Partagez | 
 

 [Temple de Kiel] Quand Assassinat rencontre Cruauté

Aller en bas 
AuteurMessage
Salyä Ivilth
Drow
avatar

Nombre de messages : 1520
Âge : 189
Date d'inscription : 14/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  182 ans (après ellipse)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [Temple de Kiel] Quand Assassinat rencontre Cruauté   Lun 4 Juil 2011 - 11:47

Salyä avait voyagé longtemps pour atteindre le Puy d'Elda, la plus importante place-forte de son peuple, de très loin supérieur à toute autre communauté. Même Sol'Dorn, qui constituait sa principale référence en termes d'agglomérations drows, ne pouvait que tout juste être considéré comme un village à côté du gigantisme du Puy.

Elle avait fait le voyage en compagnie d'une caravane de marchand drows qu'elle avait rencontré à Sol'Dorn. Son premier obstacle avait été de réussir à ne pas rejoindre la cargaison d'esclave des marchands. Après avoir réussit à faire accepter le fait qu'elle serait plus utiles et moins dangereuses libres qu'attachées, c'est la traversée des Terres Stériles et autres marais qui s'avéra éprouvante.

Heureusement la caravane connaissait son chemin et, si le voyage ne fut pas exempts de problèmes, il ne se perdirent pas et ne subirent que très peu de déconvenues par rapport à la dangerosité de ces terres.
Finalement, au bout de deux semaines de voyages ils étaient arrivés en vue du volcan, et de la cité qu'il abritait.

L'entrée dans la cité elle-même se fit sans problème particulier, et l'assassine avait été époustouflée par la grandeur des installations. Ceci dit elle avait vite repris contenance, et laissé les marchands à leur affaires.
Elle aurait tout le temps pour profiter de sa situation une fois sa mission accomplis, pour l'instant il ne fallait pas qu'elle se laisse dominer. Surtout pas.

Elle avait donc analysé ce qu'elle savait de sa cible. C'était un prêtre de Kiel -nom qu'elle se souvenait avoir entendus, la cruauté, ou la maladie peut-être elle n'avait plus de souvenirs exacts- qui gênait la progression hiérarchique du rejeton d'une noble famille. Ceux-ci, suivant la logique drow, décidèrent de s'en débarrasser et firent pour cela appel aux Lames Dansantes -sans doute les assassins plus classiques qui résidaient au Puy ne voulait rien avoir à faire avec les prêtres. Il est vrai qu'habituellement, les Lames Dansantes ne s'en prennent pas aux religieux, mais le fait que celui-ci était voué à un dieu ''mineur'' -et sans doute aussi le fait que la famille noble avait payé très cher- avaient convaincus le Velg'larn d'accepter le contrat.
Salyä avait donc entrepris de se renseigner sur les temples, surtout celui de Kiel, la structure de la cité et sa cible -aidé pour cela par une description précise fournie par les commanditaires.

Quatre jour plus tard elle était prête à frapper. Le prêtre n'était pas un homme d'une grande importance, aussi était-il relativement aisé de l'approcher. Dire que l'abattre serait simple relevait par contre d'une douce utopie.
La plupart des moments où elle pouvait s'en approcher facilement était les heures d'ouvertures du temple, et la foule était trop importante pour pouvoir fuir facilement en cas de pépin. En dehors de ces moments, il lui faudrait se glisser dans le temple désert, ou dans les propres appartements du prêtre.
Connaissant les étranges pouvoirs dont les religieux pouvait disposer, surtout compte tenus de la spécificité de leur dieu, elle n'avait guère envie de faire cela. Mais elle ne pourrait pas non plus obtenir un cadre assez intime de façon naturel. Son plan serait plus complexe.

En général, on reconnaît deux ''écoles'' d'infiltration : la méthode plutôt classique qui consiste à ne pas être vus, ou bien les déguisements qui permettent de s'approcher de sa cible sans prendre de précaution particulière. Dans les deux cas il s'agissait de se fondre dans le décor.
Cette fois, Salyä comptait principalement utiliser la seconde. Le plus simple à priori était de s'introduire dans le temple lors d'une quelconque messe ou manifestation religieuse, habillée comme n'importe quelle autre drow.

Elle avait déjà observé le temple de Kiel et savait que celui-ci était doté de petites annexes organisées comme de minis-chapelles. Lorsque les manifestations religieuses touchaient à leur fin, les prêtres vérifiaient que le temple était bien vides, pénétrant dans chaque chapelle annexe, avant de s'occuper du rangement.
Enfin, les prêtres, il s'agissait plutôt d'apprentis de ce qu'elle avait pus en comprendre. Notamment une drow, qui semblait très jeune et inexpérimenté, s'occupaient chaque soir de certaines chapelles annexes, le travail semblait répartis de façon ordonné. La cible de l'assassinat, elle, supervisait ces tâches.
A partir de là, Salyä avait un plan. Elle attendrait dans la chapelle, s'assurant d'être seule, que la jeune prêtresse vienne la chercher. Sans savoir précisément comment, mais sans doute à l'aide d'une aiguille de Fièvre ténébreuse, Salyä la neutraliserait -sans la tuer si possible- et la cacherait dans un recoin de la pièce. Prenant ses vêtements, elle irait alors trouver le prêtre qui constituait sa cible et l'attirerait dans la chapelle annexe. Là, il lui faudrait déjà le neutraliser avec une ou deux autre aiguille, peut-être d'un poison plus virulent, elle se méfiait des pouvoirs qu'elle avait déjà observé chez certains religieux, avant de le tuer de manière sure et efficace, à savoir une lame en travers de la gorge.

A partir de là il lui faudrait quitter le temple, si possible par l'une des sorties secondaires qu'elle avait repérés de loin lors de ses visites, les vêtements de la jeune prêtresse toujours sur le dos. Ceci dit, si elle pouvait éviter de se faire voir par quiconque, cela l'arrangerait autant. En cela, le temple de Kiel l'aidait beaucoup, naturellement très sombre, même pour les standards du Puy.

Bon, ça c'était le plan de départ, mais comme on le dis ''un plan ne survit jamais au contact de l'ennemi''. Comme d'habitude, elle se sentait prête à improviser. Mais ne comptais pas le faire dans le seul but de répondre à une de ses pulsions, comme cela avait pu être le cas par le passé.

Lorsqu'elle fut prête, elle se composa une tenue simple : une longue robe noire droite, fendue sur le côté droit mais maintenue par des lacets, révélant une partie du flan de l'assassine, et une paire de botte de la même couleur constituaient sa seule toilette. Ici nul besoin d'épater, de séduire ou d'intimider, il lui fallait juste une discrétion naturelle qui l'effacerait du paysage.
Elle portait toutefois des gants longs, noirs également, dans lesquels étaient piqués une dizaine d'aiguilles chacun. Celle de la main gauche était remplies de Fièvre ténébreuse, celle de la main droite était équitablement reparties entre Poison nécrosif et Lourdeur mortelle. A cela s'ajoutait ses deux dagues, fixées à sa cuisse gauche.

Une fois prête elle se mit en route vers le temple de Kiel. Le chemin fut assez long depuis l'auberge où elle avait pris une pension pour quelques jours, il lui fallait traverser plusieurs cavités et se presser parmi la foule qui circulait dans le Puy.
Elle arriva enfin sur place, et pénétra pour la énième fois dans le temple. Naturellement, elle entra dans la salle principale au bout de laquelle se situait une statue de Kiel, entravé de chaînes et figé dans un cri de terreur. Salyä savait que de nombreux drows se sentaient émoustillés rien qu'à voir une telle représentation de la déesse, mais cela ne lui faisait pas grand chose. En règle général, elle n'accordait que peu d'importance aux dieux, préférant se concentrer sur la réalité physique.

Elle attendit patiemment que la cérémonie religieuse commence, à la satisfaction générale de tous les drows présents, puis se dirigea vers la chapelle annexe qu'elle avait repéré comme étant l'une de celles permettant l'accomplissement de son plan.
Elle y pénétra. La petite pièce ressemblait beaucoup à une simple réduction de la grande salle, la même statue de Kiel se tenait face à la porte, des bancs de pierre durs et froids permettaient au fidèles de s'asseoir et le peu de lumière qui avait été installé jetaient de grande sombres sur les murs et le sol.
L'assassine était pour l'instant seule, et elle alla s'asseoir sur le premier banc, le plus proche de la statue. La cérémonie passa lentement, elle entendit une , puis deux personnes entrées dans la chapelle où elle se trouvait mais qui restèrent assise en retrait.

Après un temps indéterminé -Salyä était encore peu habitué au monde souterrain- la cérémonie prit fin dans la grande salle, et elle entendit les murmures de la foule qui quittait le temple. Ceux qui étaient rentrés dans la chapelle sortirent aussi, la laissant seule.
Elle dut attendre encore pour que toute trace auditive de la foule s'efface, laissant place à un silence inquiétant uniquement rompus par les bruits de pas d'un prêtre de temps en temps. L'apprentie n'allait pas tarder.

En effet elle se présenta peu de temps après, une jeune drow vêtue d'une longue robe noire décorée de motifs à la gloire de son dieu. Et qui plus est doté d'une capuche, ce qui servirait beaucoup la cause de Salyä. La jeune drow s'approcha d'elle et lui demanda poliment mais de façon autoritaire de quitter le lieux.
Salyä ne dit mot, et se releva avant de se diriger vers la sortie de la chapelle. Elle n'avait pas fait trois pas que la jeune femme avait commencé à s'occuper de la statue divine. Maintenant qu'elle lui tournait le dos, l'assassine agit rapidement. Elle se retourna et, en quelques pas, fut sur la prêtresse. Un coup violent à la tempe la plongea dans l'inconscience.
Une fois sa cible neutralisée, Salyä entreprit de la dévêtir. Une fois défaite de son vêtement si peu seyant, l'inconsciente était au combien désirable, sa plastique aussi irréprochable que celle de n'importe quelle autre drow. Salyä laissa une main courir le long de son flanc, parcourir ses rondeurs, l'air songeur.
Puis elle se reprit. Que dirait Haven s'il la voyait ainsi, interrompant le déroulement de son plan pour une simple prêtresse bien roulée ? Elle se dévêtit à son tour, puis enfila la robe de la jeune prêtresse. Le seul élément de sa tenue précédente qu'elle garda fut sa paire de gants, peu visible de par leur couleur et nécessaires de par leur contenu. Une fois convenablement déguisée, la capuche masquant une bonne partie de son visage, elle sortit une de ses aiguilles de Fièvre ténébreuse et piqua délicatement le cou de la prêtresse évanouie, sur l'une des artères principales. Le produit la garderait assommée longtemps, et il n'y avait pas de risques qu'elle interfère avec ses plans.

Puis elle vint se placer à la porte de la chapelle, observant la grande salle. Sa cible l'arpentait lentement, surveillant les apprentis qui s'affairaient, comme elle l'avait prévue. Elle attendit qu'il se rapproche davantage d'elle et qu'il passe dans l'une des nombreuses zones d'ombres du temple, à où même les yeux exercés des drows peinait à percer l'obscurité. Il fallait éviter que quelqu'un la voit rentrer avec le prêtre.
Alors qu'il n'était qu'à une dizaine de mètres d'elle, elle sortit vivement de la chapelle, sans chercher à se cacher ou se dérober aux regards d'une quelconque manière. Elle aborda le prêtre, qui lui demanda aussitôt ce qui n'allait pas en reconnaissait la robe qu'elle portait. Elle lui demanda simplement de venir voir, désignant la chapelle. Il lui jeta un regard inquisiteur, qu'elle n'eut pas à soutenir grâce à sa capuche et à sa taille inférieure, puis se dirigea vers la petite pièce avant d'y pénétrer, Salyä sur ses talons.
Dès qu'elle fut à l'abri des regards, elle dégaina deux aiguilles de Lourdeur Mortelle de ses gants, et sortit rapidement sa dague, soulevant les pans de sa robe pour dégager l'arme. Entre temps, le prêtre était arrivé au premier rang et venait d'apercevoir le corps inanimé de la prêtresse, nue.

-Qu'est-ce que... furent ses seuls mots.

Deux aiguilles se plantèrent dans son cou avant de se retirer, leur venin libéré. Vif et alerte, le prêtre se retourna pour découvrir Salyä, une dague à la main et deux aiguilles dans l'autre. Il commença à incanter mais un violent mal de tête l'assaillit soudain, le faisant chanceler. Le poison s'insinuait jusque dans son cerveau, gênant considérablement tout usage des sens ou de la réflexion. Alors lancer un sort...

Voyant que sa tactique marchait, Salyä fit tranquillement agenouiller le prêtre face au mur latéral de la pièce, ayant à peine besoin de forcer, puis, resserrant la prise sur sa dague, elle lui trancha la gorge d'un geste sur et expert.
Le cadavre s'effondra lentement au sol, le sang s'échappait à gros bouillon. L'assassine aurait aimé rester là à le contempler se vider, voir faire cela tout en abusant quelque peu du corps offert à un mètre de là, mais elle n'avait pas le temps.
Essuyant sa dague rapidement, elle la remit à sa place, replaça sa capuche convenablement, puis sortit de la chapelle annexe. La grande salle était en majorité vide, seul un ou deux apprentis allaient et venaient, s'affairant sans doute à nettoyer les autres chapelles annexes.

Salyä, elle, longea le mur principale jusqu'à un couloir qui, si elle avait bien compris, la mènerait au couloir extérieur qui faisait le tour du temple, et où se situeraient donc les sorties secondaires dont on lui avait parlée.
Les informations étaient justes, car le couloir était en effet percé de quelques fenêtres qui donnaient sur la cavité du Puy. Elle ne mit pas plus de cinq minutes à trouver l'une des sorties secondaires, mais un groupe de prêtre stationnait devant, discutant tranquillement. Elle préféra donc ne pas passer par là, et continua son chemin, les saluant poliment lorsqu'elle passa à leur côté, sans qu'aucun ne daigne répondre.

Elle continua à marcher pendant un certains temps, elle était même quasiment certaine d'avoir dépassé les limites de la grande salle, ce qui voulait dire qu'elle s'enfonçait dans le temple, et dans des endroits dont elle ne connaissait rien. Elle n'était même pas sur que sa robe lui en donnait l'accès.
Une seconde sortie apparut, cette fois elle n'était pas gardée, et Salyä s'empressa d'essayer de l'ouvrir. Manque de chance, elle était fermée à clé. Elle n'avait pas prévue cela, et elle se retrouvait coincé dans un temple inconnu avec le meurtre d'un prêtre et l'agression d'une prêtresse sur les bras. Combien de temps pourrait-elle encore rester discrète ?

Elle en était là lorsqu'elle entendit une groupe de personnes venir dans sa direction. Ils n'étaient pas spécialement rapide, ni spécialement agité de ce qu'elle ne percevait, mais elle n'était pas sure que croiser une simple apprentie leur semblerait normal, et elle ne devait pas éveiller les soupçons, d'aucune sorte.
Elle continua donc son chemin le long du couloir, étant bientôt contrainte de tourner à angle droit, sans doute avait-elle atteint les limites du temple. Elle n'avait plus beaucoup de choix, elle était toujours sur l'extérieur du temple et assez peu de portes lui permettaient de quitter le couloir. Et entrer au mauvais endroit lui serait peut-être fatal. Mais elle n'avait pas vraiment le choix, elle aperçut un groupe de prêtre plus loin dans le couloir, en train de discuter, et elle n'avait aucune envie de passer devant eux.
Vu qu'un demi-tour attirerait par trop l'attention, elle entra dans la première porte qu'elle croise, pénétrant dans une pièce sombre, à peine éclairée par quelques bougies. Elle ne put voir les détails du mobilier, et n'y prêta guère attention de toute façon. Elle s'avança de quelques pas dans l'étrange salle, arrivant bientôt au centre de celle-ci, attentive à ce qui se passait dans le couloir, sans distinguer la forme du drow qui l'observait.
Revenir en haut Aller en bas
Malagyrr Rilynt'tar
Drow
avatar

Nombre de messages : 23
Âge : 29
Date d'inscription : 10/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: [Temple de Kiel] Quand Assassinat rencontre Cruauté   Ven 8 Juil 2011 - 15:50

L'eau bouillante coulait sur son cuir à lui en arracher une morsure. Les uns à la suite des autres, tous ses muscles se relâchaient tandis que ses pensées virevoltaient au rythme du clapotis de l'eau contre les rebords de la baignoire. Le bain était un des rares instants de plénitude qu'un être pouvait s'offrir, toute considération de sa race faite.

Lorsqu'il ouvrit les yeux, Malagyrr distingua en premier les volutes de vapeur qui torsadaient au-dessus du bain, puis de porter une attention plus appuyée aux reflets rouge orangé qui dansaient sur les murs, que trois bougies allumées sur une commode s'amusaient à proférer. La pièce se voulait rustre, simple cube de pierre couleur charbon avec pour sol un revêtement de marbre noir nervuré ici et là de cendre. Il ne lui en fallait guère plus pour se sentir à son aise.

Au sortir de la baignoire, Malagyrr se dirigea vers la commode, répandant une traînée d'eau derrière lui, pour y saisir la serviette qui servit à nettoyer son corps ruisselant d'eau. En guère plus d'une minute, il en finit de cette tâche et s'occupa d'enfiler une chainse en lin noir par dessus laquelle il vêtit une cotte longue ajustée au corps, dont les coutures imitaient les écailles d'une peau de dragon et dont le col était de dentelle noir. Le tout fut parachevé d'une mince ceinture et d'une cape de velours noir attachée à l'épaule droite par une broche en argent à l'effigie d'une tête de corbeau.

Peigné de la tête au pied, il quitta le calme de ses appartements privés pour le tumulte des hauts couloirs du temple. A son passage, les prêtres autorisés à circuler dans ces hautes tours, s'inclinaient respectueusement ; respect auquel Malagyrr ne répondait que d'un simple regard. L'un d'eux se permit d'ailleurs de l'aborder en plein couloir, un drow sur qui pesait presque un millénaire d'existence et que Malagyrr tenait pour second.

«
La cérémonie est sur le point de commencer mon seigneur, le prêtre Helvirret s'est finalement désisté, Welvuit s'est proposé de la présider à sa place. »

Malagyrr acquiesça, sobrement, tandis que son second relayait l'accord à un prêtre plus jeune qui se volatilisa dans la foulée. Les deux drow descendirent ensuite une série d'escaliers et débouchèrent dans un nouveau jeu de couloirs circulaires dont les murs étaient décorés de meurtrières qui offraient une vue imprenable sur la grande salle située moins d'une dizaine de mètres plus bas. Drapés de silence, ils observèrent attentivement la foule s'amasser devant le prêtre Welvuit, dont la silhouette obscure pouvait rivaliser de largeur avec n'importe quel guerrier surentraîné. L’œil avisé de Malagyrr nota l'échappée d'une silhouette vers la chapelle annexe, mais n'y accorda d'avantage de crédit que la voix tonitruante du prêtre Welvuit annonçait les prémisses de la cérémonie.

L'heure s'écoula sans heurt et avec elle le récital de Welvuit. Satisfait, Malagyrr envoya son second porter ses compliments au nouvel orateur du cercle de Kiel. Puis se penchant sur le bord ciselé de la meurtrière, il observa la foule se recueillir et déserter peu à peu les lieux. Quand plus aucun fidèle ne garnit les bancs de la Grande Salle et qu'il ne se sentit plus d'aucune utilité, Malagyrr voulut tourner les talons quand tout son corps se figea, interpellé par ce que ses yeux d'ambre venaient de remarquer. A sa longue chevelure blanche nouée en une longue traîne où scintillait l'argent, il reconnut l'allure d'Helvirret Everhurden, debout, visiblement en forme. A le découvrir ainsi, Malagyrr se demanda pourquoi l'insolent s'était permis de ne pas présider la cérémonie d'aujourd'hui s'il ne souffrait d'aucun mal apparent. Une seconde silhouette se dessina à son côté et l'entraîna dans la chapelle.

Curieux de connaître le fin mot de l'histoire, Malagyrr rejoignit un autre pan du couloir où les meurtrières donnaient sur la petite chapelle à l'intérieur de laquelle Helvirret venait de disparaître. Le spectacle fut saisissant. Un corps gisait nu sur le sol, et celui d'Helvirret ne manqua pas de le rejoindre dans la foulée, sous l’œil insensible de Malagyrr. Un assassin avait investi son temple, venait d'abattre vraisemblablement deux de ses prêtres, mais il n'en ressentait aucune frustration, tout juste une pointe d'amusement. Helvirret était un moins que rien, sa mort était méritée. Quant à l'autre, Malagyrr n'avait pas la moindre idée de son identité. Si ces meurtres prématurés venaient de souiller le marbre de son temple, il ne pensait plus qu'à mettre la main sur l'assassin, jurant qu'il en gagnerait plus à le rencontrer qu'à débarrasser la chapelle de deux corps inertes.

Tournoyant dans un ample mouvement de cape, il disparut des hauts couloirs et sur le chemin donna quelques consignes à son bras droit qui était réapparu pour lui porter les remerciements de Welvuit. Les consignes se voulaient simples et concises: bloquer subtilement tous les accès de l'aile est et ne déverrouiller que la porte de la réserve. Lui-même rejoignit la réserve par un chemin détourné, serpentant entre couloirs annexes et portes dérobées, y alluma quelques bougies, sortit un bout de viande séchée de Ralir et un couteau aiguisé des armoires, et s'assit dans un coin sombre de la pièce en attendant sa proie.

Quand celle-ci entra, le regard de Malagyrr s'anima d'une lueur vivace et froide. Il jugea rapidement la silhouette de son invité et sourit pour lui-même, ses fines lèvres à peine retroussées. Il délaissa son bout de Ralir, planta violemment le couteau dans la table, et applaudit à deux mains, joueur.

«
Beau travail, dit-il d'un ton cajoleur. Qu'il m'est plaisant de voir le sang couler dans mon temple, qui plus est d'une main qui m'est parfaitement étrangère. Permettez toutefois que je vous conseille l'artère fémorale coupée en biais plutôt que la jugulaire d'un coup net. Le sang ne se répandra que moins aisément et vous aurez tout à loisir de laisser pourrir le corps dans un endroit reculé sans laisser de traces derrière vous. »

Il alluma la bougie posée au centre de la table, révélant ainsi à son invité mystère son visage quasi inexpressif aux traits si subtilement dessinés.

«
Un peu de Ralir ? »

La question était plus prononcée sur le ton de la rhétorique que celui de l'invitation.

«
Prenez une chaise. Je suis sûr que vous prendrez le temps de bavarder un peu. »

Revenir en haut Aller en bas
Salyä Ivilth
Drow
avatar

Nombre de messages : 1520
Âge : 189
Date d'inscription : 14/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  182 ans (après ellipse)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Temple de Kiel] Quand Assassinat rencontre Cruauté   Ven 8 Juil 2011 - 21:47

Salyä était encore concentré sur le couloir lorsque le bruit du couteau se plantant dans le bois se fit entendre. Elle se retourna soudainement, vive et alerte, pour enfin découvrir la silhouette qui l'observait.
Elle s'en voulut instantanément de ne pas l'avoir remarqué plus tôt, mais même en sachant qu'elle était là elle avait du mal à distinguer ses traits. C'était un drow, elle n'avait pas besoin de le voir pour le deviner. Il l'applaudissait d'une manière qu'elle ressentit comme moqueuse.

-Beau travail. Qu'il m'est plaisant de voir le sang couler dans mon temple, qui plus est d'une main qui m'est parfaitement étrangère. Permettez toutefois que je vous conseille l'artère fémorale coupée en biais plutôt que la jugulaire d'un coup net. Le sang ne se répandra que moins aisément et vous aurez tout à loisir de laisser pourrir le corps dans un endroit reculé sans laisser de traces derrière vous.

Il avait donc assisté à l'assassinat perpétré quelques minutes plus tôt. Ou on lui avait rapporté la chose. Non, il avait parler de voir, donc c'est qu'il était là en personne. Comment ?
Peu importait. Apparemment il l'avait attendus, il avait eu le temps d'installer les quelques bougies de la pièce et celle qu'il venait d'allumer face à lui, révélant ses traits.

Inexpressifs était le mot parfait. Le visage que pouvait observer Salyä était plus semblables à un masque qu'à un véritable visage, vide de sentiments et d'expressions. Les yeux étirés et les étranges marques autour de ceux-ci renforçaient cette impression.
Quant à ses vêtements elle ne pouvait en distinguer les détails, une simple bougie ne repoussait pas assez les ombres pour cela. Mais elle se doutait qu'elle faisait face à quelqu'un d'important.

-Un peu de ralir ?

Il lui proposait... de la viande ? Le ton en était tellement neutre que ça cachait quelque chose. Peut-être qu'elle faisait preuve d'un peu de paranoïa, mais quand on est bloqué au milieu d'un temple inconnu face à un type qui sait que vous avez assassinez son confrère, on reste généralement très prudent. Après tout, les usages du poison étaient multiples.

-Prenez une chaise. Je suis sûr que vous prendrez le temps de bavarder un peu.

Joli ordre déguisé. Elle n'avait guère le choix, et s'asseoir sur une simple chaise n'avait que peu de chance d'être dangereux.
Elle avisa la première chaise qui lui tomba sous la main, l'attrapa et l'amena près de la table où était assis son interlocuteur. Elle ne se mit toutefois pas tout à fait face à lui, si un quelconque piège automatique était installé il la raterait peut-être.

Pendant ce temps, elle était resté muette, attendait de comprendre un peu plus ce qu'il se passait ou d'être forcé de parler. Elle s'installa sur sa chaise, immobile et rigide, les bras et les jambes croisés. Ses deux yeux rouges le fixaient sous sa capuche, deux rubis, seuls éléments de son visage visible si l'on exceptait les quelques cheveux immaculés qui dégringolaient sur son torse, coulaient sur les formes de sa poitrine à peine dissimulé par l'ample robe de prêtre.

Elle ne pouvait s'empêcher de se demander ce que ce type pouvait lui vouloir. D'accord elle avait tué un prêtre, peut-être pensait-il qu'elle avait tué une prêtresse, mais si il voulait juste se venger il aurait été plus simple de la faire abattre de trois carreaux d'arbalètes dans le dos. Il en aurait sans doutes eus les moyens s'il l'avait voulus. Ce qui signifiait donc qu'il ne l'avait pas voulus. Mais la raison de ce choix lui échappait.
Sans doute désirait-il connaître le commanditaire de l'assassinat. Il allait être déçus, elle ne le connaissait pas précisément. Peut-être désirait-il savoir ce qu'elle avait utilisé, ou d'autre choses qui pouvait lui échapper. Ou juste souhaitait-il s'assurer qu'une personne qui avait réussit à assassiner quelqu'un dans son temple ne le réussirait pas de nouveau. Une sorte de sécurité donc.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Temple de Kiel] Quand Assassinat rencontre Cruauté   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Temple de Kiel] Quand Assassinat rencontre Cruauté
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Chavez soupconne une tentative d'assassinat contre sa personne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda-
Sauter vers: