oui, elle n'était pas la seule à connaitre les poisons. En revanche, tout le monde n'était pas capable d'en créer de nouveaux à partir de ceux qui existaient. Mais même ainsi, il devait y avoir des dizaines de personnes qui le pouvaient. Donc oui, on l'avait probablement remplacée.

Elle écouta la suite, réfléchit un petit moment avant de faire remarquer :


" Ce ne sera pas si simple. Un poison peut agir à court terme, mais le plus discret ce serait de le distiller sur le long terme. Ainsi, il peut passer pour une maladie bénigne tournant mal, pour un état de faiblesse de plus en plus important qui achève finalement la victime... Les symptômes ne sont pas toujours caractéristiques. Celui qui voudrait se débarrasser d'une personne influente aurait tout intérêt à faire ça subtilement. "

Elle avait semblait-il retrouvé toute sa maitrise et mis de côté ses inquiétudes. Pour combien de temps, elle n'en savait rien, mais elle avait à nouveau décidé d'aller au fond des choses. Il y avait un détail que Skarn semblait avoir oublié et qui lui paraissait avoir son importance. Aussi, elle ajouta finalement :

" Si le poison a été créé, c'était qu'il y avait besoin de symptômes bien précis, à mon sens... Peut-être pour coller à une maladie bien précise déjà existante ? De même que la création d'un antidote me ferait penser à un chantage ou quelque chose dans ce genre. Si c'était juste se débarrasser de quelqu'un, il y a suffisamment de poisons sur le marché pour trouver son bonheur, il me semble. "

Et elle savait de quoi elle parlait... en espérant que ce n'était pas une preuve de sa culpabilité. Mais non, il lui paraissait logique qu'une herboriste sache cela. Tout n'était pas noir ou blanc. Elle usait de poisons, mais pas aux fins dont on l'avait accusée... du moins l'espérait-elle. Le cheval fit un pas de côté, lui rappelant où elle se trouvait. Heureusement, Skarn la tenait toujours assez étroitement. Peut-être n'avait-il pas besoin de la tenir aussi près de lui, mais elle aussi aurait aisément pu se détacher un peu, non ? Elle préféra reprendre la parole, expliquant à mesure que les idées lui venaient :

" Il faudrait aussi tenir compte de l'entourage si l'on ne veut écarter aucune piste. Empoisonner la boisson favorite d'une personne est efficace, j'imagine, mais dans des plats accessibles à tous, on ignore la cible si la tentative est découverte, cela permet de recommencer en cas d'échec... quoique dans ce second cas, on peut utiliser un poison rapide, ce qui exclu la nécessité d'en créer un. De même que l'antidote n'est pas vraiment nécessaire... sauf si un convive est coupable et veut donner le change en ingérant aussi le poison... "

Possible. Ses réflexions lui paraissaient un peu beaucoup poussées, mais elle préférait dire ce qu'elle pensait, ou savait, même si elle prenait le risque qu'ils se posent des questions. En tous cas, plus elle creusait le sujet et plus elle voyait de possibilités. Mais au moins, réfléchir à cela lui évitait de se poser d'autres questions. Et puis, elle connaissait quand même le sujet et, si cela lui déplaisait, elle espérait au moins faire avancer les choses.

Il y avait toujours ce brouillard désagréable qui ne les quittait plus et qui donnait envie de garder une arme à portée de main. Détail autrement plus gênant que le fait de chevaucher, car elle paraissait s'être faite à l'idée, finalement. A présent, autre chose l'inquiétait : se lancer sur la piste d'empoisonneurs était bien joli, mais il valait mieux réfléchir ensuite à ce qu'on avalait. Il fallait qu'elle se penche sur la question des antidotes... juste au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Sam 2 Avr 2011 - 17:32

Bon, une chose était sûre, cette cicatrisation rapide n'était pas naturelle, et avait toutes ses chances de provenir de la créature à écaille qui s'était attachée à elle. En bref, que du bonheur. Ca allait de surprises en surprises car en prime de devoir cacher plein d'autres choses qu'elle n'arriverait absolument pas à faire, ca serait en plus pour ses blessures qu'elle aurait du soucis. Bon d'un côté ca pouvait etre pratique de ne plus passer 1 mois ou 2 à attendre la guérison d'une fracture mais ca restait dérangeant, comme si son corps ne lui appartenait déjà plus.

"Il faudra que je me renseigne auprès d'un mage pour voir ça." répondit-elle simplement au sujet du questionnement de Skarn, mais aussi d'Ethelderd sur ces changements, de quoi esquiver le sujet et noyer le poisson. "Le voile a eut pas mal d'effets indésirables."

Elle tilta cependant sur le "Jeune fille", ce qui évidemment ne lui plaisait absolument pas. ELle n'était pas une jeune fille non, mais un soldat du roi, et même Commandant. Les "jeune fille" et assimilés étaient faits pour celles qui étaient bonnes à marier et à se soumettre à leur maris, pas pour Joh. Non mais, l'insulter en prime !

"Et pour vous c'est "Commandant", Général Jard." lacha-t-elle, le tout accompagné par un regard noir.

Par contre elle esquiva au sujet de la couleur des yeux. Habituellement elle aurait été beaucoup plus véhémente, et xelà Skarn le savait. C'était comme si elle avait finit pars'assagir, ou que d'autres évènements lui occupaient assez l'esprit pour la calmer durablement.

Ils voulaient partir, après tout rester là était inutile, Joh et Skarn avaient mis leur pagailles, il n'y avait strictement plus rien à faire à part soit rentrer à la maison, soit faire de la prochaine auberge leur lieu de discussion, sachant que ca avait toutes les chances d'encore finir par une beigne ou deux. Dans tout les cas, il était temps de monter en selle. Joh sella Iris rapidement, après avoir correctement sanglé l'animal qui attendait patiemment, le temps que Skarn et Ethel montent en selle. Décidément amnésique ou pas, l'herboriste n'avait pas laissé ses craintes au placard, et à ce rythme ces deux là finiraient en joyeux petit couple, joh les laissa d'ailleurs partir devant. Ce fut sur la route qu'il expliqua ce qu'il avait en tête, trouver le fameux qui avait été empoisonné hein ? Ah bah tiens, ca allait être joyeux ça. S'il voulait utiliser Joh pour son influence c'était loupé, la noblesse et elle ca faisait deux, et le seul avec qui elle s'était déjà entretenue et ou ca n'avait pas faillit finir en échange de familiarités hostiles était le Roi en personne...

"Je n'ai pas de réseau d'informateur, et je n'ai que faire des querelles de nobles, Général. Les seules informations qui m'intéressent sont de connaitre mon ennemi du moment et le moyen de le tuer." Elle leva les yeux au ciel. "Si vous voulez des histoires sur les nobles, il suffit d'écouter les greluches qui gravitent autour, elles raffolent de ce genre de choses."

Malgré le temps qui s'était couvert elle était calme, Iris ne montrait aucun signe de stress signalant un danger quelconque, il fallait juste qu'elle se concentre un peu sur ce qu'elle faisait et non pas sur ce que lui envoyait l'or terrifiée par ce qu'il s'était produit. Surtout avec les histoires morbides qui peuplaient maintenant l'esprit de Joh, qui pensait aux plans les plus farfelus que pouvaient avoir fait les commanditaires.

"Pourquoi penser directement à un meurtre ? Un antidote est là pour éviter que la personne n'y reste. Un simple chantage contre rançon, ils empoisonnent et vendent l'antidote contre assez d'or pour être à l'abri un moment. Et ça, la cible ne va pas s'en vanter, ce n'est pas très glorieux de céder à ce genre de choses. Et avec le voile, des gens malades il y en a sûrement eut pas mal à cause de l'obscurité et selon ou ils étaient avec ce qu'il s'est passé dans la péninsule."

Et en prime c'était pas faux, d'après ce qu'elle avait entendu, l'influence de Néera n'avait pas seulement été bénéfique, mais avait aussi rendue malade ou folle plusieurs personnes. Alors de là à soupçonner la bonne victime dans le lot... Ils n'étaient pas sortis de l'auberge !
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 25
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Dim 3 Avr 2011 - 10:14

" Certes, il y a la possibilité que la "victime " n'ait pas été empoisonnée ou n'ai subit qu'un pauvre chantage. Toutefois, de la part de commanditaires près à assassiner sauvagement une de meur possible complice des mois après, j'ai de très doutes. De toute facon, c'est préferable de chercher plutôt que rester passif à attendre une autre attaque, non ? Les renseignements ne tombent pas du ciel, il faut aller les chercher. Même en supposant que plus de la moitié des nobles ou des gens haut placés sont malades, ca fera une bonne partie d'entre eux d'éliminé. "

Skarn parlait en regardant autour de lui d'un air suspicieux, sentant que, près de lui, Etheldred également regardait le brouillard avec méfiance et crainte. Seule Johann ne se rendait compte de rien. Ou faisait tout comme. Soit elle était extremement brave, soit complètement inconsciente.

" J'espèrais que votre rang et votre notoriété nous ouvrirait des portes commandant, mais il semble que je me trompais. Je m'occuperais des recherches si vous le souhaitez, vous n'aurez qu'a attendre. "

Il preferait mener son enquête seul plutôt qu'accompagné d'une personne peu motivée et font la finesse d'une enquête était inconnue. Mais pour cela, il faudrait atteindre Erac... Son destrier souffla dans ses naseaux, et le general put voir avec soulagement que le brouillard s'était levé. Ruse ou hasard ? Alors qu'il y réfléchissait doucement, il sentit la pression d'Etheldred se faire plus forte. Le stress ambiant ainsi que la chevauchée devait la fatiguer et se reveler assez douloureux pour elle.

" Etheldred... veux tu qu'on s'arrête un petit moment pour récupérer ? Je pense que cela fera du bien à tout le monde en plus. "

Bien qu'Erac n'était guère éloigné désormais, arriver en ville sales et crevés n'avait que peu d'interêt, même si Johann était en forme. Etheldred restait la priorité pour Skarn. Le general tourna la tête vers Johann, l'interrogeant du regard, afin de savoir si elle serait d'accord. Elle donna son accord, et Skarn attendit la réponse D'Etheldred, qui accepta avec grâce la proposition de Skarn. Le nordique se mit à regarder au loin, un léger vent faisant flotter ses cheveux et son manteau qui le recouvrait de la tête au pied, cherchant un coin tranquille et à l'abri. Le bruit de l'eau se fit entendre, et il prit la direction de ce qu'il identifia comme une rivière ou un ruisseau. Avec de la chance, une cascade avec un lac ? Non, pas à Erac. Bidigon zigzaguait entre les arbres qui constituaient le petit bois dans lequel ils avaient pénétrés, suivant la route vers Erac. Skarn se souvint d'avoir apercu au loin une rivière... oui, c'était sûrement cela. Ceinturant toujours Etheldred avec une de ses mains, il s'arrêta. Ils avaient débouchés sur une clairières coupées pile en son milieu par la rivière. Un petit monument de pierre se trouvait en son centre, érigé peut être par un ermite, ou des pelerins reconnaissants. Johann s'était arrêtée juste à côté de lui.

" Allez, on descend ! "

Il aide Etheldred à descendre, avant de mettre pied à terre lui aussi. Il marcha vers la rivière, suivit par son cheval, sans besoin de le tirer. Lorsque Skarn s'arrêta, se retournant vers Etheldred, Bidigon était déja allé boire à l'eau claire de la rivière.
Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Dim 3 Avr 2011 - 20:19

Le voile... possible, après tout. En tous cas, la réaction détachée de Johann prouvait que cette dernière en savait plus qu'elle ne voulait bien le dire. Etheldred n'insista pas, ne voulant se montrer indiscrète. Après tout, guérir rapidement était plus un bienfait qu'un mal. Elle avait espéré que le "jeune fille" ne soit pas relevé, mais apparemment, Johann ne laissait rien passer et Skarn fut rembarré aussi vite. Eh bien, autant partir avant de voir se déclencher une dispute pour une broutille !

Comme elle l'avait fait des mois plus tôt, bien qu'elle ne s'en souvienne pas, Etheldred se fit la remarque qu'il eut été peut-être intéressant d'apprendre à monter. Certes, elle privilégiait la marche à pied, mais dans une telle situation, savoir se tenir à cheval aurait été bien pratique. D'ailleurs, au bout de quelques temps, alors que Johann et Skarn paraissaient pouvoir tenir encore des heures sur leur monture, elle sentit tout son corps crier pitié. Elle ne dit rien, pourtant, ne voulant pas retarder l'avancée. Elle aurait des courbatures le lendemain et s'en remettrait, voilà tout.

Heureusement, parler lui changea les idées et il fut bientôt question de savoir par quoi commencer. Johann ajouta également ses doutes quant au plan de Skarn, ce qui commençait à compliquer sérieusement l'affaire. Mais le général avait raison, après tout : il fallait bien essayer quelque chose. Etheldred hocha donc la tête :


" Je suis d'accord, qui ne tente rien n'a rien. Si nous ne trouvons rien, il sera temps d'aviser. "


Elle aurait bien ajouté qu'ils n'avaient rien à perdre, mais malheureusement ce n'était pas le cas. Elle espérait juste ne pas les attirer dans une situation inextricable malgré elle. Johann n'avait d'ailleurs pas l'air enthousiasmée par l'idée et Etheldred se demanda quand elle déciderait de leur fausser compagnie. Cela pouvait se comprendre : allez à la chasse aux empoisonneurs n'était pas ce qu'il y avait de plus réjouissant.


Le brouillard se levait petit à petit, rendant les environs moins sinistres et, lorsque Skarn proposa une pause, elle n'hésita qu'un bref instant avant d'acquiescer. Elle se sentait un peu stupide à les retarder ainsi - car sans elle, ils auraient bien été capable de continuer, elle ne se faisait pas d'illusion - mais elle ne deviendrait pas une cavalière émérite par miracle... autant ne pas vouloir trop en faire et être capable de remonter ensuite. Elle lui était en tous cas reconnaissante qu'il ait pensé à son malaise et fut bien contente qu'il l'aide à descendre de l'énorme cheval.

La clairière paraissait tranquille et, pour un peu, la jeune femme en aurait oublié que des tueurs risquaient de faire leur apparition. Enfin, pour le moment, le point d'eau donnait surtout envie de se rafraichir et de se détendre un peu. Elle retira sa cape et déposa ses affaires pour s'alléger, sortit sa gourde de sa sacoche afin de la remplir d'eau claire. Par réflexe bien ancré dans ses habitudes, elle cherchait déjà du regard de la saponaire, un souvenir lui revenant à l'improviste sur sa grand-mère et l'éloge de la propreté. Un renâclement la tira de ses rêveries.

" Comment s'appelle-t-il ? " demanda-t-elle finalement en désignant le cheval.

Elle connaissait déjà Iris et c'était ce qui lui avait permis de se rappeler de Joh, alors la question méritait une réponse, de son point de vue. D'ailleurs, les souvenirs semblaient affluer car à présent, la situation lui rappelait sa rencontre avec la jeune fille... pardon, avec le capitaine. C'était aussi près d'un point d'eau, mais dans un endroit davantage dégagé. Etheldred se posait déjà des questions, à l'époque. Sur son implication dans la guerre civile, sur son apprenti... Le visage fin d'un adolescent s'imposa soudain à elle, la laissant se perdre dans ses pensées. Qu'était-il devenu ? Elle était intimement persuadée qu'il ne servait à rien de le rechercher, mais ignorait pourquoi.

Skarn s'éloignant quelque peu, Etheldred jeta un œil à Johann qui avait décidé visiblement de vérifier que son bras allait bien. Difficile de savoir si elle s'inquiétait ou non, car étant donné sa réaction un peu plus tôt, elle avait paru à la fois surprise et déjà prévenue... étrange. L'herboriste la laissa en paix, tandis qu'elle regardait la blessure qui devait avoir probablement plus ou moins disparu si elle poursuivait sa guérison miraculeuse. Finalement, alors que Johann avait retiré le bandage, Etheldred commenta légèrement, pour ne pas l'inquiéter davantage :

" Vous devriez réellement voir un mage si vous n'avez pas idée de ce qui se passe. Pour ce que j'en ai vu, votre plaie paraissait saine, mais une guérison trop rapide, excessive, pourrait aussi bien empêcher une blessure de se refermer correctement. Je ne sais pas si je suis claire... "


Peut-être pas. La plupart des gens auxquels on aurait proposé de guérir aussi vite auraient accepté sans se poser de question. Mais elle avait vu ce que pouvaient faire certaines plantes qui hâtaient la disparition des plaies... mais avec un résultat qui n'était pas forcément à la hauteur des espérances.

" Surveillez-vous, en somme. Et si je peux vous aider, dans la mesure de mes compétences, n'hésitez pas à me le dire. C'est bien la moindre des choses que je puisse faire et je garderai cela pour moi, évidemment. "


Car elle aurait mis sa main au feu que Johann cachait quelque chose. Mais quoi ? Elle ne chercherait pas particulièrement à le découvrir. Le principe même de son métier consistait à faire avec les cachotteries et à ne demander que ce qui était nécessaire aux soins. De là où elle était, elle ne voyait pas tr-ès bien le résultat, aussi elle proposa :


" Oh, et j'ai d'autres bandages en réserve, si cela est nécessaire. "

Et encore quelques galettes de pain à manger, se rappela-t-elle au passage en se disant qu'ils pouvaient bien profiter de la petite pause, également, pour se caler l'estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mer 6 Avr 2011 - 22:41

La chevauchée ne dura pas longtemps, visiblement l'herboriste avait toujours autant de mal avec les chevaux et la monte. Après tout c'était normal, si en prime elle avait oublié ce qu'elle avait dit à la cavalière lors de leur séparation ou même si elle l'avait fait, elle ne s'en souviendrait pas. Bon point pour elle, certaines choses lui revenaient en tête, c'était la bonne nouvelle dans la mauvaise. La pause se fit dans un coin isolé, au bord d'un cours d'eau ou évidemment Joh alla vérifier l'état de la blessure une fois que le Général Jard eut le dos tourné. Tout d'abord en tâtant, puis en retirant le bandage, ce qui ne passa pas inaperçu aux yeux d'Etheldred. Évidemment, la plaie avait presque totalement disparue...

"Je ne pense pas qu'il y ait besoin de s'inquiéter sur la guérison. De toute manière ca passera en marchant !" La même excuse que la dernière fois. "En tout cas il n'est pas utile de changer le bandage." commenta-t-elle.

Elle prit cependant la peine de le refaire rapidement, comme pour ne pas trop inquiéter l'herboriste, et surtout qu'elle ne vienne pas trop enquêter la dessus et Jard avait déjà l'air d'être un beau fouineur avec des contacts partout, il ne manquerait plus qu'il la fasse suivre pour découvrir le poteau rose.. Elle ne pouvait rien y faire, et peut-être même qu'Astéride n'y ait aucunes réponses, la seule chose capable d'y répondre n'était pas encore capable de le comprendre.

"Le temps fera son office, mais ça, je vous l'ai déjà dis lors de notre première véritable rencontre. Même si votre aide avait été précieuse."

Alors oui, elle était bien consciente qu'elle ne s'en souvenait pas, mais au moins, elle aurait peut-être quelque chose qui reviendrait à la surface. C'était déjà un début : Le bruit de l'eau, une blessure, des bandages. Bon il manquait le beau temps, les champs et le soleil. Mais c'était un bon début ! La plupart des éléments étaient déjà réunis. Sauf peut-être la menace des armes. Mais ca pouvait toujours s'arranger.

Le brouillard s'était partiellement dissipé mais stagnait toujours légèrement autour du point d'eau, facile de s'y dissimuler hein ? Un élément étranger vint perturber le moment de calme, comment ? Avec juste une réaction inquiète d'Iris qui était visiblement aux aguets. La jument n'avait pas perdu ses sens, contrairement aux voyageurs qui s'étaient détendus, et il fallait qu'ils restent comme tels pour ne pas se faire avoir. Heureusement qu'elle avait toujours son arme à portée de main, en cas de pépin, car s'ils étaient suivis ce n'était pas pour rien.

"Vous dites que vous êtes dans les ennuis jusqu'au cou. Vous suivre sur de longs trajets sans se faire repérer reste quelque chose de difficile, surtout quand on est accompagné. A mon avis ils sont en train de vous chercher à l'autre bout du monde et ne savent même pas que vous êtes ici."

Feindre l'ignorance était la meilleure des choses. Le coin était peut-être calme mais idéal pour que ceux qui lui en veulent passent à l'action, malgré le nombre de combattants potentiels, surtout s'ils avaient vu de quoi elle était capable à la Taverne et s'ils savaient qui elle était.

"En tout cas, par prudence, vous feriez mieux de ne pas trop vous éloigner."

Évidemment ce n'était pas seulement destiné à Etheldred, même si elle lui parlait. Skarn comprendrait vite que ca s'adressait à lui, car s'ils se faisaient isoler, le combat deviendrait plus dur surtout s'ils devaient protéger quelqu'un incapable de tenir tête à un mercenaire aguerrit ou quelque chose du genre.
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 25
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Ven 15 Avr 2011 - 18:02

" Je sais, je sais ! " répondit Skarn d'un air bougon.

Malgré le double avertissement de la jeune femme et de sa jument, le general continuait sa marche, l'eloignant de plus en plus. Il était toujours enfoncé dans son grand manteau, regardant l'eau comme plongé dans ses pensées. Il devait être à une vingtaine de mètres des deux femmes. Le brouillard se faisait de plus en plus fort et dense, chose que Skarn semblait totalement ennuyé. Un sifflement doux et melodieux sorti de ses lèvres et Bidigon vint le suivre en renaclant. Skarn le prit par l'encolure et commenca à caresser son cheval de gestes réellement affectueux.

Entièrement occupé à sa tâche, lui chuchotant des mots d'une autre langue dans le creux de l'oreille, il se retrouva rapidement entouré par un brouillard, et eut la sensation d'être recouvert par une cloche de plomb, étouffant tout bruit. La magie était à l'oeuvre, et les assaillants avaient vite frappés. Il y avait 4 angles d'attaque contre Skarn. Venir du lac, par derrière, en profitant du couvert des bois, ou sur les cotés. Bref, de partout. Il n'avait pas l'ouïe des deux femmes, et se savait forcé de provoquer l'attaque pour forcer les adversaires à venir.

Deux claquements de corde plus tard, Skarn se retrouvait avec deux careaux d'arbalètes fichés dans le dos, et il s'effondra sur le sol dans un bruit sourd. Bidigon s'eloigna rapidement sans hênir, et plusieurs hommes sortirent des bois. Quatre exactement, donc deux armés de petites arbalètes de poing. Pas de magicien avec eux, le responsable du brouillard devait être caché autre part. Ils se firent quelques signes silencieux et deux d'entre eux se dirigèrent vers l'endroit ou se trouvaient les deux femmes, tandis que les deux derniers se dirigeaient à pas préssés vers le cadavre de Skarn. Le plus petit, relativement mince, et aux pas assez gracieux pour qu'on le prenne pour un elfe se pencha sur lui et tira un couteau legèrement courbé, avant de s'agenouiller sur le grand général, qui ne donnait aucun signe de vie. Il amorca son geste pour commencer à l'egorger proprement jusqu'a ce qu'il sente son couteau riper sur une plaque d'armure recouvrant la gorge. Il ouvrit de grands yeux, et compris trop tard que le général avait pris des précautions.

Dans un geste d'une brutalité inouïe, Skarn se leva tout en chopant son adversaire au niveau du cou par un bras. L'autre homme à coté de l'assassin réagit au quart de tour en prenant son épée pour "planter" Skarn, mais ce dernier parvint dans un mouvement diablement souple pour son gabarit à s'éloigner dans une demi roulade, en lâchant son premier opposant dans l'opération.

Le Nordique se redressa après sa roulade latérale à moitié dans l'eau, les deux cadavres de flèches brisées sur le sol, entièrement trempé, faisant face à ses adversaires. Il avait pris soin de cacher ses bras dans son grand manteau de cuir épais et regardait ses opposants avec un sourire joyeux et carnassier. Il était plein d'assurance.

" Bien, heureux que vous soyez tous venus aussi rapidement. J'avais envie d'en finir avant la fin de la journée. "

Les deux hommes masqués se regardèrent, perplexe. Ils s'étaient renseignés et savaient que le général Skarn avait l'habitude de se battre avec une grande épée, et de manière lourde et peu gracieuse. Or, ses gestes ici avaient démontrés une grande agilité, alors qu'il était sensé avoir été bléssé à la jambe. Sans la moindre crainte, sûr de sa force, il s'avanca vers eux.

Geste logique et compréhensible, ils battirent en retraite. Ils n'étaient pas équipés d'armes capables de percer une armure, et en combat loyal face à un tel homme, ils n'avaient aucune chance. Ils étaient des assassins. Ce n'étaient pas des anges de la mort surgissant de l'ombre, mais des hommes comme les autres, attaquent par surprise, de nuit, lorsque la cible est endormie ou non alerte, en nombre, et utilisant nombre d'artifices. Ils tournèrent donc les talons et après quelques mètres, l'un d'entre eux tomba dans l'herbe, face contre terre. Un manche épais dans le dos. Son campagnon, le plus petit qui était armée d'une miséricorde, se retourna. Le général avait exposé ses deux bras hors de son manteau et il vit avec stupéfaction un grand couteau, assez pour être une dague entre les mains d'un homme normal. Le manteau du général se mit à recouvrir lentement le bras tenant l'arme, et la moitié du corps du général, qui avanca calmement vers son dernier adversaire, qui se mit à parler.

" Je vois... vous vous battez comme un assassin en fait... de la part de quelqu'un qui n'a pas hésité à empoisonner l'un des nôtre en lui injectant des produits mortels , nous aurions du nous en douter... "

Skarn répondit d'un air amical, presque joyeux, comme s'il était content d'une bonne blague. Ils avaient du retrouver le cadavre de leur premier ennemi. Bien sûr que ce dernier ne s'était pas suicidé. Skarn l'avait tué lui-même en faisant passer celà pour volontaire. Quel autre moyen avait-il de se débarasser du vieux sans heurter la sensibilité d'Etheldred?

" Un vrai petit roublard, n'est ce pas ? "


Dernière édition par Skarn le Mar 19 Avr 2011 - 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mar 19 Avr 2011 - 12:23

Ah oui, c'était bien connu, les plaies guérissaient en marchant ! Que n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? Et il paraissait même qu'après une petite course à travers champs on rajeunissait de dix ans ! Etheldred n'en pensait pas moins, mais elle laissa Johann se justifier comme elle le voulait, estimant que la jeune femme était assez grande pour prendre ses décisions toute seule. Elle fit référence à leur dernière rencontre et l'herboriste hocha la tête, commençant à se rappeler quelques détails. Avec le temps, il était probable qu'elle se souviendrait de tout.

Johann continua la discussion avec quelques paroles rassurantes, mais Etheldred était loin d'être convaincue. Ils l'avaient retrouvée une fois, ils pouvaient recommencer. Avec la magie, elle craignait que tout soit possible et elle ne se sentait plus vraiment en sécurité. Alors oui, si quelqu'un ne risquait pas de s'éloigner, c'était bien elle. Skarn ne semblait pas du même avis et disparut assez rapidement dans le brouillard. Le temps restait couvert, ce qui n'était pas pour l'apaiser. Elle entendit un sifflement, supposa que le général venait d'appeler son cheval. En tous cas, elle ne les voyait plus. Elle n'aimait décidément pas cette ambiance, l'air qui s'épaississait à vue d'œil, l'empêchant même de distinguer parfaitement Johann, à présent. Inquiète, elle haussa la voix à l'adresse de la cavalière, dans l'idée de suggérer un retour à l'auberge la plus proche.

" On devrait peut-être... "

Un sifflement d'un autre genre la fit se jeter spontanément à terre, dans un réflexe qui lui sauva sans doute la vie car un carreau d'arbalète lui passa au dessus de la tête avant d'aller se ficher dans les buissons. Elle pouvait remercier les leçons de Mëgilen destinées à développer ses réactions. Elle resta tapie un moment, puis, comme aucun nouveau trait n'arrivait et qu'elle ne voyait plus rien bouger à proximité, elle se décida à récupérer son épée qui était à portée de main, essayant de ne surtout pas paniquer.

Ils étaient à nouveau dans les ennuis jusqu'au cou et nul doute que c'était grâce à elle. Il y avait deux hommes qui émergeaient du brouillard, puis elle en vit un troisième. Deux se dirigeaient vers Johann, qu'elle distinguait à peine et un autre vers elle. Le gars qu'elle avait face à elle n'avait rien à voir avec le magicien auquel elle avait eu affaire quelques temps plus tôt. Ce n'était pas le genre à bavarder et à faire le malin, c'était plutôt le style à tuer vite et bien.

" Bouge pas, Laenia, "
grommela-t-il à son adresse en s'avançant, dague à la main.

Etheldred se figea en entendant le nom, son cerveau tournant à toute allure, même si ce n'était pas vraiment le moment de se poser des questions sur son patronyme. Se forçant au calme, elle s'était mise en garde et elle fit un pas en arrière. Mëgilen lui avait toujours fait comprendre qu'elle était infiniment lente et peu agile, ce qui ne l'avait pas empêchée de se démener dans l'espoir de réussir à le surprendre un jour. Aussi, lorsque l'humain attaqua, elle fut étonnée de réussir à esquiver sans trop de mal. Elle se débrouillait peut-être mieux qu'elle le pensait finalement, du moins, tout était relatif. Lui aussi parut surpris et il reprit ses distances, en profitant pour la jauger du regard. Apparemment, elle ne s'était pas attendue à ce qu'elle fasse autre chose que crier, terrorisée.


Pour sa part, la jeune femme n'avait absolument aucune idée de ce qu'elle était capable de faire ou non. Tout ce qui lui venait à l'esprit, c'était tenir une garde convenable comme l'elfe lui avait appris - ou réappris - et observer son adversaire pour esquiver une éventuelle attaque. Elle aurait pu prendre l'initiative, oui, parce qu'elle avait au moins l'allonge de sa lame pour elle, mais elle était incapable de s'imaginer en train de tuer qui que ce soit. Quoique plus les secondes passaient et plus l'idée lui paraissait tolérable. Elle n'avait décidément aucune envie de mourir de la sorte.

Ensuite, tout se passa très vite : elle fut capable d'esquiver à nouveau une ou deux fois, mais lorsqu'il fut question d'encaisser, son épée vola, la forçant à se jeter au sol pour éviter une mort douloureuse. Elle en profita pour récupérer le couteau qu'elle portait à la ceinture, mais ses chances venaient de se réduire comme peau de chagrin. Elle entendit du bruit, plus loin, étouffé par le brouillard. Johann, sans doute, ou peut-être Skarn. Sans prendre le temps de s'en préoccuper, elle évita un nouveau coup et se releva prestement, mettant à profit ses leçons.

" Tu sais que certains sont prêts à te laisser une chance ? "

Voyant qu'elle jouait sur sa rapidité, il pivotait, tournait autour d'elle, la contraignant à faire de même pour garder une distance raisonnable. La jeune femme avait du mal à réfléchir à ce qu'il racontait tout en le surveillant, elle hasarda malgré tout :

" Qui ? "


C'était mieux que "Hein ? Quoi ? Pardon ?" Elle n'avait aucun intérêt à ce qu'on la sache amnésique. Avec un peu de chance, il lâcherait quelques noms...


" Toujours les mêmes. Le chat, entre autres, moi aussi, même si j'évite de trop la ramener ces temps-ci. Mais tu as fait tes preuves, alors... "


Le chat ? Qu'est-ce que c'était que ça ? Le genre de surnom vaguement ridicule jusqu'à ce qu'on tombe sur un gars franchement dangereux. Enfin bon, elle avait un peu obtenu ce qu'elle voulait, restait à éviter de se faire tuer, à présent.

" Tu reviendrais ? "


Pardon ? La question la prit de court. Il lui proposait vraiment de se mêler à... à elle ne savait quoi... empoisonnement... mais encore ? Manque de chance, elle n'eut pas le loisir de trop y réfléchir, car l'expression de surprise qu'elle afficha malgré elle servit de réponse.

" Tant pis. "


Et il se jeta sur elle sans plus poser de question, lame en avant. Lame qu'elle ne put dévier que par réflexe, mais du plat de la main, ce qui lui fit pousser un cri de douleur. Etheldred cessa de réfléchir, elle pivota, planta violemment son couteau là où elle pouvait et le regarda s'effondrer, un peu sonnée. Inutile d'être experte en médecine pour savoir qu'il ne se relèverait pas. Elle essuya d'une main un peu tremblante son couteau et le remit à sa ceinture avant de récupérer son épée et de serrer sa main blessée contre elle. Elle l'élançait, mais il y avait sans doute plus de peur que de mal. On n'y voyait goutte avec ce brouillard et le moindre bruit lui paraissait suspect, de quoi s'inquiéter davantage.


Et... elle venait de tuer quelqu'un. La première fois que cela lui arrivait, du moins aussi loin que portaient ses souvenirs. Elle s'en remettrait, elle n'avait pas eu le choix. Il fallait qu'elle pense à autre chose et essaye de retrouver Johann et Skarn au plus vite. De l'agitation, sur sa droite, la fit se diriger prudemment dans cette direction., l'oreille tendue au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Ven 29 Avr 2011 - 15:02

L'instinct de la jument n'avait pas changé, toujours aussi précis. La bête avait pris cette habitude à cause des drows pendant les semaines passées à Oesgard et l'avait gardée, ce qui cette fois encore allait éviter l'effet de surprise. Et cette fois ca n'avait rien manqué ! Le brouillard empestait la magie, il n'était pas naturel et il était à parier que les types qui s'approchaient n'avaient rien de voyageurs égarés avec les quelques carreaux d'arbalètes qui étaient partis dans leur direction. Heureusement qu'ils étaient aussi affectés par cette brume, leur précision aurait pu être beaucoup plus fatale que ça.

Deux se présentaient à elle, c'était déjà ça et bien entendu il ne fallait pas être devin pour deviner ce qu'ils voulaient faire : l'occire rapidement pour se débarrasser des témoins gênants. Ce braves petits assassins, des armes courtes, attaquant à plusieurs et le tout avec certainement quelques couteaux de lancés. Il faudrait donc rester mobile.
Le premier attaqua de front, avec vitesse pour attirer son attention, ce qui fonctionna bien évidemment alors qu'elle parait l'attaque qu'il menait avec deux épées courtes. Elle arrêta le coup sans grande difficulté, fixant son adversaire dans les yeux.

"Allons allons, on fera en sorte que vous ne souffriez pas" lâcha-t-il avec un petit air compatissant.

Ah bah bien, sûr qu'elle allait se laisser tuer, elle avait d'autres chats à fouetter que de mourir ici et maintenant. Il se recula, tout en tentant de garder son attention sur lui, avant d'attaquer de nouveau quasiment de la même manière, avec cette fois en prime l'intervention de son camarade qui venait par le côté. C'est sûr que maintenant il y avait un petit coup de pression. Esquiver deux personnes n'était pas donné à tout le monde quand on a seulement une épée bâtarde. Qui l'aurait cru ?

Arrêter une lame avec une autre produit toujours le même bruit de métaux qui s'entrechoquent avec force, surtout quand il s'agit d'opposer avec la même force dans le but de faire reculer ou de briser l'attaque par une autre, tout en se déplaçant pour gêner le second attaquant dans ses mouvements qui, malgré tout, était déjà sur elle avec deux dagues de lancé, une qui vint se planter dans le plastron de cuir, et la seconde effleurer son bras, causant une entaille. Mais la, la surprise fut toute autre, légèrement plus violente surprenant autant Joh que le premier attaquant. Violente dans quel sens ? Et bien une force insoupçonnée venait de se manifester en même temps qu'une grosse frayeur du lézard qui ressentait le danger par le biais du lien, en prime de briser l'attaque, elle l'avait carrément traversé par la violence du choc, faisant finir la course de l'épée dans le pauvre homme. C'était à se demander qui était le plus effrayé par ca : Lui ou Johann qui retirait la lame alors qu'il s'effondrait.

"Comment as-tu fais ca, sorcière ?!"

Oh non, il n'était pas vraiment content, et ca se ressentait, il avait préféré ne pas se rapprocher, avec ce qu'il avait vu. Mais ce n'était pas le moment de se poser des questions sur ce qu'il se passait, elle les poserait aussi après. Comment elle avait fait ça hein ?

Ethel avait visiblement terminé son combat vu qu'elle s'approchait de la zone de combat de Joh. Décidément, l'herboriste avait bien changé au point de réussir à se débarrasser de quelqu'un par la force. D'ailleurs leur nouvel amis la remarqua.

"Alors comme ça il a échoué. On se retrouvera."

Et sans demander son reste il prit la fuite en suivant la rivière en sifflant pour sûrement signaler la retraite, à deux contre un le combat ne serait pas bien équilibré à son avantage. Il était presque plus rapide pour fuir que pour attaquer pour ce coup là. Le poursuivre ? Il en était hors de question, il ne devait pas être seul et il restait forcément un mage dans le lot. Ethel finit par la rejoindre alors que Joh passait sa main sur la lame qui était maintenant endommagée par une belle entaille sur le fil qui aurait surtout besoin de l'aide d'un forgeron pour disparaitre...

"Une lame de si bonne qualité... C'est dommage." Le sang sur la lame ? Ce n'était absolument pas un problème, juste un mort de plus causé par son intervention. "Vous avez changé depuis, je ne vous aurais jamais cru capable vous débarrasser de quelqu'un comme ça. cette fois vous restez près de moi."

Plus qu'un conseil : un ordre. Il ne fallait plus se laisser séparer, elle aurait pu se faire tuer. Joh avait l'habitude de se battre en mêlée face à d'autres soldats, mais ce n'était surement pas le cas pour l'herboriste. Il fallait d'ailleurs sonner le rassemblement avec Skarn, qui avait voulu faire cavalier seul, avec un peu de chance ils en attraperaient un en lui coupant ses portes de sortie.

Ah évidemment la peur est quelque chose de contagieux ! L'or terrorisée par les évènements, ou plutôt par le danger que courrait Joh sans, devait trembler comme une feuille au château d'Erac ou elle était sous bonne surveillance, et l'effet la main qui ne tenait pas l'épée s'était mise à trembler légèrement comme la dernière fois comme un fameux tic nerveux incontrôlable que la femme de remarquait même pas.

[hrp : puisque tu veux jouer l'animateur skarn, je te laisse la main :p]
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 25
Date d'inscription : 24/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Jeu 5 Mai 2011 - 16:31

" Urf ! "

Il y avait mieux comme phrase pour conclure une vie. L'assassin s'écroula au sol dans un gargouillis en regardant Skarn d'un air pétrifié. Le général enleva d'un coup sec son couteau qu'il avait enfoncé dans le cou de l'adversaire, faisant jallir du sang comme une petite fontaine, qui se tarit rapidement, éclaboussant le visage du Nordique.

Il souffla d'un coup comme pour faire retomber la tension. Les deux assassins avaient été rejoints par deux autres comparses, qui étaient venus mourrir avec leurs compagnons. Le visage de Skarn était à moitié recouvert de sang, et ses cheveux avaient pris une teinte rouge à cause d'un cou à la tempe. Il n'avait pas fait dans la dentelle. 3 de ses ennemis étaient morts. L'un, d'un couteau dans le dos, le second avait été éventré et le troisième s'étouffait dans son sang, dans un râle d'agonie.

Le quatrième, lui, avait été laissé en vie. Il gémissait dans un coin, une jambe et un bras brisé. Skarn se dirigea à pas lourds vers lui, alors que le brouillard se dissipait.

" Je sais reconnaître les experts des débutants. "

Le bléssé essaya de s'éloigner, mais Skarn le saisit par le col et le souleva en l'air sans la moindre peine, tenant toujours un de ses couteaux dans sa main non occupée. Pour la première fois depuis longtemps, il eut l'air surpris.

" Eugène? "

" Ptain, commandant... "

Eugène. Skarn le reconnaissait, il s'agissait d'un soldat qui avait été sous ses ordres durant la guerre civile. Recruté de force. Pas exceptionnel, assez lâche, mais il avait accomplit sa part de boulot. Skarn le reconnaissait à cause d'un de ses sergents qui ralaît dans cesse après lui.

" Vous avez beaucoup de choses à m'expliquer Eugène. "

Il fit choir son bras et traîna un Eugène gémissant, honteux, et terrifié derrière lui. Skarn revint sur ses pas, laissant les cadavres aux vautours. Il ne se pressa pas pour retrouver Johann et Etheldred. Si elles avaient été tuées, les autres seraient déja revenus vers lui. Pris dans la frénésie du combat, Skarn ne s'inquiétait pas pour Etheldred. Le stress viendrait après, en contre-coup. Là, il était calme, la tension retombant peu à peu. Il vit, soulagé interieurement, les deux femmes encore debout, et aussi en forme qu'on peut l'être après une tentative de meurtre. Elles s'approchèrent de lui, et il "déposa" son ancien soldat contre le dos d'un arbre.

" J'ai mal commandant... "

" Vous aurez encore plus mal si vous ne répondez pas à quelques questions, Eugène " répondit Skarn. Qu'il soit un de ses anciens hommes ne lui faisait ni chaud ni froid apparament.

" Vous... voulez savoir quoi ? "

Skarn jubila. Enfin un adversaire coopérant, lui qui avait soupé des éclaireurs jurant qu'ils ne diraient rien. Avec un peu de chance, ce serait vite expédié.

" Pourquoi vous, Eugène ? "

Avant que l'homme ne réponde, Johann et Etheldred arrivèrent à leur hauteur. Skarn pivota son visage plein de sang vers elles, demandant d'un air tranquille.

" A moins que mesdemoiselles aient d'autres questions à poser en premier lieu? "

Les embrassades et les inquiétudes plus tard. Même s'il brûlait de réconforter Etheldred entre ses bras, il avait un prisonnier à faire parler.
Revenir en haut Aller en bas
Etheldred
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 576
Âge : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : En apparence entre 20 et 25 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Ven 6 Mai 2011 - 17:32

Johann parlait de sa lame comme si de rien était et Etheldred se demanda comment on pouvait rester aussi calme après ce qui venait de se produire. En même temps, elle-même ne paraissait pas agitée, vue de l'extérieur. Un peu pâle, des mains qui continuaient à trembler légèrement, mais rien d’alarmant. Elle supposa que, quelque part, elle n’avait pas encore réalisé. Ce genre de situation lui était-il coutumier ? La suite de la phrase de Joh lui apporta un semblant de réponse. Apparemment, elle n’avait pas été du style à tuer qui que ce soit, même si certains passages de son carnet sous entendaient parfois le contraire, ou du moins qu’elle était susceptible de se défendre. Face à Mëgilen elle avait retrouvé certains réflexes et cette fois, elle avait été jusqu’à tuer un homme. De quoi se remettre en question.

Finalement, elle haussa les épaules avant de réprimer une grimace en sentant la douleur de sa plaie se répercuter dans tout le bras. Évidemment qu’elle ne comptait pas s’éloigner dans ses conditions ! Le brouillard retombait, malgré tout, rendant aux environs un aspect moins angoissant. Etheldred chercha à apercevoir quelque chose entre les arbres, inquiète : où était Skarn ? Ce fut un bruit de frottement et de pas qui lui répondit et elle eut un soupir soulagé en voyant que lui aussi était encore debout.

" Vous allez bien ? "

La question s’adressait autant à Johann qu’à Skarn. L’herboriste ne cessait de les détailler, essayant de déterminer ce qu’ils avaient réellement sous le sang qui n’était pas forcément le leur. A voir leur façon de se tenir, leurs gestes, elle finit par déterminer, rassurée, qu’il n’y avait rien de très grave. Soigner restait encore sa priorité, même si dans un coin de sa tête, elle se répétait qu’elle venait de tuer quelqu’un et qu’elle craignait encore qu’ils ne soient de nouveau agressés. L’homme qui était trainé misérablement était plus gravement blessé, c’était flagrant, et elle dut se retenir de faire quoi que ce soit. Elle rengaina enfin son épée et croisa les bras, silencieuse, en comprimant sa plaie à la main sans mot dire. Les soins viendraient plus tard. Pour le moment, ils avaient des questions à poser. Oui, seulement cet homme était blessé et nul doute qu’il souffrait beaucoup. La jeune femme détourna les yeux un instant : ce n’étaient pas les blessures en elles-mêmes qui la perturbaient, elle avait déjà vu bien pire, mais le fait de ne rien faire et de s’apprêter à en profiter.

Au moins, Skarn et Johann ne paraissaient pas gravement blessés et elle se raccrocha à cette idée. Elle ne pouvait pas compatir pour un tueur, aussi elle se força à garder son calme et à regarder l’homme en face. Lui au moins semblait prêt à parler, sans doute la douleur qui aidait à se décider. Cette pensée la mettait décidément mal à l’aise. Elle s’efforça de se maîtriser : elle avait réussi à s’adapter à un mode de vie elfique sous la menace, alors que sa mémoire était si défaillante qu’elle peinait à aligner trois mots, alors elle pouvait gérer une tentative d’assassinat raté et un cas de conscience, non ?

Bien-sûr que oui. Elle retrouva quelques couleurs et dévisagea l’assassin, se demandant ce qu’ils pourraient en tirer. Elle était tentée de demander simplement qu’il dise tout ce qui lui semblait intéressant, au cas où il les mènerait sur des pistes auxquelles il n’aurait pas pensé, mais elle craignait que, comme le magicien, il ne se suicide d’une façon ou d’une autre et n’écourte l’interrogatoire. Elle se força au calme afin d’éviter que sa voix ne tremble et demanda finalement :


" Pourquoi vous acharner sur moi alors que j’ai disparu depuis un moment et que je n’ai pas fait mine de revenir ? Et où peut-on trouver… "

Elle eut un blanc et l’on put voir briller fugitivement un éclair de panique dans son regard. Ah non. Ce n’était pas le moment de chercher ses mots ! Sa mémoire devait revenir et surtout ne pas commencer à se perdre sur des éléments récents !


" … le Chat ? "

Elle avait achevé sa phrase brusquement et se relâcha un peu, masquant mal le malaise qui cédait place au soulagement. S’il répondait honnêtement – on pouvait toujours rêver ! – à ces deux questions, elle saurait si on lui reprochait encore quelque chose en particulier ou s’il s’agissait juste de la faire disparaitre, et elle aurait peut-être déniché un contact qui était dans l’organisation mais ne chercherait pas à la tuer dans la seconde.

Le dénommé Eugène secoua la tête, inquiet à l’idée de ne pas pouvoir répondre à la première question :


" j’en sais rien, moi ! J'fais que suivre les ordres ! J’vous jure ! "

Puis il enchaina en voyant la tête des autres, sur l'air de "patapé !" :

" Mais je sais où est le Chat ! Si j'ai la garantie de rester en vie, je vous dis ! "

Il jeta un coup d'œil à Skarn comme s'il ajoutait "hein commandant ? En mémoire du bon vieux temps" mais Etheldred supposa que le général ne serait pas beaucoup d'humeur à jouer à ce petit jeu et elle décida de lui éviter des ennuis supplémentaires :

" Vous n'êtes pas en mesure de marchander, alors épargnez-vous des souffrances inutiles et répondez. "

Le ton était sec. Il y avait de la conviction dans ce qu'elle disait, assez pour s'écœurer elle-même du manque de pitié dans ce qu'elle venait de dire. Elle se morigéna mentalement : il venait d'essayer de les tuer ! Où donc allait-elle chercher toute cette compassion ?
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2086
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   Mer 18 Mai 2011 - 21:52

[hrp : Désolé du retard, j'ai une grosse baisse de régime en ce moment :/ m'attendez pas la prochaine fois si je répond pas en 3 jours.]

Bon, quelques blessures superficielles, l'herboriste avait aussi eut son lot d'entailles. Visiblement rien de grave vu qu'elle ne s'en occupa pas immédiatement, se chargeant simplement de comprimer la plaie pour éviter que le sang ne coule trop. Joh ne fit aucune remarque à ce sujet alors qu'elles arrivaient aux côtés de Skarn et de son pauvre prisonnier. L'homme n'avait pas fait réellement dans la dentelle et avait joué sur des armes de jets pour avoir les fuyards, pour le prisonnier ? Au final ne s'en sortirait pas vivant non plus sans de très bons soins vu l'état dans lequel il était, et encore c'était pas dit qu'ils l'achèvent après qu'il ait craché le morceau. Une infection quelconque aurait raison de lui au bout d'un moment, mais là n'était pas vraiment le sujet. Il était bavard, peut-être trop pour rester en vie. Oh, il voulait négocier la sienne, c'est sûr, mais ce n'était pas dit que ceux qui l'avaient payés le laisserait survivre bien longtemps après qu'il ait vendu la mèche.

Le chat ? La bestiole à poil qui miaule ? Ah bah tiens, que des noms originaux. Ou plutôt des surnoms, qui devaient être attribués dans certains milieux mafieux ou tout du moins elle le supposait, les surnom arrivaient vites avec la réputation. Dans tout les cas tout c'était beaucoup trop compliqué. Etheldred semblait savoir des choses, ou alors les apprendre sur le tas, et certainement lors de son combat avec celui qu'elle avait défait, certainement qu'il avait tenté une approche pour se faire avoir. ils ne ressemblaient pas à des amateurs. Quoique, en voyant celui-là... Un pauvre mercenaire de fortune engagé par ceux qui lui voulaient du mal vu qu'il suivait des ordres.

"Et qui a donné ces ordres ?"

La question était toute bête, s'ils avaient le nom du chef de l'organisation, ou tout du moins de son supérieur direct les deux pourraient remonter la piste et ils n'auraient qu'à faire pas à pas pour arriver au sommet de la chaine de commandement. Sauf si les choses étaient faites anonymement. Pendant l'interrogatoire du pauvre survivant, elle retira le bandage de son bras pour le donner à Etheldred, après tout il lui serait beaucoup plus utile qu'à elle qui n'avait plus rien, et surtout c'était rendu dans un autre contexte qui permettrait d'éviter les questions. Elle reprit vers le pauvre homme.

"Vous savez, il y a pire que la mort. Je peux vous assurer que faire parler des Drows n'est pas la chose la plus aisée. Si vous voulez je peux aussi vous montrer comment on fait." Elle désigna la fracture "Rien qu'avec ça, on peut vous faire crier tellement fort qu'on vous entendrait depuis le fin fond du territoire drow et vous nous supplierez de vous achever. Après on peut faire simple et éviter tout ça, et ensuite peut-être que votre vie sera sauve, mais à vous d'être convaincant."

Mais oui, sauve, laisser un témoin, eux ils n'étaient pas du genre à le faire, et laisser une langue déliée en plus en liberté pour l'impliquer dans cette affaire était un peu suicidaire. Celui qui était partis aurait du mal à la reconnaitre aux vues des circonstances météo et de l'obscurité. Dans quoi elle s'était fourrée encore...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre dans le brouillard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre dans le brouillard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la tête dans l'cul, l'cul dans le brouillard ? LIBRE
» Jour 3 : Dans le brouillard!
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Kunoichi sommeillant dans le brouillard [Fifiche Aya]
» Au chant du coq, le brouillard se dissipe | Kassandra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: