AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fin d'un voyage [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Varek Alatris
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 55
Âge : 29
Date d'inscription : 04/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: La fin d'un voyage [PV]   Dim 20 Mar 2011 - 20:38

Le soleil avait accompagné la caravane en cette journée. Sur la route aucuns brigands qui tentent une attaque, le repas de Mafraya était toujours aussi bon et consistant ce qui permit d'éviter une halte supplémentaire. Varek marchait tête de caravane quand il aperçu la ville. il fit signe aux autres et dit

"Mes amis voici Sainte Berthilde c'est ici que notre chemin s'arrêtera et heureusement."


Le mercenaire était assez fatigué et il avait besoin de soin sérieux pour son bras. Il continua à mener la caravane jusqu'à la ville puis une fois là bas il rassembla tout le monde dans un coin et il prit la parole de nouveau.

"Bien nous sommes arrivée compagnons. A présent vous pourrez faire votre commerce ici les amis."

Il aidait les marchands à monter leur étale et il vit que Mafraya faisait de même. Il remarqua aussi les visages surprit des gens en voyant la naine et Varek ajouta

"Excusez les pour leur regard mais les naines sont si rares ici. De plus c'est une région de bon gout et de...propreté et la barbe est vue comme une saleté mais on s'y fait."


Il rigola un peu puis il faisait l'inventaire des biens et de combien il pouvait être payé. Il prit le temps d'écrire avec un parchemin sortit de son sac mais sans le voir un dessin tomba aussi de son sac. Ce dernier allait s'envoler si personne ne le récupérait. Varek étant trop occupé avec les marchands. Le dessin représentait une jeune femme surement une connaissance de Varek. En tout cas le dessin caressait le sol poussiéreux en attendant que quelqu'un le récupére

HJ: le dessin au sol : http://img97.imageshack.us/img97/3824/dragonagelelianabyagreg.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Mafraya Dureroche
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 119
Âge : 31
Date d'inscription : 27/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 113
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Lun 21 Mar 2011 - 18:10

Le soleil clair et tiède de cette matinée d’automne réchauffa le cœur de la petite troupe à mesure qu’elle se rapprocha de la ville en aillant l’assurance de ne plus être surprise ni attaquée de nouveau par qui ou quoi que ce soit.
Sainte-Berthilde : les y voilà parvenus ! Varek leur présenta brièvement la ville comme l’aboutissement de leur voyage. Ceci signifiait que Varek allait laisser les marchands à leurs affaires pour trouver un autre employeur, se séparant par la même occasion de la compagnie de Mafraya, qui de toute façon n’était, elle aussi, que de courte transition dans cette ville…

Une fois au centre ville, les marchands commencèrent à déballer leurs affaires pour installer un stand. Apparemment, il n’y avait pas besoin de demander d’autorisation particulière pour ce faire, à moins qu’ils ne disposent déjà d’un permis… Mafraya, donna un coup de main, histoire de ne pas les abandonner comme ça après avoir voyager ensemble, même si ce n’était qu’une demi-journée. De plus, elle avait besoin de se ravitailler. Le troc était moins courant par ici que l’utilisation de monnaie, et elle n’avait pas une pièce en poche…

Des regards intrigués se posèrent sur la petite troupe et notamment sur Mafraya. Évidemment, les nains ne devaient pas être courants dans la région. Et les remarques à peine chuchotées se faisaient entendre comme des rumeurs de-ci de-là.

« Oh ! Regardez ! C’est un nain ! »

« Ces petits êtres du nord ? »

« Du nord ? Est-ce que cette caravane vient de Lante ? Il parait que les nains en ont fait leur nouvelle capitale…»

« Vous avez vu ce drôle d'accoutrement ? Et cette barbe ridicule ! »

« A ce qu’il paraît, leur hygiène est lamentable et ils ne se rasent jamais, c’est pour ça qu’ils ont tous de la barbe… »

« … et qu’ils sentent fort mauvais ! Mieux vaut ne pas trop s’approcher… »


Varek s’excusa pour ces gens peu discrets en leur trouvant une excuse. Mafraya, distraitement, répondit :

« Ca ne fait rien, tout le monde aime à cultiver ses préjugés. Alors je ne voudrais surtout pas leur faire de peine en rasant ce symbole de virilité chez mon peuple. Bien que dans la région de Kirgan, avant la euh… catastrophe, les naines portant le duvet préféraient se le raser, une mode de coquetterie comme une autre…

Un bon quart d’heure passa voire plus, lorsque Mafraya prête à partir faire un tour en ville pour glaner quelques renseignements avant de reprendre la route, se retourna vers Varek. Occupée à aider les marchands, elle avait oubliée la blessure du mercenaire. Elle le vit alors manipuler ses affaires et un petit morceau de parchemin en tomber sans qu’il ne s’en aperçoive. Elle entrevit vaguement un portrait dessiné sur celui-ci, qui était tombé face visible. Même de loin, le dessin avait l’air beau et de toute évidence sensiblement précieux pour qu’un mercenaire le trimbale avec lui. Mais, avant même qu’elle ne puisse le faire remarquer à Varek, un mioche à l’air un peu piteux et sans nul doute morveux qui trainait sur la place centrale aux alentours des stands, remarqua le dessin et le ramassa immédiatement, piqué par la curiosité.

« Waaow ! » S’écria-t-il avant plaquer l’image contre sa poitrine, de jeter un regard à droite et à gauche en tournant la tête (projetant au passage quelques gouttes claires sur le sol) avant de décamper à toute vitesse avec un petit rire typique d’un gamin qui a fait une bêtise et qui en est tout excité. Mafraya réagit immédiatement :

« Varek ! Un parchemin avec un portait est tombé de votre sac et un petit chapardeur vient de vous le dérober ! Il s’est enfui par là, je pars à sa poursuite ! »

Le vol n’était pas courant chez les nains, c’était une chose grave ! Un nain voleur serait un nain fourbe et sans honneur ! Si on voulait voler quelqu’un, on la jouait beaucoup plus subtilement par le marchandage et la charlatanerie, autrement c’était le coup de hache direct sans sommations si on se faisait attraper. Du moins ça se passait comme ça au sein des villages et des clans dans lesquels presque tout le monde se connaissait…

Bref, Mafraya courut sans se poser de questions après le môme qui s’était déjà faufilé dans une ruelle. Si Varek voulait la suivre pour avoir plus de chance de retrouver son bien, c’était comme il voulait, mais si finalement ce portrait n'était ni précieux ni indispensable, il n’avait qu’à héler sa camarade pour lui dire de laisser tomber…



----
[HRP : Il ne faut pas me tendre de si jolies perches ! 👅 Très beau d’ailleurs ce dessin ! /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Varek Alatris
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 55
Âge : 29
Date d'inscription : 04/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Mar 22 Mar 2011 - 21:21

A peine eut il le temps de comprendre que Mafraya prit en course le petit malandrin qui avait prit le dessins. Varek fit de même et s'exclama "Hey !" Les gens regardèrent un instant le mercenaire puis il disparu dans une ruelle de plus de la ville dans laquelle il voyait Mafraya poursuivre l'enfant. Varek sprinta avec son armure et surtout sa blessure qui le fatiguait encore plus vite que d'habitude. Cependant il continua de suivre le gamin. Mafraya faisait de même et tout deux arrivèrent dans une ruelle sombre et plutôt isolée...Varek s'arrêta un instant voyant l'enfant prit au piège. Mais alors qu'il respirait lentement pour reprendre il vit le gamin souriant et deux ombres se formèrent derrière Varek et Mafraya. L'homme qu'était Varek soupira et découvrit deux jeunes hommes avec des sortes de gourdin de piètre qualité. Il regarda Mafraya et lui dit.

"Moi qui pensait en avoir finit avec ce genre de personne...Messieurs je crois que vous feriez mieux de nous laisser partir. Et de dire à ce gamin de me rendre mon parchemin...Sinon la naine que vous voyez risque de vous passez un savon."

Il savait que la naine avait une rage farouche contre les mendiants...Mais là c'était des jeunes hommes surement les frères du plus jeune. Allait elle être violente ? Ou bien juste les dissuader. En tout cas Varek pour la soutenir dans son discours, il dégaina son épée à deux mains qui était dans son dos. Il attendait la réaction de la naine et il surveilla le gamin. Ce dernier lâcha le parchemin que Varek reprit aussitôt. Apparemment sa lame dissuadait déjà le gamin...Il ne restait plus que les deux idiots devant. Le mercenaire aurait voulu éviter l'affrontement surtout pour ça et en ville...Enfin bon cela dépendra de la diplomatie que Mafraya fera...
Revenir en haut Aller en bas
Mafraya Dureroche
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 119
Âge : 31
Date d'inscription : 27/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 113
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Mer 23 Mar 2011 - 0:12

Au départ, le gamin pensait peut-être avoir été discret mais dès qu’il remarqua les pas lourds de la naine qui le poursuivait, il paniqua quelques peu et redoubla de vitesse.

« Attends petit ! J’te veux pas d’mal ! Diantre…»

C’est qu’il courrait vite l’avorton… Varek suivait derrière, rattrapant presque la naine en fournissant un effort prouvant qu’effectivement, ce bout de parchemin était plus précieux qu’il en avait l’air.

Mais où est-ce qu’il les emmenait comme ça ? Il devait connaître la ville comme sa poche ! Il avait peu de chance de les perdre car il ne serait pas capable de les distancer très longtemps alors il optait sûrement pour un endroit sûr, autrement, il aurait déjà abandonné sa trouvaille pour pouvoir sauver sa peau… Ah ! Enfin il s’arrêtait ! … C’était parce qu’il avait effectivement opté pour la première solution : le QG de son « gang ».

Juste au moment où Mafraya et Varek débouchèrent dans l’impasse, deux types leurs coupèrent la retraite. Avant qu’ils ne soient suffisamment près de l’enfant, celui-ci avait déjà eu le temps de trouver refuge auprès d’un beaucoup plus grand, mais qui de toute évidence n’avait pas plus de la maturité. Celui-ci posa sa main sur la tête du gosse pour l’ébouriffer.

Varek prit la parole en employant une étrange tactique diplomatique… Par contre le fait de sortir son épée après avoir dit cela jeta un froid. Les deux de derrière s’étaient déjà reculé de quelques pas pour être à distance raisonnable. C’est sûr : des matraques face à la grosse épée d’un type qui savait se battre, c’était du challenge… Mieux valait réfléchir d’abord un peu à la question. De toute évidence, le chef était le jeune qui leur faisait face et à la jambe duquel le gamin s’était accroché, apeuré par Varek (et peut-être Mafraya aussi, mais au moins elle ne brandissait pas d’arme…)

Le jeune chuchota quelque chose au gamin qui, après une seconde d’hésitation, lâcha le parchemin d’un air triste et déçu. Celui-ci glissa un peu sur l’air en direction de Varek qui put le récupérer doucement pour ne pas déclencher les hostilités par des gestes trop brusques.
Mafraya eut par conséquent le temps d’apercevoir plus nettement le dessin : il s’agissait d’une jeune femme visiblement très belle (même si Mafraya ne le nota pas ce détail à cause de ses critères de beauté nains très particuliers…). Assurément, il s’agissait d’une personne importante aux yeux du mercenaire, quelqu’un de proche. Un amour ou un souvenir lointain ? Peut-être les deux ? Quelque chose en tout cas qui rappela à la naine sa propre situation…

C’est là que le jeune « chef » de ces gueux prit la parole avec une voix calme mais contenant un clair accent de la rue :

« Voilà l’vieux, comme t’avais vraiment l’air d’y tenir, on te l’a rendu ton bout de papier ! Maintenant, vu que t’es là, sois sympa envers de pauvres orphelins comme nous et file-nous un peu de ta bourse. Si tu fais ça, on te laissera partir sans causer de problème toi et ta euh… bête de foire ! »

Il avait l’air bien sûr de lui ce petit prétentieux… Quoi qu’il n’avait pas tout à fait tord, ils avaient l’avantage : la ruelle était très étroite, franchement pas adéquate pour des coups d’épée qui pouvaient heurter n’importe lequel des deux murs latéraux à tout mouvement. Ils avaient beau être des gueux, ils étaient téméraires et avaient sûrement l’habitude de ce genre de situation. Du moins, la blessure du mercenaire devait peut-être les conforter et la présence de la naine ne semblait passer que pour une curiosité sans importance. En tout cas, le gamin avait sûrement une porte de sortie dans un trou creusé dans le mur plus ou moins caché, en cas de problème, le « chef » était sûrement celui qui savait le mieux de battre, et les deux autres pouvaient à tout moment partir chercher du renfort ou ameuter la foule.

Mafraya savait pertinemment qu’ils n’auraient aucune difficulté à la mater par la force mais il valait mieux éviter d’en arriver là. Après tout, ce n’étaient que des gamins d’humains sans le sou qui vivaient dans la rue. Mafraya n’avait jamais connu ça parmi les nains et le premier sentiment qui la saisit fut de la pitié. Chez les nains on s’entraidait, on ne laissait jamais quelque dans le besoin, ou au fond du trou, encore moins des enfants sans parents, il y avait toujours de la famille quelque part pour eux… Pourtant, de toute évidence, ce genre de situation semblait « normal » chez les humains et elle ne pouvait rien y faire de toute façon. Il fallait trouver le bon moyen de résoudre ça, parce qu’évidemment, ils n’avaient pas d’argent…

« Merci de lui avoir rendu ce portrait jeunes gens. Et désolé d’avoir fait peur au petit en le pourchassant de la sorte mais c’était pourtant le seul moyen de le retrouver. Effectivement, mon ami tiens beaucoup à ce portrait car il s’agit d’un souvenir très précieux, je pense que vous comprenez, on a tous des personnes qui nous sont chères. Nous n’avons aucunement l’intention de nous battre avec vous pour des broutilles, surtout après l’attaque qu’on a subit la nuit dernière… Une bonne quinzaine de bandits qu’on a dû terrasser à nous deux… Enfin bref : excusez-le juste de s’être montré menaçant, c’est un réflexe de mercenaire. Donc, pour en revenir à notre affaire, si vous avez besoin d’argent ou quoi que ce soit, si vous avez faim, vous pouvez toujours nous suivre jusqu’à l’étale de nos collègues marchands. Vous pourrez sûrement vous entraider, car malheureusement, nous n’avons pas d’argent car ils ne nous ont pas encore payé nous autres mercenaire vu qu’ils attendent d’avoir la recette de leur journée pour ce faire. »

« Foutaise ! J’me laisse pas berner par ces balivernes. D’ailleurs, on ne veut pas de votre pitié, nous on se sert, c’est comme ça que ça marche dans la rue !»

« Oh ! Mais que tu crois ! Non seulement je ne vous ai pas proposé ma pitié mais en plus vous avez tord de croire que vous allez vous en sortir dans la vie en faisant de si basses besognes ! Vous avez l’air habile pour votre jeune âge et si vous ne souhaitez pas prendre un travail décent mais dangereux, -quoi que difficile à dire en le comparant à maintenant-, car vous souhaitez protéger cet enfant et lui assurer un avenir que vous juger meilleur que le votre, comme le ferai tout parent digne de ce nom, alors pourquoi ne pas en faire un beaucoup plus simple qui vous assurera un pécule dont vous serez fier pour y avoir investit votre labeur ? Qu’est-ce qui vous fait peur ? Est-ce plus contraignant ? »

« La ferme ! Qu’est-ce que vous en savez vous ?! Et d’abord, qu’est-ce que vous y connaissez à la rue ?! Vous avez d’jà… Vous avez d’jà dû affronter tous les jours le regard dégoûté des gens sur votre… votre allure de gueux ? On est rien nous, on est d’la merdouille ! De la vermine ! On d’vrait pas mais on a quand même honte de c’qu’on est, mais qu’est-ce qu’on y peut hein ?! On peut pas s’mêler à ces beaux ! C’est comme ça qu’on est obligé de vivre ! Si on pouvait changer de vie, et bah on l’ferait ! Au moins entre nous on est soli… enfin soudés quoi, c’est pas le même monde ici ! Mais j’préfère ce monde là à celui de ces beaux pleins de blé qui pensent qu’à eux ! Maintenant… ! Maintenant… ! Mince je sais plus ce que j’disais ! Vous m’avez mis en rogne ! Arrh ! »


Le jeune homme qui était calme quelques minutes auparavant, était à présent visiblement bien retourné. Mafraya avait touché à la corde sensible et il ne savait plus quel sentiment lui passait par la tête tellement le flux d’émotion était instable. C’était un moment critique mais il fallait pouvoir trouver comment « le tourner à notre avantage ». Placer de nouveaux mots allait être délicat mais s’ils étaient biens choisis peut-être… Ou bien trouver un changement d’attitude adéquat pour calmer le jeu ou encore attendre la réaction du jeune chef à la main et la gorge crispée, la larme au coin de l’œil, prêt n’importe quelle réaction pouvant aller du fait d’abandonner en les laissant repartir avec frustration ou au contraire les charger très maladroitement dans un excès de colère…


-------
[HRP : Razz Je te laisse le plus dur ! /HRP]


Dernière édition par Mafraya Dureroche le Dim 27 Mar 2011 - 0:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Varek Alatris
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 55
Âge : 29
Date d'inscription : 04/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Sam 26 Mar 2011 - 0:11

La situation était délicate...Varek avait ce qu'il voulait...Mais les deux abrutis ne voulaient pas coopérer...Le mercenaire observa Mafraya qui tentait de négocier mais en vain...Pourtant elle ne pouvait pas être plus clair...C'est alors que le jeune monta d'un ton et s'énerva...Il n'avait aucunes chances le pauvre...C'est alors que le mercenaire prit la parole avec un timbre de voix empathique.

"Écoutez je viens de Diantra la capitale...Sachez que là bas j'ai vécu milles tourment et que moi aussi j'ai vécu dans le besoin et dans la crasse...Mais regardez ce que je suis devenu...Un mercenaire et maintenant je gagne ma vie correctement...Regardez vous...Cette rage que vous contenez et cette envie de ce battre pourquoi ne pas la mettre à profit mais d'une manière plus noble...Arrêtez les larcins et apprenez à vous battre...Si vous nous laissez partir sans problème je vous donnerai quelques conseils pour gagner humblement sa vie....Mais si vous tentez quoique soit je serai obligé de vous tuez...Ensuite je cacherais vos corps dans des tonneaux ainsi vos corps seront en petit morceau et ensuite les tonneaux partiront pour les hautes mer et seront jetés dans l'océan...Alors vous ne voulez pas plutôt que je vous donne deux trois ficèles ?"

Il fit un regard interrogateur et il fit tournoyer sa lame au dessus de lui puis se mit en garde. Il avait tenté d'effrayer les gamins...Il ne voyait pas d'autres solutions...Il avait connu lui même des moments comme eux le vive et Varek savait que aucuns mots, réconfort ne pouvaient soutenir un espoir quelconque...C'était par les actes que on retrouvait espoir selon Varek. Il regadait le regard des gamins à la fois effrayer par l'image d'eux en morceaux dans un tonneau et celui de la frappe possible de la lame de Varek.

"On devrait tête laissez tomber Joe...non ?"


"Rah tais-toi abrutit tu vois pas que il se fou de nous...Tu crois me faire peur avec tes histoires à la mord moi le nœud...Je suis un pro moi ici...Vue que vous m'énervez tu l'auras cherché !"

Le garçon chargea Varek avec son piètre bâton. Varek riposta en esquivant le gamin et en lui donnant un coup de poing dans le visage (le gant étant en métal ouille) Et il lui infligea un coup de pommeau d'épée dans le ventre violemment. Ce dernier tomba net au sol et se retenait de s'évanouir...Varek le releva et tentait de lui parler de regard à regard

"Sache que si tu veux un jour que tes frères est une vie meilleur apprend à mieux les défendre...Tiens"

Varek donna une piécette au jeune homme qui se tordait de douleur et ajouta

"Avec cette pièce tu pourras nourrir les tient apprend à devenir un leader et tu pourras sortir de ce trou toi et ta famille. Allez maintenant filez !"


Les voleurs amateurs prirent la fuit en tenant le frère blesser qui gardait fermement la piécette. Varek rangea son épée et ainsi que le parchemin et regarda Mafraya

"Il fallait bien en finir de cette situation...C'est ainsi qu'il apprendra la vie vous savez...Bon venez nous allons manger un morceau j'ai besoin de me changer les idées...Revoir ce parchemin...est si..."


Il entama une nouvelle marche vers un quartier plus vivant et sur da
ns lequel il trouverai nourriture et vin. Il fit se retourna attendant Mafraya qui semblait le rejoindre en parlant.
Revenir en haut Aller en bas
Mafraya Dureroche
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 119
Âge : 31
Date d'inscription : 27/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 113
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Sam 26 Mar 2011 - 16:56

Finalement, Varek reprit la parole pour essayer de résoudre le conflit… Bien qu’explicite sur son passé peu glorieux qui leur était comparable, ses paroles furent assez rudes et il était difficile de croire que ça allait changer grand-chose, surtout lorsqu’il fit un moulinet avec son arme pour montrer qu’il savait s’en servir. Pourquoi leur faire peur en leur disant qu’il allait les découper en petits morceaux pour les mettre dans un tonneau et le balancer à la mer ? En était-il vraiment capable ? Mafraya n’en savait rien et préférait ne pas le savoir.

Malgré la tentative maladroite de son frère pour lui faire entendre raison, le jeune homme était à bout de nerf et il fonça soudainement sur le mercenaire sans réfléchir, trop sûr de lui ou trop inconscient… En réalité, ils ne devaient pas faire ce genre de chose très souvent, ou bien d’habitude ils s’arrangeaient pour que ce soient des marchands sans défense…

Bref, Varek ne lui fit pas de cadeaux : il esquiva sans mal et lui renvoya un coup dans le nez et un autre au plexus ce qui eu pour effet de lui couper net la respiration et l’envoyant à terre.

Varek lui fit la morale et lui glissa une pièce, maigre pitié face à une telle frustration. Ramassant leur frère, les autres grands gamins prirent la fuite, le plus petit en profitant pour tirer la langue avec mépris envers Varek.

Le mercenaire se justifia auprès de Mafraya. Flanquer une raclée à un malappris c’était sans doute sa façon de leur apprendre la vie… Au moins il ne l’avait pas tué ni découpé en petits bouts etc… Mais sa façon d’agir avait peut-être été due un débordement d’émotions causée par le portrait ? Il ne finit même pas sa phrase en en parlant.

Sans perdre un instant, il se remit à marcher histoire de sortir de cette impasse et de ces ruelles malfamées. Mafraya était sur ses talons et commenta :

« Au moins il n’y a pas eu de morts… Ca se passe toujours comme ça de par chez vous ? Beaucoup de gens vivent dans la rue et dans la misère, orphelins, sans famille ?... J’ai beaucoup de choses à apprendre sur les humains on dirait…

Et ce portrait : il a vraiment l’air précieux pour vous. Si je puis me permettre : qui est cette jeune femme ? »


Mafraya ne dit pas « était » mais il y avait des chances vu son ton, qu’il s’agisse du seul souvenir d’un être aimé, un peu comme les ustensiles de cuisine de son époux Téfal… Euh… non, la comparaison est mauvaise. Et puis, son époux était vivant de toute manière !… Combien de temps cela faisait-il déjà ?… Un an et demi, peut-être plus ?
Varek répondit et ils continuèrent la conversation tout en sortant progressivement des ruelles étroites pour revenir enfin dans une avenue peu fréquentée.

Soudain, quelqu’un cria « Chaud d’sous !! » et balança de l’eau sale du haut d’une fenêtre. Les passants s’écartèrent instinctivement, se collant aux murs, sous les balcons pour éviter la projection de liquide. Ce n’était pas passé loin d’eux, juste quelques mètres devant ! Encore une étrange coutume humaine, cela va sans dire ! En même temps, fallait pas s’étonner que certains endroits sentent mauvais. Un oncle qui avait voyagé lui avait dit une fois que les humains avaient un service de nettoyage particulier de leurs villes : les cochons. Ils les laissaient se balader le soir dans les rues pour nettoyer les immondices. Mafraya allait devoir mettre un certain temps à s’adapter…

Ceci mis de côté, l’après-midi avançait et il était peut-être temps de trouver une auberge quelque part pour manger et réserver pour la nuit à l’avance. Après quoi il faudrait retourner auprès des marchands…

Revenir en haut Aller en bas
Varek Alatris
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 55
Âge : 29
Date d'inscription : 04/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Mer 30 Mar 2011 - 18:34

Après cette mésaventure les deux compagnons retrouvèrent un chemin plus sur. Et Varek fut interpelé quand Mafraya reprit la parole de nouveau.

"Et ce portrait : il a vraiment l’air précieux pour vous. Si je puis me permettre : qui est cette jeune femme ? »

Il sourit légérement et il esquiva la chute de liquide plutôt suspect et il continua sa route sans répondre sur le moment il fit signe à Mafraya de le suivre de nouveau. La marche reprenait et il ce décida à parler.

"Après que j'ai quitté Diantra et ce que j'avais là bas j'ai pris la route et en chemin j'ai rencontré cette femme. Elle était belle et maniait l'arc comme un elfe et les lames comme un guerrier royale...Je l'avais rencontré lors d'une mission de protection. Elle travaillait avec moi. Au fil du temps nous avions gardé contacte et nous cherchions à nous revoir...."

Il s'arreta un instant montrant une taverne à Mafraya.

"Regardez c'est une taverne à cet heure ils doivent servir encore sa vous de mangez un morceau ?"

Alors que Mafraya lui répondit il reprit le temps qu'il aille à la taverne.

"C'est une femme remarquable...Et nous passions des moments si fort...Mais le destin en à choisit autrement pour nous deux...Je...Je préfère vous en parler dans un endroit plus calme à l'abri des regards si vous le voulez Mafraya...Et sinon pour vous répondre les humains sont des conquérants ils battissent et ensuite sont autonomes en créant leur propre mœurs...Et bien sur dans le lot il y a ceux que l'on abandonner sur le chemin...Et que l'on nomme orphelin mendiant...et j'en passe...Ici pas de gentillesse pour les plus pauvres uniquement la mort...Mais sa vous allez très vite le découvrir...En tout cas j'essaie d'aider ceux que l'on croit destiné à la pauvreté et à la mort...Enfin j'essaie..."

Ils arrivèrent à la taverne et Varek entra le premier il vit que celle ci semblait être pleine à craquer. Une servante avec une tenue plutôt...Diminué arriva pour les accueillir.

"Bienvenue au corset en chaleur je peux vous aidez ?"


"Hm...oui nous aimerions déjeuner moi et mon amie"

La servante regarda la naine et semblait être habitué à voir tout type de gens.

"Je vois et bin on a du gibier avec des racines enfin je sais plus quoi"

"Ca ira merci on va prendre une table"


Varek fit signe à Mafraya de le suivre et il poussait les gens qui bondaient la taverne pour enfin trouver une table vide. Il s'assit et Mafraya fit de même. Varek ajouta

"A en entendre le nom de la taverne et le monde et surtout l'odeur...On n'est pas encore sortit des bas quartiers...Ah oui j'ai oublié de préciser. Chez les humains les bas quartiers sont bien plus important en taille que celui des nobles..."

Il sourit légérement en regardant dans sa sacoche si le parchemin était toujours là...Il fit un léger sourire en le voyant mais son regard était mélancolique...Il revenait à la réalité quand Mafraya prit la parole de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Mafraya Dureroche
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 119
Âge : 31
Date d'inscription : 27/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 113
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Dim 3 Avr 2011 - 18:35

Mafraya ne s’y attendait pas particulièrement de la part du mercenaire, mais celui-ci se livra lorsqu’elle lui posa la question à propos du portrait et de son passé.

C’était un passé récent, après qu’il soit devenu mercenaire apparemment. Il avait rencontré cette jeune femme lors d’une mission puis les choses de l’amour ont fait la suite de leur histoire jusqu’à ce que… que quoi ? Il ne voulait pas en parler dans la rue comme ça, mais Mafraya était prise dans le suspens. Il avait repéré une taverne un peu plus loin : un endroit plus adéquat pour une discussion autour d’une bonne bière.

Varek répondit à son autre question, gardant la fin de l’histoire pour plus tard. Il décrivit alors brièvement la nature humaine, telle qu’il la connaissait en tout cas. Bien qu’ayant des points communs évidents avec les Nains, ils avaient cependant un caractère vraiment différent, plus extrémiste, plus égoïste, mais surtout, plus individualiste. Leur caractère était aussi varié que leur physique, contrairement aux nains qui étaient tous plus ou moins forgés dans le même moule. En tout cas, Varek de son côté, était plutôt quelqu’un de compatissant.

Ils entrèrent dans la taverne en question. Mafraya fut quelque peu surprise tellement ça ressemblait à une taverne de chez elle. Pleine à craquée, un brouhaha impressionnant qu’on aurait pu entendre de l’extérieur si la porte n’avait pas été épaisse, avec des cris et des rires ça-et-là. Une petite différence tout de même : les serveuses, des jeunes, étaient courtement vêtues et cela semblait faire parti de leur travail…

L’une d’entre-elle, l’air un peu nunuche, vint les accueillir. C’était pour une commande « classique », elle leur dit donc très vaguement le menu du jour (car elle ne semblait même pas s’en souvenir). Varek acquiesça puis se fraya un passage parmi les gens pour trouver une table libre. En effet certains allaient d’une table à une autre pour discuter, disputer une partie de dés ou de carte, et certains restaient donc plantés debout à « papoter » au lieu de s’asseoir. L’ambiance était tout de même bon vivant et la bousculade de Varek ne provoqua que des mots de protestation vite perdus dans la cacophonie, les gens reprenant leur discussion immédiatement après. Comme le disait Varek, ils étaient encore dans les « bas-quartiers », un coin de rassemblement habituel de la populace, qu’il fallait distinguer des gens aisés et des nobles, le genre de snobs que Mafraya avait vu en arrivant sur la place avec les marchands.

Ils étaient donc assis tous les deux autour d’une petite table dans un coin de la taverne et Varek reporta son attention sur le portrait en attendant que la serveuse revienne leur apporter le menu du jour. Mafraya, qui était restée sur sa faim, demanda donc à Varek des explications sur la suite de son histoire. Qu’était-il arrivé à cette jeune femme ? Comme il avait l’air de bien vouloir en parler, elle ne voyait pas pourquoi se retenir de lui demander sans arrière pensée.

« Alors Varek, que s’est-il passé ? Qu’est-il arrivé à votre compagne ? … Pardonnez-moi d’insister, c’est que votre histoire m’intrigue car on dirait que nous avons un passé quelque peu similaire. Je me suis d’ailleurs toujours demandée si les coïncidences relevaient ou non du hasard…»

Mais avant qu’il ne puisse répondre, la serveuse était déjà en train de revenir avec des bières sur un plateau, se faufilant avec une agilité incroyable entre les clients dont la plupart tentait au passage de lui caresser les jambes, voire les fesses. Ca ne semblait pas la gêner pour autant mais elle devrait se méfier lorsqu’elle s’arrêterait pour déposer les pintes. Pintes qui, dit en passant, étaient beaucoup plus petites que celles que les nains avaient l’habitude de boire… au moins de moitié !
Revenir en haut Aller en bas
Varek Alatris
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 55
Âge : 29
Date d'inscription : 04/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Jeu 7 Avr 2011 - 8:53

Alors que les gens autour d'eux étaient dans des discussions plus ou moins ennuyante, Varek c'était confié à une naine qu'il avait rencontré il y a peu. Certes mais elle lui avait peut être sauvé la vie et aux deux marchands, le mercenaire voyait chez les nains une sorte de confiance naturel qui se dégageait de chez eux...Le roc la pierre la solidité rien de les rompra et pourtant leur peuple à bien souffert. Quoiqu'il en soit Varek revenait à ses esprits quand les boissons arrivèrent à la table. Il écouta les dires de Mafraya et lui répondit d'une voix plus ou moins mélancolique.

"Et bien ma chère Mafraya je ne sais pas si nos histoires sont ressemblantes mais pour ma part un jour alors que je revenais de mission comme là par exemple, celle-ci venait me voir depuis 3 mois de silence à cause des conflits entres régions de noble et donc plus de travail et de protection et plus de voyage. Elle était si heureuse et moi aussi quand nous nous croisions entre chaque mission en pensant un jour peut être changer de vie, et donc après ces longs moi d'absence nous nous retrouvions à Erac pour se revoir. Quand elle arriva devant je la vie non pas en armure tel la guerrière je connaissais non mais ne jeune femme qui était enceinte d'un petit bambin. Sur le coup quand je découvris la nouvelle j'étais si heureux mais à la fois terrorisé, quoiqu'il en soit nous voulions changer de vie, trouver un foyer fonder une famille. Nous avions choisit Erac. Mais avant de commencer une nouvelle vie je devais accomplir une dernière mission et ensuite je devais me posé avec elle à Erac. Ma mission fut assez longue pour une jeune femme amoureuse et enceinte du faite qu'elle dura 1 mois et demi. A mon retour j'étais si impatient de la voir les voir mais quand j'arrivais à la petite demeure que nous avions décider de louer avant mon départ je ne trouva qu'une lettre et la maison en bazar. La lettre disait que je devais continuer à me battre pour ceux qui ne peuvent se défendre, que je devais servir à la paix de ce monde et surtout que je ne devais jamais renoncer à faire le bien...Ah cet instant je m'enferma dans la tristesse et la boisson dans cette maison qui aurait du être la notre...Je refusais tout contrat...et je pleurais jour et nuit. Je dessinais ce portrait de mémoire et je sombrais lentement....

Puis un jour où le soleil frappait fort en Erac je repris ma tâche comme il était dit dans sa lettre...En me disant que je pouvais aider et reprendre mon travail tout en la cherchant...Mais depuis les pistes que j'ai son faible et surtout que j'ai trouvé son équipement dans une troc en ville et que j'ai harcelé le marchand pour me dire sur qui il l'avait eut. Une femme archère....Quand je lui montrais la description c'était elle...Tout était perdu et je gardais ma colère et rage contre tout ennemi du bien. A présent je n'aurais de répits que lorsque les rues seront propres...En gros jamais..."

Après ce long discourt Varek prit sa pinte et s'en délecta bien que sa qualité était décevante, un repas arriva aussi pendant la conversation le mercenaire regardait Mafraya et ajouta

"Bien avez vous des questions mon amie ? Pour ma part je vais essayé de manger cette semelle dans mon assiette mais je vous écoute."


Il attaqua le repas qui était à la fois de la pierre et du bois mais qui avait tout de même un gout assez fumé forestier et donc un peu gouteux.
Revenir en haut Aller en bas
Mafraya Dureroche
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 119
Âge : 31
Date d'inscription : 27/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 113
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Jeu 7 Avr 2011 - 12:06

La serveuse déposa les plats en échange de quelques pièces sur lesquelles elle prendrait son pourboire.

Entre deux gorgées de bière, (qui avait un goût, comment dire ?... intéressant, mais loin d’égaler de la bonne boisson fermentée naine), Varek raconta toute son histoire à Mafraya.

Pendue à ses lèvres, la naine écouta, comme si elle se délectait de son malheur, ce qui n’était bien sûr pas le cas. Mais tout de même, en quelque sorte, une telle histoire la touchait vraiment car elle pouvait comprendre les sentiments du mercenaire.

Elle l’écouta jusqu’au bout, oubliant le fond sonore. Il racontait comme s’il en était blasé, las...
Sa compagne enceinte, une nouvelle vie prévue à Erac dans le calme et le bonheur, une dernière mission en cours et au retour une étrange disparition avec une lettre quelque peu étrange qui ne lui donnait aucune explication et lui disait de reprendre sa vie de mercenaire…

Mafraya, sans arrière pensée, s’attendait à une fin plus tragique et ne sut dire si elle était déçue ou soulagée que ce ne fût pas le cas… En effet, il y avait quelque chose qui clochait dans cette soudaine disparition. Ce n’était pas normal, pas logique du tout, ça n’aurait pas dû se produite. Et ça l’intriguait, l’énervait même. Elle pouvait comprendre que Varek en soit devenu mélancolique, ne pouvant comprendre les raisons du départ de sa compagne.

Varek demanda à la naine si elle avait des questions. Il remarqua son air pensif voire soucieux et continua en disant qu’il allait commencer à manger.

Mafraya s’aperçut qu’elle n’avait pas non plus entamé sa nourriture. Elle n’avait pas trop idée de ce que c’était car ça baignait dans la sauce mais ça semblait mangeable en tout cas. C’était un peu étrange… de puis combien de temps n’avait-elle pas mangé autre chose que de sa propre cuisine ? Une éternité sans doute…

« Quelque chose m’intrigue dans votre histoire… Pourquoi donc est-elle partie et pourquoi ne pas vous en avoir donné la raison ? Un mois et demi c’est long certes, mais ce n’est pas la mort. D’ailleurs, n’était-elle pas proche du terme ?...»

Soucieuse, les sourcils froncés, Mafraya piqua distraitement dans un morceau de viande et le porta à sa bouche tout en réfléchissant. Il lui fallut quelques secondes avant de réaliser que Varek avait raison : c’était de la semelle en sauce ! Une viande beaucoup trop cuite, très forte en goût mais adoucie par une sauce plutôt réussie. Forte en goût pour une naine ? En tout cas c’était différent du Vughtan et très particulier… Bon sang, qu’est-ce que c’était que ce truc ? Du chat ? Du rat peut-être ? Du furet si on avait de la chance ? On lui avait dit que les humains en mangeaient mais elel ne s’attendait pas à en trouver dans son assiette pour son premier repas chez eux… En tout cas ce n’était pas du « gibier » ordinaire. Dans ce genre de quartier ils ne pouvaient sûrement pas se payer du faisan ou autre lièvre en quantité suffisante pour nourrir autant de monde pour une somme des plus modiques…

Bref, préférant oublier ces hypothèses pour en revenir à ses réflexions précédentes, Mafraya avala sa bouchée puis repris où elle en était. Une femme amoureuse et enceinte ne partirait pas sur la route en abandonnant son compagnon sans raison. Seulement, quelle était la raison exactement ? Mafraya avait beau se creuser la tête, elle ne voyait dans l’immédiat que deux hypothèses très proches. Mais elles n’expliquaient pas tout :

« J’ai beau repenser à ce que vous m’avez raconté, je ne trouve pas cela très logique que votre compagne vous ait quitté de la sorte. Ce que je vais vous dire va peut-être vous choquer ou vous chagriner, mais croyez bien que ce n’est qu’une hypothèse probable à laquelle vous avez peut-être déjà songé par ailleurs… A mon avis, votre amante ne vous a pas quitté à cause de vous, cela me semble certain. Je pense plutôt qu’elle a dû se sentir fortement coupable de quelque chose, comme une trahison envers vous, au point qu’elle n’a pas eu le courage d’affronter votre réaction et c’est pourquoi elle ne vous a rien dit non plus dans sa lettre. La première chose qui me vient à l’esprit est que cela à un rapport avec votre enfant. Peut-être… peut-être a-t-elle fait une fausse couche ? C’est quelque chose de très traumatisant pour une femme. Peut-être que… l’enfant est mort peu de temps après sa naissance et qu’elle s’en est sentie responsable ? … Je ne veux pas pousser mes hypothèses plus loin, mais c’est l’idée que je me fais de la situation. Et je pense que vous avez raison de ne pas perdre espoir de la retrouver, et j’espère que cela arrivera un jour !… Vous voyez, finalement, nos situations ne sont pas si différentes, après tout. »

Emue, Mafraya piqua violemment plusieurs morceaux de « viande » et les enfourna dans sa bouche pour occuper ses mâchoires crispées et éviter de parler d’avantage, car elle sentait son larynx se nouer. Ce serait vite passé…

Revenir en haut Aller en bas
Varek Alatris
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 55
Âge : 29
Date d'inscription : 04/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Mar 12 Avr 2011 - 20:23

Mais alors que Varek était plongé dans les souvenirs Mafraya le rappelais à l'ordre avec ses opinions personnel. Elle n'était pas la première et surement pas la dernière à chercher à comprendre le comment du pourquoi dans cette histoire. Le mercenaire l'écouta tout de même et lui répondit quand elle avait besoin de réponse

"Ma fois oui c'est étrange de ne pas donner de raison de plus oui elle allait avoir notre enfant"

Il eut à peine le temps de dire ces quelques mots que la naine reprit la parole. Varek sourit reconnaissant la curiosité de Mafraya dans la suite de son discourt et il savourait son repas au passage. Elle se permit de donner des réponses là où Varek avait laissé des interrogations...Pourquoi faisait elle cela...A quoi bon enfoncer le couteau dans la plaie...Coupable elle...Il se retenait de rire à cette remarque...un reproche ma fois peut être...l'enfant mort à la naissance elle s'en voudrait ? Peut être mais cette piste Varek l'avait écarté depuis un moment de part ses recherches..Il appréciait la gentillesse de Mafraya et son empathie quand celle-ci eut terminée Varek reprit la parole

"Merci pour vos hypothèses mais j'ai déjà écarté ces idées...Mes recherches m'ont conduit à ses affaires vendu sur le marché et son identité presque disparu de la circulation en ce qui concerne ses employeurs comme si quelqu'un cherchait à l'effacer...Mon hypothèse Mafraya est que ma femme a été enlevé par son ex mari qui n'avait pas accepté la rupture...De plus elle a un enfant de moi cela souligne l'affront qu'elle fait à son ex époux...Quoiqu'il en soit je cherche cet homme mais lui aussi il semble avoir brouillé les pistes pour que je le retrouve...Mais vous ne pouviez savoir cela. En tout cas j'apprécie votre aide et votre empathie...C'est rare ces derniers temps que je pense à moi...Et comme vous l'avez dit nous avons des points communs. Hélas j'aurai préféré des points commun moins mélancolique."

il termina son repas et reprit la parole

"Ce soir nous dormiront au chaud demain matin au petit déjeuner je vous fournirais une carte pour que vous trouviez votre chemin sur les terres humaines. Ensuite vous trouverez les chemins que vous souhaitez emprunter pour retrouver votre moitié. Pour ma part je dois retourner à Erac puis Diantra j'ai des affaires qui m'attende notamment celle de ma femme si elle est encore de notre monde. Avez vous des questions mon amie ? En tout cas pour ma part je vous propose de continuer la discussion dans la chambre que je vais de ce pas louer pour la nuit"


Varek se leva et se dirigea vers le comptoir et négocia une chambre pour la nuit. Il n'était pas encore la nuit mais le début de soirée mais il était préférable de réserver la chambre avant que les étoiles ne recouvrent le ciel, habitude humaine sa aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Mafraya Dureroche
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 119
Âge : 31
Date d'inscription : 27/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 113
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   Dim 17 Avr 2011 - 15:35

Mafraya s’était un peu emportée. Certes, c’était son caractère, mais ce n’était pas très poli envers son camarade. Évidemment qu’il avait déjà longuement retourné toutes ces questions dans tous les sens et trouvé ses propres hypothèses ! Qu’est-ce qu’elle en savait de son histoire, après tout ? Mais bon… C’était sa façon de montrer sa compassion.

Varek la remercia tout de même de sa sollicitude et lui confia qu’il pensait que le problème venait d’un ex-mari. Un ex-mari ? Encore en vie ? Encore une bizarrerie humaine. Finalement ça avait l’air d’une histoire bien trop compliquée à comprendre pour elle bien qu’il sûrement une solution à trouver. Mafraya était plongée dans ses pensées et ne trouva plus rien à redire jusqu’à ce que Varek termine la dernière bouchée de son repas.

Le mercenaire proposa d’aller terminer la discussion dans la chambre qu’il allait louer pour la nuit. C’est vrai, Mafraya devait repartir au plus tôt le lendemain pour pouvoir arriver rapidement jusqu’à Diantra. Varek devait y aller aussi apparemment, mais devant faire un détour, ils n’y seraient certainement pas en même temps. Mafraya ne voulait surtout pas s’attarder dans cette grande ville humaine, sa priorité était de trouver des renseignements et un bateau. Elle avait déjà planifié toutes ses actions dans la mesure du possible. Peut-être que la piste qu’elle suivait n’était qu’une chimère, mais dans tous les cas, l’hiver approchait, il lui fallait accélérer les choses.

Varek ajouta qu’il lui confierait une carte et des renseignements utiles pour son voyage. C’était très aimable de sa part.

« Merci beaucoup pour votre aide Varek, cela devrait raccourcir ma route en m’évitant de me perdre dans ces grandes plaines.

Le repas (passablement bon, d’après elle) terminé, il était temps de réserver une chambre avant qu’elles ne soient toutes prises. Varek se leva et Mafraya hissa son sac sur son dos et le rejoignit au comptoir. On ne leur proposa qu’une petite chambre avec un grand lit. Peut-être n’avaient-ils plus rien d’autre ou bien pensaient-ils que Varek et Mafraya ?… Enfin peu importe, il ne fallait pas s’étonner dans ce genre d’endroit.

Mafraya allait pouvoir redéposer son gros sac-à-dos toujours aussi lourd et tout de même encombrant, afin de soulager ses épaules après avoir grimpé une bonne vingtaine de marches dans un escalier étroit. Une fois la porte ouverte par son ami, la Naine découvrit une petite pièce sobre avec le strict minimum (une petite bassine en fonte avec de l’eau froide pour la toilette avec mais tout de même relativement propre et entretenue. Les latrines étaient communes, il s’agissait d’une petite pièce au fond du couloir. C’était plus que suffisant.

Mafraya s’étira les épaules avant de dire :

« Bien, je pense que je ne vais pas trop insister à propos de vos soucis… J’avoue que ne vais pas tarder à me coucher, je me sens fatiguée et j’aimerais reprendre la route le plus tôt possible demain. Mais il reste encore du temps avant la nuit, de quoi pouvons nous bien discuter ? Ah !... En fait, je dois me renseigner sur ces brigands des mers qu’on appelle « pirates », que pouvez-vous me dire à leur sujet ?»



....


La discussion continua finalement un bon moment, le temps que chacun se mette à son aise sans déranger l'autre tout en gardant un tant soi peu quelque intimité au besoin (toilette ou changement de tenue), puis chacun se coucha et se souhaita la bonne nuit.

Mafraya aprécia de dormir dans un vrai lit, car celui-ci était confortable bien que probablement infesté de puces. Au moins elle récupérerait de toutes ses courbatures et pourrait repartir au matin de bon entrain.

*1 biquette, 2 biquettes, 3 biquettes 4 bi...quettes, 5 bi... 6....... 7 biquettes ! 8 bi...quet...tes, 9 bi... *

Et une bonne nuit de doux ronflements commença pour Mafraya...


[RP Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fin d'un voyage [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin d'un voyage [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: