Partagez | 
 

 Une rencontre... brûlante ! [Fjama]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Mer 27 Juil 2011 - 14:44

    Tuer.

    Pour le pur plaisir d’enlever des vies, de faire souffrir. Tuer pour passer le temps. Tuer pour chasser l’ennui. Tuer pour assouvir son intarissable soif de sang.

    Shuru errait aux alentours d’Ithri’Vaan, comme il lui arrivait souvent. Il connaissait les risques qu’il courait en pénétrant dans le Royaume Humain, même s’il lui était déjà arrivé de traverser la frontière. Mais il ne voulait pas s’y risquer ce soir-là. Il avait soif. De sang. Comme toujours.

    Les étoiles illuminaient faiblement le ciel vespéral, mais la nuit s’annonçait sombre. Le temps idéal pour prendre quelqu’un par surprise. L’elfe noir s’approcha des routes menant au territoire des hommes. Peu de gens y circulaient, mais assez pour qu’on le remarquât s’il décidait d’attaquer quelqu’un. Il attendit qu’il y ait moins de gens, puis il passa à l’action.

    Abaissant son capuchon olivâtre devant son visage, il suivit subtilement un homme qui s’approchait d’Ithri’Vaan. Il était assez corpulent, mais ne semblait pas être un très grand combattant, même si une épée pendait à sa ceinture – car il fallait se montrer très prudent en approchant des territoires drows. Le vagabond franchit la courte distance qui le séparait de sa prochaine victime.

    - Heu… excusez-moi, fit-il.

    Le large individu se retourna. Il n’eut pas le temps de voir son bourreau que sa tête roulait déjà au sol. Shuru essuya la lame tachée de sang de son épée d’un pan de son vêtement qui était déjà sale, avant de la remettre dans son fourreau. Il laissa entendre un bref ricanement.

    - Bien fait pour toi, mon gros, dit-il en esquissant un sourire malicieux.

    Il donna un coup de pied sur la tête de sa victime et fit glisser son corps en dehors de la route pour ne pas qu’on ne remarquât le cadavre, le dissimulant dans les herbes hautes qui poussaient par-ci par-là des deux côtés de la chaussée, après quoi il se frotta les mains et poursuivit sa route comme si rien n’était arrivé. Son goût de tuer avait été quelque peu comblé, mais par encore complètement.

    C’est alors qu’il aperçut une jeune femme aux formes généreuses qui marchait dans la direction opposée. Il était trop tard pour que l’assassin ne se cachât de sa vue : elle l’avait probablement déjà aperçu. « Alors, pensa l’elfe noir, je te transperce immédiatement le corps ou alors je profite un peu de toi ? »

    Il opta pour la deuxième solution. Si on l’avait connu, on savait très bien qu’il était quelqu’un d’assez pervers.

    Le drow s’arrêta juste devant la jeune femme, l’empêchant de marcher plus loin. Il put constater que celle-ci avait les cheveux rouges comme le sang. « Hum… intéressant, songea Shuru. » Mais il ne porta pas plus attention à la chevelure cramoisie de la demoiselle. Il prit bien le temps de la regarder de la tête au pied. Elle était de bon goût.

    L’elfe noir l’aborda :

    - Que fait une belle dame comme vous à l’extérieur à cette heure, dans ce territoire dangereux, qui plus est ?

    Il avait pris bien soin de cacher son faciès sous son capuchon, de sorte qu'elle ne pourrait pour l’instant savoir s’il était de la race ennemie ou alors humain.


Dernière édition par Shuru Kaaltur le Mar 2 Aoû 2011 - 22:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1893
Âge : 35
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Mer 27 Juil 2011 - 20:06

Après son interlude dans le nord humain, Fjama décida de se rendre dans un endroit fréquenté régulièrement par sa coterie. Porteuse de différents messages pour ses amis, elle s’était embarqué d’un long trajet par des chemins peu fréquentés d’Ithri’Vaan, histoire d’éviter les ennuis après sa petite supercherie envers le Haut-Prêtre de Meingal. Aussi, avec prudence, elle se hâtait vers la fameuse Auberge de l’Epine Dorée. Plusieurs heures de marche rapide plus tard, ses pensées s’égaraient déjà dans les joyeuses retrouvailles à venir. Aussi, lorsqu’une silhouette lui barra la route, elle bondit lestement en arrière en découvrant un bref instant les crocs à la manière de n’importe quel félin. Avec ce vif rappel de la situation, la nuit sur un chemin connu pour ses attaques fréquentes, elle échafauda la première stratégie valable lui venant à l’esprit. Elle secoua lentement la tête et porta une main-papillon sur son cœur à la manière d’une Dame affolée.

Le temps apportait son lot de certitudes. L’une de celles de Fjama se révélait assez simple : « Homme à capuche, Flaire l’embûche ! ». Avec ce genre de ruffian, mieux valait passer son chemin tranquillement et garder le regard baissé. Hélas, il risquait de prendre cela pour une invite quelconque, voire pour une provocation. Aussi, elle étira un sourire de bon aloi.

- Ah Sire, vous tombez pour le mieux ! Je désespérais de tomber sur un galant homme pour m’escorter jusqu’à l’auberge la plus proche.

Mimant à la perfection la demoiselle en détresse, ce qu’elle était d’une certaine manière, elle se saisit du bras de l’encapuchonné coté arme et dague. Sa poitrine généreuse se pressait avec une innocence feinte contre le biceps pour trouver un semblant de réconfort auprès de son « sauveur ». Cette petite comédie dérangerait toute manœuvre martiale. En sus, elle jouait sur deux des cordes les plus sensibles chez les mâles : le sentiment de supériorité et la libido. Il n’y avait guère que les elfes pour résister à une paire de seins avenants. Mais, au vue de la carrure du clampin, s’il était elfe, il rentrerait dans la catégorie drow. Misant sur sa bonne fortune pour ne pas se retrouver entre les griffes d’un sombre, Fjama s’appuya derechef contre son flanc l’air désespéré. D’une voix suave, elle reprit son babille.

- C’est terrible, vous savez ! J’ai perdu mes compagnons et me suis retrouvée toute seule, perdue sur ces sentiers dangereux. J’ai rendez-vous avec eux à l’Epine Dorée. Vous m’y emmènerez n’est-ce pas ? Avec un gaillard solide comme vous, je n’aurais rien à craindre de vils malandrins. Bien évidemment, mon mentor se fera une joie de vous dédommager pour le dérangement une fois que nous l’aurons rejoint.

Oh ! Bien que les mensonges soient proférés d’une voix maitrisée, que la posture soit convaincante dans son apparent avilissement, les prunelles de miel luisaient d’une malice certaine. Avec la pénombre, la proximité, peut-être le « pieux chevalier » prendrait cela autrement, mais elle n’arrivait pas à taire le petit frisson de satisfaction qui l’étreignait toute entière. Bien évidemment, son corps se tendait sensiblement afin de répliquer en cas d’attaquer. Elle espérait néanmoins qu’il attribuerait cela à la crainte. Pour faire bonne mesure et corroborer cette thèse, elle sursautait au moindre bruit et alla même jusqu’à enfoncer légèrement ses ongles dans le bras musclé qu’elle gardait prisonnier.

La fameuse Epine Dorée se trouvait à un peu plus d’une heure de marche, halte quasi incontournable pour tous les filous et autres saltimbanques désirant se rendre sur les terres humains ou à Naelis.
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Mer 27 Juil 2011 - 21:26

    La jeune femme garda un instant les yeux rivés au sol, mais elle lui adressa cependant un sourire.

    - Ah Sire
    , dit-elle, vous tombez pour le mieux ! Je désespérais de tomber sur un galant homme pour m’escorter jusqu’à l’auberge la plus proche.

    Sous sa capuche, Shuru sourit à son tour. La rousse lui attrapa le bras. Ses seins vinrent se coller à son membre musclé. Elle se pressa contre lui comme si elle était apeurée. L’elfe noir apprécia ce contact avec les galbes de la demoiselle. D’une voix enflammée, elle déclara :

    - C’est terrible, vous savez ! J’ai perdu mes compagnons et me suis retrouvée toute seule, perdue sur ces sentiers dangereux. J’ai rendez-vous avec eux à l’Épine Dorée. Vous m’y emmènerez n’est-ce pas ? Avec un gaillard solide comme vous, je n’aurais rien à craindre de vils malandrins. Bien évidemment, mon mentor se fera une joie de vous dédommager pour le dérangement une fois que nous l’aurons rejoint.

    Un vague éclat passa dans les yeux du drow en entendant parler d’argent, mais sa compagne ne put le voir. Il décida de l’accompagner à la destination où elle comptait se rendre. Une fois rendu là-bas, il compter profiter un peu de la jeune femme et s’enfuirait par la suite. Peut-être la tuerait-il, il ne le savait pas encore. Mais il pouvait aussi le faire en cours de route. Personne ne viendrait le déranger. Toutefois, pour le moment, il appréciait la poitrine de la rousse contre son biceps, et il pouvait bien faire un bout de chemin avant d’assouvir son vice.

    Le malandrin sentit sa compagne frissonner. Il prit cela pour de la frayeur. Il fallait avouer que la nuit était lugubre. Il se pressa davantage contre elle pour lui signifier qu’elle ne devait pas avoir peur – mais elle avait raison d’être effrayée, même si elle ignorait pourquoi. C’est qu’elle était présentement au côté d’un assassin, et il pouvait l’attaquer à n’importe quel moment. Mais heureusement pour elle, il avait déjà un peu tari sa soif de tuer, et il désirait maintenant autre chose…

    Toutefois, il ignorait lui aussi tout des pouvoirs de la jeune femme.

    Ils entamèrent leur marche vers la ville d'Ithri'Vaan. Le chemin serait assez long avant d’atteindre l’Épine Dorée. Au simple hululement d’une chouette, elle tressaillait. Alors qu’ils avançaient dans le silence, Shuru se décida à rompre l’absence de paroles échangées :

    - Je ne vous ai pas encore demandé votre nom. Pourrais-je le savoir, si cela ne vous dérange pas de me le révéler ? Je m’appelle personnellement Shu… Shuga.


    Il avait failli révéler sa véritable identité. Seuls quelques drows connaissaient encore son nom, mais la plupart l’avaient complètement oublié.

    Alors ? À qui avait-il affaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1893
Âge : 35
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Ven 29 Juil 2011 - 21:18

- Enchantée et d’autant plus ravie aux vues des circonstances Sire Shuga. Je suis Fjama.

Ah douce symphonie que celles franchissant les lèvres de Fjama. Une vérité pour une dose infime de mensonge. Un Art aussi précis que la danse que celui de la tromperie ! Ainsi la première règle commune à tout bon dupeur s’énonçait simple : « Pour bien mentir, dis la vérité ». Détrompez-vous, bien que la sorcière aimait à créer des petits dictons inutiles, cette petite maxime, elle, venait à la base d’un vieux comédien de la coterie. Il expliquait à une Fjama gamine que pour être un bon acteur, il fallait toujours s’inspirer de la vérité. Or le boniment comportait bien une part d’improvisation théâtrale non ?

La délicate almée, certes plutôt bonne en sournoiserie, peinait à garder longtemps le masque de la jeune femme en détresse. La part d’inspiration de son propre caractère trop minime lui tirait généralement des grands éclats de rire au bout de quelques minutes. Ainsi, elle dissimulait de moins en moins bien le sourire en coin et le début de l’hilarité lui secouant les épaules. Aussi, elle tenta plusieurs feintes pour cacher ses yeux pétillants et ses lèvres ourlées d’un sourire goguenard. La première consista à purement et simplement enfouir sa face suite à un sursaut bien placé au sein de la cape du sieur. La seconde quant à elle fut de se frictionner vigoureusement les bras afin d’apparemment calmer le froid qui l’étreignait. Ce subterfuge-là, sans doute le plus crédible, se mâtinait d’une cruelle vérité : Il gelait ici ! Du moins pour une pyromancienne frileuse. Que ne donnerait-elle pas pour un bon feu !

Après quelques instants encore de marche silencieuse, elle déclara alors :

- Comme avec vous, je ne risque rien, pourrions-nous nous arrêter un instant pour nous réchauffer près d’un feu ? Il fait vraiment très froid et mes pieds me réclament une pause pour leur salut.

Chose étonnante, elle le tira, d’une poigne un peu trop vigoureuse pour une faible demoiselle, vers le bas-côté de la route où elle avait repéré, quelques instants plutôt, les restes d’un foyer et se mit en quête autour du lieu de quelques brindilles pour la flambée salvatrice. La curiosité dévorante au sujet de l’encapuchonné hésitant sur son propre nom expliquait également l’empressement à se retrouver près d’une source de chaleur et de lumière. Avec un vague doute, à cause de la carrure et des muscles contre lesquelles elle s’était lovée, quant aux origines du « sauveur », elle trépignait d’avance à l’idée de découvrir le visage qu’elle ne pouvait qu’entrapercevoir pour l’instant.

Après avoir rassemblé en petit tas le bois nécessaire pour le feu, elle se mit à la recherche d’amadou et de silex dans les poches de sa sacoche. La tâche l’absorba durant plusieurs minutes. A dire vrai, elle profitait de ces petits instants où elle n’était pas obligé de se coller à un inconnu. Quelle bouffée d’oxygène pour elle qui haïssait le contact non-désiré ! Et puis, allumer un feu « mécaniquement » n’entrait pas réellement dans ses habitudes. Aussi, lorsqu’elle se saisit de l’objet convoité, elle laissa échapper un « ha-ha » victorieux en le présentant à un compagnon sans doute plus intéressé par l’éclat métallique du fourreau ouvragée d’une dague que la mante entrouverte laissait deviner à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Ven 29 Juil 2011 - 23:00

    - Enchantée, fit la jeune femme, et d’autant plus ravie aux vues des circonstances Sire Shuga. Je suis Fjama.

    Fjama… Cela rappelait vaguement à Shuru le mot «flamme». Mais il n’y porta pas plus attention qu’il faut.

    Quelquefois, les épaules de la dénommée Fjama soubresautaient, et elle se serrait plus fortement contre lui. Et elle frissonnait. Le temps était effectivement frais, mais cela ne dérangeait pas l’elfe noir, dont la solide musculature lui fournissait un peu de chaleur et dont la cape le réchauffait. La rousse était aussi habillée moins chaudement que lui. Mais le drow ne voulait pas risquer lui prêter son vêtement, désirant conserver son identité secrète le plus longtemps possible.

    La demoiselle proposa alors, à son grand dam :

    - Comme avec vous, je ne risque rien, pourrions-nous nous arrêter un instant pour nous réchauffer près d’un feu ? Il fait vraiment très froid et mes pieds me réclament une pause pour leur salut.

    Il ne voulait pas précipiter les choses, appréciant le contact prolongé avec la jeune femme, mais tant pis… Il acquiesça d’un bref mouvement de la tête.

    Sa compagne l’attira vers le bord de la chaussée. Il fut un peu surpris par sa force. Le vestige d’un feu s’y trouvait déjà. Quelle étrange coïncidence… La rousse se défit de lui en cherchant du bois pour allumer le foyer. Il esquissa une moue en se réparant d'elle.

    La demoiselle finit de préparer ce qu’il lui fallait pour partir son feu. Le vagabond la regardait procéder en silence. Après quelques minutes de recherche dans le sac qu’elle trimballait avec elle, elle sortit ce qu’il lui fallait en laissant échapper un petit cri de satisfaction. Elle le montra au malandrin. L’assassin ne fut cependant pas intéressé par ce qu’elle tenait : une faible lueur, perceptible cependant, avait attiré son attention. Il aperçut que la jeune femme disposait d’un poignard. Bizarre pour une donzelle en détresse… Il se tint près à tout, mais ne laissa pas remarquer qu’il avait constaté que la rousse était armée.

    Les flammes crépitèrent bientôt, après les quelques efforts de celle qui les avait allumées – Shuru l’avaient laissée s’exécuter. Elles produisaient assez de lumière pour révéler le visage de l’elfe noir. Ce dernier abaissa sa capuche le plus qu’il put, mais on pouvait facilement remarquer sa peau fuligineuse. Il était trop tard pour se cacher. Il abaissa complètement sa capuche, révélant ses traits malicieux. Le drow attendit la réaction de la demoiselle. Esquissant un sourire espiègle, il dit :

    - Tu as peur, non ?

    Croyant toujours qu'il s'agissait d'une « demoiselle en détresse » - quoiqu'elle eût une forte poigne - il s'attendait à une réaction violente.

Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1893
Âge : 35
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Dim 31 Juil 2011 - 18:58

Mirant sous la capuche pour tenter de déchiffrer les brides des traits aperçus, Fjama plissa les yeux de concentration un bref instant avant de porter la main à sa dague. A trois reprises, ses doigts se crispèrent sur le manche. Après tout, son dernier coup d’éclat avant de partir pour les terres humaines avait été de berner un dignitaire sombre. Qui savait s’il avait découvert la supercherie et lancé quelques mercenaires sur ses traces pour l’amener auprès de lui. Il avait parlé d’ailleurs de lui apprendre où était sa place… Mais ce drow n’avait pas montré aucune réaction lorsqu’elle s’était nommée ? Tsah, dilemme étrange. Fuir, se défendre ou ne rien faire ? Elle reprit sa place initiale, en tailleur et darda un long moment ses prunelles miel sur son adversaire. Finalement, elle se fendit d’un large sourire goguenard.

- A dire vrai… pas vraiment.

D’un geste lent, elle retira son foulard et secoua sa longue chevelure rubis. Puis, d’un geste délicat, presque précieux, elle délogea soigneusement ses oreilles effilées de leur habituelle cache. Avec un brin de théâtralité, elle en tortilla l’extrémité. Un demi-drow avoir une trouille bleue d’un vagabond sombre sans autre raison que sa race ? Semblait-elle dire derrière la moue d’être un être blessé dans son orgueil.

- Certes, je m’attendais plutôt à un humain par ici et tu m’as un peu surprise.

Fouillant encore un peu dans sa sacoche, elle jeta dans sa direction ce qui semblait être, à l’odeur, un petit paquet de viande séchée.

- Pour avoir écarter les éventuels brigands de mon chemin jusqu'ici et avoir des forces pour ceux qui se dresseront peut-être ensuite.

Malgré le ton badin, elle ne le quittait pas du regard. A la moindre esquisse d’un geste agressif, elle agirait. Mais pour le moment, elle singeait bien mieux une apparente quiétude que la demoiselle en détresse. Picorant sa propre ration - fallait reprendre des forces en prévision d’un éventuel affrontement dusse-elle nourrir son ennemi -, elle commença à se renseigner sur lui, l’air de pas y toucher.

- Donc, Sieur Shuga, que faites-vous aussi loin du Puy seul ? Quelques affaires à mener rondement ?

Elle désigna d’un geste gracieux l’endroit approximatif où il avait essuyé sa lame à peine une demi-heure auparavant. Observatrice et attirée par le sang comme un papillon par la lumière, cela ne lui avait pas échappé grâce à la proximité les ayant lié quelques instant auparavant. Bien évidemment, dans la pénombre nocturne, elle n’avait pu identifier l’auréole plus sombre et humide comme étant du sang sur le vêtement noir, mais l’odeur qui tiraillait délicieusement ses narines le lui faisait deviner.
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Dim 31 Juil 2011 - 19:32

    La jeune femme n’eut pas la réaction qu’il avait escomptée. Elle revint s’asseoir à l’endroit où elle se trouvait auparavant et le dévisagea un moment. Puis, elle esquissa un sourire presque moqueur.

    - À dire vrai… pas vraiment.

    Elle retira alors le foulard qui ceignait ses cheveux rouge vif, découvrant ses oreilles aux extrémités pointues.

    - Certes, je m’attendais plutôt à un humain par ici et tu m’as un peu surprise.

    Shuru s’attendait aussi à ce qu’il côtoyât une humaine, et non une demi-drow. Les choses allaient peut-être prendre une tournure différente de ce qu’il avait prévu.

    La rousse sortit de sa sacoche une petite besace qui semblait être un paquet de viande séchée et le lui lança. L’elfe noir l’attrapa.

    - Pour avoir écarté les éventuels brigands de mon chemin jusqu'ici et avoir des forces pour ceux qui se dresseront peut-être ensuite.


    Le drow n’y comprenait rien. La demoiselle lui avait donc fait croire qu’elle était en détresse seulement pour éloigner les bandits qui auraient pu s’en prendre à elle ?

    La jeune femme le fixait avec attention. Qu’attendait-elle de lui, désormais ? Qu’il l’accompagne jusqu’à l’Épine Dorée ? Ça, l’assassin n’y comptait pas. Elle s’était jouée de lui. Néanmoins, la faim commençant à lui tenailler l’estomac, il avala la frugale nourriture qu’elle lui offrait, songeant à ce qu’il allait faire maintenant.

    Elle lui demanda :

    - Donc, Sieur Shuga, que faites-vous aussi loin du Puy seul ? Quelques affaires à mener rondement ?

    Elle pointa le sang qui tâchait le vêtement du vagabond. Ce dernier n’avait pas pensé qu’elle pourrait le remarquer en croisant la demoiselle. Il grogna :

    - Je ne suis au service de personne et je n’ai rien à mener hormis ma propre vie.

    Il n’était pas pour informer ce qui allait peut-être devenir sa prochaine victime qu’il tuait des gens à longueur de journées. Seulement cette journée-ci, il avait enlevé trois vies, si l’on comptait le gros homme qu’il avait abattu précédemment. Il assassinait subtilement près d’une dizaine de gens par semaine, le plus souvent le soir ou la nuit, où personne ne pouvait voir son visage.

    Il était temps de passer à l’action. Le malandrin se souciait peu de la race qu’elle était. Il avait seulement envie d’assouvir son vice. Il sortit subtilement la dague qu’il dissimulait dans sa botte, la cachant dans un repli de son vêtement, juste au cas. Posant la besace de viande que lui avait jeté la demi-drow, il s’approcha lentement de la jeune femme, ne laissant rien présager de ce qu’il s’apprêtait à faire. Une fois qu’il fut assez proche d’elle, il lui agrippa un bras, la tirant vers lui. Il lui souffla à l’oreille :

    - Ne fais rien pour te débattre et je te laisserai la vie sauve...


    Il savait bien qu’elle était aussi armée, mais s’il lui venait l’idée de sortir sa dague, il pourrait bien vite la mettre en respect avec ses épées.

    Cependant, il ne lui était pas venu à l’esprit qu’elle pût être pyromancienne – d’ailleurs, qui aurait pu le savoir ?


Dernière édition par Shuru Kaaltur le Dim 31 Juil 2011 - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1893
Âge : 35
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Dim 31 Juil 2011 - 22:29

De surprise, Fjama ploya sous le joug de son agresseur. Elle cligna plusieurs fois les yeux, éberluée, et tenta de comprendre quel chapitre entre l’observation avec méfiance et l’approche elle avait loupé. Et plus encore, pourquoi le revirement soudain de situation ? Un peu cruche, elle se demanda si elle l’avait vexé ou titillé d’une quelconque manière. Néanmoins, ce contact prolongé en violation complète de son droit de veto lui tira un grognement. Elle rua instinctivement pour se dégager comme n’importe quelle pouliche qu’on tente de débourrer en manquant de doigté. Dans la tentative d’offensive, elle chuta sur les genoux de Shuru, le fessier légèrement dressé comme en attente d’une fessée. Alors, il n’eut qu’à raffermir sa prise pour la mater. Plus que ridicule la position lui arracha quelques injures à base de « sale enfoiré » et autres « fils de putain » mâtinées savamment de quelques gémissements plaintifs du type « lâche-moi ». Le feu connut un regain d’intensité, oh pas de quoi fouetter une mouche, juste quelques flammèches plus voraces claquant dans l’air nocturne.

Très honnêtement, elle ne le craignait toujours pas plus que tout à l’heure. L’apparente sérénité avait juste volé en éclat un peu trop brutalement pour qu’elle réfléchisse correctement. Elle inspira profondément plusieurs fois, cherchant son air dans l’atmosphère qui excitait son sens de la conservation. La poigne du mâle étreignait encore douloureusement sa chair dardant la colère larvée d’être ainsi soumise. Encore quelques inspirations et elle se calma presque totalement. Avec le plus grand sérieux, malgré l’éventuel effet comique, elle demanda :

- La nourriture n’était pas à votre goût ? Je m’excuse mais je n’ai que cela sur moi. Désiriez-vous autre chose ?

Oh, à dire vrai, elle savait exactement quel genre d’entourloupes il lui réservait. Après tout, ce genre de comportement lui paraissait presque un leitmotiv masculin : Calmer sa crampe. N’était-ce pas une des raisons principales qui la plongeaient dans des situations impossibles ? Pour ne pas dire une merde noire ? En tout cas, elle nageait à présent dans ce genre d’eaux troubles qu’elle évitait généralement. Non pas qu’elle n’aimait pas à se baigner dans le vice de temps en temps, juste qu’elle préférerait nettement avoir le choix de ses compagnons de débauche.

Couvant pour l’instant, le feu en son sein lui chuchotait doucement de mirifiques promesses à base de brasiers et de viande saignante – après son petit séjour chez les elfes que ne donnerait-elle pas pour un bon tartare bien relevé ! – Avec discipline, elle repoussait pour le moment poliment l’offre tentatrice. A n’en pas douter, ce semblant de contrôle ne durerait pas. Aussi, avant de s’engager dans un combat qui s’avérerait dangereux, elle tenta une dernière fois la voie diplomatique.

- Lâchez-moi, s’il vous plait

Très assuré, l’ordre – car cela en était un – franchit les lèvres de la belle assorti d’un ravissant sourire plein de promesses suaves. Le genre de plaisir que Fjama envisageait, on ne peut plus nettement, ne se trouvait certes pas si éloigné de copulations honteusement sauvages au bord d’une chaussée, mais assurément plus douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Lun 1 Aoû 2011 - 14:53

    Fjama se débattit fortement. Elle tomba et se retrouva sur les genoux de Shuru, le fessier légèrement dressé. L’elfe noir la replaça en position «exploitable». La jeune femme lui jeta plusieurs injures, mais il les ignorait. Elle le priait de la lâcher. Le drow tentait de l’immobiliser. Or, à chaque fois qu’il réussissait à la maintenant clouée au sol, elle ruait de plus belle. Si elle n’arrêtait pas bientôt, il emploierait les grands moyens…

    Il ne remarqua pas quand le feu soubresauta quelque peu.

    La demi-drow lui dit ironiquement :

    - La nourriture n’était pas à votre goût ? Je m’excuse mais je n’ai que cela sur moi. Désiriez-vous autre chose ?

    « Oui, pensa l’assassin, mais il ne l’énonça pas à voix autre, et tu le sauras très bientôt. »

    La rousse repoussait toujours ses avances.

    Après quelque temps, d’une voix assurée, elle prononça :

    - Lâchez-moi, s’il vous plaît.

    Elle se fendit d’un sourire qui en disait long sur ses intentions.

    Le vagabond qui avait cru qu’il lui aurait fallu la maîtriser pour assouvir son vice, voilà quelque s’offrait en quelque sorte à lui de son plein gré. Le malandrin arrêta sur-le-champ de la brusquer.

    Il resta immobile un moment, scrutant Fjama dont le pâle reflet dansant du feu illuminait le visage. La nuit était fraîche, mais à proximité du feu, il faisait assez chaud pour ne pas grelotter. De plus, dans leurs prochains ébats, ils ne soucieraient plus vraiment de la température qui régnait.

    Shuru s’approcha de la jeune femme, plus doucement cette fois-ci. Il approcha sa bouche de son oreille. Son souffle chaud pouvait se faire sentir dans le cou de la demi-drow. Il murmura :

    - Je ne te garanties pas que ce ne sera pas douloureux, mais ce sera certainement plus agréable que si tu te débattais.

    Il descendit un peu et posa ses lèvres chaudes et charnues dans le cou de la rousse.
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1893
Âge : 35
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Mar 2 Aoû 2011 - 17:04

Suite à ce qu’un drow considérait peut-être comme de la séduction, Fjama devint une partenaire de jeu passionnée. Il s’était montré bien plus facile à convaincre qu’escompté. Il avait également très mal interpréter les propos de la belle, mais peu importait alors. Cette nuit-là, Fjama se découvrait des humeurs joueuses et sournoises. Cela la prenait de temps en temps, mais à chaque fois, elle goûtait pleinement à ces saveurs tortueuses. Elle profita alors de ce laps de temps offert pour assouvir ce désir. Il ne garantissait pas que cela ne serait pas douloureux ? Était-ce là une allusion – fort subtile – à la vigueur de ses mâles attributs ? Prévoyait-il quelques tortures de son cru ? Quoiqu’il en soit, elle n’avait nullement l’intention de le découvrir.

Lorsqu’il posa ses lèvres sur sa gorge, un frisson la parcourut. Cette subite bouffée de colère faillit faire tourner court la partie. La difficulté de résister à l’impérieux besoin de brûler vrillait ses tempes et faisait monter en elle une étrange chaleur depuis son ventre. Pour calmer ce désir naissant, elle posa ses lèvres sur les siennes, cherchant de la pointe de la langue à les entrouvrir. Sous les mains du sombre, le corps chaud, presque fiévreux de Fjama s’offrant horriblement tentateur, tout en courbes et muscles déliés. Alors qu’ils s’embrassaient de tout leur saoul, elle glissa lentement ses mains le long de son dos. Brièvement, elle taquina la brayette avant de défaire la ceinture d’armes qui lui ceignait la taille. Elle jeta alors leurs armes – sa dague comprise – hors de portée d’un geste désinvolte. Se pressant complètement contre lui, elle sillonna lentement, serpentine, sur lui. Arrivée à l’oreille, entre baisers et mordillement, elle lui murmura.

- Jouons.

Suave, la voix promettait de ce simple mot les plus délicieux amusements. Sans attendre de réponse, elle entreprit de défaire le reste des vêtements du Sieur. A chaque parcelle dévoilée de la plastique – fort alléchante devait-elle admettre, bien que trop bleu à son goût – de Shuru, elle assurait un accueil agréable : les dents de perle mordaient ce que soignaient ensuite une langue mutine. Puis, avec une lenteur calculée, elle se défit de son étreinte pour se relever. La mante de l’almée chuta rapidement au sol, très vite rejoint par son plastron. Elle délaça ensuite les deux pans de sa jupe. Pudiquement, elle se détourna de lui, offrant à son regard la chute de ses reins.

Concentrée toujours sur la hargne qui menaçait d’exploser à chaque instant, elle s’en servit comme mélopée au balancement lent de ses hanches. Les mains s’élevèrent vers le ciel, se tordirent en plusieurs complexes circonvolutions. Elle se tourna vers lui armée d’une moue mutine et sensuelle. En esquissant les premiers pas d’une danse, elle se pencha vers lui avec, comme distraction, une plongée en apnée dans son généreux décolleté. D’une main légère, elle le poussa sans douceur afin qu’il s’allonge. Les pieds de chaque coté de ses hanches, elle s’abaissa pour le chevaucher. Confortablement installée, son bassin oscilla lentement contre le sien, titillant sa virilité. Les doigts fins cessèrent leurs pirouettes alambiques pour se poser en douce caresse sur le torse dévoilé. Toujours sur le même ton suave, elle demanda :

- Moins douloureux ?

Brusquement les doigts firent place aux ongles de la saltimbanque. Ses cuisses se resserrent afin de lui couper tout moyen de faire usage de ses jambes et une main brûlante le plaqua au sol avec plus de violence. Fouraillant lentement sa chair de ses griffes, elle étira un demi-sourire sadique. Lentement, elle dessina quelques vagues symboles à même la peau d’ébène du chasseur devenu proie. Libéré, le feu connut un brusque regain d’intensité. Les flammèches paresseusement se rapprochaient dangereusement du couple alangui. Ironiquement, Fjama signa les paroles prononcées quelques minutes auparavant par Shuru.

- Si tu ne te débats pas, peut-être te laisserai-je la vie sauve.

Elle se pencha sur lui rapidement, le temps de goûter de la pointe de la langue, les minces filaments de sang qui s’échappaient de ses plaies fraiches. Elle en éprouva la saveur à la manière d’un bon vin.

- Je n’ai pas encore décidé. Mais sache que JE choisis mes compagnons et tu ne rentres pas dans les critères qui m’intéressent, ajouta-elle taquine.

Elle se redressa alors, excitant dangereusement la bête de quelque frémissements de hanche. Elle ne s’offrirait pas à lui, mais elle avait bien le droit de jouer avec ses sens pour le mettre au supplice. Finalement, l’un dans l’autre, il s’y retrouverait. Le plaisir par la torture était bien un vice des sombres, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Mar 2 Aoû 2011 - 19:31

    Shuru avait peut-être mal interprété les dires de Fjama, mais il s’en souciait peu ; au moins, il obtenait ce qu’il désirait.

    La jeune femme tressaillit quand le drow posa sa bouche dans son cou. Suite à cela, elle chercha ses lèvres, et les découvrit bien vite. Sa langue vint entrer en jeu, et de son extrémité réussit à y pénétrer. Pendant ce temps, l’elfe noir la caressait, profitant de chaque parcelle des galbes de la demoiselle. Cette dernière descendit alors lentement ses doigts le long de son échine, tenta apparemment d’ôter sa ceinture solidement nouée. Il ne remarqua pas quand elle s’empara de ses armes et l’en défit, car quelques instants plus tard, elle se collait plus fortement à lui, glissant littéralement sur son corps, le contact avec ses collines voluptueuses faisant naître en lui un désir sans cesse croissant. Elle remonta lentement, pour parvenir à son oreille après maintes distractions. Elle lui souffla simplement, d’une voix enflammée cependant :

    - Jouons.

    La rousse finit d’éplucher le reste des vêtements qu’il lui restait, en le titillant ou en le mordant. Le vagabond poussait gémissements de plaisir – ou peut-être de douleur, il ne saurait le dire. Quoi qu’il en soit, il appréciait le plaisir que lui accordait sa partenaire. Et c’était facile à remarquer si l’on jetait un œil à son entrejambe.

    À un moment donné, Fjama se sépara de lui pour se lever. Le moment que malandrin attendait depuis un moment déjà arrivait enfin. La jeune femme se défit lentement de la plupart de ses vêtements sous le regard vorace et inquisiteur de Shuru. Puis elle se détourna de lui. L’elfe noir ne la perdait jamais de vue.

    Elle se mit alors à se déhancher en esquissant ce qui semblait être des figures de danse. Elle se retourna ensuite vers le drow en lui adressant un sourire espiègle. Exécutant toujours des gestes gracieux comme si elle suivait le rythme d’une musique, elle s’avança vers lui et le fit plonger dans son vêtement qui laissait généreusement découvrir le haut de sa poitrine. Doucement, elle le fit coucher au sol. S’abaissant, elle s'assit sur son ventre. Elle se balança lentement sur lui, faisant redoubler d’ardeur son plaisir. Croyant que la rousse allait poursuivre l’ébat jusqu’au bout, il se dit que ce serait bientôt à son tour de jouer. Il lui en ferait voir de toutes les couleurs.

    Ses mains légères se promenaient sur le torse nu du vagabond. Elle arrêta soudainement ses caresses, déclarant de sa voix toujours embrasée :

    - Moins douloureux ?

    Il ne s’attendait pas à ce qui allait s’ensuivre. La demi-drow planta ses ongles dans la chair du malandrin. Ce dernier poussa une plainte à peine perceptible. Croyant qu’il s’agissait toujours d’un jeu, il la laissa s’exécuter. Il n’aurait pas dû. Lorsqu’il constata son erreur, il voulut se dégager de l’étreinte des cuisses de sa partenaire, mais il en fut incapable. Ce n’était pas sa force qui manquait, mais il se trouvait en position où il ne pouvait pas user d’une totale liberté de mouvement. Il se redressa sur son séant pour repousser Fjama, mais une violente brûlure se fit sentir dans sa chair, le plaquant brutalement au sol. La jeune femme passa ses mains brûlantes sur la peau de Shuru et y planta ses ongles sans pitié, ce dernier étant impuissant pour l’une des rares fois de sa vie. Derrière elle, le flamboiement prenait de l’ardeur. L’elfe noir ne savait pas s’il devait encore prendre cela comme un jeu ou comme un danger pour sa vie. De toute façon, il se trouvait dans l’incapacité d’agir présentement. « Une pyromancienne, donc…, devina le drow. Mais dans quel trouble me suis-je foutu ? »

    L’assassin se rendit compte que le feu s’approchait dangereusement d’eux, et plus précisément, de lui. Railleuse, la rousse répéta ce qu’il avait dit plus tôt :

    - Si tu ne te débats pas, peut-être te laisserai-je la vie sauve.

    La vagabond avait envie de lui dire sa façon de penser, mais il luttait pour le moment pour ne pas se faire brûler vif par les flammèches ardentes, ce qui n’était pas une mince tâche. Il commençait à éprouver un peu de peur, mais il ne l’afficha pas.

    La saltimbanque se pencha pour une nouvelle fois sur lui, mais cette fois-ci, il ne prêta pas attention à ses courbes harmonieuses. Elle se mit à passer sa langue sur ses blessures qui commençaient à le faire dangereusement souffrir. Il crispa la mâchoire et serra les dents.

    - Je n’ai pas encore décidé. Mais sache que JE choisis mes compagnons et tu ne rentres pas dans les critères qui m’intéressent

    Heureusement, le flamboiement ne semblait pas plus s’approcher d’eux. La douleur qu’éprouvait Shuru s’amenuisait lentement. Il comprit alors que Fjama ne comptait apparemment le tuer, ce qui lui fit reprendre sa contenance. Ses lèvres se retroussèrent pour former une moue malicieuse.

    La jeune femme fit frémir ses hanches, faisant rependre de la fermeté à sa rectitude qu’il avait oubliée un moment. Le sentiment de satisfaction après avoir éprouvé un peu de douleur mélangé à son excitation le faisait jubiler. Mais la demi-drow n’avait pas dit son dernier mot. Elle ne s’offrirait probablement à lui qu’à certaines conditions.

    Que pouvait-il bien faire pour se l’approprier ? Il avait mis le plus de vigueur qu’il put dans son ébat, mais peut-être cela ne suffirait pas. Il ne voulait pas non plus la brusquer de peur de subir son courroux, mais il voulait toujours assouvir son vice, et l'occasion idéale se présentait.

    - Qu’attends-tu de moi, au juste ? l’interrogea-t-il, confus.

    Une chose était certaine à présent, c’était qu’elle était désormais loin d’être une demoiselle en détresse.
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1893
Âge : 35
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Mer 3 Aoû 2011 - 15:36

Pas tout à fait la même chose que tu attendais de moi, songea-elle. Presque délicatement, elle posa un doigt sur ses lèvres, lui intimant de fait de se taire. Avec un laconique « jouons » prononcé sur le même ton que le premier, elle quitta son assise pour s’installer à genoux auprès de lui. Comme un artiste appliqué, elle dessina de caresses l’arrête de muscles de son poitrail. Dès qu’il tentait de se déplacer, les doigts s’enflammaient et mordaient sa chair. Dès lors qu’il était sage, les ongles délicatement enfoncés dans sa peau, bien que douloureux, restaient simple griffure. Le jeu dura le temps qu’elle termine l’esquisse du malheureux. Puis, elle mira silencieusement son œuvre, vaguement sanguinolente. Du rouge, beaucoup de rouge, cela lui convenait infiniment mieux.

Fjama pourtant n’avait pas exactement un goût fort prononcé pour la torture, ni des lubies soudaines pour des couleurs. Ce qu’ignorait alors le pauvre Shuru était la raison de la vindicte de son bourreau. S’il n’avait pas usé de force pour s’approprier la belle, les plus sulfureux plaisirs le tiendraient à présent sans doute captif de leurs doux affres. Hélas pour lui, la raison de l’almée s’occultait à la faveur de ses sombres appétits car il avait ramené à la surface les souvenirs terribles : la peur panique d’un viol. Certes, il n’était pas le premier a tenté d’écarter les cuisses de la belle sans son consentement, il ne serait sans doute pas le dernier. Pour le moment, rien ne comptait plus pour Fjama que le punir pour tous les autres – dûment cramés – en gravant dans sa chair tous les tourments subis par une victime des sévices mâles. Dans l’esprit de la saltimbanque, tout ce qui précédaient et suivraient constituer une juste punition. Autoproclamée juge et bourreau, elle ne pouvait nier néanmoins que l’intérêt plus primaire de la chose – le sexe – se traçait un chemin délicieux aux creux de ses reins.

Ainsi, après l’avoir couturer d’estafilades, elle raffermit sa virilité de quelques coups de langues et va-et-vient manuel. Il ne faudrait pas que l’intérêt majeur de sa personne se flétrisse. Assurée qu’il s’érigeait encore fièrement, sans doute bouillonnant de la faire sienne, elle humecta avec force sensualité, à la limite de la vulgarité, son index. Là, tout en le masturbant, elle pénétra sans délicatesse le fondement de Shuru. Ainsi le potentiel violeur devint violé, la boucle était bouclée. Non contente de s’arrêter là, elle continua lentement son œuvre, fouraillant avec minutie un endroit sans doute peu visité de son être. La seule idée qui tempérait un peu son ardeur – outre le fait que son doigt serait à jamais souiller – venait des confessions tordues, un soir de beuverie, d’un sodomite notoire du Langehack. Apparemment, ce genre de pratique exacerberait délicieusement les sensations et tendrait à l’extrême les vîts les plus timides. Elle comptait de fait sur la surprise et l’indignation liée à tous actes non consentis pour diminuer le plaisir ressenti. Enfin, cela marchait avec les femmes. Les drows, maîtres es tortures et dépravation jouissaient sans doute même de toutes les violences et outrages subis.

Lassée, elle quitta sa position et son occupation pour reprendre son œuvre méticuleuse sur la peau d’ébène. Intimité contre intimité, toute intrusion interdite par un sous-vêtement encore présent, elle reprit sa danse langoureuse sur son « amant ». Avec application, elle lécha ses plaies. Elle se gorgeait de ce sang tiède et épicé avec une délectation visible. Son bien-aimé géniteur lui avait légué le sens tout sombre pour les plats les plus exotiques. De lent frottement, la valse qu’elle imprimait entre les entrejambes se teinta d’une pointe de sauvagerie. De toute évidence, elle prenait son pied à lui interdire ce qu’il voulait. La cavalcade cessa et elle titilla à nouveau son pénis de quelques succions. Mis au supplice et aux vues des grognements d’aise proche de l’extase, elle le laissa là, au seuil de la jouissance et fourbement, le délaissa complétement. Debout, elle se concentra à nouveau et déploya un peu de son énergie pour ordonner au feu de cerner son adversaire d’un mur infranchissable sans fortes brûlures. Elle rassembla ses affaires et se rhabilla. Avec un large sourire goguenard, une révérence, elle l’informa.

- J’espère que la prochaine fois que vous aurez une crampe, vous comprendrez qu’une demoiselle se conquiert autrement qu’avec des bras épais et une queue tendue. A bon entendeur, Shuga.

Traversant le mur de flammes, elle quitta l’aire de leurs ébats d’un air altier. Mais aussitôt celui-ci franchit, elle prit ses jambes à son cou et disparut, un brin honteuse, dans les bois.
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   Mer 3 Aoû 2011 - 17:23

    Shuru fut encore plus déconcerté quand Fjama le fit taire en posant un doigt sur ses lèvres. Elle répéta « jouons » de son timbre suave, puis se leva pour s’agenouiller à son côté. L’elfe noir demeura immobile, attendant de voir le geste qu’elle allait poser. L’incertitude sur ce qu’elle s’apprêterait à faire faisait naître une certaine excitation mélangée à de l’angoisse en lui. La jeune femme passa ses mains légères sur la musculature finement dessinée de son poitrail. Il essaya de se placer dans une position plus confortable – il était après tout couché en tenue d’Adam sur le sol froid en bordure d’une chaussée - mais aussitôt qu’il dessinait le tracé d’un mouvement, la demi-drow lui brûlait la chair. Néanmoins, quand il restait un moment immobile, elle plantait ses ongles acérés dans sa peau, lui procurant une agréable sensation de douleur. Elle lui créait plusieurs contusions, mais elles finiraient rapidement par se refermer, donc il s’en souciait peu. Le liquide à mi-chemin entre le vermeil et le carmin qu’il connaissait si bien s’échappait de ses blessures : le sang. Il croyait toujours qu’il s’agissait d’un simple jeu ; un jeu douloureux, certes, mais un jeu quand même.

    Une fois plusieurs estafilades tracées sur son corps, la rousse prit un peu de recul et observa son travail sanguinolent. Elle descendit alors vers sa virilité dressée. Lui réservant quelques caresses, elle y passa quelquefois le bout de sa langue, le stimulant au plus haut point. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle le pénétre de son index. Il fut tout d’abord surpris, mais la caresse continue de sa main sur son vît fit passer la légère douleur qu’il éprouva dans les secondes qui suivirent. Sa conscience reprit cependant le dessus. C’était à lui de prendre les choses en main. Il voulait assouvir son envie au plus vite. Or, il se trouvait encore une fois dans l’incapacité d’agir. Sentir quelqu’un violer son intimité sans son accord l’énervait. Mais que pouvait-il bien faire dans cette situation ?

    Fjama exécutait de brutaux va-et-vient dans son être. Malgré l’agacement que lui causait le fait de ne pas être « dominant » dans l’ébat, il ne pouvait résister au contentement que lui procurait le mouvement du doigt de sa partenaire en lui. Sa rectitude prenait dangereusement de l’ampleur. Il risquait d’exploser à tout moment, mais à chaque fois que son excitation semblait atteindre son paroxysme, la cadence de l’oscillation de l’index de la jeune femme diminuait quelque peu, avant d’accélérer de nouveau. Mais il ne parvenait à chasser de son esprit qu’il n’avait pas consenti à ce qu’elle pénètre dans son intimité.

    Heureusement, la demi-drow finit par cesser son manège tactile. Elle se retrouva sur lui, son sexe collé au sien, mais quelque chose empêchait le malandrin d’entrer dans sa vénusté, à sa plus grande frustration. Elle le menait vraiment à bout, et ce semblait-il avec un malin plaisir. Le vagabond se retenait pour se contenir. Se balançant sur lui dans une danse sensuelle, elle vint goûter à ses nouvelles plaies, lui arrachant quelques légers gémissements. Puis elle frémit sauvagement sur sa virilité, faisant redoubler son ardeur, si la chose était possible. Une chaleur intense rongeait les entrailles de l’assassin, en particulier son bas-ventre, et il se trouvait dans l’incapacité de se débarrasser de cette brûlante sensation. Ses mains étaient moites et il suait abondamment. Il haletait, poussant quelques grognements extatiques de temps en temps.

    Arrêtant son oscillation, Fjama descendit pour une énième fois vers sa virilité, y portant ses lèvres. Si elle n’arrêtait pas immédiatement sa succion, sa semence lui exploserait en plein gosier. Or, à peine quelques instants avant qu’il n’atteigne le comble de sa jouissance, la jeune femme arrêta subitement ses manœuvres. Elle se leva. Shuru voulut en profiter pour se l’approprier – il n’était pas trop tôt ! – mais à peine s’était-il levé qu’un mur de flammes l’empêcha de s’approcher d’elle. La demi-drow rassembla ses choses et se revêtit, avant de lui dire avec une expression railleuse :

    - J’espère que la prochaine fois que vous aurez une crampe, vous comprendrez qu’une demoiselle se conquiert autrement qu’avec des bras épais et une queue tendue. A bon entendeur, Shuga.

    Elle traversa la barrière de feu sans que la chaleur ne parût lui causer aucun mal et disparut entre les baliveaux qui les entouraient, sans lui adressa un dernier regard. Le drow voulut partir à ses trousses, mais quand il s’approcha du mur ardent, il sentit une violente brûlure sur sa peau. Sous le choc, il perdit pied et s’affala lourdement au sol. Il jura.

    Se relevant tant bien que mal, nu comme un ver, marqué par les blessures que lui avaient causées la demi-drow (et qui n’avaient finalement abouti à rien), il s’approcha le plus près de l’enceinte de flammes qu’il put, avant de hurler, courroucé :

    - Lorsque je te retrouverai, tu le paieras chèrement !

    En fait, il ignorait, s’il la retrouvait un jour, s’il lui causerait du tort, car il avait pu constater l’ampleur de ses pouvoirs, et il risquerait de perdre la vie dans une confrontation qui les opposerait. Il préféra ne pas y penser.

    Il se débarrassa avec soulagement de la pression qui s’exerçait au niveau de son pubis par lui-même, puis s’habilla et attendit que la barrière de feu disparaisse. Il ne voulait pas se risquer de la traverser, ne sachant quelles en seraient les conséquences. Quand il franchit le cercle d’herbe roussie formé par les flammes, il regagna la route, et prit paresseusement la direction de Sol’Dorn, là où il avait loué une chambre dans une auberge.

    Fjama s’était joué de lui et de sa crédulité, et cela, il ne lui pardonnerait jamais.

    Tuer…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre... brûlante ! [Fjama]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre... brûlante ! [Fjama]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Va, arde, brasille ! [Cyric/Fjama]
» Au dessus de la fosse, Lante.
» Valek Cri-de-Runes - Roi de Lante
» <<Donnez moi de vos nouvelles...>> [libre]
» Kávdan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis-
Sauter vers: