AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour lui voler dans les plumes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Pour lui voler dans les plumes    Jeu 14 Avr 2011 - 22:43

- De la volaille fraîche pour l'banquet du seigneur.

Le garde considéra la jeune femme qui lui faisait face. Une grande demoiselle que voilà, et puis pas un mauvais morceau il fallait avouer. Bronzée comme une paysanne, une longue et épaisse chevelure d'un brun foncé retenue sur le front par un bandeau bariolé et un regard pénétrant, elle avait la légèreté d'une fille du pays tout en conservant une certaine aura de mystère dont l'homme comptait bien se servir pour la retenir un peu. Il désigna du menton le panier qu'elle tenait à la main. "Fais voir !" et tandis qu'elle baissait les yeux pour écarter le linge qui recouvrait le contenu du panier, il jeta un oeil dans son décolleté, puis sur la courbe prononcée de ses hanches, sans aucun égard pour la viande à proprement parler qu'il avait pourtant demandé à observer. La jeune femme ne s'en agaça pas, à vrai dire elle ne sembla même pas l'avoir remarqué. Elle remballa sa marchandise et releva vers lui ses yeux clairs cernés de longs cils noirs. Le garde se balança d'avant en arrière, l'air curieux.

- C'est que je ne t'ai jamais vue par ici...
- Je remplace Ranoit, le livreur de maître Tourpagel. 'L'est tellement malade que le maître a préféré pas lui laisser l'temps de tousser sur la viande. Comprenez. Normalement je reste à la boutique, moi.

Elle resserra son châle autour de ses épaules. Elle commençait à avoir froid et les cuisines étaient seulement à deux pas... L'homme du se rendre compte qu'il l'ennuyait, car il se déporta légèrement sur le coté pour la laisser entrer, en se fendant d'un maladroit "Eh bien... Bienvenue à Bordefente." Après l'avoir remercié d'un signe de tête et d'un sourire poli, Daneva entra dans la place forte.

Une fois à l'intérieur, elle fut engloutie par un flot d'activité fourmillante. Les serviteurs se croisaient, le pas leste et se télescopant même parfois, quelques habitants du château étaient descendus dans la cour pour profiter du soleil, et les nombreux livreurs comme Dane convergeaient vers l'entrée des cuisines dans un joyeux bordel. Les gens s'interpellaient entre eux, criaient des ordres, et la jeune femme dut éviter avec agilité les quelques chiens de chasse qui erraient paresseusement au milieu de ce capharnaüm. Avant de s'engouffrer à l'intérieur, elle leva les yeux vers le château pour l'embrasser du regard. Ils accrochèrent aussitôt l'une des plus hautes tours, à la manière de ceux d'un oiseau de proie. Brièvement, Daneva ressembla à celle qu'elle était réellement : une tueuse venue demander des comptes à quelqu'un qui n'avait plus beaucoup de temps à vivre. Puis, sans se presser, elle releva une mèche de cheveux qui était tombée devant ses yeux, et redevint par ce geste la livreuse de volaille.

Les cuisines étaient pires que l'extérieur, si c'était possible. Le maître des lieus avait sans doute prévu quelque réception pour la soirée, car la ruche bourdonnait avec fébrilité, empilant ça et là des mets délicats et faisant vrombir les fours gigantesques. Dane livra ses poulets à une cuisinière empressée qui ne prit même pas le temps de vérifier si la commande avait bel et bien été passée. Elle lui glissa quelques pièces dans la main et la congédia d'un geste vague avant de retourner à ses fourneaux. La jeune femme en profita pour se glisser dans l'ombre rafraîchissante des couloirs, sans être inquiétée par qui que ce soit. Ils avaient tous bien trop à faire pour ses préoccuper des curieux.

Il lui fallu suivre discrètement une bonne chargée de draps sales pour trouver le chemin vers ce qu'elle cherchait : une pièce, basse de plafond mais étonnamment longue où s'entassait le linge lavé et à laver de habitants de l'endroit. A cette heure là de la journée, l'endroit était vide. Elle se glissa entre deux piles d'étoffe et marcha jusqu'au fond, où l'obscurité profonde de la pièce la dissimulerait aux yeux de quelqu'un qui entrerait à ce moment là. Elle se mit à fouiller dans les paniers pour dégager une tenue à peu près correcte aux couleurs des serviteurs de Bordefente : un bleu royal et des ourlets jaunes. La robe fut à sa taille, bien qu'un peu serrée aux épaules. Dane détestait porter ce genre de vêtements, mais il fallait bien jouer le jeu jusqu'au bout si elle voulait parvenir à ses fins. Pestant silencieusement contre le tissu ample qui glissait contre ses cuisses et lui donnait l'impression d'être prisonnière d'un homme de coton, elle dissimula ses habits d'origine au fond du panier et sortit de la pièce non sans s'être munie au préalable de quelques couvertures fraîchement lavées qui feraient illusion le temps d'arriver jusqu'en haut.

A partir de là ce fut facile. Plus personne ne daignait s'intéresser à elle, la robe aux couleurs de Scylla remplissant parfaitement son office. Oh, il y eu bien quelques regards appuyés, mais rien de plus que la concupiscence habituelle que doivent subir les jeunes servantes dans ce genre d'endroits. Dane n'eut qu'à serrer les dents et à esquiver ces messieurs d'un battement de cils.

Elle finit par atteindre le seuil de la chambre du seigneur, et souffla doucement. Personne en vue. Ce type devait être sacrément sur de lui pour ne pas imposer à sa garde une surveillance plus appuyée. Dans le doute, elle tenta d'ouvrir de manière conventionnelle, mais se rendit à l'évidence : c'était fermé. Après s'être assurée que le couloir était désert, elle retira deux longues épingles de ses cheveux et se pencha légèrement en avant pour les insérer dans la serrure, les couvertures pressées entre sa poitrine et le mur. Ainsi elle pouvait continuer d'observer les alentour tout en se concentrant sur le travail délicat mais si coutumier qu'étaient en train de réaliser ses doigts. Voleuse depuis son enfance, une porte verrouillée n'était plus un obstacle pour elle depuis longtemps.

Elle ne lui résista d'ailleurs pas bien longtemps et s'entrouvrit finalement sans produire le moindre son. Dane s'engouffra à l'intérieur et referma derrière elle. On allait sans doute s'étonner de trouver la porte déverrouillée tout à l'heure, mais elle n'avait pas le choix. Avec un peu de chance, un page quelconque serait réprimandé et l'affaire serait classée. Du moins, avant qu'elle ne tente ce qu'elle projetait de faire...

Elle se trouvait donc dans la chambre du seigneur. Un rapide coup d'oeil à la pièce lui apprit qu'elle ne pourrait espérer se dissimuler à l'aide des meubles : si le tout était décoré avec élégance, cela restait quand même d'une sobriété étonnante. En tout et pour tout, un grand lit occupait tout un coté de la pièce, en face d'une cheminée et d'une table de bois vernis aussi large et épaisse que le bureau que Dane affectionnait tant dans ses appartements à Nelen. Cela ne l'attendrit pas pour autant. Elle serra les doigts sur la garde de la dague qu'elle avait dissimulée dans sa ceinture, tout contre son ventre.

Des clameurs montant de la cour se firent entendre. Elle s'approcha de la fenêtre et y risqua un oeil discret. Le seigneur rentrait d'une quelconque escapade et soulevait les vivats de ses concitoyens. Il serait sans doute là dans très peu de temps. Se redressant vivement, elle étira son corps souple et recula dans l'angle de la cheminée jusqu'à ce que l'obscurité l'engloutisse. Le soleil déclinant l'aiderait sans doute à rester invisible jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour Aetius d'Ivrey.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Jeu 5 Mai 2011 - 18:18

Tandis que l’obscurité s’engouffrait dans une chambre déjà mal éclairée, une petite servante fit son apparition. Armée d’une torche, elle commença à faire le tour de la pièce, la lueur des flammes pour seul lumière. Elle semblait propre et était peu habillée. Allumant quelques braseros qui étaient distribués dans les zones stratégiques de la pièce, elle finit par redonner un semblant de luminosité à la chambre. Ceci fait, et sans voir l’intruse dissimulé dans le coin de l’imposante cheminée qui, comme une exubérance, affleurait du mur de pierre, elle prit quelques bûches qu’elle lança dans le foyer et entreprit de lui redonner vie avec sa torche. La tâche fut rapide, la jouvencelle devant être habituée aux œuvres domestiques. Lorsqu’enfin la cheminée reprit vit et crachota quelques gerbes de feu, et une fois que l’âtre dégageait une chaleur appréciable en cette nuit d’automne, la servante rejoignit le lit. Elle s’y lova et s’installa sans ambages, prenant ses aises dans la couche du seigneur.

Ce fut alors qu’elle vit l’intruse. Alors qu’elle se retournait vers l’âtre, elle distingua une silhouette cachée à côté de la cheminée. La jeune femme, alertée, se redressa soudain pour dévisager Daneva et, parfois, pour jeter des coups d’œil vers l’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Jeu 5 Mai 2011 - 18:48

Lorsque la servante entra dans la pièce pour la réchauffer ça et là, Dane cru tout d'abord qu'il s'agissait d'un mauvais coup du destin. Elle se recroquevilla dans l'ombre et darda sur la jeune fille un regard furieux qui, lentement, se durcit. A moins qu'elle ne se rende pas compte de sa présence, la pauvre domestique se retrouverait égorgée dans les prochaines minutes sans autre forme de procès. Il faudrait ensuite cacher le corps, et c'est ce à quoi Dane réfléchissait lorsqu'elle eu la surprise de constater que la servante s'installait dans le lit.

C'était donc un coup du destin, mais pas si mauvais que ça. Lorsque la petite écarquilla les yeux, apercevant enfin cette silhouette qui n'aurait pas du être là, l'ex Silencieuse étira son corps dans un bond. Avant que sa proie n'ait pu crier, elle avait délicatement posé la pointe de sa lame contre sa jugulaire - en plus d'une paume fermement pressée contre sa bouche, sait-on jamais.


- Un seul bruit et tu es morte.

La gamine n'avait sans doute jamais eu affaire à ce genre de magouille. Terrifiée, et de petites larmes perlant déjà à ses yeux, elle acquiesça autant que possible. Dane se redressa une seconde et déchira avec une précision teintée d'impatience de longues bandes de tissus dans les précieux draps du seigneur, puis entreprit de ficeler la domestique. Cette dernière s'était figée dans la crainte de provoquer le courroux de sa tortionnaire. Dane serra tout d'abord un large bâillon sur sa bouche, puis entreprit à gestes précipités de lui lier bras et jambes sans se montrer délicate le moins du monde. Avec des liens aussi serrés, la petite ne pourrait certainement pas s'agiter ne serait-ce que d'un pouce.

Le temps manquait. S'arc boutant, Dane fit tomber le corps de la gamine sur le sol, prenant soin de viser sur l'épais tapis pour étouffer le bruit de la chute. Puis elle la fit glisser sous le lit, captant une dernière fois son regard avant de la pousser dans l'ombre.


- Ne me fais pas regretter de t'avoir épargnée. Reste tranquille.

Du bruit dans le couloir. Daneva remonta prestement sur le lit et s'engouffra sous les draps malmenés. La servante avait, comme elle, une chevelure fournie et foncée, cela ferait donc illusion le temps qu'il faudrait. Elle s'étendit sur le flanc, dos tourné à l'entrée, et serra fermement la garde de son arme contre son ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Sam 7 Mai 2011 - 1:37

Lorsqu’une autre personne entra dans la pièce, la nuit était tombée depuis des heures. Torchères et cheminée se laissaient tranquillement mourir, incapables de survivre sans les soins qu’auraient dû lui apporter la servante à présent bâillonnée, entravée et rangée sous le lit seigneurial. C’était donc dans une pénombre suspecte mais profitable à l’intruse que l’homme fit son apparition. Au vu du manque de lumière, l’individu grommela avant de refermer la porte avec délicatesse. Daneva, qui s’échinait à dissimuler son minois, entendit les chaussons battre la pierre avant de se poser sur le tapis. La démarche était légère, droite. Une main se posa sur le corps encouetté et le secoua sans rudesse.

« Hé, allez, réveille-toi. »

Nouvelle secousse.

« Il faut y aller maintenant. »

Quand Daneva se tourna vers le nouveau venu, elle put distinguer un riche pourpoint aux couleurs de Scylla rehaussé d’un visage régulier encadré de cheveux brun. Une mine excédée venait ternir le joli visage du jeune homme, qui ne devait pas apprécier que la domestique ait abandonné ses devoirs pour taper un somme dans la couche de son seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Sam 7 Mai 2011 - 21:59

Malgré les pas entendus plus tôt le couloir, Dane n'entendit personne entrer. Elle resta ainsi une dizaine de minutes, le sang bouillant, avant de sentir la tension se relâcher. Il ne viendrait pas tout de suite, et la douceur de ces draps - même déchirés - était trop tentatrice pour qu'elle prenne le risque de rester dans cette position. Mieux valait éviter d'endormir ses sens.

Avec précautions, elle s'étira doucement et s'extirpa du lit. L'autre, en dessous, ne faisait pas de bruit. Tant mieux pour elle. Parcourant la pièce du regard, elle ne s'arrêta sur rien qui puisse l'intéresser. En revanche, cette longue robe l'horripilait. Cela aurait été stupide de se retrouver entravée par l'étoffe au moment critique. Hélas elle ne pouvait la déchirer, au cas où sa fuite demande de nouveau le recours au déguisement.

L'oreille aux aguets, elle se posta devant la fenêtre et jeta un coup d'oeil en bas en entrouvrant les rideaux. Cela s'était nettement calmé depuis qu'elle avait traversé la cour plus tôt dans la journée. Le seigneur devait être en train de festoyer, peut-être même avait-il planté son couteau dans l'un des poulets qu'elle avait ramenés tout à l'heure. Cette image la fit sourire.

Elle retourna bientôt se coucher sous les draps, et passa le temps à penser à la façon dont elle mettrait fin aux jours d'Aetius d'Ivrey. La lueur du foyer s'amenuisait. C'était parfait pour elle.

Lorsqu'il entra enfin, elle était prête. Feignant d'être assoupie, elle ne broncha pas la première fois qu'il posa la main sur elle pour la secouer - même si ce calme lui coûta. Il semblait agacé de trouver la pièce sombre et froide. A la seconde secousse, elle se retourna enfin. Ce fut d'abord la jeunesse apparente de ses traits qui la frappa. Le pourpoint et la richesse des vêtements la rassurèrent cependant aussitôt que son esprit les eut assimilés. Ayant prit soin auparavant de remonter ses jupes jusqu'au dessus des genoux, elle n'eut qu'à tirer sur l'extrémité des draps pour les faire glisser et s'en extraire rapidement. De l'autre main, elle avait saisi l'homme au col et tiré d'un coup sec. Il bascula en avant. Dane n'attendit pas pour prendre l'avantage sur sa position. Usant du moelleux du lit comme tremplin, elle se hissa d'un bond au dessus de lui. Déjà, la dague croisée venait effleurer son menton, comme pour prévenir de la suite.


- Aetius d'Ivrey.

Deux mots, soufflés à quelques centimètres de son visage. Cet homme avait fait enlever son fils, par cupidité. S'en prendre à Lucas était sans doute la meilleure chose à faire si on voulait mettre Daneva en rogne.

Tout est une question de contrôle. Sous sa lame, l'homme s'était figé. Dane ronronna, bien que tendue comme la corde d'un arc.


- Je suis Daneva de Nelen.

Il saurait ce que ce nom signifiait. Il ferait le rapprochement avec les mines de diamants, et le gosse qui en était la clef. Il saurait pourquoi elle le tuait. Les yeux plantés dans les siens comme deux poignards affûtés, elle se cambra, levant la dague jusque devant ses yeux, pour porter le coup de grâce.

Il y eut un choc sourd, comme si deux pieds venaient de heurter le sommier avec force. Ils sursautèrent tous les deux, mais l'homme fut plus rapide à s'en remettre. Sans doute l'adrénaline du condamné à mort. Agile et fort comme un taureau, il désarçonna sa cavalière. Dans un hurlement de rage, Daneva abattit sa lame, bien que trop tard. Elle n'atteignit que l'épaule, et n'eut même pas l'occasion de retirer son arme de la chair de sa victime : déjà, elle perdait ce si précieux contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Dim 8 Mai 2011 - 18:29

Pourquoi toujours l’épaule ? L’intruse avait planté son couteau en pleine épaule, dans un geste désespéré. Sauvé par un soubresaut libérateur quoique étrange (les lits, du moins les lits scylléens, ne sursautaient pas pour sauver leur possesseur, normalement), le jeune homme profita de l’hésitation de Daneva pour contrer son coup et la renverser. Une lutte dans les draps s’ensuivit, accompagné d’un cri de douleur lorsque la lame vint s’enfoncer dans l’épaule. D’abord surpris, ensuite en rogne, le brun, qui avait réussi à mettre sur le dos la bougresse, envoya son poing dans sa face. Une fois, puis une autre. Les mains de la meurtrière en puissance tentèrent bien de protéger son visage, puis d’arrêter les coups, mais l’agresseur semblait passablement énervé et la courtoisie avait laissé place à une bonne vieille raclée. Lorsqu’il la crut calmée, il saisit de sa main gauche la chevelure ondulante et fournie de l’assassin pour tenir sa tête contre l’édredon. De l’autre main, et avec une hâte qui lui tira un nouveau grognement, il arracha le poignard qui trônait dans le gras de son épaule et vint le placer sur la gorge d’une Daneva ahanant.

L’algarade s’éteignit alors et le silence retomba. Le souffle court, sa main de couteau poisseuse de sang et rendue tremblante par l’effort provoqué par la lutte, il la fixa d’un air courroucé. La situation avait changé. Elle s’était inversée, à vrai dire. L’homme avait le poignard, à présent. Et comme pour rappeler cet état de fait (ou peut-être par mesquine vengeance), il appuya la lame acérée sur la gorge offerte avant de la faire glisser sur la peau. Un filet pourpre s’échappa et coula paresseusement vers la nuque de la captive.

« Daneva de Nelen, hein ?, souffla-t-il tout en soulignant l’ironie de cette nomination – personne ne venait de Nelen, soyons sérieux. Bien, Daneva de Nelen, qui vous envoie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Dim 8 Mai 2011 - 19:32

Il n'en fallu pas beaucoup plus pour que la situation devienne désespérée de son coté. Daneva avait peut être reconstruit son corps à coups d'entraînements haletants sur le plages de Nelen, mais elle restait une femme et son adversaire un combattant aguerri qui ne devait pas cracher non plus sur l'effort physique. Comme prévu, sa robe l'empêcha de jouer des jambes pour le repousser. Contrainte à ramper sur le matelas pour s'éloigner de lui, elle ne put éviter le poing qui s'abattit deux fois sur son visage, faisant éclater sa lèvre supérieure.

Les coups pleuvaient, mais la tête de Dane bourdonnait déjà trop pour qu'elle puisse esquisser des gestes de défense cohérents. Lorsqu'il se calma enfin, elle haletait, les yeux fixés sur sa propre dague qui menaçait désormais sa gorge.


- Je te saignerai, petite pute !

Sont les premiers mots qu'elle cracha, assez fort pour que la servante sous le lit l'entende - ce à quoi cette dernière répondit par un grognement étouffé. L'autre au dessus d'elle entailla alors sa chair, et elle du se faire violence pour ne pas se contorsionner comme une forcenée.


- Je me suis envoyée toute seule. Un grognement. Elle tenta de s'enfoncer plus profondément dans l'édredon pour échapper à la morsure de la lame. Tu sais parfaitement bien pourquoi je suis là.

A cet instant, un doute la saisit cependant. Son nom n'avait pas eu l'air de faire écho dans sa mémoire, et de toute façon si il avait su qui elle était, il n'aurait pas posé cette question. Il était de notoriété publique pour qui avait entendu parler des Silencieux que Daneva ne prenait d'ordre de personne. Fronçant les sourcils, elle revint à lui d'un regard haineux.

- Les diamants de Nelen. Tu as fait enlever mon fils pour ces fichus diamants !
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Dim 8 Mai 2011 - 20:00

La petite garce semblait être du genre assez violente. Ca ? Un assassin ? Il avait du mal à le croire. Et puis qui enverrait une femme pour faire la sale besogne ? En plein château qui plus est ? Non, ça ressemblait à un acte désespéré plus qu’à autre chose. L’homme soupira devant ce manque de professionnalisme ainsi qu’aux insultes proférées par la jeune femme. Cependant, ce qui le faisait réellement tiquer, c’était le ton de la captive. Elle avait pris la mauvaise habitude de le tutoyer. Cela avait des airs de drames qu’il ne pouvait pas supporter. Aussi, lorsqu’elle lui cracha ses jurons à la figure, le sieur décida de lui apprendre les bonnes manières. Sa main gauche se releva et fondit sur le visage de la poissonnière, lui assenant un nouveau coup de poing peu courtois.

« Ca, c’est pour le langage. Et la prochaine fois que vous me tutoyez, c’est la dague. »

Cependant, l’assassin en puissance ne s’arrêta pas là et continua à déballer ses motifs. Une histoire d’enlèvement d’enfant, mais, surtout, des diamants. Des diamants ?! Les yeux du batteur de femmes s’étrécirent. Qu’était-ce donc que cette sornette ? Peut-être que la rombière essayait de sauver sa vie d’une façon ou d’une autre. Mais dans ce cas-là, pourquoi lui parler d’enlèvement d’enfant ? Pour l’attendrir ? Mais si elle voulait vraiment jouer sur la corde du pathos, pourquoi serait-elle aussi méprisable ? Son manque d’éducation était une cause suffisante pour l’égorger sur le champ (bien sûr, la tentative de meurtre au couteau n’aidait pas non plus).

« Des diamants ? Quels diamants ?, » finit-il par demander, sa curiosité excitée.
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Dim 8 Mai 2011 - 21:21

Il frappa encore, visiblement agacé par le ton employé. Dane grogna de nouveau. Il faudrait en plus trouver la force de faire des politesses ! Fichu seigneur gâté. Ce dernier coup avait achevé d'ouvrir sa lèvre, elle rejeta donc le liquide chaud coulant dans sa bouche qui dégoulina le long de sa joue, souillant les draps déjà bien malmenés par la lutte et la plaie d'Aetius.

La mention des diamants porta ses fruits. Dane observa la réaction de celui qui la menaçait avec attention. Les diamants étaient une découverte pour lui, apparemment. Elle pesta entre ses dents. Un seigneur de pacotille, oui, incapable de gérer ses propres affaires. Celui ayant commandité l'enlèvement de son fils devait sans doute être l'un de ses conseillers ou autres courtisants, qu'en savait-elle ! Peut importait, à vrai dire, puisque la mort du régent aurait du couper court à ce genre d'activités.

Daneva réfléchit rapidement. Tout d'abord, vraiment, elle aurait du tuer cette servante quand elle en avait l'occasion. Ca lui apprendrait à faire preuve de pitié ! Ensuite, il lui fallait se tirer de ce mauvais pas, mais ça sentait mauvais - et à vrai dire elle commençait à penser qu'il lui faudrait le concours d'un putain de miracle pour ça. En outre il semblait réellement intéressé par les diamants. Etait-il possible qu'il n'en ait jamais entendu parler ? Dane était bien consciente qu'il lui fallait désormais donner de la valeur à sa vie, sinon celle-ci risquait fort de prendre fin ici et maintenant. Elle leva donc légèrement le menton, soutenant fièrement le regard d'Aetius.


- Des mines de diamants sur Nelen. Le trésor des Silencieux. Immenses, abondantes... Scellées. C'est pour ça que tes gens ont prit mon fils.


Au lieu de fermer les yeux par anticipation du coup qui ne manquerait pas de tomber, Dane ne dévissa pas son regard du sien. Il ne la tuerait pas, il était intrigué désormais. Néanmoins ça ne l'encouragea pas à se montrer plus doux. Sa réaction fut plus violente que les précédentes, et elle eu besoin de quelques secondes pour s'en remettre. Il voulait en savoir plus, forcément. Elle ne lâcherait que le minimum.

- C'est... magique... Un mage de la guilde s'en est chargé juste avant notre fuite de l'île. Mon fils est désormais le seul à pouvoir retrouver l'entrée des mines au coeur de la forêt de Nelen. Elle trouva la force de sourire, découvrant une rangée de dents ensanglantées. Mais lui non-plus tu ne le retrouveras pas.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Dim 15 Mai 2011 - 11:43

Un silence s’imposa dans la pièce chichement éclairée. Il la toisa un moment, hésitant entre redoubler ses efforts pour abîmer son visage ou laisser libre cours à sa curiosité. Enfonçant un peu plus la lame du poignard sur la gorge de l’intruse, il continua de la fixer tout en lui demandant de quel sortilège elle parlait. L’absence de réponse fit persister une moue sévère sur ses lèvres. Alors son regard coula sur le visage de la jeune femme pour descendre jusqu’à sa gorge généreuse. Le silence, de nouveau. Finalement, sa main gauche rejoignit ce qui semblait être le sujet d’attention des yeux du brun, c’est-à-dire l’un des seins de la fâcheuse. Le contact fut d’abord léger puis, sûrement agacée par le tissu qui empêchait une communication meilleure entre la pulpe de ses doigts et la chair de Daneva, la paume exerça une emprise plus forte sur la colline compressée. Cette prise ne sembla pas laisser la tueuse en puissance de glace : en effet, elle se crispa rapidement. Menacée par sa propre lame, maintenant humiliée par ce qui aurait dû être sa victime, elle avait l’air de tomber dans une profonde passivité.

Et tandis que Daneva se figeait, tandis que son corps se raidissait sous l’effet de la main polissonne, celle-ci décida d’aller voir ailleurs si elle y était. Elle glissa sur l’étoffe azurée en direction du bas ventre. Le visage de la victime devenue bourreau n’avait jamais été aussi près de Daneva. Il la fixait avec un détachement qui tenait de l’insolence, et tandis qu’il s’adonnait à ce jeu dangereux, la dague ne se faisait pas oublier, continuant de faire sentir à la captive son mordant glacial. Finalement, sa main descendit assez bas, et alors il tenta de libérer les jambes pour mieux les écarter. La Silencieuse tenta bien de le repousser, profitant de ses jambes désentravées pour essayer d’échapper à la lame, mais il la reprit bien assez tôt et lorsqu’il la domina de nouveau, ses genoux se trouvaient entre les jambes de la dame, dont les robes avaient été troussée sans délicatesse. Déjà la main glissait contre l’une de ses jambes pour aller rencontrer l’intimité de la prisonnière, malgré sa crispation. A vrai dire, il ne semblait pas vraiment sensible aux inclinations de Daneva, et le couteau rappelait bien qu’il s’agissait plus de réaliser un désir de contrôle, voire une envie malsaine de souiller, que d’une belle idylle.
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Dim 15 Mai 2011 - 14:41

Elle garda le silence. L'air s'était fait plus pesant encore, si c'était possible. Elle s'attendait à recevoir d'autres coups, à être jetée dans des geôles puantes et à subir des tortures élaborées, pas à ... ça. Il avait mit la main sur son sein et, impuissante, elle ne put qu'assister à la formation de l'idée dans la tête d'Aetius. Lentement, elle se tassa au fond du matelas au point de ne plus oser respirer. Pas ça, pas encore. Chaque parcelle de son corps en contact avec celui de l'homme qui la dominait se mit à hurler, mais sachant la lame de sa précieuse dague très affûtée, elle ne lutta pas comme le lui commandaient ses sens. Elle l'observa, comme un animal acculé que l'on s'apprête à mettre à mort, figée par la panique.

Tout ce dont elle se souvenait de cette terrible nuit dans l'auberge de Kurt était la douleur, l'immense douleur. Elle s'était démenée comme un petit diable pour se soustraire à cette étreinte non-désirée, et avait crié tout du long pour l'insulter et appeler à l'aide. C'était un souvenir terriblement noir qui avait marqué sa vie depuis lors. Elle n'avait plus jamais laissé un homme la toucher, et avait tué ceux qui avaient essayé de réitérer l'exploit de Kurt. Elle s'était détournée du sexe et de la gent masculine en général. Il n'y avait plus que cet immense traumatisme, cette nausée immédiate à l'idée d'être touchée de nouveau, ce dégoût du contact physique. Cet Aetius d'Ivrey était en train d'enfoncer toutes ces barrières avec une joyeuse effronterie, et Daneva demeurait incapable de l'en empêcher.

Elle se raidit encore un peu plus lorsqu'il lança sa main à la recherche de l'ourlet de la robe pour la remonter. Soudainement libérées, ses jambes musclées retrouvèrent un semblant de volonté et réagirent aussitôt en ruant furieusement. S'ensuivit une courte lutte désespérée à l'issue de laquelle le seigneur retrouva sa position privilégiée. Daneva roulait des yeux fous. Le souffle court, elle fut forcée d'accueillir en elle l'audace de son tortionnaire. Il lui fallu jouer sa dernière carte.


- Le sortilège... pas réversible. L'enfant, je... Non !


Malheureuse, elle-même ne comprit pas le message qu'elle avait ainsi tenté de transmettre. Elle aurait voulu attirer de nouveau l'attention d'Aetius sur le contentieux qui les opposait initialement, mais elle était désormais incapable de formuler quoi que ce soit correctement. Son corps avait été rattrapé par cette folie enfouie, et, ravagé, ne réagissait plus que par soubresauts terrifiés.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Lun 16 Mai 2011 - 15:16

Les réactions de l’assassin avait l’air de grandement contenté le jeune homme. Laissant sa main fouailler l’entre-jambe de la damoiselle sans la moindre pudeur, son regard persistait à la fixer, à observer ses moues crispés, son souffle de plus en plus rapide. Un entrain malsain guidait ces mouvements qui continuaient de rappeler à la surface les souvenirs de la tueuse. Et tandis qu’elle se débattait avec son passé, enfoui mais soudainement dérangé par les attouchements qu’il exerçait sur elle, son agresseur eut un déclic. Son sourire s’élargit, devenant moqueur, puis sa bouche s’ouvrit.

« Parle-moi de ce sortilège, veux-tu. »

Et comme pour l’inciter à parler, il racla la gorge haletante de Daneva avec le tranchant de la dague tandis que sa main se fit plus pesante sous les jupes de la captive.
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Lun 16 Mai 2011 - 15:52

Par miracle, la tentative de Daneva eut l'air de porter ses fruits. Ces balbutiements parvinrent à détourner l'attention d'Aetius sur le sujet qui l'intéressait vraiment, puisqu'il se détourna un instant de sa concentration libidineuse pour lui poser une nouvelle question. Ou du moins, la même que précédemment... Pensant gagner du temps, la jeune femme prit une inspiration et tâcha de rassembler le peu de lucidité qu'il lui restait.

- La forêt de Nelen... Une jungle... N'importe qui s'y perdrait...

Ce faisant elle se contorsionnait, de manière prudente et hachée, pour tenter d'éloigner de sa chair ce contact si dérangeant. Sa propre main descendit même jusqu'à celle de l'homme pour lui saisir le poignet et le tirer loin de son ventre, mais il persistait.

- Les mines sont cachées... Tu pourras... sillonner la forêt de part en part, jamais tu ne les trouveras... Sauf si... Sauf si mon fils te guide. Il est le seul à pouvoir retrouver le chemin des diamants. A cet instant elle ferma les yeux et tenta de nouveau d'éloigner la main d'Aetius. Arrête.... Arrête !

Sa peau brûlait, ses sens disjonctaient. Elle ne se retrouvait plus nulle part, elle avait oublié cette sensation qu'elle pensait ne plus jamais avoir à éprouver.

Puis il lui demanda où était son fils. A cette deuxième question, Daneva cessa de se débattre. Prenant une longue inspiration, elle planta son regard dans celui d'Aetius et les mots qu'elle utilisa furent autant de crachats jetés à sa figure.


- Tu pourras me faire endurer les pire tortures, disposer de mon corps et me menacer de mort, jamais je ne te le dirai.

Dane était une femme particulièrement courageuse. Tout au long de sa vie elle avait su faire les choix les plus périlleux pour atteindre ses buts. Une fois déjà, elle avait eu à subir cette situation... C'en était déjà bien assez. Elle ne souffrirait plus jamais de cette façon, ainsi en avait-elle décidé. Ce soir, son action avait tourné à la catastrophe et elle était désormais à la merci d'un homme qui semblait décidé à lui faire revivre cette épreuve. *Hors de question.*

Elle ne serait pas la proie ! Cette même main effrayée qui avait tenté d'éloigner celle d'Aetius traça vivement un tout nouveau chemin, droit vers l'entrejambe du seigneur qu'elle pressa par dessus le tissu. Ce dernier du croire à une tentative pour le blesser de nouveau car il l'égorgea presque, cependant il fut surpris de constater que ce n'était pas en ce but qu'elle avait manoeuvré puisque ladite main, serpent, s'était mise à onduler doucement.

Les yeux de la jeune femme, auparavant écarquillés de terreur, s'était étrécis, désormais décidés. Si Daneva n'était pas sereine, elle avait du moins retrouvé quelque dignité. D'un geste du menton, elle mit le seigneur au défi de tester sa toute nouvelle conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Lun 23 Mai 2011 - 23:36

Face aux paroles de l’impudente, son sourire s’approfondit. La petite sotte, elle pensait donc pouvoir s’en sortir à la seule force de son courage et des ses paroles en l’air ? Il semblait bien que pour le jeune homme, il en allait autrement. Pourtant, le geste de la meurtrière le désarçonna légèrement, alors que soudainement une main revirait la situation et s’encanaillait à jouer à la frontière de ce qui faisait de lui un homme. L’asticot semblait avoir revu sa position et tenta un autre angle d’attaque. La réaction fut d’abord à la méfiance, puis aux soupçons avant de se transformer en une acceptation honteuse.


Les caresses prodiguées par la captive n’était pas désagréable, tout comme elle, d’ailleurs. Un temps de flottement passa lentement. Une fois qu’il eût dissipé doutes et appréhension, il repensa à ses différentes options. Après avoir frôlé le viol, la situation prenait un tour inattendu, et la main du jeune homme, s’agitant entre les jambes de la tueuse, n’était plus l’outil du violeur mais la caresse de l’amoureux. Déroutant, tout cela. Que faire ? Certes, il aurait pu penser aux différents tenants et aboutissants de cette interaction étrange qui s’était mise en place, ou bien il aurait pu faire cesser la tentative de sa captive pour lui éviter brimades et cachot. Mais, bien que l’expression « on n’est jamais mieux servi que par soi-même » n’était pas un axiome que l’homme prenait à la légère, il se laissait, à la vérité, aller aux allées et venues de la main de la mie. Et finalement, tandis que sa brayette s’enflait sensiblement sous la pression répétée de la jeune femme, son regard coula jusqu’à sa gorge soutenue par un corset sévère, mise en valeur par la position couchée de la jeune femme.

La dague se souleva soudainement. Elle commença à zigzaguer sur la peau nue de Daneva et finit par s’installer au creux de ses seins. La poitrine, qui se soulevait fréquemment depuis le début de leur rencontre, tressaillit sous la froideur de la lame. Laquelle lame, avec une lenteur extrême, s’attela à découper un par un les fils qui maintenait la jeune femme dans son carcan. Et lorsque son buste fut libéré du corset vaincu, il n’eut plus vraiment de velléité de meurtre. Au contraire, sa main libre remonta Daneva et finit par s’appesantir sur sa jolie poitrine. Et lorsqu’il eut fini de pétrir le galbe offert, il ne peut s’empêcher d’aller voir tout ça de plus près. Et tandis que Daneva, tenue sous la menace du couteau, ne pipait mot, lui s’amusait, léger, avec les seins de sa captive.
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Ven 27 Mai 2011 - 0:58

L'autre ne mit pas longtemps à comprendre où elle voulait en venir, et sa réaction fut celle escomptée. Daneva ne se détendit cependant pas pour autant... Alors que les gestes du seigneur se faisaient plus fiévreux, à la mesure du désir qui naissait entre les deux belligérants, elle manqua quelques inspirations. Ses yeux, rivés sur le visage de celui qui la dominait, s'écarquillèrent de nouveau. Elle réalisait ce qui était en train de se passer... Pourtant sa volonté ne faiblit pas. Il n'y avait que cette option envisageable, c'était ça ou devenir folle de nouveau, être brisée de nouveau et devoir se reconstruire de nouveau. Elle n'était pas sûre d'en être capable.

Il libéra bientôt son ventre pour revenir à sa poitrine et lorsque la dague vint agacer sa peau, Dane cessa tout à fait de respirer. Elle ne baissa pas la tête mais concentra toute son attention sur le chemin de la lame. Les lacets cédèrent un à un, libérant le haut de son corps de la pression du corset. Quand il avança sa main pour rencontrer sa peau, elle eut un mouvement de recul, persuadée qu'il allait la frapper. Tout son corps se contracta en prévision du prétendu coup, et elle ferma les yeux en serra les dents. Rien ne vint cependant d'autre que le contact d'un amant, certes un peu pressé, mais rien à voir avec ce qu'elle craignait. Personne ne l'avait touchée ainsi depuis des années.

Le souffle court, elle leva le menton pour échapper à la morsure de la lame qui avait retrouvé son chemin jusqu'à sa gorge. Sa lèvre éclatée la faisait souffrir et une bonne partie de son visage lui donnait l'impression de cuire doucement en réaction aux coups d'Aetius, pourtant ce n'était plus cette partie de son corps qu'elle ressentait le plus désormais. Cambrée sous les assauts du seigneur, emportée par une fièvre qu'elle pensait avoir oublié, elle fixa le plafond un instant et vida sa tête de tout ce qui aurait du s'y trouver à cet instant là pour ne laisser la place qu'à l'instant présent. Il serait temps de concevoir de nouveau la situation dans son ensemble plus tard, pour l'instant du moins il lui fallait vivre ceci.

Elle le laissa jouir un moment de sa poitrine, que la maternité avait rendue ronde et ferme, avant de lancer de nouveau sa main à la rencontre de la virilité d'Aetius. Cette fois-ci elle s'infiltra sous les pantalons du jeune homme et se saisit de l'objet de sa quête avec une délicatesse enfantine. Il ne fallait surtout plus réfléchir désormais. De l'autre main elle délassa ce qui retenait t'étoffe afin de dénuder ses reins. La suite se passa très vite, trop pour qu'elle ait le temps de s'effrayer. Il l'avait fait sienne d'un mouvement brusque du bassin, entamant la danse sensuelle des amants. Daneva, dans un premier temps, ne réagit pas. L'intrusion était trop surprenante pour qu'elle la réalise tout de suite. Elle resta donc un instant le souffle coupé, avec sur le visage l'expression un peu perdue de quelqu'un qui ne comprend pas très bien ce qui lui arrive, puis contre toute attente une longue expiration franchit ses lèvres et elle ferma enfin les yeux. Son corps se mit en mouvement, lentement tout d'abord puis suivant un rythme plus soutenu. Elle en vint même à oublier la présence de l'arme sur sa gorge, la servante attachée sous le lit, la douleur de ses blessures au visage, la chaleur du sang de l'épaule d'Aetius coulant sur la sienne, et jusqu'à l'identité même de son amant. Il n'y avait plus que la chair, ferme et humide de sueur, et le plaisir. Elle pensait être incapable éprouver une telle chose de nouveau, mais cet homme était en train de lui prouver le contraire. Les mains crispées sur ses reins, elle le suivit et le mena à la fois, ce jusqu'à ce que l'air lui manque. Elle se figea, prise au dépourvu par l'étau qui s'était refermé sur sa poitrine, broyant son coeur et paralysant ses membres. Raidie contre Aetius, elle ouvrit la bouche sans produire le moindre son avant d'expirer enfin, vaincue.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Mar 7 Juin 2011 - 11:54

Le revirement de la situation n’était pas pour déplaire au jeune homme. Celui-ci semblait faire table rase des actes passés et des blessures infligées pour se focaliser avec concupiscence sur la captive. Oubliant le couteau comme la camérière bâillonnée, il laissa ses lèvres baguenauder sur le corps de Daneva. Ses mains, qui ne voulaient pas être en reste, commencèrent à trousser les jupes de la meurtrière en puissance, laquelle suivit le mouvement. Tandis qu’il fondait sur sa gorge généreuse, elle délivrait la virilité de son hôte de son carcan. Excitée par la situation incongrue qui s’accélérait à toute vitesse, celle-ci finit bien vite par prendre sa taille optimale. Et, pour ne rien gâcher au tableau, la prisonnière continuait de se dévêtir, comme si elle voulait offrir de nouveaux pans aux mains déjà baladeuses du jeune homme.

La bonne volonté de Daneva, combinée aux réactions de son corps, le flattèrent. Ce fut donc avec d’autant plus d’entrain qu’il s’attela à parcourir la courbure de ses reins, à pétrir la fermeté de sa poitrine, à s’enfoncer sous les plis de la robe éventrée. Enfin, il releva la tête et celle-ci prit de la hauteur. Il la prit tout à coup, en la fixant pour l’observer ce faisant. Son vît eut l’effet d’un poignard qu’on enfonce d’un coup sec, et la pauvrette semblait revoir toute sa vie défiler le temps d’un souffle coupé. Encouragé par la figure défaite de sa compagne, il laissa ses reins initier une lente procession, et lorsqu’il l’eut assez dévisagé, il retomba entre ses seins et s’élança dans un va-et-vient allant crescendo. La cavalcade, nourrie par l’étrangeté de la situation ainsi que la mine conquise comme contrite de la prisonnière, eut l’effet des vapeurs du vin sur le jeune homme, qui devait déjà être assez ivre comme cela, si bien qu’il en oublia sa blessure et le sang qui sang qui en sourdait à gros bouillon.

Ce ne fut que lorsqu’il eut joui qu’il comprit la gravité de son engourdissement et du danger de ce nuage qui brouillait son regard. Ainsi, lorsqu’il tomba au côté de Daneva, il avait retiré la dague de sous sa gorge et essayait de faire disparaître les tremblements qui parcouraient ses bras. Finalement, au bord de l’évanouissement, son sourire disparut et, dans un murmure, il a ordonna à la jeune mère de s’enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Jeu 16 Juin 2011 - 0:52

Il fallu un moment à Daneva avant de retrouver un semblant de lucidité. Les yeux écarquillés sur le plafond, elle ne réagissait pas. Sa respiration était redevenue relativement profonde et l'air plutôt frais de la pièce fini par la faire frissonner. Elle ne parvenait pas à se concentrer, à prendre une décision. Et maintenant ? L'homme à coté d'elle ne bougeait plus non plus, et la pression de la lame sur sa gorge avait disparu.

Elle tenta un petit mouvement d'épaules. Constatant l'absence de réaction de la part du seigneur, elle se redressa sur un coude afin de l'observer prudemment. Il semblait mal en point... Son sang imbibait les draps. Les yeux à demi clos, il lui murmura de s'enfuir. S'enfuir ! Lui laissait-il la vie sauve ? Les perspectives d'avenir de Daneva s'élargirent aussitôt. La captivité, la torture et la mort ne semblaient plus menacer son destin désormais. Cela eu sur elle l'effet d'un coup de fouet car brusquement, elle avait retrouvé sa vivacité. Prise d'une soudaine inspiration, elle s'empara de sa dague qu'Aetius avait abandonnée sur le matelas, et revint la loger au creux du cou de ce dernier.

Plus qu'un mouvement, un seul geste, une simple pression... Et il serait mort. C'en serait fini de la chasse, de l'éternelle fuite. Elle pourrait retrouver son fils en toute sérénité. C'était pour cela qu'elle était venue après tout. Pourquoi alors retenait-elle sa main ? Le nez à quelques centimètres de celui d'Aetius, elle le dévisageait gravement, les tempes trempées de sueur, le regard indécis. Ses sourcils se froncèrent davantage alors qu'elle comprenait qu'elle ne pourrait pas mener à terme cette sauvage exécution. Elle serra les dents et, sans le quitter des yeux, se releva, descendit du lit et recula jusqu'à heurter un mur. Là, elle se recroquevilla dans l'ombre pour réajuster les lambeaux de sa robe sur ses courbes mises à nu.

Il lui fallait quitter cette pièce, vite. Le regard d'Aetius pesait sur elle comme une accusation moqueuse. Quelle faiblesse... Quel manque de détermination... Mais qui était cette femme qui abandonnait ainsi la partie après s'être donné tant de mal ? Mortifiée, elle ouvrit la porte à gestes désordonnés et s'enfuit.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Jeu 16 Juin 2011 - 20:45

On s’enfonçait paisiblement dans les petites heures de la nuit. Le château s’était endormi bien des heures avant, et ce malgré la petite fête donnée pour le prince. Aussi, beaucoup poussaient des ronflements amplifiés par les aiguières de vin ingurgité au souper. Il semblait que le souffle des haleines avinées qui habitaient la bâtisse faisait frémir la lueur des flambeaux presque tous consumés, à moins que ce fut le fantôme du dernier seigneur de Pharembourg qui, comme à son habitude, venait errer dans ces couloirs autrefois siens.

« Tu veux le faire ? » put entendre Daneva entre les battements de son cœur et les ronflements assourdis par les lourdes portes qui séparaient les comateux de l’intruse. C’était un souffle, sûrement un chuchotement. Cependant, il était assez proche pour que son oreille, affûtée par la peur, le perçoive.

« Oui, oui, je veux le faire, » gloussa une autre voix, celle d’un damoiseau excité. Et tandis que des bruits de pas, discrets mais présents, vinrent battre la pierre, la lumière chiche d’un falot se réverbéra sur les tapisseries du couloir avant d’apparaître, au détour du corridor.

C’était en fait deux écuyers de la cour du comte ou d’un de ses vassaux qui, profitant de l’ébriété ambiante, avaient décidé de s’encanailler en allant terroriser le petit personnel du beau sexe ou, pire encore, s’adonner à une amitié virile qui déraperait dans la sodomie la plus crue. Agitée mais trop consciente de son état et de sa mise, Daneva jeta quelques regards aux alentours, sûrement à la recherche d’un angle où se dissimuler. Mais les embrasures des portes, pour profondes qu’elles pussent être, ne pouvaient cacher la fugitive.

Les deux jeunes hommes découvrirent Daneva alors qu’elle cherchait une échappatoire. Un moment de flottement s’imposa, où chacun des partis essayaient de deviner qui des deux étaient les plus fautifs. Cela ne fit plus aucun doute quand elle se lança dans une fuite éperdue. Les écuyers, gênés, finirent par dégainer leurs longs poignards et à lui ordonner de s’arrêter sur le champ.

Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Jeu 23 Juin 2011 - 23:48

Les couloirs sombres défilaient devant les yeux de Daneva, qui les percevait à peine derrière le brouillard de culpabilité qui altérait sa vision. Une main contre la pierre froide pour ne pas se cogner aux murs, elle dévalait escaliers et traversait les salles vides en coup de vent, ne prenant même plus la peine de refermer les portes derrière elle. Tout le monde dormait après tout... Et elle n'était plus en état de la jouer fine. Il lui fallait retrouver ses vêtements, et s'enfuir.

C'est à ce moment là qu'elle entendit les deux jeunes pages marcher à sa rencontre dans l'obscurité. Le ton était badin, ils ne l'avaient pas encore remarquée, mais elle se trouvait à l'angle d'un bâtiment et rien autour d'elle n'aurait pu la dissimuler à leurs yeux. En désespoir de cause, elle se plaqua contre la tapisserie et attendit de les voir passer. Bien sûr tout de suite le regard des jeunes gens se porta sur cette silhouette en guenilles au visage couvert de sang.

Un moment passa, où les deux parties s'observèrent en pensant tactique. Daneva envisagea la pauvre femme menée ici contre son gré, mais constata que même en réussissant le tour de force de rendre ceci crédible, il y avait peu de chance que ces deux là lui soient d'une aide quelconque. L'altruisme ne se lisait pas tout à fait dans leur regard, et elle avait sans doute déjà utilisé tout son capital chance pour la soirée. Poussant un grognement, elle fit volte face et détala. L'adrénaline lui donnait des ailes.

Les deux écuyers sur les talons, elle s'enfonça dans le château, s'éloignant de la sortie. Les grands labyrinthes de pierre tels que celui-ci la troublaient. C'était comme si... Elle se trouvait dans une grotte, une prison, quelque chose d'étouffant et de malsain. Impossible de se repérer dans une situation pareille, à vrai dire elle bifurquait au petit bonheur la chance, empruntant à chaque fois le chemin qui lui semblait le plus aisé. La robe la gêna dans un premier temps, c'est pourquoi elle l'avait remontée jusqu'aux genoux de sa main libre afin de libérer ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Dim 26 Juin 2011 - 1:40

La poursuite ne dura guère. Daneva avait beau s’enfoncer toujours plus profondément dans Bordefente, sa course était absurde. Suivant les flambeaux qui ponctuaient l’obscurité des couloirs de pierre, il lui arrivait de se rencogner contre une porte fermée à clef, un colimaçon où elle pouvait entendre la voix des gardes, une issue condamnée. A chaque fois qu’elle mettait de la distance entre elle et le bruit des bottes, un nouvel obstacle la forçait à rebrousser chemin, à prendre son courage à deux mains pour aller vers le bruit des bottes et les cris des écuyers. Elle bifurquait aussitôt dans une autre couloir. Mais Bordefente, ce vaste castel sur lequel chaque comte avait bâti une nouvelle branche, une nouvelle tour, une quelconque excroissance, n’était pas réputée pour ses plans rationnalisés. L’obscurité aidant, le château devint un piège pour la jeune femme, qui dut sentir la chape se refermer sur elle, car, une nouvelle fois devant un mur, elle se retourna pour faire face à ses assaillants, qui la talonnaient de près.

Ils n’étaient que deux à cet instant. C’étaient les damoiseaux qui avaient réveillé toute la maisonnée. Leur main blanchie sur la poignée de leurs dagues longues étaient tendues vers la fuyarde, tandis qu’ils reprenaient lentement leur souffle. Peu pressés d’en finir avec cette étrange créature (elle ressemblait à une servante, si on omettait le sang et la dague non moins souillée qu’elle portait à la main). La tigresse, qui comprit aux rumeurs des pas et des cris qui résonnaient contre les murs des couloirs que les deux jeunes gens attendaient quelque renfort, se jeta sur eux, dague en avant. Hélas, si la fatigue était grande du côté des écuyers, elle était harassante chez Daneva. Un combat, comme au ralenti, s’engagea donc. Au début, Daneva put conserver l’avantage, mue par l’énergie du désespoir, mais bientôt, elle sentit son corps engourdi la trahir. Ses ruades se firent moins violentes, ses feintes moins pernicieuses, tandis que du côté des écuyers, un garde déjà avait rejoint la danse.

Ayant peut-être quelques scrupules à abattre une femme de sang-froid et sans rien savoir des actes qui l’avait poussé à s’enfuir dans la panique, les hommes se contentèrent de jouer avec elle, profitant de ses attaques pour l’égratigner. Au final, elle tomba à terre, inconsciente, lorsqu’un écuyer, qui l’attaqua par l’arrière, l’assomma d’un violent coup de garde.

Lorsqu’elle se réveilla, elle ne distingua rien. La pièce dans laquelle elle se trouvait était plongée dans une obscurité glaciale. La première sensation qui parcourut son échine fut un tremblement de froid. La seconde, ce fut la douleur qu’elle sentit au niveau de ses poignées. Deux solides bracelets de métal, reliés à une chaîne enchâssée dans bloc de pierre, la maintenaient au sol. Cette dernière cliquetait dans un bruit de frottement sourd lorsqu’elle essayait de se mouvoir. D’autres personnes semblaient partagés son sort, car le cliquetis d’une chaîne, parfois, se faisait entendre non loin. Lorsque ses yeux s’habituèrent à la pénombre ambiante, elle put étudier cette pièce immense. Elle était soutenue par de nombreux piliers qui devaient servir de fondation à l’énorme castel, et le plafond, assez bas, semblait être soutenu par des voûtes massives et grossières. Entre les piliers, des barreaux, des grilles ou des murs aux moellons irréguliers segmentait la vaste salle sous-terraine.

Elle finissait de reprendre pleinement conscience lorsque des bruits naquirent au loin. La lumière de plusieurs falots allongea les ombres des barreaux de fer et de pierre, et une demi-douzaine de personnes apparut alors. Tous avaient l’air d’être des soldats, des reîtres ou des geôliers, à part l’homme qui ne portait pas de torche et un vieil homme sec qui marchait à ses côtés. Finalement, on indiqua à l’homme Daneva et tous s’approchèrent d’elle, le noble en tête.

Car c’était clairement un noble. Là où les gardes portaient des cuirasses ou la maille, lui s’aventurait dans ces oubliettes vêtu avec la dernière richesse. Un pourpoint jaune était veinée d’entrelacs ocres représentant des motifs floraux, et une lourde cape d’épaule, soutenue par une fibule représentant une tête de mort, enrichie de fourrures sur le haut, semblait cacher la garde d’une épée ouvragée avec fantaisie. L’homme, un brun d’une taille moyenne et à la mine pâle, comme fatiguée, jeta un regard perçant sur Daneva.
« Alors c’est vous qui malmenez la moitié du château avant de réveiller l’autre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Lun 27 Juin 2011 - 7:41

Daneva leva les yeux sur le plafond qui pesait lourdement sur ses nerfs. Voilà, ce qu'elle craignait précisément était arrivé. Elle ne pourrait plus se sortir de ce fichu château désormais... Si au moins elle avait pu tuer son pédant seigneur, elle aurait eu quelque consolation ! Pestant contre elle-même, elle tenta de se masser la nuque endolorie avant de se rappeler qu'elle était lourdement entravée. Allons bon... Une pauvre femme démunie comme elle...

Il lui fallait trouver une position plus digne de sa condition. Ramenant ses genoux sous elle, elle se redressa, les épaules légèrement voûtées vers l'avant afin d'accompagner le mouvement des bras bloqués devant elle. Etre mise aux fers... Cela faisait si longtemps... Elle gigota du poignet, pour voir. La morsure du métal se fit aussitôt sentir, entaillant sa chair et faisant couler le sang. Les mâchoires serrées, la jeune femme secoua la tête avant de la relever brusquement, alerte, en entendant la porte s'ouvrir.

Une délégation, torches en main, tous bien imposants comme il faut - mis à part deux rigolos au milieu. Pour elle ? Il semblait bien, puisque tout ce beau monde vint se planter juste en face. Dane observa l'homme qui lui adressa la parole. Ce n'était pas tout à fait ce à quoi elle s'attendait... Son regard s'attarda sur la fibule, s'écarquillant très légèrement, sans doute à cause d'une pensée fugace venue à cette image. Elle le considéra, pas bien disposée le moins du monde.

Sa question, qui n'en était pas une, ne trouva pas de réponse du coté de l'intéressée. Elle se contenta de l'observer d'en bas, pas tout à fait sereine, mais avec un port de reine insolent. Le menton, légèrement relevé, trahissait le coté indomptable du caractère de la jeune femme : elle ne s'écraserait pas pour le bon plaisir de ces messieurs, même si cela devait engendrer pas mal de choses désagréables pour elle.

Elle réfléchit. Qu'en était-il d'Aetius ? Mort ? Vivant ? Dans le premier cas, elle aussi était morte, puisqu'il aurait été miraculeux qu'ils suspectent quelqu'un d'autre que la folle pleine de sang surgissant dans les couloirs. Si en revanche il avait survécu... Bah il raconterait qu'elle avait voulu le tuer, qu'il s'était défendu vaillamment, qu'elle l'avait laissé pour mort - ce qui aurait fait à la jeune femme une réputation ô combien ridicule de tueuse ratée, et était très douloureux à envisager - et en ce cas, elle était tout aussi morte qu'en celui d'avant.

Alors quoi ? Comment réagir ? Elle ne voyait rien qui puisse améliorer un tant soit peu sa situation, alors elle préféra s'informer, histoire de savoir à quoi s'en tenir.


- Est-ce là tout ce que vous avez contre moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Mar 28 Juin 2011 - 9:02

Le jeune fils de famille crut qu’elle ironisait sur son enfermement, qu’elle trouvait injuste. Il la considéra un instant. Son visage s’illumina d’un sourire mi moqueur mi gêné et, comme s’il voulait qu’elle admire d’un peu plus près son expression à la fois peiné et orgueilleuse, il plia le genou pour se mettre un peu plus à son niveau. Il la fixa alors plus intensément, comme s’il voulait percer ses pensées, et à ce moment-là, bien qu’il fut plongé dans la pénombre et que son visage n’était qu’une plaque de noirceur, le bleu si clair de son regard lui donnait l’impression de la pénétrer au fond d’elle-même.

« Rassurez-vous, si la couleur de vos cheveux m’avait déplu, vous auriez tout aussi bien pu tomber dans cette geôle. »

Il se releva alors et se tourna vers le vieillard, qui ne semblait pas apprécier l’humidité des cachots, pour lui demander s’il avait déjà vu la donzelle au château. Ce dernier fit signe que non, ce qui rendit le jeune noble pensif.

« Donc Tancrède avait raison. Eh bien, Daneva de Nelen, pourquoi ne m’en diriez-vous pas plus sur ces diamants ? Et, tant que vous y êtes, peut-être pourriez-vous m’expliquer plus clairement que mon écuyer pourquoi vous vouliez m’assassiner. »
Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Mar 28 Juin 2011 - 12:12

Ce ne fut pas tout à fait la réponse à laquelle elle s'attendait. Les yeux de l'homme luisant dans l'obscurité cherchaient à impressionner, elle soutint donc l'intensité du regard d'un air tout à fait bravache. Etait-il quelqu'un d'important, pour avoir le pouvoir de jeter au cachot quelqu'un dont la couleur de cheveux ne lui revenait pas ? Elle eut la réponse bientôt, alors qu'il se tournait de nouveau vers elle pour lui poser une nouvelle question.

Il fallu cependant un certain moment à Daneva pour analyser l'ensemble de la phrase, et en tirer les conséquences. L'homme de la chambre... Un simple écuyer. Cet homme là, c'était Aetius. Tout d'abord elle fut en colère, vexée d'avoir été trompée de la sorte. Ceci ne dura que quelques secondes, durant lesquelles elle fronça les sourcils, le regard plein de haine posé sur le vrai Aetius. Puis sa réflexion la mena plus loin. Elle n'avait couché avec l'homme qu'elle était venue tuer. Elle ne s'était pas donnée à quelqu'un qui en voulait à son fils ! De même, ce geste de faiblesse qu'elle avait eu, qui l'avait poussée à ne pas achever sa proie agonisante et à sa merci, tout cela n'était plus. Ca ne valait plus. Ce n'était pas Aetius d'Ivrey, c'était simplement... une erreur.

Le poids de la honte et de la culpabilité s'allégea alors considérablement en la conscience de Dane, qui se sentit tellement soulagée qu'elle pouffa. Un gloussement tout d'abord, adressé aux pierres du sol et aux pieds des hommes présents, puis finalement un franc éclat de rire alors qu'elle relevait les yeux vers leurs visage. Ce n'était pas méchant, même pas de la moquerie, juste un rire au goût amer, l'ironie de sa situation.

Cela ne dura pas. Elle cessa bien vite, conservant tout de même l'ombre d'un sourire au coin des lèvres. Tout ceci était bien précaire, et à vrai dire si elle n'avait pas été Daneva, elle se serait persuadée que tout était fichu pour elle. Mais la jeune femme avait des tripes, et de l'endurance. Elle se donnait du temps, et des chances. Esquivant la question sur les diamants, elle tenta de louvoyer.


- Je pourrais vous répondre que la couleur de vos cheveux ne me plaisait pas, si je n'avais pas fait erreur sur la personne comme c'est visiblement le cas. Votre écuyer avait une mine horrible.

Inspirant rapidement pour placer le reste avant de se faire éventuellement couper dans son discours, elle garda la tête levée vers ses interlocuteurs, l'expression farouche.


- Vous devriez en revanche vous demander pourquoi précisément il vit toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Mar 28 Juin 2011 - 13:12

La prisonnière sembla plonger dans une profonde appréhension. Pendant un instant, elle avait l’air de tomber des nues et d’essayer de comprendre ce qui lui arriver. Instant assez court, à vrai dire. La seconde d’après, la voilà qui se lançait dans un grand rire qui résonna dans les fondations. La pièce était fort large, et les environs sûrement peu habitués à ce genre d’effusion d’hilarité, aussi ce rire eut l’effet le plus bizarre sur les impressions de tous les hommes présents, qu’ils soient des simples prisonniers ou des gardes du comte.

Lui-même parut ne pas comprendre, et tandis que ce fou-rire inopiné s’éloignait, il resta aussi coi qu’auparavant. L’étonnement qui se lisait sur son visage soulignait les traits juvéniles du comte, qui redevint, le temps d’un moment, le jeune chevalier à peine adoubé, ce petit bâtard superstitieux qui craignait sorcières et autres créatures démoniaques (donc de sexe féminin). Le sourire en demi-teinte qu’affichait cependant Daneva, comme une commémoration de son hilarité si bizarre, achevait de garder le seigneur dans un état d’atterrement léger.

Cependant, lorsqu’elle reprit la parole, les légendes et autres fariboles disparurent soudainement. Daneva redevenait une jeune criminelle au visage tuméfié et aux poignets enchaînés. Ses paroles mêmes remontèrent notre brave Aetius, qui esquissa de nouveau un sourire que la joie, sauvage et impromptue, de l’assassin raté avait fait disparaître.
« En effet, ces derniers temps je dors peu, mes nuits sont courtes. Nénamoins, j’ignorais que mes gens allaient prendre mes mauvaises habitudes. »

Il avait répondu à brûle pourpoint, amusé de voir que sa captive s’offrait le luxe de faire un petit de gouaille. Il répliqua aussi prestement à l’énigme qu’elle lui posa.

« Eh bien, j’imagine que vous avez gardé en vie ce brave Tancrède pour qu’on ne vous prenne point pour une succube. Pour païens que soient les Scylléens, ils ont en horreur les succubes, croyez-m’en. »

Revenir en haut Aller en bas
Daneva
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6546
Âge : 26
Date d'inscription : 20/11/2007

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  36 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    Mar 28 Juin 2011 - 18:41

Une succube. Oh, maudite servante. Daneva pinça les lèvres. Elle ne souriait plus du tout désormais, et sous le regard de ces hommes elle sembla fléchir, se ramasser sur elle-même, comme quelqu'un qui recule pour mieux sauter. Les mains liées devant elle et le visage tuméfié, elle n'avait plus vraiment le droit de jouer. Elle considéra donc le seigneur sans sourciller.

- A vrai dire ça ne m'a pas traversé l'esprit. Je l'ai pris pour vous et je l'ai tout de même épargné. Un regard aux autres hommes. Clément de ma part, pas vrai ? De retour sur Aetius. C'était à ceci que je faisais allusion, en fait.

Elle se redressa légèrement, bombant le torse. Ligotée à leurs pieds, elle n'allait pas en plus leur donner le plaisir de supplier, ou même de se montrer docile. Le ton employé était cependant mesuré, voir courtois. Pas la peine non plus de leur donner des raison de se montrer violents... trop tôt.

Qu'allait-il se passer maintenant ? Avec un peu de chance ils n'accorderaient pas plus d'importance que ça à cette banale histoire de diamants...


Dernière édition par Daneva le Mer 10 Aoû 2011 - 5:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour lui voler dans les plumes    

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour lui voler dans les plumes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» J'arrive, pour vous voler dans les plumes | Gabriel | Fiche terminée
» La ménagerie d'une siamoise prête à vous voler dans les plumes - Haydée de Lopburi
» Voler dans les plumes de l'Hydre
» Et un entretien pour la cabane dans le vieux chêne, un.
» Une mission pour un Regalia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Comté de Scylla-
Sauter vers: