Partagez
 

 Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble

Aller en bas 
AuteurMessage
Diogene di Systolì
Humain
Diogene di Systolì

Nombre de messages : 99
Âge : 109
Date d'inscription : 05/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble Empty
MessageSujet: Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble   Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble I_icon_minitimeLun 21 Nov 2011 - 9:09

Fedrerico d'Aphel, bien que son nom aurait du être d'un autre genre, était ce gentil bâtard présumait de la famille d'Aphel, bien qu'on ne puisse jamais le prouver avec certitude, mais ces traits particuliers suffisait généralement pour lui donner quelques prétentions légitimes, « Mais voyez son menton, c'est celui de feu son père, si je n'étais doué de raison je le prendrais pour son fantôme revenu nous hanter ». Et c'était bien souvent le sentiment que ce gaillard faisait naître, ne sachant lui même s'il devait se considérer ou non comme bâtard, son exil suite à la destitution de sa famille par Ydria pour être remplacé par un gueux du nord l'y força. Trouvant en Ydril, un exil particulièrement doux, ainsi qu'une femme, d'une maison cousine de celle des Systolie, son rôle devenait des plus précis à la mort de celle qu'on surnommait la Puttana.

Revenant en Aphel, il sut avec l'aide immense d'Ydril, s'y installer : or, hommes, on ne pouvait nier qu'il devenait de jour en jour plus puissant. La politique du Sharassien de s'installer en paix, sans violence ni viol, lui permis d'aller plus en avant, et il n'était pas rare qu'on le nommait dans la rue « Monsieur d'Aphel ». Quand le ladre du nord organisait une fête, lui en organisait deux et bien plus fastes, il organisait un banquet, Monsieur d'Aphel en faisait dix, il érigeait une statue, celui qu'on ne pouvez plus nommer le bâtard faisait ériger un temple. Le petit peuple de la plèbe Apheloise reçu de sa part le pain et les jeux, la bourgeoisie, avide d'affaire, aimant ses semblables, et répugnant comme la plupart des suderons ayant les moyens d'avoir des convictions à être dirigé par un homme du nord, se rallièrent rapidement à celui qui incarnait le bon temps de Judith. Les récalcitrants surent être achetés.

Les gardes, milices et autres gens d'armes ne furent pas dur non plus à rallier, on acheta leur capitaine dix fois plus cher que le simple bourgeois, et les gardes ne reçurent qu'une maigre solde de cette générosité, qui néanmoins suffit à leur faire achter plusieurs pains et vinasses, dont Monsieur d'Aphel, qu'on aimait déjà à nommer Ser le Baron de temps à autres, loin des oreilles des Nordique, en distribuait avec grande générosité aux plus pauvres. La noblesse quand à elle fut la première à se rallier à la cause d'un des leurs, exacerbant le fait d'être dirigé par un vulgaire maraud au sang de paysan, qui de plus n'avait nul connaissance de leur politique, coutume et tradition.

L'arrivée au pouvoir de ce Sentazygore, ces manières brusques et son comportement outrageant envers le mode de vie des Sybrondilois, renforçait la révolte, cette dernière avec la disparition de Cosimo, le mercenaire du nord, fut grandement facilité, on nomma à sa tête un homme de sa compagnie qui acheté par Ser d'Aphel, servait de parure afin de conforter la duchesse, ayant destituer sa famille, et ce nouveau bougre de brusque. On continua à acheter la noblesse environnantes, on accueillit Lerazo Di Peparozi, grand noble Ydrilois, connut pour ses manières à acheter, corrompre, assassiner, un homme respecté, surtout pour ces manières de galants hommes, et le don qu'il fit à la ville de sa cassette personnel. L'Aphelois tombait dans les mains de son maître présumé héritier, et barrière contre le despotisme de Raoul. Oui ces nobles et bourgeois était attaché à ces textes et manières de gouverner, qui nouvelle, permettait aux bourgeois de se voir élever, et la noblesse, si ces pratiques devaient la frustrer, trouvait en les dons, prêts, et pots de vins de ces maroufles un bien grand réconfort, d'autant plus qu'on ne les laissait que palabrer dans quelques salles, en leur donnant des titres clinquant sans que le pouvoir ne suivent.

La déclaration de guerre, l'acte immonde de ce Sentazygore à l'égard des pratiques et de ce qu'on considérait déjà comme la tradition, vu l'énorme satisfaction que procurait ce système, suffit à lancer les flammes de la révolte. Lerazo avec une centaine d'hommes recruté en Aphel, d'ancien soldats, des gardes, des gentilhomme de la compagnie de Cosimo le disparu, qui ayant perdu leur maître, ne demandait pas plus que d'avoir une bonne solde, et l'opportunité d'aller piller quelques endroits, eux qui avait du se retenir ici à Aphel et même y rester ! On acheta les derniers hommes, et d'importantes sommes furent envoyé à des capitaines de l'armée Sybrondiloises, on acheta la noblesse autour d'Aphel, on promit des titres, on envoya des cadeaux, les spectacles et pamphlet contre celui qu'on nommait « La brute, Sent y Sa Mort » dans ces mêmes pièces. Frédérico D'Aphel entourait de tout ceux qui aimait suivre l'appel de l'or, de la corruption, des promesses d'un système doux et calme en Sybrondil ou les affaires pourraient marcher en paix et avec le soutient du pouvoir, se fit proclamer Baron Par Droit Légalisant de la Haute Assemblée des Gentilhommes Sybrondilois, on aimait se donnait des titres longs et étranges, cela faisait plus « Monsieur ». Rassemblant tout ce qu'on pouvait comme homme, soldats soudoyés, nobles rallié, bourgeois ambitieux, et même la paysannerie captivé par les spectacles et la promesse de recevoir une solde, qui bien que maigre pour ce dernier semblait être un véritable trésor pour lequel il aurait donné deux vies, comme beaucoup d'autres. On les arma avec des armes qu'on avait fait venir du Nord, on les paya avec l'or venu d'Ydril ; une grande partie des anciens profit réalisé en Aphel « déplacé » à Ydril ; on les nomma « Compagnie de Gentilhommes Magnifiés » ou encore « Libérateurs et Barbouilleurs du Sybrondilois », et on se mit alors à compter les forces en présences.
Revenir en haut Aller en bas
Cosimo l'Olisseano
Humain
Cosimo l'Olisseano

Nombre de messages : 18
Âge : 31
Date d'inscription : 03/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble Empty
MessageSujet: Re: Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble   Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble I_icon_minitimeMer 23 Nov 2011 - 15:13

Si le père Cosme n’était pas là, son digne de fils, lui, était bien présent ! L’aîné de la famille d’Yroaz, Pierre, plus connu sous le nom de Pietro Lolisseano, avait l’ambition de son père et le dynamisme de la jeunesse. Longtemps délaissé, il vécut avec sa mère puis ses nourrices jusqu’à ce qu’il eut sept ans. Cosimo, qui passait à la demeure familiale, décida qu’il était trop grand pour être dorloté, aussi l’envoya-t-il auprès de l’un de ses nombreux amis. Commença, dès lors, une longue période où Pietro l’impénitent fit tout ce qu’il put pour capter l’attention de son papa adoré. On passera les anecdotes comme le saccage d’une école ambrienne dans la campagne soltarienne et le viol de cette fille de prêtre, car elles n’apportent rien à la situation présente.

Ainsi Pierre, qui avait été nommé gouverneur associé par la maîtresse de la sauge et du laurier lorsque son père fut envoyé dans le nord lointain, avait été témoin des remous qui secouèrent Aphel. Arrivé sur place il n’y avait que quelques jours, il avait réussi à se dissimuler auprès des hommes de son père, et notamment de Foulques Meerkoet. Ce dernier, un corbin devenu sharassien dès qu’il put fuir la justice, était un de ces compagnons d’aventure d’Yroaz. Souvent chafouin, d’une laideur à faire pâlir un Puysart, c’était son sens politique (les mauvaises langues préféraient parler de perfidie) qui en fit l’un des hommes fort de sa compagnie. Voyant que la situation échappait des mains de son maître, Foulquet se fit acheter par Monsieur d’Aphel à un prix modique, bientôt suivi par ses frères sharassiens, d’abord ceux de la cité, puis ceux des forteresses jouxtant Ysari. Notre héros hésita même à vendre Pietro Lolisseano, mais une fois de plus, il comprit bien vite que la situation ne tournait guère en faveur du parti ydrilote.

Car si les Ydrilotes débarqués achetaient à grand renfort de perles et d’or la noblesse environnante et toute la racaille qui pouvait peupler la cité du lac, il ne faisait aucun doute que cette enclave diogéniste, coincée entre Soltariel, Ysari et la Sybrondie, n’offrait guère de possibilités de carrière à long terme aux soudards qui la soutenaient. Au contraire, le Ser d’Aphel avait même dans l’idée de les faire combattre, cette soldatesque-là. Faire combattre des mercenaires ! Foulquet avait beaucoup vécu, mais jamais il n’avait vu un homme demander avec autant de naïveté à des stipendiés de se jeter dans un combat perdu d’avance.

Foulques Meerkoet trama donc son plan avec la complicité de Pierre fils de Cosme. Et la nuit venue, alors que l’armée du Ser continuait de se réunir, une poignée de Sharassiens, sous le voile de la nuit, prirent des barges et accédèrent au château. Une fois à l’intérieur, la soldatesque massacra tout ce qui put y vivre et y tenir une armée. En une heure, le parti du Ser avait été anéanti et les Sharassiens, dans leur peur de voir un homme digne de ce nom réussir à assembler les troupes disparates qui se réunissaient dans la cité, étêtèrent tous les hommes qui eurent pu réussir cet exploit et capturèrent le reste.

Le lendemain, nobles et mercenaires vivant sur l’habitant apprirent que les Olysséens avaient repris le château d’Aphel et que leur chef était mort. Il n’était nul besoin d’avoir ses oiseaux dans le châtel pour savoir ce genre de chose : sur les murs, de longues piques exposaient à la populace les têtes des traîtres. Tous avaient été énucléés, soit au couteau, soit au fer rouge, car, après tout, on ne défiait pas le Soleil Blanc sans en perdre les yeux. Les fidèles du Ser d’Aphel cherchèrent bien un successeur, que ce soit dans sa famille ou dans l’armée réunie, mais personne n’arrivait à faire l’unanimité, car aucun n’arrivait à promettre autant que Monsieur d’Aphel et ses banquiers ydrilotes. Beaucoup, comprenant que l’entreprise était perdue d’avance, rejoignirent leur fief pour jouir des pots-de-vin que le dragon leur avait cédé, voire pour le céder de nouveau au Soleil Blanc en guise de cadeau accompagnant leur missive d’excuse ou pour payer la rançon. L’armée était dispersée, la population terrorisée, et les cassettes d’Aphel remplies d’or ydrilote.
Revenir en haut Aller en bas
Diogene di Systolì
Humain
Diogene di Systolì

Nombre de messages : 99
Âge : 109
Date d'inscription : 05/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble Empty
MessageSujet: Re: Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble   Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble I_icon_minitimeMer 23 Nov 2011 - 18:12

Alors qu'on apprit le soulèvement des hommes de Sharras, bougre d'homme que l'or ne pouvait acheter, des mercenaires fidèles qui aurait cru voir ça un jour ! Par chance Ser d'Aphel n'habitait pas le château, ni ses partisans, ni d'ailleurs son armée, la ville d'Aphel n'offrant guère de place pour tenir une armée, si en Ysari en entassait des milliers d'hommes dans une forteresse faites pour quelques poignées, les Diogéniens, eux avait le sens du respect pour ces braves hommes. Et alors qu'on assemblait les hommes dans les champs entourant la ville, les capitaines dormant chez les habitants, une partie de la noblesse au château, Ser d'Aphel avec Lerazo était dans quelques bourgs voisins occupé à rallier la noblesse, comment rester à Aphel alors qu'on se devait de rallier tout ce qui est possible de l'être. La nuit de ce qu'on devait se rappeler comme celle de "La trahison des pleutres" ou comme on le conte dans le nord "L'acte des Gentils mercenaires", on apprit que Ser d'Aphel était mort, on dit aussi que son comparse d'Ydrilois l'était aussi.

La peur prit alors aux cou les gens de la ville, odieux actes, bien qu'après on fut heureux d'avoir été achetés sans devoir oeuvrer, mais finalement on regretta de ne pas avoir pu recevoir plus d'or, et on craignait la folie de "Sens Ta mort venir". Déjà des complots se tramait, on vit des hommes quitter la ville. Mais par chance, ce matin là Ser d'Aphel avertis dans le courant de la nuit, arrivé avec son escorte et celle de Lerazo. L'homme ayant autour de lui des hommes fidèles formant ce qu'on considérait comme La Garde, on s'étonnait d'ailleurs qu'on ai pus réussir à croire qu'il dormait au château alors que celui ci non gardé avait était pris si aisément par quelques bougres de bon barbouilleurs.

L'arrivé dans la ville de Ser d'Aphel, réchauffa les âmes, ses capitaines rassurés se rallièrent aux cris de "Vergià et Sanglà", on fit venir tout ce que la ville tenait encore de Sharassien, et par les lames ils furent passés. La mort de la noblesse Apheloise, loin de déranger Monsieur d'Aphel, lui donnait les mains libres pour tenir la région. Fort de représenter les élans Libertaires de cette partie de la région, on se prit alors à organiser une réunion. Parodie d'égalité, on laissa parler quelques bon hommes, et fort de l'or qui avait était dispensé, on en arriva à nommer tel homme à tel terre, et cela continuant on se retrouva avec un maillage du territoire rendant la région totalement fidèle au Baron d'Aphel. Nombreux furent les défenseurs, bourgeois et autres hommes ravis de cet démonstration de ce qu'il appelait "Pouvoir de Voix", se joignirent à la joyeuse compagnie, la noblesse la plus conservatrice vit tout cela d'un oeil mauvais, mais apprenant alors que les nouveaux fieffé fort fortuné utilisait leurs argent pour le bien de la noblesse, on se félicita alors de pareil disposition.

Repartant avec ce qui prenait de plus en plus l'image d'une armée particulière, Ser d'Aphel repartis conquérir le coeur des derniers nobles frigides hésitant à le rallier. Lerazo étant resté, fit mettre de l'huile sur les murs du château, ces acrobates ; guerriers ; singes ; ayant réussis à s'infiltrer dans un château la nuit, les portes closes, gardés par des hommes, ne pouvait être que des saltimbanques sautant de toit en toit ! Désormais ils glisseraient !
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
Entité

Nombre de messages : 1403
Âge : 819
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble Empty
MessageSujet: Re: Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble   Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble I_icon_minitimeMer 23 Nov 2011 - 18:54

Ceci est un rappel à l'ordre :

Les joueurs ne décident pas des réaction du plateau de jeu (environnement, population, etc.), mais uniquement des actions de leurs personnages (et des subordonnés). En outre, si le staff autorise que les joueurs puissent jouer via des personnages différends de leur personnage principal, il est à noter que ceux-ci doivent entretenir une certaine proximité avec ledit personnage principal (frère, sœur, ami proche, homme de main, etc.). Ces "PNJ" ne sont en aucun cas des expédients créés à volonté pour servir vos desseins de joueur.

Par conséquent, ce RP est, jusqu'à modification, verrouillé, et ineffectif.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble Empty
MessageSujet: Re: Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble   Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment Sers et Marauds firent pogrom ensemble
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Un croisement innatendu [Pv Yuko & Hideaki][Hentaï][Terminé]
» Maigo : entrainement ninjustsu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Soltariel :: Comté de Sybrondil-
Sauter vers: