AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le tournoi de Laréor - Les joutes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1466
Âge : 26
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Mer 16 Nov 2011 - 23:37


Règles
Spoiler:
 


Après deux jours où chaque chevalier joutait contre qui il le souhaitait, sans écu (pour le sport ; sinon, le perdant doit s'acquitter d'une importante somme) ou non, on en vint aux joutes telles quelles. Pendant une journée entière, les chevaliers cherchèrent à se qualifier et progresser dans cet sorte de championnat. On passe ici les différentes joutes qualificatives pour se concentrer sur les huit finalistes des joutes.

Ces derniers, après s'être harnachés, paradent devant la loge où nobles dames et puissants seigneurs observent l'avancée des jeux. Les plus aventureux demanderont à une damoiselle de leur laisser porter ses couleurs, pour se donner du courage ou simplement pour flatter l'une des rosières. Ensuite, l'un des chevaliers s'avancera, pointera sa lance vers son adversaire et aura l'honneur de briser la première lance.

Il fait frais et le soleil, tout hivernal, éclaire sans réchauffer. Pourtant, la foule est là, en masse. Entre les bourgeois, les artisans et les vagabonds se faufilent des vendeurs à la sauvette, offrant tripes de chèvres, clairet de Merval et de Hautval et anguille frites à des prix prohibitifs. Pourtant, on consomme de bon coeur, on crie à l'adresse d'un chevalier qui aurait bravement jouté ou du comte, qui contemple, de son perchoir, la lice et les chevaliers qui lui font face.


Dernière édition par Aetius d'Ivrey le Mer 21 Déc 2011 - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Lun 21 Nov 2011 - 22:49

Le fougueux cheval odélian renâcla sous le poids de son cavalier, frappant le sol de ses sabots puissants; de la vapeur se forma lorsque l’animal souffla bruyamment. Il faisait plutôt frisquet malgré les rayons du soleil qui éclairaient timidement la scène, sans apporter une quelconque chaleur à l’ensemble. Manolesti avait plutôt fier allure, dans son armure de plate en acier argenté aux reflets améthyste. Elle était travaillée (un filigrane d’or jouxtant les bords) et ciselée par quelques arabesques et runes donnant un effet cabalistique à l’ensemble; le tout était complété par un casque en forme de lion rehaussé d’un cimier représentant un coq. Oui cette armure, bel ouvrage des forges et maitres-artisans d’Oësgard avait été un commande spéciale pour ce tournoi et c’est non sans superbe que Vincente paradait devant l’estrade attendant que l’on finisse de préparer la lice. D'ailleurs le noble se sentait en forme aujourd'hui et il saluait la foule qui l'acclamait en retour, la visière relevé en attendant son opposant.

Il avait entendu parler de son adversaire du jour, un dénommé Glen Her…heron, quelque chose comme-ça, Manolesti n’avait pas vraiment la mémoire des noms. Quoiqu’il en soit ce qu’il avait retenu c’est que l’homme était bon cavalier et plutôt solide, à ce qu’il avait pu entendre mais cela n’inquiétez pas vraiment le pirate qui préférait flâner devant la tribune adressant ses hommages au comte de Scylla. En regardant le reste de l'estrade, le vicomte aperçut la belle baronne de Hautval, une jeune femme délicieuse pour les yeux et qui avait la réputation d’être plus qu’une de ses oies blanches de cours juste bonne à faire du crochet. Il tira sur les rênes et alla s’incliner tout sourire devant la noble dame :

" Mes hommages ma dame, je me présente Vicomte Vincente Manolesti et je suis enchanté de voir qu’une si jolie damoiselle assiste à mon combat. J’espère que le spectacle vous plaira, pourrais- je avoir l’honneur de porter vos couleurs, je suis sur que mon bras avec la bénédiction d’une chasseresse et d’une cavalière accomplie telle que vous ne pourra qu’être victorieux. "
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 438
Âge : 21
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Mar 22 Nov 2011 - 22:51

Après plusieurs jours de joutes, deux pour être exact, le tournoi touchait à sa fin. Etre parmi les huit meilleurs jouteurs n’avait pas causé beaucoup de problèmes au cavalier émérite qu’était Glenn Hereon. Mais bien sûr, pour Glenn seule la première place comptait. C’était à son tour d’entrer en lice, il était le premier à jouter aujourd’hui. N’étant pas noble et ne disposant donc pas d’écuyer personnel, ses compagnons l’aidèrent à s’équiper. Il portait l’armure de Raymond de Dircal, son fidèle lieutenant, soit une armure de plates à ton ocre. Raymond avait reçu cette armure de son père, en cadeau pour son entrée dans l’ordre des Gardiens de Serramire. Il l’avait entretenu depuis tout ce temps mais ne s’en était jamais servi… Comme il savait que Glenn était le mieux placé pour remporter le tournoi, c’est avec joie et fierté qu’il lui prêta son armure. L’écu de Glenn portait le blason des Seraphins, souvenir de l’ordre déchu des Gardiens…

Enfourchant son fidèle destrier, bien choyé depuis son arrivé en ville, Glenn entra dans la lice. Son adversaire était déjà là et était occupé en ce moment même à flatter une haute de dame de la cour qui occupait une place d’honneur parmi les invités. Vincente Manolesti qu’il s’appellait… Une belle armure soit, Glenn fut forcé de le reconnaitre. Mais ce Manolesti paraissait être beaucoup plus âgé que lui, ce qui mît Glenn en confiance. En homme du peuple, Glenn commença par saluer la populace, à l'inverse des chevaliers véreux qui pensaient obtenir un hectare de terres en faisant trente-six cabrioles devant leurs suzerains… La foule l’acclama en conséquence. Bien sûr, en homme bien élevé, il salua le Comte de Scylla, l’organisateur du tournoi et son ennemi d’hier… Il se plaça donc, ajusta son bouclier, son heaume et sa lance et attendit le signal: il était maintenant temps de combattre.

Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Jeu 24 Nov 2011 - 19:13


La foule de Laréor regroupait beaucoup plus de Scylléens que de Mervalois. C’était souvent des réfugiés venus du nord du fleuve, également beaucoup de marins revenus passer la mauvaise saison dans leur port d’attache. Face à cette assemblée, Glenn ne fut pas aussi bien reçu qu’il put le penser. Portant avec fierté les armoiries d’une famille déchue et abhorrée, l’aigle ailé de la maison Seraphin, ce capitaine mercenaire, qui avait attaqué des bourgades dans les brandes scylléennes, fut reçu froidement, bien que quelques courageux allèrent jusqu’à lui dire de bien vilains mots. Vincente quant à lui caracola sous les hourras de la masse, qui appréciait les choses qui brillent et se rappelait que ce marin avait combattu lors de la victoire de Port-Sanglant. Ce dernier, allant même jusqu’à demander les couleurs de la dame d’Hautval, reparti avec le mouchoir de celle-ci accrochée à sa lourde lance de joute.

« Messire Vincente Manolesti et Glenn Hereon sont appelés à la lice ! »

Les deux chevaliers, que tout semblait séparer, se placèrent chacun à l’extrémité de la lice, et lorsque le héraut d’armes donna l’appel, leur destrier bondit sur le sol dur. Glenn tenta de frapper son opposant à l’écu, mais celui-ci, par chance et pour intelligence, vit venir la lance du Serramirois et la dévia d’un habile mouvement. Sa lance ainsi croisée, elle vint mordre l’armure de Glenn qui vida ses étriers immédiatement. A peine le mercenaire eut-il fini de tomber dans la poussière que la foule explosa d’allégresse. Le héraut d’armes, essayant de dominer le bruit de sa voix puissante, déclara :


« Messire Vincente remporte la victoire ! »



[Frappe à l’écu de Glenn Hereon ; lance croisée de Vincente Manolesti.
Jet de chute raté pour Glenn Hereon : 2 ; Pas de jet de chute pour Vincente Manolesti.]



_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 438
Âge : 21
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Jeu 24 Nov 2011 - 20:23

Impossible. C’était tout bonnement impossible. Mais pourtant il était bien là, face contre terre, tandis que le héraut prononça une phrase interdite : « Messire Vincente remporte la victoire ! ». Impensable. La foule acclamait ce pleutre, tout juste bon à parader et certaines personnes dans la foule osaient même proférer des insultes sur le mercenaire. Glenn se releva promptement, bouillant de rage. Non, il y avait un truc, c’était impossible qu’il puisse tomber de son cheval comme ça. Une défaite comme celle-ci était intolérable pour un homme comme Glenn. Tout à coup, il comprit ce qui c’était passé ! Il dévêtit son heaume et hurla :

« Epée ! »

Même si les cris de la foule couvraient sa voix, Raymond compris ce que son chef lui demandai grâce aux multiples gestes qui avaient accompagnés ses paroles. Raymond demanda aux autres centaures de monter sur leur destrier. Les choses allaient dégénérer, il le pressentait. Il ordonna à un centaure d’aller promptement rejoindre Trimack et le reste de la compagnie, qui campaient non loin de la Laréor, avant de courir apporter l’épée de son maître. Personne ne remarqua le manège, tous les yeux étaient rivés sur le grand vainqueur qui se pavanait devant les tribunes, le sourire aux lèvres. Glenn saisit le fourreau que lui tendait son lieutenant et dégaina. Il avança prestement sur Vincente, qui lui tournait le dos, tandis que Raymond retraversait la lice le plus vite possible. Ce dernier voulait s’équiper et enfourcher son cheval afin de se préparer pour la suite. Il y aurait du grabuge c’est certain : les centaures étaient convaincu que leur chef était imbattable. Glenn, qui était arrivé au niveau de Vincente, pointa son épée vers l'usurpateur. A cet instant, tout le monde se tut. Le centaure en chef prît la parole, assez distinctement pour que même la populace l’entende :

Messires ! Je ne puis accepter cette défaite, car il y a eu tromperie ! Oui, ce n’était pas une joute loyale. J’accuse Sire Manolesti d’avoir usé de magie pour me faire tomber de cheval ! Si jamais il y a parmi nous une personne qui s’y connaisse en magie, qu’il daigne appuyer mes dires, au nom de la Justice !

Cette déclaration laissa perplexe la plupart des gens… Une telle accusation tout de même… Glenn le sentait, il n’avait pas pu tomber comme ça, une quelconque magie avait œuvré. Mais il n’était pas en présence d’amis, lui-même avait combattu contre Scylla et piller de nombreux villages… La seule personne importante qui aurait pu l’appuyer n’était pas présente… Mais où était la baronne de Merval ?


Dernière édition par Glenn Hereon le Jeu 24 Nov 2011 - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loss Tarot
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6
Âge : 26
Date d'inscription : 15/11/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 ans
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Jeu 24 Nov 2011 - 21:03

Lentement, Tarot se leva des gradins, ignorant proprement le brouhaha de la foule environnante...D'un pas lourd, appuyé sur son bâton, notre ami descendit donc jusqu'à la lice sans grande cérémonie tout en faisant fit des regards étonnés que son passage pouvait engendrer. Presque cadavérique dans ses mouvances, le mage du nord pénétra dans l'espace réservé aux jouteurs, n'ayant cure des gardes venant à sa rencontre au trot avec la probable intention de la ramener plus ou moins rudement à sa place...Arrivé au niveau des deux protagonistes, Loss les toisa un moment, avant de se tourner vers les loges en même temps qu'un garde le saisissait par l'épaule. Soupirant, le flegmatique sorcier s'inclina brièvement puis s'exprima d'une voix forte mais lointaine avant que le garde ne puisse avoir le loisir de l'emmener sans lui demander son avis:

"Mes bons sieurs, pardonnez l'interruption...Bien que ce fusse extrêmement usant, je pense cependant pouvoir vous aider à résoudre ce conflit..."

Tandis que l'étreinte du soldat se faisait moins pressante, Tarot marqua un temps d'arrêt, humant l'air environnant pour reprendre sur un ton si éteint qu'il en était tout juste intelligible pour les personnes de la loge:

"Je me nomme Loss, de la Maison Tarot d'Oësgard...Ayant abandonné ma succession a profit de l'étude des arcanes, je peux affirmer que les accusation proférées à l'encontre du seigneur en armure brillante sont infondées. Je n'ai détecté aucune manifestation magique en sa provenance entre le début de la joute et sa victoire..."


Si Loss se fichait éperdument de l'issue de ce combat, qu'il trouvait de toutes façons futile et usant, le fait d'avoir qu'on lui ait tendu une perche pour étaler ne serais-ce qu'un infime morceau de son domaine d'expertise en face du seigneur local fut une opportunité pour lui. C'était l'occasion de se faire remarquer pour briguer le gîte et le couvert par la suite d'une manière plus sécuritaire qu'à l'aide de son plan de base...Quoiqu'il eut de la chance que la garde ne lui ait pas donner de suite la bastonnade en le voyant débouler à la vitesse d'un escargot sur la piste. Dans tous les cas, son affaire était faite, par conséquent il devait donc conclure pour en finir avec l'air vindicatif entourant les deux contestataires. La voix éthéré du sire de basse extraction reprit donc:

"Si il n'y personne pour me contredire, je m'en vais donc prendre congé...Toutefois et ce sans vouloir paraître impoli, dans la mesure où mon expertise aurait plu au comte j'aimerais l'entretenir un bref moment après les joutes...Je ne doute pas que mes propos puissent saisir son intérêt..."


Concluant ainsi son plaidoyer Loss gratifia l'assistance d'une nouvelle révérence, politesse aussi éreintante qu'inutile à son goût...A laquelle il ne souscrivait bien sur uniquement pour ne pas sabrer ses chances de voir sa requête acceptée bien que le mage doutait que l'effort qu'il avait fait serait récompensé à sa juste valeur. Dans tous les cas, c'est sans mot qu'il se retira vers les gradins pour reprendre sa place dans ceux ci alors qu'on devait sans doute jaser sur son audace autant que sur sa démarche de mourant à bout de souffle...
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Ven 25 Nov 2011 - 1:20

La dame lui accorda ses couleurs et c’est après s’être incliné que le pirate parti se mettre en place à l’appel du héraut. Le signal fut donné et Manolesti fit bondir sa monture; un fier cheval odélian qui s’il était moins rapide que les chevaux du sud, possédait une musculature bien plus puissante. L’étalon frappant le sol durci par l’hiver, il s’élança dans la lice son lourd cavalier sur le dos; Vincente voyait son adversaire se rapprocher avec une vitesse ahurissante. Dans ces moments là, lorsque deux chevaliers foncent l’un contre l’autre, on a vraiment l’impression que le temps se fige autour d’eux. Les sons, la foule, le temps, plus rien n’a d’importance, on pense juste à l’impact, à lire son adversaire. D’ailleurs Manolesti vit la lance de son adversaire pointer vers son écu, d’un coup sec il dévia l’attaque et sa propre lance alla s’encastrer avec violence dans le plastron de son opposant qui fut projeté à terre.

La foule retint son souffle un instant mais voyant l’homme à terre encore en vie, on cria à la victoire du noble Manolesti. On scandait son nom pendant que le héraut annonçait le résultat et que le pirate paradait devant le public, air triomphant sur le visage, lance calée à l’étrier. Il passa devant le comte qu’il salua puis vint remercier la baronne de lui avoir porté chance. Mais pendant qu’on célébrait la victoire, le ser Hereon qui avait échappé à la vue de tous arriva dans le dos du vainqueur et tout en brandissant son épée cria à la tricherie. Vincente encore sur son cheval, tout en armure et lance encore au poing regarda le perdant d’un air voyageant entre le mépris et le chagrin :

" Holà, le ladre en voilà assez. Nous avons jouté et tu as perdu, pourquoi alors que ce tournoy est pour célébrer la paix tu cries à l’injustice et tu prépares à nouveau la guerre ? En plus tu oses m’insulter devant mon bon ami le comte de Scylla en me traitant de tricheur ? " Il écarta sa monture, mettant le maroufle en joue de sa lance, la lui faisant virevolter sous le nez " Tutututu, ce n’est pas des manières de gentilhomme, en me traitant de tricheur, tu vas même jusqu’à insulter la dame qui m’a laissé porter ses couleurs, quelle audace. "

La foule s’excitait lorsqu’un gringalet, le genre dont la condition physique mettant en avant une faiblesse sans nom -ce qui avait généralement pour effet de provoquer du mépris pour le pirate- s’avança pour démentir l’utilisation de magie…trop aimable de sa part, un sacré opportuniste celui-là, profitant de l’affaire pour faire sa réclame. Si Vincente appréciait modérément le geste, l’homme qui se disait détecteur de magie n’avait fait que se présenter et énoncer que la magie n’avait pas été utilisée :

" Votre intervention est louable ser, mais quelles preuves véritables nous apportez-vous ? Aucune de concrète, cet homme va vous accusez de mentir et de tricher vous aussi, croira t’il même que nous sommes de mèches. Non, j’en appelle à l’arbitrage du comte et sa bonne foi (et surtout en sa qualité de mage) pour juger de ma prestation. "

Manolesti Toisa l’homme à l’épée et après un levé de sourcils provocateur il développa sa puissance magique, pas un gros effort juste assez pour chasser l’oxygène environnant le seigneur Glenn pendant quelques secondes, provoquant l’asphyxie de ce dernier. Il baissa d'un ton histoire que cette phrase soit plus intime, juste pour les oreilles du centaure.

" Tu vois fils, ça c’est de la magie. Si j’avais voulu utiliser la magie lors de notre duel, tu serais mort. "
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Ven 25 Nov 2011 - 2:25

    Le tournoi de Laéror battait son plein et l'on connaitrait bientôt le vainqueur de ce tournoi. Blanche assistait chaque jour aux nouvelles joutes, assise bien droite sur son siège au côté du Comte de Scylla, tout du moins non loin de lui. Cela dépendait des personnes présentes. En tout cas, le Sire Raymond d'Ancenis, son père et oncle d'Aetius ne manquait pas de commenter car ce dernier s'était renseigné sur les différentes têtes qui se démarquaient de la populace. Froide dans toute sa splendeur, la Baronne fixait les deux combattants venant d'entrer au sein de la lice. Elle les détailla tour à tour avant de s'étonner de l'avancée de l'un d'entre eux, qui plus est ce dernier s'adressa à elle. Elle fut fort étonnée surtout que des dames bien plus prestigieuses qu’elle assistait, elles aussi, au tournoi. Bien évidemment elle dissimula sa surprise derrière cette expression neutre et glacée qui l'accompagnait éternellement lorsqu'elle figurait en public. Suite à ses paroles, elle tourna un maigre regard en direction du Comte de Scylla avant de bifurquer jusqu'à son propre père et revenir jusqu'au Vicomte.

      " J'en suis fort aise et je constate que vous êtes bien informé. "»


    Car Blanche préférait que ses activités belliqueuses ne se répandent pas trop au sein de la péninsule. Il était de mauvais gout qu'une femme, qui plus est Baronne, chasse et s'entiche de quelques passes d'arme au point de se faire forger une armure et une épée. Cela l'a mis quelque peu mal à l'aise mais elle ne le montra pas. Malgré cela, elle était ravie que des hommes puissent accepter ce genre de passion et l'y encouragent presque. La Dame d'Hautval se redressa et se rapprocha du bord de l'estrade. De ses étoffes, elle extirpa un mouchoir où y était brodée une chouette argentée. Un nouveau coup d'œil se porta jusqu'au au Comte de Scylla tandis qu'elle reprit à l'intention du Vicomte.

      " Je vous octroie ma bénédiction et j'ose espérer que vous m'honorerez de cette victoire et bien plus encore que vous gagnerez ce tournoi. Soyez brave et courageux, Vicomte Manolesti. "»


    Pas l'ombre d'un sourire, la beauté de glace se pencha délicatement vers lui et noua son mouchoir autours de sa lance avant de se redresser.

      " Je vous regarde. Je ne perdrai pas une miette de votre combat. "»


    Sur ces mots, elle rejoignit son siège pour assister au combat. L’issue de cette joute fut la victoire du Vicomte qui arracha un sourire en coin à la Baronne. Elle était presque fière de son « champion ». Cependant la suite la mit fort de mauvaise humeur. Ce Glenn accusait le Vicomte de tricherie et d’avoir user d’un quelconque sort afin de s’assurer la victoire. Les sourcils se froncèrent tandis que ses lèvres sanguines se pincèrent d’un mécontentement palpable. Les doigts se crispèrent sur les accoudoirs de sa chaise. Elle n’interviendra pas dans l’immédiat, se contentant d’attendre et voir ce qui allait se passer. Un mage se démarqua de l’assemblée et de ce vacarme afin de défendre son champion. Elle en fut quelque peu soulagée jusqu’à ce le Vicomte ne s’entiche de faire valoir ses talents ésotériques. Son fiel ressurgit. Tour à tour, elle fusilla d’un regard meurtrier les deux concurrents sans pour autant se prononcer. Seule une brise glacée hérissa leur chair.


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 438
Âge : 21
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Sam 26 Nov 2011 - 9:18

Le Vicomte, se sentant nullement en danger du haut de sa monture, répliqua instantanément en voulant faire passer Glenn pour un idiot et un mauvais perdant. Il osa même faire quelques mouvements avec sa monture et pointer sa lance devant Glenn. Une bêtise : sans élan et à une distance si rapproché, la lance de joute ne pourrait rien faire contre le mercenaire. Encore un truc de parade… Glenn se contenta de répondre :

« La paix dit tu ? Je ne voie pas de paix, simplement la victoire de Scylla ! Si quelqu’un ose me contredire, qu’il me dise où se trouve la baronne Eulalie de Merval ! Mais maintenant je comprends très bien pourquoi la guerre a cessé subitement. »

A ce moment-là, un homme sortit de la foule en direction des tribunes avec une démarche plutôt cadavérique… Un mage sans aucun doute, une bonne âme qui venait pour approuver son accusation. Ce Vincente rira moins quand la preuve de sa tricherie sera dévoilée au grand jour ! Mais non, c’est une tout autre musique qui sortit de la bouche de ce cadavre : il affirmait qu’aucune manifestation magique n’a eu lieu pendant la joute. Un fieffé menteur, corrompu qui avait dû être payé une fortune pour préserver la dignité du Vicomte.

« Comment oses-tu misérable squelette ! Se laisser acheter de la sorte ! Les justes se font rares de nos jours et autour de moi je ne vois que félonie ! »


Sans daigner répondre, le mage félon reprit sa place parmi la foule, non sans demander une entrevue avec le Comte. Une autre preuve de la corruption de cet individu. Au loin, Glenn pouvait voir que Raymond revenait, équipé de son armure de cuir et de tout son arsenal. Bien, les centaures devaient déjà être en position. Mais soudainement, Glenn ne se sentit pas très bien, il résista pour ne pas lâcher son épée mais il tituba. Son regard fixa celui de son agresseur : le Vicomte. Comme il l’avait soupçonné, cet homme pratiquait la magie. Oh quelle folie que d’avoir pointé une épée sur un mage ! La rage lui avait fait oublier sa prudence et sa peur vis-à-vis des gens de magie. Il voulait parler, sauter, trancher, mais il ne pouvait pas. Il pouvait seulement regarder le sourire amusé du tricheur. Avant de rompre son sort, ce dernier lui chuchota une phrase destiné à provoquer la peur chez le centaure. Mais au contraire, cela accentua la rage de Glenn. Raymond, suivi de trois autres centaures, arriva à triple galop, et se plaça devant le Comte de Scylla. Le lieutenant des centaures descendit de cheval et s'agenouilla pour déclarer :

« Messire, veuillez accepter nos excuses au nom de la compagnie du Centaure, nous ne voulions pas déranger votre Tournoi. Mon chef s'est laissé emporter, c'est un combattant qui ne tolère pas la défaite... Je vous promets que nous remettrons plus les pieds ici.»Il se leva pour remonter sur son cheval afin de prononcer ces dernières paroles : « Longue vie à Scylla! »


Impuissant, Glenn fut forcé de reconnaitre la sagesse de son lieutenant. Si Raymond n'était pas intervenu, il aurai probablement fait de grosses bêtises... Malgré la rage toujours présente, il rengaina son épée et se remit en selle. Avant de quitter la définitivement la lice, dans un dernier effort, il salua respectueusement Aetius d'Ivrey et le Vicomte Vincente. Heureusement que le casque caché son visage car celui-ci était défiguré par la haine et la rage... lls quittèrent donc la ville pour rejoindre le reste de la troupe, qui s'était rassemblé sur une colline qui dominait les faubourgs de la ville. Glenn ne prononça aucun mots et il ôtait l'armure de plate pour s'équiper de son arsenal habituel pendant que Raymond expliquait ce qui s'était passé aux trois autres lieutenants. Une fois réarmé, le centaure en chef félicita Raymond pour sa présence d'esprit, une qualité qui manquait cruellement à Glenn. Les Centaures étaient indignés et réclamaient vengeance, mais ils se rendaient bien compte de leur impuissance... Erestor lui même était dépité... Alors avant de partir, faisant face à la ville, Glenn jura de se venger de cet affront. Que ce soit dans un ou dix ans, il promit de revenir pour voire bruler Laréor. Et les cris de ses compagnons le rejoignirent : «Pour Serramire!». Et ils partirent à triple galop vers le nord, tout en faisant un détour par Merval. Mieux valait éviter une quelconque rencontre avec les Scylliens. Pendant la chevauchée, Raymond remit une lettre à son chef qu’il lui était adressé. Un gamin lui avait donné pendant que Glenn était entrain de jouter. La lettre portait le sceau de l’aigle… Tiens donc…

Spoiler:
 


Une lettre des plus intéressantes qui annonçait la réunification des ordres déchus de Serramire. Mais à quel but ?


Dernière édition par Glenn Hereon le Sam 26 Nov 2011 - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Sam 26 Nov 2011 - 18:48

Glenn, qu’on avait surnommé l’Ocre à cause de son armure au début des joutes, était têtu, voire mauvais perdant. La foule quant à elle ne prit pas bien la mauvaise foi qu’y mettait le mercenaire. Pour elle, c’était la victoire ô combien symbolique de Scylla sur Merval, et elle ne voulut pas un seul instant qu’on lui ôte cela. Même la nonchalance caractéristique du jeune Loss ne parvint qu’à exciter un peu plus le chaland qui exprimait dès lors toute sa colère envers la sorcière et son ladre nordique, Glenn Hereon. Finalement, ce dernier abandonna la partie, qui semblait être perdue d’avance et se retira après qu’un de ses féaux eut excusé les actes de son chef.

Cela n’empêcha pas la foule colérique de huer Glenn, qu’un malandrin, rassuré par la présence de la soldatesque scylléenne, avait dès lors surnommé l’âcre. Et ainsi s’en allèrent les Centaures, sous les lazzis, les moqueries, à leur tête l’âcre Glenn, premier sujet des boutades. Lorsque tout se fut un peu calmé, le héraut reprit la parole, confirma la victoire du vicomte ydrilote et appela les nouveaux adversaires en espérant qu’ils ne fassent pas d’esclandre :

« Messer Elrick Östmar et Messer Umberto Spalda sont appelés à la lice ! »

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Elrick
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167
Âge : 23
Date d'inscription : 08/12/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Sam 26 Nov 2011 - 19:58

Elrick s'était un déplacé à Scylla un tantinet pour rien. Enfin, il y avait bien un motif, il s'était déplacé pour surveiller la bonne continuation des services locaux après la guerre et la victoire de Scylla. Mais ça c'est la théorie, en pratique il n'avait rien à faire, vu que le responsable local avait parfaitement fait son boulot.
Mais bon, formalité.

Et d'un autre côté, ça lui permettait de participer à un tournoi organisé pour la réconciliation, dans la bourgade de Laréor. Rien de bien folichon en somme, surtout qu'il ne savait trop comment il s'était retrouvé inscrit aux joutes, chose qu'il n'aimait guère. Ceci dit, il était toujours agréable de participer à une parodie de combat.
Il finissait d'enfiler son armure, cet étrange mélange de plates et de maille qui avait sa préférence. Malheureusement, elle n'était pas la meilleure alliée qui soit pour une joute, étant donné son relativement faible poids. Et comme lui même n'était pas bien gros...

Il parada avec les autres chevaliers devant la loge des invités de marques, Elrick demanda, de quelques mots flatteurs et -presque- sincère, à une gente dame au charmant minois si celle-ci acceptait de lui accorder ses faveurs, puis rejoignit le bord de la lice pour y attendre son combat.

Il put admirer la première confrontation et les complications que la mauvaise foi du chef mercenaire entraîna, puis, une fois le calme revenus, fut appelé. Il se mit en place et jaugea son adversaire.
A l'appel du héraut, il s'élança.
Revenir en haut Aller en bas
Inès de Soltariel
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 79
Âge : 27
Date d'inscription : 03/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Sam 26 Nov 2011 - 21:22

Splendide, sans conteste il l’était. Cimier outrageusement orfévré garni d’arrogantes plumes d’autruches bigarrées, tabard galonné de brocarts et harnois ciselé avec un goût sûr composaient sa tenue. Quitte à accepter l’invitation du comte de Scylla, autant en remontrer aux fangeux locaux. A n’en pas douter Umberto incarnait, à lui seul, toute la féerie suderonne car quel galant homme, après tout ! N’avait-il pas, faute de rose en cette saison, garni la délicate chevelure d’une pucelle d’un soyeux ruban en lui susurrant en guise d’excuse, l’air solennel, ses yeux plantés dans ceux de la belle, quelques vers de Lorenzo Daligueri ?

Non, cela aurait été insulter la Grâce elle-même que de destituer pareille idole, dont chaque boucle de la sombre chevelure formait autant d’invitation à entretenir quelques secrets d’alcôves. Ses manières travaillées conjuguées à ses sourires canailles vous rendaient le ladre presque sympathique. On en oubliait presque que, pour quelques pistoles, il n’aurait pas hésité pas à envoyer son prochain ad patres. La marque des grands hommes, en somme.

C’est donc rayonnant qu’il se présenta à la lice, accompagné par un surineur qui, pour l’occasion, se trouva affublé du sobriquet d’écuyer. « Si je ne reviens pas, dis à ma femme et à mes enfants que je les aime ! » lança Spalda à son palefrenier, avant d'être pris, tous d’eux, d’un rire gras et sincère.
Là-dessus, le condottiere s’avança, au pas, vers l’estrade où, une fois arrivé, il leva bien haut sa lance garnie de pas moins de sept mouchoirs et s’en excusa auprès de la populace : il n’était pas en Scylla depuis bien longtemps et, par conséquent, n’avait eu l’occasion de découvrir qu’une partie seulement des lupanars que comptait la région. Avec plus de cérémonie qu’exigé, il pria les éventuels tenanciers présents dans l’assistance de ne pas lui en tenir rigueur.

Enfin, seulement, il gagna sa place d’où il jaugea son adversaire. Un Olysséen, l’occasion de voir si tous les braves du Médian avaient embrassé, ou non, la Camarde lors de leur insurrection. Il en vint rapidement à la conclusion que lances seraient plus loquaces que les pensées.

Au cri de « SPALDA ! », il s’élança.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Sam 26 Nov 2011 - 22:08

Les deux cavaliers offrirent leurs hommages à deux charmantes demoiselles. Mais la rimaille sembla avoir plus d’effet que le charme musqué du Médian, car la charmante demoiselle que tenta de courtiser Elrick ne sembla pas très réceptives à ses doux mots, tandis que la brunette rougissante que Spalda ambitionnait n’hésita pas à ajouter ses couleurs à sa lance déjà décorée. Celui-ci, lorsqu’il s’expliqua, fit rire la foule et les paris tournèrent à son avantage. Les hommes aimaient rire gras, et au vu du fort taux de marins qui s’agglutinait autour de la lice, cette plaisanterie salée offusqua autant les dames de la noblesse qu’elle fit pouffer la populace. Déjà on surnommait le matamore « l’Oiseau rare » à cause des étranges plumes qu’arborait son cimier.

Enfin on gagna son bord de la lice puis on chargea sus. Premier parmi tous, Umberto cria comme on le fait à la guerre, et si la ferraille et les sabots n’avaient pas fait tant de bruit, les deux hommes eurent pu entendre les vivats de la masse. Ceux-ci s’arrêtèrent bien vite lorsqu’Elrick esquiva la frappe au cimier de Spalda. La foule n’était guère friande de tactique lors de ces jeux, et elle fut encore plus déçu lorsque, lors de la deuxième lance, ser Umberto renouvela le déshonneur en esquivant à son tour la frappe d’Elrick, une belle lance croisée qui alla s’enfoncer dans le vide.

« Aucun point n'a été marqué lors des deux premières lances ! »

On criait dans la foule. Tout cela manquait cruellement de panache et de violence.

[Jet de jouvencelle raté pour Elrick Östmar : 4 ; Jet de jouvencelle réussi pour Umberto Spalda : 8.]

[Esquive d’Elrick Östmar ; Frappe au cimier d’Umberto Spalda.
Aucun jet de chute.]

Puis

[Lance croisée d’Elrick Östmar ; Esquive d’Umberto Spalda.
Aucun jet de chute.]

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Inès de Soltariel
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 79
Âge : 27
Date d'inscription : 03/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Dim 27 Nov 2011 - 15:44

Provocateur, l’animal l’était volontiers. Aussi, plutôt que de chercher à entrainer la chute de l’Olysséen, c’est sur le cimier d’icelui qu’Umberto porta son premier assaut. Déjà, le ruffian méditait sur le bon mot dont il régalerait l’assistance une fois son adversaire découronné : la plèbe aimait à se taper sur les cuisses au détriment des gandins. Peut-être en demandant au chevalier si, à sa manière, il avait également cherché à nouer un mouchoir à la lance du condottiere ?
Qu’importe, l’inspiration, tout comme l’appétit venait en mangeant : Ferlingam, l’hargneux bucéphale de Spalda, s’élançait déjà au triple galop, à la rencontre de son vis-à-vis, tandis que son cavalier se tassait, prêt à encaisser le coup adverse. Chercher à humilier ainsi son rival revenait à lui laisser une chance de porter, le premier, une touche décisive. Cependant, le mercenaire s’en remettait à la Fortuna : les femmes avaient un faible pour les mauvais garçons, aussi convenait-il de la rudoyer quelque peu.

Pourtant, vilaine fille, cette dernière se montra ingrate : tandis que la lance du Soltari s’abaissait, le cavalier du Médian se jeta hors de portée, laissant Umberto frapper le vide. Pouacre ! Était-ce là des manières ?! Le reître était mortifié, on venait de lui griller la politesse d’entamer les hostilités par un mauvais coup. Une bordée d’injures aussi fleuries qu’imagées s’échappèrent, en résonnant, de son heaume. On ne pissait pas sans conséquence sur les chausses d’un Spalda, ça non !

Résolu à rendre la politesse à son adversaire, il s’élança, la seconde fois, prêt à esquiver, à son tour, les hostilités. Le rodomont boirait alors, lui aussi, et ce jusqu’à la lie, la coupe de l’aigreur. Néanmoins et ce pour la deuxième fois, Umberto manqua de s’étouffer en avisant la haste ennemie qui, plutôt que de menacer Spalda le Resplendissant, partit en quête de son arme dans le but, manifeste, de la dévier. Était-ce donc là la nouvelle chevalerie du Médian, la disparition de ses honnêtes butors étaient donc, belle et bien, consumée ?! Aux maroufles avait-il succédé de perfides anguilles ?

« Tant de bassesse, cela m’est insupportable. A croire que ce minet joute pour vaincre! » grogna le condottiere à l’adresse de son écuyer avant de s’élancer, une ultime fois, l’œil injecté de sang, au cri de « SPALDA VICTOR !».
Revenir en haut Aller en bas
Elrick
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167
Âge : 23
Date d'inscription : 08/12/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Dim 27 Nov 2011 - 16:59

Elrick put sans trop de problème esquiver une frappe habile de son adversaire, lequel eut la même attitude, ce qui ne gêna guère Elrick qui était resté en défense. Bon, cela faisait deux fois qu'il ne se passait rien, la foule n'aimait pas cela et si lui s'en fichait pas mal, il fallait bien que cela se finisse à un moment.

Se remettant correctement en selle, Elrick se prépara à ce qui constituerait sans doute le dernier mouvement de cette pour l'instant plate joute. Il convenait d'offrir quelques beaux mouvements pour finir le tout, quitte à y laisser quelques plumes et à finir au sol.
Il s'élança donc face à son adversaire, sans se laisser aller à un quelconque débordement sonore, il resta calme et maître de sa lance.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Dim 27 Nov 2011 - 18:17

La joute prit un peu du poil de la bête lors de la dernière lance. Elrick, voulant renverser l’adversaire et, qui sait, retrouver les faveurs de la foule, porta son coup au casque de l’adversaire, tandis que la lance décorée du ser soltari se jeta dans la brèche ouverte. Abaissé, l’Oiseau rare enfonça sa lance au cœur de la plate de l’Olysséen tout en évitant la pointe de son ennemi. Messer Östmar reçut le choc avec un aplomb extraordinaire, tenant bon dans ses étriers, et malgré la lance qui se brisa à quelques pieds de lui, malgré la violence de cette dernière, il continua son chemin comme si de rien n’était.

Hélas la tactique de Spalda avait payé, et si le chevalier du roi n’eut pas le déshonneur de la chute, le Soltari l’emportait au point.
« Deux points à zéro pour messer Umberto Spalda, qui emporte la victoire ! »

[Frappe au casque d’Elrick Östmar ; Frappe à l’écu d’Umberto Spalda.
Jet de chute réussi pour Elrick Östmar : 7 ; aucun de jet de chute pour Umberto Spalda, l’écu dominant le casque.]

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Inès de Soltariel
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 79
Âge : 27
Date d'inscription : 03/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Lun 28 Nov 2011 - 11:30

Filant sous l’haste ennemie, l’Oiseau Rare brisa son ultime lance sans jamais avoir eu à subir celle de son adversaire. N’était-ce pas là une délectable victoire ? Tabard et honneur étaient saufs. Au petit trot, le patricien partit saluer l’Olysséen puis effectua un tour d’honneur, devant les tribunes, avant de s’immobiliser devant un groupe de plébéiens aux joues déjà empourprées par l’alcool et de crier à la cantonade : « Par le vit incandescent de Mogar ! Que les chevaliers de sa Majesté prennent garde : son affliction paraît contagieuse ! » en faisant mine, avec sa théâtralité habituelle, de découvrir à l’instant l’absence de marque sur son harnois.

Pareil à un paon, il continua de parader un moment encore, saluant, au passage, la brunette dont il avait porté les couleurs, avant de rejoindre son écuyer en lui lançant d’un air de mercanti faussement déçu : « Et la bande et toi qui attendaient tant de cette joute pour s’entredéchirer sur mon héritage! Quelle déception ce doit être pour vous! » Puis il réclama à cor et à cri qu’on lui apporte du vin afin de célébrer l’évènement car « Ce n’est pas tous les jours que l’on embroche une anguille sur une lice ! ».

Tandis que certains de ses gens partaient en quêtes de poiscaille en prévision du soir, ces histoires d’anguilles lui avaient donné grand faim, le Soltari s’aspergea généreusement d’eau-de-rose, c’est que cézigue avait son hygiène, enfila une tenue plus seyante – comprenant un haut de chausses si bariolé qu’il en devenait offensant, un pourpoint de velours qui semblait lui dévorer les bras et un chapeau de feutre rehaussé de suffisamment de plumes pour rivaliser avec son cimier – et rejoignit, avec sa coterie, l’estrade afin de profiter de la suite des joutes. Ah il pavoisait, l’hétaire ! Un Suderon venait d’en remontrer à un membre de la chevalerie du Médian, des rustauds pourtant si habitués à se trucider pour des hameaux d’une poignée d’âmes.
Bouffi d’orgueil, on pouvait l’entendre, le matamore, pavoiser à dix lieux pendant que son regard, plus vif encore que celui d’une vieille taulière, dévorait l’assistance du regard. Umberto Spalda le condottiere tenait là l’occasion de se faire un nom – et qui sait des employeurs – à Scylla.
Revenir en haut Aller en bas
Elrick
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167
Âge : 23
Date d'inscription : 08/12/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Sam 3 Déc 2011 - 12:00

Elrick encaissa le choc causé par la lance de son adversaire sans tomber de selle, bien que qu'il dut resserrer plus que jamais la prise sur son destrier. Son adversaire avait profité de la brèche qu'il avait laissé dans sa défense, chose tout à fait normale et a vrai dire le maître espion aurait du s'y attendre.
Mais qu'à cela ne tienne, il n'était pas venus ici pour gagner, tout au plus se distraire. Il salua son adversaire et accusa sans broncher les railleries, privilèges du vainqueur. Le soltari, fier de sa victoire et pensant sans doute là montrer la supériorité de la chevalerie méridionale sur celle du Roi -ce qui n'était pas courus d'avance, Elrick n'avait que rarement gagné une joute contre ses collègues-, continua à parader et caracoler pendant un temps, tandis que l'olysséen descendait de selle et allait se débarrasser de son armure, non pas qu'il ne l’appréciât pas -il aurait préféré la porter plus souvent- mais celle-ci n'était guère adapté aux discussions de cours qui suivrait les joutes, épreuve au moins aussi redoutable mais dans laquelle il se démarquait bien plus.

Une fois correctement habillés, une chemise noire surmonté d'une élégante tunique rouge recouvrant son torse tandis qu'un pantalon ocre et une paire de chausses noires complétait sa tenue. Il n'était pas suffisamment éclatant pour un bal ou autre démonstration de ce genre, mais cette tenue suffirait bien pour assister à la suite des joutes, spectacle toujours aussi divertissant s'il en est.
Il rejoignit donc les gradins et alla s'y installer, comme souvent silencieux et jugeant bien plus le parterre de nobles que les chevaliers qui s'apprêtaient à combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Dim 4 Déc 2011 - 20:44

Lorsque l’oiseau rare eut fini de se pavaner devant la foule un peu ragaillardie par une joute qui avait manqué d’audace, le héraut d’armes finit par appeler les nouveaux combattants.

« Messer Sigmund du Landnostre, chevalier aux pieds d’airain, et messire Aarnis d’Ack sont appelés à la lice ! »

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Frère Sigmund
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Âge : 415
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~ 50 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Mar 6 Déc 2011 - 11:33

De nombreux beuglements accueillirent l’appel du héros, le son rauque et viril des Gentilshommes du Septentrion. Il y eut quelques rire gras aussi, et des quolibets bien sentis, mais ceux-là étaient lancés à l’adresse du blondinet qui avait l’audace – ou la témérité – d’accepter la joute. C’est que le Sigmund avait fier allure dans son armure reluisante. Non pas que le métal soit des plus polis, mais il avait été traité à plusieurs reprises avec de la graisse d’ours pour permettre aux pièces de mieux coulisser offrant ainsi au colosse une certaine fluidité de mouvement. Fluidité qui lui permettrait à coup sûr de faire preuve de la finesse légendaire des gens du Landnostre en réduisant son adversaire à l’état de loque ensanglantée.

Un homme avança son destrier, une de ces bêtes Eraciennes dont la valeur frisait l’obscénité. L’homme aux Pieds d’Airain possédait quatre montures différentes. Il y avait Pantouphle le cheval de voyage, Jeorge le cheval d’apparat, Foudre le cheval de guerre, et enfin celui des joutes qu’on avait nommé Richard, du nom de son précédent – et défunt – propriétaire. Chacune de ces bêtes étaient ses amies et il aurait tué quiconque s’en occuperait mal. Ce fut donc sur Richard qu’on hissa le chevalier, et cela avait de quoi impressionner car l’homme paraissait presque plus imposant que sa monture. Bien chanceux serait l’homme qui pourrait survivre à tel adversaire !

Il alla se positionner à un bout de la lice, et observa les Dames devant lesquelles il avait bombé le torse plus tôt. Il aurait bien passé du temps avec quelques-unes d’entre elles, mais l’heure n’était pas à la copulation, Sigmund aurait tout le temps de les trousser après, quand il aurait gagné ce tournois.
Le héraut fit l’appel, et au cri de « GNAAAAAR ! », il s’élança.
Revenir en haut Aller en bas
Aarnis d'Ack
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 143
Âge : 24
Date d'inscription : 10/02/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Jeu 8 Déc 2011 - 20:46

Aarnis ressentit l'adrénaline du combat monter en lui à l'annonce de son nom. Il ne connaissait rien à son adversaire et pour tout dire il s'en fichait pas mal. Il y avait un théorie selon laquelle il fallait rassembler toutes les informations possibles sur son adversaire, ses joutes passées, son style de combat etc.

Aarnis préférait l'analyse rapide du début de bataille, l'adrénaline exacerbant les sens.

Il avait donc en face de lui un monstre. Loin d'être impressionné il s'amusa à se demander combien de "lui" il faudrait pour arriver au poids du mastodonte en face de lui. Il remarqua aussi que le bougre se déplaçait de façon plutôt aisée pour quelqu'un de sa carrure ainsi harnaché.

Le plan de bataille du blondinet était simple toucher sans l'être. Vous allez me dire : "oui mais c'est le plan de tout bon jouteur qui se respecte!". Certes mais certains d'entre eux (et le mastodonte qu'allait affronter Aarnis en faisait partie) peuvent encaisser, de par leur constitution, plusieurs chocs plus facilement que d'autres.

Aarnis montait un cheval Odélian, réputés pour leur puissance. Tout allait se jouer là dessus.

Une fois en face de son adversaire, à l'autre bout du champ, Aarnis se pencha et parla à sa monture :


- Allez mon grand, aujourd'hui c'est ton jour! Si je dois gagner c'est grâce à toi! Montre leur toute la puissance du Nord!

Il se releva, abaissa sa visière et sourit en entendant le beuglement bestial de son adversaire. Sa monture renâclait et trépignait d'impatience. Il relâcha sa fureur en le talonnant. La vitesse le grisait, le temps se ralentissant autour de lui. Il visa. Et frappa.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Mar 13 Déc 2011 - 17:14

Les deux puissantes créatures se jetèrent sur la lice, dévorant le sol poussiéreux à toute vitesse. A l’allure vive et sanguine du cheval d’Erac surmonté par le colosse du Landostre, l’Odélian lui opposait une démarche lourde et puissante. La rencontre arriva enfin, les deux chevaux frôlèrent la lice, les lances se croisèrent et vinrent se briser sur l’adversaire. Mais la frappe du sire d’Ack ne fit pas même broncher le grand diable aux pieds d’airain, dont la lance, jetée au casque d’Aarnis, avait enrayé l’avancée de son opposant avant de le jeter à terre. Messire l’Ethernien s’écrasa sur le sol, et une vive douleur lui arracha un cri étouffé par le casque déformé. On ne sait trop par quel miracle, une écharde grosse d’un pied s’était enfoncée dans le défaut d’armure, au niveau du séant. Sur cette victoire brutale, le héraut d’armes s’en vint hurler.

« Messire Sigmund du Landnostre remporte la victoire ! »

[Frappe au casque de Sigmund ; R.A.F. d’Aarnis.
Jet de chute raté pour Aarnis : 0 ; Aucun jet de chute pour Sigmund.]

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 596
Âge : 24
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Lun 19 Déc 2011 - 2:52

Et vas-y que ça défile! Ah ça y avait du choix! Du Mervallois, du Soltari, de l'Ethernois, de l'Ydrilote et du mercos à la provenance douteuse, on trouvait de tout dans ce petit coin de paradis. Et surtout des catins, il faut dire que Scylla savait accueillir ses hôtes. Seulement pourquoi diable nous occuper de tels détails en pleines joutes? Parce que c'est ici que nous retrouvons nos derniers protagonistes, censés se parer à leurs épreuve ou à défaut, y assister.
- Gilou, Halv'! fit une tête familière dans l'encadrure de ce qui devait tenir lieu de porte au sein de ce lupanar: un simple rideau à fil. Les gars j'ai rien à redire sur ce que vous faites de vos souverains mais bordel Alaric va entrer en lice alors terminez-en fissa... 'devrait pas être dur pour vous pourtant.
- Oh la plaie! grogna ce bon vieux Bébert en abandonnant sa colombe défraîchie sur ces entrefaites... et peut-être aussi par peur de donner raison à Altiom et sa pique humiliante. Coupé en pleine besogne, c'est pas humain!
- Un peu de compassion! Ce pauv' Rico est mort de trouille tu voudrais pas qu'il en mouille ses chausses non plus?
- Beauseigne, grommela à son tour Halvdan depuis l'autre bout de la pièce commune, concentré qu'il était sur -ou plutôt sous- son dossier brûlant. Et qu'est-ce qui -hhh- l'terrifie à c'point le -hh- marmot?
- Les... demoiselles, répondit Altiom après s'être râclé la gorge. Ses deux acolytes partirent d'un rire on ne peut plus sonore... bien vite suivi par ceux des filles de joie à l'entour. Oui, se faire embrocher en plein poitrail par une lance de deux mètres ne l'inquiétait guère, mais être l'attraction de toute la gente féminine ça c'était du défi pour notre suderon!
- Alti c'est salaud de m'faire bidonner en plein effort! blagua l'ours mal léché une fois remis du fou rire. Et cinq petites minutes plus tard -histoire de finir poliment son ouvrage-, il finit par sortir de la bâtisse.
- Pas d'inquiétude mesdemoiselles, vous les reverrez bien assez tôt, ne vous fatiguez pas trop d'ici-là, salua une dernière fois le nobliau avant de suivre ses hommes.

A peine eurent-ils pris place dans l'un des gradins sommaires réservés aux basses-gens qu'une scène -qu'on aurait cru tirée d'une pièce comique- vint égayer plus encore leur journée. Avec force manières et vocables propres à quelque farce riche de rebondissements, voilà qu'entrait en jeu un bien curieux personnage! Il criait à la magie, à la tricherie, à la menterie! Cela donnait dans le malandrin à l'oreille coupée, le vicomte suspect au regard d'acier, dans la loque nordique et dans le "Raymond", seul individu un tant soit peu censé qui se chargea de calmer tout ce beau monde. Bref, après une rapide révérence et sans rappel de la foule, le chef des Centaures s'éclipsa par la sortie des artistes. Seul un bougre applaudit le spectacle de choix ainsi offert: hahaha! J'adore ce gars! Faudra absolument qu'on prenne contact avec sa bande!
S'enchaînèrent ensuite la victoire du Soltari puis celle du Sigmund, la défaite de l'espion puis celle du récemment (re-re-re-re-...)surnommé Messer Les Fesses. Nos trois Ydrilotes eurent bien du mal à choisir entre de francs et gras éclats de rire ou le "oooooowtch!" accompagné de sa grimace compatissante généralement de mise en pareils cas....... Bon, soit, cessons d'embellir nos héros. Leurs poitrails furent sitôt violemment ébranlés par ce qui -après plusieurs mois passés aux côtés de ce cher Ninis- était devenu pur réflexe! A savoir une tonitruante esclaffade, pire qu'un roulement de tonnerre, de celles qui faisaient trembler le sol! Jusqu'aux os mêmes des pauvres hères alentours (à défaut de simplement les rendre sourds)!
De la bonne grosse poilade en somme. Mais dans un subit élan d'altruisme les trois suderons descendirent porter assistance à leur compère et l'aidèrent à se traîner jusqu'aux gardes proches (qui l'escorteraient chez quelque chirurgien prévu pour l'occasion... théoriquement). La larme à l’œil et la goutte au nez, ils retinrent avec difficulté leurs éructations grossières qui se voulaient rires pour reprendre leur souffle. Les pauvres diables, submergés par cette si soudaine et brutale hilarité, n'avaient pas même eu le loisir de gratifier leur ami jouteur d'une nouvelle fournée de quolibets! Bah, cela viendrait, en attendant voilà qu'Alaric s'avançait sur la piste, tout clinquant d'armes et de plates, scintillant à la faveur d'un rai que laissait filtrer un magnanime nuage, une rose à la main et... exact nous étions censé ne plus embellir les héros. Quoiqu'il en soit l'Ydrilote au verbe coloré avait la classe (à prononcer avec le plus pur accent de la Haute pour être dans le ton).

- Hey, Rico viens voir par-là! héla le voyageur en entourant l'épaule de son acolyte. Tu te sens comment là?
- Yè... yè un poco les chocottè avec toutes ces dames dè si haut lang qui-qui..., pris d'un soudain accès de panique il se tourna vers son compatriote. Tù imayines si yè sùis vaincù è qu'elles sè moquent toutes dè moi!
- Mais par les couilles de Mogar t'as quel âge? Et moi qui me demandait pourquoi après dix ans de service au castel t'avait jamais eu d'aventure avec les servantes... Et pourtant, les Cinq m'en sont témoins, elles sont déjà si peu farouches dans le royaume... j't'explique même pas celles d'Ydril! Et voyant la mine dépitée du pauvre jouteur, il finit par l'entraîner vers les tribunes.
- Hé, hé? Hé! Qu'est-ce què tù fais?
- Holà gentes dames! Je tenais à vous présenter le bien trop modeste messer Alarico! Lui qui porté par sa galanterie n'a pas même osé venir déranger celle qui de son cœur s'est faite maîtresse. Il chuchota: à toi de jouer vieux loubard. Et ledit vieux loubard avait bel et bien vu son dit cœur emporté par ladite maîtresse, mais il avait gardé cela pour lui jusqu'à maintenant. Peut-être était-ce son charme discret, presque effacé qui l'avait attiré à elle. Sa blancheur liliale, cette pureté qui semblait transparaître, irradier de tout son être... N'y tenant plus, le suderon tout dévoué s'agenouilla devant sa dulcinée et lui tendit sa rose -oui ce détail-ci était véridique-, les yeux brillants d'émotion: mia dolce, yé-yé... yé souhaitèlais v-v-ous offlir c-cette rosa por... perché... è... Il lança une œillade au maledetto qui l'avait mis dans ce pétrin, mêlant savamment le "bordel et là je fais quoi? Aide-moi merde!" et le "ptin la branlée que j'vais te mettre sale keunard", et puis tourna à nouveau son visage transi vers sa mie. Un sourire sincère se leva finalement, comme un radieux soleil, et les mots lui vinrent: cè sérait pour moi oun honneur què d'êtle votle campione! Non, paldonnez-moi, cè sérait oun joie, una felicità assoluta è plus encore, ma les mots mè restleignent. Bellissima donna, ma lance est votle. Une fois encore, Rico mettait les pieds dans le plat avec ses malencontreux sous-entendus. Il ne restait plus qu'à espérer que la damoiselle comprendrait que l'erreur était involontaire... ou que l'accent la lui masquerait.
- Tu t'en es bien tiré Rico, commença-t-il en s'éloignant de la loge avec l'Ydrilote, mais est-ce qu'au moins tu sais à qui t'as conté fleurette?
- Aucùne idée... elle était si affascinante..., répondit l'intéressé, un sourire béat aux lèvres.
- La duchesse de Langehack.
- La Duchessa?
- Jeanne.
- Yeanne?
- De Sephren...
- Oh. Oh! Da cojones di Mogar!
- Voilà, en gros. Tu sais tu devrais vraiment faire quelque chose avec ton accent. Déjà que les Ysariens ont du mal à te suivre, imagine un peu ces pauvres médians.
Ainsi donc le fringant suderon s'occupa des derniers détails de son harnachement avant d'enfourcher sa monture. Il chercha de la vue sa douce une dernière fois au travers du mince champ de vision que lui accordait son heaume -elle est oùùù Jeanne?- et lança son cheval à pleine vitesse, le sourire aux lèvres.

Hue cannabis! Hue cannabis! Allez! ... Tu n'avances pas du tout cannabis...


Dernière édition par Altiom d'Ydril le Mer 23 Jan 2013 - 18:07, édité 2 fois (Raison : EAURTEAUGRAF)
Revenir en haut Aller en bas
Frère Sigmund
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Âge : 415
Date d'inscription : 10/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~ 50 ans
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Mer 21 Déc 2011 - 2:49



Le blondinet semblait vaillant mais rien n’y fit, car son adversaire n’était autre que le Capitaine de la Compagnie des Gentilshommes du Septentrion, la fière Galopée des d’Airain. Autant dire que s’il ne joutait pas souvent, l’agreste barbu n’en était pas moins un cavalier talentueux qui sut profiter admirablement de sa grande taille pour toucher le premier. Et c’est à grand renfort de bravos et d’applaudissement que l’on félicita sa vertu, tandis que le perdant recueillait brocards et gausseries.

Il faut dire qu’après les lances narcotiques d’oiseaux peu glorieux, les deux concurrents venaient de donner un spectacle d’une rare originalité. Au point que les souvenirs de ce beau tournoy resteraient sans-doute à jamais hantés par la vision du postérieur endolori d’où dépassait la méphitique épine.
Et ainsi parlait-on dans le camp Nostrois :
« Messire d’Ack a dans le fessier ce que d’autres prennent dans le pied !
- Peut-être eut-il voulu avoir un cul aussi râblé que les petons d’airain de notre habile capitaine !
»

C’est donc ainsi enjoué par sa victoire que notre héros, après avoir convenablement paradé devant ces Dames des tribunes, alla se déséquiper pour pouvoir suivre les lances suivantes sans être encombré par son armure. On lui retira soigneusement avant de repasser une couche de graisse d’ours là où les pièces se chevauchaient.
Richard fut également dorloté. Délesté du poids de son cavalier sa condition en était déjà nettement améliorée. Ajoutez à cela tout l’avoine qu’on lui donna pour récompenser sa performance, et vous obtiendrez un cheval repu et heureux. Et quand ses chevaux étaient heureux, Sigmund l’était aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   Mer 21 Déc 2011 - 21:39

Les deux chevaliers s’élancèrent, et après une égalité aux frappes à l’écu, les deux hommes changèrent de politique. Mais celle du grivolant fut payante. Posant une habile frappe au casque que la lance d’Alaric ne sut dévier proprement, c’était Tombétoile qui menait aux points. Trois à deux. Ce dernier, voulant finir à sa façon cette joute, se jeta sur la lice avec l’idée, assez ignoble, d’en finir avec l’adversaire. Sa lance tournoya jusqu’au casque d’Alaric, cherchant à le balayer, le vider de ses étriers, mais le compagnon d’Altiom d’Ydril tint bon, et sa frappe au casque brisa sa lance sur le heaume du malandrin. Ce dernier ne chut point, mais les trois lances étaient consommées, et Alaric l’emportait de deux points. Le hérautd’armes se leva en même temps que la foule, qui injuriait maître Tombétoile ou acclamait Alaric.

« Cinq à trois pour messer Alaric. Alaric de Luca remporte la victoire ! »

Et c’est ainsi que sous les cris de la foule endiablée, les deux participants se retirèrent, laissant place à une pause où chacun badina, mangea et commenta ce premier tour. Et lorsqu’on eut bien bu et bien mangé, le héraut rugit le début des demi-finales.

« Messer Umberto Spalda et messer Vincente Manolesti sont appelés à la lice ! »

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le tournoi de Laréor - Les joutes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le tournoi de Laréor - Les joutes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le tournoi de Laréor
» Tournoi Saga des Joutes du Téméraire, samedi 10/11/2012
» JOUTES DU TEMERAIRE 2013 : Tournoi 40K les 9 & 10 novembre
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Liste pour tournoi 1500pts avec resctriction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Comté de Scylla-
Sauter vers: