AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En d'étranges contrées, pour d'étranges négoces. [PV Menuith | Sil']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dun Eyr
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2220
Âge : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  149
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: En d'étranges contrées, pour d'étranges négoces. [PV Menuith | Sil']   Dim 29 Mai 2011 - 13:45

« Envoyez l’clinquant !... »

Le Capitaine Urgre Rouge-Trogne assortit son ordre d’une volée transversale sur un malencontreux matelot à la face couturée par les razzias et les rasades, et son sang de Drow bourbeux entrecoupé d’humanité ne fit qu’un tour dans ses veines.
Déjà, les gardiens de l’endroit – aimables comme des ours réveillés dans leur somme hivernal – avaient fait tonner leurs bottes de rude cuir sur le ponton craquelé du navire, et leur haleine fétide venait tâter les sous-mains et rubis-de-comptoir que déversaient quelques matelots serviles. Il y avait une fragrance de tabac rance, de pluie crasseuse, et un lavis de pourriture déversé du ciel d’encre venait enserrer le port d’un glacis de cendre.
Bienvenue à Thaar, songea le Nain.

Dévoyé aux regards par l’abri d’un vaste pan de toile écrue, racrapoté sur lui-même par le froid et la pluie, Dun Eyr jetait un œil inquiet à la scène ; il avait beau disposer de larges réserves d’or, et sentir la bosse de ses tablettes de cire gorgées de magie dans une besace du côté, les deux gardes portuaires n’avaient guère la mine franche et rieuse de chaleureux hôtes.
L’odyssée, somme toute, était un peu folle ; et c’était bien parce qu’Inès exigeait de façon pressante que le phare avançât – mais comment eût-on voulu que le miracle soltari s’accomplît, alors que les louches négociants regroupés autour de Maître Chance avaient fait faux-bond ? Mais cela n’était guère souci de duchesse – que Dun Eyr, qui il y a trente jours encore se pavanait en carriole dorée à des espousailles d’Ysari, avait dû reprendre son paletot de voyage, et venir errer dans les pires travées des esclavagistes.
Des bras soumis et vénaux, voilà ce que recelait Thaar en ses longs-coteaux ; quant à l’honnêteté du procédé, eh bien, par la Sainte-Barbe – il maquillerait les visages trop cadavériques, lorsque le bon Architecte Suprême de la Divine Duchesse s’en viendrait inspecter les travaux du Tyrion.


Enfin, les voiles avaient été affalées ; enfin, le Nain avait pu prendre son envol sur le pavé bruni de la Principauté Thaarie. Mais c’était enveloppé d’une capeline de mauvais byssus, et certainement guère aussi noble et preux que Rodmin le Splendide devant la Citadelle Crénelée, que Dun Eyr parcourait, d’ombres en ombres, les recoins crasses et viciés du port aux mille denrées.
C’était, en un sens, la cité de l’abondance ; il suffisait d’en avoir les moyens, non seulement pour remplir les pognes des marchands de moult piécettes – mais plus encore, le long coutelas, pour arracher des ongles noircis des chalands les richesses que l’honnêteté et la franchise n’avaient su obtenir loyalement.
L’acier était une voie fort prisée par les Thaariens, pour solder des négoces quelque peu complexes.
Alors, serrant dans sa paume dodue une courte lame de fière facture naine – et auscultant une nouvelle fois les dix runes qui brillaient de rouge sur son revêche cuir de Nain – le Haut-Prêtre défroqué s’en vînt dans une quelconque cabane de pierre, aux alentours des estacades du Sud et de la digue brisée, et se glissa dans le manteau d’ombre du lieu.


Là, paraît-il, devait venir l’intriguant marchand de chair.

Et, pour se donner une rasade de courage, Dun Eyr cracha par terre à la mode Naine.
Revenir en haut Aller en bas
Menuith
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Âge : 26
Date d'inscription : 08/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: En d'étranges contrées, pour d'étranges négoces. [PV Menuith | Sil']   Dim 29 Mai 2011 - 19:00

Aujourd'hui était un bon jour pour faire des affaires.

En fait, n'importe quel jour était propice au commerce dans la noble et lucrative (plus lucrative que noble, pour être honnête) profession de marchand d'esclaves. Quand on se nourrit de la sueur des autres, quand on s'enrichit de leur peur et s'engraisse de leur malchance, chaque jour finit par être un "bon" jour, à savoir un jour où on a gagné de l'argent. Il fallait croire que chacun voulait un esclave, et le commerce était en plein boom. Les clients, depuis quelques semaines, semblaient affluer, et vu que Menuith avait consciencieusement -souvent aidé de méthodes peu avouables- étendu son territoire à toutes les couches de la population d'Ithri'Vaan , il se passait rarement une journée sans qu'il n'ait une commande, aussi minime fut-elle. Partant du principe qu'aucun poisson n'est trop petit pour être pêché, il fournissait sans distinctions chantiers en main d'oeuvre, maîtres en serviteurs, lupanars en catins toutes catégories. Après tout, les gens voulaient tous la même chose : des esclaves efficaces et obéissants. Pour ce qui était de l'efficacité, Menuith se chargeait de payer leur formation auprès d'excellents professeurs (ses domestiques étaient réputés), car non seulement les clients satisfaits revenaient acheter chez lui, mais en outre ils lui envoyaient leurs amis jaloux. C'était une technique qui marchait assez bien, surtout chez les nobles où la qualité des esclaves reflétaient celle de leur maître.

Et pour l'obéissance, eh bien... Il y a des tas de moyens de faire du mal à quelqu'un sans trop l'abîmer.

Bref, les affaires marchaient bien. Elles marchaient d'autant mieux qu'il avait été contacté par un client potentiel, un nain qui représentait quelqu'un de haut placé dans la société, et qui avait l'air de vouloir passer une très grosse commande.

Ce nain, donc, avait tu son nom (comme celui de son employeur, d'ailleurs), mais la plupart des clients de Menuith préféraient garder l'anonymat. De toute façon, ce n'étaient pas les moyens qui manquaient pour retrouver l'identité d'un acheteur, et il n'était pas rare que le drow les emploie. C'était parfois si utile de savoir qu'untel et untel avaient, chez lui, acheté tel type de concubine...

Très politique, tout ça, mais pour l'instant il avait d'autres préoccupations. N'importe quel marchand pourvu d'un minimum de cervelle y aurait repensé à deux fois avant de se pointer seul dans un lieu de rendez-vous isolé, avec un type dont il ne connaissait même pas la véritable identité. Seulement, Menuith avait fait sa réputation sur un principe extrêmement simple : quelque soit le client, reçoit-le en personne. De toute façon, pour négocier il ne faisait en aucun cas confiance à un intermédiaire, surtout pour un contrat de cette importance. Et puis, il n'était pas tout à fait seul, pas plus qu'il n'était sans défense. Il y avait dans une doublure de sa manche un petit poignard en os dont la moindre égratignure suffisait pour vous plonger dans un sommeil profond, voire mortel, et une demi-douzaine de gaillards armés jusqu'aux dents s'étaient dissimulés un peu partout dans les environs, au cas où quelque chose tournerait à l'imprévu.

Par contre, la cabane en pierre n'était décidément pas une bonne idée. Il y faisait froid, c'était inconfortable, et bien que son éloignement en fasse un lieu rêvé pour un discret rendez-vous d'affaires, le marchand d'esclave sentait que le luxe de ses appartements lui manquait déjà. Enfin... Il faut souffrir pour être riche !

Tenaillé entre l'envie pressante d'en finir et la curiosité -pressante, elle aussi- de découvrir le visage de son espérons-le-futur-client, Menuith se glissa à l'intérieur de la petite cabane et fouilla les ombres de son regard hautain.
Revenir en haut Aller en bas
Sil'ilos Solen
Drow
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19
Âge : 34
Date d'inscription : 01/05/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  546 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: En d'étranges contrées, pour d'étranges négoces. [PV Menuith | Sil']   Mar 31 Mai 2011 - 14:34

Aah Thaar, ses magnifiques rues crasseuses, ses lignes impures, son empilement illogique de bâtiment. Je déteste y mettre les pieds. Vraiment. Entre le marasme des êtres inférieurs, la pseudo-paix à maintenir, je m’y sens si étrangère. Tsah. Peu importe. Je fendis, indifférente, la foule, repoussant ceux qui s’approchent de trop près d’un regard peu amène. Ils sont si inconscients. Si inutiles. Pourtant, difficile de ressentir de la pitié pour ceux qui se vautrent dans la boue. Ils servent la cause du Sang Sombre tout comme moi finalement : des outils des puissants et leurs jeux de pouvoirs.

J’ai rencontré cet humain suivant les ordres de mon Senger. Pitoyable créature crédule. Comme si nous désirions uniquement servir ses desseins. Comme si nous étions capables de nous plier à sa piètre volonté. Il apprendrait, trop tard, que nous sommes depuis bien plus longtemps que lui, rompus aux faux-semblants et manipulations.

Il me restait encore des détails à régler sur le port. Aussi, mes pas arpentèrent les pontons de navires en navires pour dénicher le bon moyen de mettre en œuvre le plan de mon maitre. A force de fouiller, je découvris un navire de commerce de dimensions suffisantes dirigé par un Capitaine dont la grandiose cupidité et terreur suffisait à nous assurer soutien et loyauté. Je négociais, enfin j’ordonnais plutôt, les diverses conditions du contrat, les moyens à mettre en œuvre pour le bon déroulement des opérations. Je m’apprêtais à regagner mes temporaires pénates en la cité lorsque mon regard fut attiré par deux silhouettes gagnant une masure un peu à l’écart de la vie trépidante des marins.

Un nain, tout d’abord, filait d’ombre en ombre. Peu après, un sombre, richement vêtu mais bien trop chétif pour susciter un intérêt quelconque, le rejoignit. Peu ravie de devoir me couler dans l’inactivité dans l’attente des ordres suivants de mon Senger, je transmis mon rapport à un de mes soldats et décida de « passer le temps » en découvrant pourquoi les deux extrêmes, en taille et poids, se retiraient dans la petite maisonnette. A distance respectable, pour ne pas alerter les sens de « ma proie », j’observais ses faits et gestes. Une fois qu’il eut pénétré à l’intérieur, je me rapprochais discrètement des murs de pierre. Tranquillement installée, silencieuse comme je sais si bien le faire, je fis mine de monter la garde pour les rares badauds passant près des lieux.

Habituellement, je ne me sens pas à l’aise dans ce genre de jeu, mais tromper l’ennui entre deux batailles est parfois nécessaire. Autant composer avec ce qui se rapprochait le plus d’un « espionnage » en règle. Une sorte d’entrainement en quelque sorte. Une fois n’était pas coutume également, j’avais délaissé mon armure pour des vêtements civils discrets. Non, pas une tenue dénudée qu’affectionne mes congénères, mais une tunique d’un violet sombre avec un pantalon de cuir noir. Malgré tout, je n’avais pu me résoudre à laisser mes chères lames et les avais ceintes à ma taille. Je passais sans doute pour un jeune drow efféminé tentant de mettre en avant de maigres capacités guerrières en affichant trop ostensiblement ses armes, mais je n’en avais cure.

Mon attente patiente commença ainsi. Les sens en alertes, je tendais l’oreille pour tenter de m’accaparer les bribes de la discussion de « mes cibles ».
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En d'étranges contrées, pour d'étranges négoces. [PV Menuith | Sil']   

Revenir en haut Aller en bas
 
En d'étranges contrées, pour d'étranges négoces. [PV Menuith | Sil']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» jones -> la famille s'est de pouvoir s'inquiéter pour les autres dans les pires des situations mais de perdre le contrôle par moment.
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: