AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anselme de Bastylle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Âge : 28
Date d'inscription : 07/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]   Mar 28 Juin 2011 - 23:55

Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues




Citation :
"Un chien affamé n'a foi qu'en la viande" - Anton Tchekhov




Le marquis était seul sur un des balcons du Château Noir de Serramire. Cet immense château dominait l'ensemble de la ville depuis une colline sur laquelle les seigneurs avaient installé leur résidences et hôtels particuliers. Serramire apparaissait de là comme une mer de tuiles vertes et moussues. Quelques grandes bâtisses surgissaient ça et là comme face à la tempête : l'arsenal du marquisat, la cathédrale à la gloire de Néera et la forteresse de Castel Tolbioc au loin, au delà des faubourgs. En cette saison d'automne, le parc de Neumann était comme une trouée grise dans la large concentration d'immeubles, masures, maisons et hôtels particuliers. Le marquis poussa un soupir : la ville était sur le point d'exploser depuis peu. Seule une sérieuse reprise en main pouvait faire rentrer les choses dans l'ordre. Avec une main de fer.

Et joignant le geste à la parole, Anselme posa sa main d'acier sur la balustrade. Une petite merveille de mécanique du Sud. Il pouvait même tenir les rênes de son cheval. Sa main d'épée avait en effet été emportée depuis peu lors d'un féroce combat contre des pillards drows à Haanhardt non loin de Froissart. Une sale blessure à la main, probablement empoisonnée aux dires des guérisseurs, qui n'avaient pu que se résoudre à amputer le membre déjà rongé par la gangrène. En contemplant cette nouvelle part de lui même, le marquis songea justement qu'un des protagonistes de l'affrontement, Norman dit le Terrible, le colosse d'Uberwald, avait audience avec lui le jour même. Au loin, le beffroi du quartier des marchands sonna quatorze coups. C'était l'heure. Faisant tournoyer sa lourde cape ocre, le marquis tourna et rentra dans la salle du trône.

Il s'asseya alors dans le trône ducal de Serramire, surélevé dans la grande salle. Toute marque relative aux Séraphins y avait été gommée, comme pour faire oublier le passé séditieux du duché, qui en avait d'ailleurs payé les frais en devenant marquisat.

Un homme voûté traversa à pas lent la salle avant d'arriver auprès du marquis, devant lequel il s'inclina : il s'agissait du chancelier de Serramire, François de Sûlles, un homme capable et assez averti en politique, qui conseillait efficacement le marquis depuis son arrivée au pouvoir :

« - Le seigneur d'Uberwald est là Votre Grâce »

Par l'usage de cette formule d'adresse, il faisait part d'un sentiment largement répandu chez les soutiens d'Anselme : il n'était marquis que par la volonté des hommes, par la grâce des Cinq il était assurément duc. De Bastylle raffermit sa prise sur son trône et ordonna qu'on fasse entrer le visiteur.

Le marquis avait pour lui une proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Norman le Terrible
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 249
Âge : 116
Date d'inscription : 28/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]   Ven 5 Aoû 2011 - 2:43

    Dans la contrée lointaine d'Uberwald, loin des fêtes estivales du Sud, Norman lisait une missive de son Seigneur le Marquis. Celui-ci l'invitait à le rendre visite à la capitale même de feu le duché, Serramire.

    C'est ainsi, que celui-ci prit la route y menant le lendemain même accompagné d'une demi-centaine de cavaliers armés. Le colosse d'Uberwald était au courant des troubles chez son voisin, et ne douter pas que cela serait à ce propos que le Marquis s’entretiendra avec lui. Il avait déjà eu affaire avec lui, à Serramire même, où des drows en raids en territoire avancé leur ont barré la route. Malheureusement pour les hommes, le village fut pratiquement entièrement dévasté mais Norman lui, s'y amusa.

    La délégation arriva quelques jours plus tard à la capitale. Tout le long du trajet, paysans et manants levés les regard vers cette suite d'Oësgard qu'ils ont rarement l'habitude de voir là, d'autant plus que la stature du géant à leur tête en glaçait plus d'un. Norman était conscient de l'importance de l'entretien qui allait suivre, s'il pouvait avoir le soutien du Marquis, le chemin vers le trône baronale n'en serait que raccourcit.

    Ce fût en une longue procession de deux cavaliers côtés à côtes sur 26 rangés avec le seigneur à la tête qu'ils pénétrèrent la Forteresse de Serramire. Les gardes d'Uberwald restèrent dans la cour alors que Norman suivait un homme voûté à l'intérieur, celui-ci au bout de quelques couloirs lui demanda d'attendre derrière de grandes portes avant de l'annoncer. Lorsque ce fut fait, Norman pénétra la salle du trône et avança d'un pas rapide jusqu'au trône anciennement ducale. Là, il s'agenouilla en posant un pieds à terre et inclina la tête.

    - Mon Seigneur.

    Il se releva ensuite, et de sa haute taille croisa le regard du Marquis contesté.

    - Que puis-je pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Anselme de Bastylle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Âge : 28
Date d'inscription : 07/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]   Ven 5 Aoû 2011 - 12:15

La vue du colosse d'Uberwald ne manqua pas d'impressionner une nouvelle fois Anselme. Le gaillard méritait le statut de demi-géant. Le marquis n'était pas mécontent d'avoir son trône surélevé pour compenser sa maigre taille vis à vis de Norman. Anselme fixa son interlocuteur dans les yeux avant de lui sourire :

« - C'est un plaisir de vous voir ici Norman d'Uberwald. J'étais certain que vous ne manqueriez pas à mon appel, vous êtes un vaillant homme, et honorable. Vos faits d'armes contre les Sombre il y a un mois de cela en sont une autre preuve. J'ai besoin d'homme de votre trempe. Venez donc voir »


Anselme descendit de son perchoir et se dirigea vers une table située sous les voûtes latérales de la grande salle. Une grande carte de parchemin de Serramire et ses dépendances s'y trouvait, réalisée avec un souci de détail qui n'échappait pas à l'œil averti. Le marquis se tourna vers son vassal :

« - Vous devez être au fait que j'ai quelques problèmes de politique intérieure Norman. La situation est des plus tendues, et ne se joue pas que dans la ville. François, si vous voulez bien ? »


Le discret fonctionnaire en retrait se rapprocha alors de la table, et redressant ses lorgnons sur son nez busqué, avant de désigner une suite de routes au nord est du duché :

« - L'opposition menée par Aymeric de Brochant, c'est indéniable, et très probablement Victoire de Lourmel de même, est en train de s'organiser au delà de nos premières peurs. Ils s'arment. Nos patrouilleurs interceptent des convois de contrebande par toutes les frontières du duché. En effet, nos arsenaux sont très surveillés et nous contrôlons très strictement les fournisseurs classiques. »

Anselme interrompit alors le discours de son chancelier :

« -Connaissez vous la maîtrise des nains pour la mécanique Norman ? Jugez par vous même. »

Le marquis retira alors le gant noir qui couvrait sa main gauche pour relever une main entièrement métallique. De Bastylle joignit alors ses doigts les uns après les autres, avant de dégainer sa dague de cette main artificielle, véritable chef d'œuvre d'artisanat nanique.

« -Une pure merveille non ? »

De Sûlles se redressa alors pour s'adresser directement à Norman.

« - L'opposition compte faire passer un important convoi d'armes dans quelques jours par la frontière nord-est. Notre informateur nous a appris qu'il s'agit de caisses entières d'une arme redoutable : des arbalètes à répétition naines. Faciles à utiliser, pratiques, avec une cadence de tir effroyable. Si elles tombent entre les mains de l'opposition, c'est une véritable catastrophe pour nous. »

Un voile sombre passa sur les yeux du marquis et du chancelier, avant que ce dernier ne reprenne :

« - Nous nous méfions même de nos propres hommes, c'est pourquoi nous vous confions la mission d'intercepter ce chargement, et de le détruire sur place. Nous ne pouvons nous permettre de voir de telles armes en circulation dans le duché. Le convoi passera dans trois jours au carrefour de l'Arbre-sec, ici même. »

Le chancelier entoura alors d'un trait de charbon noir un croisement de routes au nord du duché, en pleine forêt. Anselme se chargea d'achever :


« - Prenez une vingtaine de vos meilleurs hommes, équipez vous légèrement et tendez une embuscade au lieu dit. L'escorte du convoi devrait être d'une trentaine d'hommes au maximum. Profitez de l'effet de surprise. Si vous menez à bien cette mission, je saurai me montrer très reconnaissant Norman... »

Revenir en haut Aller en bas
Norman le Terrible
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 249
Âge : 116
Date d'inscription : 28/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]   Sam 6 Aoû 2011 - 2:55

    Lorsque Anselme lui sourit, Norman n'en fit pas de même et garda son expression de marbre. Il y a un mois de cela, il avait combattu aux côtés du Marquis contre une bande de drow qui s'était aventuré profondément en Serramire. Le carnage qui y eu lieu n'avait fait que ravir le colosse que la quantité de sang versé faisait jouir. Le Maitre des Lieux l'invita à le suivre vers une table, et dès qu'Anselme descendit de son perchoir la différence de taille se fit plus sentir. Ils étaient devant une carte de Serramire correctement cartographié.

    - En effet, j'en ai entendu parler. Mais la situation ne pouvait que être tel après pareilles évènements. La tête du serpent qui menace votre nid doit être coupé.

    Le chancelier se rapprocha ensuite et leur montra des routes tout en donnant le nom de ceux qui était à la tête de cette rébellion. Ces derniers s'arment, des armes dont certaine sont en provenance sans doute d'Oësgard même, du marché noir. Norman savait que son suzerain allait lui demander de prendre partie, s'il devait l'être ca serait du côté des gagnants et il ne faisant aucun doute que les rebelles allaient perdre.

    Anselme interompit son chancelier pour lui demander s'il savait quelque chose à la mécanique naine. Il ne répondit pas mais regarda De Bastylle retirait son gant et lui montrer une main métallique apparemment créer par des nains.

    - En effet, un bel bijoux.

    Il lui apprit ensuite, que l'opposition avait en sa possession des caisses d'arbalètes naines puis le chancelier lui apprit la nature de sa mission. Même si les yeux de Norman ne le trahissait pas, il ne comptait pas détruire ces armes mais plutôt les acheminés jusqu'à Nebelheïm. Il regarda l'endroit où devait avoir lieu l'embuscade et écouta les instructions qui suivait. Lorsque Anselme lui révéla qu'il serait récompensé, il sourit alors pour la première fois, c'était tout ce qu'il espérait.

    - Bien, considérez donc cela comme chose faîtes, et si Aymeric ou Victoire participe au convoi considérez les également comme mort. Si c'est tout, permettez vous de me retirer dans l'une des chambres afin de me reposer et établir une stratégie.
Revenir en haut Aller en bas
Anselme de Bastylle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Âge : 28
Date d'inscription : 07/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]   Ven 19 Aoû 2011 - 11:51

Trois jours plus tard, peu après l'aube...

Norman et vingt de ses hommes équipés pour une opération d'embuscade se trouvaient au cœur du cercle formé quelques tentes au cœur des bois de Serramire, non loin du carrefour de l'Arbre-Sec. Le carrefour de l'Arbre-Sec était un passage funeste et que les voyageurs superstitieux évitaient. Situé au plus profond des forêts serramiroises, son nom dérivait de la potence qui s'y dresse , où les patrouilleurs frontaliers pendent les contrebandiers pris sur le fait sans jugement. « On le pend d'abord, ensuite on le jugera », telle était la sarcastique logique des patrouilleurs-douaniers de Serramire.

C'était à ce croisement de quatre routes boueuses, en cet automne pluvieux, que devait passer le convoi d'arme de l'opposition. Norman avait pu repérer les lieux la vieille : quatre chemins qui se croisaient en une clairière, bordées de toutes part par une épaisse forêt. Le convoi arriverait logiquement par le chemin du nord. Après aperçu des lieux de l'embuscade, le seigneur d'Uberwald revint à ses hommes avec son plan en tête, dont les grandes lignes avaient déjà été élaborées à Château Noir.

Un homme différait de la rude garde de Norman. Il s'agissait d'un lieutenant du marquis. Jean de Carleon, ambitieux banneret de Serramire. Il avait ses premières armes lors de la guerre civile, aux côtés d'Anselme, son mentor et protecteur. Âgé d'à peine vingt ans, c'était un valeureux combattant, et avant tout, doté d'une intelligence peu commune qui lui avait permis de survivre plusieurs mois dans le nid de vipères qu'était la cour ducale. Anselme l'avait mandaté pour accompagner et conseiller Norman. Officieusement, c'était aussi pour le surveiller en cas de fourberie.

Le jeune homme s'avança vers le seigneur d'Uberwald :

«- Le convoi devrait arriver sous peu. Quelles dispositions devons nous prendre monseigneur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pamphlets et surins à Serramire - III : Des bâtons dans les roues [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pamphlets et surins à Serramire : Chronologie des évènements
» Pamphlets et surins à Serramire - I : La conspiration [PV-En pause]
» Pamphlets et surins à Serramire - II : L'évasion [PV]
» Et vice Versailles! Euh pardon... vive! [François]
» Un cadeau pour sa Seigneurie le Duc de Serramire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Marquisat de Serramire-
Sauter vers: