Partagez | 
 

 [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]

Aller en bas 
AuteurMessage
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Mer 11 Mai 2011 - 6:00

Le moins qu'on puisse dire, c'était que Drykars n'était pas d'excellente humeur. Isr'aes était loin d'avoir eu un comportement irréprochable comme il l'attendait d'elle. D'un certain point de vu, il appréciait cela parce qu'il avait donc eu la possibilité de la faire punir et donc de la dompter un petit peu plus. D'un autre côté, elle avait déjà été largement éprouvée par tout se qu'il avait put lui faire. Se n'était pas forcément une bonne chose de la punir à nouveau.

Non pas que le fait qu'elle lui claque entre les doigts le dérange particulièrement et fondamentalement. Se n'était qu'une simple esclave après tout. Il ne fallait rien exagérer tout de même. Elle était tout à fait remplaçable. Mais il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu'une esclave morte ne sert plus à rien tendis qu'une esclave qui vit toujours peut être encore utile.

Pour ne rien arranger du tout, il avait eu droit à devoir gérer le nouveau caprice de son frère et de sa soeur. En fait, c'était assez simple dans les fait. Pour faire claire et simple, Xer'feras avait rapporté des cadeaux à ses deux cousins après une récente expédition à Thaar pour capturer des esclaves. Il avait rapporté pour Kaïlla une jolie esclave humaine parfaitement dressée et soumise. Une poupée de choix assurément. Quant à Atarick, lui s'était vu offrir une épée. Superbe pièce de métallurgie sans doute forgée par un nain. Sauf que forcément, se qui devait arriver était finalement arrivé. La drowette avait quelque peu arrêté de jouer avec son frère pour ''s'occuper'' de sa nouvelle poupée. Se qui, concrètement, signifiait qu'elle allait lui faire porter différents vêtements, lui infliger tout un tas de supplices d'ordre capillaire et aussi... une Barbie doit avoir un Ken non? Sinon c'est pas drôle.

Alors imaginez se qu'une Barbie et un Ken peuvent faire lorsqu'ils sont les jouets d'une gamine drow colérique et un rien sadique.

Enfin bref. Atarick s'était sentit délaissé et jaloux de cette esclave dont sa sœur était en train de s'occuper. Un drow... jaloux... avec une épée... qu'il rêve d'essayer. Le résultat avait été sans appel... Atarick avait largement préféré... trancher dans le vif du sujet. Au final, la tête de l'esclave avait été quelque peu détachée du reste de son corps.

Cela avait déclenché un caprice assez important de la part de Kaïlla, caprice dont Isr'aes avait d'ailleurs en partie été témoin.

Drykars s'était quelque peu énervé contre son frère et sa sœur. Si bien que ce soir à table, au lieu de leurs chamailleries habituelles, les deux enfants se tenaient parfaitement droit et tranquilles. Après le savon qu'ils s'étaient fait passé un petit peu plus tôt et au vu du visage fermé et mécontent qu'affichait leur frère ainé, il ne fallait pas être un génie pour comprendre que se n'était pas du tout le moment de venir l'enquiquiner pour quelque raison que se soit.

La grande salle à manger de la demeure paraissait donc tout particulièrement vide et silencieuse. En tout cas, l'arrivée d'Isr'aes ne passa pas inaperçue et les quatre yeux des petits drows affamés se tournèrent avidement dans sa direction. Il fallait dire que les deux petits avaient particulièrement faim.

D'un autre côté, c'était aussi une étape assez importante pour Isr'aes. Une des précédente maîtresse de Drykars s'était purement et simplement donné la mort en s'ouvrant les veines plutôt que de subir se que lui faisait les jumeaux. Oh, clairement, ils ne lui faisaient pas le moindre mal. Mais tout comme Drykars savait le faire, à leur façon, les deux garnements savaient parfaitement comment tourmenter quelqu'un. Au point de lui faire perdre la raison si cela s'avérait nécessaire. Mieux valait les avoir comme allier plutôt que comme ennemi. De toute façon, personne ne pouvait tenir bien longtemps lorsqu'on était leur ennemi. En tout cas, pas dans cette maison.

Arrivant à la hauteur de Drykars, la jeune sombre effectua un léger salut avant de déposer les plats devant eux. Sur un geste, elle doucouvrit les plats avant de se retirer un peu et le repas commença.

Kaïla ne quittait pas des yeux la jeune Sombre.

« Elle est jolie celle là, dit-elle toute timide. Et elle a l'air mieux que Siss. Je l'aimais pas. »

Drykars sourit légèrement en entendant sa sœur.

« Non, je ne te donnerais ni Siss ni elle comme nouvelle poupée. »

La jeune drowette sembla légèrement s'empourprer et replongea le nez dans son assiette en marmonnant quelques paroles tout à fait incompréhensibles. Elle jetait pourtant de temps à autres quelques regards furtifs en direction d'Isr'aes, puis replongeait le nez dans son assiette pour faire comme si de rien n'était.

Même s'il était d'humeur assez bougonne, Drykars devait bien s'avouer qu'Isr'aes était loin d'être laide dans cette tenue. Bien au contraire. Il trouvait même que...


« Qui c'était? Il a bon goût. »

Drykars leva les yeux vers son frère qui était en train de déguster une belle pièce de viande.

« Sam. Il était devenu un peu vieu et inutile. Il faut dire aussi que votre reconstitution à tout les deux de la Bataille des Cendres n'avait rien arrangé à son état. »

Atarick baissa quelque peu la tête. Oui oui bon d'accord. Ils avaient peut-être un petit peu exagéré à ce moment là. Il avait voulut jouer Tébirahc Zaurahel dans un de ses grands moment de gloire contre les humains. Et Sam, l'esclave lui tenait le rôle de Léandre de Soltariel. Alors forcément...

« Il es bon pour un humain. »

Drykars haussa les épaules et prit une nouvelle forgée d'un liquide rouge qu'il avait dans son verre... trop rouge pour être du vin.

Quelques secondes s'écoulèrent avant que le sombre ne prenne la parole.


« Isr'aes... tu m'as dit que tu étais danseuse. Et si tu nous faisait une petite démonstration de tes talents? »

Se qui était formulé comme une proposition cachait tout de même mal se dont il pouvait s'agir au fond: un ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Sam 14 Mai 2011 - 8:42

Une fois arrivée au niveau de la table, dans un silence qu'elle trouva légèrement pesant après le bruit qui l'avait accompagné depuis un moment, elle servit avec calme les plats qu'on lui avait confiés avant d'attendre un signe de la part du chef de maison qui ne tarda pas. Alors, elle ôta d'un geste gracieux les cloches protégeant les mets délicats avant de reculer de quelques pas, restant ainsi disponible si l'on avait encore besoin d'elle sans être trop près d'eux non plus. Franchement, elle n'avait aucune envie de partager leur repas. Non pas que ce dernier ait l'air mauvais, simplement qu'après la journée qu'elle venait de passer, elle n'était pas presser de devoir passer plus de temps que nécessaire en leur présence.

Dès qu'elle était entrée dans la salle, la jeune sombre avait bien senti le regard des deux enfants se poser sur elle pour ne plus la quitter. Elle préférait s'en méfier pour le moment, se rappelant de sa rencontre fortuite le matin même avec la petite fille et ce qu'il restait de sa chère poupée. Mais elle ne fit rien pour les empêcher de la détailler attentivement tout le temps où elle les servit. Même alors que le repas était servit, leurs regards ne cessaient d'alterner entre leurs assiettes et elle. Sans doute était-elle un peu plus intéressante qu'un morceau de viande, quoi qu'elle en doute un peu. Elle avait bien compris que cette maison était loin d'être comme les autres.

Par contre, elle ne put retenir un léger sourire en entendant les paroles de la petite fille. Au moins, elle avait bon goût. Rien que pour entendre ça, elle était presque contente d'avoir été assignée à cette tâche. Cependant, la remarque qui suivit venant de la part du maitre du maison lui parut un peu plus difficile à interpréter. Bon, point positif, il n'avait pas l'intention, dans l'immédiat en tout cas, de la donner comme jouet à sa sœur. Vu le sort de sa dernière poupée, ce n'était pas si mal. Mais vu ce que lui était capable de faire, elle ne savait pas trop si c'était réellement une bonne nouvelle au final.

Un nouveau temps de silence et de dégustation appliqué se passa avant que ce ne soit le petit garçon qui prenne la parole cette fois, dans un registre de question tout à fait différent. Sur le coup, la jeune esclave fronça discrètement les sourcils d'incompréhension avant que la réponse de Drykars ne lui fasse clairement comprendre la situation. Eh bien, elle qui le croyait dangereux n'avait encore rien vu. Ainsi, une fois qu'un esclave était jugé inutile, on lui trouvait une nouvelle tâche à accomplir. Et définitive celle-là. Elle avait entendu des drows parler de ce genre de pratique mais elle-même n'en avait jamais été témoin. Malgré sa surprise, elle resta cependant de marbre, ne laissant aucun son ou mouvement la trahir.

Bon, voilà une nouvelle motivation pour elle: tout faire pour ne pas finir en met de choix pour drows affamés. Car s'ils mangeaient de l'humain, rien ne les empêchaient de manger l'un des leur. Enfin, pour le moment, ce n'était pas la question. En tout cas, elle devait bien avoué que lorsqu'elle avait soulevé les cloches et découvert les plats, elle les avait plutôt trouvés appétissants. Après tout, il faut manger et un mort n'a plus ces préoccupations-là. Les drows ne sont pas pour rien au sommet de la chaine alimentaire.

Le silence retomba sur la pièce, entrecoupé de bruits de mastication et de déglutition propres à un repas. La jeune esclave commençait à se lasser lorsque Drykars prit à nouveau la parole, s'adressant directement à elle pour la première fois depuis le début du diner. Sa remarque, quoi que très joliment dite, ne laissait aucun doute quant à la nature de sa volonté. Elle était indiscutable. Un ordre, rien de plus. Elle se contenta de s'incliner légèrement de façon respectueuse, pour lui signifier qu'elle acceptait. Comme si elle avait le choix. Mais au final, cette idée lui plaisait. Voilà quelque chose qu'elle pourrait faire sans contrainte, ce qui était loin d'être négligeable. Cependant, le silence alentour n'était pas très propice à ce qu'il lui demandait.

- Veuillez pardonner mon audace, mais la danse n'en serait que plus appréciable si cette dernière était accompagnée de musique. Me serait-il possible d'être accompagnée dans ma démonstration?

Le Sombre se contenta de frapper des mains, sans même lui adresser un regard. Déjà, des musiciens entraient et prenaient place dans un coin de la pièce. Les instruments présents étaient tous à cordes ou à vent, ce qui lui plut assez. Elle aimait beaucoup ce genre de sonorités. Les cinq musiciens s'installèrent, s'accordèrent le temps de quelques secondes avant de faire signe au maitre de maison ainsi qu'à la jeune esclave qu'ils étaient prêts à partir. Sans chercher à savoir ce que ses derniers allaient jouer, Isr'aes se déplaça légèrement afin de disposer de plus d'espace pour se mouvoir. Dos à la table, elle fit un geste vers les musiciens pour qu’ils commencent à jouer.

Les première notes naquirent doucement, frêles et peu assurées. Lentement, son propre corps se mit à bouger, tel un serpent ondulant comme pour sentir chaque partie de son être bien vivante. Instinctivement, elle ferma les yeux pour mieux se concentrer sur les notes qui lui parvenaient. Elle ne répondait pas la musique, elle se fondait en elle afin de l'apprivoiser et de la faire sienne. Déjà, la musique devenait un peu plus vive et rapide. Ses mouvements en suivaient le rythme sans le moindre souci ni même un temps de retard. Comme si elle savait par avance les notes qui allaient sortir. Un léger sourire naquit sur ses lèvres tandis que les choses sérieuses commençaient.

Là, elle était dans son élément. A ce jeu, elle ne craignait rien ni personne. Elle savait de quoi elle était capable et il ne croyait pas si bien dire en parlant de ses talents. Il voulait la voir à l’œuvre, eh bien elle allait lui en mettre plein la vue. Juste pour le plaisir. Elle n'était plus esclave, redevenue simple danseuse dans sa tête et cela changeait toute la donne, la libérant d'une certaine façon. Elle aimait cette sensation qui l'envahissait à mesure que la musique montait. Oui, là elle se savait meilleure qu'il ne le serait jamais. Et cela suffisait à la rendre plus audacieuse encore dans ses mouvements.

Les accents arrivèrent, mettent un rythme plus soutenu et puissant dans ses pas. Pourtant, jamais ils ne manquaient d'assurance. La jeune femme se mit à virevolter, tourner, sauter avec une grâce impressionnante. Chaque geste en devenait d'une précision complexe, ses bras et ses jambes paraissant parfois comme indépendant, suivant leur propre schéma de pensée sans se soucier du reste du corps. Souple et fine, elle savait jouer sur les atouts de son corps et même si cette tenue ne la mettait pas en valeur, ses mouvements le faisaient pour elle. Ses pas se faisaient plus vifs et rapides, chaque mouvement plus complexe que le précédent et elle ne semblait même pas s'essouffler.

A un œil expert, il aurait pu apparaitre que certains mouvements ressemblaient à des coups d'estoc ou de taille, à des feintes ou des parades étranges. Il n'aurait pas tort. Quoi de plus surprenant que de se faire désarmer par un pas de danse? C'était sa fierté, celle de se savoir presque à l'égale d'un mâle en pouvant le battre à son propre jeu. Qui se méfierait d'une danse? Personne. Et certains en avaient déjà fait les frais. Mais ici, elle se contentait de relâcher la pression et la frustration qu'elle avait accumulée, libérant son corps de ses entraves. Ses mouvements se firent plus aériens, plus rapides encore. Ses cheveux volant derrière elle et son ombre dansant sous son corps accentuaient cet effet de vitesse.

Enfin, les dernières notes montèrent crescendo, l'emmenant dans une sorte de spirale infernale dont chaque geste était méticuleusement calculé. Un bond, une réception acrobatique, un passage au sol avant de se retrouver à nouveau debout et déjà reparti. Un dernier tour, une position répétée et exécutée à la perfection et la dernière note mourut, laissant un silence étrange recouvrir les lieux. Allongée au sol, les genoux repliés sous elle, son corps cambré touchant le sol du bout de ses doigts jusqu'à ses épaules, elle prit deux grandes respirations avant de rouvrir les yeux et de se relever tranquillement. Une fois revenue droite, en positon 'standard', elle se contenta de hocher la tête comme pour signifier, si besoin, que sa démonstration était terminée.

Tous les regards étaient tournés vers elle. En même temps, quoi de plus normal. Les enfants semblaient avoir appréciés, la petite tapant avec entrain dans ses mains, le garçon l'imitant avec un peu plus de réserve, sans doute pour marquer qu’il restait "l'homme" vis à vis de sa sœur. Évidement, décrypté l'expression du Sombre ne serait pas aussi simple, ce dernier aimant rester le maitre du jeu quoi qu'il puisse arriver. Cependant, le spectacle paraissait lui avoir plut également. Dans quelle mesure, cela restait à découvrir mais au moins, il ne semblait pas déçu.

Les musiciens s’éclipsèrent dès leur tâche achevée. Il ne leur fallut pas longtemps pour disparaitre comme ils étaient venus, en silence et sans une fausse note. Une fois qu'ils eurent disparut, la jeune femme revint prendre sa place à quelques distances de la table. Les assiettes avaient été délaissées le temps de sa petite mise en scène mais les plats étaient déjà plus sérieusement entamés. Le débarrassage ne devrait donc plus tarder. Elle se sentit le cœur plus léger une fois sa danse terminée mais se força à n'en rien laissé paraitre. Il valait mieux garder cela pour elle. Après tout, elle n'était qu'esclave et n'avait donc pas à avoir d'état d'âme. Surtout si ces derniers pouvaient leur offrir une quelconque prise supplémentaire sur elle.

Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Ven 20 Mai 2011 - 21:29

Entendant se que le drow venait de lui dire et sans doute motivée par se qui avait précédé, la jeune drow ne tarda pas à s'incliner doucement devant Drykars. Aucun doute possible. Elle avait comprit se qui constituait en ce moment même le plat de viande que lui et les jumeaux étaient en train de déguster et il n'y avait pas la moindre doute qu'elle ne souhaitait pas du tout subir le même sort. Il fallait dire que c'était bien peu enviable. Être placé sur une broche pour être dévoré ensuite... Et encore, Drykars faisait partit des drow qui, pratiquant l'anthropophagie de façon occasionnelle restait tout de même dans la sobriété quant à cette pratique. Certains drow voulaient leur repas ''frétillant''. D'autres même crus. Je me permettrait de vous laisser imaginer la suite.

Enfin bref, Isr'aes acceptait donc de danser pour le plaisir de Drykars... comme si elle avait le choix en même temps.


- Veuillez pardonner mon audace, mais la danse n'en serait que plus appréciable si cette dernière était accompagnée de musique. Me serait-il possible d'être accompagnée dans ma démonstration?

Ah oui, c'est vrai. Le silence... pas facile de danser ou d'entreprendre d'entrainer son publique dans un enchainement de mouvements aussi langoureux que rythmé si on est pas accompagné du moindre musicien. Cela aurait put être une expérience intéressante de la mettre dans pareille position. Un petit peu sadique sans le moindre doute, mais non moins intéressant. Mais pas ce soir. Non. Se ne serait pas pour ce soir. Pour le moment, la seule et unique chose dont avait envie le maître de maison, c'était d'être divertit alors tant pis pour le calme. L'important serait donc d'être divertit ce soir.

D'un geste sec, le drow frappa dans ses mains. Des musiciens sortirent immédiatement de leur cachette pour se mettre en place. Ils étaient dissimulé depuis le début. C'était juste que Drykars n'avait pas encore requis leur présence. Le jeune drow aimait de temps à autre avoir une agréable musique en fond sonore durant son diner. Mais pas ce soir. Au moins ils se rendraient utile pour cette soirée. C'était déjà bien. Parmis ces esclaves, il y avait essentiellement des elfes. Si on pouvait reconnaître quelque chose à ces bouffeurs de salade, c'était bien leurs qualités de musiciens. Sur les cinq musiciens, on dénombrait en tout et pour tout quatre elfes et un humain.

Avec rapidité, les musiciens se mirent en place avant de s'accorder plus vite encore. Drykars les avaient mandé pour occuper son repas et s'il était bien une qualité qu'on ne pouvait pas reconnaître au jeune drow, c'était sans nul doute la patience. Alors autant faire vite avant qu'il ne lui vienne l'envie de sortir un fouet ou une cravache d'Uriz savait où. Ils adressèrent rapidement un signe à leu maître ainsi qu'à l'esclave. Drykars n'y prêta pas vraiment attention. Pour être tout à fait honnête, le jeune drow n'en avait pas grand chose à faire. C'était important pour Isr'aes. La seule chose qui avait un quelconque intérêt pour lui, c'était simplement que ce spectacle commence.

Les premières notes s'élevaient doucement dans l'air. Pour le moment, Isr'aes leur tournait le dos, mais le drow doutait que cela dure encore bien longtemps.

Lentement, le corps d'Isr'aes se mit à bouger. À onduler tel un serpent, hypnotique. Les mouvements de son corps semblaient instinctif. Elle se fondait petit à petit dans la musique. Comme si, par un bien étrange sortilège, les musiciens avaient prit le contrôle du corps de la drow. Leur musique jouant de son corps comme un marionnettiste de sa marionnette. Plus la musique s'accélérait, plus les mouvement de la drow se faisaient saccadé. Sans pour autant que la jeune femme ne perde en grâce. Étrange mélange, il fallait le reconnaître, mais cela n'en était pas moins efficace. Le fait qu'elle n'ai pas le moindre temps de retard ajoutait à l'impression qu'elle était la marionnette des musiciens. Alors que ses yeux restaient obstinément clos, se n'était pas de même pour ses lèvres sur lesquels se dessinaient petit à petit un très léger sourire.

Elle était dans son élément et savait parfaitement se qu'elle faisait. Et cela se voyait. S'il avait voulut la mettre à l'épreuve, il savait à présent sans le moindre doute que se n'était pas dans le domaine de la danse qu'il pourrait la piéger ou l'amener à la faute. Bien au contraire. C'était dans ce domaine qu'elle avait la possibilité de se distinguer et, si elle était un tant soit peu intelligente, elle ne manquerait en aucune manière de le faire autant que possible.

La musique se faisait plus soutenue, plus rapide, plus entrainante et la Sombre ne manquait pas de l'accompagner à la perfection, dans ses pas et dans ses gestes. Jamais ceux-ci ne marquaient la moindre hésitation. Comme si elle n'était plus seulement une danseuse. Comme si la musique elle même, non contente de s'exprimer par le son avait trouvé dans le corps de la Sombre un vaisseau physique. Isr'aes virevoltait en tout sens sans jamais paraître pouvoir s'arrêter. Elle jouait de ses charmes et des atouts de son corps à la perfection. Laissant toujours planer une sorte de suspence sur se que le mouvement suivant pourrait révéler, mais sans jamais rien n'offrir de plus aux yeux que se qu'ils avaient put détailler alors que la danse n'était pas encore commencé.

Les dernières notes montèrent crescendo. Isr'aes avait opéré un acrobatique final devant son publique restreint certes, mais sans doute moins libidineux que lorsqu'elle travaillait dans sa taverne. Lorsqu'enfin la dernière note de musique mourut, la jeune femme était allongée sur le sol, ses genoux replié sous son corps, le dos cambré, ses bras reposant à terre. Elle fini par se remettre sur ses pieds tranquillement, signifiant à ses maîtres que son spectacle était terminé. N'ayant guère attendu et ne voulant guère plus attirer l'attention du maître sur eux, les musiciens quant à eux n'avaient pas même attendu que la jeune sombre se soit relevée pour enchainer rapidement sur la suite. Suite qui consistait pour eux à prendre leurs cliques et leurs claques avant qu'on ne le leur demande à grands coups de triques.

En même temps, les musiciens avaient largement eu l'occasion de décamper puisqu'Isr'aes centralisait toute l'attention. Kaïla était celle qui semblait avoir le plus apprécier et on pouvait dors et déjà pleindre la future poupée de la gamine. Nul doute que cette dernière voudrait lui apprendre à danser... mais à sa façon. Se qui comportait bien entendu un certain lot de souffrances et de coups en tout genre. Atarick se contentait d'imiter sa jumelle surtout. Et puis, de toute façon, ou c'était lui qui allait dans le sens de sa soeur, ou s'était sa soeur qui allait dans son sens mais on les voyait rarement en opposition.

Quant à Drykars... c'était plus compliqué de dire se à quoi il pouvait bien penser. Le Sombre se contentait de tapoter doucement dans ses mains. Une expression assez neutre peinte sur le visage. Il ne disait rien. À la limite pouvait-on distinguer comme un sourire de contentement ce demi millimètre dont s'était surélevé le coin gauche de ses lèvres. Mais puisqu'on en parle, je me permettrait une petite intrusion dans l'esprit tortueux et fermé de ce cher Drykars. Mais rien que parce que c'est vous. Bande de chanceux que vous êtes. Vous êtes content j'espère. Eh bien présentement, notre cher petit Drykars trouvait sa nouvelle aquisition plutôt jolie et avait une certaine envie de la mettre tranquillement dans son lit. Voilà. Alors? Heureux?

La Sombre repris tranquillement sa place non loin de la table, attendant que le repas se termina assez rapidement. En fait, il prit surtout fin lorsque Drykars se leva et quitta la table. Les deux enfants papotèrent quelques minutes avant de laisser à Isr'aes le soin de débarrasser. Un repas attendrait la drowette aux cuisines lorsqu'elle aurait ramené les plats. Et elle aurait l'immence plaisir de diner avec sa grande amie: Siss. Tu es contente hein?

* * *

Deux petites heures s'étaient écoulées depuis la fin du repas lorsque la Prime esclave vit une ombre quitter le mur de son bureau. L'être n'existant que sur deux dimension sembla avancer doucement malgré une jambe boitante et se dirigea vers le pupitre de la Sombre. Un parchemin blanc s'y trouvait en toute occasion et personne n'avait jamais rien rédigé dessus.

S'inclinant profondément devant la fantomatique apparition, la Prime esclave attendit que l'Ombre ait apposé sa main sur le parchemin et ait disparut.

Les lettres d'Ombre ne restèrent guère plus de quelques secondes avant de s'évaporer purement et simplement, mais c'était bien assez pour permettre de lire l'intégralité du message:

« Envois moi Isr'aes. »
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Sam 21 Mai 2011 - 12:00

Une fois sa petite démonstration terminée et les musiciens repartit d'où ils étaient venus, la jeune esclave se contenta de revenir à sa place initiale, comme si rien ne s'était passé. Elle resta légèrement en retrait, attendant que les drows à table se remettent à manger et ne terminent leur repas. Apparemment, le maitre de maison n'avait plus rien à lui demander pour lui moment, ce qui elle devait bien l'avouer, lui faisait plutôt plaisir. Tant qu'il ne lui demandait rien, elle ne pouvait pas faire d'erreur. Et les petits, la petite surtout, ne cessait de la regarder avec un grand sourire. Voilà un bon point pour elle, avoir les enfants avec elle serait sans doute un atout non négligeable pour la durée de son séjour par ici. Enfin avec elle, façon de parler. Elle se contenterait du fait qu'il ne cherche pas à lui pourrir ouvertement la vie. Elle se doutait que d'autres personnes se feraient un plaisir de le faire à leurs places, pas besoin de rajouter ses deux adorables petits monstres à la liste de ceux souhaitant lui rendre la vie impossible.

Isr'aes n'eut pas à attendre très longtemps cette fois. Le repas prit rapidement fin, les assiettes enfin vides et les estomacs repus. Évidement, Drykars fut le premier à se lever et à sortir de table d'une façon plutôt élégante malgré le fait qu'il boitait. Les enfants demeurèrent encore un moment à table, se permettant de discuter un peu plus ouvertement à présent que leur ainé n'était plus là. Ainsi, la jeune esclave parvint à saisir les noms des deux enfants. Kaïla et Atarick. En touts cas, ces deux là n'étaient pas jumeaux pour rien. A croire que l'on avait aurait glissé un miroir entre eux. Heureusement qu'il y avait une fille et un garçon sinon les différencier aurait été assez compliqué. Enfin, les deux enfants se levèrent et quittèrent la table à leur tour avant de laisser la jeune femme seule dans la pièce.

Une fois la porte bien refermée sur le départ des deux petits drows, l'esclave se mit donc à débarrasser la table tranquillement. Elle fit un certains nombres d'aller-retour en direction de la cuisine avant que la table ne se retrouve enfin vide car cette fois, en plus des assiettes, tout devait être retiré. Nappe, couverts, bouteilles, serviettes.... Elle prit un peu de temps pour s'assurer de ne rien faire tomber ni renverser. Ce n'était pas le moment de commettre une erreur aussi stupide. Personne ne lui prêta réellement attention dans les cuisines, comme si elle était un fantôme, simple apparence de passage. Une ombre de plus dansant sur les murs. Une fois les derniers vestiges du repas dûment débarrassés, Siss refit son apparition, lui désignant de la main un recoin de la salle avec une table et quelques restes disposés dessus. Son repas.

Isr'aes alla s'asseoir avant de se nourrir. Elle préféra ne pas se poser de questions quant à ce qu'il y avait dans son assiette. C'était mangeable, même plutôt bon, elle devait bien se l'avouer. Et surtout, elle avait bien assez faim pour ne pas faire sa fine bouche. Finalement, ce qui gâcha le plus son diner fut le présence de cette fichue demi. Siss ne cessait de la fixer avec un regard mauvais. Elle semblait clairement déçue que la nouvelle n'ait pas à nouveau échoué à la tâche qu'ont lui avait donné. Et encore plus du fait qu'elle semblait s'en être même bien sortie. Malgré la tension qui régnait entre les deux esclaves, il ne se passa rien de notable. Siss avait elle aussi comprit la leçon et n'était pas en position de force pour le moment. Mais elle saurait attendre son heure. Heure qui viendrait bien vite puisque la nouvelle devrait descendre avec elle à la fin de son repas retrouver le quartier des esclaves. C'est la raison pour laquelle Isr'aes fit un peu durer son repas, pas du tout pressée de devoir à nouveau affronter la haine des autres esclaves.

Étrangement, Siss semblait quant à elle très pressée de ramener la nouvelle parmi ses camarades. Elle avait peut-être fait amende honorable ce soir au repas, mais la demi n'avait pas oubliée la correction reçue et ce ferait un plaisir de le lui rappeler dès qu'elle serait sûre de ne pas risquer de représailles. Aussi se fit-elle un point d'honneur à la faire finir rapidement et à la conduire ensuite à un rythme de marche plus que soutenu vers les sous-sols et la place qui lui revenait. Celle de souffre-douleur des anciennes de la maison. Après tout, tout le monde passait par là et Siss se ferait un plaisir qu'elle occupe ce rôle aussi longtemps que possible.


* * *

Arrivée dans les sous-sols, le premier jeu de la demi fut de s'amuser à y perdre Isr'aes. La demeure étant vaste, les sous-sols en étaient proportionnels et donc immenses. Enfin, la jeune esclave parvint à se repérer un minimum et à accéder à ce qui devait servir de dortoirs à toutes les esclaves femelles de la maison Trys'Tavilon. Sur le coup, elle fut surprise du nombre de personnes présentes, elle ne s'était pas attendue à en voir autant. Mais à part les esclaves ayant partagées sa corvée de nettoyage plus tôt dans la journée, elle ne découvrit aucun visage familier. Elle était donc la seule de ce nouvel arrivage. Voilà qui était plutôt mauvais signe. Elle ne fit pas deux pas dans la salle que Siss se manifesta bruyamment.

- Ça alors? La nouvelle, toi ici? Quelle surprise! Tu as vraiment du déplaire au maitre pour ne pas être déjà dans son lit. Mais ne t'en fais pas, nous allons bien nous occuper de toi....

Isr'aes regarda la demi avant de se diriger sans mot dire dans un coin apparemment libre de la grande salle. Pff, qu'elle se complaise dans ses futilités, elle avait bien mieux à faire. Et puis, elle ne pourrait pas lui faire tout ce qu'elle voulait, elle aussi était sous le joug de la Prime Esclave. Alors, à quoi bon s'en faire. Et puis, Siss était comme un chien. Elle savait fort bien aboyer mais ses crocs n'étaient pas faits pour mordre. Ce qui n'était pas son cas à elle. Une rumeur enfla malgré tout dans la salle qu'elle ne put ignorer. Les regards étaient braqués sur elle, mauvais et sadiques, n'annonçant rien de bon. Déjà, certaines esclaves se levaient avant de s'avancer vers elle. Leur faisant face, Isr'aes se prépara à devoir riposter.

Mais à croire que le destin est joueur. Des pas puissants résonnèrent dans le couloir, faisant aussitôt cesser tout mouvement dans la salle. Déjà, la silhouette de la Prime Esclave se dessinait dans l'encadrement de la porte. Le silence tomba, avant que la voix ne vienne le briser, claire et implacable. Un ordre, contenu dans un seul mot, retentit en écho dans la pièce.


- Isr'aes

Rien de plus. La jeune esclave vint à sa rencontre sans accorder un regard aux autres femmes présentes mais sentant planer sur elle l'animosité ambiante. Elle n'avait pas besoin d'un dessin pour comprendre ce qui se passait. Si on était venu la chercher, c'était que le chef de maison la demandait. Et à cette heure-là, il n'y avait pas beaucoup de choses qu'ils puissent vouloir à une esclave. Déjà, elle suivait la Prime esclave au milieu du dédale des sous-sols avant de remonter vers son bureau. Cependant, elles ne s'y arrêtèrent pas et continuèrent leur chemin, traversant le rez de chaussée avant de monter un grand escalier les menant à l'étage supérieur.

L'étage semblait vide, silencieux. Il n'y avait que peu de portes contrairement au rez de chaussée. La Prime Esclave avançait toujours, la jeune esclave sur ses talons. Elles n'échangèrent pas une parole avant qu'elles ne s'arrêtent enfin devant une imposante porte. Cette fois, la Prime Esclave prit le temps de la détailler de bas en haut. Isr'aes portait toujours la même tenue que lors du repas, donc quelque chose de ni trop affriolant ni trop austère. Parfait. Elle frappa à la porte avec force avant de s'adresser à la nouvelle esclave.


- Voici la chambre du Maitre. Tu sais ce qu'il te reste à faire....

Après un regard entendu, cette dernière tourna les talons dès qu'elle entendit à travers la porte l'autorisation d'entrer destinée à la jeune Sombre. Laissée seule, Isr'aes inspira profondément avant de pousser le battant et d'entrer dans la chambre. Enfin, chambre, c'était le nom qu'on lui avait donné. En entrant, elle découvrit qu'il s’agissait plus d'une immense suite que d'une simple chambre. Rien à voir avec leur dortoir des sous-sols. Rien que pour ça, les esclaves devaient se battre pour partager le lit du maitre de maison. Elle avança un peu, refermant derrière elle, avant de s'incliner légèrement.

- Vous m'avez fait demander, je suis là. Maitre.

Ce mot lui arrachait littéralement la bouche mais s'il pouvait lui éviter de gros ennuis, elle était prête à devoir faire quelques sacrifices. Et puis, elle n'était pas pressée de retourner tenir compagnie aux autres femmes esclaves de la maisonnée. Elle avait là une chance de tirer à nouveau son épingle du jeu, alors hors de question de la laisser filer.

Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Ven 27 Mai 2011 - 21:37

Si Drykars avait laissé tant de temps entre le moment où il avait quitté la table et celui où il avait demandé à la prime esclave de faire venir Isr'aes dans ses appartements, se n'était pas pour rien. Il fallait que la jeune drow comprenne vraiment une bonne fois pour toute qu'elle n'avait pas d'autre choix que de se soumettre à celui qu'elle devait à présent considérer comme son maître. Dans la maison Trys'Tavilon comme dans beaucoup d'autres grandes demeures drow, les esclaves Sombres ou possédant une part de sang Sombre possédaient un statut de privilégiés par rapport à leurs congénères qui ne portaient que du sang humain ou pire, du sang elfique.

Sa race allait donc déjà commencer à lui jouer des tours et lui attirer l'animosité de certains ou certaines esclaves. Mais en plus de ça, il avait tout fait pour que tout le monde parvienne à la détester dans la demeure. Déjà, il l'avait choisit le matin même. Elle était donc tout fraichement arrivée, mais comme il n'avait fait en sorte qu'elle ne puisse croiser aucune des autres esclaves qu'il avait choisit pour le service dans la maison, elle se retrouverait fatalement totalement isolée par rapport au reste du groupe.

L'intégration promettait d'être des plus compliquée.

Quant au reste... que dire du reste? Il avait clamé haut et fort qu'elle lui appartenait personnellement. Qu'elle était son esclave privée. Voilà qui allait lui conférer un autre statut privilégier. Et plus privilégier que le reste. Bien souvent, les esclaves qui vivaient là servaient de jouet aux gardes de la demeure. Ou aux mercenaires de Xer'feras. Toutes, sauf une. L'esclave personnelle du seigneur Trys'Tavilon. Elle, elle lui appartenait personnellement. Et personne parmi les mâles de la demeure ne se serait risqué à la toucher... à moins de prendre les plus infinies précautions afin que Drykars n'en entende jamais parler bien entendu. Et même là, on prenait le risque de se mettre à la merci de l'esclave qui pouvait nous faire chanter à loisir. Non, définitivement, toucher à l'esclave personnelle du seigneur Trys'Tavilon n'était pas une bonne idée.

Du coup, Isr'aes ne tournerait pas entre toutes les mains. Et cela avait une conséquence directe sur la vision qu'avaient d'elle les autres esclaves: elle l'enviait.

Autant dire qu'avec tout ces paramètres réunis, Isr'aes ne pouvait plus trouver qu'un seul et unique appuis solide dans la maison: Drykars. Oh, elle aurait sans le moindre doute put penser qu'elle pouvait toujours chercher de l'aide chez Kaïla ou Atarick.... oui... bonne idée. Chez une petite fille qui traitait ses esclaves de poupées et un garçon qui avait pour passe temps apparent de ''casser'' les poupées avec qui sa sœur passait trop de temps. Riche idée d'aller après d'eux et de miser sa survie sur les deux enfants.

Non seulement elle devait avoir comprit qu'elle n'avait pas le moindre chance de pouvoir se récolter, mais aussi le fait que, mêle si elle ne l'aimait pas outre mesure, il était le seul à pouvoir lui épargner les pires sévices que l'esprit des drows était capable d'imaginer. Sans compter ceux qu'il lui infligerais lui même bien entendu.

En attendant, Drykars s'amusa à une nouvelle petite mise en scène et alla poser sa cane en appuis contre une commode avant d'aller chercher un épais livre. Le plus épais et le plus lourd qu'il puisse trouver en fait un pavé parfaitement assommant traitant des grandes familles drows et de toutes leurs filiations possibles et imaginables, incluant les lignées ayant donner des individus de sang pur, mais aussi celles de bâtards demi drow. Bien entendu, la liste n'était pas exhaustive, mais suffisamment importante pour assommer un mammouth adulte. Le chef des Trys'Tavilon se traina plus qu'autre chose en direction d'un épais fauteuil où il ouvrit une page de l'ouvrage à tout hasard, sans la moindre idée de se sur qui elle allait porter, ni la moindre envie de le savoir.

Ce livre ne lui servait en réalité qu'à mettre une nouvelle fois à l'épreuve Isr'aes. Tout comme le fait qu'il ait placé ostensiblement sa canne bien hors de sa portée. D'ailleurs, en y réfléchissant, cette partie du piège était peut-être un peu trop visible. Mais bon, tant pis, il était trop tard. Tout allait capoter s'il faisait quoi que se soit.

Assis dans son fauteuil à l'intérieur du petit salon dans ses appartements, Drykars attendait patiemment l'arrivée d'Isr'aes, résistant autant que possible à l'envie pourtant forte d'envoyer une ombre pour observer sa progression dans la demeure. Ah, les ombres. Si utiles. C'était en partie pour cela que personne ne tentait jamais rien contre lui dans cette maison. Tout le monde savait qu'il pouvait avoir des yeux absolument partout à n'importe quel moment. C'était particulièrement amusant pour Drykars, mais nettement moins pour tout les esclaves qui vivaient sous son toit.

Enfin, on frappa à la porte et Drykars lança un ''entrez'' sonore. Parfait. La partie allait enfin pouvoir commencer.

Isr'aes poussa le battant de la porte et entra. Peut-être était-ce une légère anxiété qui se peignait sur son visage. Moui, pourquoi pas. Après avoir vu les dortoirs où s'entassaient quelque peu les esclaves, elle devait comprendre mieux encore la volonté des esclaves de dormir précisément dans cette chambre en s'attirant les faveurs du jeune Sombre. Et donc, comprendre mieux encore l'animosité qu'on lui accordait. Et dire que de là où elle se trouvait, elle n'avait pas encore jeté un oeil sur le lit. Enfin... un lit... disons juste qu'à l'instar de la chambre, celui-ci lui paraitrait sans le moindre doute tout à fait démesuré.

La Sombre avança et referma la porte derrière elle avant de s'incliner.


- Vous m'avez fait demander, je suis là. Maitre.

Ah, qu'il était agréable à ses oreilles ce petit mot. Un tout petit mot des plus délicieux que Drykars prit d'ailleurs grand soin de déguster. Elle ne semblait pas un seul instant aimer l'appeler comme cela, mais c'était logique. Elle s'y ferait sans doute bien vite.

« Oui, en effet, répondit Drykars. »

Le drow referma le livre et le posa sur l'accoudoir avant de tenter de se relever. Oui. Tenter de se relever car il fut vite évident qu'avec sa jambe, il en était tout à fait incapable sans l'aide de sa canne. Une faiblesse qu'il hurlait littéralement à l'esclave. Sans sa canne, il ne parvenait pas à se relever.

« Tien, ma canne est là bas. Donne la moi. »

Elle l'avait vu plus tôt dans la journée et l'avait même expérimenté. Cette canne pouvait parfaitement servir à frapper quelqu'un et c'était d'ailleurs plutôt douloureux. Il lui donnait une arme et se mettait à sa merci. Restait à savoir se qu'elle allait décider de faire. Se venger? Se montrer docile? Ils auraient bientôt la réponse à cette question et cela promettait d'être des plus intéressant d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Sam 28 Mai 2011 - 12:14

Maintenant seule face au maître de la maison, la jeune esclave fit son possible afin de rester aussi neutre que possible. Pourtant, tout un tas de questions et de réflexions bouillaient littéralement dans son esprit. Elle éprouvait une certaine satisfaction à se retrouver dans ce lieu bien plus coquet et avenant que les sous-sols réservés aux esclaves. En même temps, elle comprenait mieux l'animosité ds ces dernière, et de Siss en particulier. Si quelqu'un venait à lui prendre la place où elle trouvait actuellement, elle aussi aurait sorti griffes et crocs pour conserver son peu d'avantages sur les autres. Sans compter que le caractère de cette dernière en faisait une meneuse et que les autres la suivait bêtement. Si elle n'était pas arrivée aujourd'hui mais quelques jours plus tard, après la chute que cette dernière, elle n'aurait pas eu les mêmes soucis. Le temps avait joué contre elle sur ce coup-là.

Cependant, il était hors de question qu'elle fasse le moindre cadeau à toutes ces femmes qu'elle était obligée de considérer comme ces pairs. Si elle avait une chance de sortir du lot et de gagner quelques améliorations par rapport à son statut, elle ferait tout pour conserver cette dernière. Ce n'est pas parce qu'elle était la 'petite nouvelle' qu'elle allait se laisser marcher sur les pieds. Il ne manquerait plus que ça. Elles avaient eu leur tour et l'avait laissé filé. Maintenant, c'était à elle de faire ses preuves et rien ni personne ne l'empêcherait d'en profiter. Déjà, elle savait qu'au niveau de la danse, elle s'en étai bien sorti. Alors il lui suffisait de continuer sur sa lancée. Et puis, si elle ne voulait pas avoir à l’appeler Maitre, il lui suffirait de parler le moins possible. Si être docile lui assurait une sécurité certaine, autant mettre tous les atouts de son côté.

Comme tous les êtres de son espèce, Isr'aes avait facilement l'esprit retors et un mode de réflexion très particulier, centré sur elle-même. Elle était une drow, après tout. Même à présent qu'elle se retrouvait esclave, elle ne changerait pas du tout au tout. Par contre, elle était bien assez intelligente pour voir où se trouvait son intérêt. Les coups n'étaient pas vraiment ce qu'elle préférait, autant les éviter. Et puis, on lui demandait non plus de se comporter comme un vulgaire chien. Plutôt mourir de ses propres mains que de se rabaisser au niveau des autres esclaves. Qu'elles se trainent comme de vulgaires animaux de compagnie, elle obéirait tout en restant elle-même.

Le drow se manifesta avec une sérénité plus que certaine. Il est impressionnant de voir le pouvoir d'un simple mot sur une personne. Dommage, elle aurait préféré être celle qui puisse en jouir plutôt que celle obligée de le dire. Le Sombre referma le livre qu'il était en train de consulter avant de le déposer sur l’accoudoir du fauteuil où il se trouvait nonchalamment installé. Enfin s'il l'on pouvait appeler cela un livre, le pavé devant peser un poids impressionnant au vu de sa taille et de son volume. A se demander comment l'accoudoir parvenait à le supporter sans lâcher pour autant. Puis, le maître des lieux tenta de se relever. En vain. Apparemment, cette faiblesse de sa jambe était plus handicapante qu'elle ne l'aurait cru.

Intérieurement, elle jubilait de le voir ainsi se débattre afin de tenter un des gestes les plus banals de la vie quotidienne. Elle était peut-être esclave, mais jouissait parfaitement de l'usage de chacune de ses membres. Son corps était une mécanique parfaite et bien huilée. Pas comme le sien. Maigre consolation certes, mais cela valait toujours mieux que rien. Rien n'apparut sur son visage, aucun sourire ni rictus. Elle se contenta de l'observer en silence, notant avec une joie un peu sadique sa supériorité sur ce point. Mais évidemment, toutes les bonnes choses ont une fin. Déjà, il lui demandait d'aller chercher sa canne.

Ah, sa canne. Sa première découverte à son arrivée ici. C'était cette chose qui lui avait valu ses premiers coups avant même qu'elle ne soit officiellement devenue son esclave attitrée. Et maintenant, elle devait la lui ramener? L'occasion était trop belle. Trop belle pour qu'il n'y ait pas un piège là-dessous. Si elle avait bien compris une chose, c'est que toute la famille demeurant entre ses murs était plus dangereuse qu'un nid de serpents venimeux. Toujours prêts à vous pousser à la faute, l'esprit tordu et sadique, la main leste et aisément de mauvaise humeur. Pour survivre mieux valait ne pas faire de vagues. Et puis, elle avait gouté également à sa magie et savait que même incapable de se lever, il restait quelqu'un de très dangereux.

Elle suivit sa main du regard, repérant la canne en question déposée négligemment contre une commode. Il avait donc quand même pu faire le trajet de ce lieu au fauteuil sans son aide. Il n'était donc pas si diminué que ça. Peut-être se jouait-il encore d'elle? Possible. Dans tus les cas, il ne restait pas beaucoup d'options et avant même d'entrée dans la chambre, elle avait arrêtée son choix quant à l'attitude qu'elle tiendrait. Elle ne changerai pas d'avis maintenant. Elle préférait viser la survie à long terme que la mort dans des conditions qu'elle imaginait déjà plutôt douloureuse.

La jeune esclave se rendit donc d'un pas gracieux et égal jusqu'au meuble où elle saisit la canne avec précaution. L'abimer ne serait sans doute pas une bonne idée. Puis, elle se retourna avant de revenir du même pas tranquille jusqu'au Sombre. Certes, l'envie de la jeter par une fenêtre ou de lui rendre la monnaie de sa pièce lui effleura sensiblement l'esprit ainsi que les doigts mais elle renonça à ses idées. Ici, il était peut-être le seul à ne pas vouloir sa mort, autant se ménager son 'affection', si l'on peut dire les choses ainsi. Une fois arrivée à sa hauteur, elle lui présenta la canne à plat sur la paume de ses deux mains, le laissant s'en saisir avant de s'écarter un peu afin qu'il puisse enfin se relever.

Étrangement, elle le trouvait beaucoup plus imposant maintenant qu'il se tenait debout devant elle. Assis, il était faible, à sa merci. Déjà, les places s'étaient retrouvées inversées. Où plus précisément chacun avait repris sa véritable place. Isr'aes ne le voyait plus de même façon à présent. Debout il était un danger sérieux et constant, assis un être comme les autres, avec des faiblesses. Il restait impérieux et sûr de lui, mais redevenait quelque part accessible. Elle saurait s'en souvenir. Pour le moment, la jeune esclave attendait la suite des évènements autant qu'elle les craignait. Il n'y avait pas cinquante raisons pour qu'on l'ait fait venir en ce lieu et à cette heure. Mais ce qui l'inquiétait le plus était de savoir ce que le Sombre lui réservait encore comme surprise, bonnes ou mauvaises.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Dim 5 Juin 2011 - 12:15

Voyons se qu'allait faire cette petite drowette. Si elle était idiote, elle tenterait de le frapper ou de lui faire payer se qu'il lui avait fait subir en lui demandant de poser se requette de façon plus gentille. Avec un ''s'il vous plait'' par exemple. Se serait véritablement très amusant de la voir faire cela. Enfin... amusant et désespérant. Cela signifierait en effet deux choses. Déjà qu'il aurait échoué dans son objectif de la dresser en une seule journée, se qui ne serait pas un moindre échec étant donné tout le mal et le temps qu'il avait passé pour briser la jeune drow. L'autre possibilité bien plus décevante et inquiétante aurait que cette drowette ait été stupide. Cela aurait vraiment été dommage qu'elle soit simplement idiote. Et particulièrement décevant qui plus est. Elle avait fait preuve d'une certaine intelligence jusqu'à maintenant. Aucun doute qu'un échec à cette petite épreuve qu'il lui faisait passer aurait très largement déçus Drykars et pas la même, fortement diminué les chances de survies de la drow.

Et après le spectacle qu'elle avait donné pendant le diner, la traiter comme une inutile ou presque aurait été un gâchis.

Se rabaisser en montrant une faiblesse qu'il avait à cause de cette jambe lui coutait bien entendu et faisait hurler l'orgueil de Drykars. Mais, d'un autre côté, il avait depuis longtemps appris à se débrouiller tout seul. Si elle était un tant soit peu intelligente, elle se rendrait bien vite compte que ce moment de faiblesse n'en était pas un. Il était juste feint pour le lui faire croire. Rien de plus. Toujours est-il qu'elle devait être en train de jubiler en se sentant largement supérieure à lui dans la position où elle se trouvait. Et dans un sens, c'était vrai. Elle lui était supérieure. Il était incapable de se relever sans l'aide que lui apportait sa canne.

Et oui, elle avait de quoi jubiler à pouvoir se servir de tout ses membres comme elle en le souhaitait. Elle ne pouvait même pas imaginer à quel point il pouvait l'envier de pouvoir se mouvoir comme elle le voulait sans avoir à dépendre de rien ni de personne.

Mais la vérité était bien simple: jamais il n'avait eu besoin d'elle pour quitter ce siège dans lequel il s'était assis. Jamais au grand jamais il n'aurait eu à demander son aide si cela n'avait pas été un teste. Une corde d'ombre pendue au plafond à laquelle il aurait put se hisser pour se mettre debout, se faire apporter sa canne par une ombre matérialisée, créer une canne d'ombre, créer une corde d'ombre attachée à la canne pour la récupérer... se n'était pas les solutions qui pouvaient manquer. Loin de là.

La drow se dirigea en direction du meuble sur lequel se trouvait la canne d'un pas gracieux, mais égal. Avant qu'elle ne prenne la canne. Ah. L'instant de vérité. Il allait enfin savoir. Et se n'était pas sans une certaine appréhension qu'il attendait de savoir se qu'elle allait faire de cette canne. Qui plus est si elle découvrait la lame que celle-ci dissimulait. Et même sans cela. Il lui avait fait voir qu'on pouvait parfaitement s'en servir pour mater certains... disons... accès d'optimisme.

Mais non, elle revint tranquillement dans sa direction et lui présenta la canne à plat sur la paume de ses mains. Étrange cette façon qu'elle avait de traiter l'objet qui était presque religieuse. Étrange, mais pas déplaisante.

Une fois sa canne en main, se ne fut plus qu'une question de seconde avant que le drow ne soit à nouveau debout. Et ce avec une facilité qui montrait une large expérience. Une fois debout, Drykars fixa un long moment son regard émeraude sur sa captive avant, doucement, très doucement de faire le tour d'Isr'aes. De temps à autre, une main de Drykars partait et allait faire glisser une mèche de cheveux de la sombre ou effleurait sa peau. Mais jamais plus que l'effleurer.

Lorsqu'il fut enfin après de longues minutes à nouveau face à elle, Drykars souleva doucement le menton d'Isr'aes et posa un baiser sur ses lèvres. Très bref. Il posa juste deux secondes ses lèvres sur celles de la Sombre avant de s'écarter comme si de rien n'était pour aller se servir un verre de Shyk'na. La rondeur de ce sang de noble humain en bouche marié aux amandes était tout à fait délicieux.


« Tiens, range le livre. »

Eh oui. Le gros paver tout à fait imbuvable qui faisait supporter tout son poids au pauvre petit accoudoir qui semblait à tout moment prêt à lâcher. Quant à savoir où le ranger, se n'était guère compliqué. Si on regardait la bibliothèque, tout était parfaitement rangé et à sa place, les rayons parfaitement plein, sauf un gros trou à un endroit situé à peu prêt au niveau des épaules d'Isr'aes.

Savourant sa liqueur, Drykars regarda l'esclave se démener avec l'énorme pavé, un léger sourire aux lèvres.


« Je suppose que tu sais pourquoi je t'ai fait venir, dit-il d'un ton particulièrement détaché alors qu'elle finissait de ranger l'ouvrage. »

Vraiment très bon ce Shyk'na.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Sam 11 Juin 2011 - 13:12

Dès qu'elle lui remit sa canne, elle réalisa à quel point elle avait bien fait de ne surtout pas réagir ou tenter quoi que ce soit. A peine l'avait-il saisit qu'il était déjà debout, ce qui démontrait une habitude si ce n'est une réelle maitrise de son handicap. Oui, il était peut-être diminué d'une certaine façon, mais il était loin d'être aussi infirme qu'il voulait bien le laisser paraitre. Et puis, elle avait vu ses pouvoirs à l’œuvre, une petite partie du moins, et ce qu'elle avait vu lui laisser encore un goût amer dans la bouche. Elle devait bien admettre qu'il restait le maitre absolu malgré cette jambe qui ne répondait pas aussi bien qu'elle le devrait.

Une fois Le Sombre enfin debout, ce dernier la fixa un long moment avant de se mettre à tourner autour de la jeune esclave. Comme un enfant se délecte de la découverte d'un de ses cadeaux de Noël. Finalement, elle n'était rien de plus qu'un jouet pour lui, et elle le savait bien qu'elle rechigne à accepter cet état de fait. Tandis qu'il prenait son temps, l'observant sous toutes les coutures durant son inspection, il laissa à plusieurs occasions sa main s'attarder sur ses cheveux pour remettre une mèche en place ou simplement la déplacer plus à son goût. Ses doigts allèrent jusqu'à effleurer sa peau plusieurs fois mais ne s'attardait jamais. Un nouveau test? Ou simplement un jeu un peu plus pervers? De sa part, elle devait se tenir prête à toute éventualité.

Enfin, le Sombre revint face à elle. Bien que la jeune femme se tienne assez droite, il vint lui relever la tête avant de venir tout simplement l'embrasser. La surprise était à peine passée que déjà leurs lèvres se séparaient et que le drow lui tournait le dos avant d'aller le plus naturellement du monde se servir un verre d'un liquide trop foncé pour être du vin. Si pour lui, le temps continuait comme si de rien n'était, il n'en était pas de même pour Isr'aes. Et ce, pour plusieurs raisons, bien différentes les unes des autres.

Tout d'abord, cet acte certes bien plus agréable que les coups ou autres brimades qu'elle avait déjà subie, trahissait bien son nouveau statut. Il décidait et elle n'avait pas droit au chapitre. Ensuite, il se permettait d'entrer comme bon lui semblait dans ce qu'elle considérait comme son 'Espace Vital', sa bulle de protection que personne ne franchissait sans son accord sous peine de lourdes représailles. Lui passait outre tout cela et avec une certaine indécence qui l'énervait quelque peu. Enfin, elle devait bien s'avouer que finalement, ce traitement là c'était révélé plutôt agréable et que pour une fois, elle n'avait pas cherché à se débattre d'une quelconque manière. La surprise y était sans doute pour quelque chose, mais cela n'expliquait pas tout.

Elle en était là de ses réflexions lorsque l'ordre tomba. Allez ranger le livre. Évidemment, avec sa canne, il ne risquait pas d'y arriver sans perdre son image de supériorité face à l'esclave. Et puis, rien qu'à regarder la taille du pavé écrasant littéralement l'accoudoir du fauteuil sous son poids, elle avait très bien compris qu'il s'agissait encore d'une façon plus ou moins sournoise de la forcer à se soumettre. Mais elle n'avait pas le choix. Alors, la jeune esclave alla chercher l'imposant volume, le soulevant avec difficulté après avoir repéré son emplacement dans la bibliothèque. Évidemment, il était en hauteur. Ce n'aurait pas été drôle sinon.

Étrangement, chargée des centaines pages reliées, la pièce lui parut soudain beaucoup plus grande que lorsqu'elle était allé chercher la canne. En plus, l'espace libre du volume se trouvait au parfait opposé de la salle. Ben voyons. Cependant, la jeune femme se mit en route, portant ou plutôt supportant le poids de l'ouvrage le temps de traverser la pièce. Une fois devant l'étagère, le remettre à sa place fut une nouvelle épreuve de force mais elle y parvint sans trop de difficultés. Par contre, elle avait le souffle un peu court et les bras légèrement endoloris. Elle se permit de jeter un œil sur le titre du livre. Une sorte de traité de généalogie. Rien de captivant. Juste de quoi la fatiguer en fait.

Elle terminait enfin de reposer l'ouvrage à sa place lorsque la question du Sombre tomba. Comme si elle ne savait pas. Il n'y avait pas besoin d'être un génie pour comprendre. Un homme puissant qui requiert la présence d'une esclave pour la nuit n'a pas envie de jouer à la belote ni de discuter astronomie. Avec une grande inspiration, Isr'aes se força à reprendre son calme avant de faire à nouveau face au Sombre. Il avait encore un sourire sur le coin des lèvres tout en dégustant sa boisson. Finalement, tous deux savaient très bien pourquoi elle était là. Mais devoir le formuler à voix haute se révélait bien plus difficile qu'elle ne s'y serait attendue.


- La Prime Esclave ainsi que les autres femmes à votre service se sont fait une joie de me mettre au courant, au cas où j'en aurais eu besoin. Je suis là pour vous servir, et ce qu'importe ce que vous voudrez. Je me plierais à votre volonté car telle est ma condition.

Voilà. Ainsi les choses étaient posées. Elle obéirait puisqu'elle le devait. Elle ferait ce qu'il lui demanderait puisque désormais, elle n'avait plus d'autre solution que de rester dans ses bonnes grâces afin d'espérer survivre, voir vivre dans des conditions supportables. D'une certaine façon, elle était résignée bien qu'elle refuse encore de s'avouer complètement vaincue. Mais seules ses paroles et ses pensées pouvaient le laisser paraitre. Ses gestes et ses actions étaient d’ores et déjà en accord avec son statut d'esclave. Elle releva les yeux pour le fixer, une expression neutre et le regard un peu plus éteint. Elle avait comprit qu'elle ne pouvait plus rien contre lui. Elle devait maintenant se faire à cette idée.

- Alors, puis-je savoir ce que vous désirez? Maitre.

Tout en parlant, elle s'était un peu rapprochée de lui avant de s'arrêter à une distance encore convenable. Non pas qu'elle le craigne spécialement à cet instant. Mais plutôt par prudence. Elle n'avait plus ce ton de défi bien qu'une part d'elle-même n'ait pas totalement renoncée, seulement elle jouait son rôle. Celui de l'esclave qu'il attendait qu'elle soit. Et puis ce soir, pour la première fois depuis son enlèvement, elle dormirait à l'abri du froid, du vent, des bêtes sauvages et des autres femmes. Elle se trouvait dans une chambre coquette et agréable, loin de la haine que lui vouaient déjà certaines esclaves alors autant mettre cela à profit. Et puis, les lèvres du Sombre sur les siennes lui laissaient encore un souvenir assez doux. Elle ne serait pas contre recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Ven 17 Juin 2011 - 21:19

Drykars s'amusait comme un petit fou. Bien qu'une Sombre pure et dure, Isr'aes avait quelque chose... quelque chose de candide et de tout à fait rafraichissant. C'était plus que plaisant, il fallait bien l'avouer tout de même. Les autres esclaves avaient déjà largement rouler leurs bosses, mais elle, elle avait ce petit je ne sais quoi de plus qui la rendait terriblement interessante. Rien que la façon dont elle avait réagit à son baiser le montrait bien. Se n'était pas comme faire la même chose à une fille du bordel de Felinda. Elles savaient quoi faire alors, comment réagir face même à ce petit bisous aussi furtif inattendu.

Se n'était pas le cas d'Isr'aes qui donnait en permanence l'impression de découvrir se qui était en train de lui arriver. Il avait bien fait de la garder. Nul doute qu'elle allait l'amuser encore un certain temps.

Oh, bien sur, cette petite manœuvre des plus amusantes était tout de même un rien risquée. Elle aurait put ne pas apprécier et faire se qu'elle pouvait afin de se venger. Oui, elle aurait tout à fait put réagir ainsi. Mais il y avait quelque chose que tout les traitements qu'il lui avait fait subir avait dut gravé dans son instinct: ''il décidait, elle obéissait''. Leçon intégrée de toute évidence par la jeune drow.

Soyons tout à fait honnête pour la suite. Une Sombre devait parfaitement savoir de quoi il retournait. Une humaine aurait put ne pas le savoir si elle n'avait pas croisé la moindre esclave, une elfe aussi peut-être. Mais il est de notoriété publique que ces inférieurs le sont aussi par l'esprit et pas seulement du fait de la faiblesse de leur corps ou de leur absence d'immortalité qui en faisait sans doute les êtres les plus fragile que les Cinq aient put créer. Quel pitié qu'Uriz ne les aient écrasé des leurs créations. S'aurait sans nul doute été plus charitable. Mais nous nous éloignons du sujet.

Ainsi, comme je le disais, Isr'aes était une Sombre, membre de cette noble race qui était la sienne. Ainsi donc, elle devait parfaitement savoir se qui allait lui arriver cette nuit... ou du moins, croire le savoir. Non mais vraiment, pouvait-elle imaginer que Drykars était aussi simplet à déchiffrer? Si c'était le cas, elle n'avait sans doute rien comprit. Et c'était bel et bien dommage.

Isr'aes sembla un instant faire un effort sur elle même avant de lui faire face. Drykars quant à lui restait à moitié assis sur son bureau à la regarder avec un grand sourire. Excellent verre. Et maintenant, une pomme. Le Sombre mordit dans le fruit, visiblement pas dérangé pour deux ronds, bien au contraire. La situation l'amusait visiblement. Comme tout se qui se passait depuis qu'Isr'aes était entrée dans la maison si on y réfléchissait. Elle n'avait guère été plus qu'un jouet entre ses mains qu'il avait manipulé comme il l'avait souhaité.

Et présentement, il voulait qu'elle formule sa pensée. Son erreur sans le moindre doute.


- La Prime Esclave ainsi que les autres femmes à votre service se sont fait une joie de me mettre au courant, au cas où j'en aurais eu besoin. Je suis là pour vous servir, et ce qu'importe ce que vous voudrez. Je me plierais à votre volonté car telle est ma condition.

Moui, c'était une façon de dire les choses. Cela aurait put être plus crus, mais c'était déjà pas mal du tout. En tout cas, c'était bel et bien tout à fait le genre de Siss de lui avoir dit clairement qu'elle n'allait pas tarder à écarter les cuisses. Cela ressemblait très bien à la demi en tout cas.

Mais il y avait autre chose de tout aussi intéressant dans se qu'elle disait. Elle se plierait à sa volonté. Elle le ferait parce qu'elle était une esclave. Son esclave. Il y avait de l'acceptation. À partir de maintenant, il n'aurait plus à donner de fouet, sauf cas exceptionnel. Elle avait comprit que son seul et unique espoir de survie était ni plus ni moins l'obéissance et la soumission. Son visage gardait un masque de neutralité complète et son regard était quelque peu éteint. Une dernière résistance dans son esprit. Elle ne pouvait rien contre lui et lui obéirait, mais gardait encore le secret espoir d'être un jour libre à nouveau. Rien de bien affolant. Cela finirait par s'effacer avec le temps et elle ne penserait même plus qu'il puisse exister une autre vie pour elle que celle qu'il allait lui offrir. Mais cela, seul le temps pouvait le faire. Aucun coups de fouet, aucune brimade, ne pouvait s'en charger. Il fallait donc attendre.


- Alors, puis-je savoir ce que vous désirez? Maitre.

Elle s'était un petit peu rapprochée de lui, gardant finalement une distance toute respectueuse. Drykars n'avait pas manqué de noter ce nouveau mot, apparut comme par magie dans le vocabulaire de l'esclave et qui lui convenait tout à fait. Après tout, n'était-ce pas le titre qu'elle lui devait?

Le drow mâchonna un moment sa pomme en la détaillant. Contrairement à se qu'elle avait put penser, il n'y avait pas le moindre éclat de lubricité dans le regard du Sombre. Non, il se contentait juste de la regarder comme s'il était en train de la jauger. Rien de plus, rien de moins. La jauger tout en mangeant sa pomme.


« Je suis sur que tu as chaud. »

Bien sur qu'elle n'avait pas chaud. La température était douillette, mais tout de même.

« Retire tes vêtements, ça rêglera le problème. Ensuite... »

Drykars attrapa un objet sur le bureau qu'il lui lança. Une paire de fer dont on se servait pour les prisonnier.

« Dans le dos, dit-il de façon lapidaire. »

Il parut réfléchir un instant.

« Ah oui. Ensuite, nous nous mettrons à l'aise. »

Le Sombre mordit à nouveau dans sa pomme.

*Finalement, les humains sont au moins utiles pour ça: les pommes. C'est bon ces trucs.*
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Jeu 23 Juin 2011 - 12:14

Restant à distance encore respectable du Sombre, la jeune esclave en profitait pour l'observer. Malgré cette neutralité qu'il affichait, il semblait malgré tout prendre un malin plaisir à suivre ce qui était en train de se passer. Sans doute parce qu'il avait aussi l'avantage de savoir vers quoi les choses allaient tourner, ce qui n'était certainement pas son cas. Le voir jouer avec son verre aurait presque pu paraitre hypnotisant mais cela devait rester une sorte de forme de diversion. Attirer son regard à elle sur un objet anodin pendant qu'il préparait un sort ou autre était tout à fait dans le mode de pensée de Drykars.

Et puis après le verre vint le fruit. Une pomme. Puis, tout en mâchonnant le fruit, lui aussi se mit à la regarder. La jauger, la détailler, l'observer comme un homme étudie la bête qu'il s'apprête à vendre pour en tirer le meilleur prix. Oui, un morceau de viande. Elle ne valait guère mieux à cet instant. Mais au prix d'un effort important, elle finit par ravaler sa fierté et les piques qu'elle rêverait de lui envoyer. Non, elle ne pouvait pas se le permettre. Elle n'avait qu'une seule vie et n'était pas encore décidée à la gâcher. Aucun mot n'était échangé, le silence en devenait même lourd à la jeune drow. Mais elle ne montrerait rien.


« Je suis sur que tu as chaud. »

Et puis, la phrase du Sombre brisa le silence de la salle. Et sa phrase résonna en échos dans la tête de l'esclave. Il n'y avait rien de compliqué à saisir, aucun mot difficile, mais ce qui la marqua le plus fut la façon dont il lâcha ses derniers. Comme s'il s'agissait d'une évidence qui ne laissait aucun doute sur la suite....

« Retire tes vêtements, ça réglera le problème. Ensuite... »

Voilà. Remarque, à quoi aurait-elle put s'attendre de sa part? Elle n'était même pas étonnée. Elle allait commencer à obéir, se disant que plus vite elle le ferait, plus vite les choses seraient terminées lorsqu'elle réalisa que sa phrase était restée en suspens. Ensuite? Là, elle appréciait tout de suite beaucoup moins la tournure que prenaient les évènements. Elle se contenta cependant d'attendre. Et déjà, le Sombre avait saisit un objet trainant à portée de sa main et lui envoyait. A peine l'objet heurta t'il ses doigts qu'elle frissonna.

« Dans le dos. »

Une paire de fer. La fraicheur du métal ne fit que la mettre un peu plus mal à l'aise. Elle allait devoir mettre ça? D'elle-même? Et s'attacher les mains dans le dos? En gros, il demandait de se jeter tête baissée dans la gueule du loup. Et le comble de l'histoire, c'était qu'elle allait le faire car elle n'avait aucun moyen d'échapper à son emprise. Il le lui avait bien fait comprendre. Il ordonnait, elle obéissait. Et lui qui continuait à mastiquer son fruit, semblant presque plus intéressé par ce dernier que par la drow devant lui.

« Ah oui. Ensuite, nous nous mettrons à l'aise. »


Ses doigts se crispèrent un instant sur les fers, arrachant un léger crissement au métal. Son regard s’attarda sur l'objet entre ses mains avant de revenir vers le Sombre. Nous nous mettrons à l'aise? Quelle prétention de sa part. Surtout vu comme il se souciait de la mettre à l'aise. En même temps, un esclave n'est qu'un esclave. Même les chiens peuvent êtres mieux traités. Triste constatation d'une cruelle réalité. Mais Isr'aes ne se faisait plus d'illusions et cela valait mieux. On ne peut pas perdre ce que l'on à pas.

Maintenant, elle n'avait plus qu'à s'exécuter. La jeune femme commença par poser les fers au sol. Autant ne pas prolonger inutilement ce contact désagréable, elle le subirait bien assez. Puis, elle commença à se dévêtir lentement, commençant par ôter la tunique avant de retirer le pantalon de toile et de finir par dénouer le lien retenant ses cheveux attachés. En se penchant pour ramasser les fers, elle en profita pour laisser sa chevelure passer devant ses épaules et couler sur ses courbes, les dissimulant en partie. Elle avait les cheveux assez longs pour cela, autant en profiter.

Cependant, reprendre les fers en main la fit frissonner. Elle était déjà une esclave, sa prisonnière d'une certaine façon. Rajouter cet instrument était la forcer à incruster d'elle-même cette idée dans sa peau et son esprit. Et cela lui faisait mal d'admettre qu'elle n'avait pas d'autre choix que de céder. Déjà, elle se relevait et ramenait ses mains dans son dos avant de fermer les fers autour du premier poignet. Le bruit de fermeture sonna comme une alerte dans sa tête mais elle glissa malgré tout le second autour de son poignet libre avant de le fermer également.

Elle releva alors enfin le regard vers le Sombre. Qui jouait toujours avec sa pomme. L'esclave se remit aussi droite que possible, ses vêtements à ses pieds, les mains fermement attachés dans son dos et une neutralité et un calme tout apparent. Car elle n'était absolument pas maitresse de la situation. Et face à lui, cela ne faisait que la mettre mal à l'aise. Quel supplice lui préparait-il cette fois-ci?

Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Dim 24 Juil 2011 - 10:33

Dire qu’en ce moment, Drykars était en train de jubiler, c’était encore un euphémisme. Il était tout à fait ravi de la tournure que prenait les événements. D’un autre côté, toute personne à peu près sensée qui se trouvait à sa place en aurait sans le moindre doute pensé de même. Alors ne jouons pas les hypocrites. Même s’il ne le montrait pas de façon tout à fait évidente, il était tout à fait ravi.

Ben quoi ? Ce qui se passait devant lui n’était ni plus ni moins que ce à quoi il avait aspiré toute cette journée, tout le temps qu’il avait passé à maltraiter Isr’aes, à la brimer, la briser, tout cela, c’était en attente de ce moment. L’important était maintenant de savoir ce qu’elle allait faire.

Elle n’avait de toute évidence pas particulièrement apprécié le contact des fers contre ses doigts et donc, contre sa peau. Au fond, cela n’avait pas vraiment d’importance. Ce qui en avait, c’était qu’elle finisse par enfiler ces entraves à ses poignets. Il aurait pu les placer lui-même. Il aurait pu la dévêtir lui-même. Mais cela aurait été beaucoup trop simple. Même si Isr’aes aurait sans nul doute consentit. Mais cela n’aurait pas été la même chose. Là, elle consentait librement. Elle pliait devant lui de sa propre volonté. Si il l’avait fait lui-même, nul doute que quelque chose dans la charmante petite tête d’Isr’aes n’aurait cessé de lui murmurer à l’oreille qu’elle avait été forcée à le faire. Si elle se fermait elle-même les fers sur les poignées, il risquait d’être difficile qu’elle le fasse.

Doucement, la jeune femme se pencha pour déposer les fers sur le sol. Drykars quant à lui patientait tranquillement, regardant la Sombre avec presque de la curiosité dans le regard… et toujours cette pomme qu’il était en train de mâchonner. Il était d’ailleurs en train de se demander s’il n’allait pas déguster un autre de ces fruits. Ou une poire peut-être. Quoi que les poires, c’était peut-être un petit peu trop juteux. Oui, une autre pomme conviendrait tout à fait.

Il était d’ailleurs en train d’en chercher une nouvelle pendant qu’Isr’aes commençait à se dévêtir. Bien entendu, il n’était pas totalement indifférent non plus et regardait la jeune Sombre du coin de l’œil. Il l'avait déjà vu nue et ne découvrait donc rien si on y réfléchissait. Mais cette vision n'en était tout de même pas moins agréable.

Il ne lui fallut que peu de temps pour se dévêtir entièrement et se tenir ainsi devant Drykars. Elle ne resta pas debout très longtemps et, se penchant pour ramasser les fers, elle en profita pour se dissimuler du mieux possible à l'aide de ses cheveux qu'elle avait relâché. C'était de bonne guerre. Cette protection était certes des plus maigres et dérisoire, mais cela ne changeait pas grand chose. Au moins gardait-elle une certaine illusion de pudeur. Surtout qu'elle n'allait pas tarder à boucler ses mains dans son dos. Si le maigre habit que lui conférait ses cheveux pouvait l'aider à se plier plus facilement à la volonté de Drykars, le jeune drow n'y voyait pas le moindre inconvénient.

Elle n'appréciait pas les fers. C'était une certitude. Mais Drykars n'avait pas la moindre intention de revenir en arrière et il allait la laisser aller jusqu'au bout.

Le bruit métalique de la première fermeture fit sourire intérieurement le drow. Il était en train de gagner une bonne fois pour toute. Même si elle devait se sentir quelque peu contrainte, cela ne posait pas du tout de soucis au Sombre qui l'observait tranquillement.

Puis, le second poignet fut entravé. Sonnant comme un déclic de victoire à ses oreilles.

Eh oui. Elle l'avait fait. Il s'était presque attendu à se qu'elle soit plus réticente que cela. Mais il était également tout à fait satisfait. Il aurait été tout à fait dans ses moyens de briser la drow encore, encore et encore pour qu'elle finisse par ramper à ses pieds, plus animal qu'autre chose. Mais le Sombre préférait qu'elle reste comme elle était. Un petit peu rétive, mais qui pliait quant même face à lui. S'il avait voulut un animal de compagnie, il aurait acheté un chien. Pas prit une esclave.

Doucement, il se redressa et s'approcha de la jolie drow qui lui faisait face. Les chaines lui allaient bien même si de toute évidence, elle répugnait quelque peu à les porter. Elle finirait bien par s'y habituer. Drykars n'avait pas l'intention de la laisser tout à fait libre de ses mouvements lorsqu'elle lui tiendrait compagnie dans son lit. En tout cas, pas tout de suite. Et lorsque se ne serait pas le cas, cela signifierait à coup sur qu'elle dormirait avec les autres esclaves... se qui lui ferait bien vite regretter les entraves.


« Elles te vont à merveille, dit simplement Drykars, un sourire aux lèvres juste avant de coller langoureusement ses lèvres sur celles de la Sombre. »

Doucement, comme la caresse d'une plume, le drow redessina les formes de ce corps du bout des doigts, savourant chacune de ses courbes. Il allait bien s'amuser. Doucement, presque avec délicatesse, il sera la Sombre contre lui, rendant inutile la maigre protection de ses cheveux avec lesquels elle avait réussi à se dissimuler.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Ven 29 Juil 2011 - 8:33

Entendre le déclic des fers qu'elle se fermait d'elle-même autour des poignets la fit presque sursauter. Évidemment qu'elle n'avait pas le choix et que ce n'était pas par pur plaisir qu'elle se pliait à ses volontés, mais la clé de sa survie dans cette maison de fou était malheureusement à ce prix. Alors, nue au milieu de cette pièce immense et vide dont la chaleur était certes confortable lorsque l'on était convenablement habillé, la jeune drow se releva pour faire face à celui qui était à présent autant son maitre que son tortionnaire, même s'il demeurait bien plus le second dans son esprit. De noble naissance, il avait l'habitude qu'on lui cède. Et il avait surtout développé les moyens adéquats pour que les autres accèdent à ses requêtes. Elle ne serait qu'une tête de plus à rajouter à son tableau de chasse, une proie supplémentaire.

Ses cheveux pour seul vêtement, elle revint le fixer, attendant la suite des évènements. Même si le Sombre ne laissait pas vraiment transparaitre ses réels sentiments, il était cependant évidemment que la tournure que prenait les choses le ravissait. Il avait déjà gagné dans les salles de torture, un peu plus tôt dans la journée. Et la fierté de la jeune femme avait été mise à si rude épreuve qu'elle préférait en venir à l'oublier plutôt que de se rebiffer à nouveau. Non, elle ne se laisserait pas complètement faire, son caractère encore assez sauvage pour tenter de trouver une échappatoire, mais un fait était admis par tous, qui changeait la donne. Il tenait sa vie entre ses doigts. Et cela, elle ne pourrait rien y faire.

Après avoir admiré la vue depuis son poste d'observation privilégié, le Sombre boiteux finit par se rapprocher d'elle. Comme un vautour qui plane sur sa proie. En tout cas, c'est l'image qui s'imposa à son esprit. Cependant, elle ne lui ferait pas le plaisir de lui montrer ce qu'elle ressentait. Elle aussi allait jouer au même jeu que lui. Même si sa gêne était cependant visible dans la tension habitant tout son être. D'ailleurs, elle ne put retenir un frisson lorsqu'il s'approcha. La température n'était vraiment pas idéale pour son absence de tenue. Mais cela restait malgré tout le cadet de ses soucis.


« Elles te vont à merveille. »

Une simple phrase. Cinq mots qu'il prononça. Elle aurait voulu rendre, lui sortir une de ses petite remarques pas vraiment anodines mais pas assez piquantes pour qu'il ne puisse la retourner contre elle. Mais il ne lui en laissa pas le temps. Avant qu'elle n'ait pu réagir, ses lèvres étaient venues se coller aux siennes, stoppant toute ses réflexions. La voilà à présent prisonnière mais d'une nouvelle manière, là laissant assez désorientée.

Elle avait été enlevée et séquestrée lors du trajet qui l'avait amenée ici. Ensuite, elle avait été frappée et torturée afin de briser sa résistance physique et sa fierté. Puis, elle avait été malmenée des heures durant afin de venir à bout de sa résistance psychique et du reste de sa volonté. On l'avait confronté à la haine de ses compagnes d'infortune au cours d'un des travaux les plus dégradants qu'il soit avant qu'à nouveau les coups ne pleuvent sur elle. Maintenant, elle avait été contrainte de rester nue face au Sombre avant de devoir d'elle-même accrocher des fers à ses poignets. Et là, alors que seule la violence semblait compter par ici, le voici qui l'embrassait.

Si ce n'était pas une nouvelle forme de torture, alors elle ne comprenait vraiment plus rien. Incapable de mettre fin au baiser, n'en ayant en réalité sans doute aucune réelle envie aussi, Isr'aes se retrouva en, avec force mais étonnement sans violence, par le Sombre. Son corps frissonna à nouveau mais cela n'avait rien à voir avec la relative fraicheur de la pièce cette fois. Ses doigts sur son corps semblait réveiller ses sens, mis en léthargies par les mauvais traitements qu'elle avait subie récemment. Même si elle songea à se débattre un instant, plus pour la forme qu'autre chose, elle ne put que demeurer prisonnière de ses bras. Sans rien tenter en aucune manière.

Complètement à sa merci, l'esprit incapable de réfléchir davantage bien qu'elle soit persuadée qu'à nouveau, il s'agisse d'une sorte de test à son égard, le Sombre ayant l'esprit bien assez tordu pour cela, elle se contenta finalement de profiter de ce qu'il se passait. De toute façon, après toutes les épreuves par lesquelles elle était passée, au pire cela n'en représenterait qu'une de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Dim 21 Aoû 2011 - 17:41

Les coups et toutes les brimades qu'il avait bien put lui faire subbir, c'était une chose. Là, on restait dans la même optique. Il était toujours en train de la torturer et de la malmener. Mais d'una autre façon. Plus légère, plus fine, plus subtile... et infiniment plus agréable. En tout cas, la jeune Sombre semblait de cet avis. Elle était tout simplement incapable de mettre fin d'elle même à se baiser. Tellement plus délicat que le fouet, mais pas moins redoutable sur sa volonté. Elle avait lié ses mains avec du fer, à présent, elle pouvait commencer à entrevoir d'autres liens avec lesquels il était posément en train de l'entraver. Des liens de soie cette fois.

Drykars sentait le corps de sa captive frisonner à chacune de ses caresses. Les liens se soie se resseraient petit à petit sur ses mains et ses pieds. C'était amusant pour le Sombre de la voir céder petit à petit. Parce que sur ce point, il ne se faisait pas la moindre illusion. Elle allait céder. Il y avait toujours une limite à se qu'on peu endurer sans broncher. Tout le monde à une limite. Même lui, même le plus cruel des Sombres du Puy. Le Gardien d'Uriz lui même avait une limite. Le tout était de la trouver et, bien entendu, de la franchir. Une fois cela fait... le vrai jeu peu commencer. Il avait déjà plusieurs projets pour se qui était d'Isr'aes. Plusieurs projets tous plus alléchant les uns que les autres. Mais, il restait à s'assurer qu'elle pliait à sa volonté. Et de bonne grâce, c'était préférable.

Visiblement, les liens de soie étaient assez serré pour qu'elle ne tente pas de se débattre. Pas même pour la forme. C'était amusant et intéressant comme information. Toujours bon à savoir en tout cas. Si cela pouvait servir de point de pression, il n'en aurait que plus de facilité pour la suite des événements. Pauvre petite Sombre. Elle ne devait pas se douter de se qui l'attendait. Elle tombait trop vite dans son jeu.

Elle restait là, entravée, pantelante, sans bouger si se n'est qu'instinctivement, elle se pressait un petit peu plus contre lui. Elle ne se débattrait pas. Il en avait la certitude. Si elle avait dut le faire, cela faisait longtemps qu'elle aurait remué et tenté de se débarasser de ses liens. Même si elle n'avait pas la moindre chance d'y arriver, elle aurait tout de même tenté.

Les doigts du Sombre courure un moment sur les formes de son corps avant qu'il ne s'arrête, plaçant un doigt entre ses seins.


« Mettons nous plus à l'aise. De plus, il me semble que tu avait un peu froid. »

D'un doigt, exerça une légère pression sur la poitrine d'Isr'aes. Instinctivement, la Sombre recula. Quant à lui, il la suivit, continuant à appuyer, encore, encore et encore. Se n'était pas une pression forte. Loin de là. Mais éminemment désagréable. En tout cas assez pour forcer une personne normale à reculer pour tenter d'y échapper. Mais rien à faire. Il restait presque collé à elle. Malgré son boitillement, elle ne parvenait pas à se débarrasser de lui. Il restait là, tout proche, la poussant dans une direction qu'elle n'osait pas regarder de peur de s'effondrer.

Elle n’eut pas longtemps à attendre et ses pieds heurtèrent le rebords du lit. La jeune femme bascula en arrière... sur le lit.


« Je pense que nous serons plus à l'aise ici, dit calmement Drykars. »

Doucement, il se pencha sur elle et, levant légèrement son menton, il posa un nouveau baiser sur ses lèvres. Un baiser bien plus court que le précédent après quoi, il aida la jeune femme à s'allonger sur le grand lit puisque les liens qui maintenaient ses mains prisonnières lui auraient sans doute causé quelques difficultés pour effectuer cette opération toute seule.

Doucement, il caressa le flan et le ventre le la Sombre captive.


« Dit moi, as tu déjà eu des amants ? »

Question qui aurait fait rougir n'importe quel humaine. Ah, ces humaines si pudibondes et à cheval sur leur ''pureté'' qu'elle pensaient que leur apportait leur hymen. Mais se n'était pas une humaine qui partageait son lit présentement. C'était une Sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Mar 23 Aoû 2011 - 9:00

L’esprit semblant complètement engourdis, la jeune esclave ne parvenait pas à réagir comme elle l’aurait du. Elle se voyait devenir un de ces papillons magnifiques qui se retrouve irrésistiblement attirés par ces flammes qui se retrouvent à devoir au final les consumer. Elle le savait, s'en rendait parfaitement compte. Mais tandis que son esprit bouillait de réflexion et d'images de ce même genre, lui signalant très clairement que le danger était sans doute encore plus présent de seconde en seconde, son corps lui se révélait incapable de la moindre réaction. Comme si quelque part, le message ne passait plus. Était-ce encore un coup du Sombre? Ou simplement une réaction étrange conditionnée par tous les mauvais traitements qu'elle venait de subir?

Qu'importe en définitive les raisons qui la faisait agir, où plutôt ne pas réagir. Dans tous les cas, elle ne pouvait que constater qu'elle était à sa merci. Complète et totale. Ses mains attachées dans son dos, sa nudité pour tout apparat et les mains de cet homme qui ne cessaient de prendre possession de son corps fourbu et fatigué par les épreuves qu'elle avait traversée. Bien sûr, les caresses étaient bien plus agréables que les coups de fouet où l'angoisse du noir dans laquelle il l'avait maintenu. Mais cela restait de la torture. Et celle-là, elle n'arrivait pas à s'en défaire. Au point de ne même plus être capable de se débattre.

A un moment, elle esquissa un geste pour se séparer de lui mais même ce dernier ne ressemblait à rien. Il ne dut d'ailleurs même pas s'en rendre compte. Au fond, même la jeune drow n'était pas certaine de son mouvement. Les doigts de son nouveau maitre ne cessaient de danser sur sa peau, la faisant frissonner. Son corps répondait instinctivement à ses gestes, refusant de se plier à sa propre volonté. Si il lui en restait seulement assez pour vraiment vouloir quelque chose. Et c'est ce qui finit par doucement se faire une place dans son esprit brumeux. Elle n'y arrivait plus, sa volonté était si faible qu'elle ne parvenait plus à lutter.

Ses mots sonnèrent comme une sonnette d'alarme dans sa tête mais rien ne suivit. Aucune forme de rejet, tentative d'échapper à son étreinte. Non, son travail de sape avait été méticuleusement mené au pont de la priver de ses dernières forces. Son geste suivant finit malgré tout par la faire réagir. Ce doigt qu'il posa de façon ferme sur sa poitrine la força à la faire reculer doucement. Et bien qu'elle ne décide pas de la destination, réalisant qu'il la guidait en aveugle dans un jeu où il était le seul maitre, le fait d'être encore capable de se déplacer d'elle-même la rassura quelques peu.

Pas après pas, mal assurée de se déplacer ainsi en arrière et ne voulant sous aucun prétexte se retourner, elle suivit donc le chemin qu'il lui traçait. Il maintenait toujours cette même distance entre eux, le faisant apparaitre comme collé à elle. Puis, il eut un contact étrange dans ses jambes et emportées par son mouvement de recul, la jeune esclave bascula sur le dos pour se retrouver.... sur un lit. Le contact avait beau en être très doux, elle l'assimila illico à une toile d'araignée dont elle ne pourrait s'extirper, du fait de ces mains liées et de la présence du Sombre, si proche d'elle.

Un nouveau baiser fut déposer sur ses lèvres, furtif et éphémère, avant que le drow boiteux ne l'aide à s'installer de façon un peu plus confortable sur le lit. Enfin, cela n'avait rien d'une aide. Son geste n'était que dans son pur intérêt. Et puis, ses mains dans son dos restaient prisonnières et aucune position ne pourrait la soulager du poids des fers. Si au moins ses bras n'étaient pas bloqués dans son dos.

Les caresses du Sombre reprirent, plus appuyées cette fois et concentrée sur son ventre et son flanc. Par réflexe, son corps ondula légèrement, comme pour se soustraire à ce contact aussi agréable qu'elle le savait dangereux. Mais rien à faire. Il était maitre de tout ce qui se passait à présent. Sa question tomba de façon soudaine, la surprenant un peu. Et puis, finalement, elle se permit un sourire un peu sauvage. Certes, il avait perdu de sa férocité avec le traitement subi mais il n'en demeurait pas moins une relique de sa volonté détruite. Un dernier brin de fierté avant de devoir abandonné. Encore une fois, essayer.


- Vous n'aimez pas la concurrence? Cela peut se comprendre....
Quelques aventures, deux-trois prétendants à la rigueur. Mais rien d'assez sérieux pour que j'en vienne à me dévoiler. Les mâles se croient tous irrésistibles et leur plus grossière erreur est d'être persuadé que nous pensons comme eux. Même les plus intelligents se retrouvent à devenir de formidables crétins lorsqu'une femelle occupe leurs pensées.


Encore une fois, sa réponse n'était pas simplement celle attendue. En même temps, il ne pourrait pas ne pas être intéressé par son point de vue. Il était loin d'être stupide, contrairement à ceux qui les avaient ramenés de Thaar. C'est ce qui faisait de lui un homme si dangereux. Et si elle avait déjà sorti son épingle du jeu avec son pouvoir, tenter de marquer des points supplémentaires dans son estime ne serait pas un mal.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Mar 30 Aoû 2011 - 14:55

Drykars s'était quelque peu amusé de voir le corps de sa belle prisonnière se mettre à onduler, ses hanches se levant et se rabaissant légèrement comme pour lui échapper. Mais, est-ce qu'elle tentait vraiment de s'échapper ? Possible que oui, possible que non. En tout cas, jusqu'à présent, elle n'avait pas tenté de le faire. Et maintenant qu'elle se retrouvait plus prisonnière encore que jamais auparavent dans cette toile qu'il avait tissé pour elle, est-ce qu'elle commençait seulement à se débattre vraiment ?

Possible.

Cela n'avait au fond pas la moindre importance. Tout boiteux qu'il était, Drykars était largement capable de faire face à la Sombre. Oh oui. La magie est un instrument des plus utile et amusant quant on savait s'en servir. Et à n'en point douter, c'était tout à fait le cas de Drykars. Même si les connaissances magiques lui manquaient, il connaissait plusieurs sortilèges et savait parfaitement les utiliser.

Le sourire qu'Isr'aes afficha rassura un petit peu Drykars. Il avait presque eu peur d'avoir fait de cette superbe tigresse un simple petit chaton pour grand mère. D'une certaine façon, le côté chaton ne lui déplaisait pas tant que cela si se n'était qu'on ne s'amuse pas beaucoup avec un chaton. Et ce n'était surtout pas au goût d'un drow. On aimait les plaisirs quelque peu épicer dans le Puy tout de même. Tant qu'elle ne faisait pas ses griffes et ses crocs sur lui, il préférait qu'elle demeure ce fauve qu'il avait commencer à apprivoiser.


- Vous n'aimez pas la concurrence? Cela peut se comprendre.... Quelques aventures, deux-trois prétendants à la rigueur. Mais rien d'assez sérieux pour que j'en vienne à me dévoiler. Les mâles se croient tous irrésistibles et leur plus grossière erreur est d'être persuadé que nous pensons comme eux. Même les plus intelligents se retrouvent à devenir de formidables crétins lorsqu'une femelle occupe leurs pensées.

Pour être tout à fait honnête et même maintenant qu'elle le lui disait, Drykars avait comme du mal à la croire. Il lui paraissait tout à fait invraisemblable d'une drow aussi séduisante pour les critères de leur race puisse être encore tout à fait vierge. Elle se méprenait sur les raisons pour lesquels il lui avait posé cette question, mais il n'en était pas moins surprit par la réponse. On ne traite pas de la même façon une simple pucelle et une femme qui avait avec elle plus d'expérience. C'était là l'unique raison qui avait motivé sa question.

Et puis, de toute façon, vu se qu'il avait l'intention de lui faire subir cette nuit, le fait qu'elle doit vierge ou pas ne changeait en fait pas grand chose lorsqu'on prenait le temps d'y réfléchir un petit peu.

Drykars émis un petit ricanement alors que l'une de ses mains montait doucement le long du flan d'Isr'aes pour atteindre sa poitrine qu'il effleura doucement.


« Tu te trompe sur se que je cherchais, mais tu es tellement amusante que je te pardonne. »

Sa main remonta plus encore pour venir saisir le sain de la Sombre... la tigresse allait-elle sortir les griffes ?
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Mer 31 Aoû 2011 - 21:08

Maintenant qu’elle avait déversé son venin dans ses paroles, la jeune esclave attendait de connaître la sentence qui lui serait réservée. Par instinct de survie, elle s’était légèrement tendue, prête à recevoir un coup si cela devait arriver. Elle préférait se préparer à toute éventualité car le drow ne cessait de se montrer plus dangereux de seconde en seconde. Habile manipulateur, sachant tourner les mots à son avantages, commerçant appliqué et malheureusement pour elle, fort doué pour ce qui était de faire plier les fortes têtes. Mais elle n’avait pas renoncé. Pas encore. Certes son corps et son esprit se retrouvaient un peu gourds du traitement qu’il lui avait fait subir plus tôt mais doucement, elle se sentait émergé de ce brouillard.

Peut-être était-ce le fait de sa présence si proche et de sa magie qui causait cette sorte d’engourdissement. Toujours est-il qu’à force d’être proche de lui, elle parvenait mieux à combattre cette sensation. Et elle allait se faire un malin plaisir de lui montrer qu’elle n’avait pas encore jouée toutes ses cartes. Il avait la magie de son côté, elle avait ses propres atouts. Le Sombre se remit à ricaner une fois de plus. Comme elle pouvait détester ce son qui sonnait comme une condamnation à ses oreilles. Mais elle n’avait d’autre choix que de le supporter. Sachant qu’en général, ce bruit s’accompagnait chez son nouveau maitre d’un geste. C’était inévitable. Et en effet, ce dernier ne tarda pas. Une nouvelle caresse qui vint remonter lentement le long de son flanc avant d’atteindre sa poitrine qu’il se permit d’effleurer.


« Tu te trompes sur ce que je cherchais, mais tu es tellement amusante que je te pardonne. »

Ces mots lui firent légèrement froncer les sourcils. Elle se trompait sur ce qu’il cherchait ? Il y avait peu de chance. Tout ce qu’il désirait, c’était ‘jouer’ avec elle. Ou tout du moins se jouer d’elle. Ca, elle n’avait aucun doute là-dessus. Et sa caresse ne lui parut pas aussi douce cette fois. Son corps ondula à nouveau mais plus franchement. Même si lui pouvait interpréter cela comme du plaisir, cette fois, c’était plutôt une victoire pour elle. Elle reprenait le contrôle de son corps. Mais ne rien dire encore. Le laisser croire. Qu’il s’amuse. Elle attendrait son heure pour attaquer. Car le jeu n’est intéressant que s’il y a du répondant de l’autre côté. Et il en avait. Maintenant, le tout serait de savoir jusqu’où elle pourrait aller.

Isr’aes n’eut pas à attendre longtemps. Déjà, les mains du Sombre remontaient pour venir saisir à pleine main son sein. Ce fut le déclic dont elle avait besoin pour que l’animal qu’il avait réussi à tapir au fond d’elle ne ressurgisse. Se cambrant violemment en arrière, elle profita de la flexibilité du matelas pour faire levier et ainsi se relever en position assise. Ramenant ses jambes pliées sous elle pour se stabiliser, elle le fixa de ses prunelles brulantes, montrant les dents comme un animal sauvage. Dans la théorie, elle lui appartenait. C’était un fait établi. Mais dans la pratique, elle n’allait pas se laisser faire aussi facilement.

Secouant ses bras derrière son dos, elle tenta de faire céder les liens. Ou plutôt, d’exploiter le peu de jeu qu’elle avait laissé autour de ces poignets. Elle jeta un regard autour d’elle afin de prendre la mesure de la taille du lit et de la pièce. Quel idée d’avoir un lit aussi grand. S’appuyant sur ces genoux et usant de sa souplesse de danseuse, elle tenta de se remettre debout mais ne parvint qu’à se décaler sur le côté du lit. Elle ne quittait plus le Sombre des yeux, le jaugeant et essayant de prévoir son prochain coup. Le dos légèrement rond, on aurait dit un félin prêt à bondir. Par défi, elle ne pus s’empêcher de reprendre la parole, juste pour lui prouver que les restes de sa fierté n’avaient pas encore disparus.


- Suis-je toujours aussi amusante ? Dans le cas contraire, pardonnez-moi….


Le sourire qu’elle lui offrit traduisit à la perfection toute l’ironie qu’elle avait placée dans ses paroles. Sauvage, malicieux. Avec ça, il comprendrait peut-être un peu mieux pourquoi personne ne l’avait jamais approché d’aussi près. Et si cela ne suffisait pas, elle se ferait un plaisir de lui expliquer plus clairement le pourquoi de la chose. Attrapé une drow est une chose. La faire obéir est un dur labeur. La faire sienne, que cela soit dans son corps ou dans sa tête, cela relève presque de l’impossible. Et elle n’avait pas l’intention de déroger à la règle qui avait bercée son existence. Mange ou soit mangée….
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Dim 11 Sep 2011 - 13:13

Ah, elle avait l'air quelque peu contrariée qu'il la trouve drôle. Sous sa caresse, il sentit à nouveau le corps de la sombre qui se mettait à onduler de façon plus franche. Un léger doute lui vint. Le fait qu'elle avait parut légèrement contrarié l'avait aidé à s'installer. Est-ce qu'elle n'était pas en train de tenter comme elle le pouvait d'échapper à ses caresses ? Un léger doute qui planait mais n'empêchait pas le drow de continuer à profiter des courbe de son esclave. Loin de là. De toute façon, il attendait toujours que la faute soit commise avant d'infliger une punition. Et puis, pourquoi mettre fin à cet amusant petit jeu sisi n'y avait au fond qu'un simple geste dont l’interprétation était quelque peu incertaine ?

D'un coup, la sombre se cambra en arrière et réussi à se redresser, assise sur ses jambes, se débarrassant de Drykars qui, surprit, manqua de peu de tomber de l'imposant lit sur lequel ils étaient tout deux. La façon dont ses prunelles dorés fixèrent le sombre et dont ses lèvres se retroussèrent sur ses dents lui firent penser à un animal sauvage. C'était amusant la façon dont elle pouvait se transformer en in instant, passant d'un petit chaton avide de caresses et de câlins à une véritable tigresse toutes griffes dehors.

Malheureusement, elle ne pouvait se débarrasser des liens qu'elle s'était elle même posée et qui entravait ses bras dans son dos. Quant bien même elle pouvait mettre toute sa force à les faire céder, elle n'en aurait jamais assez pour le faire. Elle tenta apparemment de se relever sans pour autant parvenir à grand chose de toute évidence. En tout cas, elle ne quittait pas in instant Drykars du regard. Le drow pour sa part s'était confortablement installé sur le côté et l'observait se dépatouiller tant bien que mal avec ses liens. En tout cas, si elle s'attendait à se qu'il lui saute dessus, c'était raté. Elle oubliait un petit peu vite que, son propre corps défaillant, Drykars avait toujours utilisé d'autres moyens pour y palier.


- Suis-je toujours aussi amusante ? Dans le cas contraire, pardonnez-moi….

Elle lui adressait un grand sourire comme un défis. Un sourire félin, sauvage, insoumis. Pas le genre de simple jouet qui se contentait d'attendre et de faire l'étoile de mer. Plutôt le genre qui vous chevauchait quant cela lui plaisait en vous labourant le torse de ses ongles. Amusant, amusant.

« Oh que si, je m'amuse comme un petit fou. »

Isr'aes dut sentir quelque chose lui tomber sur le dos. Elle eu sans doute envie de lutter un moment contre cette force, mais cela n'eu pas forcément une grande efficacité et elle se retrouva à nouveau jetée sur le dos. La vague forme noire qui l'avait renversée lui adressa un sourire félin avant de s'évanouir comme une brume de l'aube. Si même sa propre ombre mettait à trahir la drow, difficile de savoir se qu'elle allait bien pouvoir faire.

« Il me semble que les fauves un peu trop... indépendants, portent une muselière. »

Une sorte de ruban apparut se le visage de la jeune Sombre, lui ceinturant fermement la bouche et l'empêchant de prononcer le moindre mot. L'observant un moment, Drykars fit la moue.

« Cela ne te vas pas trop. »

Le liens disparut et, à genoux, Drykars s'approcha légèrement.

« Peut-être as-tu besoin d'un nouveau tour dans les cachots de cette maison. La morsure du fouet te manque-t-elle tant ? Ou la compagnie de tes compagnes peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Isr'aes
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 30
Date d'inscription : 23/04/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Dim 18 Sep 2011 - 8:31

La jeune esclave ne cessait de se démener tant bien que mal afin de se débarrasser des liens qui l’entravaient. Le regard fixé sur sa proie, même si c’était elle qui se trouvait dans cette position pour le moment, elle ne cillait pas. Le perdre ne serais-ce qu’une seconde serait une seconde de trop. Elle avait bien compris qu’il était plus retors encore qu’elle ne le croyait et pour rien au monde elle ne voudrait se laisser à nouveau surprendre. Depuis qu’elle était parvenue à se redresser, lui se contentait de la regarder en s’installant de façon plus confortable sur le coin du lit. Au moins, avait-elle réussit à remettre une certaine distance entre elle et lui, même si elle se doutait que cela ne durerait pas.

Quelque part, lorsqu’il répondit à sa question, sa réponse le surprit. Ou plutôt lui déplut. Dans l’intonation et la manière dont il présentait les choses, cela sentait le coup fourré à plein nez. Pourtant, avec sa jambe infirme, elle le verrait forcément arrivé. Alors qu’est-ce qui lui donnait cette suffisance et cette satisfaction qui éclairait son sourire malsain ?

Un grand frisson lui parcourut l’échine juste avant qu’une force étrange ne semble lui tomber littéralement sur les épaules. Elle se débattit par réflexe mais dans sa position, la lutte était loin d’être égale. Rapidement, elle se retrouva à nouveau allongée avec force sur le dos par une forme noire qu’elle reconnut très bien, ce qui la troubla d’autant plus. Sa propre ombre venait de se battre contre elle. Et d’avoir le dessus. D’abord surprise, ses yeux traduisirent la colère sourde qui monta en elle lorsqu’elle reporta son regard sur le Sombre, que le spectacle semblait amusé.

Elle voulut ouvrir la bouche mais ce dernier la devança. Il n’avait pas fini sa phrase qu’un morceau de tissu sorti du néant vint la bâillonner. Et malgré ses efforts pour mordre dans le ruban et s’en débarrasser, rien ne semblait fonctionner. Finalement, avec une moue, le Sombre le lui retira, jugeant que cela ne lui allait pas. La belle affaire. Il ne se gênerait pas pour le lui remettre s’il le jugeait nécessaire. Elle le vit s’approcher et se tendit à nouveau, comme pour se préparer à bondir.


« Peut-être as-tu besoin d'un nouveau tour dans les cachots de cette maison. La morsure du fouet te manque-t-elle tant ? Ou la compagnie de tes compagnes peut-être ? »


Une nouvelle menace ? Non, cela sonnait plus comme un avertissement. La jeune femme se contenta de l’observer un moment, prête à réagir. S’il prenait le temps de la mettre en garde, c’est qu’elle n’avait pas encore dépassé les limites. Un faux sourire apparut sur son visage tandis qu’elle se forçait pour relever la tête et les épaules.


- Si vous aviez décidé de le faire, vous n’auriez pas prit le temps de me prévenir. Et puis, mon corps est encore endoloris du premier traitement que vous lui avez offert, le fouet serait donc moins efficace ce qui ne serait pas dans votre intérêt. Quant à mes ‘compagnes’, vous savez aussi bien que moi ce qui se passera. Sans doute même mieux. Vous n’êtes pas un être de parole, vous êtes un être d’action. Seuls vos gestes peuvent m’atteindre, pas vos mots.


Elle avait parlé plus calmement, comme pour exposé des faits. Pour le moment, elle observait, se demandant franchement où il voulait en venir. Il ne l’avait pas fait venir dans le simple but de tailler la bavette toute la nuit. Pour se jouer d’elle, ça oui. Elle commençait à en avoir assez de se faire manipuler. Elle n’aimait pas être la proie. Elle se redressa tranquillement cette fois, en venant à se tenir face à lui, ses yeux presque au niveau des siens.

- Que voulez-vous vraiment ? Qu’attendez-vous de moi ? Si vous m’avez gardée, ce n’est pas pour rien, vous ne laissez pas assez de place au hasard autour de vous. Alors, pourquoi ?

Elle se contenta de le fixer sans animosité pour une fois. Le regard neutre et l’attitude plutôt posée. Rien à voir avec ses éclats précédents. Elle n’arriverait à rien en se débattant, peut-être qu’ainsi, elle parviendrait à quelque chose. Quoi ? Cela restait cependant la grande inconnue de l’histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Guilhem d'Arvelaig
Humain
avatar

Nombre de messages : 206
Âge : 27
Date d'inscription : 16/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   Jeu 29 Sep 2011 - 13:48

Il n'y eu pas de réponse immédiate à se qu'il avait dit. C'était d'ailleurs quelque peu surprenant de la part de la Sombre. Après se qu'elle avait subit en une seule journée, la plupart des gens perdaient un petit peu les pédales. Quant on leur demandait d'être gentil et docile et qu'en échange on leur offrait la possibilité de ne plus être frappé, la majeure partie du temps, ils sautaient littéralement sur l'occasion qu'on leur proposait. Même si cela impliquait d'être réduit à l'état d'animaux de compagnie. Cette Sombre avait plus de caractère et de hargne que bien des gens.

Pire, elle en avait encore assez pour le défier. Il ne fut pas dupe une seule seconde à ce sourire faux qu'elle lui adressa.

- Si vous aviez décidé de le faire, vous n’auriez pas prit le temps de me prévenir. Et puis, mon corps est encore endoloris du premier traitement que vous lui avez offert, le fouet serait donc moins efficace ce qui ne serait pas dans votre intérêt. Quant à mes ‘compagnes’, vous savez aussi bien que moi ce qui se passera. Sans doute même mieux. Vous n’êtes pas un être de parole, vous êtes un être d’action. Seuls vos gestes peuvent m’atteindre, pas vos mots.

Une Sombre au caractère de cochon, à la volonté de fer et à la langue trop pendue. Voilà se sur quoi il était tombé. Finalement, le baillon n'avait pas été une si mauvaise idée que cela. D'autant plus que bon, pour le moment, se n'était que du papotage sans grand intérêt. Oui, il savait parfaitement se qui se passerait s'il la renvoyait des maintenant dans le quartier des esclaves. C'était justement se qui faisait de ses paroles une menace.

- Que voulez-vous vraiment ? Qu’attendez-vous de moi ? Si vous m’avez gardée, ce n’est pas pour rien, vous ne laissez pas assez de place au hasard autour de vous. Alors, pourquoi ?

Oh... de toute évidence, elle en avait assez de jouer au chat et à la souris. Dommage. Il adorait purement et simplement ce je en se qui le concernait. Un petit tour par ci, un petit tour par là et la jeune Sombre se retrouvait n'être qu'une simple marionnette entre ses doigts. Au fond, il n'y avait pas tant de différence que ça entre la façon dont sa sœur jouait avec ses esclaves en les traitant comme des poupées et la façon dont lui se servait d'elles. Son jeu à lui était juste plus subtil et ne nécessitait pas des esclaves parfaitement dociles ou terrifié comme c'était le cas pour Kayla. Isr'aes aurait fait une poupée tout à fait imbuvable, c'était certain. En revanche, comme proie et comme marionnette, elle se débrouillait plutôt bien.

Il fallait encore jouer un peu. Quoi ? Elle avait vraiment penser que formuler haut et fort les question qu'elle se posait allait lui servir à quoi que se soit et que cela allait inciter Drykars à jouer carte sur table avec elle ? Oh non. C'était plus compliqué que cela. En tout cas, cela le serait pour la Sombre. Il allait continuer à jouer avec elle encore et encore parce qu'au fond, c'était cela qui lui plaisait. Elle était une proie et lui la chassait. Il prenait du plaisir à la voir s'agiter dans tout les sens, essayant de se débattre et de trouver une issue pour finir par se retrouver exactement là où il le souhaitait et il n'avait pas l'intention de renoncer si facilement à ce petit jeu.

« Se que je veux ? Une esclave. »

Commençons la danse. Doucement, Drykars s'était rapproché de la Sombre entravée avec un air félin.

« Une esclave qui me sera obéissante et dévouée. Comme cela doit l'être. »

Doucement, il déposa un baiser sur la peau grise d'Isr'aes, juste à la jointure de la cuisse et de la hanche.

« Et pour le moment, je souhaite posséder le corps de cette magnifique esclave qui est la mienne. »

Avant qu'elle n'ai put répondre ou réfléchir à une réponse, Drykars avait posé ses lèvres sur les siennes, l'embrassant passionnément et langoureusement.

Encore une pièce de son jeu. Car il fallait être honnête. Tout cela n'était qu'un jeu pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[demeure Trys'Tavilon] Première soirée d'escalve [Isr'aes]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda-
Sauter vers: