AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un peu de magie sur les bords (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Un peu de magie sur les bords (PV)   Lun 24 Oct 2011 - 18:35

Nakor avait rencontré ce diable de gardien de Mogar, ce Tebirahc à la wyverne impressionnante. Ils avaient longuement discuté du passé et prit quelques risques. Bien évidemment, chacun avait défendu ses positions en disant que les autres étaient obtus et aveugle de la réalité. Tebirahc fier drow, incapable d'imaginer qu'il avait tord, Nakor incapable de se soumettre à quelqu'un se croyant au dessus de tout et finalement Elenna qui elle aussi avait défendu ses idées tout en s'inclinant devant le drow. Un épisode fort intéressant pour le très vieux magicien, qui n'allait pas l'empêcher de continuer son chemin, de se battre pour le monde des hommes et d'essayer, de toutes ses forces non pas seulement d'apprendre des autres peuples de Miradelphia comme l'avait conseillé Tebirahc mais bel et bien de se battre contre les forces du mal autant que possible, aussi souvent que faire se peut et tant que la vie l'animera. C'est à dire encore pour longtemps. Bien sur Nakor avait prit du repos chez lui en Nisetia dans sa demeure caché dans la désertique cité dont Elenna était maintenant la reine. Pff farfadaise. Le magicien avait reprit sa route, toujours à pied, même si Johann l'avait enjoint de se déplacer à cheval, il avait une fois de plus refusé et il s'en était allé sur ses bonnes vieilles jambes. Bâton à la main il avait quitté les ruines puis avait décidé de passer par un chemin inhabituel. Généralement il contournait tout l'Ithri'Vaan, passait par le début des forêts elfiques puis partait en ligne droite jusqu'à Diantra pour rejoindre sa bonne tours aux côtés du roi Trystan. Là, il avait une idée en tête : décidemment sa méconnaissance du langage drow était presque une insulte à son âge avancé. Il voulait trouver le moyen de maitriser une petite base de la langue noire, afin de pouvoir s'adresser dans leur langue maternelle à toutes les races de ce monde. Il allait donc tirer son chemin jusque dans la ville de Thaar, puis il prendrait un navire en partance pour le Langehack ou vers Merval. Après plusieurs jours de voyages le vieux magicien arriva, content de lui aux portes de la cité. Il fut surpris de mettre presque pour la première fois les pieds dans cette partie du monde ou les drows avaient une main mise plus qu'incroyable sur le monde des hommes. Le vieux magicien fut même étonné de voir et sentir la présence des elfes noirs avec autant de force. Inconsciemment, Nakor augmenta son attention que ce soir sur le plan physique que sur le plan magique. On ne lui faisait plus! Non mais. Il avança dans les rues et les ruelles et, se sentant suivi, il accéléra le pas. Il érigea autour de lui une barrière protectrice assez puissante pour stopper l'avancée d'un poignard, en manipulant sa capacité à manipuler l'air et les changements de pression. Il surveillait aussi les environs magiquement et ressenti quelques auras assez non négligeable. Il décida cette fois de piéger tout ce petit monde en les attirant là où il avait envie de les rencontrer et non au beau milieu d'une ville qu'il ne connaissait pas, guider par une impression dangereuse mais bien souvent trompeuse : l'impression d'être suivi! Confiant en lui et sur, il augmenta ses forces magiques et les fit émerger de lui même, afin que des maitres en magie puissent le ressentir et venir jusqu'à lui. Il se rendit dans une place déserte, pas très grande, avec deux issues. Une en direction du nord et l'autre en direction du sud. Il se posta au beau milieu de cette petite place dans laquelle une fontaine faisait office de décoration et étrécit les yeux en cherchant du regard qui viendrait à lui et pourquoi il avait la sensation que cette journée allait être au moins aussi intéressante que celle où il avait rencontré Tebirahc, La Prime Sorcière ou Gaucelm d'Odelian. Il se dit qu'il saluerait le premier ou la première venu avec un simple

"Bonjour!"

Bâton au poing, chapeau sur la tête, barbe au menton et magie prête à réagir à beaucoup de situations différentes.
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 803
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Mar 25 Oct 2011 - 8:15

~~~A une journée de marche au sud ouest du Puy~~~

Fichues saletés de gemmes à la noix. Comment voulez vous travailler efficacement avec du matériel instable, hein ? Pestant contre les dieux, tout les dieux en vrac d’ailleurs, Haldren jeta la gemme au loin et commença à invoquer son portail. Stop ! Pause ! Il faut faire un retour arrière, parce que là plus personne dans le public ne comprend rien à ce que notre héros beau et sans peur (beau en tout cas…) peut bien vouloir fabriquer. Reprenons donc depuis le début.

Quelques mois plus tôt, Haldren et un autre mage drow encore plus timbré que lui dénommé Ethan s’étaient attaqués à un sujet aussi dangereux qu’intéressant : les portails d’ombre. Sans entrer dans le détail de ce que sont les ombres… réalité parallèle, écho d’un univers antérieur… même Haldren l’ignorait. Peut être qu’un dieu pourrait le renseigner à ce sujet, tient voilà une idée à creuser durant les longues soirées d’hiver. Bref, toujours est-il que nos deux compères avec trois araignées au plafond avaient au final réussi. Des gemmes imprégnées par Ethan pour servir de point d’ancrage à l’arrivée du portail permettaient à Haldren de manier les portails. Sans entrer dans les détails techniques, sachez juste que ces gemmes, montées en bijou, contiennent : une parcelle de l’âme d’Haldren, une parcelle de celle d'Ethan, une base de portail chaotique et un stockage d'énergie.

Un vrai capharnaüm magique au final, mais cela fonctionnait relativement bien, et les portails ainsi invoqués se révélaient stables dans les limites qu’un mage peut donner à ce terme. C'est-à-dire qu’une utilisation à peu près modérée vous laissait de bonnes chances de ne pas finir en viande hachée, et que vous pouviez assez bien sentir le moment où la corde commençait à s’user. Ce bijou se trouvait pour le moment dans ses appartements privés du C’nros, entourés de pièges magiques en nombre tel que mieux valait jongler avec des torches enflammés sur une fosse à goudron que tenter de les défaire. Ou voulais-je en venir ? Ah oui, je me rappelle d’un coup…

Notre drow ayant vu tout l’intérêt des portails d’ombre, il avait requis l’assistance du façonneur du C’nros afin de lui préparer d’autres gemmes. Plein de gemmes qui pourraient lui permettre d’établir sa domination mondiale dans un final apocalyptique chaotique. Vous deviniez déjà que tout ne s’était pas déroulé au mieux ? Bien joué alors !

Comprenez que ces fameuses gemmes permettent à Haldren « d’ancrer » le fil de réalité qu’il tirait à travers les ombres. Autant vous dire que ce point d’ancrage doit être aisé à déceler pour le lanceur et ne surtout pas lâcher durant le sort. Se retrouver bloqué dans les ombres reste peu agréable. Or tous les essais avec d’autres gemmes que celles imprégnées par Ethan s’étaient révélés de piteux échecs. Au mieux rien ne se passait, au pire... eh bien disons que les esclaves ayant eu la joie de tenter de traverser ces portails étaient revenus sous une forme non prévenue par Mère Nature. Lorsqu’ils revenaient…

Mais enfin il touchait au but ! Il le sentait ! Enfin une gemme semblait se montrer stable, et un test au C’nros avait fonctionné, l’esclave traversant le portail sans encombre. Afin de finaliser ses tests, le Ditronw Da’re se trouvait donc en plein dans les terres stériles, avec une cargaison d’esclaves afin de tester en portail en limite. Un être normal trouverait un tel test aussi tôt dans le processus… fou, dingue ou stupide. Mais nous parlons d’un mage, donc la stabilité mentale n’est pas un critère acceptable dans le raisonnement.

Invoquant son art, Haldren ouvrit le portail, vit avec satisfaction l’autre côté s’ouvrir au loin là où se trouvait la gemme, et fit un signe impérieux au premier esclave de traverser.

Le premier esclave passe… bien.

Le deuxième esclave passe… super.

Le troisième esclave passe… génia… hmm, bizarre ce tremblotement.

Le quatrième esclave passe. Ou pas. Et merde ! Se mettant à briller comme mille soleils, la gemme se surchargea brutalement d’énergie et explosa en de multiples fragments. Ce qui suit s’appelle en langage magique « un effet secondaire du à une boucle de rétroaction interrompue ». En langage courant, « un retour à l’envoyeur ». Le portail se tordit comme un chat en colère, et fondit droit sur le lanceur. A l’instant où il allait se trouver avalé, Haldren invoqua le sort de téléportation imprégné dans sa bague et qui devait le ramener au Puy.

Le mage fit un jet de dé de réussite sur 1d20, tira un 1d11 => vous réussissez à vous arracher des ombres mais n’atteignez pas votre destination, le MJ choisit votre point d’atterrissage. Hmm, je crois savoir où la collision des deux sortilèges va nous amener notre héros.


~~~Thaar~~~

Juste au dessus d’un vieillard qui attendait patiemment à côté d’une fontaine, un portail d’ombre s’ouvrit et cracha un drow braillard. Le choc fut non point titanesque mais plutôt très cocasse lorsqu’on le voit de l’extérieur. Les deux praticiens des arcanes s’effondrèrent lamentablement au sol dans un méli-mélo de bras et de jambes. Nakor voulait une situation surprenante, eh bien le voilà servi Le bombardement de drow, c’est nouveau, ça vient de sortir ! Et ça vous change de la vieille blague du gars qui n’avait pas vu que vous étiez sous le pont alors qu’il voulait soulager ses intestins. Enfin je me comprends.

Le Ditronw Da’re réfléchit un instant à la meilleure façon de se présenter et de s’excuser de son entrée en scène un peu brutale, puis tenta un modeste :


Euh… bonjour ?
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Mer 26 Oct 2011 - 15:18

Nakor était en train d'attendre, en observant les environs autant avec ses yeux qu'avec ses perceptions magiques. Il regardait à droite, à gauche, devant, derrière et sentit quelque chose approcher à grande vitesse. Tous les muscles du corps tendu, le vieux magicien resta bien concentré : dans une ville où être un drow est permit, il n'était pas sans danger que d'être un simple humain. Quoi que, le mot simple n'allait pas vraiment à Nakor! Ce fut peut-être l'élévation du niveau magique du vieux fou dans l'air qui fit pilier d'appel au sortilège raté ou tout simplement un hasard incroyable mais tant et si bien que sans s'y attendre, Nakor releva la tête au dernier moment pour voir, sans avoir le temps de réagir, une masse inerte lui tomber dessus depuis le ciel. Alors celle là d'habitude c'était lui qui la faisait en passant son temps à se prendre les pieds dans sa barbe maudite ou dans sa robe infernale, mais là, c'était sur lui qu'on tombait. Tous deux tombèrent donc comme de pauvres diables, lamentablement en roulant et vociférant sans vraiment trop comprendre ce qui était en train de se produire. Et ce fut donc les pieds dans les pieds que le fou drow sembla demander si c'était un bon jour. Et c'est dans une bougonnerie habituelle que le vieux magicien de Diantra répondit

"Un bonjour? Un BONJOUR! Non mais vous avez perdu l'esprit! Vous pensez vraiment que le jour où un ... un quoi d'ailleurs? Un magicien drow? Vous tombe dessus est un bon jour! Mais qu'est-ce qui vous a prit de faire ça ... et d'ailleurs pourquoi avait vous fait ça, j'ai senti une force venir très vite de très loin ... êtes vous un téléporteur fichu gredin? Rhooo et puis poussez vous de là vous marchez sur ma barbe!"

Nakor donna un coup de bâton et força sur ses vieilles jambes. Les deux magiciens étaient empêtrés comme des imbéciles, à terre et aucune ne parvenait à enlever ses jambes de celle de l'autre. On appelle ça un nœud de tête de mage ... à moins que ce ne soit les mages qui aient une tête de nœud ... ? Aller savoir! Nakor eut rapidement assez de cette situation.

"Rhaaaaaa! En voilà assez!"

Il leva la main et balaya d'un petit coup de poigné, l'air devant lui. Il fut alors comme emporté, déplacé avec force et vigueur par sa propre magie télékinétique. Cela lui permit enfin de dégager ses vieilles jambes même si cela tira un peu et parvint à se rétablir debout dans les airs, en lévitation très légèrement au dessus du sol. Il se déposa lui même délicatement et regarda le magicien drow se relever par ses propres moyens. Il prit la parole d'un ton encore légèrement énervé et demanda

"Quel est votre nom? J'ai bien le droit de savoir après tout vous m'êtes tombé dessus! Et que faisiez-vous?"

Nakor étrécit son regard afin d'adopter un air dubitatif, il sentait bien qu'il y avait de la magie sous roche, une magie qui permettait à un drow d'apparaitre où il voulait ou justement une magie mal contrôlée? C'était en réalité la question du vieux fou, qui attendit une réponse en ce disant qu'aujourd'hui aussi il allait sans doute s'amuser!
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1893
Âge : 34
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Mer 26 Oct 2011 - 23:02

Fjama se demandait encore ce qu’elle pouvait bien foutre à Thaar. Elle cherchait encore à quel moment dans l’engrenage de ses pensées, elle avait pu émettre le moindre désir de revenir sur le sol de son enfance. Et surtout pourquoi alors qu’elle avait peut-être aux trousses les sbires d’un haut-prêtre sans doute au courant de la supercherie depuis le temps. L’exercice mental se solda par un bon mal de crâne, aussi décida-t-elle de rendre une petite visite de courtoisie à un de ses demi-frères.

Hé ouais ! Car si sa mère avait engendré une demi-sang comme elle suite à un viol, son nouveau mari n’avait pas jugé bon de lui éviter assauts nocturnes pour mettre au monde une lignée digne de ce nom. Les rejetons légitimes, bien loin d’être mis dehors à coup de pied au derche, avaient hérités de biens amenés par une Selhen, jeune bourgeoise scylléenne, patiemment cultivé par leur père. Les jeunes gens, enfin plus si jeunes vu qu’ils atteignaient la quarantaine bien tassé pour le dernier né, ne goûtaient que peu aux aises que se permettait la demie lors de ses passages en ville. Fut un temps où l’un d’entre eux avaient bien tenté de faire taire la tâche sur le nom de la famille. Hélas la tentative se solda par une affreuse brûlure et une paire de braies souillée. On s’habitua alors à voir piller sans vergogne les étals de tissus les plus fins de crainte de représailles. Avec la marge substantielle du commerce familiale, on allouait une somme annuelle au désastre depuis bien quelques années.

Ainsi après sa razzia pour confectionner une nouvelle tenue de danse, plus la somme nécessaire à se loger dans une des meilleures auberges de la place et faire profil bas, Fjama se baladait tranquillement dans les rues. La routine des pavés coutumier la guidèrent avec un brin de paresse sur les quais où elle passa plusieurs heures à marchander un retour par la mer jusqu’à Langehack. Après tout, autant profiter des moyens de transport de temps en temps, d’autant que Nakhti lui avait laissé de quoi se permettre quelques largesses.

Brusquement, une sensation d’oppression lui vrilla les sens. Une sorte de pique d’énergie venait de perturber la « toile » sereine de la magie environnante. Le ou la mage responsable de ce déploiement « sonnait » tout simplement les autres pratiquants environnants. Agacée par la sensation dérangeante, Fjama eut tôt fait de localiser l’imprudent et s’y diriger d’un bon pas. Au milieu de la place, une sorte de vieux fou barbu armé d’un bâton dardait son regard à gauche et à droite à la recherche de quelqu’un ou quelque chose. Pas la peine d’être sorcier pour deviner qu’il était responsable du tapage magique.

Tout aussi soudainement, Fjama redressa brusquement la tête au-dessus du mage pour voir un portail d’ombre s’ouvrir et un drow tombé du ciel. Eberluée – des portails, elle n’en avait pas vu souvent – elle formula vaguement en esprit une sorte de prière à un dieu quelconque afin de ne jamais se prendre un sombre sur le coin de la gueule de la même manière. Après l’échange et le démêlage virulent des deux mâles sorciers, elle consentit finalement à s’approcher.

Les mains sur les hanches, la saltimbanque toisait le vieux schnock puis l’elfe noir d’un air pas spécialement ravie. Bardée d’amulettes, talismans – magiques ou non -, la pyromancienne dérangée tapotait du pied en tintinnabulant. A la vêture de rubis, de sable et d’or, aux cheveux et yeux de feu – et même la peau caramel -, puis surtout à l’aura enflammée dégagée pour cause de début de colère, la connexion avec son élément ne demanderait pas une seconde à ses deux vis-à-vis. L’almée lâcha d’une voix bien trop susurrante et suave pour être totalement honnête.

- Quel plaisir de se faire ainsi mander ! Ne vous gênez pas voyons, j’adore qu’on me sonne comme une servante. C’est à vous – se tournant vers Nakor – que je dois cette invitation cavalière, je présume.
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 803
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Jeu 27 Oct 2011 - 9:21

Qu’Uriz me tripote, se disait Haldren, mais pourquoi est-ce que je tombe toujours sur des illuminés ? Bien que cette fois le terme « tomber » soit à prendre au sens propre comme au figuré, il fallait admettre que le vieil humain ne semblait pas particulièrement équilibré mentalement. Donc il devait s’agir d’un mage puissant, selon le vieux principe expliquant que la magie c’est la puissance et que la puissance entraine une fragilisation du point d’équilibre mental. Au vu des ondes de magie qui émanaient de l’ancêtre, il devait être réellement puissant.

Minute papillon. Vieux, humain, puissant, longue barbe blanche. C’est Gandalf ! Pardon, Nakor ! Le conseiller du roi Trystan, voilà ce que l’on peut appeler une sacrée rencontre ! Tout en se massant l’arrière train endolori par sa chute, le drow grommela :


Vous êtes Nakor n’est-ce pas ?

Ouais, pas de doute, il s’agissait bien de lui. Qu’est ce que Nakor faisait là, voilà une question qu’Haldren ne se posait même pas. Vu la façon dont il venait de débarquer, il se trouvait assez mal placé pour mener un interrogatoire. Le drow voulait bien admettre que tomber sur quelqu’un n’est pas forcément une entrée en matière des plus polie. Vous me direz que politesse et drow font deux, et je répondrais oui, mais entre mages un minimum de courtoisie est requise.

Qui je suis ? Ah oui, les bonnes manières bien sur. Je suis Haldren Baenfere, Ditronw Da’re du C’nros. Hmmpph… je suppose que je devrais vous tuer pour affaiblir le royaume et tout ça, mais franchement, j’ai autre chose en tête ces temps ci que de penser aux humains.

Avec la mort du Karliik Gleen par le Gardien d’Uriz, penser à affaiblir Diantra venait de se retrouver sur la liste du Ditronw Da’re juste après le remplacement de son gratte-dos. Autrement dit, il s’en fichait royalement. Sans compter que Nakor ne serait pas un adversaire à la petite semaine… en un contre un le vieux mage pouvait en remontrer à quasiment tout le monde. Sagement, le drow décida de rester sur le terrain pacifique de la discussion.

Pff, et en plus ses expériences sur les portails dans les terres stériles lui avaient laissé un arrière goût de sable ou de poussière en bouche franchement désagréable. Grommelant et pestant de plus belle, le drow sortit d’une des multiples poches de sa tenue une flasque de son alcool préféré (pure fabrication naine garantie) et s’en envoya une bonne lampée.


Aaaaaaaahhhhhh. Ca c’est du bon !

Se rappelant d’un coup les bonnes manières, il tendit sa flasque à Nakor.

Vous avez soif ?

Avant que notre Gandalf à nous ne puisse répondre, une inconnue vint les déranger. Mais bon sang, un peu de tranquillité est-ce trop demander ?

Pardon ? Que j’arrête de faire mon grincheux ? Eh oh, d’une part je suis un drow alors les ronds-de-jambes ne sont pas ma spécialité, d’autre part se retrouver trimballé à travers les ombres jusqu’à Thaar, débouler sur Nakor et voir ensuite une saltimbanque (fort jolie au demeurant nota Haldren) se mêler à la fête, voilà qui épuisait les courtes réserves de patience du mage. De toute façon, une demi-drow n’est rien de plus qu’un pitoyable ersatz de drow, voilà qui est connu et admis par les drows.

Après s’être envoyé une nouvelle lampée d’alcool, Haldren râla :


Et c’est qui celle là ? On s’organise un pique nique ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Ven 28 Oct 2011 - 10:07

Quand les puissants et les ambitieux se disputent, il vaut mieux se tirer au plus vite !...C’était la philosophie du Façonneur… ou plutôt celle de Ranaghar.

Un Roi était mort et la rumeur disait qu’à celui qui prétendait pouvoir prendre sa place et s’y tenir reviendrait le trône… Autant dire que les ambitieux s’en donnaient à cœur joie et que le façonneur avait pris ses bric et ses broc pour prendre des vacances, non sans doubler la quantité des pièges et de scellés magique dans sa demeure. Il n’avait pas envie de se retrouver au milieu de ces conflits idiots pour un pouvoir temporel, surtout qu’il était une denrée trop rare et importante pour être négligée… Du moins le pensait-il.

Il traversa les Terres Stériles, usant de trois gemmes qu’il avait conçues depuis longtemps dans l’hypothèse où il devrait entreprendre un tel voyage… L’une pour se couvrir d’un parasoleil d’ombre épaisse tel que celui qui avait été utilisé à Ellyrion, une autre pour rafraichir l’air ambiante durant la journée et la dernière pour la réchauffer durant les nuits.
Ainsi le voyage éprouvant qu’on promettait à quiconque aspire à traverser ses terres arides lui parut finalement aisé et sans mal… Tout au moins pour lui.
Kluz, le surprenant gobelin de compagnie lui ne pouvait en dire autant, chargé comme il était, à cause de la crainte et du manque de confiance que son Maître avait envers le mulet qui transportait le reste de ses bagages – car le Façonneur s’était refusé à laisser certains des grimoires et autres carnets dans sa boutique – aussi était-ce à lui de porter le plus important. C’est ainsi qu’aux grommellements auquel il avait habitué son Maître se mêlait des plaintes et des mots dans sa propre langue, plus que grossière et menaçante à l’égard de ce fichu mage qui l’asservissait.

L’improbable et si surprenante compagnie poursuivie sa route jusqu’à Thaar, sans pour autant foncer directement là-bas car le Façonneur voulu découvrir la Mer Olienne… Rien de magique là-dedans, mais c’était si différent du Puy et de ses alentours que sa curiosité naturelle et exagérée avait prit le pas sur ses objectifs. Ainsi passa t-il pas moins qu’une après-midi et une soirée sur une plage, à contempler la puissance de la mer et à profiter du son des vagues comme fond musical pour sa méditation. Après cela, il resta toujours là et écrit dans un carnet dans lequel il décida de faire le récit de son voyage et de ses expériences – question d’habitude - durant le reste de la nuit.
Au petit matin, il reprit sa route vers le nord et vers Thaar, avec la ferme intention de glaner des renseignements sur les environs, et de pourquoi pas définir une destination pour la suite, nourrissant toujours le projet fou d’aller trouver les elfes et de profiter de leurs immenses connaissances magiques… Mais il craignait que l’image que les rustres et les brutes ont donnée ne mette à mal son désir et sa quête de la connaissance, à juste titre.

Là, dans les rues il croisa beaucoup d’humains, plus qu’il n’en avait jamais vu jusqu’à lors, et on le regarda avec autant de crainte, de méfiance et parfois de haine et aussi de la surprise et de la curiosité… Encore un coup de ces brutes sans cervelles, mais bon, c’était ces mêmes brutes qui lui permettaient de marcher sans être agresser, la peur de subir une attaque en représailles sans doute… Quant à la curiosité, et bien, c’est l’effet d’un drow trainant un mulet et avec un gobelin aussi chargé que la bourrique suivant ses pas, surtout qu’une telle créature, rare était ceux parmi ces hommes à en avoir déjà vu une.

Puis il y eut une perturbation dans la F… Magie avoisinante… Comme un gros caillou qu’on jette dans une marre, avec les vagues qui en résultent, et bien sûr, tout ceci, il le ressentit. Et cette présence nouvelle, il avait le sentiment de la connaître… Et cela lui évoqua Nisetis, au milieu de toutes les perturbations que la région avait connues avec le Voile, et les mages nombreux présents, il y avait eu cette bizarrerie… Une présence non-présente, un être qui était là sans vraiment l’être, sauf que cette fois, il était bien là, il le savait.
Il répondit donc à l’appel de sa curiosité avant de ressentir une nouvelle perturbation… Décidément ! C’était un microclimat local ? Une sorte de nid à perturbations magiques soudaines ou bien était-il tomber au bon endroit au bon moment pour satisfaire son appétit de connaissance ?

Pressant le pas, il se rendit jusqu’à l’origine de la dernière perturbation qui, quelques instants avant qu’il ne débarque apparaissait comme une concentration anormalement élevée… Et une troisième source, quoiqu’un peu moindre lui était apparu… Il pressentait que les prochains instants allaient être mémorables pour les habitants.
Un tournant et voila qu’il put apprécier la scène et l’origine de tout ce cirque magique qui captait son attention.

Un vieil humain à la barbe longue et blanche, c’était lui, la perturbation qu’il avait tout d’abord ressentit, lui, la mystérieuse présence qui n’était pas tout à fait là. A la description, il sut à qui il avait à faire… Un tel mage humain, aussi peu commun dans l’allure et qui avait affronté pas moins de deux Primes Sorcières, autant dire que ça fait quand même du bruit. Et malgré cela, il ignorait le domaine magique qu’il maîtrisait, et pourtant, c’était une chose qu’il aimait savoir.
Il reconnut ensuite le maître des mages qui servaient les brutes sans cervelle, Haldren… Il comprit également que se devait-être lui la seconde perturbation... Lui et ses expérimentations sur la magie des ombres. Bref, un visage connu parmi les fauteurs de troubles.
Quant à la troisième… Une femme… Une demi-drow à priori, et une pyromancienne à en croire l’aura enflammée qu’elle dégageait, ça, c’était intéressant, du fait qu’à présent. Elle était pas mal fichue, la plus attirante des trois, sur le plan physique bien sûr, mais ça, il fallait s’en douter.

Au final, et avec son habituel arrogance, il estima – à juste titre ! – qu’aucun ne présentait une menace pour le Mage Façonneur qu’il était ! Et partant de ce constat, et se disant que c’était là l’animation du jour à ne pas manquer. Ajustant son manteau, il marcha droit devant, vers ces « semblables » - bien qu’aucun, il en était certain, ne soit véritablement comparable à lui !

« Vous faites un sacré boucan, vous ! »

Et estimant qu’il fallait se montrer un minimum civilisé, car après tout, ils étaient entre mage, et donc entre personne intelligente, en comparaison de la majorité de la population, il décida que les saluer était la moindre des choses.

« Bonjour euh… Ditrow’n Dare, Nakor je suppose et euh… Mademoiselle la Pyromancienne. »

Et en trainant des pattes finies par arriver Kluz, se plaignant du rythme plus élevé de la marche, aussi, et afin qu’il ne dérange pas avec ses grognements cet instant, le Façonneur se tourna vers lui.

« Kluz, tu peux poser ça si tu te tais ensuite. »

Et trop soulager par l’occasion de se débarrasser même un instant de ce poids, il accepta le marché et s'exécuta.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Ven 28 Oct 2011 - 10:56

Ce drow connaissait son nom. Quelque part au fond de lui, cela fit durant une microseconde, sa fierté, ensuite il revint assez rapidement à sa bougonnerie. Bon très bien il le connaissait, mais était-ce une raison pour lui tomber sur la tête. Sans vraiment s'en rendre compte, Nakor se tint prêt à déployer un florilège de sortilèges dévastateur en entendant son nom prononcé par une bouche drow. Mais il se retint et étrécit les yeux en répondant tout simplement.

"En effet, c'est ainsi que je me nomme sorcier!"

Puis Haldren donc, se décida à se présenter. Le vieux magicien ouvrit les yeux en grands dans un premier temps puis hocha la tête de droite à gauche comme pour dénigrer les propos qu'il entendait, en levant bien sur les yeux vers le ciel. Puis Haldren termina de prononcer sa phrase et là, Nakor explosa littéralement de rire. Un rire franc, gras et fort. Le tuer, non mais pour qui se prenait-il ce magicien. D'ailleurs c'est au milieu des ses rires calmés que le vieux fou prit la parole, faignant de ne pas savoir ce à quoi correspondait ce titre dans la hiérarchie noire

"Me tuer! Allons allons ... rien que ça ... et bien je suis content pour vous de voir que vous êtes préoccupés par autre chose ... voyons voir ... comment dites vous ... Haldren Baenfere Dito nak du Chnock ... !"

Puis Nakor explosa encore de rire, ne parvenant pas à se retenir. Pendant que peut-être un brin frustré, Haldren sorti une flasque d'alcool. Le sorcier de Diantra se calma et leva une main en disant

"Vraiment je suis désolé, je n'aime pas me moquer des gens comme ça mais il faut dire que votre peuple mon cher collègue, gagnerait grandement en clarté s'il simplifiait ses titres pompeux que personne d'autre que vous ne comprend. Mais après tout cela me rappelle qu'il faut vraiment que j'apprenne votre langage et que ..."

Puis Nakor se tut en sentant une aura enflammée s'approcher, et même plus, être déjà là, présente sur les lieux. Une voix suave, avec de la force, de l'intensité et un corps de demi-drow de rêve, pulpeuse et enjouée. Si Nakor n'avait pas eut six cent vingt quatre ans de vie, il serait sans doute resté bouche bée devant elle. Il répondit alors, en redevenant un peu sérieux

"Du calme ma chère, je n'ai appelé personne, j'ai simplement voulu savoir de qui provenait cette grande concentration de pouvoir magique. Et je suis ravi de voir que vous avez répondu à mon invitation Mademoiselle ...?"

Nakor demandait ainsi le nom de celle qui semblait aussi regorger de pouvoir magique d'une spécialité bien cuisante. Nakor était donc en présence du maitre magicien du peuple drow guerrier et d'une pyromancienne qui devait pouvoir en raconter à plusieurs magiciens à la fois. Il allait continuer quand Haldren prit la parole en râlant ... était-ce donc une spécialité de magicien que d'être des mauvais bougre la moitié de leur temps de vie, au minimum? Le vieux fou se tourna donc en direction du drow et lui saisit sa flasque au vol en disant

"Rhoo, taisez-vous un peu, nous avons l'occasion de discuter entre confrère d'un niveau de connaissance notable ... cela peut devenir intéressant non?"

Puis Nakor but une bonne lampée de cet alcool nain très fort et corsé. Nakor ouvrit de grands yeux et entonna

"Ho par ma barbe, ça c'est pas pour les fillettes hein fichu gredin!"

Puis il balança amicalement une grande tape dans le dos d'Haldren, en riant aux éclats tant il sentait dans sa gorge la force de cette fabrication nain de qualité. Puis il lui rendit la flasque négligemment avant d'entendre le dernier des mages du coin qui avait en lui assez de force pour être repéré. Encore un qui le connaissait, non mais franchement, y avait-il eut un descriptif du magicien qui trainait dans les couloirs du Puys? Ce drow, encore un nota Nakor avait avec lui un gobelin fort et robuste, qui lui semblait être asservi. Voilà qui était intéressant aussi, quel genre de magie pouvait bien utiliser ce sorcier? Nakor se mit à sourire et s'écarta un peu de l'endroit où il se trouvait afin qu'un même espace et qu'une même distance sépare chacun des mages présent. Il y avait Haldren à sa gauche, le pyromancienne à sa droite, le nouveau venu devant lui et tous les quatre avaient assez de force en eux pour sans aucun doute, dévaster une petite armée de soldats. Le vieux magicien décida de prendre le pas en premier en direction du nouveau venu.

"Et bien bonjour. Et vous êtes ? "

Puis se tournant vers tous les autres

"Dites moi ... je ne sais pas vous mais j'ai rarement vu un gobelin obéir aveuglement à un drow, ni même un drow se téléporter ainsi sur une très longue distance. Si à cela on ajoute une grande dose de flamme ... je dirai que la magie a guidé nos pas, à moins que ce ne soit justement la concentration de magie en un même point qui nous ait amené à nous retrouver tous en ce lieu. Y avait vous pensez Haldren? Votre sort a peut-être dévié car il a été attiré par une source de pouvoir non négligeable."

Et voilà, le sujet était lancé, la magie était au centre des discussions et selon comme les interlocuteurs allaient interagir rendrait les choses plus ou moins intéressantes. Y aurait-il un combat de magicien hors du commun? Une discussion platonique? Des propos enflammés? Aller donc savoir ce que ces fous allaient faire de tout cela. Pour un peu le Veilleur viendrait leur rendre visite.
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1893
Âge : 34
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Lun 31 Oct 2011 - 2:26

Pas sonné ? Il en avait de bonnes lui ! Avec la soudaine explosion du niveau naturel de magie dans une cité aussi fréquentée que Thaar, il aurait fait apparaître un groupe de percussionnistes dingues, jeté des boules de feu en l’air que ça aurait été tout autant discret. Toujours échaudée, mais un brin plus calme – après tout il avait présenté un semblant d’excuse ce qui n’était pas rien pour une demi-drow – Fjama se fendit d’une révérence masculine narquoise et assez prononcée pour que sa main ne touche le sol.

- Fjama, danseuse, pyromancienne, comme vous pouvez le constater, et ritualiste. A votre service si votre bourse est assez garnie d’or pour s’allouer mes talents.

Si son statut de pyromancienne était aussi évident que ses agréables complexions, le terme de ritualiste lui relevait d’une magie nettement plus rare. Sans entrer dans une description dantesque et imbuvable, Fjama pouvait présider à la création de magie aux effets multiples dans un cadre très travaillé et... ritualisé justement. Talismans et tatouages de protection, divination complexe etc, cette sorte de magie n’était à présent plus pratiquée que par les sorciers Zurthans. Tous mages avertis et cultivés en auraient sans doute daté les origines premières à une caste de pratiquants de Nisetis. Cependant, il leur serait également aisé de savoir cette magie inutile « en combat ». En effet, elle demandait une préparation pouvant s’élever à des années pour la recherche des composants et la préparation de ceux-ci ainsi que des semaines entières de rituel à proprement parler pour la naissance de l’effet magique désiré.

Au drow grognon, elle répondit par un tirage de langue de gamine très typé « je t’emmerde, connard ». Suite à quoi, elle se ravisa et dévoila un sourire des plus charmeurs tout en feignant de réajuster une mèche de cheveux qui taquinait sa poitrine d’un geste alangui. Après tout, vu le portail, l’énergie suintant de lui, mieux valait qu’il l’ait à la bonne. Une œillade incendiaire de plus, un autre drow pointa le bout de son nez. Un poli ! Par les Cinq ! Mais était-elle tombée dans une sorte de zone entropique créée par le surplus de magie environnant ?

A la diatribe de Nakor au sujet de la raison de leur présence, elle haussa un sourcil avant de demander.

- Vous pensez à une sorte d’effet « Appel d’air » ? C’est plausible si son sort était instable au même moment où vous avez lancé votre déploiement énergétique. En manque d’énergie, son sort à puiser dans la votre non travaillée, etc… A moins que la zone de déplacement du portail ne forme une sorte de corridor dont le tracé de X à Y est dévié par la moindre concentration supérieure à un taux défini…

Laissant sa phrase en suspens, elle toussota brièvement.

- Enfin, mes connaissances en matière de portail sont nulles. Excusez-moi pour la divagation.

La saltimbanque semblait à présent complètement sereine. Franchement intriguée, elle les dévisageait tour à tour avec application et sans gène. Même les drows et surtout le pauvre gobelin. Après s’être rapprocher de lui aussi lestement que possible afin qu’il ne prenne pas ses jambes à son cou, elle l’examina sous toutes les coutures. Accessoirement, elle mira un bref instant les possessions du façonneur. Sa curiosité au sujet de Kluz apaisée, elle revient vers les trois sorciers en conciliabule.

De la petite réunion, elle sut instinctivement qu’elle était la moins avancée sur la voie de la magie. L’évidence lui sauta rapidement aux yeux. Le vieux schnock, les drows, ils avaient tous quelques années de pratique en plus d’elle. Son potentiel initial était égal, sans fausse modestie, au leur. Cependant, le manque de maitrise dans son propre flux d’énergie dissimilait aux quatre vents l’impression de puissance qu’elle aurait pu leur offrir. Avec une habile comparaison à l’élément de la belle, son énergie s’échappait en large volutes de fumée alors que les autres n’étaient que flammes. En consolation, elle songea qu’elle n’avait que la soixante – à peine la vingtaine pour une humaine – et qu’elle pouvait déjà prétendre à un niveau similaire sans rougir.
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Lun 31 Oct 2011 - 12:56

Chasser le naturel et il revient au triple galop, car l’esprit d’un façonneur fonctionne plus rapidement que les autres esprits !

En somme, après s’être montré poli, sans la moindre critique à l’égard de ses « semblables », qu’ils furent drow assujettis à des brutes écervelées, bâtarde et canon ou humain en fin de vie depuis trop longtemps, le Maître Façonneur réputé tant pour son talent dans ce domaine rare que pour sa langue acérée et juste – ou rongée par la folie de sa magie, selon qu’on demande à Ranaghar ou aux autres – se devait de refaire son apparition tandis qu’ils se lançaient dans la théorie du pourquoi du comment.
Se refusant à accepter la moindre « attraction » des deux malotrus qui se plaisaient à apparaître soudainement dans son champ de perception et du raté magique de son « frère » de race – mais pas de talent – outre celle exercer par la curiosité et l’incompréhension, il décida qu’il allait être franc avec eux.
Mais d’abord, il se présenta !

« Ranaghar Medel’hel, Maître Façonneur, Joaillier et Mage de la Zho’us Raghar… euh… dans votre langue, ça serait l’Etude de l’Inconnu, un groupe de mages puissants et indépendants de l’armée tournés vers l’étude avancée et l’enseignement de la magie. »

L’explication était adressée à Nakor et Fjama… Il savait les Drows peu enclin à partager des points de leurs civilisation à d’autres, mais il lui apparu que les autres races se doutaient qu’ils étudiaient eux aussi la magie, mais peut-être pas indépendamment de la guerre.
Il insista bien évidemment sur son titre de Maître Façonneur, titre universellement associé aux très rares mages capable d’Imprégnation, mais également à des esprits en partie ou pleinement consumés par la folie.

Puis il les écouta disserter de la raison de leur présence et de la manière dont un tel rassemblement avait pu se produire, et ce qu’il entendit le fit hausser un sourcil et il poussa un profond soupir. Bon, la jeune femme avait peut-être raison sur un point… L’incompétence de Haldren à faire un sort aussi complexe de manière correcte et stable a peut-être puisé dans les ressources magiques alors actives de l’humain pour qu’il émerge dans des conditions viables, mais pour le reste…

« Et moi je dirais, Nakor, que vous êtes en plein délire… La magie qui guide nos pas ! Quelle bonne blague ! Si une concentration importante devait attirer les mages, alors nous tournerions en permanence autour des fameux Gardiens, et nous ne serions pas seulement quatre. La petite a sûrement raison pour ce qui est du pourquoi cet incompétent vous est tombé dessus, mais pour le reste. Elle a été dérangé par votre arrivée brusque dans son champ de perception et est venue vous coller un coup de pied au cul, quant à moi, c’est par pure curiosité. »

Il observa le manège de la jeune fille juste pour vérifier qu’elle ne pique rien, on sait jamais avec ces gens là, et Kluz portait les objets de très grandes valeurs pour lui. Et non, il ne craignait pas de traiter Haldren d’incompétent !

Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 803
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Lun 31 Oct 2011 - 19:45

Haldren devait reconnaître une qualité au vieux fou humain, c’était qu’il possédait une descente qui aurait fait la fierté d’un nain. S’enquiller plusieurs gorgées de ce tord-boyaux nécessitait une langue et un gosier ignifugé. Quand à ce qui tapissait son estomac, cela aurait probablement pu servir de blindage pour un bouclier. Jusqu’à aujourd’hui, rares étaient ceux qui avaient réussi à partager cette boisson avec lui sans se mettre à tousser et à pleurer. Haussant un sourcil approbateur, le Ditronw Da’re grommela :

Faut admettre, c’est plutôt une boisson d’hommes. Je me suis laissé dire qu’il n’y avait pas que de la pomme dedans.

Y’avait-il des oranges ? Bah, au fond on s’en fiche, et ce d’autant plus que l’attention d’Haldren se trouvait d’un coup attirée par Fjama. L’œillade incendiaire de la belle pouvait vous réveiller un mort, même si lui avoir tiré la langue juste avant amenuisait un peu l’effet sensuel de son comportement. Pardon ? Haldren est en présence de trois des plus puissants mages de ce monde et il pense encore à admirer le déhanchement d’une silhouette féminine ? Oui, j’admets que cela peut surprendre mais il faut connaître ses priorités dans la vie.

Danseuse ? Voilà qui est intéressant. Peut être nous ferez-vous l’honneur de profiter de vos talents.

Calibrant rapidement son cerveau sur la discussion sérieuse, Haldren les écouta faire toute sorte de supposition sur les raisons de son arrivée. Bande d’andouilles, pas un pour rattraper l’autre ! Voilà bien le mage moderne du 11eme cycle dans un monde post-Voile globalisé, il ne prend plus le temps de réfléchir avant d’ouvrir son bec. Les trois gugusses, ou plutôt les deux gugusses et la gugussette (respections la féminité de Fjama), partaient du principe qu’il avait simplement échoué à lancer correctement un portail et que l’énergie déployée par Nakor avait servi de point d‘ancrage involontaire. Crétins ! Imbéciles ! Rustres ! Même pas fichus de se demander si tel était bien le cas ! Ni d’où il était parti !

Lancer un portail alors que l’on se trouve en pleine boucle de retour d’un second portail est un cas complètement différent d‘un lancement standard, mais le Ditronw Da’re ne se sentait pas d’humeur à leur expliquer les subtilités de son art. D’ailleurs lui-même aurait besoin d’y réfléchir à tête reposé, tant l’effet produit semblait anormal… au lieu de se déplacer vers le Nord Est, vers le Puy, son sortilège lancé en catastrophe l’avait envoyé cap au Sud Ouest. Inversion fortuite ou pas ? Dommage qu’Ethan ne soit pas là, il aurait apprécié de pouvoir lui en parler.

Bande de butors imbus de leurs misérable importance ! Croire que son sort avait uniquement été attiré par l’énergie déployée en ce lieu. Oubliaient-ils que le Puy proposait une concentration magique bien plus intense ? Bah, au fond Haldren s’en fichait royalement, puisqu’il savait que lui seul pouvait se targuer d‘être à la fois intelligent et stable mentalement. Même le terme d’incompétent lancé par l’amoureux des gobelins ne le fit pas réagir. A près d’un demi-millénaire, il ne se vexait plus aussi facilement que dans sa jeunesse, et il se contenta d’un sourire en coin, amusé intérieurement de les voir se perdre dans leurs folles suppositions.

Par contre l’idée soulevée par Nakor que la magie pouvait guider leurs pas ne manquait pas d’intérêt. Cela relevait un peu de la discussion philosophique sans but concret, mais de temps en temps, s’activer quelques neurones sur des sujets bien ésotériques ne faisait pas de mal. Le Ditronw Da’re grimaça à la tirade de l’amoureux de gobelin suscité (ben oui, on n’en a qu’un).


Vous devez être bien sage pour pouvoir affirmer que la magie n’œuvre pas à travers nous. D’innombrables mages depuis l’aube des temps se sont posés la question sans jamais réussir à la trancher, mais vous en êtes capable ? Remarquable. Non pas que savoir si la magie à une « âme » au sens où nous l’entendons importe vraiment, la discussion proposée par Nakor est purement théorique. Vous pouvez tout aussi bien croire que Valas s’amuse à organiser de telles rencontres, mais je pense qu’il a d‘autres chats à fouetter.

Se grattant vigoureusement les fesses, Haldren repensa à ce vieux philosophe sale qui affirmait qu’une horloge aussi merveilleuse que ce monde ne pouvait exister sans horloger. Possible que le gaillard ait mis le doigt sur quelques chose de plus fondamental que ce qu’il croyait. Décidément, le drow se sentait l’âme d’un philosophe ce jour là. Comme quoi abuser de l’alcool nain engendre de curieux effets secondaires.

Vous voulez que je vous dise, Nakor ? En supposant que ce que nous appelons magie ne soit rien de plus que l’expression d’une volonté au-delà de celle des dieux… appelons là « conscience de l’univers » pour faire simple, eh bien cette conscience n’est rien de plus que celle d’un qu’un bébé cherchant à apprendre de nos tentatives et de nos erreurs. En forçant les mages à tenter de repousser les limites du possibles, à échanger leurs idées et à progresser, cette conscience cherche elle-même à comprendre ses propres limites.

Haldren s’envoya une gorgée puis mollarda dans la fontaine afin d’appuyer ses propos.

Bah, au fond quelle importance ? Ni vous ni moi ne pourra jamais prouver ou infirmer cette théorie.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Mer 2 Nov 2011 - 13:09

Haldren envoya une petite tirade sarcastique à propos de l'alcool nain qu'il avait tendu au vieillard. Nakor précisa lui aussi sa pensée

"Ho ça non ... et je sais de quoi je parle!"

Puis Nakor hurla de rire en se tapant le genou comme un vieux soulard. En effet le magicien avait passé une bonne partie du début de sa jeune immortalité dans des tavernes naines, à ingurgiter des quantités astronomiques d'alcool, parfois même frelaté. Il fallait ajouter que bien souvent les doses de composant déstabilisant dans ces alcools étaient d'une puissance à faire choir un cheval. Sa vieille gorge de poivrot était donc plus qu'habituée à ce genre de liquide qui ne lui faisait presque plus aucun effet sauf dans de très rares occasions où plusieurs tonneaux d'alcool étaient entreposé à sa propre disposition. Il se calma un peu et accueillit la jeune demi-drow d'une beauté saisissante, selon des critères humains bien sur. Mais si on s'en en croit les regards d'une lubricité dépravante qu'Haldren lui envoyait, les drows devaient eux aussi apprécier la beauté de la danseuse pyrommancienne et ritualiste. Nakor siffla et ajouta

"Voyez-vous ça! Une ritualiste, c'est un don bien rarement enseigné et transmit, surtout pour ses temps de mise en action et malgré sa grande efficacité."

Puis Nakor inclina la tête comme pour saluer par respect une praticienne magique. Il nota mentalement que tout de même, cette jeune Fjama n'avait pas apprit à masquer la présence de son aura magique dans les environs. D'ailleurs si on y réfléchissait, c'était entièrement sa faute si tout le monde était là, elle avait laissé trainer son aura magique alors que Nakor était dans la même ville. De ce fait il avait lui même amplifié sa force psychique et cela avait sans aucun doute dévié le sortilège d'Haldren. Du coup le dernier venu avait senti une grande quantité de magie et était venu lui aussi voir ce qui se passait. Décidemment, quelle fichue gourgandine que cette Fjama. Peut-être que personne n'avait prit le temps de lui enseigner comment rendre invisible sa présence magique dans les environs. Mais l'élément feu était un des plus difficiles à apaiser et masquer. Nakor lui proposerait sans aucun doute, d'ailleurs c'est ce qu'il allait faire quand le nouveau venu prit la parole pour se présenter. Le vieux fou se retint donc et écouta la présentation. Elle fut même traduite ce qui rendit service au magicien, en effet il ne connaissait pas la signification de ce rang par contre il savait ce que signifiait la définition des pouvoirs du drow qui se nommait donc Ranaghar. Un drow qui était bien désobligeant surtout envers les siens et le chef des magiciens guerrier de sa race. Il prétendait donc que le vieux fou divaguait, ce qui le fit sourire au plus haut point pensant à sa rencontre avec Tebirahc. D'ailleurs le drow parla des gardiens ce qui fit sourire Nakor encore plus fortement et il allait lui répondre quand Haldren prit la parole. Le vieux fou écouta, un brin frustré de voir que déjà de par deux fois on venait de lui couper la parole. Il mit les mains sur ses hanches, observa le petit manège de Fjama après qu'elle eut donné sa réponse, tournant autour du gobelin. Ensuite, encore plus étonnant Haldren prenait un peu la défense de Nakor. Le magicien en fut ravi et décida, maintenant que son tour était venu, de reprendre la discussion depuis le départ. Il regarda dans un premier temps Fjama

"Ma méconnaissance d'un sujet n'en interdit pas la discussion, bien au contraire, des idées non arrêtées peuvent aider à progresser, de part l'imagination et le renouveau des sous bassement dogmatiques d'une théorie établie. La magie est un domaine immense et vaste, chacun a à apprendre des autres."

Puis il se tourna vers les deux drows, il inclina la tête en direction d'Haldren et prit la parole en continu

"Je vous remercie Haldren, en effet je ne proposai là qu'un sujet théorique de discussion. Ranaghar, vous ne voyez donc la magie que comme un outil? Cela serait sans doute un brin réducteur ne pensez-vous pas? La magie ne fonctionne évidemment pas comme un aimant, sinon nous serions tous collés les uns aux autres et nous ne serions pas aussi solitaires que nous le sommes en réalité. Mais tout de même, il est étrange de voir que lorsqu'une grande présence magique est ressentie dans les environs nous sommes tout de même attirés, que ce soit par curiosité ou pour n'importe quelle autre raison, mais nous sommes attirés tout de même. Bien sur, nous sommes généralement capables de masquer notre présence magique, en tout cas je l’apprends à tous mes élèves. Donc forcément si la magie est cachée, nous ne sommes pas attirés. Les Gardiens d'ailleurs ont une magie particulière ... elle est entouré de divin, de quelque chose de lumineux, de plus grand et élevé, je le sais pour avoir rencontré récemment le gardien de Mogar. Leur magie est un brin différente, il faut être très à l'écoute pour sentir la différence mais elle est là, bien présente. Et puis peut-être encore plus que nous, ils sont capable de se masquer aux yeux du monde entier."

Puis se tournant vers Haldren il termina

"Mais en effet, je pense que la magie, dans sa globalité possède une sorte de conscience, qu'elle progresse à travers nous à chacune de nos tentatives, réussies comme ratées et qu'elle influe sur certaines de nos décisions. Mon cher Ranaghar, ne vous est-il jamais arrivé d'agir par un ressenti, d'avancer en vous laissant guider par quelque chose de plus grand et inaccessible que votre simple cerveau? De sentir que quelque chose vous guide? Après tout vous êtes un façonneur ... votre magie est rare mais justement votre corps de métier utilise la magie, il ne vit pas au travers d'elle. Vous enfermez la magie dans des artefacts, vous l'emprisonnez ... pour un peu on pourrait croire que les rares personnes qui possèdent ce don se croient au dessus de la magie ... ce qui est déplorable si vous voulez mon avis!"

Et puis Nakor ne dit pas un mot de sa rencontre avec le Veilleur, qui le poussait encore plus à croire que la magie avait une conscience. En tout cas il avait fait le tour de ce qu'il voulait dire, Fjama avait le droit à la parole, il pouvait lui enseigner les voies de la disparition de son aura sur de grandes distances, il avait précisé qu'il pensait que Ranaghar était trop fier et qu'il négligeait des aspects importants de la magie et enfin il annonça à Haldren que selon lui, la magie avait une conscience oui, mais une conscience ancienne et qui savait déjà un peu plus qu'un enfant, ce qu'elle faisait. Il oublia de préciser qu'il aimerait bien savoir comment il avait lancé son sortilège de téléportation, afin d'en apprendre plus sur la magie drow et peut-être trouver une vrai raison du déplacement d'Haldren sur une si longue distance, sans contrôle et surtout sans effet de boucle de réaction retour.
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Lun 7 Nov 2011 - 16:14

C’est un comble ! Une infamie ! Non, pire, une hérésie !

On le remettait en question et ce sont de simples et de vulgaires mages avec leurs petits domaines propres et limités qui osaient jouer à ce jeu là ! A commencer par ce Haldren ! Vulgaire joueur d’ombres chinoises à la solde des brutes sans cervelles et qui en partageait certaines caractéristiques physique ! Voila un drow qui a passé des heures devenues des années à travailler son corps, ne s’offrant pas totalement à l’étude de la magie ! Pire encore, il n’était qu’un mage, un simple manipulateur de la magie des ombres, quoiqu’il s’en sortait, selon les dires, magnifiquement dans ce registre, mais tout de même, c’était si peu !
Puis il y eut ce Nakor… Lui et ses suppositions réductrices de la pensée complexe du Façonneur, une complexité qu’il ne pouvait même pas espérer entrevoir. Il lui attribuait une vision réduite parce qu’il ne se considérait pas comme un pantin, et n’offrait à cela qu’une alternative, concevoir la magie comme un outil. Etait-ce selon lui les deux seules options offertes aux mages ? Quelle décadence ! Pire, il parla de son Art et de choses dont il ignorait apparemment tout… Il avait lu quelque part, dans un recueil, une brève définition de ce qu’était un Façonneur et voila, il considère tout savoir d’une telle pratique ! Et ça se prétend mage !

En son fort intérieur, il fulminait, si bien qu’on aurait presque put voir de la fumée sortir par ses oreilles tant il était proche d’exploser à la figure de ces deux êtres qu’il classait désormais, comme plus de neuf individus sur dix dans la catégorie des dégénérés possédant une primitive forme d’intelligence.
Il devait se contenir, canaliser tout ce qui bouillonnait en lui afin que sorte de sa bouche des sons audibles mais surtout compréhensibles, autrement, ces guignols riraient de lui sans comprendre la médiocrité de leurs esprits !
Quand se fut fait, qu’il parvint à réorganiser ses pensées, il put enfin répondre à ces idiots, à commencer par le Ditrow’n Dare.

« Est-il plus sage de considérer que nous ne sommes que les pantins d’une « entité » qui joue avec nous ? Que vous vouliez penser que vos ratés autant que vos succès ne sont que le résultat des choix et des caprices arbitraires de la « Magie » aux traits de bébé vous regarde, mais ne prétendez pas que c’est là de la sagesse.
Mais je conçois qu’une telle approche soit préférée par un mage qui ne saisit que l’essence magique des ombres, qu’une si maigre partie du spectre magique. Cela vous permet d’avoir une image de ce que votre esprit ne peut percevoir. »


Ca, c’était fait… Et qu’il pense valoir mieux que lui, avec sa vision si étroite mais finalement sans doute partager par tous ceux qui ne partageaient pas son Art. Si la magie avait une véritable conscience, voulait-elle qu’il éclaire de sa connaissance ces ignorants ou bien devait-elle demeurer mystérieuse au plus grand nombre ? Ranaghar avait sa propre réponse, il jugeait les esprits et décidait seul de ceux qui méritaient la connaissance, et il était très sélectif.
Puis il se tourna vers Nakor.

« C’est là tout ce que vous pensez… Soit on adhère à vos idées saugrenues de Magie Marionnettiste qui nous manipulent, soit l’on est juste un utilisateur d’un outil pratique ? Vision très étroite qui ne m’étonne guère. Considérez-moi plutôt comme maître de mes choix mais d’une curiosité infinie et d’un appétit féroce de connaissances, immensément vorace quand il est question de magie, pour faire simple. »

Et cet appétit était insatiable, il avait besoin de l’assouvir, d’une façon ou d’une autre. C’était ce que les écrits appelaient parfois l’Addiction, chose qui ne se voyait pas du fait du choix de sa tenue vestimentaire, mais son corps était une démonstration assez effrayante de ce que ce mal savait faire aux mages qui empruntaient ce chemin.
Et même si il était raisonnablement guidé par cet appétit, son esprit n’y voyait pas l’Addiction mais une soif de connaissance logique de la part d’un être qui ne vit que de et pour la magie. Folie ou dénie inconscient, il vous appartient de décider.
Mais bref… Dans ses propos, le vieil homme avait commis une erreur impardonnable… Considérer que son rang de Maître Façonneur était un métier. Stupide vision étroite que voila ! Sa profession, c’était Joaillier, voilà son métier. C’était un statut autant que pouvait l’être celui de Pyromancien…

« Les rumeurs et les réputations enjolivent finalement très largement la vérité… Vous contentez vous d’une vague définition gratter dans le coin d’un papier d’un charlatan qui s’est dit mage, Nakor ? Avez-vous déjà rencontré un Maître Façonneur avant moi ? Avez-vous discuté avec lui et entendu de sa bouche qu’il n’était qu’un métier comme celui de charpentier ? Qu’il n’était qu’un utilisateur et un emprisonneur de magies ? Qu’il se considérait au-dessus de la magie elle-même ? »

Sans doute que non, ou alors, il était tombé sur un piètre façonneur qui n’avait pas comprit la véritable fonction, le véritable privilège que représentait son Art.

« A toutes ces questions, à vous entendre, je dirais que non, sauf peut-être à la première. »

« Et, avant que je n’aille plus loin… « Votre corps de métier utilise la magie, il ne vit pas à travers elle ». Sans insister sur le fait que Maître Façonneur n’est pas un métier mais un statut fonction de notre Don… » Même si il estima qu’avec de telle degré d’ignorance, s’aurait été nécessaire. « Vous pouvez, vous, mage, me jurer n’avoir jamais utilisé consciemment la magie, pas un sort, pas une manipulation consciente et volontaire ? Je ne crois pas. Les mages, tous, utilisent la magie, leur magie, influent sur elle et la manipulent à divers degrés, il faut être sot ou dans le dénie le plus total pour ne pas l’admettre. » Ce qui était le cas de ce Nakor à priori.
« Les mages, finalement, ne sont que des êtres parmi d’autres capables de percevoir en partie les flux magiques et de manipuler ceux qui les composent. La plupart, la grande majorité finalement l’instrumentalise sans chercher à comprendre, ou alors, ils y collent des images idiotes et balancent sottise pseudo-savante sur sottise pseudo-savante pour prétendre à une intelligence et une sagesse qu’ils ne possèdent à l’évidence pas. » Une nouvelle pique qu’il lança sans forcément supposer qu’elle visait quelqu’un en particuliers. « Mais en définitive, tous, qu’ils soient bêtes, intelligents ou façonneurs » Notons qu’il considérait donc les Façonneurs comme une catégorie à part, supérieur « tous sont traversés en permanence par la magie… Il faut être un sot pour ne pas le comprendre. »

Et paf, dans tes dents espèce de vieux croulant !

« Quant aux façonneurs que votre soi-disant sagesse visiblement limitée et profondément altérée par les idioties que vous avez lu les Dieux seuls savent où définie comme de vils et malveillants mages kidnappeurs de magies l’instrumentalisant là où tout les gentils et mignons mages communs que vous êtes vivent harmonieusement avec, sans jamais lui demander quoique ce soit… » C’était une vision assez caricaturée et exagérée, mais à entendre Nakor, il en était pas si loin. « Et bien… Ils possèdent tous un Don, celui de manipuler, stabiliser et fixer aussi bien leur propre magie que celle des autres mages. Ce ne sont pas des emprisonneurs de magies comme votre esprit simplet se plait à les décrire, mais des mages ayant une influence plus importante que l’immense masse de mages communs qui pullulent et qui, à mon sens, n’existent que pour offrir aux façonneurs une partie de la matière première nécessaire à leur Art. »

Bon… Il avait peut-être été loin dans les piques contre le commun des mages, mais en même temps, ces deux là étaient si pathétiques, il fallait qu’il les ramène sur terre, qu’ils prennent conscience de l’étendue de leur bêtise pour se corriger… Telle était la pédagogie qu’il appliquait.

Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 803
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Mar 8 Nov 2011 - 9:23

Haldren bailla et s’envoya une nouvelle gorgée d’alcool pendant la diatribe de l’autre là… le… le le… comment s’appelle-t-il déjà ? Ah oui, Ranaghar. Bizarrement, ce nom lui rappelait Ranaha, une prostituée de luxe qui avait souvent profité de sa pratique près d’un siècle plus tôt, mais lorsqu’il colla le visage du façonneur sur le corps de la belle de nuit, le résultat fut tel qu’il s’envoya rapidement une nouvelle gorgée par sécurité médicale.

C’est pratique un façonneur, je ne le nie pas. Mais ils sont imbus d’eux-mêmes à un point souvent agaçant. Sans doute est-ce pour cela que l’on évite de leur demander conseil ou de leur confier des responsabilités, ils provoquent plus de chaos qu’autre chose si on les laisse sans surveillance. Je suis sur qu’il y a quelque part un dieu que cela fait beaucoup rire… ce serait bien leur genre.

Ayant balayé le sujet d’un revers négligent de la main, le Ditronw Da’re revint à Nakor. Pas fou pour autant, il avait bien veillé à ne pas se retrouver entre le vieux rigolo humain et le façonneur acariâtre. Si jamais ces deux là en venaient aux mains, façon de parler bien sur, mieux valait ne pas être sur la trajectoire. Réunir plusieurs mages aussi puissants dans un endroit aussi restreint pouvait causer des dégâts, le problème étant que certaines petites choses autour d’eux se révélaient fragiles.

Vous savez ? Les vitres des maisons… les maisons elles-mêmes… la ville de Thaar… ses habitants… enfin rien de bien grave, hein.


Mon cher Nakor, la conscience de l’univers, puisque nous en supposons l’existence, est sans aucun doute ancienne à notre échelle. Et pourtant à nous deux nous alignons plus d’un millénaire. Mais elle apprend et se découvre encore. Vous pouvez mettre les impulsions d’un mage sur le compte de cette conscience, bien que je rechigne quelque peu à l’imaginer effectuer un tel contrôle sur notre libre-arbitre. Sinon elle veillerait à ne jamais rien laisser se perdre.

Nouvelle gorgée d’alcool. Ah, ca c’est du bon ! Dun Eyr ne l’aurait pas transformé en pisse de mangouste celle là. Plus probablement l’aurait-il chapardé pour la boire avant d’entonner un chan paillard à la gloire des biquettes. Que pouvait-il d’ailleurs bien être devenu, ce petit compagnon adepte des libations ? Sans doute mort lors du Voile, comme la majeure partie de sa race.

Tenez, prenez la destruction de Kirgan. Un désastre d’ailleurs, cette divine liqueur… Haldren brandit sa flasque… va atteindre des prix phénoménaux depuis que le marché nain s’est fermé à l’exportation. Eh bien la destruction de Kirgan a mis un quasi point d’arrêt à leurs travaux sur la magie runique. Magie certes inférieures, et non sans lien avec celle des façonneurs, mais néanmoins intéressante par certains aspects.

Sans jamais s’être lui-même vraiment penché sur la magie du petit peuple, le Ditronw Da’re avait fait mené des recherches dans l’optique du jour où ses mages affronteraient les runistes sur un champ de bataille. Les runes constituaient un pan très particulier du don, qui rappelait celui des façonneurs sans pour autant suivre les mêmes règles. En connaître les limites, les points forts et les points faibles pourrait lui servir un jour.

Un nain, esclave au Puy voilà très longtemps, m’avait expliqué que leurs runes ne fonctionnent que par la foi en leurs dieux. Dites moi Nakor… votre magie fonctionne, vous le savez. Mais vous êtes vous jamais demandé si elle fonctionnerait encore si vous ne le « saviez » pas ? Comprenez vous où je veux en venir ?

Un vieux débat que celui que soumettait Haldren au mage royal. Certains mages défendaient le concept selon lequel la magie ne fonctionnait que par la puissance de la foi. Foi en une divinité pour la magie divine, foi en ses propres capacités pour un mage profane.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Mer 9 Nov 2011 - 21:23

Fjama semblait attentive et un brin en retrait. C'était décevant, elle qui flamboyait ... elle n'était qu'une timide petite flamme. Cela finirait par prendre et elle dévorerait sans doute tout sur son passage mais il lui fallait plus de temps pour ... chauffer! Les mages échangèrent leurs idées, c'est à dire qu'ils tenaient une discussion, quelque chose qui se partage, qui s'échange, par interaction réciproque, sans que chacune ne dure un millénaire. Mais voilà que Ranaghar, imbu, idiot, crétin, débile et sans intérêt prenait la parole et faisait fit de tout cela. Tout ça pour quoi? Parce qu'il pensait être le plus puissant drow du monde, le seul être intelligent sur ce monde, le seul apte à pouvoir tenir un raisonnement correct et vrai. Nakor plia un brin la tête, sa longue barbe s'appuyant donc lourdement sur son torse et ses lèvres donnant une moue terrible de grand père dubitatif de la cordialité d'un tel comportement. Puis une fois qu'il eut tout entendu, il ne put se retenir et hurla de rire, une véritable explosion, tonitruante et sincère. Un rire profond qui nécessita une reprise de souffle avant d'exploser de plus belle de rire, de se plier en deux et de chercher du souffle tellement il n'arrivait plus à respirer. Il mit un peu de temps mais se calma, essuya une larme de rire intense et se redressa. Haldren, qui sans aucun doute avait pensé que c'était un effet de son alcool ou pire encore un comportement normal, enchaina et répondit au petit effronté qui se prenait pour le centre du monde. Nakor gardait tout de même un œil sur les intensités magiques des environs : si un seul d'entre eux tentait quoi que ce soit, Nakor déverserait des trombes de sortilèges destructeurs sur chacun d'eux afin de pouvoir s'en aller tranquillement. Il avait de nombreuses capacités, des éclairs, du feu, de l'eau, de la glace, de la lave, des bourrasques de vent, des tremblements de terres et des chocs lumineux. Mais pour le moment tout était tranquille. Il leva la main en direction d'Haldren, comme pour lui signifier par un mouvement accompagné d'un hochement de tête qu'il allait lui répondre, mais Ranaghar avait le droit au départ du discours du vieux fou.

"Ranaghar n'est-ce pas? ... Vous semblez vous targuer d'un tas de connaissance très supérieur à la moyenne voir supérieure à tout mais ... savez vous au moins ce que cela signifie que de mener une discussion? Ou êtes-vous tellement imbu et fier de vous même que finalement vous ne discutez jamais avec personne d'autre qu'avec vous même? Lorsque deux, trois ou vingt personnes discutent, il est entendu que, même si elles sont eternels, elles ne vont pas chacun d'entre elle garder la parole jusqu'à la fin des temps. Comment alors, si vous vous prétendez intelligent, pouvez-vous oser me dire que c'est là seulement ce que je pense. Croyez vous réellement qu'une petite phrase puisse refléter avec profondeur et réalité l'intégralité de ma pensée? Imaginez-vous que lorsque je prend la parole, je compte la garder suffisamment longtemps pour exprimer l'ensemble de ce que j'ai dans la tête à propos d'un même thème?"

Puis Nakor jeta un regard noir au drow

"Non évidemment! Alors cessez de me prendre pour le dernier des abrutis, qui apprend à peine à balbutier et à exprimer des idées à l'aide de bruissement sonores qui sortiraient de ma gorge. Enfin si vous êtes un si grand génie, ne déformez pas ce que je dis. C'est une manie chez bien des gens de votre peuple, comme quoi vous n'êtes pas si exceptionnel que ça. J'ai dis que la magie, à travers nous, évoluait. Qu'elle pouvait influer sur certaines de nos décisions en nous guidant légèrement. Est-ce que vous entendez alors dans mes propos Ranaghar, que je défends l'idée que nous sommes des pantins, des marionettes de quoi que ce soit? Non. Maintenant que tout cela est dit reprenons un peu. Je parle de corps de métier lorsque je parle des mages oui. Vous êtes née sans ne rien savoir sur la magie, vous avez étudié, vous avez pratiqué et vous êtes devenu un expert de votre art. Pour moi c'est donc un corps de métier à part entière, dans laquelle il faut apprendre afin de s'affiner, il n'y a pas de honte à dire ce genre de chose ... certains vont dire que c'est un art, un mode de vie, une philosophie, les mots importent peu, la signification est là et quand bien même vous êtes un génie dans votre art, il n'en reste pas moins que comme tout métier, vous avez du apprendre! Que cela vous donne un statut au sein des mages, très bien mais tout comme notre amie ici présente est une pyromancienne ou que d'autres sont des invocateurs, vous êtes un façonneur. Il n'y a là rien de plus selon moi, mais j'attends que vous me démontriez le contraire. Evidemment que la magie nous traverse tous puisque nous l'utilisons pour jouer nos tours, ce que je développais était plus précisément l'idée que comme une sorte de fluide possédant une intelligence propre, la magie partout autour de nous et travers nous peut être utilisé de deux manières distinctes : soit on l'utilise sans tenir égard pour elle, en la manipulant, en l'enfermant en la forçant et la détournant pour créer des artéfacts comme vous le faite dans votre ... métier de joaillier ou lorsqu'un bien piètre magicien se crois supérieur à la nature qui l'entoure. Soit vous étudiez en profondeur l'essence de ce qui vous permet d'être entier et vous apprenez à maitriser la magie, à la faire votre toute entière et à déclencher de très puissant sortilège sans pour autant dévaster la structure naturelle de notre monde, simplement en ne faisant de la magie, qu'une élongation de vous, un morceau de vous en sommes, une synergie totale Ranaghar, voilà comme je pratiques mon métier."

Nakor reprit alors son souffle, ayant montré qu'il pouvait tout aussi bien divaguer durant de longues minutes sans perdre son tour de parole, mais que du coup il mélangeait tout un tas de notion qui allait une nouvelle fois être reprise et déformé par le drow tant il y avait à dire. Ou tant il n'y avait rien à dire, après tout Nakor n'était qu'un imbécile incapable et Ranaghar un grand maitre, quasiment un dieu sur terre peut-être! Non mais et puis quoi encore! Le père noël au mois de Juillet! Nakor se détourna alors de sa majesté la fierté personnifié et continua en direction d'Haldren

"Quand à vous mon cher Haldren, je pense avoir clarifié un peu ma pensée et donc je ne répéterai pas ce que je viens de dire, car finalement ... je crois que nous sommes à peu prés d'accord à quelques minuscules détails prés. Ce qui est assez intéressant finalement, la magie étant sans doute le seul domaine où des races aussi différentes que les nôtres peuvent s'entendre ... enfin ... presque!"

Nakor jeta un coup d'œil à Ranaghar avant de continuer

"Pour le reste je ne peux qu'être une nouvelle fois dans votre sens, avec la destruction de Kirgan, nous perdons les meilleures ressources d'alcool fort et de bière brassé. Je ne saurai trop vous conseiller le vin humain Haldren, croyez moi, certains ont un gout extraordinaire et puis, comme il faut en boire plus pour se retrouver dans le même état, cela donne une excuse supplémentaire."

Nakor glissa un clin d'œil au maitre des magiciens guerriers drows avant de terminer

"Mais je déplore aussi la perte des connaissances naines et des nombreuses vies perdues. La magie runique est une magie entièrement fondé sur la foi divine. Pour tracer des runes et déployer leur potentiel de magie, les runistes doivent se vider l'esprit, laisser leur cœur envahit par leur foi en leur divinité et surtout ne plus penser qu'à une seule chose, ce qu'ils attendent de leur rune, du résultat ... une protection, une guérison, une attaque, une frappe élementale ... enfin vous comprenez l'ensemble. J'ai pratiqué pendant un temps, mais je ne croyais pas assez, mon esprit étant déjà habitué à sentir les effluves magiques de notre monde et à les faire mienne pour que j'ai encore de la place pour des dieux dans mon coeur. C'est ce qui me mène aussi à votre remarque mais je penche d'un côté de la barrière évidemment. Et pour vous répondre je pense que tout le monde possède une étincelle de magie en soit, une capacité, par le biais d'un long apprentissage, de pouvoir devenir magicien. Seulement, ce parcours est si compliqué que nous privilégions l'apprentissage de la magie à ceux qui ont une étincelle plus grande de contrôle de cette énergie ... afin de perdre moins de temps sans doute, ou par avoir moins de mal. Mais je crois, peut-être naïvement, que nous pourrions arriver au même résultat. J'ai vu trop de jeune petit gredin sans épaisseur, devenir des soldats destructeur, à la stature si imposante qu'on pourrait en faire des cauchemars pour me refuser de penser qu'il pourrait pourquoi pas devenir à la place un puissant magicien à la longue barbe blanche et aux pouvoirs ravageurs."

Nakor avait les yeux pétillants, il avait rêvé toute sa vie de prendre en main un jeune paysans sans aucun talent magique, de le faire étudier et de l'aider à devenir un grand magicien. Mais il n'avait jamais trouvé de candidat motivé et surtout il avait eut bien d'autres choses passionnantes à faire jusque là! Et plongé dans ses envies d'antan, sans trop s'en rendre compte, il tapa dans ses mains en disant

"Ho oui ho oui!"

Tellement excité qu'il donna naissance à des flammes dorées d'une puissance tout à fait notable dans ses mains, surtout quand on pensait qu'il faisait ça sans réfléchir. Puis en une fraction de seconde il se dit au fond de lui, que la situation pouvait basculer dans n'importe quel sens : ses homologues auraient put se sentir menacé par l'émergence des forces magiques de Nakor. Ca il allait donc le voir d'ici quelques microsecondes en surveillant les forces magiques de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1893
Âge : 34
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Jeu 10 Nov 2011 - 22:14

Fjama les écoutait parler, encore et encore. Ils développaient leurs théories, opposaient des idées sans même s’écouter entre eux. Une image s’imposa bien vite à son esprit et elle commença à sourire. De plus largement. Puis Nakor fit naitre une flamme dorée. A peine, l’impulsion première lui donnait naissance que Fjama s’était redressée complètement, droite comme une lame. Elle la regarda un instant vacillant dans le courant avant d’osciller sur le même rythme à son tour.

Du mouvement esquissé, elle se calqua complètement sur l’énergie déployée par Nakor. Comme les charmeurs de serpent, le feu faisant office du rythme martelé sur le sol, la magie de mélodie, Nakor avait capturé la plus dangereuse des créatures venimeuses : la femme. Puis, brusquement, la communion fut brisée. D’une torsade du poignet, l’almée invitait les flammes d’or à venir la retrouver. Un pont de fil d’énergie fut tressé en douceur et jeté entre les mains de l’archimage et celles de la pyromancienne. Si les flammes timides hésitèrent à quitter leur créateur un instant, une nouvelle saccade du corps de Fjama, une concentration dans son énergie qui cessa de se répandre en fumerole pour se concentrer en ardent brasier, les happèrent bien vite.

La flamme serpenta hors des mains de Nakor. Elle se lova caressante et alanguie sur la paume de la saltimbanque. D’une nouvelle impulsion naquit une nouvelle flamme, rubis, qui s’enroula autour de l’or crépitant. Dans un ballet lent, les feux se courtisèrent avant de s’embrasser pour mieux se séparer ensuite. Un troisième filament de flammes, ébène, se joignit au tango langoureux de ses ainés. L’observateur attentif notera rapidement les prunelles d’ambre de la « gamine » du groupe dardées avec émerveillement sur la magie qu’elle tenait au creux de ses mains. Assurément apercevra-t-il encore les hanches frémissantes qui ordonnaient aux feux et les modelaient. Le Geste, langage commun à toutes les créatures, commandait à l’énergie flamboyante de se muer en serpents tricolores. Tous crocs dehors, ils se livraient bataille pour mieux s’assembler. Les doigts de la pyromancienne s’écartèrent avec brutalité mettant fin à l’union dans un artifice d’étincelles tricolores. Avec lenteur, elle se joignit alors au débat.

- Il est une chose commune à tous les mâles, de toutes les races : Ils veulent discourir, mais aucun n’est capable de faire l’effort de comprendre ce que ces interlocuteurs désirent exprimer. Même fort de plusieurs siècles, détenteurs d’un savoir magique les plus impressionnants qu’il m’est été donné de voir, vous vous confrontez pour vaincre et assujettir vos « semblables » à votre thèse. Aussi exactes peuvent-elles être. Dans le langage des petites gens comme moi, on appelle ça « jouer à qui a la plus grosse ».

Après cette petite pique, elle esquissa un charmant sourire d’excuse avant d’enchainer.

- Je ne pense pas que la magie ou les dieux guident quoique ce soit. Aussi immortels soient nos ascendances, nous sommes leurs créations. Et comme des enfants, il nous est complètement impossible de comprendre les desseins de nos parents. Je préfère croire que mes actes viennent de moi seule plutôt que de me reposer sur un pouvoir supérieur. Quand bien même, pensez-vous sincèrement que quelque chose d’aussi grand que la volonté et les désirs des Cinq et de la Magie soit à notre portée de compréhension ? Qu’Ils disposent de suffisamment de temps et d’envie pour s’occuper de nos vies, actes ou « destins » - si vous croyez à une chose aussi grotesque - ?
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Ven 11 Nov 2011 - 6:05

« Croyez-vous réellement qu'une petite phrase puisse refléter avec profondeur et réalité l'intégralité de ma pensée ? »
C’était une blague ? Non, sérieusement, on lui faisait une farce n’est-ce pas ? Parce qu’en supposant que ce mage sut faire preuve de profondeur, n’était-ce pas lui le premier à prétendre à savoir la pensée entière d’un individu – sa personne en l’occurrence – en la jugeant sur une seule phrase et lui coller l’étiquette de vil, malveillant et simple utilisateur pratique qui ne conçoit pas l’existence d’un bébé magique suprême et capricieux ? Si ! Et pourtant, voila que ce même vieux c** - oui, il avait des pensées aussi vulgaire ! – la ramène sur ce même sujet ! Ce n’est pas un mage ce machin là, c’est un vieux atteint d’un mal purement humain, la sénilité !

« Vous êtes un débile, Nakor. »

Un instant, il voulu développer, mais finalement, cette phrase était une synthèse absolue et parfaite de ce qu’était la réalité à ses yeux… Un débile, un vieux con aussi mage que lui était guerrier, aussi sage qu’il était sanguinaire, c’est dire si on en était loin !

« Ne faites pas de leçon que vous ne sauriez appliquer, vieux con, vous en sortirez moins ridicule. »

Amateurs de beaux langages, passez votre chemin, le façonneur en avait ras la casquette à peine cette rencontre initiée de tant d’absurdité… C’était comme dans les bibliothèques et autres archives magiques, avec tout ces charlatans prétendus mages qui donnaient l’illusion d’être capable de saisir ce qu’ils trouvaient en ces lieux ! Le mage commun était décidemment peu supportable, et cela semblait bien pire à mesure qu’il prenait de l’âge.

« Vous voulez que je vous démontre combien votre raisonnement est stupide ? Soit, mais écoutez alors, au lieu de faire semblant. Lorsque vous êtes né, saviez-vous tout de la marche ? Non. Vous avez apprit à marcher, progressivement, d’abord en rampant, puis à quatre pattes, puis sur vos deux pieds avec de l’aide, puis sans, à mesure que vous appreniez à vous servir de vos jambes, que vos muscles se développaient. Peut-on dès lors considérer que vous êtes un expert en marche ? Que c’est là votre corps de métier ? Non, c’est une chose qu’on fait naturellement. Et bien pour moi, la magie, c’est la même chose. Je suis né avec, et quand mon esprit fut suffisamment mûre, il put l’utiliser. On m’aida à saisir sa complexité, à le maîtriser aussi bien qu’on vous a aidé à marcher en vous tenant par la main, par exemple. C’est aussi simple que cela. »

Un raisonnement qu’il espérait à la portée de cette intelligence inférieure… Mais il n’allait pas rester sur ces gentillesses alors qu’il recommençait à supposer tout savoir, de lui, de sa manière d’aborder les choses… Encore avec sa foutue définition, et pas l’envie de considérer qu’elle est fausse.

« Vous parlez d’égard à la magie, et de mon manque à ce niveau, pourtant, vous considérez que mage est un métier, et donc, que la magie est votre outil de travail. » Il insista bien sur le terme d’outil. « Dès lors, je préfère me placer hors de cette catégorie, car j’étudie la magie, non parce que c’est mon métier, mais parce qu’elle fait partie de moi et que toutes connaissances acquises est donc synonyme de développement personnel, non pas professionnel.
Voila comment je vis avec la magie.»


Il avait sensiblement reprit le ton de la dernière phrase de Nakor, afin de marquer plus encore la différence entre la professionnalisation qu’il défendait et sa vision des choses.
Mais il imaginait bien le mage revenir sur ses propos, dire que c’était lui le passionné, et que le façonneur n’était qu’un vil et pauvre exploitant ! Parce qu’il est toc-toc ce vieux con, et qu’il a un besoin maladif de s’affirmer.

« Maintenant, et dans une tentative à mon sens vaine puisque vous n’écoutez rien, de vous l’expliquer… Vous parlez des façonneurs comme de détourneurs de magie. Quand vous envoyez et créez un sort, vous manipulez la magie, votre magie, non ? La forme que prend cette manipulation, c’est le sort en question, c’est le résultat de ce que votre « don » vous permet. Le résultat de mon don, ce qu’il permet, c’est de manipuler ma magie, celle des autres pour enchanter des pierres et leur donner des effets, et la gemme obtenue est à ma magie ce qu’un sort est à la votre. Dès lors, démontrez-moi que votre façon de faire vaut mieux que la mienne ? Démontrez-moi que la manière dont se manifeste votre magie accorde plus d’égard que la mienne ? »

Mais il ne le pourrait pas. Mais la grande question serait de se demander s’il oserait admettre son tort, et là encore, on aurait tendance à dire « il ne le pourrait pas. ». Et pourtant, Ranaghar faisait un effort, il n’insultait plus, il tentait d’expliquer, mais il doutait finalement que le motif de tel propos trouve son origine dans du concret, et non pas dans la foi aveugle et absurde qu’il offre à son savoir prétendument certain.

Puis du même coup, il répondait à Fjama et à sa critique ouverte ! Il entendait et comprenait les propos du vieux chnoc, mais il n’allait pas y adhérer pour autant, et confronterait la vérité tant que ce dernier ne fera pas au moins l’effort d’un pas en arrière sur un sujet où, excusez du langage, il y bitte que dalle !

Mais il sourit tout de même au fait qu’elle le rejoigne sur le fait que la conscience bébé supérieure qui guide tout ce beau monde, c’est grotesque, aussi, et finalement se tourna t’il vers elle et murmura un « merci » tout ce qu'il y a de plus sincère, avec un petit quelque chose qui brillait dans le regard avant d’en revenir aux deux autres débiles. Finalement, c’était la femme qui ramenait un peu d’espoir au façonneur, il y avait des mages « commun » intelligents ! Tout espoir n’était pas encore perdu !

Quant à la pique de Haldren, autant dire qu’il n’en avait même pas tenu compte, et ne prendrait pas la peine d’y répondre !

Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Dim 13 Nov 2011 - 20:49

Dans un premier temps quelque chose s'enflamma, en Fjama bien sur, son contact mystique avec le feu. Elle déploya son pouvoir et Nakor resta alors sur ses gardes. Comme une flamme terrible et surpuissante, la jeune demi-drow partait légèrement dans tous les sens, ne concentrant pas l'ensemble de son pouvoir sur son désir premier de s'emparer du feu. Elle était une pyromancienne, une experte en feu, qui contrôlerait sans doute mieux que lui l'élément brulant. Nakor activa ses forces internes et canalisa son propre flux afin de le maintenir dans le creux de sa main. Les filaments de pouvoir de Fjama se concentrèrent un peu plus et durant quelques centièmes de seconde, ils luttèrent, Nakor résistant à l'appel de la maitresse en feu. Puis il vit et senti ce qu'il voulait voir et sentir, il relâcha alors la pression sachant qu'il aurait fini par perdre ou devoir passer à l'utilisation d'autres éléments et d'autres pans de sa magie pour vaincre. La flamme parti donc et Fjama se mit à danser, les yeux brillant d'un brasier interne saisissant. Elle dissipa ensuite les flammes sous l'inclinaison de Nakor, il venait de s'abaisser légèrement comme pour saluer sa bonne prestation. Il allait lui conseiller cependant de canaliser d'entrée de jeu ses pouvoirs sous peine de perdre de l'énergie inutilement quand elle prit la parole. Selon elle ils jouaient tous les trois à qui avait la plus grosse. Nakor se mit à sourire grandement à cette métaphore imposée et secoua la tête de droite à gauche. Voilà un point de vu cruellement féminin et pas tout à fait proche de la vérité absolu. Les magiciens avaient entamé, malgré eux, une discussion, chacun amenant ses arguments et cherchant à démonter ses opposants. Enfin ça c'est ce qu'aurait été une réelle discussion si l'un des trois participants n'était pas un incapable écervelé. Mais là ce n'était pas le cas et Nakor avait passé son temps à reprendre ce qu'il avait dit, pour cesser la manipulation erroné de ses propres mots et rappeler aussi qui avait donné les idées. Il n'avait jamais parlé d'une spiritualité de bébé. Pourquoi diantre lui collait-on alors cette idée puisqu'elle venait d'Haldren. Le vieux fou mit cela sur le compte de la sottise grande et féroce de son interlocuteur et décida d'abandonner avec Fjama aussi. Après tout elle n'avait pas cité de nom et n'avait regardé personne en particulier quand elle rappela cette idée saugrenue. Elle précisa qu'il croyait peut-être au destin, bien tourné vers Nakor cette fois. Il ouvrit de grands yeux, comme pour montrer son étonnement face à une telle folie et allait répondre quand Ranaghar sembla retrouver l'usage de la parole. Du fait de sa petite altercation magique avec la maitresse des flammes, Nakor n'avait pas regardé ce drow imbu de lui même. Il n'avait donc pas vu l'énervement monter dans tout son être. Et ce dernier explosa en insulte évidement ... l'arme des idiots à court d'argument intelligent. Nakor regarda alors Ranaghar énoncer tout un tas de chose, se calmant difficilement. Puis le vieux fou se tourna en direction d'Haldren, puis de Fjama, revint à Haldren, à Ranaghar et encore Haldren. Puis il interpella le maitre drow

"Par les dieux Haldren, comment pouvez-vous confier la recherche en magie de votre peuple à un tel incompétent? C'est très surprenant de la part du Puys d'Elda."

Puis comme un professeur voulant bien passer sur la plus grande idiotie qu’il n’ait jamais entendu venant de son pire élève et prit la parole

"Les insultes et la vulgarité son l'apanage des incapables, de ceux qui n'ont plus d'arguments assez solides pour tenir une discussion et en viennent aux noms d'oiseaux. Vous me décevez beaucoup Ranaghar. Moi qui vous prenez pour un être doté d'un brin d'intelligence, je vois que je me suis grandement trompé ... quelle tristesse pour moi!"

Nakor était un bon comédien, un très bon comédien même, il avait passé sa vie à jouer avec le monde qui l'entourait, se faisant passer pour plus fou qu'il n'était à chaque fois que c'était possible afin de déstabiliser ses adversaires, ses interlocuteurs ou plus simplement ses amis proches afin d'amuser la galerie. Et là, depuis le départ, il cherchait à voir comment les drows réagissaient, avec de l'amicalité ouverte en direction d'Haldren et du mépris en direction de Ranaghar. Les choses avaient plutôt bien marché en le drow avait dérapé bien vite. Il tentait de se reprendre maintenant et Nakor décida de pousser un peu plus loin afin de voir jusqu'où les choses pouvaient aller avant qu'un combat destructeur explose entre eux

"Pensez-vous Ranaghar qu'un menuisier soit incapable d'assurer le travail d'un cuisinier pendant quelques temps? Un être est-il donc défini par la seule compétence qu'il utilise dans son travail quotidien? Alors en quoi être un marcheur né empêche d'être aussi un magicien, un joaillier ou un bretteur? Ce n'est en effet pas parce que l'on est expert en quelque chose que c'est notre métier, je vous l'accorde, puisque je n'ai jamais défendu cette idée stupide. Je défendais juste l'idée qu'être un magicien, un vrai, formé, connaisseur de son art, suffisamment habile pour ne pas être un danger pour lui même et ceux qui l'entourent est quelque chose qui demande beaucoup de temps et d'énergie. Tout notre temps presque, ce qui fait que quiconque voulant être un magicien y consacre bien souvent sa vie. Il faut bien alors trouver le moyen, avec son art, de gagner son pain. Gagner donc de l'argent en usant de son don est pour moi un métier. Voilà ce que je pense, vous pouvez ne pas être d'accord et auquel cas, j'entends vos arguments mais vous ne pouvez pas renier le fait que c'est grâce à votre magie que vous obtenez de quoi survivre. Vous pouvez appeler ça comme bon vous semble, par chez moi, nous appelons ça un métier."

Puis Nakor leva les deux mains, paumes ouverte comme acceptant quelque chose de façon significative. C'était en réponse à la manière dont vivait la magie, ce drow

"Et sachez que je suis bien heureux de vous entendre dire que c'est ainsi donc que vous vivez votre magie, en y préférant un développement interne plutôt qu'externe et financier. Je vous félicite car il est rare de trouver une telle personne chez les humains. Nos magiciens ne font qu'utiliser la magie et n'apprennent que si cela leur permet de se faire plus d'argent ... quelle fadaise!"

Et mais attendez un peu. Nakor serait-t-il en train de dire qu'il avait entendu Ranaghar et qu'il était heureux d'apprendre qu'il se comportait ainsi, que c'était la seule vraie manière de vivre la magie et qu'ils étaient sur la même longueur d'onde? Et bien oui, il le disait, le vieux fou aimait tellement changer de registre, défendre son idée, tirer des informations réelles des gens puis dire ce qu'il en pensait. Il ne changeait pas de propos, il ne revenait pas sur ce qu'il disait, jamais! Mais justement il avait défendu un usage sincère et non manipulateur de la magie. Lorsqu'il entendit donc Ranaghar dire qu'il préférait un developpement de ses connaissances pour une progression personnelle, il en fut réellement soulagé et heureux. Il continua même

"Je note aussi donc que les Façonneurs ne sont pas tous des manipulateurs. Vous faite peut-être exception après tout mais le peu de choses que j'ai pu lire sur les us et coutumes de ce ... de cette branche de la magie sont un peu autre. Tout de même j'irai un peu plus loin que vous Ranaghar. Lorsque je lance un sortilège, j'utilise mes propres forces internes pour montrer à la magie de la nature, celle tout autour de nous, ce que j'attends d'elle. Quand l'osmose existe, la magie suit mon mouvement et déploie le sortilège que je veux lancer. J'ai tout de même l'impression que votre exercice de la magie force cette dernière à faire ce qu'elle n'a pas forcément envie de faire. La différence n'est pas énorme mais tout de même, j'ai l'impression que je demande simplement à la magie de faire ce qu'elle sait faire, alors que ... et c'est toujours une impression ... je trouve que vous ... et bien que vous forcez la magie. Peut-être pourriez vous me faire une démonstration de votre talent ici et maintenant?"

Le magicien était sincère, il demandait à voir un peu comment fonctionnait cette branche, ce corps de métier, cette magie. Comment réagirait le drow à ce changement de ton? Farouchement? Fièrement? Bêtement? En tout cas le vieux magicien, courtois avait tout de même répondu aux insultes par des piques biens placées et de l'ironie avant de reprendre son calme comme son interlocuteur. Chaque camp était à égalité, comment cela continuerait-il? Ils allaient tous bientôt le savoir, en tout cas en un clin d'œil Nakor était toujours prêt à dévaster la moitié du royaume pour répondre à une menace magique.
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 637
Âge : 28
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Mar 15 Nov 2011 - 13:01

N’y a t-il pas comme un sifflement ? Non, sérieusement, tendez l’oreille… N’y aurait-il pas comme un sifflement, un léger bourdonnement permanent. Si vous n’entendez rien, c’est normal, tout ceci est une image, mais dans le crâne de Ranaghar, ça bouillonnait et la cocotte-minute commençait à se plaindre franchement, usant de tout son souffle pour dire que la pression était trop grande…

Dans son esprit, une petite voix lui soufflait :
Sérieusement, mon trésor, tu oses te rabaisser à leur niveau ? Discuter comme ces pignoufs le feraient ? Tu vaux tellement mieux que ça, mon trésor !
Mais… Il m’insulte ! Qu’on me dise que j’ai le physique d’une crevette est une chose, qu’on remette en cause mon intelligence… Les comédiens et les charlatans n’ont pas le droit de le faire, par Valas !
Tu sais bien qu’il n’admettra jamais son erreur, renonce à jouer à son niveau, mon trésor, rehausse le niveau et enfonce-le !


Et la pression redescendit, ce qui permit à son esprit supérieurement supérieur de respirer et de préparer une réponse qui n’aurait plus rien à voir avec ce que ce Nakor, vieux crouton usé par les ans, pouvait attendre ! Il n’exploserait pas, non ! Il ne serait pas si pitoyable !
Il laissa Nakor déballer ses remarques, son venin, ses provocations, il écouta sans vraiment le faire, et d’un coup, dans les propos, il saisit une phrase… C’est ça ! Mais oui, c’était la solution ! Voila comment il répondrait !

Je te l’avais bien dis, mon trésor !

Restait à concevoir la bonne formulation.
Mais une chose parasita un instant tout ce processus délicat… Quoique se fût finalement une réaction qu’il avait prévu. Nakor, par souci d’être toujours dans le vrai considéra comme bien le fait de considérer la magie comme développement professionnel, alors qu’il soutenait l’instant d’avant qu’un bon mage est un mage mort… euh, non, ce n’est pas ça… Un bon mage est un mage dont c’est le métier ! Ouais, c’est ça, c’est la bonne formule.

« Je crois que je comprends mieux… Tout ceci n’est qu’un problème de vocabulaire, nous n’avons pas les mêmes mots pour définir les mêmes choses. »

Et il se contenta de cela comme réplique, qui pouvait clore le débat, affichant un grand sourire qui supposait qu’il y avait tant de choses de cacher derrière cela. Il ne préciserait pas les définitions différentes qu’il sous-entendait, mais à ses yeux, la chose était très claire, et ça n’aurait pas plu.
Mais il prit comme un devoir de tout de même en finir avec ce qui est de la magie des façonneurs… Apporter donc une précision décisive qui pouvait permettre à Nakor de mieux saisir le résultat de sa magie, aussi userait-il d’une image simple.

« Alors j’irais plus loin… Figurez-vous chacune des gemmes qu’un façonneur imprègne comme un individu capable d’user d’un sort unique que le mage lui enseigne, et vous tomberez juste. A sa naissance, un mage nait avec un potentiel, une quantité d’énergie dans laquelle il peut puiser et il peut apprendre plusieurs sorts.
Une gemme est d’abord vide de magie autant que de connaissances… Le façonneur lui apprend un sort spécifique et peut lui offrir sa propre source de magie ou bien lui apprendre à puiser dans les ressources de son utilisateur ou d’une gemme, afin qu’elle l’utilise quand il le lui demandera. »


Il tira de sa poche un collier serti d’un petit saphir et de deux diamants.

« Là, par exemple, le saphir possède et connait un sort qui permet de rafraichir l’air autour du porteur et les deux diamants stockent de l’énergie puisée chez le porteur qu’elles offrent au saphir pour qu’il active et maintienne le sort, quelque soit la concentration du mage. »

Si après cela, le mage ne comprenait toujours pas, il renoncerait définitivement à dire quoique ce soit sur le sujet car cela démontrerait une fois pour toutes qu’il n’avait pas l’intelligence suffisante pour saisir ne serait-ce que le concept simplifié de l’imprégnation, ce qui lui donnerait définitivement raison.

Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1893
Âge : 34
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Jeu 1 Déc 2011 - 2:12

Après avoir pensé un bref instant que le petit interlude magie et la répartie un brin plus directe calmerait les mâles, Fjama dut revoir son jugement. S’asseyant sur le rebord de la fontaine tranquillement, elle écouta sans mot dire tout le reste du blabla. Finalement, elle se mit à bailler copieusement. Mouais, définitivement rien en commun. Nonchalamment, elle s’allongea à moitié sur le dos pour mirer le ciel. D’une main, elle caressait la surface de l’eau. Lentement, très lentement et sans plus de considération pour ces messieurs qui continuaient à batailler sur la magie avec force « non c’est moi qui ai la plus grosse » et par conséquent qui n’en avaient pas – de considération toujours – pour la demoiselle, elle commença à tisser une large toile énergique dans l’eau. Une fois le bassin à bonne température – soit au alentour de bouillant – elle défit lentement les lacets de ses cuissards et déposa botte par botte au sol. Glissant ses pieds dans son bain improvisé avec un soupire d’aise, elle releva ses jupes jusqu’à mi-cuisse, offrant en spectacle aux mages - pas très intéressés puisque trop occupés à leur concours toujours - une charmante vision sur ses délicieux jambes caramel et fuselées à souhait. Elle barbota ainsi longuement jusqu’à ce que le silence prenne à nouveau ses aises.

A cet instant, elle pivota sur son ravissant postérieur. D’un petit claquement de doigts, la chaleur fit s’évaporer le reste de l’eau et elle gaina à nouveau ses gambettes dans le cuir souple. Après un rapide clin d’œil au mage du Cronos pas plus bavard qu’elle, elle lissa ses jupons et arrangea son barda. Debout, elle se fendit d’une révérence tout à fait moqueuse et ajouta d’une voix forte.

- Messieurs, je dois hélas prendre congé de vous. Le temps de récupérer mes affaires dans une auberge et je fais voile vers ma nouvelle destination. Je dirais bien que ce fut un plaisir, mais cela serait mentir. Pour discourir à deux sur d’épineux sujets dont l’autre moitié des intervenants n’a rien à foutre, il n’y a pas besoin de faire tinter les cloches à tous les mages alentour ! Toutefois si vous organisez prochainement une petite fête avec quelques amis et que vous avez de l’or à dépenser, je serais ravie d’y participer et d’y donner spectacle. Mais pensez à faire une soirée alcoolisée sinon je vais gravement me faire chi…

Laissant en suspens sa phrase, elle s’inclina à nouveau bien bas. Juste avant de partir toutefois, elle risqua :

- Au fait, vous avez déjà entendu parler d’un mage royale hybride capable de calciner ses ennemis, os compris, en un claquement de doigts du nom de Nakhti ?

Aux réponses positives ou négatives, elle offrit simplement un sourire charmeur et un bref merci. Cette fois-ci, elle se détourna et reprit sa marche vers son auberge. Sans se retourner et avec un signe de la main, elle le salua une dernière fois.

- A Bientôt Messieurs. Et transmettez mes sincères salutations au Haut-Prêtre de Meingal si vous le croisez !
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 803
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   Jeu 1 Déc 2011 - 10:40

Puisque la danseuse pose la question, je précise que c’est Haldren qui a la plus grosse. Vous verriez l’engin ! Un monstre ! Et confortable en plus, vous pouvez vous y installer dans la durée sans pour autant souffrir de risques d’hémorroïdes. Donc oui, Haldren en a une grosse ! Avec du cuir un peu partout qui plus est.

Je parle de sa moto, bien sur…

Cela étant fait, et le public ayant copieusement hué le piteux spectacle, revenons à nos quatre mages atrabilaires et hautains. Tandis que l’amateur de gobelin et le vieux fou se chamaillaient verbalement sur la nature des façonneurs, leur rôle et leurs apports dans une société multiculturelle au 11eme cycle, le Ditronw Da’re matait sans vergogne Fjama qui pataugeait dans la fontaine. Joli petit lot la donzelle, du genre qui se mange sans faim. Alliez ce spectacle à quelques rasades d’alcool, et vous aurez un mage drow heureux.

Haldren se demanda l’espace d’un court instant s’il devait intervenir dans le débat ennuyeux sur l’imprégnation ou tout simplement planter là ses collègues qui préféraient prouver leur point de vue plutôt que de tenter de comprendre d’autres approches. Fjama, elle, ne réfléchit même pas aussi longtemps et les quitta sur une promesse de participer à une petite fête pour peu qu’elle soit bien payée. Idée à retenir, cela devait valoir le déplacement et égayer un peu le C’nros permettrait à son chef d’avoir l’impression de veiller au bien être de ses équipes.

De toute façon, il lui fallait penser à s’en retourner au Puy. Mine de rien son expérience ratée l’avait déplacé largement plus que prévu, et tenter une téléportation à si longue distance poserait quelques risques. Non, mieux vaudrait prendre un cheval pour débuter puis se téléporter une fois le canasson à bout de souffle. Optimisation de ressources, toujours penser en terme d’optimisation de ressources…

Se levant de la margelle de la fontaine, le Ditronw Da’re s’épousseta puis interrompit les deux querelleurs.


Bon, et bien sur ce, je vais suivre l’exemple de cette charmante créature et m’envoyer un verre ou deux au troquet du coin avant de retourner au Puy. Au plaisir messieurs !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu de magie sur les bords (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu de magie sur les bords (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un peu de magie sur les bords (PV)
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort
» [skin]Magie sur ma skin de chat
» Magie du Rat Cornu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: