AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sous le signe de l'Air.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Sous le signe de l'Air.   Mer 14 Déc 2011 - 13:25

    Le tournoi de Laréor arrivait à son terme et Blanche avait eu tout le loisir de se renseigner sur le Vicomte Manolesti, plutôt proche du Comte de Scylla. Le Noble et mage était doué pour la magie et plus particulièrement dans le domaine de l’air ce qui intéressa beaucoup le Baronne. Elle envoya un domestique lui porter une missive. Ce dernière le conviait à une entrevue afin qu’il puisse discuter de leur talent.

    Missive a écrit:
    Au Vicomte Vincente Manolesti,

    C’est avec un intérêt certain que j’aurai aimé vous rencontrer. En effet, votre réputation de mage m’interpelle grandement et j’aurai aimé pouvoir profiter de vos talents. Je suis moi-même un apprenti dans ce domaine et j’aurai espéré que vous m’appreniez quelques sorts. De plus, nous traitons du même domaine. Je suis certaine que la qualité de votre enseignement m’aidera beaucoup. Si vous le permettez, je viendrai à vous le lendemain dans l’après-midi.

    Que Néera vous garde.

    Blanche d’Ancenis, Baronne d’Hautval.


    La lettre fut cachetée et portée. Blanche attendait une réponse positive à sa missive et dans le cas contraire, elle se ferait une joie de s’imposer au Vicomte. Après tout, il ne pouvait pas refuser pareil faveur à la Dame qui lui prêta ses couleurs.

    *
    **



    Le lendemain, Blanche ne pouvait cacher son impatience et ses deux dames de compagnies s’en amusaient certainement et la taquinaient à ce sujet.

      « L’on dirait une enfant impatiente. »»


    Une autre renchérit.

      « Vous êtes si mignonne, cela change de vos attitudes en public. »»


    Elle faisait allusion à la froideur hivernale de son caractère lorsqu’elle paraissait en public car il y’a être et paraître. C’était caractéristique et surtout afin d’éviter les hommes bien trop entreprenants ou encore de dissuader quiconque de la prendre pour une pauvre femme sans défense qui dans sa bonté accordait moult faveurs. Blanche leur jeta un regard glacial accompagné d’une moue enfantine, quelque peu boudeuse avant qu’elle ne balance son minois de gauche à droite. Sa mère ne tarda pas à s’y mettre.

      « Voilà qu’elle joue les enfants gâtées. »»


    Toutes eurent un petit rire taquin si bien que la Dame d’Hautval se redressa en abandonnant ses broderies pour s’engager vers l’une des fenêtres et fixer le paysage. Ce genre de passe-temps n’était vraiment pas pour elle. La Morsure Hivernale finit par faire appeler ses domestiques.

      « Préparez-moi. »»


    Sur ces mots, elle quitta la pièce et se dirigea vers sa chambre. Ses dames et deux domestiques se pressèrent derrière elle.

    *
    **


    Il était l’heure et Blanche s’engagea, dès lors, vers les quartiers du Vicomte. Un manteau de fourrure lui couvrait les épaules. Elle était accompagnée de ses Dames. La démarche était lente, gracieuse. Arrivée au niveau de la tente (ou de la chambre du château), la Baronne se fit annoncer.

Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Ven 16 Déc 2011 - 0:38

" 45…46…47…Bash va voir ce que c’est. " Pendant que Manolesti effectuait sa gymnastique quotidienne, le garde alla ouvrir la porte de la chambre pour y trouver un domestique tenant une missive pour notre beau pirate. Vincente interrompit sa séance afin de décacheter la lettre et voir de quoi il en retournait.


Citation :
Au Vicomte Vincente Manolesti,

C’est avec un intérêt certain que j’aurai aimé vous rencontrer. En effet, votre réputation de mage m’interpelle grandement et j’aurai aimé pouvoir profiter de vos talents. Je suis moi-même un apprenti dans ce domaine et j’aurai espéré que vous m’appreniez quelques sorts. De plus, nous traitons du même domaine. Je suis certaine que la qualité de votre enseignement m’aidera beaucoup. Si vous le permettez, je viendrai à vous le lendemain dans l’après-midi.

Que Néera vous garde.

Blanche d’Ancenis, Baronne d’Hautval.

Il parcourut rapidement la lettre des yeux en mangeant un fruit " Hum…Ah oui ?...blablabla…rencontre…intéressant. " Ainsi donc, la baronne lui voulait une entrevue et la coquine viendrait jusque dans les appartements du bellâtre, en quête du savoir…il espéra que cette rencontre ne fasse pas jaser. Il sourit à la tournure que cette pensée avait prise dans sa tête et se demanda ce qui se passerait lorsque la fillette s’aventurerait dans l’antre de la vipère noire. Mais il ne se passerait rien, cette blanche d'Ancenis était la promise de son " bon ami " , le comte de Scylla et la dame lui avait permis de porter ses couleurs lors du tournoi, alors si il pouvait rendre un peu service à l’enfant il s’y plierait sans paraitre irriter.

La douce semblait bien renseignée sur les dons que Manolesti possédait, l’avait-elle percé à jour pendant sa joute face au mercenaire mervallois ? Il semblait que le plus probable fut que la dame eut été renseigné par son " élève " Aetius. Il s’interrogea sur ce que ce dernier aurait pu dévoiler et si il avait parlé des entrainements rigoureux de son conseiller en " art ". Finalement il délaissa toutes ses considérations, les reportant à demain et alla se dénouer les muscles dans un bon bain bien chaud.

Le lendemain, il était assis devant un secrétaire plutôt rustique qui se trouvait près d’une fenêtre, a s’occuper de quelques paperasseries lorsque l’on frappa à la porte. Manolesti demandant négligemment à ce que Bash ouvre la porte afin d’introduire le visiteur, voire l’hôte de marque qui devait arriver. Ainsi dépassant l’entrebâillement de la porte-ma foi pas bien grande- cette statue d’ébène à la mine sombre ouvrit la porte afin d’introduire la personne pendant que le mage finissant son affaire lança un " entrez donc, je suis ravi de votre venue. " sans vraiment savoir qui était introduit dans la pièce. Après avoir rangé ses papiers il se leva et apercevant la dame, il effectua une petite révérence :

"Baronne c’est un plaisir de vous revoir. A peine vous voila arrivée et on dirait que ma modeste chambre se voit combler par quelques rayon de l’astre solaire. " Ouais les compliments ça fait toujours bon genre. " Ainsi donc, vous êtes venue ici pour requérir mes conseils en art ? "
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Lun 19 Déc 2011 - 16:40

    Blanche n’est pas du genre à vouloir faire des vagues et elle était accompagnée de ses suivantes jusqu’à l’appartement du Vicomte. Cela n’était donc pas une visite secrète et encore moins celle de deux amants qui se retrouveraient. De plus, cela se déroulerait l’après-midi, autant dire que si ces derniers désiraient se prélasser en quelques vices, cela se ferait la nuit lorsque tout le monde est couché. De fait, les rumeurs et ragots ne pouvaient alimenter de telles suspicions. Bien que souvent la vérité est réagencée. De plus, ses étoffes demeuraient chastes, laissant son décolleté inexistant. Blanche s’introduisit au sein de la chambre du Seigneur Manolesti. On renferma la porte derrière et ses camérières demeuraient sagement dans son dos, le menton bien bas, silencieuses comme jamais. Blanche balaya d’un regard ses appartements, faisant la liste de ses biens. Les lèvres étaient closes et arboraient un air strict et froid.

      « Baronne c’est un plaisir de vous revoir. A peine vous voilà arrivée et on dirait que ma modeste chambre se voit combler par quelques rayons de l’astre solaire. Ainsi donc, vous êtes venue ici pour requérir mes conseils en art ? »»


    Une grimace froissa ses lippes sanguines. Sa voix douce mais si froide s’élança dans les airs.

      « Trêve de compliments et de bienséances, sachez que j’en reçois tous les jours et que j’ai donc déjà rempli mon quota… De fait, pourriez-vous cesser ses coquetteries que veut la cours… Après tout, nous ne sommes pas à une leçon de savoir-vivre. »»


    Elle marqua une maigre pause de quelques secondes, tentant de déchiffrer le moindre de ses gestes et/ou expressions. Ce temps ne fut pas assez long pour qu’il puisse en placer une puisqu’elle reprit aussitôt.

      « Vous n’êtes pas ici pour rentrer dans mes bonnes grâces. Et je ne parlerai pas au Comte de Scylla de votre courtoisie quelle qu’elle soit. Donc passons dans le vif du sujet si vous le voulez bien. »»



    Blanche n’avait pas la tête à s’encombrer de tout se savoir-vivre protocolaire qui l’écœurait dans le sens où c’est de l’hypocrisie pure et simple. Il fallait être poli mais sans fioritures. Devant ce comportement impulsif et peu courtois si l’on peut dire, ses deux dames s’offusquèrent en redressant chacune la tête l’une vers l’autre. Elles revinrent au Vicomte en ajoutant.

      « Veuillez excuser l’indélicatesse de notre Maitresse. »»


    Ce à quoi, Blanche leva les yeux au ciel. La Baronne se rapprocha de quelques pas de Vincente. Les bras se croisèrent machinalement contre son ventre. Elle l’examina de long en large et en travers.

      « En effet, je requiers vos talents. Par contre, mes avis qu’il serait préférable de se trouver un coin tranquille en dehors du château… Le Comte de Scylla serait indisposé si nous venions à endommager ses possessions. »»


    Sur ce, elle tourna les talons et s’engagea en direction de la porte. Comme il put le constater, la Dame d'Hautval possédait un sacré caractère, bien trempé.

      « Avez-vous une idée ? Je ne connais pas ses terres. »»


    Sans attendre une quelconque réponse, elle fit signe qu’on lui ouvre les portes et s’engagea à l’extérieur. Ils pourront toujours parler en marchant après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mar 20 Déc 2011 - 18:08

Il était clair que la petite baronne avait un caractère bien trempé. En guise de réponse suite à la salutation de Vincente, la jeune femme avait répondu d’un ton froid, sec voire cassant. Elle avait apparemment horreur du protocole et des usages de la cour et paraissait ne pas supporter l’art de la conversation. Sa réputation de fille quelque peu sauvage n’avait pas l’air d’être usurpée, cependant le pirate se demanda si la donzelle cracherait toujours sur ces même principes si elle était en haillons dans un désert de l’Est, trainait par un marchand d’esclaves. Elle l’invita à passer au vif du sujet :

" La courtoisie est la barrière entre les hommes civilisés et les bandits, damoiselle. Vous voulez laisser ça de côté, comme il vous plaira. " Il regarda les deux dames de compagnies d’un air compatissant. " Ce n’est pas grave, si c’est le souhait de votre maitresse. "

Manolesti vit la baronne à s’approcher l’observant plus ou moins sous toutes les coutures tout lui annonçant ses intentions. Et puis d’un coup sans vraiment attendre de réponse, cette dernière commença à sortir. Le pirate ne bougea pas, la regardant dans l’embrasure qui menait au couloir de son appartement. Il l’a dévisagea un instant puis il se mit à rire :

" Allons Blanche d’Ancenis (ouais si elle voulait qu’on fasse péter le protocole, il l’appellerait par son petit nom) vous venez dans mes appartements sans plus d’explications et vous vous imaginez que je vais vous enseigner les subtilités de mon art. Je n’ai pas de compte à vous rendre ni à Aetius d’Ivrey ; qu’est-ce que mon aide dans cette entreprise va me rapporter ? Vous avez sans doute mal compris, j’étais d’accord pour vous recevoir dans mes appartements mais quant à vous apporter mon aide, cela est autre chose. Que proposez-vous demoiselle en échange des mes leçons ? "

Le mage ne faisait pas dans le caritatif. Il n’était pas l’un des ses ramollis qui cherchaient à former des disciples par dizaines et si il aimait de temps à autres utiliser sa magie en publiques, il ne divulguait pas en revanche ses secrets au premier badaud venu.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mar 24 Jan 2012 - 13:32

    Cette situation imaginée par le Pirate était incongrue. De plus, son attitude aurait été tout autre si elle était réduite à l’esclavage. Tout état requiert tel ou tel comportement. Elle n’était pas, non plus, une éternelle rebelle. Elle devait accuser les hommes de dicter son avenir dans un premier temps par un mariage forcé et une seconde fois par un mariage de convenance. Il était normal pour la Baronne qu’elle soit agacée par tout cela. Casanière, d’une certaine façon, elle n’appréciait pas les apparitions publics et se gardaient bien souvent de se rendre chez telles ou telles personnes de la noblesse pour une visite de courtoisie. Blanche était à l’aise uniquement avec les membres proches de son Château et ses vassaux avec lesquels elle avait de bon rapport.

      " La courtoisie est la barrière entre les hommes civilisés et les bandits, damoiselle. Vous voulez laisser ça de côté, comme il vous plaira. … Ce n’est pas grave, si c’est le souhait de votre maitresse. "


    Elle répondit naturellement.

      « Je suis entièrement d’accord avec vous, cependant il y’a courtoisie et mines… Je désirais juste vous informer qu’il n’était pas nécessaire de complimenter ma beauté ou que sais-je, je n’ai juste pas besoin de cela si ce n’est pas réellement pensé, vous comprenez ? »


    La Baronne se montra plus douce. Elle désirait juste lui faire comprendre qu’il n’était pas forcément nécessaire de respecter le protocole et s’encombrer de fioritures. Elle le voulait à l’aise. En même temps, durant cette longue semaine, les divers nobles ont exagérés avec les douceurs acerbes de leurs paroles visant à se rapprocher d’elle. Elle ne désirait simplement la simplicité, ni plus, ni moins.
    Au sein de l’embrassure de la porte, la Dame d’Hautval se figea sous le rire et les paroles du Vicomte.

      " Allons Blanche d’Ancenis vous venez dans mes appartements sans plus d’explications et vous vous imaginez que je vais vous enseigner les subtilités de mon art. Je n’ai pas de compte à vous rendre ni à Aetius d’Ivrey ; qu’est-ce que mon aide dans cette entreprise va me rapporter ? Vous avez sans doute mal compris, j’étais d’accord pour vous recevoir dans mes appartements mais quant à vous apporter mon aide, cela est autre chose. Que proposez-vous demoiselle en échange de mes leçons ? "


    Blanche afficha un sourire énigmatique tandis qu’elle referma les portes d’un coup de fessier, laissant ses dames de compagnies couiner dehors, en détresse jusqu’à ce qu’elle se calme. Elles relativisaient vite avec leur Maitresse. C’était normal, du moins essayaient-elles de s’en convaincre. Elle reprit d’un air amusé.

      « Vous avez oublié Suszanna Astrée d'Ancenis. »


    C’était pour le faire sourire.

      « Sans plus d’explications, et bien, j’ai entendu dire que vous maitrisiez le domaine de l’air et il se trouve que j’ai une affinité aussi avec cet élément, j’aurai aimé que vous m’appreniez quelqu’un de vos sorts. En contrepartie, je pourrais moi-même vous délivrer quelqu’un de mes atouts si vous ne les connaissez pas. Cela serait un échange, évidemment. Dans le cas où, cela ne serait pas égal, je peux vous faire rencontrer, si je puis dire mon Maitre en cet Art, un certain Nohan. Il put accéder à des ouvrages de la Bibliothèque de Missède par exemple… Il pourra aussi vous aider. Qu’en pensez-vous ? »


    Elle marqua une courte pause pour reprendre ensuite, le temps qu’il assimile les informations.

      « Si cela ne vous convient pas encore, je peux vous assurer en plus, un libre accès à ma Baronnie, avec un titre si vous le souhaitez et un libre accès à mes livres et ceux de Nohan. »



Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Sam 28 Jan 2012 - 1:38

La situation se décrispait quelque peu et la baronne aussi sembla moins sur la défensive. Se déridant elle adopta un caractère plus doux, plus aimable selon l’avis du pirate. Elle mit en avant le fait qu’elle détestait les compliments sirupeux de circonstances et que la flatterie si elle n’était pas sincère était bien inutile; ce à quoi Manolesti répondit :

" En tant que gentilhomme je me dois de complimenter la beauté d’une femme lorsque j’en vois une et sans aller jusqu’à vous courtiser, je puis vous assurer que le compliment était sincère. Cependant ne vous inquiétez pas, il n’y aura pas de flots incessants de compliments qui occulteront nos conversations futures. "

Puis d’un coup, plus espiègle, le pirate vit la donzelle rentrer de nouveau dans la chambre fermant la porte avec le fessier; image qui ne seyait pas vraiment à l'étiquète de la noblesse mais qui fit sourie le pirate intérieurement. Son petit discours avait-il eu un effet " bénéfique " sur la belle ? Il eut un petit rictus lorsqu’elle précisa qu’il avait omis une partie de son prénom. Pas de toute, le petite se voulait vendeuse : elle la joua sympathique, lui fit un peu de lèche et après lui proposa monts et merveilles pour services rendus. Il la toisa un instant d’un air neutre avant de joindre les mains et de faire tapoter ses index sur ses lèvres dans un air d’intense réflexion (il fallait bien faire mine de réfléchir à la proposition de manière sérieuse). Il effectua quelques pas en direction de la fenêtre, faisant dos à la baronne avant de se retourner avec un sourire de roublard aux lèvres :

" J’accepte avec joie votre offre généreuse (je vais me laisser tenter par le pack complet). Si vous voulez bien me suivre, nous allons faire une petite promenade, j’ai vu l’autre jour une clairière non loin d’ici qui sera tout à fait apte à l’entreprise que nous allons mener et à l’abri des regards indiscrets. "

Ainsi les deux mages sortirent du palais et marchèrent tranquillement jusqu’à sortir des jardins-à la figure défiguré par l’hiver-pour entrer dans le sous-bois qui bordait le terre comtale. Après quelques minutes dans ce cadre botulique et silencieux d’une forêt en sommeil, on trouva la troué et Manolesti qui fredonnait pendant le voyage alla s’appuyer contre un arbre. Tout en regardant Blanche avec malice :

" J’aimerais savoir ce que vous attendez concrètement de ma personne ma jeune disciple. Je pense que la meilleure façon de voir ce que je pourrais vous apprendre et de me montrer dans premier temps qu’elles sont l’étendue de vos capacités. Si cela ne vous gènes pas de me faire une démonstration de vos talents ? "
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mar 31 Jan 2012 - 0:10

    Face à ses paroles, Blanche acquiesça d’un hochement de tête. Il était sincère, fort bien. Cela la détendit. Elle s’évertua à se tenir bien droite plutôt qu’avachie contre la porte. La Baronne était un brin plus en confiance face à Vincente. Evidemment, elle ne prenait pas ses compliments comme une invitation à aller plus loin dans leur relation. Loin d’elle cette idée.

      « Je vous remercie dans ce cas. »


    Il accepta volontiers son offre qui la soulagea. Elle se garda bien de soupirer et se contenta d’un nouveau hochement de tête. La promenade était accueillie sans rechigner. Elle n’ajouta rien pour l’instant puisqu’elle le lui faisait savoir en acquiesçant. Se détournant, Blanche rouvrit la porte et surprit ses dames à papoter entre elles. Elles se turent face à leur Maitresse. La Baronne leur adressa quelques mots.

      « Le Vicomte Manolesti m’accepte momentanément comme élève d’un jour et va m’apprendre ses talents, pour votre bien, je préfère que vous ne soyez pas présente, vous pouvez vous adonner à quelques loisirs, je vous ferai chercher si j’ai besoin de vous, mes Dames. »


    Ces dernières s’inclinèrent respectueusement face à Blanche puis se retirèrent sans attendre. Accompagné du Noble et pirate, la Dame-des-Glaces se mit en marche. Ils traversèrent château et jardins jusqu’à l’orée de ce bois. Là, ils firent halte. L’apprentie fixa le Vicomte s’adosser à un tronc. Ce dernier lui demanda ce qu’elle attendait de lui et de lui faire une démonstration de ses compétences. La Dame d’Hautval balaya le paysage d’un regard et se mit en place au milieu de cette clairière, un endroit dégagé de toutes pierres. Elle ne voulait blesser personne.

      « Eh bien, je sais léviter. »



    La magicienne ferma les yeux et se concentra. Exercer son art était toujours difficile et éprouvant bien qu’elle avait acquis ce sort depuis son enfance grâce à l’acharnement de Nohan. La Dame inspira profondément, réunissant l’air l’entourant. Ses pieds ne touchèrent bientôt plus le sol. Elle lévitait désormais à quelques centimètres de la terre. Naturellement, elle se déplaça dans les airs comme elle le ferait sur la terre ferme. Elle fit même semblant de monter un escalier de quelques marches afin de prendre l’altitude mais cela avait ses limites. Blanche réatterrit souple en faisant une révérence.

      « Cela permet de marcher sur l’eau ou d’éviter de glisser sur de la glace, etc. C’est très pratique. Je peux faire de même avec des objets, plus c’est lourd, plus il faut me concentrer… Bon évidemment, je ne pourrais jamais faire léviter un bateau, par exemple, bien trop lourd. »


    Par après, elle lui fit découvrir son second talent, celui qu’elle maitrise aussi depuis enfant et qu’elle perfectionne d’année en année. Ce don des cieux ou de Néera, elle le voit ainsi. Evidemment, elle n’est en rien l’élue de la Déesse.

      « Je peux imposer une zone de calme donc ou le vent est totalement absent, dans cette même zone, je veux changer la direction du vent si je le veux ou son intensité… Je peux même faire des petits tourbillons, regardez. »


    Elle leva légèrement les bras en laissant ses index tournoyer en direction du sol. Peu à peu, la brise s’intensifia, créant de petits tourbillons soulevant la poussière et la neige si il y’en a. Elle trouverait cela joli.

      « Je peux le faire sans bouger mon corps mais généralement, j’utilise une partie de mon corps pour focaliser mon attention et ma concentration, c’est plus facile pour moi. »


    Elle relâcha naturellement l’emprise sur cette zone. Le champ d’action était variable souvent sa santé, son humeur et surtout suivant son énergie à déployer.

      « Et finalement, je sais créer des rideaux ou mur de vent afin de dévier les projectiles. C’est tout, je pense. »




Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mar 7 Fév 2012 - 14:24

Le mage regarda son nouvel apprenti lui faire une démonstration de ses talents pendant qu'il évaluerait son niveau et effectivement la petite avait une affinité prononcé pour l’aéromencie. Elle déployait son énergie qui avait pour le pirate une odeur fuité et lui offrait tout un panel des sorts qu’elle maitrisait avec une adresse certaine qui plus est. Manolesti nota que celui qui lui avait enseigné les arcanes de l’air et plus généralement la magie, l’avait bien formé : elle n’utilisait pas d’invocations orales, n’effectuait pas de gestes superflus, juste ce qu’il fallait pour lui assurer un meilleur contrôle, une concentration plutôt satisfaisante ; le bilan était assez bon.

Le sort de lévitation lui rappela l’un de ses premiers contacts avec la magie, lorsqu’il était au service de Néera et la lévitation était considérée comme un examen de passage. Il n’avait plus cultivé ce sort, cette pratique et il s’était toujours demandé si cette technique avait été lié à la déesse ou à son potentiel magique. Il sourit lorsqu’il vit la jeune femme donnait dans l’exercice comique et faire semblant de monter des marches puis il regarda le reste du show. A la fin, il applaudit légèrement afin de féliciter la donzelle autant pour ses performances que pour le spectacle qu’elle venait de donner. Il se rapprocha de Blanche afin de discuter de ce qu’il avait pu observer :

" Vous avez un niveau intéressant, celui qui vous a enseigné la magie, devait être assez compétent. Cependant peut-être vous manque t’il un peu de concentration et d'entrainement physique pour que votre corps supporte des sorts qui vont se montrer de plus en plus exigeant. Il n’est pas nécessaire je pense, vu votre démonstration, de parler des bases théoriques de l’aéromencie et que l’on passe directement à la pratique. Cependant, les arcanes de l’air sont très vastes, allant du contrôle du vent à des sorts de guérisons et j’en passe. Faites moi part de vos aspirations, dites moi quelle force vous voulez acquérir : Un meilleur contrôle ? Une plus grande puissance ? Une nouvelle technique ? "

Afin de faire une petite démonstration de ce qu'un aéromencien accompli pouvait faire, Vincente développa son potentiel magique, le faisant entrer en résonance avec son corps. La densité de l'air dans la clairière augmenta, comme lorsque le temps est chargé avant qu'un orage éclate. Happant la moindre brises légères ou vents qui se trouvaient dans les environs, il l'a concentra autour de lui avant de la relâcher par ses mains en une violente bourrasque qui balaya la forêt; arrachant les arbres les plus fragiles et ceux les plus proches du mage, déracinant certains des plus solides et brisant plusieurs branches au passage. Après cet exercice de bourrasque assez classique pour un mage de l'air, Manolesti eu l'idée de poursuivre encore un peu la démonstration en enchainant directement par un sort bien plus complexe. Gardant sa position, il regarda la baronne et il lui fit un signe de main, comme pour lui dire au revoir, pendant que son aura magique augmentait. C'est sa main la première qui commença à se dissiper, entouré une fumée grisâtre aux reflets azules, tout le corps du mage s'évapora dans une fumée qui devint plus blanche puis quasiment translucide jusqu'à ce que le pirate est complétement disparu.

" Voila quelques uns des talents que possède un aéromencien de bon niveau, j'espère que la démonstration vous a plu. " Dit Manolesti qui avait réapparu dans le dos son apprenti.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Sam 3 Mar 2012 - 13:48

    La respiration était rapide, Blanche était haletante. Utiliser la magie était épuisant et requérait une énergie importante. Cette dernière se vidait aussitôt à l’utilisation des divers sorts. Le temps d’action n’était pas important ce qui réduit les dégâts. Les mains contre ses cuisses, elle reprenait lentement mais surement sa respiration. L’avantage avec l’utilisation de la magie était que même avec un froid hivernal encombrant, les membres se réchauffaient et cela lui donnait de grosses bouffées de chaleur. La Baronne se redressa en s’étirant nonchalamment. Elle apprécia les compliments qui lui furent adressé et se permet de lui offrir un sourire simple.

      « Je vous remercie, Seigneur Nohan serait fier et content. Je lui ai donné quelque peu du fil à retordre par le passé.


    Il est vrai qu’un entrainement physique plus rigoureux serait appréciable bien que la jeune femme ne passait pas son temps à reproduire des activités propre à la gente féminine, au contraire, elle explorait les prouesses masculines et ne rechignait pas face à un petit duel d’entrainement.

      « Vous avez entièrement raison mais il est assez difficile, désormais, vu mon rang de m’entrainer physiquement, cela est très mal vu… Ils attendent de moi bien d’autres choses. Hm… Les trois sont tentants bien que je pencherai pour acquérir de nouvelles techniques, nous pourrons en même temps travailler la concentration.»


    D’un geste, elle se débarrassa de son manteau qu’elle accrocha à une branche. Elle avait très chaud. Blanche observa d’un œil attentif le Vicomte et fut d’autant plus surprises lors de cette bourrasque qui balaya quelques arbres. Les lèvres s’entrouvrirent de stupeur tandis que le regard devint admiratif. Son professeur Nohan lui avait déjà fait la démonstration de ce sort là mais elle n’eut jamais le temps de l’apprendre lors de son mariage puis de sa fausse couche et ensuite son exil. L’enchantement fut resté au stade théorique. La suite n’en fut que plus spectaculaire puisqu’elle ne connaissait absolument pas ce sort. Il était possible de se dissiper ainsi ? Le minois chercha son Maitre, se tournant tantôt à sa gauche puis à sa droite sans succès. Ou était-il passé ? Elle se tourna sans sursaut vers Vincente qui était réapparu dans son dos. La surprise se lisait sur son visage. Blanche se rapprocha et glissa une main à son épaule et l’autre sur son torse, elle tâtonnait en fronçant les sourcils. Il était bien réel. Son index gauche pointa l’endroit initial et se ramena jusqu’à lui.

      « Hm… Comment avez-vous fait cela ? Vous pourriez m’enseigner ? Vous connaissez d’autres sorts… Je pose un peu trop de questions, c’est l’excitation, pardonnez mon impolitesse. »


    Blanche ne tenait plus trop en place, elle avait tellement hâte d’apprendre et contrôler tous ces enchantements. Finalement la Dame des Glaces n'étaient pas si froide que cela.

Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mar 13 Mar 2012 - 0:26

La petite exhibition dont venait de faire preuve l’aéromencien avait produit son petit effet, devant une noblesse qui donnait l’impression d’être retombée en enfance. Il l’a regarda alors que celle-ci éberlué vérifiait que le mage était bien tangible, donnant une idée à Manolesti pour un sort de leurre qu’il pourrait essayer d’expérimenter plus tard. La baronne avait fait son choix dans les buts qu’elle voulait se fixer. De toute évidence, le sort de la bourrasque lui avait bien plu ainsi que celui du " courant d’air " , cependant il allait d’abord apprendre à son élève à ramper avant de marcher. Le mage fringuant rit comme un père devant sa fille lorsque Blanche commença à l’accabler de questions mais il ne répondit à aucune d’entre elles, s’écartant de son élève :

" Je pense qu’un bon aéromencien se doit d’apprivoiser le vent (à moins ce que soit ce dernier qui nous apprivoise) je vais donc vous initier à l’arcane de la bourrasque, qui un sort assez classique chez les pratiquants de l’air. Ce sort nécessite cependant force physique et concentration, ce que je vous enseignerais mais si vous demandez à votre promis, il vous répondra que mon enseignement n’est pas de tout repos. Je pense que le mieux serait que nous commencions votre entrainement demain, nous nous retrouverons à la porte Est de la ville demain au lever du soleil et il vaudrait mieux que vous arboriez une tenue propre à l’exercice physique. Maintenant je pense que ne ferions rien de mieux aujourd’hui et il me semble que votre utilisation des arcanes vous a déjà quelques peu fatigué, je pense donc prendre congé et rentrer au château. "

Sans vraiment attendre de réponse de la jeune femme, concernant l’entrainement ni sa volonté de l’accompagner jusqu’au château, le mage lui fit la révérence d’usage chapeau en main et parti, quittant la clairière. Les maîtres de Manolesti lors de ses divers apprentissages n’avaient pas été tendres avec lui et la plupart étaient des adeptes de l’amour vache; dans ces conditions pouvait-t-on lui reprocher d’adopter les mêmes méthodes pédagogiques ? Ainsi c’était à l’aurore que Manolesti attendait sur une monture à la porte Est du château, lorsqu’il reconnut avec quelques difficulté son apprenti avec une apparence beaucoup masculine que la veille. Lorsqu’elle arriva à sa portée, il lui servit un sourire aussi affable que possible au vu de ce qu’il avait préparé :

" Bien le bonjour ma dame. Il me semble que le temps est un peu frais mais c’est une magnifique journée pour courir n’est-ce pas ? Nous allons aller jusqu’au village voisin puis revenir et tout ça à petite foulée. A notre retour si vous n’êtes pas trop fatigué je commencerais à vous donner la première leçon théorique et pratique sur le sort que vous désirer apprendre. "

Commençant à prendre le trot, il regarda si la baronne se mettait en marche.




Dernière édition par Vincente Manolesti le Mer 28 Mar 2012 - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Jeu 15 Mar 2012 - 14:00

    Vincente était bel et bien réel. Les doigts quittèrent son torse. Elle recula et le fixa en silence. Ce dernier annona le suite de cet entrainement. Aujourd'hui, ils en avaient fini. Blanche était légèrement fatiguée et le Vicomte s'était dit qu'il n'en tirerait rien de bon dans ces conditions surtout que son apprentissage visait à une toute autre optique. Blanche n'avait jamais vraiment eu un entrainement physique concernant la magie. Nohan, son maître, savait que la demoiselle, lors de ses jeunes années, s'amusait à apprendre l'art de l'épée et il avait sans doute jugé que ces exercices physiques suffiraient à renforcer son corps pour obtenir de l'endurance et apprendre les sorts qu'elle connaissait déjà. Elle acquiesça d'un hochement de tête. Le rendez-vous était demain aux portes Est. Il ne s'attarda pas plus et rébroussait chemin. C'est ainsi qu'ils se quittèrent. Blanche demeura encore un moment dans cette petite clairière. Seule, elle réfléchissait au futur. Les bras se tendirent et caressa le vide, elle pouvait sentir la moindre particule d'air sous ses phalanges, là ou un simple mortel aurait une sensation de vide pure et simple. Finalement, elle décida de rentrer au château. La Baronne se prélassa au sein d'un bon bain chaud et passa une nuit profonde à se reposer car... à l'aube, ce serait une merveilleuse torture que le Vicomte lui préparait.

    Le noble était déjà présent et ce en avance, Blanche arrivait accompagnée de deux chevaliers et d'une dame de compagnie, cette dernière avait l'air irrité, très irrité même. Ce matin, Blanche s'était réveillée et préparée. Naturellement, elle croisa son père très bien accompagné au petit matin. Ce dernier lui demanda ce qu'elle allait faire et elle lui expliqua. Raymond d'Ancenis n'appréciait pas que sa fille fréquente d'autre homme en dehors de son fiancé. Il était naturellement hors de question que sa fille chérie, Baronne qui plus est soit seule avec ce cher Vincente bien que ce dernier soit un homme du Comte de Scylla. Raymond était déraisonnable, extrêmement déraisonnable. Sans doute était-ce aussi à cause de l'alcool. Il n'avait pas encore décuvé. Il voyait cela d'un mauvais oeil et ne cessa de lui rapprocher que Nohan était bien plus compétent. Bref. Une dispute éclata et se solda par un ordre d'escorte et il manda sa dame de compagnie. La mine grave, Blanche faisait donc face à Vincente. Elle était habillée d'une chemise et d'une redingote, le tout surmonté d'une cape plutôt chaude. Un pantalon lui serrait les jambes et des bottes en cuir lui servait de chaussure.

      " Bon.... Jour. Oui si vous le dites... Nous allons donc courir. "


    Elle jeta un regard diabolique aux deux gardes et à sa dame de compagnie. Elle riait déjà.

      " Je présume que vous allez courir avec moi, n'est-ce pas."


    Son chaperon était habillé selon les règles de l'art, d'une robe en laine surmontée d'une cape chaude tandis que les deux gardes eux étaient en armure légère.

      " A moins que vous ne trouviez un moyen de m'en débarasser... Mon père ne vous aime pas trop. "


    Vincente devait faire face à un problème cocasse. Il pourrait toujours prendre la dame de compagnie avec lui sur son cheval mais les deux gardes ? Dans tous les cas, Blanche était dépitée, agacée. Une main se glissa sur son front, retenant un soupire. Bref. Le temps de trouver la solution, Blanche se mit à courir à petites foulées. Elle devait faire un allé-retour. Autant dire qu'elle allait souffrir. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas courru. Le tout était d'avoir une bonne respiration et ainsi éviter les points de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mer 28 Mar 2012 - 22:08

Manolesti qui n’avait jusqu’alors que regardé son élève prit soudain conscience du reste de la troupe qui l’accompagnait. Levant dans un premier temps un sourcil dubitatif à l’adresse des accompagnateurs de la noble, il fit mine de réfléchir un instant comme-ci la situation l’embarrassait vraiment. Profitant de la terre et de ses moyens de locomotion (dur de faire du cheval sur le pont d’un navire) le pirate effectua avec son destrier quelques caracoles devant l’assistance avant d’offrir un sourire condescendant à la dame de compagnie :

" Ma dame, ne vous inquiètez pas, votre maitresse est entre de bonne main, mais je crains que vous ne puissiez cette fois être du voyage vu l’activité du jour. " Le mage ne pouvait prendre cette femme sur son cheval car il devait garder une place pour la baronne au cas où celle-ci se blesserait ou n’aurait plus la force de faire pas. Il tourna ensuite son regard vers les gardes avec une certaine indifférence. " Messers je ne saurais trop vous conseillez vu la saison de retourner près d’un cheminée quelconque et de boire un verre à ma santé. "

Vincente aurait pu ergoter pendant plusieurs minutes sur le fait que les gardes n’étaient pas équipés pour suivre les deux mages ou encore que le vicomte ne les aurait pas laisser les suivre sans que ces dernier ne payent la leçon qu’il allait enseigner (pourquoi le mage donnerait ses recettes de cuisines gratuitement à deux reitres ?). C’est pourquoi le noble se contenta de ce simple conseil appuyé d’un sourire aimable et d’un regard qui semblait dire : " Vous fatiguez pas et rentrez au coin du feu. "

Sans attendre de réponse de la part de cet attroupement le mage fit faire volte-face à sa monture et rattrapa Blanche qui avait commençé à s’éloigner à petite foulée. Restant à côté de sa disciple dans un premier temps silencieux, le pirate la regarda d’un sourire amusé avant de s’allumer un pipe qui dégagea rapidement un fumée épaisse encombrant l’air environnant qui semblait déjà raréfié par la fraicheur des températures de saison. Tout en fumant le pirate gardait le silence afin de ne pas concentrer la baronne d’un effort qui se devait intense, lui donnant à intervalles réguliers de l’eau d’un outre qui pendait sur le flanc du canasson. Cette petite course à travers la campagne se passa sans encombre- du moins pour le mage perché sur son cheval- et l’on se dirigea à la fin du marathon vers la clairière qui avait la veille accueilli les deux aéromanciens.

Sautant à bas de sa selle, Vincente laissa la jeune femme reprendre quelques forces et l’invita à s’asseoir :

" N’était-ce pas revigorant ? Au cours des jours à venir nous pratiquerons divers exercices physiques tendant à rendre votre corps plus endurant face à la puissance magique qu’il faudra déployer. De plus nous travaillerons sur votre concentration afin que vous possédiez un meilleur contrôle sur votre potentiel magique. Je sais qu’après l’effort que vous venez de fournir, cela va peut-être vous paraitre difficile mais je vais vous donner les bases théoriques du sort permettant de produire une bourrasque. Une fois la leçon finie vous m’en ferez une application. "

Cela allait sans doute s’avérer compliqué pour sa disciple mais Manolesti avait envie de voir de quoi la baronne était capable et puis il était là au cas où. Ainsi après un léger raclement de gorge il commença son discours :

" Dans un premier temps vous allez devoir augmenter votre potentiel magique de manière importante et ressentir votre magie, la magie que vous pouvez ressentir autour de vous et l’air. Vous devrez ressentir l’air environnant ainsi que les souffles, brises et autres vents passant à proximité. Ces courants d’air seront un atout et faciliteront la réalisation du sort car vous pourrez vous en servir en les appelant, en les happant. Cependant il vous faudra garder un contrôle rigoureux et régulier sur eux car sinon les courants se dissiperont ou pire se retourneront contre vous. Il n’est pas pour autant nécessaire d’avoir ni d’utiliser ces courants pour créer le sort. Le principe de ce sort est justement de créer un nouveau courant avec l’air environnant soit directement, soit au préalable en aspirant l’air et les courants se trouvant à proximité. Pour un meilleur contrôle l’aéromancien utilisera son corps et notamment ses mains pour imprimer un mouvement et donner une direction au sort. "

Une démonstration valant mieux que les mots, Vincente se leva et fit quelques pas afin de laisser Blanche derrière lui, à l’abri d’éventuelles projections mais sans l’empêcher d’avoir vue sur la scène. Il fit monter sa puissance avec facilité, restant concentré, d’un calme olympien alors que l’atmosphère s’alourdissait dans la clairière. Les branches des arbres et les herbes s’agitèrent dans le bois alentour alors que Manolesti leva un bras en avant pour en faire partir une salve invisible. La réaction ne se fit pas attendre et un puissant courant d’air souleva les feuilles du sous-bois pendant que les branches des arbres luttaient pour rester accrochées; plusieurs perdant leur combats et se firent arrachées ainsi que les arbres les plus faibles. La puissance mit dans ce sort avait été moins importante que celle appliquée la première fois qu’il lui avait montré mais le résultat restait plus que convainquant.

Relâchant son contrôle, il expira et se retourna vers la magicienne :

" À vous. " Dit-il l’invitant par un sourire et un geste de la main à lui montrer si elle avait compris la leçon.

Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Lun 2 Avr 2012 - 17:27

    Blanche trottinait et cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas couru une telle distance. L’eau fournie était acceptée volontiers car le souffle court, elle sentait déjà une pointe de côté la faire souffrir. C’est dans ces moments-là de pleine douleur qu’on se sent vivre. L’allée fut relativement facile et sans encombre bien que vers la fin, elle montrait quelques signes de faiblesse. Malgré l’air frais et froid, la sueur la prenait. Elle avait bien fait de faire de sa natte un chignon et avoir ainsi la nuque plus ou moins dégagé. Cependant le froid lui rougissait les oreilles, les rendant douloureuses, quant à sa gorge, l’hiver la rendait sèche irritée. Le retour se vit plus lent. Les muscles de ses jambes travaillant durement, ils la tiraillaient. Elle se rendait compte de sa si mauvaise condition physique. Elle se devait d’être plus forte mais se consolait dans le fait que pas le dixième des jeunes donzelles nobles n’auraient jamais réussi pareil entrainement. Cela la motivait, le simple fait qu’elle soit un cas à part entière. Une fois la course finie et la clairière gagnée, Blanche se jeta littéralement dans la neige, les bras et jambes en croix, elle fixait le ciel en tentant de reprendre une respiration régulière. Une main gagna sa poitrine tandis de son deuxième index s’élevait signifiant qu’il fallait patienter et attendre qu’elle se reprenne. Le corps roula de côté tandis qu’elle se hissait sur ses bras en haletant encore. Elle jura.

      « Chiabrena ! »


    Elle toussota un instant avant de se redresser et relaxer sa nuque par quelques mouvements circulaires avant de la faire craquer et grimacer. Son attention se tourna à nouveau vers Vincente qu’elle écouta attentivement. Non, ce n’était pas revigorant. C’était désagréable. Et les jours à venir seront sans doute plus désagréables encore. Avec pragmatisme, Blanche savait que les débuts seraient difficiles mais par la suite, cela ne serait qu’une formalité. Elle observa minutieusement l’aéromancien, ouverte à l’intensité de ses flux magiques. Elle sentit petit à petit, ce flux augmenté tout comme l’air se concentrer en un point pour mieux être projeté violemment vers les arbres dont les branches se plièrent. La Baronne inspira profondément et prit place aux côtés du Vicomte. Les paupières se fermèrent le temps de concentrer avant de se rouvrir. Elle laissa la nature, l’air, le vent l’envahir, jusqu’à hérisser sa peau et tenta de canaliser le flux magique entre ses paumes jointes au niveau de son ventre pour mieux renvoyer l’air au-devant. Son premier essai se solda d’un échec cuisant. Une simple brise agita les feuilles tout au plus. Blanche dut s’y reprendre plusieurs fois avant de pouvoir créer une petite bourrasque sans réelle force. Cela était, néanmoins, mieux que ses précédentes tentatives. Elle continua inlassablement à tenter de produire une bourrasque telle que Vincente. Ses forces s'amenuisaient à mesure des essais infructueux. Elle rectifiait les erreurs qu'elle commettait. Au bout d'un temps, Blanche concentra ses dernières forces, son énergie se concentra entre ses paumes, sa matérialisant sous une petite sphère de vent qui grandissait à mesure que les secondes défilaient. L'intensité de l'air devenait, cependant, incontrôlable pour la disciple et elle relâcha l'air qui fila en une bourrasque vers les branches. Elle en craqua quelques unes, pas autant que son Maître. La conséquence de son erreur la fit sombrer dans l'inconscience. Blanche tourna de l'oeil avant que ses jambes ne cèdent sous le poids de son corps. Elle s’effondra dans la neige, complètement vidée. Le Vicomte dut la ramener jusqu'au Château car la disciple ne se réveillait pas. Elle dormit un jour et une partie de la nuit. Quelques heures avant l'aube, la Baronne se réveilla au sein de sa couche. Elle n'avait eu plus de souvenirs de ce qui s'était passés. Elle se sentait un peu fatiguée. Elle se demandait ce qui s'était passé car la dernière chose qui revint en mémoire était son entrainement avec l'Aéromancien. Sans doute qu'une servante veillait sur elle et fut rassurée lors de son réveil. Cette dernière lui expliqua ce qui s'était passée. Elle fut déçue de ses faiblesses évidentes et avait hâte de reprendre au plus vite l'entrainement pour s'améliorer. Elle fit un tour au cuisine car la faim la faisait gargouiller. Elle eut même l’outrecuidance de se frayer un chemin jusqu'aux appartements de Vincente qu'elle réveilla sans doute, à moins que celui ci soit occupé et surtout accompagné, afin de lui signaler que tout allait bien et qu'elle était fin prêtre pour demain, recommencer une nouvelle séance de tortures. Elle aurait très bien pu attendre la matinée pour lui signaler sa bonne forme mais elle se fit capricieuse.

Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mer 4 Avr 2012 - 0:53

Manolesti s’écarta légèrement pour laisser de la place à la baronne et regarder quel résultat cette dernière allait produire. Il ne fut pas étonné-lorsque sa disciple tenta de mettre en application la leçon qu’elle venait d’apprendre-de voir celle-ci échouer. Cependant il reconnut que la petite en voulait, recommençant l’expérience, malgré l’échec, la fatigue et le froid. Elle essayait de se corriger d’elle-même, cherchant à tout prix à obtenir un résultat probant pendant que Manolesti la regardait; lui indiquant parfois ce qui n’allait pas ou encore lui donnant un conseil sur sa posture ou son contrôle. Au fur et à mesure ce qu’elle gagnait en pratique du sort, elle le perdait en puissance et surtout en contrôle, si bien qu’à son dernier essai Blanche perdit pied et dans un dernier effort elle propulsa une bourrasque plutôt honnête dans le bois avant de s’affaler dans le tapis de neige qui couvrait le sous-bois. Vincente n’avait pas été assez prompt à réagir pour contrôler l’air que sa disciple emmagasinait et le sort l’avait vidé de ces dernières forces. Mais était-ce bien un manque de réaction de la part de l’aéromancien ou bien est-ce que le mage avait laissé faire malgré les risques que cela pouvait comporter ? Sans affirmer cette dernière hypothèse, le pirate ne bougea pas cependant lorsque la baronne sombra dans l’inconscience, la regardant allongée sur le sol, on avait l’impression que ce dernier réfléchissait sur ce qu’il allait faire. Après une minute ou deux et avoir lâché un soupir face la tâche, il tira le cheval par la bride et l’amena près de sa disciple pour laquelle il offrit un sourire satisfait même si cette dernière ne pourrait le voir. Il la souleva et essaya de caler la jeune femme sur la selle, se mettant derrière elle afin de lui servir de dossier.

Lorsque l’ensemble fut suffisamment stable, le mage partit en direction du château et une fois arrivé il demanda à ce qu’on s’occupe d’elle. Suivant le cortège de domestiques et autres qui s’affairaient déjà à monter la noble dans ses appartements, Manolesti dit simplement qu’elle avait besoin de repos et que peut-être une légère fièvre pourrait se déclarer; il faudrait donc quelqu’un pour la veiller. Terminant en demandant à ce qu’on vienne le trouver si la situation empirait, notre protagoniste s’éclipsa afin d’aller vaquer à ses occupations. Ainsi le pirate ne revit pas Blanche avant que cette dernière ne fasse irruption deux jours plus tard dans sa chambre et en beau milieu de la nuit. Le lit était défait et le drap ne couvrait qu’à moitié une jeune gourgandine qui offrait ses reins et son dos à l’air libre, pendant que Manolesti se trouvait dans un fauteuil ; nu, son chapeau sur la tête et un luth sur le bas ventre couvrant son intimité. Il jouait quelques accords quand la porte s’ouvra et après qu’une lueur de malveillance reptilienne est traversée son regard, il sourit à la baronne, continuant à sortir quelques notes de l’instrument :

" Désolé si je ne me lève pas, ma dame. Je vois cependant que vous avez repris des forces, vous en aurez besoin si nous devons continuer l’entrainement. "

Cette dernière lui assura qu’elle était en forme et prête à reprendre l’entrainement dès demain ce dont ne douta pas le pirate. Sans la congédier il l’invita à aller se reposer pour les quelques heures qui restées de la nuit et lui donna rendez-vous de nouveau à la porte Est. Au cours des deux semaines qui suivirent, le mage donna chaque jour à la jeune femme, un entrainement intensif aussi bien physique que magique afin que Blanche puisse au mieux réussir à accéder au sort sans contrecoup. Au fur et à mesure de la progression, Vincente laissa tomber le cheval et put suivre sa disciple à pied donnant un cadence toujours plus importante que ce soit dans la course de fond, les sauts, les tractions ou abdominaux, etc…
Au fur et à mesure, l’aéromancien put voir-malgré quelques bleus et contusions-le physique de sa disciple s’étoffer légèrement et posséder une bien meilleure endurance que lors de leur première leçon. De plus les exercices de concentration et de méditation fixé par le pirate portèrent leurs fruits faisant en sorte que la jeune femme maitrisa la technique de mieux en mieux. Mais l’homme au chapeau lui réservait une dernière surprise, lorsqu’il la sentirait prête Vincente lui ferait passer le test final…
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Jeu 5 Avr 2012 - 12:48

    Blanche avait hésité un moment avant d’ouvrir cette porte et finalement, elle n’aurait peut-être pas du. Sa silhouette en tenue simple, pantalon de toile et chemise de même acabit le tout recouvert d’une cape fit face à une scène intime. Ses prunelles se posaient d’abord sur la femme qu’elle détailla dans la pénombre avant d’être attirée par le pincement des cordes du luth. Elle tiqua quelques secondes en observant cet accoutrement pour le moins… cocasse. Les billes fixèrent un moment l’instrument avant de se relever sur son torse et enfin le fixer droit dans les yeux. Les hommes ne sont pas les seuls qui ont les yeux baladeurs, tant que cela n’en reste qu’à ce stade. Elle voulut se retourner et avait déjà imprimé un demi-pas de côté sur le sol avant de se ressaisir.

      « Effectivement, ne vous donnez pas cette peine… Je n’aurai pas du surgir ainsi dans votre chambre, cela est déplacé parait-il et puis… »


    Elle se tut. Elle s’estima heureuse de ne pas les avoir surpris en pleine action à vrai dire. Elle n’allait pas lui dire le fond de ses pensées bien que ses billes cérulées convergèrent vers la dame endormie. Cela lui fit penser qu’il y avait bien longtemps qu’elle n’avait plus passé une nuit avec un homme. Le dernier en date était son défunt époux et le Comte de Scylla ne la toucherait pas avec ses noces, autant dire que les années avaient passées. Finalement, elle fit volte-face lui offrant son dos.

      « Demain même heure, même endroit, que le reste de cette nuit vous soit douce. »


    Blanche se tourna une dernière fois afin de se plier d’une révérence délicate et elle quitta cette chambre. Elle enviait quelque peu la condition des hommes qui eux pouvaient pratiquement tout faire sans qu’on ne leur en tienne rigueur ce qui n’était pas le cas pour les femmes.

    Durant la matinée et cette nouvelle séance d’entrainement, Blanche peina encore une fois. Vincente la poussait toujours plus dans le retranchement de ses dernières limites mais elle avait compris une chose qu’il ne fallait pas non plus se surmener. Le temps était compté et elle ne pouvait pas se permettre de tomber une nouvelle fois dans l’inconscience ce qui réduirait efficacement ses progrès. Les erreurs étaient là pour être rectifiées. Lors du premier jour, elle sentit ses forces la quitter une nouvelle fois mais avant de tomber dans les pommes, elle demanda à son Maitre si l’on pouvait en finir pour aujourd’hui.

    Ses journées étaient considérablement réduites, l’effort qu’elle devait procurer pour chaque séance se répercutait sur son corps. Les membres étaient douloureux, endoloris. Et ses nuits étaient bien longues tant elle se couchait tôt pour être revigorée le lendemain. Afin de pallier à ses problèmes de courbatures, elle avait demandé qu’on lui prépare une pommade qu’elle étalait chaque jour afin d’en réduire les effets car à ce rythme-là, elle se retrouverait incapable de bouger. Lors de la troisième journée, un charmant accident arriva. Elle maitrisait les bases de la dite bourrasque et son Maitre eut la merveilleuse idée de lui lancer des pierres afin qu’elle les repousse. Les projectiles étaient de plus en plus gros et lors d’un des essaies, elle ne sut l’éviter, résultat la pierre lui déchira le pantalon et ouvrit une plaie à son tibia. Ils durent mettre fin à leur entrainement et retourner au château. Le Père de Blanche voyait tout cela d’un très mauvais œil, sa fille ne passait que peu de temps avec son futur époux et fiancé, elle s’éclipsait souvent lors des repas, trop fatiguée que pour continuer à discuter et il avait remarqué quelques hématomes à ses épaules et désormais une plaie. Le Ser Raymond ruminait et son aversion pour Vincente grandissait à vue d’œil. Enfin mis à part cette blessure, Blanche n’en démordait pas et s’appliquait à chaque nouvelle séance. A mesure que les jours passaient, elle ressentait ses propres progrès. Les entrainements physiques devenaient plus aisés, elle parcourait facilement désormais des kilomètres en courant et suivait la cadence de son Maitre et voir même le dépassait en le taquinant sur sa lenteur. Blanche s’amusait bien. Sa silhouette avait légèrement pris du muscle, rien de voyant mais suffisamment présent pour qu’elle sente les étoffes de ses robes, la serrer à ses bras. La Baronne se sentait même bien plus vivante qu’auparavant. Elle se sentait libre, elle pouvait enfin s’exercer à des activités qu’elle appréciait même si éprouvante. Elle détestait broder, piailler, jacasser avec les autres nobles. Les jours défilèrent presque trop vite jusqu’à ce qu’elle soit enfin prête. Le nouveau sort était maitrisé, peut-être pas encore avec ses pleines capacités néanmoins, il pouvait enfin lui faire passer ce fameux test.
Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Jeu 5 Avr 2012 - 22:40

Ahhh, la vitalité est l’apanage de la jeunesse et la baronne en était un parfait exemple. Malgré la rudesse de l’entrainement, finissant souvent celui-ci sur les rotules, la jeune femme faisait preuve de motivation et de rigueur. Le mage put constater les progrès de sa disciple et même s’amuser de voir celle-ci parfois ne pas faire preuve d’économie dans certaines épreuves. Il avait pensé parfois-dans les moments où il se sentait concerné par la chose- dire à sa protégée qu’il fallait qu’elle apprenne à ne pas se dépenser inutilement, ne sachant jamais de quoi serait fait la prochaine épreuve, mais comme nous venons de le dire, le pirate se disait qu’elle était encore jeune.

Ainsi au terme de ces deux semaines d’entrainement, Vincente pensa qu’il était temps que la jeune noble passe le test. Ce n’était pas comme-ci il y avait un diplôme à la clé mais il s’agissait de voir si Blanche avait bien apprit sa leçon et si elle n’y arrivait pas, elle n’y arriverait sans doute jamais pensait le vicomte. A vrai dire ce test pouvait paraitre précipiter car même si la baronne avait une affinité avec l’air et qu’elle était doué, deux semaines pouvait rester un laps de temps bien court pour la maitrise d'un sort. Mais peut-être que Manolesti la jugeait prête à passer le test ou bien peut-être avait-il d’autres affaires en cours et il ne pouvait se permettre de rester plus longtemps, quoiqu’il en soit il espérait que sa disciple serait à la hauteur car ce n’était pas le genre de test que l’on pouvait rater.

Lorsqu’il lui avait parlé du test, le mage était resté assez mystérieux sur son déroulement mais il avait pu remarquer que la curiosité de son élève avait été piquée au vif et malgré les questions qui l’assaillaient, il était demeuré silencieux. Il lui avait cependant conseillé de bien se reposer avant de venir, car le test serait sans doute éprouvant et il lui avait donné rendez-vous dans la clairière qu’ils utilisaient régulièrement pour s’entrainer. Arrivé plus tôt, la noble put voir l’homme au chapeau attendre près d’un arbre au pied duquel étaient posés un arc un carquois de flèches. Vincente accueillit Blanche alors que celle-ci arrivait près de lui :

" Chère Baronne, vous voilà. J’espère que vous êtes en forme, car il est temps que le test commence. Cet examen est très simple. " dit-il tout en se saisissant de l’arc et d’une flèche. " Il met en pratique votre maitrise du sort par sa précision, sa puissance et son endurance. " Tout en plantant des traits dans le sol devant lui, il repensa à la leçon sur l’économie qu’il ne lui avait jamais prodiguait. Il banda l’arc et ferma un œil en mettant en joug sa disciple. " Bonne chance. " Conclut-il avant de lâcher la corde, la flèche filant vers le corps de magicienne.


Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Mar 10 Avr 2012 - 0:31

    Ce jour-là serait une journée spéciale bien que la Baronne ne le savait pas encore. Elle s’était levée comme tous les matins à l’aube et s’appliquait généreusement un baume sur ses diverses contusions et autres hématomes. Elle bandait ses chevilles et ses poignets car ses endroits-là étaient fragiles et un mouvement était toujours arrivé. Elle réservait le même traitement à sa poitrine afin de n’en être gênée lors de course matinale et se sentait soutenue. Comme à chaque petit-déjeuner, Blanche faisait autant le plein de vitamines que de protéines, elle mangeait bien mais pas trop pour éviter un estomac trop lourd. Elle avait institué un rituel journalier dont elle ne se lassait pas, tentant sans relâche d’améliorer ses conditions d’entrainement. Tout au long de ses deux semaines, Blanche avait développé une grande affection pour le Vicomte. Certes, il n’était pas de ceux qui félicitent chaque améliorations ou prouesses, il était même nonchalant, désinvolte mais cela ne la dérangeait pas. Dans la douleur, il arrivait à la faire rire et surtout, plus rarement tout de même, sourire, un sourire franc et frais lui donnant des allures d’innocente rosière. Ces moments-là étaient rares puisque la Baronne offrait toute sa hargne et se dévouait corps et âme à sa tâche. Dans le cas où ses sentiments amicaux étaient à sens unique, Blanche n’en était pas dérangée. Elle s’adaptait à la situation et vivait le moment présent.

    Il l’amena à cette clairière, là où tout avait commencé. Elle fixa l’arc et les flèches à ses pieds et s’en étonna un instant. Ses propos renforcèrent l’idée qu’il avait en tête. Cela était scandaleusement dangereux et si jamais Raymond d’Ancenis l’apprendrait, il est fort à parier que le Patriarche tenterait de le faire payer. Encore pire ! Si Blanche échouait et était blessée voir… Mourrait, son père le pendrait par ses viscères. Voilà ce qui trottait dans la tête de la Dame des Glaces en cet instant. Elle n’avait pas vraiment peur, elle avait confiance en elle. Elle comptait aussi s’aider de ses talents d’archère pour remporter ce défi. Le test avait déjà commencé dès lors qu’il s’était emparé de l’arc et des flèches. Blanche s’était déjà concentrée à ramener l’air autours de ses bras, se précisant et se centrant particulièrement au niveau de ses mains. La première flèche fila et elle gifla le vide face à elle, focalisant son flux magique au niveau de ses paumes. Le vent serait le prolongement de son bras. Il fallait faire preuve de vivacité et de précision pour éviter pareil projectile. Blanche s’éveillait au monde qui l’entourait, chaque sens en éveil, décelant le moindre changement d’air environnant. Une première bourrasque plus puissante que les autres balaya aussitôt la flèche qui se logea au sol. Elle fit de même de la deuxième qui d’une nouvelle rafale la dévia sur sa droite. Mais le Vicomte ne s’en arrêta pas là. Les traits défilèrent, défiant son endurance, son niveau de maitrise, il la harcela de quatre autres flèches qu’elle écarta avec férocité de son corps, évidemment à mesure qu’il assiégeait, ses forces la quittaient, laissant la puissance de ses bourrasques décliner. Ses deux derniers projectiles la menèrent à mal, puisant dans ses ressources, se concentrant au maximum si bien qu’un mal de crane lui prit et que son souffle s’accéléra, laissant à son cœur un rythme effréné. Là, le concept de survie prenait tout son sens, il ne fallait pas fléchir ou le carreau lui percerait la chair. Elle ne pouvait tout simplement pas se résoudre à échouer, elle redoutait néanmoins qu’il continue d’envoyer ses salves. Sa détermination et sa volonté étaient de fer. Dans un dernier élan, elle relâcha l’air concentrée autour de sa paume qui dévia la flèche. Ses genoux se plièrent, tandis qu’elle sentait une nouvelle fois son poids faire succomber ses jambes. Blanche se retrouvait accroupie, haletante, les mains contre la terre.

    Elle aurait très bien pu enchainer plusieurs bourrasques en temps normal mais là, elle n’était pas face à des pierres ou n’importe quel autre projectile lancé à main nue. Ici, il était question d’un arc et de flèches, sachant qu’un arc long pouvait aisément transpercer une armure de plates. L’arme décuplait la vitesse du projectile, lui donnait une force qu’il fallait contrer, stopper. Cette épreuve rassemblait en elle, tous les points qu’ils avaient travaillés ensemble.

    Le minois se redressa en direction de Vincente, elle essayait de lire son verdict final sur les traits de son minois.

Revenir en haut Aller en bas
Vincente Manolesti
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 366
Âge : 28
Date d'inscription : 27/01/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 46
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Sam 21 Avr 2012 - 3:16

Le mage avait entrainait sa jeune disciple pour ce moment, pour cette épreuve; au travers des différents exercices qui lui avait fait pratiquer. Elle lui avait demandé les secrets qui lui permettraient de maitriser la puissance du vent et c’est ce à quoi Manolesti s’était employé au travers d’exercices physiques et de contrôle de son potentiel magique. Si effectivement une bourrasque n’était pas toujours forcément très précise ou même d’une violence extrême (du moins à l’état naturel) le test de Manolesti tendait à réunir tous les aspects sur lesquels les deux aéromanciens avaient pu travailler : puissance, maitrise, précision, rapidité d’exécution et endurance.

Peut-être que le pirate était plus pédagogue et philosophe que l’on ne pouvait penser, était-il en train d’enseigner en plus d’une leçon de magie, une leçon de vie ? On pourrait très bien penser que le mage démontrait que la magie comme la vie n’était pas un jeu, que la magie modifiait le corps et l’esprit que son apprentissage comme son utilisation était une chose dangereuse; pouvant avoir de lourdes conséquences. Mais il se peut très bien aussi que le narrateur ne cherche qu’à embellir la réalité, donnant des airs de sage à ce bon Vincente qui ne faisait que tirer (avec la tête vide ou remplie d’une chanson) sur sa pauvre élève. Ainsi dès qu’une flèche était tirée, le pirate en prenait une autre plantée devant lui et enchainait les tirs jusqu’à ce qui ne lui en reste plus. Sans doute quelque peu inconscient du fait de tirer sur une baronne mais néanmoins consciencieux, le mage avait prévu une dizaine de traits, qui constituait un nombre tout à fait honnête au vue de l’épreuve tout en s’avérant être un défi de taille voire mortel. Sans doute Blanche avait-elle senti que son maître avait lui aussi développé son potentiel magique, utilisant ses arcanes pour dissiper les bourrasques que la jeune femme envoyait et qui se prolongeait jusqu’à lui. Là encore on pourrait se demander si l’aéromancien n’utilisait sa magie que dans ce but ou était-ce un filet de sécurité prêt à se tendre en cas de danger. Le fait est qu’aucune intervention de la part de Vincente ne fut nécessaire et c’est sur les rotules mais vivante et victorieuse que la baronne accomplie le test. Manolesti empli d’une certaine fierté envers sa disciple attendit que Blanche reprenne son souffle tout en se reposant légèrement sur l’arc.


Le pirate lui offrant un sourire satisfait voire un peu complaisant au regard des circonstances " Je suppose que l’on dire que vous venez de passer le test avec succès. " lui tendant la main afin de l’aider à se relever. " Il faudra sans doute que vous continuiez à vous entrainer afin de vous perfectionner mais aujourd’hui vous avez prouvé que maitrisiez les arcanes de ce sort. " A l’issu de ce test le reste de la journée serait sans doute consacré au repos, ainsi après avoir reniflait les quelques rayons solaires qui perçaient malgré le climat hivernale, le pirate demanda à sa protégée dans un premier temps si elle aimait son chapeau et si une ballade dans la campagne lui siérait. Les quelques échanges qu’ils auraient, seraient probablement portés sur la magie (quelques derniers conseils d’un maître à son élève, voire à l’élaboration de techniques nouvelles), sur les dispositions des honoraires de Manolesti et sur d’autres billevesées.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   Sam 28 Avr 2012 - 11:35

    Vincente s’approcha l’air satisfait tandis que Blanche haletait au sol. Ce fut sportif, très sportif. Il lui tendit sa main en lui affirmant son succès mais la mettait en garde sur le fait qu’elle devrait continuer à s’entrainer afin de progresser et maitriser pleinement et avec facilité ce sort. Blanche attrapa sa main et se redressa à son tour. Il n’y était pas aller de main morte, le bougre néanmoins la Baronne était parfaitement satisfaite de cette session d’entrainement intensive. Ses méthodes étaient dures et la plupart du temps désagréables mais cela lui permettait d’avancer bien plus vite. Et puis, l’Hautvaloise avait été élevé à la manière forte et donc ne se souciait pas de ce traitement brusque. Elle vint étreindre le Vicomte, une étreinte amicale avec une petite tape dans le dos puis soupira d’aise, une fois éloignée.

      « Vous savez épuiser les femmes. »


    Plaisanta-t-elle en lâchant un petit rire. Elle y comptait bien à sa journée de repos. Blanche observa ledit chapeau et se rapprocha une nouvelle fois pour l’ajuster d’une façon qui lui convenait bien plus, un menu détail en somme.

      « Il est magnifique ainsi. »


    Il est vrai que l’aéromancien ne se détachait que très rarement de son couvre-chef et l’appréciait particulièrement, c’était une de ses particularités. La promenade lui convenait, surtout si cette dernière se faisait à cheval. La Dame des Glaces appréciait particulièrement chevaucher même en ces temps les plus froids. Les derniers conseils furent pris avec un extrême sérieux tout du long de leur escapade. Blanche lui annonça qu’elle désirerait le revoir plus tard, lorsqu’il aura appris de nouvelles arcanes. Elle était désireuse de poursuivre sa formation à ses côté même si cela serait dans quelques années et de manière courte. Elle lui enverrait sans doute quelques lettres pour prendre de ses nouvelles.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous le signe de l'Air.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous le signe de l'Air.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aventure nocturne sous le signe du cactus
» Silvero, voleur sous le signe de la Panthère...
» Nuzlocke été du forum sous le signe de l'amour
» Arrivée sous la pluie, un signe du destin ? | ft. Neal Cochran
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Comté de Scylla-
Sauter vers: