AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Lun 25 Avr 2011 - 8:15

« Avancez! »

L'ordre sec suivit d'un claquement de fouet qui l'était tout autant. Les esclaves étaient sortit de leurs cages pour être poussé dans un vaste bâtiment entièrement vide. La prise était bonne cette fois. Voir même excellente. Drow, demi, humaine, même trois nains à l'air renfrogné. Les nains avaient sans doute toujours l'air renfrogné. Se n'était donc pas particulièrement un critère quelconque. Une belle cargaison d'esclaves pour les Trys'Tavilon. Les pertes au cour de la traversée des Terres Stériles avaient été assez minimes et quant aux Gorlock, ils s'étaient tenu à l'écart pour cette fois et s'étaient contenté des quelques cadavres que la caravane laissait dans sont sillage.

Aucun de ces pauvre ères qui avançait, encadré des hommes au service de la maison Trys'Tavilon ne devait se douter de l'honneur suprême qui lui était fait. Ils étaient dans l'un des plus beau quartier du Puy. Les Trys'Tavilon, malgré leur décadence des dernières années étaient parvenu à toujours occuper leur ancestrale demeure dans une cavité au second niveau du quartier de la noblesse. Drykars lui même au début de son ''règne'' avait tout fait pour conserver cette demeure. En effet, elle était un véritable symbole pour l'ensemble des membres de la maison. Ces esclaves ne se rendaient sans le moindre doute pas compte du suprême privilège qui leur était fait de pouvoir descendre aussi profondément dans les entrailles du volcan.

De son bureau, le drow pouvait voir les esclaves pénétrer dans cette partie de la demeure. Les mercenaires allaient l'attendre. Il avait pour tâche, en tant que chef de la maison de faire le tri parmi les esclaves et de les répartir dans les différents bordels et marché qu'il possédait.

Attrapant sa cane, il se dirigea vers la porte de son bureau. Les affaires n'attendait pas. Quelques corridors et un escalier (saleté d'escalier), Drykars ouvrit une porte qui s'ouvrait sur le vaste local vide. Il allait en avoir pour quelques heures à trier tout ce petit monde. Tout simplement parce qu'il fallait le faire au cas par cas. Quelques secondes pouvaient suffire à évaluer la évaluer la valeur d'un ou d'une esclave. Mais il n'en restait pas moins que chaque cas devait être étudié. Et ça, il le faisait depuis qu'un marchand concurrent avait raté une occasion en or en ne vendant un jeune noble de la péninsule que trois cents pauvres écus.


« Xer'feras. Bon voyage? »

« Meilleur que la dernière fois. »

« La marchandise est bonne? »

« Assez résistante pour avoir survécut jusque là. Le reste, c'est à toi d'en juger cousin. »

Drykars hocha la tête et s'éloigna quelque peu de son cousin pour se jucher sur une toute petite estrade.

« Bien. Commençons. Pour ceux qui ne parlent pas le drow, c'est bien dommage pour eux. Mais une petite présentation s'impose. Je suis Drykars Trys'Tavilon et votre avenir dépend de moi. Ou je juge que vous pouvez être utile et je vous garderais à mon service dans un bordel, ou je vous enverrais sur un marché où n'importe qui pourra vous acquérir. À vous de choisir. »

Et le tri commença sans plus attendre. On présenta plusieurs esclaves à Drykars. Ça commençait par quelques filles d'auberges humaine au physique que le drow jugea assez banal. Il garda pourtant une demi qui semblait plus intéressante que la moyenne. Savait-on jamais. Deux humains furent également conservé pour entretenir la maison. Ce matin même, la Prime esclave était venu lui dire que les jumeaux avaient encore fait une hécatombe parmi les serviteurs en voulant rejouer en miniature la bataille des cendres. Deux esclaves à l'allure assez solide ne serait donc pas un mal pour les travaux de force. Et il allait encore devoir disputer les jumeaux. Décidément, cette drow qui leur servait de précepteur avait besoin d'être recadrée. Se n'était pas parce qu'elle était relativement protégée du fait de son statut qu'il ne pouvait pas décider de la livrer pendant quelques jours à ses gardes.

Une humaine décrite comme venant d'une famille très riche attira quelque peu l'attention de Drykars. Jusqu'à se qu'elle se mette à geindre comme un cochon qu'on saigne en lui promettant que ses parents le couvriraient de richesse s'il la libérait. Pauvre idiote. Ses parents devaient sans doute largement la considérer comme morte à l'heure qu'il était. Peut-être même avait-elle eu droit à un enterrement.

En tout cas, elle était invendable comme cela. Et ses cris de pintade tapèrent fortement sur le système de Drykars. D'autant plus que la pauvre enfant, loin d'être belle ressemblait un peu à un cochon de lait.


« Faite la taire et envoyez la chez les hémologues. Son sang nous rapportera plus que son groin de cochon. »

Autrement dit, pour elle c'était la mort. Elle n'allait plus avoir que les cris d'un cochon qu'on saigne. Elle allait véritablement servir de réserve à sang pour les amateurs d'anthropophagie que pouvait compter le Puy. Une mort lente. Terriblement lente et douloureuse même.

Drykars fit un signe de la main et un garde attrapa la première esclave qui se présentait pour la jeter au pied du chef des Trys'Tavilon. Ces pauvres larves avaient été comme tétanisées pas se qui venait de se passer et n'osait plus avancer.

Jetant un regard lointain à la jeune personne au sol, il apprécia rapidement les courbes de ce corps de drow. Elle était jeune, mais se n'était pas grave. Restait à savoir s'il allait la garder pour un bordel ou en tirer une somme rondelette dans une vente aux enchères.


Dernière édition par Drykars le Lun 25 Avr 2011 - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Lun 25 Avr 2011 - 9:06

La nuit avait été assez courte mais aussi un peu moins éprouvante que les dernières. Pour la simple raison qu'à présent tout le monde savait qu'ils étaient arrivés à destination. Cela ne changerait strictement rien à leur situation plus que précaire mais au moins, plus de désert ni de montagnes. Plus de fauves guettant le moindre de vos faux pas. Simplement les mercenaires les surveillant comme si leur vie en dépendait. En tout cas, eux semblaient ravis de leur sort, ce qui n'était pas le cas de leur cargaison. Mais qui pourrait bien demander son avis à des êtres au destin ne leur appartenant déjà plus? Personne.

Au son du fouet et des invectives de plus en plus virulentes de leurs geôliers, les diverses races composant le nouvel arrivage furent rapidement déchargées avant d'être conduites à l'intérieur d'une demeure plutôt cossue. EA la voir, il était évident pour les pauvres ères capturés que la personne y vivant était loin d'être pauvre. En plus, le quartier en lui-même était assez riche pour prouver l'influence de la personne à qui ils appartenaient désormais. Une fois toutes les têtes enfin sorties des cages et amenées dans une vaste salle, bien décorée certes, mais ne ressemblant pour eux qu'à une simple cage supplémentaire. Encore et toujours sous l'œil attentif des mercenaires, les captifs attendirent ainsi en silence de savoir ce que leur réservait la suite.

C'est alors qu'un drow bien plus élégant et raffiné que les hommes les ayant amenés jusqu'ici fit son apparition. Il commença par discuter tranquillement avec celui qui semblait être le chef des mercenaires avant de s'approcher un peu plus de ses nouvelles acquisitions. Montant sur une estrade afin de disposer d'un meilleur point de vue sur ces nouvelles marchandises, il se présenta avant de leur expliquer clairement le choix qui se présentait à eux maintenant. Enfin, si l'on pouvait appeler cela un choix.

Mais déjà, le voilà qui commençait son tri. Les affaires sont les affaires et le temps, c'est de l'argent, tout le monde sait cela. Et apparemment, lui aussi. Rapidement, défilèrent devant lui les premières pièces, humaines, drows, demis. Finalement, il apparut vite aux yeux des prochaines têtes à passer que l'homme était très difficile dans ses choix, peu de personnes ayant pour le moment échappés à la vente sur la place publique. Lentement, la file avançait tandis que le verdict de l'homme tombait, tranchant dans le calme relatif de la pièce. Doucement, les pas d'Isr'aes menait la jeune femme en direction de l'estrade où elle aussi, serait bientôt fixée sur son avenir.

Juste devant elle, l'humaine présentée se mit à se plaindre et à gémir d'une façon ridicule. Comme si cela pouvait encore servir sa cause. Décidément, les humains étaient vraiment de pauvres créatures. Dédaignant la créature devant elle, elle dissimula un léger rictus de contentement en entendant le sort que lui réservait le seigneur des lieux. Cette humaine arrogante n'aurait donc que ce qu'elle méritait. Le silence retomba, lourd et pesant, avant qu'une sensation étrange ne parcourt la jeune drow. Comme un grand frisson l'avertissant d'un danger. Elle connaissait cette sensation, savait à quoi elle était du mais la ressentir ici et maintenant la surprit tant qu'elle en resta une seconde complètement coi.

Évidemment, ce fut cet instant que choisit le garde pour la saisir violemment au bras et la jeter au pied de l'homme. Froissée dans son orgueil d'avoir été ainsi traitée, elle se releva avant de gratifier d'un regard noir et lourd de sous-entendus l'homme qui venait de la toucher. Puis reportant son attention sur le chef des lieux, elle se permit une révérence gracieuse, avant qu'elle ne ressente à nouveau ce frisson si particulier. Elle avait passé trop de temps entourée des mêmes personnes pour ne pas l'avoir ressenti plus tôt. Son regard se fit scrutateur, détaillant l'homme se tenant face à elle. Et si? Elle en aurait le cœur net.


- J'ai toujours cru les sorciers au-dessus de ce genre de basses besognes. Mais il est vrai que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même après tout….

Elle se tut, se contentant de le fixer. Le silence était retombé à nouveau. Les marchandises n'avaient pas le droit de s'adresser ainsi à celui qui détenait tout pouvoir sur leur vie. Mais elle n'avait plus rien à perdre, alors autant essayé de tirer son épingle du jeu. Calme, elle sentit derrière elle le garde approcher avant de la saisir et de la forcer à se mettre à genou, tête baissée, en l'enjoignant avec force à se montrer plus docile. Elle ne résista pas, sachant ne pas faire le poids mais se fit une joie de lui offrir un nouveau regard de défi tandis qu'il serrait sa poigne sur ses poignets, pour la remettre à sa place et pour l'exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Lun 25 Avr 2011 - 19:58

La drow n'apprécia apparemment pas se que venait de faire le garde en la poussant par terre au vu du regard plus que noir qu'il lui adressa. C'était se qui faisait des esclaves de sa race sans doute les plus rechercher et les plus prisées sur les étals de vente. Elles étaient belles et fières. Digne de servir les Sombres. Un client qui aimerait dresser les esclaves se régalerait très certainement avec elle. Se serait sans le moindre doute se qui allait faire la plus grande part de sa valeur. Combien pouvait-on vendre une esclave pareil. S'aurait été un crime d'ouvrir les enchères à moins de cinq cents écus. Et elle pouvait en valoir beaucoup plus.

Un corps jeune, des formes qui n'étaient pas encore adultes mais auguraient un avenir des plus... appétissant. Elle était peut-être encore adolescente ou en était tout juste sortit. Peut-être pouvait-on espérer d'elle la virginité. Milles écus de début d'enchère si c'était le cas. Elle ne serait pas sur les étals des masses populaires. Mais parmi les marchandises qu'on offre en choix à la noblesse du Puy. Elle pouvait bien faire envie à n'importe quel drow. Peut-être allait-il la conserver dans un de ses bordels. Quel courtisane hors pair elle pourrait faire plus tard. Et si elle était vierge, on s'arracherait sans le moindre doute sa virginité aux enchères.

Que d'agréables perspectives.

Drykars la vit lui adresser une très élégante révérence. Elle n'était pas dénuée de grâce. Peut-être avait-elle été danseuse par le passé. À présent, elle danserait pour son maître. Ou sa maîtresse qui sait. Mais plus le temps passait, plus elle se montrait intéressante aux yeux de Drykars. Se qui signifiait en d'autres terme qu'elle se rajoutait petit à petit de la valeur. Le regard qu'elle lui adressa, scrutateur et défiant confirmait parfaitement se que Drykars pensait quelques instants plus tôt. Il faudrait sans le moindre doute la dresser. Elle n'était pas un produit fini, mais plutôt l'argile dans lequel il fallait le façonner. Qu'à cela ne tienne. Si certains clients les voulaient immédiatement soumises à leur pied, Drykars en connaissait nombre d'autres qui paieraient pour obtenir le plaisir du dressage.


- J'ai toujours cru les sorciers au-dessus de ce genre de basses besognes. Mais il est vrai que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même après tout….

Insolente avec ça en plus. Fort heureusement pour elle, la drow ne prononça plus le moindre mot. Mais derrière son air impassible, elle venait de faire perdre pied à Drykars. Le fait que le jeune et nouveau chef des Trys'Tavilon pratique la magie des ombres n'étaient pas un secret. Drykars ne s'en était jamais caché et n'avait pas l'intention de le faire. Il avait suivit la Voie du Sorcier jusqu'à que son père (qu'il pourrisse éternellement dans le Nifelheim) décide d'arrêter sa formation avant son terme pour l'intégrer à un groupe de mercenaires.

Mais voilà... cette drow, de toute évidence jeune vivait à Thaar. Drykars était rarement allé dans cette ville. Ces pouvoirs n'y étaient peut-être pas connu là bas. Alors... comment se faisait-il qu'elle soit au courant? C'était intriguant. Drykars ne comprenait pas et il n'aimait pas du tout ne pas comprendre. Cela l'avait toujours particulièrement agacer de se retrouver confronter à un mystère dont il ne possédait pas la clef.

Le silence s'était à nouveau fait dans la salle pendant quelques secondes qui avaient parut des heures. Le regard émeraude de Drykars soutenant sans difficulté les prunelles dorée de la prisonnière. Elle avait un sacré culot de lui parler de la sorte il fallait bien le dire. L'un des gardes attrapa la jeune femme et la força à se mettre à genou et à baisser la tête. La jeune femme se montra cette fois plus docile par rapport au traitement qu'on lui infligeait. Sans soute parce qu'elle se disait qu'elle ne ferait jamais le poids face aux cent cinquante kilos de muscles et de nerf du garde. C'était astucieusement raisonné dira-t-on. L'homme lui tordait une main dans le dos pour la forcer à conserver cette position de soumission face à Drykars.

L'élégant drow descendit de l'estrade de son pat claudicant, s'appuyant sur sa cane pour marcher à cause de sa jambe estropiée. Arrivé tout prêt de la drow, il fit signe au garde de la lâcher et celui-ci s'exécuta. Bondissant comme un diable de sa boite, la drow se remit debout. Une réaction qu'attendait Drykars. Allait-elle faire quelque chose contre lui ou contre le garde? La question pouvait parfaitement se poser. Dans tout les cas, il s'y était attendu et la jeune femme reçut alors se qui devait être l'un des plus violents allé retour qu'elle ait jamais dut recevoir de toute sa vie. Drykars avait maté assez d'esclave malgré son jeune âge pour qu'une telle réaction n'ai rien de surprenant.

Elle essaya une fois de plus de se relever. Plus lentement cette fois. Mal lui en prit à nouveau car le pommeau de la canne que tenait Drykars vint alors lui titiller affectueusement l'estomac. À nouveau à genou pliée en deux, Drykars observa un instant la drow.


« Voilà une position qui sied mieux à ta nouvelle condition, fit-il avec sarcasme. »

Mais il n'en avait pas encore terminé avec elle. Du bout de sa canne, il lui fit redresser le menton.

« Où as-tu appris que je pratiquais la magie? »
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Lun 25 Avr 2011 - 21:02

A genou sur l'estrade, tête baissée devant celui à qui elle appartenait désormais, un bras replié dans le dos et maintenu étroitement serré par la poigne du garde s'assurant autant de sa soumission que de la sécurité de l'homme devant elle, elle n'avait pas l'intention de se laisser traiter comme la pauvre chose qui l'avait précédée. Elle avait beau être devenue à cet instant une marchandise parmi tant d'autres, elle n'en garderait pas moins son orgueil et sa fierté. Mais elle n'était pas assez folle pour tenter une manœuvre qu'elle savait vouée à l'échec et tant que ce gorille la maintiendrait ainsi, elle ne pourrait rien faire. Mais son regard brulant traduisait tous les supplices qu'elle rêverait d'infliger à celui qui venait de poser à nouveau la main sur elle.

Les yeux braqués vers la montagne de muscle la maintenant ainsi à sa merci, elle ne prit conscience du déplacement de l'élégant drow qu'en entendant le bruit de ses pas. Tiens, il boitait et devait s'aider d'une cane. Voilà une information forte intéressante qu'elle se promettait d'utiliser plus tard. Il est toujours bon de connaitre les faiblesses de ses ennemis et elle se ferait un plaisir d'exploiter au maximum cette faille. Par contre, elle fut surprise de le voir descendre. Pourquoi prendre la peine de rejoindre le bas peuple en-dessous de lui? Reportant son regard sur lui, elle ne trouva cependant pas la réponse qu'elle cherchait.

Elle perçut un signe furtif destiné au garde lui tordant le bras avec une application toute calculée. A présent, l'homme était tout près d'elle, à portée de main. Et c'est là que le garde la lâcha. Sans prendre le temps de réfléchir, par instinct et par pur réflexe, elle bondit sur ses jambes pour se redresser et se retrouver à hauteur, ses yeux dans les seins. Mais à peine se fut-elle mise debout qu'une violente paire de gifles l'obligea à fermer les yeux et à retomber au sol, désorienté et complètement ahurie. Les yeux écarquillés, elle le fixa un instant, sa main montant se poser sur sa joue. La sensation cuisante qu'elle ressentait était donc réelle. Il l'avait bel et bien frappé.

Comment avait-il osé? Même son propre père n'avait été jusqu'à levé la main sur elle. Jamais. Son regard se mit à jeter des flammes. D'elle-même, elle était retombée au sol, dans une position de soumission. Devant tous les autres futurs esclaves. Non, ce n'était pas possible. Elle ne pouvait pas l'admettre. Elle tenta donc de se relever afin d'effacer cet affront qu'elle venait de subir mais cette fois, elle n'eut même pas le temps de se relever. Déjà, le bout de la cane du drow venait la cueillir en plein estomac et, lui coupant le souffle sous la violence du choc, l'obligeait à retomber à genou, plus lourdement encore cette fois.

Les mains jointes sur son estomac douloureux, cherchant de l'air afin de reprendre son souffle, elle entendit ses mots mais ne put y réagir. Non, pour l'instant, il était bel et bien maitre de la situation et si elle tenait à rester en vie, elle avait tout intérêt à réviser son jugement. Il était peut-être handicapé, mais ne manquait pas de ressources. Le contact du métal froid du pommeau de sa cane sur son menton lui permit de reprendre un peu pied. Elle releva donc la tête, presque obéissante, avant de se permettre un sourire en entendant sa phrase. Ainsi, elle ne s'était pas trompée. C'était bien de lui qu'émanait la magie qu'elle avait ressentie. Et sa petite remarque avait fait mouche.


- Même si je vous le disais, vous ne me croiriez pas. Tout simplement parce que je ne le savais pas en entrant ici. Je l'ai découvert en m'approchant de vous, car je suis capable de ressentir la présence de magie dans mon entourage proche.

Elle avait parlé un ton plus bas, afin que seul l'homme la toisant et peut-être le garde proche ne puisse l'entendre. Pas la peine de mettre tout le monde au courant de son petit secret. Même si elle avait espéré pouvoir le garder secret un peu plus longtemps, elle avait vite comprit que l'intérêt qu'il lui avait porté venait de là et donc que son salut ne pouvait se trouver qu'ici. Une fois cette révélation faite, elle se contenta de le fixer, attendant de savoir s'il la croirait ou non. Elle se montra également plus docile, ne cherchant pas à se relever cette fois. La douleur mêlée à l'humiliation des coups reçus en public ayant également douché son reste d'amour-propre. Le principal était de rester en vie, le reste viendrait après.

Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Lun 25 Avr 2011 - 22:38

/!\ Attention. Ce post peu choquer. /!\


La voilà qui devenait tout de suite plus docile. Il avait déjà commencé un petit peu à la mater. Presque rien. Une mise en bouche sans le moindre doute. Il aurait autrement été infiniment déçus cela aurait été trop simple. Tellement trop simple. Il fallait tout de même un petit peu de défi pour pimenter les choses et les rendre intéressantes. Quoi qu'une autre idée commençait petit à petit à faire son chemin dans l'esprit du drow. Une idée qui ne lui déplaisait pas et pouvait se révéler amusante.

En tout cas, elle paraissait plus que contente de l'effet qu'elle avait produit. À en juger par son sourire, cela ne faisait pas le moindre doute. C'était une futée. Elle avait joué une carte dont elle seule avait le secret pour réussir à attirer son attention et donc à se réserver un sort qui serait sans doute meilleur que celui des autres esclaves ou au moins, éviter l'estrade des enchères. Même si le destin d'une putain n'était pas des plus enviable, il l'était tout de même plus que celui d'une esclave qui serait vendue au plus offrant. La putain vivait bien souvent beaucoup plus longtemps.


- Même si je vous le disais, vous ne me croiriez pas. Tout simplement parce que je ne le savais pas en entrant ici. Je l'ai découvert en m'approchant de vous, car je suis capable de ressentir la présence de magie dans mon entourage proche.

Drykars haussa un sourcil. La jeune femme venait de parler à lui et à lui seul. Personne d'autre ne pouvait les avoir entendu au vu du ton qu'elle avait employé et qui n'était resté guère plus qu'un simple chuchotement. C'était un don intéressant qu'elle possédait là et Drykars était quelque peu désireux d'en savoir plus dessus. Et qui sait. Peut-être de l'utiliser. Se serait quelque chose de plutôt utile. Pouvoir repérer les individus doté du don de magie. Voilà qui pouvait se révéler utile et fort appréciable par la suite.

Mais si elle mentait... si elle mentait, elle aurait tout le loisir de le regretter. Drykars n'aimait pas qu'on se paye sa tête. Il n'aimait pas non plus qu'on tente de l'arnaquer et si elle était en train de mentir sur se qu'elle était capable de faire, c'était précisément le but recherché. Si elle lui mentait, qu'Uriz lui en soit témoin, elle aurait tout le reste de sa misérable existence pour s'en repentir quant elle ne disputerait pas sa nourriture au rats ou tenterait de ne pas se faire dévorer elle même.

Voilà qui clôturait le débat intérieur qui avait commencé dans l'esprit du drow. Cette esclave, malgré tout l'argent qu'elle aurait put lui rapporter, il la garderait pour son usage personnel. Il y avait des tâches qu'il ne pouvait confier à personne parce qu'il ne faisait pas assez confiance à ses mercenaires. Et puis, avoir une jolie drow qui lui serait dévouée n'avait rien de désagréable. Il fallait bien l'avouer tout de même.

Pendant les quelques instants qu'avait duré sa réflexion, les prunelles dorées de l'esclave ne l'avaient pas quitté une seule seconde. Elle n'était pas soumise. Loin de là. Mais pour le moment, elle préférait encore se montrer docile, sachant que le rapport de force n'était pas en sa faveur. Peut-être tenterait-elle à nouveau de se révolter contre lui plus tard. Oui. Elle le tenterait sans le moindre doute. Mais pour le moment, n'importe qui pouvait comprendre qu'une révolte tout de suite n'était pas un acte héroïque ou quoi que se soit qui pouvait s'en approcher de prêt ou de loin. C'était bêtement et simplement un suicide. Ou du sadomasochisme. C'était encore à définir.

Le rapport de force était tellement inégal que se n'était même pas drôle.

Boitant toujours, Drykars retourna sur son estrade.


« Cette esclave m'appartient, se contenta-t-il de déclarer avec un grand calme. »

* * *

Le tri était à présent terminé. Il y avait eu de bonnes prises et les ventes rapporteraient pour la majorité des sommes rondelettes.

Mais pour le moment, se qui intéressait le plus Drykars, c'était l'esclave qu'il avait mi de côté pour son usage personnel. Elle était appétissante et un mufle se serait sans le moindre doute jeté sur elle pour profiter de son corps. C'était une méthode de dressage efficace sans le moindre doute. Mais se n'était pas la plus intéressante du point de vu du drow. Aussi, il menait la jeune femme vers les caves de la demeure. Oh, bien entendu, il n'était pas assez idiot pour s'y rendre seul. Deux gardes encadraient la prisonnière pendant qu'il les guidaient.

Lorsqu'elle ressortirait des caves, elle serait devenue beaucoup plus coopérative.

Un hurlement strident se fit entendre alors que le petit groupe traversait le vestibule.


« IL L'A CASSE !!! IL A CASSE MA POUPEE !!! »

Cette phrase, mi criée, mi pleurée pouvait presque faire pitié. Et cela à n'importe qui. Aucun humain ne serait resté insensible aux larmes d'une enfant. Mais le compte de fée pour humains se changea bien vite en une vision de cauchemars pour ces lamentables créatures.

Une petite drow courut en direction de Drykars. Rien de bien particulier chez elle si se n'est qu'elle était sans le moindre doute l'auteur des cris entendu quelques instants plus tôt.


« Il l'a cassée grand frère. La poupée de X'er. Il me l'a cassée. »

Comme pour illustrer son propos, la petite brandit bien visible au bout de son petit bras une tête humaine décapitée qu'elle tenait par les cheveux.

« Il m'a cassé ma poupée. »

Il n'était guère difficile de deviner se dont elle était en train de parler. La poupée en question devait sans le moindre doute être cette malheureuse humaine dont la plaie laissait encore échapper des gouttelettes de sang. Quant au fait qu'elle soit cassée, il n'était pas difficile de deviner non plus que cela avait un rapport avec cette décapitation.

Le discourt aurait put passer. Mais les larmes qui coulaient sur les joues de la drow, certainement pas. Drykars lui accorda un soufflet qui la fit taire et lâcher la tête humaine.


« Tu fréquente trop les humaines. Les drow ne pleurent pas. J'en ai plus qu'assez de tes caprices incessants et de votre attitude à toi et à ton frère. Vous avez tué assez d'esclaves aujourd'hui. Retourne dans ta chambre et n'en sort plus. Qu'il en soit de même pour ton jumeau. Et cesse de pleurer comme une de ces minables choses. »

Penaude, la gamine retourna dans la direction de sa chambre non sans avoir préalablement gratifié la tête humaine d'un coup de pied.

Négligemment, Drykars alla la ramasser et la tourna un moment dans ses main avant de faire face à l'esclave.


« Ma soeur aura prochainement besoin d'une nouvelle poupée. »

Sans ménagement, il fourra la tête humaine dans les mains de la drow.

« Tu sais se qui t'attend si tu me déçois. »

* * *

Les cachots de la demeures Trys'Tavilon étaient extrêmement vaste. C'était là que vivaient la grande majorité des esclaves qui travaillaient dans la demeure. Se n'était pas un endroit où quiconque aurait voulut s'attarder. Sans la moindre hésitation, Drykars poussa une porte et entra, suivit de prêt par la prisonnière et deux gardes.

La salle était éclairée par quatre braséros et le moins que l'on puisse dire, c'était qu'elle était équipée. Pinces, crochets, poignards, fouets, tison, il y avait tout se qu'on pouvait imaginer dans ce genre d'endroits potentiellement déplaisant qu'était une chambre de torture. Sans compter qu'il y faisait extrêmement chaud.


« Attachez la au plafond ordonna Drykars. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. La jolie Sombre ne tarda pas à pendre par les poignets à un jeu de menottes placé à hauteur suffisante pour que la toute pointe de ses pieds touche le sol, la laissant tout de même dans un équilibre plus qu'instable.

Sur un mot de Drykars, les gardes sortirent, les laissant seuls. Le drow ne tarda pas à délester une partie de ses vêtements pour mieux résister à la température ambiante.


« Bien. Commençons par les fondamentaux. »

Sadiquement, prenant bien son temps, il se mit à jouer avec un poignard, montrant clairement à la captive qu'il savait s'en servir.

« Donne moi ton nom. Et si tu as une remarque à faire avant que nous commencions, ne t'en prive surtout pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mar 26 Avr 2011 - 8:12

Elle ouvrit à nouveau la bouche, lui expliquant comment elle avait fait pour découvrir qu'il maitrisait la magie. Elle attendit calmement, s'attendant presque à voir à nouveau tomber des coups, simplement pour l'exemple. Mais non, au contraire. Son regard resta concentré dan le sien comme s'il cherchait à y trouver la vérité. Mais elle l'a lui avait déjà donné. Nue et simple, réelle. Depuis sa naissance, elle avait toujours été capable de ressentir la magie sans jamais pouvoir l'utiliser, ce qu'elle avait très longtemps juger frustrant avant de commencer à tirer légèrement avantage de sa capacité, en évitant au mieux les sorciers. Ironiquement, aujourd'hui, c'est à un sorcier qu'elle le révélait.

Il y eut un moment de silence, qui sembla s'éterniser alentour, les autres esclaves et gardes n'ayant pas entendu sa réponse. Elle ne cilla pas tandis que les pupilles émeraude la fixaient avec intensité. Qu'il ne la prenne pas pour la truie humaine qui l'avait précédée, toutes deux n'étaient forgées dans la même matière. Même si elle se montrait docile pour le moment, la flamme ardente brulant dans son regard traduisait ce caractère sauvage et indompté qu'il avait déjà entrevu précédemment. Finalement, ce fut lui qui brisa cette confrontation visuelle en se relevant avant de venir reprendre clopin clopant sa place sur l'estrade.

Lorsque son annonce retentit dans la salle, elle ne put retenir un léger sourire. Au moins, elle avait échappé au bordel et à la vente sauvage. Peu d'autres esclaves ce jour pourraient s'en vanter. Afin que le tri reprenne, le garde revint la saisir à nouveau pour l'emmener à l'écart et la surveiller plus attentivement encore. Elle venait d'être promu propriété exclusive du chef des Tris'Tavilon, ce n'était pas rien.


* * *

Le tri dura encore un long, très long moment. En tout cas, il parut interminable à la jeune femme qui ne pouvait rien faire d'autre que prendre son mal en patience. Elle qui avait l'habitude de ne jamais rester en place plus de quelques minutes, voilà déjà sa patience mise sérieusement à rude épreuve. Enfin, le drow vint à sa rencontre, accompagné d'un autre garde au moins aussi costaud que celui la surveillant déjà avant de l'enjoindre d'un simple mouvement de la tête à le suivre et ce, sans discutions. De toute façon, les montagnes de muscles étant rarement dotée d'une grande intelligence, elle doutait que la conversation avait les gardes la tenant fermement par les poignets puisse être d'une quelconque façon constructive.

Elle suivait en silence le pas claudiquant de son nouveau maitre lorsqu'un cri d'enfant traversa les environs. Un vrai cri de désespoir. Suivit très rapidement par l'arrivée d'une adorable petite drow, tenant fermement dans ses mains ce qu'il restait de sa chère poupée cassée. L'enfant se lamenta encore durant quelques secondes avant que le noble ne mette fin à ces jérémiades d'un soufflet bien sentit. Un léger sourire lui échappa, un peu mesquin sans doute, mais elle était ravie de voir qu'elle n'était pas seule à prendre des coups aujourd'hui.

Après avoir fait durement la leçon à la gamine apparemment sérieusement turbulente et la revoyant rester cloitré dans ses quartiers, la petite drow disparut non sans avoir prouvé à tous son mécontentement en envoyant avec force son pied dans la tête fraichement coupée de sa chère poupée. Le Sombre récupéra la tête tranchée avec un sourire un brin sadique avant de la tendre à sa nouvelle acquisition, la lui fourrant sans ménagement entre les mains, lui faisant parfaitement comprendre que ce sort pourrait se révéler le sien très prochainement. Elle resta droite et stoïque, fixant la tête dans ses mains. Non, elle ne finirait pas comme ça.


* * *

Après avoir encore un moment déambulé à travers la vaste demeure, la jeune fille eut l'immense privilège de découvrir que les cachots étaient au moins aussi vastes que la demeure en elle-même. Toujours dans le plus grand silence, elle suivait le drow boiteux, fermement tenu par ses deux gorilles au cas où une envie soudaine de faire une bêtise lui passerait par la tête. L'homme se dirigeait avec assurance et ouvrit une porte dans laquelle les autres le suivirent. Sous leurs yeux apparut une véritable salle de tortures. Des chaines pendaient négligemment des murs tandis que les braseros renvoyaient des lueurs étranges sur les divers instruments présents. Bien qu'elle soit déjà peu vêtu, Isr'aes ne pouvait ignorer la chaleur suffocante de la pièce.

Déjà, sur ordre du nobliau, les deux montagnes de muscles vinrent l'attacher à des chaines, ses bras tendus en l'air tandis que ses pieds touchaient à peine le sol. En équilibre plus que précaire, elle regarda les deux gardes sortir de la salle. La laissant à présent seule avec son bourreau. En tout cas, lui aussi avait chaud comme le prouvait le fait qu'il se mettait plus à l'aise. Puis, saisissant un poignard, il se mit à jouer avec, la lame renvoyant des reflets flamboyants dû aux braseros de la pièce. Il paraissait dangereux, non, il était dangereux. Elle ne devait pas se faire d'illusion.

Elle choisit donc de ne pas tenter le diable. Elle n'avait aucun envie de finir dans cet horrible cachot et pour l'instant, il avait tout pouvoir sur elle. Alors, autant ravaler sa fierté et rester en vie.


- Isr'aes est mon nom. Et à part le fait que je suis persuadé que, comme tous les autres avant vous, vous ne croyez pas en mon pouvoir, je n'ai rien à ajouter.

Bon, ce qui était de la fierté ravalée, elle aurait pu faire mieux. En même temps, elle préférait le dire franchement. Elle savait que personne ne l'avait jamais crue alors pourquoi les choses changeraient-elles maintenant? Seuls les sorciers pouvaient pratiquer la magie et la sentir. Pas les gens comme elle. Et malgré sa place plus élevée dans la société, il ne pouvait qu'avoir les mêmes aprioris que les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mar 26 Avr 2011 - 12:26

La jeune drow resta un instant pendue là par les poignets. Pour le moment, elle essayait encore vainement et par réflexe de trouver un certain équilibre dans sa posture pour pouvoir soulager ses poignets du poids de son corps. Mais bientôt, elle arrêterait ses tentatives. Elle aurait besoin de toutes ses forces pour se qui allait suivre. Il n'avait pas l'intention de lui laisser un seul instant de répits. Il ne s'agissait pas de la maintenir sage pendant quelques instants quant on avait des gardes qui l'encadraient maintenant. Tout le monde pouvait se venter d'avoir une esclave docile dans cette situation. Maintenant, Drykars se fixait comme objectif de se faire obéhir sans la présence de ses hommes. La dresser pour être plus clair.

Et pour dresser une esclave, et particulièrement une esclave drow, il n'y avait pas des centaines de possibilités. Pour parvenir à se qu'elle finisse par obéir, il fallait déjà la briser.

Peu importait se qu'elle allait lui dire en fin de compte. Si elle refusait de lui dire son nom, il le lui arracherait simplement. Elle ne ferait que prolonger son supplice.


- Isr'aes est mon nom. Et à part le fait que je suis persuadé que, comme tous les autres avant vous, vous ne croyez pas en mon pouvoir, je n'ai rien à ajouter.

Elle était encore un peu fière. Mais sa fierté était encore jeune. Il était plus facile de dresser une jeune femme drow qu'une qui aurait déjà vécu plus longtemps. La simple vue de ce poignard avait déjà fait plier sa volonté au point qu'elle lui avait dit son nom. Le drow avait déjà vu des captives auxquels il avait fallut sérieusement taillader la peau pour obtenir d'elles le résultat qu'il venait d'avoir en jouant simplement avec un couteau devant ses yeux.

Prenant son temps, Drykars avança vers la jeune femme en continuant à jouer de son poignard, projetant des éclats de lumières à l'aspect aussi fascinant que dangereux.

Mais elle venait de soulever un point des plus intéressant. Le fait qu'il croie ou non son histoire. Les mages pouvaient ressentir ce genre de choses qu'elle décrivait ici. Mais jamais encore il n'avait entendu parler d'une personne dépourvue du don de magie qui était capable de ressentir les affinités magiques autour d'elle. C'était quelque chose d'intéressant.


« Tu n'y es pas du tout, déclara le plus calmement du monde Drykars. »

Doucement, il passa la pointe du poignard sur la gorge de la drow avant de changer de route et de descendre doucement. La lame parfaitement affutée trancha le maigre vêtement qui couvrait encore son torse. Le frêle tissus glissa doucement le long du corps de la drow dans un léger bruit avant d'être rapidement rejoint par la seconde partie de se qu'avait été le costume de danseuse d'Isr'aes.

Le drow observa un instant le corps de la jeune femme. Il ne s'était pas trompé. Elle était tout à fait désirable.


« En fin de compte, je ne pense pas vraiment que tu ais mentit. Cela aurait été terriblement stupide de ta part et si tu as pensé à tout faire pour attirer mon attention sur toi, je ne pense pas que tu sois stupide. »

Avec une lenteur toute calculée, Drykars prit un fouet et commença à faire doucement le tour de sa captive pour arriver dans son dos qu'il effleura doucement.

« Non. Je souhaite faire de toi mon esclave. Mais pour ça, il me faut tout d'abord briser ta volonté. Et je pourrais t'imposer la mienne. »

Soudainement, Drykars s'éloigna de la jeune femme et arma son bras. Il savait comment frapper avec un fouet pour causer le maximum de souffrance avec le minimum de marques. La pauvre drow allait souffrir.

« Si tu veux crier, je t'en prie, ne te gène surtout pas. »

Le bras de Drykars s'abattit et le fouet claqua violemment en laissant dans le dos d'Isr'aes sur zébrure. Mais pas le temps de se poser trop de question. Déjà le drow réarmait son bras pour frapper à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mar 26 Avr 2011 - 15:37

Ainsi attachée, les mains liées loin au dessus d'elle ne lui laissant qu'un appui plus que précaire sur le sol en pierre de cette salle devenue sa propre chambre de torture, elle répondit à sa question avant de laisser à nouveau le silence retomber. Il ne servait à rien qu'elle le provoque, pas dans l'état où elle se trouvait à présent car elle ne réussirait qu'à y laisser des plumes. Et elle n'avait pas échappé à l'étal des esclaves pour se faire purement et simplement tuée ici et maintenant.

Son regard n'était plus fixé sur le Sombre à qui elle appartenait désormais mais sur la lame blanche au reflet de feu qui jouait comme si de rien n'était entre ses doigts. Pour l'instant, elle la trouvait bien plus dangereuse que l'homme en lui-même. Cependant, son pas mal assuré et légèrement boitant finissait par ancrer davantage en elle cette sensation de danger imminent. Comme si ce son handicap servait à renforcer la mise en scène somme toute macabre qu'il était en train de lui offrir.

Tandis qu'il lâchait quelques mots sans véritable sens ainsi offert sans explication, il se rapprocha d'elle. La lame vient doucement se placer sur sa gorge, l'effleurant légèrement mais lui arrachant un frisson par son contact glacé, contraste impressionnant compte tenu de la chaleur de la pièce. Son corps se tendit instinctivement, son regard moins fier à présent, avant que la lame ne prenne une autre route. Descendant le long de son corps, serpent de métal sur son corps couleur onyx, le poignard continua sa course jusqu'à rencontrer le tissu léger lui servant de dernier atour.

Sans changer son geste, la lame trancha avec une facilité déconcertante la toile couvrant ses formes de jeune femme avant de continuer son chemin jusqu'à venir couper tout morceau qui aurait pu demeurer sur son corps, offrant ainsi ce dernier à la vue de drow boiteux. Malgré sa position inconfortable, elle ne put s'empêcher de li lancer un regard courroucé. Puis, prenant un appui différent sur le seul, elle se permit une remarque au ton un peu acerbe, laissant bien sous-entendre qu'elle n'appréciait que moyennement ce traitement.


- J'espère que le spectacle vous plait....


Puis il prit la parole à nouveau, lui laissant entrevoir qu'il la croyait. En tout cas, s'il avait comprit qu'elle n'était pas aussi stupide que nombre des filles qu'il avait vu défiler devant lui, il aurait au moins apprit quelque chose aujourd'hui. Cependant, elle n'aima pas le voir disparaitre dans son dos après avoir tranquillement troqué son arme contre un fouet trouvé à portée de main. Même sa caresse sur son corps lui parut dangereuse et traitresse. Tournant au maximum la tête dans l'espoir de croiser son regard afin qu'il puisse y lire toute cette fierté qu'il souhaitait briser.

Ainsi, il la voulait pour lui et lui seul. Au moins maintenant, elle connaissait ses intentions. Mais le ton qu'il employait était d'une neutralité blessante à son goût. Elle le sentit s'éloigner mais ne pouvait le suivre du regard. Par contre, elle entendit le souffle de la lanière fendant l'air juste avant que le cuir de cette dernière ne vienne mordre sa peau. Prise au dépourvu, ses pieds glissèrent sur le sol inégal, ajoutant à la douleur cuisante de la morsure du fouet celle des chaines s'enfonçant violemment dans ses poignets. Elle étrangla un cri, se mordant les lèvres en reprenant son souffle.

Déjà, un deuxième coup s'abattit sur elle, tout aussi puissant que le précédent. Non, ne pas crier, ne pas lui faire ce plaisir. Elle tenta de retrouver un semblant d'équilibre, son poids ainsi disposés même inégalement sur ses pieds soulageant ses poignets meurtris mais un nouveau coup tomba. Elle perdit de nouveau l'équilibre, lâchant un gémissement de douleur. Elle retint une larme de rage, haïssant le fait d'être ainsi à la merci de cet être infirme. Sa réflexion fut coupée par le retour de la lanière sur son dos. Cette fois, le cri bien que léger lui échappa. Se forçant à reprendre son souffle, elle se tendit, prête à recevoir à nouveau la morsure du fouet. Mais même ainsi préparée, la douleur fut violente et cuisante, lui arrachant un vrai cri cette fois.

Elle avait perdu le compte des coups qui s'était abattu sur elle. Elle avait retenu ses cris au maximum, gémissant plus qu'autre chose à chaque fois que le cuir mordait à nouveau sa chair, mais elle avait renoncé à chercher un quelconque équilibre. Seuls ses bras la tenait debout car fermement retenu par les chaines implantées au plafond. Ses mains étaient ankylosées et ses poignets douloureux, sa peau mise à vif par le contact forcé et lourd du métal. Après un nouveau léger cri de sa part, il y eut un moment de vide. De silence. Elle ne l'entendait pas armer son bras, ni la lanière fendre l'air. Le coup suivant ne venait pas. Pourquoi?

Enfin, du bruit à nouveau. Ce pas si caractéristique, mal assuré car boitillant. Elle tenta de relever un peu la tête mais ne put que la tourner sur place, ce simple mouvement ravivant la douleur de son dos meurtri. Lentement, le Sombre entra de nouveau dans son champs de vision. Elle put alors le voir reposer le fouet. Serait-ce la fin de la leçon, elle n'y croyait qu'à moitié. Et son intuition fut vite certifiée. Elle l'entendit saisir quelconque sans voir de quoi il s'agissait jusqu'à ce qu'il vienne se placer juste face à elle, brandissant devant elle avec un sourire sadique le même poignard qu'un peu plus tôt.

Tout son être se tendit tandis qu'elle essayait de retrouver cet équilibre très précaire certes mais qui lui offrirait une meilleure vue sur la situation. Elle eut beau essayer de reculer, la lame vint ficher doucement à la base de ses côtes y laissant une petite entaille à peine sanglante et déjà, la lame reprenait sa place au côté du fouet. Elle avait retenu un gémissement de douleur lorsque l'arme avait mordu sa peau, étonnée que le drow se limite à cette simple estafilade alors qu'il avait sa vie entre ses mains. Mais ce fut un cri profond qui lui échappa lorsqu'un liquide fut projeté sans vergogne sur la plaie nouvelle.

L'eau salée lui donna l'impression d'allumer un brasier incandescent à l'intérieur même de l'entaille, comme si le liquide en lui-même devenait corrosif. La douleur aussi soudaine que relativement brève la laissa le souffle très court, ses pieds perdant à nouveau tout appui sur le sol. Elle tenta de relever la tête pour apercevoir l'homme qu'elle sentait tout proche mais hors de portée afin de pourvoir au moins se préparer à l'arrivée de la vague, qui viendrait forcément, mais déjà, elle hurlait de nouveau, le salin venant d'entrer une seconde fois en contact avec la plaie ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mar 26 Avr 2011 - 21:53

C'était intéressant de voir comme le fouet était un outil des plus efficace pour délier les langues et briser les fiertés. On le voyait tout de suite d'ailleurs. Isr'aes avait étouffé ses premiers cris sous le fouet. Elle avait lutter pour ne pas se mettre à crier alors que la lanière de cuir marquait son dos ou qu'en perdant l'équilibre, le fer des menottes vienne mordre ses chaires. D'un simple grimacemment, cela fini vite par devenir des gémissements de douleur. Des gémissements qui s'intensifièrent encore. Elle essayait de ne pas crier. De reprendre son souffle et d'ignorer la douleur. Comme si se n'était qu'une simple information que lui transmettait son corps.

Comme si elle avait la moindre change de réussir à l'éviter.

Puis, se fut le coup de trop pour elle et elle lâcha enfin un vrai cri de douleur. Mais se n'était pas assez. Il allait en falloir plus. Beaucoup plus. Pour la briser, il fallait lui arracher plus d'un simple cri. Se ne serait pas assez. Loin de là. Aussi, les coups continuèrent à pleuvoir. Pas assez pour la tuer ou la faire s'évanouir, c'était tout à fait certain. Si elle avait alors continuer à refuser de pousser des cris, il ne fallait pas se décourager. Elle avait arrêté de chercher son équilibre et pendait doucement au bout de ses chaines. Elle avait renoncé. C'était en soit une première victoire.

Jugeant qu'elle en avait eu pour son compte, Drykars enroula à nouveau le fouet sur lui même et attendit un instant. Elle devait être en train de se demander se qui était en train de se tramer derrière elle. Juste dans son dos mais trop loin pour qu'elle puisse espérer le voir et c'était sans le moindre doute cela le pire. Se qu'elle ne voyait pas. Elle ne pouvait que le deviner.

Ne la laissant pas douter trop longtemps pour conserver le pouvoir qu'il avait gagné sur elle, Drykars se remis en marche et passa à nouveau devant elle. Avec une lenteur toute calculée et rendue plus dramatique encore par sa claudication, Drykars entra dans son champ de vision et déposa le fouet là où il l'avait prit.

Il fit mine alors d'hésiter sur l'outil dont il comptait se servir. Seulement mine parce qu'il savait parfaitement se qu'il allait lui faire subir maintenant. Mais encore une fois, se n'était là qu'une simple pièce de théâtre des plus sordides dans lequel la mise en scène valait bien autant que les souffrances qu'il lui faisait endurer.

Et mettre en scène, cela, Drykars savait le faire. Cette pauvre fille en ferait bientôt les frais plus que jamais.

Drykars revint vers elle avec une lenteur encore une fois toute calculée, lui présentant le prochain objet dont il allait se servir sur elle. Elle le connaissait déjà. C'était le poignard dont il s'était servit peu de temps auparavant pour la déshabiller. Il allait cette fais s'en servir bien autrement. Un sourire sadique peint sur le visage, il la regarda essayer vainement d'échapper à la lame. Mais entravée et brisée par le fouet comme elle l'avait été, la pauvre drow n'avait pas la moindre chance de réussir.

Mais il ne lui fit pas grand chose. Une toute petite entaille de rien du tout à peine sanglante. Il n'était même pas certain qu'elle en garde une cicatrice tant la plaie était peu profonde et bénigne. Elle avait crut que c'était là l'outil de la torture? Elle avait tord. Et cette erreur lui couta diablement cher. Elle n'avait pas un seul instant soupçonné se qui lui arrivait. Bien.

D'un coup, il l'aspergea d'un seau d'eau. Certe, l'eau était froide. Enfin... elle avait tiédie mais n'était pas non plus très chaude. Mais surtout. Et c'était là le point le plus important sans le moindre doute. L'eau était salée.

Elle se mit à hurler. Me direz vous, c'était tout à fait le but de la manœuvre.

Elle gesticula un moment et de façon fort amusante au bout de ses chaines. Elle tenta de se relever. Apparemment elle n'en avait pas eu assez. Drykars balança un second seau. Cela allait la calmer pour un moment sans le moindre doute. Par pur sadisme et plaisir du travail bien fait, le drow imbiba une éponge d'eau salée avant d'aller la plaquer sur la plaie, faisant hurler sa captive.

Peut-être aurait-elle préféré mourir ou s'évanouir. Malheureusement, les dieux avaient décidé que se ne serait pas le cas.

Mettant fin à ce jeu cruel, Drykars reposa l'éponge.


« C'est tout pour le moment, déclara-t-il en récupérant les vêtements qu'il avait enlevé avant de sortir. »

Quelques minutes plus tard, deux gardes vinrent la décrocher avant de la jeter dans une cellule étonnement spacieuse. Une simple bougie allumée projetait un pâle disque de lumière qui ne parvenait pas à éclairer la totalité de la cellule. À vrai dire, la lumière n'atteignait pas les murs et cela donnait l'impression d'une flaque lumineuse au milieu d'un océan de ténèbres.

Comme un papillon de nuit attiré par la lumière, Isr'aes ne tarda pas à rejoindre cette minuscule bougie.

Se qu'elle ignorait, c'était que dans l'ombre se tenait Drykars. Dissimulé derrière un sortilège de mimétisme. Aurait-elle regardé dans sa direction qu'elle n'aurait rien vu d'autre que le noir d'une ombre.

Les drows avaient beau faire les fières. Quant les ombres elles même vous jouent des tours, tout le monde à peur du noir.

Se ne fut tout d'abord qu'un courant d'air. Puis un frôlement. L'ombre de Drykars avait commencé à faire son œuvre. Elle se relevait, regardait autour d'elle paniquée. Les ombres semblaient danser. Un instant, Drykars sortit de son camouflage pour apparaître dans l'anneau de lumière. Juste assez longtemps pour qu'elle puisse parfaitement le voir se tenir devant elle. Puis, il disparut à nouveau dans les ténèbres.

Il jouait à ce petit jeu depuis sans doute pas loin de deux heures, ne lui laissant pas le moindre répis et la harcelant toujours de ses ombres quant ce jeu sadique prit fin. Elle tournait en rond sur elle même. Un petit sort de condensation des ombres fit apparaître une simple boite dans laquelle elle se prit les pieds et s'étala de tout son long... aux pieds de Drykars. Il était bien là devant elle. Droit comme un I à la limite du disque lumineux. Les deux mains posé sur le pommeau de sa cane, la regardant de haut. Silencieux et avec un air parfaitement neutre, quêtant juste une réaction de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mer 27 Avr 2011 - 8:04

Autant les coups de fouet s'étaient révélés nombreux, autant il n'eut pas besoin d'avoir tant de fois recours à l'utilisation d'eau salée. Cette fois, elle ne chercha pas à retenir ses plaintes, le fait de vider ainsi ses poumons lui paraissant au final presque soulageant. Enfin, si l'on pouvait se sentir d'une quelconque façon soulagée face à un tel supplice. La tête basse, le corps comme vidé de ses forces, la jeune se laissait simplement pendre là, ressemblant étrangement à une poupée, magnifique certes, mais abimée car fatiguée.

Une grimace tordit son visage lorsqu'elle essaya vainement de bouger ne serait-ce qu'un peu. Même une fois le liquide chassé de sa peau par la simple force de gravitation, le sel lui était resté incrusté dans ses chais, rendant ces dernières brulantes. Elle avait cessé de se débattre, réalisant que chaque fois qu'elle tentait ne serait-ce que de relever la tête, le Sombre se faisait un malin plaisir à la faire souffrir. Pourtant, cela n'empêcha pas le drow de venir appliquer avec soin et un sadisme non dissimulé une éponge à nouveau plus que gorgée d'eau.

Son cri fut plus aigu cette fois, bien que plus faible. Non pas qu'elle se retenait, mais son corps traduisait ainsi la fatigue qui l'envahissait du fait d'être aussi habilement malmené et maltraité. Sa tête se rejeta cependant en arrière violemment, offrant finalement une plus grande surface de contact entre le liquide maudit et la plaie sur sa peau. Comme si son corps réagissait à l'inverse de ce qu'il aurait du faire. Mais ne pouvant se recroqueviller du fait de sa position enchainée, ce mouvement était le seul à lui être possible.

Le souffle court, le corps se couvrant d'une fine pellicule blanchâtre maintenant que l'eau des seaux l'ayant baignée s'évaporait en laissant derrière elle les minuscules cristaux de sel dessiner sur son corps un étrange et très léger motif, elle frissonna malgré la chaleur de la pièce. La fatigue et la douleur, sans compter la mise en scène macabre et le voyage difficile des derniers jours, tout cela combiné ne cessait de saper doucement tout ce qui lui restait de résistances. D'ailleurs, elle avait la sensation que même ses forces l’abandonnaient, ne se sentant même plus capable d'articuler le moindre mot.

Et puis, l'homme finit par détourner son attention d'elle, avant d'annoncer purement et simplement que tout cela suffisait. 'Pour le moment' avait-il jugé bon de préciser. Elle l'entendit poser l'éponge avant d'aller récupérer les vêtements dont il s'était délesté à son arrivée. Puis son pas inégal finit par disparaitre lentement, résonnant de façon assez inquiétante sur la pierre des sous-sols. Isr'aes se permit un soupir de soulagement. Il reviendrait, ce n'est pas terminé. Il l'avait dit lui-même. Mais au moins, elle disposait de quelques instants pour souffler.

Ses poignets lui devenant de plus en plus douloureux, elle n'avait cependant plus la volonté de chercher un quelconque équilibre. Elle se contenta de chercher à profiter de ces instants de calme pour reprendre son souffle et juguler la douleur qui avait prit possession d'elle. Il n'y était pas vraiment allé de main morte. Elle entendit les pas approcher mais ne broncha pas, même lorsque des mains puissantes finirent par la détacher. Elle reconnut les silhouettes de deux gardes mais se contenta de se laisser porter avant de se retrouver purement et simplement jeté au milieu d'une grande cellule.

La porte refermée derrière elle avec fracas, elle tenta de se relever en grimaçant de douleur, une main sur la plaie de ses côtes. Sa nudité n'était en rien un problème pour elle mais le manque de lumière la rendit vite anxieuse. Sans doute à cause de son traitement précédant. A genou au milieu de la flaque de lumière, elle tâcha de reprendre doucement du poil de la bête. Elle calma sa respiration avant qu'un grand frisson ne la traverse de part en part qu'elle ne put dissimuler. Sur le coup, sans doute l'effet du choc, elle releva la tête, fouillant d'un regard inquiet les ombres l'environnant. Mais elle n'y voyait goutte. Pourtant, son corps ne pouvait pas se tromper. IL était là. Quelque part.



- Je sais.... que vous êtes là.... Montrez-vous....


Sa voix avait perdu son assurance et sa façon de se tenir de sa superbe. Elle ne tremblait pas mais il s'en fallait de peu, le contraste entre la fraicheur de la pièce et la chaleur de la chambre de torture étant impressionnant. Elle se mit debout vaille que vaille, cherchant pas tous les moyens à le repérer. Mais quelques furent ses efforts, ils restèrent vains.

Alors, il y eut un souffle qui la fit se retourner violemment, lui arrachant une grimace. Puis un frôlement derrière elle qui la surprit, l'effrayant presque. Alors qu'elle se retournait, il apparut devant elle l'espace d'un instant avant de disparaitre, la laissant complètement interloquée. A nouveau, plus que des ombres avant que ces dernières ne se remettent en mouvement. Elle avait beau tourner son regard, resté au plus près de la bougie, rien n'y faisait, elle était devenue son jouet et il faisait d'elle ce qu'il voulait.

Elle avait perdue toute notion de temps. Il aurait aussi bien se passer une journée que quelques minutes. Son corps lui était à bout, sa détermination vacillante et sa volonté.... brisée. Elle cherchait encore à trouver le Sombre dissimulé dans les ombres, le savoir proche sans pouvoir l'atteindre n'en était que plus rageant, plus stressant à son esprit déjà bien mis à mal. Et puis, il y eut la chute. Elle ne chercha même pas à l'amortir tellement elle était épuisée. Le contact brusque avec le sol la fit à nouveau grimacer, lui arrachant un gémissement plaintif qu'elle ne put retenir.

Relevant doucement la tête, Sa longue chevelure d'un blanc à présent un peu salit lui faisant un voile léger sur son corps meurtri, elle le vit. Là, devant elle, fier comme un coq et ravit de son petit tour, il la toisait de toute se hauteur. D'un calme olympien et d'une neutralité blessante, il attendait. Isr'aes ne se releva pas. Elle savait cette manœuvre vouée à l'échec. Elle se contenta d'essayer d'accrocher son regard au sien. Avec un rictus entre la grimace et un faux sourire, elle lâcha entre ses dents.


-Vous êtes.... un monstre....

Sa voix brisée semblait presque mourir dans sa gorge. Elle avait dit ce qu'elle pensait, mais son regard retomba au sol, incapable d'affronter plus longtemps celui du drow boitillant. Elle était en position de soumission et ne cherchait même plus à s'en défaire. Malgré tout l'amour propre qu'elle possédait, elle se devait d'être réaliste. Ce combat était bel et bien terminé. Il avait .... Gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mer 27 Avr 2011 - 10:07

S'il avait été une de ces pitoyables larves. S'il avait dut éprouver ce que ces pauvres hères appellent la compassion, cela aurait sans doute été pour Isr'aes à ce moment là. Elle était brisée à ses pieds. Le traitement qu'il lui avait fait subir dans la salle de torture avait brisé la résistance de son corps. Il venait par ses tours de passe passe de briser celle de son esprit. Il savait qu'elle avait perçus sa présence et s'était sans doute plus rageant encore. Elle le savait là. Presque à porté de main. Pourtant, il y avait rien qu'elle ait put faire. Elle n'avait pas put le trouver et n'avait put que subir le harcèlement des ombres qui lui tournaient tout autour.

Elle devait être épuisée.

Sans doute la douleur, ou peut-être l'épuisement fit qu'elle ne se releva pas. Elle n'essaya même pas de le faire d'ailleurs, se contentant de rester là, immobile sur le sol. Une grimace déplaisante tordit ses lèvres alors qu'elle prononçait quelques très légers mots.


-Vous êtes.... un monstre....

Une nouvelle petite rébellion? Peut-être bien. Mais au fond, quel importance les mots qu'elle prononçait? Et puis, elle n'avait pas tout à fait tord. Il l'avait prise comme elle était. À peine adulte. Et il avait tout fait pour la briser physiquement et mentalement aussi vite que possible. Oui. On pouvait dire qu'il était un monstre sans trop se tromper. D'un autre côté, se n'était pas pour tergiverser philosophie qu'il l'avait prise à son service. Il l'avait fait parce qu'elle lui plaisait. Et puis, se qu'elle avait fait lui avait prouvé qu'elle disait vrai. Elle avait ressentit la présence de sa magie. Elle avait donc bien ce pouvoir.

Tout cela était des plus intéressant. Et ne faisait que conforter Drykars dans son choix de l'avoir prise à son service personnel.

Elle le traitait de monstre. Mais sa voix était brisé. Il ne restait que quelques loques et lambeaux de sa si grande fierté à présent. Son regard doré s'était retourné vers le sol. Elle avait brisé ce contact et restait là, à ses pieds, immobile. Soumise à la volonté de son tortionnaire. Et cette fois, elle ne cherchait plus à lutter contre cela. C'était un fait qu'elle acceptait à présent.

Un léger sourire apparut sur le visage de Drykars. Un sourire de victoire. Il avait gagné. Elle lui appartenait à présent.

Doucement le drow s'accroupit et lui caressa la joue tendrement. Après les coups et ce petit jeu d'ombres cela allait sans doute continuer à la déstabiliser.


« Allons, il ne faut pas dire des choses méchantes comme cela. Se n'est pas très gentil. »

Se penchant un petit peu plus, le drow déposa un léger baiser sur le front de la jeune femme.

« Maintenant, on va s'occuper de toi. Mes esclaves vont commencer par te laver et on t'apportera quelques vêtements pour te rendre descente. Ensuite, quelqu'un t'accompagnera à mon bureau. »

Sans attendre plus longtemps, Drykars et redressa et, s'appuyant sur sa cane, il se dirigea vers la porte dont il portait la clef autour du cou. Une fois dehors, il distribua les ordres pour qu'on prenne soin d'Isr'aes avant de retourner à son bureau où plusieurs affaires à régler l'attendaient.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mer 27 Avr 2011 - 12:02

La jeune drow était complètement vidée, aussi bien physiquement que mentalement. S'il décidait de la punir à nouveau pour ses paroles, elle serait incapable d'esquisser ne serait-ce qu'un geste de défense. Elle avait l'impression que des journées entières s'étaient écoulées tellement la fatigue la prenait. S'il elle n'avait eu encore un reste de fierté, elle se serait simplement laissée tomber à terre afin de ne demander aucun effort supplémentaire à son corps. Mais elle ne pouvait s'y résoudre. Elle serait esclave puisque c'était ce qu'il avait décidé pour elle, mais elle ne deviendrait pas un chien rampant aux pieds de son maître. Jamais.

Elle attendit une réaction de la part du Sombre et celle qui suivit la prit complètement au dépourvu. Elle entendit le froissement de ses vêtements lorsqu'il s'accroupit et par réflexe, ferma les yeux et ce prépara à recevoir un nouveau coup. Mais ce fut une caresse traverser sa joue, la surprenant complètement. Elle releva un peu les yeux vers son visage, complètement désorienté. D'abord les coups, la douleur, le harcèlement. Et maintenant ça? Non, elle ne comprenait plus cet homme étrange.

Lui parlant comme à une enfant un peu bête, mais avec un ton encore plus doux que celui utilisé lors de leur rencontre avec la jeune drow à la poupée cassé, il vint ensuite déposer un baiser sur son front avant de se relever. Elle aurait voulu réagir, faire, dire n'importe quoi. Mais son geste et son ton avait parachevés de la déstabiliser. Elle l'écouta sans saisir réellement la portée de ses paroles. Esclaves, lavé, vêtements, bureau.... Tout ce mélangeait dans son esprit fatigué. Mais déjà, il se relevait avant de prendre tranquillement la direction de la porte.

Elle resta quelques instants seule, entendant vaguement la voix du Sombre se répercuter en échos dans les sous-sols en donnant ses ordres. Isr'aes ne bougeait pas, tremblant seulement à cause de la fraicheur de la cellule. Et puis, la porte s'ouvrit à nouveau sur une drow d'âge avancée mais à l'allure encore gracieuse. Sans doute vivait-elle ici depuis des années. La femme aux formes généreuse l'aida à se mettre debout, la soutenant pour l'aider à marcher car ses jambes ne la portaient plus assez.

Elles marchèrent ensemble à travers les couloirs des sous-sols avant de prendre des escaliers les ramenant au rez-de-chaussée. Elle fut obligée de fermer les yeux, la lumière du jour l'aveuglant lorsqu'elle croisa son regard avant de doucement s'y réhabituer. L'esclave ne se souciait pas vraiment des états d'âme de la jeune femme qu'elle aidait, ne faisant que son travail et rien de plus. Elles cheminèrent encore un moment avant que la drow n'ouvre une porte révélant derrière la présence d'une salle de bain.

Cette esclave avait-elle l'habitude de se voir confier l'arrivée des nouvelles acquisitions de son maitre? Cette question traversa l'esprit d'Isr'aes en voyant avec quel automatisme la femme vaquait à chacune de ses tâches avec une incroyable minutie. La déposant sur une chaise en attendant que la baignoire ne soit pleine, elle commença par vérifier l'état de la marque sous ses côtes, la nettoyant avec soin afin d'en retirer le maximum de cristaux de sel pouvant encore y être incrustés. Puis, elle l'aida à entrer dans la baignoire avant de l'aider à se laver.

Étrangement, là où avant elle aurait hurlé qu'elle était apte à le faire d'elle-même, elle se tut. Déjà parce qu'elle n'avait aucune raison d'attirer des ennuis à cette esclave qui ne faisait qu'obéir aux ordres reçus. Et ensuite parce qu'elle n'était pour rien dans son état. Avec une grande douceur, l'esclave la lava et pansa en même temps sans le savoir son orgueil blessé. Oui, elle avait perdu. Mais elle était en vie et ni dans un bordel ni sur un étal de vente sauvage. Après tout, cette situation méritait bien quelques sacrifices, non?

Une fois parfaitement propres, l'esclave l'aida à sortir de l'eau et à se sécher. Elle se sentait mieux a présent, le corps moins lourd et l'esprit plus clair. Elles prirent ensemble le temps de bien démêler ses longs cheveux avant que la drow à ses côtés ne lui tende de nouveaux vêtements. Puis, elle sortit de la salle de bain, se postant devant la porte, laissant ainsi Isr'aes seule pour finir de se préparer.

Il y avait plusieurs tenues différentes posées tout près d'elle. Elle les observa les unes après les autres, appréciant les tissus dont elles étaient faites et jugeant des couleurs et des formes de chacun. Même son habit de scène aurait paru ridicule devant des parures sans doute simple pour un homme tel que son nouveau maitre, mais paraissant d'une rare finesse à la jeune drow. Finalement, après quelques minutes d'hésitation, elle finit par choisir un ensemble assez commun mais lui rappelant sa dernière tenue.

Le haut était assez court sans être trop décolleté ni trop osé, les manches mi-longues et un peu bouffantes laissant apparaitre ses épaules dénudées. Sa peau d'une belle teinte onyx ressortait d'une très belle manière sur le blanc pur du tissu rehaussé de motifs simples d'un beau bleu azur. Une petite pierre plus claire venait créer l'impression d'une fermeture dissimulée. Le bas, parfaitement assorti au niveau des couleurs, ressemblait à une sorte de pagne. Une ceinture épaisse, venait affirmer le dessin de ses hanches tandis que le drapé du tissu tombait négligemment sur ses jambes, chaque mouvement les faisant doucement voleter rendant son pas d'une légèreté impressionnante. Enfin, elle s'attacha les cheveux afin de dégager son visage.

Fin prête, elle entrouvrit la porte et laissa l'esclave juger de son allure générale. Apparemment, cela parut la satisfaire, cette dernière esquissant ce qui pouvait ressembler à un sourire. Elle demanda alors à Isr'aes de la suivre avant de la précéder dans les couloirs de la vaste demeure. Encore meurtrie, la jeun drow marchait à un rythme un peu plus lent qu'elle ne le devrait mais l'esclave ne s'en formalisa pas. Elle calqua son pas sur le sien avant de finir par s'immobiliser devant une porte de bois. Là, elle frappa et attendit une réponse qui ne tarda pas à venir. Elle ouvrit alors et entra, déclinant son identité avant de faire avancer la jeune drow à ses côtés et de la laisser au regard connaisseur de son maitre.

Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Sam 30 Avr 2011 - 11:33

Le gros de la journée était derrière eux et pour être tout à fait honnête, Drykars était loin d'en être mécontent. Les esclaves qu'il avait trié le matin même avaient déjà commencé à rapporter de l'argent et l'autre couineuse au groin de cochon qu'il avait écarté s'était vendu aux hémologue à un prix des plus appréciable d'ailleurs. L'homme que Drykars avait envoyé avait d'ailleurs précisé qu'il n'était même pas sortit que la gamine était déjà en train de se faire saigner. Cela avait fait sourire le drow. Elle valait sans doute plus ainsi que vivante. Il voyait difficilement comment vendre une esclave de son genre sur un marché.

Mais pour l'heure, une fois ses affaires réglée, le drow se plongea presque négligemment dans ses livres de compte. Il les avaient déjà vérifier, mais cela lui occupait l'esprit le temps qu'Isr'aes arrive. Il tenait à voir le résultat. Quant elle était arrivée, elle était une forte tête insoumise et d'une crasse repoussante. Maintenant, l'image qu'elle allait offrir serait sans le moindre doute toute autre et des plus agréables.

Pour être honnête, au départ, Drykars ne s'était intéressé qu'à ce don qu'elle possédait apparemment de pouvoir ressentir la magie. Mais il espérait de tout coeur qu'elle soit capable de faire autre chose que cela. Sinon elle deviendrait bien rapidement d'un ennuis mortel quant il aurait fini de décortiquer chaque possibilité qu'offrait ce don si particulier qu'elle possédait. Mais une jolie et jeune drowette dans son genre devait sans le moindre doute savoir faire quelque chose de ses dix doigts.

On frappa enfin à la porte du bureau. Malgré lui, un sourire ravis apparut sur les lèvres de Drykars. Il allait enfin ,voir le résultat de se qu'il avait fait devant lui.


« Entrez. »

L'esclave entra, Isr'aes sur les talons. La servante salua son maître mais ne s'attarda pas longtemps, laissant la jeune drow à Drykars. Après tout, le maître avait peut-être, voir surement quelques... projets, pour cette fin de journée. Le genre de projet qui ne nécessitait rien de bien particulier à part deux personnes plus ou moins dévêtues. Il fallait dire qu'elle était loin d'être moche la nouvelle venue. Et comme indiqué, c'était une nouvelle venue. Alors bon... et puis, pour s'occuper de son esclave, Drykars n'avait pas besoin d'elle non plus. Et demander à rester aurait été imposé sa présence... imposer quelque chose à son maître n'était pas forcément une excellent idée. Loin de là.

Bref. L'esclave partie, Drykars observa un moment Isr'aes qui se tenait debout devant lui. Elle avait choisit une tenue assez similaire à celle dont il l'avait préalablement... délesté dirons nous.

Il avait presque du mal à croire qu'il s'agissait de la jeune drow qu'il avait tourmenté quelques temps plus tôt. Une fois lavée et correctement habillée, Isr'aes était tout à fait charmante et plus attirante que jamais. Le contraste entre le blanc pur de sa tenue et la teinte onyx de sa peau était assez saisissant, mais loin d'être désagréable à regarder. Quant au mouvements, il était fascinant de voir la façon dont les pas de la jeune drow faisaient doucement voleter le tissus qui tombait sur ses jambes sans pour autant dévoiler trop des jambes de la jeune Sombre. Le vêtement en laissait l'impression, mais au final, il ne faisait que laisser imaginer à ceux qui regardait la Sombre les longes jambes de celle-ci.

Oui, Isr'aes était parfaitement belle et désirable ainsi. Sauf que Drykars avait autre chose en tête. Son empaffé de cousin l'aurait prise sur le champ à même le sol à n'en pas douter. Mais c'était sans doute se qui faisait qu'il dirigeait les mercenaires tandis que Drykars lui, commandait à toute la famille. Le Sombre était... plus subtil que son parent. Se qui en l'occurrence n'était pas particulièrement difficile.

Le sombre tourna un instant autour de la jeune femme avant de s'arrêter devant elle à nouveau.


« Cela me semble très bien. Dit moi. Avant d'être capturée. Que faisais-tu pour gagner ta vie? J'aimerais savoir se qui est déjà en tes capacités. »
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Sam 30 Avr 2011 - 16:08

Sans qu’elle n’en ait vraiment prit conscience auparavant, elle réalisa qu’elle avait retenu son souffle en entendant la réponse du Sombre venir de derrière la porte. Elle s’en morigéna mais devait bien reconnaître que suite au traitement assez spécial qu’il venait de lui faire subir, sa réaction restait somme toute plus que normale. Dès que l’ordre, ou l’autorisation suivant le point de vue, fut tombé, la drow la précédant la fit entrée dans une grande salle faisant office de bureau. Les deux femmes avancèrent donc de conserve jusqu'à se trouver à une distance raisonnable du maitre des lieux. Après avoir décliné son identité, elle prit d'elle-même la direction de la sortit. En passant, elle se contenta de faire signe à la nouvelle esclave qu'elle devait rester avant de disparaitre derrière le battant refermé.

A présent seule face à son nouveau maitre, Isr'aes ne se sentait plus aussi en sécurité qu'avec l'autre esclave. Elle avait encore à l'esprit et dans le corps le souvenir de la leçon qu'il venait de lui infliger et, bien qu'elle refuse d'admettre qu'elle le craignait, devait bien reconnaitre, qu'au moins, sa présence était assez imposante pour qu'elle ravale sa verve et se tienne tranquille. Sa fierté avait déjà été réduit en lambeau, elle ne tenait pas à subir le même sort. Elle choisit de rester simplement là, devant, un peu raide peut-être mais sans aucun signe de rébellion. Elle ne prononça pas un mot, préférant ne pas commettre d'impair. C'est ainsi qu'elle attendit, stoïque et silencieuse, de savoir ce qui l'attendait à présent.

Toujours en silence, le Sombre se lava avant de venir inspecter sa nouvelle marchandise. Instinctivement, par réflexe et instinct de survie, elle ne le quittait pas des yeux, son corps se raidissant à son approche, près à bondir si le besoin s'en faisait sentir. Le bruit régulier de la cane heurtant le sol de pierre ne faisait rien pour lui rendre l'atmosphère de la pièce moins pesante. Cependant, elle appréciait presque le fait d'être seule avec lui. Au moins n'avait-elle qu'une seule personne à surveiller et son attention entière était focalisée sur l'homme qui la détaillait méticuleusement.

Après avoir terminé son petit tour d'inspection, le drow revint se planter devant elle, l'air particulièrement satisfait. Son regard lui rappelait celui de certains clients des tavernes ou elle avait dansé et qui la dévorait littéralement des yeux. Lui était plus subtil, plus fin, mais elle ressentait le même genre de sensation. Bah, au moins n'aurait-elle pas tout perdu si son charme était toujours intact. Ce genre d'arme n'était jamais à négliger, si petite qu'elle soit. Puis, il s'adressa à elle très calmement. Apparemment, il semblait content de ce qu'il avait sous les yeux. Tant mieux, elle en était ravie pour lui. Il enchaina directement en lui demandant de façon un peu brusque ce qu'elle était capable de faire.

- Il est vrai que ma tenue avait perdu son éclat premier mais je vous pensais assez fin pour avoir deviné de vous-même. J'étais danseuse avant que vos hommes de mains ne décident de me ravir ma liberté. Mais si le besoin s'en faisait sentir, il m'arrivait de soulager deux trois passants de leurs bourses. Il m'arrivait également de travailler parfois comme serveuse ou d'aider ma famille pour les travaux de la ferme.

Une fois ses explications terminées, elle laissa le silence reprendre sa place, fixant l'homme en face et le détaillant à nouveau. Étrangement, il ne lui apparaissait plus vraiment de la même façon que lorsqu'il se trouvait sur l'estrade. Son allure générale était, bien sur, restée la même mais à présent elle avait l'impression de voir en lui plusieurs personnages différents. Comme des masques qu'il pouvait changer et enfiler à loisir. L'homme dur et froid du tri des captifs, celui cruel et sadique de la chambre torture, méticuleux et patient de la cellule sombre ou encore celui du chef de famille, attaché à ses comptes et à son bureau, semblant curieux du passé de sa nouvelle acquisition. Décidément, cet homme là déstabilisait complètement.

Restant aussi calme que possible, la jeune esclave n'en restait pas moins sur la défensive. Maintenant qu'elle savait de quoi il était capable, où du moins qu'il lui en avait offert gratuitement un petit échantillon, elle préférait ne pas trop le provoquer. En même temps, elle avait toujours eu du caractère et un bon franc-parler, ce qui risquait de ne pas coller avec sa nouvelle condition. Elle le savait et pourtant, elle ne retint pas la question qui lui vint. Après tout, puisqu'elle allait devoir passer une partie de sa vie aussi, elle autant qu'il sache lui aussi tout de suite qui il avait en face de lui. Même si elle était en position de faiblesse, elle ne se renierait pas. Pas entièrement du moins.


- Et mis à part commanditer des enlèvements massifs et faire tourner les bordels et les marchés aux esclaves, que faites-vous dans la vie? Je ne savais pas le commerce d'être vivant aussi rentable....


Oui, la pointe d'ironie dans sa phrase était de trop. Mais elle ne pouvait changer en un claquement de doigts près d'un siècle d'éducation. Et puis, sans cela. Elle ne serait plus Isr'aes. Elle espéra seulement qu'il ne prenne pas cela pour de la provocation, les deux lui paraissant soudain trop proche à son goût.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mar 3 Mai 2011 - 20:13

Il y avait toujours un côté insoumis chez la drow. Elle tentait tant bien que mal de ne pas le montrer, mais il était difficile de ne pas voir les regards qu'elle lui jetait. Elle ne l'aimait pas vraiment. C'était le moins qu'on puisse dire. Certes, Drykars n'aurait pas éprouvé le moindre plaisir à la faire ramper à ses pieds comme un animal. Il en avait largement la capacité. S'il voulait voir une esclave ramper et le supplier, il en avait parfaitement la capacité. Elle n'était restée que quelques petites heures entre ses mains. Moins de quatre heures en fait et il était parvenu à la dompter.

Alors qu'est-ce que cela aurait bien put être s'il l'avait gardé plusieurs jour sous son emprise à lui faire subir ce traitement? La question se posait. Et d'ailleurs, cela pouvait peut-être lui servir... ça lui donnait une idée en tout cas.


- Il est vrai que ma tenue avait perdu son éclat premier mais je vous pensais assez fin pour avoir deviné de vous-même. J'étais danseuse avant que vos hommes de mains ne décident de me ravir ma liberté. Mais si le besoin s'en faisait sentir, il m'arrivait de soulager deux trois passants de leurs bourses. Il m'arrivait également de travailler parfois comme serveuse ou d'aider ma famille pour les travaux de la ferme.

Tien? Elle était assez en forme pour lui servis un sarcasme. C'était intéressant. Elle avait encore de l'énergie et de la hargne à lui servir. C'était des plus amusant tout cela. Bon puisqu'elle avait encore assez d'énergie pour ce genre de chose, il allait lui faire frotter le sol. Au moins son énergie serait utile à quelque chose. Quant elle aurait les mains en sang à force d'avoir astiqué le plancher, elle se montrerait plus encline au respect dut à son maître et moins prompte au sarcasme.

Drykars quant à lui tiqua légèrement sur la partie ''fermière'' de se qu'elle savait fait. Des drows qui cultivaient la terre. Cette image était plus qu'incongrue. Et presque répugnante. Comment des représentants de ce noble peuple pouvaient s'abaisser à une activité aussi bassement humaine? Écœurant. Tout simplement écœurant. Et pourquoi pas manger des salades pendant qu'ils y étaient. Ou même mieux. Tresser des poney et dresser donner à manger aux écureuils pendant qu'ils y étaient?

C'était à son tour de se faire détailler maintenant. Drykars l'avait parfaitement remarqué, mais il hésitait encore à l'interrompre pas un cinglant: ''Tu aime se que tu vois?'' mais cela aurait été moins drôle. Il préférait la laisser s'interroger et ne pas comprendre. Tant qu'elle ne parviendrait pas à le comprendre, il garderait un certain avantage sur elle.

C'était lui qui avait le pouvoir ici. Il pouvait lui faire faire tout se qu'il désirait et le pire, c'est qu'elle ne pouvait pas savoir se qu'il lui ferai. Ni quant il le lui ferait. Elle était totalement à sa merci en somme. Une situation qui devait être relativement angoissante. Pour elle en tout cas. Drykars quant à lui trouvait cela plutôt drôle et pour tout dire, prenait un plaisir quelque peu malsain à tourmenter un petit peu la pauvre drowette.


- Et mis à part commanditer des enlèvements massifs et faire tourner les bordels et les marchés aux esclaves, que faites-vous dans la vie? Je ne savais pas le commerce d'être vivant aussi rentable....

D'abord du sarcasme, maintenant de l'ironie. Qu'elle continue encore un petit peu et Drykars s'assurerait personnellement qu'elle laverait les sols de toute la demeure. Drykars eu un léger sourire. Cette idée n'était pas des plus déplaisante d'ailleurs. Il resta un moment totalement immobile. Le temps de lancer le sortilège, puis il se redressa et fixa longuement les prunelles dorées d'Isr'aes.

« Dans le couloir en dessous de l'escalier pour monter à l'étage au dessus se trouve le bureau de la Prime esclave de la maison. Va la voir, elle te donnera quelque chose à faire. »

Drykars indiqua ensuite la porte de sortie à la jeune esclave qui ne tarda pas à sortir. Dire qu'il lui faisait confiance était bien loin d'être une réalité. Aussitôt fut-elle sortie que le jeune mage commença à tisser un sortilège.

Comme il l'avait penser, Isr'Aes n'allait pas vraiment dans la bonne direction. Pas grand chose d'étonnant. Il n'y avait personne pour l'arrêter jusqu'au moment ou elle arriva à l'angle d'un couloir. Impossible de la louper. Cette ombre elle n'était pas comme les autres. Elle était l'exacte silhouette de Drykars et fixait Isr'Aes de ses yeux blancs. Puis, elle lui intima de faire demi tour. Eh non. L'évasion, se ne serait pas pour cette fois.

* * *

Tiv'talia était la Prime esclave des Trys'Tavilon depuis prêt de deux cents ans. Se n'était pas rien, bien au contraire. C'était même elle qui détenait le record de la maison pour se qui était de cette charge. Cette grande drow aux formes à faire se pâmer le Puy n'était pas du genre commode. Elle s'était hissé à cette tâche honorifique pour une esclave à la force du poignet et, disait-on, à son coups de rien légendaire pour faire monter les hommes au septième ciel.

Au fond, c'était une self made drow. À la base, elle avait été gardée parce que le fils du leader des mercenaires à l'époque venait de naître et qu'il avait besoin d'une nourrice. Ça tombait plutôt bien, elle avait tout se dont elle avait besoin pour tenir ce rôle. Et quant elle ne le faisait pas, elle jouait tranquillement les souillons à laver les sols sous les implacables coups de cravaches de la Prime esclave de l'époque.

Maintenant, c'était elle qui maniait la cravache. Et présentement, c'était sur une de ces pauvres gourdes d'humaine qui n'était pas foutue de nettoyer le sang qu'avait laissé un peu partout la fin prématurée de l'autre poupée.

En clair, elle était en train de la corriger comme il se doit lorsqu'Isr'aes entra.


« Tu dois être la nouvelle. Bon. Je vais t'expliquer les règles. Alors tu la ferme, comme ça on ira plus vite. Tu fais se que je te dis à moins que le Maître ne t'ai donné un autre ordre. Dans ce cas, tu lui obéhit avant. À moins que le maître ne te demande, tu dors dans le dortoir. On te l'indiquera plus tard. Si le maître te demande pour la nuit, tu vas l'attendre dans son lit. Nue bien entendu. Si ça te choque, dit toi que c'est bien dommage, mais tu as pas le choix. »

Attrapant un seau d'eau savonneuse, et une brosse, Tiv'talia les colla sans ménagement dans les mains de la jeune esclave.

« Nos latrines au fond du couloir ont besoin d'un décrassage. Le Maître à ordonné que tu t'en charge. Je te conseil de te mettre au travail tout de suite. »

La Prime esclave darda son regard sang dans celui de la jeune Sombre.

« Des questions? »
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Mer 4 Mai 2011 - 7:57

Après qu'elle eut terminé de cracher ce qui lui restait de venin, elle ne put cependant que se sentir légèrement anxieuse. Oui, elle était contente d'avoir dit ce qu'elle pensait mais elle réalisait également les risques qu'elle prenait à les formuler de cette façon. En même temps, changer une personnalité en profondeur ne se ferait pas en un simple claquement de doigt. Elle se prépara à subir sa colère mais cette dernière ne vint pas. Il resta simplement face à elle, immobile, comme s'il attendait quelque chose. Mais rien ne venait et la jeune femme commençait à se poser des questions quand, enfin, sa voix vint percer le silence de la pièce.

« Dans le couloir en dessous de l'escalier pour monter à l'étage au dessus se trouve le bureau de la Prime esclave de la maison. Va la voir, elle te donnera quelque chose à faire. »


Sur le coup, elle se sentit frustrée qu'il ne daigne même pas lui répondre, ne serait-ce que pour la remettre à nouveau à sa place. En même temps, elle trouvait son attitude plutôt désinvolte assez inquiétante. Il était trop sur de lui mais surtout il était trop malin pour ne pas profiter de son ascendant sur qui que ce soit et ce qu'importe la situation. S'il se permettait de la toiser ainsi, c'est qu'il y avait quelque chose d'autre derrière. Elle en était persuadée. Le seul souci, c'est qu'elle n'avait pas la moindre idée de ce dont il pourrait s'agir.

Sa phrase prit soudain un éclairement nouveau. Il la laissait aller seule d'un point à un autre. Sans escorte. Cela lui parut louche mais elle ne lui ferait pas le plaisir de le lui dire. Si elle pouvait profiter de quelques minutes de vagabondage à travers la demeure, elle n'allait pas se priver. Sortir était hors de question mais repérer les lieux ne serait pas un crime après tout. Elle se contenta donc d'une courbette et d'un faux sourire avant de lui tourner le dos et de sortir.

Une fois sortit du bureau, elle ne se sentit pas vraiment plus libre de ses mouvements ou moins oppressée qu'en sa présence. La demeure entière respirait sa présence à plein nez. Elle avait vaguement retenue les indications qu'il lui avait données mais étrangement, c'était le chemin la menant à l'opposé de sa destination qui lui parut le plus attractif. Elle fit donc quelques pas ainsi, cherchant des repères ou quoi que ce soit qu'elle pourrait exploiter avant de se retrouver au coin du couloir. Là, se dressait devant elle l'image parfaite du Sombre. Puis, cette dernière lui donna à nouveau l'ordre de se rendre chez la Prime esclave, ce qu'elle fit cette fois-ci, à allure réduite cependant. Elle n'était pas pressée et elle jetait de temps à autres de petits regards alentours. Mais elle ne revit plus d'images de ce type.


* * *

Enfin, la nouvelle acquisition du maitre des lieux finit par arriver à destination. De loin, elle avait repérée le bureau au son des cris qui s'en échappaient. Peu importe ce qu'il s'y passait, cela ne la regardait absolument pas. Sans tenir compte du vacarme de cris qui traversait la porte, elle frappa avant d'entrer après ce qu'elle crut reconnaitre comme une autorisation au milieu des cris lui parvenant. Le spectacle qui s'offrit à elle ne la surprit pas vraiment. Une humaine alternait gémissements, cris et pleurs tandis que la Prime esclave se défoulait gaiement sur elle. Isr'aes se fichait de connaitre les raisons de sa punition mais elle n'avait aucune pitié pour la femme humaine. Même elle n'avait pas piaillé ainsi quelques heures auparavant.

Délaissant quelques instants sa victime du moment, la Prime esclave se tourna vers la drow avant de l'observer vaguement et de commencer par lui servir le sermon qu'elle avait sans doute répétée des centaines de fois. Elle n'était plus toute jeune, mais elle devait être une femme de fer pour être arrivée où elle en était aujourd'hui. De ce fait, la jeune Isr'aes jugea plus sage de ne faire de remarques incongrues. Pas la peine de se mettre tout le monde à dos. Bien que son statut particulier le fasse sans doute déjà pour elle. Être l'esclave personnelle du chef de maison et de l'homme le plus important de la famille ne pouvait pas comporter que des avantages.

A peine son speech de bienvenue fut-il terminé qu'elle lui fourra dans les bras une brosse ainsi qu'un seau d'eau savonneuse. Et bien, on ne perdait pas de temps par ici. Le fait de se voir refiler le nettoyage des latrines ne l'étonna qu'à moitié. Il s'agissait sans doute encore d'une technique destinée à briser les nouveaux venus. Et puis, les sales besognes étaient toujours réservées aux fortes têtes ou aux animaux encore un peu sauvage. Hors elle faisait partie des deux catégories. Enfin, la Prime esclave demanda à la drow si elle avait des questions. Oh oui, beaucoup.


- Je n'en aurais qu'une seule, si vous me le permettez. Comment dois-je vous nommez? Par votre titre ou avez-vous un nom spécifique à utiliser de notre part?


Elle se contenterait de cela. Autant ne pas accumuler les gaffes, elle avait eu son quota de coup de fouet pour le moment. Apparemment, la Prime esclave n'avait pas paru ravi de savoir qu'elle avait une question avant de finir par se montrer plus calme. C'était sans doute la seule question qu'elle pouvait tolérer dans ce genre de cas. Elle lui signifia de se limiter à l'appeler 'Prime esclave' et la renvoya au travail avant de reprendre le sien où elle l'avait laissée. Tandis qu'elle s'éloignait, Isr'aes put à nouveau entendre les cris de l'humaine l'accompagner en échos un moment dans les couloirs.

* * *

Il ne lui fallut pas longtemps pour rejoindre les latrines. Bien qu'un peu perdu dans ces dédales de couloirs, la demeure étant vraiment immense, elle finit par se repérer d'une façon très simple. A l'odeur. Et oui, les vieilles techniques sont souvent les meilleures. Lorsqu'elle arriva à destination, elle remarqua en effet que les latrines avaient plus que sérieusement besoin d'êtres décrassées. Elle resta un instant à observer l'ampleur du travail à faire avant qu'une voix féminine grave et franche ne l'interpelle avec véhémence.

"- T'es la nouvelle? Reste pas là à bailler aux corneilles, on à du boulot. Alors prends tes affaire et mets toi tout de suite à bosser."

Et bien, quel accueil, elle ne s'attendait pas à tant. C'est à peine si la jeune drow lui offrit un regard, plus par curiosité que par réelle désir. Il s'agit d'une demi drow apparemment. En tout cas, elle n'avait pas sa langue dans sa poche et ne ménageait pas ses efforts pour faire briller la zone dont elle s'occupait. Ne jugeant pas utile de répondre à la jeune femme, Isr'aes alla s'installer dans une autre partie des latrines et entreprit de nettoyer à son tour la parcelle où elle se trouvait.


En tout, elles étaient cinq esclaves à genou partageant le même devoir de nettoyer la fange des latrines communes aux esclaves. Une demi drow, deux humaines, une elfe ainsi que la nouvelle acquisition du maitre. Personne ne parlait beaucoup et si quelques paroles s'envolaient parfois, les esclaves plus anciennes ne venaient en aucune manière se mêler à la nouvelle arrivée. Du coup, Isr'aes se fit un devoir un devoir de poursuivre son travail de façon à ne pas se mélanger avec elles. De toute façon, elle n'avait aucune envie de faire amie-amie avec ces filles, ce qui semblait être le seul sentiment qu'elles aient toutes en commun. La méfiance vis à vis des autres.

Isr'aes perdit rapidement toute notion de temps. Ses mains commençaient à devenir douloureuse, ses genoux ankylosés à force d'être toujours dans la même position. Et malgré ses efforts, elle avait l'impression de ne pas voir son travail avancé. Pourtant, ce n'était pas faute d'y mettre de l'huile de coude. Elle entendit vaguement quelques ricanements dans son dos provenant des autres esclaves mais elle n'en tint pas compte. Tout comme elle ne nota pas les présences occasionnelles d'esclaves passant pour assouvir leurs besoins naturels. Tâchant de rester calme, elle continua de frotter le sol avec force, commençant cependant à se poser des questions. Elle avait de plus en plus l'impression que l'on se moquait d'elle et si elle ne ferait rien à l'encontre du Sombre ou de la Prime esclave, rien ne l'empêchait de remettre les points sur les i avec ses 'copines' du moment.

D'ailleurs, celle qui l'avait interpellée à son arrivée finit par venir la voir, accompagnée par une des humaines. Ces dernières la toisèrent avec un mépris évident auquel la jeune esclave ne prit même pas la peine de répondre. De toute façon, elles n'avaient rien à se dire. Les autres s'étaient arrêtées, l'humaine et elfe restante apparemment curieuses de voir la suite des évènements. La brosse dans les mains d'Isr'aes ne ralentit pas pour autant. Comme si elle croyait lui faire peur.


"- Eh toi, la petite chienne, comment trouves-tu la fange dans laquelle tu te démènes? Vas-y surtout, frottes. Montre-nous à quel point il t'a bien dressé."


Ces paroles lui arrachèrent un sourire. Non mais franchement, pour qui se prenait-elle celle-là? Sans changer de position, elle lui répondit avec le plus grand calme et un sourire carnassier accompagné d'un coup d'oeil assassin.

- Je ne vois qu'une seule chienne ici. Celle qui porte l'odeur de ses lieux comme un deuxième vêtement. Une douche te ferais le plus grand bien, à moins que tu n'es peur de l'eau....

"- Non mais pour qui elle se prend, la nouvelle? Vas-y la demi, fais lui comprendre qui commande ici." Renchérit l'humaine.

- Et maintenant, tu te caches derrière ta copine? Comme c'est mignon. D'une lâcheté à en pleurer si seulement j'avais des larmes à dépenser pour si peu. Maintenant, si vous permettez, j'ai un travail à finir.


"- Tu va voir, espèce de sale garce."

Da par son statut, les autres devaient savoir que l'abimer serait prendre de très gros risques, mais rien ne les empêchaient de se défouler dans une certaine mesure sur elle. Ce dont certaines n'avaient visiblement pas l'intention de se priver. Il y eut un combat de regard, une défiance mutuelle avant que la demi ne décide de passer au niveau au-dessus. Elle saisit la drow par les cheveux, la forçant à s'aplatir sur le sol, avant de lui vider son propre seau ainsi que le sien sur le corps.

- A présent, dis-moi qui empeste les chiottes, petite merdeuse?


La demi s'était agenouillée pour mieux la narguée. Quelle grossière erreur. Sa fierté la perdra. D'ailleurs, elle allait le comprendre bien vite. Isr'aes laissa l'esclave rapprocher son visage tout près du sien avant de lui saisir violemment la gorge et de lui éclater la tête au sol. Manquant de force, la demi n'en était qu'assommée mais voilà qui lui permit de se relever. Déjà, les trois autres esclaves étaient face à elle, prête à en découdre. Pff, là, ça s'annonçait plutôt mal.

L'humaine se jeta sur elle en première, les deux femmes en venant aux mains tandis que l'elfe tentait de la ceinturer et l'autre humaine de lui saisir les bras. Mais sa fureur était impressionnante. Isr'aes mordit sauvagement au poignet celle qui tentait de la bloquer, envoyant un coup de pied puissant dans les côtes de l'elfe. Au moins ses pas de danse lui auront-ils servi. Mais la demi était de nouveau debout et la frappa à la tempe, la faisant chanceler. La jeune esclave continua de se débattre, frappant, mordant, griffant, tirant sur tout ce qui passait à sa portée. Mais le traitement infligé par le Sombre plus tôt, les semaines de trajet et les changements récents, commençaient à avoir sérieusement raison de ses forces. Et les autres en profitaient.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Ven 6 Mai 2011 - 18:46

Le moins qu'on pouvait dire était que la majorité des esclaves de la maison Trys'Tavilon étaient hostiles à cette jeune femme qui venait d'arriver. Certes, l'intégration des nouvelles esclaves n'étaient jamais quelque chose qui se passait dans la tendresse et avec tout un tas de petites fleures partout. Il fallait bel et bien dire se qui était. Une nouvelle, c'était un poids qui déséquilibrait cette fragile balances qu'étaient les lits. Une esclave n'a pas énormément de chance dans une maison drow telle que celle des Trys'Tavilon. Pour éviter de passer entre toute les mains et d'ouvrir ses jambes à n'importe lequel des membre de la maison, il n'y avait qu'une seule et unique solution: s'imposer dans un lit. Une esclave si elle voulait qu'on la laisse un peu tranquille devait s'imposer, et cela au plus vite, dans le lit d'un maître de la maison. Si on parvenait à avoir un seigneur assez influant, on pouvait espérer bénéficier d'une relative protection. Voir même de quelques petits privilèges.

Et de tout les lits, il y en avait un qui était désiré de toutes les esclaves sans la moindre exception: celui de Drykars Trys'Tavilon. Être sa maîtresse aimante et attentionnée garantissait que tout les autres membres de cette famille vous ficheraient la paix. Y comprit les deux infernaux gamins qui servaient de frère et de sœur au drow. Même eux avaient comprit (à leur dépend d'ailleurs) que si leur frère se choisissait une ''poupée'', mieux valait ne pas trop la chercher et ne pas l'abimer.

Tout cela pour expliquer que la pauvre Isr'aes n'était pas vraiment la bienvenue parmi les esclaves. Elle venait d'arriver et voilà déjà qu'elle raflait LA place que tout le monde voulait. Celle qui constituait à aller s'allonger nue dans le lit du seigneur Trys'Tavilon de façon régulière... et permettait entre autre de ne pas avoir à partager ses faveurs avec d'autres hommes que lui.

Entre les esclaves, c'était la curée. Un crêpage de chignon comme on en faisait plus. Et c'était très loin d'être en faveur de la jolie drow. En même temps, après se qu'elle avait subit et à une contre quatre, il fallait s'y attendre. La demie lui faisait amèrement regretter son geste.

La demie armait son poing pour gratifier la sombre d'un coup en plein visage. Elle allait lui péter les dents et le nez. Drykars la trouverait alors sans doute beaucoup moins attirante. Un coup de sifflet strident l'arrêta dans son geste. Toutes se tournèrent pour découvrir la Prime esclave dans l'embrasure de la porte. Cette dernière était bien loin d'avoir l'air ravie. Oui, vraiment très très loin et cela n'était jamais bon signe pour les esclaves contre qui était destiné sa colère.


« Siss et la nouvelle. Dans mon bureau. TOUT DE SUITE. Les autres, remettez vous au travail et je vous conseil fortement de vous faire oublier. »

La drow tourna les talons. Elle avait sans doute sauvé le joli visage d'Isr'aes, mais on ne pouvait rien garantir pour la suite.

* * *


« Je peux savoir à quoi vous jouez toutes les deux? »

« Madame elle... »

« La ferme Siss. Je sais pourquoi tu fais ça. Alors je te conseil de ne pas aggraver ton cas. »

la demi baissa la tête alors que la Prime esclave se tournait vers Isr'aes.

« Tu fait fort pour ton premier jour. Déjà tu déclenche une bagarre et ensuite, tu ruine un vêtement des plus riche. Un vêtement qui vaut sans doute plus cher que toi. »

C'était la plus stricte vérité. Après tout ce temps à ramper par terre, ces saut d'eau sale et cette bagarre, il ne restait plus grand chose du joli vêtement blanc de la Sombre.

Tiv'Talia gratifia la jeune esclave d'une jolie gifle avant d'en mette une similaire à la demi par ricochet.


« Et toi pauvre gourde. Tu as déçus le maître. Qui es-tu pour discuter ses décisions? Il t'a jeté hors de son lit. Je ne vois pas se qui l'empêcherait d'en prendre une autre pour le satisfaire. »

La Prime esclave les fixa toute deux un certain temps.

« La nouvelle. Le maître dine dans une heure avec son frère et sa sœur. Il a exigé que tu fasse le service. Il a déjà été mis au courant de ton incartade et est très mécontent. Je te conseil de ne pas le décevoir une seconde fois. Siss, tu l'aidera à se préparer et à se laver. »

« Mais... »

Une nouvelle gifle vint faire taire toute protestation.

« C'EST LA VOLONTE DU MAÎTRE !!! »

Ayant terminé son discourt, Tiv'Talia alla chercher la cravache.

« Dix coups pour chacune pour avoir déclenché cette bagarre. Plus cinq pour la nouvelle pour avoir détruit son vêtement. Tournez vous toutes les deux. »

Obéhissant docilement, la demi tourna le dos à la Prime esclave non sans avoir gratifié Isr'aes d'un fort amical: "je te crèverais" silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   Ven 6 Mai 2011 - 20:24

Au milieu des cris et des coups qui pleuvaient de toutes parts, autant de sa part que de celles de ces soi-disant 'amies' d'infortunes, la jeune esclave n'arrivait plus vraiment à savoir ce qu'il se passait. Elle n'avait plus qu'une idée en tête: survivre. Elle était dépassée par le nombre et par la force des filles qui s'étaient sauvagement jetées sur elle et dont les assauts répétées commençaient à la mettre vraiment à mal. Elle ne parvenait plus à passer à l'offensive, se contentant de riposter de plus en plus faiblement. Elle vit la demi se relever et armer un poing triomphant dans sa direction. Bloquée par les poignes fermes des autres esclaves, elle savait ne pouvoir éviter le choc qu'elle se préparait déjà à encaisser.

C'est alors qu'un puissant coup de sifflet leur vrilla à toutes les cinq les tympans. Par réflexes, les esclaves se tournèrent soudainement vers l'origine du son strident, Isr'aes avec un temps de retard par rapport aux autres. C'est la qu'elle découvrit plantée sur le pas de la porte des latrines la silhouette imposante de la Prime esclave. Un rictus mauvais se dessina sur son visage en voyant les visages des autres esclaves changer soudainement. Elle ne se faisait pas d'illusions sur son propre sort, mais ce simple revirement de situation suffisait à la ravir. Elles pouvaient continuer à cancaner, les oies autour d'elle, elles faisaient moins les fières à présent.

L'ordre tomba comme le tonnerre déchirant l'horizon dans le silence de la nuit. Froid, calme, impérieux. Non négociable. La seconde suivante, les humaines et l'elfe avaient repris leurs brosses et autres attirails avant de se remettre de plus bel à l'ouvrage, laissant pauvre drow s'affaler au sol. La jeune Isr se fit un plaisir de se relever avec toute la dignité dont elle était capable avant de les planter là. La demi ne l'avait pas attendue pour emboiter le pas de la Prime esclave comme la gentille chienne bien dressée qu'elle était. La jeune femme la suivit mais de quelques pas en retrait, ne souhaitant pas se prendre un coup gentiment 'perdu' en cours de route.

* * *

La colère de la Prime esclave était en effet quelque chose d'assez impressionnant. Elle avait un pouvoir considérable sur tous les esclaves présent entre les murs de la demeure et ne semblait pas d'un naturel accommodant. Encore moins à l'instant. En tout cas Siss en fit les frais, se voyant rappeler clairement à l'ordre. Le moins que l'on puisse dire, c'était que la Prime esclave n'avait pas peur des mots. Ainsi, elle la haïssait car elle allait prendre sa place dans le lit du maitre? Si elle savait à quel point cela lui était égal. Mais elle comprenait mieux maintenant l'inimité de ses compagnes de curée. Finalement, la seule chose qui chagrine peut-être un peu la jeune drow fut en effet l'état de sa tenue. Elle l'avait vraiment trouvée jolie mais cette dernière ne ressemblait plus à rien.

Isr'aes fixa Tiv'Talia lorsque celle-ci lui parla mais ne décrocha pas un mot. Elle savait que cela ne servirait à rien. Elle encaissa la gifle avec une certaine satisfaction en entendant celle claquer sur la joue de la demi. Celle-là, elle ne l'avait pas volée. Par contre, sa nouvelle mission la surprit grandement. Servir le diner? Elle? Et avec l'autre satané demi qui plus est? Elle faillit parler mais se retint de tout commentaire. Elle n'avait pas son mot à dire de toute manière. Et quelle joie que de voir à nouveau Siss se prendre une gifle pour avoir oser ouvrir la bouche. Rien que pour ça, elle était contente d'être venu.

Cependant, elle savait que se retrouver ici ne pouvait signifier qu'une seule chose. Elle avait d'ailleurs eu un aperçu des talents de la Prime esclave en venant récupérer ses ordres. Enfin, leur punition tomba. 10 coups de cravache pour la demi et 15 pour elle. Bon, ce n'était pas si terrible que ça, elle s'était attendu à pire en voyant son expression. Et puis, après les coups de fouet du Sombre, résister à la cravache ne devrait pas poser trop de souci. Aussi se retourna t'elle avec déférence, se préparant simplement à encaisser les coups. Après tout, elle l'avait déjà fait, donc elle ne devrait pas avoir plus de mal cette fois-ci à tenir le coup.

Son raisonnement ne tenait cependant pas compte de toutes les données extérieures. L'habitude de Tiv'Talia, la faiblesse de son propre corps et sa fatigue grandissante. Le premier coup tomba sur elle la faisant grincer des dents. Puis ce fut le tour de la demi de recevoir sa part. Cette dernière se força à ne pas ciller. Très bien, si elle voulait jouer à ça, Isr'aes ne lui ferait pas le plaisir de l'entendre souffrir. Les coups tombèrent donc les uns après les autres, alternant sur le corps de la drow et de la demi. Mais le rythme accéléra sur les cinq derniers, n'ayant plus d'alternance cette fois-si. Et malgré toute sa volonté, Isr dut mettre genou à terre pour ne pas flancher au douzième coup. Les trois derniers lui parurent un véritable supplice mais c'est à peine si elle laissa échapper un gémissent diffus. Enfin, son châtiment terminé, la Prime esclave les congédia avec violence, les enjoignant à ne plus décevoir personne.

* * *

Le retour à la salle de bain ne fut pas aussi agréable que la première fois. Déjà, la compagnie laissait franchement à désirer. Si Siss la détestait, eh bien l'on pouvait aussi sagement affirmer que l'inverse était de mise. Sauf que la jeune esclave avait l'avantage, étant la 'poupée' du moment du maitre de maison. Il allait donc falloir qu'elle conserve cet avantage, quitte à devoir se plier à d'autres caprices de cet homme sournois et fourbe. Mais si sa sécurité était à ce prix, elle devrait pouvoir y réfléchir sérieusement. La demi obéissait aux ordres, aidant la jeune esclave à se défaire de l'odeur nauséabonde qui lui collait à la peau avec un zèle très sadique. Frotter vivement sa peau encore en feu chassait peut-être l'odeur mais ravivait grandement la douleur et le sourire sur le visage de Siss prouvait qu'elle était parfaitement conscient de ce qu'elle faisait.

Une fois la jeune drow enfin propre et débarrassée des derniers relents des latrines, elle s'habilla d'une tenue que lui remis alors sa compagne du moment, une simple chemise de lin assortie d'une jupe mi-longue laissant deviner ses formes sans vraiment les montrer. Des vêtements faits pour incliner au rêve surtout. Ensuite, vint le temps du coiffage qui fut un nouveau supplice pour la jeune drow, la demi prenant un malin plaisir à tirer au gré de ses envies sur la magnifique chevelure de la jeune esclave. Au final, elle termina seule. Autant jouer de son joli minois afin de se faire pardonner au mieux. Les charmes féminins doivent bien servir à quelque chose après tout. Ainsi, Isr'aes se contenta d'attacher ses cheveux en une haute queue de cheval, dégageant son visage avant de suivre la demi, elle aussi fin prête, vers leur destination finale. Le diner du maitre.

Se laissant guider par la demi qui connaissait les lieux et qui, pour le moment, partageait les mêmes intérêts que les siens, les deux esclaves se rendirent enfin aux cuisines alors que la préparation des plats prenaient fin. Ouf, il était temps. Le chef des lieux leur jeta un regard noir lourd de sous-entendus. Apparemment, il était au courant de ce qui s'était passé et ne souhaitait surement pas voir la même chose arrivée dans sa chère cuisine. Siss fut renvoyée sans autre forme de procès avant que le chef ne reporte son attention sur la jeune femme. Il la toisa un instant, comme pour savoir si elle serait digne de porter ses mets raffinés aux personnes à qui ils étaient destinés. Puis, il lui indiqua les assiettes, précisant les subtiles différences entre chacune d'entre elles et la personne à qui elle était destinée. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à faire son entrer en scène.

Disposant les plats sur ses bras, rompu à ce genre d'exercice, il ne lui fut pas difficile de retrouver des repères. Le plat du maitre de maison dans la main droite. La fille dans la main gauche, le garçon sur le même bras que sa sœur. Ne pas trop s'approcher pour éviter les entourloupes et se contenter de faire ce qu'on lui demandait. Voilà, rien de bien compliquer en somme. Sauf qu'ici, tout devenait toujours extrêmement ardu. Et elle n'avait plus le droit au moindre faux pas, si jamais elle y avait eu droit à un moment donné. Le chef couvrit les plats afin que ses derniers soient préservés jusqu'à la table, il l'invita à se dépêcher d'aller faire ce pour quoi elle était venue. Isr'aes sortit donc des cuisines, les bras chargés de victuailles attendues.

Elle déboucha sur une grande pièce bien éclairée mais assez sobrement meublée. Enfin sobre certes, mais loin d'être discret. Une immense table trônait en son centre, capable de contenir plusieurs dizaines de personnes sans le moindre souci. Richement décorée, elle devait valoir une fortune. A un bout de la table, siège le Sombre, impérieux sur son siège. A sa droite et face à la jeune femme, les jumeaux se tiennent bien sage, un peu raidis, apparemment fort peu désireux de déranger leur ainé. Eux aussi semblaient avoir appris leur leçon. Les pas de la jeune femme résonnaient légèrement dans la pièce, lui donnant l'impression de parcourir des kilomètres. Mais déjà, elle était arrivée au niveau de Drykars. Par pure formalité, elle esquissa un salut silencieux avant de déposer avec soin le plat devant lui puis devant les enfants. Enfin, elle revint à côté du Sombre, attendant son ordre pour ôter les couvercles protégeant leur repas afin qu'ils puissent enfin diner.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[demeure Trys'Tavilon] Nouvel arrivage [Isr'aes]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvel arrivage de Corée ~Ki Beom Lee
» Nouvel arrivage ¤ Ft. Raphaëlle (abandonné)
» Se nouvel sa yo ki enteresem- Le gouvernement veut construire une capitale moder
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Demeure Hyuuga : Akogare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda-
Sauter vers: