Partagez | 
 

 Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Lun 21 Nov 2011 - 12:53

    La neige avait cessé de tomber depuis plusieurs jours déjà et l'on vint prévenir le Seigneur de Winterfall que les routes étaient à nouveau praticables. Mais pour combien de temps ? Nous avions déjà était surpris par une brusque chute de neige qui nous avez empêché de regagner Alonna durant l'hiver. Devant cette météo capricieuse, nous avions considérés qu’il aurait été risqué de s’aventurer sur les routes gelées par un froid aussi mordant, aussi nos hôtes acceptèrent de nous héberger plus longtemps. Bien que la situation soit quelque peu gênante, j'appréciais les longues conversations au coin du feu avec Dame Gisèle. Les longues semaines passaient près d'elle me permirent également d'assister a la naissance de leur sixième fille. Cette nouvelle petite tête blonde ravissait sa mère bien qu’il fût regrettable qu’il ne s’agisse pas du petit héritier tant espéré.
    Mon propre ventre s’arrondissait chaque semaine un peu plus et bientôt je pus même sentir les premiers mouvements du bébé. L’approche du terme me rendait anxieuse, j’étais loin d’avoir oublié ce que signifiait pour moi la naissance de cet enfant. Bien que je n’en aie plus reparlé avec Hanegard, mes rêves n’avaient pas cessé et je voyais en ceux-ci toujours le même signe funeste. Cependant je tâchais de ne pas y penser.

    Ma blessure à l’épaule fut bien vite guérie grâce aux soins et aux potions dégoûtantes que me concoctait Nazaref. J’avais l’impression qu’il prenait un réel plaisir à les rendre aussi mauvaises, mais leur efficacité n’était plus à prouver alors on se bouche le nez et on avale cul sec !

    Lorsque les premiers rayons de soleil apparurent le printemps était déjà là depuis longtemps. Je savais qu’il ne me restait que quelques semaines avant la naissance de notre deuxième enfant et je craignais que nous ne soyons pas de retour à Alonna assez tôt. Bien que je ne sois nullement inquiète à l’idée d’être entre les mains de la sage-femme de Dame Gisèle je préférais largement être dans ma chambre, à Alonna, entourée de visages connus.

    Le matin de notre départ, un beau soleil perçait à travers les nuages. Clarys venait de fermer les dernières malles et je regardais ma fille s’amusait à quatre pattes sur le grand tapis de la chambre. Elle avait tellement grandit…. Ses cheveux bruns bouclés tout autour de sa tête et ses yeux rieurs observaient tout ce qui l’entourait. Elle était magnifique, et je ne dis pas ça juste parce que c’est moi la mère… enfin si, mais en même temps c’était vrai.


    - Il est tant de te couvrir, les malles viennent d’être chargés, on n’attend plus que nous pour le départ.

    Je quittais le confort de mon fauteuil et posais mes mains sur mon ventre pendant que Clarys me passait ma cape de laine sur les épaules. Prenant appuie sur son bras je fis quelques pas vers la porte et me tournait pour voir si la servante avait fini de couvrir Liliana. Mais lorsque je me tournais, je ne voyais ma fille nulle part. Je sentis une onde d’angoisse me submerger lorsque je sentis quelque chose tirer ma jupe. Baissant les yeux je croisais le regard amusé de Liliana avant qu’elle fasse demi tour et qu’elle reprenne sa marche hésitante et vacillante pour finir sur les fesses quelques mètres plus loin. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine et ce fut le cri de joie de Clarys qui me confirma que je n’avais pas rêvé. Presque aussitôt mon amie fut près d’elle pour la remettre sur pied et la regarder à nouveau marcher.
    Fière d’elle, je la prie dans mes bras et déposais des myriades de baisers sur ses joues.


    - Allons montrer cela à ton père ma chérie !

    Cette fois tout était près, j’avais Liliana dans mes bras – malgré les remontrances de Clarys – et nous rejoignîmes l’entrée du château. Le Seigneur de Winterfall et sa femme étaient déjà là en compagnie de mon époux. Comme à chaque fois que je le voyais un sourire illumina mon visage. Je m’approchais de lui, posais ma main sur son bras et saluait nos hôtes une dernière fois. Après échange de politesse nous descendîmes les marches pour rejoindre le carrosse qui attendait dans la cour. Je m’arrêtais un instant, laissant à Hanegard le temps de prendre de l’avance et lorsqu’il fut à la porte du carrosse je l’appelais.
    Liliana était sur ses petits pieds et, les mains tendues vers son père, avançait sur le pavé de la cour à grands éclats de rire, comme si le seul fait de marcher était divinement amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Mar 22 Nov 2011 - 13:56

Après plusieurs semaines passées à Winterfell bloqués par la neige, l’heure venait pour nous de reprendre la route d’Alonna. Cette pause avait été vraiment reposante, même si nous avions commencé le séjour par une blessure causée par un garde du corps prenant l’expression un peu trop au pied de la lettre. Heureusement, les bons soins de Nazaref avaient permis à Jena de bien se remettre et désormais il n’y paraissait plus.

De mon côté, ma vue était revenue quasiment à la normale, même si j’essayais d’éviter de trop fixer la neige sous le soleil ou les chandelles. Chaque jour passé auprès de ma douce Jena sans avoir à porter sur mes épaules le poids d’une baronnie constituait un pur bonheur.

Oh, certes, les missives entre la capitale et le château restaient quotidiennes, et je m’astreignais chaque jour à en prendre connaissance et à y répondre. Mais l’hiver était calme, bien que certaines difficultés d’approvisionnements soient signalées. Rien d’alarmant, toutefois les effets secondaires du Voile sur les récoltes liés à un hiver précoce me faisaient parfois craindre pour l’avenir. Bien que fertile, les terres d’Alonna ne pouvaient pas produire grand-chose par mauvais temps.

Bref, l’heure arrivait pour nous de quitter Winterfell et de redescendre dans les plaines. Tout en faisant mes adieux au maître des lieux et à son épouse, je me fis la réflexion qu’il nous faudrait, à Jena et à moi, un endroit de ce genre pour que nous puissions nous y retirer au calme. Une idée à creuser, aussi je me promis de me pencher sur le sujet sous peu.

Ce fut la voix de Jena qui me fit me retourner. Pensant qu’elle désirait me parler d’une chose que nous aurions oubliée, je mis deux ou trois secondes à comprendre ce que je voyais.

Liliana, notre petite princesse adorée, avançait gauchement vers moi en marchant. En marchant ! Oui, vous m’avez bien lu. Enfin, une démarche bien pataude encore mais il s’agissait de la première fois qu’elle y arrivait. Au bout de quelques pas, elle retomba sur son petit derrière et se mit à rire, très amusée par cette nouvelle expérience qui lui promettait bien des aventures.

Me précipitant, je pris notre fille dans mes bras et déposait un baiser sur sa joue rosie par le froid.


Voyez-vous ça. Il va nous falloir te surveiller ma chérie, sinon plus personne ne pourra t’arrêter.

Tout en parlant, je la chatouillais doucement sur les côtes, déclenchant de nouveaux rires. Notre fille était vraiment adorable, et je savais que dans les moments les plus durs, lorsque je ne savais pas si je guérirais et que Jena cauchemardait toutes les nuits, elle avait été inconsciemment notre point d’ancrage, notre raison de continuer le combat.

D’ailleurs, Jena continuait-elle à avoir ces rêves où la déesse l’appelait ? Nous n’en parlions pas et elle semblait dormir normalement, mais je n’aurais juré de rien. Je savais qu’avant notre départ pour Winterfell elle s’était rendu au temple de Néera afin d’en parler au Grand Prêtre, mais elle ne semblait pas vraiment avoir envie de m’en parler, et je respectais son silence. Si elle voulait m’en parler, elle savait que je serai à l’écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Mar 22 Nov 2011 - 15:13

    La vision qui s’offrait à moi me serra le cœur. Liliana calée dans les bras de son père, riant aux éclats à chacune des chatouilles et le sourire d’Hanegard…S’il ne me restait que quelques semaines à passer avec eux, alors je ne voulais pas qu’ils s’inquiètent, je voulais les voir sourire tous les jours, je voulais les entendre rire tout le temps… Je me sentais glacée de l’intérieur, je savais que mes rêves m’anéantissaient chaque nuit un peu plus, que la seule pensée de perdre tout cela m’était insupportable….et j’avais si bien réussi à ne pas y penser jusque là. Mais voir ma fille marcher me rappela soudain tout ce que je raterais d’autre dans sa vie, ses premiers mots, ses chagrins de petites filles, ses chagrins d’adolescente, ses jours de bonheur, son mariage, ses enfants….
    Un coup de pied dans mon ventre me fit soudain penser que je raterais encore bien plus du petit être en moi…. Je sentais le chagrin m’envahir quand une petite main se glissa dans la mienne.


    - Z’peux être assis à côté de toi ? Z’voudrais l’sentir encore z’ai plein de choses à lui dire !

    La petite bouille ronde de Merwan me fit sourire. Depuis qu’il avait pu sentir les mouvements du bébé il voulait toujours être là pour assister au prochain coup de pied. Il pouvait resté assis à côté de moi une heure entière à raconter tout un tas de chose à mon ventre. Il s’était même mis en tête qu’il s’agirait d’un petit garçon comme lui avec qui il pourrait courir dans les couloirs dès sa naissance !

    - Bien sur Trésor ! En route, j’ai hâte de revoir les murs de la citadelle.

    Bien que le séjour fut extrêmement agréable, j’avais hâte de rentrer chez nous. Je savais que je ne pourrais plus passer autant de temps avec Hanegard mais j’étais persuadée que nous trouverions toujours un moment dans la journée malgré nos emplois du temps chargés. Nous avions pu nous reposer, nous ressourcer et nous retrouver à Winterfall. Je l’aimais davantage qu’à notre arrivée et je ne me privais pas de le lui dire chaque matin en me réveillant…peut-être à cause de mes rêves, parce que je savais l’échéance proche.
    Je montais la première dans le carrosse - une femme enceinte ça prend du temps à charger ….humm… - si la narratrice pouvait éviter ce genre de commentaire – oh ça va le prend pas mal ! t’as juste pris du bide j’ai pas dit que t’avais des rides et une permanente à faire peur – fait gaffe ou je t’envoie mon coiffeur et mon mari furax – roh de suite, si on ne peut plus parler entre femmes… - bref, hm, je montais donc dans le carrosse avec toute la grâce et le naturel possible – pffff – et je m’installais sur la banquette inconfortable – non sans faire tanguer le carrosse hein – arrête tout de suite ! – aïe… mais c’est qu’elle m’a fichu une beigne cette chipie, toi tu vas morfler le jour de ton accouchement ! – reprenons s’il te plait, les lecteurs s’impatientent.

    Merwan se précipita à mes côtés et se calla contre tout moi, l’oreille collée à mon ventre. Je passais une main dans ses cheveux blonds et attendit qu’Hanegard et Clarys soient installés en face de moi. Liliana sur les genoux de son père s’était calmé et observé les gens qui s’agitaient à l’extérieur.
    Bientôt le carrosse se mit en route et un long, long long voyage commença. Je vous passerais les désagréments des secousses et de l’état chaotique de la route pour arriver directement à notre retour à Alonna.
    Il faisait nuit lorsque nous fûmes en vue de la citadelle et il fallut une heure encore pour que le carrosse s’arrête dans la cour intérieure. Du monde nous attendait, soit pour nous saluer, soit pour accaparer aussitôt le Baron. Après un dernier baiser je le laissais reprendre la route de son bureau tandis que je regagnais nos appartements.
    Liliana dormait, Merwan aussi, et bien vite Dames de la Cour et servantes me laissèrent enfin seule. Clarys m’aida à m’habiller pour la nuit mais bien après qu’elle soit partie, je ne trouvais pas le sommeil. Je restais longtemps assise sur mon lit, à fixer mon ventre arrondi. Demain je me rendrais au temple, j’avais besoin de parler au Grand Prêtre, et de prier aussi un peu.
    Il devait être très tard, ou très tôt selon le point de vue, lorsqu’Hanegard vint enfin se coucher
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Mer 23 Nov 2011 - 10:20

Le courtisanus obseqius est une espèce au comportement assez particulier. Très présent dans les cours baronniales ou ducales, il se caractérise par sa faculté de reproduction faisant passer les lapins pour des moines ascètes n’osant même pas se regarder l’entrejambe quand ils vont pisser. Débarrassez-vous d’un courtisanus obseqius, et un autre viendra automatiquement prendre sa place. Les plus grands savants hésitent encore sur leur mode de reproduction : clonage, division cellulaire, nanotron volé à Kirgan… toutes les hypothèses semblent valables.

Une autre caractéristique de courtisanus obseqius est sa nécessité de se trouver au plus près des seigneurs locaux. Un peu à la manière d’une fleur qui dépérit sans soleil, ils semblent affaiblis lorsqu’ils se retrouvent sans personne à qui faire leurs courbettes ou sans personne sur qui colporter des ragots. Or justement la cour d’Alonna comporte un foyer de courtisanus obseqius et notre retour y déclencha une activité pouvant vaguement rappeler celle d’un équipage de marins revenant à terre après un an en mer.

A peine descendus du carrosse, une horde de courtisans nous entoura, avides de nous « présenter leur respect », leur « félicitations », leurs « vœux de rétablissement » ou leur « demandes ». Bref, de pouvoir de nouveau jouer à leurs petites intrigues visant à obtenir un poste ou un avantage au dépend de leur rival du moment. A cet instant, la nécessité de nous trouver un endroit où nous pourrions nous retirer un peu de la cour me parut une nécessité absolue. Dès que l’enfant serait né, il faudrait que je me penche sérieusement sur le sujet.

Bref, la soirée se passa pour moi à devoir écouter requêtes sur requêtes, à vérifier et valider ou invalider les décisions prises en mon absence, et lorsqu’enfin je pus m’éclipser pour aller dormir j’avais l’impression d’avoir affronté une armée drow tout entière.

Jena se trouvait déjà au lit lorsque je la rejoignis, mais nous étions l’un comme l’autre trop fatigué pour échanger plus qu’un baiser et nous souhaiter la bonne nuit. A peine ma tête toucha-t-elle l’oreiller que je sombrais dans un profond sommeil où une horde de courtisans me poursuivait en brandissant des décrets à signer. Cauchemar horrible… d’autant plus qu’assez près de la réalité.

Le lendemain matin, je prévins Jena que je serais indisponible toute la journée du fait d’un conseil réuni pour traiter les dossiers laissés en chantier par mon absence, non sans lui avoir promis solennellement que le lendemain lui serait consacré. Notre tendre complicité de Winterfell ne devait pas s’arrêter à cause d’une surcharge de travail que diable ! Sur un dernier baiser, je la quittais jusqu’au soir… sans doute profiterait-elle de la journée pour se remettre de la fatigue du voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Mer 23 Nov 2011 - 12:42

    – Je peux savoir ce que c’est que cette liste ?

    A peine levée et habillée on m’agitait un bout de parchemin tout gribouillé de noms et de lieux. Je n’étais pas de très bonne humeur après cette nuit plus que courte et la brève entrevue que j’avais eu avec Hanegard. On avait à peine remis les pieds à Alonna et déjà je ne pouvais plus le voir, c’était ahurissant. Mais revenons à cette fameuse liste que m’agitait Clarys devant les yeux. Ma demoiselle de compagnie et amie n’avait pas l’air plus surprise que ça, au contraire elle semblait même fière de ce qu’elle tenait.

    - L’organisation de ta journée. Ca commence par le choix de deux nouvelles Dames de compagnie, ensuite les salutations et les requêtes des Dames d’Alonna puis….

    Et la liste était longue, très longue. La visite d’une maison qui pourrait probablement accueillir l’orphelinat que je souhaitais à Alonna, la présentation du nouveau personnel de la citadelle engagé à mon service, le thé à prendre chez telle ou telle Dame, une invitation à souper à trois endroits différents et j’en passe. Lorsque je fis remarquer à Clarys que dans sa merveilleuse liste il n’y était nullement fait mention des prénoms « Liliana » ou « Hanegard », elle me répondit de but en blanc « Pas le temps aujourd’hui » ce qui me cloua en pleins milieu du couloir.
    Nous étions en train de nous rendre dans un petit salon ou je devais recevoir je ne sais combien de courtisane quand cette petite phrase me figea. Comment ça pas le temps ? Il était or de question que quoi que ce soit passe avant ma fille. Hanegard avait certes beaucoup de travail aujourd’hui et il m’avait promis la journée du lendemain mais pour ma fille c’était une autre paire de manche. Et puis j’avais moi-même des choses que je voulais faire aujourd’hui, comme me rendre au temple ou voir les progrès de Merwan en écriture et en lecture. J’avais également promis à Nazaref d’aller le voir après mon retour pour m’assurer que tout allait bien… mais rien de cela ne figurait sur cette fichue liste.


    - Je n’ai pas le temps pour tout ce blabla Clarys. Je ne perdrais pas plus d’une heure dans ce salon, ensuite j’organise moi-même ma journée. Fais prévenir que je me rendrais au temple dans l’après midi, et occupe toi de me choisir deux autres Dames de compagnie, personnellement je n’en vois pas l’utilité mais si ma compagnie ne te suffit pas alors soit.

    J’embrassais la joue rouge de mon amie et la laissait sur un sourire. Lorsque je pénétrais dans le salon je sus d’un seul coup d’œil…que je n’en aurais pas pour une heure. Et c’est trois heures plus tard que je pus quitter la citadelle pour me rendre au temple.
    Le grand prêtre m’attendait sur le parvis et m’accueillit avec un sourire chaleureux. Après avoir longuement discuté de mes rêves et avoir pris des nouvelles de ma grossesse il déposa un baiser sur mon front et me laissa après m’avoir recommandé de prier un peu.

    Je restais assise sur ce banc de pierre si longtemps que lorsque je me décidais à bouger enfin, j’avais mal partout ! Je fis quelques pas pour soulager mon dos puis revint m’asseoir sur un autre banc, devant l’une des statues du temple. Là encore je me perdis si bien dans mes pensées que je ne vis pas le temps passer. C’est un garde sans arme qui vint me trouver, visiblement gêné de troubler mes réflexions et mes prières.


    - Ma Dame, nous devrions rentrer…il est tard et l’on doit s’inquiéter de …de votre absence…

    Tard ? Mais je n’étais arrivée que depuis une heure à peine. Non ? Lorsque je sortis du temple à la suite du jeune soldat je constatais qu’il faisait nuit dehors, il n’y avait presque plus personne dans les rues, aussi conclus-je qu’il devait effectivement être tard.

    De retour à la citadelle, je gagnais ma chambre fatiguée et à la vitesse d’une fourmi. Mes jambes étaient lourdes et mon ventre légèrement douloureux. J’avais besoin de m’allonger et de dormir un peu. Mais c’était sans compter Clarys que je vis sortir du bureau d’Hanegard, les traits tirés et toute tremblante.


    - Par les dieux…je me suis tellement inquiétée… où étais-tu donc passer ? Je t’ai fais chercher à travers toute la ville.
    - J’étais au temple. Je suis fatiguée Clarys, je voudrais juste aller dormir.

    Je levais ma main pour interrompre ses protestations et continuait lentement ma route jusqu’à entrer – enfin – dans ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Ven 25 Nov 2011 - 9:55

Saviez vous qu’un expert peut vous expliquer pendant plus d’une heure les différentes strates rocheuses constituant une falaise, et proposer plusieurs scénarios de sapes sans que vous ne compreniez le moindre mot de ce qu’il vous bave ? Et pourtant, les travaux de sapes, je connaissais, mais sous des murailles d’une citadelle, pas sous des falaises !

C’était donc avec le même sentiment d’impuissance que celui du plaisancier se retrouvant aux commandes d’un supertanker que j’écoutais l’exposé sur les rendements des mines du Nord et les possibilités de travaux à y mener.

En gros, et si je suivais bien, l’absence de pluie ces dernières semaines et le temps froid rendait la roche plus cassante sur certaines lignes de rupture qui pourraient être utilisées pour tenter de trouver de nouveaux filons en profondeur. Enfin si je suivais bien, évidement… vu comme cela me passionnait, j’avais un peu de mal à me concentrer. Heureusement certains des membres du conseil semblaient plus à leur aise sur le sujet et je les laissais harceler l’expert de questions.

Les dossiers se poursuivaient, interminablement. La construction d’un nouveau grenier par ci, la rénovation d’une tour de guet par là, un édit sur les amendes à appliquer aux colporteurs non enregistrés auprès de la guilde, et on continuait. Dire que quelques jours plus tôt je me promenais avec Jena dans un endroit idyllique, décidemment les retours de vacances sont toujours aussi durs quel que soit l’univers et l’époque.

Lors d’une pause, Clarys vint me trouver pour me dire que Jena avait disparue. Bon, pas seule, heureusement, l’escorte de garde en charge ce jour là de sa sécurité également, mais nulle trace d’eux à la citadelle. Après l’avoir interrogée, je compris que ma femme avait du se rendre au temple de Néera, et je demandais à Clarys d’envoyer des patrouilles vérifier sa présence là bas avant de retourner dans la salle du conseil.

Le soir venu, et alors que je regagnais mon bureau pour signer un énième édit qui concernait la nomination d’un baronnet dans une garnison de la frontière d’Odélian, Clarys revint me trouver, encore plus affolée car Jena ne réapparaissait pas. Là, je commençais moi aussi à m’inquiéter… on ne reste pas des heures au temple en général. Ce fut le bruit de la porte de nos appartements qui nous interrompit, lorsqu’une Jena apparemment fatiguée se traina jusqu’à la chambre.

Ayant congédié Clarys, je rejoignis ma femme qui venait de s’allonger. Inquiet mais ne voulant pas le lui faire voir, je lui demandais :


Tu as passé l’après-midi au temple ?
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Lun 28 Nov 2011 - 8:19

    Je venais tout juste de m’allonger sur le lit lorsque la porte de la chambre s’ouvrit. Dès que je croisais le regard de mon époux, je me sentis presque aussitôt apaisée. Sa présence me faisait toujours cet effet là. Pourtant lorsqu’il se fut assis près de moi quelque chose me gêna et je compris ma raideur soudaine quand il posa sa question. Bien qu’il me l’ait posé avec tact et sans l’ombre d’un reproche, je me sentais sur la défensive.
    Oui j’avais passé l’après midi au temple, oui j’avais complètement perdue la notion du temps et oui j’avais un programme chargé que je n’avais absolument pas respecté…mais ces heures passées au temple m’avaient fait un bien fou. Je me sentais parfaitement bien….avant qu’il me pose cette question.
    Je savais pertinemment ce qui l’inquiétait mais je ne voulais pas en entendre parler. Nous avions déjà eu cette conversation des semaines plus tôt et même si, sur le moment, il avait réussi à me rassurer, ce serait bien plus difficile aujourd’hui. Et puis… je n’étais même pas sûre d’avoir envie d’être rassurée. Bien évidemment j’étais toujours effrayée par la perspective de mourir, de perdre tous ceux que j’aimais… mais je n’avais surtout pas besoin qu’il s’inquiète. Il avait d’autres obligations, d’autres sujets d’inquiétude et d’angoisse. Je ne voulais pas qu’il perde du temps à essayer de comprendre ce qui ne pouvait pas l’être.


    - Oui, j’ai discuté avec le Grand Prêtre et je n’ai pas vu le temps passer.

    Point barre, conversation terminée. Pourtant lorsque je croisais à nouveau son regard j’eus le sentiment que cela ne lui suffisait pas, ou qu’il ne me croyait peut-être pas. Mais pouvais-je lui en vouloir ? Je ne l’aurais probablement pas cru si j’avais été à sa place. Pour couper court à toute autre question, je l’embrassais et lui souhaitais bonne nuit. Serrais dans ses bras, je me sentais bien mieux.
    Mais c’était sans compter ces fichus rêves. Depuis combien de temps étais-je endormie ? Probablement des heures… Ce rêve, identique en tout point et pourtant quelque chose était différent… Une chose qui me fit trembler car elle me terrifiait. Cette si belle femme que j’avais l’habitude de voir n’était plus qu’une ombre noire et menaçante. Je me sentais irrémédiablement attirer vers elle…. Ce fut mon propre cri qui me réveilla au moment ou cette ombre noire m’enveloppait.

    Tremblante, trempée de sueur et sanglotante, je me redressais et regardais autour de moi, terrifiée à l’idée de revoir cette ombre. Mes yeux se posèrent sur la petite fiole sur ma table de chevet, celle que le Grand Prêtre m’avait préparé et que je buvais chaque soir avant de m’endormir depuis des semaines. Trop fatiguée la veille je n’avais pas pensé à la boire…et mes cauchemars étaient aussitôt revenus hanter mes nuits. Pressant mes mains contre mes tempes je tentais de me calmer en reprenant mon souffle. Mon cœur battait la chamade et les larmes sillonnaient mon visage. Folle… voilà ce que j’étais. Depuis Ilinsar rien n’allait plus…Ca avait d’abord été des hallucinations, puis des cauchemars et maintenant j’avais l’impression qu’ils empiraient…

    J’avais peur que mes sanglots réveillent Hanegard aussi quittais-je le lit pour faire quelques pas dans la chambre. Mais aussitôt le bébé se mit à me donner des coups de pieds énergiques et je dus me rasseoir sur le bord du lit pour qu’il se calme enfin. Epuisée et terrifiée à l’idée de me rendormir je ne tentais même plus de retenir mes larmes car cette fois j’avais véritablement besoin de pleurer, parce que je devais me retenir tous les jours… même si ça devenait de plus en plus difficile, comme cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Mer 30 Nov 2011 - 13:22

Dans le genre de la justification courte aux absences prolongées, Jena venait de faire du très haut niveau. Et là où elle tombe dans l’anti-jeu, c’est en embrassant son époux. Ainsi donc le baron est bâillonné, on tente de le faire taire ! Hmm… un deuxième bisou, ce serait possible ma chérie ? Non ? Bon, ben donc nos deux héros allèrent se pioncer, et le silence de la chambre ne fut plus ensuite troublé que par des ronflements que l’histoire officielle retiendra comme harmonieux.

Tout cela est bel et bien bon, mais désormais je suis perplexe. Que puis-je écrire en attendant ? Hanegard roupille comme un bienheureux et si je le réveille trop vite, dans cinq lignes j’en aurai terminé. Alors il va me falloir meubler, gagner du temps, jouer mollement, en clair faire comme les joueurs du stade toulousain quand ils sentent être en difficulté pendant un match. L’inspiration me fuyant, la tâche risque d’être malaisée et je vais devoir fouiller dans l’esprit du baron pour espérer y trouver matière à rédaction.

Hmm… qu’allons nous bien pouvoir trouver la dedans ?… l’inquiétude qu’il ressent pour sa femme… inutilisable dans l’immédiat, ca va venir juste après… quoi d’autre ?... cette histoire de petit nid d’amour juste pour eux deux… idem, ce n’est pas d’actualité… hmm… sacré foutoir là-dedans, faudrait penser à ranger… hmm… un rêve érotique avec Jena et Ilinsar… torride… mais nous le censurerons vu le créneau horaire auquel la série est diffusée… hmm… la vision de la tête fracassée de Jaime… pas étonnant, ca marque un crâne façon compote

Décidément ce n’est vraiment pas simple de remplir l’espace. Hanegard semble inquiet pour sa chérie, mais la peur est diffuse et il ne sait pas vraiment comment agir. Le peu d’informations dont il dispose ne lui permet pas de réellement comprendre les troubles de sa compagne. Mais puisque la dite compagne est justement de nouveau harcelée par ses cauchemars, peut être va-t-il réussir à y voir plus clair ?

And now… le réveil ! Tambours et trompettes !

Ce fut un sanglot qui m’arracha de mon sommeil.


Jena ?

Je passais une main sur la joue de ma bien-aimée et l’en ramenait humide. Non, ce n’était donc pas un rêve, ma douce et tendre pleurait. Voilà bien l’une des rares choses que je ne pouvais pas supporter en ce monde : voir pleurer la femme que j’aimais. M’asseyant à côté d’elle au bord du lit, je passais un bras protecteur autour de ses épaules, l’attirait contre moi et lui demandait :

Jena, que se passe-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   Jeu 1 Déc 2011 - 13:37

    Mes sanglots étaient incontrôlables, plus j’essaie de me calmer et plus je les sentais redoubler. Au point même que je n’entendis pas qu’Hanegard s’était réveillé par ma faute. Je le constatais qu’une fois qu’il me prit dans ses bras, m’attirant contre lui. Bien que je m’en voulais d’avoir troubler son sommeil, trop rare depuis notre retour de Winterfall, je me sentais mieux et bien plus en sécurité lorsqu’il me tenait ainsi.
    Les premières minutes je restais silencieuse, essayant juste de me calmer et d’arrêter de pleurer. Je ne voulais pas avoir l’air lamentable en bafouillant des paroles incompréhensibles et incohérentes. Bercée par sa respiration, mes larmes cessèrent bientôt et le calme revint peu à peu, chassant les images terrifiantes de mon rêve. Je savais que je ne pourrais pas me rendormir et je savais aussi que j’étais épuisée.... Comment gérer cela me direz-vous ? Et bien je n’en avais aucune idée. Peut-être qu’en buvant cette fichue potion maintenant je n’aurais plus à craindre le moindre rêve…. Mais dans le doute…

    Et Hanegard, qui me tenait dans ses bras, perdant des heures de sommeil précieuses par ma faute… Cela m’insupportait.


    - Je suis tellement désolée…de t’avoir réveillée… ne t’en fais pas tout va bien maintenant. Rendors toi.

    Au regard qu’il me jeta lorsque je sortis de son étreinte, je compris que je ne m’en sortirais pas aussi facilement que la veille avant de me coucher. Je ne supportais pas l’idée de l’inquiéter inutilement mais en même temps je n’aimais pas non plus lui cacher les choses. Cette discussion nous l’avions déjà eu des semaines plus tôt et elle ne nous avait rien apporté, pourquoi cela serait-il différent ce soir là ? Il ne pouvait pas comprendre mes craintes, il n’avait pas vu mes rêves ni même cette ombre menaçante qui avait remplacé la belle femme que j’avais d’abord prise pour Néera. Etrangement j’avais l’impression que je ne me sentais qu’en paix et en sécurité qu’entre les murs du temple. Pourquoi ?

    Mais il n’était pas temps de parler théologie. Hanegard voulait des réponses et je ne pouvais pas les lui taire indéfiniment. Me recouchant contre lui, la tête sur son torse je sentais peu à peu les douleurs de mon ventre disparaître à mesure que mon corps se détendait.


    - J’ai…j’ai juste oublié de boire la potion du Grand Prêtre hier soir. Ce rêve me fait peur… mais je crois…que c’est surtout ce que je ressens qui me terrifie. C’est comme une évidence, comme une conviction profonde…lorsque je me réveille, je sais parfaitement ce que signifie ce rêve… sans le moindre doute.

    Voilà ce que je n’arrivais pas à comprendre. J’avais l’impression qu’on me soufflait les réponses, que je savais déjà comment cela allait finir et qu’il n’y avait aucune place au doute. Je savais que j’allais mourir…pour moi c’était incontestable, inévitable même. Et si on m’avait demandé pourquoi j’étais si défaitiste, je n’aurais rien pu répondre de plus ‘Je le sais c’est tout’.
    Je ne pouvais pas expliquer l’origine de cette conviction, par contre on pouvait clairement lire l’angoisse et la peur qu’elle provoquait chez moi. M’asseyant sur le matelas, je me tournais légèrement vers Hanegard pour pouvoir croiser son regard. J’avais besoin qu’il comprenne ce que je lui disais, qu’il me croit aussi, même si cela s’annonçait plus difficile.


    - Tout est d’une limpidité effrayante… et essayer de lutter contre l’évidence m’épuise. Je suis fatiguée mais… j’ai si peur de m’endormir…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
» L amour vient toujours au moment ou on ne l attend pas (PV Coeur de Nuit)
» Il fait beau, mais toujours trop chaud. [Fin]
» Après la pluie, le beau temps.
» après la pluie le beau temps • Indiana Miller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: