AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La route continue toujours | Pierrick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sirya
En attente de validation..
avatar

Féminin
Nombre de messages : 96
Âge : 30
Date d'inscription : 01/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: La route continue toujours | Pierrick   Lun 25 Juil 2011 - 18:29

C’était la meilleure chose a faire. Du moins tentait elle de s’en convaincre. Quitter Méca…Jamais elle n’aurait cru le faire un jour. Jamais. Et pourtant, ne voyait elle pas le port de Sharas droit devant elle alors que le bateau s’approchait des cotes. Un sourire ironique recourba ses lèvres parfaites alors qu’elle s’appuyait contre le bastingage. Méca allait lui manquer. Gabriel allait certainement lui manquer, beaucoup trop. Elle regrettait, comme elle l’avait prédit, mais savait aussi que c’était sans doute la meilleure décision possible. Il n’était que blessé dans sa fierté, ça lui passerait, il continuerait son chemin sans se soucier des autres et elle…Au moins ne verrait elle pas ça. C’était une mince victoire quelque part. Il n’aurait jamais été capable de lui donner ce qu’elle avait fini par attendre de lui, alors…au moins limitons les dégâts et gardons la fierté sauve.

Mais la fierté ne réchauffait pas par les longues nuits d’hiver. Elle était habillée chaudement, le vent glacial du large s’engouffrait dans ses boucles avec force et cela la fit frissonner. Un mousse passa prêt d’elle, elle n’y fit pas attention, son sac a ses pieds, sa dague a sa hanche, elle regardait la terre s’avancer, coupant désormais tout les ponts qui avait pu la relier a Méca. Sa mère s’était montrée surprise de sa lettre mais n’avait rien dit, elle lui avait tout simplement assuré qu’elle serait toujours la bienvenue auprès d’elle. Cela avait suffit a Sirya, mais si elle savait sa mère pas dupe du tout. Après tout, elle rentrait seule. Et non maman, ce n’était pas demain la veille que tu marierais ta fille ! Cela dit, Luinil ne se priverait pas pour souligner le caractère très…lâche de ses actes sur le coup. Tant pis, ce serait un mauvais moment a passer.

Finalement, elle se baissa, attrapa son sac et le jeta sur son épaule tandis que le navire amarrait. Il n’y avait de toute façon, pas de retour possible, ni envisageable. Méca était morte. Elle ne voulait pas s’enterrer, elle. Alors quitte a faire, autant tout plaquer et recommencer ailleurs, même si elle y laissait bien plus qu’elle ne le croyait. Elle tourna les talons, enjambant gracieusement une corde épaisse enroulée sur elle-même avant de descendre du navire. Il lui fallait trouver un cheval et un bon, elle y mettrait sans doute le prix mais qu’importe. Estimant que passer par Thaar était trop dangereux, elle avait préféré faire un détour par la Péninsule, c’était sans doute plus sage.

Marchant d’un bon pas le long du port, martelant le sol de ses bottes, elle se dirigea sans faiblir vers une auberge où l’on saurait sans doute la renseigner et sans doute pourrait elle manger en même temps. Sauf que la dite auberge était pleine a craquer et qu’elle n’eut de place qu’en face d’un inconnu. Plutôt grand, svelte, bel homme sans doute et, même si cela n’était pas dans ses habitudes d’engager une conversation quelconque, là, elle le fit, dans un but bien précis.

« Dites moi, savez vous où je peux trouver un marchand de chevaux dans le coin ? »

Sa voix était neutre, ni froide, ni enjouée, ni chaude et engageante. Sans doute sa mère l’aurait engueulé a ce sujet si elle l’avait vu faire.

Revenir en haut Aller en bas
Pierrick Savoran
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 114
Âge : 28
Date d'inscription : 05/11/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: La route continue toujours | Pierrick   Jeu 18 Aoû 2011 - 19:34

Pour la première fois depuis bien des années, ses pas le conduisaient bien loin d’Odelian et d’Escault, sans ordre, sans mission aucune que celle qui appartient à tout homme, vivre e survivre au temps. Sa sœur s’était éteinte en voulant donner la vie… Ce qu’on avait perçu comme un miracle de la Déesse tandis que la Malenuit avait couvert le monde n’avait conduit qu’à la mort sans créer la moindre vie.
Sa sœur morte, la Comtesse disparue, il avait préféré partir, tenter de trouver un nouveau but à son existence, non sans emporter autant d’or et de vivre que possible, et dès lors, de serviteur exemplaire et dévoué, il était devenu vagabond.

Ses pas le portèrent jusqu’en Olyssea, à Sharas. Il espérait trouver là, par le biais des nombreux marchands de passage quelques rumeurs, quelques opportunités pour se refaire… Depuis sa capture récente, c’était une nouvelle situation où il se retrouvait déboussolé, incapable de planifier aussi bien qu’il le voudrait ses prochaines actions et destinations.
Il n’envisageait pas de descendre plus au sud, craignant un dépaysement trop important, comme il n’envisageait pas d’en revenir sur des terres connues, il fallait changer, tout simplement…

Pour l’heure, il s’attarda à la rapide recherche d’une auberge non loin du port, où, à défaut de trouver des renseignements qui finalement ne lui serait très peu utile, quoique… Dans tout les cas, il finit par trouver le fruit de ses recherches, et, s’y engouffrant alla au comptoir pour commander une chopine de la meilleure bière à disposition.

Après plusieurs minutes à siroter la savoureuse boisson, écoutant les mots qui s’échangeaient et observant une partie de dés à une des tables, il fut abordé et interrompu dans ses observations par une femme, apparemment jeune mais il reconnut vite les traits elfiques se fondant dans les traits humains… Avec ce genre de personne, toutes les cartes des estimations étaient balayées et il savait pouvoir être en face d’une centenaire malgré une apparence qui semblait proche de son âge.
Si elle était superbe, il nota toutefois sa froideur… Bon, ce n’était pas glacial, mais pas forcément la chose la plus engageante.

Il réfléchit à la question, mais n’avait pas vraiment fait attention, et si il avait croisé un tel marchand, il n’en avait pas le souvenir. Mais tout d’abord, et avec une politesse plus appuyé, il répondit.

« Bonsoir. »

Insistant suffisamment pour tout de même l’inviter à quelques manières de base, il n’en demandait guère plus.

« Et non, je suis désolé… Si il y en a un dans les parages, je n’y ai pas fais attention. »

Et là-dessus, par politesse autant que par galanterie, il proposa simplement.

« Je vous offre un verre ? Vu l’heure, de toute façon, vous ne trouverez pas votre bonheur avant demain. »

Revenir en haut Aller en bas
 
La route continue toujours | Pierrick
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres
» Un nouveau compagnon de route
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Baronnie d'Olyssea-
Sauter vers: