Partagez | 
 

 [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   Mar 21 Juin - 17:46

L’hiver approche… Les arbres s’y préparent, Tyra le sait et le sent. C’est le meilleur moment pour récupérer les graines et les champignons en tout genre, une période de réserves pour éviter la famine. Oui mais voilà, contrairement aux écureuils (par exemple), Tyra ne peut pas faire de réserves de nourriture, alors, comment passer l’hiver, comment s’y préparer ? Elle n’avait pas assez d’argent pour acheter quelques sacs de graines et encore moins de toit pour les y stocker…

La vie était difficile pour Tyra, mais jusqu’à présent elle était parvenue à obtenir quelques pièces en vendant ses maigres connaissances médicales et ses onguents, et par conséquent à se nourrir à peu près correctement. Mais la forêt en hiver n’est pas un lieu très propice, surtout pour récupérer des ingrédients utiles pour ses potions. Il lui fallait donc descendre vers des terres plus peuplées pour trouver un endroit où manger régulièrement. Qui disait un endroit où manger, disait d’avoir de l’argent ou du moins de fournir un service en contrepartie, autrement dit : il lui fallait trouver un emploi.

Tyra marchait à travers la forêt dont elle connaissait à présent presque tous les secrets. Cette forêt, très peuplée, très grande et très dangereuse, s’avérait de plus en plus être un petit havre d’harmonie pour Tyra à mesure que le temps passait. Les plus grands risques venaient des villages et de leur environnement, mais c’était un passage obligé pour la jeune demi-Elfe.

Durant cette longue période, Tyra avait eu tout loisir de s’entraîner à la magie, c’était sa seule vrai distraction lorsqu’elle passait ses journées à cueillir, à sécher, à émietter, à broyer et à pétrir. Une fois la récolte du jour terminée et les produits fabriqués, elle prenait plaisir à façonner la glace, à jouer et à jongler avec. Son plaisir, cependant, ne s’affichait pas sur son visage, la nostalgie des souvenirs rémanents la rendait plutôt apathique qu’autre chose.

Tyra se dirigea vers une route afin de reprendre la direction d’un village avant de continuer vers le sud-ouest vers le royaume des humains. Il faisait sombre et la pluie tombait drue en ce jour d’orage. A moitié perdue dans ses pensées, Tyra débarqua sur la route sans remarquer quoi que ce soit dans le rideau de pluie qui la doucha dès que la couverture feuillue qui la couvrait de haut s’estompa brusquement. Elle avait bien un parapluie de fortune fabriqué avec les moyens du bord mais la violence de la pluie eut tout de suite raison de ce bricolage… Un grondement de tonnerre se fit entendre. Un grondement de tonnerre, alors que l’orage était si proche ?

* Attention ! *


Dernière édition par Tyra Dalwéria le Sam 30 Juil - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Larme pourpre
Humain
avatar

Nombre de messages : 9680
Âge : 32
Date d'inscription : 29/05/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 (16 d'apparence)
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   Mar 21 Juin - 17:47

Quelle histoire ! Cette drôle d’affaire à Thaar n’avait toujours pas été résolue… Qui était l’instigateur de la traque, qui était la taupe ? Pour le moment on n’en savait rien, ou du moins, les dirigeants et les ainés n’avaient rien communiqués.

Son travail ayant été très convenablement réalisé, on avait, enfin, décidé d’officialiser le recrutement de Larme pourpre au sein de la citadelle des lames dansantes en lui confiant des missions sans tutelle. Salyä aussi les avait rejoints également au même moment, mais elle, peut-être à cause de son âge plus que son expérience passée, on l’avait intégrée sans lui faire subir ce genre de tests. Peu importe, Larme pourpre ne connaissait pas la jalousie, seulement la frustration et en l’occurrence, c’était plutôt une bonne nouvelle que Salyä fasse à présent parti de la famille. Il n’était pas négligeable d’avoir des « connaissances » au sein de ce grand complexe ou beaucoup de gens se croisaient, et Larme pourpre en avait assez de la solitude.

En fin de compte, on avait tardé longtemps avant de lui confier une mission à cause de cette histoire à Thaar et les tensions que cela avait causées. A présent que son signalement avait été donné, il valait mieux attendre qu’on l’oublie. C’est donc bien loin, bien loin de Thaar qu’on avait décidé de l’envoyer…

Chevaucher rendait la vie beaucoup plus facile ! Depuis que l’assassin avait découvert ce mode de locomotion, la notion de distance avait pris un tout autre sens ! Une mission au cœur du royaume humain ? Et allons-y ! Comment ça plus de trois mois pour traverser forêts, marais, landes stériles et compagnie ? Un cheval, une feuille de route bien définie, et hop ! Deux semaines, grand maximum !... Oui, enfin, encore fallait-il qu’il n’y ait pas d’imprévus en chemin…

Le ciel était noir, l’orage menaçait et déjà, quelques gouttes tombaient. Larme pourpre avait pris la direction indiquée sur sa carte et passait donc par une grande route en pleine forêt au trot plutôt qu’au galop pour ne pas épuiser la monture avant la nuit et pouvoir continuer la route sur plusieurs jours avec ce même cheval. Sa maîtrise de l’animal était venue rapidement, après quelques entraînements dans une piste de la citadelle. Marcher, trotter, galoper, rien de plus facile en fait que de diriger cet animal docile car bien dressé. Le tout était de savoir se maintenir dessus. La encore, pour un assassin agile, léger et tout en muscle ou presque, c’était de la rigolade si on peut dire. Bref, pour en revenir à nos moutons, enfin, nos imprévus, voilà qu’un autre cheval se trouvait en travers de la route avec un type masqué comme cavalier et tenant une arbalète à la main. Si les conditions s’y étaient prêtées, Larme pourpre aurait bien tenté de sauter cet obstacle, mais sa monture n’était pas folle, elle freina d’elle-même son allure l’obligeant à s’arrêter à portée de voix. Un homme seul ? Aucun problème !... Sauf que ce n’était pas le cas. Deux autres personnes tirèrent leurs chevaux sur le chemin derrière Larme pourpre tandis que deux autres à pieds l’encadraient, prêt à l’accoster.

« La bourse ou la vie voyageur ! »

Pas moyen ! Assassin ou pas, Larme pourpre non seulement avait besoin de son argent, mais n’allait pas se laisser faire par une bande d’amateurs. « La vie » ? Qu’entendaient-ils exactement par là ?

Larme pourpre devait viser juste, et avant que les deux types n’atteignent sa monture. Un éclair apparut. L’assassin envoya un dard sur le bandit qui lui faisait face, celui-ci remarquant la lueur de ses yeux avant de remarquer le projectile qui passa devant son regard avant de finir sa course dans l'un de ses orbites, le temps qu’un réflexe lui face bouger la tête et lui évite une mort directe. Le coup de tonnerre retentit et le carreau d’arbalète partit dans le vide. Larme pourpre décocha un coup de pieds à l’un des deux types prêt à attraper ses reines avant de talonner sa monture. Une fois l’obstacle contourné, il n’y avait plus qu’à galoper sous les trombes d’eau qui étaient en train de tomber à présent. Mais les bandits n’allaient pas le laisser partir sans rien dire quand l’un de leur camarade avait été blessé ! Deux le poursuivirent, suivis de près par un troisième tandis que les autres s’occupaient de leur camarade traumatisé.

La monture de Larme pourpre était fatiguée, un galop soudain n’allait pas durer longtemps et les bandits risquaient de la rattraper. La route était à présent boueuse, glissante et la visibilité quasi-nulle. C’était très dangereux mais peut-être finalement allaient-ils renoncer leur poursuite ? Larme pourpre savait chevaucher mais pas combattre en même temps. De nombreuses solutions lui virent à l’esprit mais il fallait éviter la perte du cheval et dans l’immédiat il valait mieux continuer tout droit… Tout droit ? Mais qu’est-ce que… Une vague silhouette au milieu de la route ! Larme pourpre tira brutalement sur les rennes. Le cheval l’avait vaguement vu aussi et tenta de freiner mais ce fut un dérapage incontrôlé. La silhouette fut évitée par on ne sait quel miracle mais le cheval partit complètement à la renverse, sur le flanc. Larme pourpre bondit dans les airs pour éviter de se faire emporter par l’animal mais continua de voler, à cause de la force cinétique. Après une rotation corporelle pour éviter de plonger tête la première, sa tentative d’atterrissage se soldat finalement par un dérapage suivit d’une glissade, d’une pseudo-roulade, puis d’un étalement complet dans les fougères, la mousse et les feuilles mortes. Ca aurait pu être pire…
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   Dim 26 Juin - 13:23

…Ce fut tellement soudain que Tyra eut l’impression que son cœur s’arrêta un instant avant qu’un élan d’adrénaline ne lui donne le réflexe de bondir hors de la trajectoire du cheval qui galopait droit sur elle.

A présent spectatrice, elle regarda le cheval glisser sur ses pattes arrière en tentant désespérément de freiner. Il perdit finalement complètement l’équilibre. Son cavalier, projeté par l’élan, vola dans les airs. Il avait l’air plutôt agile, mais malgré ses efforts, il lui fut impossible d’atterrir sans heurts.

Plus loin d’autres cavaliers avaient vaguement aperçu la scène et prirent le temps de ralentir afin de ne pas subir le même sort. Il y en avait deux… Non, trois finalement, un autre les rejoignit quelques secondes après.

Tyra n’y avait pas tellement prêté attention et avait tout juste eu le temps de courir jusqu’au blessé pour s’enquérir de son état. Heureusement, en quelque sorte, l’extrême humidité de l’environnement lui avait évité une chute trop dangereuse.

Tyra s’accroupit à côté de l’individu qui à présent lui paraissait quelque peu étrange et qui était en train de se relever précautionneusement car le sol était extrêmement glissant. Les cavaliers s’approchèrent à moins de deux mètres en brandissant ce qui semblait être des arbalètes. L’un d’eux leur cria sous la pluie toujours battante :

« Tu croyais pouvoir nous échapper hein ? Tu aurais dû nous donner ton argent et ton cheval, maintenant on va également prendre ta vie ! »

C’est là qu’ils remarquèrent la présence de Tyra…

« Éloignes-toi de lui gamine ! Non, attends ! Reste là en fait ! On a de la chance, on va pouvoir s’amuser un peu avec toi après lui avoir réglé son compte !

Les deux autres approuvèrent. Les sourcils de Tyra se froncèrent, c’était mauvais signe…

« Vous êtes des bandits… Je hais les bandits ! »

« La ferme ! On t’a pas demandé ton avis ! Allez, dis ta prière mon gars ! »


Le brigand allait tirer sur Larme pourpre. L’imminence de l’action activa immédiatement les pouvoirs de Tyra qui généra une implosion de froid. Tout gela sur le champ dans un rayon de deux mètres environ. Alors qu’elle-même brûlait de colère (et à cause de sa magie), un fin carcan de givre s’était formé autour des animaux et des hommes, gelant leurs actions. Le fait qu’ils soient tous trempés jusqu’aux os y était évidemment pour beaucoup, surtout que la pluie continuait à tomber pour geler à leur contact. La corde raidie se cassa et le carreau bascula dans le vide avec une cinétique ridicule. Le micro climat s’évanouissait déjà, mais certes, un peu plus lentement qu’il était apparu.

Les chevaux tremblèrent et s’ébrouèrent, surpris, apeurés, ils reculaient déjà tandis que leurs maîtres se recroquevillaient sur eux-mêmes et sur les rennes.

« C’est pas une gamine normale ! C’est sûrement une Elfe ! Tirons-nous vite d’ici ! »

Ils ne se le firent pas dire deux fois, les chevaux non plus et ils disparurent sous la pluie. Pluie qui, heureusement qu’elle était là, rafraichit la fièvre de Tyra qui dégageait presque une légère brume. A présent qu’ils étaient partis il fallait s’occuper de l’individu qui restait… D’un geste rapide, Tyra attira une volute d’eau jusqu’à sa main et le transforma en une sorte de dague de glace qu’elle pointa sur Larme pourpre.

« Et toi, qui es-tu ? »

Revenir en haut Aller en bas
Larme pourpre
Humain
avatar

Nombre de messages : 9680
Âge : 32
Date d'inscription : 29/05/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 (16 d'apparence)
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   Mar 28 Juin - 17:48

Ca aurait pu être pire certes, mais s’il n’y avait pas eu cette personne, rien de tout ceci ne se serait passé… Quoi que, de toute manière, ses poursuivants auraient fini par raccourcir suffisamment la distance pour pouvoir tirer de leurs arbalètes. Même sous une pluie pareille et la visibilité très réduite, un carreau restait un carreau, et Larme pourpre aimerait éviter de s’en prendre un… D’ailleurs c’était étrange, ce n’était pas dans ses habitudes de fuir… Il était rare qu’une situation ne l’y oblige. Il fallait croire que c’était une telle situation…

La chute avait été grandement amortie, plus de peur que de mal. Le tout était maintenant d’arriver à se relever avec la mousse et les feuilles glissante, la boue se trouvant juste à côté… Larme pourpre commença par se retourner avant de tenter de se relever avec précaution mais déjà, défiant sa vigilance très amoindrie, une silhouette s’était glissée à ses côtés, méfiance…

De l’eau lui ruisselant dans les yeux, Larme pourpre retarda son action pour s’apprêter à menacer cette personne mais les cavaliers ne lui laissèrent pas le temps de réagir plus que ça : ils étaient déjà là…

La situation était critique plus que confuse… Il fallait réfléchir vite, trouver le bon moment pour agir. Déjà le premier brigand, les toisant du haut de son cheval pris la parole pour menacer sa proie avant d’en finir avec elle.

La présence inopinée, que Larme pourpre identifia enfin comme celle d’une jeune fille, perturba l’enchainement prévu des événements. Sans elle, Larme pourpre aurait pu sans problème surprendre ses adversaires par quelques dards et plonger dans les bois. Malheureusement, cela voulait dire sacrifier cette personne et ce n’était pas possible étant donné que c’était de sa faute si elle se retrouvait impliquée. La sacrifier serait honteux, cela reviendrait échouer une mission de protection. Pour illustrer cet exemple, le souvenir tragique de la mort de son maître par ce qu’on pourrait appeler un « dommage collatéral », lui revint en mémoire.

La jeune fille, courageuse, n’hésita pas crier et à provoquer les bandits. Une mauvaise idée… Comment éviter qu’une se fasse tuer elle aussi ? Impossible de prévoir ses réactions… Une succession de possibilités vinrent à l’esprit de Larme pourpre, triées au fur et à mesure de leur apparition.

« La ferme ! On t’a pas demandé ton avis ! Allez, dis ta prière mon gars ! »

Voilà la solution !.... Mais au moment où Larme pourpre prenait son impulsion, une puissante onde traversa son corps. Tous ses vaisseaux de surface et ses muscles se contractèrent, paralysant ses gestes. Une douleur crispante diffusa dans tout son corps. Que se passait-il ? Il faisait terriblement froid tout d’un coup !

Pour contrer le phénomène, un frisson si puissant, presque un tremblement, parcourut son corps l’espace d’un instant. Larme pourpre se releva brusquement, mobilisant ses muscles pour se réchauffer mais manquant de glisser sur la mousse à présent givrée. La douleur diffusa dans sa tête suite à cette action. Peu importe, il fallait faire face ! … Face à quoi ? Pas aux brigands en tout cas. Ceux–ci avaient pris peur et faisaient demi-tour. Et la fille dans tout ça ? Etait-ce elle qui était responsable de cette… magie ?

Larme pourpre redoutait la magie : si dangereuse, si imprévisible, surtout pour quelqu’un qui n’en possède pas le don… Mais l’homme avait parlé d’un Elfe… La jeune fille en serait-une ? Serait-ce la une démonstration de leurs pouvoirs ? Il faut dire que ses connaissances en la matière étaient des plus limitées…

Une autre pensée lui vint : et son cheval ? Il lui était nécessaire pour atteindre rapidement le royaume des humains. Perdre plusieurs jours de trajet lorsqu’on a une mission de collecte d’information et d’espionnage n’était franchement pas admissible…

Décidemment, avant de comprendre ce qu’il se passait, la jeune fille pointait une sorte de lame à quelques centimètres de son visage, l’obligeant immédiatement à reculer d’un bond, une main sur sa dague.

« Et toi, qui es-tu ? »

Son ton était menaçant, il transpirait la méfiance. Dans une telle situation il ne faisait aucun doute à Larme pourpre que la faute lui revenait et sa réaction était normale. Après avoir réfléchit à comment épargner cette personne, il n’était pas séant de vouloir l’affronter à présent. Le perturbateur dans tout ça c’était ce maudit temps de chien.

Un éclair retentit et Larme pourpre put apercevoir le visage de son interlocutrice. Ce fut une sorte de choc, qui l’empêchant de réfléchir, un étrange sentiment, peut-être jamais ressenti jusqu’à présent. Qu’était-ce donc ? Sa posture noble, son visage aux courbes douces serti de deux yeux clairs au regard pourtant si sombre et déterminé, sa silhouette fine épousée par de longs cheveux ruisselants et de légères volutes de vapeur, sans oublier le timbre de sa voix qui lui revint en écho dans sa tête… Qui que ce fut, elle venait d’impressionner fortement Larme pourpre par son aura. L’effet de cette déstabilisation soudaine fut immédiat : toute la tension d’agressivité de Larme pourpre disparue soudainement, sans pour autant lui retirer sa méfiance.

En réponse, finalement, à sa question, l’assassin lâcha la poignée de sa dague, reprit une posture droite, puis, effectua une révérence, indiquant à la fois son respect et son abandon d’un éventuel combat tout en offrant un avantage décisif à son adversaire l’espace d’un instant.

Comment lui répondre ? Impossible de glisser le moindre mot, surtout avec le bruit ambiant, et il faisait trop sombre pour qu’elle puisse distinguer clairement ses gestes… Tant pis, il lui restait un atout…

Sortant son calepin et son crayon, miraculeusement préservés grâce à la couverture en cuir, Larme pourpre le lui présenta, le crayon glissé à la page adéquat, prenant le risque de l’abîmer en le tendant ainsi sous la pluie…

Sur la page en question étaient marquées les phrases suivantes :

« Je me nomme Larme pourpre »

« Je suis en voyage »

« Je n’ai pas de langue pour parler »

« Qui êtes vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   Mer 6 Juil - 12:29

L’étranger fut prompt à se mettre hors d’atteinte de la menace, ce qui indiquait qu’il s’y connaissait en matière de combat… La pluie tombait toujours aussi drue et des éclairs, agrémentés de coups de tonnerre rapprochés, illuminaient la route et ses abords en partie découverts.

Alors que Tyra toisait le suspect, la lueur d’un éclair juste au dessus lui révéla son apparence. Un individu svelte, presque aussi fin qu’elle, un peu plus grand, habillé de noir en dehors d’une grande cape grise mais un détail particulier : il possédait des yeux d’une couleur peu commune, probablement pas humains, mais Tyra ne pouvait en juger n’ayant pas assez de culture à ce sujet. L’individu était d’autant plus suspect que la majeure partie de son visage était masqué. Pourtant, il n’avait pas l’air d’un bandit puisqu’il était justement poursuivi par plusieurs d’entre eux…

Soudain, alors que l’instant précédent il adoptait une posture défensive, il eut un comportement étrange. Maladroitement mais somme toute élégamment, il lui fit une révérence avant de sortir quelque chose de sous sa cape et de le lui tendre… Cela ressemblait à un carnet. Qu’est-ce que cela voulait dire ?

Tyra baissa sa garde. Elle rassembla de l’eau sur son morceau de glace pointu et transforma celui-ci en une plaque fine bordurée qu’elle fit léviter jusqu’à sa hauteur pour qu’il y dépose l’objet en question. Il valait mieux rester à distance. Tyra récupéra ce qui était effectivement un carnet, qui commençait à être imbibé d’eau. Tyra augmenta la taille de sa plaque de glace qu’elle incurva dans un sens pour en faire une sorte de parapluie et protéger au moins le carnet de la pluie. Malheureusement, il faisait trop sombre pour lire quoi que ce soit à la page indiquée… Heureusement, un nouvel éclair lui permit de lire rapidement les quelques mots. Elle referma le calepin et réfléchit un instant. De plus en plus étrange ce personnage… Un nom qui ressemblait plus à un pseudonyme qu’autre chose, un « voyage » particulièrement vague et un mutisme des plus suspects. Avait-il une maladie ou une horrible blessure le privant de parole et l’obligeant à se couvrir de la sorte ? Ou bien cela n’avait-il rien à voir ?
Maintenant qu’il adoptait une posture neutre, Tyra décida d’avancer vers lui pour lui rendre son bien et lui parler sans trop crier :

« Je suis Tyra, Tyra Dalwéria. Ecoute Larme pourpre, je me fiche de la raison de ta présence ici et de pourquoi ces bandits te poursuivaient. Ces bois sont dangereux pour le voyageur que tu prétends être. Récupère simplement ton cheval et repars vers ta destination.

*Mais son cheval est sûrement blessé, il ne va pas pouvoir repartir comme ça…*

« Je vais juste t’accompagner pour vérifier que ta monture peut marcher, sinon je verrai ce que je peux faire mais tu devras peut-être le laisser ici. Hoche simplement la tête si ça te convient et passe devant. »


Oui, il valait mieux le laisser passer devant, on n’est jamais trop prudent…

Tyra suivit donc le mystérieux voyageur sous la pluie battante. Le cheval était toujours là un peu plus loin, mais couché, grelottant, blessé et apeuré, du moins par le bruit de l’orage. L’enfant s’approcha doucement pour l’examiner. Il avait souffert d’égratignures sur le flanc, rien de bien grave à première vue.

« Il a peur et il est fatigué, il ne va pas vouloir se lever : il faut le réconforter. »

La jeune demi-Elfe flatta l’encolure de l’animal et lui chuchota longuement à l’oreille. L’animal répondit par des gémissements et des mouvements de tête. Elle revint vers Larme pourpre pour lui dire :

« Il a compris mais il doit prendre sur lui maintenant. Attendons un moment qu’il se décide, il ne bougera pas si on le force. »

Tyra se rappela qu’elle voulait aller vers le royaume humain et qu’elle était venue sur cette route pour cela.

« Au fait, tu n’allais pas en direction du royaume humain par hasard ? Il se trouve que j’aimerais y aller moi aussi. Est-ce bien la bonne route ?
Revenir en haut Aller en bas
Larme pourpre
Humain
avatar

Nombre de messages : 9680
Âge : 32
Date d'inscription : 29/05/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 (16 d'apparence)
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   Mer 6 Juil - 12:30

Une Elfe hein ? Larme pourpre avait déjà rencontré une éclaireuse qu’il avait eu tôt fait de maîtriser avant de discuter. Aujourd’hui, voilà que la situation s’inversait presque, c’était même de son initiative ! Etrange, son comportement semblait évoluer : moins de méfiance éprouvée, moins d’appréhensions depuis son intégration dans la guilde, la vie lui semblait plus facile à interpréter.

* Ty|:a ? .|’ahwé|:ia ? *

Tyra n’était-ce pas le nom de la déesse des morts ? Déesse à laquelle on associe généralement l’élément eau ? « dalwéria » ou « d’alwéria » devait être de l’elfique, aucun idée de la signification, peut-être un titre du genre « la magnifique »…
Etant donné qu’on lui avait dit que les dieux étaient descendus sur Miradelphia lors de l’éclipse mais vu qu’on ne lui avait pas annoncé qu’ils étaient repartis, Larme pourpre envisagea la possibilité que la personne en face de lui fût l’incarnation de Tyra. Après tout, les coïncidences allaient en ce sens : son nom, sa magie et l’orage pour l’ambiance, … Mais que ferait-elle dans un endroit pareil ?

Elle lui déclara qu’elle se fichait complètement de sa présence mais elle lui proposait tout de même de vérifier l’état de son cheval. Larme pourpre la prit au mot sans bien comprendre ses intentions. L’assassin avait constaté à quel point elle était dangereuse, pourtant, dans l’immédiat, elle inspirait vraiment confiance alors passer devant et lui tourner le tos semblait sans danger bien que le risque « 0 » n’existe pas.

Le cheval était toujours là, couché dans la gadoue. Il n’avait pas l’air blessé et devrait pouvoir repartir rapidement, mais Larme pourpre ne s’y connaissait guère en la matière et lorsque Tyra eut terminé de l’examiner, ne put que la croire sur parole lorsqu’elle lui annonça qu’il fallait le réconforter. Elle avait l’air de savoir s’y prendre alors autant la laisser faire.

Tyra était impressionnante, accroupie à côté du cheval, le caressant et lui murmurant à l’oreille tandis que la pluie tombait toujours, parsemée d’éclairs moins fréquents et de tonnerre plus lointain, indiquant que l’orage s’éloignait.

Après quelques minutes, Tyra lui annonça qu’il fallait attendre que le cheval se décide. Larme pourpre ne comprit pas pourquoi. Le cheval n’est-il pas sensé obéir aux ordres qu’on lui donne ? Il a été éduqué pour ça. Mais apparemment il ne voudrait pas bouger si on le forçait. Qu’entendait-elle par là ? Larme pourpre n’avait pas l’intention de le torturer tout de même ! Combien de temps faudrait-il attendre pour qu’il se décide à se lever ? Ce n’était pas le moment de faire la sieste comme ça sous la pluie et au milieu de la route ! La route… Etait-ce bien celle menant au royaume des humains ? Oui bien sûr ! En tout cas d’après sa carte. Larme pourpre hocha la tête pour le confirmer.

Attendre ainsi n’était pas très agréable. Même si la pluie s’affaiblissait, l’eau avait pénétré ses vêtements, sa cape étant très peu étanche. L’air n’était pas froid mais son corps humide grelottait tout de même, l’obligeant à bouger sans cesse, ne serait-ce que pour faire les cents pas en essayant de réfléchir. Mais même réfléchir était difficile : trop d’images vagues, trop de bruit, trop de méfiance. Puis, soudain, le cheval sembla en avoir marre lui aussi et se releva soudainement avant de s’ébrouer puis de tourner la tête vers eux un instant pour les regarder.

Enfin ! Larme pourpre s’approcha et lui saisit les rennes. Il valait mieux ne pas brusquer l’animal et ne pas se tenter à des acrobaties alors que tout était glissant alors l’assassin posa le pied sur l’étrier avant d’enfourcher le dos de l’animal. Puis, sans se poser vraiment la question sur son geste soudain mais peut-être pour lui rendre son service, Larme pourpre tendit sa main à Tyra pour l’inviter à monter.
Revenir en haut Aller en bas
Tyra Dalwéria
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 111
Âge : 32
Date d'inscription : 24/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 (12 d'apparence)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   Mer 20 Juil - 15:43

Tyra n’était vraiment pas pressée, mais malgré ses réticences, elle appréciait d’avoir de la compagnie. Elle avait assez de se parler à elle-même et de se perdre dans son imaginaire ; le monde lui semblait plus réel lorsqu’il y avait des animaux ou des humains alentour.

Larme pourpre, cet individu des plus singuliers dont elle peinait à déterminer l’âge mais qui ne lui semblait pas tellement plus âgée qu’elle en apparence de par son grain de peau lisse et sa carrure vraiment très svelte malgré son mètre soixante environ. Ses yeux trahissaient un mélange de sang, comme le sien.Iil était donc peu étonnant, à son avis, qu’un individu si jeune, comme elle, se promène seul. Et quand était-il de son sexe ? Encore plus difficile à définir que son âge… Remarque, si cet individu avait à peu près le même âge qu’elle, plus sans doute, sa taille respectable et non définitive pouvait laisser supposer à une fille, étant donné qu’elles sont sensées grandir plus vite que les garçons. Mais à l’inverse, comme son âge était très incertain, surtout avec son visage masqué de la sorte, cela pouvait tout aussi bien être un garçon…

Bref, le voilà en train de lui tendre la main pour l’inviter à monter sur son cheval. Devait-elle accepter son offre ? … Mais tout lui disait de ne pas le faire. D’une part tous les risques possibles et imaginables, toutes les choses horribles qui pouvaient lui arriver, d’autre part sa magie difficilement contrôlable qui était cette fois un risque pour cette personne. En effet, obligée de la tenir, elle allait irrémédiablement lui drainer sa chaleur pour réguler sa propre température, car mine de rien elle était trempée jusqu’aux os et sa robe légère lui collait à la peau. Heureusement qu’il faisait sombre... Mais en y réfléchissant, le cheval allait subir le même sort, sauf que lui le supporterait mieux, non seulement car il était plus volumineux mais surtout car il serait en plein effort… En fin de compte c’était idéal, surtout pour le cheval ! Il lui suffisait juste de se concentrer un tout petit peu pour orienter le flux d’énergie entre eux et non avec Larme pourpre… Une idée très intéressante mais qu’elle n’avait jamais expérimentée. Rêveuse comme elle était, il fallait juste croiser les doigts…

La main était toujours tendue vers elle, cela faisait quatre ou cinq secondes (ou plus ?) et sa propre main hésitait en suspend.

*Qu’est-ce que je fais ? J’ai peur, je ne veux pas ! Je n’ai aucune raison de le suivre et puis je ne suis pas pressée…*

Mais quelque chose d’autre en elle la fit agir malgré ses pensées. Sa main se posa soudain dans celle de Larme pourpre qui resserra sa prise.

*Et puis zut !*

Tyra posa son pied dans l’étrier que Larme pourpre avait libéré pour elle puis, s’aidant de sa prise, sauta en amazone sur la croupe du cheval. La place était limitée malgré sa petite taille. Elle avait intérêt à bien se tenir et elle ne se le fit pas dire deux fois. Tyra agrippa Larme pourpre à bras le corps. Sa main accrocha quelque chose de dur sous la tunique au niveau de la poitrine et fut vite dégagée un peu plus bas où elle alla saisir le rebord opposé de la cape.

Bon, tant pis, elle n’y avait pensée qu’après coup mais elle aurait pu en profiter pour vérifier distraitement s’il y avait quelques formes féminines mais ce n’était pas quelque chose qui se faisait.

Larme pourpre fit avancer le cheval, d’abord au pas, puis au petit trot pour éviter de le fatiguer, car il avait déjà besoin de repos. Bientôt, ils arriveraient dans un village pour y passer la nuit. Au moins, Tyra dormirait au sec. Le lendemain sûrement, ils se sépareraient. Pour l’heure, il fallait espérer qu’il n’y ait pas d’autres problèmes qui surviennent en route. Quoi qu’avec ce temps de chien, c’était peu probable…

[RP Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Une route qu'il aurait mieux valu éviter [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Event:Noël] Le jour où il aurait mieux valu rester couché(e)
» [1625] Il y a des jours où on aurait mieux fait de rester au lit.
» Il aurait mieux valut que tu ne t'attarde pas. Je déteste les filles !
» Tant mieux si la route est longue... ?
» Galaad - Mieux vaut se méfier de l'eau qui dort ! [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: