Partagez | 
 

 Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tom Phrax
Nain
avatar

Nombre de messages : 20
Âge : 410
Date d'inscription : 09/07/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]   Sam 27 Aoû 2011 - 13:21

Depuis maintenant une semaine, Tom avait fait du progrès dans Lante, sans vraiment en faire dans son propre problème personnel. Peu à peu, son nom avait circulé un peu partout dans les plus étroites rues de Lante jusqu’aux grosses tavernes bourrées de nains. Pas seulement à cause de son étrange histoire et qu’il fut le dernier nain revenu de Kirgan à ce jour (et à pied en plus!). Ça c’étaient les détails secondaires. On le reconnaissait premièrement pour ses talents avec la magie naine : les runes. Étant très doué, ce n’était point pour rien que son nom circulait si on se cherchait un bon runiste pour un quelconque enchantement ou désenchantement (souvent parce que les autres runistes qui étaient passés avant lui n’étaient pas rendu à son niveau). Malgré son talent raffiné, c’était bien une chance qu’on ne lui demandait que de l’aide mineure. Étant amnésique, il avait aussi oublié comment utilisé les runes comme autrefois. Lors de ses nuits dans une auberge du coin, il passait souvent son temps à relire le rouleau d’or qu’il avait trouvé en chemin jusqu’à Lante. Rien ne lui en disait davantage que ce qui était pourtant rédigé. Aucun nouveau flash ne s’était produit et Tom n’avait pas eu le temps d’aller voir quelqu’un pour l’aider avec son problème depuis que la patronne de la taverne du Ménestrel s’était occupée de lui. Il fallait pourtant qu’il re-remplisse sa bourse avant de repartir en quête de connaissance et de mémoires oubliées, ce qui l’amenait à cette journée même. Oui, celle-ci. Elle était bien spéciale, même s’il neigeait autant qu’à l’habitude. Elle restait bien différente cette journée, même si elle ressemblait aux autres de la semaine précédente.

Comme à l’habitude, Tom s’était levé de son lit qu’il avait emprunté à une auberge de coin. Il était ensuite parti prendre un copieux déjeuner à la taverne du Ménestrel en écoutant les ragots qui circulaient, tout en comptant la coquette somme que contenait sa bourse, acquise avec les tâches runiques qu’on lui avait demandé durant toute la semaine. Il avait par la suite discuté avec les habitués à cette heure dans la taverne, pour parler de tout et de rien. Simplement pour attendre que tous les magasins ouvrent, même si Tom ne patientait que pour un seul en particulier : le serrurier.

Une heure plus tard dans la taverne, la population de Lante commençait à s’agiter plus que les vieux nains encore endormis dans la taverne, maintenant que le déjeuner leur était rentré dans le corps (chez un nain, rien de mieux qu’une sieste après un repas pour mieux digérer ou pour simplement mieux réétudier le met qu’on venait d’avaler!). Il était temps, se disait-il. Depuis bien longtemps il attendait des réponses d’un spécialiste qui n’avait pas la mémoire trouée. C’était son énorme et lourd sac qui le tracassait autant… C’était comme porter l’inconnu sur ses épaules, sans pouvoir le découvrir. Mais aujourd’hui, tout allait changer, pensa-t-il en sortant de la taverne, sursautant quelque peu par le froid qui s’installait à cette heure. Sans trop se presser (car parfois les commerces ouvraient plus tard que prévu), Tom avançait dans la rue enneigée jusqu’à la boutique du serrurier. Il allait enfin pouvoir percer le mystère du cadenas qui défendait l’ouverture du sac grâce à ce nain-là. Sur son chemin, il fit quelques ‘’bonjours’’ aux passants qui se dirigeaient vers un endroit où manger ou pour aller préparer leurs affaires. C’est lorsqu’il franchit le seuil de la troisième maison à droite de la rue principale qu’il avait prise (il connaissait le chemin par cœur jusqu’au serrurier, ce Tom!) que son cœur commença à palpiter plus rapidement.

C’était enfin ‘’aujourd’hui’’. Cette journée spéciale s’annonçait commencée! Quoique, sur son chemin, il s’était senti un peu suivi (et pas par un nain…), ce qui lui donnait une drôle d’impression en marchant dans la neige peu calleuse. Mais bon… ce n’était comme si cela avait changé quelque chose de bien particulier à cette journée spéciale. Tout en refermant la porte du commerce doucement, il entendit la voix du serrurier à l’autre bout qui lui disait :


« Tom, c’est bien toi? Tom? »

« Qui d’autre veux-tu que ce soit, Lucius? Vous le saviez depuis longtemps que j’arriverais à cette heure! »

Lucius Penctus, le meilleur serrurier de tout Lante. Après avoir pris son rendez-vous il y a quelques jours, Tom s’était renseigné à son sujet (il était trop pressé pour le faire avant de choisir son serrurier) et ne s’était pas trompé sur son comte. Et ce n’était pas un jeune nain, non plus! Avec sa longue barbe blanche et son tablier de maître artisan, il prouvait son expérience facilement, sauf que certains étaient parfois douteux dans cette ville. On ne pouvait pas se fier à tous les nains…

Tom lui donna son lourd sac à dos et Lucius prit plusieurs minutes à l’examiner avec ses petites lunettes rondes usées par le temps. Il fronça les sourcils et inspecta plus précisément le cadenas en le manipulant avec ses deux mains. À peine audible, Tom qui attendait patiemment cru entendre le serrurier qui marmonna:


« De la magie…? Pas sûr… voyons voir…»

Pendant qu’il continuait son travail, Tom se retourna vers la grande fenêtre qui affichait le magasin tout en scrutant l’horizon. Il n’en était pas sûr, mais il croyait avoir réentendu des pas furtifs, étouffés par le feu qui crépitait dans la demeure de Lucius et son baragouin. Il se sentait vraiment suivi… Pas comme si sa vie était en danger, mais comme si on voulait s’amuser un peu avec Tom, lui jouer un tour.

« Hé Tom…J’ai terminé l’inspection… », Répondit amèrement Lucius.

« Alors? Alors? Tu peux l’ouvrir j’espère? », Demanda Tom, quelque peu exité, mais à la manière d'un nain.

« Excuse moi de te l’annoncer, Phrax, mais ton cadenas, ce n’est pas un cadenas ordinaire. Je n’ai jamais vu ça de ma vie! Bah en fait oui… une fois quand j’étais en… »

Tom ne l’écoutait plus car ça n’avait plus vraiment d’importance. L’expression de Lucius confirmait bien qu’on ne pouvait pas l’ouvrir avec un simple clé. Il exprima un soupir et regarda le feu un long moment. Tout est perdu, dit-il à haute voix. Soudain il sentit la main du serrurier lui toucher l’épaule, question de le réconforter d’une certaine manière.

« J’ai jamais dit que ce n’était pas ouvrable, ce truc là, Tom. Simplement que, ici à Lante, on ne peut pas régler ça. C’est un cadenas magique tu vois… Et essaye pas de régler ça avec tes runes! Si jamais n’importe quelle magie ou arme blanche viendrait briser ton sac, tout le contenu se retrouve enflammé par lui-même, ou un truc comme ça. Ce n’est pas un enchantement nain, tu vois… On dirait plus que ça vient du royaume humain, ton truc. J’peux pas t’aider davantage Tom.»

« C’est correct, Lucius, dit Tom en prenant son sac sur le comptoir du serrurier, t’as fait ce que tu peux, et c’est très bien comme ça. Je sais maintenant où il faut que j’aille, grâce à toi! »

Il était rarement optimiste, mais au moins le serrurier avait fait son possible, c’était une nouvelle quête en vue pour Tom Phrax, et c’était certain qu’il ne se rendrait pas dans les royaumes humains à pied. Encore désolé, Lucius ne le fit pas payer pour ses services et le laissa partir, confus par le chemin qu’il devait maintenant emprunter pour se rendre vers l’inconnu. Devait-il en plus s’y rendre seul? Sans aide? Tant de questions inondaient maintenant l’esprit du nain. Lorsqu’il sorti de la bâtisse, 1 minute plus tard, plus personne n’était présent dans la ruelle où il marchait et cela l’inquiétait encore plus. Puis, des bruits de pas dans la neige, alors que personne ne s’approchait de lui. Il sortit sa hache qui était resté dans son dos depuis le début (il n’en avait plus besoin pour marcher), méfiant mais sachant que sa tablette de cire lui serait plus utile. Il fit un tour sur lui-même et ne vit aucune personne aux alentours. Était-ce la même personne que tout à l’heure? Il se risqua de tenter une question sans s’attendre à une réponse :

« Y’a quelqu’un? » demanda-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Nombre de messages : 639
Âge : 25
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]   Dim 28 Aoû 2011 - 15:12

Le changement, cette force irrépressible qui régit le monde, avait prit un visage sinistre ces derniers mois. La série noire avait commencé par le Voile, le retour des dieux sur terre et tous les malheurs qui incombaient à cet état de fait, telle la destruction du royaume nain. Mais cela n'avait pas suffi, il avait ensuite fallu que la Péninsule s'entre-déchire, qu'il s'agisse des Scylléens, des Mervallois, des Etherniens, des Ackiens, des Ydrilotes ou des Soltariens. Et de tous ces conflits bien peu de bonnes choses ressortaient, mais c'était-là sans compter sur la volonté d'un simple voyageur. Aujourd'hui celui-ci entamait une autre partie de son périple, une étape qui aurait pu sembler insignifiante à première vue, mais comme dit l'adage: les apparences se révèlent souvent être trompeuses. Il était bien décidé à remettre de l'ordre parmi l'implacable chaos qui gagnait Miradelphia, et pour cela il aurait besoin d'aide.
Neuf longs jour depuis Nelen, secoué par la houle, ballotté par son canasson, malmené par des sentiers cahoteux, transi par l'hiver du nord, éprouvé de ses rencontres (tant des meilleures que des pires façons qui soient). C'est en cet état déplorable qu'arriva le nobliau nanti devant Lante, tout emmitouflé dans son épaisse cape de toile rêche, la face couverte par son capuchon. Il passa sans problème les sentinelles à l'entrée de la ville -qui ne souhaitaient pas s'éterniser plus que de raison hors de leurs postes de garde chauffés- et traversa avec entrain le quartier extérieur bondé de marchands frileux et autre sans-logis agglutinés autour de braseros métalliques. Ollvar, lieutenant d'Altiom infiltré dans la Pègre Ydrilote, avait réuni moult informations quant aux runistes encore en vie parmi le peuple Nain à sa demande. Demande qui, privée de son contexte, ne semblait pas des plus saugrenues, un runiste c'est toujours pratique lorsqu'il s'agit d'enchanter un arsenal. Sauf que -et ça devenait une habitude- le voyageur nanti avait en réalité une idée de loin plus étrange: l'enchantement concernerait... une taverne. Mais passons-là les détails saugrenus -qu'Altiom expliquera en temps voulu- et concentrons-nous sur la succession de mésaventures qui retarda la rencontre entre le vagabond et le courtes-jambes recommandé par Ollvar: un dénommé Tom Phrax.
Ainsi donc, l'Ydrilote déambulait dans les rues fourmillantes et venelles malfamées à la recherche du runiste hors-pair. D'après les renseignements qu'avait pu rassembler son contact, Tom serait vêtu d'une cape vaguement indigo, trimballerait un large sac à dos et -détail notable par sa rareté chez ce peuple- aurait les yeux bleus. D'assez maigres indices pour retrouver un nain parmi plusieurs milliers de ses compatriotes... sauf lorsqu'on possède la bonne technique. Et chez les nains, il s'agit bien-sûr d'écumer les tavernes à la recherches de ragots en espérant tomber sur des clients encore sobres. Bien-sûr à Lante cela tenait plutôt du miracle mais l'aube poignait juste et Altiom avait bon espoir de tomber sur quelqu'un de censé.


Il serait aisé de disserter des heures durant sur les péripéties que rencontra ce cher vagabond, mais aussi terriblement ennuyeux. L'on retiendra donc qu'après six établissements, de la respectable auberge de Balwin Bièrmoussue à la gargote savamment nommée "Aux Cavernes Humides" proposant des services de tous ordres, le nobliau parvint enfin à entretenir une conversation logique et cohérente avec un autochtone.
- Ouaaais... votre oiseau m'dit que'que chose. Ç'tait un runiste bien balèze avant que ces saloperies de gob's nous foutent sur la gueule. Pis... bah ch'ais pas c'qui lui est arrivé depuis mais on dirait qu'ça l'a sacrément remué c't'affaire-là.
- Hm, hm... c'est-à-dire?
- Il a réapparu y a peu, mais depuis rien de bien folichon. Il s'occupe d'enchantements mineurs quoi, comme s'il osait plus s'taper du lourd, expliqua le court sur pattes à sa façon. 'Fin bon vous verrez bien quand vous l'trouverez. Paraît qu'il a rendu visite à un serrurier l'aut' jour, faudrait aller voir ce gars-là il pourra surement vous en dire plus.
- Et bien merci maître nain! Le dénommé haussa un sourcil devant une telle appellation. Patron, c'est ma tournée, reservez-lui ce qu'il demandera! héla alors son mécène en déposant quelques Souverains sur le comptoir. Puis il s'en fut, ressortant à regret dans la fraîcheur matinale. Tout en marchant il invoqua son sort d'Exaltation histoire de se réchauffer le museau et se donner un peu de courage. Et après quelques minutes à fouler la neige, Altiom repéra finalement un petit individu accoutré de bleu, muni d'une large besace. Il se serait bien mis à courir pour le rattraper, mais disons que la cohue qui régnait dans l'artère principale lui aurait alors valu une belle bousculade, suivie d'une bastonnade. Et il avait déjà eu tout loisir de tâter de la punition que réserve une plèbe enragée. Bref, pour aller droit au but: il finit par tout bêtement perdre sa cible de vue.
S'ensuivirent de longues et intenses recherches dans tout le quartier, bien-sûr en vain notre cher aventurier n'étant pas en veine aujourd'hui. Il passa d'ailleurs devant une échoppe traditionnelle, dont l'intérieur semblait aussi ancien qu'il était accueillant. Le genre d'endroit chargé d'histoire qu'affectionnait le nobliau. Un coup d’œil à l'enseigne... c'était là! Le fameux serrurier! Soulagé d'en avoir fini avec les déconvenues, il se préparait à entrer lorsqu'il sentit quelque chose se glisser vers sa ceinture et se retourna vivement: trop tard. Un malandrin décanillait déjà à toute allure, l'une de ses bourses en main.

- Eh t'aurais pu demander je t'en aurais filé la moitié! beugla le sans-logis avant de se lancer à la poursuite du voleur. Non, ce n'était définitivement pas son jour... La course commençait à s'éterniser, mais toujours dans le même quartier (et heureusement d'ailleurs!). Altiom avait remarqué qu'à chaque fois que le larron passait à côté de la même vieille porte vermoulue, celui-ci lançait une œillade inquiète pour savoir si sa victime était toujours à ses trousses... Ainsi, l'aigrefin arrivé à hauteur de la-dite porte, l'Ydrilote se cacha derrière un petit muret et observa le truand se glisser dans la bâtisse après avoir cogné quatre coup avec un rythme bien précis. Bien décidé à récupérer son dû, le voyageur bondit par-dessus le parapet avant d'entendre une voix mi-inquiète mi-menaçante: y’a quelqu’un? Relevant vivement la tête au-dessus de son abri, il l'aperçut alors!
- Eeeh... oui! Altiom, un ami qui vous veut du bien! répondit le vagabond nanti en agitant une main. Il enchaîna à toute vitesse, sans laisser le temps au pauvre runiste d'en placer une: Tom Phrax, c'est bien vous! Je peux vous appeler Tommy? Rangez-moi donc cette hache -très classieuse au demeurant- je ne vous veux aucun mal! Au contraire, je comptais vous embaucher j'ai un projet de grande envergure pour vous, grassement payé hoho, croyez-moi! Aaah, si vous saviez le mal que j'ai eu à vous trouver, un vrai parcours du combattant, mais trêve de détails inutiles, je ne voudrais pas vous ennuyer! Une petite pause le temps de reprendre son souffle et que reparte la diarrhée verbale: par contre j'ai un petit détail à régler avant ça, j'ai subi un larcin -rien de grave- et me voilà fort marri sans presque plus d'argent... Le pendard s'est sauvé par cette porte, je comptais récupérer mon bien avant que vous n'arriviez. Il y en a peut-être plusieurs là-dedans et à vrai dire je ne cracherais pas sur un peu d'aide.


Dernière édition par Altiom d'Ydril le Mar 25 Oct 2011 - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tom Phrax
Nain
avatar

Nombre de messages : 20
Âge : 410
Date d'inscription : 09/07/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]   Jeu 1 Sep 2011 - 2:55

Une tête peu ronde et dépourvue d’une longue barbe surgit de nulle part alors que Tom s’attendait à rencontrer un véritable ennemi. ÇA ALORS, UN HUMAIN! Au début, fallait dire qu’il croyait que c’était un esprit qui lui parlait. Ce n’était pas trop cohérent son truc et Tom sursauta au point de tomber l’arrière-train dans la neige qui lui imbibait maintenant peu à peu le pantalon. Il resta par terre un long moment sans trop savoir ce qu’il devait faire… écouter son véritable récit ou se tirer la barbe? Ça ne pouvait pas être un rêve, puisque Tom avait rêvé de cette journée depuis déjà longtemps. Pendant que la tête qui flottait tentait d’expliquer quelque chose, Tom se tira la barbe, juste pour vérifier si cela n’était qu’une illusion…
L’humain restait encore là, de l’autre bord du muret, mais avait marqué une pause dans son jargon incompréhensible. Le nain se leva d’un bond et n’en cru pas ses yeux… Le premier humain qu’il voyait de sa vie! Il semblait si grand, peu poilu et si… grand. Ce ne fut que lorsqu’il fut debout à recommencer son récit qu’il parut encore plus éminent. Tom recula de quelques pas et pris plus attention à ce que l’humain tentait de le faire comprendre :


«presque plus d'argent... Le pendard s'est sauvé par cette porte, je comptais récupérer mon bien avant que vous n'arriviez. Il y en a peut-être plusieurs là-dedans et à vrai dire je ne cracherais pas sur un peu d'aide. »

Le nain regarda fixement la porte en question et tenta de se remémorer qui habitait là. Est-ce que c’était la maison de Vilnius le forgeron ou de Roberto le mécano? Que ce soit un marchand d’arme ou un ingénieur, il comprenait bien que le pauvre humain –Altiom avait-il dit au tout début de son vomi articulé?- s’était fait voler sa bourse. La maison en question était quelque peu délabrée et la porte peinturée rouge, mais presque imperceptible maintenant. Ça lui revenait maintenant : le jeune Marvick, connu pour démunir les soi-disant passagers du coin, et son père artisan (qui avait déjà eu recourt à Tom) habitaient ici! Oh et ce jeune nain n’était pas connu pour agir seul! Avec ses deux amis dans le même état social que lui, ils avaient déjà essayé de dérober Tom au passage mais ils n’avaient pas fait attention qu’au même moment, celui-ci marchait avec le père de Marvick en direction de son commerce…


« C’est… c’est votre argent qu’il a volé? » Tenta de répondre le nain très rapidement du mieux qu’il put pour être bien compris par l’humain.

Tom s’élança vers la porte en question et cogna quatre coups sur la porte, tout en faisant attention d’imiter le voleur qui s’y était glissé tout à l’heure en rythmant ses frappes. Lorsqu’on lui ouvrit la porte après quelque secondes, Tom entra dans la maison et on entendit le cri de trois jeunes nains stupéfaits de le voir en colère et de leur voler la bourse qu’ils s’apprêtaient à compter. On put apercevoir de l’extérieur que ‘’les collègues de travail’’ de Marvick sortirent en trombe, chacun allant côté opposé à la rue. Ils semblaient affolés comme des enfants qu’on allait punir. Par la suite, on entendit quelques objets tomber dans la maison et un cri de nain pré pubère qui paniquait. Il y eut un court silence, puis le son d’un fracas d’objets (dont ce qui semblait être une table en bois) dans une même seconde. Tout juste après qu’on ait entendu la table se fracasser, Tom sorti de la bâtisse tout en maudissant le jeune nain de sa stupidité intellectuelle.


« Tu veux que j’en reparle avec ton père, c’est ça que tu veux, pas vrai Marvick? Tu voudrais pas que je dise à ton père que t’as cassé sa table en essayant de t’enfuir de moi dans ta propre maison?»

Tom soupira et s’avança quelque peu vers le voyageur humain en lançant la bourse sur le sol enneigé. Il le considéra longuement d’un regard qui ne voulait rien dire de bon, mais Tom ne lui voulait rien de mal. Seulement qu’il parte, maintenant qu’il avait eu sa bourse. Il n’était d’aucune utilité au nain, même si cet ''Altiom'' était un humain qui parlait trop vite à son goût. Pour être sûr que l’humain ait bien compris, Tom s’empressa de parler rapidement avant que l’autre ne se jette verbalement sur lui :

« Partez maintenant, humain. Vous n’êtes d’aucune aide à un nain qui porte l’inconnu sur son dos, gardé par un cadenas magique! (Il rit un peu mais très sarcastiquement de sa propre phrase) À moins que vous ne soyez bon dans la magie du royaume humain, partez! »

Puis, Tom lui tourna les talons en tentant de ne plus penser au voyageur, tout en affichant fièrement son gros sac à celui-ci en avançant vers la taverne la plus proche. Finalement, cette journée tant rêvée n’était pas celle qu’il avait tant souhaitée.




[HRP: l'école recommence... désolé pour l'attente mais depuis j'avais quelques trucs important à faire mais ça devrait être mieux à l'avenir.. lol]

Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Nombre de messages : 639
Âge : 25
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]   Dim 4 Sep 2011 - 21:25

A voir la trogne que tirait le courtes-jambes, Altiom avait dit ou fait quelque chose... d'extraordinaire. En témoigna la valdingue de son interlocuteur les quatre fers en l'air, amorti tant par le manteau blanc que son popotin nanesque. Il se tira ensuite la barbe comme un beau diable. Coutume locale? Dans le doute, l'humain fit de même sur une mèche -à défaut d'avoir un demi-mètre de poil dru au menton.
- C’est… c’est votre argent qu’il a volé? envoya alors le ventripotent -adjectif que l'on pourrait d'ailleurs aisément qualifier de synonyme de nain- runiste.
- Voilà, voilà, vous avez cerné le problème. Il se pressa alors d'entrer après s'être acquitté des formalité rythmiques et ne fut pas long à mettre en déroute les adeptes de larcin. Alors que leur victime s'apprêtait à entrer à son tour, ceux-ci, tels des taureaux enragés par la réception d'une mandale en pleines valseuses, déboulèrent dans la ruelle à toute allure sans prendre la précaution d'éviter l'Ydrilote (qui eut donc aussi droit à sa culbute, sans que son postérieur ne l'amortisse aussi efficacement que celui du nain cependant). Le temps qu'il se relève, Tom était de retour, fulminant rageusement (si tant est qu'on puisse le faire autrement) et la bourse en main. Bourse qu'il jeta donc au sol avec un regard ferme, et avant qu'Altiom n'ait pu recommencer sa diatribe il précisa sa pensée: partez maintenant, humain. Vous n’êtes d’aucune aide à un nain qui porte l’inconnu sur son dos, gardé par un cadenas magique! À moins que vous ne soyez bon dans la magie du royaume humain, partez! Puis s'en fut sans plus de babillages.

Le vagabond resta par terre pendant de longues secondes, les yeux plissés et la bouche légèrement ouverte dans une moue d'incrédulité outrée. De la magie. Soit. Rendu furibard par l'attitude odieuse du nain et la vanité de sa quête, il bondit prestement sur ses pieds et se dirigea à vive allure vers le barbu barbant. Tout irradiant de magie sous le coup de la colère, il lança sans vraiment le vouloir une Exaltation et commença à dégager une vive chaleur, liquéfiant toute neige sur son chemin. L'un des effets de ce sort, une détermination exacerbée et une confiance en soi des plus absolues, le mena à retourner Tom, l’attraper par le col et le plaquer contre le mur.
- TU TE FOUS DE MA GUEULE?! J'AI CHERCHÉ UN RUNISTE HORS-PAIR PENDANT DES SEMAINES!!! J'AI BOURLINGUE NEUF PUTAIN DE JOURS A TRAVERS UNE MER GLACIALE, UNE FORET BOURRÉE DE DROWS ET CETTE SALOPERIE DE PLAINE GELÉE POUR VENIR TE TROUVER JUSQU'ICI!!! J'AI DÛ ABANDONNER MES HOMMES ALORS QUE NOUS PARTIONS EN GUERRE!!! ET JE DEVRAIS AVOIR TANT SACRIFIE POUR RIEN?! hurla-t-il complètement hors de lui. Après quelques secondes entrecoupées d'un souffle rauque et saccadé il reprit: ALORS TU VEUX DE LA MAGIE?! A ces mots, une légère lueur émana de l'Altiom furieux, un bourdonnement sourd emplit la rue, la chaleur qu'il produisait devint insoutenable et il brandit un poing hargneux, prêt à frapper. ET BEN BOUFFE-LA TA MAGIE!!! L'Ydrilote dément assena alors une monumentale patate sur le mur, frôlant de peu l'oreille du nain, et transperçant littéralement l'épaisse couche de pierres (à la plus grande surprise du courtes-jambes habitant à l'intérieur, qui versa de sa chaise sous la surprise).
La fraîcheur hivernale reprit ses droits dans la venelle, le vrombissement surnaturel cessa progressivement, la pâle lumière s'éteignit et le voyageur pantelant retira sa main ensanglantée de la brèche. Il se demandait s'il n'y avait pas été un peu fort, maintenant qu'il reprenait ses esprits, mais rien de ce qu'il avait dit n'était faux ni exagéré et il ne comptait pas s'excuser de son comportement.

- Donc oui, pour répondre à votre question, je crois m'y connaître plutôt bien en magie, fit-il enfin avec une pointe de raillerie dans la voix. Je suis venu jusqu'à Lante pour vous, pour vos dons. Vous êtes un runiste de grand talent, le meilleur encore en vie si je ne m'abuse, et j'ai un projet requérant vos soins... mais à ce qu'il semble je puis aussi vous être d'un certain secours. Alors allons discuter de tout ceci dans une taverne, autour d'une bonne chopine, et bien au chaud! Vous m'expliquerez tout en détail là-bas. Et sur ces mots il entreprit de sortir de la flaque boueuse qu'il avait créée.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]
» Un Évènement tant Attendu [ LIBRE pour tous Indiens! VENEZ EN GRAND NOMBRE!]
» A quoi vous jouer en ce moment?
» De quoi vous êtes-vous inspiré pour créer votre personnage?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ZAGAZORN :: Terres de Lante :: Cité de Lante-
Sauter vers: