Partagez | 
 

 Te souvient-il... | Ode

Aller en bas 
AuteurMessage
Chadden Charis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 274
Âge : 33
Date d'inscription : 24/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Te souvient-il... | Ode   Lun 25 Avr 2011 - 17:29

~ Oblivion OST - Glory of Cyrodiil ~







Te souvient-il du lac tranquille,
Qu'effleurait l'hirondelle agile,
Du vent qui courbait le roseau
Mobile
Et du soleil couchant sur l'eau,
Si beau.



Les branches grinçaient, les troncs murmuraient leur vieillesse à l'oreille de qui cherchait à l'entendre. L'humus bruissait, et la lumière enfin, sur l'agonie du jour, se faisait rougeoyante de feuille en feuille. De ces heures en suspens où la lune, apprêtée au bord du monde, n'attend que le départ de sa soeur diurne pour couvrir la terre de sa clarté. De ces heures où la nuit, jeune, fait s'allonger les ombres et les colore de bleu.

De ces heures où les voyageurs et les vagabonds se cherchent un gîte en attendant le jour prochain.

Pas lui.

La fatigue rendait son pas de plus en plus lourd, mais c'était avec la même légèreté au coeur qu'il avançait - vaille que vaille - à travers la végétation toujours plus envahissante. Une comptine aux lèvres pour rythmer son souffle, murmurée - à peine - et les autres sens aux aguets. Des brindilles et des feuilles fracassées sous ses semelles il connaissait le chant désormais, par coeur, mais c'était une autre complainte que son ouïe tentait de saisir. Celle de l'eau qu'il savait présente, quelque part, d'une combe à l'autre. Si les sentiers ne lui avaient pas menti, si sa mémoire ne l'avait pas trahi, il savait, oui, qu'il ne lui restait que peu de chemin à parcourir avant d'atteindre son objectif. Et cela le faisait sourire. Et cela le faisait se presser d'avantage, malgré la fatigue, malgré les heures de marche, malgré la nuit en suspens au-dessus du monde.

Son sang chantait. Pour une moitié seulement, mais il chantait. Comme rarement il l'avait fait. Parfois lassé par l'héritage de la race qui peuplait la Péninsule, il arrivait à Chadden de partir en quête d'autre chose, de sensations neuves, et de territoires que ne sillonnaient pas les routes des mortels. De désirer, bien qu'il eût par devers lui des années de rancune, lever un peu plus le voile sur l'héritage méconnu qui courait dans ses veines. D'espérer que ses errances fassent jaillir d'autres souvenirs, et le mènent sur la trace du peuple dont son père faisait partie.
Sur la trace de son père, même. Pourquoi pas.


Mais l'on était en Aduram ; et en Aduram, bien peu d'Elfes s'attardaient.


Les recherches du jeune bâtard trouvèrent enfin leur récompense. Retenant un petit grondement de joie, il dévala la pente boueuse qui le séparait de ce renfoncement dans la sylve où stagnait un étang plat comme un miroir. Même la longue chevelure des saules, affleurant à la surface, ne parvenait pas à troubler les eaux lisses ; et à travers le liquide au repos, profitant d'une éclaircie dans les frondaisons, on pouvait mirer le ciel aux prises avec l'embrasement du crépuscule.


Te souvient-il de cette amie,
Tendre compagne de ma vie,
Dans les bois en cueillant la fleur
Jolie ?
Hélène appuyait sur mon cœur
Son cœur.



La ritournelle se tut. Posant genou en terre, Chadden alla jouer du bout des doigts avec l'eau de l'étang, aussi rêveur qu'on pouvait l'être. C'était un bel endroit, assurément. Quoi qu'on eût pu en dire, Aduram recelait encore quelques trésors dans son sein. Un peu de calme, de silence, de paix : c'était tout ce qu'il recherchait pour ce soir. Ôtant sa pelisse qu'il étendit à son côté, puis ses bottes qui faisaient souffrir ses chevilles à force d'avoir marché, il s'étira, s'assit, ferma les yeux et, avec le touchant espoir que peut-être une révélation lui serait faite, attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   Mar 26 Avr 2011 - 17:46

Ode adorait l’eau. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle avait toujours aimé barboter dans les rivières, suivre le courant ou tenter de le remonter, plonger ou simplement se laisser porter en prenant conscience de chaque vaguelette ou de la moindre brise sur sa peau nue. Dans son enfance, on avait tenté de l’éloigner de cet élément qui n’inspirait pas confiance, mais elle y était toujours revenue. Finalement, son maître lui avait appris à nager lors de la première année de son apprentissage, craignant qu’elle ne se noie à force de jouer dans les points d’eau. Depuis, elle nageait dès qu’elle en avait l’occasion, c'est-à-dire presque tous les jours.

Ce soir là, elle avait profité d’une chaude journée d’automne pour prolonger la baignade. Bien trop, finalement. Lorsqu’elle se décida enfin à rejoindre la berge où se trouvait sa cape de fourrure, le soleil n’était plus assez haut pour la sécher. Les jours raccourcissaient, elle n’avait guère besoin de calendrier pour s’en apercevoir. Elle soupira intérieurement, alors qu’elle se rapprochait de la berge en nageant sous l’eau avec aisance. Il lui faudrait faire un feu, ce qui ne lui plaisait pas beaucoup, la nature ne faisant pas bon ménage avec les flammes. Et puis, elle n’avait pas emporté ce qu’il fallait pour l’allumer, elle devrait marcher un peu pour retrouver la cache où elle gardait le peu d’effets qu’elle possédait. Elle ne craignait pas vraiment de tomber malade, ignorant la maladie grâce à son sang elfique, mais avoir froid ne l’amusait pas beaucoup, même si elle était loin d’être aussi sensible qu’une humaine.

La jeune femme contourna les roseaux et repartit donc, toujours sous l’eau, vers la berge sur laquelle elle avait laissée sa cape. Mais alors qu’elle refaisait surface pour reprendre un peu d’air, elle aperçut avec un soupçon d'inquiétude quelqu’un, au loin. Un humain ou un elfe, elle ne savait. Perplexe, elle s’arrêta, le dévisageant. Il avait dû percevoir un mouvement car il la remarqua à son tour. Ode ne bougeait plus. La dernière fois qu’elle avait pris l’initiative de nouer contact avec quelqu’un, la rencontre s’était assez mal terminée. Elle avait su en revenant plus tard sur ses pas que le dénommé Isawin avait été tué violemment. Ce n’était pas très beau à voir, elle avait abandonné la dépouille aux charognards, le laissant retourner à la nature. De quoi se méfier, en somme. Elle fut tentée de faire demi tour et de disparaitre ainsi à la vue de l’intrus, mais si elle voulait récupérer sa cape, elle ne pouvait se le permettre. Or, il était hors de question d’abandonner celle-ci derrière elle car alors elle n’aurait plus qu’à chasser pour se procurer une nouvelle fourrure ce qu’elle évitait autant que possible.

Alors elle s’approcha, nageant silencieusement à la surface sans quitter le visiteur des yeux. Puis à quelques mètres seulement, elle s’immobilisa sans sortir de l’eau. Laissant son regard courir sur lui, elle remarqua les armes avec une méfiance évidente. Oh, elle ne se considérait pas comme étant elle-même désarmée, même si à première vue elle semblait l’être, mais elle avait appris à se montrer prudente. Une épée pouvait être plus ou moins bien maniée et de toute manière la magie restait parfois invisible jusqu’à ce qu’on en fasse usage. Si la jeune femme était dans son élément, elle restait vulnérable par certains aspects.

Aussi, elle resta là à le dévisager sans faire mine de s’approcher davantage de la berge, se contentant de sortir la tête de l'eau. Quelque peu indécise, elle finit tout de même par agiter une main, afin de faire un semblant de salutation. L’homme paraissait jeune, mais elle n’arrivait toujours pas à déterminer s’il était elfe ou humain. Peut-être un peu des deux… A cette idée, elle esquissa un léger sourire, tentant de démontrer qu’elle ne lui voulait aucun mal. Elle attendait qu’il fasse un geste, adopte une attitude conciliante, ou n’importe quoi qui lui indique qu’il ne comptait pas l’agresser. Il se mettrait sans doute à remuer les lèvres, comme la plupart des personnes qu’elle rencontrait, mais elle observerait surtout les expressions de son visage. En attendant, elle patientait : Ode n’était jamais pressée, elle avait en règle générale tout son temps. La nature ne lui avait pas appris la précipitation. Passer des heures à regarder dans un nid l’éclosion des œufs ou l’envol des oisillons quelques temps plus tard la passionnait, alors ce n’étaient pas quelques minutes d’échange muet qui allaient la déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Chadden Charis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 274
Âge : 33
Date d'inscription : 24/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   Mer 27 Avr 2011 - 18:50

~ Ekova - Venus and One ~







Il y eut en effet une réaction immédiate lorsque les yeux du bâtard accrochèrent la nouvelle présence. Le temps d'un battement de cil, et la posture paisible n'était plus : à demi redressé, assis sur ses talons, le jeune demi-sang avait adopté d'instinct l'attitude d'une bête aux aguets, à mi-chemin entre peur et méfiance, entre crainte et défiance. La main gauche demeurait paume vers le sol, légèrement écartée du flanc pour lui permettre de conserver un équilibre précaire ; l'autre, en revanche, se tenait prête et effleurait de la pulpe des doigts le pommeau de l'arme la plus proche. L'acier ne fut pas tiré de sa gaine - car Chadden avait pour principe de ne jamais sortir une lame autrement que pour tuer, et rien encore ne le poussait à cette extrémité.

Rien encore.

Qu'est-ce qui avait troublé sa paix ? Le regard, perçant, s'étrécit. Se figea sur le visage au ras de l'eau, sur la chevelure noyée qui s'évasait tout autour comme les rayons d'un étrange soleil. Après la méfiance vint la perplexité. Et après la perplexité, une forme de crainte mêlée de respect.

Un enchaînement de ressentis que put lire sans peine la druidesse sur le visage du métis. Enchaînement cohérent, de fait : ne s'était-il pas arrêté ici avec le secret espoir qu'un signe lui soit révélé ? Et elle, immergée à demi comme quelque naïade, qui le dévisageait de lui avec une tranquillité paisible, hors du monde, n'avait-elle pas tous les traits du signe en question ? Chadden, comme bien des gens de la campagne, était superstitieux : rien d'étonnant - vu les circonstances - à ce qu'il la prenne pour quelque divinité locale, quelque esprit des eaux dérangé dans sa retraite.

L'oeil gris - de la couleur exacte de l'étang - cilla par deux fois. Les épaules se détendirent sensiblement. La main droite s'écarta avec lenteur de ses armes puis vola jusqu'à sa poitrine où elle se posa. Ici, le bâtard inclina le buste, tout aussi lentement, sans quitter l'apparition des yeux. Il ne parla pas, non ; mais ses gestes et sa posture en disaient déjà long.

Sitôt après les prunelles fouillèrent avec rapidité les environs, empressées. S'il s'agissait bien d'un esprit, il était fort probable que l'installation de Chadden sur les berges de sa demeure fût un motif suffisant à encourir sa colère. Sur la rive boueuse et piquetée de joncs il ne trouva rien qui le satisfasse ; alors, toujours aussi lentement, toujours aussi prudemment, ses doigts se glissèrent sur le rabat de sa besace. Il y eut le cliquetis d'objets qui s'entrechoquent. Enfin, après une poignée de secondes supplémentaires où la druidesse eut tout le loisir d'observer la gêne du sang-mêlé, Chadden présenta, avec un sourire d'excuse, son offrande.

C'était un petit morceau de corne gravée. Récupérée d'un animal quelconque, elle lui avait servi de support lors des heures oisives où le demi-sang entraînait l'art de ses mains à autre chose qu'à se battre. Un côté du petit objet avait été sculpté, ciselé avec finesse, et l'on y voyait un enchevêtrement de plantes agréablement rendues qui s'épanouissaient et s'évasaient le long de la corne. Au côté opposé, le bâtard s'était appliqué à graver les signes magiques, ceux que Fjama commençait de lui apprendre et qui avaient cette faculté redoutable de fixer les mots sur des supports immobiles. Ainsi, tremblant et maladroit, un unique "ETOILE" signait, naïf et touchant, le cadeau que Chadden s'apprêtait à faire.

C'était là assurément quelque chose de précieux. Main tendue, son offrande en paume, le bâtard attendit avec espoir une réaction favorable de l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   Mer 27 Avr 2011 - 20:29

Un éclair d'inquiétude, plus que de peur, passa dans les yeux d'Ode lorsqu'elle vit l'inconnu porter la main à son arme. Mais si elle s'attendait à ce qu'il tire son épée, il n'en fut rien et elle se détendit légèrement, retrouvant son impassibilité. Elle pensait aussi qu'il agiterait les lèvres comme le faisaient toujours les autres personnes, mais à nouveau il semblait qu'elle se soit trompée. Tant mieux. Le jeune homme paraissait à présent aussi indécis qu'elle et elle préféra patienter encore, le dévisageant sans gêne apparente.

L'expression qui suivit la fit esquisser un petit sourire, mi amusé, mi touché. Elle était surprise qu'il la regarde ainsi, comme s'il craignait d'encourir sa colère. Il devait penser qu'il n'aurait pas dû se trouver là, du moins ce fut ainsi qu'elle interpréta son attitude. De fait, elle n'appréciait pas particulièrement les voyageurs, ces derniers saccageant plus ou moins involontairement la forêt. Mais elle n'était pas hostile si cela n'était pas nécessaire et elle prit le mouvement de l'inconnu comme un salut. Il y avait un tel respect dans ce geste que la jeune femme en resta saisie. Elle n'était pas habituée à ce qu'on se tienne ainsi face à elle. Elle resta donc à le dévisager encore un instant, puis vit qu'il sortait un objet de sa besace. De là où elle était, elle le distinguait mal et, curieuse, elle eut un petit mouvement pour tendre le cou et voir ce dont il s'agissait. Il paraissait s'excuser, pour elle ne savait quelle obscure raison.

Il ne paraissait pas agressif, en tous cas, et, décidant d'en avoir le cœur net, Ode plongea sous l'eau, progressant rapidement vers la berge sur laquelle elle se hissa, envoyant valser tout autour d'elle des milliers de gouttelettes. Intriguée par ce que l'inconnu lui montrait, elle ignora l'air frais sur sa peau nue et remit à plus tard la recherche de sa cape.

Patient, le jeune homme présentait toujours quelque chose dans ses mains. Sans oser faire de geste brusque, Ode s'agenouilla près de lui et reconnut dans un léger froncement de sourcil une corne. Elle n'appréciait pas que l'on se serve des animaux de quelque façon que ce soit, mais tolérait tout de même que d'autres qu'elle ne le fassent. D'autant qu'elle-même dérogeait régulièrement à ses propres règles, ne serait-ce que pour se vêtir lorsque l'hiver venait. Elle se modéra donc et se contenta d'abord d'un coup d'œil interrogatif. Pourquoi lui tendait-il cet objet ? La façon qu'elle avait de l'observer en essayant de décrypter ce qu'il pensait ressemblait quelque peu à l'attitude des animaux cherchant à s'approcher pour chaparder de la nourriture sans vraiment oser s'aventurer en terrain dangereux. Elle était curieuse, certes, mais pas inconsciente : il avait toujours ses armes à portée de main et sur la roche elle savait que sa magie aurait plus de difficulté à opérer.

Mais comme il semblait attendre quelque chose de sa part, elle finit pourtant par tendre une main quelque peu hésitante et se saisir doucement de l'objet, espérant que c'était bien là ce qu'il souhaitait la voir faire : elle n'avait encore jamais rencontré personne qui saluait en présentant un morceau de corne et l'initiative la laissait perplexe. Ce fut à ce moment qu'elle remarqua les gravures et se figea : elle n'avait jamais rien vu de tel. Certes, elle avait déjà eut affaire à quelques sculptures, mais elles avaient toujours eu une fin utilitaire. Là, il s'agissait de motifs fins qui représentaient des plantes. Un peu comme certaines broderies qu'elle avait pu admirer, des années plus tôt, sur les vêtements de certains elfes. Sauf que dans le cas des tissus, elle savait comment il fallait s'y prendre, alors que là, elle n'avait jamais pensé que faire de même avec une corne était possible. Fascinée, elle passa délicatement un doigt dessus, comme si elle craignait de les briser, suivant doucement la ligne incurvée d'une tige. Il y avait aussi des lettres, de cet alphabet qu'elle regrettait de ne pas lire. Elle s'absorba ainsi quelques longues secondes dans la contemplation de ce qui lui paraissait quelque peu magique et parut oublier le jeune homme qui se trouvait pourtant tout proche.

Lorsqu'elle releva les yeux vers lui, ce fut avec un petit sourire émerveillé. Elle lui tendit pourtant l'objet, avec beaucoup d'attention pour ne pas le briser et voir les gravures s'envoler, pensant qu'il voulait simplement le lui montrer. Elle avait en tous cas oublié ses griefs à son égard, trop étonnée par ce qu'il venait de lui montrer. Puis elle se mit à réfléchir, se demandant comment exprimer ce qu'elle aurait voulu dire. Peine perdue, elle ne savait comment s'y prendre. La berge faite de pierres plates ne se prêtait pas à l'écriture et étant donné celle qui avait été utilisée sur la corne, ce serait peine perdue de tenter de communiquer de la sorte. Aussi, après un petit soupir dépité, elle hasarda un nouveau sourire pour tenter de prendre contact. Sans cesse, ses yeux revenaient malgré elle à l'objet, essayant de comprendre comment l'on pouvait arriver à une telle finesse. Frapper sur un morceau de bois pour obtenir un récipient, elle savait faire, mais là, le résultat lui paraissait si joli qu'elle peinait à imaginer la fabrication.
Revenir en haut Aller en bas
Chadden Charis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 274
Âge : 33
Date d'inscription : 24/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   Dim 8 Mai 2011 - 13:34

~ Hagalaz Runedance - Solstice Past ~








Il se passa quelques instants d'incertitude avant que, laissant la méfiance au profit de la curiosité, l'apparition daignât enfin s'approcher. Fendant l'eau avec aisance, elle fut très bientôt auprès de la rive et, prenant appui sur la berge rocailleuse, tira son corps hors de l'étang.

Presque aussi sauvage qu'elle, Chadden retint un mouvement de recul. Inspirant doucement, s'astreignant à l'immobilité afin de ne pas effrayer l'étrange créature - tout autant que pour se calmer lui-même - il se contenta de garder la main tendue, les doigts frissonnant autour de son présent. Après quelques secondes d'expectative, la corne changea de paume et, sans geste autant que sans parole, le bâtard laissa la jeune femme admirer son cadeau.

Cette dernière s'était figée. Avec une douceur fascinée, elle explorait du bout des doigts les délicats bas-reliefs qui ornaient son offrande. Lisant l'émerveillement sur son visage, Chadden se détendit sensiblement jusqu'à se permettre un sourire ténu. Mais le saisissement premier, celui qui l'avait empli de crainte superstitieuse, tendait à s'atténuer désormais - et les yeux gris couraient sur la silhouette de la femme avec plus d'acuité, plus de sang-froid également.

De l'eau qui glissait sur la peau nue, il suivit le tracé du regard. De l'attitude jusqu'aux traits du visage, il se permit d'analyser celle qui se tenait à son côté. Et, peu à peu, une nouvelle certitude se fit : elle n'était ni une divinité, ni un esprit.

Souriant vaguement pour lui-même, Chadden laissa un moment l'étrange petite nymphe à sa contemplation. Amusé par sa propre crédulité, il coula un regard vers l'étang - de nouveau plat et immobile - avant d'en revenir à celle qui l'avait induit, probablement involontairement, en erreur. Qu'était-elle ? Une sorte d'ermite ? On racontait de bien étranges histoires sur Aduram et sur ce qui la peuplait. Peut-être vivait-elle en recluse, au point d'avoir oublié l'usage des vêtements et celui de la parole ? Peut-être était-elle une innocente... Comme l'avait été sa propre mère.

A ce souvenir, le visage du jeune demi-sang se rembrunit légèrement. L'amusement se teinta de mélancolie ; et il se serait sans doute absorbé dans ses souvenirs - chose qui lui était commune - si le geste de la druidesse ne l'avait pas rappelé au présent.

Elle souriait à son tour, avec une expression qu'il interpréta comme de la gratitude. Pourquoi vouloir lui rendre son cadeau, alors ? Esprit ou non, Chadden n'avait pas l'intention de récupérer son bien ; interdit quelques instants, il finit par secouer la tête et, tendant la main, referma celle de la jeune femme sur l'offrande - si tant fût que celle-ci le laissât faire.


- Non, non, souffla-t-il, intimant à la main d'Ode une pression douce quoique ferme. Garde-le. C'est pour toi. »


Et, un battement de cils plus tard, la curiosité reprit le dessus.


- ... Qui es-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   Dim 8 Mai 2011 - 16:37

L'inconnu ne sembla pas comprendre, puis il referma la main de la jeune femme sur l'objet. Ode eut un temps d'arrêt. Souhaitait-il qu'elle le garde ? Elle se désigna de l'autre main, interrogative. Était-ce un présent ? Tout dans son attitude semblait l'affirmer et elle finit par hocher la tête et garder la corne, ravie, après s'être légèrement inclinée en signe de remerciement. C'était un cadeau qui lui paraissait absolument magnifique. Un peu étrange, aussi, parce qu'il ne servait manifestement à rien. Ode n'avait que rarement vu des objets inutiles. Celui-ci était vraiment beau et elle passa à nouveau un doigt sur les lignes qui étaient tracées. Le fait qu'il s'agisse de plantes était d'autant plus touchant à ses yeux.

Cependant, sa joie se mua rapidement en dépit lorsqu'il se mit à remuer les lèvres. Comme toujours. Pourquoi les gens choisissaient-ils systématiquement cette façon de s'exprimer ? C'était incompréhensible. Elle fronça légèrement les sourcils, essayant de se concentrer. Que pouvait-il bien essayer de dire ? Se présentait-il ? Lui expliquait-il quelque chose en rapport avec son cadeau ? Peine perdue, il voulait savoir quelque chose, de cela elle était à peu près sûre, mais elle n'avait pas assez d'indices pour en deviner davantage. Ne sachant que faire d'autre, elle désigna son oreille une ou deux fois et secoua la tête en haussant les épaules d'un air impuissant. Il leur faudrait trouver une autre façon de communiquer. Peut-être l'écriture ? Elle tenterait lorsqu'ils auraient un sol plus meuble à disposition.

Et puis, pour le moment, elle avait surtout une autre préoccupation : elle commençait à avoir froid. Peut-être le jeune homme pourrait-il l'aider, lui épargnant la nécessité d'aller chercher son briquet à amadou et la forçant à le quitter par la même occasion ? Elle n'avait pas vraiment envie de partir suite. Pour une fois qu'elle rencontrait quelqu'un qui paraissait ne pas être hostile, ni à elle, ni à la nature, elle pouvait prendre un peu le temps de faire connaissance. La solitude ne lui pesait pas à condition de la briser un peu de temps en temps.

Elle prit donc quelques secondes pour réfléchir à comment lui faire comprendre où elle voulait en venir et en profita pour torsader ses cheveux qui continuaient à goutter tout autour d'elle. Cela fait, elle lui toucha la main pour être certaine d'avoir son attention, puis se lança dans un petit numéro de mime, se doutant que signer quoi que ce soit avec précision ne mènerait à rien. Elle croisa donc les bras, les frotta comme pour se réchauffer, puis, les décroisant, agita ses doigts devant elle dans des gestes qui faisaient réellement penser à des flammes, pour peu que l'on ait l'idée de penser à cela. Enfin, elle s'arrêta, dévisageant le jeune homme en se demandant s'il avait compris quelque chose à ses tentatives de communication. Peut-être trouverait-il la demande étrange, mais Ode avait l'esprit pratique et avant de prendre le temps de faire plus ample connaissance - pourquoi pas, elle avait tout son temps - elle préférait prendre ses aises.

Histoire d'être assez claire sur ce qu'elle avait en tête, elle finit même par se lever et aller chercher sous les arbres du petit bois. Puis, se rappelant qu'elle ne s'était pas présentée, elle s'agenouilla à nouveau devant l'inconnu et, lui prenant doucement la main pour ne pas l'effrayer, elle traça du bout du doigt, en elfique, les lettres O, D et E avant de se désigner. Il n'y avait plus qu'à espérer ne pas être allée trop vite, qu'il ne mélange pas tout ce qu'elle avait pu essayer de lui faire comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Chadden Charis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 274
Âge : 33
Date d'inscription : 24/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   Jeu 2 Juin 2011 - 13:02

La demi-sang avait la chance d'être tombé sur quelqu'un de patient. Attentifs, les yeux de Chadden sautèrent d'un signe à l'autre, guettant l'attitude et l'expression - puisque, de toute évidence, la voix faisait défaut à celle qu'il avait tout d'abord prise pour une apparition. Le bâtard eut un demi-sourire en comprenant cet état de fait, et un regard qui sembla aussi compréhensif que peiné - un peu.


Assis sur ses talons, il attendit que l'inconnue aille au bout de sa démonstration. Les mains légères volaient dans l'air frais, gouttaient en pluie sur la rive sèche. Chadden hocha la tête, par deux fois ; outre la tentative d'Ode, ce fut la chair de poule aperçue sur la chair nue, et le vent glacé des soirs d'automne, qui achevèrent de le convaincre. Avec souplesse il se releva, abandonnant son présent aux mains de la sang-mêlée. Les siennes palpèrent les flancs de sa sacoche, l'une s'y glissa, en quête. Il devait lui rester du silex et de l'amadou depuis sa dernière mésaventure.

Un petit claquement de langue satisfait plus tard, le sang-mêlé avait trouvé l'objet de ses recherches. Le pas calme, pondéré, il parcourut les alentours et finit par jeter son dévolu sur un lacis d'herbe rase, où la pierre affleurait. Un geste d'invite dédié à Ode qui, loin d'être en reste, avait déjà les bras chargés de bois sec : attendant qu'elle dépose son fardeau à ses côtés, le bâtard fit place nette ; du geste précis de l'habitué, il commença à préparer son foyer.


- Tu as peut-être faim, également ? dit-il avec douceur en détachant nettement chaque syllabe et mimant, par la suite, le geste de manger - des fois que sa demande ne soit pas claire. J'irai chasser. » Et la main se porta au fourreau qu'il tapota brièvement, et sans brusquerie de sorte à ce qu'Ode n'interprète pas le geste de manière erronée.


Des petites attentions, pas grand chose en somme, mais qui suffiraient peut-être à rassurer Ode sur les intentions du bâtard - dans le cas où un doute subsisterait encore. Chadden en était à se demander quelle pouvait être la raison d'une sang-mêlée solitaire par ici (et muette de surcroît) lorsque la sus-nommée entama un curieux manège. Ses doigts s'étaient refermés sur les siens ; interrompant son ouvrage, le bâtard la laissa tracer, par son propre biais, une série de signes qu'il ne reconnut pas.

Désorienté, Chadden fronça les sourcils. Cela ne ressemblait pas à ce que Fjama lui avait appris de l'alphabet. Peut-être existait-il des lettres cachées ? Ou d'autres combinaisons ? Ou bien c'était là des marques rituelles, tirées d'une tradition dont il ignorait tout. Relevant la tête, il eut un rire léger, un peu absurde. Devant lui, insistante, l'inconnue se désignait.


- Je n'arrive pas à te lire, murmura le maître d'armes avec une déception non feinte, secouant ensuite la tête. Puis sa main vola à sa propre poitrine. Qu'au moins les présentations puissent tenter d'être faites dans un sens. Je m'appelle Chadden », articula-t-il, le coin des lèvres retroussé sur une ombre de sourire.



[HJ : Navré pour le retard !]



Revenir en haut Aller en bas
Ode
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 49
Âge : 38
Date d'inscription : 29/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   Mer 8 Juin 2011 - 11:45

Ode eut un sourire réjouit lorsque l'inconnu commença à préparer un foyer. Elle n'avait pas perdu de temps, rassemblant ce qu'il fallait pour allumer un feu. En revanche, son sourire se figea quelque peu lorsqu'il se remit à bouger les lèvres, faisant visiblement un effort pour qu'elle comprenne. Sauf qu'elle ne voyait pas du tout comment il était possible de communiquer ainsi. D'ailleurs si elle observa sa bouche quelques secondes, elle s'arrêta assez vite, montrant clairement que c'était peine perdue et essayant plutôt de déchiffrer ce qu'il voulait dire grâce à son expression. Mais lorsqu'il se décida à mimer le fait de manger, elle eut l'illumination, acquiesçant aussitôt. Oh, elle n'avait pas spécialement faim, mais un repas n'était pas de refus, voir simplement grignoter quelque chose en attendant de trouver par elle-même plus consistant.

Elle eut pourtant une réaction de recul assez violente lorsqu'il tapota son fourreau. Mais ce n'était pas de la peur, elle semblait plutôt horrifiée à l'idée qu'il aille chasser, car c'était sans doute ce qu'il voulait expliquer. Secouant la tête, les sourcils froncés, elle se lança dans quelques gestes rapides avant de se rappeler qu'il ne pouvait les comprendre. Mais il allait tout de même réussir à saisir ce qu'elle voulait dire, n'est-ce pas ? Elle ne voulait surtout pas qu'il s'imagine qu'elle avait envie qu'il chasse par sa faute ! Se désignant, elle secoua la tête, puis, hésitant un instant, elle le désigna à son tour et haussa légèrement les épaules, un peu à contrecœur.


Bon, elle espérait que cela suffise à le convaincre et après un instant passé à réfléchir, elle se dit qu'il serait peut-être judicieux de se présenter. Traçant les lettres qu’elle connaissait, elle attendit donc de voir une lueur de compréhension dans le regard de son interlocuteur. Peine perdue, il finit par secouer la tête et elle soupira, déçue. Cela avait parfois si bien marché ! Il bougea à nouveau les lèvres mais elle haussa les épaules, résignée. Cette façon de faire n’avait toujours pas plus de sens pour elle. Il finit par se désigner et articula encore quelque chose. Bon. Il devait se présenter à sa manière. Autant dire qu’ils ne progressaient pas.


Elle réfléchit, puis décida de tenter une dernière chose : se désignant, elle enchaina sur le signe de son prénom, à savoir se désigner la tempe. Puis elle se demanda un instant comment le représenter lui. Quelque chose en lien avec son cadeau ? Hum… pas évident. Qu’avait-il de caractéristique ? Puis elle se rappela de la façon dont il l’avait observé lorsqu’elle était venue vers lui la première fois. Avec un petit sourire espiègle, elle le désigna puis mima des yeux ronds en plaçant ses doigts en cercle autour de ses yeux. Enfin, elle renouvela les signes pour se présenter elle et pour le nommer lui. Voilà, il avait à présent un signe qui le désignait.

Elle se décida alors à le laisser en paix afin qu’il puisse allumer le feu. Lorsque les flammes s’élevèrent enfin, elle resta simplement là à attendre de sécher en observant cet inconnu qu’elle venait de rebaptiser. Comment faire pour communiquer avec lui si même l’écriture était impossible ? Elle n’avait toujours pas trouvé de réponse à sa question lorsqu’elle se leva pour aller chercher sa cape de fourrure qu’elle avait dissimulée un peu plus loin. S’en enveloppant avec plaisir, elle retourna s’asseoir près du feu en se demandant comment poser les quelques questions qui lui passaient par la tête.


Ce fut à ce moment qu’elle détecta, portées par le vent, les effluves d’un animal qui s’approchait. Humant l’air, elle se releva, sur le qui-vive, l’air quelque peu inquiète. Elle n’était pas sans défense, dans la nature, elle savait se débrouiller pour éviter les dangers ou faire face à la plupart. Mais ce qu’elle redoutait beaucoup, c’était les loups mages qui rodaient dans les environs. Insensibles à sa magie, elle ne pouvait les apaiser pour avoir le temps de leur échapper. Habituellement, elle connaissait bien leur territoire, mais il était toujours possible que l’un d’entre eux décide d’en sortir et mette en chasse. Scrutant les buissons qui bordaient la berge, elle semblait avoir quelque peu oublié sa nouvelle rencontre, jusqu’à ce qu’elle se tourne vers le demi en mimant de grosses dents qui auraient eu très envie de dévorer une proie.


[hrp : voilà, comme j’avais peur que l’on tourne un peu en rond, j’introduis un élément nouveau, mais si tu préfères te diriger vers autre chose, tu peux toujours dire que c’était une fausse alerte Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Te souvient-il... | Ode   

Revenir en haut Aller en bas
 
Te souvient-il... | Ode
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui se souvient des Hommes
» Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan]
» Voyage de Bougainville
» Qui se souvient du 21 mai 1968 ?
» Pêcheur de Lunes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: