Partagez | 
 

 Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]

Aller en bas 
AuteurMessage
Caley Aldaron
Humain
avatar

Nombre de messages : 216
Âge : 32
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Lun 7 Nov 2011 - 14:45

Combien de temps s’était-il écoulé depuis le début de ses pérégrinations? Sarifa en avait fait du chemin depuis qu’elle a quitté le village où elle est née et a grandi. Elle n’est plus du tout la même femme. Toutes les rencontres qu’elle a faites, des gens extraordinaires aux créatures les plus infâmes, ont fait d’elle la femme qu’elle est devenue. Elle est encore jeune et il lui reste de nombreuses aventures à vivre, mais elle ne compte plus tous les jours et les nuits passes sur la route, à dormir caché dans les fourrées, son épée toujours à porté de main juste au cas où quelque chose voudrait s’en prendre à elle. C’est un réflexe qu’elle avait depuis toujours, mais une expérience terrible l’avait profondément marqué, la rendant plus méfiante et craintive encore. Que s’était-il passé? Sarifa avait malheureusement croisé la route d’un drow qui avait décidé de s’amuser un peu avec elle. Elle a bien tenté de se défendre, mais il était plus fort qu’elle. La jeune femme peut tout de même s’estimer chanceuse de ne pas avoir été tuée cette nuit-là.

Toute cette route, elle ne l’a pas fait toute seule. Non, Sarifa est toujours accompagné de sa fidèle monture, Una. La jument avait fait preuve d’une patience exemplaire durant tout ce temps et Sarifa avait toujours pris grand soin d’elle. Elle prenait le temps de la brosser soigneusement deux fois par jour et vérifiait ses sabots et ses fers. Malgré tous les soins qu’elle lui apportait, il arriva à quelques reprises que la jument se blesse ou tombe malade. Sarifa devait alors interrompre ses pérégrinations pour s’occuper d’Una. Comme elle passait sa vie sur les routes, Una était sa seule amie et elle ne pouvait pas se permettre de la perdre.

Toutefois, Sarifa commençait à s’ennuyer. Elle pensait maintenant à retourner à la civilisation et peut-être s’établir. En fait, elle voulait surtout un compagnon qui voudrait bien la suivre dans ses aventures. Les nuits seraient moins froides avec quelqu’un à ses côtés et il serait bien moins dangereux de voyager sur les routes à deux. Enfin, elle se dirigeait lentement vers les territoires humains, mais encore fallait-il qu’elle traverse la forêt d’Aduram. C’était l’hiver et la nuit tombait vite en cette saison. Sarifa savait que si elle n’avançait pas plus vite, elle serait obligée de camper dehors. Elle voulait à tout prix éviter ça. Les nuits étaient froides et à cause de la neige, elle ne pouvait tout simplement pas s’enfoncer dans les bois pour être à l’abri des voyageurs nocturnes.

— Allez, Una, il faut faire un petit effort. Je suis certaine que tu ne veux pas passer la nuit dehors. Il nous reste encore quelques heures, mais la forêt est grande.

Sarifa éperonna doucement la jument pour qu’elle augmente le pas. Tout allait bien jusqu’à ce qu’elle entende un cliquetis métallique. Elle se pencha sur la selle pour regarder. La bête était en train de perdre un de ses fers.

— Oh non… Una… Ce maudit maréchal ferrant sentait l’alcool aussi!

La jeune femme sauta de selle pour examiner la patte de plus près. Le fer avait été mal posé. En chemin, des clous étaient tombés et tenter de les retrouver dans la neige était pratiquement mission impossible. Una pourra sans difficulté marcher, mais Sarifa ne pourra plus la monter. Cela réduisait à pratiquement nul leur chance de pouvoir dormir au chaud cette nuit dans une auberge. Elle soupira, décourager. Épuisée, la moindre embuche avait tendance à la rendre émotive ces derniers temps. Sarifa s’imaginait déjà en train d’écarteler ce maudit maréchal ferrant. Si jamais elle devait recroiser sa route, elle lui ferait cracher une à une les pièces qu’elle lui avait données.

— Je crois qu’on va être obligé de marcher…
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow


Nombre de messages : 288
Âge : 28
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mar 8 Nov 2011 - 6:59

S'il y en avait un à qui la civilisation ne manquait pas, c'était bien Naïm. Notre ancien soldat, converti en mercenaire, puis reconverti en espèce de rôdeur sans but, se contentait désormais de survivre en accomplissant quelques contrats à droite à gauche, des trucs loin d'être honorables mais qui lui permettaient de toucher de l'or, et par la même occasion de manger, de boire, et de dormir à sa guise. Il ne dependait plus des autres et ça lui faisait du bien. Vivre en ermite ainsi, lui permettait de prendre du recul et de découvrir autre chose, de s'éloigner des préceptes douteux qu'on lui avait mis dans le crâne depuis tout petit. La forêt d'Aduram n'avait plus masse de secrets pour lui, vu qu'il l'avait sillonné de fond en comble durant les derniers mois. Et bien que la neige commençait à s'inviter un peu partout en cette période hivernale, il ne semblait pas s'y déplaire. Ses vêtements en grosse fourrure acheté à la Dross lui permettait de ne pas trop se soucier de la température, ce qui aurait été une difficulté de taille, en plus de la nourriture.

Après s'être fait un petit camp de fortune, ou plutot devrait-on dire un "igloo", composé essentiellement de neige et d'un petit creux boisé où un feu faisait émaner quelque chaleur, non loin de la route principale, il s'apprêtait à repartir en direction de la grande Thaar. Là-bas un foyer l'attendait, constitué d'un lit et d'un couvert cette fois-ci, ce qui n'était pas négligeable. Le Sombre avait fait tout le chemin du retour la tête plongée dans ses pensées, sans réellement prêter attention à ce qui se passait autour de lui. Néanmoins, arrivé au Sentier, il aurait fallu être particulièrement stupide pour ne pas remarquer l’agitation débordante qui y régnait. Et ce soir comme souvent il n'était pas seul à parcourir l'Aduram. Il tendit l'oreille et s'orienta alors discrètement vers la voix qu'il entendait murmurer. Une humaine, c'était rare d'en croiser par ici.

Son regard passa sur le cheval à ses côtés, un froncement léger de sourcil l'accompagnant.

"Il faudrait changer de maréchal." dit-il d'un ton assez sarcastique, faisant remarquer sa présence au passage, en montrant d'un signe de tête la monture mal sabotée.

Il ne fit pas vraiment attention à la réaction de la jeune femme, si celle-ci était effrayée de voir soudainement apparaitre un drow, ou au contraire soulagée de croiser quelqu'un de bien vivant et qui semblait savoir aligner plus de deux mots, dans sa langue qui plus est. Pourtant Naïm n'était pas dans son plus beau jour, ses pupilles ne brillaient pas d'un éclat aussi intense que d'habitude, ses longs cheveux lui retombaient limite devant les yeux, et l’ensemble donnait l’impression d’une telle désinvolture qu’on était sans doute bien loin des convenances apprises par la jeune femme. Il faisait un peu sauvage, en fait, et s'il n'avait pas pris la parole spontanément, elle l'aurait sûrement pris en chasse. Heureusement qu'il avait nettoyé les quelques tâches de sang qui salissaient son visage et ses vêtements quelques heures plus tôt.

L'un des fers du cheval était donc pour ainsi dire hors d'usage. A cette heure-ci, il serait bien difficile pour cette humaine de trouver un maréchal, surtout ici, si loin des terres humaines. L'art du ferrage était minutieux et éprouvant, autant dans l'acte en lui-même que dans la constitution de tous les matériaux requis. Des humains jusqu'aux drows, c'était la même galère. Naïm avait aussi connu quelques déconvenues lorsqu'il était encore d'une classe assez aisée pour monter, et chez eux on tuait pour bien moins que ça. Rien de bien étrange somme toute. Toujours est-il que la femme allait avoir besoin d'aide, sans doute. Passer une nuit seule en Aduram était relativement risqué, même si elle semblait savoir se défendre, ou du moins elle voulait le faire croire, vu l'épée mise en évidence.

"J'allais reprendre la route, mais si vous voulez vous reposer, je me suis fait un petit abri là-bas. Il y a même une torche encore allumée, si vous craignez l'obscurité."

Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
avatar

Nombre de messages : 216
Âge : 32
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mar 8 Nov 2011 - 13:55

Sarifa s’apprêtait à reprendre la route, découragée à l’idée de devoir faire le restant du chemin à pied. Non pas parce que marcher l’épuisait, mais parce qu’elle sera sans doute obligée de continuer à avancer une fois la nuit tombée. Tous les voyageurs diront que c’est une très mauvaise idée de voyager la nuit, mais Sarifa était prête à prendre ce risque si cela signifiait qu’à la fin, elle aurait droit à un bon lit et un repas chaud dans une auberge. Elle caressa l’encolure de la jument pour l’encourager et passa la bride par-dessus sa tête pour pouvoir la guider. C’est à ce moment que la bête eut une réaction tout à fait… animale si on peut dire. En voyant un inconnu apparaître derrière sa maîtresse, Una releva la tête les oreilles bien droites, à la fois curieuse et attentive. Sarifa comprit aussitôt qu’il y avait quelqu’un derrière elle. La réaction fut instantanée. L’épée à la main, elle se retourna d’un bond pour faire face à l’inconnu qui ne trouva rien de plus amusant que de dire à la jeune femme qu’elle devait envisager de changer de maréchal. Le choc de la surprise fut amplifié lorsqu’elle vit que l’inconnu était un drow. À ce moment, elle serait si fort la garde de son épée que ses jointures étaient blanches. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, causé par la panique impossible à contrôler correctement. Les souvenirs de cette nuit vinrent la hanter encore, même si le drow devant elle semblait moins menaçant que celui qui l’avait agressé.

— Vous vous croyez drôle!? Sa voix était légèrement tremblante, trahissant sa peur.

La jeune femme était prête à bondir, malgré la fatigue, pour défendre sa vie. Son épée lui semblait terriblement lourde. À ce stade, elle se battrait avec l’énergie du désespoir, même si quelque chose lui disait dans sa tête que ce combat était perdu d’avance. Elle avait bien essayé de se défendre contre l’autre drow et c’est sans la moindre difficulté qu’il l’avait plaqué au sol pour faire sa sale besogne. Toutefois, la situation était différente sur plusieurs points. Premièrement, ils étaient en plein jour et Sarifa n’avait jamais croisé de drow en plein soleil. Deuxièmement, il ne semblait pas particulièrement agressif. Son apparence générale trahissait… de la fatigue? Non, c’était plutôt de la désinvolture. Quoi qu’il en soit, un drow qui essaie de se montrer serviable, ça n’existe pas.

— Vous croyez que je vais accepter l’aide d’un drow? Vous rêvez…

Sarifa était vraiment prête à bondir. Au moindre mouvement du drow, elle allait lui sauter dessus. Cette fois, elle n’allait pas laisser une de ces créatures prendre le dessus sur elle. Toutefois, vu son état, il était moins certain qu’elle puisse réellement le faire. La vue du drow avait engendré une réaction instinctive de peur viscérale. Si un combat devait se faire, elle risquait de frapper dans tous les sens sans réfléchir à ce qu’elle faisait. Si son opposant était un bon escrimeur, il pourrait facilement avoir le dessus sur elle.

— Vous allez partir, oui? Je n’ai pas besoin de votre aide! Dégagez!
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow


Nombre de messages : 288
Âge : 28
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mer 9 Nov 2011 - 11:19

Drôle ? A cet instant et contrairement à souvent, non, il ne se trouvait pas drôle, et aurait été étonné que quelqu'un puisse juger cette situation comme étant "drôle" : Il faisait -22, la nuit tombait, il n'avait plus d'amis, plus de famille, plus de place à Elda, et la guerre menaçait à tout moment de rayer son existence ainsi que celle de tous les siens... Ca aurait été comique si Naïm avait été un quelconque fou. Hélas ce n'était pas le cas et tout ce qui lui importait était de survivre, ces temps-ci. Et comme il était doué dans l'art de la survie, il proposait son aide aux personnes qui en avaient besoin. Son sarcasme prononcé n'était rien de plus qu'une baviole qu'il transportait avec lui durant ses pérégrinations et qui lui permettait de garder un peu de son précieux amour propre.

Si l'humaine ne voulait pas de son aide, tant pis, mais sa fierté la perdrait tôt ou tard, comme elle l'avait perdu lui. Alors quoi, elle le prenait pour un cannibale ? Elle le pensait vraiment sauvage au point de planter ses dents dans ses cuisses ?
Le ton qu'il employa cette fois-ci pour lui répondre fut bien plus ferme, comme coupant court aux fausses idées qu'elle se faisait à son sujet.

"Ne soyez pas bête et venez vous abriter. Je ne vous le redirais pas deux fois."

Il n'avait aucun moyen de lui prouver sa bonne foi, trop peu enclin à se désarmer car le coin n'était pas forcément le plus sûr d'Aduram, et rien ne lui disait qu'elle ne tenterait pas de lui trancher la gorge une fois son épée à terre. Bien que les forts tremblements qui la parcouraient depuis qu'elle l'avait vu trahissaient un certain malaise, qui réduirait fortement ses chances de le blesser. D'autant qu'à l'heure actuelle il ne craignait plus grand chose, il aurait été capable de combattre un ours à mains nues pour manger, se protéger, voir se soulager. La belle allait devoir le croire sur parole, si elle voulait mettre un peu plus de chance de son côté face aux dangers d'Aduram.

Un drow serviable ? Trop peu pour lui. Non, il se montrait tout simplement gentleman, pour une fois. Si la personne en mauvaise posture avait éte un homme, par Uriz il l'aurait ignoré, voir menacé, au pire tué sur place. Mais le fait est que croiser une jolie jeune femme était chose rare ici, et c'était donc avec une certaine nostalgie des Sombrettes d'Elda qu'il lui avait proposé son aide, en tout bien tout honneur, oubliant la race, se fiant au genre. Mais apparamment c'était un coup dur pour elle, la vision du beau Sombre ne l'enchantait guère, et elle fut à la limite de l'insulter, le chassant comme on chasserait un moustique un peu trop avenant, à défaut de l'écraser. De toute façon lui comme elle savait qu'elle n'aurait pu le faire.

Bref, voyant qu'elle n'avait pas l'air très optimiste quant à l'avenir de cette rencontre prématurée, il commenca à rebrousser chemin et à se rediriger vers sa cache. Il ignorait bien sûr qu'elle avait été violée par un drow, mais quelle guerrière un peu trop héroïque ne l'avait pas été ? C'était la loi, chez eux, c'était ainsi qu'ils prouvaient leur suprématie. Et au passage ceci les forçait à redescendre de leur piédestal, à croire qu'elles pouvaient dresser des êtres aussi puissants qu'eux. Déjà qu'elles avaient du mal à dompter les hommes de leur peuple, pensaient-elles vraiment pouvoir parvenir à s'imposer avec eux ? C'était perdu d'avance.

"Si vous croisez un autre Elfe Noir, il risque de ne pas se montrer aussi courtois." ajouta t-il en s'éloignant doucement, en toute "innocence".
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
avatar

Nombre de messages : 216
Âge : 32
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Ven 11 Nov 2011 - 14:55

Le froid était terriblement mordant et elle savait au fond d’elle qu’il était complètement stupide de penser pouvoir voyager de nuit avec une telle température. Elle risquait d’avoir de graves engelures. Sarifa avait déjà vu, une fois, ce que pouvaient faire les engelures. Un guerrier ne pouvant plus tenir une épée parce qu’il avait perdu des doigts à cause du froid, c’était terrible. Enfin, la jeune femme tentait de réfléchir à toute vitesse. Au fond d’elle, elle ne pouvait tout simplement pas faire confiance à un drow, mais d’un autre côté, il n’avait pas tort. Si elle continuait à s’obstiner comme elle le faisait, elle risquait d’y aller la peau d’une manière vraiment stupide. C’est dans un moment pareil qu’elle aurait aimé quelqu’un pour la conseiller. Bon, l’elfe noir était prêt à l’abandonné à son sort. Il devait bien se moquer de ce qui adviendrait de l’humaine. Il s’était simplement montré courtois, chose étrange pour un être comme lui. C’est pourquoi Sarifa était autant déstabilisé.

Le drow reprenait déjà la route, la mettant en garde sur les autres elfes noirs qu’elle pourrait rencontrer et qui se montreraient surement moins « gentils » que lui. Piétinant une bonne foi pour tout son orgueil, Sarifa le héla.

— Hey… Attendez! Je… D’accord, je vais vous suivre.

Elle s’avança d’un pas, tenant la bride du cheval d’une main et son épée de l’autre. Elle n’allait certainement pas se désarmer en présence d’un elfe noir. Son comportement plutôt courtois pouvait être une ruse pour attaquer la jeune femme en difficulté. Avec de telles créatures, tout était possible, malheureusement.

— Mais vous marchez devant. Je ne vais pas vous attaquer, je veux juste… prendre quelques précautions.

Le froid avait rougi ses joues et son nez. Malgré son épaisse cape de fourrure, elle grelottait. Sarifa rêvait d’un bon feu et d’un repas chaud. Son ventre gargouillait juste à cette idée. L’hiver n’était définitivement pas la saison qu’elle préférait. Elle n’aimait pas non plus le printemps, du moins le début lorsque la neige fondait. Les chemins devenaient boueux et impraticables à cheval. Immanquablement, elle se retrouvait à patauger dans la boue, tirant sur la bride de Una qui refusait d’avancer. Quand elle en avait l’occasion, elle tentait de fuir les contrées où les saisons étaient plus extrêmes. La vie sur les routes avait bien quelques avantages, mais elle avait aussi son lot d’inconvénients.
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow


Nombre de messages : 288
Âge : 28
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mer 16 Nov 2011 - 3:45

— Mais vous marchez devant. Je ne vais pas vous attaquer, je veux juste… prendre quelques précautions.

"Bien, bien. C'est par là, suivez-moi." lui répondit-il d'un ton las.

Une réaction typiquement humaine. Il lui venait en aide, elle ne lui faisait pas confiance, et se rassurait en menant la marche. Mais, petite femme, ce n'est pas une vulgaire lame qui aurait empêché Naïm de vous tuer s'il en avait éprouvé l'envie...

Il la mena un peu plus loin, là où il s'était fait un petit abri où dormir, et il y avait de la place pour deux. Le long d'une arête rocheuse qui saillait du sol, le Sombre avait dégagé dans la neige un creux assez grand pour lui permettre de s'allonger contre la pierre, afin de se cacher du vent et de l'éventuel blizzard. Un petit feu crépitait tant bien que mal sous le bivouac, faisant griller quelques restes de peau de cerf et de loup. Il l'avait allumé à l'aide d'une fine lanière en tendon et un bâton courbé en guise d'arc-à-feu. Les buissons enneigés à feuilles étroites qui entouraient la zone étaient résineux et leurs branches sèchées brûlaient bien. Naïm se pencha pour inhaler la fumée odorante du feu puis se rassit en l'expirant, les yeux fermés.

"C'est le parfum que laisse le souffle de Zhak'Bar Melrith." déclara t-il, faisant référence à l'un de leurs Dieux.

Il lui fit un signe de tête pour lui indiquer que son repas était là. Il avait du chasser pour se nourrir ce soir, mais la viande fumée permetterait à la jeune femme de reprendre des forces. Ces temps-ci, le Sombre ne se nourrissait que de viande ou de sang. ll sortit une outre d'eau de ses amples vêtements, et se servit de quelques plantes aquatiques collectées en chemin pour filtrer l'eau dont il remplit les longues outres tubulaires, faites en boyau d'animal. Il tendit l'eau à la jeune femme qui devait sûrement être assoiffée.

Il se leva quelques minutes plus tard, s'approcha d'un buisson proche, en casse une branche encore feuillue et en enveloppa l'extrémitée à l'aide de plusieurs autres branchioles qu'il entretissa adroitement avec celles du rameau principal jusqu'à obtenir un bâton terminé par une épaisse touffe de végétation. Il l'enfonça dans les flammes où il s'embrasa aussitôt, puis, sa torche improvisée à la main, il s'éloigna de quelques mètres, et observa les alentours.

"Je monterais la garde pendant que vous dormirez. De toute façon, je n'ai pas sommeil." lui déclara t-il en s'adossant à l'arbre le plus proche. La torche faisait de son visage un masque changeant d'ombres et de clairs.

Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
avatar

Nombre de messages : 216
Âge : 32
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Dim 20 Nov 2011 - 14:28

Qu’il laisse au moins l’illusion à Sarifa qu’elle contrôle la situation! Elle savait bien, au fond d’elle, que le Drow pourrait sans mal la tuer s’il décidait de le faire. Qu’en cet instant, il se montrait coopératif et ne démontrait pas le moindre signe d’agressivité. Toutefois, il était tout simplement impossible pour la jeune femme de baisser les armes. Elle ne pouvait pas marcher côte à côte avec un drow et lui faire confiance. C’était plus fort qu’elle! Une peur viscérale qui la tenaillait; une réaction de son corps qu’elle ne pouvait pas contrôler ou à peine.

Marchant derrière en tenant d’une main la bride de son cheval et de l’autre son épée, elle suivit l’elfe noir jusqu’au camp de fortune qu’il avait monté. L’endroit était bien protéger du vent et plutôt douillet compte tenu du froid ambiant. Enfin, dans l’esprit de Sarifa, tout endroit avec un feu de camp était automatiquement plus douillet que tout le reste. Elle était gelée jusqu'aux os.

L’odeur du feu était agréable, tout comme celle de la viande grillée qui fit réaliser à la jeune femme à quel point elle pouvait avoir faim. Le grondement sourd de son ventre ne pouvait tout simplement pas passer inaperçu. Le drow s’était approché du feu. À contre-jour, sa silhouette se dessinait distinctement et Sarifa ne pouvait s’empêcher de faire un comparatif avec les elfes. Ils étaient à la fois semblables et totalement différents. Elle avait, durant ses voyages, rencontrer des elfes, créatures mystérieuses et magnifiques qui la fascinaient à chaque fois qu’elle en croisait. Elle en savait un peu sur leur peuple, mais Sarifa ne connaissait rien du peuple drow. En même temps, elle ne tenait pas réellement à en apprendre plus. D’ailleurs, l’elfe noir parla, mentionnant au passage le nom de l’une de leurs divinités. Pour la jeune femme, ce dieu lui était totalement étranger.

— Je ne sais rien des Drows.

Son ton laissait clairement entendre qu’elle ne tenait pas vraiment en savoir plus.

Avant de s’occuper d’elle-même, Sarifa voulait s’assurer que sa monture passerait une nuit confortable malgré le froid. Elle installa le cheval non loin du feu, bien à l’abri du vent mordant. Elle retira sa selle et les sacoches qu’elle déposa sur le sol près de l’endroit où la jeune femme passerait la nuit. Elle avait l’habitude de les utiliser comme oreiller lorsqu’elle passait la nuit sur les routes. Des sacoches, elle sortit une ration d’avoine pour l’animal. Alors que la jument se régalait, Sarifa flattait son encolure.

— Désolée ma belle, je n’ai plus de fourrage. Il faudra te contenter de ça et de ce que tu pourras grappiller sur le sol jusqu’à ce qu’on ait rejoint la ville la plus proche.

On voyait que ce cheval était tout ce que Sarifa possédait. Ce n’était pas seulement une monture, c’était une amie et la jeune femme s’inquiétait pour elle. Depuis le début de l’hiver, à cause des mauvaises conditions de voyage, la bête avait perdu du poids. Ça se voyait malgré l’épaisse couche de poils sensés la protéger des rigueurs de l’hiver.

Une dernière petite tape sur l’échine frémissante d’Una et Sarifa retourna vers le feu pour se réchauffer. Elle semblait avoir baissé sa garde. Son épée avait retrouvé son fourreau et elle ne fixait pas le drow d’un œil mauvais. C’était peut-être parce qu’elle était trop soulagée d’avoir un bon feu pour se réchauffer. Toutefois, elle continuait de surveiller du coin de l’œil et les faits et gestes de son drôle d’hôte. Elle ne lui faisait pas confiance. Elle accepta cependant avec soulagement la gourde d’eau que lui tendit la sombre créature. L’eau avait un léger arrière goûté. Essayant de ne pas y penser, elle but de longues gorgées avant de le remercier en marmonnant quelque chose d’incompréhensible. C’était une jeune femme bien élevée, mais elle avait quelques réticences à remercier correctement un drow.

Sarifa entreprit ensuite de se confectionner un petit repas chaud avec la viande qu’avait fait griller l’elfe noir. Elle s’assura de choisir seulement la viande de cerf. Son père lui avait dit d’éviter de manger la viande des prédateurs, qu’elle n’était pas saine pour l’homme. La viande était délicieuse et cuite juste à point avec un bon goût de fumé qu’elle aimait tant. En voyant le drow se confectionner une torche, elle déclara.

— Je croyais que les drows voyaient mieux dans l’obscurité la plus complète. C’est du moins ce que j’ai conclu après m’être fait attaquer à deux occasions par des représentants de votre espèce en pleine nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow


Nombre de messages : 288
Âge : 28
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mar 22 Nov 2011 - 7:08

"Cette torche ne me sert à rien, en effet. Vous voulez que je l'éteigne ?" lui dit-il avec un sourire narquois, répondant à son questionnement par la même occasion.

Car oui, s'il avait confectionné une torche c'était bien pour l'humaine, pour ne pas être obligé de la rassurer ou de la guider à ses moindres faits et gestes. Si elle voulait dormir en toute sereinité, elle ne pouvait compter que sur la lumière des flammes si elle ne faisait pas entièrement confiance au drow. Il ne voulait pas qu'elle tombe dans la paranoïa et qu'elle commence à crier et à attirer toutes les créatures bizarres des alentours. Si elle ne savait rien d'eux, elle allait peut-être en apprendre un peu plus sur certains d'entre eux, quelques mercenaires qui, loin d'avoir oublier les traditions de leur peuple, semblaient vouloir s'en démarquer en apportant leur "aide" et en partageant, conversant avec des étrangers, tant qu'ils ne se mettaient pas en travers de leur route et de leurs contrats.

Il se chargeait donc de surveiller le petit camp, se laissant le temps de cogiter un peu pour une fois, pensant à la suite de ses pérégrinations, ses projets, son avenir. Du coin de l'oeil il contempla quelques instants le cheval de l'humaine, se disant qu'il pourrait s'en servir de dessert, vu qu'il était resté sur sa faim avec cette viande sauvage, mais il se retracta bien vite ne voulant pas mettre plus d'huile sur le feu.

La guerrière, elle, mangeait à la manière d'une bonne vivante. Il profita de cet instant pour l'observer un peu plus attentivement. Elle avait de grands yeux gris qui lui évoquaient ceux d'un félin égaré, empreints en cet instant d'une expression vive et satisfaite. Elle avait l'air d'apprécier la nourriture, comme si c'eut été le premier repas depuis un an. Enfin, dans la temporalité d'un sombre... Peut-être n'avait-elle pas manger depuis une semaine, qui sait.

"Vous n'êtes pas moche pour une humaine." fit-il spontanément en baladant ses pupilles rougeoyantes sur elle.

C'était un compliment à sa manière, il ne trouvait pas les femelles humaines aussi attirantes que les elfes en général. Mais elle n'était pas repoussante, au contraire. Si elle le prenait mal, tant pis pour elle. Puis il décida de revenir sur une chose qu'elle avait dite quelques minutes auparavant.

"Vous dites que deux de mes frères vous ont attaquer ? Vous vous aventurez souvent sur nos terres ? Je vous rappelle que tout étranger franchissant nos frontières peut légitimement être pris pour cible, tout comme lorsque nous franchissons les vôtres."
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
avatar

Nombre de messages : 216
Âge : 32
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mar 22 Nov 2011 - 16:24

Sarifa fut surprise par la réponse de l’elfe à propos de la torche. Tout à coup, elle se sentait un peu bête d’avoir fait la remarque. Si son étrange compagnon l’avait allumé, ce n’était pas pour lui, mais pour elle. Dans la nuit, l’elfe noir pouvait complètement disparaitre, n’être plus qu’une ombre se faufilant entre les arbres, silencieux et meurtrier. Sarifa, ne disposant pas du même don de la vue, perdrait complètement sa trace, ce qui ne serait pas rassurant. Savoir qu’il y a un elfe noir qui rode dans le coin et qu’elle ne peut pas le voir… Oui, il était presque certain qu’elle perdrait son calme et hurlerait à en ameuter tout ce qui se trouve à proximité, bon ou mauvais. Avec la torche, si jamais elle se réveillait en sursaut avec l’urgent besoin de savoir où se trouvait l’elfe, elle pourrait le repérer facilement.

— Euh… Non, laissez-la allumer… Merci.

Ce dernier mot, elle l’avait dit sur le bout des lèvres, comme si elle se répugnait à remercier un être tel que lui. En même temps, elle était une jeune femme bien élevée et elle devait quand même se montrer reconnaissante de l’aide de l’elfe noir. Sans lui, elle serait encore sur la route à essayer de retrouver son chemin. Peut-être même qu’elle n’aurait pas passé la nuit à cause du froid et de la faim. Le froid, la faim et la fatigue, ce sont trois éléments qui affectent gravement le jugement.

Le repas était satisfaisant, effectivement. De plus, l’elfe avait raison dans son estimation. Sarifa mangeait très peu depuis une semaine environ. Elle n’avalait que le strict minimum pour tenir en selle. C’est pour cela qu’elle était si pressée de retourner à la civilisation. Elle pourrait manger à sa faim et être au chaud en attendant le retour des beaux jours. Toutefois, elle ne pouvait pas avaler toute la viande qui avait devant elle. Ce n’était pas le fruit de sa chasse. Si l’elfe noir avait encore faim, il aimerait surement terminer ce qu’il avait lui-même abattu. Alors la jeune femme décida de se contenir et laissa le restant au drow lorsqu’il aura une petite fringale.

C’est à ce moment que vint le « compliment ». Que l’elfe ait voulu être gentil ou non, Sarifa braqua ses pupilles d’acier sur la créature, le corps tendu comme la corde d’un arc. C’était le genre de paroles pleines d’ambigüités qui déplaisait fortement à Sarifa, surtout venant d’un elfe noir.

— Attention à ce que vous dites…

Elle continua de le regarder fixement pendant un moment. La lumière du feu dansait sur son visage et donnait à ses yeux un éclat étrange, hypnotique et presque sauvage. C’était le regard d’une femme qui, malgré sa jeunesse apparente, avait vu beaucoup de choses. Elle paraissait à la fois désabusée de la vie et pleine d’une détermination inébranlable. C’était le genre de femme qui resterait fière jusqu’à la fin, même si on tentait de la briser plusieurs fois. Elle finit par détourner la tête pour entreprendre les préparatifs pour la nuit. Elle allait se faire un petit nid douillet près du feu. Avec un peu de chance, elle dormirait bien cette nuit.

Le drow, un peu trop curieux, décida de l’interroger sur les attaques qu’elle avait subies par des représentants de son espèce. Sarifa était en train de sortir une couverture de l’un de ses sacoches de selles. Elle laissa son mouvement en suspens un moment avant de reprendre tout en racontant.

— Je sais… Quiconque traversant ces terres s’expose au risque, je le savais parfaitement. Toutefois, la première fois que je me suis faite agresser, j’étais bien loin d’ici, sur la terre des hommes. J’avais 15 ans, mon père, éleveur de chevaux, m’avait envoyé chercher de l’avoine pour nourrir les bêtes. Normalement, j’aurais dû rentrer avant la tombée de la nuit, mais le cheval que je montais avait un problème avec un de ses fers. Ça m’arrive trop souvent ce genre de chose. Quoi qu'il en soit, je rentrai quand un cavalier solitaire est passé près de moi à toute vitesse avant de faire demi-tour pour revenir vers moi. Je n’avais pas d’argent sur moi, seulement un cheval, deux mules et leur chargement. À cause d’elles, je ne pouvais pas fuir au galop. Je ne savais pas me défendre à l’époque, alors ma meilleure chance était d’abandonner la monture et de fuir à pied. En voulant descendre de selle, mon pied s’est coincé dans un étrier. J’étais coincé et blessé, incapable de fuir… Une proie facile… Heureusement, mon père est arrivé avec deux de ces amis et l’agresseur à préférer fuir.

Elle soupira. Ces souvenirs semblaient si lointains. Elle revoyait le visage de son père et la nostalgie l’envahit. Il était mort depuis longtemps, mais il lui manquait tellement.

— Mon père n’était pas un guerrier, simplement un éleveur de chevaux. Quand je lui ai demandé qui m’avait attaqué, il m’a répondu qu’il existait dans ce monde des créatures bien sombres qui préféraient la nuit à la lumière du jour. J’ai toujours tenu pour acquis qu’il s’agissait d’un elfe noir bien que je n’ai jamais vu son visage. C’était peut-être un humain, je ne sais pas. Habituellement, les voleurs de grand chemin attaquent en groupe et je suis presque certaine qu’un drow n’aurait eu aucun scrupule à tuer mon père, ses amis et moi. Enfin, c’était il y a bien longtemps. J’étais une gamine sans expérience qui chantait des comptines pour se rassurer dans le noir.

Un sourire ironique se dessina sur son visage. Son regard s’assombrit pour la suite du récit.

— La deuxième rencontre… c’était sur cette même route durant la saison chaude. J’ai lutté… de toutes mes forces… Mais jamais je n’avais rencontré un être aussi fort… Il n’avait pas l’intention de me tuer. Ou s’il l’a eu, il a changé d’avis. Il voulait… s’amuser.

Elle ne regardait même pas le drow, fixant plutôt les flammes. Elle pinça les lèvres.

— Après ça, pendant un temps j’ai cru que…

Sarifa laissa sa phrase en suspens, mais croisa machinalement ses bras sur son ventre. Elle avait eu peur d’être enceinte suite à cette agression. Elle ne sait pas ce qu’elle aurait fait si ça avait été le cas. Être la mère d’un bâtard drow n’avait rien de très gratifiant.

— Ça vous amuse peut-être d’entendre les exploits de vos semblables. Sachez que je ne vous aime pas et que je me méfie profondément de vous. Toutefois… vous m’avez aidé. Par conséquent, je vous suis… Je n’arrive pas à croire que je vais dire ça… je vous suis reconnaissante et j’ai maintenant une dette envers vous. Je n’ai pas grand-chose sur moi, mais si un jour nos chemins se croisent à nouveau, sur mon honneur, je vous rendrai la pareille. Maintenant, j’ai sommeil. Si jamais quelque chose approche du camp et que vous préférez ne pas l’affronter seul, réveillez-moi. Je sais me défendre.

Sur ces belles paroles, Sarifa s’étendit sur le matelas de fortune qu’elle avait monté et se couvrit avec sa cape doublée de fourrure. Elle ne s’endormit pas immédiatement, trop de souvenirs lui revenaient en mémoire à la suite de son récit. Les images de son père avaient laissé place à celles de cette nuit d’horreur et un frisson traversa son corps. Comment un acte aussi tendre et intime pouvait devenir brutal et dégradant à ce point? Elle ferma les yeux, tentant de chercher la paix dans le sommeil, faisant abstraction de la dureté et du froid du sol.
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow


Nombre de messages : 288
Âge : 28
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mar 22 Nov 2011 - 21:48

Le compliment était apparamment malvenu, Naïm n'en rajouta pas et se contenta de se resservir un morceau de viande et de le déguster avec lenteur, les yeux rivés sur les flammes après avoir soutenu ceux de Sarifa sans trop comprendre. Elle lui avait lancé un regard de sauvage et il ignorait pourquoi, avait-il été trop maladroit ? Bwa il n'avait jamais rien compris aux femelles humaines, ce n'est pas cette soirée qui allait changer la donne. Puis vint le moment nostalgique qui n'avait rien de poignant pour un sombre tel que Naïm mais qui semblait toucher la femme, c'était la phase exhutoire et la seule façon qu'avait le drow de ne pas trop mal se faire voir était d'accorder un tant soit peu d'importance à ses paroles. Au fond, il n'en avait pas grand chose à faire de sa jeunesse, de son père dresseur de chevaux, et ses problèmes de paranoïa qui lui faisait croire que tout être aux mauvaises intentions ne pouvait être qu'un drow. L'agresseur ne l'avait même pas toucher et elle se plaignait ?

"Si je vous racontais ma jeunesse, vous n'arriveriez même plus à dormir." lui lacha t-il avec un sourire dont la blancheur n'avait rien de vraiment rassurant.

Il avait été traité comme un moins que rien et s'était pris plus de coups dans son enfance qu'un vieil humain dans toute une vie. Alors un brigand de passage n'était pas plus un drame qu'un divertissement pour lui.

Mais même pour un drow comme lui, la deuxième partie du récit de cette femme avait quelque chose de touchant. Bien entendu il n'en montra rien et se contenta d'aquiescer les paroles de l'humaine, l'air passablement lassé et indifférent, comme s'il entendait ce genre d'histoires tous les jours et qu'elles ne constituaient rien de plus que des anecdotes pour lui. Malgré tout si le rapport de force était présent dans les relations charnelles entre sombres, et si celà était comme une tradition, il n'en était pas de même pour les humains qui apportaient presque plus d'importance aux sentiments qu'à l'acte en lui-même. C'était tout à leur honneur, c'est ainsi qu'ils fonctionnaient, et c'est ainsi qu'ils se sentaient plus "civilisés". Et qu'ils ne donnaient pas naissance à des bâtards régulièrement comme tous ceux qui pullulaient dans les bas fonds du Puy.

"Ce drow, comment s'appellait-il ? Vous a-t-il dit son nom ?" lui demanda t-il, intrigué.

Il était juste curieux de savoir s'il le connaissait, lui qui avait beaucoup de relations à la cité. Mais il pariait plutôt sur un soldat ou un mercenaire qu'un drow connu et dont la notorieté avait pu parvenir jusqu'à ses oreilles.

"Vous ne me devez rien, je refuse que quelqu'un me soit redevable, encore moins une humaine. Oubliez ça et dormez. Demain est un autre jour." conclut-il en s'éloignant et en s'asseyant contre le tronc d'un arbre, les pieds dans la neige, balayant les alentours de son regard rouge vif. Quand il se retourna elle était déjà endormie. Il en profita pour se reposer un peu lui aussi, de toute manière le coin avait l'air calme. Une petite sieste ne serait pas un luxe. Ses pupilles se fermèrent au même rythme que le chant d'un loup se tut au loin, avalé par le silence de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
avatar

Nombre de messages : 216
Âge : 32
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mer 23 Nov 2011 - 4:38

Que son histoire ne fasse ni chaud ni froid à l’elfe noir ne la dérangeait pas. C’est lui qui l’avait interrogé sur sa rencontre avec d’autres créatures de son genre. De plus, il faut voir ça comme une sorte de thérapie. Elle n’avait raconté à personne d’autre ses aventures. C’était son secret honteux. D’ailleurs, elle n’était même pas certaine de la raison pour laquelle elle a accepté de raconter ces évènements au drow. Quoi qu'il en soit, il savait maintenant et Sarifa se sentait un peu mieux quelque part.

Elle ne savait presque rien des drow, sauf que c’était une civilisation violente et sans scrupule. Si par ses mots l’elfe noir sous-entendait que son enfance avait été violente, la jeune femme n’avait pas de mal à le croire. Sarifa c’était toujours imaginer que si quelqu’un était violent, c’est parce qu’il avait eu une enfance difficile et qu’il survivait de la seule façon qu’il connaissait. Cette réflexion pouvait paraître un peu simpliste, mais elle avait du sens selon elle. C’est triste de faire vivre tant de souffrance à un enfant, qu’il soit de n’importe laquelle race. Sarifa ne le dira pas tout haut, mais le drow lui faisait pitié. Bon, il n’était pas aussi mauvais que ça. Il l’avait aidé quand même. Toutefois, Sarifa restait convaincu qu’il devait avoir une idée derrière la tête.

— Je ne connais pas son nom… Je n’ai pas demandé.

Quelle idée aussi!? Savoir le nom de son agresseur était la dernière chose qu’elle souhaitait savoir. Elle avait bien tenté de le retrouver pour se venger, mais une telle entreprise était risquée. Son agresseur était puissant et ça faisait déjà un petit moment. Il était peut-être mort maintenant. Elle espérait simplement qu’il soit loin d’ici.

— Très bien, dans ce cas.

Le drow ne voulait pas laisser la jeune femme lui rendre la pareille? Tant pis pour lui. De toute façon, Sarifa n’y tenait vraiment pas. Elle finit par s’endormir, bercée par les craquements du feu et sa douce chaleur.

Toutefois, on ne pouvait pas passer une nuit tranquille après avoir remué de si douloureux souvenirs. Après quelques heures à dormir paisiblement, Sarifa commença à s’agiter dans son sommeil. Des plaintes et des gémissements… Elle semblait lutter contre quelque chose. Même le cheval redressa la tête et les oreilles, curieux par le bruit que faisait sa maîtresse. Au bout de quelques instants, Sarifa se redressa brusquement en criant. Oubliant qu’elle était près d’un feu, elle se brula la main sur des tisons. Elle s’était probablement rapprochée du feu pendant qu’elle dormait, attirée par la chaleur.

— Arg… stupide!

Elle regarda sa main rougie. Ce n’était pas très grave, mais très douloureux quand même. Elle semblait totalement avoir oublié la présence du drow.
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow


Nombre de messages : 288
Âge : 28
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mer 23 Nov 2011 - 8:07

Il somnolait contre l'arbre. Somnoler : tel était le terme employé par les humains, mais il n'avait jamais considéré son état comparable au sommeil auquel ils se laissaient aller. Il ne pensait pas être capable de dormir. En revanche, il pouvait se rendre quelque part ailleurs dans son esprit et s'immerger si profondément dans le passé que l'ennui mortel du présent battait en retraite. Ce passé douloureux lui revenait en mémoire, cette famille en tribus désunies, subissant des pertes considérables, ces affrontements incessants face aux races hostiles... il avait trouvé un sens à sa vie lorsque Tebryn avait rassemblé le peuple sous une même bannière, et que Naïm était devenu un guerrier redoutable, les Dieux avaient cru en lui et en son destin.

Il était issu de la classe populaire du Puy, de la basse-couche, et avait su grimper les échelons avec brio, et rapidité. Hélas si le temps n'avait guère de prise sur les sombres, la mort en avait, elle. Et quand un Seigneur puissant et ayant tout fait pour son peuple, à qui il avait porté allégeance jusqu'à la mort, s'en allait, trahit par des vermines ne voyant pas plus loin que leurs propres intérêts, il était dur de repartir sur des bases solides. Cette époque où il était assassin de la royauté d'elda, semblait lointaine désormais, sa mémoire allait s'amincissant ; des brèches s'y ouvraient de plus en plus souent, des endroits où il était incapable de relier les évènements d'une année à ceux d'une autre. Il se disait qu'il vallait peut-être mieux s'en réjouir.

Ainsi, somnolant dans la neige, il décida de se rappeller une sensation de chaleur et de confort. Il lui suffisait de se raccrocher à ce souvenir ancien où il se sentait rassasié, satisfait et au chaud. Malheureusement, et à son grand désarroi, le cri brutal de l'humaine l'en tira.

"Qu'est-ce qui se passe ?" grogna t-il alors que sa main se posait sur sa dague, le regard balayant la zone.

Il comprit bien vite que ce n'était qu'un stupide cauchemard. C'est sa tête qui lui avait fait cet effet ? Peu importe, en tout cas après un bref "ça va pas ou quoi ?" irrité, il s'assit en tailleur devant le feu, faisant remarquer sa présence par la même occasion, que la femme avait oublié semblait-il. Si ça pouvait la rassurer, il était de nouveau opérationnel et attentif à tout mouvement suspect. Bien qu'il ne serait sûrement incapable d'anticiper le genre de bourde qui la faisait mettre la main dans le feu, ou d'autres trucs du genre.

"Mettez la main dans la neige, ça ira mieux." dit-il avant de lever les yeux vers le ciel. Dans une heure à peine le soleil se leverait, et leurs chemins se sépareraient sûrement. Il devait penser à où il irait ensuite... A vrai dire il ne comptait pas retourner à Thaar, après mûre réflexion. Mais où aller dans ce cas ? Telle était la question.
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
avatar

Nombre de messages : 216
Âge : 32
Date d'inscription : 21/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  24ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Ven 2 Déc 2011 - 2:04

Sarifa détestait les cauchemars. De toute façon, qui aimait ça? Ce qui était le plus désagréable, c’est qu’ils avaient la fâcheuse tendance à brouiller la réalité. Sur le coup, Sarifa ne se souvenait plus qu’elle fût en compagnie d’un elfe noir très semblable à celui qui hantait ses rêves, encore sous le choc de son mauvais rêve en plus de la douleur de la brulure. Pour ça, elle se trouvait particulièrement stupide. Comment avait-elle fait son coup? Maintenant, elle était bien embêtée vu que c’était sa main principale. C’est à ce moment qu’une voix lui rappela qu’elle n’était pas seule. En levant la tête, elle vit l’elfe noir qui l’observait passablement agacé. Sarifa sursauta, mais se maîtrisa assez vite. Mettre de la neige? Oui, c’était une bonne idée. Elle alla en chercher un peu qu’elle garda dans sa main meurtrie.

— C’est juste… Un mauvais rêve. Je ne voulais pas vous déranger.

Elle se sentait vraiment idiote d’avoir montré un tel signe de faiblesse devant l’elfe noir. Il ne devait pas savoir ce que c’était un cauchemard. Ce n’était pas quelque chose qu’elle pouvait contrôler. Dans certaines occasions, il était possible de prendre le contrôle de son rêve et même d’inverser la situation, mais là c’était vraiment différent.

Sarifa regarda le ciel. À travers les branches on pouvait deviner une légère teinte acier. La nuit tirait à sa fin. D’ici une heure environ, le soleil émergerait enfin et une nouvelle journée commencerait.

— Si vous voulez vous reposer le temps qu’il reste, faites-le. Je ne pourrai plus dormir de toute façon.

Avec un bout de bois, elle tenta d’attiser le feu. Elle était encore fatiguée, mais tout de même plus reposée que la veille. Sarifa ne se questionnait pas vraiment sur la route qu’elle prendra dès que l’aube sera là. Elle continuera sa route vers la civilisation pour reprendre des forces. Éventuellement, elle retournera aussi à ses pérégrinations, mais pas avant le retour des beaux jours. Elle regarda de loin son cheval. Il semblait bien, grattant des sabots la neige à la recherche d’un peu d’herbe à grignoter. Il n’y avait rien de vraiment nourrissant pour lui à cette période de l’année. Son regard se porta ensuite sur le drow. Il avait veillé toute la nuit sur son sommeil sans montrer le moindre signe d’agressivité. Finalement, les drows n’étaient peut-être pas tous aussi mauvais qu’elle ne l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow


Nombre de messages : 288
Âge : 28
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   Mer 7 Déc 2011 - 14:10

Pour tout humain normalement constitué, les veillées étaient longues lorsqu’on les passait à garder l'oeil ouvert. Pour Naïm c'était différent, lui qui ne vieillissait pas, il n'était plus à une nuit près. Comme promis, il n'avait rien tenté contre elle car elle, n'avait rien tenté contre lui. Il était désormais plus neutre qu'il ne l'avait jamais été. Ses contacts humains se limitaient aux discussions brèves qu’il tenait parfois avec quelques sentinelles de Thaar qui veillaient au bon fonctionnement des commerces interraciaux. Les habitudes prises en Ithri'Vaan semblaient ancrées dans son nouveau mode de vie. Le drow rasait les murs, dissimulait entre les pierres sa personnalité insaisissable.

Un jour souriant, l’autre menaçant, il adaptait ses humeurs en fonction de ses caprices et aucune n’arrivait jamais à traduire sa pensée profonde. Etre inachevé, il avançait à l’aveugle. L’ambiance naturelle de l'Aduram lui faisait du bien, mais rien ne le mêlait à l'environnement sauvage. Celui-ci posait toujours problème. L’image du déserteur de retour sur des terres imméritées ne le quittait pas. Il essayait de se persuader qu’il s’en fichait, qu’il pouvait profiter à son tour et considérer cette place méritée, il n’y prenait plus le même plaisir. Le fait est qu'il n'était plus le bienvenue chez lui, il n'était plus qu'un mercenaire offrant ses services au plus offrant. Il n'avait plus aucun grade, plus aucune crédibilité.

Les secrets scellés en son âme étaient trop obscurs pour en sortir. Puy d'Elda ne le voulait plus. Il voyageait de terre en terre, sans aucune attache, et c'est ce qui l'avait conduit ici, à cet instant, autour d'un feu avec une humaine qui aurait sans doute tenter de le tuer en d'autres circonstances. Et vice versa. Il l'observa se réveiller, tirée du sommeil par son rêve, son cauchemard, peu importe, et se demandait à quoi un humain pouvait-il bien rêver ? A leur victoire, utopique, sur les drows ? Eux qui n'avaient aucune chance en face à face, se laissaient-ils parfois aller à des songes où ils sortaient victorieux d'un combat à mains nues contre un Elfe Noir ? Cette pensée lui tira un sourire ironique, qu'il s'empressa d'effacer lorsqu'elle porta à nouveau le regard sur lui, reprenant une expression de neutralité voir d'indifférence. Il n'avait plus vraiment besoin de sommeil à l'heure actuelle, peut-être l'avait-elle remarquer.

"Où comptez-vous aller ? Autant partir tout de suite, si vous comme moi ne ressentons plus le besoin de dormir... Je peux vous accompagner un petit moment, jusqu'aux frontières humaines. Après il sera temps pour moi de partir."

Il recouvrit le feu de camp de neige pour qu'il s'éteigne, car la lumière du jour peu à peu s'infiltrait dans les branchages secs de la lisière. Pour une fois, il avait donné son aide à quelqu'un gratuitement. Mais il esperait bien que c'était la dernière fois. Faire preuve de bonté était déjà assez rare pour un drow, si en plus il se mettait à jouer au Robin des Bois à chaque carrefour pour venir en aide à une jouvencelle en détresse, il n'avait plus aucune excuse pour ne pas finir décapité par Uriz au fin fond de son volcan.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chemin sera long vers la civilisation... [Pv Naïm Ar'Jah]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers la civilisation.
» Un bien long chemin...
» Tourne toi vers le soleil et l'ombre sera derrière toi
» CA SERA TOI QUI T'EN IRA... ? le 30/06 vers 18h48
» L'hiver est un long chemin vers le printemps ? Gerolama & Mary

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: